Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie I. Généralités et problèmes de méthode

Chapitre 3. Les procès-verbaux de visites pastorales du diocèse de Chartres au XVIIe siècle

À propos d’une source de l’« histoire religieuse sérielle »

Texte intégral

  • 1 Il paraît superflu d’indiquer les références des importantes études effectuées, dans la voie ouver (...)
  • 2 P. Chaunu, « Une Histoire religieuse sérielle. À propos du diocèse de La Rochelle (1648-1725) et s (...)
  • 3 J. Gadille, M. Vénard, D. Julia, « Pour un répertoire des visites pastorales », Revue d’Histoire d (...)

1Des travaux récents ont confirmé la promotion des procès-verbaux de visites pastorales au rang de source historique majeure1. Le dépouillement systématique de ces documents a inauguré cette « histoire religieuse sérielle » dont M. Chaunu saluait avec raison l’avènement2. Une recherche coopérative sur programme patronnée par le CNRS s’attache à établir pour la France moderne et contemporaine le répertoire complet des visites pastorales3. Ce travail, dont l’initiateur fut le doyen G. Le Bras, doit permettre aux chercheurs d’avoir facilement, diocèse par diocèse, l’état d’une documentation dispersée dans les archives les plus diverses et susceptibles de rendre des services dans de nombreux domaines. Les procès-verbaux de visites constituent un matériau indispensable à toute étude sérieuse de sociologie religieuse.

  • 4 Publié trois ans après cet article, R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres (...)
  • 5 En 1611, l’évêque Pierre de Valernod visitant les paroisses cévenoles se voit bravé, en pleine ins (...)
  • 6 Cf. « État et valeur des sources aux différentes phases de la pratique », dans Introduction à l’Hi (...)
  • 7 L. Pérouas, « Les Visites pastorales aux xviie siècle et xviiie siècles. Leur intérêt pour une his (...)

2Un travail sur le diocèse de Chartres au xviie siècle4 nous a amenés à nous interroger sur la valeur des séries de procès-verbaux de tournées pastorales pour la période si importante des débuts du mouvement de restauration catholique. Il serait inexact de considérer le type chartrain comme valable pour toute la France moderne. Sans parler des visites du xviiie siècle et de leur qualité formelle supérieure manifestée par la généralisation du questionnaire imprimé, nous avons pour celles du xviie, d’un diocèse à l’autre, des éclairages très différents. C’est ainsi que le dépouillement des procès-verbaux de tournées pastorales des évêques de Nîmes au xviie siècle nous présente un tout autre type de documents, marqués par la présence obsédante de l’hérétique dans ce diocèse – présence qui, au début du siècle, peut aller jusqu’à perturber le cours de la visite elle-même5. Il nous semble cependant que la lecture que nous avons faite des procès-verbaux chartrains peut présenter un intérêt méthodologique au-delà du diocèse étudié. Les lignes qui suivent voudraient le montrer, dans la voie des réflexions critiques de G. Le Bras6 ou de L. Pérouas7. Nous évoquerons ensuite succinctement l’image de la Réforme catholique dans le diocèse de Chartres que suggèrent les visites de ses pasteurs.

Situation dans le temps

  • 8 Cf. G. Baccrabère, « Visite canonique », Dictionnaire de Droit canonique, tome 7, 1965, col. 1521.
  • 9 « Registrum visitationum statutorum et ordinationum », dans Mémoires de G. Laisné, vol. I, fo 173 (...)
  • 10 Commissarii interrogaverunt secreto dictos gagiarios (les marguilliers) si sciant aliquos defectus (...)
  • 11 L. Pérouas, op. cit., p. 229 et note 7 : « H. de Laval allait jusqu’à demander aux laïques de lui (...)
  • 12 Cf. J. Gallerand, « Le Jansénisme en Blésois », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1969, p. 2 (...)
  • 13 Cf. le traité tout rempli de citations du Concile que l’archidiacre de Dunois, Nicolas Janvier, co (...)

3Il convient d’abord de situer les visites dans la longue durée afin de mieux nous garder des pièges que la théologie risque de tendre à l’historien de la pastorale. Quand c’est possible, il faut comparer les inspections pastorales de l’époque moderne à celles du Moyen Âge. L’Église gallicane a connu au xve siècle une réelle activité visiteuse8. Au-delà du modèle borroméen, les procès-verbaux du xvie ou du xviie siècle rappellent à bien des égards ceux de la période précédente. Nous l’avons constaté autant pour l’inspection des lieux que pour celle des personnes. Ainsi, pour la visite des autels, les visiteurs chartrains du premier xviie siècle manifestent une sollicitude extrême à l’égard des tabernacles et leur contenu. Il nous a paru légitime, à ce propos, d’évoquer le christocentrisme de ces hommes dont les trois plus importants, les archidiacres Nicolas Janvier, Blaise Le Féron et Lazenay, ont été liés au milieu bourdoisien. Nous devons penser aussi aux prescriptions du concile de Trente, aux ordonnances des visites de saint Charles Borromée, mais nous ne devons pas oublier que, par exemple, les visites de l’évêque Louis Guillard en 1535 comportaient une inspection précise des linges et des vases sacrés, un très grand souci du Saint Sacrement9. De même, pour les questions posées aux fidèles sur la moralité des clercs. Elles ne constituent pas – avant la lettre – une sorte de « promotion du laïcat », mais représentent une survivance : au xvie siècle, voire au xve, nous avons rencontré de telles interrogations des laïques10. Par suite, nous ne sommes pas étonnés de constater qu’au xviie siècle des visiteurs d’horizons théologiques aussi divers que l’archidiacre Le Féron, augustinien convaincu, ou son collègue Lazenay, hostile au jansénisme, s’informent auprès des fidèles de la vie et des mœurs du clergé. Par contre, nous le comprendrions mal si nous pensions, comme le R. P. Pérouas11, que de telles demandes expriment une pastorale d’inspiration augustinienne, une ecclésiologie inspirée de l’Église primitive, une « large vision de l’Église peuple de Dieu dont font partie intégrante les laïques ». À la mi-xviie siècle, à Chartres, malgré quelques remous12, les antagonismes théologiques restent secondaires. L’austère – et moliniste – évêque Jacques Lescot (1641-1656), âme de la restauration catholique, a pour vicaire général et ami un janséniste avéré, Blaise Le Féron. L’identité de style pastoral entre les collaborateurs de ce prélat s’enracine dans la tradition réformatrice de l’église gallicane enrichie de l’apport tridentin13.

