Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie I. Généralités et problèmes de méthode

Chapitre 4. Aspects d’une enquête sur les lieux de culte : les églises paroissiales et leur nom au XVIIe et XVIIIe siècles

Marie-Hélène Froeschle-Chopard

Texte intégral

  • 1 M.-H. Froeschlé-Chopard, L'espace et le sacré : les lieux de culte en Provence orientale, approche (...)

1Dans une étude sur les lieux de culte en Provence orientale au xviiie siècle, il nous est apparu que l’espace sacré d’une communauté – ville ou village – n’était pas uniforme. Comme les autels à l’intérieur d’une église, les chapelles de l’espace rural ne se distribuent pas au hasard1. C’est par rapport à l’église paroissiale, liée elle-même à un habitat installé à un point précis du territoire depuis les xie-xiiie siècles, que les autres lieux de culte, qu’ils soient antérieurs ou postérieurs à cette église, se situent. Au xviiie siècle, un réseau est constitué autour de ce centre de la vie quotidienne dans lequel une fonction précise est assignée à chaque lieu de culte rural défini à la fois par son nom – sa titulaire – et sa position par rapport à l’habitat, aux routes, aux espaces cultivés ou aux forêts.

  • 2 M.-H. Froeschlé-Chopard, Les lieux de culte en France et en Nouvelle France à l'époque moderne, en (...)

2À partir du moment où l’on met en évidence, pour une région donnée, un lien fondamental entre, d’une part, églises paroissiales ou cultes ruraux et, d’autre part, habitat et organisation de l’espace cultivé, il était tentant d’élargir le domaine de l’enquête et de vouloir établir des comparaisons avec d’autres régions. Nous menons d’abord l’étude de cette géographie des cultes à partir de l’exploitation de la carte de Cassini. Cette carte, établie justement au xviiie siècle avec une relative précision, livre un instantané des lieux de culte de l’époque – paroisses, chapelles – dans leur environnement de villes et villages, routes et chemins, espaces découverts et forêts. Recouvrant l’ensemble français, elle permet les comparaisons souhaitées2.

3Mais, dans cet ensemble homogène, l’église paroissiale pose un difficile problème d’identification. Alors que le culte rural isolé – chapelle ou toponyme – est toujours désigné sur la carte par son titulaire, la « paroisse » porte le nom de la localité à laquelle elle est attachée. La carte de Cassini permet de relever l’ensemble des « paroisses » mais non de leur attribuer un nom qui doit, alors, être cherché ailleurs.

  • 3 Cette enquête a été publiée sous le titre : Répertoire des visites pastorales de la France, premiè (...)

4Les titulaires des églises paroissiales peuvent se trouver dans les procès-verbaux de visites pastorales, dans certains pouillés ou dans des états de paroisses restés souvent manuscrits. Ces trois types de documents, outre leur accès qui n’est pas toujours facile, présentent des lacunes : l’enquête sur les visites pastorales de l’époque moderne a montré l’importance du nombre de diocèses ou celles-ci sont perdues3 !

5Faudrait-il donc se résoudre à traiter uniquement quelques diocèses jouissant de sources satisfaisantes ? Mais comment, dans ces conditions, mettre en évidence analogies, contrastes et frontières entre les différentes organisations de l’espace sacré ?

  • 4 Le titre de l'église est fixé définitivement lors de la consécration de l'édifice. Il ne peut être (...)

6Face au document homogène que constitue la carte de Cassini pour l’ensemble des cultes « ruraux » comme pour le dénombrement de la totalité des « paroisses » – c’est-à-dire des églises paroissiales –, on est tenté d’utiliser, en se fondant sur les dispositions canoniques de l’Église4 cet autre document relativement homogène que constitue l’ordo – ou annuaire diocésain – du xxe siècle. Si une église, une fois édifiée ne peut changer de nom, la liste des « titulaires » ou des « patrons » donnée par l’annuaire diocésain actuel devrait être utilisable.

7Mais on ne peut introduire ces documents contemporains à propos des églises de l’époque moderne sans une analyse serrée des sources. C’est le propos limité de cet article. À travers deux circonscriptions ecclésiastiques, très éloignées et de superficie à peu près comparable, jouissant d’abondantes séries de procès-verbaux de visites pastorales et de répertoires divers de statistiques religieuses – diocèse de Fréjus et grand archidiaconé de Chartres – nous voudrions montrer quelles sources peuvent être utilisées pour donner un nom aux églises du xviiie siècle.

Les sources étudiées

  • 5 Près de 300 paroisses sur 900 que comptait ce diocèse avant sa réduction à 726 paroisses, en 1697, (...)

8Pour le grand archidiaconé de Chartres, qui représente la partie centrale de l’ancien diocèse du même nom5, on dispose de quatre types de documents :

  • les registres de procès-verbaux de visites pastorales conservés aux archives d’Eure-et-Loir6 ;
  • le pouillé de 17387 ;
  • une enquête épiscopale de 1865, s’informant auprès des curés des titulaires, des seconds patrons éventuels et de la date des fêtes paroissiales8 ;
  • les ordo antérieurs au concile Vatican II9.
  • 10 Répertoire des visites pastorales de la France, op. cit., p. 299-306.
  • 11 Arch. dép. du Var, I G 64, 65, 64, 67, I G 69, I G 70, I G 71,72.

