Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie II. Le chapitre cathédral de Chartres et la Réforme catholique

Chapitre 7. Réforme catholique et influences jansénistes

Dans le chapitre cathédral de Chartres à la fin du XVIIe siècle

Texte intégral

  • 1 Inventaires Florent Ledoux (1688), Antoine Rigoulet (1691), Honoré Mitre (1692), Pierre Sarrazin ( (...)
  • 2 Testament olographe (13 avril 1692), Arch. dép. Eure-et-Loir G 1485. Discours de l’Avent où l’on r (...)

1Une série d’inventaires après décès de 1688 à 1699, conservés aux archives départementales d’Eure-et-Loir, évoquent tant le cadre de vie que les préoccupations intellectuelles et les aspirations spirituelles des membres du chapitre de Notre-Dame de Chartres. Ils traduisent la lente pénétration de l’esprit de la Réforme catholique, dans une coloration souvent janséniste1. Cette coloration devient une dominante chez le théologal Pierre Sarrazin qui avait été un protagoniste des premiers combats sur la grâce au temps de la régence d’Anne d’Autriche. D’autres sources permettent, en ce qui le concerne, de compléter les données de son inventaire2.

  • 3 Cf. Actes du colloque sur La qualité de la vie au xviie siècle, Marseille, Revue Marseille, 1977, (...)
  • 4 Cf. E. Jeauneau, « François de Pedoue auteur spirituel 1603-1667 », Revue d’ascétique et de mystiq (...)
  • 5 Cf. mss 1008-1009, Bibliothèque municipale de Chartres et Arch. dép. Eure-et-Loir G 340.
  • 6 Actes du colloque sur La qualité de la vie…, op. cit., p. 315.
  • 7 Inventaire du 10 novembre 1694. Jacques de Bricourt, neveu de l’évêque Jacques Lescot, était chant (...)
  • 8 Inventaire du 7 août 1699.
  • 9 Inventaire du 22 octobre 1694. Sur la question des excitants, cf. R. Mandrou, Introduction à la Fr (...)

2La réforme des chapitres fut une œuvre de longue haleine. À cet égard, les documents subsistants confirment, pour Chartres, ce qui a pu être constaté dans d’autres régions3. Dans la première moitié du xviie siècle, des « conversions » retentissantes avaient ébranlé un corps qui avait compté parmi ses membres Desportes et Régnier… Le milieu dévot parisien – notamment Bérulle et Bourdoise – avait joué un rôle considérable dans ces débuts de réformation4, mais extraits et fragments des délibérations capitulaires en montrent la lenteur et les limites5. Certains inventaires évoquent, tant par leur contenu que par leurs absences, ce que Robert Mandrou appelle la « douceur de vivre du bénéficier6 ». Ainsi, le chantre Jacques de Bricourt ne possédait que 2 volumes in-folio et 10 in-octavo mais une série de contrats de constitution de rentes sur le clergé de Chartres ou l’hôtel de ville de Paris représentant un revenu de plus de 1 300 livres, une importante argenterie « marquée aux armes dudit sieur chantre », 19 tableaux « tant en quadres d’or qu’autres », un trictrac, une impressionnante batterie de cuisine et une garde-robe qui suggère un médiocre respect de la modestie ecclésiastique (entre autres 1 justaucorps de drap violet, 4 cravates à passement, 2 manchons). Le seul mobilier de sa chambre – dont « vingt fauteuils couverts d’escarlatte » et un « cabinet façon d’ébène » – est évalué à 800 livres. La maison de campagne du chantre contenait également meubles, vaisselle et vêtements plus 16 poinçons de « vin vieil » et 23 poinçons de vin nouveau valant 810 livres, sans oublier 3 fusils7. Son confrère Robert Feydeau « chevalier, seigneur d’Héronville et autres lieux » se contentait d’un seul fusil mais, s’il n’est pas question de livres dans son inventaire, nous y relevons 2 chevaux et 1 carrosse à l’écurie8. L’inventaire beaucoup plus modeste mais également dépourvu de bibliothèque d’Antoine Roze trahit la vie paisible et gourmande de ce contemporain des héros du Lutrin. Adepte de la sainteté dans le siècle, ce chanoine ornait son logement du portrait de saint François de Sales mais les fleurs, les fruits et les nourritures qui fournissent l’arsenal des images salésiennes étaient pour Roze des réalités très concrètes : « 9 caisses d’orangers, un pot de jasmin et 11 caisses de mirtes » et 1 poinçon de vin vieux dans la cave. Amateur des boissons ou excitants de nouvelle introduction en Europe, il possédait une boîte de « tabac musqué », de la réglisse, 3 ou 4 livres de café et un moulin9

