Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étienne Colaud

 | 
Marie-Blanche Cousseau

Partie I – L’enlumineur en son milieu

Chapitre 4. Quelques aspects de la production subsistante

Texte intégral

  • 1 Chartres, Arch. départementales d’Eure-et-Loir, 3 J. Cf. M. Jusselin, « Histoires… », p. 11-22.

1Il est difficile d’utiliser la plupart des textes étudiés dans les chapitres précédents pour identifier la production parisienne subsistante. Ainsi, bien que trois fragments des antiphonaires de la cathédrale de Chartres commandés à Macé de Merey aient pu être retrouvés1, ils ne permettent guère de définir le style de l’artiste, à supposer que ce soit lui qui en ait assumé la réalisation. Aucun de ces feuillets ne se rapporte en effet aux antiphonaires de l’Avent, presque achevés en 1551. En outre, il faudrait au moins une lettre historiée pour servir de point de départ à l’établissement d’un corpus, et ne sont conservés que des éléments du décor secondaire. Seuls des manuscrits historiés et souvent associés à des commanditaires prestigieux ont donc retenu l’attention des historiens d’art. Encore leur exécution à Paris n’a-t-elle été proposée que tardivement.

JEAN PICHORE, ENLUMINEUR ET IMPRIMEUR

  • 2 BnF, ms. fr. 145 et ms. lat. 2070. A. Deville, Comptes…, p. 437-444, en particulier p. 437 et 443. (...)

2Plusieurs enlumineurs actifs à Paris sous le règne de François Ier ont néanmoins pu être rapprochés d’œuvres subsistantes grâce à des mentions d’archives. Le premier fut Jean Pichore : le manuscrit du Puy Notre-Dame d’Amiens offert à Louise de Savoie en 1518 est en effet conservé ainsi que le premier volume d’une Cité de Dieu de saint Augustin, enluminé une quinzaine d’années auparavant pour le cardinal Georges d’Amboise, archevêque de Rouen, dans lequel subsistent aujourd’hui deux miniatures, pour lesquelles les comptes mentionnent le nom de l’artiste2. Sur cette base, l’œuvre de celui-ci put être progressivement reconstitué.

  • 3 G. Ritter et J. Lafond, Manuscrits à peintures…, p. 26.
  • 4 J. Plummer et G. Clark, The LastFlowering French Painting…, no 116 (notice de J. Plummer).
  • 5 F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits…, p. 282-285 et 411-418.
  • 6 J. Plummer et G. Clark, The LastFlowering French Painting…, no 118 (notice de J. Plummer).
  • 7 M. Hofmann, Jean Poyer…
  • 8 C. Zöhl, Jean Pichore… L’auteur a récemment souligné la complexité à appréhender la production de (...)

3Georges Ritter et Jean Lafond avaient noté dès 1913 la parenté stylistique des histoires ornant le manuscrit de 1518 avec celles réalisées au début du XVIe siècle par l’artiste principal de ce qu’ils définirent comme l’école de Rouen3 et qui reçut, par la suite, le nom de Maître des Triomphes de Pétrarque4. En 1993, François Avril et Nicole Reynaud distinguèrent au sein de ce groupe la main d’un autre artiste, auteur notamment des miniatures ornant le manuscrit des Remèdes de l’une et l’autre fortune de Pétrarque offert à Louis XII, et l’identifièrent à Pichore5. Ils établirent que celui-ci, documenté à Paris encore en 1520, avait également étendu son activité au domaine imprimé et qu’il avait collaboré non seulement avec le Maître des Triomphes de Pétrarque, mais aussi avec le Maître du Morgan 85, enlumineur qui avait travaillé à la fin du XVe siècle avec des artistes tourangeaux6. Ces rapports avec Tours ont, depuis, été précisés par Mara Hofmann dans son étude sur Jean Poyer7. Quant au corpus du groupe Pichore, il a été sensiblement étoffé par Caroline Zöhl, tant dans le domaine de la gravure que de l’enluminure8.

NOËL BELLEMARE, PEINTRE ET ENLUMINEUR JURÉ

  • 9 G.-M. Leproux, « Un peintre anversois… », 1998 ; Id., La peinture…, p. 34, 110-140 et 169-170. Un (...)