Bons et mauvais visiteurs

  • 14 Dès 1622, le pénitencier de l’évêque L. d’Estampes célèbre solennellement la fête de Saint-Charles (...)
  • 15 Vie de M. de Léris, Bibliothèque Arsenal, ms. 4010.
  • 16 Arch. dép. Chartres G. suppl. 148 (non daté) : Lazenay fut grand archidiacre de 1635 à 1662.
  • 17 J.-B. Thiers, La Sauce Robert ou avis salutaires à M. Jean-Robert, grand archidiacre de Chartres, (...)

4À Chartres, comme ailleurs, l’esprit tridentin nous amène au modèle pastoral commun, saint Charles Borromée14. Mais la grande ombre de l’archevêque de Milan risque d’obscurcir notre propos en imposant d’emblée une image édifiante, voire héroïque, de la visite. En fait, si la nécessité de procéder à des tournées pastorales s’impose aux responsables des diocèses, la réalisation est œuvre d’hommes aux exigences spirituelles fort inégales. À la limite, elle risque de constituer une agréable évasion aux champs. Loin des montagnes où s’exerçait le zèle d’un saint Charles ou d’un saint François de Sales, la visite printanière ou automnale des paroisses beauceronnes ou des églises du bocage percheron peut se limiter, pour les dignitaires ecclésiastiques qui l’effectuent, à une occasion de festoyer avec les curés inspectés : dans sa Vie de M. de Léris, le prêtre vendômois Courtin présente, avant sa « conversion » par Bourdoise en 1643, le grand archidiacre de Chartres, Lazenay, comme un « homme de plaisir et de bonne chère » qui « alloit en visites plutôt pour se divertir avec ses curés que pour les régler et mettre le bon ordre dans la paroisse15 ». Après sa conversion, cet archidiacre prescrivit aux curés qui devaient le recevoir un menu type qui laisse rêveur sur ce que devaient consommer ses confrères moins exigeants : « Pour le traitement, je désire que il en soit ainsi : à disner du boeuf et du mouton dans le pot sans autre viande. À souper du boeuf et du mouton dans le pot avec un pièce de mouton ou de veau rostis si vous voulés. Les jours maigres point de poisson du tout16 ». Or, tous nos visiteurs n’ont pas l’ardeur de Lazenay après sa « conversion ». Dans La Sauce Robert, pamphlet dirigé contre un successeur de Lazenay, Robert, le curé beauceron Jean-Baptiste Thiers exhorte cet archidiacre à ne plus « loger de chasteau en chasteau, de noble en noble lorsque vous ferez vos visites17 ».

  • 18 En 1651 (G 809).

5Par ailleurs, nous avons eu la bonne fortune de trouver dans un registre de visites du doyen de Perche, Lormeau, une lettre du grand archidiacre reprochant à son collaborateur de ne pas faire sérieusement sa tournée, lui donnant des directives précises et lui reprochant de se faire donner dans chaque paroisse 37 sols du curé et autant de la fabrique, alors que son droit de procuration représentait 17 sols 6 deniers de la part du clergé et la même somme des marguilliers18. Ici apparaît un autre aspect de cette sorte d’« enfer » des visites pastorales : après la gourmandise et la paresse, la cupidité. En effet, grâce aux droits de procuration, la visite est une opération d’autant plus rémunératrice que, si le visiteur est chanoine, il continue à percevoir ses distributions, étant réputé présent au chœur. La tentation sera grande de multiplier les visites et donc les perceptions de droits, quitte à réduire le temps consacré à l’inspection. Même un visiteur de bonne volonté, ce qui semble être le cas de la majorité de ceux qui exercent leur activité à Chartres vers le milieu du xviie siècle, ne peut guère consacrer plus d’une heure à chaque visite, encore celle-ci comportait-elle une importante partie liturgique (réception solennelle, procession au maître-autel, exposition du Saint Sacrement, procession aux fonts baptismaux). Enfin, l’attention d’un visiteur peut s’user et ses visites deviennent plus superficielles : ainsi Blaise Le Féron archidiacre de Dunois, dont nous possédons une série de procès-verbaux de 1630 à 1658, les premiers très détaillés, les derniers extrêmement sommaires.

6Manque de sérieux, manque de temps, ralentissement de la ferveur réformatrice conjugués avec la fréquente discrétion du clergé et du peuple inspectés peuvent aboutir à de singulières lacunes dans nos registres de procès-verbaux. C’est ce dont il faut être particulièrement conscient au moment de l’établissement des séries.

Des séries nécessaires mais souvent fragiles

7Les lacunes des procès-verbaux de visites concernent tantôt le comportement du clergé, tantôt celui du peuple chrétien. D’autres renseignements ont plus de chance de s’approcher de la réalité : il s’agit surtout des donnés statistiques des prêtres et des communiants et des indications de caractère iconographique. Enfin, les visites constituent un matériau intéressant pour des recherches de psychologie collective.

  • 19 Ibid., p. 201, note 2.
  • 20 La pudibonderie de Bourdoise l’amène, par exemple, à cette curieuse interprétation de la naissance (...)

8À propos du clergé, il est un aspect du comportement des prêtres qui peut paraître évoqué avec une certaine sûreté par les visites pastorales : les manquements au célibat ecclésiastique. Le R. P. Pérouas le pense : « Sur plus de 400 prêtres visités par l’évêque entre 1649 et 1665, nous avons relevé seulement 16 cas de ce genre, qu’il s’agisse de liaisons affichées ou seulement de familiarités trop poussées. Les paroissiens étaient assez susceptibles sur ces questions et avaient assez de facilité pour se plaindre à l’évêque pour qu’on puisse considérer ce chiffre comme à peu près total19 ». Nous ne pouvons partager cette conviction. Certes, comme leur ami Bourdoise20, nos visiteurs chartrains sont en général sévères pour les péchés de chair. Leurs efforts ont obtenu apparemment de bons résultats : ainsi, dans le Dunois, le sévère Blaise Le Féron qui relevait 6 % de manquements dans ce domaine autour de 1630, n’en constatait guère que 1 % à la mi-siècle. Malheureusement, ces chiffres ne présentent aucune sûreté, et ce n’est qu’avec une extrême prudence que nous pouvons les utiliser à l’appui de l’hypothèse d’une certaine amélioration des mœurs ecclésiastiques.

  • 21 Ibid., p. 20.

9Nous avons acquis la certitude des lacunes de nos séries sur ce point en comparant les donnés des visites pastorales aux renseignements fournis par les quelques dossiers subsistants des informations ouvertes contre des prêtres devant les officialités archidiaconales, ce que L. Pérouas n’a pu faire pour La Rochelle à la mi-siècle, puisque les plus anciens documents d’officialité dans ce diocèse sont de 167621.

  • 22 Arch. dép. Chartres G 826 à G 838.
  • 23 Arch. dép. Chartres G 778.