  • 10 4 février 1692, 3 mars 1693, 17 décembre 1693, 11 janvier 1694, 10 février 1694. Extraits capitula (...)
  • 11 Le sujet des très nombreuses tapisseries n’est pas indiqué. Il l’est quelquefois pour les tableaux (...)
  • 12 Baudouin, Bricourt et Contet.
  • 13 Inventaire d’Honoré Mitre le 15 décembre 1692. Par son testament de l’année précédente, ce chanoin (...)
  • 14 Cf. H.-J. Martin, op. cit., p. 929.
  • 15 Ibid., p. 617. D. Julia, « Le prêtre au xviiie siècle. La théologie et les institutions », Recherc (...)

3Ces inventaires rejoignent le témoignage des délibérations capitulaires qui montrent, pour la même époque, les difficultés de la réforme du chapitre cathédral dont certains membres bavardaient avec des dames pendant le service, se promenaient « en justaucorps gris et en cravate » ou jouaient avec des laïques et ce, même en un temps de grande calamité, comme lors de la disette de 1693-1694 : « Trois ou quatre des Messieurs malgré les défenses vont aux assemblées de laïques où on joue des sommes considérables à la bassette qui est un jeu défendu ce qui cause un scandale en un temps où chacun retranche son nécessaire tandis que des ecclésiastiques prodiguent leur superflu.10 » Mais, dans nos inventaires, l’esprit de la Réforme catholique apparaît par l’iconographie rarement décrite par les greffiers et par les bibliothèques11. Dans 11 inventaires sur 14, des livres sont signalés : 3 d’entre eux ne donnent pas les titres12. 2 bibliothèques sont réduites à leur plus simple expression : Honoré Mitre se contente de 2 bréviaires à l’usage de Chartres et l’ancien huissier au parlement Jean Prévost d’un abrégé de Baronius et d’une paire de bréviaires romains13. Les 6 autres inventaires nous donnent des listes généralement incomplètes car les volumes les plus petits ou en mauvais état sont seulement mentionnés sous la rubrique « paquets ». Ces bibliothèques sont d’importance modeste : une centaine de livres en moyenne. Plus des deux tiers de ces ouvrages sont de caractère religieux. La Bible est présente partout et la marque thomiste est incontestable : la Somme de l’Aquinat figure dans nos 6 inventaires14. La littérature pastorale de la Réforme catholique se manifeste par les décrets ou le catéchisme de Trente et par les œuvres de César de Bus, Beuvelet, Bonacina, Bonal15. La bibliothèque de Jean de la Roëre, archidiacre de Vendôme, offre une tonalité particulière : à côté des ouvrages ci-dessus, elle possède une forte coloration mystique (l’Imitation, Louis de Grenade ; une Pratique de la contemplation, François Guilloré ; le Traité de l’amour de Dieu, François de Sales) mais ne contient pas de rayon janséniste à la différence des autres inventaires qui confirment le succès des conceptions portroyalistes à Chartres.

  • 16 Cf. cette mention sur la page de garde d’un catéchisme sur la prière manuscrit « ex libris Jacques (...)
  • 17 Cf. R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xv (...)
  • 18 En octobre 1661, le promoteur du chapitre menace de privation de prébende « plusieurs de la compag (...)
  • 19 Cf. Continuation des essais de morale, tome XIV contenant la vie de M. Nicole et l’Histoire de ses (...)

