Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étienne Colaud

 | 
Marie-Blanche Cousseau

Pièces justificatives et annexes

Annexe 1. Dictionnaire des enlumineurs et apprentis documentés à Paris sous François Ier

Texte intégral

1N. B. : les noms suivis d’une astérisque correspondent à ceux des enlumineurs faisant l’objet d’une notice.

2Ardouyn

3Voir Hardouyn.

4Balin (Jean)

5Voir Ballin (Jean).

6Ballin (Jean)

  • 1 Acte cité dans Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 47, 1563, 22 mars (n. st.). Analysé par M. Grivel, (...)
  • 2 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 50, 1565, 7 mai ; XXXIII, 179, 1568, 8 novembre.
  • 3 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 29, 1564, 15 janvier (n. st.).

7Enlumineur et historieur rue Saint-Jacques, documenté en 1546 et 1547. Marié à Jeanne Mesnart, marchande couturière de draps, il meurt avant le 15 novembre 1562, date d’une procuration donnée à sa veuve par l’un de leurs fils1. En dépit de la qualité de bourgeois de Paris qui lui est parfois donnée postérieurement2, aucun inventaire n’est fait à son décès, « actendu la pauvreté de biens delaissez3 ».

  • 4 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 8, 1546, 31 août.
  • 5 BnF, ms. n.a.fr. 12042, 1547, 29 juin, f. 1895. Analysé par H. Herluison, Actes d’état civil…, p.  (...)
  • 6 A. Jal (ibid., p. 534) signale comme enfants issus de leur mariage Marie, pour Mathurine vraisembl (...)

8En 1546, il règle la succession de sa belle-mère, Colette Mesnart, servante rue Saint-Jacques, à l’hôtel du Lion d’argent4. Le 29 juin 1547, il fait baptiser Jacques en la paroisse Saint-Benoît ; l’un des parrains est l’enlumineur Conrad Duvivier5. On lui connaît trois autres enfants : Geoffroy, Geneviève et Mathurine6.

  • 7 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 29, 1564, 15 janvier (n. st.). Les époux meurent avant le 8 novemb (...)
  • 8 Cf. les notices de Charles Jourdain* et Jean Pinot* avec lequel cet enlumineur travaille. Sa carri (...)
  • 9 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 50, 1565, 7 mai.
  • 10 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 90, 1584, 12 avril.

9À l’exception de Geneviève qui épouse en 1564 Nicolas Dubois, tailleur d’habits7, les autres enfants demeurent étroitement liés au milieu du livre. Geoffroy, sans doute l’aîné, est documenté comme enlumineur à partir de juin 15588. En 1565, Jacques est placé en service par sa mère pour deux ans chez Marc Duchesne, tailleur d’histoires en bois, afin de parachever son apprentissage ; Duchesne s’engage à le loger et à le rémunérer 30 livres tournois9. Mathurine est, quant à elle, veuve de Mathurin Bruyère, imprimeur, lorsqu’elle hérite en 1584 avec son frère Jacques, alors marié à Marie Bellot, de leur mère, morte au mois d’octobre de l’année précédente10. Des liens étroits entre la famille Ballin et Charles Jourdain* sont attestés.

10Barbier (Pierre)

  • 11 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 1313 (de Quay).

11En 1539, il est âgé de onze ans. Son père, Jean Barbier, laboureur à Saint-Marcel, rue de la Barre, le met en apprentissage pour cinq ans avec Jean Legay*11.

12Bargues (Antoine de)

  • 12 Arch. nat., Min. cent., XLIX, 38, année 1547-1548 (n. st.).
  • 13 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 18, 1552, 19 octobre.

13Enlumineur et historieur demeurant rue du Plâtre (actuelle rue Domat), à l’Image saint Yves, mort entre 1548 et 1552. Il figure dans le compte des recettes de l’année 1547-1548 des gouverneurs de l’église Saint-Yves pour la maison qu’il leur loue, moyennant 35 livres tournois12. En 1552, sa veuve, Jeanne Boileau, met en apprentissage pour quatre ans leur fils, Pierre, âgé de treize ans, chez Charles Jourdain*13.

14Baslyn (Jean)

15Voir Ballin (Jean).

16Belemaire (Noël)

17Voir Bellemare (Noël).

18Bellemare (Noël)

  • 14 Cité d’après Jules Guiffrey, Artistes parisiens…, 1915, no 18. Cf. aussi G.-M. Leproux, « Un peint (...)

19Il est dit « paintre et enlumineur juré de ceste ville de Paris », en 1536, lorsque le Parlement lui commande, moyennant 16 livres parisis, des « ymages, enluminures et vignettes qui seront apposees en ung kalendrier en parchemyn pour la chambre nouvelle d’icelle court14 ». Cette commande est le seul acte attestant la possession par ce peintre d’origine anversoise, arrivé à Paris entre 1512 et 1515, de l’un des deux offices d’enlumineur juré concédé par l’Université, de même que son activité dans le domaine de l’enluminure. Son adresse, sur le pont Notre-Dame, où il s’installe en décembre 1520, le montre côtoyant d’autres enlumineurs, notamment, en 1534, François Dubois* aux côtés duquel il se porte alors caution en faveur d’un plumassier souhaitant s’installer sur ce pont. Il revend vraisemblablement sa charge d’enlumineur juré auprès de l’Université avant mai 1544, date à laquelle Robert de La Noue* et Jean Leclerc* en portent la titulature. Les autres sources d’archives le documentent menant une carrière traditionnelle de peintre. En 1515, il est payé par l’Hôtel-Dieu pour lequel il réalise des travaux d’étoffe, de même qu’en 1534, associé cette fois à Pierre Patin. En 1531, il est chargé du décor du pont où il demeure pour l’entrée de la reine Éléonore. L’année suivante, il fournit les cartons de la rose sud de Saint-Germain l’Auxerrois commandée au peintre verrier Jean Chastellain. En 1539, il prend en charge avec Matteo del Nassaro la réalisation des décors du château du Louvre prévus pour la visite de Charles Quint. Le roi l’emploie ensuite, dans les années 1540, avec Louis Dubreuil et Philippe Poireau qu’il dirige, à des travaux de peinture et dorure à Fontainebleau. Il meurt au printemps 1546. Bourgeois de Paris, il possédait à Paris deux maisons rue Galande. Sa veuve, Marguerite Coulon, fille d’un chaudronnier, qui lui avait donné une fille, Guillemette, mariée à un brodeur, Louis Daucourt, établit son testament en 1553.

20Bérard, Bérart

21Voir Bézard.

22Bézard (Étienne)

23Enlumineur et historieur (1543) documenté de 1543 à 1557, marié à Jeanne de Fontenay.

  • 15 Arch. nat., Min. cent., VIII, 432, 1545, 17 novembre.

24En 1545, il prend en apprentissage pour deux ans Valentin Bonneterre* auquel il s’engage à payer deux paires de souliers15.

  • 16 Arch. nat., Min. cent. CXXII, 1295, 1543, 27 septembre.
  • 17 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3604, t. II, no 3956 (Bérard). Arch. nat., Min. cent., CXXII, 103, (...)
  • 18 Arch. nat., Min. cent., LXXVIII, 22, 1550, 26 mars (n. st.). L’adjudication de 1547 est mentionnée (...)
  • 19 Arch. nat., Min. cent., XI, 6, 1544, 2 novembre.
  • 20 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 6107.
  • 21 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 42, 1557, 22 octobre.

25Fils d’Agnès Bonne et de Mathieu Bézard*, il hérite de son père des terres et une maison à Saint-Marcel, dont il vend dès septembre 1543 trois quarterons16, tandis qu’il loue la maison17. Celle-ci est mise en criée en 1547 et adjugée à Pierre Courchon avec lequel Étienne Bézard passe un accord en 1550 : il ratifie l’adjudication en échange d’une dette de 100 écus18. Il se dit alors âgé de 26 ou 27 ans. Trois documents attestent un tempérament ombrageux : en 1544, il verse à un savetier 35 sous tournois en dédommagement des excès faits à son encontre19 ; il assiste à l’agression d’une prostituée à laquelle il paye 46 sous tournois en 155220. Enfin, en 1557, lui, l’enlumineur Nicolas Labbé, leurs femmes respectives, demeurant tous au mont Saint-Hilaire, se désistent mutuellement de tout procès « tant en cas d’injures que toute autres choses quelzconques21 ».

26On lui connaît cinq adresses successives : rue Saint-Julien le Pauvre en septembre 1543 ; rue de la Calandre en octobre de la même année ; au mont Saint-Hilaire en 1545 ; rue de Bièvre l’année suivante ; rue Saint-Jacques en 1552.

27Bézard (Mathieu)

  • 22 P. Renouard, Documents…, p. 13 ; E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 72 (Bézart).
  • 23 En 1543, son fils vend des terres héritées de sa succession (Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1295, (...)

28Enlumineur connu de 1518 à 153122, marié à Agnès Bonne, fille de Liévin Bonne, libraire, et de Catherine Cabault. Il meurt avant le 27 septembre 154323. Il possédait des terres et une maison à Saint-Marcel dont hérita son fils Étienne*.

29Bezée (René)

  • 24 Arch. nat., Min. cent., XI, 4, 1543, 26 février (n. st.).

30En 1543, âgé de 20 ans, il est mis en apprentissage par son cousin, Jean Maillard, marchand teinturier à Saint-Marcel, avec Jean Seneschal* pour deux ans24.

31Boivin (Nicolas)

32Enlumineur connu de 1542 à 1555, établi rue du Mont-Saint-Hilaire, puis rue des Carmes (1555)

  • 25 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2316.
  • 26 Ibid., no 2317.
  • 27 P. Renouard, Documents…, p. 16.
  • 28 Ibid., p. 17 et 50.
  • 29 Arch. nat., Min. cent., XI, 15, 1555, 29 décembre.

33 Le 20 juin 1542, il cède ses droits sur la succession de son frère, Pierre, libraire à Sens, à sa belle-sœur, Marguerite de Vaulx25. Il place le même jour sa fille, Souveraine, âgée de treize ans, chez celle-ci26. En 1550, il demeure à l’enseigne des Porcelets lorsque son épouse, Laurence Burette, rédige son testament27. En 1553, il est l’un des témoins au testament de l’enlumineur Junian Chauvin, puis à celui de Marie Petit, logeant eux aussi à la même enseigne28. Le 29 décembre 1555, il épouse en secondes noces Charline Hubert, veuve d’Henri Baron, maçon29.

34Bonamy (Jean)

  • 30 Arch. nat., Z2 2761, 1519, 3 octobre.
  • 31 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 5048 (Bonami).

35« Maistre enlumineur » demeurant rue de la Vieille Pelleterie en 1519. Il s’oppose alors à la délivrance de Fiacre Broteau, prisonnier à la Conciergerie30. En 1548, Jeanne Née, femme de Simon Legrand, écrivain, reçoit une quittance relative à la succession de son premier époux, Jean Bonamy, enlumineur31. Il pourrait s’agir du même artiste.

36Bonamy (Pierre)

  • 32 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 1er octobre.

37« Maistre enlumineur » demeurant rue Saint-Jacques. En 1545, il prend en apprentissage Didier Garnyer* pour trois ans, moyennant 12 écus ; il devra « bailler aud. apprentiz demy septier de vin a son disner et autant a son soupper, et se ne luy pourra employer a autres affaires que celles concernans led. mestier de paintre32 ».

38Bonneterre (Valentin)

  • 33 Arch. nat., Min. cent., VIII, 432, 1545, 17 novembre.
  • 34 Arch. nat., Min. cent., XXI, 2, 1551, 18 août.

39En 1545, il est mis en apprentissage par Jeanne Curet, veuve d’Antoine Bonneterre, alors remariée à Philippe Laire, praticien en cour laie à Paris, avec Étienne Bézard*, qui promet « le rendre ouvrier dudict mestier33 ». Six ans après, il est qualifié de « maistre enlumineur » lorsque Pierre Goutat, âgé de treize ans, fils de Michelet, maître joueur d’instrument à Orléans et de Gillette Berthault, tous deux défunts, se met en service chez lui pour une durée de cinq ans34. Valentin Bonneterre promet de lui enseigner le métier d’enlumineur, « ensemble a jouer du tabourin a main » et à luy payer 40 livres tournois. En retour, l’apprenti « sera tenu monstrer audict Valentin Bonneterre a jouer du dessus de violon ».

40Bourg-Labbé (Quentin de)

  • 35 Arch. nat., Min. cent., XIX, 155, 1540, 27 juin ; LXXVIII, 20, 1548, 2 juin.

41Enlumineur demeurant rue du Chevet Saint-Landry, mort avant le 27 juin 1540. Sa femme, Barbe Blanchet, était mercière35.

42Brideroy (Claude)

  • 36 Arch. nat., Min. cent., XI, 5, 1544, 25 février (n. st.).

43En 1544, âgé de treize ans, il est mis en apprentissage pour quatre ans avec Jean Legay*. Son père, Michel Brideroy, est manouvrier et laboureur à Villepreux36.

44Brie (Antoine de)

  • 37 Registres des délibérations…, t. I, p. 10 ; P. Renouard, Documents…, p. 29.
  • 38 Ibid., p. 30 ; G.-M. Leproux, La peinture…, p. 117, n. 20.
  • 39 Le brevet du Châtelet fait partie des papiers inventoriés en 1528, après le décès du second mari d (...)

45Il figure en 1500 dans un arrêt du Parlement au sujet de l’écroulement du pont Notre-Dame (1499) sur lequel il demeure37. En 1512, il est dit « libraire et enlumineur » et habite sur le Petit Pont, lorsqu’il prend en location la huitième maison du pont Notre-Dame dont le bail lui est renouvelé en 1520 ; quatre ans après, un libraire en devient le nouvel occupant38. Il est qualifié uniquement de « libraire et bourgeois de Paris » lorsqu’il s’accorde au sujet de la succession de son frère Jean avec la veuve de ce dernier, Agnès Sucevin, au début de l’année 1523, en tant que tuteur des enfants mineurs du second mariage de son frère39.

46Brie (Jean de)

  • 40 Id., Recueil…, t. II, no 4029.
  • 41 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 23, 1558, 29 septembre.
  • 42 BnF, ms. n.a.fr. 12179, 1561, 28 septembre, f. 58014.

47Enlumineur et historieur rue des Carmes, marié à Catherine Vic dont il a deux enfants, Marguerite et Antoine. Il meurt avant l’été 1546 puisque sa veuve se remarie au mois de janvier 1547 avec Pierre Jumeau, laveur et régleur de livres40. Celle-ci décède avant le 29 septembre 1558, date à laquelle son fils Antoine, marié à Claude Guiette, passe un accord avec son beau-père au sujet de sa succession41. Antoine exerce alors la même profession que Pierre Jumeau ; en 1561, sa femme a pour filleul le fils de Claude I Richer*42.

48Brisebarre (Guillaume)

  • 43 Arch. nat., X1A 1531, 1528, 21 juillet, f° 321v°.

49Il est dit « marchand, bourgeois et enlumineur de ceste ville de Paris » dans une sentence du Parlement du 21 juillet 1528 concernant une requête qu’il avait présentée, avec sa femme, à l’encontre de Charles Bourré, seigneur du Plessis-Bourré. Ce dernier est condamné à lui payer 15 livres tournois43.

50Brizart (Martin)

  • 44 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 18, 1542, 4 septembre.

51Enlumineur mort avant le 4 septembre 1542, marié à Jacqueline Desbordes44.

52Brye

53Voir Brie.

54Cardet (Jean)

  • 45 Cette reconnaissance est mentionnée dans les inventaires après décès de Jean Leclerc (Arch. nat., (...)

55« Compagnon enlumineur » demeurant en 1537 chez Jean Leclerc* auquel il reconnaît alors devoir, avec son père, Noël, vigneron à Champlan, la somme de 2 écus45.

