Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie I. Généralités et problèmes de méthode

Chapitre 2. La création du diocèse d’Alès (1694)

Prototype de l’érection de celui de Blois

Texte intégral

  • 1 Cf. J. Gallerand « L'érection de l'évêché de Blois (1697) », Revue d'Histoire de l'Église de Franc (...)

1La création du diocèse d’Alès aux dépens de celui de Nîmes, en 1694, a été évoquée à Chartres, à Versailles et à Rome lors de l’établissement du siège épiscopal de Blois1. Dans les deux cas cette création fut motivée par des problèmes de géographie ecclésiastique joints à la question particulière de la pastorale des « nouveaux convertis ». Dans les deux cas, il fallut négocier longuement avec le Saint-Siège dans la période difficile où la grande crise gallicane n’était pas encore apaisée. Les politiques et les ecclésiastiques durent, pour mener à bien les établissements nouveaux, résoudre des difficultés d’ordre institutionnel (juridiction, limites, constitution des menses épiscopale et capitulaire). Dans les deux cas enfin, il est intéressant de savoir comment les diocésains ont vécu cet événement.

  • 2 Selon la Gallia Christiana, tome 8, 1744, col. 1092, le diocèse de Chartres était si grand ut Roma (...)

2Les dimensions ou la configuration des deux diocèses de Chartres et de Nîmes constituaient des obstacles à la pastorale des évêques. La conscience de l’immensité du « grand diocèse » de Chartres étiré de Mantes à la Sologne, du Perche au Hurepoix – avec 903 paroisses – avait conduit, dès le xvie siècle, les Blésois à en souhaiter le démembrement et l’établissement à Blois d’un siège épiscopal. Au xviie siècle, Ferdinand de Neufville de Villeroi, évêque de Chartres de 1657 à 1690, avouait son « incapacité à administrer un si vaste diocèse ». Il avait été même question de créer trois ou quatre nouveaux évêchés (Blois, Châteaudun, Vendôme, Dreux ou Mantes). La bulle d’érection du diocèse de Blois évoque les dimensions excessives de celui de Chartres2.

Le grand diocèse de Chartres avant sa division [Cliché René Josset].

Le diocèse de Nîmes avant sa division.

Le diocèse civil de Nîmes avant sa division.

  • 3 Cf. carte no 1. Archives vaticanes, secrétairerie des brefs 2050, f° 356 ; Gallia Christiana, tome (...)

3Le diocèse de Nîmes quant à lui ne comportait que 172 paroisses mais il présentait un contraste très fort entre ses parties orientale et centrale formées de la plaine alluviale et des plateaux calcaires des garrigues et l’ouest montagneux jusqu’au-delà de la ligne de partage des eaux et au commencement des plateaux caussenards. Les Cévennes granitiques et schisteuses avec leurs « serres » abrupts et leurs vallées encaissées constituaient un monde très peuplé et peu pénétrable malgré les « chemins royaux » établis par l’intendant du Languedoc. Les visites pastorales y relevaient souvent de l’exploit sportif. La bulle d’érection du nouveau diocèse n’a garde d’oublier de mentionner la nécessité de ce devoir pastoral mais sa difficulté en raison d’un chemin raboteux, montueux, pénible et difficile (aspero, montuoso, laborioso et difficili plurium leucarum intercedente itinere). Du reste, il y avait eu, au haut Moyen Âge, un éphémère diocèse correspondant à peu près au territoire d’Alès, celui d’Arisitum (peut être Le Vigan3).

  • 4 Harangue de l'évêque d'Uzès à l'assemblée du clergé de 1665, citée parmi de nombreux autres textes (...)

4Si ces problèmes de géographie diocésaine étaient particulièrement aigus à la fin du xviie siècle c’est qu’ils entravaient la politique royale d’extinction du protestantisme, conformément aux vœux de l’Église gallicane qui voyait dans la liberté de conscience « un privilège qui n’ayant rien que de chimérique dans son origine ne s’est établi que par le malheur des temps et le désordre des guerres qui autorise également le mensonge et la vérité4 ».

  • 5 Cf. S. Mours, Les églises réformées en France, Paris, Librairie protestante, 1958 et Le protestant (...)

