Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie II. Le chapitre cathédral de Chartres et la Réforme catholique

Chapitre 5. Autour d’une pompe funèbre à Chartres au début du XVIIe siècle

Le testament du chanoine de La Chaussée et l’érection en office double de la fête de la Chaire de Saint-Pierre

Texte intégral

  • 1 V. L. Tapié, Baroque et classicisme, Paris, Plon, 1957, p. 240.
  • 2 Cf. la pièce justificative 1 en fin de chapitre.
  • 3 Archives dép. d’Eure-et-Loir, Chapitre cathédral de Chartres (Donations et fondations du xviie siè (...)

1Le testament du chanoine Charles de La Chaussée, en 1607, nous paraît particulièrement caractéristique de ce « renouveau de la liturgie funèbre » que M. Tapié lie à juste titre à l’influence du concile de Trente qui avait proclamé l’efficacité des prières pour les morts1. Aussi, après avoir situé l’auteur et avoir dégagé les traits caractéristiques de sa spiritualité, il nous a paru utile de reproduire ce document in extenso2 faisant ainsi apparaître l’importance relativement énorme qu’y prend la prévision de ses funérailles et des services pour le repos de son âme3.

  • 4 Cf. la pièce justificative 2 en fin de chapitre. Nous avons reproduit ce texte car la transcriptio (...)
  • 5 Sociis delectus, civibus gratus, suis singulari beneficentia devinctis charissimus. Denique apud o (...)
  • 6 Cf. les derniers mots de l’inscription : « Philippes de La Chaussée escuier sieur de Theuvy, filz (...)
  • 7 Cf. la pièce justificative 2 en fin de chapitre. Ce Mathurin de La Chaussée fut remplacé en 1612 p (...)

2Charles de La Chaussée se montre discret dans son testament sur ses origines. Il se dit simplement « natif du lieu de Theuvy » dont il est prieur curé en même temps que chanoine de Chartres. Son épitaphe dans l’église de ce village du Thimerais4 nous donne quelques renseignements biographiques palliant dans une certaine mesure l’absence des registres de délibérations capitulaires pour la période où il fut chanoine. Il est issu de la famille seigneuriale de Theuvy où il est né en 1536. Il est mort le 22 septembre 1607 soit un peu plus d’un mois après la rédaction de son testament. Avec le portrait probablement idéalisé d’un vieillard sage et sobre, cher à ses confrères, à ses concitoyens et à sa famille5, l’inscription nous révèle une carrière intéressante : il a assisté au concile de Trente, il a été ensuite pendant 32 ans chanoine de Chartres, il a achevé la reconstruction de l’église de Theuvy commencée par son père Jean de La Chaussée, seigneur de Theuvy. Les inscriptions funéraires de ce dernier, mort en 1562, de son fils aîné Adrian de La Chaussée, mort en 1587, et de leurs épouses nous montrent la tradition bienfaitrice des seigneurs de Theuvy à l’égard de l’église paroissiale. Cette inscription nous rappelle en effet que le père du dit Jean, Pierre de La Chaussée fut « fondateur de la première messe des dimanches en l’église de céans », que Jean fut pour sa part, en 1560, fondateur « d’un service solemnel du St-Sacrement tous les jours de l’Octave comme le propre jour de la Feste-Dieu », qu’Adrian de La Chaussée et après lui son fils aîné Philippe ont continué à célébrer les services fondés6. De même, Mathurin de La Chaussée, vicomte de Chateauneuf en Thimerais et neveu du chanoine testateur qui l’a institué son exécuteur testamentaire, se vante dans l’inscription funéraire de son oncle d’avoir exécuté fidèlement les fondations pieuses de ce dernier7.

  • 8 Armorial Chartrain, tome 1, p. 309-310.
  • 9 Arch. dép. G 2137-2138. Papier des ventes provenues des cens de la prébende de Clévilliers le Mout (...)
  • 10 Cf. M. Vovelle, Un des plus grands chapitres de France à la fin de l’Ancien Régime Le Chapitre cat (...)
  • 11 Ainsi en 1607, année où La Chaussée rédige son testament, deux des sept chanoines qui prêtent serm (...)

3L’armorial chartrain compte parmi les La Chaussée, au xvie siècle, à côté de notre chanoine, des seigneurs de Theuvy, d’Eclimont, du Ménillet, de Plateau à Saint-Prest8. La prébende de Charles de La Chaussée, dont le chef-lieu est Clévilliers, se trouve toute proche de son prieuré ; les comptes précis qu’il tient lui-même des ventes dans le ressort de sa prébende (et du versement des droits de mutation) montrent qu’il a acquis lui-même des terres dans cette région9. Charles de La Chaussée est donc vraiment un enraciné, dans un chapitre où l’élément forain surtout parisien, sans avoir encore l’importance qu’il aura au xviiie siècle10, n’est pas négligeable11. Son testament nous montre par ailleurs l’importance du clan La Chaussée dans les différentes familles religieuses de la région.

  • 12 Abbaye cistercienne de l’Eau-lès-Chartres, Gallia christiana, tome 8, col. 1326-28, abbé C. Métais (...)
  • 13 Gallia Christiana, tome 8, col. 1590.
  • 14 Bibliothèque Orléans, ms. 487. Cité par A. du Faur de Pibrac, Histoire de l’Abbaye de Voisins, ord (...)
  • 15 Gallia Christiana, tome 9, col. 282.
  • 16 Gallia Christiana, tome 7, col. 571 (diocèse de Paris). Sur le renouveau de Chelles au xviie siècl (...)
  • 17 Arch. dép. H 3491. Ce Pierre de La Chaussée succède à son oncle comme prieur de Theuvy ; il figure (...)

4Il prévoit en effet des legs à trois nièces religieuses, une cistercienne et deux bénédictines. La première est Jacqueline de La Chaussée « religieuse de Voysins, de présent estant en l’abbaye de l’Eau12 ». L’abbaye cistercienne de Voisins a été particulièrement marquée par la famille de La Chaussée. Trois abbesses de ce nom l’avaient dirigée13 ; l’une d’elles, Suzanne de La Chaussée, était la sœur de notre chanoine qui l’avait aidée, en 1563, à obtenir des indulgences pour les pèlerins de cette abbaye14. Les deux bénédictines sont religieuses : l’une, Emonne, à Saint-Pierre-d’Avenay, dans le diocèse de Reims15, l’autre, Marthe, dans la célèbre abbaye de fondation royale de Chelles où au début du xviie siècle affluent les jeunes filles nobles attirées par le rayonnement spirituel de l’abbesse Marie de Lorraine16. Un neveu, Pierre de La Chaussée, chanoine de la collégiale Saint-Maurice-les-Chartres, reçoit par codicille un clos et 12 arpents de terre à Theuvy, trois surplis et tous les livres de son oncle afin que « les dicts livres ne soient vendus ni ne tombent es mains de ceulx qui y congnoissent peu et n’en feroient cas ny leur proffict17 ».

5La famille de La Chaussée a été mêlée aux luttes religieuses de la fin du xvie siècle. L’écho s’en retrouve dans notre texte qui exprime la crainte qu’un retour des guerres civiles n’empêche la réalisation du projet de cortège funéraire extra muros qu’il prévoit : « advenant que par troubles, guerres, maladies contagieuses ou aultrement mon corps estant à Chartres ne peult estre transporté à Theuvy et là inhumé ».

  • 18 Session 13 (oct. 1551). Decretum de Sanctissimo Eucharistiae sacramento. Chap. 5 De cultu et vener (...)

6Charles de La Chaussée avait atteint l’âge d’homme au moment où les guerres religieuses allaient commencer. Notons que c’est en 1560, l’année de la conjuration d’Amboise que son père Jean a fondé un service solennel quotidien pendant l’Octave de la fête du Saint-Sacrement. Cette fondation était une affirmation non équivoque de fidélité à l’un des dogmes catholiques les plus combattus par les protestants et qu’avait proclamé neuf ans plus tôt la 13e session du concile de Trente18.

  • 19 Cf. la pièce justificative 2 en fin de chapitre.
  • 20 Il vaut de noter que La Chaussée, lui, ne fait état d’aucun titre universitaire. Son épitaphe ne l (...)
  • 21 Lettre du 21 janvier 1565 dans Correspondance de Catherine de Médicis, Paris, 1880-1895, tome 2, p (...)
  • 22 D’Hozier ne signale que la famille Thimeraise qui nous occupe (Armorial général, Reg. 1) mais La C (...)
  • 23 Arch. dép. E 3942.
  • 24 Bibliothèque d’Orléans, ms. 487, fo 114 vo. Repris par A. du Faur de Pibrac, op. cit., p. 58.
  • 25 P. Richard, « Concile de Trente » tome 9, 2 de l’Histoire des Conciles Hefele Leclercq, Paris, Let (...)

7Jean de La Chaussée est mort alors qu’avait commencé la troisième et ultime période du concile à laquelle son fils Charles avait assisté. L’épitaphe de ce dernier nous révèle ce fait incidemment : il a parachevé la reconstruction de l’église de Theuvy après son retour de Trente cujus restaurationi a patre coeptae a Tridentini concilio reversus ultimam manum addidit19. On peut penser que pendant cette dernière partie du concile, la période de Pie IV et de Charles Borromée, La Chaussée qui n’était pas encore chanoine et n’avait pas 30 ans faisait partie de la suite du cardinal de Lorraine, comme le théologien chartrain Claude de Sainctes qui fut par la suite évêque d’Évreux et ligueur acharné20. Il existe des indices de relations de clientèle entre le clan La Chaussée et les Guise : la correspondance de Catherine de Médicis fait état d’un capitaine La Chaussée commandant la garde du cardinal de Lorraine venu à Paris malgré l’interdiction royale21 ; mais est-ce bien un parent du chanoine ? Ce n’est pas certain car il existe une famille poitevine de La Chaussée22. Ces relations vraisemblables de clientèle au xvie siècle semblent avoir continué au xviie siècle : en 1624 un Louis de La Chaussée, maître d’hôtel du duc de Guise, vend des terres sises à Theuvy à Roland de La Chaussée seigneur du lieu23. Nous avons un autre indice de la présence de Charles de La Chaussée dans la suite du cardinal de la Lorraine : l’histoire manuscrite de l’abbaye de Voisins par Dom Verninac rappelle que La Chaussée étant à Rome obtint de Pie IV la bulle d’indulgences destinée à attirer les pèlerins à Voisins « détruit et ravagé par les Calvinistes en 1562 »24. Cette bulle est du 23 octobre 1563. Or, le mois d’octobre 1563 est celui du séjour du cardinal de Lorraine à Rome où Pie IV parvint à le rallier aux thèses pontificales, ralliement rétribué par de nombreuses faveurs et bénéfices25.

  • 26 Cf. P. Richard, op. cit., Livre 56, chap. 2, p. 925-995.
  • 27 Le 20 mars 1589, Délibérations des Échevins, Arch. comm., Cib cité par E. de Lépinois, Histoire de (...)

