Version classiqueVersion mobile

Henri IV

 | 
Colette Nativel

Partie IV. Passion privée, célébration publique

Recherches sur les rois anciens et politique contemporaine. Les débuts d’André du Chesne, (futur) historiographe du roi

Marie-Madeleine Fragonard

Texte intégral

  • 1 M. Deschamps-Juif, L’historiographe André du Chesne, 1584-1640, Positions des thèses de l’École des (...)

1Du Chesne (1584-1640), à qui nous sommes redevables de tant de beaux manuscrits de la BnF, va devenir un historien officiel, géographe du roi, en 1619, et avec l’appui de Richelieu, historiographe en 16321. Mais, au début de sa carrière, ses publications successives témoignent d’un flottement pour se trouver une fonction : essais d’une histoire nationale, puis du mondain charmant (à l’arrivée de Marguerite), puis un peu de magie (traduction de Del Rio), puis à nouveau l’histoire nationale, puis à nouveau les généalogies aristocratiques. En 1610, il est un débutant de 26 ans qui a certes déjà derrière lui quatre ouvrages, Egregiarum seu selectarum lectionum et antiquitatum liber (1601), Figures mystiques du riche et précieux cabinet des dames où sont representées au vif tant les beautez, parures et pompes du corps féminin (1605), les Antiquitez et recherches de la majesté des rois de France (1609) et Antiquitez et recherches des villes, chasteaux, de toute la France, également en 1609.

2Ce qui servira de centre à mes réflexions de ce jour est sa tentative de s’insérer dans l’officialisation en fonction des événements de la monarchie. Il était trop jeune pour 1589, semble arriver en retard pour la naissance du dauphin, donc il plonge vers le couronnement, et se rattrapera de justesse, mais à point, avec le décès. Au lieu d’un petit traité sur le couronnement de la reine, il publie l’éloge funèbre du roi, sous deux titres : Les tiltres d’heur et de vertu de feu tres chrestien Henri IIII. du nom […] accomodez au noble et glorieux surnom de Grand, à lui publiquement donné comme épithète d’honneur, Paris, Petitpas, 1610 puis Épithète d’honneur d’Henri IIII le Grand […] où par abrégé sont représentées les plus grandes actions de sa vie, son lamentable trespas, ensemble ses obsèques, 4 + 96 p., Petitpas, 1610. Ne nous laissons pas abuser, d’une édition à l’autre, seules changent la page de titre et les quatre premiers feuillets de paratexte, les 96 autres pages sont bien du même tirage ; nous avons probablement là une tentative de « rafraîchir » le texte déjà tiré, sous l’unique privilège daté du 30 juillet 1610. Pierre de L’Estoile s’achète, le 13 août, la première version sans indiquer ni son auteur ni son prix. Nous nous situons là dans une littérature immédiate, tirée sur du papier médiocre en format petit in-8°. Cependant son épaisseur, ni aussi petite que les occasionnels de 16 pages, ni assez grande pour des investigations précises, autorise déjà une réflexion construite. Du Chesne va choisir pour s’insérer dans le concert des éloges funèbres une marque particulière d’écriture, récupérant le courant historique et ses propres recherches, et organisant son propos sur la liste des vertus royales.

SAISIR L’OCCASION : LA MORT DU ROI COMME AUBAINE ET CALAMITÉ LITTÉRAIRE

3L’écriture, alors, s’insère dans la vie collective et n’a rien d’une spontanéité personnelle. La mort du roi est une occasion exceptionnelle dans la vie littéraire, qui génère nettement une « littérature de circonstance », collée à la vie de la communauté. Dès 1609, tout annonce des événements exceptionnels pour la nation ; le couronnement de Marie de Médicis suivi d’une entrée en guerre faisait déjà fourmiller les plumes. Or, tout bascule dans un événement majeur.

  • 2 Ce sera la tarte à la crème des oraisons funèbres ; par exemple, J. de La Fons, Discours véritable (...)

4On dirait presque qu’il s’agit d’une aubaine pour l’édition, comme l’ont été dans les années 1600-1601 le télescopage des victoires militaires, le mariage et la naissance du Dauphin. 1609-1610, avec la soudaineté dont elle est marquée, illustration exemplaire des mutations de Fortune qui du plus haut vous jette au pire2, est particulièrement incitatif : pour l’affection, pour le salut de la France, pour la consolation, pour la gloire, par fonction, par souvenir, c’est le moment de se faire remarquer.

  • 3 D. Thomas, Henri IV, l’image d’un roi entre mythe et réalité, Pau, 1996.

5La production fait un bond par rapport à son niveau moyen. Pour 1608, on dénombre 271 items dans la bibliographie de Roméo Arbour ; en 1609, 320 dont 9 consacrés à l’éloge du roi ; mais en 1610, 484 items, dont 167 consacrés à Henri IV (soit 1/3), à quoi il faut ajouter les 25 ouvrages consacrés au couronnement du nouveau roi. 1611 revient à des proportions plus usuelles ; 320 items, dont encore 44 spécifiquement consacrés à Henri IV, rééditions ou textes nouveaux inspirés par le « bout de l’an » qui clôt normalement les rites du deuil, 10 pour le nouveau roi. Danielle Thomas3 a précisément remarqué comment les gravures au visage du feu roi accompagnent les ouvrages de deuil et la construction d’une légende immédiate : entre 1610 et 1612, 13 livres illustrés traitent de la mort d’Henri IV avec ses premières biographies.