5La nécessité de consolider la conversion des hérétiques a joué un rôle dans la création du diocèse de Blois. Godet des Marais, dès sa nomination à Chartres, avait fait valoir la présence de nombreux protestants dans le sud du diocèse pour justifier la création de celui de Blois. Le choix comme premier évêque de Nicolas de Bertier, neveu d’un évêque de Montauban grand convertisseur de protestants, lui-même ancien missionnaire en Poitou et lié à l’œuvre des nouvelles catholiques est également significatif. Le souvenir de la présence de Jurieu à Mer sert-il d’amplificateur ? Il est certain que l’importance du problème est exagérée : le diocèse de Chartres comptait 10 000 « nouveaux convertis » sur 400 000 fidèles, soit 2,5 % de la population. Mais cette exagération n’est pas seulement un fait de circonstances. Déjà lors de l’enquête préalable à la nomination de Jacques Lescot sur le siège chartrain en 1643, un des témoins déclarait que ce docteur de Sorbonne ferait merveille dans un diocèse in quo etiam multi sunt heretici. La biographie de Jean de Léris, l’archidiacre de Vendôme étudié par Marc Bouyssou, évoque de même les résultats obtenus par Lescot auprès des protestants « qui étaient alors en grand nombre dans ce vaste diocèse5 ». Si le problème des nouveaux catholiques a pu être un catalyseur de la transformation de Blois de siège d’archidiaconé en évêché, il fut à Nîmes déterminant.

  • 6 Cf. l’édition critique du mémoire de Basville (1697) de F. Moreil, L'intendance de Languedoc à la (...)
  • 7 R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xviie siè (...)

6On pourrait qualifier en effet le diocèse de Nîmes d’exception française car la majorité de sa population au xviie siècle était protestante. Au lendemain de la révocation, il y avait 80 000 « nouveaux convertis », (en fait fort mal convertis), pour 70 000 anciens catholiques et dans le territoire qui devait constituer le diocèse d’Alès 41 000 nouveaux catholiques face à seulement 30 000 anciens, peut-être moins6. Dans cette région, l’appartenance confessionnelle devait, jusqu’à notre temps, rester un signe identitaire (bien plus que l’adhésion aux principes de 1789 ou leur refus – simple avatar de l’antagonisme religieux). Les catholiques avaient été longtemps opprimés par les protestants : 13 ans après l’édit de Nantes, l’évêque trouvait dans la partie cévenole du diocèse des églises toujours usurpées par les réformés en tranquille infraction de l’article 3 et la visite épiscopale suscita des émotions populaires. Je ne reviendrai pas sur les dangers courus par le clergé et les catholiques locaux, notamment en 1621-1622 et à la mi-xviie siècle. Je le signale seulement pour notre propos parce que ces papistes humiliés vécurent souvent la politique louis-quatorzienne comme une « divine surprise » et la résistance des protestants, le prophétisme ou la révolte camisarde comme des phénomènes diaboliques7.

  • 8 Cf. J. R. Armogathe et P. Joutard, « Bâville et la consultation des évêques en 1968 », Revue d'His (...)

7En Languedoc, l’homme de cette politique fut l’intendant Nicolas de Lamoignon de Basville, nommé en 1685. La création du diocèse d’Alès fait partie d’une stratégie de catholicisation des Cévennes qui comportait des aspects répressifs et militaires et une dimension pastorale auprès d’une population particulièrement récalcitrante. L’intendant en était conscient : « de ceux qui ne sont point sortis du royaume, il y en a peu qui soient effectivement catholiques » et en écho, l’évêque de Nîmes Esprit Fléchier constatait : « l’hérésie semble tous les jours se roidir contre nos soins et contre la piété du roi ». Basville a été longtemps, à tort, considéré comme un dévot fanatiquement partisan de la contrainte à l’égard des protestants. On est revenu de cette appréciation négative issue des Mémoires de Saint-Simon. Le problème de Basville était un problème d’exécution. Il n’a pas été partisan de la révocation de l’édit de Nantes mais le roi a décidé ; il convenait donc pour lui de travailler, sans état d’âme, à transformer les convertis en véritables catholiques. Pour cela, Basville explique dans son Mémoire de 1698 les moyens qu’il a employés : construction dans les Cévennes, de « chemins de douze pieds de large » où l’on puisse faire « rouler du canon », mise sur pied de régiments de milice formés d’anciens catholiques… Mais l’intendant est conscient de la nécessité d’améliorer l’encadrement clérical : « il faut attaquer les cœurs c’est (là) où la religion réside. On ne peut l’établir solidement sans les gagner ». D’où le projet de création d’un diocèse des Cévennes, accepté par le roi en 16878.