56Chauveau (Jean)

  • 46 Arch. Ass. publ., fonds de l’Hôtel-Dieu, Brièle 6580-6582 et 6590-6605.

57Enlumineur documenté de 1512 à 1536. Les gouverneurs de l’Hôtel-Dieu lui louent un ouvroir, un cellier et une chambre au rez-de-chaussée d’une maison, rue Neuve-Notre-Dame, à l’Image sainte Catherine46.

58Chauvin (Jean)

59Enlumineur documenté de 1547 à 1551 ; il est dit « maistre enlumineur » en 1551. Ses paroisses sont successivement Saint-Martial (1548) puis Saint-Jacques de la Boucherie (1551) lorsqu’il habite rue de la place aux Veaux.

  • 47 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 177, 1547, 25 janvier (n. st.).
  • 48 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 16, 1550, 24 avril.

60Le 25 janvier 1547, il épouse Geneviève, fille de Jeanne Lefèvre et de Nicolas I de La Haye*47. En 1550, il prend en apprentissage pour cinq ans Jean Droguigny, âgé de douze ans48.

  • 49 BnF, ms. n.a.fr. 12066, 1548, 13 janvier (n. st.), f. 11402.
  • 50 BnF, ms. n.a.fr. 12066, 1551, 11 décembre, f. 11384.

61On lui connaît deux filles portant le même prénom, Jeanne. La première est baptisée le 13 janvier 154849, la seconde en 155150. Le parrain de cette dernière est Noël de La Haye, enlumineur, ses marraines sont la veuve de Thomas Chauvin*, du même état, et l’épouse d’Olivier Tronchet, « faiseur d’images en papier ».

62Chauvin (Thomas)

  • 51 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1294, 1541, 24 octobre.
  • 52 BnF, ms. n.a.fr. 12066, 1551, 11 décembre, f. 11384.

63Enlumineur et historieur rue Saint-Honoré, mort avant le 24 octobre 154151. Sa veuve, Jeanne Porion, met alors leur fils, Nicolas, âgé de treize ans, en apprentissage pour quatre ans avec François Delamare, doreur et relieur de livres rue de la Bûcherie. En 1551, elle est l’une des marraines de Jeanne, fille de Jean Chauvin*52.

64Coignée (Pâris)

  • 53 Arch. nat., Min. cent., LXXXVI, 16, 1545, 28 octobre.
  • 54 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1350, 1546, 2 septembre.
  • 55 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 76, 1546, 23 février (n. st.).

65Enlumineur, bourgeois de Paris (1546). En 1545, il vend un quartier de vigne53 et en 154654 loue des terres lui venant de la succession de son père, Pierre Coignée, laboureur à Bezons après avoir passé, la même année, un accord avec son tuteur pour mettre fin à un procès55. On le dit âgé de 22 ou 23 ans alors qu’il affirmait l’année précédente en avoir 25. Dans l’un des actes de 1546, il est dit « marchant enlumineur » demeurant sur le pont aux Meuniers. Il est alors marié à Marguerite Josset.

66Coland, Colland, Collaud (Étienne)

67Voir Colaud (Étienne).

68Colaud (Étienne)

  • 56 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 125, 1547, 8 août-26 octobre [p. j. 24]. Signalé par A. Parent, Les (...)

69Enlumineur et historieur (1540), bourgeois de Paris (1540), il est dit également en 1540 « marchand ». Documenté de 1512 ou 1513 au 10 décembre 1541, il meurt entre cette date et le 1er juin 1542, jour de sa succession mentionnée dans l’inventaire après décès de l’un de ses gendres, Hugues Vollart, parcheminier juré de l’Université56.

  • 57 Coll. privée, livre d’heures à l’usage de Rome portant la souscription de Colaud rédigée entre le (...)
  • 58 BnF, ms. Clairambault 1242, 1523, 9 janvier (n. st.), p. 1630 [p. j. 15]. Publié par A. Dutilleux, (...)
  • 59 Arch. nat., KK 96, 1528, après le 28 septembre, f° 550v° [p. j. 16]. Publié par L. de Laborde, La (...)
  • 60 Arch. nat., LL 139, 1534, 23 décembre, f° 436r° [p. j. 17]. A. Franklin (Les anciennes bibliothèqu (...)

70Une inscription rédigée entre le 11 avril 1512 et le 26 mars 1513 à la fin d’un livre d’heures indique qu’il est l’auteur de celui-ci57. En janvier 1523, il donne quittance au héraut d’armes de l’ordre de Saint-Michel pour la fourniture de six livres des Statuts de l’ordre de Saint-Michel58. Il reçoit en 1528, après le 28 septembre, une somme analogue à celle de 1523, 72 livres tournois, pour la livraison de six autres exemplaires pour le roi59. Outre ces deux commandes royales, il enlumine de lettres d’or quatre livres de la cathédrale, moyennant 36 sous tournois ; le chapitre en autorise le paiement le 23 décembre 153460.

  • 61 Cf. l’inventaire après décès d’Hugues Vollart [p. j. 24].
  • 62 Arch. nat., S. 3483, 1540, 30 janvier (n. st.) [p. j. 18].
  • 63 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 172, 1540, 28 décembre [p. j. 19].
  • 64 Arch. nat., X1A 1548, 1541, 10 décembre, f° 36r°-v° [p. j. 20]. Analysé par J. Guiffrey, Artistes (...)
  • 65 Partiellement mentionnées dans l’inventaire après décès d’Hugues Vollart [p. j. 24].

71En juillet 1539, à la mort de l’une de ses filles, celle mariée à Hugues Vollart, Claude, il devient subrogé tuteur de ses petits-enfants61. En janvier 1540, il assiste comme paroissien de la paroisse Saint-Pierre des Arcis à un bail que passe cette fabrique à Simon de La Mothe d’une maison rue de la Vieille Draperie62. Il est documenté habitant cette rue dès 1512-1513, et encore en décembre 1540 lorsqu’il cède à un autre de ses gendres, Guillaume Legay, maître éperonnier, ses droits sur la succession de sa fille, Nicole63. À la fin de l’année suivante, le Parlement condamne François d’Argillières à lui verser, à titre de caution, 30 livres 10 sous tournois en attendant un jugement en appel64. Il possédait à sa mort des terres aux environs de Paris et à Sceaux65.

  • 66 BnF, ms. n.a.fr., 12069, 1545, 23 août, f. 12774 [p. j. 22].
  • 67 Arch. nat., Y 92, 1545, 4 et 6 novembre [p. j. 22]. Analysé par E. Campardon et A. Tuetey, Inventa (...)

72Il se remarie avec Jeanne Patroullard, elle-même veuve, en janvier 1525. Celle-ci, malade en août 1545, établit alors son testament : elle demande à être enterrée au cimetière des Saints-Innocents et lègue à la paroisse Saint-Pierre des Arcis 1 écu d’or au soleil ainsi qu’un total de 3 écus à deux confréries66. Son cousin, Jean Villain, et le libraire Galiot du Pré sont ses exécuteurs testamentaires. Elle décède avant le mois de novembre 1545, ses neveux transportant alors leur part d’héritage à leur père67.

  • 68 Cf. l’inventaire après décès d’Hugues Vollart [p. j. 24].
  • 69 Arch. nat., Min. cent., LIV, 161, 1562, 18 janvier (n. st.) [p. j. 29].

73De l’une de ces unions est née également une troisième fille, Jeanne, mariée à un certain Laporte, marchand68, et une quatrième, Marie qui avait épousé Martial Vaillant*69.

74Collault (Étienne)

75Voir Colaud (Étienne).

76Cordier (Jean)

  • 70 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2051.

77Fils d’Antoine Cordier, hôtelier à Longueval. Il est âgé de seize ans lorsqu’il entre en apprentissage, en 1540, avec Valentin Cotillon* ; le contrat est résilié l’année suivante, en août, et Jean Cordier entre alors dans l’atelier de Jean Hardouyn*70. La durée initiale de l’apprentissage, cinq ans, est réduite en conséquence.

  • 71 Loc. cit.

78Cotillon (Valentin) Libraire, doreur et enlumineur. Le 5 novembre 1540, il prend en apprentissage Jean Cordier* pour une durée de cinq ans ; le contrat est résilié l’année suivante71.

79Coullaud, Coullault, Courault (Étienne)

80Voir Colaud (Étienne).

81Courtois (Jean)

  • 72 Arch. nat., Z2 2760, 1515, 15, 17 et 20 novembre [p. j. 1].

82Enlumineur. En novembre 1515, il présente une requête au bailli du Palais contre Jean de Lagarde, libraire : le conflit porte sur le prix d’un livre d’heures en papier orné de lettres d’or délivré au libraire dont il n’a reçu que 10 sous tournois et dont il en demande 11. Les parties sont entendues et Jean Courtois n’obtient pas gain de cause72.

83Delahaye

84Voir La Haye (de).

85Delanoue (Robert)

86Voir La Noue (Robert de).

87Delaruelle (Guillaume)

88Voir La Ruelle (Guillaume de).

89Despotz (Jean)

  • 73 Arch. nat., Min. cent., LXXXV, 13, 1543, 12 novembre.
  • 74 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 178, 1547, 14 juillet.
  • 75 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 4906 (Despotz, d’Espaulx, d’Épaux).

90Enlumineur et historieur. En 1543, il est âgé de 26 ans lorsqu’il passe un accord relatif à la succession de son père, Pierre, avec les héritiers de la seconde femme de celui-ci73. Parmi eux figure Nicolas Lefèvre*, au nom de sa femme, veuve de Pierre Allot. Jean Despotz renonce à ses droits, moyennant 205 livres tournois. En 1547, il vend avec sa femme, Marguerite Desprez, une rente de 10 livres tournois74. L’année suivante, il demeure hors de la porte Saint-Jacques lorsqu’il donne en location avec son beau-père, Nicolas Desprez, épicier, une maison située dans ce faubourg75.

91Des Rieux (Guy)

  • 76 Arch. nat., Min. cent., LXXXVI, 7, 1540, 18 mars (n. st.).

92Enlumineur, historieur (1543), marié à Suzanne Morisseau, fille de Michel, barbier et chirurgien, et Marguerite Chauvet. En mars 1540, il demeure sur le pont Notre-Dame, avec sa femme et sa belle-mère, alors veuve. Ceux-ci transportent le bail de la 20e maison en amont l’eau, donnée en location l’année précédente à Michel Morisseau, un orfèvre76.

  • 77 Arch. nat., Min. cent., VIII, 70, 1543, 20 février (n. st.).
  • 78 Arch. nat., Min. cent., VIII, 71, 1544, 31 mai.
  • 79 Cité d’après E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3022 (de Ryeux).
  • 80 Arch. nat., Min. cent., IX, 131, 1548, 23 août. Analysé par F. Greffe et V. Brousselle, Documents…(...)
  • 81 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 53, 1559, 3 octobre.

93En 1543, il reçoit sa part d’héritage sur la succession de son père, Oudart, greffier de la garde de la Conciergerie du Palais77, qu’il vend l’année suivante à son beau-frère, Vivant Gaultherot, libraire78. Il demeure alors rue Saint-Christophe. Son adresse, identique, la même année, à celle de Guido[n] de Ryeux, « pourtrayeur d’histoires », amène à identifier l’un et l’autre comme étant un seul artiste. En échange d’une dette de 10 livres tournois envers Pierre Regnault, libraire, il s’engage alors à « pourtrayer et figurer pour led. creancier toutes et chascunes les hystoyres et symulacres de la mort, autrement appellez les figures de la Danse macabre […] selon les figures monstrez et baillez par icelluy creancier79 ». Il doit dessiner sur le bois que lui fournit son créancier deux figures par semaine ou payer 6 sous tournois s’il ne respecte pas ce délai. Sa mort survient en 1547 ou au début de l’année suivante puisqu’au mois d’août 1548, sa veuve assiste à l’inventaire après décès de la mère de celle-ci80 et qu’en 1559, Madeleine, leur fille, n’est âgée que de onze ans. Cette dernière, alors orpheline, est placée par son tuteur, Guillaume Jullian, libraire, en apprentissage chez une marchande coquillière81. Claude Frémy, libraire, beau-frère de Guy Des Rieux, dont il avait épousé la sœur, Françoise, défunte, assiste aussi au contrat. Dans les actes postérieurs à sa mort, Guy Des Rieux est systématiquement qualifié d’enlumineur et d’historieur.

94Des Rues (Guy)

95Voir Des Rieux (Guy).

96Dubois (François)

  • 82 Ibid., t. I, no 2856.

97Enlumineur et historieur, bourgeois de Paris, documenté de 1532 à 1540, marié à Isabeau Noël puis à Françoise Aucquetin. Il meurt avant le 26 janvier 1544, date d’une renonciation réciproque entre les héritiers de sa première femme et sa veuve82.

  • 83 Arch. nat., Min. cent., XX, 10, 1532, 17 avril.
  • 84 G.-M. Leproux, La peinture…, p. 117, n. 20.
  • 85 Arch. nat., Min. cent., VIII, 179, 1540, 6 avril.

98En 1532, il est commis par les marguilliers de Sainte-Geneviève des Ardents pour recouvrer des rentes dues à la fabrique83. En 1534, il demeure sur le pont Notre-Dame lorsqu’il se porte caution, aux côtés de son voisin Noël Bellemare*, en faveur d’un plumassier souhaitant s’y installer84. En 1540, sa femme renonce à la succession de sa mère en faveur de l’un des ses beaux-frères85. On lui connaît une autre adresse, indiquée dans l’acte de 1544, la rue de la Lanterne.

99Dufour (Étienne)

  • 86 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2686.

100Religieux de l’abbaye de Saint-Germain aux Jumeaux d’Amiens et étudiant à l’université de Paris, il passe un marché en 1543 avec Nicolas I du Hanot* pour apprendre l’enluminure durant un an86.

101Dufour (Henri)

  • 87 Arch. nat., Min. cent., XIX, 24, 1505, 22 septembre.

102Enlumineur et historieur (1505) documenté de 1500 à 1522, marié à Huguette, fille de Pierre Roze87.

  • 88 Registre des délibérations…, t. I, p. 10 ; P. Renouard, Documents…, p. 29.
  • 89 Ibid., p. 77 ; G.-M. Leproux, La peinture…, p. 117.

103Il figure en 1500 dans un arrêt du Parlement au sujet de l’écroulement du pont Notre-Dame (1499) sur lequel il habitait, avec sa femme, la première maison en amont88. En 1516, on lui octroie la neuvième maison située sur le pont reconstruit, où les époux demeurent jusqu’en 1522 avant de céder le bail à un orfèvre89.

104Dufresne (Jean)

  • 90 Arch. nat., Min. cent., LXXXV, 8, 1542, 4 mai.

105En 1542, il est mis en apprentissage pour trois ans avec Thomas Hardouyn*90 ; il est alors âgé de treize ans. Son père, Jean Dufresne l’aîné, est marchand, bourgeois de Paris.

106Du Hannot

107Voir Du Hanot.

108Du Hanot […]

  • 91 Arch. nat., Min. cent., XI, 2, 1540, 15 juin.

109Enlumineur en 1540. Père de Nicolas I du Hanot*91.

110Du Hanot (Jean)

  • 92 L. Le Grand, « Les Quinze-Vingts… », p. 220, n. 6.
  • 93 BnF, ms. n.a.fr. 12097, 1544, 9 avril (n. st.), f. 24220.

111L’enlumineur de ce nom, qui figure dans les comptes de l’hôpital des Quinze-Vingts en 1538 pour l’enluminure de neuf cahiers, moyennant 100 sous tournois92, est sans doute le même que celui qui, marié à Jeanne Delaunay, fait baptiser son fils, Philippe, le 9 avril 1544 en la paroisse Saint-Benoît le Bientourné, avec pour parrain Nicolas I du Hanot*93.