8Comme son patron probable le cardinal Charles de Lorraine dont le rôle à Trente fut capital pour l’achèvement du concile conformément aux vœux du Pape26, Charles de La Chaussée a été engagé dans les luttes qui se sont déroulées en France pendant près de la moitié de sa vie d’homme. Les inquiétudes qu’il exprime à l’égard de l’avenir sont le fruit de ses expériences. Il a pâti personnellement de ses prises de position en faveur de la Ligue. Les registres de délibérations des échevins portent le témoignage de cet engagement : ainsi, après l’assassinat du duc de Guise et du cardinal Louis de Lorraine, neveux de l’ancien chef de la délégation française à Trente, une assemblée des échevins et des chefs locaux de la Ligue se tient à Chartres. Charles de La Chaussée y participe ainsi que son parent Mathurin religieux de Saint-Père27. Le 22 mai 1590, il négocie pour le compte de la Ligue l’enlèvement d’une tombe de cuivre de l’église des Jacobins :

  • 28 Délibérations des Échevins, Arch. communales, Cib.

Le sieur de La Chaussée a dit et rapporté que, suivant la charge qu’il prit le jour d’hier de parler à Mrs les Doyen et Chapitre de Chartres pour savoir leur avis touchant le consentement ou dissentiment de la perception et enlèvement de l’une et plus grande des tombes et lames de cuivre qui sont posées devant le grand autel de l’église Saint-Jacques du couvent des Jacobins dudit Chartres pour employer à la fonte et confection de la pièce d’artillerie ordonnée être faite pour la tuition et défense de ladite ville, il a ce jour d’huy communiqué de ladite affaire à Mesdits sieurs de Chapitre, lesquels ont fait réponse laquelle ils ont chargé rapporter en ladite chambre qui est qu’ils n’entendent empêcher et n’empêchent la dite perception et enlèvement de ladite tombe.28

  • 29 J. B. Souchet, op. cit., tome 4, p. 267.
  • 30 « A tous cappitaines ou lieutenans, conducteurs de gens de guerre tant de cheval que de pié et à t (...)
  • 31 Cf. Souchet, op. cit., tome 4, chap. 7, p. 278. « Environ la feste de Toussaint le comte de Soisso (...)

9Ce zèle lui valut d’être expulsé de Chartres après la prise de la ville par le Béarnais au printemps 1591. Le chanoine historien Jean-Baptiste Souchet écrivant à la mi xviie siècle, le rapporte à propos du passage, en août 1591, du comte de Soissons : « son logis fut marqué au cloistre en la maison de maistre Charles de La Chaussée qui avoit été chassé de la ville avec plusieurs autres chanoines »29. Il s’était réfugié alors en son prieuré de Theuvy muni de lettres de sauvegarde de M. de Sourdis « gouverneur, lieutenant général pour Sa Majesté en la ville de Chartres et pays Chartrain ». Le 9 septembre 1591, Charles de La Chaussée fait transcrire ses lettres de sauvegarde dans le registre du tabellion de Chêne-Chenu, Sébastien Berjouville30, en présence d’une série de témoins dont sa belle-sœur, Louise de Saint-Pol, veuve du seigneur de Theuvy, Adrian. Ces témoins attestent que « le dit de La Chaussée prieur curé dudit Theuvy est demeurant audit Theuvy, au lieu du prieuré du dit Theuvy, et desservant in sacris comme prieur depuis le 23 de May dernier jour en personne en ladite église du dit Theuvy ». Cette transcription nous montre que le séjour de notre homme en son prieuré dû être marqué par de vives alarmes. Les troupes royales ont en effet ravagé le Thimerais pendant l’automne 159131.

  • 32 Cf. Pièces Justificatives no 2. Dans le testament lui-même, un autre écho de récentes guerres reli (...)

10C’est probablement le souvenir des mésaventures de son oncle au moment des guerres récentes qui inspire la sentence grecque qui clot non sans quelque pédantisme l’inscription composée par son neveu : « Personne n’est parfaitement heureux32. »

11Tel apparaît l’homme, personnalité non négligeable sur le plan local au travers des vicissitudes de la fin du xvie siècle. Dans son testament il se préoccupe surtout d’organiser minutieusement le déroulement de ses funérailles et de prévoir la célébration d’un nombre considérable de services pour le repos de son âme.

12Il est important de noter que le goût de la pompe funèbre est répandu dans le chapitre de Chartres à la fin du xvie et au début du xviie siècle. C’est ainsi qu’en 1606, le chanoine Claude Couart avait donné 1 300 livres à l’œuvre de Notre-Dame pour, entre autres fondations

  • 33 Chapitre, Fondations du xviie siècle, Arch. dép. G 1478.

faire faire ung poisle de velours noir garni d’une croix de satin blanc auquel seront employées 20 aulnes de velours doublées de bon canevas noir et seroit mises au costez de la dicte croix en broderie quatre chemises Notre-Dame qui sont les armes de nostre dicte église le plus proprement que faire se pourra avec quatre chérubins aussy en broderie aux quatre coings et à chacun coing une grosse houppe de fil de soye pour tenir par nos confrères qui porteront le dit poisle alors qu’il décédera aulcun de nous sur le corps duquel sera posé le dict poisle.33

  • 34 Ibid.
  • 35 Arch. de l’hôpital de Chartres, Hôtel-Dieu I B 40.
  • 36 Ibid., I B 38.
  • 37 Chapitre, Fondations xviie siècle, Arch. dép. G 1478.
  • 38 Ibid.
  • 39 Fabrique de Saint-Aignan, Arch. dép. G 3691.

13Trois ans plus tard, son confrère, le parisien François Le Bouleur prescrit l’entretien d’un « poisle de vellours noir où seront mes armes en broderies » sur sa tombe aux cordeliers qu’il charge par ailleurs de faire dire une oraison funèbre après le requiem de l’octave ; les exécuteurs testamentaires dudit Le Bouleur devront faire « ung banquet à l’issue du dict service où seront priés le gardien et celluy des religieux de St-François qui aura faict mon oraison funèbre34 ». Ces testaments de chanoines se soucient de l’organisation de leur convoi et prévoient des services solennels pour le repos de leur âme : ainsi Jacques Oudineau archidiacre de Pincerais en 1597 fonde deux services annuels à l’Hôtel-Dieu35 ; et en 1599 son confrère Doyet établissait en outre un « obit solennel et de représentation » à la cathédrale pour l’anniversaire de son décès36 ; le doyen Augustin Le Prévost prévoit des obits chez les cordeliers, les Jacobins et, à la Cathédrale, en plus de l’obit solennel « un de profundis en faux bourdon37 ». Hugues le Masson en 1605, Florent Mathieu en 1607, Claude Louppereau en 1614, fondent également des obits38. Encore en 1629, Guillaume Le Houic archidiacre de Vendôme, curé de Saint-Aignan se montre extrêmement précis dans les prescriptions relatives à ses funérailles et demande à ses confrères d’ordonner « aux sonneurs de plus et mieux sonner qu’ilz n’ont faict pour de messieurs mes confrères des derniers deceddez tant à leur convoy qu’au service de grâce39 ».

  • 40 Notons que, contrastant avec ce besoin de fastes, les testaments de chanoines de la seconde moitié (...)
  • 41 Sa dalle se trouve dans le chœur, côté de l’épître.

14Comme ses confrères du début du siècle, Charles de La Chaussée est soucieux d’avoir des funérailles somptueuses40. Il précise bien sa volonté à la fin de son testament, donnant à ses exécuteurs tous pouvoirs pour « mettre à exécution ce mien testament selon sa forme et teneur, de l’augmenter et non diminuer pour les services et obsèques selon leur discrétion ». L’originalité majeure des obsèques qu’il prévoit est leur déroulement en trois temps. En effet, Charles de La Chaussée exprime avec insistance le besoin de se faire ensevelir dans sa terre originelle, à Theuvy « qui est mon église et lieu de ma nativité ». Il précise exactement l’endroit de son inhumation dans l’église « au devant du siège ou bancq où ay coustume de me mettre41 ». Il prévoit le cas où il décéderait ailleurs qu’à Chartres et demande à être transporté également à Theuvy si le lieu de son décès n’en est pas éloigné de plus de quatre lieues. Il se résigne à se faire enterrer à Chartres, chez les dominicains, seulement au cas où la guerre ou la peste empêcherait le transport. Cette insistance sur le lieu de l’enterrement donne toute sa valeur au paragraphe qui ne nous paraît nullement banal par lequel La Chaussée ayant confié son âme à Dieu et aux prières de l’église, recommande son corps à ses exécuteurs pour qu’ils le fassent « ensepvelir et enterrer, le rendant à sa mère la terre, en attendant (comme je le crois) la résurrection généralle qu’il plaira à Dieu me le rendre ». C’est à Theuvy, lieu de sa naissance, dans le sein maternel de la terre thimeraise, sous les dalles de l’église restaurée par sa famille, à côté des siens que notre chanoine veut attendre la Résurrection.

  • 42 Le testament donne incidemment l’emplacement de la maison à propos du lit « auquel couchent mes ne (...)
  • 43 Le chiffre peut être de 13 : en 1603, le doyen Le Prévost stipulait que « douze pauvres vêtus de d (...)
  • 44 La Chaussée ne parle pas des capucins établis à Chartres depuis la fin du xvie siècle, et auxquels (...)

15Le service funèbre comprendra donc trois phases : à Chartres d’abord, sur la route ensuite, à Theuvy enfin. À Chartres, son corps sera transporté de sa maison du cloître Notre-Dame42 à la cathédrale où les prières accoutumées seront dites. Sur son corps sera posé selon toute probabilité le poêle de velours brodé au décor d’une sensibilité baroque qu’avait fondé l’année précédente Claude Couart. Pour cette première étape, La Chaussée insiste sur un élément d’ailleurs traditionnel où s’associent charité et mise en scène : les pauvres habillés de noir à ses frais, qui devront suivre le convoi. Ils seront douze43 – comme les apôtres – moitié de Theuvy, moitié du hameau voisin de Bilheux : « habillez chacun d’ung juppin et hault de chausses de drap noir avec ung chappeau noir ». Douze autres pauvres, chartrains ceux-là, assisteront aussi à cette première partie des obsèques ; pour ces derniers il n’est pas question d’habillement mais c’est sans doute en vue de leur participation au cortège qu’il est prévu que les domestiques du chanoine seront « habillez de noir tout à neuf oultre leurs gages payez ». À côté de ces pauvres laïques, La Chaussée souhaite être accompagné par des religieux mendiants. Seuls ceux de ces moines qui « réellement assisteront au dit convoy » recevront 7 sols 6 deniers44. Plus que sur la sonnerie des cloches qu’il se contente de mentionner, La Chaussée insiste sur le luminaire : 24 torches portées par les pauvres, avec possibilité de faire mieux : « aultre luminaire je le laisse à la discrétion de mes parens et exécuteurs testamentaires ».

16De la cathédrale, le corps sera porté à la porte Chatelet d’où on le conduira à Theuvy c’est-à-dire « à quatre lieues ou environ ». C’est la partie la plus originale de cette pompe funèbre. En effet, ce transport sera entouré de solennité : outre les pauvres de Theuvy qui l’accompagneront munis de « six aultres torches de cyre allumées de nouveau », le plus grand nombre possible de prêtres seront incités à y participer, chacun recevant 10 sols et son repas en plus du paiement éventuel de sa messe. D’autre part, les paroisses de la région traversée seront priées de s’associer à la cérémonie : les curés de Bailleau-l’Évêque, Fresnay-le-Gilmert, Saint-Sulpice-des-Guéret et Clévilliers reçoivent des dons pour faire dire des messes de requiem. Pour Bailleau, le testateur est particulièrement précis : le curé devra demander à ses ouailles « d’assister audit convoy le long de la dite paroisse » ; pour les autres, il n’est pas question des fidèles mais leur présence paraît sous-entendue : les curés ou vicaires sont exhortés à « assister audit convoy le long de leur paroisse avec la croix de leur église si plus ne leur vient à gré ».

