Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étienne Colaud

 | 
Marie-Blanche Cousseau

Partie III – L’oeuvre d’Étienne Colaud et de ses collaborateurs

Chapitre 2. La production enluminée d’Étienne Colaud

Texte intégral

LE CORPUS, CARACTÈRES GÉNÉRAUX

  • 1 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854; Oxford, Bodl. Lib., ms. Douce 135.
  • 2 BnF, ms. lat. 9446.
  • 3 BSG, ms. 106; Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.
  • 4 BnF, ms. fr. 19246.
  • 5 Catalogue of Important Western…, lot 267 ; actuellement à Provo, Brigham Young Univ., Special Coll (...)
  • 6 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1989. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. I, (...)
  • 7 Londres, Sotheby’s, cf. Western Manuscripts and Miniatures…, 2011, lot 125.
  • 8 BSG, ms. 1145.
  • 9 BnF, ms. fr. 130.
  • 10 BnF, ms. fr. 2150.
  • 11 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116.
  • 12 BnF, ms. n.a.fr. 20960.
  • 13 BSG, ms. 2217.
  • 14 New York, Publ. Libr., Spencer Coll., ms. 81. Cité désormais : traité sur les souffrances de l’Ita (...)
  • 15 BnF, ms. fr. 1537.
  • 16 BnF, Rés., vélins 343-344.
  • 17 Bibl. de l’Arsenal, Rés., 8° t. 2547.

1Le type d’œuvres dans lequel on peut reconnaître la manière de l’artiste est extrêmement varié. Parmi les livres à usage religieux, on peut citer des livres d’heures1, un missel à l’usage d’Auxerre2, deux évangéliaires3, l’Oraison de Jésus-Christqui est le Pater noster et le Credo4, une Vie de saint Jérôme5, un lectionnaire-évangéliaire6 et, sans doute, les Paraboles de Salomon7. L’artiste enlumina également des traductions en français, celle du Policraticon de Jean de Salisbury8, celle de Laurent de Premier fait, Des cas des nobles hommes de Boccace9, celle de François d’Assy du Roman de Lérian et Lauréolle de Diego de San Pedro10 ou celle, versifiée, de La Théséïde de Boccace par Anne de Graville appelée le Roman de Palamon et Arcita11. Les autres manuscrits sont des textes de contemporains : les Mémoires de Philippe de Commynes12, l’Instruction d’un prince chrétien13, un Breve trattato delle afflittioni d’Italia et del conflitto di Roma con pronostication14 et les Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen15. L’enlumineur intervient enfin dans le décor d’une édition de 1518 du Quolibeta Magistri d’Henri Goethals, en parchemin16 et d’un livre d’heures imprimé en 1525 sur papier17.

Une production à première vue hétérogène

  • 18 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1989. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. I, (...)
  • 19 M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 24.

2La manière de l’artiste s’avère, à première vue, délicate à définir tant la production présente, sous certains rapports, un caractère hétéroclite. Sans doute cela explique-t-il que les miniatures de quatre de ces ouvrages aient été données à deux personnalités parisiennes différentes et qu’elles soient difficiles à dater. Ainsi, le lectionnaire-évangéliaire de Philippe de Lévis a été attribué à Henri Laurer par Eberhard König18. D’autres miniatures, dans le Roman de Palamon et Arcita de la bibliothèque de l’Arsenal, dans le manuscrit des Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen et dans l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève, ont été données par Myra Orth au Maître d’Anne de Graville. Selon elle, la manière de cet artiste se caractérisait par ses visages délicatement dessinés, le plus souvent ostensiblement penchés et de petites dimensions par rapport au reste du corps19. Or, cette définition qui s’applique indiscutablement au frontispice du Roman de Palamon et Arcita et au Travail du teinturier des Chants royaux (fig. 36 et 37) ne recouvre en fait qu’une partie de la production qui revient à cet artiste, et il faudrait lui retirer, dans ce cas toutes les histoires qui obéissent à des canons différents, comme l’édition enluminée du Quolibeta Magistri d’Henri Goethals, le frontispice du livre d’heures imprimé de 1525 ou le décor de l’Oraison de Jésus-Christ et de l’Instruction d’un prince chrétien des miniatures du missel, du livre d’heures de Londres ou de la Vie de saint Jérôme. En effet, si l’histoire qu’il exécute dans le traité sur les souffrances de l’Italie, l’Allégorie de Rome, correspond bien aux critères définis, d’autres compositions sont assez hétéroclites sous le rapport des types physiques.

3On le constate dans les Cas des nobles hommes, pour l’Exécution de Marcus Manlius Capitolinus (fig. 38), dans l’Adoration des mages de l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève (fig. 39), dans le frontispice ornant le volume du Policraticon (fig. 40) ou encore dans le Roman de Lérian et Lauréolle de la Bibliothèque nationale (fig. 41).

Fig. 36 > Étienne Colaud, Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116, Anne de Graville, Roman de Palamon et Arcita, f° 1v°,
Anne de Graville présentant son ouvrage à Claude de France.

Fig. 37 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 1537, Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen, f° 16v°, Travail du teinturier.

Fig. 38 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 130, Jean Boccace, Des cas des nobles hommes…, trad. Laurent de Premierfait, f° 141r°, Exécution de Marcus Manlius Capitolinus.

Fig. 39 > Étienne Colaud, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 12r°, Adoration des mages.

  • 20 Western Manuscripts and Miniatures…, 1991, lot 71.

4Les Mémoires de Philippe de Commynes de la Bibliothèque nationale apportent un témoignage analogue : tandis qu’Angelo Cato, ses acolytes et l’auteur sont représentés de grande taille sur le frontispice, la Bataille de Fornoue se caractérise, elle, par des personnages aux canons identiques à ceux relevés par Myra Orth (fig. 42). Une telle observation peut être renouvelée pour la Construction du Temple ornant le lectionnaire-évangéliaire (fig. 4320) ou encore l’Incrédulité de saint Thomas de l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg (fig. 44).

  • 21 Nicolas Volcyr, Histoire et recueil de la triomphante et glorieuse victoire obtenue contre les sed (...)
  • 22 Claude de Seyssel, La victoire du roy contre les Veniciens, Paris, Antoine Vérard, 1510. BnF, Rés. (...)
  • 23 Bibl. de l’Arsenal, Rés., 8° t. 2547. Il s’agit de celle employée à compter de 1507, cf. P. Renoua (...)

5La différence d’échelle relevée entre plusieurs miniatures paraît pouvoir s’expliquer, dans certains cas, par le modèle qui a visiblement servi de source d’inspiration à l’enlumineur pour la conception de la composition. C’est, du moins, ce que laisse penser la gravure représentant un écrivain dont la première histoire de la Vie de saint Jérôme trahit l’influence (fig. 45 et 46). Cette gravure, bien que postérieure puisqu’elle provient d’une édition imprimée par Galliot du Pré en 152621, reprend à l’identique un bois réalisé spécialement en 1510 pour le libraire Antoine Vérard afin d’orner la page de titre de La victoire du roy contre les Véniciens dont il fit enluminer un exemplaire à l’intention de Louis XII22 L’enlumineur n’a rien conservé de la distribution de la pièce pour ne retenir formellement que la chaire et l’écritoire. En revanche, le personnage a été copié fidèlement, pour les proportions comme pour l’attitude. C’est, aussi, ce que confirme l’utilisation de l’une des marques du libraire Josse Bade à laquelle l’artiste a eu recours pour la page de titre du livre d’heures imprimé en 152523 : l’artiste en reprend la presse, la casse, les imprimeurs, le compositeur et modifie la forme des bancs ainsi que les physionomies (fig. 47 et 48).

Fig. 40 > Étienne Colaud, BSG, ms. 1145, Jean de Salisbury, Policraticon, trad. Denis Foulechat (?), f° 3r°, Jean de Salisbury enseignant la philosophie.

Fig. 41 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 2150, Diego de San Pedro, Roman de Lérian et Lauréolle, trad. François d’Assy, f° 30v°, Bataille de Perséus et Lérian durant laquelle Perséus perd sa main.

Fig. 42 > Étienne Colaud, BnF, ms. n.a.fr. 20960, Philippe de Commynes, Mémoires, f° 1r°, Philippe de Commynes présentant son livre à Angelo Cato.

Fig. 43 > Étienne Colaud, Londres, Sotheby’s, 17 décembre 1991, lot 71, lectionnaire-évangéliaire de Philippe de Lévis, p. 131, Construction du Temple.

Fig. 44 > Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 54v°, Incrédulité de saint Thomas.

Fig. 45 > Étienne Colaud, Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532, La vie, la mort et les miracles du glorieux sainct Jherosme, f° Fv°, Saint Jérôme (?) écrivant.

Fig. 46 > Nicolas Volcyr, Histoire et recueil de la triomphante et glorieuse victoire obtenue contre les séduictz et abusez Luteriens mescreants du pays Daulsays, Paris, G. du Pré, 1526, Écrivain.

6Le caractère hétérogène des compositions comme des canons des personnages ne constitue donc pas un critère suffisant pour distinguer deux exécutants et il faut considérer plus précisément la facture des miniatures.

Une facture et une palette chromatique identifiables

  • 24 BnF, ms. fr. 19815.

7Depuis le livre d’heures de 1512-1513 jusque dans les années 1530, les visages sont en effet toujours travaillés à l’aide d’un lavis rose pour les pommettes des joues, et de couleur grise marquant presque un trait remontant du coin de l’œil jusqu’à la tempe et fortement prononcé au niveau du creux des joues comme du cou. On peut aussi observer qu’en dépit des divers types physiques, les paupières sont toujours bien distinctes, souvent baissées, les sourcils et les bouches délicatement dessinés. Le procédé pour le traitement des cheveux, rehaussés de jaune ou d’or pour en marquer le volume ou les boucles est, lui aussi, similaire dans toutes les miniatures. Le rendu des étoffes relève de procédés comparables : les plis des vêtements de couleur bleue sont toujours indiqués à l’aide de très fines hachures d’une teinte plus claire, tandis que le volume de ceux d’une autre teinte est rendu grâce à l’emploi de camaïeux et retravaillé à l’or. Tout aussi révélatrice est la façon dont l’enlumineur restitue l’épaisseur des fourrures à l’aide d’un délicat lavis gris. Enfin, les décors portés sur certains tissus témoignent d’une exécution soignée puisque la déformation des ornements en fonction des plis est bien prise en compte comme on peut le voir, par exemple, pour l’intérieur du dais du frontispice du Roman de Palamon et Arcita (fig. 36), pour celui recouvrant le trône des manuscrits des Statuts de l’ordre de Saint-Michel (pl. IX24), pour le manteau présenté au devant du Christ dans l’Entrée de Jérusalem de l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève (fig. 49), ou encore pour la nappe de l’autel dans la Présentation au Temple du livre d’heures de Londres (fig. 50).

8De même, la gamme chromatique employée, excepté pour les miniatures du Roman de Lérian et Lauréolle de la Bibliothèque nationale qui sont des grisailles, témoigne d’un goût pour l’or, les teintes azur, vert franc, rouge mais aussi le mauve et le rose, utilisés en abondance, et parfois l’orange vif comme, par exemple, dans la Vie de saint Jérôme, l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg ou le missel.

Fig. 47 > Bibl. de l’Arsenal, Rés., 8° T. 2547, Horae in laudem […] Virginis Mariae, secundum curiae romanum, Paris, S. de Colines (G. Tory), 16 janvier 1525, page de titre, Travaux d’imprimeur.

Fig. 48 > Marque de Josse Bade de 1507 (Renouard 22), Atelier d’un imprimeur.

Fig. 49 > Étienne Colaud, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 1r°, Entrée à Jérusalem.

Fig. 50 > Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 67r°, Présentation au Temple.

Des formules de compositions, des reprises de personnages et des physionomies récurrentes

9Bien que le cadrage soit différent, deux miniatures sont assez proches d’un point de vue formel, l’Adoration des mages du livre d’heures de Londres et celle du lectionnaire-évangéliaire de Philippe de Lévis (fig. 51 et 52). L’arrière-plan est similaire et les attitudes de Joseph, du Christ et des rois sont reprises à l’identique. Les seules différences concernent le cadrage, les couleurs et quelques détails. On peut constater que dans les évangéliaires de Saint-Pétersbourg et de la bibliothèque Sainte-Geneviève, l’artiste s’est contenté, pour cette même scène de reproduire, inversé, le personnage de Melchior (fig. 39 et 53).