9Les sources utilisables pour l’ancien diocèse de Fréjus sont du même type que celle de Chartres : les procès-verbaux de visites pastorales s’échelonnent, dans le diocèse, du début du xive siècle à la seconde moitié du xviiie siècle10. On a utilisé ici les visites de 1600-1601, 1677-1678, 1682-1683, 1730-1731, 1741-175511.

  • 12 Ces manuscrits, aujourd'hui perdus, ont été publiés par l'abbé J. B. Disdier dans le Bulletin de l (...)

10On ne dispose pas de pouillés proprement dits. Mais deux descriptions du diocèse, l’une établie à la mi-xviie siècle, par Joseph Antelmy, chanoine de l’église cathédrale, l’autre écrite un siècle plus tard par Félix Girardin, curé de Cogolin puis de Fréjus, peuvent être assimilées à ce type de sources : en consacrant une notice quelque fois assez détaillée à chaque localité, elles renseignent sur l’église et ses vocables12.

  • 13 Cf. F. Achard, Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages (...)
  • 14 La carte de Cassini a été établie à partir d'un document préparatoire dressant « l'état des villes (...)

11Aux sources proprement ecclésiastiques, il faut ajouter la description d’Achard qui, à la fin du xviiie siècle, présente un ensemble de monographies des villages provençaux et indique souvent les titres de l’église13. Cette description est d’autant plus intéressante pour nous qu’elle est exactement contemporaine des levés de la carte de Cassini dans la région : son auteur et les ingénieurs-géographes ont eu les mêmes curés de paroisse pour informateurs14.

  • 15 Annuaire du diocèse d'Aix, renfermant les sept anciens diocèses d'Aix, d'Arles, de Marseille, de T (...)
  • 16 Annuaire religieux de l'Église de Fréjus-Toulon, année 1977, Miclo, Toulon, p. 65-72. « Saints pat (...)

12À l’orée du xixe siècle, deux sources complètent les renseignements concernant l’époque moderne. L’une, l’annuaire diocésain d’Aix, an XII, semble répéter Achard ; l’autre correspond à la reprise en main de l’ensemble des deux départements du Var et des Bouches-du-Rhône par Monseigneur Champion de Cicé15. En regard de tout cela, on analysera deux sources contemporaines : l’annuaire diocésain de 1977 (les annuaires antérieurs ne donnent pas les noms d’églises) ; une liste des « titulaires » et « patrons » des paroisses du diocèse de Fréjus établie en 1936 à partir des données des semaines religieuses des années 1882 à 1903 et d’une enquête faite en 1910 auprès des curés16.

« Titulaires » et « patrons » : les incertitudes du vocabulaire

  • 17 Canoniquement, titulaire et patron sont strictement distingués. Dans la pratique, le titulaire peu (...)

13La confrontation de tous ces documents met au jour une première difficulté : les termes de titulaire et de patron qui devraient correspondre à des réalités distinctes17 semblent être employés indifféremment.

  • 18 Arch. dép. Eure-et-Loir G 778. Cité par R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chart (...)
  • 19 Parmi des centaines d'exemples : « Avons visité l'église saint Jehan de Gellainville », F. Chaudet (...)
  • 20 Visites de 1646. Arch. dép. G. 806.

14Dans le diocèse de Chartres, le terme de patron est utilisé normalement par les visiteurs ecclésiastiques pour désigner les titulaires d’églises, témoin le modèle de visite proposé, en 1647, par le grand archidiacre François Chaudet de Lazenay à ses doyens ruraux : « nous nous sommes transportés pour faire la visite en l’église paroissiale de Saint () de () en laquelle nous avons été reçus par M. N… curé du lieu… et entrant dans l’église aurions commencé l’antienne du Saint N… patron d’icelle18 ». Les visiteurs – archidiacres ou doyens ruraux – ne détaillent pas, en général, cette célébration liturgique des saints sous l’invocation desquels les églises inspectées se trouvent placées. Ils se contentent d’indiquer, en général, qu’ils ont visité « l’église paroissiale de saint N… de N…19 ». L’un d’eux, le doyen rural de Brou, René le Geleux, emploie – fait exceptionnel – un vocabulaire varié. Les synonymes qu’il utilise montrent qu’il serait vain, pour le xviie siècle, d’opposer titulaire et patron : l’église d’Andeville est « fondée de sainte Madeleine », celle de Meslay le Vidame est « du tiltre de Saint Estienne » comme celle de Brou qui est « sous le tiltre de saint Lubin » tandis que celle de Frazé est « dédiée à la Sainte Vierge » et que celle de Montemain est simplement « l’église saint Pierre de Montemain20 ». Le Geleux indique seulement dans la première de ses visites, « dans l’église de Rouvray saint Florentin » qu’il a « chanté l’antienne, le verset et l’oraison propre du patron de ladite église ». Pour les autres, il mentionne seulement « ayant fait les cérémonies ordinaires, avons visité toutes les choses qui étaient à visiter » mais il est évident que cette formule abrégée implique la célébration liturgique du patron. Il n’apparaît pas que, dans son esprit, il puisse s’agir d’un autre saint que du titulaire.

  • 21 « Cures des quatre archidiaconez du diocèse de Chartres où l'on voit les vicaires, charitez, annex (...)
  • 22 Exemple de réponse : Mignières-en-Beauce. Titulaire : saints Gervais et Protais. Patron secondaire (...)

15Le pouillé de Doublet, quant à lui, ne connaît que des patrons21. L’enquête épiscopale de 1865 demande au curé qui est le titulaire, éventuellement le second patron, s’il y a une fête populaire et si elle correspond à la fête du patron22.