  • 9 En 1692 pour Fléchier et en 1693 pour Chevalier de Saulx, cf. R. Sauzet, op. cit., p. 411 ; Bruyer (...)
  • 10 R. Poujol, op. cit., p. 173.
  • 11 R. Poujol, L'abbé du Chaila 1648-1702, Montpellier, Presses du Languedoc, 1986, p. 122 ; E. Fléchi (...)
  • 12 « L'abbé du Sault docteur de la maison et société de Sorbonne, parent de Mme de Bâville, bretonne, (...)

8Deux hommes d’Église s’employèrent à la mise sur pied de cette nouvelle circonscription ecclésiastique, le nouvel évêque de Nîmes Esprit Fléchier nommé en 1687 et François Chevalier de Saulx désigné, la même année, pour le siège d’Alès. Les deux prélats ne reçurent d’ailleurs l’investiture canonique que 5 ans après leur désignation, lorsque le conflit entre Versailles et Rome fut apaisé9. Fléchier connaissait Basville de longue date. Ils avaient fréquenté ensemble le salon de Mme de Rambouillet et, en 1679, le futur évêque avait prononcé l’éloge funèbre de Guillaume de Lamoignon, président au Parlement de Paris et père de l’intendant. Leur amitié se prolongea en Languedoc et c’est Basville qui rédigea l’épitaphe de Fléchier dans la cathédrale de Nîmes10. Comme Fléchier, Chevalier de Saulx était connu de longue date par l’intendant, comme Fléchier il avait fait des missions auprès des protestants du Poitou à l’époque où Basville était intendant dans cette province11. De plus, il était parent de la femme de Basville12.

  • 13 Mémoires des évêques de France sur la conduite à tenir à l'égard des Réformés, J. Lemoine (éd.), P (...)
  • 14 R. Sauzet, « Les évêques du Bas-Languedoc et la Révocation », colloque de Paris 1985, Bulletin de (...)

9Concernant le problème des convertis qui était à l’origine de leur nomination, les deux prélats étaient partisans de la rigueur. C’est le cas particulièrement pour Chevalier de Saulx même si une fâcheuse erreur de lecture du mémoire rédigé en 1698, en réponse à l’enquête sur la conduite à tenir à l’égard des nouveaux catholiques, a pu donner l’impression fausse d’une sorte de fanatisme. L’édition Lemoine lui fait écrire en effet que la conversion des hérétiques dépendant plus du clergé que des intéressés eux-mêmes, il fallait s’y « consacrer avec un zèle furieux ». Cet adjectif paraît un peu étonnant sous une plume d’évêque du grand siècle et, en fait, Chevalier de Saulx écrivait « un zèle sérieux13 ». Cela dit, la position de l’évêque est très dure et il proposait que ceux qui ne donneraient pas de « marques de catholicité » dont la principale est la pratique pascale soient privés du droit de recevoir une succession ou de transmettre leurs propres biens par héritage. Si cela avait été accepté par le pouvoir, les protestants des Cévennes auraient pu connaître un processus d’expropriation foncière comparable à celui subi, en sens inverse, par les catholiques irlandais. Quant à Fléchier, si son attitude était moins rigoureuse, il conseillait d’imposer des amendes aux nouveaux convertis qui manqueraient les offices, « la charité et l’utilité de la fin justifiant la petite sévérité des moyens », étant bien entendu que les ecclésiastiques ne devaient pas « se mêler de ces punitions14 ».

  • 15 Cf. R. Sauzet, Contre-Réforme, op. cit., p. 427 ; D. Julia, « La réforme tridentine en France d'ap (...)
  • 16 Arch. dép. Gard G 129 ; R. Sauzet, Contre-Réforme, op. cit., p. 422-428.