10Plus intéressantes sont les formules de composition ou le remploi de figures que l’on peut repérer dans certaines miniatures d’iconographie différente. Ainsi, la distribution des ouvertures de la pièce dans la scène où Palamon et Arcita sont à genoux aux pieds de Thésée (fig. 33) évoque celle du frontispice des Mémoires de Philippe de Commynes (fig. 42) et du Policraticon (fig. 40).

Fig. 51 > Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 62r°, Adoration des mages.

Fig. 52 > Étienne Colaud, Londres, Sotheby’s, 17 décembre 1991, lot 71, lectionnaire-évangéliaire de Philippe de Lévis, p. 15, Adoration des mages.

Fig. 53 > Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 7v°, Adoration des mages.

11La position des deux personnages assis est également reprise à l’identique. Autre exemple : le cavalier représenté sur le second feuillet du Roman de Palamon et Arcita se reconnaît, inversé, dans le Saint Maurice du lectionnaire-évangéliaire. Enfin, on retrouve, des attitudes communes comme celle, le bras replié, la paume de la main tournée vers le haut, et tenant de l’autre main son chapeau, de l’un des hommes dans la Construction du Temple du lectionnaire-évangéliaire (fig. 43) et de la jeune femme placée au premier plan dans la Bataille de Fornoue des Mémoires de Philippe de Commynes (infra fig. 60). La main est parfois placée devant la poitrine, comme pour l’un des apôtres de l’Incrédulité de Thomas de l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg et pour Ève dans les Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen (fig. 44 et 37).

Fig. 54 > Étienne Colaud, Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532, La vie, la mort et les miracles du glorieux sainct Jherosme, f° 45v°, Saint Jérôme voyageant.

12La confrontation des physionomies conduit à la même conclusion. Certains visages présentent certes les caractéristiques relevées par Myra Orth. Toutefois, ils sont parfois combinés à d’autres, parfois récurrents. Ainsi, tandis que l’unique femme placée au premier plan dans la Bataille de Fornoue des Mémoires de Philippe de Commynes procède bien du type relevé jusqu’ici (infra fig. 60), celui de l’archevêque Angelo Cato du frontispice, coiffé d’une barrette (fig. 42), est la reproduction, inversée, de celui de l’écrivain représenté dans la Vie de saint Jérôme de Provo (fig. 45).

13De même, l’un des cavaliers de la Vie de saint Jérôme se reconnaît dans l’un des témoins assistant à la mort de Lérian dans le Roman de Lérian et Lauréolle (fig. 54 et 55). D’autres personnages se caractérisent, pour les uns, par le nez épais et le menton accentué : c’est le cas de Saint Michel ou de la Foi dans la Vie de saint Jérôme ; d’autres, comme le Christ dans la Trahison de Judas du livre d’heures de Londres, par un pli marqué au-dessus de la lèvre supérieure. Certaines femmes se distinguent au contraire par un nez et une bouche fins, la mâchoire un peu marquée et des cheveux bouclés, comme Ève dans les Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen.

14Or, on constate que ces physionomies étaient déjà présentes dans le livre d’heures de 1512-1513 (fig. 7 et 56) et qu’elles trouvent leurs pendants dans le corpus établi pour le règne de François Ier. Ainsi, la Vierge de la Présentation au Temple annonce celle de l’Adoration des Mages dans l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève (fig. 21 et 39) ; Ève dans les Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen est particulièrement proche du saint Jean de 1512, comme l’est l’un des chevaliers des Statuts de l’acolyte dans la Présentation au Temple (fig. 21 et pl. IX).

Fig. 55 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 2150, Diego de San Pedro, Le Roman de Lérian et Lauréolle, trad. François d’Assy, f° 87v°, Mort de Lérian.

Fig. 56 > Étienne Colaud, coll. privée, livre d’heures portant la souscription de Colaud, f° 35r°, Adoration des Mages.

15Enfin, outre une habitude à peindre des mains disproportionnées par rapport à la taille des personnages, on peut citer des détails qui, par leur récurrence, paraissent être des tics d’écriture.

Un répertoire de formes spécifiques

16On peut ainsi observer le motif floral porté sur les panneaux latéraux des chaires et la forme du dossier, encadré par deux colonnes quadrangulaires et surmonté d’un arc dont les extrémités s’achèvent en rouleaux, que l’on trouve dans une miniature du Policraticon, dans le folio 8vo du Roman de Palamon et Arcita et dans la Vie de saint Jérôme (fig. 33 et 45). On peut noter, quoique différent dans sa structure, le même décor dans l’arc qui forme l’extrémité du trône de Charles de Habsbourg dans les Quodlibeta d’Henri Goethals.

  • 25 Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532.
  • 26 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

17Pour les montants du trône de cette miniature, l’artiste a peint des colonnes renflées imitant le marbre, motif qu’il semble affectionner : on le retrouve dans l’Annonciation du missel (fig. 57), dans la Naissance de saint Jérôme (fig. 5825) comme dans la Présentation au Temple du livre d’heures de Londres (fig. 5026). Dans ce dernier, on voit aussi des médaillons de marbre moucheté qui rappellent ceux du frontispice du Roman de Palamon et Arcita (fig. 36). On peut encore noter un motif récurrent imitant des feuilles d’acanthe avec, parfois, un visage placé entre les deux, pour les consoles ou voussures de fenêtres, voire de baies.

  • 27 BSG, ms. 2217. « da michi [ sic] domine sedium tuarum assistricem sapientiam » et, sur un autre ph (...)
  • 28 Cf. l’introduction de Joël Blanchard dans P. de Commynes, Mémoires, p. 79, n. 2.
  • 29 P. Renouard, Les marques…, p. 372.

18Enfin, il convient de signaler l’existence de plusieurs inscriptions en latin. Outre des suites de lettres incohérentes, certaines d’entre elles se rapportent au thème même de la miniature peinte. Tel est le cas, par exemple, de la mention « puer natus est » placée le long du tissu dans la Nativité de l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève ou de celle indiquant, pour la deuxième miniature de l’Instruction d’un prince chrétien, qu’il s’agit de « salomon », accompagnée de passages en latin du Livre de la Sagesse et du Premier livre des Rois placés sur des phylactères27. On peut citer, encore, la mention « carolus francorum rex » inscrite sur la housse du cheval du roi dans la Bataille de Fornoue des Mémoires de Philippe de Commynes. En revanche, plus étonnantes sont celles tracées le long ou au niveau de la retombée des dais dans les frontispices des Mémoires de Philippe de Commynes et du Roman de Palamon et Arcita. La première, « audaces fortuna iuvat timidosq[ue] repellit », s’inspire de l’Énéide de Virgile28. La seconde, « deum time, pauperes sustine, memen[to finis] », semble être une formule courante à l’époque : on la trouve dans certains livres d’heures et l’imprimeur Durand Gerlier en avait fait sa devise29.

Fig. 57 > Étienne Colaud, BnF, ms. lat. 9446, missel de François I de Dinteville, f° 107r°, Annonciation.

Fig. 58 > Étienne Colaud, Provo, Brigham Young University, Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532, La vie, la mort et les miracles du glorieux sainct Jherosme, f° 11v°, Naissance et baptême de saint Jérôme.

Encadrements et bordures

  • 30 Dans le traité sur les souffrances de l’Italie, Des cas des nobles hommes, le Roman de Lérian et L (...)
  • 31 BSG, ms. 1145 ; BnF, ms. n.a.fr. 20960.

19Dans six exemplaires, les miniatures sont simplement entourées d’un filet noir ou d’un bord doré imitant parfois un cadre en trompe-l’œil30. Les autres sont pourvues de bordures marginales ou d’encadrements architecturés. Parmi ces derniers, plusieurs sont simplement dorés et ornés symétriquement de colonnes au fût droit dont le décor imite des végétaux ou des écailles avec un soubassement et un entablement droit (fig. 33, 39 et 41). D’autres sont asymétriques, avec des colonnes au fût renflé, souvent ceintes en leur milieu d’une bague parfois ornée de masques (fig. 37, 40, 42, 45 et 5331). Un troisième groupe, enfin, présente une ou plusieurs colonnes imitant le marbre (fig. 58).

  • 32 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116 ; BnF, ms. lat. 9446 ; Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854 ; Provo, (...)

20En revanche, on peut constater que, quel que soit le type des colonnes, les ornements placés au-dessus des entablements ou des soubassements sont communs à tous les encadrements. Un masque apparaît souvent sur les chapiteaux (fig. 50), des feuilles d’acanthes sur les soubassements, des cornes d’abondance et des pots à feu de couleur (fig. 42, 45 et 53), parfois un putto sur les entablements (fig. 37 et 44). D’autres comportent un décor plus stylisé de dauphins (fig. 5832).

21Dans cet ensemble, l’encadrement de l’Adoration des mages du livre d’heures de Londres demeure singulier (fig. 51). Il est constitué de deux arcs affrontés et pourvu d’écoinçons imitant le marbre. Les anges sonnant de la trompette et la guirlande à pampilles ne trouvent aucun équivalent dans les miniatures formant le corpus de l’artiste, tandis qu’ils rappellent indiscutablement ceux que l’on trouve chez l’exécutant principal des Statuts de l’ordre de Saint-Michel.

22On ne peut manquer, enfin, de signaler, la présence de bordures décoratives (fig. 59). Il est délicat d’envisager un exécutant pour celles figurant dans des œuvres communes : l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève, le missel de François I de Dinteville ou bien le lectionnaire-évangéliaire de Philippe de Lévis. Rien n’exclut en effet que ce type de décoration secondaire ait été confié à un autre artiste. Une telle conclusion paraît pouvoir néanmoins être écartée dans le cas du livre d’heures de Londres. En effet, si l’on admet que les bordures où il travaille seul sont de sa main, on peut les comparer avec, par exemple, celles des Quodlibeta où alternent bordures sur fond doré ornées d’un décor naturaliste de fleurs et d’insectes qui entoure la miniature et d’autres, sur fond bleu, que viennent agrémenter des motifs dorés de candélabres, pampilles, cornes d’abondance et dauphins stylisés. Or, on trouve aussi ces deux types combinés dans le livre d’heures de Londres.

Fig. 59 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 19246, Oraison de Jésus-Christ qui est le Pater noster et le Credo, f° 3r°, Assemblée céleste.

DATATION

  • 33 V. Leroquais, Les sacramentaires…, t. III, no 867 ; R. Marichal et C. Samaran, Catalogue…, t. III, (...)
  • 34 BnF, Cabinet des titres, P.O. 230, dossier Massües, f° 2r°.
  • 35 Pour Léopold Delisle (Le cabinet des manuscrits…, t. II, p. 385) suivi par Francis Higman (« Farel (...)

23Douze exemplaires sont pourvus de marques héraldiques pour la plupart identifiées. On peut citer, à titre d’exemple, le missel, qui a été longtemps considéré, à la suite de Victor Leroquais, comme l’exemplaire de François II de Dinteville, avant d’être donné à l’oncle de celui-ci, François I, évêque d’Auxerre de 1514 à 1530, grâce aux armoiries et à la devise qui y figurent33. Cependant, à supposer que ces éléments soient d’origine, leur prise en compte ne permet pas toujours une datation précise, ni une identification. Tel est le cas de l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève : l’écu figurant au bas du premier feuillet, « d’azur à un huchet d’or enguiché du même », serait celui de la famille Massües, sans doute la branche des seigneurs de Renneval. Or, excepté deux frères, Pierre et Louis, chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem morts en 1565, on ne relève pas dans le clergé d’autres membres de cette famille qui auraient pu commander un tel ouvrage liturgique34. Quant à l’Oraison de Jésus-Christ qui porte l’écu, la devise et le cri de la famille Montmorency, rien ne permet en dépit des propositions qui ont pu être faites, comme pour le manuscrit français 19818 des Statuts de l’ordre de Saint-Michel, de distinguer Anne de son père Guillaume, mort en 153135.

Marques héraldiques, devises, chronogrammes et mentions particulières

  • 36 Elizabeth Armstrong (Before Copyright…, p. 163) rejette l’hypothèse avancée par Joseph Basile Bern (...)
  • 37 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854 ; BnF, Rés., vélins 343-344 ; Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat (...)

24Parmi les livres armoriés, seul trois fournissent des informations textuelles permettant de proposer une fourchette de datation précise. Il s’agit de l’exemplaire de présentation des Quodlibeta d’Henri Goethals certainement offerts par l’imprimeur Josse Bade à Charles de Habsbourg36, du livre d’heures de Londres et de l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg qui porte les armes de François Ier37.