4De fait, la proximité de Paris d’où étaient issus de nombreux membres du chapitre – et de Port-Royal situé à la limite du diocèse16 –, l’appartenance de plusieurs chanoines à la Sorbonne rendirent l’église chartraine attentive et souvent réceptive au jansénisme. Blaise le Féron, docteur de Sorbonne, archidiacre de Dunois, membre éminent de la faction janséniste, était même devenue, de 1645 à sa mort en 1658, vicaire général, nommé à ce poste par l’évêque Jacques Lescot qui, tout moliniste qu’il fût, s’était efforcé de réunir une équipe diverse par ses horizons théologiques mais efficace sur le plan pastoral17. Test des sympathies augustiniennes au sein du chapitre, les difficultés rencontrées pour la signature du formulaire en 166118. Autre présence janséniste importante : celle de Pierre Nicole. En effet l’auteur des Essais de morale était chartrain et garda des relations et des amitiés dans le diocèse où sa famille touchait au monde ecclésiastique et au milieu judiciaire19.

  • 20 Le greffier ne marque pas d’auteur mais indique seulement Essais de morale sur les espitres et eva (...)
  • 21 Soit 14 volumes sur 47. Au commentaire de l’évêque d’Ypres sur le Pentateuque, s’ajoute l’ouvrage (...)

5Cinq de ces bibliothèques contiennent des ouvrages jansénistes : l’Augustinus figure dans celle de Nicolas Grenier de Cauville. Florent Ledoux, docteur de Sorbonne dont le tiers des livres est consacré à l’Écriture, à ses commentaires et à la patristique, possède les œuvres de Saint-Cyran. Chez le Parisien Antoine Rigoulet, possesseur de huit bibles et commentaires scripturaires, de la Cité de Dieu et des Confessions de saint Augustin ainsi que des ouvrages d’histoire religieuse du jésuite Maimbourg, l’influence janséniste se marque par le fait que, à la Bible et à l’Imitation « de la version de Port-Royal », s’ajoutent les Pensées de Pascal et, vraisemblablement, les Essais de morale de Nicole20. On ne trouve chez le chanoine Étienne Nicole que le commentaire de Jansénius sur le Pentateuque mais l’inventaire de ce chanoine est particulièrement incomplet puisqu’il ne détaille que les in-folio21. La plus importante de nos bibliothèques est celle de Pierre Sarrazin qui fut théologal de Chartres pendant un demi-siècle. L’inventaire des livres et du mobilier de ce dignitaire confirme ce que révèlent son testament et ses sermons, son esprit de pauvreté et son adhésion au jansénisme.

  • 22 Prestation de serment du 26 février 1645, Arch. dép. Eure-et-Loir G 295 ; J. Liron, Bibliographie (...)
  • 23 Testament du 13 avril 1692, inventaire du 29 décembre 1692 (Arch. dép. Eure-et-Loir G 511 et 1485)

6De fait, Pierre Sarrazin fut une figure éminente du jansénisme chartrain. Il avait prêté serment comme théologal en 1645, au début de l’épiscopat de Jacques Lescot. Il mourut à Chartres le 17 décembre 1692, à 86 ans. Son engagement janséniste est antérieur à son accession à la prébende théologale puisque, en tant que docteur de Sorbonne, il avait approuvé, en 1643, la Fréquente communion d’Arnauld et le Cœur nouveau de Saint-Cyran. En 1655, Mazarin l’avait empêché de prêcher le carême à Saint-Merry parce qu’il avait pris parti pour l’ancien curé, Duhamel, chassé et exilé. Il avait accepté seulement en 1660 de souscrire à la condamnation d’Arnauld22. Son testament et son inventaire après décès traduisent sa volonté de dépouillement, de pratique de la pauvreté évangélique et un refus intransigeant de « l’esprit du monde23 ».

7Le testament de Sarrazin présente l’intérêt d’être olographe et d’être l’œuvre d’un homme qui s’était interrogé sur les devoirs du testateur chrétien. Il avait déclaré dans un sermon de 1660, mentionné dans une lettre à un ami janséniste, que

  • 24 Lettre du 9 janvier 1660, dans G. Hermant, op. cit., IV, p. 388.

les testaments qui donnaient beaucoup aux églises sans rien donner aux pauvres quand ils en avaient besoin n’étaient point chrétiens. Cette vérité dite dans un temps du testament d’un chanoine qui a fait l’église légataire de ses biens n’a point plu à ceux qui y avaient intérêt… On m’a reproché que je n’étais pas soumis au pape, que je n’avais pas souscrit la censure de la faculté, qu’il me faudrait empêcher de prêcher.24

  • 25 Traité de la manière que tout chrestien doit faire son testament, Paris, Vve Josse et G. Desprez ( (...)

