Version classiqueVersion mobile

Henri IV

 | 
Colette Nativel

Partie II. La sculpture, le monument et l’espace

Les sculpteurs du roi sous Henri IV

Geneviève Bresc-Bautier

Texte intégral

  • 1 B. Barbiche, « Henri IV et la surintendance des Bâtiments », Bulletin monumental, t. 142-1, 1984, p (...)

1L’organisation des bâtiments du roi1, bien que fortement restructurée sous Henri IV par Sully à partir de 1602, s’inscrivait dans la continuité des règnes précédents par son foisonnement et sa souplesse pour ne pas dire sa complexité assez brouillonne. Les châteaux sont gérés de façon autonome. Si le contrôle et les paiements sont effectués par des administrateurs rigoureux, ce ne sont pas eux qui donnent l’impulsion ni gèrent la décision. Le roi lui-même est à la tête du système et, sous ses ordres, l’autorité est partagée selon les chantiers. S’y ajoute la dichotomie entre l’administration des Bâtiments, d’une part, qui commande des travaux et recrute les exécutants, les trésoriers alternatifs, d’autre part, qui payent des travaux et des gages effectifs, et, enfin, la Maison du roi où le service est plus honorifique et les gages assimilables à des pensions. Quelques sculpteurs du roi appartiennent aux deux services, mais la plupart ne sont pas protégés par la Maison Les sculpteurs y sont beaucoup moins nombreux que les peintres. En 1598-1599, dans les états de la Maison, ils sont dix peintres contre seulement trois sculpteurs, Pierre Biard, Mathieu Jacquet et Barthélemy Prieur.

2Nous nous interrogeons donc sur la réalité du titre de sculpteur du roi et sur ce qu’il recouvre comme spécificité au sein d’une administration en cours d’affermissement.

L’INCERTITUDE DES SOURCES DOCUMENTAIRES

  • 2 D. Buisseret et B. Barbiche, « Sully et la surintendance des Finances », Bibliothèque de l’École de (...)

3La rareté des documents officiels dans les années 1590-1610, l’absence d’enregistrement des brevets ou de comptes royaux rendent la recherche difficile. On peut attribuer la rareté des sources à la difficile gestation du service des Bâtiments qui n’est pas centralisé et où les responsables se succèdent à un rythme rapide. Le contrôle général assure une remarquable continuité, car tenu par Jean de Donon, fils de Méderic de Donon, déjà contrôleur des Bâtiments d’Henri III. Petit-fils du sculpteur Girolamo Della Robbia, il doit avoir une certaine accointance avec le monde artistique. Parallèlement œuvrent des surintendants particuliers, chargés de bâtiments différents, l’ensemble du Louvre et des Tuileries, Saint-Germain-en-Laye, Blois et Fontainebleau principalement. Alors que les notaires qualifient parfois Sully ou Fourcy de surintendant ou d’intendant des Bâtiments du roi, sans spécifier l’étendue de leur charge, ils n’entrent pas dans la gestion de toutes les résidences. Car la surintendance générale des Bâtiments du roi n’existe pas plus officiellement que la charge de surintendant des Finances à laquelle elle semble parfois confondue2.

  • 3 L. de Laborde, Les Comptes des Bâtiments du roi (1528-1571), t. I, Paris, 1877, p. XLIII.
  • 4 Certains actes sont passés par Fourcy et Donon, d’autres en présence de Donon. Il est probable que (...)
  • 5 Fourcy ne passe pas les marchés avec les maçons de la Grande Galerie, le 24 mai 1594 (AN, MC XIX 32 (...)

4Le roi a commencé très tôt dans son règne à faire travailler dans ses résidences, à Blois et à Saint-Germain dès 1592, à Fontainebleau en 1593, chacune pourvue d’un surintendant particulier. Puis ce fut le grand chantier parisien, le mieux connu. Avec la paix et l’entrée à Paris le 12 mars 1594, le roi garda François d’O (1535-1594), l’ancien surintendant des Finances, pour le charger des résidences royales du Louvre, des Tuileries et de Saint-Maur, mais il lui adjoignit comme ordonnateurs des Bâtiments, le 30 avril 15943, Albert de Gondi (1522-1602) et Jean de Fourcy (1558-1625), trésorier de France et général des Finances, organisant ainsi une équipe à double tête, un ministre, grand sei-gneur, doublé par un technicien de la Finance. Jean de Fourcy sera aussi intendant de Fontainebleau. Il assure la continuité quand les surintendants particuliers changent et il agit personnellement dans de nombreuses commandes. Seul ou avec les surintendants, en présence souvent de Donon4, il passe presque tous les marchés à partir de 1595 jusqu’à la fin du règne et même après jusqu’à ce que son fils Henri lui succède5. La superbe médaille d’argent qu’il fait frapper en 1599 présente au revers des bâtiments imaginaires et ambitieux qui expriment l’importance de sa charge. Fourcy et Donon sont donc les véritables maîtres d’œuvre des volontés royales, la main et l’œil du roi.

  • 6 Dénommé souvent « de La Grange Le Roy », Jacques Le Roy a ajouté le nom de son château de La Grange (...)
  • 7 Laborde, op. cit., I, 1877, p. XLIII.

5François d’O mourut dès le 24 octobre 1594 et fut remplacé le 25 novembre par un conseil des Finances de neuf membres, émanation du conseil privé ainsi réformé, auquel participaient le futur chancelier Pomponne de Bellièvre (1529-1607), le chancelier Philippe Hurault de Cheverny (1548-1599), Louis de Gonzague, duc de Nevers (jusqu’à sa mort en 1595), le connétable Henri Ier de Montmorency (1534-1614), le colonel Gaspard de Schomberg (jusqu’à sa mort en 1599), le secrétaire d’État Pierre Forget de Fresne (vers 1544-1610), le trésorier de l’Épargne Jacques Le Roy de la Grange Le Roy (mort en 16006), Albert de Gondi, duc de Retz et Nicolas de Harlay, sieur de Sancy (1546-1629). Ce dernier, compagnon du roi et membre très influent de ce conseil, est nommé dès le 15 novembre 1594 à la surintendance des bâtiments neufs du Louvre, des Tuileries et de Saint-Maur7. Il passe certains des marchés pour le Louvre en portant le titre de surintendant ou « superintentendant » de ces bâtiments en 1595-1600. Mais selon Hardouin de Péréfixe, il était « dépourvu de qualités d’ordre et d’économie » et très occupé par ses autres charges. Victime de la vindicte de Gabrielle d’Estrées dont il n’appréciait pas l’ambition, il tomba en disgrâce en 1598, mais agit encore officiellement en 1600, avant d’être définitivement supplanté par Sully. Au sein du même conseil des Finances, les autres surintendances des bâtiments sont partagées : Pierre Forget de Fresne est qualifié d’intendant général des Bâtiments de la Couronne ; Jacques Le Roy de La Grange supervise Fontainebleau : et Gondi continue à exercer, théoriquement, la surintendance de Saint-Germain jusqu’à sa mort. Forget et Le Roy, très proches de Gabrielle d’Estrées, sont probablement déstabilisés par la mort de la favorite en 1599 – quoique Sébastien Zamet successeur de Le Roy à Fontainebleau soit aussi lié avec celle qui meurt après être venue dans son hôtel du quartier Saint-Antoine.

6Schomberg, Le Roy, Sancy et Gondi sont donc remplacés par Maximilien de Béthune, futur duc de Sully (1560-1641), qui prend officieusement en main les Finances dans les années 1598-1600 et va peu à peu être qualifié du titre informel de surintendant des Finances, sans recevoir de brevet. Il ne dirige les bâtiments de Paris et de Saint-Germain que deux ans plus tard, nommé très officiellement par commission du 12 novembre 1602. Désormais à l’ensemble du Louvre et des Tuileries s’unissait Saint-Germain, à un moment où le roi donnait une nouvelle impulsion aux travaux. Selon sa lettre de commission, il devait « faire continuer et parachever le bastiment neuf encommencé en nostre chasteau du Louvre et conserver ce qui est ja basty en nostre pallais des Tuilleries et chasteau de Saint-Germain-en-Laye pour iceulx parachever quand l’occasion s’y présentera ». Sa responsabilité fut élargie en 1603 et en 1605 aux autres Bâtiments du roi « dans un rayon de trente lieues autour de Paris », ce qui excluait Fontainebleau, Villers-Cotterêts, Blois et beaucoup d’autres.

7À Saint-Germain-en-Laye, le roi avait gardé jusqu’à sa mort, en 1602, Albert de Gondi. Cet Italien, d’origine, fils de Marie de Pierrevive qui avait surveillé les travaux de Catherine de Médicis, était marié à Claude-Catherine de Clermont, la « belle fosseuse », femme de lettres, qui lui avait apporté le comté de Retz. Il avait reçu, dès 1570, la charge des « visitations et réparations » des châteaux de Madrid, Saint-Germain, La Muette, Villers-Cotterêts et de la rotonde des Valois ; il avait aussi été trésorier des « œuvres, édiffices et bastimens du roy pour l’année 1572 ». Mais, déjà en 1580, en son absence, il avait été substitué pour Saint-Germain par Baptiste Androuet du Cerceau. Malade, il fut remplacé de fait par Nicolas de Harlay, puis officiellement, à sa mort par Sully, en 1602.

  • 8 F. Boudon, J. Blécon, avec la collab. de C. Grodecki, Le château de Fontainebleau de François Ier à (...)
  • 9 Laborde, op. cit., I, 1877, p. XLIII.

8À Fontainebleau8, Tristan de Rostaing (1513-1591), grand maître des Eaux et Forêts, Premier Gentilhomme de la Chambre, avait succédé au Primatice, pour gérer un château. À sa mort en mars 1591, Henri IV le remplaça par Antoine de Roquelaure, maître de la garde-robe du roi, qui reçut la surintendance de Fontainebleau. Mais, dès avril 1594, Jacques Le Roy de la Grange, conseiller des Finances9, passe un marché en commun avec Roquelaure comme « ayant la charge des bâtiments de Fontainebleau » et effectivement, le 1er mars 1595, il est nommé par le roi à part égales avec Roquelaure. En 1599, Sébastien Zamet (vers 1549-1614) leur succéda. Banquier lucquois et familier de Catherine de Médicis, il devait devenir aussi en 1601 surintendant général de la Maison de la nouvelle reine florentine. Son fils et son petit-fils allaient continuer son action à Fontainebleau. Les grands travaux de sculpture sont réalisés sous son action.

9Une surintendance particulière pour les fontaines des Tuileries, de Saint-Germain et de Fontainebleau – c’est-à-dire l’alimentation en eau – a été confiée à Claude de Montconis, le 3 janvier 1599. Ce Lyonnais connu pour avoir fait assécher des marais ou proposé des machines pour faire remonter le fleuve à des bateaux, était un pur technicien. Sa responsabilité n’incluait pas les travaux d’art, mais seulement l’hydraulique.

10En outre on peut citer aussi Arnaud de Joanne, sieur de Saumery, surintendant des Bâtiments du comté de Blois (donc des châteaux de Blois et de Chambord), qui commence un grand projet de galerie à Blois, de 1598 à 1602, et des contrôleurs particuliers pour d’autres bâtiments royaux, par exemple le palais comtal d’Aix-en-Provence que nous citerons.

11Sous l’autorité du contrôleur général, les paiements, qu’ils soient acomptes ou parfaits paiements, sont réalisés par les trésoriers des Bâtiments du roi, en particulier Jean Jacquelin et Henri Estienne.