10La présence d’un évêque à Alès devait, par ailleurs, permettre de surveiller plus efficacement un clergé catholique assez médiocre semble-t-il malgré les efforts accomplis au cours du siècle. Les procès-verbaux de visites pastorales de cette période ne sont pas d’un grand secours en raison de la disparition des réponses aux « interrogats secrets15 ». Le nombre de prêtres avaient augmenté après 1685, les bénéficiers – corps ou individus – ayant dû renforcer l’encadrement clérical dans les paroisses dépendant d’eux et accepter la baisse de valeur consécutive de leurs prébendes mais il ne semble pas que le niveau des prêtres ait été remarquable. Un mémoire de 1693, œuvre de Chevalier de Saulx ou de son entourage, « pour servir d’instruction dans la demande de l’érection de l’évesché des Sévènes ou d’Alais », pousse les choses au noir : « la pluspart des ecclésiastiques (des Cévennes) estoient tout à fait déréglez et plustost des monstres que des prestres, estant dans les derniers désordres. À force de les veiller ils se contiennent à présent pour ce qui est au moins du scandale… Il n’y a point de moyen d’y remédier que de former des sujets dans des séminaires. » On retrouve cette appréciation au cours de l’enquête du cardinal archevêque métropolitain Pierre de Bonzi où il était question de l’« effrenata pravitas » du clergé des Cévennes. Le mémoire de Basville, ceux du duc de Noailles, commandant en Languedoc, donnent des jugements tout aussi négatifs16.

  • 17 Arch. dép. Gard G 129 ; Archives vaticanes, Consistoriale, Acta Camere, 24, f° 89 ; Gallia Christi (...)
  • 18 Délibération du chapitre cathédral, 15 janvier 1693, 7 octobre 1693, 16 janvier 1694, Arch. dép. G (...)

11Ayant envisagé le pourquoi, je voudrais évoquer brièvement le comment, c’est-à-dire les problèmes diplomatiques et institutionnels posés par le projet de division du diocèse. Le roi chargea le cardinal de Janson, évêque de Beauvais, de négocier en cour de Rome lorsque, en 1692, l’avènement d’Innocent XII permit de dénouer le conflit avec le Saint-Siège. Comme un peu plus tard pour Chartres, Louis XIV fit savoir qu’il ne pouvait souffrir que les nonces fassent acte de juridiction dans son royaume. Le pape accepta finalement de confier l’enquête préliminaire au cardinal archevêque de Narbonne, Pierre de Bonzi qui rassembla les consentements des parties et réunit une série de témoignages sur l’utilité de la création de la nouvelle circonscription ainsi qu’un état des paroisses du nouveau diocèse qui en comptait 84 (98 paroisses restaient dans celui de Nîmes17). Le chapitre cathédral de Nîmes posa quelques problèmes. Il commença par donner une acceptation assez réticente, « ce changement lui est extrêmement préjudiciable et néanmoins, pour témoigner sa soumission à la volonté du roi, il a consenti et consent au démembrement du territoire d’Alès à l’effet de le retirer dudit évêché » fait-il savoir en janvier 1693. En octobre de la même année, il donna un nouveau consentement « puisqu’à Rome on y a trouvé quelques formalités omises » en précisant que le chapitre se réservait la collation des vicairies perpétuelles et chapellenies dépendant de lui dans le territoire d’Alès. Au début 1694, le chanoine Philippe Robert, vicaire général de Fléchier, informa ses confrères de la décision de la congrégation consistoriale de différer l’érection parce que cinq chanoines (le quart de l’effectif) absents n’avaient pas signé la délibération précédente et il fallut donner une nouvelle acceptation18. C’est seulement le 17 mai 1694 qu’Innocent XII promulguait la bulle d’érection confirmée le mois suivant par les lettres patentes de Louis XIV.

  • 19 Concordat du 7 janvier 1965, Arch. dép. Gard II E 42-36, fo 296 ; « Discours à l'assemblée du cler (...)

12Les limites des deux diocèses avaient été précisées par une transaction conclue entre les députés des deux évêques et de leurs clergés précisant l’appartenance des paroisses frontalières (par exemple, Corconne ou Lézan dans le diocèse de Nîmes, et Pompignan ou Sauve dans le diocèse d’Alès). Un concordat conclu en janvier 1695 entre Fléchier et Chevalier de Saulx laissait à l’évêque de Nîmes la collation exclusive de quatre vicairies perpétuelles du diocèse d’Alès. La même année l’assemblée du clergé de France approuva le démembrement après un discours de Fléchier sur le bien-fondé de confier à un évêque particulier la destinée des Cévenols nouveaux convertis « qui avaient joint jusque-là à l’opiniâtreté que donne l’erreur, certaine férocité qu’ont ordinairement les habitants des montagnes19 ».