8Plus tard, il avait publié un Traité de la manière que tout chrestien doit faire son testament où il relevait, au titre des testaments des grands saints, cette stipulation de saint Hugues « donnez aux pauvres ces biens qui paraissent être à moi »25. Dans son propre testament le souci des pauvres se marque par un don de 100 livres destiné aux prisonniers, 500 livres au bureau des pauvres, 500 livres à l’Hôtel-Dieu. Autant par désir de faire bon usage des biens qu’il laissait que par humilité, Sarrazin refusait par avance des obsèques fastueuses ; recommandant à ses exécuteurs « d’user en cette dépense de toute la modération raisonnable parce que l’on oste aux pauvres tout ce qui s’y emploie qui n’est pas absolument nécessaire ». Cette « modération » est aussi ascèse d’humilité et, au temps des pompes funèbres baroques, Sarrazin condamnait sans appel la vanité qui les inspirait :

  • 26 Ibid., p. 182. Sur le « grand cérémonial » baroque, cf. M. Vovelle, Mourir autrefois, Paris, Galli (...)

Quand un testateur est agité de cette passion, il n’a l’esprit rempli que de chapelles ardentes, d’oraisons funèbres, de draps mortuaires les plus riches, de paremens et d’ornemens les plus éclatans, de luminaires pompeux et enfin de l’honneur qu’on rendra à son corps par un convoy plus nombreux et plus magnifique.26

9Pierre Sarrazin tenait d’autant plus à des funérailles simples qu’il laissait un héritage des plus modestes : sa bibliothèque valait environ un millier de livres, le reste de son mobilier représentait à peu près 300 livres. S’y ajoutaient une somme de 2 079 livres en monnaie, 3 000 livres prêtées à son neveu marchand à Paris et 3 200 livres provenant de l’héritage de son frère, dont il était dépositaire, en faveur du même neveu. Le seul luxe du mobilier est constitué par deux tentures de tapisserie. L’iconographie est simple et austère : une carte de la Terre sainte, une carte de l’Italie, une flagellation et un crucifix. Dans son testament, les legs traditionnels aux exécuteurs sont de peu de valeur (un volume in-folio au choix, des traités manuscrits, la carte de la Terre sainte) et il s’en explique simplement : « Ces messieurs excuseront ma pauvreté si je ne reconnais pas le mérite de leurs peines. »

10Pauvre en esprit et en vérité, Sarrazin se méfiait de l’« esprit du monde » qu’il dénonçait dans ses sermons. Sans aller jusqu’à la sécession « extra-mondaine », une de ses dispositions testamentaires est éclairante sur ses dispositions à l’égard de la société. Il stipule, en effet, que sur les 3 000 livres qu’il avait prêtées à son neveu marchand, 1 000 livres reviendraient à un autre neveu mais ce legs est assorti d’une condition précise :

Item, déclare que, si mon neveu Philbert qui sert présentement le Roy dans les armées ne se retire, la paix estant faite et ne prend un parti ou quelque emploi honneste, je luy retranche les 1 000 livres que je luy ay données à prendre sur son frère et qui appartiendront et demeureront à ce dit frère.

11Cette stipulation correspond à un thème développé par le théologal dans un de ses sermons :

  • 27 Discours de l’Avent où l’on représente Jésus-Christ dans ses grandeurs et dans sa sainteté comme l (...)

la grâce ne souffre point les emplois inutiles et, ensuite, elle nous crie sans cesse de prendre garde que nous ne nous perdions point avec ceux qui sont périlleux […] c’est comme elle se gouverne envers les soldats chrétiens qu’elle instruit, d’une part, d’estre fidèles à leurs princes et à qui, de l’autre, elle fait voir combien il est difficile d’estres fidèle à Dieu, de garder sa loy parmy la licence effrenée de commettre tout le mal avec impunité et dans la corruption générale des mœurs qui règne dans la profession de soldat […] La grâce donc nous jette dans un tremblement perpétuel pour ces conditions.27

  • 28 Cf. R. Taveneaux, La vie quotidienne des jansénistes aux xviie et xviiie siècles, Paris, Hachette, (...)