  • 45 « Priez Dieu qu’il veuille avoir pitié de moy en l’article de ma mort », « me faire participant de (...)
  • 46 Arch. dép. G 248, Contrats du chapitre, Fondation de la Chaise St-Pierre par M. de La Chaussée.

17La raison du départ matinal est qu’à l’arrivée à Theuvy seront célébrées 4 messes solennelles « à diacre et soulz-diacre » pour lesquelles est prévu un important luminaire : « huict livres de cyre en torches, cierges et chandelles ». Nous atteignons ici un aspect essentiel. En effet, au-delà de la mise en scène, de l’habillement des figurants, de l’organisation d’une espèce de parade funèbre pour laquelle on se préoccupe d’avance d’avoir pour spectateurs les paysans beaucerons qui assisteront « au dit convoy le long de leurs paroisses », au-delà du désir de tenir son rang jusque dans la mort, ce testament traduit une grande inquiétude devant l’au-delà et un évident besoin de prières et de messes. Le goût seigneurial du faste voire l’orgueil du terrien beauceron, ou le désir de faire aussi bien que les autres chanoines, expliquent dans une certaine mesure le souci de représentation post mortem mais, derrière ce décor, le besoin de prières paraît le principal mobile de La Chaussée. Ce besoin s’exprime sous des formes diverses45 tout au long de ce testament : dès le préambule par une triple invocation à Dieu, à l’Église triomphante et militante dont il demande les « prières et suffrages ». Ces prières sont explicitement demandées aux chanoines de Chartres, aux fidèles des paroisses traversées par le convoi, aux 12 églises (comme pour les porteurs de torches le choix du chiffre est significatif) proches de Theuvy, à l’église de Mévoisins, à tous ses menus débiteurs qu’il libère à cette fin de leurs dettes pourvu qu’elles n’excèdent pas 4 livres, à ses serviteurs et servantes, à ses nièces religieuses, à ses filleuls et à divers habitants de Theuvy. Quant aux messes fondées pour le repos de son âme elles sont extrêmement nombreuses : des services à son intention sont prévus chez les Jacobins, chez les Frères-Mineurs, à l’Hôtel-Dieu, à Saint-Maurice-les-Chartres (de même à Bailleau et dans les autres paroisses de la route). Mais c’est à Theuvy même que l’on devra célébrer le plus de messes pour le repos de son âme : outre les 4 services solennels du jour de l’« enterrage », seront dites d’autres « messes haultes à diacre et soulz diacre » à savoir 4 une semaine après son décès, 4 après 40 jours et 4 « au bout de l’an ». D’autres messes pourront d’ailleurs être dites à son intention, ces 4 jours : « et veulx que les prebstres qui se trouveront auxdits services à Theuvy es dits quatre jours y dient messe offrant sacrifice pour la rémission de mes péchez laquelle leur sera payée avec leur assistance et repas ». Chacun des 40 jours suivant le décès il y aura grand’messe des morts également à son intention. D’autre part, La Chaussée fonde « à tousjours et à jamais » 4 messes basses « pour le salut de mon âme, de mes pères, mères, parens, amys et bienfaiteurs vivantz et trépassez » ainsi qu’une messe de Requiem à l’anniversaire de son décès. Enfin, à la cathédrale, par fondation du 6 août46 qu’il rappelle ici et sur laquelle nous reviendrons il avait prévu un « anniversaire solennel et de représentation ».

18Le codicille que La Chaussée ajoute à son testament 15 jours avant sa mort est également significatif : il consiste en legs de rentes et de terres qu’il n’avait pas cédées par son testament. Le préambule de cet additif est ainsi conçu

  • 47 Titres du prieuré de Theuvy, Arch. dép. H 3491. Nous n’avons pas reproduit ce long codicille (18 f (...)

In nomine Domini amen. Je Charles de La Chaussée, prêtre, chanoyne de l’église Nostre Dame de Chartres et prieur curé de Nostre-Dame de Theuvy, diocèse de Chartres, sachant que, par mon testament faict le second jour d’aoust dernier passé, n’auroient pas entièrement disposé des biens meubles et acquetz que Dieu m’a donnez, pour obliger quelques uns à plus particulièrement prier Dieu pour moy qu’il ayent pityé de mon âme, me pardonnant mes péchez et pour plusieurs autres justes causes à ce mouvant, désirant codiciller sur iceluy mon testament ai adjousté par le présent mon codicille ce qu’il ensuit.47

19Mais les bénéficiaires du codicille devront tous faire dire des services pour le repos de l’âme de leur bienfaiteur : Philippe de La Chaussée, seigneur de Theuvy puis ses enfants feront célébrer une « messe de deffunctis » en l’église de Clévilliers chaque année le 15 mars, Pierre de La Chaussée, chanoine de Saint-Maurice fera dire deux messes sa vie durant, Charles de La Chaussée, fils de M. du Ménillet sera tenu d’une « messe de cruce à mon intention le jour de l’Exaltation de la Sainte Croix en septembre ». Même obligation, pour toute leur vie est faite aux autres héritiers (le 24 janvier, le 21 février, le 8 avril, le 9 juillet, le lendemain de la Notre-Dame de mi-août », le « jour Saint-Nicolas de décembre », le 19 décembre, le « jour Saint-Martin d’hiver »).

20Une évidence s’impose donc en premier lieu, si nous voulons dégager les valeurs religieuses essentielles qui se manifestent dans ce testament : c’est la croyance en l’efficacité des prières et des messes pour les morts. Lorsque La Chaussée dit au début qu’il ne veut pas partir de ce monde sans pourvoir au salut de son âme, il ne s’agit pas d’une simple clause de style comme peuvent l’être les regrets formulés à l’égard des confrères, des « torts, propos et rixes que leur pouroys avoir faictz ou dictz en général ou en particulier » ou à l’égard des domestiques des « rudesses et offenses que leur pouroys avoir faictz ». L’inquiétude de ce vieillard devant la vie éternelle paraît d’une totale sincérité. La masse des fondations, la variété des expressions qu’il emploie pour demander des prières donnent l’impression qu’il apporte à « pourvoir au salut de son âme » la même application minutieuse qu’à tenir les comptes de sa prébende.

  • 48 À propos de l’orchestration même des pompes funèbres aux xvie et xviie siècles, M. Chastel soulign (...)

21Mais à côté de cet aspect négatif en définitive, de la religion de La Chaussée, peur de la mort, peur de l’enfer, besoin de messes et de prières, nous apercevons des données positives, les unes traditionnelles48, les autres modernes.

22Éléments traditionnels, les pauvres et les moines mendiants tant dans les dons que dans le convoi. De même le choix du nombre apostolique de douze pour les pauvres du cortège ou pour les églises « prochaines dudit Theuvy » où seront dits des services, ou encore la fondation perpétuelle d’une aumône « de 6 solz tournois aux troys plus pauvres de ladite paroisse de Theuvy au nom de la saincte Trinité de Paradis ». Relève également d’une piété médiévale la fondation perpétuelle de « quatre messes basses en l’honneur et révérence de la Croix, mort et Passion de nostre saulveur Jésus Christ tous les vendredys prochains et devant les festes de Pasques fleuries, Pentecote, la Toussainctz et Noël ». Cette dévotion à la passion est typique de la fin du Moyen Âge et des angoisses religieuses du xve siècle. Dans le Thimerais, elle se traduit par l’essor du culte de la Vierge de Pitié, « Notre Dame du Pasme ».

  • 49 Arch. de l’hôpital de Chartres, Hôtel-Dieu I B 38.
  • 50 Arch. dép. G 1478.
  • 51 En 1629, Guillaume le Houic archidiacre de Vendôme énumère également 14 saints, Arch. dép. G 3691.

23Les invocations aux saints sont, par contre, réduites : « la Benoiste et glorieuse Vierge Marie, mon patron, tous anges, sainctz et sainctes à présent règnantz en gloire en Paradis lesquels je révère, invoque et prie d’intercéder envers Dieu » à la différence de certains autres chanoines, ses contemporains. Ainsi J. Doyet, en 159949, recommandait son âme « à Dieu, à la sacrée Vierge Marie, à Monsieur St Michel Archange et Messieurs St Jehan Baptiste et St Jehan l’Évangéliste, Messieurs St Pierre, St Paul, St Denis, Ste Catherine, Ste Barbe, Ste Geneviefve et à tous les autres Saints et Saintes… » ; Augustin Le Prévost en 160350 à côté de « nostre très honorée Dame et maistresse mère de nostre Rédempteur et vierge Immaculée » invoquait saint Michel, saint Jean-Baptiste, saint Pierre, saint Paul, saint Étienne, saint Cosme et Damien, son patron saint Augustin, saint François, sainte Geneviève et sainte Barbe ; François le Bouleur en 161051, demandait l’intercession de la Vierge, de saint Michel, saint Jean Baptiste, saint Jean l’Évangéliste, saint Pierre, saint Paul, saint Étienne, saint Denis, saint Nicolas, saint François et saint Médéric ses patrons, sainte Barbe, sainte Catherine et sainte Geneviève.

  • 52 Arch. de l’hôpital de Chartres I B 40.
  • 53 Arch. dép. G 1478.
  • 54 La plus grande simplicité des testaments de chanoines de la fin du siècle se traduit dans ce domai (...)

24Les invocations de Jacques Oudineau en 1597 étaient moins nombreuses52 : Vierge, saint Michel, saint Pierre, saint Paul et les autres saints ; de même celles de Claude Louppereau exécuteur testamentaire de La Chaussée dans son testament de 161453 : saint Michel, saint Étienne, saint Paul et ses patrons saint Martin et saint Claude ; elles sont cependant plus précises que celles données par notre chanoine qui se montre d’une extrême discrétion ne nommant aucun saint54.

  • 55 Cf. A. Dupront, « Du Concile de Trente », Revue Historique, 1951, p. 279.

25Mais si les saints ont peu de place dans ce testament, il est une valeur religieuse caractéristique du monde de la Contre-Réforme qui s’y impose : c’est l’affirmation de l’autorité du pape sur l’Église. Cette manifestation, face à l’hérésie, d’une catholicité romaine est un trait essentiel du christianisme moderne55. La Chaussée nous donne ici une déclaration d’obédience sans ambiguïté et en même temps sa conscience de la catholicité, le monde des « fidelles et catholiques Chrétiens » :

  • 56 Dans le même sens, l’inscription funéraire nous dit que, à la cathédrale de Chartres, La Chaussée (...)

L’Église militante de laquelle encore je recongnoys pour chef nostre Seigneur et Saulveur Jésus-Christ et nostre Saint-Père le Pape pour son Vicaire et lieutenant en terre et pour membres tous pontifes, Archevesques, Évesques, Abbez, religieux, curez, prebtres, tous fidelles et catholiques chrétiens en général et en particulier.56

26Ce serait un anachronisme de voir dans ces affirmations des banalités. Le concile de Trente n’a pas été « reçu » en France et ne le sera – par l’Église mais non par l’État – que sept ans après ce testament. Les chanoines déjà cités qui testent à la même époque, se contentent comme J. Doyet, en 1599, Le Prévost en 1607 ou Le Bouleur en 1610, de dire qu’ils croient tout ce que « l’église catholique, apostolique et romaine croit » ou qu’ils n’ont eu volonté de vivre autrement que selon les commandements de Dieu, conformément à ce qu’ils ont « pu apprendre en son Église catholique, apostolique et romaine ».

