Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le statut de l'acteur dans l'Antiquité grecque et romaine

 | 
Christophe Hugoniot
, 
Frédéric Hurlet
, 
Silvia Milanezi

III. L'acteur dans la cité

Roscius et Laberius

Jean Christian Dumont

Texte intégral

1Roscius et Labérius : un acteur devenu chevalier, un chevalier perdant son statut équestre parce que, le moment d’une représentation, il a été acteur. Ces deux séries de faits, qui semblent s’opposer et obéir à des règles contradictoires, ne sont pourtant distantes que de quelque trente-cinq ans. Leur historicité, comme on verra, paraît pourtant assurée, il reste à expliquer comment elles ont été possibles, l’une après l’autre.

  • 1 Nicolet 1974, 1003-1004.
  • 2 Macrobe, Sat., III, 14,13.
  • 3 Mommsen 1889, 119-120.
  • 4 Nicolet 1966, 94-96.
  • 5 Pline, Nat., VII, 128-129.
  • 6 RE VII, 1123-1125, s. u. Roscius (16), Groag.
  • 7 Nicolet 1974, 1004 et n. 2.
  • 8 Leppin 1992, 242, objecte que le fils d’une famille équestre n’aurait jamais embrassé le métier de (...)
  • 9 Cicéron, Pro Roscio Comoedo, 17.
  • 10 Cicéron, Pro Roscio Comoedo, 23.
  • 11 Appien, B. C., I, 442: 482. Cf. Nicolet 1966, 117.
  • 12 Οὐ μὴν ἀλλα καὶ ταύτην ἔχων ἐπί τῆς οἰκίας συνῆν μίμοις γυναιξὶ καὶ κιθαριστρίαις καὶ θυμελικοῖς ἀ (...)