10Pour prendre un exemple précis, dans le même archidiaconé de Dunois, les visites de la paroisse du Mée de 1642 à 1655 nous montrent que tout est en ordre et sans plainte22. Or, en 1656 (la paroisse n’est pas visitée cette année-là), le curé du Mée, dénoncé par le seigneur du lieu qu’il a insulté, fut traduit devant l’official de Dunois. Les témoignages recueillis à cette occasion auprès des paroissiens sont accablants, et surtout dénoncent des manquements antérieurs de plusieurs années : chasse, ivrognerie, violences de toutes sortes, négligences dans son ministère. L’un ne l’a « jamais veu faire le catéchisme depuis qu’il est curé », plusieurs autres dénoncent des voies de fait du curé sur la personne de divers paroissiens, surtout diverses femmes lui reprochent ses « discours salles et deshonnestes », ou même d’avoir voulu les « cognoistre charnellement », etc.23 Or, dans les visites pastorales des années précédentes, les paroissiens se sont tus ou n’ont pas jugé utile de se déranger pour dénoncer leur curé. Pourquoi cette discrétion ? Dans l’exemple que nous venons de citer, il est instructif de noter que c’est à la suite du seigneur de la paroisse que les langues se délient. Dans bien des cas, le paroissien devait redouter les réactions de son curé, s’il le dénonçait.

  • 24 Visites du grand archidiacre en 1656, Arch. dép. Chartres G 791. Dans son traité De Visitatione, l (...)
  • 25 Visites du doyenné du Perche, 1651, plusieurs exemples Arch. dép. Chartres G 809.

11Nous avons trouvé une série de preuves de ces appréhensions ; parfois les visiteurs prennent la précaution de faire sortir le curé pour « donner plus de liberté de parler à ses paroissiens24 », mais cela suffit-il à empêcher le curé de savoir qui l’a dénoncé ? C’est douteux, car souvent il y a peu de monde à la visite. Aussi arrive-t-il que les dénonciations soient faites hors de la visite : « l’on nous a rapporté en particulier les habitants n’ayant voulu parler » ou « qui n’ont osé parler publiquement25 ».

  • 26 Officialité de Dourdan, G 900.
  • 27 Ibid.
  • 28 Exceptionnelle, cette réaction violence d’un paroissien dénoncé comme non pascalisant qui réplique (...)

12Dans les procédures d’officialités nous avons vu apparaître le phénomène d’intimidation en même temps que le jeu des solidarités cléricales : ainsi, le curé de Brétencourt se trouve emprisonné, en 1656, à la suite d’une « batterie ». Il adresse de sa prison une lettre à un de ses confrères, le suppliant « de la part de Dieu et de la charité fraternelle ecclésiastique qui est encore davantage » d’inciter un de ses accusateurs à renoncer à sa déposition, « en l’assurant que j’ay assez de courage et de ressentiment pour ne pas laisser un tel déplaisir impuny26 ». Quant au bénédictin desservant Orfin en 1658, il a affirmé aux paroissiens lors des confessions pascales qu’« ils ne devoient point déposer contre leur curé quelques contrainte qu’ils en aient, le curé étant le père spirituel de ses paroissiens », et « refusoit l’absolution à ceux qui avoient déposé » dans l’information ouverte contre le curé du lieu27. Les paroissiens peuvent également craindre que les solidarités ecclésiastiques ne jouent contre eux dans un procès d’officialité. Ceci doit souvent les conduire au silence28.

  • 29 Ibid., p. 201.
  • 30 L’expression est de G. Le Bras, Études de Sociologie religieuse, 1955, tome I, p. 215.
  • 31 Officialité de Dourdan 1658, Arch. dép. Chartres G 900.

13Les relations entre paroissiens et clergé sont variées. S’il arrive que les fidèles redoutent leur pasteur, nous avons vu s’établir également des complicités entre clercs et laïques. Le R. P. Pérouas note, concernant la chasse ou la fréquentation du cabaret, que « les visites ne fournissent à peu près aucun détail sur le laisser-aller du clergé » parce que « les fidèles ne s’en choquaient guère29 ». Cette indulgence ne pouvait-elle s’étendre au comportement sexuel des ecclésiastiques ? C’est là une autre cause possible du silence de nos textes : si le curé ne dénonce pas les marguilliers abusifs ou, en matière de devoir pascal, « les retardataires paisibles30 », la réciproque devait être vraie pour les fautes morales du curé, surtout si ce dernier accomplit bien ses fonctions pastorales. C’est ce que suggèrent les pièces du procès intenté à Nicolas Aveline, curé de Sainville. Elles montrent l’incontinence de cet ecclésiastique, mais aussi son zèle dans l’administration des sacrements et sa charité à l’égard de ses ouailles31, raisons probables de l’absence de doléances contre ce curé au cours des visites pastorales. Si nous envisageons l’intempérance des prêtres, nous constatons une nette diminution des plaintes dès la fin de l’épiscopat de Léonor d’Estampes (1620-1641). Or en 1647, une ordonnance de Lescot, qui faisait de la fréquentation des tavernes par les clercs un « cas réservé », précisait que « tous les moyens dont on s’est servi jusqu’ici soit dans notre diocèse soit es autres circonvoisins ont esté inutiles ».

  • 32 Cf. I. Noye, « La Formation du clergé à la pauvreté dans la deuxième moitié du xviie siècle », Rev (...)

14En ce qui concerne les manquements à la charité dans l’exercice du ministère pastoral et l’âpreté au gain du clergé, les visites sont discrètes. Elles sont sans doute encore plus lacunaires à cet égard que sur les manquements à la continence et à la tempérance. Et pourtant, telle note adressée au grand archidiacre et insérée dans son registre de visites de 1670 par un doyen scrupuleux, fait écho aux imprécations de Bourdoise contre l’avidité du clergé32 :

  • 33 Arch. dép. Chartres G 806.