SCULPTEUR ORDINAIRE DU ROI

  • 10 J.-J. Guiffrey, « Liste des peintres, sculpteurs, architectes, graveurs et autres artistes de la ma (...)
  • 11 L’état du 24 février 1608 avait déjà été publié pour le Louvre in A. Berty, continué par H. Legrand (...)
  • 12 U. Robert, etc., annoté par A. de Montaiglon, « Quittances de peintres, sculpteurs et architectes » (...)
  • 13 Une quittance par acte notarié de Pierre Biard en 1604 était conservée dans la collection de Benjam (...)
  • 14 BnF, Manuscrits, pièces originales 1688, article Lerambert. R. Le Blant, « Les Lerambert, maçons, p (...)
  • 15 Pour l’époque d’Henri IV, p. XLIII-XLVIII. On y trouve la mention des nominations aux différentes s (...)
  • 16 Marchés de sculpture : Façade du Louvre, 1594, 12 octobre, MC XIX, 330. – Belle Cheminée de Fontain (...)
  • 17 AN, MC XIX, 345.
  • 18 AN MC XIX, 347.
  • 19 AN, MC XIX, 347.
  • 20 F. de Mallevoûe, Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1610, Paris, 1911. Premier acte (...)

12Pour connaître les noms et qualités des sculpteurs du roi, sous le règne d’Henri IV, les documents officiels sont rares. On possède les états de la cour des Aides10, c’est-à-dire de la Maison du roi, pour 1598, 1599 et 1611, et une liste des gages pour les bâtiments des « officiers que le roi veut entretenir », qui intéresse les seules années 1605 pour Saint-Germain (mais il n’y a pas de sculpteur) et 1607-1608 pour le Louvre et les Tuileries, Saint-Germain ainsi que pour Fontainebleau11. Les notices abrégées issues de ces listes ont été publiées par Guiffrey en 1872, ainsi que quelques quittances provenant de la cour des Comptes récoltées par Guifrrey, en 1872, par Ulysse Robert, en 187612, par Adrien Blanchet13 et encore une autre publiée par Robert le Blant14. Le volume des Comptes des Bâtiments du roi entre 1571 et 1599 a disparu et seule en subsiste la table, assez détaillée, publiée par le marquis de Laborde en 187715. Il faut ajouter les marchés passés par les Bâtiments du roi, conservés au Minutier central, dans l’étude de Trouvé et Rossignol, devenue Viard et Rossignol (étude XIX16) et les adjudications suivies de marché dans l’étude de Sully à l’Arsenal (étude III). Pour le Louvre et les Tuileries, ils sont d’abord passés par François d’O, puis après sa mort et la réforme des Finances par Harlay de Sancy, en 1595-1600, accompagné de Jean de Donon, contrôleur général des Bâtiments du roi, et, surtout, de Jean de Fourcy. Durant l’interrègne entre Harlay et Sully, Fourcy et Donon seuls passent marché de 1601, avec Jean Mansart pour les frontons de la Petite Galerie du Louvre17, à décembre 1602 pour une livraison de colonnes de marbre de Dinant18 et encore pour le second contrat avec le même Mansart pour la Petite Galerie19. À partir de février 1603, la plupart des marchés sont passés par Sully lui-même, qui se dénomme superintendant des Bâtiments du roi, toujours flanqué de l’inoxydable Jean de Fourcy20 qui continue cependant à commander de nombreux travaux secondaires en compagnie de Donon.

13À Fontainebleau, on trouve successivement Roquelaure, La Grange Le Roy, puis Zamet, lui aussi accompagné de Fourcy.

  • 21 C. Grandmaison, « Gages de peintres et sculpteurs employés par François Ier (1531-1532), NAAF, IV, (...)
  • 22 Pierre Biard (Aides ; 1598 et 1599, 10 livres ; 1611, 30 livres), Barthélemy Prieur (Aides : 1598 e (...)

14Dans le domaine de la sculpture, le titre et la fonction de sculpteur ordinaire du roi préexistaient aussi déjà. Germain Pilon avait cumulé les charges de sculpteur ordinaire, garde des marbres du roi et contrôleur des effigies. Sous François Ier et Henri II, de nombreux sculpteurs portaient le titre de sculpteur du roi, tels Pierre Bontemps, François Marchand, Jean Goujon, Gian Francesco Rustici et Ponce Jacquio. Mais, en 1531-1532, année dont on possède la liste des gages, seuls les Italiens apparaissaient : Giovan Francesco Rustici, Girolamo Della Robbia, Juste de Juste, Scibecq de Carpi21. Il est manifeste que le système des artistes brevetés et pourvus de gages soit de la maison du roi, soit des Bâtiments, s’est largement généralisé et étendu aux Français sous Henri IV : Pierre Biard, Guillaume Dupré, Mathieu Jacquet, Jean Mansart, Barthélemy Prieur, Barthélemy Tremblay et seulement deux Italiens, Francesco Bordoni et Pierre Franqueville22.

  • 23 Robert, op. cit., 1876, p. 28 : Tremblay pour 75 livres sur quart de sa pension, du 20 avril 1605. (...)

15Dans les marchés passés par le service officiel, les sculpteurs ne sont que rarement qualifiés avec le titre de sculpteur du roi, alors qu’ils peuvent l’être dans les quittances23. Les gages pour les Bâtiments du Louvre et des Tuileries ne sont pas une reconnaissance honorifique, mais une sorte de salaire pour le travail exigé des Bâtiments, qui serait acquitté au fur et à mesure. On comprendrait mieux pourquoi Prieur, bien que gagé pour 600 livres, ne figure que dans deux marchés, le premier au début de son activité officielle en 1594 et le second pour une restauration d’antique qui n’est pas normalement dans sa fonction, puisqu’il existe un « garde des antiques », Mathieu Jacquet. On est absolument sûr que la forte pension de 2 400 livres payées à Francqueville n’est pas un pont d’or, mais l’exclusivité de sa production, ce qui est bien décrit dans les listes de gages du règne de Louis XIII. Les marchés avec Jean Mansart précèdent son brevet de janvier 1606, à l’exception d’un marché de juin, qui est antérieur au premier paiement de la moitié de ses gages en octobre 1607. Ceux de Tremblay précèdent aussi son premier paiement de gages en 1605. Ceux de Bordoni précèdent son brevet de 1606 qui lui donne des gages – mais il est vrai que ce sont des marchés pour Saint-Germain et Fontainebleau. Reste le problème de Biard, pensionné de la Maison, sans doute actif au Louvre, puisqu’il donne quittance, mais qui n’y est pas gagé par la suite, et dont on connaît qu’un seul marché pour Fontainebleau.

16En revanche, on remarque que les titres qui figurent dans les actes notariés passés en ville ou dans les actes d’état-civil sont peu fiables. Certains notaires notent des titres qui reposent sur la déclaration des intéressés – parfois prompts à signaler qu’ils travaillent pour le roi. En revanche, de véritables fonctions n’apparaissent souvent pas à cause de la paresse des plumitifs qui compactent les titulatures et s’intéressent peu à la qualité de leurs clients.

  • 24 Grodecki, op. cit., 1986, II, no 674, 680, p. 128, 135.

17On remarquera que la protection du roi en faveur des sculpteurs se manifeste essentiellement par des gages annuels, indépendamment des fameux logements de la Grande Galerie donnés à quelques élus. Selon les lettres patentes du 22 décembre 1608, qui établissent les artistes de cour au Louvre, seuls sont logés Pierre Francqueville, le sculpteur et fontainier Jean Séjourné et le sculpteur et médailleur Guillaume Dupré, auxquels il faudrait ajouter Francesco Bordoni logé par le roi non loin, aux Tuileries. À quelques décennies de distance il succède à Barthélemy Prieur qui avait été logé par Catherine de Médicis aux Tuileries, près de la porte Saint-Honoré, en 1572-157324, mais qui avait déménagé ensuite à l’époque des guerres civiles.

18À cette époque, d’autres portent officiellement le titre de sculpteur ordinaire du roi, sans bénéficier d’un atelier dans un château royal : tout d’abord Barthélemy Prieur, élu dès l’époque de la conquête ; mais aussi Pierre Ier Biard, Mathieu Jacquet, Barthélemy Tremblay et Jean Mansart. Si le logement, qui dépend de l’hôtel royal, fait échapper l’artiste à la police urbaine, aux lois des métiers et donc de la maîtrise, il est probable que le brevet assure la même protection, car, comme nous le verrons, seul Jacquet appartient à la maîtrise.

UNE CONCURRENCE POLITIQUE

19L’établissement du pouvoir d’Henri IV se concrétisa dans le domaine artistique par la nomination d’artistes royaux. Pendant qu’il reconquiert son royaume, il continue la nomination et l’octroi de brevets, alors que la Ligue parisienne, à son paroxysme, faisait de même. Mais quand il affirme sa légitimité, il trouve un moyen légitime de confirmer son choix et réussit à s’attacher des personnalités de premier plan indépendamment de leurs choix politiques précédents. Il cherche aussi à s’attacher des artistes nouveaux.

  • 25 Guiffrey et Lance, op. cit., 1874-1875, p. 170-178.

20La première concurrence entre la Ligue et le roi ne va concerner que de façon indirecte la sculpture, car il s’agissait du remplacement de l’architecte Baptiste Androuet Ducerceau, décédé en 1590 (et de surcroît protestant). La Ligue choisit un sculpteur et architecte, Pierre Ier Biard (vers 1559-17 septembre 1609). Bien que son épitaphe, souvent citée, mette en exergue la multiplicité de ses talents, nous ne connaissons pas vraiment la qualité des travaux architecturaux de Biard. Le rebelle Charles de Lorraine, duc de Mayenne, considéré comme « lieutenant général de l’État et Couronne de France » par les ligueurs depuis qu’il avait prêté serment le 13 mars 1589, avait voulu le nommer « architecte et superintendant ordonnateur de la despense des Bastimens du Roy ». Sa première lettre de nomination avait été rejetée par la cour des Comptes le 27 mars 1590 (au moment de la défaite de Mayenne à Ivry). Mayenne avait réitéré sa lettre patente le 26 août, pendant le siège de Paris par Henri IV (7 mai-30 août), puis le 18 septembre 1590, au camp de Champigny. Mais la cour des Comptes ne s’inclina que bien plus tard, le 27 octobre 1592. Biard prêta serment et la chambre enregistra l’arrêt, qui lui permettait de jouir de 500 écus (1 500 livres) de gages, le 7 octobre. Cette nomination de Pierre Biard « pour exercer par commission l’estat et office d’architecteur et superintendant ordonnateur de la despense des Bastimens du Roy25 » était justifiée autant par ses qualités que par la rareté des architectes appartenant à la Ligue : « considérant le peu de personnes qui se trouvent à présent capables pour exercer ledict estat et office à cause de la misère du temps, et estant deuement certain de la suffisance, cappacité et grande expérience que ledictBiart a en l’art de peinture, sculpture et architecture ». Mais il est certain que le serment, qui ne pouvait avoir lieu qu’après vérification de ses « bonne vie, mœurs et conversation catholique, apostolique et romaine », s’inscrivait dans la volonté politique de la Ligue de bien ancrer l’art de l’État dans l’orthodoxie catholique, loin de l’hérésie protestante qui animait le clan royal et que cultivait Jacques II Androuet Ducerceau, le frère de Baptiste. Mais il ne semble pas que Biard se soit prévalu de la fonction administrative et financière que lui confiait Mayenne.

  • 26 BnF, Fichier Laborde 12050. Fiançailles avec Éléonore Fournier le 12 mai 1591 et mariage à Saint-Pa (...)
  • 27 H. Stein, « Une dynastie d’artistes les Biart », Mémoires de la Société nationale des Antiquaires d (...)

