Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie III. La Pastorale

La pastorale

Texte intégral

1La réforme du clergé paroissial fut lente. Les séminaires ne commencèrent à fonctionner que dans la seconde moitié du siècle. Les curés du grand siècle faisaient souvent preuve de mauvaise volonté pour faire le catéchisme rejoignant la négligence des parents à y envoyer leurs enfants.

2Compte tenu de l’insuffisance des curés imbecillitas parochorum, le rituel diocésain de Chartres de 1627 comportait un modèle de prône qui constituait un rudiment de catéchisme. En outre les responsables diocésains firent appel à des missionnaires venus de Paris. Ainsi, Bourdoise, fondateur de la communauté sacerdotale de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Brou en 1611 et dans d’autres paroisses de 1622 à 1640. Après cette date les lazaristes de Vincent de Paul prirent le relais.

3Dans la suite du concile provincial tenu en 1583 par l’archevêque Simon de Maillé, les archevêques de Tours des xviie et xviiie siècles s’attachèrent à l’observance de la confession et de la pratique pascales, au contrôle des dévotions populaires, à la bonne gestion des fabriques. Pour lutter contre l’influence janséniste des missions spectaculaires furent organisées comme au siècle précédent et la dévotion au Sacré-Coeur fut développée. Le décor des églises fut transformé par la construction de retables. À la fin du xviiie siècle, la pratique était universelle mais l’absence de « vision chrétienne des valeurs profanes » (L. Pérouas) prépara, ici comme ailleurs, un gauchissement moralisant du christianisme et les détachements ultérieurs. En 1777, le curé de Ligueil rédigea, à l’intention de l’archevêque de Tours, un état des processions de cette paroisse. Ce document permet de voir le succès du culte du Saint-Sacrement mais aussi la fidélité aux « bons [c’est-à-dire efficaces] saints » et l’attachement à la joyeuse « assemblée » qui suivait la procession à la chapelle miraculeuse de Notre-Dame-des-Anges, le 15 août.

4Sur la longue durée (xvie-xviiie siècles), l’étude des testaments du Blésois et du Vendômois traduit dans ces régions, un échec de la pastorale tridentine. C’est l’apport majeur de la thèse de Marc Bouyssou (1998). Je l’ai souligné dans la préface de cet ouvrage.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search