2Roscius a-t-il été vraiment chevalier ? C. Nicolet1 le pense, mais dans sa prosopographie des chevaliers républicains, n’écrit pourtant pas son nom avec les caractères gras qu’il réserve aux titulaires certains du statut équestre. Macrobe est le seul auteur antique à spécifier que Roscius avait reçu l’anneau d’or : Is est Roscius qui etiam L. Sullae carissimus et anulo aureo ab eodem dictatore donatus est2. On pourra vérifier, à propos de Labérius, la bonne qualité de l’information chez Macrobe. Contrairement à ce qui se passera sous l’Empire, la remise de l’anneau à la fin de la République, comme l’a montré, après Mommsen3, C. Nicolet4, équivaut à l’attribution du cheval public et confère tous les droits des chevaliers. Le passage où Pline, dans son livre VII anthropologique, énumère les records de prix atteints par certaines ventes d’esclaves et les gains, non moins remarquables, de Roscius5, ne permet en aucun cas de voir en celui-ci un affranchi : le mariage de sa sœur avec P. Quinctius prouve au moins sa naissance libre6. C. Nicolet va plus loin en le faisant appartenir à une famille de notables de Lanuvium, certainement de rang équestre : rang que Roscius aurait perdu en montant sur les planches et qui lui aurait été rendu par le bienfait de Sylla7. Ce n’est qu’une hypothèse, à vrai dire peu probable8 : elle ne tient pas compte de la formation nécessaire aux acteurs antiques qui commence fort tôt, à un âge où Roscius n’était pas en état de décider lui-même de son avenir ; il a peut-être eu des cousins chevaliers, mais aussi des parents qui ne l’étaient pas et désiraient faire de leur fils un comédien. Retenons toujours que Q. Roscius Gallus, ingénu, citoyen, issu peut-être d’un bon milieu social, est en cela déjà un acteur d’exception, alors que la majorité de ses confrères sont ou étrangers ou, plus souvent, affranchis et ont alors acquis leur formation durant leur esclavage. Si Roscius n’avait pas réellement déjà bénéficié de cette promotion que constituait l’entrée dans l’ordre équestre, on comprendrait mal que Cicéron plaidât en quelque sorte pour son entrée au Sénat : quem populus Romanus meliorem uirum quam histrionem esse arbitratur, qui ita dignissimus est scaena propter artificium ut dignissimus sit curia propter abstinentiam9. S’il n’avait pas été chevalier, on ne comprendrait plus du tout pourquoi il aurait cessé de toucher ses cachets, point sur lequel le témoignage de Cicéron ne laisse aucun doute : Decem his annis proximis HS sexagiens honestissime consequi potuit ; noluit. Laborem quaestus recepit, quaestum laboris reiecit ; populo Romano adhuc seruire non destitit, sibi seruire iam pridem destitit10. Il n’y a pas à revenir sur l’interprétation donnée jusqu’ici par les érudits : l’abstention de Roscius ne saurait s’expliquer autrement que par l’incompatibilité qu’il y aurait entre le rang équestre et la perception d’un salaire, disons d’un salaire de comédien. Pas même l’ombre d’un doute ne doit subsister que Q. Roscius Gallus a été fait chevalier. Mais il l’a été aussi dans des circonstances exceptionnelles, grâce à l’amitié, bien attestée, de Sylla dictateur, et, comme tel, ayant pouvoir de créer des chevaliers. Or Sylla, non seulement s’en était donné le pouvoir, mais en éprouvait une nécessité pressante : ce que certains chercheurs appellent pudiquement ses mesures « d’épuration », puis les proscriptions11 et le doublement du Sénat, dont les nouveaux effectifs avaient été pris parmi les chevaliers, rendaient urgentes de nouvelles nominations. Pourquoi, parmi celles-ci, avoir choisi un acteur ? Au-delà d’un acte provocateur par lequel Sylla aurait manifesté sa toute puissance, les sources utilisées par Plutarque mentionnent les rapports privilégiés du dictateur avec des hommes du spectacle et, en particulier Roscius, le mime Sorix et le lysiode Métrobios12. Contre la malveillance de ces sources, on peut croire que Sylla avait d’autres buts que de passer avec ces comédiens des nuits d’ivrognerie et de forniquer avec le travesti Métrobios, aussi défraîchi que l’âge eût rendu ce dernier. S’afficher avec eux permettait aussi à Sylla de marquer son estime et son intérêt pour leur art et d’initier une politique des spectacles annonciatrice de celles d’Auguste ou de Néron. L’honneur fait à Roscius allait dans le même sens.

  • 13 Leppin 1992, 74 ; formulation plus prudente p. 244-244.
  • 14 Quod si ipsi haec neque attingere neque sensu nostro gustare possemus, tamen ea mirari deberemus, (...)

3Concernant Roscius, une autre question se pose. Le nouveau chevalier a-t-il continué à se produire en refusant tout émolument pour ses prestations, comme le veut l’opinion commune, ou bien, ainsi que l’a affirmé récemment H. Leppin13, n’a-t-il plus gagné d’argent sur les planches que parce qu’il avait cessé d’y monter ? Roscius a dû obtenir son anneau d’or entre 82 et 79 ; Cicéron devant un auditoire de 62, évoque sa mort récente, l’émotion de tous, le charme physique qu’avait conservé l’acteur en dépit de son âge14 : aurait-il pu le faire pour un comédien ayant quitté la scène depuis presque vingt ans ? Roscius n’est pas aussi désintéressé que Cicéron le dit. Roscius ne touche plus directement d’argent public, mais continue à s’enrichir de diverses manières. Le Pro Roscio comoedo en révèle deux. La première nous concerne peu : des opérations foncières, le rachat à bas prix d’exploitations agricoles et leur remise en valeur. La seconde concerne le théâtre : Roscius forme à son métier de jeunes esclaves et dès qu’ils obtiennent du succès, partage sans doute leur cachet élevé avec eux-mêmes et avec ses associés dans l’opération, en attendant que le disciple paie une grosse somme pour s’affranchir. Ces disciples doivent leur succès et leur valeur à leurs dispositions personnelles, à la formation qu’ils ont reçue et au renom de leur maître, que celui-ci doit entretenir en montant lui-même sur les planches. Enfin le texte de Cicéron que j’ai déjà cité est formel : Roscius n’a jamais cessé de servir le peuple romain, et quel service public pourrait-il assurer sinon sa participation aux jeux scéniques ? Laborem quaestus recepit, quaestum laboris reiecit : il a accepté le travail et repoussé le salaire. On ne peut dire plus clairement que Roscius a continué à jouer et Leppin se trompe.