21Certes Biard réside dans le Paris ligueur. Il s’y fiance le 12 mai 1591 en portant son titre ronflant de maître sculpteur et architecte du roi26. C’est sans doute dans ce cadre que se situe la commande de la première œuvre du sculpteur, avril-août 1591, le modèle en terre et en cire d’une nef de deux pieds trois pouces de long, qui devait être ensuite exécutée en argent par un orfèvre et envoyée à Lorette comme ex-voto de la levée du siège de Paris, offert par le corps de ville27. Il est déjà paré du titre de « sculpteur et architecte du Roy », qui doit être considéré par ses commanditaires comme une fiction, puisque le cardinal de Bourbon était mort le 9 mai 1590. Évidemment Henri IV ne pouvait entériner une telle nomination faite par le camp ennemi sans aucune légitimité.

  • 28 G. Fagniez, J.-J. Guifrey, « Concours ouvert entre Barthélemy Prieur et Germain Pilon fils (6 juin- (...)
  • 29 C. Grodecki, Documents du minutier central des notaires de paris. Histoire de l’art au XVIe siècle (...)

22Parallèlement, se joue la succession de Germain Pilon, mort à son domicile du palais de la Cité, le 3 février 159028. Le même duc de Mayenne lui avait donné un successeur en la personne de son fils, Germain II Pilon, le 8 février 1590, dans la plénitude de ses fonctions, mais, guerre et siège obligent, il n’en reçut le serment que plus de trois ans plus tard, le 19 octobre 1593. Auparavant, dès le 26 août 1593, le second fils du sculpteur décédé, Gervais Pilon, s’engageant pour un autel destiné à une église de Rouen, s’était prétendu « sculpteur et architecte ordinaire du roi et contrôleur général de la fabrique de ses monnaies29 ». Cependant que Raphaël Pilon, son frère aîné, s’était aussi qualifié de « maistre sculpteur et architecte du Roy » dans un acte du 8 mars 1590 ; mais il mourut peu après.

  • 30 R. Seelig-Teuwen, « Barthélemy Prieur portraitiste d’Henri IV et de Marie de Médicis », Les arts au (...)

23Pendant ce temps, dans le camp adverse, Henri IV avait donné un autre successeur à Germain Pilon, en « l’estat et office de sculpteur ordinaire du roi » et donné ses lettres de provision, le 18 décembre 1591, en faveur de Barthélemy Prieur qui avait prêté serment devant le comte de Soissons le 6 janvier 1592. Il est probable, comme l’a montré Regina Seelig30, qu’Henri IV avait rencontré le sculpteur protestant, réfugié à Sedan, à l’occasion de son séjour dans le fief réformé en septembre, puis du 11 au 21 octobre 1591 pour assister au mariage de l’héritière du duché de Bouillon, Charlotte de La Marck, avec Henri de La Tour d’Auvergne. La partie n’est pas mince, car il s’agissait alors non seulement du brevet de sculpteur ordinaire que de la garde des sculptures du roi, alors conservées dans les étuves du palais de la Cité, résidence de Germain Pilon et donc de son fils. Bien entendu, comme le roi n’avait pas encore conquis Paris et que Prieur ne pouvait pas encore s’y rendre, la décision devait rester lettre morte.

24Après l’entrée à Paris, dans un but à la fois d’affirmer l’illégitimité des nominations de Mayenne et aussi de temporiser et de montrer sa volonté de s’établir au-dessus des partis, Henri IV remit en cause les nominations précédentes. Le roi, en son conseil dans la séance du 6 juin 1594, décida de bailler la charge de sculpteur au plus expérimenté et ordonna à François d’O de nommer des experts pour juger des ouvrages des deux compétiteurs, Prieur et Pilon fils. On se rendit compte qu’il était aussi temps de juger de la nomination de Biard comme architecte par Mayenne, et on l’intégra dans cette sorte de « concours ». C’était en fait plutôt un jugement sur travaux qu’une épreuve – les trois compétiteurs ne présentaient, semble-t-il, aucune réalisation d’après un sujet donné. Le 17 septembre 1594, le Conseil d’état décida que Prieur l’emportait en qualité sur Pilon fils et lui confirma son état de sculpteur ordinaire, ayant la jouissance des étuves du palais de la Cité, mais comme Biard avait démontré son expérience, il fut nommé à l’égal de Prieur, aux mêmes gages, mais sans la jouissance de la maison des étuves que, de toute façon, aucun des deux ne put vraiment occuper.

Pierre Ier Biard

  • 31 BnF, Fichier Laborde, NAF 12050, parrain, 2 mai 1607 ; baptême de Sébastien son fils, 25 février 16 (...)
  • 32 Témoignage au mariage de son beau-frère, 20 juin 1600, AN, MC, étude I, 34, M.-A. Fleury, Documents (...)
  • 33 Ibid. 12 janvier 1601, Constitution de rente.
  • 34 A. Tapissier, « Une œuvre oubliée de Pierre Biard pour l’ancien Hôtel de ville de Paris », Bulletin (...)
  • 35 BnF, Fichier Laborde, NAF 12060. Aux baptêmes de ses enfants, Barbe, 25 novembre 1599, Marguerite, (...)

25Ainsi le très catholique Biard est-il classé second derrière le protestant Barthélemy Prieur. Est-ce la raison pour laquelle on voit Biard chercher fortune auprès du duc d’Épernon à Bordeaux pour son château de Cadillac en 1597 ? Bien que (maigrement) pensionné par la Maison du roi en 1598-1599, il est, en 1601, 1602, 1607, architecte ou intendant des Bâtiments du duc de Montmorency et s’active à Chantilly. Quoique gendre de Florent Fournier et beau-frère d’Isaïe Fournier, successivement entrepreneurs des maçonneries du Louvre et voisin de l’intendant de Fontainebleau, Zamet, rue de la Cerisaie, il est mal intégré au service des Bâtiments. Pourtant ses enfants sont parrainés par Jean Fontaine, le charpentier du roi, et en 1609, par Zamet, alors qu’Isaïe Fournier parrainera sa fille posthume. Il porte bien le titre de sculpteur du roi dans le marché de 1603 passé avec Zamet pour le château de Fontainebleau et de sculpteur ordinaire du roi, lors du convoi de sa femme à Saint-Paul ou à l’occasion de baptêmes ou de parrainage, et il est encore considéré ainsi lors du baptême de sa fille posthume31. Pierre Biard s’accrocha aussi à son premier titre : il témoigne au mariage de son beau-frère avec le titre d’architecte ordinaire du roi en 160032, puis se déclare comme architecte et sculpteur du roi en 160133 dans les documents de commande des sculptures pour le portail et le jubé de Saint-Étienne du Mont en 1606 et pour l’Hôtel de ville de Paris en 1606 et 160734, ainsi que dans des actes d’état civil35.

  • 36 Guiffrey, NAAF, 1872, p. 68.
  • 37 222 livres 10 sols pour 780 livres. NAAF, III, 1874-1875, p. 177-178 ; Blanchet, op. cit., 1898, p. (...)
  • 38 Marché du 9 avril 1603, AN, MC XIX, 348. P. Vanaise, in B. Lossky, « La fontaine de Diane à Fontain (...)

26Bien que des gages aient été promis dans la nomination de 1594, il en reçoit de très minces de la cour des Aides, dix livres par an pour 1598-1599, trente livres en 161136 et rien des Bâtiments en 1607-1608. Pourtant il travaille pour le roi. Un acompte du 9 novembre 1602 et la quittance du parfait paiement du 16 juin 1604 pour des travaux en pierre de Saint-Leu au portique de la Petite Galerie du côté occidental signalent son activité au Louvre37. C’est ici probablement qu’il réalise les figures de captifs couchés sur la face occidentale de la Petite Galerie, qui firent encore l’admiration d’Henri Sauval vers 1654, peu avant leur destruction par les travaux de Louis XIV. Parallèlement, il participe aux travaux de la fontaine de Diane à Fontainebleau, recevant, en 1603, le marché pour les beaux bronzes du piédestal, quatre têtes de cerf et quatre chiens limiers38.

Barthélemy Prieur

  • 39 AN, MC XIX, 330. L. Batiffol, « Les travaux au Louvre sous Henri IV d’après de nouveaux documents » (...)

27Barthélemy Prieur (Berzieux, vers 1536-Paris, 6 octobre 1611), « maître sculpteur du roi », est presque immédiatement (12 octobre 1594) après sa seconde nomination engagé sur le chantier du Louvre. François d’O passe marché avec lui pour l’achèvement du décor sculpté du Louvre à l’aile sud de la cour intérieure, sur sa face nord : il doit tailler reliefs (basses tailles), trophées, frises, festons et les mufles de lions « à la façade entre les deux saillies du costé de midi sans en ce comprendre la saillye ja encommencée », c’est-à-dire sans l’avant-corps en projet39. Il s’inscrit dans la continuité du décor de Jean Goujon, employant le même vocabulaire décoratif, sans possibilité d’innovation. C’est ici qu’apparaît le monogramme HDB, Henri de Bourbon, à la place des K de Charles IX des travées précédentes.

  • 40 Babelon, op. cit., 1978, p. 93.

28Sauval décrit aussi à la partie centrale de la façade de la Petite Galerie vers l’est« quelque sculpture de Barthelemi » (qui peut être Prieur, mais aussi Tremblay !) : « à la porte deux Renommées couchées sur les reins de son arcade et deux anges qu’il a élevés au-dessus près de la dernière corniche40 ».

  • 41 AN, MC XIX, 346. 1 200 écus. S. Favier, « À propos de la restauration par Barthélemy Prieur de la “ (...)

29En 1602, il restaure la Diane antique des collections royales, la moule et en tire une copie en bronze41, datée de 1605 et posée sur la fontaine de Diane à Fontainebleau, à laquelle appartiennent les chiens et les têtes de cerf fondus par Biard par un marché passé en 1603. Il reçoit aussi la commande de deux statues de marbre Vénus et Apollon, qui sont citées dans la salle des antiques par Henri Sauval, mais que n’atteste aucun marché conservé.

30Ce n’est pas avec le les Bâtiments du roi, mais avec les Jésuites et Fouquet de la Varenne, le protecteur des Jésuites de La Flèche, que, le 28 avril en 1609, il passe le marché de la sculpture de deux Vertus, la Piété et la Justice pour le monument du cœur du roi aux Jésuites de La Flèche. Ce qui montre d’ailleurs qu’à cette époque les querelles religieuses s’étaient bien apaisées.

  • 42 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205. Guiffrey, NAAF, 1872, p. 45-46.
  • 43 Ciprut, op. cit., 1967, no 51, p. 151.
  • 44 AN, Y 140, fo 164. 29 mai 1601.
  • 45 J.-J. Guiffrey, « Contrat d’apprentissage de Paul Prieur fils de Barthélemy Prieur, sculpteur du Ro (...)

31Pensionné par la Maison en 1598-1599, il reçoit par les Bâtiments des gages de 600 livres selon l’état des gages de 1607-160842, mais assez curieusement associé à Guillaume Dupré et à Barthélemy Tremblay qui reçoivent chacun 300 livres. Il porte le titre de sculpteur ordinaire du roi en 1606, 31 août43 ou plus simplement sculpteur du roi en 1601, lorsqu’il est témoin du mariage protestant d’Étienne Dupérac44, ainsi qu’en 1608 lors du contrat d’apprentissage de son fils45.

  • 46 Jal, op. cit., p. 1001.
  • 47 Contrat de mariage de son fils Théodore en 1618, etc., Fleury, op. cit., 1967, p. 598-599.

32Prieur porte pourtant aussi de façon épisodique et posthume le titre de Premier sculpteur du roi, ce qui correspond bien au jugement du concours de 1594. C’est ainsi qu’il est dénommé dans les registre des protestants lors de son enterrement, le 10 octobre 161146, et dans les documents notariés postérieurs à sa mort demandés par sa famille47. Il semble donc que le titre soit alors purement honorifique et relevé seulement dans des circonstances exceptionnelles.