4Les recherches menées récemment par Guy-Michel Leproux sur Noël Bellemare, peintre d’origine flamande qui quitta Anvers entre 1512 et 1515 pour s’installer dans la capitale où il résida jusqu’à sa mort, au printemps 1546, ont permis de rassembler sous son nom la production enluminée de l’atelier dit des Heures 15209.

  • 10 M.D. Orth, « A French Illuminated Treaty… » ; Id., « French Renaissance Manuscript… », 1988, p. 59
  • 11 Ibid., p. 59 ; M.D. Orth, « Antwerp Mannerist Model Drawing… ».
  • 12 Id., « French Renaissance Manuscript… », 1988 ; Livres d’heures royaux…, p. 8 (introduction de M.D (...)

5Ce groupe, étudié dès 1976 par Myra Orth et situé à Bourges, Tours ou Paris, avait reçu son nom en raison du nombre important de livres d’heures datés du début du règne de François Ier qui pouvaient y être rattachés. Plusieurs commandes ponctuelles faites pour le roi et son entourage jusqu’à la fin des années 1530 étaient aussi données à cet atelier au sein duquel plusieurs personnalités avaient été distinguées10. Celles-ci, baptisées des noms de convention de Maître des Heures Rosenwald, de Maître de Jean de Mauléon, de Maître des Heures Doheny et de Maître des Épîtres Getty, ainsi qu’une autre, anonyme, se seraient partagées un fonds graphique commun comprenant notamment de nombreux dessins anversois11. Seul le Maître des Épîtres Getty aurait poursuivi son activité dans les années 1540, certaines des œuvres pouvant même être datées du début du règne d’Henri II12.

  • 13 G.-M. Leproux, « Un peintre anversois… ».

6L’utilisation de ces mêmes modèles, figures et compositions repérée par Guy-Michel Leproux dans tout un pan de la production du peintre-verrier parisien Jean Chastellain à partir des années 1520, a ouvert la voie à de nouvelles pistes de recherches. Ce peintre-verrier, actif à partir de 1510, avait collaboré successivement avec deux cartonniers, les archives livrant le nom du second, Noël Bellemare, dans un marché passé en 1532 pour une verrière subsistante, la rose sud de Saint-Germain l’Auxerrois. Or, ce peintre était aussi documenté comme enlumineur : en 1536, le Parlement lui commanda le décor d’un livre d’heures ; il était alors titulaire de l’un des deux offices d’enlumineur juré concédé par l’Université13. Selon toute vraisemblance, Bellemare avait fourni au groupe de miniaturistes défini par Myra Orth ses propres compositions ; il pouvait aussi avoir été lui-même un des exécutants au sein de cet « atelier ».

  • 14 Id., La peinture…, p. 110-140.

7L’attribution à Bellemare de plusieurs peintures sur panneaux datables des années 1520 permit ensuite de comprendre l’évolution stylistique de l’artiste et de remettre en question les critères retenus jusqu’alors pour distinguer les différents enlumineurs14. Dès lors, le nom « groupe Bellemare » auquel revenait, sinon l’exécution de toutes ces miniatures, au moins leur invention, fut très largement adopté.

8D’autres personnalités dont la production a été identifiée comme parisienne ont été baptisées de noms de convention, à défaut de documents d’archives permettant de restituer leur identité.

LE MAÎTRE DE FRANÇOIS DE ROHAN

  • 15 J. Backhouse, « Two Books of Hours… », p. 90-96, en particulier p. 94.

9Tel est le cas de l’artiste qui fut chargé de l’enluminure de l’un des exemplaires historiés de La Coche de Marguerite de Navarre, dont le nom n’est pas consigné dans le mandement de paiement de janvier 1542. Janet Backhouse se fonda sur ce document pour proposer de localiser à Paris la réalisation d’un livre d’heures fait pour François Ier et portant la date de 1539, dont les miniatures présentaient une grande parenté stylistique avec les deux copies historiées de La Coche15. L’auteur évoqua également, en faveur de cette hypothèse, les liens étroits entre l’exemplaire royal et les bois illustrant des livres d’heures imprimés à Paris à la même période.

  • 16 Chantilly, Musée Condé, ms. 522 (XIV B 31) ; Oxford, Bodl. Lib., ms. Douce 91. M.D. Orth, « Manusc (...)
  • 17 BnF, ms. fr. 1877. M.D. Orth, « Manuscrits pour Marguerite », p. 93, n. 36. Le nom a été donné par (...)
  • 18 M.D. Orth, « The Master of François de Rohan… ».
  • 19 Dans l’un d’eux, il réalisa les lettres historiées, alors que le frontispice fut confié à l’un des (...)
  • 20 K. Sutton, « Sources… ».