112Du Hanot (Nicolas I)

  • 94 BnF, ms. n.a.fr. 12097, 1544, 9 avril (n. st.), f. 24220.
  • 95 E. Coyecque, Recueil…, t. I, nos 2646 et 3485, t. II, nos 4437 et 4538.
  • 96 Ibid., t. I, no 2686.

113Enlumineur rue Sainte-Geneviève du Mont connu de 1540 à 1547. Fils d’un autre enlumineur dont on ignore le prénom, il est sans doute apparenté à Jean du Hanot*, dont il est parrain de l’un des enfants en 154494, et à Quentin du Hanot*. Il avait épousé Jeanne Leroy, lingère, veuve de Guillaume Daniel et de Gilles Boret95. En 1543, moyennant 6 écus, il s’engage à apprendre, durant un an, l’enluminure à Étienne Dufour*, religieux de l’abbaye de Saint-Germain aux Jumeaux d’Amiens, étudiant à l’université de Paris96. Celui-ci devra être présent tous les jours dans l’atelier, avec toutefois la possibilité de s’absenter pour suivre ses leçons de grammaire.

114Du Hanot (Quentin)

  • 97 Date de son inventaire après décès, non conservé, mais dont il est fait mention dans un acte du 3 (...)

115Enlumineur et historieur, bourgeois de Paris, demeurant rue Saint-Jacques. Documenté de 1535 au 9 juillet 1549, il meurt avant le 19 septembre de la même année97.

  • 98 Ce douaire est mentionné dans une minute de 1551. Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 17, 1551, 22 jui (...)
  • 99 Cette information est livrée dans la donation des héritages issus de la succession de Quentin du H (...)

116Il épouse Marguerite Lesaige, fille de Martin, procureur au Châtelet à laquelle il constitue un douaire de 200 livres tournois98. Ce mariage est à placer avant 1533 puisqu’en 1551, Charlotte, l’une de leurs filles, est âgée de 18 ans99.

  • 100 L’achat est mentionné dans la déclaration de remboursement à Quentin du Hanot par les propriétaire (...)
  • 101 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1163, 1544, 5 juin.
  • 102 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 5, 1544, 14 mai.
  • 103 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 18 septembre et 14 décembre.
  • 104 P. Renouard, Documents…, p. 79. Arch. nat., Min. cent., XLIX, 10, 1539, 7 mai ; LXXIII, 4, 1544, 2 (...)
  • 105 Arch. nat., Min. cent., VIII, 59, 1539, 20 décembre [p. j. 4].
  • 106 C. Grodecki, Documents…, t. II, no 857.

117Le 9 juillet 1535, il achète une maison, moyennant 320 livres tournois, située dans une ruelle sans nom, joignant deux hôtels rue Saint-Jacques, l’un à l’enseigne des Quatre éléments, l’autre à l’Écu de Bretagne ; les vendeurs la lui rachèteront quatorze ans plus tard100. En 1544, il assigne dessus une rente101. Alors qu’il y demeure, il devient locataire la même année, pour cinq ans, d’une chambre et étude dans l’un des hôtels attenants, celui de l’Écu de Bretagne102, dont on lui loue une autre partie l’année suivante pour une durée de neuf ans103. Il possède également plusieurs rentes104. Ce niveau de fortune non négligeable correspond à une activité professionnelle importante. En 1539, Louis de Charny, abbé de l’abbaye de Notre-Dame de Josaphat lui fait payer 100 livres tournois pour deux collectaires en parchemin, enluminés et reliés, livrés à l’abbaye105. En 1543, il promet à Jean de Rueil, docteur en la faculté de théologie, principal du collège de Reims, d’enluminer les histoires et les lettres ornées d’un missel imprimé à l’usage de Paris sur parchemin, dont la décoration secondaire des deux premiers cahiers a déjà été faite par un autre enlumineur. Le travail doit être exécuté en six mois106. Dans les actes, on le trouve qualifié concurremment de « maistre enlumineur », de « maistre historieur », de « maistre enlumineur et historieur », mais aussi, en 1544, de « marchant enlumyneur de livres ».

  • 107 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 45, 1551, 22 juin.
  • 108 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 17, 1551, 9 septembre. Analysé par M. Grivel, « Les graveurs… », p (...)
  • 109 P. Renouard, Documents…, p. 79.

118En juin 1551, Marguerite Lesaige donne tous les biens provenant de la succession de son mari à ses enfants Charlotte, Jeanne, Jean et Nicolas II, à charge pour eux de lui verser 24 livres tournois par an, sa vie durant, et de payer 10 livres tournois à l’église où elle sera enterrée107. En septembre, elle place en apprentissage avec Nicolas Lefèvre*, pour une durée de six ans, leur dernier né, Nicolas II, qui avait été baptisé en mars 1544 en la paroisse Saint-Benoît le Bientourné108. Le 31 décembre de la même année, elle fait une fondation à la chapelle diaconale de Saint-Benoît le Bientourné109.

119Épaux (Jean d’), espaux (Jean d’)

120Voir Despotz (Jean).

121Galland (Martial)

122Voir Vaillant (Martial).

123Garnier (Didier)

  • 110 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 1er octobre.

124En 1545, il est placé par sa mère, Jeanne de Dreux, pour trois ans avec Pierre Bonamy*. Il est alors âgé de quinze à seize ans. Son père, Antoine, défunt à cette date, demeurait à Saint-Leu-Taverny110.

125Girard (Jean)

126Voir Mathieu (Jean dit Girard).

127Girard (Noël)

  • 111 P. Renouard, Documents…, p. 35.

128Enlumineur demeurant rue Saint-Jacques en 1528111.

129Girault (Claude)

  • 112 BnF, ms. n.a.fr. 12112, 1542, 10 novembre, f. 30244.
  • 113 BnF, ms. n.a.fr. 12112, 1547, 28 avril et 1550, 24 septembre, f. 30246 et 30245.
  • 114 Arch. nat., Min. cent., III, 218bis, 1551, 24 octobre.

130Enlumineur documenté de 1542 à 1551. En 1542, il est parrain de Yolande, fille de Jean Verderet, gainier112. En 1547, sa femme, Jeanne Bretel, puis en 1550, lui-même, sont marraine et parrain de deux filles de Mathurin Marchant, lui aussi gainier113. L’année suivante, il donne procuration à Jacques Pilon pour recouvrer une somme due par Pierre Bretel, prêtre à Coullemiers (Yonne114).

131Girault (Jacques I)

  • 115 E. Coyecque, Recueil…, t. I, nos 3400 et 3401. Sur la carrière de l’aîné, cf. P. Renouard, Réperto (...)
  • 116 Arch. nat., Min. cent., XI, 7, 1546, 12 avril (n. st.).
  • 117 Arch. nat., Min. cent., XI, 39, 1559, 12 juillet.
  • 118 Arch. nat., Min. cent., XI, 16, 1556, 25 avril.

132Enlumineur mort avant 1545, date à laquelle sa veuve, Marguerite Mercier, est remariée à un lapidaire. Leurs trois fils, Jean, Robert et Jacques, sont formés chez des fondeurs de lettres à imprimer : Jean et Robert sont placés le 1er mars 1545 chez Jean Micard l’aîné comme alloué, le cadet, âgé de 17 ans, comme apprenti115. L’année suivante, Jacques est mis en apprentissage avec Jacques Parmentier116 Robert, qui meurt avant juillet 1559, date à laquelle Marguerite Mercier cède ses droits à sa bru117 était le cousin de l’enlumineur Jacques de Villemet118.

  • 119 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 731.
  • 120 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1275, 1540, 29 février (n. st.).

133Deux actes antérieurs à 1545 peuvent se rapporter aussi bien à cet artiste qu’à son homonyme, Jacques II* : la prise à bail en 1527 d’un corps d’hôtel rue Saint-Jacques appartenant à Yolande Bonhomme, veuve du libraire Thielmann Kerver119, ainsi qu’une association à laquelle il prend part pour faire jouer des mystères dans les faubourgs120.

134Girault (Jacques II)

  • 121 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 135, 1542, 11 septembre.
  • 122 Arch. nat., Min. cent., VIII, 145, 1547, 11 mai.

135Enlumineur documenté de 1542 à 1547. Le 11 septembre 1542, il donne quittance à son beau-père Guillaume Paste, maître maçon, de la somme de 120 livres tournois et du linge constituant la dot de sa femme Liénarde121. En 1547, il est le tuteur des enfants de son beau-frère122.

136Il n’est pas possible de le distinguer de son homonyme, Jacques I *, pour deux actes, l’un de 1527, l’autre de 1542.

137Godin (Jean)

  • 123 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 592.

138Enlumineur demeurant rue Galande. En 1519, il doit 4 livres parisis à François Lebeau, prêtre123.

  • 124 Arch. nat., Min. cent., III, 16, 1539, 12 avril.
  • 125 Date de son inventaire après décès. Arch. nat., Min. cent., III, 301, 1550, 26 juin. Analysé par F (...)

139Gonnet (Jean) « Maistre enlumineur » à Paris mort avant le 12 avril 1539, date du compte d’exécution test amentaire de sa veuve, Madeleine de Senlis, remariée à Robert Millon, marchand cordonnier124. On lui connaît deux filles : Nicole, qui meurt avant le 26 juin 1550125, et Anne, épouses respectives de Burgonce Bailly, maître pignier et tabletier, et de Jean Leclerc*.

  • 126 Arch. nat., Min. cent., XI, 4, 1543, 13 février (n. st.).

140Goynet (Jean) En 1543, sa mère, Marion Robellot, veuve de Guyon Goynet, laboureur à Gallardon, le met en apprentissage pour trois ans et demi avec Jean Legay*. Il est alors âgé de quatorze ans126.

141Gribou (André)

142Voir Griboust (André).

143Griboust (André)

144Enlumineur et historieur, bourgeois de Paris (1545), connu de 1540 à 1548, demeurant rue Saint-Jacques, près du couvent des Mathurins.

  • 127 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1247, 1544, 22 septembre [p. j. 8].

145Dans les actes le concernant, on le trouve qualifié pour une même période de « maistre enlumineur », de « maistre historieur », de « maistre enlumineur et historieur », puis, en 1546, de « marchand maistre enlumineur et ystorieur ». En 1544, il promet à Olivier Decoynes, marchand toulousain, d’enluminer un livre d’heures imprimé en parchemin « marquees a la marque du Pot cassé tant de vignettes, histoires, lectres que aultres choses requises […] et de bon or, azur et aultres est offes » moyennant 11 écus et « une paire d’heures aussi imprimees en parchemyn de l’impression de Germain Hardouyn* et historiees ». Le travail, déjà commencé, doit être fait en trois semaines127.

  • 128 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 2 juin ; LXXIII, 7, 1546, 13 janvier (n. st.) ; LXXIII, 9 (...)
  • 129 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 3867 (Gryboust). Arch. nat., Min. cent., XLIX, 28, 1545, 30 septe (...)
  • 130 Arch. nat., Min. cent., XI, 28, 1548, 16 novembre.
  • 131 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 46, 1553, 4 février (n. st.). Sa veuve renouvelle un bail pour la (...)
  • 132 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 50, 1556, 13 avril [p. j. 12].
  • 133 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 50, 1556, 13 avril [p. j. 12].

146Il possède une maison rue au Maire, à l’enseigne de la Galoche128, sur laquelle il assigne, avec sa femme, Geneviève Godart, une rente de 10 livres tournois en 1545129. Il meurt entre le 16 novembre 1548, date à laquelle il assiste, comme ami, au contrat de mariage d’un serrurier130, et février 1553131. Léon Davent, « graveur en cuyvre et enlumyneur » demeurant lui aussi rue Saint-Jacques, devient le tuteur de ses enfants mineurs après son décès132. En 1556, l’un d’eux, Chrétien, alors âgé de douze ans, est mis en apprentissage, pour six ans, avec Thomas Texier, tailleur de figures en bois, résidant dans la même rue133.

147Grybou, Gryboust (André)

148Voir Griboust (André).

149Hardouyn (Germain)

  • 134 Il travaille au début du XVIe siècle en association avec son frère Gilles jusqu’au décès de celui- (...)
  • 135 P. Renouard, Répertoire…, p. 198.
  • 136 J. Guignard, « Livres d’heures… », p. 30-42.
  • 137 Arch. nat., Min. cent., XIX, 15, 1500, 2 septembre. Analysé par C. Béchu, F. Greffe et I. Pébay, D (...)

150La seule indication se rapportant à un métier d’enlumineur pour ce libraire spécialisé dans le commerce des livres d’heures imprimés du début des années 1500134 jusqu’à sa mort, survenue en 1541, date à partir de laquelle les éditions portent le nom de sa veuve, Catherine de Paris135, se trouve dans une édition imprimée pour lui en 1514 : expensis honesti viri Germani Hardouyn, etiam librarii, et in arte litterarie picture peritissimi136. Toutefois, un Germain Hardouyn, enlumineur, qui demeure en 1500 rue de la Vieille Pelleterie lorsqu’il prend en apprentissage pour deux ans Jean Leclerc* moyennant 14 livres tournois, pourrait désigner la même personne137.

  • 138 Arch. nat., X1A 1543, 1539, 10 mai, f° 267r°. Signalé par P. Renouard, Répertoire…, p. 198.
  • 139 Arch. nat., Min. cent., LXX, 56, 1546, 6 décembre. Analysé par M. Jurgens, Documents…, no 1493.
  • 140 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1065, 1542, 18 mai [p. j. 5]. Le compte final de la succession ne d (...)

151Deux fils de ce libraire qui obtient, sans que l’on en connaisse la date, l’un des offices de libraire juré de l’Université dont il est titulaire en 1539138, exercent le métier d’enlumineur dans les années 1540 : Jean* l’aîné et Thomas*. Le compte final de sa succession en mai 1542 cite comme héritiers, outre ces derniers, quatre autres enfants : Madeleine, qui épouse successivement deux marchands potiers d’étain et meurt en 1546139, Jean le jeune, maître potier d’étain, Guillaume, décédé avant cette date et dont les enfants héritent, et Pierre, ce dernier, mineur, issu d’un mariage avec Andrée Godart. Ils donnent alors quittance à leur belle-mère, Catherine de Paris, des sommes de 889 et 386 livres tournois140.

  • 141 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 5 novembre.
  • 142 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 7, 1546, 16 février (n. st.).

152Cette dernière établit un premier testament en novembre 1545 : elle demande notamment à être enterrée comme son mari au cimetière des Saints-Innocents et donne 10 livres tournois à la fabrique de Saint-Barthélemy, autant aux pauvres de l’Hôtel-Dieu et 100 sous tournois à ceux de la ville ; parmi ses nombreux légataires, deux sont des apprentis. Elle cède aussi en usufruit à son frère, Claude de Paris, deux maisons, l’une à Notre-Dame des Champs, à l’enseigne de la Boule, l’autre à Saint-Germain des Prés, lui donne 200 livres tournois et le nomme son exécuteur testamentaire141. En 1546, par un codicille, elle donne, entre autres, à chacun des enfants de Germain Hardouyn, une robe de drap noir, et 20 livres tournois ainsi que le surplus de ses biens à l’Hôtel-Dieu142. Dans ces deux actes, Germain Hardouyn est dit « marchant libraire, bourgeois de Paris ».

153Hardouyn (Jean)

154Bourgeois de Paris (1542), Jean Hardouyn, souvent dit l’aîné, exerce plusieurs métiers, celui d’enlumineur étant attesté de 1537 à 1542.

