Version classiqueVersion mobile

Henri IV

 | 
Colette Nativel

Partie V. Paris et Fontainebleau carrefours des artistes

Analyse héraldique sur le Saint François du musée de Rouen

Philippe Palasi

Texte intégral

  • 1 H. Jougla de Morénas, Grand armorial de France, 2004, t. 6, notice 32174.
  • 2 Histoire de l’abbaye de Saint-Amand, Rouen, 1662, p. 69 sq.
  • 3 D’azur à un chevron d’or accompagné de trois croix ancrées de même.
  • 4 C.-P. Goujet, Histoire du pontificat de Paul V, Amsterdam, 1765, t. I, p. 213. Promotion faite à R (...)
  • 5 H. Le Charpentier, « Notice sur les anciens tombeaux de la famille de Neufville de Villeroi qui se (...)

1Les deux écus apposés postérieurement sur le Saint François du musée de Rouen figurent des armoiries d’alliance mais dont la réalisation n’a probablement pas été conjointe (Fig. 1, pl. XII, p. LXI). En effet, l’écu de droite, celui de l’épouse, a seulement reçu un apprêt sans autre ornement qu’une couronne de marquis et une cordelière de veuve. Peint peu après, l’écu de gauche, celui de l’époux, se blasonne d’azur à cinq cotices d’or, également timbré d’une couronne de marquis est entouré d’un double bandeau d’un léger brun translucide de forme circulaire destiné à recevoir d’autres ornements extérieurs. Le travail est donc largement inachevé, ce qu’éclaire l’identification des armes replacées dans l’histoire familiale. Les deux écus aux pointes en accolade ainsi qu’aux couronnes parfaitement couvrantes sont caractéristiques des représentations des armoiries françaises du milieu du XVIIe siècle. Dans le contexte établi d’une provenance de l’œuvre de l’abbaye Saint-Amand de Rouen l’attribution à la famille normande des Souvré marquis de Courtenvaux ne fait aucune difficulté1. Cette famille donna de nombreuses abbesses à cette maison bénédictine durant tout le XVIIe siècle2. Le 9 novembre 1656 meurt Jean de Souvré, marquis de Courtenvaux, chevalier des ordres du Roi, premier gentilhomme de la Chambre et gouverneur de Touraine. Il choisit d’être enterré en l’abbaye Saint-Amand de Rouen dans le caveau que fit creuser dans l’église sa fille, l’abbesse Éléonore de Souvré. Sa veuve Catherine de Neufville, fille de Charles de Neufville, marquis de Villeroy, dame d’atour de la reine Anne d’Autriche décide à cette occasion d’offrir le Saint François à l’abbaye dont sa fille Éléonore est toujours la supérieure. Son écu entouré de la cordelière l’atteste. Puis, elle meurt quelques mois après son époux en 1657. La peinture héraldique demeure seulement ébauchée, les armes des Neufville n’ont pas été peintes3 ni les colliers des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit autour de l’écu de Jean de Souvré. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées sur le parcours de l’œuvre depuis sa probable naissance en Italie. Jean de Souvré a pour frère Jacques, chevalier de Malte, grand-prieur de France, commandeur de Saint-Jean de Latran et ambassadeur de son Ordre en France dont les liens avec Rome paraissent évidents. Toutefois, le don d’une peinture soustraite d’un héritage par une veuve nous incline à penser que l’œuvre lui est un bien personnel, probablement reçu en héritage. Dès lors s’impose la figure de son père, Charles de Neufville, marquis de Villeroy et d’Alincourt, chevalier des Ordres, gouverneur de Pontoise, envoyé par Henri IV à Rome de 1600 à 1608 auprès du pape Paul V et qui s’entremit aussi pour obtenir le collier du Saint-Esprit à Alexandre Sforza duc de Segni et à Jean-Antoine Orsini duc de San Gemini, premiers chevaliers étrangers à être reçus dans l’Ordre4. Autant d’occasions d’achat, de dons ou de présents diplomatiques pour un homme dont la sépulture de la première épouse et mère de son premier fils décédé se trouvait aux Cordeliers de Pontoise5.

Notes

1 H. Jougla de Morénas, Grand armorial de France, 2004, t. 6, notice 32174.

2 Histoire de l’abbaye de Saint-Amand, Rouen, 1662, p. 69 sq.

3 D’azur à un chevron d’or accompagné de trois croix ancrées de même.

4 C.-P. Goujet, Histoire du pontificat de Paul V, Amsterdam, 1765, t. I, p. 213. Promotion faite à Rome le 12 mars 1608.

5 H. Le Charpentier, « Notice sur les anciens tombeaux de la famille de Neufville de Villeroi qui se trouvaient dans l’église des Cordeliers de Pontoise (XVIe siècle) » dans Mémoires de la société historique et archéologique de l’arrondissement de Pontoise et du Vexin, Pontoise, 1879, t. I, p. 53-58.

Auteur

École pratique des hautes études

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search