  • 38 À sa majorité, en 1515, il hérita de son père, Philippe, des Pays-Bas bourguignons et l’année suiv (...)

25Pour le premier, la date du 10 septembre 1518 est mentionnée à la fin de la dédicace ; le décor n’a donc pu être réalisé avant. Les armoiries qui figurent par deux fois au bas des bordures montrent que l’imprimeur Josse Bade ne tarda guère à faire parvenir l’exemplaire à son récipiendaire. Ce sont en effet bien celles que Charles de Habsbourg portait depuis 151638, avant qu’il ne soit élu à la tête du Saint-Empire germanique sous le nom de Charles Quint, le 28 juin 1519. Josse Bade s’adressa donc à l’enlumineur entre septembre 1518 et le mois de juin de l’année suivante.

  • 39 V. Leroquais, Les livres d’heures…, t. II, p. 18 ; A.G. Watson, Catalogue of Dated and Datable Man (...)

26Le livre d’heures de Londres qui porte les armes et la devise de François I de Dinteville comporte au folio 26ro l’inscription suivante : Sequntur hore intemerate Dei genitricis et virginis Marie secundum usum Romanum, quas scribi iussit reverendus in Christo pater et dominus, dominus [sic] Franciscus de Dintovilla, miseratione divina episcopus autissiodorensis. Anno domini millesimo quingente vicesimo quinto39. En fonction des dates de Pâques, cette annotation a pu être écrite entre le 16 avril 1525 et le 31 mars 1526. Il semble donc logique de situer la réalisation des miniatures durant cette période.

  • 40 Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, f° 6r°. Cf. A. de Laborde, « Les principaux manuscrit (...)
  • 41 M.D. Orth, « Manuscrits pour Marguerite… », p. 99, n. 36 ; Id., « The Master of François de Rohan… (...)

27La confection de l’évangéliaire destiné à François Ier, conservé aujourd’hui à Saint-Pétersbourg, est complexe. L’écriture est due à deux mains et, surtout, la décoration secondaire, comme les 11 histoires et les 76 petites miniatures, ont fait l’objet de deux campagnes différentes, l’une en 1525, date d’un chronogramme figurant au bas de la Nativité, l’autre en 154640. C’est dans les miniatures du premier groupe que l’on peut reconnaître l’intervention d’Étienne Colaud. Peut-être est-ce la captivité du roi qui interrompit l’exécution de l’ouvrage. Toujours est-il que le reste de la décoration est dû au Maître de François de Rohan et à un associé qui indiquèrent la date de 1546 sur un cartel au bas de trois miniatures de pleine page41. Comme pour le livre d’heures de Londres, on peut donc situer le travail de Colaud entre avril 1525 et mars 1526.

Un éclairage à la lumière du contenu textuel ?

  • 42 BnF, ms. fr. 19246. F. Higman, « Farel et Luther… », p. 416, n. 4.
  • 43 M.D. Orth, « The Prison of Love… », p. 216.

28D’autres marques héraldiques, des initiales, voire le contenu textuel lui-même sont parfois plus délicats à interpréter. C’est le cas notamment pour les ouvrages dont la date d’exécution du décor a été définie sur la base de celle de rédaction ou d’éditions contemporaines, à un moment où on a encore des témoignages d’une préférence pour le manuscrit. On a pu le constater pour le texte du livre d’heures portant la souscription de Colaud. C’est aussi le cas de l’Oraison de Jésus-Christ qui n’est autre qu’une copie textuelle de l’édition imprimée à Paris par Simon de Colines vers 152542. En revanche, cet ensemble de textes réformistes figurant parmi la liste des ouvrages censurés en mars 1531 par la faculté de théologie comme étant hérétiques, il est possible de situer la fourchette de réalisation du livre entre 1525 et 1531. On peut encore citer plusieurs Roman[s] de Lérian et Lauréolle, parmi lesquels celui de la Bibliothèque nationale dont la datation a été située, par conséquent, entre 1525 et 152843.

  • 44 Cf. l’introduction de Joël Blanchard dans P. de Commynes, Mémoires, p. 76-82.

29Dans ce contexte, c’est donc avec beaucoup de prudence qu’il faut tenter d’avancer une datation. Toutefois, il paraît logique d’envisager que, le plus souvent, la date de la première édition imprimée fournit une date ante quem d’exécution, voire une fourchette de réalisation. L’étude stemmatique et l’examen des deux miniatures qui ornent les Mémoires de Philippe de Commynes de la Bibliothèque nationale ont ainsi donné lieu à de nombreuses hypothèses de datation. Récemment, l’édition publiée par Joël Blanchard a permis de reculer la tradition textuelle de ce livre aux années 151044 ; or, les vêtements correspondent bien au début du règne de François Ier et les miniatures sont donc sans doute antérieures à 1524, année à laquelle remontent les premières éditions imprimées de ce texte.

  • 45 R. Marichal et C. Samaran, Catalogue…, t. I, p. 349.

30Pour d’autres exemplaires, on ne dispose, au mieux, en recourant au texte davantage qu’aux armoiries, que d’une date post quem de réalisation. Ainsi, une partie des écus qui sont peints dans L’instruction du prince chrétien sont ceux des familles de Clèves-Nevers et d’Albret d’Orval. Mariée en 1504 à Charles de Clèves, mort en 1521, Marie d’Albret, comtesse de Nevers, survécut à son époux jusqu’en 1549. Les autres armes sont celles de son fils unique, François, né au mois de septembre 1516. Or, la préface indique que François était alors dans sa huitième année : l’ouvrage ne peut donc avoir été écrit avant septembre 152345. La même remarque vaut pour deux autres manuscrits : le traité sur les souffrances de l’Italie dédicacé à François Ier dont il porte les armes et l’emblème, la salamandre, et le manuscrit des Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen. Le premier ne peut avoir été écrit avant 1527, le sac de Rome y étant mentionné. Quant au second, il fut enluminé après 1528, date des cinq derniers chants royaux qui y sont transcrits.

  • 46 Geoffroy Tory…, p. 32 et 34 (chapitre de S. Deprouw, O. Halevy et M. Vène).
  • 47 Tel est le cas, parmi d’autres, pour l’une des marques de Bernard Aubry, d’Étienne Auffray ou de J (...)
  • 48 C’est le cas, par exemple, pour Antoine et Barthélémy Vérard. P. Renouard, Les marques…, nos 1087- (...)

31Il en va de même, enfin, pour la miniature peinte dans le livre d’heures imprimé de 1525. La proposition de lecture des initiales figurant dans le cœur comme étant un B et un P et l’utilisation d’une des marques de Josse Bade dans cette composition ont conduit récemment les organisateurs de l’exposition sur Geoffroy Tory à formuler l’hypothèse selon laquelle il pourrait s’agir d’un cadeau de mariage offert par Simon de Colines à son beau-fils, Robert Estienne, et Perrette Bade, fille de l’imprimeur, dont l’union eut lieu en juillet 152646. L’hypothèse est séduisante mais, outre le fait qu’un doute subsiste sur la lecture de la lettre R qui pourrait aussi être un B, l’emploi de lettres unies par un lac pour indiquer les initiales des prénom et nom est fréquente chez les libraires47 et la présence d’un chiffre sur un cœur peut également être constatée48.

Bibliothèques et marques de possesseurs : constats et hypothèses

32Il apparaît que les arguments de datation proposés pour deux autres manuscrits armoriés, ceux de Philippe de Lévis et François I Dinteville, ne peuvent être retenus.

  • 49 J. Bayle, « Les livres liturgiques… », p. 165.

33La durée de l’épiscopat à Mirepoix de Philippe de Lévis est particulièrement longue. Après un procès qui dura quatre ans, il reçut en effet, en 1497, la bulle de confirmation de sa nomination à cet évêché qu’il conserva jusqu’à sa mort, en 1537. Mais le lectionnaire-évangéliaire présenté sur le marché de l’art en 1991 et qui passait alors pour avoir été exécuté en 1511-1512 a, depuis, pu être identifié comme étant l’évangéliaire que l’évêque offrit en 1527 au chapitre cathédral49. Il y a donc tout lieu de penser qu’il fut commandé peu avant. C’est, du reste, ce que tend à confirmer la miniature de l’Adoration des mages qui est identique, sauf pour l’encadrement, à celle du livre d’heures de Londres, historié, comme on l’a vu, vers 1525-1526.

  • 50 Chaumont, Bibl. mun., ms. 39. R. Marichal et C. Samaran, Catalogue…, t. V, p. 77.
  • 51 Sur l’ensemble de ces points, cf. L. Delisle, « Anne de Polignac… ».
  • 52 Catalogue de manuscrits précieux des XIIIe, XVe et XVIe siècle… W. Cahn, « A French Renaissance Co (...)
  • 53 E. Quentin-Bauchart, Les femmes bibliophiles…, t. I, p. 43-53, sous le numéro 6.
  • 54 Dans la notice du catalogue de vente de 1966 (Catalogue of Important Western…, lot 267), la reliur (...)

34La datation proposée pour le missel, entre 1514, année durant laquelle François I de Dinteville fut nommé évêque, et 1522, ne repose que sur une mention écrite dans un martyrologe fait par Guillaume Marchand, chantre de la cathédrale mort en 152250. Que celui-ci ait transcrit un livre pour François I de Dinteville n’implique pas de lui donner tous les ouvrages faits pour ce commanditaire. On ne peut donc restreindre la fourchette de réalisation qu’à la durée de l’épiscopat de François I de Dinteville, entre 1514 et 1530. Celle-ci est encore plus étendue pour les Paraboles de Salomon et la Vie de saint Jérôme qui, comme les Mémoires de Philippe de Commynes, proviennent de la bibliothèque d’Anne de Polignac. Femme en premières noces de Charles de Bueil, comte de Sancerre, tué à la bataille de Pavie en 1515, Anne se remaria en 1518 avec François II de la Rochefoucauld, dont elle devint veuve en 1533. Elle se retira alors au château de Verteuil où elle établit sa bibliothèque et mourut en 155451. Les livres amassés y étaient encore en 1728, date à laquelle en fut dressé l’inventaire et, en 1879, 35 des manuscrits furent vendus52. L’exemplaire des Paraboles y portait le numéro 3 ; le numéro 9, une Vie, mort et miracle du glorieux sainct Jherosme, n’était pas, jusque-là, localisé. Cette Vie y était décrite de la manière suivante : traduction du latin en français, d’un format in-folio, comportant 148 feuillets de vélin, ornée de 5 miniatures de la grandeur des feuillets et, à en croire Ernest Quentin-Bauchart qui assista à la vente, d’une reliure de velours vert53. Hormis la couleur de la couvrure, les informations concordent exactement avec l’exemplaire conservé à Provo54, qui pourrait donc être le manuscrit d’Anne de Polignac.

  • 55 BSG, ms. 1144.
  • 56 Information rapportée sur l’une des gardes volantes du manuscrit 1144 et relatée dans le catalogue
  • 57 Sur ce point, cf. M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 23.
  • 58 BSG, ms. 1144 : [I]+ 235+ [I] ff., parchemin, 355 × 260 mm, just. maîtresse : 236 × 168 mm, 2 colo (...)
  • 59 Le bifeuillet du manuscrit 1144 (f. 235 et suivant) par lequel s’achève le livre V a lui-même été (...)

35Plus incertaine, quoique tentante, est la tradition qui voudrait que les livres VII et VIII du Policraticon que contient le volume de la bibliothèque Sainte-Geneviève forment la suite de celui qui comporte les livres I à V et la cote précédente de ce fonds, le numéro 114455. Ce dernier, exécuté au XVe siècle, porte les armes de la famille de Graville, la mention « pour monsr de Marcousys » et fut acheté en 1763 alors que l’autre se trouvait déjà dans la bibliothèque56. Le frontispice qui introduit le livre VII ne pourrait dans ce cas avoir été exécuté qu’après 1518, date à laquelle Anne de Graville hérita, après deux années de procès, des livres composant la bibliothèque de son père57. Elle aurait, dans ce cas, entrepris de faire copier la suite, l’écriture et le décor secondaire accusant toutes les caractéristiques du XVIe siècle. L’hypothèse ne peut être totalement exclue : Anne de Graville fit enluminer en partie son Roman de Palamon et Arcita par Étienne Colaud. De plus, les dimensions sont proches, de même que la justification et le nombre de lignes de réglure58. Toutefois, elle ne saurait rendre compte de la lacune du livre VI59.