6Logiquement, et comme en 1600, l’événement déclenche une mutation temporaire du monde littéraire. Parmi les quelques 120 auteurs concernés, 69 n’avaient encore rien publié, et d’ailleurs 45 français et 5 étrangers traduits ne publieront plus jamais ; 12 sont partis vers une suite, dont seulement 5 vers une vraie notoriété. Parmi ces auteurs d’un jour, 15 sont des orateurs sacrés, qui ont eu là l’occasion de leur vie. Restent donc les à peu près 60 qui ont déjà publié et qui se précipitent. On ajoutera ceux qui, comme Aubigné, ont dû écrire, mais n’ont pas publié : le Discours par stances avec l’ame du feu roy reste dans ses manuscrits, excepté quelques strophes qui ponctuent les grandes publications qui doivent tant à la vie commune de leur auteur avec son grand roi : préface des Tragiques, postface de l’Histoire universelle, entre la rage de l’apostasie d’Henri IV et la rage de l’assassinat. Non qu’il ait besoin d’aller chronologiquement dans son récit jusqu’en 1610, mais parce qu’il fait coïncider dans sa pré/postface l’arrivée au terme de la narration (1602) et l’impossibilité d’écrire après 1610, quand le héros qui motivait l’histoire n’est plus (et paraîtra en spectre dans divers écrits).

  • 4 Malgré plusieurs articles du Colloque Guilhem Ader, P. Gardy (éd.), Béziers, 1992, je perçois mal s (...)
  • 5 Voir M.-M. Fragonard, « Réécriture de genres et changement de fonctions : l’utilisation de formes d (...)

7Les publications manifestent une ventilation générique allant aux extrêmes. Beaucoup de poésie, allant de l’épopée de G. Ader4, Lou gentihoume gascoun, dont il n’est pas clair si elle paraît juste avant ou juste après la mort aux poèmes lyriques, aux Stances (15) et poèmes non spécifiés (24), aux poèmes d’affectivité de deuil, Larmes (7), Complaintes (4), Naenies (2), Regrets (2), Soupirs (1), Lamentations (1), Consolations (4). Avec force discours narratifs (32), trois Lettres, et tous les genres officiels : Oraisons funèbres (22), Discours funèbres (8), Harangues funèbres (10). On y joindra Tombeaux et épitaphes (7), deux Apothéoses, et des textes (21) dont le titre ne permet pas de décider le genre exact (que de France en deuil…). L’année 1611 voit un resserrement sur les Larmes (5) et Regrets (2), les Discours (7), quelques poèmes (7) et deux pastorales, dont celle de Chrestien des Croix, Les royales Ombres, où Henry le Grand, Alexandre et César racontent succinctement leur vie au poète Orphée qui adjuge le prix au plus digne, pour l’annuel du tres chrestien et incomparable monarque […], Paris, Gesselin, 1611. L’écho ira s’affaiblissant en nombre à partir de 1613 et 1614. Mais surtout l’apparition de poèmes (les prières farcies5) et de discours polémiques sur la responsabilité des jésuites change, dès 1611, le ton général du rapport à la mort d’Henri IV, focalisant sur le régicide et non plus sur le deuil des peuples.

8Les auteurs patentés ont en quelque sorte vu leur propre écriture démultipliée. Prenons l’exemple de l’historiographe en fonction, Pierre Matthieu. 1609 voit une série de textes louangeurs, préparatoires aux expéditions victorieuses : Eloge du Roy, Paris, Guillemot, 1609, traduit en Elogium Henrici IV, Paris, Jannon, 1609 ; L’inscription faite sur les principales actions de roi tres chrestien, Paris, Ramier, 1609 ; Le Panégiricq d’Henri de Bourbon, IVe du nom, Lyon, Jullieron, 1609 (soit 4 items). Matthieu, en 1610, va « rater » l’événement, prêt qu’il était pour rééditer L’inscription, et deux éditions du Panégyre sur le couronnement de la reine. Il se rattrape en 1611 avec la publication conjointe de ce qui devient un tombeau ou un mausolée, et qui s’enrichira de gravures : Histoire de la mort déplorable […] ensemble un poème [les Trophées], un Panégyric et un discours funèbre, qui peut parcourir la biographie, le récit du sacre de la reine, la journée du 14, les obsèques, le retentissement européen, l’exécution de Ravaillac.

9Autre exemple, Nervèze produit, en 1610, le Discours consolatoire à la France (2 éditions), Discours funèbre à l’honneur de Henry IV, Discours funèbre sur le trépas de Henry […]est adjousté le Songe de Lucidor, Le Songe de Lucidor séparé, soit 5 items à lui seul ; et, en 1611, Anniversaire de souspirs et de regrets et deux rééditions du Songe de Lucidor. Le songe de Lucidor est la première en date des rares compositions fictionnelles, mise en scène très complexe d’un narrateur qui « entend » le rêve de Lucidor, dans un « désert », c’est-à-dire une maison de campagne, dans lequel celui-ci voit la reine pleurer et dialoguer avec l’ombre du roi qui littéralement raconte son apothéose, puis admoneste son fils, et surtout les Nobles, qui prêtent serment d’aider le jeune roi. Le texte est dédié au roi Louis et écrit, semble-t-il, 6 mois après l’enterrement.

  • 6 Jacques Dorat, Daniel Dumonstier, Nicolas Du Peschier, Théodore Marsile [titulaire de la Chaire de (...)

10Les très malins qui ont écrit en même temps un discours déploratoire et un discours de joie ne sont pas très nombreux (7) et tous de second ordre littéraire6 : comme si le groupe des auteurs restait quoi qu’il en soit figé dans sa clientèle au roi défunt, sans se déverser par opportunisme vers le roi suivant (d’ailleurs trop jeune), ni vers la régente (insigne faiblesse numérique des textes qui lui sont destinés, si on excepte les dédicaces et le type Consolation à la Reine sur le trespas). Ceci témoigne, à mon avis, de la sidération devant le meurtre et du fait que textes de circonstance et attachement spécifique vont quand même plus ensemble qu’on ne le croirait.