  • 15 Ait praetor : « qui in scaenam prodierit infamis est ». « Scaena est, ut Labeo definit, quae ludor (...)

4C’est ainsi qu’avec Q. Roscius, nous avons le cas, sans doute unique, non seulement d’un acteur devenu chevalier, mais ensuite d’un chevalier romain jouant la comédie lors des ludi, dans des représentations officielles. Le préjugé à l’égard des acteurs, que les débuts du théâtre à Rome avait peut-être ignoré, existait sans doute depuis plusieurs générations, mais il est possible qu’il ne se traduise pas légalement de la même façon que plus tard. Il apparaît que, dans le cas de Roscius, le salaire aurait été l’élément infamant, pour Labeo, ce sera, semble-t-il, le fait même de monter sur scène15. Il est vrai que la notion d’infamie semble avoir suscité bien des controverses entre jurisconsultes.

  • 16 Macrobe, Sat., II, 3, 10 ; II, 7, 2 ; II, 7, 10 ; VII, 3, 8.
  • 17 Sénèque Rh., Controuersiae, 7, 3, 8-9. Cf. aussi Suétone, Cés., 39, 3 et Cicéron, Ad Fam., XII, 18 (...)
  • 18 Quibus modis ignominiatus tractatusque sit a C. Caesare Laberius poeta ; atque inibi appositi uers (...)
  • 19 Nicolet 1974, 919-921.

5Macrobe constitue notre source principale sur l’affaire de Labérius16 et la qualité de son information trouve sa garantie à la fois dans les citations étendues de Labérius lui-même qu’il fournit et dans un recoupement avec Sénèque le Rhéteur17, qui fut presque contemporain des faits. Il semble que Macrobe ait suivi Aulu-Gelle : un chapitre du livre 8 des Nuits Attiques, dont seul le sommaire a survécu18. Les textes de Labérius que citaient les deux auteurs proviennent du mime écrit et joué par le chevalier Labérius19.

  • 20 Pour Carcopino 1968, 475 : 45 ; pour Schwartz 1948, 47.

6Je rappelle en effet brièvement les faits. Bien que cette date ait été contestée, sans doute lors des ludi Victoriae Caesaris de septembre 4620, César organise une sorte de concours entre les auteurs et acteurs de mimes. Le mimographe qui jusqu’alors avait connu le plus de succès était le chevalier romain Labérius : l’auteur montant l’affranchi Publilius Syrus, lequel interprétait à la scène ses œuvres. César veut les mettre en compétition l’un avec l’autre et oblige – la nature de cette obligation fait question – Labérius à jouer dans son mime. Labérius s’exécute, mais se plaint dans son prologue de la contrainte qu’il subit et truffe son texte de piques anti-césariennes. Celles-ci indisposent le public qui marque sa préférence pour Publilius Syrus. Quant à César, il constate que la palme va à Publilius, mais fait don à Labérius de 500 000 sesterces et de l’anneau d’or qui doit le restituer dans sa qualité de chevalier : aussi l’invite-t-il à aller s’asseoir dans les quatorze premiers rangs, privilège des chevaliers. Mais les chevaliers se serrent et refusent de lui laisser une place. Labérius doit sans doute quitter le théâtre, après un échange de bons mots acerbes avec Cicéron, si toutefois on s’en tient à la chronologie indiquée.

  • 21 Nicolet 1966, 83-88.