  • 20 En 1690 il visite 62 paroisses du territoire d'Alès avec la titulature suivante : « François Cheva (...)
  • 21 Délibérations du chapitre d'Aigues-Mortes, 31 décembre 1692 et 9 avril 1694, Arch. dép. Gard G 108 (...)
  • 22 Arch. dép. Gard G 129.
  • 23 Arch. dép. Gard G 777.

13Il fallait assurer des ressources au nouvel évêque. La solution trouvée fut d’annexer l’abbaye de Psalmodi (un monastère des confins camarguais du diocèse de Nîmes) sécularisée en 1637 transformée en église collégiale fixée à Aigues-Mortes. Chevalier de Saulx évêque nommé fut également nommé abbé de Psalmodi20. Le chapitre cathédral fut constitué par le transfert à Alès des dix chanoines d’Aigues-Mortes (qui consentirent sans difficulté à cette migration) réunis aux huit collégiats de l’église Saint-Jean-Baptiste d’Alès21. Le prévôt d’Aigues-Mortes garda son titre et devint la première dignité du nouveau chapitre ; parmi les dignitaires de l’ancienne collégiale alésienne, le doyen disparut tandis que le sacristain, chargé de la paroisse se maintenait ; trois autres dignités d’Aigues-Mortes demeurèrent (archidiacre, chantre, sous-chantre). Au total, dix-huit chanoines et cinq dignités auxquels s’ajoutèrent douze prêtres servants tous destituables au gré du chapitre22. Les prébendes d’Aigues-Mortes de 800 livres environ chacune étaient environ le double de celles d’Alès. Aussi fut-il prévu que les deux menses resteraient séparées jusqu’à extinction des prébendes existantes qui seraient réunies à une mense commune capitulaire d’Alès, ce qui aurait dû permettre d’arriver à une égalité de rétribution. En fait, les anciens chanoines d’Aigues-Mortes s’opposèrent efficacement à ce nivellement des prébendes et tout le xviiie siècle retentit des procès entre les deux menses… Encore en 1768, comme s’ils avaient l’éternité devant eux, les antagonistes se retrouvèrent devant le parlement de Toulouse. Ce dernier rejeta les plaintes des chanoines de la mense d’Alès qui se plaignaient de ce qu’« ayant le même service ils n’aient pas le même revenu ». Pour le parlement, c’était sans raison que les plaignants estimaient « contraire au bon ordre et au droit commun que les membres du chapitre soient mieux partagés les uns que les autres23 ».

  • 24 Cf. Menard L., Histoire de Nîmes, tome 6, 1755, Preuves, LXX. Cf. carte p. 31 du présent ouvrage.

14Bien entendu, comme il se devait en Languedoc, la création du nouveau diocèse entraîna l’établissement d’un diocèse civil pour la répartition des impositions après la tenue des états provinciaux. Un arrêt du conseil royal de janvier 1695 organisait cette nouvelle institution que présidait l’évêque. Les limites du diocèse civil étaient exactement les mêmes que celles du diocèse proprement dit (à Nîmes il n’en allait pas de même, le diocèse civil comprenant Beaucaire et sa région comprises au point de vue religieux dans le diocèse d’Arles24).

15La documentation nous donne surtout les points de vue des autorités politiques et religieuses et les réactions des corps ecclésiastiques concernés. Il serait particulièrement intéressant, pour l’objet même de ce colloque, de savoir comment les diocésains ont vécu cette restructuration de leur espace religieux habituel.

  • 25 Livre de raison, Arch. dép. Gard 1 E 41 fo 202 vo. À l'occasion du sacre de Chevalier de Saulx, à (...)