11L’aubaine pour les presses est cependant pour les auteurs un choc. La préparation de l’action militaire et la préparation du couronnement de Marie de Médicis ont d’emblée requis leurs travaux. Et voilà que cette année 1610 qui se lance comme le début du grand dessein et le retour triomphal du roi dans la politique européenne se mue en deuil européen (et sans doute dans des soupirs de soulagement de-ci de-là, mais on ne les entend pas, par modestie). Tous les textes prêts à raconter dès le lendemain, les fastes du couronnement avortent ou doivent être reconvertis. Pour des auteurs, c’est la catastrophe qui montre les aléas d’une écriture de circonstance bien rodée qui doit se transformer en une écriture émotionnelle de l’histoire immédiate. Plus encore, les auteurs des oraisons funèbres n’avaient rien de prévu auparavant : l’ecclésiastique va récupérer les éloges des laïcs qui, eux, avaient parfois prévu de longue date un récapitulatif des exploits du roi dont il reste à changer les accents. Il a fallu faire vite, et la qualité n’est peut-être pas toujours au rendez-vous du deuil réel. Pierre de L’Estoile enregistre, dès le 17 mai, les deux premiers textes qu’il traite de « fadaises », en nomme une cinquantaine pour l’année, et n’approuve au total que l’oraison funèbre de Des Landes et le Discours des Faits héroïques rédigé par son neveu Bénévent.

12Les écrits de 1610 portent la marque de cette cassure brutale, qui transforme un texte préparé pour la célébration du vivant en texte funéraire. « Sire, je m’estois appresté d’écrire les Pompes de l’entrée de la Reine et suis maintenant obligé de parler du deuil de la France et de la fidélité des François » commence ingénument Les souspirs de la France. N’en citons qu’un autre, exemplaire. En ressortant ensemble son Panégyre, l’Histoire et un discours funèbre, Pierre Matthieu en a marqué typographiquement la tragique métamorphose : le Panégyre se clôt au présent sur une exhortation au roi, et sur cette dernière phrase « Vostre felicité est si entiere que vous n’avez que faire de felicité, vos subjets sont si heureux sous vostre empire qu’ils ne peuvent rien desirer sinon qu’il soit perpetuel ». La page suivante enchaine par un majuscule Arreste Lecteur, et un texte en italique :

Voicy un estrange traject, d’un triomphe à un tombeau. J’avois préparé ce Discours comme un Tableau des plus Mémorables actions du Roy, et desirois de l’achever par les plus grands effects que l’on esperoit de ceste puissante armée qui estoit sur la frontière : mais en un moment toutes mes pensées furent renversées, et ceste niche qui se devoit embellir du trophée de ses armes se remplit des tristes dépouilles de sa vie. […] Ce mal-heur, source inépuisable de douleur et de plaintes a rendu ce Panégyrique imparfait : car au lieu qu’il devoit finir par la gloire des choses faites, je le coupe sur l’espérance de ce qui estoit à faire. Il aura assez de perfection s’il veut paraître parmi tant de belles et riches pieces, que les muses toutes esplorées ont dressé autour du Tombeau de ce grand Achille. Il y a dix mois qu’elles ne cessent de l’honorer de couronnes de tout prix, de toutes façons, et de toutes sortes de fleurs. Que peut on faire après elles ? Voici quelques fueilles qu’elles ont laissées toutes trempées de larmes, lesquelles autant obligé que plusieurs, mais moins diligent que tous, j’adjouste à la publique tristesse.
Si l’on dit que je rends ces devoirs trop tard, c
este douleur est tousjours de saison. Elle est si extreme et violente qu’elle s’aigrit par la consolation, resiste aux raisons, se renouvelle avec le temps, se comprend plus par le sentiment que par le discours, la constance ne la peut vaincre, la prudence ne la sçauroit diminuer.
Je pleurois au temps que tout le monde parloit, maintenant que le temps du deuil essuie les leurs, je continue et recommence mes plaintes. Mes affli
ctions se renforcent et se redoublent quand j’entends des consolations. Les douleurs passées en coustume sont voluptez aux esprits misérables, les objects les resveillent, et l’histoire de ce grand roi qui est le rocher que je roule tous les jours, me fournissant à tout moment de quoi faire admirer sa vie, ne me donne que trop de subject de regretter sa mort. Adieu lecteur, et passe outre.

  • 7 Histoire universelle, IX, p. 409, A. Thierry (éd.), Genève, 1995. A. de Rohan, Stances sur la mort (...)

13D’une certaine façon la cassure dans l’Histoire universelle d’Aubigné, quand dans un Appendix ou corollaire consacré à Henri IV, il ironise qu’un historien aurait pu laisser le dernier mot à l’édit qui donne la Paix et à des actions contre la Savoie couronnées par la victoire vraie, mais qu’il faut aller jusque au bout et faire le récit du triomphe et de la mort avant d’insérer des strophes des Stances de Mlle de Rohan7 : « Je n’ai plus d’haleine pour suivre aucun des articles des succès et de cette mort ; la plume me tombe des mains, et au lieu d’esmouvoir les cœurs non seulement des François, mais aussi de tous ceux qui favorisent la vertu de leurs vœux et qui la pleurent, esteinte de leurs yeux, je laisse parler mieux que moi la Princesse de Rohan. »

14C’est de la même façon que Du Chesne, prêt pour un éloge de la reine à son couronnement, doit réécrire son texte. Comme les autres il réutilise à tout va les papiers précédents, mais avec finesse.

DE L’ART DE FAIRE DU NEUF AVEC DE BONNES RECETTES

15Comment un historien en si forte circonstance peut-il marquer son originalité, alors que les textes délirent déjà tous dans l’apothéose, nécessaire du reste : question littéraire de la littérature d’éloge, confrontée à sa particularisation auctoriale et thématique, autant que question historique de fortifier une communauté en pleine épreuve. Précisons cet aspect de « particulier » : la poésie déteste le particulier et bien sûr celui qui meurt est tout à fait particulier. L’auteur est de même sommé de ne pas être extra-ordinaire et de représenter une forme d’unanimité. Or, signifier l’extraordinaire du régicide est une nécessité, et trouver une forme ad hoc non répétitive aussi.

