Version classiqueVersion mobile

Henri IV

 | 
Colette Nativel

Partie I. Figures du roi

Images de propagande ? Les représentations de la Ligue et l’élaboration de l’image du roi Henri IV

Martial Martin

Texte intégral

1Cest dans la perspective clairement transdisciplinaire choisie pour ce recueil que s’inscrit cette contribution : si cette recherche partage avec l’ensemble des articles réunis le souci de la contextualisation politique et culturelle autour du règne d’Henri IV, en s’attachant néanmoins plus particulièrement, dans la période des guerres de Religion, à l’épisode de la Ligue, elle s’ancre cependant dans un questionnement général qu’on qualifiera, pour aller vite, de littéraire et participe précisément des « études culturelles » dans le champ des sciences de l’information, comme voudrait le signifier la présence dans le titre du concept de propagande. Le corpus qui sera étudié, s’il s’attache très majoritairement à des gravures qui ont pu, pour certaines, déjà donner lieu à des analyses en histoire de l’art, rassemble aussi les textes qui accompagnaient plus ou moins directement celles-ci, parce qu’ils étaient juxtaposés dans des placards ou des libelles diffusés des années 1580 au début du XVIIe siècle ou parce que, de manière plus indépendante, ces discours comptaient, sans recourir directement à l’image gravée, poursuivre son effet, l’amplifier, le pérenniser ou l’annuler. Il s’agira, à travers cette imagerie (au sens matériel comme au sens métaphorique et mental) souvent satirique ou polémique, parfois aussi encomiastique de voir comment émerge et se diffuse une figure du roi Henri IV comme élu de Dieu, garant de l’unité du royaume, bon père du peuple qui ne me semble que secondairement et plus tardivement s’imposer à l’iconographie courtisane.

2Le mot de propagande paraîtra à la fois incongru et nécessaire : incongru parce qu’on le lie aujourd’hui aux médias de masse, nécessaire parce qu’on ne saurait rendre compte de certains phénomènes (qu’on ne saurait peut-être même les repérer) sans lui. On le retrouve fréquemment sous la plume des historiens modernistes spécialistes de la fin du XVIe siècle ; il me semble beaucoup moins utilisé dans le domaine de l’histoire de l’art et lorsqu’il l’est, il m’apparaît (mais cela peut être une erreur d’appréciation de ma part) associé à l’idée d’« art incantatoire » dans la lignée de l’article « Renaissance and Golden Age » d’Ernst Gombrich :

  • 1 E. Gombrich, « Renaissance and Golden Age », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes XXIV, (...)

Propaganda, as we know to our cost, is the art of imposing a pattern on reality, and to impose it so successfully that the victim can no longer conceive it in different terms. Such a pattern will be the more likely to exert its spell the deeper it is rooted in tradition, the more affinity it has with the typical nightmares and dreams of mankind.1

  • 2 J.-N. Jeanneney, « Discours inaugural », in L’Opinion : information, rumeur, propagande. Les Rendez (...)
  • 3 Si l’on prend en compte cette dimension, il devient difficile de désigner comme propagande les port (...)

3Pour la période qui nous intéresse, cette définition est par bien des aspects séduisante parce que le terme de « spell », le charme, le sortilège, l’incantation, recoupe la manière de dire du XVIe siècle telle qu’elle s’exprime dans la dénonciation, de part et d’autre, des sorcelleries du roi Henri III ou des prédicateurs enflammés de la Ligue ; et, celui d’« impose » par sa polysémie (« imposer » ou « infliger », mais aussi « abuser », « tromper ») peut renvoyer à l’imaginaire du « paraître » comme pompe et comme faux à l’œuvre dans les libelles : « faux prophètes » (pour désigner les curés ligueurs) contre « faux catholiques » (pour désigner les « politiques », partisans de la tolérance religieuse). Mais l’idée d’une propagande qui ne pourrait qu’être fausse et qui devrait forcément s’imposer, presque mécaniquement ou physiquement, à un récepteur devenu victime ne laisse de poser problème. « La propagande, c’est[dit-on] parfois le nom désagréable que l’on assigne à la capacité de conviction de l’autre2 », ici un autre historique qui se différencierait de nous par un caractère influençable, une faible capacité de résistance, une difficile mobilisation de sa faculté de réflexion, un peu sur le même mode que notre autre idéologique. Or, les contemporains de la Ligue ont tôt pensé cette question de l’influence, dans les mémoires et les libelles mêmes, selon une typologie sociale d’abord (prenant en compte la faiblesse constitutive des enfants, des femmes et du petit peuple) et à travers une pré-théorisation métaphorique autour de l’image du poison, mais avec l’idée de différence de tempérament (un poison agit sur l’un, mais pas sur l’autre) et la très intéressante contre-figure du remède. Par ailleurs, ils ont été sensibles à la question de la diffusion ou de la propagation de la nouvelle et, c’est ce qui nous intéresse le plus ici, aux conditions de cette diffusion, en particulier à la complexité des dispositifs mis en œuvre : rumeurs, cris publics, prédications, affichages, ventes d’occasionnels, fêtes, cérémonies et processions. L’articulation de ces différents moyens et la place nouvelle de l’imprimé dans ce dispositif impliquent une diffusion notable même si elle n’est pas « de masse3 ». C’est à un public élargi que cette propagande se destine, au moins dans les centres urbains, et elle est obligée de composer avec les représentations ou les croyances les plus répandues (ce qui correspond peut-être partiellement à ce que Gombrich désigne comme « traditions » ou comme « cauchemars et rêves caractéristiques de l’humanité »).