12Ce tremblement perpétuel n’est pas une clause de style mais le reflet de cette tension spirituelle propre aux jansénistes dans une lutte incessante contre les séductions du monde28.

  • 29 On peut leur adjoindre les œuvres des compilateurs byzantins Stola, Synesius, Photius et Suidas et (...)

13L’orientation théologique de Sarrazin ressort aussi de l’inventaire de ses livres qui répertorie 246 titres et 53 paquets de volumes dont le contenu n’est pas signalé. Il s’agit d’une bibliothèque essentiellement et presque exclusivement religieuse. L’Antiquité païenne n’y figure, outre quelques compilations de l’époque byzantine, que par Platon, Pline l’Ancien, Plutarque et Sénèque – auteurs à des titres divers « récupérables » par l’apologétique chrétienne29. Les ouvrages d’histoire constituent près du dixième de l’ensemble (23 titres) mais, pour plus de la moitié, sont des histoires ecclésiastiques (Eusèbe de Césarée, Baronius), des biographies de saints anciens (vies des Pères du Désert, de saint Jean Chrysostome, de saint Athanase, de saint Bernard) ou récents (Philippe de Néri, Pie V, Louis Bertrand, Barthélemy des Martyrs) ou d’anthologies comme celles de Robert Arnauld d’Andilly ou d’œuvres de clercs (l’Histoire romaine du dominicain Coeffeteau ou celle de Constantin par l’oratorien Jean Morin). Les curiosités profanes sont limitées : une Histoire des Turcs, le Traité des festins de Pierre Muret, un Dictionnaire géographique, la géographie de Magin, les Entretiens sur la peinture du Chartrain Félibien, le Traité de l’accroissement des sciences de Francis Bacon et le gros Catalogus gloriae mundi du juriste bourguignon Barthélémy de Chasseneux.

  • 30 Les autres titres de cette sélection cléricale sont la Somme de saint Thomas, les écrits de contro (...)

14La Bible (Nouveau Testament d’Érasme, édition parisienne de Vitré à l’instar de la polyglotte d’Alcala, Concordance biblique, édition des psaumes « français et latin selon l’hébreu et la vulgate à deux colonnes »), 20 ouvrages de commentaires scriptuaires et les écrits des Pères de l’Église représentent près du quart des titres indiqués. L’importance attachée par le testateur à ces ouvrages pour une bibliothèque ecclésiastique ressort d’un mémoire transcrit dans son inventaire, par lequel il demandait de distraire de la vente prévue de ses livres quelques volumes destinés à un neveu curé de Berry-au-Bac dans le diocèse de Laon : à côté de l’Écriture, 5 traités d’érudition scripturaire et des Pères, notamment « tout ce qui se trouvera d’œuvres de saint Augustin in-folio et in-octavo avec le supplément et milleloquium30 ».

  • 31 Sur Michel Bourdaille théologal de La Rochelle et sa Théologie morale de saints Augustin, cf. L. P (...)

15Si le droit et la liturgie ne comptent qu’un assez faible nombre de titres – une quinzaine –, la théologie et la littérature pastorale et les traités de spiritualité forment le rayon le plus abondant : plus de 100 ouvrages. La controverse se réduit à 6 titres dont Bellarmin, Richelieu et, bien entendu, les écrits de polémique antiprotestante de Nicole et Arnaud. De la devotio moderna à la mystique salésienne, la contemplation figure avec l’Imitation de Jésus-Christ, les œuvres de M. de Genève et une forte marque espagnole (Louis de Grenade, Thérèse d’Avila, Louis de la Puente). La théologie médiévale occupe une place honorable avec saint Bernard, Hugues de Saint-Victor, Ives de Chartres et les œuvres de saint Thomas d’Aquin et de saint Bonaventure, mais la pensée janséniste se reflète dans la bibliothèque du théologal par près de 40 titres : les débats suscités par l’Augustinus et la Fréquente communion sont reliés en 15 volumes in-quarto. À côté des œuvres de Saint-Cyran, les chefs-d’œuvre du premier jansénisme (l’Augustinus, deux éditions de la Fréquente communion, les Pensées de Pascal) sont présents ainsi que les Essais de morale de Nicole, le Rituel d’Alet, le Nouveau Testament de Mons et la récente Théologie morale de saint Augustin de Michel Bourdaille31.

