Version classiqueVersion mobile

Henri IV

 | 
Colette Nativel

Préface

Jean-Pierre Babelon

Texte intégral

  • 1 L’année Henri IV a été marquée par un grand nombre de manifestations, coordonnées par la Société H (...)

1La conjonction du pouvoir, du savoir et du développement des arts est bien sensible dès que s’instaure le règne pacifique d’Henri IV après des décennies de guerre civile dont la violence mobilisait les esprits1.

2Le roi entend faire remonter jusqu’à lui tout le pouvoir décisionnaire. Il veut construire une monarchie centralisée, et modifie profondément les attributions et les responsabilités des secrétaires d’État réunis en conseils ministériels sous la présidence effective du souverain. Il en est de même pour les relations avec les grands corps, parlements, chambres des comptes, États provinciaux. La présence permanente de Sully à ses côtés lui permet d’assurer solidement un pouvoir centralisateur, prenant ses décisions à l’écoute des réalités sociales et économiques du pays, et gérant le budget de l’État selon de nouvelles normes.

3Le savoir se partage en deux chapitres. D’abord l’éducation des Français. La mission pédagogique confiée à la Compagnie de Jésus, malgré l’hostilité du parlement de Paris, témoigne d’un véritable souci d’améliorer l’instruction et la formation les classes moyennes et supérieures dans le cadre de nouveaux collèges dont le modèle est fourni par le Prytanée de La Flèche. À Paris, le développement du Collège Royal devenu Collège de France témoigne du souci de compléter l’enseignement universitaire par des chaires spécialisées, qui répondent à la curiosité humaniste du fils de Jeanne d’Albret et du petit-fils de Marguerite d’Angoulême. On notera, dans le même domaine, l’intérêt porté à l’enrichissement de la bibliothèque royale, augmentée de celles du cardinal de Bourbon et de Catherine de Médicis, regroupée à Fontainebleau puis transportée à Paris au Collège de Clermont afin d’en rendre la consultation plus aisée aux chercheurs.

4Le savoir est aussi le faire-savoir. Une politique d’information accompagne depuis des années les actes du roi conquérant puis victorieux grâce à l’imprimerie (déclarations, tracts, publications diverses) et à la gravure qui permet de reproduire les grands épisodes de l’actualité.

5Les arts enfin connaissent un renouveau dont ce volume rend compte. Mentionnons pour commencer le rôle joué par l’image peinte, les portraits du roi, des reines et des grands personnages, les scènes de la vie de cour. L’intérêt porté aux artistes, qui se manifeste notamment par deux créations : au Louvre, les ateliers et logements d’artistes sous la Grande Galerie du bord de l’eau, et aux Gobelins, la manufacture de tapisseries. Les collections du « cabinet du roi » regroupées à Fontainebleau sont placées sous la garde d’un conservateur, Rascas de Bagarris, nommé garde en 1602.

6Le roi s’intéresse vivement à l’architecture. Il poursuit la construction des palais royaux restés inachevés, le Louvre, Fontainebleau, le Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye, sur lesquels deux remarquables expositions sont aujourd’hui présentées dans ces deux derniers palais. Il transforme la ville de Paris selon les règles d’un nouvel urbanisme, larges percements orthogonaux et vastes espaces, places sur plan géométrique, façades régulières ordonnancées (place Royale, place Dauphine et Pont-Neuf sans maisons, projet de place de France), il s’intéresse également aux jardins, comme en témoignent ceux du Château-Neuf de Saint-Germain.

7La peinture et la sculpture connaissent une période d’activité éclatante qui va être exposée abondamment dans ce volume. Ajoutons aussi la tapisserie, et bien entendu les arts de cour et la musique, notamment les ballets, dans le prolongement d’une tradition remontant à la cour des Valois, à Catherine de Médicis et à Henri III.

8C’est ce que ce volume explore avec soin.

ABRÉVIATIONS COURANTES
AAF Archives de l’art français
NAAF Nouvelles archives de l’art français
AN Archives nationales
MC suivi d’un chiffre romain Minutier central des notaires, et numéro de l’étude

Notes

1 L’année Henri IV a été marquée par un grand nombre de manifestations, coordonnées par la Société Henri IV et son président Jacques Perot, dont il faut saluer l’efficace maîtrise, sans oublier la contribution de l’état-major du château de Pau, Paul Mironneau et Isabelle Pebay-Clottes. Rappelons l’existence de deux sites internet, celui de la Société Henri IV (www.societe.henri-iv.eu) qui donne le programme des différentes manifestations de l’année 2015, et le site de caractère encyclopédique intitulé « Henri IV, le règne interrompu » élaboré par le ministère de la Culture et de la Communication (www.henri-iv.culture.fr).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search