16Le terme de patron qu’utilisent de préférence les sources chartraines semble désigner le culte attaché à l’église, celui que l’enquête de 1865 nomme titulaire. Par contre, le « second patron » recouvre une réalité floue : est-ce le saint attaché au lieu, à la paroisse ? Ou une double titulature que les autres documents auraient passée sous silence ? Quand la fête populaire correspond à ce patron secondaire, on pourrait songer au patron du lieu, mais la fête populaire s’attache tout aussi bien au titulaire…

Nombre de réponses à l’enquête

Pas de mention de fête populaire

Fête coïncidant avec celle du titulaire

Fête coïncidant avec celle du patron secondaire

Autre date

205

37

89

37

42

17Comme dans le diocèse de Chartres, les termes de titulaire – très employé par les sources varoises – et de patron paraissent, à Fréjus, interchangeables. Prenons quelques exemples : la liste de 1808 se contente d’établir les saints titulaires ; or, la plupart de ceux-ci (41 sur 48) se retrouvent comme patrons dans la liste de l’an XII qui lui est pratiquement contemporaine. On peut faire une constatation analogue en comparant les données des visites pastorales de la fin du xviie siècle avec celles du milieu xviiie siècle. En 1677, en 1687, les expressions employées par les documents sont celles de patron de l’église ou patron de la paroisse ; vers 1750, Du Bellay s’en tient, lui, au titulaire de l’église ; comme au début du xixe siècle, les deux listes obtenues sont, dans la plupart des cas (34 sur 44), interchangeables.

18Ces quelques comparaisons relativisent fortement l’effort louable de l’auteur de 1936 qui, à partir de diverses enquêtes du début du siècle, a établi une liste de titulaires et de patrons pour chaque église : les curés qui l’ont informé ont rendu compte de la réalité du moment. Mais cette réalité est le fruit d’une évolution où l’ancien culte donné comme titulaire se retrouve cité comme patron (c’est le cas de l’Assomption d’Ampus) ou, au contraire, l’ancien patron prend rang de titulaire (la Décollation de saint Jean-Baptiste aux Arcs).

19Moins stéréotypées que les visites pastorales, les descriptions des érudits du xviie-xviiie siècles permettent d’appréhender la réalité, désignée par des termes finalement peu explicites.

20Ainsi, pour Antelmy, l’église de Barjols est « sous le patronage de Sainte Marie » ; celle d’Aups « sous l’invocation de Sainte Marie et de saint Pancrace » ; celle de Draguignan « sous le titre de la Sainte Vierge et de saint Michel ». Ailleurs, il désignera tout simplement « l’église paroissiale Saint-Honorat de Chateauvieux » ou « la paroisse Notre-Dame d’Escragnolles ». Le souci majeur de cet érudit semble avoir été d’indiquer le saint qui donne son nom à l’église. Ce dernier est alors cité dans des expressions employées comme équivalentes : sous le patronage de, sous le titre de, église paroissiale Saint … L’accent est mis sur ce qui semble être le titulaire.

21D’autres informateurs introduisent des éléments nouveaux en donnant, presque systématiquement, deux noms à l’église. C’est le cas de Girardin et d’Achard pour lesquels nous retiendrons les quelques exemples suivants :

  • 23 F. Girardin, Bulletin de la Société d’études scientifiques et archéologiques de la ville de Dragui (...)

il y sous ce même toit d’église deux prieurés et deux curéz distinguéz, l’un de Notre-Dame de plèbe… et l’autre de Saint-Étienne. Brovès a saint Christophe pour patron et saint Pierre pour titulaire de la paroisse. Le patron (de l’église) est saint Laugier ou Léger… mais la Très Sainte Vierge est la première patronne23. La paroisse est dédiée à saint Michel dont la fête se célèbre le 29 septembre avec roumavagi. Le titulaire de cette église est l’Assomption de la Sainte Vierge.

  • 24 F. Achard, Description, op. cit., articles « Ampus » tome 1, p. 212, « la Bastide » tome 1, p. 309 (...)

La paroisse de la Bastide est sous le titre de la Magdeleine : elle reconnaît saint Joseph pour patron, le titulaire de la paroisse est saint Pons et le patron saint Loup24.

22Comme on peut le constater, attacher deux noms à l’église n’est pas forcément introduire une distinction entre titulaire et patron. Les deux cultes retenus peuvent se présenter comme une double titulature dont les deux termes paraissent équivalents.

23Toutefois, le saint désigné comme patron apparaît quelque fois, explicitement, beaucoup plus attaché à la commune qu’à l’église. De ce patron du lieu, voici quelques exemples :

  • 25 F. Girardin Bulletin de la Société d’études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguig (...)

L’église est dédiée sous le titre de l’Assomption de la Sainte Vierge ; […] Saint Laurent est le patron du lieu. La cure est sous le titre de saint Silvestre pape, le patron du lieu est saint Claude archevêque de Besançon […] L’église paroissiale est sous le titre de saint Blaise ; le patron du lieu est saint Blaise. Le titulaire de l’église paroissiale est la purification de N. D.25

24On retrouve donc, à Fréjus comme à Chartres, d’une part le saint attaché à l’église, appelé titulaire ou patron de l’église selon le cas et, d’autre part, apparaît quelquefois le saint protecteur du lieu qui est alors désigné explicitement comme tel.