  • 8 Sully, Abrégé de l’histoire d’Henri IV ; Bandolle, Parallèle de César et d’Henri IV ; Boutrays, Flo (...)

16L’éloge, préparé pour 16098 et l’entrée en guerre, est toujours de bon usage. L’hyperbole toujours florissante est maintenant sanctifiante. La difficulté serait plutôt de faire mieux que plus, et de faire remarquer sa manière propre. Celle de Du Chesne va se manifester en direction de ce qui est sa vocation propre de (futur) historiographe, en croisant des forces récentes de l’historiographie à l’éloge du héros, en consolidant le regard monarchique et la situation du présent (donc du futur) par le poids du passé dynamisé. D’un côté, on constitue le Panthéon des « grands morts », de l’autre, la solidité de la lignée providentiellement continuée depuis 6 siècles : la gloire, la politique, l’immortalité, l’action immédiate.

17Son ouvrage est un mixte de l’éloge dans ses deux premiers tiers et du narratif dans sa dernière partie (il fait en plus petit ce que Pierre Matthieu fait en plus grand) : c’est cette première partie qui signe ses intentions. Il appuie son éloge sur une structure de liste (les Tiltres, c’est-à-dire les qualités qualifiantes du roi) et sur le parallèle entre ces titres de vertu et les rois anciens qui sont des parangons de cette même vertu. Si le roi ne meurt jamais, en plein deuil s’affirme alors la vie paradoxale des rois pour qui le temps est d’emblée continuité et lignée. La présence des morts dans les vivants s’affirme paradoxalement par la présence des morts dans CE mort.

18Du Chesne systématise la pratique des comparaisons historiques, normales dans la conception d’une histoire moralisée qui doit être l’école des Princes. Le parallèle d’Henri IV avec des tas de gens a structuré deux ouvrages : un plutarquisme déjà exploré par Antoine de Bandolle (Jean Baudoin) dans le Parallèle de César et de Henri IV, en 1609, et continué dans le funèbre par Clovis Hesteau de Nuysement avec les Tombeaux d’Henri IV, Alexandre et César. L’environnement visuel construit ainsi le frontispice d’Antoine de Bandolle : un bandeau supérieur avec les héros, Hercule, Thésée, Achille, Alexandre, dominant les deux statues équestres de César et d’Henri IV ; à l’intérieur un triptyque dont les deux dernières parties sont les œuvres de César. L’idéologique est dans la première partie, les Parallèles, 120 pages quand même, suivies de 6 pages d’un sommaire sur la vie d’Henri IV. Dans ce texte par ailleurs violemment anti-espagnol, des foules de maximes en marge définissant le bon chef.

19Du Chesne, sans s’y limiter, privilégie la vraie lignée biologique, celle des Capétiens. En cela il s’inscrit dans l’imaginaire nobiliaire du sang transmetteur de vertus patrimoniales, autant que dans les travaux les plus originaux de l’historiographie « moderne ».

20Car le récapitulatif des nomenclatures et des actes de la lignée capétienne (voire au-delà) est une des actions forte de l’historiographie (D. Thomas en recense huit de 1589 à 1612). Le temps, depuis Henri III intensivement, est bien à la recherche des antiquités, avec des mutations formelles intéressantes. Narrativement, depuis les Annales de Belleforest, le style « histoire des règnes » semble en régression. Monte par contre le côté décousu et argumentatif des Recherches, soit sous la forme de Fauchet, soit sous la forme de Pasquier, avec des points focalisés. Pour Pasquier, les points sont nettement insérés dans un combat argumentatif gallican (encore plus que national). Monte aussi un côté vraiment neuf de l’édition des historiens anciens et des trésors des chartes, qui partent des documents, imparfaits, mais existants, pour les discuter peut-être, mais d’abord pour les lire vraiment : c’est le style de Pithou, éditeur des historiens des Francs, tâche que reprendra ultérieurement Du Chesne. Parallèlement une recherche appuyée, pour les villes, sur le caractère monumental, autre façon d’inscrire le temps dans le réel. Monte enfin une recherche/invention iconographique qui agrémente de figures les recueils de rois comme les recueils d’hommes illustres : ceci vaut pour les figures des rois de Du Tillet, conforté par des preuves de l’iconographie numismatique (que va développer Jacques de Bie, en 1636).

21Du Chesne a donc des prédécesseurs doués auxquels il emprunte beaucoup, mais en en modifiant le combat idéologique. Il me semble que la vraie force du nouveau courant historiographique est de chercher à documenter les rois anciens, mérovingiens et carolingiens, dans une perspective argumentative – les plus anciens, le fondement des lois, la plus longue dynastie au pouvoir, l’indépendance des pouvoirs royaux par rapport aux pouvoirs pontificaux, aux risques et périls d’une réalité historique pas toujours bien moralisée. Le fondement lointain de la monarchie ancienne garantit l’actuelle. Le mélange définitoire qui additionne Gaulois, Francs, gallicanisme et victoires remplit la conception de l’ancienne France de Fauchet, Pasquier, Pithou, Du Tillet, dans lesquels le jeune Du Chesne puise un argumentaire et des valeurs propres à conforter l’image royale, mais non à discuter pour défendre le gallicanisme.

22Du Chesne, à cette époque de ses activités, est plus idéologue qu’historien – la documentation lui viendra en un mot après l’intention panégyrique. Pour les Antiquitez, qui ne sont pas si savantes que cela, panégyrique national et institutionnel, pour les Tiltres de Vertu, panégyrique royal. Il utilise remarquablement peu de documents insérés, encore qu’il y en ait, brefs, mais tirés des historiens antérieurs et non des chartes. Son avantage dans ce caractère régressif de sa pratique de l’histoire est qu’il a par prescience le même style pour les deux panégyriques, et que les vertus des rois de France se prêtent admirablement à célébrer la vertu du mort – ce qui n’était pas prévu. Il peut ainsi s’accommoder soi-même : du côté du répertoire d’exemples, du coté des méthodes de composition.