  • 143 BnF, ms. n.a.fr. 12119, 1537, 23 mars (n. st.), f. 33275 ; ms. n.a.fr. 12040, 1539, 27 mars (n. st (...)
  • 144 BnF, ms. n.a.fr. 12177, 1539, 4 septembre, f. 57112.
  • 145 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2051 (Hardouin).
  • 146 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1065, 1542, 18 mai [p. j. 5]. Dans le testament qu’elle établit en (...)

155Il est désigné comme enlumineur ou comme libraire et demeure sur le pont Notre-Dame quand il fait baptiser en 1537 et 1539143 deux de ses fils, Guillaume et Jean, nés de son mariage avec Jeanne de Rouen. Il choisit pour parrains du premier Guillaume Hardouyn, libraire, son frère vraisemblablement, et Guillaume Guéau, peintre ; l’un des parrains du second est un autre libraire, Guillaume Godart. Il a pour filleul, en 1539, Milan Regnard, fils de Nicolas, orfèvre, et de Geneviève de Rouen, sa belle-sœur144. En 1541, il est qualifié de libraire, doreur et enlumineur lorsqu’il accueille dans son atelier Jean Cordier* pour une durée de quatre ans145. L’année suivante, dans le compte final de la succession de son père, Germain*, il est dit du même état que son frère, Thomas*, « marchant libraire, historieur146 ».

  • 147 Arch. nat., Min. cent., LXX, 56, 1546, 6 décembre. Analysé par M. Jurgens, Documents…, no 1493.
  • 148 P. Renouard, Répertoire…, p. 199.
  • 149 F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 30.
  • 150 P. Renouard, Documents…, p. 121 ; Id., Répertoire…, p. 199.
  • 151 Arch. nat., Min. cent., III, 235, 1555, 24 mai. En 1566, Germain n’est dit que doreur sur cuir lor (...)
  • 152 P. Renouard, Documents…, p. 121 ; Id., Répertoire…, p. 199.

156Dès lors, il n’apparaît plus dans les textes que comme marchand libraire et doreur soit de livres, soit de cuir, métiers auxquels il ajoute celui de maître gainier lorsqu’il assiste en 1546 à l’inventaire après décès de sa sœur, Madeleine, en tant que tuteur de sa nièce147. Des éditions de 1546 et 1547 le documentent également comme imprimeur ; l’adresse figurant sur celles-ci est la même que celle de son père, entre les deux portes du Palais, à l’enseigne de la Marguerite148. En juillet 1547, il assiste à l’inventaire après décès de Radegonde Lesueur, veuve de Pierre de Rouen, orfèvre, père et mère de son épouse149. Cette dernière, qui lui donne trois autres fils, Germain, Guillaume et Michel, meurt entre l’été 1547 et le 25 octobre 1552, date à laquelle Jean Hardouyn épouse Anne Lemerlier dont il aura d’autres enfants150. En 1555, il donne à son fils Germain, à l’occasion de son mariage avec Claude Gabry, fille de Jean, maître tonnelier à Paris, 500 livres tournois représentant sa part d’héritage sur la succession de Jeanne de Rouen, et s’associe avec lui au métier de libraire et doreur pour une durée de neuf ans ; le contrat comprend, à frais communs, la nourriture, les salaires de serviteurs et la location de la maison151. En 1565-1566, des terres et une maison à Clamart lui appartenant sont mises en vente aux criées ; il meurt avant le 16 juillet 1566152.

157Hardouyn (Thomas)

158Fils de Germain Hardouyn*, frère de Jean*, bourgeois de Paris, il obtient l’une des deux charges d’enlumineur juré de l’Université, sans doute celle laissée vacante par le décès de Jean Leclerc* puisqu’il est documenté comme tel à partir de janvier 1545 ; il en est encore titulaire en 1551.

159Il exerce une double activité de libraire et enlumineur de 1542 jusqu’en 1549 au moins : alors qu’en 1551, il n’est dit que « maistre enlumineur juré de l’Université » et, après sa mort, « enlumineur », on le trouve auparavant aussi bien qualifié de « marchant libraire », d’« historieur » (1542), de « maistre libraire et enlumineur », de « maistre libraire et enlumineur juré en l’université de Paris » (1545) ou encore de « libraire et enlumineur ».

  • 153 Arch. nat., Min. cent., LXXXV, 8, 1542, 4 mai.
  • 154 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1065, 1542, 18 mai [p. j. 5]. Dans le testament qu’elle établit en (...)
  • 155 Arch. nat., Min. cent., VIII, 291, 1545, 29 janvier (n. st.). Signalé par G.-M. Leproux, La peintu (...)
  • 156 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 5180.
  • 157 Arch. nat., Min. cent., VIII, 440, 1551, 17 décembre.
  • 158 Arch. nat., Min. cent., VIII, 441, 1553, 21 octobre.

160Il accueille, au mois de mai 1542, Jean Dufresne*, pour trois ans, moyennant 10 livres tournois et un muid de vin et s’engage à lui apprendre le métier d’enlumineur153. Le même mois, il donne quittance à Catherine de Paris pour la succession de son père154. En 1545, il prend dans son atelier François Lequeu* pour quatre ans, moyennant 12 écus : la formation concerne cette fois les deux professions qu’il exerce155. En 1549, il assiste comme témoin au contrat de mariage de Denise Challier et Méen Germain, marchand, bourgeois de Paris156. À la fin de l’année 1551, Étienne Ancher, parcheminier du roi, lui donne en location, pour quatre ans et demi, une salle basse et aisances dans la tour de la seconde porte du Palais joignant l’église Saint-Michel, occupées, depuis le 30 juillet précédent, par Jean de La Mothe, « maistre enlumineur et historieur157 ». Il avait épousé la sœur de ce dernier, Marguerite, fille de Louis, carrier à Notre-Dame des Champs, marchand, bourgeois de Paris. Il meurt entre le mois de décembre 1551 et le 21 octobre 1553158.

161Hubert (Toussaint)

  • 159 E. Coyecque, Recueil…, t. I, nos 224 et 305.

162Enlumineur et historieur connu en 1521 et 1522, rue Saint-Jacques (1522159).

163Jacob (Jacques)

164Voir Retif (Jacques dit Jacob).

165Jourdain (Charles)

166Enlumineur, bourgeois de Paris. À partir de 1551, il est dit aussi bien « enlumineur », « maistre enlumineur et historieur », « maistre enlumineur » qu’« enlumineur et historieur ».

  • 160 J. Guiffrey, Artistes parisiens…, no 42. Arch. nat., Min. cent., LXXVIII, 11, 1545, 29 janvier (n. (...)
  • 161 F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 1002.
  • 162 Arch. nat., Min. cent., XLIX, 58, 1558, 25 janvier (n. st.).
  • 163 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 23, 1558, 5 décembre.
  • 164 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 18, 1552, 19 octobre.

167Le 29 janvier 1545, il épouse Geneviève, fille de Jean Robichon demeurant en Lorraine, alors défunt, et de Marie Dodier, placée à l’âge de sept ans chez Jean Jourdain, avocat au Parlement160. En 1554, il assiste à l’inventaire après décès de Thierry Poissier, marchand boucher, en qualité de subrogé tuteur des enfants mineurs du défunt et de la veuve161. En janvier 1558, il abandonne le procès mené à l’encontre de Simon Dodier, oncle de sa femme, au sujet de droits de succession162. Au mois de décembre de la même année, il prend en location pour quatre ans une chambre et garde-robe dans l’hôtel du Beautreillis rue Saint-Jacques163, rue où il habite au moins depuis 1552164.

  • 165 Arch. nat., Min. cent., VIII, 440, 1551, 18 décembre.
  • 166 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 18, 1552, 19 octobre.
  • 167 Arch. nat., Min. cent., XIX, 208, 1558, 27 juin [p. j. 13].
  • 168 L’acte n’est connu que par l’analyse qu’en donne Benjamin Fillon (L’art de la terre…, p. 69). Les (...)
  • 169 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 79, 1564, 13 janvier (n. st.). à l’École nationale supérieure des (...)

168On lui connaît deux apprentis. En 1551, il accueille pour quatre ans Jean David, âgé de quatorze ans, fils de Pierre, manouvrier à Saint-Germain des Prés, moyennant 10 livres tournois165. L’année suivante, la veuve d’Antoine de Bargues* place chez lui pour la même durée son fils, Pierre, âgé de treize ans, sans débours de part et d’autre, excepté les habits que Charles Jourdain s’engage à prendre en charge la dernière année166. En juin 1558, lui et Geoffroy Ballin, aussi enlumineur, donnent quittance à Claude Gouffier de 20 livres tournois payées en avance pour un canon d’autel et l’enluminure d’un ou de plusieurs livres d’heures167. L’année suivante, le 12 mai, ils reconnaissent avoir reçu du même la somme de 261 livres 8 sous 4 deniers tournois pour des « livres de prière qui servirent également à ses noces » avec Marie de Gaignon168. Les liens de Jourdain avec la famille Ballin dépassent le cadre professionnel puisqu’il assiste en 1564, en tant qu’ami, au contrat de mariage de Geneviève, sœur de Geoffroy169.

  • 170 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 63, 1569, 12 février.
  • 171 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 64, 1570, 23 juin.

169Il meurt entre le 12 février 1569170, date à laquelle il est exécuteur testamentaire de Michel Bonfilz, portier du cloître de Notre-Dame, et le 23 juin 1570171.

170La Haye (Nicolas I de)

  • 172 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 177, 1547, 25 janvier (n. st.).

171Enlumineur décédé avant le 25 janvier 1547, date du mariage de sa fille Geneviève avec Jean Chauvin*, du même état172. Il avait épousé Jeanne Lefèvre.

172La Haye (Nicolas II de)

  • 173 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1065, 1542, 2 mai ; CXXII, 1066 et 1067, 1542, 14 septembre.
  • 174 BnF, ms. n.a.fr. 12082, 1543, 2 septembre, f. 18150.
  • 175 BnF, ms. n.a.fr. 12082, 1553, 1er juillet, f. 18151.
  • 176 BnF, ms. n.a.fr. 12082, 1555, 22 mai, f. 18152.

173Documenté comme enlumineur de 1542 à 1543, puis comme graveur sur fer en 1553 et doreur en 1555, il a trois adresses successives près de l’église Saint-Jacques de la Boucherie : rue de la [Vieille] Monnaie en 1542, rue de Marivaux l’année suivante puis rue de la Savonnerie à partir de 1553. Il avait épousé Marie Duvivier, fille de Robert Duvivier, maître passeur es ports, dont les époux héritent en 1542173. De leur mariage sont issus Pierre, baptisé l’année suivante174, Henri en 1553175 et Marie en 1555176. Alors qu’il ne semble pas encore spécialisé dans le décor des armes et des armures, en 1543, il choisit un doreur sur fer et la femme d’un chaudronnier parmi les parrains et marraines de ses enfants. En revanche, en 1553, ce sont exclusivement des armuriers ou leur épouse ; deux ans après, l’un des parrains est un orfèvre.

174Lane (Janequin)

  • 177 Cité d’après E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2806.

175En 1543, âgé de treize ans, il est mis apprentissage avec Jean Legay* pour une durée de six ans par sa mère, Henriette Bréhon, veuve de Girard Lane, batelier demeurant à Pont-l’Évêque (Oise177).

176La Noue (Robert de)

  • 178 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 171, 1539, 3 octobre.
  • 179 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2893, t. II, no 5725. Arch. nat., XXXIII, 42, 1557, 1er septembre. (...)
  • 180 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3163.
  • 181 Cf. BnF, Rés., cahier VII de Philippe Renouard ; les deux actes originaux datés du 3 mars 1547 (n. (...)
  • 182 Arch. nat., VIII, 451, 1562, 7 août. Signalé par G.-M. Leproux, La peinture…, p. 34.
  • 183 Arch. nat., Min. cent., VI, 68, 1544, 23 et 24 mai [p. j. 7]. Publié par J. Pichon et G. Vicaire, (...)
  • 184 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 19, 1553, 14 août.

177Enlumineur, bourgeois de Paris (1544), documenté de 1539 à 1562. En octobre 1539, comme subrogé tuteur de Nicole Legras, il donne quittance à Mathurin Belot de 35 sous tournois178. En mars 1544, il prend en location une maison rue des [Trois] Canettes, à l’enseigne du Barillet, dont le bail est ensuite régulièrement renouvelé179. L’Université lui concède l’un des offices d’enlumineur juré avant le 25 avril 1544180 ; c’est à ce titre qu’il affirme être franc de droits sur la vente de cinq muids de vins faite par lui aux mois, semble-t-il, de janvier et février 1547181. Il le possède toujours en 1562182 et est dès lors qualifié aussi bien d’enlumineur juré, d’enlumineur, de « maistre enlumineur » et, à partir de 1549, de « marchand enlumineur » et même de « marchand enlumineur juré de l’Université ». Au mois de mai 1544, il procède à l’estimation du matériel trouvé dans l’atelier de Jean Leclerc* après la mort de celui-ci et reçoit pour cette prisée 5 sous tournois183. Il est aussi, en 1553, l’un des gouverneurs de la confrérie de Saint-Jean l’Évangéliste qui entament un procès contre un libraire n’ayant pas payé les 24 sous parisis à la confrérie pour l’ouverture de sa boutique184.

  • 185 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3163 ; Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1349, 1544, 1er mai.
  • 186 Arch. nat., Min. cent., LXXVIII, 22, 1549, 18 novembre ; VIII, 443, 1555, 4 janvier (n. st.).
  • 187 E. Coyecque, Recueil…, t. II, nos 6168 et 6184 ; J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 231. Arch (...)
  • 188 BnF, ms. n.a.fr. 12083, 1548, 10 juillet, f. 18611. Le prénom de son fils n’est pas consigné, ni l (...)

178Il possède, de son propre, plusieurs pièces de vignes acquises en 1544185 ainsi qu’une maison à Tremblay, héritée de son frère, marchand boucher en ce lieu, et qu’il donne en location avant de la vendre en 1555186. À partir de 1546, sa femme, Catherine Dupuis, hérite de plusieurs rentes, terres et maisons de Nicaise Dupuis et Isabeau de Reffuges, ses aïeux ; les époux en cèdent une partie en août 1562 à Agnès Dupuis, sœur de Catherine, moyennant 100 livres tournois187. Parmi les cohéritiers de sa femme, l’un d’eux, Jacques Laudet, est « faiseur de cartes ». On lui connaît un fils, baptisé en 1548 en la paroisse de la Madeleine188.

179La Ruelle (Guillaume de)

  • 189 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 1775.

180Fils d’un praticien en cour laie demeurant à Cormeilles-en-Parisis, en 1541, alors qu’il n’est âgé que de cinq ans et demi, il est mis en apprentissage chez Jean Legay* pour une durée de douze ans. Son maître s’engage à lui apprendre le métier, mais aussi à l’envoyer à l’école, puis à « l’entretenir quelque temps au colleige189 ».

181Lebras (Jean)

  • 190 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1306, 1543, 21 mai.

182Enlumineur et historieur demeurant à Saint-Germain des Prés en 1543. Il vend avec sa femme, Antoinette Fontaine, deux travées d’une maison à Glatigny, provenant de la succession de son beau-père, Pierre Fontaine190.

183Leclerc (Jean)

  • 191 Arch. nat., Min. cent., VI, 68, 1544, 23 et 24 mai [p. j. 7]. Publié par J Pichon et G. Vicaire, D (...)
  • 192 Arch. nat., Min. cent., III, 16, 1539, 12 avril ; cf. aussi le règlement des droits de succession (...)
  • 193 Arch. nat., Min. cent., 1552, 1er août [p. j. 11]. Analysé par F. Greffe et V. Brousselle, Documen (...)