  • 48 Musée du Louvre, Département des sculptures.
  • 49 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205 ; Guiffrey, NAAF, 1872, p. 45-46.
  • 50 Fleury, 1967, p. 598-600.

33Prieur s’était attaché à donner la survivance de sa charge à son gendre, Guillaume Dupré (Sissone, Aisne, vers 1574-Paris, 1642), apprécié comme médailleur, mais qui devait faire ses armes comme sculpteur. Déjà Dupré avait, en 1606, obtenu la charge de contrôleur général de la fabrique des Monnaies (ex-aequo avec Pilon). Pour exercer la survivance de la fonction de sculpteur ordinaire, il fallait aussi qu’il sculptât le marbre. Ce fut le cas du buste de Dominique de Vic d’Ermenonville destiné à la tombe de ce capitaine d’Henri IV48. En 1607-1608, il reçoit ses gages de 300 livres, dans une collaboration avec Prieur et Tremblay49. Le 28 avril 1609, alors que Prieur s’engage à sculpter les Vertus du monument du cœur du roi pour les Jésuites de La Flèche, Dupré reçoit le marché pour les statues en pied du roi et de la reine en marbre. En juin 1611, Prieur demande que son gendre soit employé sur l’état des Bâtiments du roi. À la mort de Prieur, Dupré va donc considérer qu’il lui succède comme Premier sculpteur. Dans les mêmes actes où son beau-père défunt est qualifié de Premier sculpteur, il est qualifié du même titre50.

Les fils Pilon

34La famille Pilon n’était pourtant pas battue. Germaine Durand, la veuve, resta ancrée dans son logis du Palais de la Cité aux étuves. Les quatre fils, Raphaël, Germain II, Jean et Gervais, tous sculpteurs ou médailleurs s’affirmèrent. On a vu Germain II, nommé par Mayenne en février 1590, aussi contrôleur des effigies. Alors que le 8 mars suivant la mort de leur père, son frère Raphaël, se dit aussi « maistre sculpteur et architecte du roi ». Mais, finalement, c’est Gervais qui succède vraiment à son père tant comme contrôleur général des effigies et monnaies de France, avec le titre de sculpteur du roi. Mais il mourut le 18 octobre 1595, sans doute avant d’être évincé vraiment. Un concours l’avait opposé à Philippe Danfrie. Un autre concours opposa son frère Jean à Guillaume Dupré, gendre de Barthélemy Prieur, et protestant comme celui-ci. Mais le conseil d’État les classa tous les deux ex-æquo, le 31 janvier 1606, et leur confia la charge conjointement.

Mathieu jacquet dit Grenoble

  • 51 E.-J. Ciprut, Mathieu Jacquet, sculpteur d’Henri IV, Paris, 1967, no 7, p. 132.
  • 52 Ibid., no 8, p. 132.

35Un autre prétendant était en embuscade, le meilleur élève de Germain Pilon, son véritable héritier spirituel, Mathieu Jacquet (vers 1546-Paris, vers 1611). Le 17 février 1590, peu de jours après la mort de Germain Pilon, la chambre des Comptes demande au bailli de Saint-Denis d’informer le prieur de l’abbaye que le roi a confié, par lettres patentes, à Jacquet « la garde des sepultures, ornemens et enrichissemens tant de marbre que de bronze, des effigies des feus roys », c’est-à-dire les chantiers de la rotonde des Valois51. Quel roi ? Celui de la Ligue évidemment (Charles de Bourbon mourra le 9 mai suivant). Jacquet semble bien habiter Paris pendant la Ligue. Il y est attesté en 1588, en 1592 et le 19 janvier 1594, il passe un marché pour l’exécution de statues pour l’église Saint-Germain l’Auxerrois, commandées par la femme du concierge du Jeu de paume du Louvre52, avant l’entrée d’Henri IV.

  • 53 Ibid., no 12, p. 135. Même titre le 29 mai 1596, Ibid., no 13, p. 135 ; le 10 avril 1598 (Ibid., no(...)
  • 54 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205. Guiffrey, NAAF, 1872, p. 31, Louvre et Tuileries. Gages (...)

36Mais manifestement Henri IV va lui donner sa confiance. Il porte le titre de « Sculpteur ordinaire du roi et garde de ses antiques » pour la première fois dans un acte du 21 décembre 1595, un marché de sous-traitance pour la sculpture de figures en pierre de Vernon avec un tailleur de pierre de Vernon53. Ce titre de Sculpteur ordinaire et garde des antiques ou des antiquités du roi est le plus courant. Il était assorti de gages de 200 livres cités dans la liste de 1607-160854 et d’une petite pension de la Maison, de 10 et 30 livres dans l’état de la cour des Aides en 1598 et 1599.

  • 55 Le 19 mars 1610. Ciprut, op. cit., 1967, append. II, no 68, p. 158-159.
  • 56 Le 18 novembre 1613. Ciprut, op. cit., 1967, append. II, no 68, p. 159.
  • 57 R. Le Blant, « Autour de Mathieu Jacquet dit Grenoble (fin XIe-début XVIIe siècle), Actes du 97e co (...)
  • 58 Contrat du 12 novembre 1621, G. Bresc-Bautier, « Problèmes du bronze français : Fondeurs et sculpte (...)
  • 59 Contrat du 15 septembre 1620, Ibid., no XII, p. 34.

37En 1610, Jacquet se fait vieux et semble d’ailleurs perdre peu à peu ses facultés ; le roi lui aurait accordé verbalement la survivance de sa charge de garde des antiques à l’un de ses fils. Mathieu l’avait promis d’abord à Pierre, le plus jeune de ses fils, en raison de l’absence de Germain (Paris, 1574-Paris, 1632), alors éloigné de Paris Aussi au retour de celui-ci, Mathieu se rend-il chez le notaire avec ses fils pour organiser sa survivance55. Pierre se vit contraint de restituer la promesse de succession à son aîné, tout en gardant manifestement de bonnes relations de travail avec lui. Le désistement, du 19 mars 1610, fut effectif par brevet du 10 octobre 1610, et assorti du paiement de la somme de 300 livres à Pierre, trois ans plus tard56. Germain put, dès 1611, se prévaloir du titre de sculpteur ordinaire du roi et garde de ses antiquités. Il apparaît avec ses doubles titres jusqu’à 163257, y ajoutant même celui de valet de chambre du roi en 162158 et 1622. Mais, dans des contrats passés par les deux frères en société, ils se présentent tous les deux comme sculpteurs ordinaires du roi59. Le fils de Germain, Alexandre lui succédera dans sa charge de sculpteur ordinaire.

  • 60 E.-J. Ciprut, Mathieu Jacquet, sculpteur d’Henri IV, Paris, 1967, p. 122. Même titre le 6 novembre (...)
  • 61 Ibid., no 14, p. 135-137.
  • 62 Ibid., no 35, p. 146.
  • 63 Ibid., no 22, p. 139-140.
  • 64 Ibid., no 23, p. 141-142.

38La spécificité administrative de Jacquet consiste en sa double appartenance, à la Maison du roi et à la maîtrise des sculpteurs et peintres de Paris, à laquelle il appartient. Il est le seul des principaux sculpteurs du roi à participer activement à la vie de la communauté (ni Prieur, ni Dupré, ni Franqueville et Bordoni, ni Mansart n’en sont membres). Il y est accompagné des seconds couteaux de l’équipe qui travaille pour le roi : Thomas Boudin, les Lerambert, Guillaume Poiret. Systématiquement, à partir du 15 juillet 1602, lors de la signature du contrat de mariage de sa fille avec le peintre Antoine Bornat, il est dit « sculpteur ordinaire du Roy et maistre sculpteur à Paris60 ». Il va varier les formules : le 10 juin 1596, il est dit « maistre sculpteur et architecque du Roy » pour le tombeau de l’évêque d’Orléans, Jean de l’Aubespine61. Le 13 septembre 1602, « maistre sculpteur et peintre ordinaire du Roy62 ». Dans le devis d’achèvement de la Belle Cheminée de Fontainebleau, le 28 mars 1600, il est« maistre sculpteur et garde des anticques et marbres appartenant à sa Majesté63 ». Peu après le marché avec le fondeur Jean de Vienne, qui doit fondre les vases de la Belle Cheminée et des sculptures de fontaine pour le duc de Mayenne, le qualifie de « maistre sculpteur et bourgeois de Paris et sculpteur ordinaire du Roy64 ».

  • 65 Ibid., no 20, p. 138 ; no 51, p. 151.
  • 66 Ibid., no 65, p. 157.

39Il s’associe donc avec d’autres sculpteurs de la maîtrise en société, d’abord avec Nicolas Guillain pour le provincial des Bernardins entre 1599 et 160665, puis avec Guillaume Poiret et Thomas Boudin pour les travaux de Saint-Denis en 160966.

Jean Mansart

  • 67 Fleury, op. cit., p. 467, et aussi en 1603, « sculpteur et peintre pour le roi », et, p. 460, en 16 (...)
  • 68 Pour 70 écus. Robert, NAAF, IV, 1876, no XXXIII, p. 28 ; Babelon, op. cit., p. 91. Il s’agit soit d (...)
  • 69 Pour 150 écus. AN, MC XIX, 345. L. Collard et E.-J. Ciprut, Nouveaux documents sur le Louvre, Paris (...)
  • 70 Pour 1200 livres. AN, MC XIX, 347. Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no IV, p. 52. Babelon, op. ci (...)
  • 71 Pour 800 livres. AN, MC XIX, 355. Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no V, p. 53. Babelon, op. cit. (...)
  • 72 Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no XV, p. 62.

40Jean Mansart (actif depuis 1587-Paris, 1616) est qualifié de sculpteur du roi dès juillet 160167. Ce titre correspond peut-être à la commande royale, pour laquelle il reçut quittance le 8 janvier 1600, pour une figure en bois de Thétis « aïant les bras ouvers soutenue sur deux grands daufains, attenans à chacune main ung triton, ensemble ung caducée acompagné de deux cornes d’abondance68 ». Pourtant les marchés passés pour le roi ne le qualifient encore que de « maître en art de sculpture et peinture ». Ainsi, le 13 décembre 1601, il reçoit le marché de trois grands frontons de la Petite Galerie vers l’ouest69. Celui du centre devait être sculpté de la figure d’une « femme représentant sa majesté impériale », celui du nord, vers les Offices, d’une figure de l’Abondance et celui du sud, vers la Seine, d’une figure de la Paix. Le 15 décembre 1602, c’est le marché du grand fronton au-dessus de la porte occidentale de la Petite Galerie : au tympan les armoiries royales tenues par un ange de chaque côté, au-dessous de la corniche, dans les arrière-corps les figures de la Victoire et de la Renommée, de 2,5 m encadrant une scène où figurait le roi et ses armées de 3 m de large70. Après le décor extérieur, il passe au décor intérieur. Le 5 avril 1606, il reçoit le marché pour la taille et sculpture en plâtre de huit trophées de demi-bosse en forme de candélabres pour décorer les quatre trumeaux de menuiserie entourant les fenêtres centrales de la Petite Galerie, de 6 pieds de haut sur 18 pouces de large, portant chacun deux enfants grandeur nature tenant un étau chargé de trophées, cuirasse, casque et autres armes à l’antique, selon le dessin de Louis Métézeau71. Il passe ensuite un marché le 13 juin 1606 pour la sculpture décorative du dôme de la chapelle que Marie de Médicis faisait aménager par Métézeau dans une tour du Louvre médiéval, à l’extrémité de l’aile des reines au sud72.

  • 73 BnF, fichier Laborde, 12149. NAAF, III, 1874-1875, no XI, p. 162, 14 janvier 1605.
  • 74 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205. Guiffrey, NAAF, 1872, p. 38.
  • 75 Robert, NAAF, IV, 1876, no XXXVII, p. 28.