  • 26 Achard donne le nom de 93 fêtes pour ce diocèse de Fréjus : 15 correspondent à des saints nommés p (...)

25Ces regroupements permettent de clarifier quelque peu la complexité des dénominations. À Ampus, par exemple, saint Michel, désigné comme titulaire (1600, 1676, 1743, 1754, 1784, 1808) ou comme patron de l’église (1677, 1682, an XII) paraît bien être tout au long de cette période moderne, le saint de l’église, celui que nous appellerons le titulaire. Et quelle que soit la dénomination adoptée par les sources, à Fréjus comme à Chartres, on atteint généralement ce seul saint titulaire (avec la particularité à Fréjus d’un grand nombre de doubles titulatures). Le saint du lieu, celui pour lequel on réservera le terme de patron est, par contre rarement évoqué par les sources modernes. Il échappe aux sources ecclésiastiques de Chartres et de Fréjus. Seules les « descriptions » des érudits de la fin du xviiie siècle, qui prennent quelquefois des aspects ethnographiques, s’en préoccupent mais, malheureusement, bien épisodiquement, comme elles le font des fêtes26.

Le nom de l’église à travers les sources des xviie et xviiie siècles

26Comme nous venons de le voir, la plupart des sources modernes qu’il est possible d’étudier systématiquement donnent, presque exclusivement, le nom du saint titulaire de l’église, celui à qui est dédié le maître-autel.

27Mais, même au niveau de ce saint titulaire, les difficultés d’identification ne manquent pas car les sources étudiées ne donnent pas toujours les mêmes renseignements.

28L’exemple du diocèse de Fréjus, particulièrement complexe, montre à quel point il est délicat d’établir une liste des titulatures d’églises paroissiales au xviiie siècle alors même qu’on dispose d’un grand nombre de renseignements pour cela.

29Même si l’on se cantonne à des documents pratiquement contemporains – visite pastorale de Martin du Bellay (1741-1755), « pouillé » de Girardin écrit de 1748 à 1754, description d’Achard publiée à la fin du xviiie siècle –, on constate des différences sensibles d’une source à l’autre. 14 variantes apparaissent entre la visite de Du Bellay et la nomenclature tirée de Girardin :

Paroisses

Du Bellay

Girardin

Aups

Notre-Dame et Saint-Pancrace

Saint-Pancrace

Barjols

Notre-Dame et Saint-Marcel

Notre-Dame

Chateauvieux

Saint-Honoré (Honorat)

Saint-Honoré (Honorat) et Saint-Maur

Cogolin

Sauveur

Transfiguration et Saint-Jacques

Cotignac

Saint-Martin

Vierge

Draguignan

Saint-Michel

Notre-Dame et Saint-Michel

Fayence

Notre-Dame

Vierge, Saint-Michel et Saint-Jean-Baptiste

Gassin

Notre-Dame et Saint-Laurent

Assomption

Montfort

Notre-Dame-d’Espeluque

Vierge et Saint-Blaise

Pignans

Notre-Dame et Saint-Augustin

Assomption

Seillans

Notre-Dame

Vierge et Saint-Léger

Thoronet

Notre-Dame

Saint-Laurent

Trans

Notre-Dame-de-l’Aire et Saint-Victor

Saint-Victor

Villecroze

Saint-Romain

Notre-Dame-de-Pitié et Saint-Romain

30Ces différences, qui pourraient être énormes pour un petit diocèse de 70 paroisses, viennent, en fait, d’une double titulature que retient l’une des deux sources et que l’autre « oublie ». Les réelles divergences se réduisent à deux paroisses : Cotignac et Le Thoronet. Mais la difficulté demeure dans un choix impossible à faire entre les deux documents.

31L’étude comparée des données tirées de Girardin et d’Achard met en relief des différences analogues portant généralement sur d’autres localités :

Paroisses

Achard

Girardin

Ampus

Saint-Michel et Assomption

Saint-Michel

Les Arcs

Décollation-de-Jean-Baptiste

Notre-Dame-de-Beauvoir et Saint-Pierre

Bagnols

Notre-Dame-de-Pitié et Saint-Antonin

Saint-Antonin

Notre-Dame-Saint-Martin et Saint-Jean-Baptiste

Assomption

Chateauvieux

Saint-Maur

Saint-Honoré (Honorat) et Saint-Maur

Cotignac

Saint-Blaise

Vierge

Draguignan

Saint-Michel

Notre-Dame et Saint-Michel

Fayence

Saint-Michel et Saint-Jean-Baptiste

Vierge, Saint-Michel et Saint-Jean-Baptiste

Figanières

Saint-Pons

Saint-Michel

Mons

Ascension

Assomption

Salernes

Notre-Dame-de-Pitié et Saint-Pierre

Saint-Pierre

Taradeau

Assomption et Saint-Martin

Saint-Martin

Thoronet

Sainte-Marie

Saint-Laurent

Trans

Notre-Dame-de-l’Aire et Saint-Victor

Saint-Victor

32Ces variantes, comme précédemment, portent sur des doubles titulatures sans que l’écart entre la source ecclésiastique (Girardin) et le document le plus ethnographique (Achard) s’agrandisse démesurément : cinq paroisses seulement sont dénommées de manière tout à fait différente.