  • 4 « Histoire de la Ligue », in Recueil de documents concernant l’histoire de France, BnF, Département (...)
  • 5 Gn et Mt 23, 33.
  • 6 Gn 49, 27.
  • 7 Jr 5, 6.
  • 8 Mt 7, 15 et Ac 20, 29.
  • 9 Ez 13, 4.
  • 10 Ct 2, 15.
  • 11 À Paris, pour A. Du Brueil. M.D.LXXXIX, in Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue avec les pe (...)
  • 12 […] ou ceux qui tiennent pour le jourd’hui le party contraire de la saincte Union, sont bien et deu (...)
  • 13 Paris, A. du Brueil, 1589, in Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 1 (...)
  • 14 Voir R. Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle : une analyse de psychologie hist (...)
  • 15 S.l.n.d. [ ?, 1593], BHV p. Rés. 550054, republié in S. Goulart, Mémoires de la Ligue, contenant le (...)
  • 16 À l’époque, dans le cadre du conflit, ce terme désigne aussi les neutres.
  • 17 Le Portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV à Louis XIII : mythologie et politique, (...)
  • 18 « Représentation allégorique d’Henri IV, rex imperator », Renaissance and Reformation/Renaissance e (...)

4Notre hypothèse de travail est la suivante : ce serait à partir de la satire des ligueurs, c’est-à-dire sur les ligueurs ou contre les ligueurs, que se constituerait en négatif l’image de gloire d’Henri IV. Si, par exemple, l’on prête attention à une série de trois gravures (Fig. 14) datant vraisemblablement de 1594 et racontant l’histoire de la Ligue à travers sa « Naissance », ses « Effectz » et son « Declin », l’on est d’abord frappé par l’aspect composite de l’allégorie, monstre à trois têtes de loup, de renard et de serpent, avec des pattes antérieures de félin et une queue de reptile, qui évoque tout à la fois Cerbère, l’Hydre de Lerne ou la Chimère, mais renvoie aussi aux figures bibliques du serpent bien sûr5, du loup ravissant (comme image des barbares6, des ennemis cruels7 ou des faux prophètes8), du renard (symbole des hérétiques9, de ceux qui ruinent la vigne du seigneur10). En ne renvoyant pas de manière univoque à une figure de la culture savante, elle semble vouloir mettre à profit un symbolisme animalier plus diffus. De la même manière, le motif de la gueule d’enfer d’où le monstre naît semble devoir renvoyer au dispositif des « mystères » actionné au moyen d’une machinerie à soufflet, libérant une horde de diablotins sur la scène ou, plus loin dans le temps, aux gouffres d’Enfer des apocalypses médiévales. Ce qui est particulièrement intéressant dans cette image est qu’elle recycle un motif déjà présent dans le placard ligueur L’Adjournement fait à Henry de Valois pour assister aux estats tenus aux Enfers11 et auparavant dans Les Articles du dernier testament de Henry de Valois12 ou encore dans L’Hermitage preparé pour Henry de Valois13. Ici, la propagande royaliste s’empare d’un imaginaire démoniaque jusque-là déployé par les ligueurs grâce à la puissance de leurs prédicateurs et à l’activité de leurs imprimeurs-libraires14. De la même manière que dans le cadre d’un libelle comme La Dæmonologie de Sorbonne la nouvelle15, elle joue sur deux tableaux, d’abord en s’adressant à l’opinion ligueuse à travers des motifs familiers pour tenter de la retourner, ensuite en se gagnant, par sa dimension ironique, les « rieurs16 » qui ne voient dans ces motifs que l’expression d’une archaïque superstition : elle ménage des conditions différentes de réception en fonction des compétences du public. Dans la seconde gravure du triptyque, il y a recours, avec le même souci, à un symbole populaire très répandu dans la littérature militante, celui du « manteau de religion ». Celle-ci représente, en outre, les « Effectz de la Ligue » à travers le motif récurrent de la cité en feu, ici à l’arrière-plan. Dans la dernière image, et toujours dans le souci de permettre des réceptions différenciées, le monstre de la Ligue, « la mort des François », est terrassé par « le grand Lyon » dont la venue marque une aube nouvelle : celui-ci pourra, selon les aptitudes du lecteur, renvoyer aux forces protectrices de la France, à la France elle-même, à la royauté ou à l’Empire et du coup à Henri IV ; mais il pourra aussi évoquer, par la proximité avec les motifs mythologiques de Cerbère ou de l’Hydre, le Lion de Némée ou plus précisément son vainqueur, celui qui se vêtit de sa peau, Hercule. Si l’image, bien sûr, ne va pas jusqu’à représenter Henri IV en tueur de monstres, elle prépare, dans l’allégorisation de la Ligue sous cette forme, sa figuration en Hercule : il y a en germe, dans l’imagerie satirique qui cible la Ligue, un imaginaire encomiastique royal qui s’exprimera plus tard, par exemple, dans Le Sceptre de Milice (Fig. 2). Cette gravure, souvent réimprimée et largement diffusée au début du XVIIe siècle, a déjà donné lieu à des analyses précises de Françoise Bardon17 ou Marie-France Wagner18. Un seul point retiendra, donc, notre attention : le caractère composite de la figuration d’un Henri IV (parfaitement reconnaissable par ses traits si singuliers) en roi à la fois hiératique (avec son corps droit) et guerrier (avec une épée courbe dans la main droite levée et son casque et son panache posés à terre à sa droite) qui sépare clairement l’espace de l’image en deux avec, en haut à gauche, un nœud de serpents pendu à une corde et, en bas à droite, l’Hydre décapitée et qui semble hésiter entre Hercule et Alexandre, entre le tueur de monstres et l’empereur conquérant qui s’ouvre les portes de l’Asie en rompant le nœud gordien. Les vers, au bas de la gravure, proposent une lecture plus restrictive qui n’a de sens que dans le contexte de l’ouvrage de droit d’Ange Cappel où elle apparaissait au revers du titre gravé :

Après l’honneur des Martiaux Combats
Faire justice et trancher les débats
Garder les bons et punir les cautelles
Des plaidereaux sont vertus immortelles.

Fig. 1 > Anonyme, Histoire de la Ligue, trois estampes, année 1594 : Naissance de la Ligue. Effectz de la Ligue. Déclin de la Ligue, Paris, BnF.

Fig. 2 > Léonard Gaultier, Portrait d’Henri IV, in : Le Sceptre de Milice, ca. 1598-1610, Paris, BnF.