41C’est donc tout à fait normalement qu’il est qualifié, dès 1605, de sculpteur des Bâtiments du roi73 dans les actes d’état civil. Mais il ne reçut son brevet que le 11 janvier 1606, avec des gages annuels de 500 livres74. Qualifié de sculpteur ordinaire du roi, il reçoit le 28 octobre 1607, 250 livres pour la moitié de ses gages75.

Barthélemy Tremblay

  • 76 Pour 251 écus. AN, MC XIX, 344. Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no II. Babelon, op. cit., p. 90.
  • 77 Robert, NAAF, IV, 1876, no XXXVI, p. 28.
  • 78 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205. Guiffrey, NAAF, 1872, p. 45-46.
  • 79 BnF, fichier Laborde, parrainages où son titre est cité, 14 janvier 1607, 12 février 1609, 6 janvie (...)

42Barthélemy Tremblay (Louvres-en-Parisis, vers 1568-Paris, 1639) n’est encore qualifié que de maître sculpteur, dans le marché du 9 mai 1601 pour deux grands écussons de plâtre aux armes de France et de Navarre entourés de deux « populots » (enfants), de deux figures de femmes couchées tenant des sceptres et de deux autres enfants tenant des palmes76. Destinés aux extrémités de la Petite Galerie du Louvre, ces ornements seront dorés et peints par son beau-frère, Toussaint Dubreuil, qui est d’un statut officiel bien plus élevé, peintre et valet de chambre ordinaire du roi (et aussi d’une qualité artistique incommensurablement supérieure !). Tremblay est gagé au moins depuis le début de 1605, puisque le 20 avril 1605, il reçoit 75 livres pour le quart de ses gages (donc 300 livres77). En 1607-1608, il est encore payé 300 livres, mais comme s’il collaborait avec Prieur78. Bien entendu il portera son titre de sculpteur du roi79.

Jean Séjourné

  • 80 E. Lurin, Le Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye, 2010, p. 89-90.
  • 81 Fleury, op. cit., 1967, p. 643.
  • 82 G. Bresc-Bautier, « Jean Séjourné, sculpteur-fontainier d’Henri IV, mort au Louvre en 1614 », Bulle (...)

43Il convient aussi d’ajouter Jean Séjourné ( ?-1614), qui travaille à la grotte sèche du pavillon Henri IV de Saint-Germain-en-Laye en 160180. Il appartient sans doute au milieu des artistes protestants installés à Paris après la fin des guerres. Il y habite en 1604 et le roi le loge au Louvre en 1608. Tout à fait normalement qualifié de sculpteur et fontainier du roi en 161281, il meurt aux galeries du Louvre en 161482.

Le choix de Pierre Francqueville

44À ce noyau de sculpteurs parisiens, actifs sur les chantiers royaux dès le début des années 1600, vont s’ajouter deux Italiens, l’un bien connu, le cambrésien Pierre Francqueville (Cambrai, 1548-Paris, 1615) qui sous le nom de Pietro Francavilla connaissait le succès à Florence, l’autre méconnu, Francesco Bordoni.

  • 83 G. Gaye, Cartegio inedito d’Artisti dei secoli XIV, XV, XVI, Florence, 1840, t. III, p. 523-524. R. (...)
  • 84 Francqueville, op. cit., 1968, nos 33, 34 et 37, p. 150-151.
  • 85 E. Müntz, NAAF, 1877, p. 146 ; Francqueville, op. cit., 1968, no 18, p. 172-175.
  • 86 E. Müntz et B. Fillon, NAAF, IV, 1876, p. 225 ; Francqueville, op. cit., 1968, no 20, p. 175-176.

45La tradition prétend que c’est en voyant l’Orphée de Francqueville envoyé pour orner le jardin de Gondi qu’Henri IV voulut, en 1598, faire venir le sculpteur pour travailler à sa cour. Mais la décision traîna en longueur. Le premier document qui fait vraiment mention du départ annoncé de Francqueville est une lettre du 26 février 1600 de Jean Bologne au grand duc Ferdinand, qui voudrait qu’il retienne le sculpteur qui « esendo ric[h]iesto per andare in Francia al servitia del Re » [sic] ; mais le grand duc lui répondit qu’il ne pouvait faire obstacle à ce départ83. On le voit pourtant encore consul de l’Académie en avril 1602, et recevoir la chandelle de la Chandeleur en février 1603 et 160484. Cette année-ci, il exécute une statue de Mercure. Le 21 novembre 1604, Francqueville est encore à Florence où il rédige son testament85. Le 29 mars 1606, il semble enfin installé à Paris et remercie le grand duc des lettres de recommandation qui lui ont permis de « restar qui in loro servitio con una honnorata provisione86 ».

  • 87 Ciprut, op. cit., 1967, no 51, p. 151.
  • 88 AAF III, 1853-1855, no XX, p. 166 ; Francqueville, op. cit., 1968, no 21, p. 176.

46Il porte effectivement le titre de « sculpteur ordinaire du roi », lors d’un arbitrage rendu entre Mathieu Jacquet et Nicolas Guillain, le 31 août 160687. Le 7 novembre 1606, parrain d’une fille d’un compagnon sculpteur, il est dit seulement « sculpteur du Roy88 ».

  • 89 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205 ; Guiffrey, NAAF, 1872, p. 27 ; Francqueville, op. cit., (...)
  • 90 Francqueville, op. cit., no 45, p. 155-157.

47Il reçoit de très gros gages, égaux à ceux de l’architecte Louis Métézeau : « À Pierre de Franqueville, sculpteur, pour ses gaiges et entretenemens durant lad. présente année, à raison de IIC L par moys, IIM IIIIC L », en 1607-1608 pour le Louvre et les Tuileries89. Selon les paiements postérieurs, acquittés à son gendre Bordoni qui hérite de ses gages, la forte somme s’explique par le fait que les œuvres qu’il réalise pour le roi ne lui sont pas payées en surplus. A priori, il n’est pas premier sculpteur dès son arrivée, comme on l’a dit. C’est seulement après la mort de Prieur en 1611, dans le Mercure françois rapportant l’inauguration du monument équestre du Pont-Neuf, en août 1614, puis dans un acte du 9 décembre 1614, qu’il est dit « Premier sculpteur ordinaire du roi90 », quelques mois avant sa mort, le 25 août 1615.

  • 91 La statue de Mercure, alors conservée au château de Fontainebleau, est une œuvre de Dominique Lefeb (...)

48Son activité pour le roi semble se résumer à deux grands marbres : David vainqueur de Goliath de la salle des antiques du Louvre (encore au Louvre) et le Temps enlevant la Vérité, un groupe extraordinaire signé et daté de 1609, qui fut donné à Pontchartrain et qui figure toujours dans les jardins du château. Je ne crois pas que la statue d’Henri IV de la salle des antiques, déposée à Pau sous la Restauration, soit de sa main, pas plus que d’autres statues attribuées qui figurent dans l’ouvrage de Robert de Francqueville91. En revanche il donna le modèle de la tête d’Henri IV, expédiée à Florence pour servir à la figure équestre que réalisait Pietro Tacca pour le Pont-Neuf, ainsi que les modèles des quatre captifs destinés au piédestal de cette statue que son gendre Bordoni allait fondre après sa mort.

Francesco Bordoni

  • 92 Giulia Cicali, Lo Scultore Francesco Bordoni (1574 ?-1654) : dalla Bottega del Giambologna alla Cor (...)
  • 93 J. Coural, « Notes documentaires sur Francesco Bordoni », Revue de l’Art 20, 1973, p. 88-90.

49Francesco Bordoni (1574-1654), arrivé en France avant le 12 janvier 1601 (quand il est parrain à Saint-Germain-en-Laye92), commence à travailler pour le roi en 1603 et 1605 pour les châteaux de Fontainebleau93 et de Saint-Germain-en-Laye où il réside d’abord avant d’être logé aux Tuileries. Sculpteur de fontaines sans doute aux grottes de Saint-Germain, il exécute les magnifiques fontaines du jardin de Fontainebleau où il multiplie les éléments de bronze. S’il n’en subsiste que la statue antique de Persée, restaurée assez naïvement, et les quatre aiguières de la fontaine du Tibre, les gravures de l’ouvrage du Père Dan illustrent assez son art inspiré des jardins florentins.

  • 94 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205 ; Guiffrey, NAAF, 1872, p. 13. « Pour ses gaiges de lad. (...)
  • 95 Guiffrey, NAAF, 1872, p. 13. Gages payés en 1618.
  • 96 Francqueville, op. cit., 1968, no 48, p. 158. Acte du 26 août 1616.

50Il attend quelques années avant d’être appointé sculpteur du roi par brevet de janvier 1606, aux gages de 500 livres en 1607-160894. Il est dit sculpteur ordinaire dans l’acte de naturalisation. Il succédera à Francqueville dans sa charge par brevet du 10 septembre 1615, avec 2400 livres de gages95. Mais il ne porte pas le titre de « Premier sculpteur » et simplement de sculpteur ordinaire96.

La garde des marbres du roi

  • 97 Le Blant, op. cit., 1973, p. 487.
  • 98 AAF III, 1853-1855, p. 228-229.
  • 99 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205.
  • 100 BnF, fichier Laborde, NAF 12141, 11 février 1600, 22 mars 1603. Auparavant, depuis 1581, il est dit (...)
  • 101 BnF, pièces originales, 1688, art. « Lerambert » ; Le Blant, 1973, p. 486.
  • 102 Payé pour un remboursement d’achat fait pour le ballet de la Reine dans la salle de bal du Louvre l (...)
  • 103 Fleury, op. cit., 1969, p. 417-418. Habite dans l’enclos du Louvre, 25 juin 1616. Y habite encore e (...)
  • 104 BnF, Fichier Laborde, NAF, baptême de sa fille Charlotte, parrainée par les filles de Jean de Donon (...)
  • 105 Fleury, op. cit., 1969, p. 417.

51Il est difficile de débrouiller un écheveau de titulatures contradictoire. Il est manifeste que la fonction de garde des antiques et de garde des marbres sont différentes. Nous avons vu que Mathieu Jacquet suivi de ses fils étaient chargés de la garde des antiques. À la même époque, les Lerambert sont d’abord gardes des marbres, c’est-à-dire des blocs conservés dans la marbrerie et donc sont considérés comme des marbriers et praticiens. Mais on a vu que Mathieu Jacquet avait reçu de Mayenne la garde des marbres de Saint-Denis, la plus grosse réserve de marbres blancs et de couleur. Louis Lerambert (1538-convoi du 13 août 161497) succède à Nicolas Boulanger (qui conserve ses gages jusqu’à sa mort) comme garde des marbres du Louvre par lettres du 17 avril 1597, avec des gages de 5 écus 33 sols 4 deniers et un logement au Louvre, sans doute à la marbrerie. Peu avant que Sully assume sa commission générale, il reçoit, le 31 juillet 1602, un brevet qui élargit ses fonctions et les précise pour Saint-Germain, les Tuileries, la Grande et la Petite Galerie et fait passer ses gages à 66 écus 40 sols par an98. Il reçoit 200 livres de gages en 1607-160899. C’est donc tout à fait officiellement qu’il est qualifié dès 1600 de marbrier du roi, puis de garde des marbres du roi dans des actes d’état civil100. Sa fonction est d’entretenir, nettoyer et polir les marbres. Ce n’est que pour un travail qui n’est pas compris dans ses fonctions, pour des ouvrages de marbres pour la Petite Galerie payés 20 écus101 ou pour le remboursement d’un achat pour un ballet, qu’il reçoit un paiement supplémentaire102. Les jeunes Lerambert succèdent naturellement à leur père comme gardes des antiques : Simon (1577 ?-1637) qui demeure dans l’enclos du Louvre et est dit garde des marbres du roi en 1622103 et Louis II (1620-1670), qui succède en 1615104, qui épouse Marie Gissey, fille de Germain Gissey, sculpteur ordinaire et petite-fille de Barthélemy Tremblay. Il y a aussi Nicolas Lerambert, qui dans son inventaire après décès, en 1616, est qualifié par le notaire de maître sculpteur et peintre, « travaillant ordi-nairement pour le roi », demeurant dans l’enclos du Louvre105.