Propositions de datation

36En prenant en compte les éléments certains de datation, on voit combien il est délicat de situer les autres œuvres chronologiquement sur la seule base d’une définition stylistique, surtout lorsque l’artiste intervient seul. L’identification de certains modèles employés confirme, on le verra, un tel constat. C’est donc davantage en se fondant sur le style d’autres exécutants, certains collaborant à plusieurs reprises, que l’on peut proposer une chronologie.

37L’exemplaire de présentation des Quodlibeta d’Henri Goethals imprimé en 1518 par Josse Bade est probablement la première œuvre conservée et produite par Colaud sous le règne de François Ier. La similitude de facture et d’échelle entre quatre des manuscrits, le second volume du Policraticon de la bibliothèque Sainte-Geneviève, la Vie de saint Jérôme de Provo, les Paraboles de Salomon et les Mémoires de Philippe de Commynes de la Bibliothèque nationale, laisse penser qu’ils ont été exécutés dans les années 1520-1525. De cette période datent aussi certainement les miniatures de l’Instruction d’un prince chrétien et du Roman de Palamon et Arcita de la bibliothèque de l’Arsenal, rédigés pour le premier en 1523-1524 et le second entre 1520 et 1524.

38L’évangéliaire de Saint-Pétersbourg et le livre d’heures de François I de Dinteville furent exécutés, on l’a vu, durant la captivité du roi. À peine plus tardifs doivent être le frontispice du livre d’heures imprimé de 1525, le lectionnaire-évangéliaire offert par Philippe de Lévis au chapitre cathédral en 1527 et la miniature des Statuts de l’ordre de Saint-Michel. Durant ces années 1525-1530, Colaud travailla à nouveau pour l’évêque d’Auxerre au décor de son missel, intervint dans la campagne d’enluminure de l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève ainsi que du Roman de Lérian et Lauréolle et enlumine aussi, pour l’un des membres de la famille Montmorency, après 1525 et avant 1531, l’Oraison de Jésus-Christ.

39Quant aux miniatures du traité sur les souffrances de l’Italie, celles Des cas des nobles hommes et des Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen, c’est à une date plus avancée, au début des années 1530, qu’il semble falloir les situer.

UNE CLIENTÈLE PRESTIGIEUSE

40Ce que l’on peut connaître de la clientèle de Colaud témoigne de sa notoriété et permet aussi de saisir les liens qui pouvaient exister entre les commanditaires et l’enlumineur, qu’il s’agisse de possesseurs, de libraires ou bien d’hommes de son état.

41Parmi les manuscrits recensés, trois ne comportent aucun indice suffisant pour identifier ceux qui les commandèrent ou les possédèrent : le livre d’heures portant sa souscription, Des cas des nobles hommes dont l’emplacement prévu pour l’écu est demeuré en réserve et les Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen, dont la devise récurrente, « Savoir plus qu’avoir », n’a pu être rattachée à quiconque. Le doute subsiste également pour le livre d’heures imprimé de 1525 dont l’enluminure porte des initiales et pour le Policraticon. En revanche, le Roman de Lérian et Lauréolle est considéré comme ayant pu être fait pour la sœur du roi, Marguerite, des salamandres sur le premier feuillet enluminé faisant directement référence à l’entourage royal.

  • 60 BnF, ms. n.a.fr. 20960 ; Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quar (...)

42C’est au roi lui-même que l’on doit la commande des Statuts de l’ordre de Saint-Michel comme en témoignent les documents contemporains que l’on a étudiés sur la fourniture de ces exemplaires. Si l’on ne peut en être certain pour Anne de Graville, qui lui confia au moins le décor du Roman de Palamon et Arcita, on constate en revanche qu’Anne de Polignac commanda trois manuscrits à l’artiste60. Le roi ne fut donc pas le seul à s’adresser deux fois au moins à Colaud. Il en va de même pour l’évêque François I de Dinteville : l’essentiel de la décoration de son livre d’heures, aujourd’hui à Londres, est de Colaud, qui s’est en revanche réservé dans le missel de la Bibliothèque nationale, outre l’enluminure d’un cahier, les deux seules miniatures de pleine page. À ces commanditaires fidèles viennent, on l’a vu, s’en ajouter d’autres : Marie d’Albret, comtesse de Nevers, Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix, Guillaume ou Anne de Montmorency et, sans doute, un membre de la famille Massües. D’emblée, il convient de noter que cette clientèle est prestigieuse : le roi, deux évêques et un pair de France ; quant aux femmes, elles sont toutes issues des plus illustres familles du royaume.

43C’est aussi la conclusion qui s’impose au regard des autres possesseurs : le roi à nouveau pour l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg et pour le traité sur les souffrances de l’Italie, son entourage pour le Roman de Lérian et Lauréolle et le futur Charles Quint pour l’édition imprimée par Josse Bade des Quodlibeta d’Henri Goethals. Étienne Colaud devait donc s’être acquis aussi une solide réputation au sein du milieu du livre parisien pour que Josse Bade, au moins, lui confie aussi une partie du travail.

L’ORGANISATION DU TRAVAIL AUTOUR D’ÉTIENNE COLAUD

44Témoignage des goûts et du parcours artistique d’Étienne Colaud, les modèles qu’il a utilisés permettent aussi de saisir une partie des liens qui se sont tissés avec d’autres enlumineurs. Entre assimilation, réception et diffusion, l’étude du fonds vient confirmer l’identification d’Étienne Colaud comme l’exécutant principal du livre d’heures de 1512-1513 et du manuscrit français 19815 qui forme l’un des exemplaires en série des Statuts de l’ordre de Saint-Michel.

Fig. 60 > Étienne Colaud, BnF, ms. n.a.fr. 20960, Philippe de Commynes, Mémoires, f° 148v°, Bataille de Fornoue.

Le fonds d’atelier

Livres imprimés et gravures en feuilles

  • 61 BnF, ms. n.a.fr. 20960.
  • 62 Cf. son introduction, dans P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. CX, n. 2.
  • 63 Sur les nouveaux bois de l’édition lyonnaise, et sur ceux réadaptés des deux éditions parisiennes (...)

45La gravure d’un livre imprimé a depuis longtemps été rapprochée de la Bataille de Fornoue qui illustre la seconde partie des Mémoires de Philippe de Commynes61. Bernard de Mandrot notait en effet, en 1901, que cette miniature, organisée en plans successifs horizontaux, rappelait la gravure illustrant le même thème dans La mer des histoires, imprimée à Paris vers 1503-1504 par Antoine Vérard62. C’est avec un bois conçu pour la troisième édition de ce texte, imprimée à Lyon par Claude Davost pour Jean Genevey en 1506, que l’enluminure présente en fait les liens les plus étroits (fig. 60 et 6163). L’enlumineur a également adopté une composition étirée en hauteur et l’on retrouve, à gauche les stradiots, la masse d’arbres de laquelle émergent des toitures, des cavaliers et d’autres stradiots, le groupe de fantassins et les canons au centre, ainsi que certains détails comme le fantassin se hissant hors du Taro, aidé par un compagnon.

  • 64 Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532.
  • 65 Nicolas Volcyr, Histoire et recueil de la triomphante et glorieuse victoire obtenue contre les sed (...)
  • 66 P. Renouard, Les marques…, no 22. On constate ainsi l’emploi de cette marque dans l’édition de G. (...)
  • 67 Vienne, Öst. Nat. Bibl., C.P.1.E. 26, cf. O. Pächt et D. Thoss, Franzosische Schule…, t. I, p. 182
  • 68 Cette hypothèse a bien été suggérée récemment au sujet d’un autre ouvrage imprimé, un livre d’heur (...)
  • 69 La Haye, Musée Meermanno-Westreenianum, ms. 10 F 33. Le manuscrit porte à la fin du volume la ment (...)
  • 70 P. Renouard, Les marques…, no 1096.

46La victoire du roy contre les Véniciens imprimé par Vérard en 1510 a servi, on l’a vu, pour le frontispice de la Vie de saint Jérôme (fig. 45 et 4664). En effet, bien qu’ancien, ce bois connaissait toujours dans les années 1520 une certaine vogue puisqu’il figure, par exemple, dans deux éditions de Galliot du Pré en 152665. Il en est de même pour la marque de Josse Bade qu’Étienne Colaud utilisa pour réaliser le décor du livre d’heures imprimé en 1525 : employée à compter de 1507, on la retrouve dans des éditions des années 1520, à un moment ou Josse Bade avait déjà fait refaire sa marque (fig. 47 et 4866). Enfin, l’Adoration des mages du livre d’heures de Londres et du lectionnaire-évangéliaire trahit l’influence d’un livre d’heures dont l’identification précise demeure impossible. Cette gravure a été repérée une première fois chez Germain Hardouyn dans une édition datée habituellement vers 1526, année par laquelle débute l’almanach ; seul un exemplaire a pu être recensé, enluminé comme le sont souvent les imprimés de la famille Hardouyn (fig. 6267). Excepté Joseph qui, dans celle-ci, joint les mains, les autres personnages sont repris dans les deux miniatures, mais inversés et leur distribution spatiale modifiée (fig. 51 et 52). Celle du livre d’heures de Londres est, dans le détail, celle qui se rapproche le plus du modèle. Mais la datation de ce livre, entre avril 1525 et mars de l’année suivante, ne s’accorde pas avec celle qui a été avancée pour l’édition Hardouyn, à moins que la conception de la gravure ne revienne à Colaud68. Malgré l’absence d’autres témoignages matériels, on doit donc supposer l’existence d’une édition antérieure à 1526 et comportant cette composition. C’est, du moins, ce que laisse penser un autre livre d’heures conservé à La Haye et écrit en 152469, dont la même scène est extrêmement fidèle au modèle gravé, sauf pour le cadrage et les physionomies, et le fait qu’elle soit, elle aussi, inversée. Or, on peut identifier dans ce manuscrit d’autres sources imprimées, comme la figure de la Fortune qui reproduit la marque que l’imprimeur parisien Pierre Vidoue emploie à partir de 152370. L’existence d’une gravure de l’Adoration des mages datée de 1524 au plus tard et inversée par rapport à celle de l’édition Hardouyn de 1526 paraît donc bien établie pour avoir été reprise dans trois manuscrits dus à deux exécutants différents.

Fig. 61 > La [Première] Seconde mer des histoires, Claude Davost pour Jean Genevey, Lyon, 1506, Bataille de Fornoue, détail.

Fig. 62 > Vienne, Öst. Nat. Bibl., C.P. 1. E. 26, Horae dive virginis Marie secundum usum Romanum, Paris, Germain Hardouyn, s. d. [v. 1526], Adoration des mages.

  • 71 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.
  • 72 Cf. The Illustrated Bartsch, vol. 25, t. I, p. 455.
  • 73 Nantes, Musée Dobrée, ms. XVIII.

47Colaud a utilisé pour la Naissance et le baptême de saint Jérôme dans la Vie de saint Jérôme la planche de la Naissance de la Vierge issue du cycle de la Vie de la Vierge gravé en 1511 par Dürer. De même, l’artiste a reproduit littéralement trois des personnages de la Trahison de Judas de la Petite Passion de 1511 pour la miniature du même thème dans le livre d’heures de Londres71 : saint Pierre, Malchus et le soldat éclairant de sa torche la scène nocturne (fig. 63 et 64). Colaud possédait aussi dans son fonds une gravure italienne, la Bataille de Ravenne, exécutée par le Maître NA.DAT en 1512 (Bartsch 365) ou la copie, inversée, qu’en fit Agostino Veneziano en 151872. Il faut, pour s’en rendre compte, recourir à une miniature qui n’est pas de sa main, mais de celle de l’exécutant principal des Statuts de l’ordre de Saint-Michel, l’Assaut de Beauvais des Mémoires de Philippe de Commynes73 (fig. 65 et 66). On relève le piquier placé à gauche dans les deux documents, tandis que les deux cavaliers et leurs montures, situés à gauche dans la gravure de 1512, se repèrent, inversés et à droite, dans la miniature. L’Assaut de Beauvais tranche nettement avec les autres histoires de ce manuscrit par son caractère plastique qui résulte visiblement du modèle qui a servi partiellement de source d’inspiration, mais aussi par le type d’encadrement. Or, celui-ci appartient précisément au répertoire formel de Colaud, jusqu’au détail des masques figurant sur les chapiteaux, et est particulièrement proche de plusieurs encadrements peints par cet artiste (fig. 63, 67 et 68). Celui qui a réalisé l’Assaut de Beauvais ne peut donc avoir ici travaillé qu’à partir d’une composition fournie par Colaud ou travaillé alors avec ce dernier, en copiant l’une de ses miniatures.