La remarque universelle que je recognois depuis que je suis chargé de la commission de doyen de Brou c’est que nous sommes trop exacts envers nos pauvres habitans extorquant d’eux avec des rigueurs plus qu’il n’appartient pour les services, que nous gourmandons les pauvres peuples, menaçant de les ruiner en procès, mesme souvent avec injures. L’on voit sortir le feu de leurs yeux et de leur visage. Je confesse que j’en ay bien eu de la confusion. Je scay que tous ces Messieurs ont bien du respect pour vous et de la créance, pourquoy aux occasions je vous supplie de leur imprimer dans l’âme qu’estans pères spirituels, ils ayent de la douceur et humanité. Deus superbis resistit, humilibus dat gratiam.33

15Pas plus que nous ne pouvons établir la courbe des vertus cléricales à partir des procès-verbaux de visites, nous ne pouvons fonder sur ce matériau une connaissance sûre du comportement du peuple chrétien. Nous l’avons constaté à propos du problème passionnant des fabriques paroissiales. D’une façon générale, au xviie siècle, elles sont mal gérées, les comptes ne sont pas rendus, les inventaires ne sont pas toujours rédigés, les biens de la fabrique se donnent à ferme oralement, les deniers lui appartenant sont détournés… Mais il n’est pas possible d’établir des statistiques sûres sur la gestion des fabriques, car souvent les visiteurs ne prennent pas la peine de noter qu’ils ont sommé les marguilliers de rendre leurs comptes. Un procès-verbal mentionne qu'ils n’ont pas été rendus depuis dix ou vingt ans, et qu’aucune plainte ou ordonnance concernant lesdits comptes ne se manifeste les années précédentes. La dénonciation des réfractaires au devoir pascal présente les mêmes lacunes.

16Dès lors, quels résultats pouvions-nous attendre du dépouillement de ces procès-verbaux ? Ils nous semblent pouvoir donner des renseignements valables concernant la statistique du clergé et peut-être des fidèles, ainsi que sur l’état des églises. Nous y trouvons aussi une certaine image du comportement moral et pastoral des ecclésiastiques et surtout un document immédiat sur la mentalité des artisans de la Réforme catholique.

  • 34 Sur cet aspect de la Réforme catholique, cf. L. Pérouas, op. cit., p. 446.
  • 35 J. Ferté, op. cit., p. 59.

17Dans l’établissement de nos séries, nous pouvons considérer comme objectivement solides les mentions de l’identité des ecclésiastiques et, éventuellement, de leurs titres universitaires ou de leur diocèse d’origine. Ces indications permettent d’établir les effectifs du clergé, l’évolution du nombre des vicaires et des prêtres habitués. Rapportées aux chiffres arrondis des communiants fournis par les curés, elles nous donnent l’importance de l’encadrement clérical, de l’ordre d’un prêtre pour 400 catholiques comme dans le diocèse de La Rochelle à la même époque. À la mi-siècle, une réduction de l’ordre de 5 % du nombre des prêtres apparaît. Elle n’est pas encore causée par l’épuration de la plèbe des « prêtres habitués34 », mais par une diminution du nombre des vicaires due à l’esprit d’économie de certains curés que les archidiacres exhortent sans succès à se pourvoir d’un vicaire. Les mentions de la provenance géographique des clercs nous ont permis de retrouver l’immigration des prêtres normands relevée par Mlle Ferté pour les campagnes parisiennes35.

  • 36 Pour Châteaudun, coïncidence avec les chiffres donnés par M. Couturier, Recherches sur les structu (...)
  • 37 L. Pérouas, op. cit., chap. I ; E. Le Roy Ladurie, Paysans du Languedoc, Paris, SEVPEN, 1966, 5e p (...)
  • 38 Cf. P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, SEVPEN, 1960, p. 79.

18Les procès-verbaux de visites contiennent parfois l’indication marginale du nombre des communiants. Ces chiffres donnés par les curés comportent évidemment des erreurs. Il ne saurait être question de leur accorder un crédit exagéré. Il nous est néanmoins apparu qu’ils ne contredisaient pas ceux établis par d’autres recherches36 et que nous pouvions admettre, comme le R. P. Pérouas pour le Poitou et l’Aunis ou E. Le Roy Ladurie pour le Languedoc37, qu’ils constituent une intéressante approximation de la démographie de la région étudiée. Rappelant le dimorphisme démographique établi par Pierre Goubert38 entre la Picardie limoneuse et le Bray bocager, nous avons constaté que la population des doyennés de plaine (Auneau, Epernon) avait souffert davantage de la crise du temps de la Fronde que les habitants des doyennés bocagers du Perche et de Brou.

  • 39 Cf. le traité De Visitatione, op. cit., et les Instructions du grand archidiacre aux doyens ruraux (...)
  • 40 Arch. dép. Chartres G 820.

19Les indications concernant l’état des églises et particulièrement des autels sont nombreuses. Les directives de visite prescrivent de s’en occuper39. Tous nos visiteurs y veillent. La masse des observations qu’ils consignent à ce sujet est relativement solide puisqu’il s’agit de constatations immédiates. Les bâtiments d’église sont, dans ce diocèse épargné par les « guerres de M. de Rohan », en assez bon état ; les destructions du siècle précédent avaient dû être, pour l’essentiel, réparées. Par contre, dans les plus anciennes de nos visites, la tenue des autels et des vases et linges sacrés est médiocre dans près d’une église sur deux ; en 1630, Blaise Le Féron note même avec scandale dans plusieurs églises que les hosties sont mangées aux vers (ainsi à Boursay : « lequel vermisseau avons faict recognoistre audict curé et vicaire et par luy mesme écrazé sur l’autel […] et pour la faute et irrévérence arrivée aux sainctes hosties par la négligence dudict curé, en pénitence luy avons enjoinct de jeusner trois jours entre ce jour et quinzaine et en outre d’ausmoner à la fabrique une aulme de toille blanche pour fere un corporal40 »). Dans le grand archidiaconé, Lazenay et ses collaborateurs rencontrent une situation particulièrement mauvaise, concernant la tenue des autels, dans les doyennés de Brou (manquements dans plus du quart des paroisses, 1646) et Rochefort (réprimandes dans le tiers des paroisses, 1647). Un effort particulier est fait pour amener les curés à placer les tabernacles sur l’autel. L’action des visiteurs semble avoir assez rapidement obtenu de bons résultats. Dès la mi-siècle, à la fin de l’épiscopat de Jacques Lescot, les autels paraissent le plus souvent bien tenus. Les visites postérieures marquent un progrès des exigences des archidiacres qui demandent de dorer ou doubler les tabernacles.

  • 41 Le plus ancien recueil de procès-verbaux du xviie siècle (1628), Arch. dép. Chartres G 819, ne cor (...)

20La masse des renseignements contenus dans les procès-verbaux est relative à la réforme du clergé. Dans certains domaines, la situation est satisfaisante dès le début de la période envisagée41 : ainsi, les plus anciens procès-verbaux subsistants ne font apparaître que 5 à 6 % de curés manquant à la résidence. À partir de 1634, l’archidiacre ne juge plus utile de préciser après le nom du curé « curé dudit lieu y résident ». De même, les plaintes pour négligence dans l’administration des sacrements sont-elles extrêmement rares dès la même époque.

  • 42 Visites de 1628-1634, Arch. dép. Chartres G 819, 820, 821, 822.
  • 43 Arch. dép. Chartres G 806.

