Version classiqueVersion mobile

Henri IV

 | 
Colette Nativel

Partie III. L’éphémère et son pouvoir

Henri IV et l’évolution du cérémonial des Valois aux Bourbons

Monique Chatenet

Texte intégral

1En choisissant le sujet du cérémonial, je voudrais considérer, non « l’image » du roi, mais plutôt sa mise en scène dans les châteaux royaux, tant dans le quotidien que lors des fêtes. Une mise en scène complexe, puisqu’Henri IV aime brouiller les pistes en cultivant alternativement la simplicité du père de famille et l’apparat du monarque.

2Simplicité, voire rusticité du mode de vie et du langage : le fait est connu de tous. Mais s’agit d’une simplicité sciemment orchestrée par le principal intéressé qui, en véritable homme de théâtre, utilise décors et costumes pour se démarquer de ses prédécesseurs.

3Ainsi, en 1598, à l’assemblée du clergé, il déclare :

  • 1 R. Descimon, « Un nouveau style de Gouvernement », in Henri IV et la reconstruction du royaume (Pau (...)

Mes prédécesseurs vous ont donné des paroles avec beaucoup d’apparat ; et moi, avec jaquette grise, je vous donnerai des effets. Je n’ai qu’une jaquette grise : je suis gris pour le dehors, mais doré au dedans.1

4Et à nouveau, en 1599, au Parlement de Paris :

  • 2 Ibid.

Vous me voyez […] non point en habit royal ou avec l’épée et la cape, comme mes prédécesseurs ou comme un prince qui vient parler aux ambassadeurs étrangers, mais vêtu comme un père de famille, en pourpoint, pour parler familièrement à ses enfants.2

  • 3 M.H. Smith, « Familiarité française et politesse italienne au XVIe siècle. Les diplomates italiens (...)
  • 4 Ibid., p. 135-141.

5Par ces prises de position publiques, Henri IV signifie qu’il veut faire retour au principe de la familiarité des rapports entre le roi et sa noblesse, principe traditionnel de la monarchie française3 qui avait été abandonné par Henri III au profit d’un cérémonial compliqué jouant sur la distance et la hiérarchie d’une société de cour dominée par le roi4.

AUDIENCES DANS L’APPARTEMENT DU ROI

  • 5 Il dote toutefois sa chambre d’une extension d’importance : la galerie des Illustres. Pour le rôle (...)
  • 6 D’une parfaite symétrie, ils sont aussi dotés tous deux de galeries. Voir infra la contribution de (...)

6L’appartement du roi, qui est la scène du théâtre où se joue la représentation quotidienne de la journée royale, offre un premier élément d’analyse. En 1585, Henri III avait inauguré une transformation radicale de son logis, désormais doté de trois pièces entre sa salle et sa chambre – l’antichambre, la chambre d’État et la chambre d’audience – afin de mettre en place le nouveau scénario qui voulait qu’au matin, au moment du lever, les courtisans, triés selon leur qualité, soient introduits par groupes successifs devant un souverain isolé à l’extrémité d’une enfilade (Fig. 1). Profitant de l’occupation du Louvre par la Ligue qui avait détruit les aménagements du dernier Valois, le premier Bourbon fait retour à l’appartement d’Henri II (Fig. 2, pl. VII, p. XVIII), qui présente une seule pièce, l’antichambre, entre la salle et la chambre5. De même, au Château-Neuf de Saint-Germain, les appartements d’Henri IV et Marie de Médicis sont dotés d’une seule antichambre6.

  • 7 P. de L’Estoile, Mémoires-Journaux, Paris, 1982, t. VIII, p. 46-47.

7Le principe de familiarité a toutefois ses limites, et quand Henri IV donne audience aux ambassadeurs étrangers, il adopte tout l’apparat monarchique de rigueur. Ainsi, au Louvre, le 16 octobre 1602, à l’occasion d’une ambassade extraordinaire des délégués des Cantons Suisses, il renoue, sinon avec le cérémonial de 1585, du moins avec celui en vigueur jusqu’en 1584, comme le raconte Pierre de L’Estoile7.

Fig. 1 > Logis du roi au Louvre lors de l’audience de l’ambassade anglaise, en 1585.