  • 106 Ibid., p. 681.
  • 107 Ibid., p. 679.
  • 108 BnF, Fichier Laborde, NAF 12190, 22 novembre 1617.
  • 109 J. Guiffrey, Artistes parisiens des XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1915, no 306, p. 151-152.

52À ce moment, la situation devient confuse. Parallèlement aux Lerambert, le même Barthélemy Tremblay est qualifié de juin à septembre 1622 de garde des marbres du roi « en son château du Louvre106 ». La même année, les frères Thomas et Nicolas Thourin sont qualifiés de maîtres sculpteurs et gardes des marbres pour Sa Majesté au château du Louvre, dans un marché le 15 juillet 1622107. Thomas Thourin s’était déjà présenté comme sculpteur du roi dans un baptême en 1617108 et comme garde des marbres du roi au Louvre et sculpteur ordinaire, dans son contrat de mariage du 3 novembre 1623109. Mort en 1629, il a manifestement donné la survivance à son fils comme garde des antiques et marbres du roi.

53Parallèlement à l’activité de Lerambert, des marbriers d’origine italienne, les Ménart, Robert et Félix, se disent marbriers du roi en 1607, et passent effectivement des marchés pour le Louvre en 1608.

Les sculpteurs du roi autoproclamés

54D’autres sculpteurs travaillent pour les Bâtiments du roi. Dans les actes officiels, ils sont considérés comme de simples maîtres sculpteurs, mais ils sont parés du titre de sculpteur du roi dans les documents notariés ou ecclésiastiques dès qu’ils ont travaillé pour les Bâtiments.

  • 110 Fleury, op. cit., 1969, p. 8.

55Jean Antrot ou Entrot fait partie des sculpteurs bien connus par les documents, mais sans œuvres conservées, semble-t-il. Il était sculpteur de la reine, qualifié de peintre et sculpteur du roi dans le testament de sa veuve en 1610110.

  • 111 AN, MC XIX, 355 ; Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no XIV. R. Le Blant, « Sculpteurs du temps d’H (...)

56Thomas Boudin, ancien apprenti de Mathieu Jacquet, se dit maître-sculpteur du roi, dans un acte d’obsèques, signalant un travail pour les Bâtiments. Effectivement, le 21 janvier 1606, il reçoit le marché de sculpture d’une cheminée de bois pour la chambre de parade du roi au Louvre sur les dessins de Louis Métézeau, pour 150 livres111. Mais ses gages n’apparaissent qu’en 1618.

  • 112 BnF, fichier Laborde, NAF 12144, no 43597 et Jal, 1867.

57Hubert Lesueur se prétend sculpteur ordinaire du roi au baptême de son fils, le 17 mars 1610112, mais son brevet lui est seulement accordé le 3 janvier 1614.

Ceux qui sculptent pour les Bâtiments sans s’en faire gloire

  • 113 J. Boyer, « Deux séjours inédits du sculpteur Germain Gaultier à Aix-en-Provence en 1599 et 1600 »,(...)
  • 114 Pour 1500 livres. Mallevoüe, p. 140-141 ; Babelon, op. cit., 1978, p. 74-75.

58On ne connaît aucun titre honorifique pour Germain Gaultier (1571-1624), maître sculpteur, fils du sculpteur Michel Gaultier et neveu de Germain Pilon113. Actif à l’Hôtel de ville de Tours en 1594-1596, il travaille pourtant pour le roi dès janvier 1599, quand il s’engage à sculpter des trophées et un buste du roi à la façade du palais comtal d’Aix-en-Provence, c’est-à dire un palais royal, en vertu d’un marché passé par le contrôleur des Bâtiments du roi à Aix. Il est vrai qu’il allait laisser le chantier inachevé, probablement pour aller à Orléans, en octobre 1599, réaliser une autre effigie du roi en buste pour Saint-Salomon de Pithiviers. Il revient à Aix en septembre 1600 pour travailler au décor de l’entrée de la reine Marie de Médicis, à la suite de son débarquement à Marseille, avant de revenir dans le Nord. De retour à Paris, il reçoit le marché passé le 27 mai 1603 pour la « sculpture, ornemens et architecture » de la tribune du château des Tuileries sur le dessin de Dupérac114. Par la suite, il ira chercher fortune hors de la cour, à Angers, où il semble établi en 1605.

  • 115 Pour 66 écus 40 sols. AN, MC XIX, 343.
  • 116 Pour 2 200 livres. AN, MC III, 462 bis ; Mallevoüe, op. cit., p. 11 ; Babelon, op. cit., 1978, p. 1 (...)
  • 117 AN, MC III, 462 ter; Mallevoüe, op. cit., p. 115-117; Babelon, op. cit., 1978, p. 121.
  • 118 Actes d’état civil, BnF, fichier Laborde, NAF 14997 et 14998, de 1602 à 1614.
  • 119 Histoire générale de Paris. Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. 14, L. L (...)

59Tout aussi humble est Guillaume Poiret, maître sculpteur, qui travaille dès 1601 à orner de bronzes la cheminée du cabinet du roi aux Tuileries115. Il emporte, le 8 février 1604, l’adjudication du revêtement de marbre de la salle des antiques, « restablir les colonnes, bases, chappiteaux et autres frises […], faire les chiffres, devises, fleurons et autres ornemens de rapport des marbres de diverses couleurs116 », puis, le 28-29 mars 1608, pour des travaux de pierre de taille à la voûte, y compris les lunettes et dessus des croisées117. Membre de la maîtrise, il ne porte jamais le titre de sculpteur du roi118, sauf quand il apparaît dans le marché de la ville de Paris pour le décor de l’entrée de la reine en avril 1610 en compagnie des autres sculpteurs du roi, Mansart, Tremblay et Boudin119.

Les alliances et les sociétés

  • 120 Grodecki, op. cit., 1986, II, no 582, p. 79.
  • 121 Ibid., no 591, p. 83.
  • 122 Ibid., no 594, p. 84.

60On constate que les sculpteurs, comme d’ailleurs les peintres, mettent en œuvre des stratégies sociales : collaborations, sociétés, alliances familiales, parrainages. Bien entendu, comme il est habituel, les dynasties se développent et s’étiolent. Les Pilon semblent échouer malgré leur abondance. Le grand-père, André, était la tige originelle et son fils Germain avait connu une faveur et une activité sans comparaison. Mais les jeunes Raphaël, Germain II, Gervais et Jean n’ont pas la carrière attendue. À leurs côtés, les Gaultier ont un rôle mineur : le sculpteur Michel Gaultier a épousé Noémie Pilon, sœur de Germain120 et leur fils Germain, évidemment filleul de son oncle, a travaillé pour Henri IV sans porter le titre de sculpteur du roi. Mais on peut considérer Jacquet et ses fils comme les vrais continuateurs. Ils tirent, bien sûr, leur origine des maçons Jacquet, déjà actifs sous Henri II à Fontainebleau et au tombeau de Saint-Denis. Mais Mathieu se place sous l’autorité de Pilon, auprès duquel, en 1561, il avait été mis en apprentissage121 et manifestement son fils Germain est le filleul de son maître. Mathieu sera ensuite le maître d’apprentissage de Thomas Boudin. On peut ajouter qu’Hubert Lesueur épousera une nièce de Pilon. Et si l’on continue à observer la nébuleuse Pilon, on constate que l’architecte du roi, Louis Métézeau, confie son fils Clément, âgé de 16 ans et futur architecte, à Jacquet pour lui enseigner « l’art et science de sculpture », en 1598122.

61Pierre Biard est le fils de Noël Biard, déjà menuisier du roi, et le père de Pierre II Biard. On le voit en société avec Jean Mansart avec lequel il réalise le portail de Saint-Étienne-du-Mont, en 1606, aux frais de la municipalité parisienne.

62On a vu que Barthélemy Prieur, son gendre Dupré, Tremblay et – plus tard son gendre Gissey –, constituent une société informelle. Alors que Tremblay est le beau-frère de Toussaint Dubreuil.

63Les Lerambert constituent une dynastie, comme les Jacquet.

64Les hommes neufs sont donc rares. Le nouvel arrivé Francqueville est une exception remarquable, qui va apporter du sang neuf. Épaulé par son élève Bordoni qui va devenir son gendre – il faut bien se serrer les coudes ! –, il est manifestement élu par le souverain (et Marie de Médicis ?), il échappe ainsi à la reproduction sociale et à l’héritage des canons de la cour des Valois.

Des réalisations nombreuses

  • 123 V. Droguet, Le château de Fontainebleau sous Henri IV, 2010 (avec références antérieures).

65Le gros des commandes du roi à ses sculpteurs est destiné à ses châteaux et ce n’est pas ici le lieu pour en caractériser la production. D’abord le décor de Saint-Germain-en-Laye et de ses grottes, puis à Fontainebleau pour les fontaines et la Belle Cheminée de marbre123. Enfin, et surtout, le décor du Louvre et des Tuileries, des façades et des appartements et galeries. Ce sont sur ces chantiers architecturaux que s’affairent principalement les sculpteurs.

66Rares sont les statues isolées et ambitieuses. Seuls se distinguent les deux artistes majeurs que sont Pierre Francqueville (David vainqueur de Goliath, le Temps enlevant la Vérité) et Barthélemy Prieur (Apollon et Vénus). Ces grands marbres sont destinés à la collection royale, la belle salle des antiques du Louvre et, dans le cas du Temps enlevant la Vérité, le jardin des Tuileries. Aucune n’a fait l’objet d’un marché et seules les signatures ou des témoignages tardifs en attestent tant la paternité que la propriété royale.

  • 124 Dépôt du Louvre au musée national du château de Versailles en 1920, MR 1637, MV 5788. Hoog, op. cit (...)
  • 125 Bronzes français, de la Renaissance au Siècle des Lumières, musée du Louvre, 22 oct. 2008-19 janv. (...)
  • 126 Bronzes français, op. cit., 2008, no 33 (avec bibliographie).
  • 127 Bronzes français, op. cit., 2008, p. 183 (avec bibliographie).
  • 128 Voir R. Seelig in Bronzes français, op. cit., 2008, no 22.

67En revanche, il n’est pas étonnant de trouver les sculpteurs du roi parmi les artistes qui réalisèrent un portrait d’Henri IV. Francqueville envoya un portrait en cire destiné à l’exécution de la statue équestre du Pont-Neuf. Tremblay, Jacquet et Bordoni ont chacun à leur actif un portrait du roi et Mansart en possède plusieurs selon son inventaire après décès. Tremblay réalisa donc un buste de marbre d’Henri IV, qui était conservé dans les collections royales124, et au moins un exemplaire en bronze réalisé après le contrat passé le 21 juillet 1604 entre lui-même et Guillaume Mahieu, maître fondeur125. Mathieu Jacquet est l’auteur d’un portrait de laiton d’Henri IV, apparenté étroitement à la tête du roi de la statue équestre sculptée, peu avant 1600, par lui-même pour la « Belle cheminée » du château de Fontainebleau ; sa provenance, mentionnée lors de son acquisition par le Louvre suggère son appartenance aux collections des Orléans126. En revanche le buste de Bordoni, connu dans l’inventaire après décès de sa belle-fille, peut être posthume127. Prieur multiplia les effigies de petit format et il est certain que le petit cabinet du Louvre comportait une figurine équestre par « Barthélemy » du roi terrassant ses ennemis128.