21Par contre, les plus anciennes de nos visites, dans la période 1628-1634, montrent d’assez graves lacunes dans le comportement moral du clergé. Nous avons trouvé des reproches d’intempérance ou d’incontinence dans plus du quart des paroisses. Ainsi, pour la seule année 1628, 9 % des ecclésiastiques visités se voient reprocher de « visiter les tavernes » ou de s’enivrer, 8 % d’entre eux sont accusés de manquer au célibat ecclésiastique42. Dans le doyenné de Brou, encore en 1646, ivrognerie ou fréquentation des cabarets donnent lieu à réprimande dans 8 paroisses sur 38, « hantise des femmes » dans 7 (dont 2 sont également le théâtre de prescriptions concernant les cabarets)43. Nous avons vu le caractère incertain de ces chiffres fort lacunaires. Aussi est-ce sans illusions que nous avons dressé le bilan quantitatif des reproches adressés aux ecclésiastiques pour leurs mœurs. Nous avons constaté une nette diminution de ces blâmes, qui finissent par disparaître complètement dans certains doyennés et ne plus représenter dans les autres qu’une proportion de 1 à 3 % à la fin de l’épiscopat de Jacques Lescot (1641-1656). Il est probable que ces chiffres traduisent une certaine amélioration de la moralité du clergé, mais leur massivité ne saurait garantir leur solidité.

  • 44 Cf. J. Ferté, op. cit., p. 222.
  • 45 Arch. dép. Chartres G 810.

22Le zèle professionnel paraît honorable pendant toute la période, hormis pour le catéchisme qui entre difficilement dans les habitudes pastorales. Les visiteurs s’enquièrent parfois des prédicateurs d’Avent et de Carême, dont les vies et mœurs sont jugées le plus souvent satisfaisants. Il arrive exceptionnellement que, comme dans le diocèse voisin44, leur enseignement soit d’une orthodoxie douteuse : ainsi ce prédicateur de Rochefort « de très perverse doctrine » qui a enseigné, en 1650, qu’« une personne qui recevait le Saint Sacrement en estat de péché mortel ne recevait point le sacrement » et que le Christ en croix aurait dit : « Mon Père, pardonnez-leur, car s’ils cognoissoient ma divinité ils m’auroient pardonné toutes mes fautes45 ».

  • 46 Ibid., p. 233.
  • 47 Arch. dép. Chartres G 828.
  • 48 Les visites pastorales confirment la notation du R.-P. Dhotel : « La scolarisation est généralemen (...)
  • 49 En 1653, Arch. dép. Chartres G suppl. 146.

23Le peuple chrétien est présent aux visites en nombre variable. L’importance de la hiérarchie sociale ressort de la simple mention du nom des fidèles présents par ordre de dignité décroissante, mais aussi de l’acuité des querelles de préséance pouvant donner lieu, dans l’église, à de véritables « batailles pour le rang », du style de celles étudiées par M. Couturier entre les différents corps de magistrats de Châteaudun46 : contestations entre marguilliers pour savoir qui passera devant pour faire la quête, entre gentilshommes pour recevoir le pain bénit le premier ou pour entendre lire au prône le nom de ses ancêtres défunts avant ceux des autres dans la liste des fondations. Cette hiérarchie sociale pose des problèmes au clergé réformateur, désireux de séparer le sacré du profane et surtout d’affirmer l’éminente dignité du sacré et donc du prêtre serviteur du sacré. Cette exigence se manifeste par l’expulsion du chœur des églises des bancs des personnes de qualité, à l’exception de ceux des seigneurs hauts-justiciers, ou par l’affirmation de la préséance des ecclésiastiques sur les laïques quel que soit leur rang, témoin cette prescription de Le Féron, à Châtillon-en-Dunois, en 1646 : « avons défendu au marguillier de donner du pain bénit aux gentilshommes devant tous les prestres47 ». L’école elle-même, malgré l’importance de l’aspect catéchétique de l’enseignement48 qui est parfois donné par un ecclésiastique, ne doit pas être tenue dans l’église, mais « en quelque lieu destiné pour cet usage ». Les visiteurs veillent dans l’inspection des écoles à l’observation d’un ordre fondé sur la « bonne vie » des enseignants, sur la séparation des sexes, sur la discipline des élèves. Le grand archidiacre n’hésite pas, le cas échéant, à prendre des mesures vigoureuses : révocation d’un maître d’école qui « pourroit par son mauvais exemple corrompre la jeunesse », punition d’écoliers turbulents, « dont l’insolence […] est très grande, dont on nous a faicte plainte et que nous avons recognue nous mesme. Nous avons ordonné audit curé et vicaire, au maitre d’escolle et au bedeau de les chastier sur le champ49 ».

  • 50 Parfois la misère a empêché l’élection de gagers (« ayant appris qu’il n’y avoit point de gagers à (...)
  • 51 En 1647, à Epernon, G 808.
  • 52 Arch. dép. Chartres G 808.

24Ceux des laïques auxquels archidiacres et doyens s’intéressent le plus sont les marguilliers (qu’on appelle le plus souvent, dans le diocèse de Chartres, « gagers »). Ils s’acquittent assez mal de leurs obligations. L’ordre de rendre les comptes au plus tôt est un véritable leitmotiv de nos visiteurs. C’est que, dans une période de prélèvements fiscaux accrus et de crises économiques, les communautés d’habitants ont tendance à détourner l’argent de la fabrique pour payer la taille50. Les textes relatifs au détournement de l’argent des fabriques sont nombreux et évoquent, une fois au moins de façon explicite, la complicité du clergé51. Citons cette notation significative, à Maintenon en 1656 : « nous avons appris que la coustume a esté de divertir les deniers aux tailles et autres choses semblables52 ».

  • 53 En 1670, à Patay, réprimande à un maître d’école qui « enseigne les enfants des huguenots et même (...)

25La minorité protestante pose très peu de problèmes, sauf à Châteaudun au début de la période. On relève au contraire de nombreux indices d’une véritable symbiose entre catholiques et réformés : cela va de l’œcuménisme du cabaret à celui de l’école. Certains maîtres d’école catholiques enseignent aux enfants protestants le rudiment de leur croyance53.

  • 54 G. Le Bras, Introduction à l’Histoire de la pratique religieuse en France, Paris, PUF, 1942, tome  (...)
  • 55 Arch. dép. Chartres G 808.

26La pratique pascale paraît universelle, hormis les quelques affaires classiques d’inimitiés ou de concubinage. Sur ce point, notre dépouillement a confirmé, pour l’essentiel, ce que notait il y a 30 ans le doyen Le Bras à partir de sondages faits dans le même diocèse54. Un cas particulier, assez extraordinaire, est celui de Rambouillet, où se manifeste une résistance exceptionnelle à l’obligation pascale, sous deux curés différents. Le premier des deux, Eléazar de Fougeray, précisait en 1654 que les 40 récalcitrants (sur 500 communiants) avaient « manqué à leur devoir sans autre raison que par mespris des préceptes de l’Église et par libertinage55 ».