  • 19 In Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 30 ; cf. Mémoires-journaux, (...)
  • 20 Inuentor F. C. Faict à Lion, par Leonard Odet, in Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, Bn (...)
  • 21 Comme les moines de l’Hermitage préparé pour Henry de Valois, selon le lieu commun des ermites ou d (...)

5Trancher les débats en temps de paix, telle serait la mission du roi rétabli en ses droits par la force de la guerre. En fait, rapportée, par exemple, au tableau de l’atelier de Toussaint Dubreuil Henri IV en Hercule terrassant l’hydre de Lerne (Fig. 3, pl. IV, p. XI), d’une bien plus grande cohérence du point de vue du choix et de l’organisation des mythèmes, cette gravure, comme l’ensemble des productions similaires, ne semble pas vouloir trancher, paraît vouloir garder suffisamment de distance vis-à-vis de l’Histoire et du mythe pour permettre la reconnaissance des vertus du roi en-deçà même de l’identification d’un antétype historique ou mythologique, tout en préparant, d’une certaine manière, la voie à la fixation d’une imagerie qui ne s’exprimera pleinement que dans la peinture allégorique de cour. On rencontrera le même type de progressive élaboration du portrait allégorique du roi à partir de la représentation sorcellaire de la Ligue telle qu’elle apparaît, par exemple, dans un placard de 1593 comme La Pauvreté et Lamentation de la Ligue (Fig. 419) : elle y est présentée au premier plan à gauche sous les traits d’une vieille femme en haillons, les cheveux hirsutes, tirant sur une corde en mauvais état appelée « Ambition » pour amener à elle une couronne nimbée de lumière, retenue dans les cieux par quatre solides câbles nommés « Vouloir divin », « Droit légitime », « Magnanimité » et « Noblesse Françoise ». Sous la couronne, pousse un lys, près duquel veille un agneau. À l’arrière-plan, on retrouve une cité en feu ; des ruines, émerge un diable accompagné des mots « Vous reviendrez en nos Enfers ». Même si les quatre forces abstraites qui soutiennent la couronne renvoient clairement à Henri IV, le roi n’apparaît pas directement dans cette satire de la Ligue, non plus d’ailleurs que dans une gravure sur bois contemporaine en tête d’un placard in-folio entouré d’un encadrement typographique, le Pourtrait de la Ligue infernalle20 sous les traits d’une furie à deux visages dont la tête est couronnée de serpents, vêtue d’un long manteau noir et d’une robe claire qui ne laissent paraître que ses pieds griffus21 ; elle s’est déjà emparé, avec sa main droite, de la toison d’or qui pend au-dessous des armes d’Espagne et s’apprête à saisir, de la gauche, la croix de l’ordre de Saint-Esprit au-dessous des blasons de France et de Navarre dont sort un bras armé d’une épée. Au-delà de l’allusion héraldique et de la métonymie du bras, le roi apparaît surtout dans les alexandrins qui accompagnent l’image :

Par ses faicts glorieux et sanglantes menées,
Que nostre Roy a faict convertir en fumée.

Fig. 4 > Pauvreté et lamentation de la Ligue, in : Pierre de L’Estoile, Les belles Figures et Drolleries de la Ligue, Paris, BnF.

C’est nostre Roy Henry, lequel puissant et fort,
Des ligueurs forcenez a surmonté l’effort,
Lequel repurgera, un jour, d’abuz le monde,
Et en France fera florir la paix feconde.

  • 22 In P. de L’Estoile, Mémoires-journaux : registre-journal (1574-1589), Manuscrit autographe, BnF, Ms (...)

6Le Tableau de la Ligue (Fig. 522) reprend un dispositif assez proche de celui-ci. Il s’agit d’une grande estampe gravée sur bois accompagnée de quatre vers latins et d’une explication française en octosyllabes qui prend la forme d’instructions données au peintre qui doit représenter la Ligue :

Mais afin que je ne t’abuse,
Prends le portraict d’une Méduse
Et pain-lui, au lieu de cheveux,
Un nombre de serpents hydeux,
Serpents qui ont, de leur morsure,
Corrompu la bonne nature
De nos François, et que ses yeux,
Qui nous sont plus contagieux
Que ceux du Basilic qui tue
Les hommes du coin de sa vüe,
Demy-clos et demy-ouvers,
Ne regardent que de travers ; Yeux qui ont, soubs belle apparence,
En roc changé toute la France
Et ravi tout d’un coup l’honneur
De son ancienne vigueur,
Qui robuste souloit contraindre
Les autres nations à craindre.

7Mais le programme ne s’arrête pas ici et prévoit en vis-à-vis la figure d’Henri IV :

Si tu pouvois aussi pourtraire
À costé, une nue claire
D’où sortit nostre Hercul’Henry,
Contre tels monstres aguerri,
Henry, que Minerve offencée
Nous envoie comme un Persée,
Pour venger le fait perpétré
Au cœur de son temple sacré.
Tu rendrois ton œuvre parfaicte,
Paintre, par sa face pourtraicte,
Et te faudroit, en ce tableau,
Changer d’esprit et de pinceau.
Mais ce seroit perdre ta peine :
Un Dieu n’a pas la forme humaine.

  • 23 Satyre Menippee de la Vertu du Catholicon d’Espagne et de la tenue des Estats de Paris, M. Martin ( (...)
  • 24 In Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 31ro ; cf. Mémoires-journaux (...)
  • 25 École française, fin XVIe siècle, Pau, Musée national du château, p. 80-10-1.
  • 26 Dans la même confrontation de la figure du roi à une allégorie, même si, dans le tableau, la France (...)