68Pour les cérémonies postérieures à l’assassinat, l’effigie funéraire fut très logiquement confiée à deux sculpteurs ordinaires : Guillaume Dupré et Germain Jacquet. Malherbe écrivit en effet :

il se fit deux effigies par commandement, Duprez en fit l’une et Grenoble l’autre ; il s’en fit une troisième par Baudin d’Orléans qui la voulut faire de tête sans en être prié ; celle de Grenoble l’emporta pour ce qu’il eut des amis, il ressemblait fort à la vérité, mais elle étoit trop rouge et étoit faite en poupée du Palais. Celle de Duprez, au dire de tout le monde, étoit parfaite. Je fus pour la voir, elle étoit déjà rendue. Je vis celle de Baudin qui n’étoit pas mal.

69Le dénommé Duprez est certainement le médailleur Guillaume Dupré. Le présumé Baudin doit être Michel Ier Bourdin.

70On voit donc que les sculpteurs du roi, s’ils se firent portraitistes par une réelle connaissance de leur souverain, n’avaient pas l’exclusivité d’en fixer les traits. Michel Bourdin est un simple sculpteur orléanais, qui devient sculpteur du prince de Condé. Michel Gaultier est par deux fois convié à exécuter un buste officiel du roi à Aix et à Pithiviers.

Notes

1 B. Barbiche, « Henri IV et la surintendance des Bâtiments », Bulletin monumental, t. 142-1, 1984, p. 19-39.

2 D. Buisseret et B. Barbiche, « Sully et la surintendance des Finances », Bibliothèque de l’École des Chartes 123, 2, 1965, p. 538-543.

3 L. de Laborde, Les Comptes des Bâtiments du roi (1528-1571), t. I, Paris, 1877, p. XLIII.

4 Certains actes sont passés par Fourcy et Donon, d’autres en présence de Donon. Il est probable que c’est la seconde formule qui est la bonne, car Donon contrôlera la réalité des travaux, mais n’agit pas.

5 Fourcy ne passe pas les marchés avec les maçons de la Grande Galerie, le 24 mai 1594 (AN, MC XIX 329), avec les jardiniers le 29 juin et avec Barthélemy Prieur, le 12 octobre 1594 (AN, MC XIX, 330), passés par François d’O et Donon seuls.

6 Dénommé souvent « de La Grange Le Roy », Jacques Le Roy a ajouté le nom de son château de La Grange-Nivelon.

7 Laborde, op. cit., I, 1877, p. XLIII.

8 F. Boudon, J. Blécon, avec la collab. de C. Grodecki, Le château de Fontainebleau de François Ier à Henri IV. Les bâtiments et leur fonction, Paris, 1998, p. 253.

9 Laborde, op. cit., I, 1877, p. XLIII.

10 J.-J. Guiffrey, « Liste des peintres, sculpteurs, architectes, graveurs et autres artistes de la maison du roi de la reine ou des princes du sang, pendant les seizième, dix-septième et dix-huitième siècles », NAAF, 1872, p. 55-108.

11 L’état du 24 février 1608 avait déjà été publié pour le Louvre in A. Berty, continué par H. Legrand, Topographie historique du Vieux Paris. Région du Louvre et des Tuileries II, Paris, 1868, p. 204-207. J.-J. Guiffrey, « Liste des artistes et artisans employés à l’embellissement et à l’entretien des châteaux royaux du Louvre, des Tuileries, de Fontainebleau, de Saint-Germain, etc., de 1608 à 1656, avec la mention de leurs gages », NAAF, 1872, p. 1-54. L’état étant expédié par Fourcy le 24 février 1608, il est valable pour l’année février 1607-février 1608 ou plus probablement pour l’année 1607, le brevet du 11 janvier 1606 en faveur de Jean Mansart étant qualifié de « nouvellement accordé ».

12 U. Robert, etc., annoté par A. de Montaiglon, « Quittances de peintres, sculpteurs et architectes », NAAF, IV, 1876 pour l’époque Henri IV p. 27-28.

13 Une quittance par acte notarié de Pierre Biard en 1604 était conservée dans la collection de Benjamin Fillon, éd. J. Guiffrey et Ad. Lance, « Pierre Biart nommé architecte et superintendant du roi en remplacement de Baptiste Androuet Ducerceau (septembre 1590) », NAAF, III, 1874-1875, p. 177-178. A. Blanchet, Bulletin de la Société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 1898, p. 114-115.

14 BnF, Manuscrits, pièces originales 1688, article Lerambert. R. Le Blant, « Les Lerambert, maçons, peintres et sculpteurs aux XVIe et XVIIe siècles », 98e congrès des sociétés savantes, 1973, archéologie, p. 486.

15 Pour l’époque d’Henri IV, p. XLIII-XLVIII. On y trouve la mention des nominations aux différentes surintendances. Les mentions de sculpture intéressent : la Petite Galerie du Louvre, les Tuileries, Saint-Germain, Fontainebleau (1589-1595) – Fontainebleau (1593). – Petite Galerie, Hôtel de Bourbon, Tuileries (1593-1594). – Petite Galerie, Tuileries, Saint-Germain, Fontainebleau (1596). – Id. (1597).– Id. (1598). – Id. (1599). Il n’y a pas de mention de sculpture dans les autres lieux [Compiègne, Madrid, Monts, Vincennes, Villers-Cotterêts, Palais Royal, abbayes et ponts etc. À noter des Fondeurs : Saint-Germain (1593-1594, 1597, 1599), Fontainebleau (1597, 1599), Tuileries (1597)]. – Tailleurs de marbre : Saint-Germain (1596). – Marbrerie : Petite Galerie (1593-1594), Saint-Germain (1597), Louvre et Tuileries (1597), Fontainebleau (1599). – Achat de marbres : Grande Galerie (1599).

16 Marchés de sculpture : Façade du Louvre, 1594, 12 octobre, MC XIX, 330. – Belle Cheminée de Fontainebleau, 1600, 28 Mars, MC XIX, 341. – Cheminée du Cabinet du roi aux Tuileries, 1601, 27 mars, MC XIX 343. – Extrémités de la Petite Galerie, 1601, 9 mai, MC XIX, 344. – Frontons de la Petite Galerie, 1601, 13 décembre, MC XIX, 345. – Restauration de la statue de Diane antique, 1602, MC XIX. – Frontons de la Petite Galerie, 1602, 15 décembre, MC XIX, 347. – Chiens et têtes de cerf de la fontaine de Fontainebleau, 1603, 9 avril, MC XIX, 348. – Fontaines de Fontainebleau, 15 mai 1603, MC, XIX, 352. – Portail de Saint-Germain, 1605, 6 octobre, MC XIX, 354. – Trumeau de la Petite Galerie, 1606, 5 avril, MC XIX 355. – Cheminée de la chambre du roi au Louvre, 1606, 21 janvier, MC XIX, 355. – Chapelle du Louvre, 1606, 13 juin, MC XIX, 355.

17 AN, MC XIX, 345.

18 AN MC XIX, 347.

19 AN, MC XIX, 347.

20 F. de Mallevoûe, Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1610, Paris, 1911. Premier acte pour le Louvre, 19 février 1603.

21 C. Grandmaison, « Gages de peintres et sculpteurs employés par François Ier (1531-1532), NAAF, IV, 1876, p. 90-92.

22 Pierre Biard (Aides ; 1598 et 1599, 10 livres ; 1611, 30 livres), Barthélemy Prieur (Aides : 1598 et 1599, 10 livres ; 1611, 30 livres – Bâtiments, 1608, 600 livres), Guillaume Dupré (Bâtiments, 1608, 300 livres), Jean Mansart (1606 et 1607, 500 livres ; 1608, 500 livres), Mathieu Jacquet (Aides : 1599, 33 et 10 livres ; 1611, 10 livres ; Bâtiments, garde des antiques, 1608, 200 livres), Barthélemy Tremblay (Bâtiments : 1605 et 1608, 300 livres), Francesco Bordoni (Bâtiments : 1606, 1608, 500 livres), et surtout Pierre Franqueville (Bâtiments : 1608, 2400 livres).

23 Robert, op. cit., 1876, p. 28 : Tremblay pour 75 livres sur quart de sa pension, du 20 avril 1605. – Mansart pour 250 livres de la moitié de sa pension le 22 octobre 1607.

24 Grodecki, op. cit., 1986, II, no 674, 680, p. 128, 135.

25 Guiffrey et Lance, op. cit., 1874-1875, p. 170-178.

26 BnF, Fichier Laborde 12050. Fiançailles avec Éléonore Fournier le 12 mai 1591 et mariage à Saint-Paul le 28 janvier 1592.

27 H. Stein, « Une dynastie d’artistes les Biart », Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, t. 80, 8e série, t. X, 1937, p. 227.

28 G. Fagniez, J.-J. Guifrey, « Concours ouvert entre Barthélemy Prieur et Germain Pilon fils (6 juin-17 septembre 1594) », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, nov.-déc. 1882.

29 C. Grodecki, Documents du minutier central des notaires de paris. Histoire de l’art au XVIe siècle (1541-1600), Paris, 1986, no 671, p. 126.

30 R. Seelig-Teuwen, « Barthélemy Prieur portraitiste d’Henri IV et de Marie de Médicis », Les arts au temps d’Henri IV, Colloque organisé par l’Association Henri IV 1989 à l’occasion du quatrième centenaire de l’avènement d’Henri IV (Château de Fontainebleau, 20-21 sept. 1990), 1992, p. 333.

31 BnF, Fichier Laborde, NAF 12050, parrain, 2 mai 1607 ; baptême de Sébastien son fils, 25 février 1609 ; baptême de Jehanne, 4 janvier 1610. Et Jal, Dictionnaire de biographie et d’histoire, Paris, 1867, p. 219.

32 Témoignage au mariage de son beau-frère, 20 juin 1600, AN, MC, étude I, 34, M.-A. Fleury, Documents du minutier central, concernant les peintres, sculpteurs, graveurs (1600-1650), Paris, 1967.

33 Ibid. 12 janvier 1601, Constitution de rente.

34 A. Tapissier, « Une œuvre oubliée de Pierre Biard pour l’ancien Hôtel de ville de Paris », Bulletin du musée Carnavalet, oct. 1948, 2, p. 11. Stein, 1937, p. 227, 243.

35 BnF, Fichier Laborde, NAF 12060. Aux baptêmes de ses enfants, Barbe, 25 novembre 1599, Marguerite, 4 avril 1603 ; Gabriel, 24 décembre 1606 ; parrain le 31 août 1607.

36 Guiffrey, NAAF, 1872, p. 68.

37 222 livres 10 sols pour 780 livres. NAAF, III, 1874-1875, p. 177-178 ; Blanchet, op. cit., 1898, p. 114-115 ; Babelon, op. cit., p. 91.

38 Marché du 9 avril 1603, AN, MC XIX, 348. P. Vanaise, in B. Lossky, « La fontaine de Diane à Fontainebleau », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 1968, p. 21.

39 AN, MC XIX, 330. L. Batiffol, « Les travaux au Louvre sous Henri IV d’après de nouveaux documents », Gazette des Beaux-Arts, 1912, p. 182-183. Babelon, op. cit., 1978, p. 61.

40 Babelon, op. cit., 1978, p. 93.

41 AN, MC XIX, 346. 1 200 écus. S. Favier, « À propos de la restauration par Barthélemy Prieur de la “Diane à la biche” », La Revue du Louvre et des musées de France, 1970, 2, p. 71-77. L’œuvre est datée et monogrammée BP.

42 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205. Guiffrey, NAAF, 1872, p. 45-46.