Fig. 63 > Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 18r°, Trahison de Judas.

Fig. 64 > Albrecht Dürer, Petite passion, 1511, Trahison de Judas.

Fig. 65 > Exécutant principal des Statuts, Nantes, Musée Dobrée, ms. XVIII, Philippe de Commynes, Mémoires, f° 92r°, Assaut de Beauvais.

Fig. 66 > Maître NA. DAT, Bataille de Ravenne, 1512 (Bartsch 365).

Fig. 67 > Étienne Colaud, BnF, ms. lat. 9446, missel de François I de Dinteville, f° 70r°, Dieu le Père et les quatre évangélistes.

Fig. 68 > Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 52r°, Nativité.

  • 74 On peut citer, par exemple, la Crucifixion dans le missel (BnF, ms. lat. 9446) : le Christet l’un (...)

48Il est, dans certains cas, impossible de discerner quel type de modèle, de la gravure ou de l’enluminure, a pu servir de source à l’historieur, celui-ci s’appliquant à apporter un certain nombre de modifications à des schémas qui n’étaient pas siens et à changer souvent les physionomies des personnages. De surcroît, certaines miniatures mêlent parfois dans une même scène des éléments empruntés à plusieurs éditions parisiennes pour lesquelles l’implication de Jean Pichore comme fournisseur de modèles a été prouvée74. Or, le recours à un dessin ou une miniature fournie par cet historieur, ou un enlumineur de son groupe, ne peut être exclue. Elle est même, dans quelques cas, bien établie.

Miniatures ou pourtraits

  • 75 BnF, ms. fr. 19246.
  • 76 New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 85.
  • 77 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

49La Trinité de l’Assemblée céleste qui orne l’Oraison de Jésus-Christ (fig. 5975) évoque ainsi le Couronnement de la Vierge du livre d’heures de la Pierpont Morgan Library76. Bien que tenant un livre au lieu de la couronne dans le manuscrit français, le Père et le Fils rappellent, par leur attitude comme par leur physionomie, ceux de l’autre miniature. Les vêtements sont également très semblables, la retombée du manteau du Christ étant même reproduite à l’identique. Les comparaisons les plus intéressantes sont néanmoins celles que l’on peut faire au sujet de deux des miniatures du livre d’heures de Londres, la Présentation au Temple et la Trahison de Judas77.

Fig. 69 > Groupe Pichore, New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 85, livre d’heures, f° 53v°, Présentation au Temple.

  • 78 Haarlem, Teyler Museum, ms. 78.
  • 79 New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 85.

50La première (fig. 50) est extrêmement proche de la même scène conçue par Jean Poyer pour le livre d’heures de Guillaume Briçonnet78 et qui fut copiée, légèrement simplifiée, dans le manuscrit de la Pierpont Morgan Library (fig. 6979). Colaud a ici transposé assez librement certains éléments. Ainsi, le cadre de la scène n’a cette fois rien de commun avec les deux autres histoires. De même, l’artiste a substitué la figure d’une jeune femme à celle de Joseph en déplaçant celui-ci sur la droite. Les rapprochements qui peuvent être faits avec l’une ou l’autre des miniatures rendent totalement vaine toute tentative d’identifier celle des deux qui a pu servir de modèle. On trouve ainsi, repris de Poyer, le procédé de composition consistant à faire figurer à l’arrière-plan des personnages « bouche-trous », mais la Vierge est située  derrière l’autel comme dans la miniature du groupe Pichore.

  • 80 Haarlem, Teyler Museum, ms. 78.
  • 81 Trèves, Domschatz, ms. Hs. 73, cf. C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 60-61.

51La seconde miniature, celle de la Trahison de Judas (fig. 63), paraît néanmoins apporter un élément de réponse. On a relevé l’utilisation partielle d’un modèle de Dürer pour celle-ci. Or, le reste de la composition s’inspire très étroitement de la scène illustrant uniquement le livre d’heures de Guillaume Briçonnet (fig. 7080). Colaud a en effet reproduit littéralement la figure du Christet celle de Judas, jusqu’aux détails des plis des vêtements. On retrouve également les soldats tenant le Christ, celui de gauche étant coiffé, au lieu du chapeau, d’un casque. À l’arrière-plan enfin, placé à côté de l’amas de piques, on retrouve le personnage tendant en l’air une lanterne. Or, si un rapprochement a pu être proposé entre la miniature de Poyer et une autre du groupe Pichore, il faut bien admettre que les liens sont beaucoup moins nets qu’ils ne le sont ici81.

52On a déjà relevé des similitudes étroites de compositions entre le livre d’heures portant la souscription de Colaud et divers manuscrits du groupe Pichore. La collaboration avec un membre de ce groupe en 1512-1513 peut expliquer de tels emprunts. De plus, il est bien établi que Pichore possédait dans son fonds d’atelier une copie du livre de Guillaume Briçonnet peint par Poyer. La reprise de la Trahison de Judas, sans autre équivalent aussi strict que celle peinte par Colaud, et les autres rapprochements qui ont été formulés amènent donc à envisager sérieusement l’hypothèse selon laquelle cet historieur aurait eu accès au fonds de Pichore.

  • 82 BnF, ms. fr. 19818.
  • 83 Kew, Nat. Arch., E. 36/276.
  • 84 BnF, ms. fr. 25137.

53Dans le fonds d’Étienne Colaud figurait aussi une composition des Statuts de l’ordre de Saint-Michel. Un rapprochement formel avait été fait, on le rappelle, avec l’un des exemplaires de la Bibliothèque nationale pour le soubassement82 tandis que certains détails trouvaient leurs pendants dans les Statuts de l’exécutant principal de cette série ou de ses associés. Compte tenu de ce que l’on connaît de l’activité d’Étienne Colaud, celle d’un libraire en partie, c’est donc bien à lui que semble revenir la diffusion de ces compositions. La miniature ornant les Statuts offerts à Henri VIII (pl. I83, copiée également dans le manuscrit de la Création du collège des notaires et secrétaires du roi (pl. II84, est, avec celle de Colaud, la seule où les chevaliers placés au premier plan le long des colonnes sont tournés vers le spectateur et où ceux qui sont situés auprès du roi sont disposés par paires. Il semble donc possible d’avancer qu’à défaut de lui confier la réalisation des Statuts d’Henri VIII, on demanda certainement à Colaud de montrer ou fournir l’une de ces compositions, qui n’était pas forcément de son invention : elle pourrait plutôt, on le verra, revenir à l’exécutant principal des Statuts.

Fig. 70 > Jean Poyer, Haarlem, Teyler Museum, ms. 78, livre d’heures de Guillaume Briçonnet, f° 13r°, Trahison de Judas.

Diffusion et échanges de fonds de modèles

  • 85 Nantes, Musée Dobrée, ms. XVIII.
  • 86 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.
  • 87 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116.

54On a évoqué la fourniture d’un modèle de son invention auprès de l’exécutant principal des Statuts de l’ordre de Saint-Michel pour l’Assaut de Beauvais des Mémoires de Philippe de Commynes de Nantes85. À l’inverse, c’est sans doute ce dernier qui lui laissa prendre connaissance de ses encadrements typiques que l’on retrouve dans l’Adoration des mages du livre d’heures de Londres (fig. 5186). Mais compte tenu des liens étroits qui unissaient ces deux enlumineurs, donner l’invention d’une composition à l’un ou à l’autre s’avère parfois impossible. Ainsi, dans le Roman de Palamon et Arcita87 dans lequel ils se partagent une part du travail, deux miniatures de Colaud évoquent celle des Prétendants à la main de Marie de Bourgogne des Mémoires de Philippe de Commynes. Dans cette dernière, le duc de Bourgogne est comparable au Thésée en présence de Palamon et Arcita (fig. 71 et 32). Quant aux hérauts d’armes des Mémoires, leur attitude rappelle celle de Palamon et Arcita aux pieds de Thésée (fig. 33).

  • 88 Genève, Bibl. Bodmer, cod. 149.

55Colaud a, en revanche, certainement fourni au groupe du Maître des Entrées parisiennes un modèle pour une miniature au moins du Roman de Lerian et Laureolle, conservé à Genève, ou laissé l’accès à son fonds d’atelier, dans les années 1525-1528, fourchette de réalisation admise, on l’a vu, pour cet exemplaire (fig. 7288). La conception de l’espace est, dans cette scène, comparable à celle de Palamon et Arcita en présence de Thésée, et l’attitude du roi fort proche de celle de Thésée ; quant à la figure de Lérian, elle reproduit littéralement celle de Palamon. Surtout, ce sont les tics d’écritures de Colaud, le trône, les baluchons du dais et le décor caractéristique de l’artiste autour des fenêtres qui viennent confirmer cette constatation.

  • 89 Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. 1883.
  • 90 O. Pächt et D. Thoss, Franzosische Schule…, t. I, p. 68-73.

56Enfin, un livre d’heures conservé à Vienne montre que Colaud confia à d’autres le décor de manuscrits d’après ses propres modèles (fig. 7389). Otto Pächt et Dagmar Thoss ont proposé de situer la réalisation de celui-ci vers 153090. C’est bien ce que suggère le style des encadrements, mais les physionomies et certaines attitudes renvoient à une date beaucoup plus reculée, puisqu’elles évoquent celles du livre d’heures portant la souscription de Colaud, à savoir vers 1512-1513. Ainsi, la Vierge trônant s’y retrouve, l’un des deux anges aussi (fig. 74). De même, si l’on compare les deux Nativités, on constate que la Vierge est quasiment identique, visage compris, l’unique différence résidant dans la substitution par un berceau en osier, dans l’exemplaire de Vienne, du pan du manteau sur lequel repose le Christ (fig. 56 et 75).

Fig. 71 > Exécutant principal des Statuts, Nantes, Musée Dobrée, ms. XVIII, Philippe de Commynes, Mémoires, f° 84v°, Les prétendants à la main de Marie de Bourgogne.

Fig. 72 > Groupe du Maître des Entrées parisiennes, Genève, Bibl. Bodmer, cod. 149, Diego de San Pedro, Le Roman de Lérian et Lauréolle, trad. François d’Assy, f° 6r°, Lérian et le roi.

Fig. 73 > Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. 1883, livre d’heures, f° 31r°, Vierge trônant.

Fig. 74 > Étienne Colaud, coll. privée, livre d’heures portant la souscription de Colaud, f° 17v°, Vierge trônant.

Fig. 75 > Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. 1883, livre d’heures, f° 61v°, Nativité.

57L’étude du fonds de l’atelier d’Étienne Colaud, malgré les limites qu’elle comporte, permet de saisir certaines habitudes de travail de l’artiste. Les échanges qu’il entretenait avec le groupe du Maître des Entrées parisiennes, auquel une partie des manuscrits des Statuts de l’ordre de Saint-Michel s’apparente au niveau de la qualité, ou encore avec l’exécutant principal de cette production en série laissent entrevoir toutes les possibilités de sous-traitance ou d’associations, ponctuelles comme récurrentes, auxquelles il pouvait recourir pour assumer son rôle de libraire. La prise en compte de la clientèle, des enluminures qui ne sont pas de sa main ou de son intervention matérielle dans l’un ou l’autre des livres constituant son corpus vient compléter et éclairer la manière dont il organisait son travail.

Collaborations et sous-traitances

  • 91 BnF, ms. fr. 2150. M.D. Orth, « The Prison of Love… ». G.-M. Leproux considère en effet cette œuvr (...)

58L’étude approfondie menée par Myra Orth sur les Roman[s] de Lérian et Lauréolle complétée par celle de Guy-Michel Leproux a permis d’établir que Bellemare lui-même, qui s’octroie les deux histoires placées en tête du volume de la Bibliothèque nationale91, a fourni à deux des trois autres enlumineurs intervenant dans ce livre ses propres compositions et entretenait donc avec eux des rapports étroits. Pour la quatrième main, celle que l’on identifie comme étant Colaud, Myra Orth notait non seulement la différence de facture mais aussi la parenté avec des œuvres de l’école de Rouen. De fait, dans les deux miniatures qui lui reviennent (fig. 41), on ne relève aucune influence de modèles anversois. Il semble donc que Bellemare ait laissé à Colaud l’entière liberté d’utiliser ses propres compositions. On ne peut guère définir davantage les liens qui les unissaient l’un à l’autre.