8On perçoit à nouveau ce qu’il peut y avoir de bricolage culturel dans la proposition de ce placard : Henri est à la fois Hercule et Persée (cette accumulation semble, de manière intéressante, participer d’une rhétorique de l’indicible profondément liée à l’idéologie nouvelle qui veut faire du roi de France un Dieu sur terre ou tout au moins une « créature mitoyenne entre Dieu et les hommes » pour reprendre une formule de la célèbre Satyre ménippée23). Cependant, la fixation de l’image de la Ligue en Méduse permet de cristalliser les vertus du roi dans la figure de Persée telle qu’elle est plus clairement encore exploitée dans La Delivrance de la France par le Persee François24. La figure grotesque du Gorgonéion laisse ici la place à un tableau allégorique, calqué des illustrations des Métamorphoses d’Ovide, où ni le monstre marin ni le grand prêtre resté sur le rivage pour assister au sacrifice d’Andromède ne renvoient à la force des critiques précédentes : le grotesque négativisant de la satire s’abolit dans les figures pleines des éloges allégoriques auxquels il a préparé ; sa trace devient presque imperceptible dans le tableau Henri IV s’appuyant sur la Religion pour donner la paix à la France25 (Fig. 6, pl. IV, p. XII) qui reprend cependant la même organisation scénique que le Tableau de la Ligue26 et les mêmes motifs iconographiques avec les putti qui apportent du ciel l’égide ornée de la tête de Méduse.

Fig. 5 > Le Tableau de la Ligue, in : Pierre de L’Estoile, Les belles Figures et Drolleries de la Ligue, Paris, BnF.

  • 27 […] Accompagné du desesperé Despernon Du gastz et de Larchant et leurs alliés. À Paris, Par R[o]lan (...)

9S’il semble bien que l’image encomiastique d’Henri IV s’élabore progressivement dans le cadre des représentations satiriques de la Ligue, il peut aussi s’avérer intéressant de voir si les représentations produites par les ligueurs ont, elles aussi, construit, par opposition, l’image du roi. On a déjà vu comment un certain nombre de motifs populaires largement exploités dans la propagande ligueuse, en particulier autour du sorcier ou du monstre infernal, avaient pu être recyclés dans la communication royale. Il serait intéressant de voir comment l’image du roi a été précisément l’enjeu d’une concurrence, mais nous ne disposons que de peu de témoignages sur les gravures ligueuses qui, pour beaucoup, ont été détruites lors des redditions des villes rebelles. Cependant dans cette imagerie, la sous-représentation d’Henri de Navarre en regard de la fréquence des images d’Henri III ne semble pas être l’effet de ces seules destructions : il y a, chez le roi de Navarre, quelque chose qui échappe à la critique ligueuse ; on sent dans celle-ci la tentation de traiter le Bourbon en relation au dernier des Valois, comme dans le placard, en quelque sorte « originel », « Le Depart du roy de Navarre, du bourg S. Clou et la conduite du corps de Hanry de Vallois à Poissy27 », qui échoue, de manière manifeste, à fixer une imagerie satirique royale et qui se réduit à promettre à Henri IV la même mort qu’Henri III :

Et ce Roy Navarrois qui le maine à Compiegne
Preine exemple sur luy qu’ainsi ne luy en preigne.

Fig. 7 > Portraits d’Henri III et d’Henri IV, aetat. 41. Ann. 1593, Paris, BnF.

  • 28 Par exemple, « Portraits de Henri III et d’Henri IV, aetat. 41. Ann. 1593, placés en regard l’un de (...)
  • 29 In Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 31vo ; cf. Mémoires-journaux (...)
  • 30 In Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 39vo ; cf. Mémoires-journaux (...)
  • 31 Voir K. Herding, « Schwindender Heroismus-gesteigerte Sinnlichkeit : Pugets Milon von Kroton als Au (...)
  • 32 In Recueil. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France, t. 9, Pièces 810-9 (...)
  • 33 Jean-Claude Boyer nous signale un tableau conservé au musée Magnin de Dijon, Henri IV vainqueur de (...)
  • 34 « Ce jour de Toussaints, le Roy, ayant envie de voir à descouvert sa ville de Paris, monta au haut (...)

10Cette gravure participe, juste après la mort d’Henri III, d’un dispositif de communication plus large qui englobe les manifestations du deuil vert, les prédications des grands orateurs de la Ligue, un certain nombre de libelles qui en appellent à un nouveau régicide. Or, paradoxalement, cet appel, en construisant un parallèle entre les deux Henri, travaille à légitimer le Bourbon dans l’opinion, d’abord comme successeur du Valois, ensuite rapidement comme meilleur roi que ce dernier. C’est ce qu’illustrent les gravures allemandes des années 1590 en soulignant, particulièrement après l’attentat de Jean Chastel, la parenté des situations (Fig. 728). C’est sur cela que joue une autre estampe Le Prix d’outrecuidance, et le los de l’Union29, autrement appelée La Maintenue des Roys contre les Assassins endiablez30 (Fig. 8, pl. IV, p. XIII) qui figure parmi les plus complexes pour ce qui regarde son décryptage par les lecteurs de l’époque en particulier à cause de l’utilisation de la comparaison des régicides à Milon de Crotone31, représenté au premier plan, les mains prises entre les deux moitiés du tronc de l’arbre qu’il voulait rompre, arbre qui prend racine dans les entrailles d’un roi couronné (saint Louis) et qui s’élève en deux branches, l’une surmontée du buste d’Henri III, l’autre de celui d’Henri IV, avec à l’arrière plan, dans les versions les plus anciennes de la gravure, l’assassinat perpétré par Jacques Clément. Une légende précise dans les versions les plus récentes : « Pourtraict naïf de tous crimineux de leze Majesté, comme de J. Clément, J. Chastel, et tous semblables parricides, qui ont porté et souffert la peine de leur témérité et desloyauté ». Dans la continuation de ces représentations des régicides, une gravure (Fig. 932) opère un retournement tout à fait significatif en représentant Henri IV en armure, donnant la main gauche à une femme couronnée portant une robe couverte des lys de France, dressant une épée dans sa main droite prête à s’abattre sur un monstre maintenu à terre par son pied droit. Il s’agit d’un moine armé d’un poignard brisé qui présente à la place des jambes une queue de serpent qui s’enroule sur la jambe gauche du roi : le souverain n’est plus la victime du moine, mais son exécuteur, prêt à être couronné par la déesse Victoire sortant d’une nuée33. La figure de Jacques Clément habite, en effet, tout au long du règne d’Henri IV, un imaginaire royaliste, mais aussi populaire qui s’exprime dans des multiples placards, prédications ou rumeurs, particulièrement autour de petites scènes entre le roi et un prédicateur ou le roi et un moine, qui souvent, à la fin, sont l’occasion d’une « rencontre », d’un bon mot du roi, malgré une situation possiblement dangereuse34.