  • 57 Arch. dép. G 248 fo 325-327. L’inscription funéraire de notre chanoine nous précise que le 22 févr (...)
  • 58 F. Cabrol, Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, Paris, Letouzey et Ané, tome 3, c (...)
  • 59 Y. Delaporte, « L’Ordinaire chartrain du xiiie siècle », dans Mémoires de la Société Archéologique (...)

27Ce testament fait d’ailleurs état d’une fondation qui ne nous laisse aucune hésitation sur les sentiments ultramondains de son auteur : « la fondation de la feste double de la chaize Monsieur Sainct Pierre faicte par Moy et par Mesdits sieurs de Chapitre admise et passée le sixième jour d’Aoust dernier par devant leur notaire et secrétaire Me Antoine Mussart ». Les registres de ce dernier nous donnent le texte de cette fondation de « la feste et solennité de la chaize Monsieur Saint Pierre qui est le 22e jour de febvrier qui n’est que de neuf leçons pour estre doresnavant solennizée en forme de feste double ainsy que s’y (en notre église) célèbrent plusieurs autres festes »57. Pour ce service (avec un libera à la fin pour lui et ses parents) ainsi que pour la messe anniversaire que nous avons mentionnée ci-dessus, La Chaussée paye comptant 1 200 livres. Il s’agit ici de la plus ancienne des fêtes de la chaire de Saint-Pierre, celle du 22 février qui remonte au ive siècle et s’est répandue en Gaule dès le Haut Moyen Âge58. L’ordinaire chartrain du xiiie siècle publié par Monsieur le chanoine Yves Delaporte mentionne cette fête avec ses neuf leçons qui paraissent insuffisantes à La Chaussée59.

  • 60 E. Male, L’Art religieux après le Concile de Trente, Paris, A. Colin, 1932, p. 51.
  • 61 Sur les griefs légitimes des chapitres à l’égard du Concile de Trente, comme sur les débats relati (...)

28Cette fête avait été remise en honneur par Paul IV en 155860. C’est un des cultes les plus caractéristiques de la Contre-Réforme et notre document postérieur d’un demi-siècle à l’initiative du pape Carafa est antérieur d’un demi-siècle à l’entreprise du monument « berninesque » de la chaire de Saint-Pierre. Comme avec les chérubins de la fondation de Couart nous sommes ici au cœur des gloires baroques. Par ailleurs, les engagements politiques de La Chaussée pendant les guerres religieuses, la réputation de « défenseur du droit ecclésiastique » célébrée par son épitaphe sont des signes évidents de romanisme d’autant plus intéressants qu’il appartient à un corps que le concile de Trente a défavorisé61. Sa présence à ce concile attestée par l’inscription funéraire, son séjour à Rome à l’automne 1563 signalé par les historiographes de Voisins ont dû jouer un rôle déterminant bien que La Chaussée n’y fasse allusion ni dans son Testament, ni dans l’acte de sa fondation. Certes, à l’encontre de son concitoyen Claude de Sainctes, il n’a pas laissé de traces dans les histoires du concile. Il reste qu’il a vécu l’un des évènements les plus importants de l’histoire moderne, la fin du concile de Trente. Sa fondation est apparemment une fidélité à ce qui a dû être un grand moment de sa jeunesse. Elle nous montre en tout cas, coexistant avec les formes traditionnelles d’une religion aristocratique médiévale, la pénétration à Chartres des valeurs religieuses de la catholicité moderne.

Pièces justificatives

Testament du chanoine de La Chaussée (8 août 1607)

  • 62 « Theuvy », Prieuré-cure situé dans l’archidiaconé et le doyenné rural de Dreux. Le présentateur e (...)

29In Nomine Domini Amen, Je Charles de La Chaussée prestre chanoine de l’église Nostre Dame de Chartres prieur curé de Nostre Dame de Theuvy62 diocèse de Chartres natif dudit lieu de Theuvy sain de corps, esprit et entendement estant certain tout homme estre subjet à la mort et l’heure en estre incertaine ne voulant partir de ce monde sans pourvoir au salut de mon âme et ordonner de ma dernière volonté, ay testé ainsi qu’il ensuyt.

30Premièrement je, détestant et abhorrant mes péchés sans nombre, ayant espérance et recours à l’infinie miséricorde de Dieu, luy recommande mon âme de laquelle il est créateur, à Jesus Christ son rédempteur, au Sainct Esprit son conducteur et consolateur que, au partir de ce corps terrestre, il luy plaise de sa grâce et gratuite promesse la recepvoir en saincte Compagnie en paradis.

31Item je recommande aussi mon âme es merites et prières de l’église triomphante de laquelle est chef nostre seigneur et saulveur Jesus Christ, ses membres de la Benoiste et glorieuse Vierge Marie, mon patron, tous anges, saincts et sainctes à présent régnants en gloire en Paradis lesquels je révère, invoque et prie intercéder envers Dieu, requérant son infinie miséricorde pour moy pauvre pécheur.

32Je recommande aussi mon âme es prières et suffrages de l’Église militante de laquelle encores je recongnoys pour chef nostre Seigneur et Sauveur Jesus Christ, et nostre St Père le Pape pour son Vicaire et lieutenant en terre et pour membres tous pontifes, Archevesques, Evesques, Abbez, religieux, curez, prebstres, tous fidelles et catholiques Chrétiens en général et en particulier, les supplyant prier Dieu qu’il veuille avoir pitié de moy en l’article de ma mort, et en iceluy article me donner bonne et vraye cognoissance d’iceluy, repentance de ma vie mal employée, et paradis à la fin.

33Je supplye aussi Messieurs du Chapitre Nostre Dame de Chartres mes confrères me faire participant de leurs bonnes prières et me pardonner tous les torts, propos et rixes que leur pouroys avoir faictz ou dictz en général ou en particulier, comme de bon cueur Je prie Dieu me donner la grace en semblable leur pardonner comme je fais présentement et à tout aultre qui m’auroyt offencé.

34Je recommande mon corps à mes parents, amys et exécuteurs de ce présent testament qui demeureront en vie après moy, à ce que, selon les coustumes du pays et vray usaige de l’Église catholique le facent ensepvelir et enterrer, le rendant à sa mère la terre, en attendant (comme je croys) la résurrection généralle que il plaira à Dieu me le rendre.

  • 63 Le hameau de Bilheux jouxte Theuvy. Le chapitre cathédral de Chartres est présentateur de la cure (...)

35Je prie mesdits seigneurs de Chapitre si je meurs ou décède en ladite ville mon corps estre porté en l’Église et chœur de Nostre Dame avec les prières accoustumées et pour le luminaire au partir de la maison deux douzaines de torches, desquelles je veulx et ordonne que six des plus pauvres de la paroisse de Theuvy en porteront, et six de Bilheux paroisse d’Escubley63 habillez chacun d’ung juppin et hault de chausses de drap noir avec ung chappeau noir et qu’ils soient nourris le jour du convoy et chacun jour des services soubzcripts et ausquels seront tenus d’assister lesquelz finis oultre leurs habits leur donne à chacun des services soubzcriptz et à chacun desdits pauvres 7 sols 6 d. tournois et aultre luminaire je le laisse à la discrétion de mes parents et exécuteurs testamentaires.

36Je prie aussi Mesdits sieurs et confrères d’ordonner ledit convoy estre faict du matin ou de bonne heure jusques à la basse cour de la porte Chastelet à raison du transport de mon corps que je désire estre à Theuvy et pour le convoy j’ordonne estre baillé 90 livres tournois tant pour eulx que pour les chantres de l’église et sonnerie et en oultre bailler à ceulx clercs ou prebtres qui porteront mon corps à l’église et jusques à ladite porte Chastelet oultre leur distribution à chacun 10 sols tournois.

  • 64 Depuis la destruction de leur couvent du Grand Faubourg, lors du siège de 1568, les cordeliers s’é (...)

37Item j’ordonne et veulx estre payé à chacun religieux des couvents de St Jacques et St François qui réellement assisteront audit convoy soyent prebtres, profés ou novices à chacun desdits couvents 60 s. les priant en leurs églises faire célébrer un service en mon intention64.

  • 65 « L’Aumosne et Hôtel-Dieu ». Il s’agit de l’hôpital fondé en xie siècle non loin de la cathédrale (...)
  • 66 Ces dons ne figurent pas dans le registre des comptes de l’Hôtel-Dieu « commençant au jour et fest (...)

38Item je donne aux pauvres malades de l’Aumosne et Hostel Dieu Nostre Dame de Chartres65 les deux derniers draps qui m’auront servi et cent sols en oultre pour leur église faire un service à mon intention et de mes amis trépassez. Je donne 7 1 10 s. les deux tiers pour la maison l’autre tiers au maistre et frères qui y fourniront de luminaire66.

39Item j’ordonne estre payé aux douze pauvres de la ville assistants audit convoy à chacun d’iceux 2 solz 6 deniers et au maistre 10 solz.

40Item où je ne décèderoys en ladite ville de Chartres, j’ordonne et veulx estre payé à Messieurs dudit Chapitre la somme de 60 livres ts. pour faire et célébrer ung obit solennel avec représentation en mon intention à tel jour qu’ilz verront bon estre avec mes parents et exécuteurs testamentaires (dans) laquelle somme de 60 1. ts seront payez les assistants chanoines et chantres et la sonnerie qu’il conviendra faire selon la coutume de l’Église.

41Item que je décède ou non en ladite ville je donne à l’œuvre de l’Église Nostre Dame de Chartres la somme de 30 1. ts pour les réparations d’icelle église.

  • 67 « Commendasses », ces prières pour les morts, étymologiquement recommandation de l’âme (Commendati (...)
  • 68 « St-Maurice-les-Chartres », Église collégiale située dans le faubourg de la Porte Drouaise, sur l (...)

42Item je donne et lègue aux chanoines et curez de St Maurice lez Chartres la somme de 9 1. ts une fois payé pour par eulx dire ou faire dire vigilles, commendasses67 et une messe de Requiem haulte à tel jour qu’ils adviseront entre eulx, l’ung des exécuteurs de ce présent testament appellé, à charge que sur ladite somme de 9 1. ts. ils fourniront le luminaire et bailleront 2 solz 6 d. au curé pour l’annoncer au prône le dimanche précédant et de dire ung libera en mon intention et de mes amys trépassez. Item je donne à l’œuvre et fabrique dudit St Maurice pour estre employé es réparations de ladite église 6 1. ts une fois payés68.

43Item j’ordonne six autres torches de cyre allumées de nouveau estre mises es mains des susdits pauvres de la paroisse de Theuvy pour porter depuis ladite porte de Chastelet et accompagner mon corps et cercueil jusques à Theuvy.

  • 69 « Balleau-l’Evesque », Bailleau-l’Évêque, dans le grand archidiaconé, doyenné d’Épernon, était l’u (...)

44Et parce que mon corps passera par-dessus la paroisse de Balleau l’Evesque69 et encore que il n’y passât je donne à l’église et fabricque de St Étienne de Balleau pour estre employé es réparations de ladite Eglise sept livres 10 sols tournois et au curé ou vicaire du lieu (s’il est adverty d’heure) d’advertir ses paroissiens de prier Dieu pour (moi) et d’assister audit convoy le long de ladite paroisse, je lui donne 41.10 sols pour faire et dire ung service en leur dite église en mon intention avec Vigille commendasses et une messe haulte de Requiem à tel jour qu’il leur plaira et fourniront sur ladite somme de 41.10 solz de six cierges pesant une livre de cyre ou environ pour en mettre 4 à l’entour de la bière et 2 sur le maistre Autel.