  • 9 En voici le plan. Livre I : 1) De la religion des roi. 2) De la foi. 3) De la valeur. 4) Du pouvoir (...)

23Du Chesne a sorti en 1609 ses Antiquitez des rois. Ce n’est pas lui faire injure que de dire qu’il est sans doute moins bien documenté que Pasquier et peut-être même qu’il doit beaucoup à la conception de Jean Du Tillet : faire une perspective chronologique thématique de ce qui constitue la royauté dans sa succession charnelle, mais composer en suivant des institutions : ses titres, couronne, Maison, apanages, pairs, cérémonial, hiérarchies nobiliaires, etc.9. Du Chesne reprend en classant des vertus et, seulement en conséquence, des institutions. Le choix de Vertus est sans surprise : Religion, Foy, Valeur, Pouvoir, Piété, Justice, Clémence ; la « Préseance des roys de France sur tous les rois chrestiens », qui conclut la liste, conclut aussi un raisonnement qui nous venge des querelles diplomatiques de la préséance avec l’Espagne. S’ensuivent les insignes, la Cour, le protocole, etc. Seuls les derniers livres, des protocoles, cérémonies et grands officiers, apparaissent à peu près fondés sur des faits et non des préjugés. Du Chesne en a tiré en fait un manifeste de l’éloge national systématique, aussi partial qu’enthousiaste et quelque peu mensonger. En annonçant, dans son adresse Au lecteur, le projet de rassembler « maintes belles grandeurs de la Majesté Française éparses en divers escrivains, ralliées et rassemblées en un », il fait le choix de l’encomiastique et de la sélection, comme en matière poétique, de ce que la France devrait être.

24Son idée fondamentale est que nous n’avons eu que de bons rois, ce qu’il énonce d’emblée dans son adresse Au lecteur : « Et en cela certes sommes nous plus heureux et plus riches que les peuples estrangers, parmy lesquels il ne s’est jamais peu trouver assez dequoy former un modelle accomply, et une idée parfaite de la vertu, quelques grands personnages qu’ils ayent eu ». Ses préjugés montrent le caractère divin de la monarchie Française : non pas « tout pouvoir vient de Dieu », ni même « Le roi de France est empereur en son pays », mais la prétention à l’unicité et donc à la préséance (il me semble qu’il n’ose pas dire domination).

  • 10 Préambule, p. 6.

Ce sont les roys de France qui ont esté si agréables à Dieu, qu’il les a choisis pour estre ses lieutenans en terre. Ce sont eux qui le secondent, qui sont les conducteurs des chrestiens, les Pasteurs de tant de troupeaux humains, voire les Anges gardiens de tant d’âmes raisonnables : bref c’est par leur bouche que se prononcent les arrests de la bonne et mauvaise fortune des hommes. Qui estroy de France, il est tout ; et qui a ceste qualité, il est riche en quantité, et n’a plus rien à désirer en terre.10

  • 11 Préambule, p. 8.

25Leur prééminence est fondée sur leur ancienneté (néanmoins, rien sur les fils de Noé, les mythes de La Boderie et Postel sont abandonnés) ; « comme premiers et plus anciens roys des chrestiens, ils ont le premier rang d’honneur sur tous les autres, et les précédent en toutes prééminences11 ». D’un autre côté, elle est fondée sur la perfection de chacun des représentants de la perfection.

  • 12 Préambule, p. 8.

On a veu et leu des Princes assez qui ont eu diverses parties belles, qui la Religion, qui la Foy, qui la piété, qui la Justice, qui la Clemence, qui la Grandeur et courage, qui une vertu, qui l’autre : mais de grands Princes en général, et ayans tant de belles pieces ensemble, et en tel degré d’excellence, qu’on les admire et prefere à tous ceux que nous honorons des siecles passez, et des nostres, l’Histoire qui combat le temps par l’immortalité de la reputation des Roys, n’en fait voir nuls que les Roys de France.12

26Ce qui permet d’émanciper la France des puissances terrestres, et même de la puissance spirituelle envahissante du Pape : on est bien en gallicanisme officiel, mais très mitigé, à quoi tend le discours sur la religion des rois, qui prend des libertés avec l’histoire ancienne ou récente (et parfois à contre-courant de ce que Pasquier a bien établi). Ennemis des schismes et divisions, les rois ont une action extérieure (les croisades) et une action européenne, pour remettre dans le troupeau le particulier égaré « non en le catéchisant par des raisons d’État, ou l’obligeant comme son Prince, mais le combattant par les tesmoignages de la verité et l’instruisant comme son père ». C’est ainsi que la France a apaisé l’affaire de Venise et fait admettre au Grand Seigneur la présence de jésuites à Constantinople. Voilà pour les troubles religieux, et sotto voce pour l’itinéraire de la religion d’Henri IV.

27Du Chesne réfute les principes machiavéliens : le second discours sur la Foi porte sur la parole donnée, et du Chesne ici témoigne d’un sens légaliste de la formule un dieu, un roy, une loy, une foy. L’apologie de la parole donnée, même aux infidèles et aux ennemis, s’illustre par des anciens : nos rois prisonniers, Saint Louis, mais surtout par Henri IV fondateur de la paix à Vervins, allié des Suisses, ces gens libres, pacificateur des troubles des Grisons. D’où s’ensuit, face à la franchise royale, l’obéissance des sujets. Du Chesne n’a pas de mots assez forts pour s’indigner que « ces années dernières on ait dit que le roi dépendait d’un supérieur, que le peuple était délivré du serment de fidélité » : on note le flou de « supérieur ». Voilà pour le traitement des faits documentés et de l’idéologie qui les soutient dans son volume de 1609. Reste à les appliquer à Henri IV.