  • 56 Pour 312 prêtres, « 5 % à peine sortent des populations à activité agricole » (M. Couturier, op. c (...)
  • 57 Visites, 1674-77, G 808.
  • 58 L. Pérouas, op. cit., p. 409 et 470.

27Ce « libertinage » des paroissiens de Rambouillet nous paraît un cas limite des tensions qui s’expriment parfois dans nos documents entre le clergé et les fidèles. Les procès-verbaux de visites, pas plus que les registres de collations, ne permettent de savoir si ces tensions se doublent de l’appartenance à des groupes sociaux différents. C’est probable : les conclusions de M. Couturier montrent que pour la région dunoise une infime minorité de prêtres est issue du milieu rural56. Certes les fidèles participent à l’essor des dévotions christologiques ou mariales mises en honneur par la Contre-Réforme. Ils s’associent au mouvement d’embellissement des autels ou de construction des retables. Mais, par ailleurs, on sent les paroissiens attachés à des coutumes qualifiées d’abusives ou superstitieuses, à des statues qui (telles saint Martin à cheval) sont jugées « indécentes » par les nouveaux prêtres de style bourdoisien. À Rambouillet, précisément, le doyen rural demande au curé de « faire connoitre aux habitans combien est grand le péché de superstition et de ne plus se servir d’oraisons superstitieuses », ou de mettre fin à la quête organisée le lundi de Pâques par les filles « qui en habillent une petite avec beaucoup d’attours et d’affiquets […] où il se commet beaucoup d’insolences »57. Qu’ils soient augustiniens ou molinistes, archidiacres et doyens participent de cette absence de « vision chrétienne des valeurs profanes » que le R. P. Pérouas a excellem ment montrée pour le diocèse de La Rochelle58. Par ailleurs, les exigences de certains confesseurs peuvent aboutir à la « procédure rude » du délai d’absolution : à Saint-Lucien (doyenné d’Epernon), en 1654, il y a 10 % de non pascalisants parce que le curé « auroit jugé à propos de les faire différer pour ne pas les avoir trouvés suffisamment instruits ». Il appartiendra aux recherches de sociologie religieuse régressive d’établir si le refus sans nuances du niveau de la religion populaire ne fut pas une des sources de la déchristianisation des campagnes chartraines.

  • 59 Cf. la communauté d’inspiration entre les traités de « cléricature » de l’archidiacre Janvier, com (...)
  • 60 Le mot réforme est de leur vocabulaire : « nous n’avons trouvé aucune chose à réformer ce qui nous (...)
  • 61 Sur cet aspect capital, cf. A. Dupront, « Le Concile de Trente et la réforme tridentine », art. ci (...)

28Enfin, et c’est un de leurs principaux mérites, les visites pastorales sont un document pour l’histoire de la psychologie collective. Si stéréotypé soit-il, le style des greffiers ecclésiastiques véhicule tout un vocabulaire de réforme par quoi s’expriment les aspirations pastorales d’un milieu de clercs particulièrement influencé par Saint-Nicolas-du-Chardonnet59. Le leitmotiv des procès-verbaux est la notion d’ordre. Si l’église et l’autel sont propres, si le clergé n’exprime pas de plaintes contre les fidèles, ni ceux-ci à l’égard du clergé, il arrive que le visiteur se contente de mentionner que « tout est en bon ordre ». Prenons, à titre d’exemple de cette prospection des thèmes, l’image du « bon prêtre » qui ressort des procès-verbaux de nos « réformateurs »60. Il doit être conscient de la valeur éminente du ministère et de la nécessaire spécificité de la condition cléricale61 : « nous luy avons remonstré (à un prêtre ivrogne) la turpitude de son crime, la dignité de son caractère, comme il le vilipendoit et le scandale qu’il donnoit à tout le monde » (Magny, 1646). Il s’abstient de toute activité profane, « de marchandise et négociation » (La Gahandière, 1634), « de faire le poil ny autres exercices de chirurgien » (Châteaudun, 1634), « d’aller à la chasse » (Fontaine Raoul, 1654) et, surtout, d’aller aux tavernes, ce qui est « messéant à un homme de sa condition » (Bonneval, 1634). Il doit manifester sa spécificité en revêtant « l’habit ecclésiastique » (Cloyes, 1634), qui doit être son vêtement habituel, portant « sa sotanne d’ordinaire, avec décence » (Bouffry, 1639). Il « réside actuellement dans sa paroisse », où il doit mener une vie exemplaire, « usant de toute modestie et honnesteté » (Châteaudun, 1630), menant « une vie ecclésiastique et exemplaire » (Brétencourt, 1656). Les habitants sont « édifiés de son bon exemple » (Mérobert, 1650). Il rend à ses paroissiens les « devoirs qu’il est tenu de leur rendre au spirituel » (Patay, 1630), « les instruit à la doctrine chrestienne » (Orgères, 1630), il ne doit pas être « négligent de se lever de nuict pour aller aux malades » (Bourguérin, 1628). Le prêtre doit dire les offices « avec dévotion » (Gazeran, 1647) et « porter la révérence qu’il doit au Saint Sacrement » (Epernon, 1647). L’obligation catéchétique rappelée par nos différents visiteurs donne lieu à des formulations variées sous la plume du doyen de Rochefort, Baudouin, en 1647 : « instruire et catéchiser la jeunesse environ l’heure des vespres à ce que le peuple soit instruict du salut de son âme » (Dourdan), « continuer l’instruction et doctrine chrestienne tant à la jeunesse qu’au aultres personnes » (Corbreuse), « catéchiser la jeunesse à l’heure de vespres afin de pouvoir édifier tout le peuple et le conduire à la gloire de Dieu » (Saint-Mesme), « interroger les enfans sur les articles de la foy et aultre doctrine chrestienne et conduire son peuple au port du salut » (Semaise).

29D’autre part, il arrive que les propos des fidèles et du clergé soient retranscrits tels quels : ainsi, de ce curé de Bazoches-en-Dunois déclarant à l’archidiacre, en 1630, « qu’il estoit maistre en son église et que ny avions aucun pouvoir et que c’estoit à luy à tenir le haut bout en notre présence », ou de ces paroissiens de La Gahandière qui accusent, en 1634, leur curé d’être un « haracier et un plaideux qui mange les uns et les autres et les consomme en frais… ».

  • 62 Cf. A. Dupront, « Cahiers de doléances et mentalités collectives », Actes du 89e Congrès des Socié (...)