Fig. 76 > New York, Publ. Libr., Spencer Coll., ms. 81, Guilelmus de Nobilibus, Breve trattato delle afflittioni d’Italia et del conflitto di Roma con pronosticatione, f° 58v°, Allégorie de Rome avec la louve, Rémus et Romulus.

Fig. 77 > Exécutant principal des Statuts, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 25v°, Multiplication des pains.

Fig. 78 > Exécutant principal des Statuts, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 29v°, Le Christchassé du Temple.

Fig. 79 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 11r°, Le Christ enseignant la parabole du semeur.

  • 92 Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.
  • 93 New York, Publ. Libr., Spencer Coll., ms. 81.
  • 94 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

59L’exécutant principal des Statuts fit, lui, appel à Colaud à deux occasions : tout d’abord vers 1525 pour l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg (fig. 44 et 5392), puis, dans les années 1530, pour l’illustration du traité sur les souffrances de l’Italie (fig. 7693). Le premier, on l’a vu, fut réalisé en deux campagnes. Les cahiers enluminés lors de la première sont intercalés à d’autres de 1546. Ainsi, Étienne Colaud intervint-il dans les second et quatorzième cahiers, tandis que l’exécution des miniatures des cinq précédents et des cinq suivants remonte à 1546. L’exécutant principal des Statuts se chargea en 1525 de l’essentiel de la tâche : on lui doit, en effet, les premier, septième et huitième cahiers ainsi que les deux derniers et le feuillet volant (fig. 77 et 78). Un autre reçut deux cahiers, les troisième et quatrième, et n’y exécuta que des petites miniatures (fig. 79). Un troisième fit celles du vingt et unième cahier (fig. 80). De cette manière, chacun pouvait travailler indépendamment. Par contre, l’intervention conjointe, dans le quatorzième cahier, d’Étienne Colaud et d’un autre enlumineur laisse penser qu’ils étaient réunis dans un même atelier. En effet, dans ce cahier, la palette employée est en tout point identique, tandis que les encadrements et la facture des petites miniatures sont sensiblement différents en fonction de l’exécutant. On peut ainsi le constater en comparant le Christ ressuscité apparaissant aux apôtres de l’artiste anonyme (fig. 81) et l’Incrédulité de saint Thomas de la main de Colaud (fig. 44). Or, à moins d’être dans un même lieu et d’utiliser les mêmes couleurs, une telle similitude ne pourrait guère s’expliquer. Cet atelier était certainement celui de Colaud : il s’agit bien de la gamme chromatique caractéristique de cet artiste. Or, il travailla aussi, à la même période, sur le livre d’heures de Londres au moins, avec un autre exécutant dont le style mais aussi les teintes sont très différents94.

Fig. 80 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 72r°, Complot contre le Christ.

Fig. 81 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 52v°, Le Christ ressuscité apparaissant aux apôtres.

  • 95 BnF, Rés., vélins 343-344.
  • 96 BnF, ms. fr. 19246.
  • 97 BSG, ms. 1145.
  • 98 BnF, ms. n.a.fr. 20960; Provo, Brigham Young University de Provo, Special Coll., Harold. B. Lee Li (...)
  • 99 BnF, ms. lat. 9446.

60Colaud avait lui-même souvent recours à la sous-traitance. Il convient d’ailleurs de souligner le nombre réduit de commandes qu’il honora seul. Il n’y en a que cinq : l’édition des Quodlibeta d’Henri Goethals imprimée par Josse Bade en 1518 et enluminée pour lui95, l’Oraison de Jésus-Christ qui est le Pater noster et le Credo aux armes de la famille Montmorency96, le Policraticon d’Anne de Graville97 et les deux manuscrits d’Anne de Polignac, les Mémoires de Philippe de Commynes de la Bibliothèque nationale et la Vie de saint Jérôme de Provo98. Or, excepté ce dernier qui comporte cinq miniatures, il n’y en a jamais plus de deux dans les autres. Quant au Policraticon, le travail consistait seulement à fournir un feuillet qui fut ajouté au reste du volume. Lorsque Colaud faisait travailler d’autres enlumineurs avec lui, il s’octroyait systématiquement l’exécution des frontispices ou bien les seules histoires de pleine page, comme le cas se présente dans le missel de la Bibliothèque nationale destiné à François I de Dinteville99.

  • 100 Western Manuscripts and Miniatures…, 1991, lot 71.
  • 101 BSG, ms. 106.
  • 102 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116. M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 25, n. 55.
  • 103 BnF, ms. fr. 130.

61Les deux autres mains qui ont réalisé les petites miniatures de ce livre n’ont pu être identifiées (fig. 82). Il en va de même pour un enlumineur du lectionnaire-évangéliaire que Philippe de Lévis offrit en 1527 au chapitre cathédral de Mirepoix100, pour celui qui a peint la Procession du Saint-Sacrement dans l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève (fig. 83101). et à qui Myra Orth donnait les deux dernières miniatures des Épîtres qui achèvent le Roman de Palamon et Arcita de la bibliothèque de l’Arsenal (fig. 84102). et enfin pour celui qui est intervenu dans Des cas des nobles hommes (fig. 85103). Dans les autres exemplaires réalisés sous l’égide de Colaud, en revanche, les collaborateurs sont mieux connus.

  • 104 BnF, ms. fr. 1537.
  • 105 Books of Hours, Paris, Galerie Les Enluminures, BOH no 3.
  • 106 BSG, ms. 1145.

62Celui qui réalisa une partie des miniatures du livre d’heures portant la souscription de Colaud était un membre du groupe Pichore (fig. 5). Quant à l’auteur de la plus grande partie du décor du manuscrit des Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen (fig. 24 et 29104), et dont on reconnaît la main dans le livre d’heures présenté en 2008 par la galerie Les Enluminures105, on peut lui conserver le nom de convention proposé par Myra Orth de Maître des Puys de Rouen, étant entendu qu’il faut lui retirer le frontispice (fig. 37). De même que pour le Policraticon106, Colaud se contenta ici de réaliser le Travail du teinturier sur un feuillet volant. En effet, la règle de Grégory n’est pas respectée entre les folios 16vo et 17ro. Il conserva certainement dans son atelier ce feuillet vierge et non réglé, tandis qu’il confiait la conception et la mise en couleurs des 49 autres scènes des autres cahiers au Maître des Puys de Rouen.

  • 107 Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.
  • 108 New York, Publ. Libr., Spencer Coll., ms. 81.
  • 109 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116 ; BSG, ms. 106.
  • 110 BnF, ms. fr. 462.
  • 111 La Haye, Musée Meermanno-Westreenianum, ms. 10 C 8.

63Colaud entretenait des liens étroits avec l’exécutant principal des Statuts de l’Ordre. Celui-ci s’adressa à lui pour l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg107, comme pour le traité sur les souffrances de l’Italie108, mais inversement travailla pour lui en exécutant la plus grande partie des miniatures du Roman de Palamon et Arcita de la bibliothèque de l’Arsenal et de l’évangéliaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève109. Dans ce dernier, Colaud ne peignit que le frontispice et les deux miniatures suivantes et donna à faire à l’exécutant principal des Statuts huit histoires parmi les dix-huit (fig. 86-88). On reconnaît bien en effet dans celles-ci les physionomies et les attitudes qui lui sont familières. Ainsi, dans la Vocation de Pierre et Paul (fig. 88), la position de Pierre, de profil et la main levée à hauteur de visage, évoque celle des chevaliers placés habituellement au premier plan, de Thésée dans la scène où il donne son pardon à Émilie dans le Roman de Palamon et Arcita (fig. 35) ou encore de Luther ou Érasme dans la Réponse à Érasme de la Bibliothèque nationale (fig. 31110). C’est d’ailleurs avec cette œuvre ou avec les exemples tardifs des Statuts que les miniatures trouvent leurs équivalents les plus proches, non seulement par les canons physiques plus allongés, mais aussi pour les physionomies : les profils y sont plus accentués, les nez plus pointus, et l’on peut même comparer la tête du Christ de la Trinité avec la figure du roi dans les Statuts de La Haye (pl. XIV111). À la lumière de ces rapprochements, il est ainsi possible de situer vers la fin des années 1520 la réalisation de cet ouvrage, qui montre aussi que Colaud et l’exécutant principal des statuts pouvaient avoir, à l’occasion, un collaborateur commun. On retrouve en effet dans les cahiers IX à XII l’exécutant des petites miniatures des cahiers III et IV de l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg, dont le style est aisément reconnaissable : les corps sont très allongés, voire disproportionnés et les mains caractérisées par des doigts extrêmement effilés. La facture n’est pas moins typique. Les feuillages font l’objet d’un soin particulier mais le modelé des vêtements se limite à l’indication de plis par de larges traits. C’est aussi ce que l’on peut relever pour le traitement de l’encadrement doré.

Fig. 82 > Collaborateur d’Étienne Colaud, BnF, ms. lat. 9446, missel de François I de Dinteville, f° 33v°, Naissance de la Vierge.

Fig. 83 > Collaborateur d’Étienne Colaud, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 30v°, Procession du Saint-Sacrement.

Fig. 84 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116, Anne de Graville, Roman de Palamon et Arcita, f° 71r°, Clériandre écrivant.

Fig. 85 > Collaborateur d’Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 130, Jean Boccace, Des cas des nobles hommes…, trad. Laurent de Premier fait, f° 45r°, Bataille.

  • 112 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.
  • 113 BnF, ms. fr. 2150.
  • 114 G.-M. Leproux, La peinture…, p. 28-29 et 169.
  • 115 Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

64Il reste à établir l’identité d’un dernier enlumineur, celui qui intervient dans le livre d’heures de Londres112. S’il travailla seul dans le dixième cahier pour la Dormition de la Vierge (fig. 89), il prit la suite du travail de Colaud dans le dix-septième et peignit dans les suivants le reste des petites miniatures illustrant les suffrages des saints. Il se distingue par la qualité de sa facture. Les types physiques sont tous individualisés, les chevelures, les barbes et les visages sont délicatement modelés à l’aide de lavis successifs sans que soit nécessaire le recours à un dessin appuyé. Il en va de même pour les drapés. Seul l’encadrement, surchargé, tranche sur ce point par un certain manque de volume, peut-être dû à une exécution plus rapide car l’identité des couleurs employées laisse supposer qu’il est bien de la même main que la miniature. La manière de cet artiste évoque bien davantage celle d’un peintre que d’un simple enlumineur, et il paraît avoir eu des liens avec Noël Bellemare comme le montre la physionomie de l’apôtre placé au premier plan, qui n’est pas sans rapport avec Désir dans le Roman de Lérian et Lauréolle de la Bibliothèque nationale113 ou encore avec l’un des apôtres de la rose du Saint-Esprit de Saint-Germain l’Auxerrois (fig. 90 et 91114). Surtout, on peut constater que ce sont exactement les mêmes termes qui s’appliqueraient pour décrire les petites miniatures de l’un des cahiers de l’évangéliaire de Saint-Pétersbourg115, le vingt et unième, le Complot du Christ étant en tout point similaire et par la facture et par la gamme chromatique à la Dormition de la Vierge du livre d’heures.

Fig. 86 > Exécutant principal des Statuts, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 129v°, Trinité.

Fig. 87 > Exécutant principal des Statuts, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 194r°, Présentation au Temple.

Fig. 88 > Exécutant principal des Statuts, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 186v°, Vocation de Pierre et Paul.

Fig. 89 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 78v°, Dormition de la Vierge.

Fig. 90 > Groupe Bellemare, BnF, ms. fr. 2150, Diego de San Pedro, Roman de Lérian et Lauréolle, trad. François d’Assy, f° 1v°, Viateur rencontrant Désir et Lérian.

Fig. 91 > Noël Bellemare (d’après un carton de), Saint-Germain l’Auxerrois, Rose du Saint-Esprit, détail, Apôtre.