  • 8 Henri de Lorraine (1578-1621), baron, puis duc d’Aiguillon, grand chambellan de France.
  • 9 Henri de Bourbon, duc de Montpensier († 1608), aîné de la branche cadette des Bourbon.
  • 10 Charles de Bourbon, comte de Soissons († 1612), cadet des Bourbon-Condé.
  • 11 Henri II, prince de Condé († 1646).
  • 12 BnF, Fr. 4321, fo 31, Cérémonie qui s’est observée à la réception de l’ordre de la jarretière par l (...)

8Les ambassadeurs (Fig. 2, pl. VII, p. XVIII) que le duc d’Aiguillon8, accompagné de « belles troupes de gentils-hommes » était allé chercher à leur logis, arrivent au Louvre pour trouver leur chemin balisé depuis la rue Saint-Honoré par une double haie d’archers de la garde. À l’entrée du Louvre, ils sont reçus successivement par trois princes du sang disposés selon leur rang dans le lignage royal. C’est d’abord le duc de Montpensier9 qui les accueille à la porte et les mène, toujours entre une double haie d’archers, jusqu’au sommet du grand escalier. Puis, à l’entrée de la salle haute où la double haie est formée par la garde écossaise, le comte de Soissons10 les conduit jusqu’à l’antichambre du roi où le prince de Condé11 les attend pour les mener au roi trônant dans sa chambre, « assis une chaire », sans doute dans les barrières entourant son lit, selon l’usage établi par ses prédécesseurs12 et suivi par ses successeurs. Pour l’occasion, Henri IV avait délaissé sa jaquette grise.

  • 13 Autre description de la scène et du costume in Journal d’un familier du Maréchal de Retz, 1601-1602 (...)
  • 14 P. de L’Estoile, Mémoires-Journaux, Paris, 1982, t. VIII, p. 47. Pour la réception de l’ambassade d (...)

[Sa Majesté, écrit L’Estoile] estoit magnifiquement et sumptueusement habillée, et plus qu’on ne l’avoit jamais veue, ayant une aigrette toute de diamans à son chappeau, qui estoit blanche et noire de prix inestimable, avec l’écharpe de mesme toute couverte de diamans13. Les voyans entrer, Sa Majesté se leva et leur osta le chapeau, puis se rassistet, s’estant couverte, ils lui vindrent faire la révérence, lui baisoirent une main que Sa Majesté tenoit tout au long de sa cuisse, et de l’autre, [le roi] les embrassa les uns après les autres, la leur mettant sur l’espaule.14

9Le geste, qui ne manque pas de condescendance, s’adapte à la qualité des députés des cantons suisses dont L’Estoile évoque avec une insolence toute parisienne les « bonnes trognes et les faces cramoisies ». Il ne se serait pas permis de parler en ces termes des ambassadeurs d’Espagne ou d’Angleterre.

  • 15 Don Pedro trouva bon de déclarer à Henri IV que les bâtiments de son maître étaient plus beaux et c (...)

10C’est d’ailleurs une tout autre mise en scène qui est choisie pour recevoir Don Pedro de Tolède à Fontainebleau le 19 juillet 1608. Don Pedro de Tolède, ambassadeur extraordinaire de Philippe III, était venu resserrer les liens d’amitié entre les deux royaumes : une tâche délicate, étant donné les circonstances, et qui aurait demandé beaucoup de tact, au lieu de la suffisance dont il fit preuve à son arrivée en France15.

11Le livret imprimé de l’entrevue contient un préambule qui fait comprendre les intentions d’Henri IV pour cette cérémonie

  • 16 Discours sur l’ordre observé a l’arrivée de Dom Pedre de Tholede, de la maison d’Espagne, Ambassade (...)

Nous vous représentons la façon dont Sa Majesté a voulu honorer la réception de ceste ambassade, pour vous dire que les Espagnols, bien que fort cérémonieux en leurs modes, se sont émerveillez grandement de ce que la noblesse françoise est si heureuse que de voir tousjours avec une si franche liberté la face de son Prince, et s’approcher privément de sa personne. Le Roy leur a aussi bien monstré qu’il scait faire tenir à chacun son grade en cerimonie, avec l’honneur des qualitez.16

  • 17 Préambule d’un édit de 1523 cité par G. Zeller, Les institutions de la France au XVIe siècle, Paris (...)