7L’interprétation juridique de l’épisode est plus claire que dans le cas de Roscius. Labérius est monté sur les planches, et, qui plus est contre salaire : Laberium… equitem Romanum Caesar quingentis milibus inuitauit ut prodiret in scaenam ; il était pour ainsi dire automatique qu’il perdît son rang équestre21. Sans doute, en temps normal, il eût fallu attendre la nota censoria, qui aurait été de toute façon inéluctable. Mais, en 46, on n’était pas en temps normal, il n’y avait pas de censeur, mais un dictateur, qui concentrait tous les pouvoirs, y compris celui de composer les albums des ordines. La meilleure preuve que Labérius, une fois qu’il s’était présenté sur la scène, n’était plus chevalier est d’abord qu’il le dit lui-même :

Eques Romanus e Lare egressus meo
Domum reuertar mimus.

8C’est, en second lieu, que César procède à une restitution de statut en donnant à Labérius symboliquement l’anneau d’or et, ce qui prouve que la remise de cet anneau conférait bien tous les droits de chevalier, en l’envoyant s’asseoir dans les quatorze gradins. La signification politique de cette gesticulation est également, pour l’essentiel, évidente. L’important du spectacle n’est plus sur la scène, mais dans l’orchestre. César, abaissant et relevant le même homme, fait montre de sa toute puissance, peut-être aussi de sa générosité et de sa clémence, car, dans la pièce même où il jouait, le mimographe n’a pas hésité à attaquer le dictateur.

  • 22 Etenim ipsi di negare cui nil potuerunt, Hominem me denegare quis posset pati ?

9Les deux protagonistes, César et Labérius semblent se livrer un duel à fleuret moucheté. Labérius se plaint de la contrainte qu’il subit, mais reconnaît que celle-ci ne s’est manifestée que par le discours flatteur à son égard, oratio blandiloquens, d’un homme excellent uiri excellentis, agissant avec clémence, clemente mente edita. Il laisse entendre que personne n’aurait supporté qu’il refusât22. Pourtant, après son prologue, jouant un rôle d’esclave, donc n’étant plus censé parler en son nom, il prend à témoin les citoyens qu’ils ont perdu leur liberté :

Porro Quirites libertatem perdimus ;

  • 23 Ce vers cité par Macrobe, l’est également par Sénèque, De Ira, II, 11, 3

10Il prononce ensuite un vers plein de menaces, dont les spectateurs comprennent parfaitement qu’il vise César :23

Necesse est multos timeat quem multi timent.

  • 24 Giancotti 1967, 184-186.

11César, de son côté, s’il avait abaissé Labérius, entendait montrer que ce n’était qu’un coup de semonce puisqu’il lui restituait théâtralement son statut équestre. Sa façon d’agir rappelle celle qu’il avait adoptée en interrompant le procès de Rabirius après l’avoir provoqué. Les attaques de Labérius contre César ont aliéné au chevalier mimographe le public césarien, qui a manifesté sa préférence pour Publilius Syrus. César prend acte de la victoire de ce denier, victoire qui ne peut que le réjouir, pour des raisons politiques sinon esthétiques24. Mais il annonce à Labérius sa défaite en affirmant que, personnellement, il le préférait, et, pour ce faire, il improvise, lui-même, un sénaire iambique :

Fauente tibi me uictus es, Laberi, a Syro.

  • 25 Mommsen 1985, II, 363, n. 1 ; 463, n. 3 et 4.
  • 26 V. supra, n. 22
  • 27 Et paulo post, adiecit :
    Necesse est multos timeat quem multi timent.
    Quo dicto uniuersitas populi a (...)
  • 28 Giancotti 1967, 180.
  • 29 Cicéron, Ad fam., IX, 16, 7; 11, 28, 2; Suétone, Cés., 42, 2; Dion Cassius, XLII, 51, 1. Cf. Frede (...)