  • 70 « Saint-Sulpice-des-Guérets » ou « Briconville », cure du doyenné d’Épernon, à la présentation du (...)

45Item je donne aux curez ou vicaires de Freznay-le-Gilmer, de St-Sulpice-des-Guéretz70, des St-Martin-de-Clévilliers à chacun d’iceulx 40 solz ts. le priant assister audit convoy le long de leur paroisse avec la croix de leur église si plus ne leur vient à gré, à la charge aussi que en leurs églises chacun desdits curez ou vicaires sera tenu dire ou faire dire vigilles, commendasses et une messe de Requiem haulte à tel jour qu’il leur plaira pour le salut de mon âme et de mes bienfaiteurs vivants et tréspassez qu’ils annonceront dans leur prosne le dimanche précédent, avec un libera.

46Item à tous les prebstres qui feront compagnie audit convoy depuis Chartres jusques à Theuvy oultre leur messe payée s’ils la disent et oultre leur repas j’ordonne et prie les exécuteurs de ce mien testament leur bailler à chacun dix solz tournois.

47Je prie mes parents et exécuteurs de cette mienne volonté qui si je ne meurs plus loing que n’est Chartres dudit Theuvy de quelque costé que ce soyt, cest à savoir la distance de quatre lieues ou environ, que soys transporté audit Theuvy qui est mon église et lieu de ma nativité (si je n’estoys enterré avant que aulcun diceulx sceut ma mort ou avant que ceste mienne volonté fust venue à la congnoissance) et en ladite église inhumé et enterré justement au devant du siège ou bancq ou ay coustume de me mettre, le plus près de la paroi que faire ce pourra. Pour l’ouverture de la terre et pavage je donne à la fabrique dudit Theuvy 30 solz et laisse à la discrétion de mes parents et exécuteurs de ce présent testament, mourant plus loing, de my faire transporter ou non.

48Je donne à celuy qui fera ma fosse et sonnera aux quatre services qui seront faicts en mon intention audit Theuvy quarante solz une fois payé.

49Item je veulx et ordonne estre dit et célébré en ladite Église Nostre Dame de Theuvy pour le remède et salut de mon âme de mes parents bienfaiteurs vivans et trépassez le jour de mon decez ou enterrage (si je y suis enterré) quatre messes haultes à diacre et soubz-diacre avec vigille et commendasse. Pareil service, prières et messes entends estre dicts à la huitaine que y soys enterré ou non. Pareil service au bout de la quarantaine. Pareil service au bout de l’an de mon decez, audit Theuvy, si lesdits jours ne se trouvoyent à quelque feste solennelle, ou troys jours avant Pasque que je vueil a cest occasion estre différé aux prochains jours d’après la feste ; et veulx que les prebstres qui se trouveront ausdits services à Theuvy esdits quatre jours y dient messe offrant sacrifice pour la rémission de mes pechez laquelle leur sera payée avec leur assistance et repas.

50A chacune desdites quatre journées c’est à scavoir a chacun desdits services seront employez huict livres de cyre en torches, cierges et chandelles. Aussi a chacun desdits services, pour les vigilles, commendaces et pour les quatre messes haultes que le prieur curé, vicaire ou chappelain, mes successeurs seront tenus faire dire leur sera délivré par les exécuteurs de ce testament soixante et douze solz et pour l’offrande à chacun desdits jours 20 solz tournois.

51Item tous les jours de la quarantaine en mon intention en ladite église veulx estre dicte une messe haulte de defunctis pour laquelle dire ou faire dire le vicaire aura huict solz par chacun jour et ladite messe veulx estre continuée basse depuis la quarantaine jusques au bout de l’an pour laquelle dire sera payé cinq solz et demy et pour le luminaire durand lesdites messes, a ce que l’église ny aye détriment j’ordonne ung cierge de troys livres de cyre.

  • 71 À l’exception de Briconville et Vérigny (doyenné d’Épernon, au grand archidiaconé) ces paroisses s (...)

52Item j’ordonne aux douze églises prochaines dudit Theuvy qui sont Achères, les Chaizes, Clévilliers, Challet, Briconville, Verrigny, Gastelles, Escubley, Villette, Sainct Saulveur, Chaisnes et le Tremblay soyt donné à chacunne d’icelles sept solz six deniers tournois pour estre associé es prières et aumosnes desdites églises, les deux parts à l’église, le tiers au curé qui en fera la prière en son prosne avec ung libera pour le salut de mon âme71.

  • 72 Cette charité qui sera donc faite sous forme de blé ou de pain correspond à plus de 20 hl de blé ( (...)

53Item audit lieu de Theuvy a chacune desdites journées et services d’enterrage, huictaine, quarantaine et bout de l’an j’ordonne estre faicte une charité et aulmosne d’ung muyd de bled mesteil mesure de Chateauneuf cuict et mis en miches a chacune foys et que chacune miche vaille douze deniers ou environ, ou faire ladite charité partie en miches partie en douzaines au choix et commodité des exécuteurs de ce testament72.

  • 73 L’esprit de la restauration catholique s’associe ici à la tradition bienfaitrice familiale. La Cha (...)

54Item si je doibz (comme je doibz) quelque chose à l’église et fabrique de Theuvy je veulx et entends luy estre payé et rendu comme il se trouvera par le papier faict et expres pour ladite fabrique, en oultre lui donne 60 livres pour luy aider à avoir livres et ornements nécessaires73. Et ou ladite fabrique pour les réparations, bastiments et livres me debvroyt je veulx et entends qu’elle demeure quicte sans en rien payer.

55Item je veulx et ordonne pour le salut de mon âme, de mes père, mère, parens, amys et bienfaiteurs vivantz et trépassez estre dict et célébré tous les ans a toujours et jamais en ladite église Nostre Dame de Theuvy quatre messes basses en l’honneur et révérence de la croix, mort et passion de nostre saulveur Jesus Christ, tous les vendredys prochains et devant les fêtes de Pasques fleuries, Pentecoste, la Toussaincts et Noël, c’est à savoir à chacun d’iceux vendredys une messe basse de cruce, en laquelle seront dictes les oraisons Deus qui unigeniti, Deus qui inter apostolicos et Deus qui De Beata etc… et à la fin desdites messes ung libera sur ma fosse.

56Item oultre la fondation desdites quatre messes, je veulx aussi et entends estre célébré à toujours et à jamais par chacun an une messe de Requiem haulte avec vigilles et commendaces à tel jour que sera mon décès, en ladite église de Theuvy que y soys enterré ou non, en laquelle messe seront dictes Deus qui inter apostolicos, Deus qui nos patrem Fidelium etc… Je veux aussi lesdits jours, a tousjours et par chacun an estre donné six solz tournois aux troys plus pauvres de la dite paroisse de Theuvy au nom de la Saincte Trinité de Paradis à scavoir a chacun deux solz ce que veulz avec les services susdits estre annoncé au prosne le dimanche précédent affin que la mémoire ne s’en perde et qu’ils prient Dieu pour la rémission de mes péchés.

57Pour la fondation desdites cinq messes, service et aulmosne je donne et lègue aux prieurs curez mes successeurs à Theuvy a toujours et à jamais le jardin que ay acquis des héritiers feu Bastian Vanier juxte d’ung costé la cour et granche de la prioray, d’autre costé aux Hardouyns des deux bouts sur les deux rues dudit village le tout (contenant) demy arpent ou environ bien clos de murs de bauge en la tenue dudit prieur curé et par le moyen de mon acquest et don réduict à son domicille et domaine. Item je leur donne et lègue ung quartier de terre au val d’Aschères que ay acquis desdits Vaniers juxte lesdits Vaniers d’ung costé, d’aultre part et d’ung bout les terres dudit prioray, d’aultre bout aux ruisseaux de Chaisnes. Item troys arpens de terre prins en plus grande pièce audit Champtier, d’ung costé le reste de ladite pièce, d’aultre costé Jehan Aucher d’ung bout à Pierre le Gendre (dit Couriault) et les hoirs Estienne Barreau, d’aultre bout les terres dudit prioray et aultres que ay eues par eschange et acquest de ma cousine de Villecoy, lesdites deux pièces tenues a cens de Monsieur le Doyen de Chartres chargées de deux deniers tournois de cens par septier le jour sainct Estienne lendemain de Noël, à Escubley.

58Et au cas que lesdits prieurs curez dudit Theuvy mes successeurs ne voulussent accepter ledit jardin, lesdits troys arpents et ung quartier de terre (qui vallent plus de douze livres de ferme par chacun an) pour se charger desdites messes service et aulmosne, je donne led. jardin chargé de dix deniers tournois de cens au jour de St Rémy envers ledit prieur curé par chacun an, et lesdits troys arpens ung quartier de terre à l’œuvre et fabrique Nostre Dame de Theuvy à la charge de faire dire et entretenir par chacun an lesdites cinq messes vigilles et commendaces et pour ce faire bailleront les gagiers audit prieur curé, son vicaire ou chapelain 6 livres tournoys et en oultre bailleront six solz comme est déclaré cy dessus aux troys plus pauvres de ladite paroisse. Néantmoings seront tenus les gagiers pour la fabrique souffrir les ouvriers quand il fauldroyt faire quelque réparation aux granches ou closture de la cour dudit prioray.

  • 74 Cf. note précédente. Notons parmi les ornements donnés, la présence d’agnus dei, médaillons de cir (...)

59Item avec le calice d’argent que j’ay appartenant à ladite église, je donne et délaisse à icelle ma table d’autel portatif de marbre noir enchassé en boys, mon corporalier, mes corporeaulx, voletz, Agnus Dei en paix, mon canon aulbe amictz, chasuble et nappes qui ayent servy à l’autel avant mon decez ensemble tous mes misselz74.

  • 75 L’église de Mévoisins (doyenné d’Épernon) était l’une des cures du chapître. Cf. Pouillé, Paris, G (...)

60Item je donne à l’église et fabrique de Mesvoysin75 six livres tournoys pour estre employez en réparations de ladite église, et au vicaire perpétuel dudit lieu pour en advertir ses paroissiens et pour en tirer la prière au prosne, dire et célébrer en mon intention en ladite église, ung service de vigiles, commendaces et haulte messe de defunctis veulx lui estre payé quarante solz.

61Item je donne à Charles Hardouyn mon fillol et mon fermier à Gonville pour toutes diminutions et grâces, la ferme et moisson de toutes les terres que ay achaptées et mises en ladite ferme depuis le bail que luy ay faict et à Charles Hardouyn aussi son fils et mon fillol luy done douze livre tournoys sur ce que son père me doibt d’argent prestay et advancey aussi sur ce qu’il me pouroit debvoir de cens rentes et ventes, les priant et obligeant prier Dieu pour moy et que ledit père fermier paye le reste aux exécuteurs de ce présent testament.

62Item congnoissant que n’avons rien au bien d’aultruy j’ordonne mes torts et griefs (si aulcuns se trouvent) estre amendez, et si ay quelque chose d’aultruy estre rendu, et une chacune de mes debtes estre payées, lesquelles n’auroys payées de mon vivant.