12Le programme poursuivait donc un double objectif : démontrer que la familiarité traditionnelle et ses corollaires de « naïfve devotion, cordiale concorde et intime affection17 », liaient toujours étroitement le roi et sa noblesse, et montrer que néanmoins l’ordre régnait à la cour de France.

  • 18 BnF, Fr. 4338 et 4321; R. Strong, « Festivals for the Garter Embassy at the Court of Henri III », J (...)

13Comment ce scénario fut-il mis en scène ? Le maître des cérémonies s’inspira directement du règlement général du 1er janvier 1585, tel qu’il avait été appliqué au Louvre le 24 février suivant à l’occasion de la remise de l’ordre de la jarretière à Henri III par le comte de Derby18, à ceci près que, pour impressionner l’arrogant Espagnol, on en fit même un peu plus.

  • 19 Pour l’histoire de la salle des gardes, voir le remarquable travail de M. Viallon, La salle des gar (...)

14Après avoir traversé la cour Ovale et monté le grand escalier de l’aile de la Belle Cheminée entre deux haies de gardes suisses (Fig. 3, pl. VII, p. XVIII), Don Pedro de Tolède traversa une « première chambre » c’est-à-dire la sallette « qui n’estoit remplie que de gardes du corps » (et qui faisait donc office de salle des gardes19). Puis il passa dans une première antichambre et, de là, se rendit dans une seconde (qui était en réalité l’ancienne chambre de François Ier, Henri II et Charles IX) où se tenaient « les gentilshommes de la Maison et autres ». Puis le cortège se rendit au cabinet du roi, à l’entrée duquel « estoient les huissiers du conseil du roy avec leurs chaisnes d’or, les huissiers de la chambre de S. M. avec leurs masse », tandis que dans le cabinet se tenaient « ceux du conseil du Roy ». Dans la pièce suivante, qui était la chambre d’Henri IV, se tenaient « les barons et autres gentilshommes de qualité », puis, dans la « salle ovale », étaient regroupés « les comtes, marquis, chevaliers du Saint-Esprit et lieutenants du roi ». De là, Don Pedro parvint enfin dans la pièce située derrière cette salle

  • 20 Discours sur l’ordre observé a l’arrivée de Dom Pedre de Tholede, cit. supra n. 16.

où estoit le Roy assis dans sa chaire soubz un dais de veloux cramoisi passementé de clinquant d’or ; derrière lui, un peu éloigné, estoit le Grand chambellan, et le Grand ecuyer premier gentilhomme de la Chambre ; à un autre côté de la dite chambre MM les Princes de Condé, comte de Soissons, duc de Vendôme, chevalier de Vendôme, duc de Guise, prince de Joinville, le chancelier, le duc de Luxembourg, le duc de Sully, l’Amiral, les Maréchaux de France, les secrétaire d’Etat capitaine des gardes, L’introducteur des ambassadeurs.20

15Ainsi, pour impressionner davantage le visiteur et présenter l’image d’une cour bien ordonnée, on avait non seulement utilisé les trois antichambres de rigueur du cérémonial de 1585, mais aussi reculé de deux pièces le lieu de la rencontre (qui se faisait traditionnellement dans la chambre du roi, quand elle ne se fait pas, plus traditionnellement encore, dans sa salle à l’entrée de l’appartement), si bien qu’il y avait en quelque sorte cinq antichambres à traverser au lieu de trois, ce qui avait conduit les concepteurs de cette disposition inédite à sortir des limites de l’appartement du roi et à dresser le dais royal dans une pièce qui était en temps ordinaire l’antichambre de la reine.

  • 21 Pour les barrières, voir supra n. 12.

16Par ailleurs, en ne plaçant pas la rencontre dans sa chambre, le roi ne peut siéger « dans ses barrières » sous le dais qui surmonte le lit royal, comme le faisait Henri III21. On doit donc dresser un dais spécial dans une pièce, ce qui transforme celle-ci pour l’occasion en une sorte de salle du trône, type de pièce inconnu dans la distribution royale française. La succession des pièces ne répond donc plus au cheminement du plus public vers le plus privé propre à la tradition des Valois. Le cabinet, espace privé par excellence, se trouve désormais placé au milieu des antichambres et la chambre du roi n’est plus cette sorte de sanctuaire au-delà duquel nul ne peut en principe s’aventurer s’il n’y est formellement invité, mais une pièce que l’on traverse. L’idée de placer une salle du dais à l’extrémité de l’enfilade – une idée inimaginable sous les Valois – transforme de facto le logis du roi en un appartement de parade, ce qui marque, sinon une révolution, du moins un infléchissement notable dans la conception du logis royal.

