Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Partie I. Généralités et problèmes de méthode

Généralités et problèmes de méthode

Texte intégral

1Cette première partie est consacrée à la Réforme catholique, aux problèmes pastoraux posés par la géographie ecclésiastique et à la critique des matériaux utilisés par la recherche historique (registres de procès-verbaux de visites de paroisses et pouillés).

2Le chapitre consacré au xviie siècle dans l’Histoire religieuse de l’Orléanais concerne les diocèses de Chartres et d’Orléans, soit 1113 paroisses, la moitié environ de ce qui constitue aujourd’hui la « région Centre ». Après un démarrage spectaculaire dans les années soixante du xvie siècle, le protestantisme ligérien et beauceron devait s’étioler. La Réforme catholique fut la principale préoccupation des évêques du xviie siècle. La pratique était à peu près universelle et le clergé s’efforçait, avec plus ou moins de succès, d’extirper les « superstitions » et les « abus » des festivités profanes qui accompagnaient les fêtes religieuses. Les statues de saints jugées ridicules ou indécentes (c’est-à-dire ne convenant pas aux canons tridentins) devaient être ôtées.

3L’exemple du diocèse d’Alès créé aux dépens de celui de Nîmes (1694) fut mentionné à Versailles et à Rome, lors de la création du diocèse de Blois, trois ans plus tard. La présence de nombreux protestants fut invoquée pour expliquer la division de celui de Chartres, réduit de plus de 900 à 726 cures. C’était une exagération manifeste : les réformés formaient plus de la moitié de la population de la partie cévenole du diocèse de Nîmes qui devait former l’évêché d’Alès. Ils n’étaient que 2,5 % de celui de Chartres. La véritable raison fut la difficulté d’administrer un territoire étendu de Mantes à Romorantin. Elle explique que le siège de Blois ait duré alors que son homologue méridional n’a pas survécu à la Révolution.

4Les procès-verbaux des visites pastorales sont devenus une source majeure de « l’histoire religieuse sérielle » mais pour être massif un matériau n’est pas pour autant fiable. Il faut comparer, quand c’est possible, ces documents avec ceux du Moyen Âge, ce qui est le cas pour Chartres. On constate que l’interrogation des fidèles sur les mœurs des clercs ou l’inspection soigneuse des tabernacles existaient déjà dans les visites du xve siècle : la tradition gallicane s’incorpore ici à l’aspect tridentin. Par ailleurs, la confrontation avec d’autres sources est utile : la comparaison, par exemple, avec les procédures des officialités archidiaconales montre des lacunes dans les réponses des paroissiens sur le comportement des prêtres.

5Pour essayer d’éclairer la dénomination des églises paroissiales, nous avons, Marie-Hélène Froeschlé-Chopard et moi-même, consulté les procès-verbaux de visites, les pouillés, les descriptions de diocèses par les érudits du xviiie siècle, les enquêtes épiscopales ou les ordo antérieurs au concile Vatican 2. Les notions de titulaires et de patrons paraissent interchangeables. Parfois au xviie siècle les doyens ruraux désignaient dans leur visite, comme patron de la paroisse un saint thérapeute des hommes ou des animaux qui était, en fait, l’objet de la ferveur populaire, comme saint Antoine ou saint Blaise. L’existence de ces patrons « usurpateurs » – qualifiés dans les enquêtes du xixe siècle de patrons secondaires – présente un grand intérêt pour l’anthropologie religieuse.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search