Fig. 9 > Henri IV tenant par la main la France, frappe de son épée un moine dont le corps se termine en serpent, et dont les traits rappellent Jacques Clément, Paris, BnF.

  • 35 Voir M. Martin, « Entre veines satirique et gauloise : les “états du monde” dans le recueil Montaig (...)
  • 36 Voir T. Debbagi-Baranova, « Lorsque le bourgeois prend la parole : l’exemplarité de l’orateur dans (...)
  • 37 Du grand et loyal devoir, fidelite, et obeissance de messieurs de Paris envers le Roy et Couronne d (...)
  • 38 Le titre complet est : Propos et devis en forme de dialogue, tenuz entre le Sire Claude Bourgeois d (...)
  • 39 « Un dialogue historique du temps de la Ligue », Annuaire-bulletin de la société de l’Histoire de F (...)
  • 40 Ou Responce d’un citoyen de Paris à la lettre d’un sien amy refugié en la ville de Tours, à Paris, (...)
  • 41 L. Morin (dit Cromé), Dialogue d’entre le maheustre et le manant, P. Ascoli (éd.), Genève, 1977. Pa (...)
  • 42 The Vulnerable Text : Essays on Renaissance Literature, New York, 1986.
  • 43 Je ne fais là que résumer trop grossièrement la brillante analyse de D. Turrel, Le Blanc de France  (...)
  • 44 [J. de La Taille], Histoire abrégée des singeries de la Ligue, contenant les folles propositions et (...)
  • 45 Voir L’Estoile, Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. VII, p. 123, 148 ou 232, t. IX, p. 392.
  • 46 A. de Guevara, Libro aureo de la Vida y cartas de Marco Aurelio emperador…, [Séville, 1528], Anvers (...)

11Or, et ce sera le dernier point de cette étude, il nous semble que cette « propagande douce » qui s’organise autour de la diffusion orale, très informelle, de ces « rencontres » et qui installe durablement l’image du bon roi Henri prend son origine dans des représentations anciennes déjà réactualisées par la propagande ligueuse pour les mettre à profit. Il s’agit de la tradition des « états du monde », une scénographie médiévale qui oppose les différents ordres de la société, réactivée au début du siècle dans le cadre des libelles qui accompagnent les guerres d’Italie35 et largement réexploitée durant les guerres de Religion36 sur des modes plus ou moins allégoriques, dès 1565, avec Du grand et loyal devoir, fidelité, et obeissance de messieurs de Paris envers le Roy et Couronne de France37 et, surtout, dans les années 1590, avec Les Propos et devis en forme de Dialogue, tenuz entre le sire Claude Bourgeois de Paris, et le Sieur d’O38, l’Arraisonnement du Sieur de Vicques avec un bourgeois de Paris, par forme de dialogues39 ou encore La Dispute d’un Catholique de Paris contre un Politique de la ville de Tours40. Parmi cet ensemble, on retiendra surtout le chef-d’œuvre de la propagande ligueuse, Le Dialogue d’entre le maheustre et le manant41 qui présente dans sa première édition une gravure qui oppose un manant à un cavalier en arme. Ce texte et cette gravure représentent des cas très intéressants de « plaie » ou de « vulnérabilité » pour reprendre les concepts de Thomas Greene42, car ils sont étonnamment réversibles : le Dialogue connaît très vite une réédition royaliste idéologiquement opposée à la première, mais ne comportant la plupart du temps que de simples modifications marginales ; et, la scène réactualisée par la gravure est rapidement réutilisée dans un placard favorable à Henri IV Les Entre-paroles du Manant de-ligué, et du Maheustre (Fig. 10, pl. IV, p. XIV), qui ajoute aux deux figures antagonistes un troisième personnage féminin, allégorie de la Ligue, portant un couteau de boucher au côté, un masque à la main gauche et un bâton de pèlerin à la droite, sortant d’une ville fortifiée qu’on peut identifier à Paris ; là, plus de violence entre le maheutre et le manant ; la scène pacifiée se déroule dans un champ de fleurs de lys et tombent du ciel de multiples épis de blé ; le cavalier porte une écharpe qui se donne comme une médiation entre le céleste et le terrestre et une garantie de paix providentielle43. Il s’agit là d’une « scène de vérité » à lire en regard du cérémonial des états de la Ligue, tenus en 1593 pour élire un roi catholique en lieu et place de l’hérétique relaps Henri de Navarre et ne parvenant qu’à afficher au grand jour les dissensions du mouvement avec la multiplication des candidats à la couronne. Face au spectacle de l’hypocrisie ligueuse, lisible dans le cérémonial devenu absurde des États généraux, bien représenté par la gravure de l’Histoire abrégée des singeries de la Ligue […] avec le pourtaict ou tableau de la tenue des estats (Fig. 1144), l’espace scénique de la gravure des « Entre-paroles » construit les conditions d’une parole libre. C’est à cet espace que semble sans cesse se référer la voix publique à travers les récits des multiples « rencontres » du roi avec des figures de simples sujets45, à la fois images vulgaires de la franchise du petit peuple et échos plus érudits du paysan du Danube46 autorisés dans une culture savante qui laisse toute sa place à la critique de l’éloquence et de la rhétorique. Retenons, parmi de nombreuses variations de l’histoire fameuse du charbonnier de Capchicot, une anecdote rapportée par L’Estoile en juin 1598 :

  • 47 Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. VII, p. 123.