28Du Chesne emprunte pour les Tiltres la technique de son très mondain volume destiné aux Dames. La méthode est celle de Zeuxis : faire la Vénus la plus belle avec les morceaux composés des plus belles femmes. La question annexe des Dames, qui a l’air futile, est donc un révélateur des systèmes de composition et d’amalgame, l’addition des métonymies permet d’arriver à l’Idée de Dame, du signe fragmenté au concept, type d’une remontée platonicienne ; de la même façon avec des rois fragments, qui s’entassent pour parfaire un seul roi, pour se juxtaposer dans un Idéal qui, ô merveille, se trouve avoir un référent. Tous les rois de France sont des synthèses, on l’a vu, échelonnés dans le temps, et Henri IV sera la synthèse de ces synthèses morales et charnelles.

29Comme pour les qualités de la monarchie, Du Chesne organise son éloge sur des listes de mots, épithètes et titres qui ont leur fonction dans la rédaction des histoires universelles. Implicitement il recycle ses Vertus royales. Les surnoms des rois, ces épithètes, sont destinés à émouvoir, fonction poétique plus qu’informative, hommage plus que distinction réelle entre des personnes homonymes. La question des Épithètes royales mérite attention, associée au terme Titres. Elles représentent deux choses : la liste des « propriétés » au double sens de possession et de spécificité, aucun autre vivant ou mort ne peut les porter en même temps que celui qu’on nomme. Il peut y avoir plusieurs Grands dans l’histoire, Alexandre ou Charles, mais il n’y a qu’un Alexandre le Grand et un Henri le Grand. Résumé et conceptualisé dans un terme, prénom plus épithète, l’humain devient concept mémoriel.

  • 13 P. 20 : « C’est une très ancienne coustume, et de long temps pratiquée parmi nous, de donner à nos (...)
  • 14 Dès son couronnement : N. Bergier, Le Bouquet royal […] inventions qui ont servi à l’entrée du roi (...)

30Du Chesne en souligne l’aspect d’hommage posthume rendu par les peuples13. L’attribution de ces épithètes (à la différence du titre proprement dit de roi) est l’affaire du public qui identifie sous la figure personnelle la présence d’une transcendance et la nomme, voire la consacre en pleine cérémonie, comme ce fameux titre de Père du peuple attribué à Louis XII. D’ici à bien peu, le dauphin Louis sera Louis le juste14.

HENRI COMME SYNTHÈSE DU « GRAND » MONARQUE

  • 15 Tiltres d’heur et de vertu, p. 2.

Ce Grand prince, que tout le monde pleure et regrette, partageoit en commun tous ces titres et toutes ces qualitez avec les autres Princes qui les ont eues : en luy seul estoit le gros de tous ces Epithètes d’honneur, que les autres n’ont possédés qu’en détail.15

31Henri se trouve la quintessence de ces quintessences de monarques. Il n’a pas que sa lignée génétique : il rencontre aussi les lignées antiques des grands princes, et même un étranger, Ferdinand de Castille, sage et riche lui aussi. La présence de la lignée se renforce au fil du texte, la liste des qualités appelant un comparant, avec des récits inclus qui justifient la comparaison. Cœur fort comme Tibère, Auguste comme Auguste, Mignon de la Fortune comme Cyrus, Pasteur des peuples comme Agamemnon, Pieux comme Saint Louis, Père juste comme Trajan : l’antiquité incontournable précède une liste plus française et plus surprenante. Catholique comme Philippe le Bel, même les Gallicans n’avaient pas osé. Bien fortuné comme Philippe V de Valois qui vit mourir trois rois de la lignée précédente, le bon goût est douteux. Ces deux comparants sont exceptionnels, même dans l’art de faire taire les connotations indésirables. La suite retrouve le lieu commun : Bon comme Jean II le Bon, sage et riche comme Charles V, Bien Aimé comme Charles VI, Victorieux comme Charles VII, Protecteur des Lettres comme François Ier, Père du peuple comme Louis XII. Puis vient le récapitulatif des temps, Conquérant comme les Romains, Grand enfin comme Hercule, Alexandre, Pompée, Constantin, Charles.

32Un tel réflexe comparatif traverse par moments les autres discours funèbres avec des personnages très divers. Ainsi le Discours consolatif sur la mort […] de Pierre du Verdier (aumônier ordinaire et abbé de Saint Martial de Limoges) :

  • 16 Du Verdier, Discours consolatif sur la mort de très heureuse mémoire Henry le Grand, Paris, Nicolas (...)

car aussi l’avons veu surpasser en courage un Cyrus, en tempérance un Agesilas, en expérience un Philippe, en hardiesse un Brasidas, en suffisance en matière d’estat et gouvernement un Periclès, en Magnanimité et valeur un Achilles, en religion un Pompilius, et pour conclure en pieté et en charité un Ulysses.16

33Le puzzle n’a donc rien que de très courant, par contre sa systématisation et le presque repli sur la dynastie et le passé français construisent une image héroïque, mais plus encore nationale ; même là où nos bons rois ne sont pas des Césars, on ancre la figure royale dans un royaume et, par contre-coup, le travail du narrateur dans le travail global des historiographes, manière qui se différencie de celle des thuriféraires du deuil éploré ou de la divinisation du roi. D’une certaine façon Du Chesne se montre là plus tiède que bien des exaltés de la monarchie de droit divin qui se déchaînent dans les chaires de l’époque (quitte ensuite à revenir à des discours plus pontificaux ensuite) ; on peut se plonger dans les superbes déplorations de Fenouillet ou Valladier. L’un des prédicateurs a eu la même intuition qu’il se jouait quelque chose de dynastique dans un deuil. François Arnoux fictionnalise une assemblée funèbre autour du tombeau de Saint-Denis, assemblée parmi laquelle, à côté du délégué des archanges, le délégué des rois ses ancêtres célèbre le digne continuateur de Saint Louis qui n’a cessé de veiller sur lui, des rois et des empereurs romains.