184Enlumineur, bourgeois de Paris (à partir de 1537), documenté à partir de 1507, il meurt avant le 23 mai 1544, date à laquelle est commencé l’inventaire des biens trouvés après son décès dans un hôtel qu’il occupait rue de la Verrerie191. Marié par contrat du 23 janvier 1523 à Anne Gonnet, fille de Jean* et de Madeleine de Senlis192, qui lui survit jusqu’en juillet 1552 ; l’inventaire après décès de celle-ci est établi le 1er août suivant193.

  • 194 La reconnaissance figure dans l’inventaire après décès d’Anne Gonnet [p. j. 11].
  • 195 Les comptes annuels du prieuré couvraient la période du 1er octobre au 30 septembre de l’année sui (...)
  • 196 Cité d’après A. Franklin, Les anciennes bibliothèques…, t. I, p. 331.
  • 197 Loc. cit.
  • 198 Loc. cit.
  • 199 Loc. cit.
  • 200 Arch. nat., LL 1462, 1528, 1er octobre-1529, 1er octobre, f° 189r°.
  • 201 La reconnaissance est mentionnée dans les inventaires après décès de Jean Leclerc et d’Anne Gonnet (...)
  • 202 [p. j. 7].
  • 203 Cf. aussi J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 225 et 230-231. Arch. nat., Min. cent., III, 14, (...)
  • 204 [p. j. 11].
  • 205 [p. j. 7].
  • 206 Arch. Nat., Min. cent., XLIX, 83, 1546, 4 avril (n. st.). Le premier contrat de mariage est mentio (...)
  • 207 Arch. Nat., Min. cent., XX, 42, 1549, 2 octobre.

185En 1507, Vincent Verrier, enlumineur rue Sans-Chef, reconnaît lui devoir 32 sous parisis194. À partir de 1523-1524, le couvent Sainte-Croix de la Bretonnerie l’emploie régulièrement pour des travaux d’enluminure et de reliure ; dans les actes, on le voit dès lors qualifié aussi bien d’enlumineur, de « maistre enlumineur » ou d’enlumineur et relieur. En 1523-1524195, ce couvent lui paie 23 livres 10 deniers parisis « tant pour avoir enluminé et relié le psaultier escript par frere Noel, que pour avoir faict quelques lettres au legendier de tempore escript par frere Nicole Courtin196 ». L’année suivante, il reçoit 11 livres 1 sous parisis pour la reliure d’un lectionnaire, d’un graduel et d’un antiphonaire197. Le destinataire de 6 livres 3 sous 7 deniers parisis versés pour l’enluminure et l’exécution des miniatures de deux de ces livres n’est pas indiqué, mais on peut envisager que ce soit également lui198. En 1525-1526, il relie et remet en état un psautier en parchemin pour 36 sous parisis199 et en 1528-1529 reçoit une somme de 33 sous 8 deniers parisis « tant pour avoir relié et acoutrer et avoir mys fermouers a plusieurs livres appartenans a ladicte eglise que pour aulcunes colleurs par luy faictes pour [sic] a nos lectres de chartre, sentences et arrestz contre le genera200 ». On ne lui connaît pas d’apprenti, mais un « compagnon enlumineur », Noël Cardet*, demeure chez lui en 1537 ; celui-ci reconnaît alors être son débiteur, avec son père, pour une somme de 2 écus201. Jean Leclerc possédait, à sa mort, l’un des offices d’enlumineur juré de l’Université, titre qui lui est donné seulement dans son inventaire après décès202. La possession de cet office, l’estimation des biens meubles se montant alors à près de 400 livres tournois, et la mention, parmi les papiers, d’acquisitions de vignes à Sèvres et Saint-Cloud, d’une partie de maison et jardin à Palaiseau, ainsi que de rentes, attestent un certain niveau de fortune203. La prisée de son atelier est confiée à Robert de La Noue* pour le matériel d’enlumineur, celui de relieur à Jean Bourgines, « relieur de livres en parchemin », auquel se substitue ensuite Jean Dupré, « relieur de livres en papier ». Parmi les travaux d’enluminure en cours figure un livre destiné à l’abbaye de Jarcy. La continuité de son atelier est maintenue après sa mort : au décès de sa veuve figurent encore en l’hôtel plusieurs ouvrages enluminés n’apparaissant pas dans le premier inventaire204. De son mariage sont issus huit enfants : Dreuze, Pierre, Jean l’aîné, Nicole, Barbe, Jean le jeune, Burgonce et Charles205. L’aînée, Dreuze, épouse en mai 1545 Guyon Ragot, compagnon barbier ; devenue veuve, elle se remarie l’année suivante avec Nicolas Ryotte, maître tapissier contrepointier206. Quant à Burgonce, il est mis en apprentissage en 1549 pour huit ans avec Nicolas Barbedor, marchand, maître orfèvre à Paris ; il est alors âgé de neuf ans207. Parmi les papiers inventoriés lors des décès des époux figure la mention d’un bail à cens passé en 1480 à un homonyme de l’enlumineur, laboureur à Orsay, sans doute son père.

  • 208 Arch. nat., Min. cent., XIX, 15, 1500, 2 septembre. Analysé par C. Béchu, F. Greffe et I. Pébay, D (...)

186En 1500, un Jean Leclerc est placé en apprentissage pour deux ans par sa mère, Jeanne, veuve de Jean Leclerc, demeurant à Paris rue Saint-Antoine, avec Germain Hardouyn*208. Bien qu’on ne puisse l’établir avec certitude, il pourrait s’agir du même artiste.

187Ledoyen (Guillaume)

  • 209 BnF, ms. n.a.fr. 12135, 1531, 21 février (n. st.), f. 39928. La fiche précédente (39927) est un te (...)
  • 210 Arch. nat., Min. cent., LXVIII, 12, 1551, 6 septembre.

188Dans son testament rédigé en 1531, il est désigné comme « maistre enlumineur et hystorieur » demeurant rue de la Petite Truanderie, paroisse Saint-Eustache. Il demande alors à être enterré au cimetière des Saints-Innocents209. Un transport de rente passé en 1551 par Pierre Ledoyen, priseur juré de biens, fils de Guillaume Ledoyen, enlumineur bourgeois de Paris, et de Jeanne Souhaitte, défunts, à Marie Ledoyen et son époux pourrait se rapporter à cet artiste210.

189Le Févre Voir Lefèvre.

190Lefèvre (Nicolas)

  • 211 Arch. nat., Min. cent., LXXXV, 13, 1543, 12 novembre.
  • 212 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 17, 1551, 9 septembre. Analysé par M. Grivel, « Les graveurs… », p (...)

191Enlumineur et historieur. En 1543, il passe avec Jean Despotz* un accord relatif à la succession du père de celui-ci, au nom de sa femme, Étienette Ryaut211, épouse en premières noces de Pierre Allot, l’un des héritiers. C’est sans doute le même artiste qui, en 1551, demeure au mont Saint-Hilaire et prend en apprentissage pour six ans Nicolas II du Hanot, l’un des fils de Quentin*, « auquel il promet monstrer, enseigner et apprendre a son povoir led. art de enlumineur et historieur […] et luy faire apprendre a lire et a escripre […] en maniere qu’il sache bien lire et escripre », moyennant 10 écus d’or au soleil212.

192Lefèvre (Pierre I)

  • 213 Arch. nat., Min. cent., XI, 5, 1544, 14 janvier (n. st.). Signalé par A. Parent, Les métiers…, p.  (...)

193Correcteur de livres et enlumineur demeurant à Saint-Germain des Prés, à l’enseigne des Faucilles, en 1544213.

194Lefèvre (Pierre II)

  • 214 BnF, ms. n.a.fr. 12136, 1544, 13 juin, f. 40332.

195Enlumineur marié à Michelle Durant. Leur fils, Claude, est baptisé en juin 1544 en la paroisse Saint-Benoît le Bientourné214. Son adresse conduit à le considérer comme un homonyme de Pierre I.

196Legay (Jacques)

  • 215 Arch. nat., Min. cent., XI, 26, 1546, 28 septembre.

197Enlumineur. En 1546, il prend en apprentissage Paul Paregeau* pour une durée de quatre ans, moyennant 8 écus. Il demeure alors au mont Saint-Hilaire215.

198Legay (Jean)

199Enlumineur, bourgeois de Paris (1541) au mont Saint-Hilaire (rue des Sept Voies en 1549), connu de 1539 à 1553. Fils de Bastien Legay, fripier, et de Barbe Chantelou.

  • 216 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2213.

200Le 10 février 1542, il passe marché avec Louis Delorme, écrivain demeurant au couvent des Mathurins, pour que ce dernier lui copie sur parchemin les Psalmes du royal prophete David d’après un modèle imprimé, moyennant 15 livres tournois. Louis Delorme fournit tous les matériaux et s’engage à livrer l’ouvrage, non relié, pour Pâques216.

  • 217 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 130, 1542, 13 mars (n. st.).
  • 218 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 5192.
  • 219 Ibid., no 5269.

201La même année, il renonce à un bail à rente de quatre toises de terres situées à Saint-Victor217. En 1549, il signe une donation mutuelle avec son épouse, Marguerite Delacroix218. En mai, il prend en charge pour deux ans, avec l’accord de sa femme, sa sœur Claude Legay, âgée de trois ans et trois mois, moyennant 25 livres tournois, à la demande de sa mère, alors veuve219.

  • 220 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 35, 1551, 1er août.

202En 1551, Jean Auclou, fabricant d’instruments demeurant rue Saint-Jacques, lui baille à rente des terres situées à Saint-Marcel, rue de Bourgogne, où il s’engage à bâtir une maison220.

  • 221 Arch. nat., Min. cent., XI, 13, 1553, 13 octobre.
  • 222 Arch. nat., Min. cent., XI, 17, 1557, 17 septembre. Nicolas Labbé vend, avec Marguerite Delacroix, (...)

203Jean Legay teste le 13 octobre 1553 et nomme sa femme comme exécutrice221. Il demande à être enterré, comme son père, au cimetière de Saint-Étienne du Mont et que soient versés à son apprenti Nicolas Labbé, outre les affaires qu’il porte, 2 écus « pour soy payer » et à sa sœur, orpheline, 10 livres tournois. Il meurt avant le 17 septembre 1557, date à laquelle sa veuve est remariée à Nicolas Labbé222.

  • 223 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 1313 (de Quay).
  • 224 Ibid., no 1775.
  • 225 Arch. nat., Min. cent., XI, 4, 1543, 13 février (n. st.).
  • 226 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2806.
  • 227 Arch. nat., Min. cent., XI, 5, 1544, 25 février (n. st.).

204On lui connaît cinq autres apprentis : en 1539, il prend Pierre Barbier* pour cinq ans223 ; en 1541, Guillaume de La Ruelle* pour douze ans224 ; en 1543, Jean Goynet*225 et Janequin Lane*226 respectivement pour trois ans et demi et six ans ; et l’année suivante Claude Brideroy* pour une durée de quatre ans227. Trois de ces apprentissages sont payants : trois écus pour Janequin Lane, deux pour Pierre Barbier et Jean Goynet. Dans la plupart de ces contrats comme dans d’autres actes, il est désigné comme « maistre enlumineur ».

  • 228 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 5407.

205Un Jean Legay dont la profession n’est pas spécifiée est commis par justice, avec trois autres personnes en octobre 1549, pour faire vider et nettoyer la rue Saint-Victor durant un an228.

206Leguay (Jean)

207Voir Legay (Jean).

208Lemerey (Macé)

209Voir Merey (Macé de).

210Lemery (Macé)

211Voir Merey (Macé de).

212Lequeu (François)

  • 229 Arch. nat., Min. cent., VIII, 291, 1545, 29 janvier (n. st.). Signalé par G.-M. Leproux, La peintu (...)

213En 1545, âgé de quatorze ans, il est placé par son beau-père, Jean Dechon, maître plombier, bourgeois de Paris, pour quatre ans avec Thomas Hardouyn*229. Ses parents sont Hector, défunt à cette date, et Anne Nicolas, alors remariée.

214Marchand (Pierre)

  • 230 Arch. nat., Min. cent., III, 10, 1533, 2 juin.
  • 231 BnF, ms. n.a.fr. 12116, 1540, 27 mars (n. st.), f. 36356.

215Enlumineur documenté de 1533 à 1540. Le 2 juin 1533, il épouse Robine Hubert, fille de Robert Hubert, en son vivant laboureur à Roissy-en-Brie et lui constitue un douaire de 35 livres tournois230. En 1540, il demeure rue de la Vieille Monnaie lorsque Bonaventure Jouan, sculpteur à Bernay en Normandie, demeurant alors à Paris, le nomme son exécuteur testamentaire231.

216Mathieu (Jean dit Girard)

  • 232 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 85, 1540, 28 octobre.

217Mort entre 1537 et le 28 octobre 1540, date à laquelle Jeanne Malleassis, sa veuve, achète à Jérôme de Gourmont 24 sous parisis de rente sur une maison et un jardin à Corbeil232.

  • 233 Cf. Arch. nat., Min. cent., C, 27, 1547, 6 novembre [p. j. 25]. Sa veuve délivre alors une attesta (...)
  • 234 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 47, 1553, 20 mai.

218Les documents le mentionnant sont tous postérieurs à son décès ; il y est désigné comme « enlumineur de livres, marchand enlumineur de livres et maistre enlumineur et historieur », bourgeois de Paris. Il réside rue de la Parcheminerie. Hugues Vollart, parcheminier, et sa femme Claude Colaud, à qui il avait prêté 100 écus, lui remettent en 1537 une cédule de 50 écus233. Sa femme était la cousine des libraires jurés Jérôme et Benoît de Gourmont ; en 1553, elle donne aux filles de ceux-ci 60 sous tournois de rente234.

219Merey (Macé de)

  • 235 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 17, 1540, 21 mai. Analysé par E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 1423 (...)
  • 236 L. Merlet et E. Bellier de La Chavignerie, « Documents… », p. 396-399. Le marché a été réédité par (...)
  • 237 Ibid., p. 16-17.
  • 238 Arch. nat., Min. cent., XLIX, 45, 1551, 21 août [p. j. 10].
  • 239 M. Jusselin, « Histoire… », p. 19.

220Enlumineur documenté de 1540 à 1558. En 1540, il estime avec deux écrivains un livre de chant écrit sur parchemin, enluminé, historié et relié, que l’abbé de Notre-Dame du Relec avait commandé à un écrivain, Nicolas Musnier, alors défunt235. En 1546, la fabrique de la cathédrale de Chartres lui commande la décoration tant secondaire qu’historiée des antiphonaires de l’église : le 9 février, il donne quittance aux fabriciens de la somme de 17 livres 2 sous 4 deniers tournois pour ce qu’il a fait et en avancement de ce qui sera à faire ; le marché est rédigé le lendemain236. Au mois de mai 1550, il demeure rue de la Parcheminerie lorsque François Fidefame, un chanoine chartrain, lui donne une procuration pour placer son neveu en apprentissage avec un libraire237. En août 1551, la décoration des deux premiers antiphonaires n’est toujours pas finie. Le chapitre passe alors un nouvel accord avec Macé de Merey pour l’achèvement du décor des antiphonaires prévu dans le marché précédent et dont l’excédent de la somme déjà perçue (278 livres 11 sous 11 deniers tournois) lui sera déduit. L’enlumineur s’engage « avecques ce de rendre et bailler par chacun an par led. de Merey ausd. de chappitre trois volumes entierement, bien et deuement enrichiz, historiez et illustrez selon le devis », la transgression de cette clause rendant la fabrique libre de s’adresser à un autre enlumineur238. En juillet 1558, il renonce au bail d’une partie de maison à Chartres qui lui était louée239.

221Paregeau (Paul)

  • 240 Arch. nat., Min. cent., XI, 26, 1546, 28 septembre.

222En 1546, il est âgé de onze ans lorsque son père, Jean, marchand demeurant rue de la Bûcherie, le place en apprentissage avec Jacques Legay*240.