  • 116 Londres, ms. Add. 18854 ; BSG, ms. 106 ; Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

65Que ce soit Colaud qui s’adresse à d’autres enlumineurs ou l’inverse, on constate, comme l’a montré l’étude des textes de cette époque, que ce monde est extrêmement restreint. Certes, on ne repère aucun lien avec le Maître de François de Rohan, mais Colaud fut bien en contact avec les autres personnalités importantes de l’époque, comme Bellemare et Pichore, et avec le groupe du Maître des Entrées parisiennes. Il côtoya l’exécutant principal des Statuts de l’Ordre, le Maître des Puys de Rouen, et deux enlumineurs dont le premier se reconnaît dans les deux évangéliaires, le second dans celui de François Ier conservé à Saint-Pétersbourg et le livre d’heures de Londres116. Il était donc au centre d’un réseau de collaborations qu’il choisissait au gré de ses besoins.

  • 117 Londres, ms. Add. 18854 ; Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

66C’est d’ailleurs certainement en partie la raison pour laquelle il tint une place aussi importante à Paris dans les années 1520. Le fait que deux des cinq livres où il intervint seul aient pour commanditaire Anne de Polignac dénote assurément de la part de celle-ci un goût particulier pour le style de l’artiste. C’est en revanche certainement bien davantage pour sa conception du travail que l’on s’adressa à lui dans d’autres cas. Les œuvres communes dont il prit en charge la réalisation trahissent en effet un sens extrêmement rationnel de la répartition des tâches. Il put ainsi, en 1525, travailler conjointement sur l’évangéliaire du roi conservé à Saint-Pétersbourg et sur le livre d’heures de Londres au moins117, tout en ayant chez lui un aide. Ces observations viennent en même temps confirmer, pour des commandes ponctuelles cette fois, l’activité de libraire que mettaient en évidence les termes des documents de 1523 et 1528 au sujet des Statuts de l’Ordre. On peut d’ailleurs se demander s’il ne remplaça pas en ce sens Pichore qui tint un rôle analogue jusqu’en 1521, date après laquelle il n’est plus documenté.

  • 118 Arch. nat., LL 139, 1534, 23 décembre [p. j. 17].
  • 119 BnF, ms. fr. 1537.
  • 120 Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. 1883.

67L’étude du corpus de Colaud, confrontée aux informations de datation, permet en tout cas de mettre en évidence que l’essentiel de son activité comme enlumineur peut être fixée durant les années 1520. Après 1530, elle se ralentit considérablement puisque le nombre de miniatures qu’il réalisa dans 3 livres ne se monte qu’à 5 sur un total de 62. Or, on sait également que le paiement en 1534 pour l’enluminure dans des ouvrages du chapitre Notre-Dame n’a trait qu’à la décoration secondaire118. Sans doute préférait-il alors exercer une activité commerciale, comme en témoigne bien le cas du manuscrit des Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen dont il accepta la commande durant cette période119. Le livre d’heures de Vienne, qui reprend son fonds de modèle alors qu’aucune miniature n’est de sa main, fut aussi certainement réalisé sous sa direction120.

  • 121 Chantilly, Musée Condé, ms. 892 (XIV H 2).
  • 122 BnF, ms. fr. 462.
  • 123 BnF, ms. fr. 5109.

68La diffusion par Colaud de compositions destinées aux Statuts de l’ordre de Saint-Michel auprès d’autres enlumineurs paraît au terme de ce travail bien établie. Que la conception lui en revienne l’est, par contre, beaucoup moins. Les liens tissés entre lui et l’exécutant principal des Statuts étaient extrêmement étroits. Or, on a vu que ce dernier réemploya plus ou moins librement ce type de compositions avec le Panégyrique de François Ier121 ou le frontispice de la Réponse à Érasme de la Bibliothèque nationale122, de même que son aide pour le Registre du procès criminel du connétable de Bourbon123. On peut donc se demander si, pour être aussi récurrentes, ces reprises ne le désignent pas tout simplement comme l’inventeur.

Notes

1 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854; Oxford, Bodl. Lib., ms. Douce 135.

2 BnF, ms. lat. 9446.

3 BSG, ms. 106; Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

4 BnF, ms. fr. 19246.

5 Catalogue of Important Western…, lot 267 ; actuellement à Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532.

6 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1989. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. I, no 63 ; Western Manuscripts and Miniatures…, 1991, lot 71.

7 Londres, Sotheby’s, cf. Western Manuscripts and Miniatures…, 2011, lot 125.

8 BSG, ms. 1145.

9 BnF, ms. fr. 130.

10 BnF, ms. fr. 2150.

11 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116.

12 BnF, ms. n.a.fr. 20960.

13 BSG, ms. 2217.

14 New York, Publ. Libr., Spencer Coll., ms. 81. Cité désormais : traité sur les souffrances de l’Italie.

15 BnF, ms. fr. 1537.

16 BnF, Rés., vélins 343-344.

17 Bibl. de l’Arsenal, Rés., 8° t. 2547.

18 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1989. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. I, no 63 ; Western Manuscripts and Miniatures…, 1991, lot 71.

19 M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 24.

20 Western Manuscripts and Miniatures…, 1991, lot 71.

21 Nicolas Volcyr, Histoire et recueil de la triomphante et glorieuse victoire obtenue contre les seduictz et abusez Luteriens mescreants du pays Daulsays, Paris, Galliot du Pré, 1526.

22 Claude de Seyssel, La victoire du roy contre les Veniciens, Paris, Antoine Vérard, 1510. BnF, Rés., vélin 2776. Cf. U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois…, no 46.

23 Bibl. de l’Arsenal, Rés., 8° t. 2547. Il s’agit de celle employée à compter de 1507, cf. P. Renouard, Les marques…, no 22.

24 BnF, ms. fr. 19815.

25 Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532.

26 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

27 BSG, ms. 2217. « da michi [ sic] domine sedium tuarum assistricem sapientiam » et, sur un autre phylactère, « postula quod vis ut dem tibi ». Bible, Premier livre des Rois, III, 5 ; Livre de la Sagesse, IX, 4.

28 Cf. l’introduction de Joël Blanchard dans P. de Commynes, Mémoires, p. 79, n. 2.

29 P. Renouard, Les marques…, p. 372.

30 Dans le traité sur les souffrances de l’Italie, Des cas des nobles hommes, le Roman de Lérian et Laureolle et l’Oraison de Jésus-Christ qui est le Pater noster et le Credo de la Bibliothèque nationale, dans le frontispice du livre d’heures imprimé de la bibliothèque de l’Arsenal ainsi que dans le lectionnaire-évangéliaire. Il faut y ajouter la miniature représentant le roi Salomon du manuscrit 2217 de la bibliothèque Sainte-Geneviève.

31 BSG, ms. 1145 ; BnF, ms. n.a.fr. 20960.

32 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116 ; BnF, ms. lat. 9446 ; Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854 ; Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532.

33 V. Leroquais, Les sacramentaires…, t. III, no 867 ; R. Marichal et C. Samaran, Catalogue…, t. III, p. 117.

34 BnF, Cabinet des titres, P.O. 230, dossier Massües, f° 2r°.

35 Pour Léopold Delisle (Le cabinet des manuscrits…, t. II, p. 385) suivi par Francis Higman (« Farel et Luther… », p. 417), il s’agirait de celui d’Anne ; pour Thierry Crépin-Leblond (Livres du connétable…, no 1), de celui de Guillaume.

36 Elizabeth Armstrong (Before Copyright…, p. 163) rejette l’hypothèse avancée par Joseph Basile Bernard Van Praet (Catalogue des livres imprimés sur vélin…, no 411) selon laquelle il s’agirait de son exemplaire privé, avançant qu’il s’agirait plutôt d’un membre de l’entourage de l’empereur. Les armes et le caractère unique de cet exemplaire enluminé semblent pourtant en être l’indice.

37 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854 ; BnF, Rés., vélins 343-344 ; Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

38 À sa majorité, en 1515, il hérita de son père, Philippe, des Pays-Bas bourguignons et l’année suivante, par le legs de son grand-père maternel, Ferdinand Ier d’Aragon, de la Castille et des possessions qui y étaient alors associées.

39 V. Leroquais, Les livres d’heures…, t. II, p. 18 ; A.G. Watson, Catalogue of Dated and Datable Manuscripts…, t. I, no 208.

40 Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, f° 6r°. Cf. A. de Laborde, « Les principaux manuscrits… », p. 165-166 ; M.D. Orth, « The Master of François de Rohan… », p. 90.

41 M.D. Orth, « Manuscrits pour Marguerite… », p. 99, n. 36 ; Id., « The Master of François de Rohan… », p. 73, 85, 86 et 90.

42 BnF, ms. fr. 19246. F. Higman, « Farel et Luther… », p. 416, n. 4.

43 M.D. Orth, « The Prison of Love… », p. 216.

44 Cf. l’introduction de Joël Blanchard dans P. de Commynes, Mémoires, p. 76-82.

45 R. Marichal et C. Samaran, Catalogue…, t. I, p. 349.

46 Geoffroy Tory…, p. 32 et 34 (chapitre de S. Deprouw, O. Halevy et M. Vène).

47 Tel est le cas, parmi d’autres, pour l’une des marques de Bernard Aubry, d’Étienne Auffray ou de Jean I et II Petit. P. Renouard, Les marques…, nos 18, 20 et 880-885.

48 C’est le cas, par exemple, pour Antoine et Barthélémy Vérard. P. Renouard, Les marques…, nos 1087-1089.

49 J. Bayle, « Les livres liturgiques… », p. 165.

50 Chaumont, Bibl. mun., ms. 39. R. Marichal et C. Samaran, Catalogue…, t. V, p. 77.

51 Sur l’ensemble de ces points, cf. L. Delisle, « Anne de Polignac… ».

52 Catalogue de manuscrits précieux des XIIIe, XVe et XVIe siècle… W. Cahn, « A French Renaissance Collection… », p. 134-136.

53 E. Quentin-Bauchart, Les femmes bibliophiles…, t. I, p. 43-53, sous le numéro 6.

54 Dans la notice du catalogue de vente de 1966 (Catalogue of Important Western…, lot 267), la reliure cramoisie en velours daterait du XVIIIe siècle. Soit la reliure a été refaite après la vente de 1879, soit E. Quentin Bauchart s’est trompé sur la couleur. Dans l’inventaire de 1728 (publié par L. Delisle, « Anne de Polignac… », p. 329), aucune information à ce sujet n’est spécifiée.

55 BSG, ms. 1144.

56 Information rapportée sur l’une des gardes volantes du manuscrit 1144 et relatée dans le catalogue.

57 Sur ce point, cf. M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 23.

58 BSG, ms. 1144 : [I]+ 235+ [I] ff., parchemin, 355 × 260 mm, just. maîtresse : 236 × 168 mm, 2 colonnes, 35 lignes de texte (f. 235 et suivant : 340 × 255 mm ; just. maîtresse : 222 × 158 mm, 35 lignes de texte, 2 colonnes). BSG, ms. 1145 : 355 × 240 mm, just. maîtresse : 250 × 168 mm, 35 lignes de texte.

59 Le bifeuillet du manuscrit 1144 (f. 235 et suivant) par lequel s’achève le livre V a lui-même été monté sur onglets pour achever ce volume ; l’écriture diffère du reste du codex, de même que les dimensions de la réglure.

60 BnF, ms. n.a.fr. 20960 ; Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532 ; le manuscrit passé sur le marché de l’art, Londres, Sotheby’s, cf. Western Manuscripts and Miniatures…, 2011, lot 125.

61 BnF, ms. n.a.fr. 20960.

62 Cf. son introduction, dans P. de Commynes, Mémoires, t. I, p. CX, n. 2.

63 Sur les nouveaux bois de l’édition lyonnaise, et sur ceux réadaptés des deux éditions parisiennes antérieures, cf. R. Mortimer, French 16th Century Books…, no 468.

64 Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532.

65 Nicolas Volcyr, Histoire et recueil de la triomphante et glorieuse victoire obtenue contre les seduictz et abusez Luteriens mescreants du pays Daulsays, Paris, Galliot du Pré, 1526 ; Alain Chartier, Les Faictz et dictz de feu de bonne memoire maistre Alain Chartier, en son vivant secretaire du feu roy Charles, septiesme du nom nouvellement imprimé, reveu et corrigé…, Paris, Galliot du Pré, 1526.

66 P. Renouard, Les marques…, no 22. On constate ainsi l’emploi de cette marque dans l’édition de G. Savonarole, Triumphis crucis de veritate fidei, Paris, Josse Bade, 1524.