43 Ciprut, op. cit., 1967, no 51, p. 151.

44 AN, Y 140, fo 164. 29 mai 1601.

45 J.-J. Guiffrey, « Contrat d’apprentissage de Paul Prieur fils de Barthélemy Prieur, sculpteur du Roy chez Martin Leclerc, lapidaire (12 novembre 1608) », NAAF, V, 1877, p. 151-155.

46 Jal, op. cit., p. 1001.

47 Contrat de mariage de son fils Théodore en 1618, etc., Fleury, op. cit., 1967, p. 598-599.

48 Musée du Louvre, Département des sculptures.

49 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205 ; Guiffrey, NAAF, 1872, p. 45-46.

50 Fleury, 1967, p. 598-600.

51 E.-J. Ciprut, Mathieu Jacquet, sculpteur d’Henri IV, Paris, 1967, no 7, p. 132.

52 Ibid., no 8, p. 132.

53 Ibid., no 12, p. 135. Même titre le 29 mai 1596, Ibid., no 13, p. 135 ; le 10 avril 1598 (Ibid., no 16, p. 137) ; le 5 mars 1601 (Ibid., no 26, p. 142-144) ; le 24 mai 1602 (Ibid., no 33, p. 146) ; le 3 avril 1607 (Ibid., no 54, p. 152) ; le 23 août 1608 (Ibid., no 61, p. 154-156) ; le 19 mars 1610 (Ibid., no 68, p. 158-159) ; le 23 février 1611 (Ibid., no 70, p. 159).

54 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205. Guiffrey, NAAF, 1872, p. 31, Louvre et Tuileries. Gages de 200 livres cités dans la quittance de Germain Jacquet du 18 novembre 1613 (Ciprut, op. cit., 1967, no 68, p. 159). Gages de son fils de 200 livres cités dans la liste de 1618, Guiffrey, NAAF, 1872, p. 31.

55 Le 19 mars 1610. Ciprut, op. cit., 1967, append. II, no 68, p. 158-159.

56 Le 18 novembre 1613. Ciprut, op. cit., 1967, append. II, no 68, p. 159.

57 R. Le Blant, « Autour de Mathieu Jacquet dit Grenoble (fin XIe-début XVIIe siècle), Actes du 97e congrès des Sociétés savantes, Nantes, 1972, p. 379-384. Fleury, op. cit., 1967, p. 335-337.

58 Contrat du 12 novembre 1621, G. Bresc-Bautier, « Problèmes du bronze français : Fondeurs et sculpteurs à Paris (1600-1660) », AAF, nouv. pér. t. XXX, Documents sur la sculpture française et répertoire des fondeurs du XIXe siècle, no XIII, p. 34.

59 Contrat du 15 septembre 1620, Ibid., no XII, p. 34.

60 E.-J. Ciprut, Mathieu Jacquet, sculpteur d’Henri IV, Paris, 1967, p. 122. Même titre le 6 novembre (Ibid., p. 124), le 9 septembre 1608 pour le mariage de son autre fille (Ibid., p. 125), le 22 juillet 1609 (Ibid.), le 22 janvier 1610 dans le testament de sa femme (Ibid., p. 126). Et même « peintre ordinaire du roi et maître sculpteur », le 22 novembre 1607 (Ibid., no 57, p. 153).

61 Ibid., no 14, p. 135-137.

62 Ibid., no 35, p. 146.

63 Ibid., no 22, p. 139-140.

64 Ibid., no 23, p. 141-142.

65 Ibid., no 20, p. 138 ; no 51, p. 151.

66 Ibid., no 65, p. 157.

67 Fleury, op. cit., p. 467, et aussi en 1603, « sculpteur et peintre pour le roi », et, p. 460, en 1605, « maître en l’art de sculpture et peinture ». Aussi en 1606 pour Saint-Étienne du Mont. Il est connu comme maître sculpteur depuis 1587, 28 octobre, parrain, BnF, Fichier Laborde, NAF 12140.

68 Pour 70 écus. Robert, NAAF, IV, 1876, no XXXIII, p. 28 ; Babelon, op. cit., p. 91. Il s’agit soit d’un décor intérieur soit d’une sculpture de bateau.

69 Pour 150 écus. AN, MC XIX, 345. L. Collard et E.-J. Ciprut, Nouveaux documents sur le Louvre, Paris, 1963, no III, p. 51 ; Babelon, op. cit., p. 91.

70 Pour 1200 livres. AN, MC XIX, 347. Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no IV, p. 52. Babelon, op. cit., p. 92 propose un motif plus important avec un « fragment d’attique renfermant en son centre un bas-relief représentant le roi avec ses armées entre deux figures verticales de la renommée et de la Victoire, sous un grand fronton timbré des armes du roi tenues par des anges ».

71 Pour 800 livres. AN, MC XIX, 355. Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no V, p. 53. Babelon, op. cit., p. 95.

72 Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no XV, p. 62.

73 BnF, fichier Laborde, 12149. NAAF, III, 1874-1875, no XI, p. 162, 14 janvier 1605.

74 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205. Guiffrey, NAAF, 1872, p. 38.

75 Robert, NAAF, IV, 1876, no XXXVII, p. 28.

76 Pour 251 écus. AN, MC XIX, 344. Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no II. Babelon, op. cit., p. 90.

77 Robert, NAAF, IV, 1876, no XXXVI, p. 28.

78 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205. Guiffrey, NAAF, 1872, p. 45-46.

79 BnF, fichier Laborde, parrainages où son titre est cité, 14 janvier 1607, 12 février 1609, 6 janvier 1617, 1er octobre 1618, 8 avril 1624 ; convoi de sa femme, 3 octobre 1620 ; son convoi, 10 août 1629.

80 E. Lurin, Le Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye, 2010, p. 89-90.

81 Fleury, op. cit., 1967, p. 643.

82 G. Bresc-Bautier, « Jean Séjourné, sculpteur-fontainier d’Henri IV, mort au Louvre en 1614 », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1990, p. 140-156.

83 G. Gaye, Cartegio inedito d’Artisti dei secoli XIV, XV, XVI, Florence, 1840, t. III, p. 523-524. R. de Francqueville, Pierre de Francqueville, sculpteur des Médicis et du roi Henri IV, 1541-1615, Paris, 1968, p. 169.

84 Francqueville, op. cit., 1968, nos 33, 34 et 37, p. 150-151.

85 E. Müntz, NAAF, 1877, p. 146 ; Francqueville, op. cit., 1968, no 18, p. 172-175.

86 E. Müntz et B. Fillon, NAAF, IV, 1876, p. 225 ; Francqueville, op. cit., 1968, no 20, p. 175-176.

87 Ciprut, op. cit., 1967, no 51, p. 151.

88 AAF III, 1853-1855, no XX, p. 166 ; Francqueville, op. cit., 1968, no 21, p. 176.

89 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205 ; Guiffrey, NAAF, 1872, p. 27 ; Francqueville, op. cit., 1968, no 24, p. 177.

90 Francqueville, op. cit., no 45, p. 155-157.

91 La statue de Mercure, alors conservée au château de Fontainebleau, est une œuvre de Dominique Lefebvre d’après Anguier (exposée cour Marly au Louvre). Le Berger Pâris des collections Talleyrand, au château de Valençay, n’a rien à voir avec Francqueville.

92 Giulia Cicali, Lo Scultore Francesco Bordoni (1574 ?-1654) : dalla Bottega del Giambologna alla Corte di Francia, thèse de doctorat, Université de Sienne/Université de Toulouse II-Le Mirail, 2012, p. 501.

93 J. Coural, « Notes documentaires sur Francesco Bordoni », Revue de l’Art 20, 1973, p. 88-90.

94 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205 ; Guiffrey, NAAF, 1872, p. 13. « Pour ses gaiges de lad. année à luy nouvellement acccordez par brevet du XIe janvier XVIe six ». L’inventaire après décès de la femme de Pierre Bourdon, Anne Petit, en 1659, cite des paiements du 1er mars 1606, 21 mai 1607, 25 avril 1610 (AN, MC CXII, 335, 22 février 1659).

95 Guiffrey, NAAF, 1872, p. 13. Gages payés en 1618.

96 Francqueville, op. cit., 1968, no 48, p. 158. Acte du 26 août 1616.

97 Le Blant, op. cit., 1973, p. 487.

98 AAF III, 1853-1855, p. 228-229.

99 Berty et Lagrange, op. cit., 1868, p. 205.

100 BnF, fichier Laborde, NAF 12141, 11 février 1600, 22 mars 1603. Auparavant, depuis 1581, il est dit maçon tailleur de pierre.

101 BnF, pièces originales, 1688, art. « Lerambert » ; Le Blant, 1973, p. 486.

102 Payé pour un remboursement d’achat fait pour le ballet de la Reine dans la salle de bal du Louvre le 16 février 1605. Robert, NAAF, IV, 1876, no XXXV, p. 28.

103 Fleury, op. cit., 1969, p. 417-418. Habite dans l’enclos du Louvre, 25 juin 1616. Y habite encore et est dit garde des marbres, 23 avril 1622.

104 BnF, Fichier Laborde, NAF, baptême de sa fille Charlotte, parrainée par les filles de Jean de Donon et Jean de Fourcy, 18 mai 1615. Il est dit garde des marbres du roi.

105 Fleury, op. cit., 1969, p. 417.

106 Ibid., p. 681.

107 Ibid., p. 679.

108 BnF, Fichier Laborde, NAF 12190, 22 novembre 1617.

109 J. Guiffrey, Artistes parisiens des XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1915, no 306, p. 151-152.

110 Fleury, op. cit., 1969, p. 8.

111 AN, MC XIX, 355 ; Collard et Ciprut, op. cit., 1963, no XIV. R. Le Blant, « Sculpteurs du temps d’Henri IV d’après les documents du Minutier central à Paris », Congrès national des Sociétés savantes, Archéologie, Toulouse, 1971, t. I, p. 409-410.

112 BnF, fichier Laborde, NAF 12144, no 43597 et Jal, 1867.

113 J. Boyer, « Deux séjours inédits du sculpteur Germain Gaultier à Aix-en-Provence en 1599 et 1600 », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 1965, p. 239-249.

114 Pour 1500 livres. Mallevoüe, p. 140-141 ; Babelon, op. cit., 1978, p. 74-75.

115 Pour 66 écus 40 sols. AN, MC XIX, 343.

116 Pour 2 200 livres. AN, MC III, 462 bis ; Mallevoüe, op. cit., p. 11 ; Babelon, op. cit., 1978, p. 120. Il en reçoit la paiement et donne quittance le 27 janvier 1606, Babelon, op. cit., 1978, p. 121.

117 AN, MC III, 462 ter; Mallevoüe, op. cit., p. 115-117; Babelon, op. cit., 1978, p. 121.

118 Actes d’état civil, BnF, fichier Laborde, NAF 14997 et 14998, de 1602 à 1614.

119 Histoire générale de Paris. Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. 14, L. Legrand (éd.), Paris, 1908, p. 459.

120 Grodecki, op. cit., 1986, II, no 582, p. 79.

121 Ibid., no 591, p. 83.

122 Ibid., no 594, p. 84.

123 V. Droguet, Le château de Fontainebleau sous Henri IV, 2010 (avec références antérieures).

124 Dépôt du Louvre au musée national du château de Versailles en 1920, MR 1637, MV 5788. Hoog, op. cit., 1993, no 771. Provenant des collections royales.

125 Bronzes français, de la Renaissance au Siècle des Lumières, musée du Louvre, 22 oct. 2008-19 janv. 2009, Paris, 2008, no 34 (avec bibliographie).

126 Bronzes français, op. cit., 2008, no 33 (avec bibliographie).

127 Bronzes français, op. cit., 2008, p. 183 (avec bibliographie).

128 Voir R. Seelig in Bronzes français, op. cit., 2008, no 22.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search