223Pichore (Jean)

  • 241 A. Deville, Comptes…, p. CLXIV-CLXV, 437 et 443. Sur l’un des volumes de la Cité de Dieu (BnF, ms. (...)
  • 242 Seules ces deux années de dépenses pour les livres commandés par le cardinal sont conservées.

224Enlumineur et historieur, bourgeois de Paris (1506), documenté de 1502 à 1521. En janvier 1502, il reçoit du trésorier du cardinal Georges d’Amboise, archevêque de Rouen, la somme de 12 livres et, au mois de juin de l’année suivante, 4 livres pour les histoires d’une Cité de Dieu et celles d’un autre ouvrage dont le titre n’est pas consigné241. Il est le seul parisien parmi les artistes alors employés au décor des livres de ce bibliophile de septembre 1501 à septembre 1503242. La mention « demourant a Paris » portée pour la dépense de 1503 engage à penser qu’il ne quitta pas la capitale pour venir travailler avec les enlumineurs locaux.

  • 243 Pour la première édition, cf. P. Renouard, Répertoire…, p. 357 ; F. Avril et N. Reynaud, Les manus (...)
  • 244 Arch. nat., Min. cent., VIII, 10, 1506, 29 mai.
  • 245 Arch. Ass. publ., fonds de l’Hôtel-Dieu, Brièle 634, 1510, 8 mai, et Brièle 633 (Titres de proprié (...)

225Deux éditions parisiennes, celles de livres d’heures à l’usage de Rome, la première datée du 4 avril 1504 se vendant au Croissant, en la grand-rue des Carmes, et la seconde du 24 septembre de la même année au Lion noir, rue de la Harpe, portent son nom et celui de Rémy de Laistre243. En 1506, il assiste comme subrogé tuteur des trois enfants mineurs de Nicolas Leroux, marchand, bourgeois de Paris, et de sa veuve à la vente par cette dernière d’une maison rue de la Barillerie244. Le 8 mai 1510, Guillaume de Lodève, abbé commendataire de Saint-Germain des Prés lui baille à titre de rente 105 arpents et un quartier de terre ; il devait en être propriétaire puisqu’il les revend, le 19 septembre 1519, aux gouverneurs de l’Hôtel-Dieu245.

  • 246 Ce montant pose problème : aucun auteur ne s’accorde sur la somme. P. Paris (Les manuscrits franço (...)
  • 247 BnF, ms. fr. 145. Cf. F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits…, no 156 ; C. Zöhl, Jean Pichore…, p. (...)
  • 248 M.-J. Rigollot et A. Breuil, Les œuvres d’art…, p. 165-168 (Pinchon). Sur ce manuscrit (BnF, ms. f (...)

226Son nom figure dans un registre comptable de la ville d’Amiens couvrant la période du 28 octobre 1517 au 27 octobre 1518. Il reçoit 80 ou 120 livres tournois246 pour avoir fait, d’après les modèles qui lui furent amenés à Paris, 48 histoires ornant un manuscrit des Chants royaux du Puy Notre-Dame d’Amiens destiné à être offert à Louise de Savoie247 ; il est également fait état dans ce compte de 24 sous dépensés pour le vin lors du marché passé avec l’enlumineur et de 50 sous de gratification à son atelier248. Alors que Pichore apparaît systématiquement dans les sources d’archives parisiennes comme historieur, il est dit, dans ce document, enlumineur et historieur.

  • 249 Arch. nat., X1A 1523, 1521, 5 août, f° 315r°-v° Signalé par P. Renouard, Répertoire…, p. 357.

227Marié à Marie Leroux, morte avant le 5 août 1521, il en a trois filles, Marguerite, Catherine et Gillette. À cette date, celles-ci sont représentées par leur père dans un procès au Parlement pour l’héritage avec deux enfants de la veuve de Nicolas Leroux dont Pichore avait été le tuteur en 1506249.

228Pichoire (Jean)

229Voir Pichore (Jean).

230Pignot (Jean)

231Voir Pinot (Jean).

232Pinchon, Pischoyre, Pychore (Jean)

233Voir Pichore (Jean).

234Pinot (Jean)

  • 250 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 177, 1547, 9 février (n. st.).
  • 251 Cité d’après C. Grodecki, Documents…, t. II, no 861 (Pignot).
  • 252 J. Guiffrey, Artistes parisiens…, no 57.

235Enlumineur documenté de février 1547 à 1559. En 1547, il se dit âgé de 26 ans lorsqu’il vend avec sa femme, Marie Mauger, une portion de jardin à Pontoise250. En 1559, il s’associe à vie avec l’enlumineur Geoffroy Ballin et Jean de Gourmont, tailleur d’histoires, « a l’estat de pourtraicture et taille pour imprimer et mectre en vente publicque251 », excepté leur travail ordinaire. La même année, il fait l’objet d’une sentence du prévôt de Paris l’opposant à sa femme252.

236Pynot (Jean)

237Voir Pinot (Jean).

238Quay (Jean de)

239Voir Legay (Jean).

240Retif (Jacques dit Jacob)

  • 253 Arch. nat., Min. cent., XI, 5, 1543, 11 août.

241Doreur et enlumineur, demeurant au mont Saint-Hilaire en 1543. Il passe un accord avec Marguerite Lamy pour mettre fin à un procès les opposant : moyennant 8 écus, il obtient la restitution de meubles saisis dans sa chambre253.

242Richer (Claude I)

243Bourgeois de Paris en 1556, on le trouve qualifié d’« enlumineur et historieur » en 1542, d’« enlumineur », et après son décès, de « maistre enlumineur ».

  • 254 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2303.
  • 255 Arch. nat., Min. cent., VIII, 77, 1551, 1er mars (n. st.).

244En 1542, il demeure rue des Lavandières lorsqu’il prend pour cinq ans Pierre Thomas* en apprentissage, moyennant 45 sous tournois254. Le 1er mars 1551, il vend plusieurs terres et des vignes, moyennant 8 livres tournois255.

  • 256 Arch. nat., Min. cent., XI, 16, 1556, 25 avril. Sur cet enlumineur, présent au mariage de son beau (...)
  • 257 BnF, ms. n.a.fr. 12179, 1561, 28 septembre, f. 58014.
  • 258 Dans le contrat de mariage de Marie Richer, il est fait mention d’un legs fait de « deffuncte Barb (...)
  • 259 J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 236-237.
  • 260 Ibid., p. 237.
  • 261 Arch. nat., Min. cent., VI, 78, 1576, 27-29 octobre. Analysé par J. Pichon et G. Vicaire, Document (...)

245Il avait épousé Charlotte Vendanjouy qui lui donna trois enfants, Marie, Nicolas et Claude II. Le 25 avril 1556, il marie sa fille à l’enlumineur Jacques de Villemet, en présence notamment de deux fondeurs de lettres, parents de son gendre256. En 1561, il choisit pour parrain de Claude II, né le 27 septembre, son gendre et la femme d’Antoine de Brie, laveur et régleur de livres, fils de Jean de Brie*257, famille à laquelle il est apparenté par sa mère, Barbe258. Sa paroisse est alors Saint-Étienne du Mont. Il meurt entre le 28 septembre 1561 et le 17 septembre 1573, date à laquelle sa veuve assiste au mariage de Nicolas, lui aussi « maître enlumineur », avec Marie Nicquet259. L’année suivante, Charlotte Vendanjouy met Claude II en apprentissage chez ce dernier260 qui meurt deux ans après261.

246Richer (Guillaume)

  • 262 BnF, ms. n.a.fr. 12179, 1527, 16 août, f. 59029.

247Historieur demeurant rue du Crucifix Saint-Jacques dite aussi rue Saint-Jacques de la Boucherie. Dans son testament daté du 16 août 1527, il demande à être enterré au cimetière des Saints-Innocents et lègue au curé de sa paroisse, Saint-Jacques de la Boucherie, 5 sous parisis et le reste de ses biens à Gillette Phellipot et à Marie et Mathurine, filles de Jean Lemaire, écrivain. Il désigne ce dernier comme exécuteur testamentaire262.

248Ryeux, Ryeulx (Guidon ou Guy de)

249Voir Des Rieux (Guy).

250Seneschal (Jean)

  • 263 Arch. nat., Min. cent., XI, 4, 1543, 26 février (n. st.).

251En 1543, il prend en apprentissage René Bezée* pour deux ans, moyennant 3 écus. Il est dit dans cet acte « maître historieur » et demeure rue de la Bûcherie263.

252Texier (Chrétien)

  • 264 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 680 (Tixier).
  • 265 BnF, ms. n.a.fr. 12190, 1541, 3 septembre, f. 62773 (Tissier). A. Jal (Dictionnaire critique…, p.  (...)
  • 266 Arch. nat., Min. cent., XX, 19, 1545, 21 décembre.

253Enlumineur, bourgeois de Paris, connu de 1526 à 1545. À la requête de Chrétien Wechel, libraire juré en l’Université, il témoigne en 1526 avoir vu une femme de sa connaissance enceinte264. Il épouse Étiennette Poitou, dont il a Pierre qu’il fait baptiser en 1541 en la paroisse Saint-Benoît le Bientourné265. Il choisit, parmi les parrains et marraines, Pierre Regnault, libraire, et Perrette Bade, femme de Robert Estienne, du même état. En 1545, il demeure rue Saint-Jacques lorsqu’il met son autre fils, Thomas, âgé de treize ans, en apprentissage pour une durée de six ans avec Jean Gayment, « graveur d’histoires en boys266 ».

  • 267 En 1552, il passe marché avec un imagier de la rue Montorgueil. A. Parent, Les métiers…, p. 87, n. (...)
  • 268 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 50, 1556, 13 avril.

254Thomas Texier, tailleur d’histoires et de figures documenté rue Saint-Jacques dès 1552267, chez lequel la veuve d’André Griboust* place son fils en 1556 doit être, selon toute vraisemblance ce fils de Chrétien268.

255Thomas

  • 269 P. Renouard, Documents…, p. 169.

256Enlumineur occupant en 1535 un ouvroir rue Saint-Jacques, en la maison du Loup269.

257Thomas (Pierre)

  • 270 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2303.

258En 1542, il est âgé de douze ans lorsqu’il est mis en apprentissage chez Claude I Richer*. Sa mère, Jeanne Tauve, est alors remariée à Fiacre Delavigne270.

259Tissier (Cyprien)

260Voir Texier (Chrétien).

261Tixier (Chrétien)

262Voir Texier (Chrétien).

263Vaillant (Jean)

  • 271 P. Renouard, Documents…, p. 270. Il s’agit des comptes du collège de Beauvais.

264Enlumineur, locataire de la maison à l’Image sainte Catherine [rue des Carmes ou rue du Mont-Saint-Hilaire] en 1517271.

265Vaillant (Martial)

266Enlumineur et historieur (1545), bourgeois de Paris (1545), documenté de 1523 à janvier 1562. Il est qualifié, à partir de 1545, d’« enlumineur », « enlumineur et historieur » et « maistre enlumineur ».

  • 272 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 420.
  • 273 Arch. Ass. publ., fonds de l’Hôtel-Dieu, B. 6383, 1545, 23 janvier (n. st.), f° 114r°.
  • 274 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 29, 1545, 26 et 31 janvier, 7 mars (n. st.) [p. j. 21]. Analysé pa (...)
  • 275 Cf. Arch. nat., Min. cent., CXXII, 125, 1547, 8 août-26 octobre [p. j. 24]. Signalé par A. Parent, (...)
  • 276 Arch. nat., Min. cent., LIV, 161, 1562, 18 janvier (n. st.) [p. j. 29].
  • 277 Arch. nat., Min. cent., LXXVIII, 29, 1553, 8 mai ; LXXVIII, 37, 1556, 29 janvier (n. st.) [p. j. 2 (...)

267En 1523, il est l’un des gouverneurs de la confrérie de Saint-Jean l’Évangéliste passant marché avec un brodeur pour la broderie du poêle de cette confrérie272. En janvier 1545, il demeure rue Neuve-Notre-Dame et enchérit sur le prix de location d’une maison à l’enseigne Sainte Catherine appartenant à l’Hôtel-Dieu et située dans la même rue273. Le même mois, il est présent au contrat de mariage de Claude Vollart, fille d’Hugues, parcheminier juré de l’université, et de Claude Colaud, alors défunte, avec Guillaume Bleuze274. Deux ans après, il assiste comme subrogé tuteur des enfants mineurs de Claude Colaud et du parcheminier à l’inventaire des biens dressés après le décès de celui-ci ; il remplace dans cette fonction Étienne Colaud*275 dont il était le gendre. Il avait en effet épousé l’une des quatre filles que l’on connaît à Colaud, celle-ci s’appelant Marie276. Sa femme lui donne deux filles, nommées Geneviève, et un garçon, Jean, écrivain. Il marie la première en 1553, à Louis Groulleau, marchand suivant la Cour, demeurant à Paris et la seconde en 1556, à un sculpteur, Jean Harent277.

  • 278 Arch. Ass. publ., fonds Saint-Jacques aux Pèlerins, Brièle 1704, f° 48v°.
  • 279 Arch. nat., KK 106, 1557, quartier de janvier à mars (n. st.) [p. j. 28]. Publié par L. de Laborde (...)
  • 280 Arch. nat., Min. cent., LIV, 161, 1562, 18 janvier (n. st.) [p. j. 29].

268On connaît deux paiements relatifs à ses travaux d’enluminure : en 1549, il figure dans le chapitre des dépenses des « reparacions de livres, calices, reliquaires, ymaiges et aultres » de l’hôpital Saint-Jacques aux Pèlerins, duquel il reçoit 32 sous parisis « pour le contenu en sa quictance » du 23 juillet 1549 ; l’objet du travail n’est pas précisé278. En 1557, il reçoit 54 livres tournois, reliquat d’une somme totale de 109 livres 4 sous tournois pour un livre d’heures enluminé pour le dauphin, le futur François II279. Il meurt après le 18 janvier 1562, date à laquelle il fait, avec sa femme, une donation à son fils Jean, marié à Jeanne Chaubert280.

Notes

1 Acte cité dans Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 47, 1563, 22 mars (n. st.). Analysé par M. Grivel, « Les graveurs… », p. 56, n. 97.

2 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 50, 1565, 7 mai ; XXXIII, 179, 1568, 8 novembre.

3 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 29, 1564, 15 janvier (n. st.).

4 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 8, 1546, 31 août.

5 BnF, ms. n.a.fr. 12042, 1547, 29 juin, f. 1895. Analysé par H. Herluison, Actes d’état civil…, p. 17 (Balin), et A. Jal, Dictionnaire critique…, p. 534 ; Jal indique le 19 juin.

6 A. Jal (ibid., p. 534) signale comme enfants issus de leur mariage Marie, pour Mathurine vraisemblablement, Geneviève et Jacques.

7 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 29, 1564, 15 janvier (n. st.). Les époux meurent avant le 8 novembre 1568, date de l’inventaire après décès de Nicolas Dubois, veuf (Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 179, 1568, 8 novembre).

8 Cf. les notices de Charles Jourdain* et Jean Pinot* avec lequel cet enlumineur travaille. Sa carrière n’est plus documentée après 1572 (Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 109, 1572, 2 mai).

9 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 50, 1565, 7 mai.

10 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 90, 1584, 12 avril.

11 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 1313 (de Quay).

12 Arch. nat., Min. cent., XLIX, 38, année 1547-1548 (n. st.).

13 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 18, 1552, 19 octobre.

14 Cité d’après Jules Guiffrey, Artistes parisiens…, 1915, no 18. Cf. aussi G.-M. Leproux, « Un peintre anversois… », p. 142 ; Id., La peinture…, p. 33. Pour les références des autres actes, on se reportera aux publications de G.-M. Leproux (« Un peintre anversois… » ; La peinture…, en particulier p. 114-140, 169-170 et [p. j. 36.]) qui a recensé l’ensemble des documents, publiés ou inédits, dont on pouvait disposer sur cet artiste.