63Item je donne a tous ceulx qui me doibvent ce qu’ils me doibvent, moyennant que il n’excède point quatre livres tournoys une foys payé, n’entendant y comprendre ny cens, ny rentes, ny ventes, mays de prest vendition ou aultre debte et ce pour décharger leur conscience et qu’ils prient Dieu pour la rémission de mes pechez.

64Item si mes serviteurs domestiques et ceulx et celles qui mont esté louez par an et ayant autrefoys demouré une année chez moy a Theuvy ou à Chartres me doibvent quelque chose une fois payé de quelque prix que ce soyt je leur donne et qu’ilz prient Dieu pour moy sans toutefois y comprendre ny cens, ny ventes, ny rentes qu’ilz payeront.

65Item je veulx et ordonne que mes serviteurs et chambrières que auray domestiques à Chartres lors de mon decez soyent habillez de noir tout à neuf oultre leurs gages payés.

66Item que tous mes aultres serviteurs et servantes soyent payez de leurs gages de ce qu’ilz m’auront servy et en oultre je donne à celle qui portera les clefs et aura le maniement de mon mésnage à Theuvy ung muyd de bled mesteil mesure de Chateauneuf ou 50 livres à son choix, et s’il y a une aultre seconde chambrière avec elle, je donne à la dite seconde chambrière oultre ses gages comme dessus deux septiers de bled mesteil ou huit 1. 10 s. à son choix. Et à Jehanne Gobé ma servante à Chartres oultre ses gages et habitz comme dessus est dict je luy donne le chaslict ciel de lict, lict de plume, quatre petitz drapz et couverture auquel couchent mes nepveux escoliers en une chambre haulte sur le cloistre ainsi qu’il est, plus luy donne ung coffre de boys fermant à clef tel qu’il lui plaira choisir et cinquante livres une foiys payez m’asseurant de leurs fidelitez, les priantz tous et toutes mes serviteurs et servantes me pardonner les rudesses et offences que leur pouroys avoir faictz et de prier Dieu pour moy.

67Item à Guillaume Larcher mon bon serviteur, je luy donne ce qu’il me pourra debvoir d’argent ses gages payées moyennant qu’il n’excède point 100 livres ts ou bien 18 septiers bled fourment tel qu’il sera en mes greniers ou en granche à Theuvy à son choix de l’argent ou du blé mesure de Chateauneuf en recognoissance des bons services qu’il me faictz le priant de continuer à prier Dieu pour moy.

68Item à mon fillol Pierre Lhoste fils de Jehan Lhoste et Pierrette Lorain à présent mariée à Nicolas Gasse, luy ordonne estre donné et baillé la somme de quatre vingt livres que sa dite mère ny aultres ne pouront appliquer a autre chose sinon à luy ayder à estudier et apprendre mestier et oultre du jour de mon decez luy donne 20 livres tournoys pour l’habiller et sa dite mère pour le bon traictement que j’espère d’elle, je luy donne trente livres tournoys les priant de prier Dieu pour moy.

  • 76 « Maladies contagieuses » cf. au printemps de la même année 1607, mesures prises par les échevins (...)
  • 77 Il s’agit de la réduction au denier 16 de deux rentes constituées au denier 13 en 1586 et en 1599 (...)

69Item advenant que par troubles, guerres, maladies contagieuses76 ou aultrement mon corps estant à Chartres ne peult estre transporté à Theuvy et là inhumé comme est ci-dessus déclaré, je prie les prieur et religieux du couvent Monsieur St Jacques de ceste ville de Chartres le recepvoir et enterrer au chœur de leur église et pour l’enterrage, ouverture de terre, pavage, service, prières et messe qu’ilz feront et diront comme ils ont accoutumé j’ordonne leur estre baillé 40 livres tournois une fois payé par les exécuteurs de ce présent testament qui fourniront de luminaire et de 100 solz par l’offrande. Ainsi advenant, le convoy se feroyt aux Jacobins au lieu de la porte Chastelet. Ainsi si mon corps est enterré en ladite église des Jacobins je donne et lègue auxdits religieux et couvent sept livres dix sols de rentes vallant au denier seize en sort principal six vingt livres à prendre sur Messieurs les Doyens, Chanoines et Chapitre Nostre Dame de Chartres faisant partye de la rente qu’ils ont constituée comme il paroist par le contract de constitution passé pardevant M. Antoine Mussart leur notaire et secrétaire le neufviesme jour d’octobre mil six cens deux77 à la charge de tous les ans à tel jour que sera mon décez à toujours et a jamais qu’ils ne facent et disent ung service de vigilles commendasses et grande messe en mon intention les priant de bon cueur et affection prier Dieu pour la rémission de mes péchés et salut de mon âme, ce qu’ilz escripront en leur marthirologe affin que s’il advenoit qu’ils fussent remboursez du sort principal de ladite rente que les dits services et prières ne fussent délaissés et oubliez.

  • 78 Fondation de La Chaise-Saint-Pierre par M. de La Chaussée (6 août 1607) Arch. dép. G 248, fo 325-3 (...)

70Et advenant aussi que mon corps ne feust enterré aux Jacobins ains comme je désire feust porté à Theuvy, lesdits sept livres et dix sols que leur donnoys de rente, je les donne à Messieurs du Chapitre de Notre Dame de Chartres, les priantz que à la fondation de le feste double de la chaise Monsieur Sainct Pierre faicte par moy et par Mesdits sieurs de Chapitre admise et passée le sixième jour d’août dernier pardevant leur notaire et secrétaire Me Antoine Mussart qu’ilz y adjoustent 4 livres ainsi seront 24 livres tournois à distribuer aux assitans et capables de distribution78.

71Item j’ordonne et veulx que a la prioray de Theuvy en la petite salle basse le buffet, la table, banc et bancelle, le chaslit et un coffre de boys demeurent pour mesnage audit prioray.

72Item advenant que ne décédast en ladite ville et que par ce moyen n’y eut convoy j’ordonne estre baillé à chacun couvent des Religieux de Saint Jacques et Saint Françoys la somme de 12 livres ts. une foys payé affin que ilz facent ung service en leurs églises en mon intention pour le salut de mon âme.

73Item je donne et veulx estre payé à ma niepce Dame Jacqueline de La Chaussée religieuse de Voysins, de present estant en l’abbaye de l’eau, trente livres ts. m’asseurant de ses bonnes prières envers Dieu pour la rémission et de la coulpe et de la peine de mes péchés.

74Item pareillement veulx estre payé à sœur Emonne de La Chaussée ma niepce et fillole 20 livres ts. rendues à Avenay où elle est religieuse, à ce qu’elle se souvienne de prier Dieu pour moy.

75Item pareille somme de vingt livres je donne à ma niepce Sœur Marthe de La Chaussée religieuse à Chelles, pour luy ayder à ses necessitez et pour avoir part en ses bonnes prières.

  • 79 Registre de Claude Bourget notaire royal, Arch. dép. non côté (notaires de Chartres, étage 5, dépô (...)

76Item pour la bonne amitié et services que ay receus et recoy tous les jours de M. Marin Lefebvre Maistre Mesureur de grains pour le Roy en ceste ville de Chartres je donne et lègue à luy et aux siens en propriété à toujours ung quartier de vigne en deux pièces au champtier de Vauperon faulxbourgs de Chartres que ay acquis de Jehan Blanchart mareschal et Laurent Moriset vigneron. Item je lui donne aussi et aux siens 12 livres dix solz de rente a prendre sur les Hazons et Tardiveaulx enfans de Michel Tardiveau, Claude Hazon et Antoinette Le Roy demourant à Oueray et Minières suyvant la recognoissance passée du 15 janvier 1602 par devant Claude Bourges notaire royal à Chartres, ladite rente les arrérages et le sort principal luy donne79.

77Item je donne à Quithere fille de Guillaume Larcher ma fillole, à Guillemyne et Yvonne fille de Jacques Bouthry et Ligère Symon demeurant à Bilheux paroisse de Theuvy, à chacune 18 livres ts. si elles ne sont mariées avant mon decez les priant prier Dieu pour moy.

78Item je donne à Philippes fille de Pierre Morisse et de Mathurie Langloys demeurant à Bilheus paroisse de Theuvy la somme de 30 livres ts. pour l’ayder à marier la priant prier Dieu pour moy.

79Item je donne à Charles filz de Claude Briant, Charles filz de Jehan Lyonnet, à Barthèlémy filz de Hector Briant mes fillolz et à ma fillole Magdeleine fille de Jehan de Moustier à chacun soixante solz ts. les priant prier Dieu de me faire miséricorde.

80Item je donne à ma fillole Marie fille de Nicolas Mareschal soixante solz et à son père ce qu’ilz me debvera lors de mon decez et un septier de bled mesteil mesure de Roy à Chartres.

81Item où les rentes susdites seroyent recouppées ou amorties avant mon décez je n’entends aulcunement estre remplacées à ceulx a qui les auroys léguées.

82Item je veulx et ordonne l’exécution de cette mienne dernière volonté estre faicte et prinse sur tous et un chacun de mes biens meubles avant que de discuter aultre chose et où ils ne souffiroyent y soyent employés les aultres acquestz que n’auroys donnez ny légués par ce présent testament ou codicille et générallement tous mes biens voire mes propres que en ce cas ne voudrois y estre éspargnez pour le moins jusques à la valleur du quint et revenu d’une année, si lesdits meubles rentes arrérages et acquests ne pouvoyent suffire.

  • 80 Claude Louppereau fonda par son testament de 1614 six chapelains en l’église Saint-Nicolas au cloî (...)
  • 81 Il est question de Mathurin le Chandelier « oncle et bienfaiteur » d’Antoine Lemaire archidiacre d (...)

83Je prie mon neveu Mathurin de La Chaussée escuyer sr. du Louperis, viconte de Chateauneuf en Thymerais, vénérables et discrètes personnes Mres Claude Louppereau80 et Mathurin Le Chandelier81 Chanoines mes Confrères prendre la peine et charge de l’exécution de ce présent testament ausquelz et à chacun d’iceulx donne plein pouvoir et puissance sur tous mes biens meubles et immeubles pour accepter et mettre à exécution ce mien testament selon sa forme et teneur, de l’augmenter et non diminuer pour les services et obsèques selon leur discrétion.

84Item je donne ausdits sieurs Louppereau et Chandelier mes confrères à chacun diceulx la somme de 30 livres ts. pour le plaisir qu’ils me feront.

85Révoquant et mettant à néant tous aultres testaments ou codicilles que pouroys avoir faicts par cy-devant voulant et entendant ce présent estre valable et sortir son plein et entier effect désirant aussi que, après mon décez, ce présent testament soyt collationné par le notaire du chapitre ou aultre notaire ou tabellion affin que coppie en puisse êstre délivrée vallable à ceulx qui en pouroyent avoir affaire et pour approbation de vérité j’ay escript ce présent mien testament et dernière volonté de ma propre main et signé de mon sing manuel. À Chartres ce mercredit huictiesme jour du moys d’Aoust 1607.

86De la Chaussee.

Épitaphe de Charles de La Chaussée dans l’église de Theuvy

87D. O. M. Et Fidelium Posteritati.

