Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie II. Le chapitre cathédral de Chartres et la Réforme catholique

Le chapitre cathédral de Chartres et la Réforme catholique

Texte intégral

1De l’œuvre du concile de Trente est issue une vision très cléricalisée de l’institution : en réaction contre le « sacerdoce universel » de la Réformation protestante, l’Église romaine se présenta d’abord comme une société hiérarchique de clercs. Cette vision devait durer jusqu’au xxe siècle, témoin l’encyclique Vehementer nos de Pie X (1906) condamnant la loi de séparation de l’Église et de l’État : « L’Église est, par essence, une société inégale c’est-à-dire une société comprenant deux catégories de personnes, les pasteurs et le troupeau. » La pénétration de l’esprit tridentin dans le prestigieux chapitre de Chartres est au cœur des études qui suivent, consacrées à un corps nombreux (17 dignitaires, 76 chanoines) et riche propriétaire terrien.

2Le chanoine Charles de La Chaussée (1536-1607) avait accompagné le cardinal de Lorraine au concile de Trente, en 1563. Son testament manifeste, par ses prescriptions, le « renouveau de la liturgie funèbre » (Victor-Lucien Tapié) dans l’esprit de ce concile qui avait rappelé la valeur des prières pour les morts. Le chanoine exprime un ultramontanisme sans faille : « l’Église catholique de laquelle je recognois pour chef nostre Seigneur et Sauveur Jésus Christ et nostre Saint Père le pape pour son vicaire et lieutenant sur terre ». En outre, il fonde, à la cathédrale, la « feste double de la chaize Monsieur Saint Pierre le 22e jour de febvrier ».

3Après des écrits libertins et une jeunesse dissolue, François de Pédoue (1603-1667), ancien élève des jésuites de La Flèche, chanoine de Chartres en 1626, réalisa, vers 1635, une « conversion » à une vie austère qui fit de lui un modèle de chanoine exemplaire.

4Dès la première moitié du xviie siècle, le jansénisme était présent dans le diocèse, témoin l’archidiacre Blaise le Féron, vicaire général de J. Lescot. À la fin du siècle, il se manifestait dans la moitié des inventaires de bibliothèques de chanoines. Le plus riche en ouvrages jansénistes étant celui du théologien Pierre Sarrazin (1606-1692). Son esprit de pauvreté s’exprimait, dans son testament, par de nombreux legs aux pauvres et le refus de funérailles fastueuses.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search