30C’est pourquoi il nous a paru utile de compléter notre travail par un index sémantique inspiré des dépouillements faits par le séminaire d’Alphonse Dupront sur les cahiers de doléances de 1789, qui présentent le même genre de documents à plusieurs niveaux62. Il nous semble, en effet, que c’est en tant que document sur la mentalité de ceux qui les firent ou les inspirèrent que les procès-verbaux de visites sont une source particulièrement intéressante. Ils sont aussi irremplaçables pour fournir les cadres de toute étude de sociologie religieuse : dénombrement du clergé, des communiants, état des lieux de culte, éventuellement mention des confréries. Nous devons prendre notre parti des lacunes concernant le comportement religieux et moral des prêtres et des laïques. D’autres sources – statuts synodaux, registres d’officialités, délibérations capitulaires, correspondances, livres de raison, minutes notariales, archives de fabrique – pourront, en les complétant, nous donner de plus fidèles images de la Réforme catholique que celles que reflète ce miroir, indispensable mais obscurci, que sont les visites pastorales.

Notes

1 Il paraît superflu d’indiquer les références des importantes études effectuées, dans la voie ouverte par G. Le Bras, par G. Baccrabère, J. Ferté, L. Pérouas. Rappelons seulement l’intérêt que ces deux derniers auteurs accordent aux visites. Mlle Ferté fonde sur les procès-verbaux des visites archidiaconales « un tableau précis, bien que fragmentaire, des paroisses rurales du diocèse de Paris avant et après la Fronde » (J. Ferté, La Vie religieuse dans les campagnes parisiennes, 1622-1659, Paris, Vrin, 1962, p. 8). Le Père Pérouas écrit : « De la série de ces visites […] nous avons extrait l’essentiel de notre documentation » (L. Pérouas, Le Diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale. Paris, Sevpen, 1964, p. 17).

2 P. Chaunu, « Une Histoire religieuse sérielle. À propos du diocèse de La Rochelle (1648-1725) et sur quelques exemples normands », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 1695, I, p. 5-34.

3 J. Gadille, M. Vénard, D. Julia, « Pour un répertoire des visites pastorales », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1969, p. 49-60 et Annales ESC, 1970, no 2, p. 561-66. Nous participons à l’établissement de cet inventaire des contenus essentiels d’une source de premier plan, répertoire réalisé ultérieurement, 4 volumes, Paris, Éditions du CNRS, 1977-1985.

4 Publié trois ans après cet article, R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle. (Essai de sociologie religieuse), Rome, Edizioni di storia et letteratura, 1975. Il s’agit de visites d’archidiacres (dont l’un est également vicaire général) et de doyens ruraux. Les procès-verbaux des visites épiscopales, limitées, semble-t-il, aux localités importantes, sont perdus. L’immensité du diocèse de Chartres (environ 900 paroisses) imposait la collaboration entre l’évêque et le chapitre dont les dignitaires gardent, jusqu’au début du xviiie siècle un rôle de premier plan dans l’administration du diocèse.

5 En 1611, l’évêque Pierre de Valernod visitant les paroisses cévenoles se voit bravé, en pleine inspection de l’église d’Aulas, par une troupe de religionnaires : « estant au milieu de ladite esglise ne se seroit prins garde que y seroit survenu Aventurin ministre du Vigan accompagné du ministre dudit Aulas et d’une trouppe de gens pourtant une partie d’iceux longues épées […] et s’estant assis au devant dudit seigneur evesque sur ung banc se seroit mis à cryer audacieusement et comme ung homme forcené semblables mots : Eh bien, Monsieur, me voici » (Arch. dép. Gard G 1297). Les séries de procès-verbaux de visites conservées aux archives du Gard constituent l’une des principales sources d’une thèse de doctorat d’État en cours de rédaction sur le diocèse de Nîmes au xviie siècle.

6 Cf. « État et valeur des sources aux différentes phases de la pratique », dans Introduction à l’Histoire de la pratique religieuse, 1942, tome I, p. 56-59, repris dans Études de sociologie religieuse, Paris, PUF, 1955.

7 L. Pérouas, « Les Visites pastorales aux xviie siècle et xviiie siècles. Leur intérêt pour une histoire de la Pastorale », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1969, p. 62-65.

8 Cf. G. Baccrabère, « Visite canonique », Dictionnaire de Droit canonique, tome 7, 1965, col. 1521.

9 « Registrum visitationum statutorum et ordinationum », dans Mémoires de G. Laisné, vol. I, fo 173 sv. (Bnf, ms. fr. 24 125).

10 Commissarii interrogaverunt secreto dictos gagiarios (les marguilliers) si sciant aliquos defectus aut aliquas negligentias in personis rectoris et capellani tam respectu divini servitii quam vitae et morum ipsorum (Visite de la paroisse Saint-Saturnin de Chartres par des commissaires du chapitre, 13 août 1423, Arch. dép. Chartres G 902).

11 L. Pérouas, op. cit., p. 229 et note 7 : « H. de Laval allait jusqu’à demander aux laïques de lui dénoncer certains manquements […]. Ce n’était pas simple tactique mais manifestation d’une vision théologique de l’Église ».

12 Cf. J. Gallerand, « Le Jansénisme en Blésois », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1969, p. 29-47, et L. Ceyssens, La première bulle contre Jansénius, sources relatives à son histoire, Bruxelles, Institut historique belge de Rome, 1962, p. 277.

13 Cf. le traité tout rempli de citations du Concile que l’archidiacre de Dunois, Nicolas Janvier, consacra en 1620 à la visite : De visitatione ac synodis dioecesana et provinciali canonicae conclusiones, Paris, 1620.

14 Dès 1622, le pénitencier de l’évêque L. d’Estampes célèbre solennellement la fête de Saint-Charles (Arch. dép. Chartres G. 3844). Lescot, successeur de L. d’Estampes voulut « imiter le grand Saint Charles archevêque de Milan, allant pieds nus en procession par la ville en esprit de pénitence pour réparer une prophanation commise par un malheureux envers la sainte hostie » (Vie de Bourdoise, par Courtin, 1698, Bibliothèque Mazarine ms. 2453, p. 255). Sur le modèle borroméen, cf. R. Mols, « Saint Charles Borromée pionnier de la pastorale moderne, Nouvelle Revue Théologique, 1957, p. 600-747 ; P. Broutin, La Réforme pastorale en France à Trente au xviie siècle, Paris-Tournai-New-York-Rome, Desclée & Cie, 1956, et surtout A. Dupront, Discours de clôture du convegno tenu en 1963 sur « Le concile de Trente et la réforme tridentine », Rome, Herder, 1965.