On faisoit en ce temps à Paris un conte plaisant, réputé fabuleux au commencement, mais qui enfin fut avéré pour véritable, d’ung pauvre homme que le Roy, en ce mois, trouva dans les bois Saint-Germain, qui menoit vendre une vache qu’il avoit pour paier la taille : lequel le Roy aiant pris plaisir d’arraisonner, voiant que ce pauvre bonhomme ne le connoissoit pas, tira de sa bouche la quintessence des plaintes du pauvre peuple, sur les tailles et imposts que journellement on lui mettoit sus. Et, pour lui en secouer davantage la bride, Sa Majesté lui dit qu’il falloit bien dire qu’on eust un meschant Roy, de tailler de ceste façon son pauvre peuple. “Si n’est-il des pires (ainsi qu’on dit), va respondre ce bonhomme tout à la bonne foy ; mais il a une belle Gabrielle qui le gratte, qui nous gaste tout ! » Le Roy, se prenant à rire, voiant sa naïfveté, lui fist donner douze escus, afin qu’il ne vendist point sa vache, et en fist le conte, le lendemain, à sa, maistresse, lui disant que, pour l’amour d’elle, il lui avoit donné les douze escus.47

Fig. 11 > Les Estats de la Ligue, Coll. part.

  • 48 Voir, par exemple, Jean Onfroy de Bréville (dit Job), illustration pour le livre de A. Hermant, Le (...)

12Or, il me semble que l’essentiel de la propagande henricienne ou si l’on veut de la diffusion d’une image du roi susceptible d’asseoir son règne, participe de cet imaginaire, dont L’Estoile souligne souvent à la fois l’aspect fabuleux et le caractère pourtant véridique : car, il y a dans ces scènes une force de vérité où vient se forger une croyance profonde et durable dans un Henri IV farceur et bonhomme proche du petit peuple48, un tableau qui garde quelque chose de son origine satirique, une figure qui travaille ironiquement les gravures plus allégoriques (je pense particulièrement à « La Delivrance de la France par le Persée François » où je me figure toujours comme le sourire en coin du roi déguisé en Persée) ou même la peinture de cour (on pensera au visage du roi dans l’« Henri IV en Hercule terrassant l’Hydre » qui semble presque anéantir le somptueux décor et son propre corps d’Hercule par sa force ironique et sa vérité). C’est dire, pour conclure, la force de cette propagande douce.

Notes

1 E. Gombrich, « Renaissance and Golden Age », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes XXIV, 1961, p. 307.

2 J.-N. Jeanneney, « Discours inaugural », in L’Opinion : information, rumeur, propagande. Les Rendez-vous de l’Histoire, Blois, 2007, s.l., 2008, p. 16.

3 Si l’on prend en compte cette dimension, il devient difficile de désigner comme propagande les portraits de cour qui, s’ils fixent bien une figure du souverain, ne participent guère en tant que tels d’une diffusion de l’image hors des limites de la cour.

4 « Histoire de la Ligue », in Recueil de documents concernant l’histoire de France, BnF, Département des estampes et de la photographie, QB-1 (1594)-Fol., M 88285-M 88286-M 88287-M 88287.

5 Gn et Mt 23, 33.

6 Gn 49, 27.

7 Jr 5, 6.

8 Mt 7, 15 et Ac 20, 29.

9 Ez 13, 4.

10 Ct 2, 15.

11 À Paris, pour A. Du Brueil. M.D.LXXXIX, in Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue avec les peintures Placcars et Affiches injurieuses et diffamatoires contre la memoire et honneur du feu Roy que les Oisons de la Ligue apeloient Henri de Valois, imprimées, criées, preschées et vendues publiquement à Paris par tous les endroits et quarrefours de la Ville l’an 1589. Desquelles la garde (qui autrement n’est bonne que pour le feu) tesmoingnera à la Postérité la meschanceté, Vanité, Folie, et Imposture de ceste ligue infernale, et de combien nous sommes obligés à nostre bon Roi qui nous a délivrés de la Serviture et Tirannie de ce Monstre, BnF, Rés. LA25-6, fo 19ro ; cf. P. de L’Estoile, « Les Belles Figures et Drosleries de la Ligue […] », in Mémoires-journaux, Brunet et al. (éd.), Paris, 1875-1899, réimpr., Paris, 1982, 12 t., t. IV, p. 128-131. Voir A. Blum, L’Estampe satirique en France pendant les guerres de religion : essai sur les origines de la caricature politique, Paris, s.d., p. 272.

12 […] ou ceux qui tiennent pour le jourd’hui le party contraire de la saincte Union, sont bien et deuëment salariez chacun selon leurs merites, Paris, Anthoine du Brueil, 1589, in Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 15vo ; cf. Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. IV, p. 98-102. Voir A. Blum, op. cit., p. 258-259 et A. Duprat, Les Rois de papier : la Caricature de Henri III à Louis XVI, Paris, 2002, p. 275-277.

13 Paris, A. du Brueil, 1589, in Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 19ro ; cf. Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. IV, p. 131-134. Voir A. Blum, op. cit., p. 256 et A. Duprat, op. cit., p. 86-87.

14 Voir R. Mandrou, Magistrats et sorciers en France au XVIIe siècle : une analyse de psychologie historique, Paris, 1968, p. 136.

15 S.l.n.d. [ ?, 1593], BHV p. Rés. 550054, republié in S. Goulart, Mémoires de la Ligue, contenant les événements les plus remarquables depuis 1576 jusqu’à la paix accordée entre le roi de France et le roi d’Espagne, en 1598. Nouvelle éd., revue, corrigée et aug. de notes critiques et historiques [par l’Abbé Goujet], Amsterdam, Arkstée et Merkus, 1758, t. V, p. 403-408. Voir M. Martin, « La Démonologie de Sorbonne nouvelle ; La Propagande sous la Ligue : de la hantise démoniaque au désangoissement », in Fictions du diable : littérature et démonologie de saint Augustin à Léo Taxil, F. Lavocat, P. Kapitaniak, M. Closson éds, Genève, 2007, p. 235-250.

16 À l’époque, dans le cadre du conflit, ce terme désigne aussi les neutres.

17 Le Portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV à Louis XIII : mythologie et politique, Paris, 1974, p. 54-55, 139, 144 et 184.