34L’accomplissement d’une lignée dans un homme réalise textuellement un programme idéologique et iconographique semblable à celui que préconisait Antoine de Laval à la fin de son Desseins des professions nobles de 1605, dédié à Sully. L’environnement convenable à un roi n’est pas la fable, ni la fiction, mais l’histoire de ses ancêtres – ou faut-il dire de la France. Il n’y a pas à sortir « de l’histoire de France, pour y trouver de belles et riches inventions. Sans remonter plus loin qu’à Charles Martel, il n’y a point d’histoire au monde où il y ait de si superbes trophées, de si divers ornements de tableaux et peinture », « la plus belle et glorieuse histoire de la terre habitable et la plus susceptible de tous les divers enrichissements de la peinture ». Laval préconise sans peur « l’entresuitte des 73 rois de France », précédée d’un portique (la gravure est jointe) où Henri est encadré par Hercule et la France. Du Chesne réalise une partie seulement de cette galerie mémorielle, sur le même résultat d’une invention esthétique convenable à la louange de ce héros.

35Mais ainsi, à sublimer le passé, Du Chesne évite quelques-uns des écueils ou des sujets délicats qu’il contourne. Comme tout le monde, il passe sur le protestantisme du roi. La mort du roi par assassinat est rapidement évoquée sans pathos : c’est aux oraisons funèbres déclamées qu’appartiennent les effets d’hypotypose et d’interlocutions fictives, « Je le vois approcher ; Arrête, meurtrier ! ». Ici, deux paragraphes anaphoriques seulement : « Mais Las ! il a été meurtry […] il a été meurtry proditoirement. » Elle l’est aussi sans débat sur la volonté de Dieu, les présages, et sans leçon de morale globale, alors que, par exemple, Nervèze ne peut s’empêcher de glisser dans le discours de l’Ombre du roi deux failles et deux faiblesses : l’amour des plaisirs, et surtout la tiédeur religieuse relative : « O Roys qui me survivez, et qui estes encore sous la juridiction des destins, sçachez que j’ay ce regret au milieu des joyes célestes de n’avoir plus signalé mon nom par la dévotion que par les armes. » Mais la mort est aussi invoquée sans défaitisme. Nervèze termine son songe par une petite méditation sur l’oubli et « particulièrement de ceux à qui le malheur public ouvre heureusement le chemin de la Fortune », avec « depuis la mort de ce grand monarque un grand changement aux affaires du monde ». Du Chesne affirme par contre l’unanimité du souvenir, avec un peu plus de métaphores et beaucoup d’exagération catholique :

  • 17 Tiltres, p. 17.

Il estoit l’ornement de l’Eglise, puis qu’il estoit son premier fils, le fils aisné de la créance des Chrestiens, et puis que comme disoient autresfois les ambassadeurs des Roys de Hongrie et de Boesme estans à Tours, au roy Charles VII, il estoit la Chrestienne Maison, où les autres Princes n’en sont que la muraille, la colonne de l’Eglise Catholique, où les autres Princes n’en sont que l’Escu.17

  • 18 Panégyrique, 1611, p. 43. André Du Chesne applique la même technique incantatoire pour la reine Mar (...)

36Du Chesne a subsumé toutes les qualités, qui, même en idées platoniciennes, sont encore des formes séparées, en un adjectif : Grand. L’épithète de Grand, dit le titre, « à luy décerné après sa mort ». Manifestement on le dit bien avant la mort du roi. La titrologie ment donc pour opérer ce qui relève de la métamorphose ou, mieux, de la stabilisation en forme d’assomption : Henri ne pourra plus ajouter ou mériter une épithète de plus puisque désormais il est mort, concentré dans l’adjectif Grand. C’est aussi ce que scande Pierre Matthieu : « La naissance le fit grand, sa fortune plus grand, la clémence très grand18 », ou le moindre Petit sommaire de la vie, actes et faits de très heureuse mémoire Henry IV, « La Vertu et la Fortune se sont accordées ensemble pour donner à ce Prince le titre de Grand ». Grand, l’adjectif est simple et presque banal, à côté des Illustrissime, très victorieux et autres superlatifs : il faut y voir, avant la lettre, un effet du sublime dans la désignation, compensé par un ressassement obsessionnel du terme. La Grandeur lui est un univers comme symbiotique : « Toutes ces Grandeurs se trouvoient en notre Grand Roy. La Grandeur estoit l’air où il voloit, l’Ocean où il se baignoit, et la Terre où il faisoit ses courses plus heureuses » (p. 54). Il est vrai qu’il est un Cosmos, aboutissement de cinq Grands avant lui (Hercule, Alexandre, Pompée, Constantin, Charles), chiffre sénaire parfait :

Il a tousjours este l’hieroglyfe de Grandeur et de perfection, depuis que ce grand Tout fut parfait en six jours ; et ce qui est remarquable, la Grandeur n’a jamais este si grande et parfaite en aucun d’eux qu’en Henri de Bourbon, sixiesme en rang de Grands, qui en comparaison des cinq autres a donné l’estre accomply en ceste Grandeur royale, comme l’homme, petit abrégé de toutes les grandeurs des autres créatures, la perfection et l’accomplissement de ce grand monde, ne fut créé que le sixieme jour.

37Mentionnons particulièrement le traitement d’Hercule, qui n’est pas mythologie décorative, moins divin qu’athlète de la Vertu, et surtout source physiologique de la lignée d’Albret : modèle, Victoire physique, morale, le cercle génétique est bouclé.

38Du Chesne a, pour le deuil, métamorphosé l’érudition gallicane en apologie d’un pouvoir et d’un être tout à la fois un seul, libre des pouvoirs d’autrui, et cependant diversement inscrit en religiosité, unique et cependant inscrit dans les destins antérieurs. Déplacement des fonctions de l’érudition, qui s’efforce de ne pas être polémique, mais qui risque d’être contre-productive par son exaltation même.