  • 32 Cf. R. Taveneaux, Le catholicisme dans la France classique 1610-1715, Paris, SEDES, 1980, tome 2, (...)
  • 33 Les mémoires de ce rigoriste ecclésiastique qui fut le confesseur de Pascal ont été l’objet de la (...)
  • 34 Sur cet ouvrage, cf. R. Sauzet, Les visites pastorales…, op. cit., p. 91 sq.

16Bon représentant du jansénisme « cyranien32 », Sarrazin est visiblement soucieux de pastorale. La tradition réformatrice gallicane est présente avec les œuvres de Jean Gerson mais surtout les écrits pastoraux procédant de l’œuvre tridentine, notamment les Acta ecclesiae mediolanensis. À côté de la grande œuvre borroméenne, nous trouvons chez Sarrazin des auteurs pastoraux déjà rencontrés chez ses confrères comme du Bus, Beuvelet, Bonacina, Bonal. Il possède aussi les homélies du génovéfain Beurrier, curé de Saint-Étienne-du-Mont33, et deux traités de Jean-Baptiste Thiers, curé de Vibraye au diocèse du Mans : L’avocat des pauvres et le De stola, contestation d’esprit parochiste des pouvoirs d’inspection des archidiacres34.

  • 35 Il s’agit sans doute de la traduction d’Amelot de La Houssaye, parue à Amsterdam en 1683. Sur Sarp (...)

17Il convient enfin de noter dans la bibliothèque de Sarrazin une présence significative dans ces années de la fin du xviie siècle où se prépare le second jansénisme, c’est l’Histoire du concile de Trente de Fra Paolo Sarpi si violemment anti-romaine et si appréciée des gallicans35.

  • 36 Sur les mutations et « l’extension discrète du jansénisme », cf. R. Mandrou, Louis XIV et son temp (...)

18Pierre Sarrazin, représentant moyen du premier jansénisme, est un membre éminent d’un chapitre cathédral où l’esprit de la Réforme catholique a incontestablement progressé – nos inventaires en témoignent. Sa bibliothèque et son testament complétant l’éclairage que donnent sur lui ses sermons et ses autres écrits, font apparaître le théologal de Chartres comme un acteur discret de ce mouvement de renouvellement et de diffusion du jansénisme dans le quart de siècle qui a suivi la « paix de l’Église » et devait se manifester avec éclat, à Chartres, par la requête richériste de mai 170036.

Notes

1 Inventaires Florent Ledoux (1688), Antoine Rigoulet (1691), Honoré Mitre (1692), Pierre Sarrazin (1692), Étienne Nicole (1694), Nicolas Grenier de Cauville (1694), Antoine Roze (1694), Jacques de Bricourt (1694), Jean de la Roëre (1695), Sulpice Douer (1696), Louis Baudouin (1697), Alexandre Contet (1699), Robert Feydeau (1699), Jean Prévost (1699) (Arch. dép. Eure-et-Loir G 511).

2 Testament olographe (13 avril 1692), Arch. dép. Eure-et-Loir G 1485. Discours de l’Avent où l’on représente Jésus-Christ dans ses grandeurs et dans sa sainteté comme la source et le modèle des grandeurs et de la sainteté des Chrestiens et l’opposition de l’esprit du monde à l’esprit de Jésus-Christ, Paris, Vve Josse et G. Desprez, 1678, 2 vol. in-12 ; Traité de la manière qu’un Chrestien doit faire son testament avec un discours de la maladie et des dispositions nécessaires pour en profiter, Paris, Vve Josse et G. Desprez, 1678, 2 vol. in-80. Il vaut la peine de signaler que l’éditeur de Sarrazin est Guillaume Desprez qui avait publié Les Provinciales et fait figure jusqu’à sa mort en 1709 de libraire officiel du parti janséniste, cf. H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et sociétés à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, Droz, 1969, p. 588-589 et 714.