33Analysés paroisse par paroisse, ces ajouts ou ces différences s’expliquent quelquefois à la lumière de documents plus anciens. Ainsi Jean-Baptiste, titulaire de l’église des Arcs selon Achard, était « patron de la paroisse » en 1677 ; en 1676 Antelmy notait, à Callian, la présence de saint Martin ; la Vierge, qui apparaît à la fin du xviiie siècle à Ampus, était déjà titulaire du maître-autel en 1600. En fait la liste des titulaires la plus valable serait probablement celle qui retiendrait, pour chaque paroisse, les noms les plus souvent cités par divers documents.

34Par rapport à cette liste de référence, les trois sources du xviiie siècle analysées plus haut accusent un nombre de variantes analogue : 13 pour la tournée de visite de Du Bellay, 16 pour le pouillé de Girardin, 18 pour les données tirées d’Achard. La visite de Du Bellay, évêque consciencieux et administrateur, semble être la plus proche de la réalité… Mais le pouillé de Girardin et la statistique d’Achard s’en écartent peu.

  • 27 Ce résultat n'est pas sans intérêt. Dans les diocèses provençaux où les visites pastorales ont été (...)

35Les documents du xviiie siècle qui, tous, divergent légèrement les uns par rapport aux autres atteignent une précision équivalente, et peuvent être choisis indifféremment27.

  • 28 Visites des grands archidiacres : François Chaudet de Lazenay en 1653, Arch. dép. Eureet-Loir G su (...)

36Dans le diocèse de Chartres, pouillés et visites pastorales présentent également des variantes, plus ou moins importantes selon le type de procès-verbaux, minimes pour ceux laissés par les grands archidiacres, considérables en ce qui concerne les registres des tournées des doyens ruraux. Pour avoir une coupe homogène dans le corpus de ces visites pastorales, nous avons relevé les patronages indiqués par les procès-verbaux du grand archidiacre Lazenay en 1653 et 1656, complétés par ceux de ses successeurs28. Cette coupe qui porte sur 240 paroisses nous donne 9 variantes soit 3,75 % :

Paroisses

Pouillé

Visites Pastorales

Alluyes

Notre-Dame

Sainte-Anne (1656)
Notre-Dame (1698)

Congerville

Saint-Gilles

Saint-Loup et Gilles (1653)
Saint-Gilles (1696)

Gouillons

Saint-Mamert

Notre-Dame (1653)
Saint-Mammès (1696)

Guehouville

Saint-Éloi

Notre-Dame (1656-1682)

Happonvilliers

Saint-Pierre

Saint-Pierre (1656)
Saint-Blaise (1698)

Houdreville

Notre-Dame

Sainte-Anne (1696)

Levainville

Saint-Gilles

Notre-Dame (1653)
Saint-Gilles (1696)

Orsemont

Saint-Eutrope

Saint-Pierre et Saint-Eutrope (1653) Saint-Eutrope (1696)

Rochefort

Saint-Gilles

Notre-Dame (1653, 1696, 1698, 1719, 1724)

  • 29 Procès-verbaux de visites des doyens ruraux d'Auneau en 1642, 1645, 1647, 1650, 1654, 1656, 1660, (...)

37Quand on ajoute à ces visites les tournées décanales, les variations s’amplifient. Nous l’avons vérifié sur deux doyennés, l’un beauceron, celui d’Auneau, l’autre mi-beauceron mi-percheron, celui de Brou29. Ici les variantes atteignent 30 % du corpus et elles proviennent le plus souvent de confusions entre « titulaire » et « patron secondaire » comme le montre l’enquête de 1865. En voici ci-contre quelques exemples.

38Ce type de rapprochement montre que lorsque la visite pastorale est confiée à un doyen – peut-être moins informé du « nom » officiel de l’église ou peut-être plus attentif aux dires de la population – elle donne quelques aperçus du « patron » du lieu ; ce qui est rarement le cas de l’archidiacre, et ce qui ne se produit jamais avec les prélats visiteurs du diocèse de Fréjus.

  • 30 Saint Antoine supplante de même la patronne officielle sainte Madeleine à Andeville (1649, 1651, 1 (...)

39Cette confrontation montre également, pour les grands diocèses de la France du Nord, la fragilité des procès-verbaux de visites comme source sûre pour la connaissance des titulatures mais leur incontestable intérêt, confrontés à d’autres sources, au titre de l’anthropologie religieuse. En effet, les patrons « usurpateurs » sont souvent des saints chers à la dévotion populaire comme protecteurs de la santé, du bétail ou des récoltes. Ainsi, à Happonvilliers, dans le Perche, certaines visites décanales (en 1648-1649 et 1657-1659) substituent comme patron saint Blaise à saint Pierre. Or, ce village reste, de nos jours, le lieu d’un culte de thérapie animale et humaine à saint Blaise. Non loin de là, à Combres, saint Antoine mentionné comme patron au lieu de la Vierge par les procès-verbaux des doyens, en 1648 et 1659 (et qualifié de patron secondaire par l’enquête de 1865, le titulaire étant l’Assomption) était l’objet d’une dévotion populaire, vivante jusqu’au xxe siècle et doublée des réjouissances gastronomiques de la « fête à cochon30 ».

40Ces visites décanales présentent malheureusement un matériau fort disparate. Malgré l’intérêt ethnographique des variantes qu’elles comportent dans la désignation du patron, elles ne permettent pas une étude sérielle du second culte de la paroisse.