  • 22 M. Chatenet, « Le baptême du dauphin (14 septembre 1606) », in Henri IV à Fontainebleau. Un temps d (...)

17La disposition, néanmoins, n’était encore qu’éphémère. Henri IV avait offert à Don Pedro une représentation théâtrale d’autant plus éloignée des réalités que la hiérarchie des rangs, loin d’être respectée, était le sujet d’incessantes querelles entre les Grands, comme on peut l’observer deux ans plus tôt lors du baptême du dauphin et de ses deux sœurs qui eut lieu, à Fontainebleau également, le 14 septembre 160622.

BAPTÊME DU DAUPHIN À FONTAINEBLEAU

  • 23 Les trois enfants avaient été ondoyés à leur naissance.
  • 24 Merci à Murielle Gaude de m’avoir confirmé ce fait. Pour les cérémonies prévues à Paris, voir Godef (...)

18Le baptême du futur Louis XIII (né en 1601) et de ses sœurs Élisabeth, future reine d’Espagne, et Chrétienne/Christine, future duchesse de Savoie23, devait avoir lieu à Notre-Dame de Paris, choix qui dénote une volonté de solennité sans précédent puisqu’aucun enfant royal n’avait été baptisé dans le prestigieux sanctuaire24. Mais une épidémie de peste contraignit à déplacer la cérémonie au château de Fontainebleau, récemment rénové et agrandi par Henri IV.

  • 25 A.-M. Lecoq, « Les résidences royales à l’épreuve des fêtes : les courts-circuits du charpentier », (...)
  • 26 Il existe de nombreuses relations de l’événement, notamment celle du Mercure françois (t. I, p. 110 (...)

19La chapelle du château ayant été jugée trop petite et son accès trop incommode, on fit largement appel aux charpentiers25, et l’on construisit dans la cour Ovale une véritable scène de théâtre – appelée d’ailleurs « théâtre » dans les documents –, sur laquelle on plaça un autel, le parquet où devaient se tenir le cardinal de Gondi ainsi que les parrains et marraines, autour de la table sur laquelle devaient être présentés les enfants, et, à côté, sur un piédestal, le baptistère dit de Saint-Louis provenant de la sainte chapelle de Vincennes, le tout accompagné de stalles pour le clergé et de divers échafauds pour les musiciens et les spectateurs privilégiés. Quant au roi et à la reine, qui n’étaient pas censés assister à la cérémonie, ils l’observaient néanmoins depuis une fenêtre de l’aile du château bordant au nord la cour ovale26.

20Les lits de parade des enfants ayant été dressés dans l’aile des Poêles, la longue procession qui les amena jusqu’aux fonts baptismaux put se déployer, à partir de la salle des Poêles, sur la terrasse longeant la galerie François Ier du côté de l’étang et, de là, après avoir traversé l’antichambre du roi, sur un pont de bois qui reliait l’antichambre au « théâtre » (Fig. 4, pl. VII, p. XIX).

21Ce long cheminement faisait directement écho, non à son précédent direct, le baptême du futur François II en 1544 à Fontainebleau où l’on s’était de contenté de tourner sur la terrasse du portique entourant la cour ovale, mais au baptême du dauphin François à Amboise en 1518 où l’on avait semblablement traversé deux cours sur des cheminements de bois.

22On avait en effet soigneusement compulsé la relation imprimée de cette cérémonie, comme le confirme Antoine Loménie de Brienne, secrétaire d’État d’Henri IV, qui écrit dans sa relation du baptême de 1606 :

  • 27 Godefroy 1649, t. II (Loménie), p. 173-179.

Monsieur le cardinal de Joyeuse, comme légat, disputa qu’il ne devoit bouger de l’Eglise sous un dais à part ; mais il fut trouvé que le duc d’Urbino, neveu du pape, au baptême du dauphin François fils du roy François Premier, l’estoit allé quérir en sa chambre de parade et porté aux fons lui-même, et ainsi fut fait, fors que de porter estant destiné pour cela Monsieur de Prince.27

  • 28 BnF, Ms. fr. 10471 (Traité des rangs, 1610), fo 105.