15 Arch. nat., Min. cent., VIII, 432, 1545, 17 novembre.

16 Arch. nat., Min. cent. CXXII, 1295, 1543, 27 septembre.

17 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3604, t. II, no 3956 (Bérard). Arch. nat., Min. cent., CXXII, 103, 1543, 20 octobre.

18 Arch. nat., Min. cent., LXXVIII, 22, 1550, 26 mars (n. st.). L’adjudication de 1547 est mentionnée dans cet acte.

19 Arch. nat., Min. cent., XI, 6, 1544, 2 novembre.

20 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 6107.

21 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 42, 1557, 22 octobre.

22 P. Renouard, Documents…, p. 13 ; E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 72 (Bézart).

23 En 1543, son fils vend des terres héritées de sa succession (Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1295, 1543, 27 septembre).

24 Arch. nat., Min. cent., XI, 4, 1543, 26 février (n. st.).

25 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2316.

26 Ibid., no 2317.

27 P. Renouard, Documents…, p. 16.

28 Ibid., p. 17 et 50.

29 Arch. nat., Min. cent., XI, 15, 1555, 29 décembre.

30 Arch. nat., Z2 2761, 1519, 3 octobre.

31 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 5048 (Bonami).

32 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 1er octobre.

33 Arch. nat., Min. cent., VIII, 432, 1545, 17 novembre.

34 Arch. nat., Min. cent., XXI, 2, 1551, 18 août.

35 Arch. nat., Min. cent., XIX, 155, 1540, 27 juin ; LXXVIII, 20, 1548, 2 juin.

36 Arch. nat., Min. cent., XI, 5, 1544, 25 février (n. st.).

37 Registres des délibérations…, t. I, p. 10 ; P. Renouard, Documents…, p. 29.

38 Ibid., p. 30 ; G.-M. Leproux, La peinture…, p. 117, n. 20.

39 Le brevet du Châtelet fait partie des papiers inventoriés en 1528, après le décès du second mari d’Agnès Sucevin, Louis Royer. E. Coyecque, « Cinq librairies… », p. 113.

40 Id., Recueil…, t. II, no 4029.

41 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 23, 1558, 29 septembre.

42 BnF, ms. n.a.fr. 12179, 1561, 28 septembre, f. 58014.

43 Arch. nat., X1A 1531, 1528, 21 juillet, f° 321v°.

44 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 18, 1542, 4 septembre.

45 Cette reconnaissance est mentionnée dans les inventaires après décès de Jean Leclerc (Arch. nat., Min. cent., VI, 68, 1544, 23 et 24 mai ; publié par J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 225-231, en particulier p. 230) et de la veuve de celui-ci, Anne Gonnet (Arch. nat., Min. cent., III, 303, 1552, 1er août ; analysé par F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 668) [p. j. 7 et 11].

46 Arch. Ass. publ., fonds de l’Hôtel-Dieu, Brièle 6580-6582 et 6590-6605.

47 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 177, 1547, 25 janvier (n. st.).

48 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 16, 1550, 24 avril.

49 BnF, ms. n.a.fr. 12066, 1548, 13 janvier (n. st.), f. 11402.

50 BnF, ms. n.a.fr. 12066, 1551, 11 décembre, f. 11384.

51 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1294, 1541, 24 octobre.

52 BnF, ms. n.a.fr. 12066, 1551, 11 décembre, f. 11384.

53 Arch. nat., Min. cent., LXXXVI, 16, 1545, 28 octobre.

54 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1350, 1546, 2 septembre.

55 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 76, 1546, 23 février (n. st.).

56 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 125, 1547, 8 août-26 octobre [p. j. 24]. Signalé par A. Parent, Les métiers…, p. 55 ; analysé par F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 45.

57 Coll. privée, livre d’heures à l’usage de Rome portant la souscription de Colaud rédigée entre le 11 avril 1512 et le 26 mars 1513 (n. st.) [p. j. 14].

58 BnF, ms. Clairambault 1242, 1523, 9 janvier (n. st.), p. 1630 [p. j. 15]. Publié par A. Dutilleux, Notice…, p. 33-34 ; publié par F. Mazerolle, Documents…, no 101 (Coland).

59 Arch. nat., KK 96, 1528, après le 28 septembre, f° 550v° [p. j. 16]. Publié par L. de Laborde, La Renaissance…, t. I, p. 283 ; publié par J. Guiffrey, « Étienne Collault… », p. 66-67.

60 Arch. nat., LL 139, 1534, 23 décembre, f° 436r° [p. j. 17]. A. Franklin (Les anciennes bibliothèques…, t. I, p. 60) cite ce paiement d’après une copie du XVIIe siècle (Bibl. de l’Arsenal, ms. 6259) (Courault).

61 Cf. l’inventaire après décès d’Hugues Vollart [p. j. 24].

62 Arch. nat., S. 3483, 1540, 30 janvier (n. st.) [p. j. 18].

63 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 172, 1540, 28 décembre [p. j. 19].

64 Arch. nat., X1A 1548, 1541, 10 décembre, f° 36r°-v° [p. j. 20]. Analysé par J. Guiffrey, Artistes parisiens…, no 33 (Coullault).

65 Partiellement mentionnées dans l’inventaire après décès d’Hugues Vollart [p. j. 24].

66 BnF, ms. n.a.fr., 12069, 1545, 23 août, f. 12774 [p. j. 22].

67 Arch. nat., Y 92, 1545, 4 et 6 novembre [p. j. 22]. Analysé par E. Campardon et A. Tuetey, Inventaire…, no 2213 (Courault) ; signalé par J. Guiffrey, Artistes parisiens…, no 33, n. 7 (Courault).

68 Cf. l’inventaire après décès d’Hugues Vollart [p. j. 24].

69 Arch. nat., Min. cent., LIV, 161, 1562, 18 janvier (n. st.) [p. j. 29].

70 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2051.

71 Loc. cit.

72 Arch. nat., Z2 2760, 1515, 15, 17 et 20 novembre [p. j. 1].

73 Arch. nat., Min. cent., LXXXV, 13, 1543, 12 novembre.

74 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 178, 1547, 14 juillet.

75 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 4906 (Despotz, d’Espaulx, d’Épaux).

76 Arch. nat., Min. cent., LXXXVI, 7, 1540, 18 mars (n. st.).

77 Arch. nat., Min. cent., VIII, 70, 1543, 20 février (n. st.).

78 Arch. nat., Min. cent., VIII, 71, 1544, 31 mai.

79 Cité d’après E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3022 (de Ryeux).

80 Arch. nat., Min. cent., IX, 131, 1548, 23 août. Analysé par F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 215 (de Ryeulx).

81 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 53, 1559, 3 octobre.

82 Ibid., t. I, no 2856.

83 Arch. nat., Min. cent., XX, 10, 1532, 17 avril.

84 G.-M. Leproux, La peinture…, p. 117, n. 20.

85 Arch. nat., Min. cent., VIII, 179, 1540, 6 avril.

86 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2686.

87 Arch. nat., Min. cent., XIX, 24, 1505, 22 septembre.

88 Registre des délibérations…, t. I, p. 10 ; P. Renouard, Documents…, p. 29.

89 Ibid., p. 77 ; G.-M. Leproux, La peinture…, p. 117.

90 Arch. nat., Min. cent., LXXXV, 8, 1542, 4 mai.

91 Arch. nat., Min. cent., XI, 2, 1540, 15 juin.

92 L. Le Grand, « Les Quinze-Vingts… », p. 220, n. 6.

93 BnF, ms. n.a.fr. 12097, 1544, 9 avril (n. st.), f. 24220.

94 BnF, ms. n.a.fr. 12097, 1544, 9 avril (n. st.), f. 24220.

95 E. Coyecque, Recueil…, t. I, nos 2646 et 3485, t. II, nos 4437 et 4538.

96 Ibid., t. I, no 2686.

97 Date de son inventaire après décès, non conservé, mais dont il est fait mention dans un acte du 3 août 1551. P. Renouard, Documents…, p. 79.

98 Ce douaire est mentionné dans une minute de 1551. Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 17, 1551, 22 juin (couverture du registre).

99 Cette information est livrée dans la donation des héritages issus de la succession de Quentin du Hanot par sa veuve, insinuée le 22 juin 1551. J. Guiffrey Artistes parisiens…, no 47 ; cf. aussi E. Campardon et A. Tuetey, Inventaire…, no 3915. La minute est conservée (Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 45, 1551, 22 juin). Il en existe une autre transcription, comportant des informations complémentaires, qui constitue aujourd’hui la couverture de l’un des registres des notaires parisiens (Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 17, 1551, 22 juin).

100 L’achat est mentionné dans la déclaration de remboursement à Quentin du Hanot par les propriétaires précédents (Arch. nat., Min. cent., XI, 29, 1549, 9 juillet).

101 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1163, 1544, 5 juin.

102 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 5, 1544, 14 mai.

103 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 18 septembre et 14 décembre.

104 P. Renouard, Documents…, p. 79. Arch. nat., Min. cent., XLIX, 10, 1539, 7 mai ; LXXIII, 4, 1544, 23 janvier (n. st.) ; LXXIII, 7, 1546, 20 janvier (n. st.). En 1552, sa veuve achète une autre rente à Jean Cruce, notaire au Châtelet [Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 45, 1552, 7 avril (n. st.)].

105 Arch. nat., Min. cent., VIII, 59, 1539, 20 décembre [p. j. 4].

106 C. Grodecki, Documents…, t. II, no 857.

107 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 45, 1551, 22 juin.

108 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 17, 1551, 9 septembre. Analysé par M. Grivel, « Les graveurs… », p. 39, n. 20. BnF, ms. n.a.fr. 12097, 1544, 12 mars (n. st.), f. 24221.

109 P. Renouard, Documents…, p. 79.

110 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 1er octobre.

111 P. Renouard, Documents…, p. 35.

112 BnF, ms. n.a.fr. 12112, 1542, 10 novembre, f. 30244.

113 BnF, ms. n.a.fr. 12112, 1547, 28 avril et 1550, 24 septembre, f. 30246 et 30245.

114 Arch. nat., Min. cent., III, 218bis, 1551, 24 octobre.

115 E. Coyecque, Recueil…, t. I, nos 3400 et 3401. Sur la carrière de l’aîné, cf. P. Renouard, Répertoire…, p. 173-174.

116 Arch. nat., Min. cent., XI, 7, 1546, 12 avril (n. st.).

117 Arch. nat., Min. cent., XI, 39, 1559, 12 juillet.

118 Arch. nat., Min. cent., XI, 16, 1556, 25 avril.

119 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 731.

120 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1275, 1540, 29 février (n. st.).

121 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 135, 1542, 11 septembre.

122 Arch. nat., Min. cent., VIII, 145, 1547, 11 mai.

123 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 592.

124 Arch. nat., Min. cent., III, 16, 1539, 12 avril.

125 Date de son inventaire après décès. Arch. nat., Min. cent., III, 301, 1550, 26 juin. Analysé par F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 436. Les comptes de succession entre son veuf et Anne Gonnet sont réglés le jour même et le 28 du même mois ; Anne Gonnet cède alors ses droits au veuf, moyennant 100 écus (Arch. nat., Min. cent., III, 213 et 216, 1550, 26 et 28 juin).

126 Arch. nat., Min. cent., XI, 4, 1543, 13 février (n. st.).

127 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1247, 1544, 22 septembre [p. j. 8].

128 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 2 juin ; LXXIII, 7, 1546, 13 janvier (n. st.) ; LXXIII, 9, 1547, 15 mars (n. st.) ; XCI, 13 et XCI, 15, 1540, 7 juin (l’une de ces deux minutes est signalée, sans indication de cote ni jour ni mois, dans E. Coyecque, « Notes et documents… », no 54).

129 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 3867 (Gryboust). Arch. nat., Min. cent., XLIX, 28, 1545, 30 septembre.

130 Arch. nat., Min. cent., XI, 28, 1548, 16 novembre.

131 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 46, 1553, 4 février (n. st.). Sa veuve renouvelle un bail pour la maison rue au Maire.

132 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 50, 1556, 13 avril [p. j. 12].

133 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 50, 1556, 13 avril [p. j. 12].

134 Il travaille au début du XVIe siècle en association avec son frère Gilles jusqu’au décès de celui-ci, dans les années 1520. Les exemplaires sont alors imprimés pour lui, puis par lui. P. Renouard, Répertoire…, p. 198. Les colophons de ces libraires ne comportent pas toujours la date d’impression. Le plus ancien ouvrage imprimé pour Germain Hardouyn serait un livre d’heures imprimé vers 1502, année du début de l’almanach. Inventaire chronologique…, t. I, p. 76, no 57.

135 P. Renouard, Répertoire…, p. 198.

136 J. Guignard, « Livres d’heures… », p. 30-42.

137 Arch. nat., Min. cent., XIX, 15, 1500, 2 septembre. Analysé par C. Béchu, F. Greffe et I. Pébay, Documents…, no 5012.

138 Arch. nat., X1A 1543, 1539, 10 mai, f° 267r°. Signalé par P. Renouard, Répertoire…, p. 198.

139 Arch. nat., Min. cent., LXX, 56, 1546, 6 décembre. Analysé par M. Jurgens, Documents…, no 1493.

140 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1065, 1542, 18 mai [p. j. 5]. Le compte final de la succession ne donne pas leur lien de parenté avec Germain Hardouyn, mais celui-ci est précisé, en 1546, dans le second testament de Catherine de Paris [Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 7, 1546, 16 février (n. st.)].

141 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 6, 1545, 5 novembre.

142 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 7, 1546, 16 février (n. st.).

143 BnF, ms. n.a.fr. 12119, 1537, 23 mars (n. st.), f. 33275 ; ms. n.a.fr. 12040, 1539, 27 mars (n. st.), f. 906.

144 BnF, ms. n.a.fr. 12177, 1539, 4 septembre, f. 57112.

145 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2051 (Hardouin).

146 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1065, 1542, 18 mai [p. j. 5]. Dans le testament qu’elle établit en 1546, Catherine de Paris lui lègue, comme à ses frères, une robe de drap noir [Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 7, 1546, 16 février (n. st.)]. P. Renouard (Répertoire…, p. 199) a signalé le nom de Jean Hardouyn dans un registre du Parlement. Il s’agit de l’annulation par le Parlement, en 1543, d’une sentence du prévôt de Paris datée de 1529, opposant un certain Jean Hardouyn, « marchant libraire », et un orfèvre [Arch. nat., X1A 1550, 1543, 10 mars (n. st.), f° 281v°]. Rien ne permet de déterminer s’il s’agit de lui ou d’un homonyme.

147 Arch. nat., Min. cent., LXX, 56, 1546, 6 décembre. Analysé par M. Jurgens, Documents…, no 1493.

148 P. Renouard, Répertoire…, p. 199.

149 F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 30.

150 P. Renouard, Documents…, p. 121 ; Id., Répertoire…, p. 199.

151 Arch. nat., Min. cent., III, 235, 1555, 24 mai. En 1566, Germain n’est dit que doreur sur cuir lorsqu’il vend avec sa femme 50 sous tournois de rente. J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 218.

152 P. Renouard, Documents…, p. 121 ; Id., Répertoire…, p. 199.

153 Arch. nat., Min. cent., LXXXV, 8, 1542, 4 mai.

154 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1065, 1542, 18 mai [p. j. 5]. Dans le testament qu’elle établit en 1546, Catherine de Paris lui lègue, comme à ses frères, une robe de drap noir [Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 7, 1546, 16 février (n. st.)].