41Les résultats obtenus dans l’analyse des documents des xviie et xviiie siècles, aussi bien pour le diocèse de Fréjus que pour celui de Chartres, soulignent une même réalité : dans les deux cas, ces sources se contentent d’indiquer le nom du titulaire de l’église paroissiale et celui-ci est alors directement accessible dans les pouillés, bien que certaines visites pastorales de petits diocèses comme celui de Fréjus atteignent une précision comparable. C’est donc par rapport à ces pouillés que nous étudions maintenant les renseignements donnés par les sources contemporaines.

Les noms de l’église au xxe siècle et aux xviie-xviiie siècles

  • 31 Malgré des catégories qui semblent nettes, le terme de patron ne semble pas toujours désigner le p (...)

42Quelques annuaires diocésains du xxe siècle retiennent, pour chaque église paroissiale, deux vocables. C’est le cas de certains diocèses provençaux (Avignon, Aix) dont les annuaires des années 1950-1960 indiquent « titulaires » et « patrons »31. Mais, dans la plupart des cas, l’ordo actuel ne donne qu’un vocable à l’église. Ce vocable est qualifié de patron à Chartres et à Alençon, de patron titulaire à Versailles, de titulaire à Fréjus. Et la confusion de vocabulaire est telle qu’il peut, à quelques années d’intervalle, être désigné indifféremment par les termes de patron ou de titulaire (annuaires diocésains de Viviers).

43Comme pour les sources d’Ancien Régimes ces imprécisions cachent une réalité simple : les annuaires diocésains, qui ne livrent qu’un seul nom pour l’église paroissiale, indiquent en fait le saint de l’église, celui que nous avons appelé titulaire. Cela est net quand on compare, pour le diocèse de Fréjus, la liste de 1936 où figurent « titulaires » et « patrons » et celle de 1977 : le culte conservé en 1977 est – nouvelles paroisses mises à part – celui qui apparaissait comme titulaire quarante ans auparavant.

44Désignant le titulaire de l’église paroissiale, les renseignements fournis par l’ordo peuvent donc être comparés à ceux que donne le pouillé du xviie ou du xviiie siècle.

45En ce qui concerne les paroisses de l’ancien diocèse de Fréjus, l’étude comparée de l’ordo en 1977 – qui offre peu de différences avec la liste de 1936 – et du pouillé de Girardin souligne une vingtaine de variantes.

46Mais la moitié d’entre elles s’explique par l’abandon contemporain d’un des éléments de la double titulature signalée par Girardin :

Paroisses

Girardin

Ordo 1977

Bargemon

Notre-Dame et Saint-Étienne

Saint-Étienne

Chateauvieux

Saint-Honorat et Saint-Maur

Saint-Honorat

Cogolin

Tranfiguration et Saint-Jacques

Sauveur

Draguignan

Notre-Dame et Saint-Michel

Saint-Michel

Fayence

Vierge, Saint-Michel, Saint-Jean-Baptiste

Saint-Jean-Baptiste

Lorgues

Vierge et Saint-Martin

Saint-Martin

Seillans

Vierge et Saint-Léger

Saint-Léger

Villecroze

Notre-Dame et Saint-Romain

Compassion-de-Marie

47Quelques changements complets correspondent à l’abandon de l’ancienne paroisse – devenue chapelle – et la construction d’une nouvelle église, plus proche d’une agglomération qui s’est déplacée :

Paroisses

Girardin

Ordo 1977

Le Cannet

Notre-Dame et Saint-Étienne

Saint-Joseph

Comps

Saint-André

Sainte-Philomène

Saint Raphaël

Saint-Raphaël

Notre-Dame-des-Victoires

48Mais la plupart des noms qui apparaissent tout à fait « nouveaux » retrouvent une titulature des siècles passés. En voici quelques exemples :

49Peu de divergences finalement entre l’ordo contemporain et les renseignements fournis par les sources plus anciennes. Mais des variations qui traduisent le choix, dans le temps de l’une ou l’autre des titulatures que l’on reconnaît comme attachées à l’église…

50Les différences s’amenuisent dans un diocèse comme celui de Chartres où les doubles titulatures paraissent exceptionnelles.

51L’étude comparée des ordo et du pouillé y fait apparaître un nombre très réduit de variantes :

Paroisses

Pouillé

Ordo

Alluyes

Notre-Dame

Saint-Pierre et Paul

Angerville

Saint-Pierre

Saint-Pierre et Eutrope

Chuisnes

Saint-Martin

Saint-Marin

Hermeray

Saint-Germain

Nativité-de-la-Sainte-Vierge

Pontevrard

Notre-Dame

Saint-Germain

Rambouillet

Saint-Lubin

Saint-Lubin et Jean-Baptiste

Rochefort

Saint-Gilles

Assomption-de-la-Sainte-Vierge

Saint Hilarion

Saint-Hilaire

Saint-Georges

Sonchamps

Saint-Georges

Saint-Hilaire

  • 32 Dans deux cas (Angerville, Rambouillet), il s'agit apparemment du simple ajout d'un patron seconda (...)

52Les différences minimes – 9 au total pour 275 paroisses – portent sur 3,2 % du corpus et se réduisent encore dans une étude de détail32.

53Ce résultat établit la validité des données des ordo, en l’absence d’autres sources, pour l’inventaire des titulatures.

  • 33 C'est par exemple le cas de Guéhouville et Houdreville où nous avons constaté des divergences entr (...)
  • 34 N'en est-il pas de même de la carte de Cassini constituée à partir des réponses des curés et seign (...)

