Version classiqueVersion mobile

Religion et société à l'époque moderne

 | 
Robert Sauzet

Introduction

Texte intégral

  • 1 Je n’avais pas fait mon mémoire de maitrise en Histoire moderne mais, enthousiasmé par la lecture (...)
  • 2 La thèse de 3e cycle fut soutenue à Paris IV en 1970, publiée à Rome en 1975 (Edizioni di storia e (...)

1À la fin des années cinquante, j’étais professeur au lycée Alphonse Daudet, à Nîmes. À la recherche d’un sujet de thèse sur l’histoire religieuse du xviie siècle, je consultai Alphonse Dupront1. Il avait quitté en 1956 Montpellier où j’avais été son étudiant, pour la Sorbonne. Il me suggéra de faire une étude comparée d’un diocèse méridional et d’un évêché des pays d’oïl. J’avais déjà entrepris des sondages dans les archives et bibliothèques de Nîmes. Je choisis comme pendant le diocèse de Chartres, autant par amour de sa cathédrale et de ses horizons que par commodité (ma belle-famille était beauceronne et percheronne). En 1961, je fus nommé assistant à la Sorbonne. Nous décidâmes de nous installer à Chartres. Au bout de trois ans de travail dans les archives chartraines, les dépôts parisiens et continuant, pendant les vacances, à explorer les fonds gardois, je réalisai que le projet comparatif, stimulant pour l’esprit, était irréalisable. En accord avec Dupront, je dédoublai ma recherche : une thèse de 3e cycle ciblée sur les visites pastorales chartraines, sous la direction de Victor-Lucien Tapié et un doctorat d’État sur la Contre-Réforme catholique dans le diocèse de Nîmes, patronné par Alphonse Dupront2.

2Cet itinéraire, géographique autant qu’intellectuel, aboutit en val de Loire. Après les cinq ans d’assistanat parisien, je fus de 1966 à 1976 maître-assistant puis de 1976 à 1995 professeur à l’université François Rabelais à Tours. J’y fus amené à fréquenter les bibliothèques et archives de la région, tant pour mes travaux personnels que pour ceux que je dirigeais. Les études qui suivent sont dispersées dans des revues, des actes de colloques ou des mélanges. Elles ont pour thème central la Réforme catholique au xviie siècle notamment dans la région ligérienne et le diocèse de Chartres.

3La pénétration des idéaux tridentins fut lente et imparfaite tant au niveau des chapitres que dans le clergé paroissial. La réforme du peuple chrétien fut incomplète et souvent maladroite. Le rigorisme, « l’augustinisme de série noire » de prêtres influencés par le jansénisme, les porta bien souvent à lutter brutalement contre les « superstitions » populaires et contre les réjouissances qui accompagnaient les fêtes religieuses. Cela m’avait conduit à me demander, dans ma thèse sur Chartres, si « la différenciation du clerc », un aspect majeur du programme tridentin, n’aurait pas abouti à « faire de lui un étranger ». En somme cette pastorale sévère serait une cause de déchristianisation dans le sud du Bassin parisien. Dans sa thèse sur Les campagnes de Touraine au xviiie siècle, soutenue à Rennes II en 1982, Brigitte Maillard pose la question des rapports entre une certaine rigidité pastorale et les détachements ultérieurs. De même dans sa thèse sur les testaments des ruraux du Blésois et du Vendômois du xvie au xviie siècle, Marc Bouyssou conclut pour le xviiie siècle à un « glissement vers l’indifférence religieuse » masqué longtemps par l’unanimisme de la pratique. Ces hypothèses ne sont évidemment pas valables pour l’ensemble du royaume. En Bas-Languedoc, stimulé par la présence obsédante de l’adversaire protestant, le catholicisme tridentin a « pris ». Il en est de même de la Flandre ou de la Bretagne – hormis le Trégor. L’histoire de la France religieuse à l'époque moderne est nécessairement plurielle.

Notes

1 Je n’avais pas fait mon mémoire de maitrise en Histoire moderne mais, enthousiasmé par la lecture des Caractères originaux de l’histoire rurale française de Marc Bloch, soutenu ce qu’on appelait alors un DES sur La vie rurale dans le diocèse de Maguelone du xie au xive siècle, Montpellier, 1949.

2 La thèse de 3e cycle fut soutenue à Paris IV en 1970, publiée à Rome en 1975 (Edizioni di storia e leteratura). Le doctorat d’État soutenu également à Paris IV (1976) fut publié en 1978, à Lille III et à Paris, en 1979 aux publications de la Sorbonne Paris-Louvain (Nauwelaerts).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search