Version classiqueVersion mobile

Splendeurs d’Italie

 | 
Anne-Laure Collomb

Partie III – Des peintures sur ardoise aux pierres imagées

Des peintures sur ardoise aux pierres imagées

Texte intégral

1 Certains artistes s’affranchissent des expérimentations sur la durée des œuvres ou sur les effets de contrastes pour se livrer à des considérations toutes autres. Ces réflexions se rapprochent plus volontiers des rapports entre l’art et la nature où le goût pour la curiosité est intense. À Florence et Rome, les peintres élargissent le cadre restreint suggéré jusqu’alors par la peinture sur pierre de touche en proposant de peindre sur des pierres imagées ou des pierres semi-précieuses.

2Les expériences menées à partir des années 1580, soit en même temps que celles livrées par l’école véronaise, s’accordent mieux aux exigences « raffinées » et « maniéristes » des familles aristocratiques tels les Médicis – pour Florence –, les Borghese, les Giustiniani ou encore les Colonna – pour Rome. Les sujets proposés se diversifient également : sujets tirés de l’Ancien et du Nouveau Testament, bambochades et natures mortes. Les variations autour de scènes mythologiques, bibliques ou historiques peintes sur agate, marbre, albâtre, jaspe, lapis-lazuli ou améthyste permettent aux artistes de donner libre cours à leur imagination et ont souvent, au sein des collections, des places de prédilection. Les peintures d’artistes comme Antonio Tempesta deviennent des références qui dépassent les simples collectionneurs romains. Le développement de la peinture sur supports semi-précieux à Florence, rendu possible par l’habileté de peintres comme Giorgio Vasari ou Antonio Tempesta, est vraisemblablement à l’origine de l’introduction de la peinture sur pierres imagées à Rome.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search