3 Cf. Actes du colloque sur La qualité de la vie au xviie siècle, Marseille, Revue Marseille, 1977, p. 151-154.

4 Cf. E. Jeauneau, « François de Pedoue auteur spirituel 1603-1667 », Revue d’ascétique et de mystique, no 131, 1957 ; Actes du XI colloque du CMR 17 (La conversion au xviie siècle), Marseille, 1982, p. 235 sq.

5 Cf. mss 1008-1009, Bibliothèque municipale de Chartres et Arch. dép. Eure-et-Loir G 340.

6 Actes du colloque sur La qualité de la vie…, op. cit., p. 315.

7 Inventaire du 10 novembre 1694. Jacques de Bricourt, neveu de l’évêque Jacques Lescot, était chantre depuis 1650, cf. L. et R. Merlet, « Dignitaires de l’église Notre-Dame de Chartres », Archives du diocèse de Chartres, tome 5, Chartres, 1900, p. 42. À la fin de sa vie en 1691, il avait donné à Godet des Marais une maison à Chartres pour y loger le petit séminaire (Arch. dép. Eure-et-Loir G 351).

8 Inventaire du 7 août 1699.

9 Inventaire du 22 octobre 1694. Sur la question des excitants, cf. R. Mandrou, Introduction à la France moderne, Paris, Albin Michel, 1961, p. 280, 312-313 ; F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, Paris, Armand Colin, 1967, p. 192-198.

10 4 février 1692, 3 mars 1693, 17 décembre 1693, 11 janvier 1694, 10 février 1694. Extraits capitulaires par Brillon, Arch. dép. Eure-et-Loir G 340.

11 Le sujet des très nombreuses tapisseries n’est pas indiqué. Il l’est quelquefois pour les tableaux : ainsi, saint Louis (inventaire Prévost), François de Sales (inventaires Roze-Douer), Thérèse d’Avila (inventaire Le Doux), le repas d’Emmaüs (inventaire Contet), le bon pasteur (inventaire Rigoulet), la flagellation (inventaire Sarrazin).

12 Baudouin, Bricourt et Contet.

13 Inventaire d’Honoré Mitre le 15 décembre 1692. Par son testament de l’année précédente, ce chanoine avait prévu plusieurs legs à l’intention du bureau des pauvres (Arch. dép. Eure-et-Loir G 1485). Sur Jean Prévost, cf. notes Brillon, Arch. dép. Eure-et-Loir G 352.

14 Cf. H.-J. Martin, op. cit., p. 929.

15 Ibid., p. 617. D. Julia, « Le prêtre au xviiie siècle. La théologie et les institutions », Recherches de Sciences Religieuses, 1970, tome 58, p. 526.

16 Cf. cette mention sur la page de garde d’un catéchisme sur la prière manuscrit « ex libris Jacques Sarraute chanoine… Ce livre m’a été donné l’an 1677, le 11 mars, après un sermon que je fis à Port-Royal » (Bibliothèque municipale Chartres, ms. 459).

17 Cf. R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle. Essai de sociologie religieuse, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1975, p. 38 et 66 sq.

18 En octobre 1661, le promoteur du chapitre menace de privation de prébende « plusieurs de la compagnie tant dignités que chanoines […] qui ne l’ont encore signé quoy qu’il leur aye esté présenté » (Arch. dép. Eure-et-Loir G 895).

19 Cf. Continuation des essais de morale, tome XIV contenant la vie de M. Nicole et l’Histoire de ses ouvrages, Luxembourg, s.n., 1732, p. 161 sq. Le milieu Nicole apparaît dans nos documents par l’inventaire du chanoine Étienne Nicole dont l’exécuteur testamentaire est Jacques Nicole, lieutenant au présidial (inventaire du 7 juin 1694).

20 Le greffier ne marque pas d’auteur mais indique seulement Essais de morale sur les espitres et evangiles, ce qui évoque l’édition parue, trois ans plus tôt, chez Desprez, Continuation des essais de morale contentant des reflexions morales sur les épitres et les évangiles.

21 Soit 14 volumes sur 47. Au commentaire de l’évêque d’Ypres sur le Pentateuque, s’ajoute l’ouvrage de Cornélius Jansénius l’ancien (évêque de Gand) sur les Évangiles.