23Loménie a relevé les querelles de préséance qui se manifestèrent à cette occasion. Elles furent essentiellement animées, comme durant les cinquante années précédentes, par les « princes étrangers » des maisons de Lorraine, de Savoie et de Mantoue : querelle entre Messieurs de Nemours et de Vaudémont pour savoir qui des deux devait porter le cierge du dauphin ; querelle entre Messieurs de Nevers et de Guise pour savoir qui devait porter le manteau royal de l’Enfant, Nevers préférant s’en aller plutôt que de céder la place au duc de Guise. Il fut suivi par Madame de Nevers « qui fit la dispute de Monsieur son mari contre la douairière de Guise ». Mais, outre le cardinal de Joyeuse qui, en tant que légat, réclamait un dais, il y eut aussi contestation entre les anciens maréchaux de France et les nouveaux ducs pour savoir qui aurait la préséance, « mais les ducs passèrent à la faveur de M. de Sully qui ne l’était que depuis quelques mois » (ajoute Loménie), signe que la faveur, une fois de plus, intervient dans les rangs. S’ajouta, pour faire bonne mesure, le roi d’Angleterre, parrain d’Élisabeth, qui « n’envoya pas [de représentant] pour ce qu’il ne voulait pas céder au pape l’honneur de Monseigneur le dauphin ». On ne s’étonnera donc pas de lire dans un Traité des rangs et séances de France […] ordonné par le feu Roy Henri Le Grand à feu Monsieur de Villeroy daté de 1610 et conservé au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France : « Il n’y a royaume ny autre estat ny principauté dans la Chrestienté là où les rangs et seances à qui marchera devant ou derrière soient plus mal réglées, ordonnées et assurées qu’en France28 ».

24Ainsi, il restait aussi difficile que sous les derniers Valois d’organiser une cérémonie sans provoquer de multiples querelles entre les Grands, situation qui devait encore perdurer longtemps.

25Dans le même temps, néanmoins, les livrets de cérémonie s’allongent, phénomène qui commence sous les Valois, mais qui continue sous Henri IV, témoignant, non seulement d’un genre littéraire en pleine expansion, mais aussi, ne serait-ce que par voie de conséquence, de mises en scène toujours plus élaborées. Le point culminant de ce phénomène est sans doute atteint lors des funérailles d’Henri IV, mais le baptême de 1606 en offre aussi un bon exemple avec ses minutieuses descriptions des six « honneurs » de chaque enfant et de l’interminable cortège qui les mène aux fonts baptismaux.

26Si l’emphase se situe dans la continuité de la période précédente, elle s’accompagne d’un esprit de système nouveau, d’une logique de l’exposé qui tranche avec les relations des cérémonies des Valois. La rigueur des règlements de cour élaborés par Henri III à la fin de son règne n’est sans doute pas totalement étrangère à ce phénomène. Néanmoins, sa cause principale est plutôt l’utilisation systématique des médias de l’époque – la brochure imprimée et la gravure – pour relayer très largement l’événement. Le passage de l’autocélébration des Valois à ce qu’il faut désormais appeler la propagande des Bourbons produit des effets tant sur les relations et images des cérémonies que sur les cérémonies elles-mêmes.

27Alors qu’on ne trouve pour tout le XVIe siècle que deux relations imprimées de baptêmes royaux, celui de 1606 a fait l’objet à lui seul d’une multitude de brochures (dont une douzaine conservée dans la réserve de la BnF), auxquelles s’ajoute la relation publiée dans le premier volume du Mercure françois, chronique imprimée de la cour qui fait alors irruption dans le paysage médiatique français. Le montre aussi la gravure de Léonard Gaultier, d’après Quesnel, représentant le baptême (Fig. 5), image d’Épinal où tout est à la fois vrai et faux, d’un type bien différent des illustrations de cérémonies du XVIe siècle.

  • 29 Un exemplaire de la gravure ainsi présentée est conservé aux imprimés de la BnF, (Rés. Fol Lb36 80) (...)