15 Vie de M. de Léris, Bibliothèque Arsenal, ms. 4010.

16 Arch. dép. Chartres G. suppl. 148 (non daté) : Lazenay fut grand archidiacre de 1635 à 1662.

17 J.-B. Thiers, La Sauce Robert ou avis salutaires à M. Jean-Robert, grand archidiacre de Chartres, 1676, p. 8.

18 En 1651 (G 809).

19 Ibid., p. 201, note 2.

20 La pudibonderie de Bourdoise l’amène, par exemple, à cette curieuse interprétation de la naissance du Christ dans une crèche : « N. S. n’avoit pas voulu naître dans une hostellerie parce qu’on y voit toutes sortes de figures et de peintures, on y entend toujours sortes de choses plutost deshonnêtes » (P. Descourveaux, Vie de M. Bourdoise, Paris, 1714, p. 518).

21 Ibid., p. 20.

22 Arch. dép. Chartres G 826 à G 838.

23 Arch. dép. Chartres G 778.

24 Visites du grand archidiacre en 1656, Arch. dép. Chartres G 791. Dans son traité De Visitatione, l’archidiacre Janvier précisait également que les questions aux paroissiens, tout au moins à une sanior pars d’entre eux, devaient se faire « parocho et populo semotis » (N. Janvier, De Visitatione ac synodis dioecesana et provinciali canonicae conclusiones, Paris, J. Cottereau, 1620, p. 27).

25 Visites du doyenné du Perche, 1651, plusieurs exemples Arch. dép. Chartres G 809.

26 Officialité de Dourdan, G 900.

27 Ibid.

28 Exceptionnelle, cette réaction violence d’un paroissien dénoncé comme non pascalisant qui réplique en accusant son curé d’ivrognerie et ajoute ce trait hargneux à l’adresse du doyen visiteur : curé et doyen s’entendent « comme larrons en foire » (St-Georges-sur-Eure, 1670, G 807).

29 Ibid., p. 201.

30 L’expression est de G. Le Bras, Études de Sociologie religieuse, 1955, tome I, p. 215.

31 Officialité de Dourdan 1658, Arch. dép. Chartres G 900.

32 Cf. I. Noye, « La Formation du clergé à la pauvreté dans la deuxième moitié du xviie siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1966, p. 75-86.

33 Arch. dép. Chartres G 806.

34 Sur cet aspect de la Réforme catholique, cf. L. Pérouas, op. cit., p. 446.

35 J. Ferté, op. cit., p. 59.

36 Pour Châteaudun, coïncidence avec les chiffres donnés par M. Couturier, Recherches sur les structures sociales de Châteaudun, Paris, SEVPEN, 1969, p. 89.

37 L. Pérouas, op. cit., chap. I ; E. Le Roy Ladurie, Paysans du Languedoc, Paris, SEVPEN, 1966, 5e partie.

38 Cf. P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, SEVPEN, 1960, p. 79.

39 Cf. le traité De Visitatione, op. cit., et les Instructions du grand archidiacre aux doyens ruraux (1647), Arch. dép. Chartres G 778.

40 Arch. dép. Chartres G 820.

41 Le plus ancien recueil de procès-verbaux du xviie siècle (1628), Arch. dép. Chartres G 819, ne correspond pas à un début de l’œuvre réformatrice. Dans ce registre, l’archidiacre fait allusion à ses visites antérieurs et à celle de l’évêque Léonor d’Estampes. Celui-ci, dans un règlement de 1624, fait état de ses visites pastorales (Statuta Diocesis Carnotensis, p. 217).

42 Visites de 1628-1634, Arch. dép. Chartres G 819, 820, 821, 822.

43 Arch. dép. Chartres G 806.

44 Cf. J. Ferté, op. cit., p. 222.

45 Arch. dép. Chartres G 810.

46 Ibid., p. 233.

47 Arch. dép. Chartres G 828.

48 Les visites pastorales confirment la notation du R.-P. Dhotel : « La scolarisation est généralement considérée comme le moyen, sinon le prétexte, de la catéchèse » (Les Origines du catéchisme moderne d’après les premiers manuels imprimés en France, Paris, Aubier, 1967, p. 265).

49 En 1653, Arch. dép. Chartres G suppl. 146.

50 Parfois la misère a empêché l’élection de gagers (« ayant appris qu’il n’y avoit point de gagers à cause de la misère du temps », Saint-Avit, 1639, G 825).

51 En 1647, à Epernon, G 808.

52 Arch. dép. Chartres G 808.

53 En 1670, à Patay, réprimande à un maître d’école qui « enseigne les enfants des huguenots et même leur fait lire les livres de leur religion » (G 842). Autres exemples, en 1673 (G 845) et 1678, où défense est faire au maître d’école d’Authon « d’apprendre auxdits Huguenots à chanter les psaumes de David suivant la version de Marot » (G 848). Cf. R. Sauzet, « Le Problème protestant dans les visites pastorales chartraines au xviie siècle », Bulletin de la Société du protestantisme français, octobre 1972.

54 G. Le Bras, Introduction à l’Histoire de la pratique religieuse en France, Paris, PUF, 1942, tome I, p. 94-95.

55 Arch. dép. Chartres G 808.

56 Pour 312 prêtres, « 5 % à peine sortent des populations à activité agricole » (M. Couturier, op. cit., p. 249). Dans le Beauvaisis, P. Goubert relève un pourcentage supérieur de fils de paysans mais appartenant à l’aristocratie paysanne des laboureurs. (P. Goubert, op. cit., p. 198 sq.).

57 Visites, 1674-77, G 808.

58 L. Pérouas, op. cit., p. 409 et 470.

59 Cf. la communauté d’inspiration entre les traités de « cléricature » de l’archidiacre Janvier, comme Le Clerc tonsuré (1622), Des prestres et curez (s. d.), et les Sentences chrestiennes et cléricales de Bourdoise.

60 Le mot réforme est de leur vocabulaire : « nous n’avons trouvé aucune chose à réformer ce qui nous a donné subject de louer et remercier Dieu » (Soizé, 1630, G 819).

61 Sur cet aspect capital, cf. A. Dupront, « Le Concile de Trente et la réforme tridentine », art. cit., et M. de Certeau, « L’Histoire religieuse du xviie siècle. Problèmes de méthode », Recherches de Science religieuse, 1969, p. 231-250, particulièrement p. 243 (déplacement d’une structure bipolaire).

62 Cf. A. Dupront, « Cahiers de doléances et mentalités collectives », Actes du 89e Congrès des Sociétés Savantes, Lyon, 1964, Paris, Imprimerie nationale, 1964, p. 375-377 ; « De la doléance politique au pèlerinage panique », dans Niveaux de culture et groupes sociaux, Paris, Mouton, 1967, p. 149-170.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search