18 « Représentation allégorique d’Henri IV, rex imperator », Renaissance and Reformation/Renaissance et Réforme XVII, 4, 1993, p. 25-40.

19 In Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 30 ; cf. Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. IV, p. 291-293.

20 Inuentor F. C. Faict à Lion, par Leonard Odet, in Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 32 ; cf. Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. IV, p. 298-299.

21 Comme les moines de l’Hermitage préparé pour Henry de Valois, selon le lieu commun des ermites ou des nonnes diaboliques.

22 In P. de L’Estoile, Mémoires-journaux : registre-journal (1574-1589), Manuscrit autographe, BnF, Ms. F. Fr 6678, fos 454-455 ; cf. Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. III, p. 322-328 et Registre-journal du règne de Henri III, M. Lazard et G. Schrenck (éd.), Genève, 2003, t. VI, p. 225-231.

23 Satyre Menippee de la Vertu du Catholicon d’Espagne et de la tenue des Estats de Paris, M. Martin (éd.), Paris, 2007, p. 98-99 (fo 68ro-vo) ou Satyre ménippée, M. Martin (éd.), Saint-Étienne, 2010, p. 152. Voir D. Ménager, « Dieu et le roi », in Études sur la Satyre Ménippée, F. Lestringant et D. Ménager (dir.), Genève, 1977 et « L’Image du Prince dans la Satyre Ménippée », in L’Image du souverain dans les lettres françaises des guerres de religion à la Révocation de l’Édit de Nantes, Paris, 1985.

24 In Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 31ro ; cf. Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. IV, p. 294. Il existe aussi un autre exemplaire de l’estampe au Département des estampes et de la photographie [QB-1 (1598)-Fol.]. Cette gravure, servant en couverture à l’ouvrage de F. Bardon (Le Portrait mythologique…) et occupant certains des plus beaux passages de l’étude (p. 53-54 et 133-134, pl. XV), a déjà donné lieu à un certain nombre d’études parmi lesquelles nous retiendrons : C. Vivanti, « Henry IV, the Gallic Hercules », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes 30, 1967, p. 182-183 ; C. Jouhaud, « Lisibilité et persuasion : Les Placards politiques », in Les Usages de l’imprimé, R. Chartier (dir.), Paris, 1987, spécialement p. 324-327 et « Quelques réflexions sur les placards imprimés et leurs réceptions entre Ligue et Fronde », in Le Livre et l’historien. Études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, F. Barbier, A. Parent-Charon et al. (dir.), Genève, 1997, p. 410-411 ; C. Nativel, « Andromède aux rivages du Nord : “Persée délivrant Andromède” de Joachim Wtewael », in Andromède ou le héros à l’épreuve de la beauté, F. Siguret et A. Laframboise (dir.), Paris, 1996 et « Histoire, image, imaginaire : Le Cas Persée et Andromède », in Histoire, images, imaginaires (fin XVe, début XXe siècle), M. Ménard et A. Duprat (dir.), Le Mans, 1998.

25 École française, fin XVIe siècle, Pau, Musée national du château, p. 80-10-1.

26 Dans la même confrontation de la figure du roi à une allégorie, même si, dans le tableau, la France remplace la Ligue vaincue.

27 […] Accompagné du desesperé Despernon Du gastz et de Larchant et leurs alliés. À Paris, Par R[o]land Guerard, et Nicolas Prevost, Demeurant ruë Montorgueil au bon Pasteur, [1589], in Recueil. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France, t. 9, Pièces 810-923, BnF, Département des estampes et de la photographie, MFilm G-151041-151231 et Rés. QB-201 (9)-Fol., G 151220.

28 Par exemple, « Portraits de Henri III et d’Henri IV, aetat. 41. Ann. 1593, placés en regard l’un de l’autre », in Recueil. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France, t. 9, Pièces 810-923, BnF, Département des estampes et de la photographie, Rés. QB-201 (9)-Fol. G 151218.

29 In Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 31vo ; cf. Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. IV, p. 295-297.

30 In Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue…, BnF, Rés. LA25-6, fo 39vo ; cf. Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. IV, p. 334. Voir F. Yates, The French Academies of the Sixteenth Century, London, 1988, p. 222-223 et Appendix VII, p. 332-333 ; C. Jouhaud, « Quelques réflexions sur les placards imprimés et leurs réceptions entre ligue et Fronde », p. 411-412. Nous reproduisons, ici, une version allemande de la gravure : [Frans Hogenberg ?], Pièces illustrant des événements survenus entre 1530 et 1608 en France (en particulier guerres de religion et arrivée au pouvoir d’Henri IV), Pays-Bas, Allemagne et Angleterre, BnF, Département des estampes et de la photographie, MFilm Coul. R-92900-93268 et QE-64-Pet. Fol., pl. 58.

31 Voir K. Herding, « Schwindender Heroismus-gesteigerte Sinnlichkeit : Pugets Milon von Kroton als Ausdruckeiner Krise der Männlichkeit im absolutistischen Zeitalter », in Männlichkeit im Blick : visuelle Inszenierungen in der Kunstseit der Frühen Neuzeit, M. Fend et M. Koos (éd.), Köln, 2004, p. 147.

32 In Recueil. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France, t. 9, Pièces 810-923, BnF, Département des estampes et de la photographie, MFilm G. 151041-151231 et Rés. QB. 201(9)-Fol., G. 151228.

33 Jean-Claude Boyer nous signale un tableau conservé au musée Magnin de Dijon, Henri IV vainqueur de la Ligue, qui offre des similitudes frappantes avec cette gravure, du point de vue des personnages sinon de la composition ; cf. J.-C. Boyer, « Boulbène, Ripa, Richeome », Revue de l’art 92, p. 42-50.

34 « Ce jour de Toussaints, le Roy, ayant envie de voir à descouvert sa ville de Paris, monta au haut du clocher de l’église Saint-Germain-des-Prés, où un moine le conduisit, avec lequel il se trouva comme seul. En estant descendu, dit au mareschal de Biron qu’une appréhension l’avoit saisi, estant avec ce Moine, se souvenant du cousteau de F. Clément, et que jamais il ne s’accompagneroit du moine, qu’il n’eust fait premièrement fouiller, voir s’il auroit un cousteau » [P. de L’Estoile, Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. V, p. 9].