88Hoc proximo lapide tegitur corpus Caroli de La Chaussée presbiteri, Equestri Theuviacûm familia orti ; dum viveret Ecclesiae Carnot. canonici, Hujus que parochi. In illa (in qua per XXXII annos juris ecclesiastici integerrimus inter socios defensor claruit) festum Cathedrae S. Petri XXII Die Februarii, quae ipsi natalitia, duplici officio in posterum celebrandum, cum anniversario eodem die, et aliud item anniversarium futuro obitus die, vivens, reditu XL librarum annuo ad haec donato stipulatus est. In hac vero (cujus restaurationi a patre coeptae, a Tridentino concilio reversus, ultimam manum addidit) quatuor missas de Cruce per annum, nempe unaquaque die Veneris immediate festa Palmarum, Pentecostes, Omnium SS et Nativit. Domini praecedente celebrari, item Officium Defunctorum dicta obitus sui die annua cum eleemosyna sex solidorum tribus parochiae pauperioribus eroganda, posteris prioribus, praediis testamento hac conditione legatis, indixit. Tandem sociis dilectus, civibus gratus, suis singulari beneficentia devinctis charissimus. Denique apud omnes bonum nomen sortitus, senex cordatus et frugi. Obiit Carnoti anno aetatis suae LXXI, salutis vero MDCVII.

89Mathurinus de La Chaussée Castronovi Thimeracûm praefectus testamento et codicillis patrui exequendis scriptus, iis (u) ndique adimpletis et rationibus plane habitis posuit.

oυδeiς πanteλως eutuxhς
oudeis pantelôs eutuchés.

90À DIEU TRÈS BON ET TRÈS GRAND et aux fidèles à venir.

91La pierre voisine recouvre le corps de Charles de La Chaussée, prêtre, issu de la famille seigneuriale de Theuvy, de son vivant chanoine de la cathédrale de Chartres et curé de la présente église. Dans la première, pendant trente-deux ans, il brilla parmi ses confrères comme le plus intègre défenseur du droit ecclésiastique. Il y fonda la fête de la Chaire de Saint-Pierre le 22 février – jour de sa naissance – pour qu’on la célèbre à l’avenir en office double ainsi qu’un anniversaire le même jour et un aultre le jour de son décès. Il a prévu un revenu annuel de 40 livres pour cette fondation.

92Dans cette église-ci (dont après son retour du concile de Trente il a parachevé la reconstruction entreprise par son père) il a fondé quatre messes annuelles de Cruce, tous les vendredis avant les Rameaux, la Pentecôte, la Toussaint et la Noël et de plus un service des morts au jour de son décès ainsi qu’une aumône de six sous aux trois plus pauvres de la paroisse. Par son testament il a légué des biens fonds aux prieurs ses successeurs à charge d’acquitter ces fondations.

93Enfin aimé de ses confrères, estimé de ses concitoyens et très cher à sa famille par sa générosité singulière, en un mot bien considéré par tout le monde, vieux, sage et sobre, il est mort à Chartres, à 71 ans le 22 septembre 1607.

94Mathurin de La Chaussée Bailli de Chateauneuf en Thimerais a fait faire cette inscription après avoir fait transcrire, en vue de leur exécution, le testament et le codicille de son oncle, les avoir effectivement exécutés et avoir rendu clairement les comptes.

95personne n’est parfaitement heureux.

Notes

1 V. L. Tapié, Baroque et classicisme, Paris, Plon, 1957, p. 240.

2 Cf. la pièce justificative 1 en fin de chapitre.

3 Archives dép. d’Eure-et-Loir, Chapitre cathédral de Chartres (Donations et fondations du xviie siècle). Testament de M. Charles de La Chaussée, chanoine de Chartres et prieur de Theuvy (8-8-1607). G 1478. Une copie du testament figure parmi les titres de la fabrique de Theuvy (Arch. dép. H 3491).

4 Cf. la pièce justificative 2 en fin de chapitre. Nous avons reproduit ce texte car la transcription qu’en donne l’abbé Haye dans son étude sur le diocèse de Chartres pendant les épiscopats de Louis et Charles Guillart présente plusieurs erreurs (Mémoires Soc. Archéologiques d’Eure-et-Loir, tome 5, p. 433).

5 Sociis delectus, civibus gratus, suis singulari beneficentia devinctis charissimus. Denique apud omnes bonum nomen sortitus, senex cordatus et frugi.

6 Cf. les derniers mots de l’inscription : « Philippes de La Chaussée escuier sieur de Theuvy, filz aisné du dict Adrian et de la dicte de St-Pol a faict mettre isy la presente fondation en l’an 1619 pour remarque à la postérité de la dévotion de ses pères et mères et afin que leur intention ne soit frustrée à l’advenir ».

7 Cf. la pièce justificative 2 en fin de chapitre. Ce Mathurin de La Chaussée fut remplacé en 1612 par le satirique Jacques du Lorens, comme « baillif vicomte de Chateauneuf en Thimerais » (JF Dreux du Radier, Éloges historiques des hommes illustres du Thimerais, Paris, J. Berthier, 1740, p. 23). Il se dit à la fin de l’inscription chargée d’exécuter le testament et le codicille de son oncle. Les liasses des fondations du chapitre ne contiennent que le testament. Le codicille est reproduit à la suite du testament parmi les titres du prieuré de Theuvy (Arch. dép. H 3491). Ce codicille du 5 septembre 1607 est par ailleurs mentionné dans un contrat d’amortissement de rente du 2 janvier 1609 où Mathurin de La Chaussée agit comme procureur de Bonaventure de La Chaussée, son oncle « escuyer advocat en la Cour de Parlement, demeurant à Paris », la rente en question (62 livres 10 sols) ; avait été cédée par ce codicille à demoiselle Gabrielle de La Chaussée, fille du dit Bonaventure (registres d’Antoine Mussart, notaire du chapitre, Arch. dép. G 249, col. 8-11).

8 Armorial Chartrain, tome 1, p. 309-310.

9 Arch. dép. G 2137-2138. Papier des ventes provenues des cens de la prébende de Clévilliers le Moutiers (1584-1606). Le testament lui-même mentionne certains des acquets de La Chaussée (un jardin à Theuvy, un quartier de vigne près de Chartres). Dans son codicille (Arch. dép. H 3491), il donne à son neveu Philippe une métairie qu’il a acquise à Gonville, paroisse de Clévilliers et à deux autres neveux respectivement 12 et 24 arpents de terre qu’il a achetés) à Theuvy.

10 Cf. M. Vovelle, Un des plus grands chapitres de France à la fin de l’Ancien Régime Le Chapitre cathédral de Chartres. Actes du 85e Congrès des sociétés savantes, Chambéry-Annecy, Section d'histoire moderne et contemporaine, 1960, p. 235-277.

11 Ainsi en 1607, année où La Chaussée rédige son testament, deux des sept chanoines qui prêtent serment sont des parisiens. Arch. dép. G 295, Réceptions et professions de foi des chanoines de N.-D. de Chartres.

12 Abbaye cistercienne de l’Eau-lès-Chartres, Gallia christiana, tome 8, col. 1326-28, abbé C. Métais, Capitulaire de N-D. de l’eau, Chartres, 1908.

13 Gallia Christiana, tome 8, col. 1590.

14 Bibliothèque Orléans, ms. 487. Cité par A. du Faur de Pibrac, Histoire de l’Abbaye de Voisins, ordre de Citeaux, diocèse d’Orléans, Orléans, Herluison, 1882.

15 Gallia Christiana, tome 9, col. 282.

16 Gallia Christiana, tome 7, col. 571 (diocèse de Paris). Sur le renouveau de Chelles au xviie siècle, Jeanne Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-95), Thèse, Paris, 1962, p. 119 et 137.

17 Arch. dép. H 3491. Ce Pierre de La Chaussée succède à son oncle comme prieur de Theuvy ; il figure sur le registre des bienfaiteurs de la fabrique du lieu. (Arch. dép. H 3487). Notons également qu’à la fin du xvie siècle un parent de notre chanoine Mathurin de La Chaussée était sous-prieur de l’abbaye bénédictine chartraine de Saint-Père. Armorial Chartrain, tome 1, p. 309. Cf. Actes Capitulaires de St-Père, Arch. dép. H 38. En 1585, Mathurin de La Chaussée avait été chargé par l’évêque de Chartres de « vaquer à la réformation de l’abbaye de Coulombs », J. B. Souchet, Histoire du diocèse de la ville de Chartres (1589-1654), Paris, Garnier, 1873, tome 4, p. 119.

18 Session 13 (oct. 1551). Decretum de Sanctissimo Eucharistiae sacramento. Chap. 5 De cultu et veneratione huic Sanctissimo sacramento exhibendo ; A. Michel, Les décrets du Concile de Trente, tome 10, 1 de l’histoire des Conciles, Paris, s.n., 1938, p. 264.

19 Cf. la pièce justificative 2 en fin de chapitre.

20 Il vaut de noter que La Chaussée, lui, ne fait état d’aucun titre universitaire. Son épitaphe ne lui en donne pas non plus.

21 Lettre du 21 janvier 1565 dans Correspondance de Catherine de Médicis, Paris, 1880-1895, tome 2, p. 253.

22 D’Hozier ne signale que la famille Thimeraise qui nous occupe (Armorial général, Reg. 1) mais La Chesnaye des Bois mentionne des seigneurs poitevins de ce nom (Dictionnaire généalogique, 1792, Paris, Veuve Duchêne, tome IV, p. 400).

23 Arch. dép. E 3942.

24 Bibliothèque d’Orléans, ms. 487, fo 114 vo. Repris par A. du Faur de Pibrac, op. cit., p. 58.

25 P. Richard, « Concile de Trente » tome 9, 2 de l’Histoire des Conciles Hefele Leclercq, Paris, Letouzey et Ané, 1931, p. 936.

26 Cf. P. Richard, op. cit., Livre 56, chap. 2, p. 925-995.

27 Le 20 mars 1589, Délibérations des Échevins, Arch. comm., Cib cité par E. de Lépinois, Histoire de Chartres, 1858, tome 2, p. 301, no 1.

28 Délibérations des Échevins, Arch. communales, Cib.

29 J. B. Souchet, op. cit., tome 4, p. 267.

30 « A tous cappitaines ou lieutenans, conducteurs de gens de guerre tant de cheval que de pié et à tous autres qu’il appartiendra, nous prions et néantmoings à chacun de vous déffendons que vous n’ayez à loger ne souffrir loger, prendre ny emporter aucune chose en la maison de M. de La Chaussée, nous avons prinse en la protection et saulvegarde de Sa Majesté et de la nostre » (21 mai 1591), Arch. dép. E 3935.

31 Cf. Souchet, op. cit., tome 4, chap. 7, p. 278. « Environ la feste de Toussaint le comte de Soissons revint à Chartres avec ses compagnies qui firent quantitez de ravages dans le pays chartrain et es environs. Ils n’avoient respect de personne, non pas mesme du Roy ayant pris et pillé Chasteauneuf en Thymerais qui luy appartenoit de son propre auparavant qu’il parvint à la couronne ».

32 Cf. Pièces Justificatives no 2. Dans le testament lui-même, un autre écho de récentes guerres religieuses est constitué par le don de 6 livres à la fabrique de la collégiale Saint-Maurice « pour estres employé ès réparations de la dite église ». Cette église située dans le faubourg de la porte Drouaise avait été ruinée par les deux sièges de Chartres. Notons également que, comme Voisins, les abbayes de femmes dont le testament fait mention ont eu à souffrir des guerres civiles.