16On peut penser légitimement que les difficultés économiques et la pression fiscale de la dernière décennie du siècle ont davantage accaparé leur attention. Néanmoins, il est probable qu’à Nîmes – comme à Chartres un peu plus tard – nombre d’habitants ont déploré le démembrement du diocèse. Cette nouveauté – notion toujours suspecte à cette époque – suscita par exemple le mécontentement d’un laïque, il est vrai professionnellement lié aux milieux ecclésiastiques, le notaire Étienne Borrelly, secrétaire du chapitre cathédral et greffier de l’officialité diocésaine. Dans son livre de raison, il évoque à deux reprises l’établissement du nouveau diocèse : « le samedy 14e dudit (février 1688), Monsieur François Chevalier de Saulx, prebtre, docteur en Sorbonne, entra dans Nîmes et le lendemain pour Allez. Il a esté nommé évesque d’Allez. Le Roy a érigé en évesché Allez. Dépendent de cet évesché le costé du diocèse de Nismes qui est les Sévènes et la montagne. C’est un changement fort surprenant de voir qu’on a démembré l’évesché de Nismes et depuis que le monde est monde on n’avoit pas veu tel changement. Cellà vient de ce (que) l’évesché est trop grand et que l’évesque et trop fatigué » (il s’agit de Jacques Séguier qui avait quitté Nîmes six mois plus tôt pour faire démission de son évêché entre les mains du roi). C’est là, pour Borrelly, la véritable raison. Le responsable est Séguier qu’il a d’ailleurs de nombreuses raisons de ne pas aimer, et il précise « dans le temps de la conversion générale des huguenots (messire Jacques Séguier) estoit homme fort lent et peu agissant, que cellà a esté la cause que le roi a voulu partager le diocèse25 ».

  • 26 « Livre de raison d'Henri Dumas bourgeois d'Alès », G. Charvet (éd.), Revue du Midi, 1887, p. 204.

17Inversement, les anciens catholiques alésiens ont dû apprécier la promotion de leur cité en ville épiscopale. Ainsi, le droguiste Henri Dumas, catholique convaincu relate-t-il les cérémonies de la première entrée de François Chevalier de Saulx à Alès après son sacre ; le prélat est harangué par le maire et par le chantre au nom du chapitre. La « bourgeoisie » est sous les armes et l’évêque abrité par un dais porté par les consuls est conduit processionnellement à l’église Saint-Jean-Baptiste devenue cathédrale, précédé par les confréries du Saint-Sacrement et des pénitents blancs, les réguliers (capucins, cordeliers, jacobins), les nombreux prêtres séculiers et le chapitre, le tout, commente l’auteur, « avec grande acclamation de joye. Dieu en soit glorifié26 ».

  • 27 Le dernier évêque d'Alès, le futur cardinal de Bausset, démissionna en 1801 à la demande du pape ( (...)

18Malgré la joie du pieux droguiste, la création du diocèse d’Alès fut un incontestable échec. Si celui de Blois a duré – à preuve la célébration actuelle – son prédécesseur languedocien n’a même pas pu fêter son centième anniversaire. Malgré des conquêtes marginales, les responsables du nouveau diocèse avaient été incapables d’accomplir le programme tracé par la bulle d’érection : « voir ces branches encore jeunes de la vigne évangélique se nourrir davantage de la vraie foi (et) s’y enraciner ». La constitution civile du clergé ne laissa subsister qu’un évêché par département et l’organisation concordataire ne modifia par la situation d’Alès27, prenant acte implicitement de l’échec total de la mission « ad haereticos » qui avait été l’objet de sa transformation en ville épiscopale.

Notes

1 Cf. J. Gallerand « L'érection de l'évêché de Blois (1697) », Revue d'Histoire de l'Église de France, tome 42, 1958, p. 175-228. La création du diocèse de La Rochelle en 1648 consiste seulement en un transfert du siège de Maillezais et à l'incorporation de l'Aunis soustrait au diocèse de Saintes, cf. L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724, Paris, SEVPEN, 1964, p. 129 et communication de J. Bergin dans le même colloque que le texte ci-dessous, Paris, Cerf, 2002, p. 163-177.