12L’hypocrisie que l’on sent des deux côtés fait question. Th Mommsen croyait à une profonde complicité des deux personnages et jugeait que Labérius jouait auprès de César le rôle du bouffon du roi25. César, en fait, se conduit simplement en politique tournant à son avantage ce qui lui est d’abord contraire et pouvant se targuer de tolérance en laissant certaines critiques s’exprimer. Mais F. Giancotti a sans doute raison en s’interrogeant sur la nature de la contrainte exercée par César, car on se demande pourquoi Labérius, qui se prétend si soucieux de sa dignité n’a pas tout simplement refusé de jouer. Il y a, à mon sens, deux explications. F. Giancotti n’a pas vu la première qui est pourtant celle que donnent, de prime abord, Labérius et Macrobe : le public était massivement favorable à César et un auteur de théâtre ne saurait se passer de public. Labérius dit que l’opinion n’aurait pas toléré son refus26 ; Macrobe rapporte que c’est précisément le vers de menace prononcé par Labérius qui a rendu le public unanimement favorable à Publilius27. Labérius devait choisir entre le renoncement à sa qualité Ce vers cité par Macrobe, l’est également par Sénèque, De Ira, II, 11, 3 de chevalier ou à son activité d’auteur, laquelle faisait pourtant sa notoriété, et César lui avait peut-être déjà laissé entendre qu’il récupèrerait la première. La seconde explication a été bien vue par F. Giancotti, qui n’en a peut-être pourtant pas pesé toutes les conséquences. F. Giancotti note que 500 000 sesterces représentent une somme considérable, que Macrobe indique que dès le départ l’invitation de César était assortie de la promesse de ce versement et que D. Labérius se trouvait peut-être dans une situation financière difficile, la littérature nourrissant mal son homme28. Ce n’est qu’une hypothèse, outre qu’un chevalier avait forcément d’autres revenus que ceux qui provenaient de ses écrits. Mais, en réalité, la loi passée par César en 47 semble avoir été à l’origine d’un certain nombre de banqueroutes ou de craintes de banqueroute : elle lésait à la fois les créanciers, qui étaient remboursés avec des biens fonciers surestimés, et les débiteurs qui avaient tablé sur une abolition des dettes29 et risquaient même, en cas d’insolvabilité, l’infamie. La qualité de chevalier était liée à la possession d’un cens d’au moins 400 000 sesterces ; César, maître de l’album, possédait dans un éventuel appauvrissement un bon prétexte pour radier qui il voulait. Labérius a pu être placé devant un dilemme : perdre son statut par insuffisance de cens ou le perdre en raison de sa présence sur la scène. La contrainte était masquée, mais il n’avait pas vraiment le choix.

  • 30 Giancotti 1967, 186-189.
  • 31 Shackleton-Bailey, 365 ; Beaujeu, 285-286.
  • 32 Parce que Labérius joue indutus ueste Syri, Schwartz 1948, 265-268, ne voulant apparemment pas se (...)
  • 33 ·τά δὲ τῶν αισχρῷν σωμάτων καὶ διανοημάτων καὶ τῶν ἐπὶ τὰ τοῦ γέλωτός κωμῳδήματα τετραμμένων, κατὰ (...)