54Les sondages que nous avons effectués prouvent que les annuaires diocésains du xxe siècle peuvent donner une image valable des invocations sous lesquelles sont placées les églises paroissiales de la période moderne et contemporaine. Si l’on supprime, bien entendu, les titulatures des églises construites aux xixe et xxe siècles, cette image est d’une qualité analogue à celle que donnerait un pouillé du xviie ou du xviiie siècle. L’avantage du pouillé est de mentionner les quelques paroisses disparues, paroisses qu’ignore l’ordo actuel33. Cependant, comme nous l’avons vu, ordo et pouillés ne fournissent qu’un seul – le plus officiel – des cultes liés à l’église paroissiale34. Si l’on veut atteindre le patron de la communauté, il faut chercher ailleurs, en utilisant, par exemple, les enquêtes et statistiques du xixe siècle, du côté du saint de la fête populaire.

Notes

1 M.-H. Froeschlé-Chopard, L'espace et le sacré : les lieux de culte en Provence orientale, approche d'une religion populaire, thèse, publiée à Paris, Cerf, 1994.

2 M.-H. Froeschlé-Chopard, Les lieux de culte en France et en Nouvelle France à l'époque moderne, enquête EHESS.

3 Cette enquête a été publiée sous le titre : Répertoire des visites pastorales de la France, première série, Anciens diocèses, Éditions du CNRS, tome 1, 1977, tome 2, 1979, tome 3, 1983, tome 4, 1985. Pour les pouillés, on pourra se reporter aux répertoires donnés dans les avant-propos des ouvrages de la collection des pouillés inaugurée en 1904 par A. Longnon (Recueil des Historiens de la France, Paris, Klincksieck, 11 volumes dont 10 parus, 1904-1972).

4 Le titre de l'église est fixé définitivement lors de la consécration de l'édifice. Il ne peut être changé que moyennant un indult du Saint-Siège, Dictionnaire de Droit canonique, tome 4, 1949, col. 264 (article « consécration des églises » par P. Bayart) et tome 7, 1965, col. 1277-1278 (article « titre d'église » par R. Naz).

5 Près de 300 paroisses sur 900 que comptait ce diocèse avant sa réduction à 726 paroisses, en 1697, où fut créé le diocèse de Blois.

6 Cf. Répertoire des visites pastorales de la France, op. cit., tome 2, p. 87-119 et R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle. Essai de sociologie religieuse, Rome, Edizioni de storia e letteratura, 1975.

7 Pouillé du diocèse de Chartres, s.l., N. Doublet, 1738. Le pouillé publié par G. Alliot en 1648 ne comporte pas d'indications sur les titulatures.

8 Enquête de Mgr L. Regnault, arch. diocésaines Chartres.

9 En plus de L'ordo divini officii ad usum dioecesis Carnotensis, ont été utilisés les ordo des diocèses d'Alençon et de Versailles dont dépend actuellement une partie de l'ancien grand archidiaconé.

10 Répertoire des visites pastorales de la France, op. cit., p. 299-306.

11 Arch. dép. du Var, I G 64, 65, 64, 67, I G 69, I G 70, I G 71,72.

12 Ces manuscrits, aujourd'hui perdus, ont été publiés par l'abbé J. B. Disdier dans le Bulletin de la Société d'études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguignan, tome 8, 1870-1871.

13 Cf. F. Achard, Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comtat Venaissin et de la principauté d'Orange, Aix, Calmen, 1787-1788, 2 vol.

14 La carte de Cassini a été établie à partir d'un document préparatoire dressant « l'état des villes, bourgs et villages, avec leurs dépendances […] donnés sur les lieux par les Curés de Paroisses et Seigneurs » (manuscrits conservés à l’IGN). Cf. F. de Dainville, Cartes anciennes de l'Église de France, Paris, Vrin, 1956, p. 88 sq.

15 Annuaire du diocèse d'Aix, renfermant les sept anciens diocèses d'Aix, d'Arles, de Marseille, de Toulon, de Fréjus, de Grasse et de Vence, compris dans les deux départements des Bouches du Rhône et du Var. Pour l'an XII de l'ère française (1803-1804). À Marseille, de l'imprimerie de la société typographique. Liste donnée dans Les évêques de Fréjus au xixe siècle par l'abbé H. Espitalier, Fréjus, s.n., 1904, p. 15-18.

16 Annuaire religieux de l'Église de Fréjus-Toulon, année 1977, Miclo, Toulon, p. 65-72. « Saints patrons et titulaires des paroisses » dans les Archives d'Histoire et d'Archéologie du diocèse de Fréjus et Toulon, janvier-mars 1936, p. 148-155.

17 Canoniquement, titulaire et patron sont strictement distingués. Dans la pratique, le titulaire peut être également patron c'est-à-dire protecteur de l'église mais seulement s'il s'agit d'un ange ou d'un saint. Si le titulaire est Dieu ou un mystère (le Sauveur, la Trinité, la Rédemption) on est obligé de choisir un patron différent. Le titulaire, choisi par l'ordinaire en accord avec le fondateur de l'église, est nécessaire alors que le patron – dont les formalités de désignation ont été précisées en 1630 – n'est pas indispensable, Dictionnaire de droit canonique, art. cit., et article « Culte : les bienheureux les saints patrons », tome 4, 1949, col. 882, par. E. Jombart.