10Ces arguments et ces pistes de recherches furent repris et développés par Myra Orth. Celle-ci apporta un certain nombre de précisions sur l’artiste, anonyme, qui réalisa l’enluminure de l’exemplaire de La Coche conservé à Chantilly, donnant à un assistant le décor de la copie d’Oxford16. L’enlumineur reçut le nom de Maître de François de Rohan, d’après les miniatures qu’il peignit pour ce dernier dans un manuscrit daté de 1530 contenant la traduction française de La Fleur de vertu17. Myra Orth put ensuite restituer toute l’importance de cette personnalité ayant travaillé à Paris pour le roi, sa sœur et des commanditaires de haut rang18. Elle regroupa 18 manuscrits dans lesquels elle reconnaissait sa main ou celles d’assistants, qu’elle estimait nombreux. Dans trois d’entre eux, d’autres enlumineurs parisiens étaient intervenus19. En dépit de ces contacts sporadiques avec d’autres groupes, Myra Orth a souligné la singularité du corpus d’œuvres ainsi rassemblé, les encadrements architecturaux exubérants souvent accompagnés d’un cartel de texte en trompe-l’œil entourant les miniatures, les compositions étouffées, la combinaison de certaines couleurs ou encore les types physiques particuliers sans équivalent avec le reste de la production enluminée parisienne. Certains de ces éléments se retrouvant dans les imprimés bâlois des années 1520-1530, elle avança l’hypothèse selon laquelle ils pouvaient traduire l’origine étrangère de l’artiste, actif dans la capitale de la fin des années 1520 à 1546. L’utilisation partielle ou totale de certaines de ses compositions dans des bois illustrant plusieurs éditions parisiennes de 1529 jusqu’en 1541 permit en outre d’étendre l’activité du Maître de François de Rohan au domaine du livre imprimé. Cet aspect de sa carrière a récemment été approfondi par Kay Sutton20.

LE MAÎTRE DES ENTRÉES PARISIENNES

  • 21 Londres, Brit. Libr., Cotton Vespasian B II pour l’entrée de Mary Tudor ; BnF, mss fr. 5750 et 141 (...)

11C’est sous le nom de Maître des Entrées parisiennes qu’ont été regroupées par Myra Orth un certain nombre d’œuvres réalisées à la fin du règne de Louis XII et dans les années 1520, d’après le style des miniatures ornant trois manuscrits relatant des entrées royales dans la capitale : celle de Mary Tudor, en novembre 1514, pour le premier et celle de Claude de France, au mois de mai 1517, pour les deux autres, quasiment jumeaux pour le texte comme pour le décor21.

  • 22 M.D. Orth, « Manuscrits pour Marguerite », p. 87.
  • 23 Id., « Dedicating Women… », p. 21-22 ; cf. aussi pour cet exemplaire Id., « Family Values… », p. 9 (...)
  • 24 H.M. Bloem, « The Processions… », en particulier p. 132, n. 6-8.
  • 25 M.D. Orth, « French Renaissance Manuscripts… », 2001, p. 251.

12Myra Orth qualifia d’abord l’enlumineur, auquel elle attribuait aussi une scène de présentation introduisant un manuscrit du Miroir des dames nobles, traité moral traduit par Isambert de Saint-Léger qui en fit cadeau vers 1528 à Marguerite de Navarre, « de peu doué et longtemps actif22 ». Elle évoqua à nouveau ce nom à propos d’une autre commande ponctuelle réalisée sous le règne de François Ier23. À cette occasion, elle rattacha au groupe la trentaine d’exemplaires recensés de la relation par Pierre Choque des funérailles d’Anne de Bretagne, la Commemoration et advertissement de la mort d’Anne, reine de France, pour lesquels des analogies de décor comme de facture avaient déjà été constatées24. Elle définit alors la production rassemblée sous ce nom comme étant le fait de plusieurs enlumineurs travaillant sous l’égide de l’un d’eux, les physionomies récurrentes, l’importance du contour, le modelé succinct se réduisant à une simple mise en couleurs trahissant la rapidité d’exécution des miniatures. Elle joignit ensuite à cet ensemble un autre livre offert à François Ier en 151925.