13La dernière phase de cet épisode vit Labérius, redevenu chevalier, traverser l’orchestre et se diriger vers les quatorze gradins, où les chevaliers se serrent pour l’empêcher d’accéder. Labérius rebrousse chemin et Cicéron lui crie au passage « je te ferais bien une place si je n’étais assis tellement à l’étroit » ; Labérius rétorque « tu avais l’habitude de t’asseoir sur deux chaises à la fois ». C’est ce que rapportent Sénèque le père et Macrobe. Cicéron se plaignait de l’augmentation opérée par César du nombre des sénateurs qui encombraient l’orchestre ; Labérius se moquait de Cicéron, capable d’embrasser deux partis opposés. L’attitude des chevaliers sur les quatorze rangs est significative, mais son historicité a été contestée. J. Schwartz, constatant l’ordre dispersé des notices de Macrobe, refuse qu’elles concernent une même journée. Labérius aurait été obligé de jouer aux Ludi plebei de 47 ; ce serait bien aux jeux de 46 que, comme auteur, Plublilius aurait obtenu la palme contre lui, quant à l’échange de bons mots, il n’aurait pas eu lieu au théâtre et celui de Cicéron ne concernerait pas les nouvelles nominations de sénateur : Cicéron se serait plaint de la présence voulue par César des ambassadeurs juifs sur les bancs des sénateurs, lors de combats de gladiateurs et de uenationes. Le geste des chevaliers aurait été inventé pour pouvoir situer cette dernière anecdote au théâtre et la fondre avec les deux autres. J. Schwartz n’explique pas comment Sénèque le père aurait été amené à cette confusion. Sur la dispersion des informations chez Macrobe, F. Giancotti a répondu justement que l’antiquaire n’avait jamais eu l’intention de faire un récit structuré, mais de rapporter des anecdotes classées plus ou moins par thème30. J. Schwartz avait raison de remarquer que, contrairement à l’affirmation de Macrobe, Cicéron n’était pas assis dans les quatorze gradins, mais dans l’orchestre avec les sénateurs : cela implique que Labérius retraverse l’orchestre, mais on ne voit pas où est la difficulté. Ce n’est pas le lieu, ici, de démonter en détail le reste de la démonstration de J. Schwartz qui semble avoir séduit les éditeurs des Familières, Shackleton Belley et J. Beaujeu dans leur commentaire sur la lettre à Cornificius ou Cicéron évoque très vite les mimes de Labérius et de Publilius aux jeux de 4631. Je dirai juste qu’il n’en est pas un point qui n’oscille entre la plus complète gratuité et la franche impossibilité32. Il n’y a pas de raison particulière de mettre en doute le geste d’hostilité des chevaliers à l’égard de Labérius : ils ne tiennent pas compte de la restitution opérée par César et ne reconnaissent plus pour un des leurs un homme qui vient juste de descendre de scène, dont les sources ne disent pas s’il a pu remettre sa toge. Ils pensent tous, comme s’ils avaient lu les Lois de Platon33, ce qui est peut-être le cas de beaucoup, que seuls des esclaves ou des affranchis peuvent être acteurs et que quiconque monte sur les tréteaux s’abaisse à leur niveau, et pour toujours. Ce sentiment est apparemment plus fort que toute solidarité avec l’un des leurs qui a été victime d’un caprice et d’un abus de pouvoir, plus fort que le respect des décisions prises par le dictateur dont ils doivent être majoritairement partisans, plus fort que le respect d’une simple règle juridique qui admet les restitutions.

14Le rang équestre de Roscius et de Labérius fait d’eux des cas tout à fait inaccoutumés parmi les acteurs romains. Tous deux doivent, l’un, son élévation, l’autre, la restitution de son statut à la décision d’un magistrat doté de pouvoirs exceptionnels, de deux dictateurs, Sylla et César, dans ou après des périodes d’intenses troubles civils. Toutefois c’est à César que le second devait aussi son abaissement ; toutefois il est vraisemblable qu’en temps normal des magistrats réguliers auraient eu le pouvoir de pratiquer de semblables restitutions, même s’ils ne l’auraient sans doute pas fait pour des comédiens. Ce n’est pas seulement leur pouvoir qui permet à Sylla et à César de jouer d’une façon par rapport aux coutumes plus ou moins provocatrice, mais leur prestige et leur popularité, aussi paradoxale que soit celle de Sylla. Mais, pour ce dernier, la faveur accordée à des gens de théâtre était peut-être aussi un moyen de se rendre populaire. Au delà de ces analogies – qui expliquent que les deux situations apparemment contradictoires aient pu se présenter à quelques décennies de distance, les deux cas se séparent.

  • 34 Pour Schwartz 1948, Labérius aurait donc joué aux ludi plebei de 47 et aux ludi Victoriae Caesaris(...)