28Pour illustrer plus clairement le récit de l’événement imprimé de part et d’autre de l’image29, la cour ovale de Fontainebleau voit ses dimensions considérablement diminuées (Fig. 6, pl. VII, p. XIX), ce qui agrandit d’autant celles des protagonistes, et sa longueur copieusement raccourcie pour faire tenir la scène dans un format adéquat, avec les trois éléments topographiques indispensables au récit : la terrasse du portique où se tiennent les gardes, le pont de bois où se déploie le cortège et le « théâtre » où les enfants reçoivent le sacrement. Par voie de conséquence, l’autel et le « parquet » du baptême sont placés côte à côte, alors qu’ils devraient être l’un derrière l’autre tandis que le roi et la reine apparaissent à des fenêtres situées du côté sud de la cour, alors qu’ils se tenaient en réalité du côté nord.

Fig. 5 > Léonard Gaultier, d’après Quesnel, Baptême du futur Louis XIII à Fontainebleau.

29Ainsi, comme j’ai tenté de le montrer, d’un côté, le passage des usages de cour des Valois aux Bourbons se fait en douceur. Henri IV, en dépit d’une volonté affichée de se démarquer de son prédécesseur, n’hésite pas à faire appliquer les règlements d’Henri III quand les circonstances y sont favorables. De même, la tradition des cérémonies de la seconde moitié du XVIe siècle perdure sous son règne. On s’en s’inspire attentivement pour ordonner les nouvelles fêtes, assurant ainsi la continuité monarchique. Néanmoins, l’utilisation de moyens de diffusion sans commune mesure avec l’époque précédente introduit une véritable révolution dans l’imagerie politique et, par voie de conséquence, dans la mise en scène de la personne royale, assurant ainsi largement la diffusion à travers le royaume, et au-delà, du mythe fondateur d’Henri le Grand.

Notes

1 R. Descimon, « Un nouveau style de Gouvernement », in Henri IV et la reconstruction du royaume (Pau, Musée national du château, Paris, AN), Paris, 1989, p. 232.

2 Ibid.

3 M.H. Smith, « Familiarité française et politesse italienne au XVIe siècle. Les diplomates italiens juges des manières de la cour des Valois », Revue d’histoire diplomatique CII, 3-4, 1988, p. 193-232 ; voir aussi M. Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, 2002, p. 106-112.

4 Ibid., p. 135-141.

5 Il dote toutefois sa chambre d’une extension d’importance : la galerie des Illustres. Pour le rôle de la galerie sous Henri IV, voir infra la contribution de Sara Galletti p. 327-340.

6 D’une parfaite symétrie, ils sont aussi dotés tous deux de galeries. Voir infra la contribution de Sara Galletti p. 327-340.

7 P. de L’Estoile, Mémoires-Journaux, Paris, 1982, t. VIII, p. 46-47.

8 Henri de Lorraine (1578-1621), baron, puis duc d’Aiguillon, grand chambellan de France.

9 Henri de Bourbon, duc de Montpensier († 1608), aîné de la branche cadette des Bourbon.

10 Charles de Bourbon, comte de Soissons († 1612), cadet des Bourbon-Condé.

11 Henri II, prince de Condé († 1646).

12 BnF, Fr. 4321, fo 31, Cérémonie qui s’est observée à la réception de l’ordre de la jarretière par le Roy Henry III en l’an 1585. « À l’entrée de la chambre [d’audience] où estoient les gentilshommes de la chambre et gentilshommes ordinaires, il se trouva Monsieur de Joyeuse qui receut [le comte Derby] et le mena jusques à Sa Majesté qui estoit en sa chambre Royalle dans ses barrières, sur son hault daez appuyé sur une chaise qu’elle avoit auprès d’elle ». Le « haut dais » est ici l’estrade qui surélève le lit royal.

13 Autre description de la scène et du costume in Journal d’un familier du Maréchal de Retz, 1601-1602 (BnF, Ms. Fr. 5826) : « Après le disner, Sa Majesté leur donna audience en sa chambre, en pied soubz son daiz au pied de son lict […] S. M. etant vestue d’un habit de satin noir damassé et tout chamarré de passements noirs, l’espée au costé, une chaisne toutte de diamants que luy faisoit deux tours en escharpes autour du corps, son cordon bleu et sa croix du Saint-Esprit au bout pendant en son col, un manteau noir, à son chapeau une grande enseigne toutte de diamants fort large en forme de panache et au-dessus une esgraite de gez noir. »

14 P. de L’Estoile, Mémoires-Journaux, Paris, 1982, t. VIII, p. 47. Pour la réception de l’ambassade de 1602, voir aussi T. et D. Godefroy, Le cérémonial françois, 1649, t. II, p. 841-842, M. Félibien, Histoire de Paris, 1725, t. V, p. 488-493, J.-A. de Thou, Histoire universelle, Bâle, 1742, t. IX, p. 559, et L. Batiffol, Le Louvre sous Henri IV et Louis XIII : la vie de la cour de France au XVIIe siècle, Paris, 1930, p. 105-107.