35 Voir M. Martin, « Entre veines satirique et gauloise : les “états du monde” dans le recueil Montaiglon », in La Veine gauloise et satirique dans le Recueil de poésies françaises des XVe et XVIe siècles d’Anatole de Montaiglon et James de Rothschild, RHR 66, juin 2008.

36 Voir T. Debbagi-Baranova, « Lorsque le bourgeois prend la parole : l’exemplarité de l’orateur dans les dialogues des guerres de Religion », in Construire l’exemplarité : pratiques littéraires et discours historiens (XVIe-XVIIIe s.), L. Giavarini (dir.), Dijon, 2008.

37 Du grand et loyal devoir, fidelite, et obeissance de messieurs de Paris envers le Roy et Couronne de France, addressee à Messieurs Claude Guyot, seigneur de Charmeaux, Conseiller du Roy, et, maistre ordinaire en sa chambre des Comptes à Paris, et Prevostdes Marchans, Jehan le Sueur bourgeois, marchant et conseiller de ville, Pierre Prevostesleu pour le Roy en l’election de Paris, Jehan Sanguin secretaire du Roy et de la maison de France, et Jehan Meraut aussi bourgeois et marchant, Eschevins de la ditte ville de Paris, 1565. BnF, 8. Lb33.169.

38 Le titre complet est : Propos et devis en forme de dialogue, tenuz entre le Sire Claude Bourgeois de Paris, et le sieur d’O, servans d’instruction à ceux qui sortent de la ville de Paris, pour aller demeurer és villes de party contraire, Paris, Rolin Thierry [et Troyes, J. Moreau], 1591 [BnF, 8.LB35-381 (MFiche LB35-381) et 8.LB35-381 (A)] et rééd., s.l., 1593 [BnF, 8.LB35-381 (B)].

39 « Un dialogue historique du temps de la Ligue », Annuaire-bulletin de la société de l’Histoire de France, Année 1908, 4e fascicule, p. 189-222.

40 Ou Responce d’un citoyen de Paris à la lettre d’un sien amy refugié en la ville de Tours, à Paris, chez Robert Nivelle, ruë S. Jaques, aux Cigognes. Et Rolin Thierry, ruë S. Jaques, au Lis blanc. Imprimeur de la saincte Union. M. D. XCI, BnF, 8.LB35-399.

41 L. Morin (dit Cromé), Dialogue d’entre le maheustre et le manant, P. Ascoli (éd.), Genève, 1977. Par « maheutre », il faut entendre gentilhomme partisan du roi, sans doute par métonymie, en référence aux vêtements qu’ils portaient. Voir la définition du Trésor de la langue française informatisé : « Bourrelet d’étoffe montant et rembourré qui couvrait l’épaule et le bras jusqu’au coude, conçu à l’origine comme renforcement du costume militaire, qui fut à la mode surtout au XVe s. », http://www.cnrtl.fr/definition/maheutre.

42 The Vulnerable Text : Essays on Renaissance Literature, New York, 1986.

43 Je ne fais là que résumer trop grossièrement la brillante analyse de D. Turrel, Le Blanc de France : la Construction des signes identitaires pendant les guerres de religion (1562-1629), Genève, 2005, p. 74-90.

44 [J. de La Taille], Histoire abrégée des singeries de la Ligue, contenant les folles propositions et frivoles actions usitées en faveur de l’autorité d’icelle en la ville de Paris, depuis l’an 1590 jusques au 22 du mois de mars 1594, jour de sa réduction à son roi légitime et naturel, Henri IV du nom, roi de France et de Navarre, avec le pourtraict ou tableau de la tenue des estats au plus près de la vérité. Le tout extrait des secrètes observations de I. D. L., dit le comte Olivier, dédié à Messieurs de Paris, s.l., 1595, BnF, 8.LA25-5. Voir M. Martin, « Altérité du “théâtral” : Avatars des “états du monde” (1593-1614) », in Le « Théâtral » de la France d’Ancien Régime, S. Chaouche (dir.), Paris, 2010, p. 354-357.

45 Voir L’Estoile, Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. VII, p. 123, 148 ou 232, t. IX, p. 392.

46 A. de Guevara, Libro aureo de la Vida y cartas de Marco Aurelio emperador…, [Séville, 1528], Anvers, J. Stelsio, 1574, BnF, Gallica Numm. 101977, Cap. XXXII « Enel qual el villano del Danubio prosiguiendo su platica, dize cosas mas particulares delante el Senado », p. 136-142.

47 Mémoires-journaux, Brunet (éd.), t. VII, p. 123.

48 Voir, par exemple, Jean Onfroy de Bréville (dit Job), illustration pour le livre de A. Hermant, Le Bon Roy Henry, Tours, 1894 ou H. Dimpre, « Henri IV et Sully visitent les paysans », Paris, 1950.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Anonyme, Histoire de la Ligue, trois estampes, année 1594 : Naissance de la Ligue. Effectz de la Ligue. Déclin de la Ligue, Paris, BnF.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Fig. 2 > Léonard Gaultier, Portrait d’Henri IV, in : Le Sceptre de Milice, ca. 1598-1610, Paris, BnF.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 4 > Pauvreté et lamentation de la Ligue, in : Pierre de L’Estoile, Les belles Figures et Drolleries de la Ligue, Paris, BnF.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8430/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 5 > Le Tableau de la Ligue, in : Pierre de L’Estoile, Les belles Figures et Drolleries de la Ligue, Paris, BnF.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8430/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 7 > Portraits d’Henri III et d’Henri IV, aetat. 41. Ann. 1593, Paris, BnF.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8430/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 9 > Henri IV tenant par la main la France, frappe de son épée un moine dont le corps se termine en serpent, et dont les traits rappellent Jacques Clément, Paris, BnF.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8430/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 11 > Les Estats de la Ligue, Coll. part.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8430/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 553k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search