67 Vienne, Öst. Nat. Bibl., C.P.1.E. 26, cf. O. Pächt et D. Thoss, Franzosische Schule…, t. I, p. 182.

68 Cette hypothèse a bien été suggérée récemment au sujet d’un autre ouvrage imprimé, un livre d’heures à l’usage de Rome, imprimé en 1525 (Paris, S. de Colines, 16 janvier 1525), mais les auteurs citent, à l’appui de celle-ci, des œuvres qui ne sont pas toutes de Colaud. Cf. Geoffroy Tory…, p. 41 (chapitre de S. Deprouw, O. Halevy et M. Vène).

69 La Haye, Musée Meermanno-Westreenianum, ms. 10 F 33. Le manuscrit porte à la fin du volume la mention suivante : « Ces heures furent escriptes l’an mil cinq cens vingt et quatre par noble homme Jehan de Luc, escuyer, sieur de Fontenay et Marcilly, secretaire du Roy, et appartiennent a Damoiselle Françoyse Brinnon, sa femme. » Cité d’après M.D. Orth, « Family Values… », p. 94.

70 P. Renouard, Les marques…, no 1096.

71 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

72 Cf. The Illustrated Bartsch, vol. 25, t. I, p. 455.

73 Nantes, Musée Dobrée, ms. XVIII.

74 On peut citer, par exemple, la Crucifixion dans le missel (BnF, ms. lat. 9446) : le Christet l’un des cavaliers, celui dont le cheval a une robe brune, est extrêmement proche de celui de l’édition de Pichore et de Rémi de Laistre (Horae intemerate virginis Marie secundum usum Romanum, Paris, J. Pichore et R. de Laistre, 1504, 24 septembre), tandis que les deux larrons sont identiques à une édition de Gilles Hardouyn (Heures a l’usaige de Romme, Gilles Hardouyn, Paris, 8 mars 1510). Sur celles-ci, cf. C. Zöhl, Jean Pichore…

75 BnF, ms. fr. 19246.

76 New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 85.

77 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

78 Haarlem, Teyler Museum, ms. 78.

79 New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 85.

80 Haarlem, Teyler Museum, ms. 78.

81 Trèves, Domschatz, ms. Hs. 73, cf. C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 60-61.

82 BnF, ms. fr. 19818.

83 Kew, Nat. Arch., E. 36/276.

84 BnF, ms. fr. 25137.

85 Nantes, Musée Dobrée, ms. XVIII.

86 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

87 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116.

88 Genève, Bibl. Bodmer, cod. 149.

89 Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. 1883.

90 O. Pächt et D. Thoss, Franzosische Schule…, t. I, p. 68-73.

91 BnF, ms. fr. 2150. M.D. Orth, « The Prison of Love… ». G.-M. Leproux considère en effet cette œuvre comme autographe (« Les peintres parisiens… »).

92 Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

93 New York, Publ. Libr., Spencer Coll., ms. 81.

94 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

95 BnF, Rés., vélins 343-344.

96 BnF, ms. fr. 19246.

97 BSG, ms. 1145.

98 BnF, ms. n.a.fr. 20960; Provo, Brigham Young University de Provo, Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532.

99 BnF, ms. lat. 9446.

100 Western Manuscripts and Miniatures…, 1991, lot 71.

101 BSG, ms. 106.

102 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116. M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 25, n. 55.

103 BnF, ms. fr. 130.

104 BnF, ms. fr. 1537.

105 Books of Hours, Paris, Galerie Les Enluminures, BOH no 3.

106 BSG, ms. 1145.

107 Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

108 New York, Publ. Libr., Spencer Coll., ms. 81.

109 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116 ; BSG, ms. 106.

110 BnF, ms. fr. 462.

111 La Haye, Musée Meermanno-Westreenianum, ms. 10 C 8.

112 Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854.

113 BnF, ms. fr. 2150.

114 G.-M. Leproux, La peinture…, p. 28-29 et 169.

115 Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

116 Londres, ms. Add. 18854 ; BSG, ms. 106 ; Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

117 Londres, ms. Add. 18854 ; Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204.

118 Arch. nat., LL 139, 1534, 23 décembre [p. j. 17].

119 BnF, ms. fr. 1537.

120 Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. 1883.

121 Chantilly, Musée Condé, ms. 892 (XIV H 2).

122 BnF, ms. fr. 462.

123 BnF, ms. fr. 5109.

Table des illustrations

Légende Fig. 36 > Étienne Colaud, Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116, Anne de Graville, Roman de Palamon et Arcita, f° 1v°,Anne de Graville présentant son ouvrage à Claude de France.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Fig. 37 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 1537, Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen, f° 16v°, Travail du teinturier.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 38 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 130, Jean Boccace, Des cas des nobles hommes…, trad. Laurent de Premierfait, f° 141r°, Exécution de Marcus Manlius Capitolinus.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 39 > Étienne Colaud, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 12r°, Adoration des mages.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig. 40 > Étienne Colaud, BSG, ms. 1145, Jean de Salisbury, Policraticon, trad. Denis Foulechat (?), f° 3r°, Jean de Salisbury enseignant la philosophie.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 41 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 2150, Diego de San Pedro, Roman de Lérian et Lauréolle, trad. François d’Assy, f° 30v°, Bataille de Perséus et Lérian durant laquelle Perséus perd sa main.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 42 > Étienne Colaud, BnF, ms. n.a.fr. 20960, Philippe de Commynes, Mémoires, f° 1r°, Philippe de Commynes présentant son livre à Angelo Cato.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 43 > Étienne Colaud, Londres, Sotheby’s, 17 décembre 1991, lot 71, lectionnaire-évangéliaire de Philippe de Lévis, p. 131, Construction du Temple.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 44 > Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 54v°, Incrédulité de saint Thomas.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Fig. 45 > Étienne Colaud, Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532, La vie, la mort et les miracles du glorieux sainct Jherosme, f° Fv°, Saint Jérôme (?) écrivant.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Légende Fig. 46 > Nicolas Volcyr, Histoire et recueil de la triomphante et glorieuse victoire obtenue contre les séduictz et abusez Luteriens mescreants du pays Daulsays, Paris, G. du Pré, 1526, Écrivain.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 47 > Bibl. de l’Arsenal, Rés., 8° T. 2547, Horae in laudem […] Virginis Mariae, secundum curiae romanum, Paris, S. de Colines (G. Tory), 16 janvier 1525, page de titre, Travaux d’imprimeur.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Fig. 48 > Marque de Josse Bade de 1507 (Renouard 22), Atelier d’un imprimeur.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 49 > Étienne Colaud, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 1r°, Entrée à Jérusalem.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Fig. 50 > Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 67r°, Présentation au Temple.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Légende Fig. 51 > Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 62r°, Adoration des mages.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Fig. 52 > Étienne Colaud, Londres, Sotheby’s, 17 décembre 1991, lot 71, lectionnaire-évangéliaire de Philippe de Lévis, p. 15, Adoration des mages.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende Fig. 53 > Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 7v°, Adoration des mages.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 54 > Étienne Colaud, Provo, Brigham Young Univ., Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532, La vie, la mort et les miracles du glorieux sainct Jherosme, f° 45v°, Saint Jérôme voyageant.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Légende Fig. 55 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 2150, Diego de San Pedro, Le Roman de Lérian et Lauréolle, trad. François d’Assy, f° 87v°, Mort de Lérian.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende Fig. 56 > Étienne Colaud, coll. privée, livre d’heures portant la souscription de Colaud, f° 35r°, Adoration des Mages.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 57 > Étienne Colaud, BnF, ms. lat. 9446, missel de François I de Dinteville, f° 107r°, Annonciation.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Fig. 58 > Étienne Colaud, Provo, Brigham Young University, Special Coll., Harold. B. Lee Libr., ms. Quarto 091 H 532, La vie, la mort et les miracles du glorieux sainct Jherosme, f° 11v°, Naissance et baptême de saint Jérôme.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 59 > Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 19246, Oraison de Jésus-Christ qui est le Pater noster et le Credo, f° 3r°, Assemblée céleste.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Légende Fig. 60 > Étienne Colaud, BnF, ms. n.a.fr. 20960, Philippe de Commynes, Mémoires, f° 148v°, Bataille de Fornoue.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Fig. 61 > La [Première] Seconde mer des histoires, Claude Davost pour Jean Genevey, Lyon, 1506, Bataille de Fornoue, détail.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Fig. 62 > Vienne, Öst. Nat. Bibl., C.P. 1. E. 26, Horae dive virginis Marie secundum usum Romanum, Paris, Germain Hardouyn, s. d. [v. 1526], Adoration des mages.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Légende Fig. 63 > Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 18r°, Trahison de Judas.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Légende Fig. 64 > Albrecht Dürer, Petite passion, 1511, Trahison de Judas.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 65 > Exécutant principal des Statuts, Nantes, Musée Dobrée, ms. XVIII, Philippe de Commynes, Mémoires, f° 92r°, Assaut de Beauvais.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 811k
Légende Fig. 66 > Maître NA. DAT, Bataille de Ravenne, 1512 (Bartsch 365).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 67 > Étienne Colaud, BnF, ms. lat. 9446, missel de François I de Dinteville, f° 70r°, Dieu le Père et les quatre évangélistes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 68 > Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 52r°, Nativité.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 69 > Groupe Pichore, New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 85, livre d’heures, f° 53v°, Présentation au Temple.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende Fig. 70 > Jean Poyer, Haarlem, Teyler Museum, ms. 78, livre d’heures de Guillaume Briçonnet, f° 13r°, Trahison de Judas.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 71 > Exécutant principal des Statuts, Nantes, Musée Dobrée, ms. XVIII, Philippe de Commynes, Mémoires, f° 84v°, Les prétendants à la main de Marie de Bourgogne.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Légende Fig. 72 > Groupe du Maître des Entrées parisiennes, Genève, Bibl. Bodmer, cod. 149, Diego de San Pedro, Le Roman de Lérian et Lauréolle, trad. François d’Assy, f° 6r°, Lérian et le roi.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 73 > Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. 1883, livre d’heures, f° 31r°, Vierge trônant.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 74 > Étienne Colaud, coll. privée, livre d’heures portant la souscription de Colaud, f° 17v°, Vierge trônant.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Fig. 75 > Vienne, Öst. Nat. Bibl., cod. 1883, livre d’heures, f° 61v°, Nativité.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 76 > New York, Publ. Libr., Spencer Coll., ms. 81, Guilelmus de Nobilibus, Breve trattato delle afflittioni d’Italia et del conflitto di Roma con pronosticatione, f° 58v°, Allégorie de Rome avec la louve, Rémus et Romulus.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Fig. 77 > Exécutant principal des Statuts, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 25v°, Multiplication des pains.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Fig. 78 > Exécutant principal des Statuts, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 29v°, Le Christchassé du Temple.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 79 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 11r°, Le Christ enseignant la parabole du semeur.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 80 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 72r°, Complot contre le Christ.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Fig. 81 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Saint-Pétersbourg, RNB, ms. Lat. Q.v.I, 204, évangéliaire de François Ier, f° 52v°, Le Christ ressuscité apparaissant aux apôtres.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Fig. 82 > Collaborateur d’Étienne Colaud, BnF, ms. lat. 9446, missel de François I de Dinteville, f° 33v°, Naissance de la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Fig. 83 > Collaborateur d’Étienne Colaud, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 30v°, Procession du Saint-Sacrement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 84 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116, Anne de Graville, Roman de Palamon et Arcita, f° 71r°, Clériandre écrivant.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 85 > Collaborateur d’Étienne Colaud, BnF, ms. fr. 130, Jean Boccace, Des cas des nobles hommes…, trad. Laurent de Premier fait, f° 45r°, Bataille.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Légende Fig. 86 > Exécutant principal des Statuts, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 129v°, Trinité.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende Fig. 87 > Exécutant principal des Statuts, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 194r°, Présentation au Temple.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Fig. 88 > Exécutant principal des Statuts, BSG, ms. 106, évangéliaire, f° 186v°, Vocation de Pierre et Paul.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Fig. 89 > Collaborateur d’Étienne Colaud, Londres, Brit. Libr., ms. Add. 18854, livre d’heures de François I de Dinteville, f° 78v°, Dormition de la Vierge.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 90 > Groupe Bellemare, BnF, ms. fr. 2150, Diego de San Pedro, Roman de Lérian et Lauréolle, trad. François d’Assy, f° 1v°, Viateur rencontrant Désir et Lérian.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Légende Fig. 91 > Noël Bellemare (d’après un carton de), Saint-Germain l’Auxerrois, Rose du Saint-Esprit, détail, Apôtre.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8494/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540