15Passé le jour de crise et d’affront, le sort de Laberius ne pose aucun problème : il se retrouve comme avant, il ne remettra, évidemment et quoi qu’on en ait dit34, jamais les pieds sur une scène, il continuera à composer des mimes et mourra d’ailleurs peu après. Roscius est plus étonnant. Contrairement à Laberius, avant d’obtenir l’anneau d’or, il n’était pas l’acteur occasionnel d’une seule fois et surtout, l’ayant obtenu, il continue à se produire : on affecte à son propos, que la scène n’est pas par elle-même infamante, pourvu qu’elle ne rapporte pas de salaire. Roscius le doit tant à son talent qui lui concilie le public qu’à ses bonnes relations avec les milieux conservateurs, pour une fois désarmés.

Bibliographie

Bibliographie

Beaujeu 1980 : Beaujeu J., éd. Cicéron, Correspondance, VII, Paris.

Carcopino 1968 : Carcopino J., Jules César, 5e éd. Paris.

Frederiksen 1966: Frederiksen M., « Caesar, Cicero and the problem of debt », JRS 56, 133-134.

Giancotti 1967: Giancotti F., Mimo e Gnome, Studio su Decimo Laberio e Publilio Syro, Messine, Florence.

Leppin 1992: Leppin H., Histrionen. Untersuchungen zur sozialen Stellung von Bühnenkünstlern im Westen des römischen Reiches zur Zeit der Republik und des Prinzipat, Bonn.

Notes

1 Nicolet 1974, 1003-1004.

2 Macrobe, Sat., III, 14,13.

3 Mommsen 1889, 119-120.

4 Nicolet 1966, 94-96.

5 Pline, Nat., VII, 128-129.

6 RE VII, 1123-1125, s. u. Roscius (16), Groag.

7 Nicolet 1974, 1004 et n. 2.

8 Leppin 1992, 242, objecte que le fils d’une famille équestre n’aurait jamais embrassé le métier de comédien.

9 Cicéron, Pro Roscio Comoedo, 17.

10 Cicéron, Pro Roscio Comoedo, 23.

11 Appien, B. C., I, 442: 482. Cf. Nicolet 1966, 117.

12 Οὐ μὴν ἀλλα καὶ ταύτην ἔχων ἐπί τῆς οἰκίας συνῆν μίμοις γυναιξὶ καὶ κιθαριστρίαις καὶ θυμελικοῖς ἀνθρώποις, ἐπί στιβάδων ἀφ' ἡμέρας συμπίνων. Οὗτοι γὰρ οἱ τότε παρ'αὐτῷ δυνάμενοι μέγιστον ἦσαν, Ρώσκιος ὁ κωμωδός καί Σώριξ ό άρχιμΐμος καί Μητρόβιος ό λυσιωδός, οὗ καίπερ ἐξώρου γενομένου διετέλει μέχρι παντòς ἐρᾶν οὐκ ἀρνούμενος Plutarque, Sylla, 36, 1-2.

13 Leppin 1992, 74 ; formulation plus prudente p. 244-244.

14 Quod si ipsi haec neque attingere neque sensu nostro gustare possemus, tamen ea mirari deberemus, etiam cum in aliis uideremus. Quis nostrum tam animo agresti ac duro fuit ut Rosci morte nuper non commoueretur? qui cum esset senex mortuus, tamen propter excellentem artem ac uenustatem uidebatur omnino mori non debuisse. Ergo ille corporis motu tantum amorem sibi conciliarat a nobis omnibus ; nos animorum incredibilis motus celeritatemque ingeniorum neglegemus? Cicéron, Pro Archia 17.

15 Ait praetor : « qui in scaenam prodierit infamis est ». « Scaena est, ut Labeo definit, quae ludorum faciendorum causa quolibet loco ubi quis consistat moueaturque spectaculum sui praebiturus, posita sit in publico priuatoue uel in uico, quo tamen loco passim homines spectaculi causa admittantur. » Dig., III, 2, 2, Ulpien.