155 Arch. nat., Min. cent., VIII, 291, 1545, 29 janvier (n. st.). Signalé par G.-M. Leproux, La peinture…, p. 34.

156 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 5180.

157 Arch. nat., Min. cent., VIII, 440, 1551, 17 décembre.

158 Arch. nat., Min. cent., VIII, 441, 1553, 21 octobre.

159 E. Coyecque, Recueil…, t. I, nos 224 et 305.

160 J. Guiffrey, Artistes parisiens…, no 42. Arch. nat., Min. cent., LXXVIII, 11, 1545, 29 janvier (n. st.).

161 F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 1002.

162 Arch. nat., Min. cent., XLIX, 58, 1558, 25 janvier (n. st.).

163 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 23, 1558, 5 décembre.

164 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 18, 1552, 19 octobre.

165 Arch. nat., Min. cent., VIII, 440, 1551, 18 décembre.

166 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 18, 1552, 19 octobre.

167 Arch. nat., Min. cent., XIX, 208, 1558, 27 juin [p. j. 13].

168 L’acte n’est connu que par l’analyse qu’en donne Benjamin Fillon (L’art de la terre…, p. 69). Les deux quittances pourraient se rapporter à l’enluminure des livres d’heures imprimés pour lui en 1558 par Michel de Vascosan ainsi qu’au livre d’heures de Marie de Gaignon conservé

169 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 79, 1564, 13 janvier (n. st.). à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (ms. Masson 20). Trois exemplaires enluminés des livres d’heures imprimés ont pu être recensés ; le seul localisé est à la Bibliothèque nationale (Rés., vélin 1581).

170 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 63, 1569, 12 février.

171 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 64, 1570, 23 juin.

172 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 177, 1547, 25 janvier (n. st.).

173 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1065, 1542, 2 mai ; CXXII, 1066 et 1067, 1542, 14 septembre.

174 BnF, ms. n.a.fr. 12082, 1543, 2 septembre, f. 18150.

175 BnF, ms. n.a.fr. 12082, 1553, 1er juillet, f. 18151.

176 BnF, ms. n.a.fr. 12082, 1555, 22 mai, f. 18152.

177 Cité d’après E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2806.

178 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 171, 1539, 3 octobre.

179 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2893, t. II, no 5725. Arch. nat., XXXIII, 42, 1557, 1er septembre. Dans cet acte, le bail lui est renouvelé pour une durée de six ans.

180 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3163.

181 Cf. BnF, Rés., cahier VII de Philippe Renouard ; les deux actes originaux datés du 3 mars 1547 (n. st.) et du 21 avril de la même année, trop endommagés, n’ont pu être consultés.

182 Arch. nat., VIII, 451, 1562, 7 août. Signalé par G.-M. Leproux, La peinture…, p. 34.

183 Arch. nat., Min. cent., VI, 68, 1544, 23 et 24 mai [p. j. 7]. Publié par J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 226-230.

184 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 19, 1553, 14 août.

185 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3163 ; Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1349, 1544, 1er mai.

186 Arch. nat., Min. cent., LXXVIII, 22, 1549, 18 novembre ; VIII, 443, 1555, 4 janvier (n. st.).

187 E. Coyecque, Recueil…, t. II, nos 6168 et 6184 ; J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 231. Arch. nat., Min. cent., VIII, 193, 1546, 24 septembre ; VIII, 450, 1562, 21 février (n. st.) ; VIII, 451, 1562, 7 août (signalé par G.-M. Leproux, La peinture…, p. 34).

188 BnF, ms. n.a.fr. 12083, 1548, 10 juillet, f. 18611. Le prénom de son fils n’est pas consigné, ni la profession des parrains.

189 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 1775.

190 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1306, 1543, 21 mai.

191 Arch. nat., Min. cent., VI, 68, 1544, 23 et 24 mai [p. j. 7]. Publié par J Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 225-231.

192 Arch. nat., Min. cent., III, 16, 1539, 12 avril ; cf. aussi le règlement des droits de succession entre Anne Gonnet et son beau-frère à la notice de Jean Gonnet*.

193 Arch. nat., Min. cent., 1552, 1er août [p. j. 11]. Analysé par F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 668. Le contrat de mariage est mentionné dans cet inventaire.

194 La reconnaissance figure dans l’inventaire après décès d’Anne Gonnet [p. j. 11].

195 Les comptes annuels du prieuré couvraient la période du 1er octobre au 30 septembre de l’année suivante. Seules sont conservées les années citées ici.

196 Cité d’après A. Franklin, Les anciennes bibliothèques…, t. I, p. 331.

197 Loc. cit.

198 Loc. cit.

199 Loc. cit.

200 Arch. nat., LL 1462, 1528, 1er octobre-1529, 1er octobre, f° 189r°.

201 La reconnaissance est mentionnée dans les inventaires après décès de Jean Leclerc et d’Anne Gonnet [p. j. 7 et 11].

202 [p. j. 7].

203 Cf. aussi J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 225 et 230-231. Arch. nat., Min. cent., III, 14, 1537, 25 novembre ; VI, 1, 1525, 16 décembre ; VI, 1, 1526, 5 septembre. Après la mort de Jean leclerc, sa veuve vend deux rentes (Arch. nat., Min. cent., XLIX, 82, 1545, 13 juin). Elle donne également en location les terres situées à Sèvres et Saint-Cloud [Arch. nat., Min. cent., III, 217 et 220, 1551, 28 janvier (n. st.) ; XLIX, 83, 1545, 17 octobre] ; il n’est toutefois pas fait mention de celles-ci dans son inventaire après décès en 1552.

204 [p. j. 11].

205 [p. j. 7].

206 Arch. Nat., Min. cent., XLIX, 83, 1546, 4 avril (n. st.). Le premier contrat de mariage est mentionné dans l’inventaire après décès d’Anne Gonnet [p. j. 11].

207 Arch. Nat., Min. cent., XX, 42, 1549, 2 octobre.

208 Arch. nat., Min. cent., XIX, 15, 1500, 2 septembre. Analysé par C. Béchu, F. Greffe et I. Pébay, Documents…, no 5012.

209 BnF, ms. n.a.fr. 12135, 1531, 21 février (n. st.), f. 39928. La fiche précédente (39927) est un testament du même artiste ayant la même teneur, mais sans indication de date, copié dans le même registre. Laborde proposait de le dater de 1530.

210 Arch. nat., Min. cent., LXVIII, 12, 1551, 6 septembre.

211 Arch. nat., Min. cent., LXXXV, 13, 1543, 12 novembre.

212 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 17, 1551, 9 septembre. Analysé par M. Grivel, « Les graveurs… », p. 39, n. 20.

213 Arch. nat., Min. cent., XI, 5, 1544, 14 janvier (n. st.). Signalé par A. Parent, Les métiers…, p. 124 (Le Févre).

214 BnF, ms. n.a.fr. 12136, 1544, 13 juin, f. 40332.

215 Arch. nat., Min. cent., XI, 26, 1546, 28 septembre.

216 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2213.

217 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 130, 1542, 13 mars (n. st.).

218 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 5192.

219 Ibid., no 5269.

220 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 35, 1551, 1er août.

221 Arch. nat., Min. cent., XI, 13, 1553, 13 octobre.

222 Arch. nat., Min. cent., XI, 17, 1557, 17 septembre. Nicolas Labbé vend, avec Marguerite Delacroix, pour 5 écus et une rente annuelle d’un denier tournois une partie de maison héritée de son père près de Vervins. Le mois suivant, il se désiste d’un procès avec Étienne Bézard* (Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 42, 1557, 22 octobre). En 1558, il prend en location pour cinq ans aux marguilliers de Saint-Hilaire un ouvroir situé entre deux contreforts de l’église, moyennant 30 sous tournois (Arch. nat., Min. cent., XLIX, 60, 1558, 5 juin).

223 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 1313 (de Quay).

224 Ibid., no 1775.

225 Arch. nat., Min. cent., XI, 4, 1543, 13 février (n. st.).

226 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2806.

227 Arch. nat., Min. cent., XI, 5, 1544, 25 février (n. st.).

228 E. Coyecque, Recueil…, t. II, no 5407.

229 Arch. nat., Min. cent., VIII, 291, 1545, 29 janvier (n. st.). Signalé par G.-M. Leproux, La peinture…, p. 34.

230 Arch. nat., Min. cent., III, 10, 1533, 2 juin.

231 BnF, ms. n.a.fr. 12116, 1540, 27 mars (n. st.), f. 36356.

232 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 85, 1540, 28 octobre.

233 Cf. Arch. nat., Min. cent., C, 27, 1547, 6 novembre [p. j. 25]. Sa veuve délivre alors une attestation selon laquelle la seconde femme d’Hugues Vollart, également veuve, n’est pas tenue de rembourser les 50 écus restant encore à payer de cette dette contractée par le parcheminier et sa première femme.

234 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 47, 1553, 20 mai.

235 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 17, 1540, 21 mai. Analysé par E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 1423, qui a lu Lemery au lieu de Lemerey dans le texte.

236 L. Merlet et E. Bellier de La Chavignerie, « Documents… », p. 396-399. Le marché a été réédité par M. Jusselin, « Histoire… », p. 14-16.

237 Ibid., p. 16-17.

238 Arch. nat., Min. cent., XLIX, 45, 1551, 21 août [p. j. 10].

239 M. Jusselin, « Histoire… », p. 19.

240 Arch. nat., Min. cent., XI, 26, 1546, 28 septembre.

241 A. Deville, Comptes…, p. CLXIV-CLXV, 437 et 443. Sur l’un des volumes de la Cité de Dieu (BnF, ms. lat. 2070), cf. F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits…, p. 281, 411 et 413-414 ; cf. aussi C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 16-18.

242 Seules ces deux années de dépenses pour les livres commandés par le cardinal sont conservées.

243 Pour la première édition, cf. P. Renouard, Répertoire…, p. 357 ; F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits…, no 157 ; C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 22-25. Pour la seconde, cf. ibid., p. 22-25. Seule la première édition porte l’indication qu’elle fût imprimée par Pichore et de Laistre ; sur ce point, cf. ibid., p. 22-25.

244 Arch. nat., Min. cent., VIII, 10, 1506, 29 mai.

245 Arch. Ass. publ., fonds de l’Hôtel-Dieu, Brièle 634, 1510, 8 mai, et Brièle 633 (Titres de propriétés), 1519, 19 septembre (analysés par L. Brièle, Inventaire…, t. I, p. 29) ; Brièle 6589, 1510, 8 mai, et 1519, 19 septembre, fos 12v°-14r° et 17v°-18r° (l’acte de 1519 est publié dans la Collection des comptes…, p. 165-166, et signalé par P. Renouard, Imprimeurs…, p. 308).

246 Ce montant pose problème : aucun auteur ne s’accorde sur la somme. P. Paris (Les manuscrits françois…, t. I, p. 297-304) cite 80 livres ; M.-J. Rigollot et A. Breuil (Les œuvres d’art…, p. 165-168), les seuls à publier in extenso le passage concernant cette commande, indiquent la somme de 120 livres. C. Zöhl reprend, d’après sa propre consultation de l’original, la somme indiquée par Paris (Jean Pichore…, p. 27). Toutefois, d’autres incohérences peuvent être relevées concernant le prix de la boîte destinée au manuscrit, ou encore les sommes journalières versées pour les voyages.

247 BnF, ms. fr. 145. Cf. F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits…, no 156 ; C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 25-27.

248 M.-J. Rigollot et A. Breuil, Les œuvres d’art…, p. 165-168 (Pinchon). Sur ce manuscrit (BnF, ms. fr. 145), cf. F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits…, no 156 ; C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 25-27.

249 Arch. nat., X1A 1523, 1521, 5 août, f° 315r°-v° Signalé par P. Renouard, Répertoire…, p. 357.

250 Arch. nat., Min. cent., CXXII, 177, 1547, 9 février (n. st.).

251 Cité d’après C. Grodecki, Documents…, t. II, no 861 (Pignot).

252 J. Guiffrey, Artistes parisiens…, no 57.

253 Arch. nat., Min. cent., XI, 5, 1543, 11 août.

254 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2303.

255 Arch. nat., Min. cent., VIII, 77, 1551, 1er mars (n. st.).

256 Arch. nat., Min. cent., XI, 16, 1556, 25 avril. Sur cet enlumineur, présent au mariage de son beau-frère Nicolas, en 1573, cf. J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 232-236 ; J. Guiffrey, Artistes parisiens…, no 95. En 1589, Marie, devenue veuve, fait lever le scellé sur leurs biens communs (Arch. nat., Min. cent., XVIII, 203, 1589, 26 juin ; signalé par G. Wildenstein, Le goût…, p. 206, qui cite le 9 juin).

257 BnF, ms. n.a.fr. 12179, 1561, 28 septembre, f. 58014.

258 Dans le contrat de mariage de Marie Richer, il est fait mention d’un legs fait de « deffuncte Barbe de Brye, son ayeulle paternelle » (Arch. nat., Min. cent., XI, 16, 1556, 25 avril).

259 J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 236-237.

260 Ibid., p. 237.

261 Arch. nat., Min. cent., VI, 78, 1576, 27-29 octobre. Analysé par J. Pichon et G. Vicaire, Documents…, p. 237.

262 BnF, ms. n.a.fr. 12179, 1527, 16 août, f. 59029.

263 Arch. nat., Min. cent., XI, 4, 1543, 26 février (n. st.).

264 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 680 (Tixier).

265 BnF, ms. n.a.fr. 12190, 1541, 3 septembre, f. 62773 (Tissier). A. Jal (Dictionnaire critique…, p. 34) indique comme prénom Cyprien au lieu de Chrétien.

266 Arch. nat., Min. cent., XX, 19, 1545, 21 décembre.

267 En 1552, il passe marché avec un imagier de la rue Montorgueil. A. Parent, Les métiers…, p. 87, n. 2 ; C. Grodecki, Documents…, t. II, no 863. On lui connaît un autre apprenti en 1556 ; A. Parent, Les métiers…, p. 87, n. 2.

268 Arch. nat., Min. cent., LXXIII, 50, 1556, 13 avril.

269 P. Renouard, Documents…, p. 169.

270 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 2303.

271 P. Renouard, Documents…, p. 270. Il s’agit des comptes du collège de Beauvais.

272 E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 420.

273 Arch. Ass. publ., fonds de l’Hôtel-Dieu, B. 6383, 1545, 23 janvier (n. st.), f° 114r°.

274 Arch. nat., Min. cent., XXXIII, 29, 1545, 26 et 31 janvier, 7 mars (n. st.) [p. j. 21]. Analysé par E. Coyecque, Recueil…, t. I, no 3371.

275 Cf. Arch. nat., Min. cent., CXXII, 125, 1547, 8 août-26 octobre [p. j. 24]. Signalé par A. Parent, Les métiers…, p. 55 ; analysé par F. Greffe et V. Brousselle, Documents…, no 45.

276 Arch. nat., Min. cent., LIV, 161, 1562, 18 janvier (n. st.) [p. j. 29].

277 Arch. nat., Min. cent., LXXVIII, 29, 1553, 8 mai ; LXXVIII, 37, 1556, 29 janvier (n. st.) [p. j. 26 et 27].

278 Arch. Ass. publ., fonds Saint-Jacques aux Pèlerins, Brièle 1704, f° 48v°.

279 Arch. nat., KK 106, 1557, quartier de janvier à mars (n. st.) [p. j. 28]. Publié par L. de Laborde, La Renaissance…, t. I, p. 305-306 (Galland). Il paraît envisageable de voir dans le manuscrit n.a.lat. 104 de la Bibliothèque nationale l’exemplaire en question.

280 Arch. nat., Min. cent., LIV, 161, 1562, 18 janvier (n. st.) [p. j. 29].

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540