18 Arch. dép. Eure-et-Loir G 778. Cité par R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres…, op. cit., p. 317.

19 Parmi des centaines d'exemples : « Avons visité l'église saint Jehan de Gellainville », F. Chaudet de Lazenay, grand archidiacre, 26 IV 1653, Arch. dép. G suppl. 146. « Nous nous sommes transportés à l'entrée de la principale porte de l'église paroissiale de Saint Pierre d'Ablis », G. Fogasse de la Bastie, grand archidiacre, II-IX-1724, Arch. dép. G. 804.

20 Visites de 1646. Arch. dép. G. 806.

21 « Cures des quatre archidiaconez du diocèse de Chartres où l'on voit les vicaires, charitez, annexes de chaque paroisse, les saints et saintes sous l'invocation desquels les églises ont été dédiées, sous le nom de patron… », op. cit., p. 33. La liste des patrons inclut la Trinité (ex. Gaudreville ou Le Loreau) ou le Sauveur (Champrond) ce qui montre bien qu'il s'agit des titulaires cf. note 108.

22 Exemple de réponse : Mignières-en-Beauce. Titulaire : saints Gervais et Protais. Patron secondaire : les trois Marie. Fête populaire et pèlerinage pour les trois Marie le 22 mai.

23 F. Girardin, Bulletin de la Société d’études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguignan, op. cit., articles « Bargemon », p. 176, « Brouès », p. 260, « Seillans », p. 139.

24 F. Achard, Description, op. cit., articles « Ampus » tome 1, p. 212, « la Bastide » tome 1, p. 309, « Cabasse », tome 1, p. 373.

25 F. Girardin Bulletin de la Société d’études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguignan, op. cit., article « Gassin », p. 110 ; F. Achard, Description, op. cit., articles « Claviers » tome 1, p. 460 et « Montfort », tome 2, p. 147.

26 Achard donne le nom de 93 fêtes pour ce diocèse de Fréjus : 15 correspondent à des saints nommés par lui comme patrons du lieu et 23 à des saints titulaires ; toutes les autres ajoutent d'autres cultes difficiles à identifier sans étude approfondie d'autres sources.

27 Ce résultat n'est pas sans intérêt. Dans les diocèses provençaux où les visites pastorales ont été perdues, il sera permis d'utiliser la statistique d'Achard.

28 Visites des grands archidiacres : François Chaudet de Lazenay en 1653, Arch. dép. Eureet-Loir G suppl. 146, en 1656 G 791, Louis Robert en 1682 G 796. Joseph le Meur en 1696, G. suppl. 156, en 1698, G. suppl. 157. Gaspard de Fogasse de la Bastie en 1719, G 802, 1724 G 804.

29 Procès-verbaux de visites des doyens ruraux d'Auneau en 1642, 1645, 1647, 1650, 1654, 1656, 1660, 1663, 1665, 1671, 1673, Arch. dép. Eure-et-Loir G 805, des doyens ruraux de Brou en 1640, 1646, 1648, 1649, 1651, 1655, 1657, 1659, 1661, 1666, 1668, 1670, Arch. dép. Eure-et-Loir G 806.

30 Saint Antoine supplante de même la patronne officielle sainte Madeleine à Andeville (1649, 1651, 1655), saint Eloi détrône saint Didier à Magny (1646) « Monsieur saint Fiacre » remplace saint Étienne à Francourville (1645-1647), sainte Radegonde est substituée à saint Hilaire à Thivars (1657), saint Nicolas à saint Laurent à Villeneuve-Saint-Nicolas (1640, 1648, 1649, 1651, 1657, 1659, 1670), saint Florentin à saint Pierre et Paul, à Rouvray-Saint-Florentin (1649). Parfois les doyens indiquent deux patrons : saint Antoine accompagne ainsi saint Chéron à Bouville (1659) saint Martin double saint Lubin à Brou (1649) saint Eloi s'unit à saint Germain à Morancez (1648) et saint Blaise à saint Orien à Meslay le Grenet (1648-1657) et à saint Denis à Vitray en Beauce (1659) tandis que le doyen de Brou ajoute, en 1651 et 1655, saint André à saint Anastase à Nonvilliers. Cf., notamment pour Combres, Happonvilliers et Nonvilliers, A. Bensa, Les Saints guérisseurs du Perche-Gouet, Paris, Institut d'ethnologie, 1978, p. 141, 145, 151.

31 Malgré des catégories qui semblent nettes, le terme de patron ne semble pas toujours désigner le patron du lieu et on a peut-être ici, comme au xviiie siècle, la trace d'une double titulature. À Fréjus, les patrons de la liste de 1936 sont quelquefois d'anciens titulaires, et la liste des fêtes, établie à cette même date, ne donne pas de parfaite correspondance entre celles-ci et les patrons désignés.

32 Dans deux cas (Angerville, Rambouillet), il s'agit apparemment du simple ajout d'un patron secondaire. À Saint-Hilarion, la mention de saint Georges est une erreur de l'ordo, lettre de l'abbé. Y. Chastel, curé de Saint-Hilarion, le 4 novembre 1982, précisant que le patron de l'église reste saint Hilaire (avec un patron secondaire : saint Antoine ermite), confusion avec la paroisse de Sonchamps.

33 C'est par exemple le cas de Guéhouville et Houdreville où nous avons constaté des divergences entre le pouillé et les visites (cf. note 120).

34 N'en est-il pas de même de la carte de Cassini constituée à partir des réponses des curés et seigneurs aux questions du géographe ? Une critique analogue devra être menée sur les renseignements donnés par cette carte.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540