16 Macrobe, Sat., II, 3, 10 ; II, 7, 2 ; II, 7, 10 ; VII, 3, 8.

17 Sénèque Rh., Controuersiae, 7, 3, 8-9. Cf. aussi Suétone, Cés., 39, 3 et Cicéron, Ad Fam., XII, 18, 2.

18 Quibus modis ignominiatus tractatusque sit a C. Caesare Laberius poeta ; atque inibi appositi uersus super eadem re eiusdem Laberii, Aulu-Gelle, VIII, 15 ; cf. XVII, 14, 1.

19 Nicolet 1974, 919-921.

20 Pour Carcopino 1968, 475 : 45 ; pour Schwartz 1948, 47.

21 Nicolet 1966, 83-88.

22 Etenim ipsi di negare cui nil potuerunt, Hominem me denegare quis posset pati ?

23 Ce vers cité par Macrobe, l’est également par Sénèque, De Ira, II, 11, 3

24 Giancotti 1967, 184-186.

25 Mommsen 1985, II, 363, n. 1 ; 463, n. 3 et 4.

26 V. supra, n. 22

27 Et paulo post, adiecit :
Necesse est multos timeat quem multi timent.
Quo dicto uniuersitas populi ad solum Caesarem oculos et ora conuertit, notantes impotentiam eius hac dicacitate lapidatam. Ob haec in Publilium uertit fauorem.

28 Giancotti 1967, 180.

29 Cicéron, Ad fam., IX, 16, 7; 11, 28, 2; Suétone, Cés., 42, 2; Dion Cassius, XLII, 51, 1. Cf. Frederiksen 1966, 133-134.

30 Giancotti 1967, 186-189.

31 Shackleton-Bailey, 365 ; Beaujeu, 285-286.

32 Parce que Labérius joue indutus ueste Syri, Schwartz 1948, 265-268, ne voulant apparemment pas se souvenir que Syrus est un nom générique pour les esclaves de théâtre, comprend « ayant revêtu un vêtement de Syrien » et veut mettre cet accessoire à l’automne 47 en relation avec César revenant de Syrie, la mutinerie de la Xe légion, et l’ambassade d’Hyrcan, d’où la datation de 47 pour une première exhibition de Labérius.

33 ·τά δὲ τῶν αισχρῷν σωμάτων καὶ διανοημάτων καὶ τῶν ἐπὶ τὰ τοῦ γέλωτός κωμῳδήματα τετραμμένων, κατὰ λέξιν τε καὶ ᾠδήν και κατὰ ὂρχησιν καὶ κατά τα τούτωνπάντων μιμήματα κεκωμωδημένα, ἀνάγκη μὲν θεάσασθαι καὶ γνωρίζειν ἂνευ γαργελοίων τὰ σπουδαία καὶ πάντων τῷν ἐναντίων τὰ εναντία μαθείν μὲν οὐ δυνατόν, είμέλλει τις φρόνιμος ἒσεσθαι, ποιείν δὲ οὐκ αὖ δυνατòν ἀμφότερα, εἲ τις ἂρα μέλλει και μικρòν ἀρετής μεθέξειν, ἀλλα αυτῶν ἔνεκα τούτων καὶ μανθάνειν αὐτά δεῖν, τοῦ μή ποτε δι’ ἂγνοιαν δρᾶν ή λέγειν όσα γελοία, μηδέν δέον, δοΰλοις δὲ τὰ τοιαϋτα καὶ ξένοις ἐμμίσθοις προστάττειν μιμεϊσθαι, σπουδήν δὲ περί αὐτά είναι μηδέποτε μεδ’ ήντινοὺν, μηδὲ τινα μανθάνοντα αὺτά γίγνεσθαι φανερòν τῶν ἐλευθέρων, μήτε γυναῖκα μήτεάνδρα, καινόν δὲ ἂεί τι περί αυτὰ φαίνεσθαι τῶν μιμημάτων. Platon, Lois, 7, 816 d-e. …

34 Pour Schwartz 1948, Labérius aurait donc joué aux ludi plebei de 47 et aux ludi Victoriae Caesaris de 46 : réfutation par Giancotti 1967, 186-188 ; entre autres, la notice de Sénèque le père implique une seule apparition sur scène.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540