15 Don Pedro trouva bon de déclarer à Henri IV que les bâtiments de son maître étaient plus beaux et construits dans des matériaux plus riches. Voir Le Mercure François I, 1605-1610, p. 253-354, et J.-P. Babelon, Henri IV, Paris, 1982, p. 966.

16 Discours sur l’ordre observé a l’arrivée de Dom Pedre de Tholede, de la maison d’Espagne, Ambassadeur extraordinaire, Envoyé par le Roy d’Espagne à sa Majesté, lequel arriva au chasteau de Fontaine-Belleau, le Samedy 19 Juillet mil six cens huict, À Lyon, Par l’heritier Thibaud Ancelin, Imprimeur ordinaire du Roy, 1608, prins sur la copie imprimée à paris par Fleury Bourriquant. [Je remercie très vivement Sara Galletti de m’avoir signalé ce document.]

17 Préambule d’un édit de 1523 cité par G. Zeller, Les institutions de la France au XVIe siècle, Paris, 1987, p. 97 : « entre les rois de France et leurs sujets, y a toujours eu plus grande conglutination, lien et conjonction de vraye amour, naïfve devotion, cordiale concorde et intime affection, qu’en quelconque autre monarchie ou nation chrestienne ». Voir aussi supra n. 3.

18 BnF, Fr. 4338 et 4321; R. Strong, « Festivals for the Garter Embassy at the Court of Henri III », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 1959, p. 60 sq.

19 Pour l’histoire de la salle des gardes, voir le remarquable travail de M. Viallon, La salle des gardes dans les résidences royales françaises XVIe-XVIIIe siècle, Mémoire d’étude de l’École du Louvre, sous la direction de Raphaël Masson, 2011.

20 Discours sur l’ordre observé a l’arrivée de Dom Pedre de Tholede, cit. supra n. 16.

21 Pour les barrières, voir supra n. 12.

22 M. Chatenet, « Le baptême du dauphin (14 septembre 1606) », in Henri IV à Fontainebleau. Un temps de Splendeur, cat. expo., nov. 2010, p. 165-171.

23 Les trois enfants avaient été ondoyés à leur naissance.

24 Merci à Murielle Gaude de m’avoir confirmé ce fait. Pour les cérémonies prévues à Paris, voir Godefroy 1649, t. II, p. 169-172.

25 A.-M. Lecoq, « Les résidences royales à l’épreuve des fêtes : les courts-circuits du charpentier », in J. Guillaume (dir.), Architecture et vie sociale. L’organisation intérieure des grandes demeures aux XVe et XVIe siècles, Paris, 1994, p. 83-95.

26 Il existe de nombreuses relations de l’événement, notamment celle du Mercure françois (t. I, p. 110-114) et les dix brochures publiées en 1606 conservées à la BnF (Lb36 80 à 89). D’autres témoignages ont été rassemblés par T. et D. Godefroy (Godefroy 1649, t. II, p. 172-192). Pour l’agencement du théâtre, voir en particulier : Représentation des cérémonies […] 1619 (BnF, Lb36 80) et Les royales et chestiennes magnificences […] 1606 (BnF, Lb36 82).

27 Godefroy 1649, t. II (Loménie), p. 173-179.

28 BnF, Ms. fr. 10471 (Traité des rangs, 1610), fo 105.

29 Un exemplaire de la gravure ainsi présentée est conservé aux imprimés de la BnF, (Rés. Fol Lb36 80), Représentation des cérémonies et de l’ordre gardé au baptesme de Monseigneur le Daulphin […], À Paris, chez Jehan Le Clerc, 1619.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Logis du roi au Louvre lors de l’audience de l’ambassade anglaise, en 1585.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8442/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Légende Fig. 5 > Léonard Gaultier, d’après Quesnel, Baptême du futur Louis XIII à Fontainebleau.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8442/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 767k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search