2 Selon la Gallia Christiana, tome 8, 1744, col. 1092, le diocèse de Chartres était si grand ut Romae magna diocesis diceretur et in quatuor novas dioceses novosque episcopatus quibusdam dividi posse videretur. Ceux qui, à Rome, pensaient cela ne devaient pas être très nombreux à en croire le premier évêque de Blois qui estimait que les gens de Rome voulaient empêcher que « l'Église de France devienne beaucoup plus nombreuse en évêques et par là en état de se trouver plus forte dans un concile », J. Gallerand, « L'érection de l'évêché de Blois (1697) », art. cit., p. 197. « Bulla erectionis episcopatus Blesensis », dans Gallia Christiana, tome 8, instrumenta, col. 451.

3 Cf. carte no 1. Archives vaticanes, secrétairerie des brefs 2050, f° 356 ; Gallia Christiana, tome VI, 1739, instrum., col. 225 ; E. Goiffon, Dictionnaire topographique, statistique et historique du diocèse de Nîmes, Nîmes, Lacour, 1989 (1re éd. : 1881), p. 22.

4 Harangue de l'évêque d'Uzès à l'assemblée du clergé de 1665, citée parmi de nombreux autres textes de même esprit par B. Dompnier, Le venin de l'hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siècle, Paris, Centurion, 1985, p. 125. Cf. J. Orcibal, Louis XIV contre Innocent XI, Paris, Vrin, 1949 et Louis XIV et les protestants, Paris, Vrin, 1951 ; J.-R. Armogathe, L'Église catholique et la révocation de l'édit de Nantes, Paris, OEIL Histoire, 1985.

5 Cf. S. Mours, Les églises réformées en France, Paris, Librairie protestante, 1958 et Le protestantisme en France au xviie siècle, Paris, Librairie protestante, 1967 ; H. Lehr, La Réforme et les églises réformées dans le département d'Eure-et-Loir, Paris, 1912 ; R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle, Rome, Edizioni di Storia e Literatura, 1975, p. 223 sq. et « Le problème protestant dans les visites pastorales chartraines du xviie siècle », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 1972, 118e année, p. 683-695.

6 Cf. l’édition critique du mémoire de Basville (1697) de F. Moreil, L'intendance de Languedoc à la fin du xviie siècle, Paris, CTHS, 1985, p. 131. Une statistique anonyme de 1688, attribuée à Basville par son éditeur E. Bligny Bondurand, ne comptait que 17 900 anciens catholiques pour 41 000 nouveaux catholiques, « Statistique des opinions religieuses du futur diocèse d'Alais 1688-1689 », Bulletin historique et philologique du comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, Imprimerie nationale, 1910, p. 328-329.

7 R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Paris-Louvain, 1979, p. 61 sq.

8 Cf. J. R. Armogathe et P. Joutard, « Bâville et la consultation des évêques en 1968 », Revue d'Histoire et de Philosophie religieuse, 1972, p. 157-184 ; P. Joutard, article « Basville », Dictionnaire du Grand Siècle, F. Bluche (dir.), Paris, Fayard, 1990, p. 169-170 ; R. Poujol, Basville, roi solitaire du Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc, 1992 ; F. Moreil, op. cit., p. 134 ; F. Pugniere, François Chevalier de Saulx et la création du diocèse d'Alais (1687-1712), Montpellier, s.n., 1997, p. 3.

9 En 1692 pour Fléchier et en 1693 pour Chevalier de Saulx, cf. R. Sauzet, op. cit., p. 411 ; Bruyere M., Alès capitale des Cévennes, Nîmes, Henri Mauger, 1948, p. 227 sq.

10 R. Poujol, op. cit., p. 173.

11 R. Poujol, L'abbé du Chaila 1648-1702, Montpellier, Presses du Languedoc, 1986, p. 122 ; E. Fléchier, Œuvres, Nîmes, 1782, vol. 10, p. 48.

12 « L'abbé du Sault docteur de la maison et société de Sorbonne, parent de Mme de Bâville, bretonne, femme de M. de Lamoignon de Bâville, intendant en Languedoc », Notes du Père Léonard sur les évêchés de France, Archives nationales, L 727 no 1 (pièce 24). La femme de l'intendant était la fille du marquis de Chalucet, lieutenant général au gouvernement de Nantes, Moreil F., op. cit., p. 44.

13 Mémoires des évêques de France sur la conduite à tenir à l'égard des Réformés, J. Lemoine (éd.), Paris, Picard, 1902, p. 212-237 ; Arch. dép. Gard G 1604.

