Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

IV. Louise et les lettres

Le Journal de Louise de Savoie : nature et visées1

Nadine Kuperty-Tsur

Texte intégral

  • 1 Je remercie Martine Vallon, conservatrice du Musée de Sologne, qui m’a gracieusement envoyé deux ve (...)

1Souvent cité par les biographes ou les historiens lorsqu’il s’agit d’évoquer Louise de Savoie ou son époque, son Journal est un document riche en informations pour la période allant de 1508 à 1522. Il s’agit d’abord d’une chronique de la famille royale enregistrant les mariages, les naissances, les maladies et les décès mais aussi d’une chronique politique mentionnant les batailles, les négociations et les traités de paix, les entrevues, avec le roi d’Angleterre par exemple, notant l’octroi de charges et d’évêchés. Le texte marque aussi les entrées royales dans les villes, se fait journal de voyage en indiquant les déplacements de Louise et de son fils mais c’est aussi une chronique judiciaire signalant certaines exécutions marquantes. Enfin, le Journal enregistre bien sûr les prédictions, le passage de comètes ou autres figures célestes en leur donnant un sens.

  • 2 Journal de Louise de Savoie, dans Histoire généalogique de la royale maison de Savoye, édité par S. (...)

2La copie manuscrite la plus ancienne, conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal (ms. 3435), ne compte que 36 feuillets mais, en dépit de sa brièveté, est un document à la fois riche et diversifié. Pourtant, curieusement, seule la première édition imprimée, réalisée par l’historien savoyard Samuel Guichenon2 lui a été fidèle, les autres l’ont dénaturée de façon à lui faire tenir un discours qui n’était pas le sien à l’origine. Il s’agira ici de décrire dans un premier temps la structure et le contenu du journal authentique de Louise de Savoie puis de comprendre les raisons et la nature des distorsions que les éditions ultérieures lui ont fait subir.

3C’est dans une période pleine d’appréhensions pour Louise et qui précède l’avènement de François qu’il faut trouver les raisons de la rédaction du Journal. Anne-Marie Lecoq en donne ici une image assez précise :

  • 3 Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance franç (...)

Pendant plus de 15 ans, le petit groupe des Angoulême, Louise et Marguerite poussant devant elle « le gros garçon » est passé par tous les affres : les huit grossesses successives d’Anne de Bretagne, le projet de mariage entre Claude de France et Charles de Habsbourg, le mariage in extremis de Louis XII avec la jeune Marie d’Angleterre, les ont cruellement tenus en haleine. Dans le secret des dévotions particulières, allant jusqu’aux confins de la magie, elles ont soutenu l’ambition pour le fils et frère chéri, portant en lui tous les espoirs de la branche cadette d’Orléans.3

  • 4 Selon Ibid., p. 106, « le compas réalise la forme parfaite ». « On sait que Louis XII confie à Loui (...)

4À la mort soudaine de son mari, Louise aurait pu voir François passer à une tutelle autre que la sienne car, âgée de 18 ans, elle était elle-même encore considérée comme mineure. Or, ce ne fut pas le cas, son rôle de mère a été mis en valeur de façon spectaculaire puisque Louis XII, en personne, lui confie la garde de ses enfants, lui donnant ainsi une fonction qui dépasse sa responsabilité maternelle naturelle en la doublant d’une dimension politique dont Louise comprend parfaitement les enjeux, en dépit de sa jeunesse. L’image qui la représente comme le compas du dauphin (infra fig. 99), compas renvoyant d’une part au cercle et donc à la perfection4, mais d’autre part évoquant aussi l’instrument de navigation, sera l’image qu’adoptera Louise comme un ethos structurant sa figuration dans ce qu’on appelle à tort ou à raison, son Journal.

5Les deux problèmes majeurs que pose le Journal concernent d’une part ses éditions successives – et l’on verra que paradoxalement la plus récente, celle de 1875 parue dans la Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, dont l’édition Paleo donne un fac-similé, est la plus coupable – et d’autre part la question de l’identité de son auteur. Louise est-elle l’auteur du texte, complètement ou partiellement ? Si, comme je le pense, elle y a joué une grande part, alors que visait-elle ? À qui ce texte était-il destiné ? Si les questions de fiabilité des éditions et d’identité de l’auteur ont déjà été posées par la critique, celle de la réception du Journal est restée peu abordée.

SON AUTHENTICITÉ, SES ÉDITIONS

  • 5 Hauser Henri, « Étude critique sur le Journal de Louise de Savoie », Revue historique, LXXXVI, 1904 (...)
  • 6 Sur Olivier de Coste, père Hilarion (1595-1661), voir la notice rédigée par Nicole Pellegrin sur le (...)