  • 26 D’après l’un des manuscrits de ces entrées (BnF, ms. fr. 5750).
  • 27 E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. V, p. 530.
  • 28 C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 11.
  • 29 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1997, feuillet volant provenant d’un missel. Cf. E (...)
  • 30 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 2000. Cf. E. König, G. Bartz et H. Tenschert, Leuc (...)

13Sur la base du même noyau d’œuvres, Eberhard König a avancé sensiblement l’activité de ce Maître, auquel il donna le nom de Maître de l’Entrée de Claude de France26 dans la notice d’un livre d’heures fait pour Philippe de Gueldres passant sur le marché de l’art27. Proposant de dater cet ouvrage des années 1510, il cita une dizaine de manuscrits présentant les mêmes caractéristiques stylistiques, parmi lesquels un certain nombre à destination royale, et signala que l’artiste avait aussi enluminé des livres imprimés. Il lui donna également la réalisation des miniatures des exemplaires rapportant les funérailles d’Anne de Bretagne. Mais, pour lui, celles-ci auraient été faites d’après les modèles de Jean Pichore, hypothèse qui fut reprise par la suite par Caroline Zöhl28. Dans un catalogue de vente plus récent, il précisa que cet artiste avait été actif dans la capitale dès 1490 et proposa de l’identifier comme Jean IV Coene, en raison d’une inscription figurant sur le soubassement de l’encadrement d’une miniature qu’il proposait de lire « de Jos Coene », bien que l’on n’ait aucun témoignage sur la présence à Paris d’un membre de cette famille de peintres brugeois à cette époque29. Il donna enfin à cet artiste un livre d’heures, dont le calendrier portait la date de 1518 et dans lequel seraient également intervenus Jean Pichore et un certain Henri Laurer30.

  • 31 I. Delaunay, Échanges artistiques…, t. I, p. 305, 306 et 310 ; l’auteur consacre trois notices de (...)
  • 32 Ibid., t. II, p. 25.
  • 33 I. Delaunay, « Le Maître des Entrées parisiennes ».
  • 34 F. Avril, N. Reynaud et D. Cordellier (dir.), Les enluminures du Louvre…, p. 222-224.

14Isabelle Delaunay, sans se prononcer sur l’identification proposée par Eberhard König, rejoignit son avis sur les dates d’activité du Maître des Entrées parisiennes, dont elle étoffa l’œuvre avec, notamment, une douzaine de livres d’heures réalisés durant la dernière décennie du XVe siecle et au debut du XVIe. Certains, selon elle, auraient été préparés à l’avance, avec la collaboration d’autres enlumineurs31. En dépit d’une qualité « relative », elle nota que la clientèle et le corpus du Maître des Entrées parisiennes témoignaient de la place importante qu’il avait dû tenir dans le milieu du livre de la capitale32. Ce constat a été confirmé par l’étude que l’auteur a récemment consacrée à une autre commande prestigieuse, un graduel exécuté pour la collégiale de Saint-Dié33, de même que par François Avril au sujet de fragments d’un manuscrit34.

  • 35 BnF, ms. fr. 1537.

15Les autres groupes ou artistes à noms de conventions actifs à Paris durant le règne de François Ier n’ont pas fait l’objet d’étude analogue. Sans doute cela explique-t-il que l’on trouve ainsi, évoqué ponctuellement, en référence à un même exemplaire de la Bibliothèque nationale, celui des Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen35, le nom de convention de Maître des Puys de Rouen ou celui d’Henri Laurer.

LES MAÎTRES DES PUYS DE ROUEN, DE RENÉ BOMBELLI ET D’ANNE DE GRAVILLE

  • 36 M. Durliat, « Henri Laurer… ».
  • 37 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1989. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. I, (...)
  • 38 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1994. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. VI (...)
  • 39 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 2000. Cf. E. König, G. Bartz et H. Tenschert, Leuc (...)