14 R. Sauzet, « Les évêques du Bas-Languedoc et la Révocation », colloque de Paris 1985, Bulletin de la Société de l'Histoire du protestantisme français, juillet 1986, p. 75-86 ; J. Lemoine, Mémoires, op. cit., p. 199-211.

15 Cf. R. Sauzet, Contre-Réforme, op. cit., p. 427 ; D. Julia, « La réforme tridentine en France d'après les procès-verbaux de visites pastorales : ordre et résistances », La società religiosa nell'età moderna, Naples, Guida, 1973, p. 325.

16 Arch. dép. Gard G 129 ; R. Sauzet, Contre-Réforme, op. cit., p. 422-428.

17 Arch. dép. Gard G 129 ; Archives vaticanes, Consistoriale, Acta Camere, 24, f° 89 ; Gallia Christiana, tome VI, 1789, col. 225 ; M. Bruyere, op. cit., p. 278 ; F. Pugniere, François, Chevalier de Saulx, p. 3 ; R. Sauzet, Contre-Réforme, op. cit., p. 489.

18 Délibération du chapitre cathédral, 15 janvier 1693, 7 octobre 1693, 16 janvier 1694, Arch. dép. Gard G 1350.

19 Concordat du 7 janvier 1965, Arch. dép. Gard II E 42-36, fo 296 ; « Discours à l'assemblée du clergé » dans E. Fléchier, Œuvres, Nîmes, 1782, tome V, p. 79-80.

20 En 1690 il visite 62 paroisses du territoire d'Alès avec la titulature suivante : « François Chevalier de Saulx, prêtre, Docteur de Sorbonne, nommé à l'abbaye de Psalmodi, vicaire général dans le territoire d'Alais continué et élu par la chapitre de Nîmes, le siège vacant », Arch. dép. Gard G 1301. Le revenu annuel de l'évêque d'Alès était de 18 000 livres (celui de Nîmes percevait 24 000 livres), cf. N. de Lamoignon de Basville, Mémoire pour l'instruction du duc de Bourgogne, F. Moreil (éd.), op. cit., p. 117.

21 Délibérations du chapitre d'Aigues-Mortes, 31 décembre 1692 et 9 avril 1694, Arch. dép. Gard G 1087. Lors de l'érection du diocèse de Blois où l'évêque devait jouir de la mense abbatiale de Saint-Lomer, il fut question du précédent alésien, J. Gallerand, « L'érection de l'évêché de Blois », art. cit., p. 186.

22 Arch. dép. Gard G 129.

23 Arch. dép. Gard G 777.

24 Cf. Menard L., Histoire de Nîmes, tome 6, 1755, Preuves, LXX. Cf. carte p. 31 du présent ouvrage.

25 Livre de raison, Arch. dép. Gard 1 E 41 fo 202 vo. À l'occasion du sacre de Chevalier de Saulx, à Montpellier en août 1694 Borrelly revient encore sur la division du diocèse de Nîmes, « chose qu'on n'avoit jamais vue », fo 245. Les appréciations du notaire ne correspondent pas à la réalité. Fléchier le savait bien. Il avait essayé d'éviter sa mutation de Lavaur à Nîmes, écrivant vainement au roi « l'évêché de Nîmes est vaste et difficile à gouverner et je ne me sens ni assez de force ni assez d'adresse… », cité par A. Delacroix, Histoire de Fléchier, 2e éd., Paris, Giraud, 1883, p. 230.

26 « Livre de raison d'Henri Dumas bourgeois d'Alès », G. Charvet (éd.), Revue du Midi, 1887, p. 204.

27 Le dernier évêque d'Alès, le futur cardinal de Bausset, démissionna en 1801 à la demande du pape (son voisin l'évêque d'Uzès refusa d'en faire autant). En 1877, Pie XI rétablit les titres épiscopaux d'Alès et d'Uzès en faveur des évêques de Nîmes qui sont depuis « évêques de Nîmes, Uzès et Alais », cf. J. de Girard, « L'évêché et les évêques d'Alais », Église de Nîmes, 1973, no 22, p. 31.

Table des illustrations

Légende Le grand diocèse de Chartres avant sa division [Cliché René Josset].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Le diocèse de Nîmes avant sa division.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8676/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Le diocèse civil de Nîmes avant sa division.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8676/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 321k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search