22 Prestation de serment du 26 février 1645, Arch. dép. Eure-et-Loir G 295 ; J. Liron, Bibliographie chartraine, s.l., s.n., 1718, p. 286 ; Mémoires de Godefroi Hermant, s.l.n.d., éd. A. Gazier, tome 1, p. 211 ; tome 2, p. 621-624 ; tome 4, p. 388 ; J. Orcibal, Jean Duvergier de Hauranne abbé de Saint-Cyran et son temps, Paris, J. Vrin, 1947, p. 393. Sarrazin, comme son confrère du chapitre et à la Sorbonne B. Le Féron fut protégé par l’évêque Lescot, pourtant moliniste convaincu (cf. G. Hermant, op. cit., tome 2, p. 623).

23 Testament du 13 avril 1692, inventaire du 29 décembre 1692 (Arch. dép. Eure-et-Loir G 511 et 1485)

24 Lettre du 9 janvier 1660, dans G. Hermant, op. cit., IV, p. 388.

25 Traité de la manière que tout chrestien doit faire son testament, Paris, Vve Josse et G. Desprez (éd.), 1678.

26 Ibid., p. 182. Sur le « grand cérémonial » baroque, cf. M. Vovelle, Mourir autrefois, Paris, Gallimard, 1974, et pour le goût des chanoines de Chartres pour les pompes funèbres fastueuses, cf. R. Sauzet, « Autour d’une pompe funèbre à Chartres au début du xvie siècle », Mémoires de la Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1969, p. 1-29, et ci-dessus, seconde partie, chap. 5.

27 Discours de l’Avent où l’on représente Jésus-Christ dans ses grandeurs et dans sa sainteté comme la source et le modèle des grandeurs et de la sainteté des Chrestiens et l’opposition de l’esprit du monde à l’esprit de Jésus-Christ, Paris, Vve Josse et G. Desprez, 1678, 2 vol. in-12, p. 35.

28 Cf. R. Taveneaux, La vie quotidienne des jansénistes aux xviie et xviiie siècles, Paris, Hachette, 1973, p. 25. Sur la « vision tragique, cf. la thèse de L. Goldman, Le Dieu caché. Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955, et sa discussion par R. Taveneaux, dans Revue d’Histoire et de l’Église de France, 1968, no 152, p. 27-46.

29 On peut leur adjoindre les œuvres des compilateurs byzantins Stola, Synesius, Photius et Suidas et celles du philosophe néo-platonicien Philon.

30 Les autres titres de cette sélection cléricale sont la Somme de saint Thomas, les écrits de controverse de Richelieu, les œuvres du théologien de Douai, Guillaume Estius, « deux volumes de conciles des Francs » et les dix volumes du recueil des conciles du chanoine colonais, Binius.

31 Sur Michel Bourdaille théologal de La Rochelle et sa Théologie morale de saints Augustin, cf. L. Pérouas, « Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724 », Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1964, p. 260-264.

32 Cf. R. Taveneaux, Le catholicisme dans la France classique 1610-1715, Paris, SEDES, 1980, tome 2, p. 301 sq.

33 Les mémoires de ce rigoriste ecclésiastique qui fut le confesseur de Pascal ont été l’objet de la thèse complémentaire de J. Ferté, Paris-Sorbonne, 1982.

34 Sur cet ouvrage, cf. R. Sauzet, Les visites pastorales…, op. cit., p. 91 sq.

35 Il s’agit sans doute de la traduction d’Amelot de La Houssaye, parue à Amsterdam en 1683. Sur Sarpi, cf. A. Dupront, « Du concile de Trente. Réflexions autour d’un IVe Centenaire », Revue historique, 1951, p. 262. La bibliothèque de Sarrazin contient par ailleurs des œuvres de théologiens gallicans, Jean de Launoy et Filesac.

36 Sur les mutations et « l’extension discrète du jansénisme », cf. R. Mandrou, Louis XIV et son temps, Paris, PUF, 1990, p. 367 sq. Sur la requête de 1700, cf. E. Préclin, Les jansénistes duxviiie siècle et la constitution civile du clergé, Paris, Gamber, 1928, p. 29.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search