39Car d’une certaine manière en perdant Henri IV, on perd le meilleur de tous les meilleurs comme une seconde mort de tous. N’est-ce pas aussi angoissant que ce sommet qui est un bout d’impasse ? Il était l’histoire et il était la nation, il était l’individu dans toutes ses particularités, et il était l’idéal dans sa généralité. Ce qui est très flatteur, mais sans doute la seule faille d’une intention pragmatique veillant au salut du royaume. La place de Louis XIII, à la dernière page, est garantie par la lourde thématique des vertus héréditaires, mais le voilà nanti d’un surmoi épuisant.

  • 19 Les rois de France pasteurs des troupeaux humains, cf. supra p. 265, citation.

40L’écriture de l’histoire ici est subordonnée à l’écriture de l’éloge, qui lui-même se fait définition de la monarchie française dans toute sa splendeur : image d’un deuil à conjurer et d’une faiblesse qui a intérêt à se surcompenser. Comme les prédicateurs et autres auteurs de Larmes, le réflexe de Du Chesne est de veiller à la survie collective, en hypertrophiant les vertus de la fonction royale, et en hypertrophiant les vertus du roi défunt. Il le fait avec ses armes à lui, qui sont (aussi) des armes religieuses (la monarchie française estlieutenant de Dieu en terre19), mais, à travers ses armes d’historien, pour qui le temps est une ressource inépuisable.

Notes

1 M. Deschamps-Juif, L’historiographe André du Chesne, 1584-1640, Positions des thèses de l’École des Chartes, 1963.

2 Ce sera la tarte à la crème des oraisons funèbres ; par exemple, J. de La Fons, Discours véritable de la Mort d’Henry le Grand, Lyon, Jullieron, 1610 : « O changement estrange ! d’une extrémité nous tombons en l’autre, et comme du feste des félicitez, dans un abysme de maux ! ô vanité ! ô inconstance ! ô trompeuse fortunes […] » etc.

3 D. Thomas, Henri IV, l’image d’un roi entre mythe et réalité, Pau, 1996.

4 Malgré plusieurs articles du Colloque Guilhem Ader, P. Gardy (éd.), Béziers, 1992, je perçois mal si la parution 1610 est juste avant ou juste après la mort d’Henri IV. Il est sûr que le privilège est accordé en août 1609 et qu’ainsi cette épopée rejoint les célébrations.

5 Voir M.-M. Fragonard, « Réécriture de genres et changement de fonctions : l’utilisation de formes de la littérature religieuse dans les pamphlets politiques (1560-1620) », Cahiers Saulnier 2, Traditions polémiques, 1985, p. 111-126.

6 Jacques Dorat, Daniel Dumonstier, Nicolas Du Peschier, Théodore Marsile [titulaire de la Chaire de latin au collège de France, ami de Passerat], Frédéric Morel, Charles de Navières, H. Rabouyn, Jean-Charles de Raemond.

7 Histoire universelle, IX, p. 409, A. Thierry (éd.), Genève, 1995. A. de Rohan, Stances sur la mort du Roy, Lyon/Paris, François Yvra/Chevallier, 1610.

8 Sully, Abrégé de l’histoire d’Henri IV ; Bandolle, Parallèle de César et d’Henri IV ; Boutrays, Florilegium ab Henrico IV immortaliter gestarum (Recueil des éloges) ; Valladier, L’inscription faicte sur les principales actions du treschrestien et tres victorieux roy Henry IV, Paris, C. Rigaud, 1609.

9 En voici le plan. Livre I : 1) De la religion des roi. 2) De la foi. 3) De la valeur. 4) Du pouvoir. 5) De la piété. 6) De la Justice. 7) De la Clémence. 8) De la préseance des rois de France sur tous les rois chrestiens ; Livre II : De la Majesté des droits et de leurs insignes ; Livre III : De la cour, des cérémonies, titres des enfants, ordres, grands officiers.

10 Préambule, p. 6.

11 Préambule, p. 8.

12 Préambule, p. 8.

13 P. 20 : « C’est une très ancienne coustume, et de long temps pratiquée parmi nous, de donner à nos rois des tesmoignages universels de leurs vertus royales après leur trespas […]. Depuis que Philippe le Bel a esté surnommé par cry public “le Catholique” […] ».

14 Dès son couronnement : N. Bergier, Le Bouquet royal […] inventions qui ont servi à l’entrée du roi Louis le juste en sa ville de Reims, Reims, Simon de Foigny, 1610 avant Valdor, Paris, Estienne, 1649, Les Triomphes de Louis le juste. Parce qu’il est né sous le signe de la Balance ?

15 Tiltres d’heur et de vertu, p. 2.

16 Du Verdier, Discours consolatif sur la mort de très heureuse mémoire Henry le Grand, Paris, Nicolas Du Fossé, 1610, p. 15.

17 Tiltres, p. 17.

18 Panégyrique, 1611, p. 43. André Du Chesne applique la même technique incantatoire pour la reine Marie, dans sa dédicace des Tiltres d’heur et de vertu : « Dédicace à la Reine mere regente en France. Madame, bien que vous ayez esté prononcée Grande du mesme jour que vous avez vu la lumière : si est il vray que vostre grandeur n’eustpas esté entière si vous ne fussiez devenue grande reyne en espousant un Roy, qui par sa valeur s’est acquis le noble et glorieux surnom de grand, et d’incomparable. Vous avez eu part à la grandeur de ce roy pendant qu’il a dignement regné dedans la France, et l’avez quant et luy rendue plus heureuse, florissante et redoutée qu’elle n’avoit esté plusieurs siecles auparavant. Maintenant que la mort envieuse de nostre longue félicité l’a proditoirement ravy de la terre pour le faire heureusement regner dans le ciel et que vous estes seule par puissance absolue, ce que vous estiez avec luy par mérite […] »

19 Les rois de France pasteurs des troupeaux humains, cf. supra p. 265, citation.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search