33 Chapitre, Fondations du xviie siècle, Arch. dép. G 1478.

34 Ibid.

35 Arch. de l’hôpital de Chartres, Hôtel-Dieu I B 40.

36 Ibid., I B 38.

37 Chapitre, Fondations xviie siècle, Arch. dép. G 1478.

38 Ibid.

39 Fabrique de Saint-Aignan, Arch. dép. G 3691.

40 Notons que, contrastant avec ce besoin de fastes, les testaments de chanoines de la seconde moitié du XVIIe montrent parfois une volonté de dépouillement évangélique où apparaît d’ailleurs la marque janséniste. Ainsi en 1661, Pierre Puthomme précise : « pour ce qui est de mon convoi je désire qu’il soit faict avec le moins de cérémonie que faire se pourra » (Arch. dép. G 1983) ; le théologal Sarrazin demande d’user en cette dépense de toute la modération raisonnable parce que l’on vote aux pauvres tout ce qui s’y emploie qui n’est pas absolument nécessaire » (testament du 13 avril 1692, Arch. dép. G 1485).

41 Sa dalle se trouve dans le chœur, côté de l’épître.

42 Le testament donne incidemment l’emplacement de la maison à propos du lit « auquel couchent mes nepveux escoliers en une chambre haulte sur le cloistre ». D’autres textes sont plus précis : « La maison canoniale que tient de nous en prestrière ledit sieur de La Chaussée scize en notre cloître » (Acceptation par le chapitre de la Fondation de l’office double de saints Pierre, 1607. Arch. dép. G 248) ; J. B. Souchet, Histoire du diocèse de la ville de Chartres, op. cit., tome 4, p. 267.

43 Le chiffre peut être de 13 : en 1603, le doyen Le Prévost stipulait que « douze pauvres vêtus de drap gris assisteraient à son convoi » (Arch. dép. G 1478) mais l’archidiacre Oudineau en 1597 (Arch. de l’hôpital de Chartres, I B 40) et le chanoine Le Bouleur en 1610 (G 1478) prévoyaient 13 pauvres.

44 La Chaussée ne parle pas des capucins établis à Chartres depuis la fin du xvie siècle, et auxquels tels de ses confrères font des donations (ainsi J. Doyet par un codicille de 1601, Arch. de l’hôpital de Chartres I B 38 ; de même le Prévost en 1603, Arch. dép. G 1478 ; ou un peu plus tard Claude Louppereau, exécuteur testamentaire de La Chaussée, Arch. dép. G 1478).

45 « Priez Dieu qu’il veuille avoir pitié de moy en l’article de ma mort », « me faire participant de leurs bonnes prières » (chanoines) « pour avoir part en ses bonnes prières » (bénédictine de Chelles), « pour la rémission de mes péchéz », « pour la rémission des mes péchez et salut de mon âme », « pour le salut de mon âme », « pour la rémission et de la coulpe et de la peine de mes péchez », « prier Dieu de me faire miséricorde » et évidemment la formule plus banale « prier Dieu pour moy » qui revient sept fois.

46 Arch. dép. G 248, Contrats du chapitre, Fondation de la Chaise St-Pierre par M. de La Chaussée.

47 Titres du prieuré de Theuvy, Arch. dép. H 3491. Nous n’avons pas reproduit ce long codicille (18 folios) dont la plus grande partie est occupée par la description minutieuse des parcelles léguées.

48 À propos de l’orchestration même des pompes funèbres aux xvie et xviie siècles, M. Chastel souligne que « le besoin général d’images fortes coïncide avec une certaine permanence du Moyen-Age », A. Chastel, Le Baroque et la Mort, Venise, Atti del III Congresso Internazionale di Studi Umanistici, 1954, p. 36.

49 Arch. de l’hôpital de Chartres, Hôtel-Dieu I B 38.

50 Arch. dép. G 1478.

51 En 1629, Guillaume le Houic archidiacre de Vendôme énumère également 14 saints, Arch. dép. G 3691.

52 Arch. de l’hôpital de Chartres I B 40.

53 Arch. dép. G 1478.

54 La plus grande simplicité des testaments de chanoines de la fin du siècle se traduit dans ce domaine par un allègement de la liste des saints invoqués mais on mentionne en général au moins à côté de la Vierge, saint Michel et saint Pierre, voire saint Joseph dans tel Testament de 1661, cf. Arch. dép. G 1483-1484.

55 Cf. A. Dupront, « Du Concile de Trente », Revue Historique, 1951, p. 279.

56 Dans le même sens, l’inscription funéraire nous dit que, à la cathédrale de Chartres, La Chaussée per XXXII annos juris ecclesiastici integerrimus inter socios defensor claruit. Ceci nous ramènerait au Concile de Trente (cf. le chap. XX de la session 25 « Quae sunt juris ecclesiastici principibus secularibus commendantur ») et aux polémiques violentes de la fin du xvie siècle entre gallicans et ultramondains.

57 Arch. dép. G 248 fo 325-327. L’inscription funéraire de notre chanoine nous précise que le 22 février est l’anniversaire de sa naissance ce qu’il n’éprouve pas le besoin de mentionner dans sa fondation.

58 F. Cabrol, Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, Paris, Letouzey et Ané, tome 3, col. 76-90.

59 Y. Delaporte, « L’Ordinaire chartrain du xiiie siècle », dans Mémoires de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, tome 19, 1952, p. 266 sq.

60 E. Male, L’Art religieux après le Concile de Trente, Paris, A. Colin, 1932, p. 51.

61 Sur les griefs légitimes des chapitres à l’égard du Concile de Trente, comme sur les débats relatifs au droit ecclésiastique mis en cause par les ordonnances de Blois, V. Martin, Le Gallicanisme et la Réforme catholique, Paris, Picard, 1919.

62 « Theuvy », Prieuré-cure situé dans l’archidiaconé et le doyenné rural de Dreux. Le présentateur est l’abbé des Augustins de Saint-Jean-en-Vallée de Chartres (cf. R. Merlet, Cartulaire de St-Jean, Chartres, Garnier, 1906, p. 241). À la mi-xviie siècle, le prieuré rapportait 320 livres (Pouillé du diocèse de Chartres, Paris, G. Alliot, 1648, p. 67).

63 Le hameau de Bilheux jouxte Theuvy. Le chapitre cathédral de Chartres est présentateur de la cure d’Ecublé (Escubley) dont Bilheux dépend.

64 Depuis la destruction de leur couvent du Grand Faubourg, lors du siège de 1568, les cordeliers s’étaient établis dans la ville, non loin de Saint-Père. Le couvent Saint-Jacques près des remparts, à mi-chemin entre la porte de Drouaise et la porte Chatelet, occupé par les dominicains depuis le xiiie siècle, avait été choisi comme lieu de leur sépulture par plusieurs évêques de Chartres, en particulier Miles d’Illiers (cf. E. de Lépinois, Histoire de Chartres, Chartres, Garnier, 1858, tome 1, p. 299).

65 « L’Aumosne et Hôtel-Dieu ». Il s’agit de l’hôpital fondé en xie siècle non loin de la cathédrale par la comtesse Berthe qui en avait abandonné l’entière administration au chapitre. Les statuts élaborés par ce dernier, en 1344, régirent l’Hôtel-Dieu jusqu’à la Révolution (cf. L. Merlet, Inventaire sommaire des Archives hospitalières antérieures à 1790, Chartres, s.n., 1890).

66 Ces dons ne figurent pas dans le registre des comptes de l’Hôtel-Dieu « commençant au jour et feste de la nativité de saint Jean-Baptiste 1607 et finissant à pareil jour 1608 », Arch. de l’hôpital de Chartres I E 204. Peut être se trouvaient-ils dans le registre de l’année suivante qui est incomplet et où manquent en particulier les recettes extraordinaires « des dons et legs par testaments et amendes », Arch. de l’hôpital de Chartres, I E 206.

67 « Commendasses », ces prières pour les morts, étymologiquement recommandation de l’âme (Commendatio animae), remontent au iiie siècle selon H. Leclercq, article « défunts », dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne, tome 4, col. 435-441.

68 « St-Maurice-les-Chartres », Église collégiale située dans le faubourg de la Porte Drouaise, sur la route de Lèves, détruite en 1568 par les protestants. Saint-Maurice grand centre médiéval de la dévotion à saint Blaise était particulièrement riche en reliques qui avaient été au moment des guerres religieuses transférées pendant quelques années à Saint-André. Cf. Lépinois, op. cit., tome 1, p. 260 sq.

69 « Balleau-l’Evesque », Bailleau-l’Évêque, dans le grand archidiaconé, doyenné d’Épernon, était l’une des églises paroissiales conférées de plein droits par l’évêque. Cf. Pouillé, Paris, G. Alliot, p. 6.

70 « Saint-Sulpice-des-Guérets » ou « Briconville », cure du doyenné d’Épernon, à la présentation du grand archidiacre. Cf. Pouillé, Paris, G. Alliot, p. 14.

71 À l’exception de Briconville et Vérigny (doyenné d’Épernon, au grand archidiaconé) ces paroisses se trouvaient dans l’archidiaconé et le doyenné rural de Dreux.

72 Cette charité qui sera donc faite sous forme de blé ou de pain correspond à plus de 20 hl de blé (le muid de Châteauneuf est supérieur d’un quart à celui de Chartres). Cf. A. Benoît, Anciennes mesures d’Eure-et-Loir, Chartres, Garnier, 1843, p. 47.

73 L’esprit de la restauration catholique s’associe ici à la tradition bienfaitrice familiale. La Chaussée se préoccupe de fournir à son prieuré les livres et ornements nécessaires. Plus loin, nous voyons que cette église possède un calice d’argent et que le testateur lui cède ses missels et toute une série d’ornements. C’est là un aspect intéressant car les visites pastorales du début du xviie siècle font apparaître dans le diocèse une situation en général médiocre en ce qui concerne les vases sacrés et les ornements.

74 Cf. note précédente. Notons parmi les ornements donnés, la présence d’agnus dei, médaillons de cire représentant l’agneau mystique et bénis par le pape. Cf. W. Henry dans Dictionnaire d’Archéologie chrétienne, tome 1, col. 969.

75 L’église de Mévoisins (doyenné d’Épernon) était l’une des cures du chapître. Cf. Pouillé, Paris, G. Alliot, p. 11.

76 « Maladies contagieuses » cf. au printemps de la même année 1607, mesures prises par les échevins de Chartres « pour éviter le danger du mal contagieux duquel il a plu à Dieu préserver la ville en ce temps auquel plusieurs villes circonvoisines sont affligées dudit mal » (Délibération du 24 avril 1607, Arch. communales CIb).

77 Il s’agit de la réduction au denier 16 de deux rentes constituées au denier 13 en 1586 et en 1599 pour un capital de 5 044 livres, Arch. dép. G 247, fo 293 vo -295.

78 Fondation de La Chaise-Saint-Pierre par M. de La Chaussée (6 août 1607) Arch. dép. G 248, fo 325-327. Copie de l’axe en annexe du testament (chapitre cathédral de Chartres, Donations et fondations xviie siècle, Arch. dép. G 1478).

79 Registre de Claude Bourget notaire royal, Arch. dép. non côté (notaires de Chartres, étage 5, dépôt Bauland).

80 Claude Louppereau fonda par son testament de 1614 six chapelains en l’église Saint-Nicolas au cloître. Il élit sa sépulture en l’église Saint-Martin le Viandier « au lieu et endroit ou deffunte sa mère (que Dieu absolve) est enterrée » Arch. dép. G 1478.

81 Il est question de Mathurin le Chandelier « oncle et bienfaiteur » d’Antoine Lemaire archidiacre de Vendôme, dans le testament de ce dernier. Arch. dép. G 1483.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search