16Le nom d’Henri Laurer, enlumineur documenté en 1511-1512 pour avoir décoré un livre d’heures pour l’église de la Réal de Perpignan, est connu depuis 1960, date à laquelle Marcel Durliat publia plusieurs documents relatifs à la confection de ce manuscrit. L’un des intérêts de ceux-ci résidait dans la mention de l’origine de l’enlumineur, Paris, et l’indication de la ville où il demeurait alors, Mirepoix36. À la même époque, Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix, menait dans cette ville un mécénat actif. Aussi Eberhard König donna-t-il à Laurer un lectionnaire-évangéliaire, portant les armes de cet évêque, passé sur le marché de l’art en 1989 et qui aurait été selon lui réalisé vers 1511-1512 à Mirepoix37. Cinq ans plus tard, il présenta sous le nom de Maître des Chants royaux des Puys de Rouen un passionnel38 dont il rapprocha le style des miniatures de l’ouvrage précédent et de celles du manuscrit des Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen. Il proposa donc de substituer au nom de convention celui d’Henri Laurer, identification adoptée ensuite dans la notice du livre d’heures daté de 1518 avec celle de Jean IV Coene et de Jean Pichore39.

  • 40 M.D. Orth, « Les Puys en image… », p. 55.
  • 41 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116. M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 24-26 ; Id., « French Renaissan (...)
  • 42 Chantilly, Musée Condé, ms. 892 (XIV H 2). M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 24, n. 50 ; Id., « (...)
  • 43 L’art du manuscrit…, no 8 (notice de M.D. Orth).

17Myra Orth désigna de son côté sous le nom de Maître des Puys de Rouen l’une des trois personnalités dont elle reconnaissait l’intervention dans le manuscrit des Chants royaux du Puy de la Conception de Rouen40, les deux autres étant Étienne Colaud et le Maître d’Anne de Graville, ce dernier nommé ainsi d’après un exemplaire de la bibliothèque de l’Arsenal comportant notamment la traduction de La Théséïde de Boccace entreprise par Anne de Graville41. Le décor du manuscrit de la bibliothèque de l’Arsenal avait été exécuté, lui aussi, en collaboration, avec deux autres enlumineurs. L’un resta anonyme. L’autre reçut le nom de Maître de René Bombelli, baptisé ainsi pour avoir fait l’une des trois miniatures du Panégyrique de François Ier de cet auteur42, les deux autres étant de Colaud. Or, c’est bien sous le nom de Colaud et de son cercle que figura ce Panégyrique lorsque Myra Orth en rédigea ensuite la notice, en faisant référence aux manuscrits des Statuts de l’ordre de Saint-Michel43.

Notes

1 Chartres, Arch. départementales d’Eure-et-Loir, 3 J. Cf. M. Jusselin, « Histoires… », p. 11-22.

2 BnF, ms. fr. 145 et ms. lat. 2070. A. Deville, Comptes…, p. 437-444, en particulier p. 437 et 443. F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits…, no 156, p. 282, 411 et 413-414 ; C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 16-18 et 25-27. Le rapprochement entre les paiements de 1502-1503 et celui de 1518 remonte à L. Delisle, Le cabinet des manuscrits…, t. III, p. 362.

3 G. Ritter et J. Lafond, Manuscrits à peintures…, p. 26.

4 J. Plummer et G. Clark, The LastFlowering French Painting…, no 116 (notice de J. Plummer).

5 F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits…, p. 282-285 et 411-418.

6 J. Plummer et G. Clark, The LastFlowering French Painting…, no 118 (notice de J. Plummer).

7 M. Hofmann, Jean Poyer…

8 C. Zöhl, Jean Pichore… L’auteur a récemment souligné la complexité à appréhender la production de ce groupe en raison des nombreuses collaborations attestées. France 1500…, nos 139-140 (notices de C. Zöhl).

9 G.-M. Leproux, « Un peintre anversois… », 1998 ; Id., La peinture…, p. 34, 110-140 et 169-170. Un certain nombre de nouveaux documents ont permis, dans la seconde publication, de préciser plusieurs éléments biographiques sur la carrière de cet artiste.

10 M.D. Orth, « A French Illuminated Treaty… » ; Id., « French Renaissance Manuscript… », 1988, p. 59.

11 Ibid., p. 59 ; M.D. Orth, « Antwerp Mannerist Model Drawing… ».

12 Id., « French Renaissance Manuscript… », 1988 ; Livres d’heures royaux…, p. 8 (introduction de M.D. Orth), nos 4 et 23 (notices de T. Crépin-Leblond).

13 G.-M. Leproux, « Un peintre anversois… ».

14 Id., La peinture…, p. 110-140.

15 J. Backhouse, « Two Books of Hours… », p. 90-96, en particulier p. 94.

16 Chantilly, Musée Condé, ms. 522 (XIV B 31) ; Oxford, Bodl. Lib., ms. Douce 91. M.D. Orth, « Manuscrits pour Marguerite », p. 94. Pour les publications postérieures de cet auteur sur l’exemplaire de Chantilly, cf. sa notice dans L’art du manuscrit…, no 11.

17 BnF, ms. fr. 1877. M.D. Orth, « Manuscrits pour Marguerite », p. 93, n. 36. Le nom a été donné par François Avril.

18 M.D. Orth, « The Master of François de Rohan… ».

19 Dans l’un d’eux, il réalisa les lettres historiées, alors que le frontispice fut confié à l’un des artistes du groupe Bellemare, à l’exception des portraits qui seraient du peintre de cour Jean Clouet. M.D. Orth, « The Master of François de Rohan… », p. 84 ; L’art du manuscrit…, no 10 (notice de C. Scailliérez). Les deux autres œuvres communes citées ne sont données à aucun groupe particulier.

20 K. Sutton, « Sources… ».

21 Londres, Brit. Libr., Cotton Vespasian B II pour l’entrée de Mary Tudor ; BnF, mss fr. 5750 et 14116. A.-M. Lecoq avait également noté la parenté de ces deux manuscrits qu’elle jugeait d’un « style parisien des plus médiocres » (François Ier, p. 377-378) mais n’avait pas établi le rapprochement avec le manuscrit rapportant l’entrée de Mary Tudor qu’elle aborde également (ibid., p. 375-377).

22 M.D. Orth, « Manuscrits pour Marguerite », p. 87.

23 Id., « Dedicating Women… », p. 21-22 ; cf. aussi pour cet exemplaire Id., « Family Values… », p. 90-92, n. 12-13.

24 H.M. Bloem, « The Processions… », en particulier p. 132, n. 6-8.

25 M.D. Orth, « French Renaissance Manuscripts… », 2001, p. 251.

26 D’après l’un des manuscrits de ces entrées (BnF, ms. fr. 5750).

27 E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. V, p. 530.

28 C. Zöhl, Jean Pichore…, p. 11.

29 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1997, feuillet volant provenant d’un missel. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter. Neue Folge, t. I, p. 309. Les Coene, peintres documentés à Bruges durant tout le XVe siècle, avaient en revanche travaillé pour Paris dans la première moitié de ce siècle.

30 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 2000. Cf. E. König, G. Bartz et H. Tenschert, Leuchtendes Mittelalter. Neue Folge, t. III, no 24. Cette attribution est suivie par C. Zöhl (Jean Pichore…, p. 43-45).

31 I. Delaunay, Échanges artistiques…, t. I, p. 305, 306 et 310 ; l’auteur consacre trois notices de son catalogue à deux livres d’heures dont cet artiste aurait pris en charge la réalisation, et à un autre où il intervient seul (ibid., t. II, p. 23-27, 285-287 et 340-345 ; cf. aussi p. 197 et 300).

32 Ibid., t. II, p. 25.

33 I. Delaunay, « Le Maître des Entrées parisiennes ».

34 F. Avril, N. Reynaud et D. Cordellier (dir.), Les enluminures du Louvre…, p. 222-224.

35 BnF, ms. fr. 1537.

36 M. Durliat, « Henri Laurer… ».

37 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1989. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. I, no 63.

38 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 1994. Cf. E. König, Leuchtendes Mittelalter, t. VI, no 37.

39 Ramsen/Rotthalmünster, Ant. Bib., H. Tenschert, 2000. Cf. E. König, G. Bartz et H. Tenschert, Leuchtendes Mittelalter. Neue Folge, t. III, no 24.

40 M.D. Orth, « Les Puys en image… », p. 55.

41 Bibl. de l’Arsenal, ms. 5116. M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 24-26 ; Id., « French Renaissance Manuscripts… », 2001, p. 260-261 ; Id., « Family Values… », p. 93.

42 Chantilly, Musée Condé, ms. 892 (XIV H 2). M.D. Orth, « Dedicating Women… », p. 24, n. 50 ; Id., « French Renaissance Manuscripts… », 2001, p. 257-258.

43 L’art du manuscrit…, no 8 (notice de M.D. Orth).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540