6Avant de s’occuper de la question de l’identité de l’auteur et de celle de ses destinataires éventuels, il convient de s’assurer de la fiabilité de l’édition d’un texte dont l’original a disparu. Dans un article paru en 1904 dans la Revue historique, Henri Hauser désigne la version réalisée par l’historien savoyard Samuel Guichenon, en 1660, comme la plus fiable du Journal5. Samuel Guichenon l’avait en effet réalisée sur la base d’un manuscrit, aujourd’hui disparu mais dont on connaît une transcription du XVIIe siècle conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal (ms. 3435), un manuscrit que lui avait procuré l’historien franciscain Oliver Hilarion de la Coste6. Ce manuscrit s’intitule Journal de Louise de Savoie, Duchesse d’Angoulesme et d’Aniou & de Valois & Comtesse du Mayne, Mère du Roy François Ier dit Le Grand. Le Journal débute par le mois de janvier avec cette insertion : « C’est madame qui reduit a mémoire plusieurs choses. »

STRUCTURE ET CONTENU DU JOURNAL

7Le Journal compte environ 5 000 mots. Il ne s’agit pas d’un journal intime mais d’un document visant vraisemblablement à établir une carte astrologique centrée sur François Ier et nécessairement sur Louise et, de façon plus générale avec l’avènement de François, sur les heurs et malheurs de la couronne de France. Le Journal comprend 12 sections correspondant aux 12 mois de l’année ; il recense les événements significatifs aux yeux de son auteur en les classant par mois, de janvier à décembre pour une période allant de 1508 à 1522. C’est-à-dire sept ans avant l’avènement de François et sept ans après, ce qu’on retiendra pour l’éventuelle valeur du chiffre 7 en astrologie.

  • 7 Janvier : p. 1-10 ; février : p. 11-12 ; mars : p. 13-15 ; avril : p. 16-19 ; mai : p. 9-25 ; juin  (...)

8Le Journal traite de Louise, de sa famille et des personnages politiques de son entourage associés au succès de son fils François, appelé « mon Roi », « mon Seigneur », « mon Cesar » et « mon fils ». Le relevé du nombre de pages consacrées à chaque mois qu’on trouvera ci-dessous7 permet de constater que la somme des événements relatés par mois est loin d’être homogène : les mois de janvier et février représentent deux extrêmes, les événements du premier occupant dix pages alors que ceux du deuxième tiennent sur une seule page. Les mois de janvier et d’octobre, comptant chacun dix pages, sont les plus fournis. Viennent ensuite juin et août avec sept pages, mai, juillet et septembre avec six pages, décembre avec cinq pages, avril et novembre avec trois pages, mars avec deux pages et février avec seulement une page.

9Après l’édition de Samuel Guichenon, en 1660, parmi les éditeurs successifs du Journal – depuis l’abbé Lambert en 1753 jusqu’aux éditeurs des grandes collections historiques de mémoires du XIXe siècle –, aucun ne s’est accommodé de la forme mensuelle très particulière, il faut le dire, de ce document, la structure originelle du Journal ne convenant pas à leurs normes éditoriales. L’abbé Lambert s’en explique d’ailleurs clairement :

  • 8 « Avertissement de l’éditeur », dans Lambert Claude-François, abbé de, Mémoires de Martin et Guilla (...)

Les faits rangés selon les mois où ils sont arrivés se trouvent dans une confusion extrême ; nous avons remédié à cet inconvénient en distribuant les mêmes événements par années, mais ces années ne sont pas toutes marquées dans l’original, il a donc fallu que nous suppléassions à ce défaut par nos recherches, et c’est là une opération que la lecture des Mémoires de du Bellai, et de ceux de Fleuranges nous a rendu facile.8

10Ainsi, afin de le « remettre dans l’ordre », c’est-à-dire lui donner une continuité chronologique étrangère à sa visée première, les éditeurs à partir du XVIIIe siècle ont tout simplement démembré le Journal et l’ont donc, comme le remarquait déjà Henri Hauser, complètement dénaturé, lui faisant tenir un discours différent du projet originel. Ils ont éliminé les notations des mois qui structuraient le texte et ont rajouté les dates, selon eux, manquantes pour rétablir une continuité chronologique, comme s’il s’agissait d’un journal écrit au jour le jour, de 1508 à 1522, ce qui n’était ni le cas, ni la visée de ce texte.

11Sans se faire l’avocat du diable, il est toutefois facile de comprendre le souci qui gouverne la publication des grandes collections historiques de la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux années 1830. Les éditeurs entendaient mettre le Journal aux normes de leur collection afin qu’il puisse servir à une lecture événementielle de l’histoire et s’intégrer à un projet visant à reconstituer l’histoire du règne de François Ier, en mettant côte à côte les Mémoires de l’époque, comme par exemple ceux du chevalier Bayard, des frères Du Bellay ou encore du maréchal de Fleuranges.

LA DIMENSION ASTROLOGIQUE DU JOURNAL, SON DESTINATAIRE ?

12Si, comme on le suppose, ce Journal devait servir à établir une carte astrologique, était-ce en vue d’influencer de futures décisions, en mettant en évidence que certains mois avaient été plus favorables que d’autres à certains types d’actions pour les Valois d’Angoulême ?

  • 9 Cette hypothèse a été vigoureusement rejetée par Romano Nanni, du Museo Leonardiano di Vinci, pour (...)

13Essayer de cerner le profil des destinataires de ce texte revient à se demander qui étaient les astrologues actifs à la cour de François Ier aux alentours de l’année 1522, date de la rédaction du Journal. Deux personnages s’imposent à l’esprit : Léonard de Vinci9 et Cornelius Agrippa de Nettesheim.

  • 10 Crouzet Denis, Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance, Paris, Payot, 2011.

14Mais si l’astrologie est censée aider à prédire l’avenir, à quoi correspondrait un récit rétrospectif puisque le Journal enregistre et organise les faits révolus ? S’agit-il de donner un sens rétrospectif aux événements ? C’est par exemple la thèse audacieuse que défend Denis Crouzet dans la lecture nouvelle qu’il propose des Centuries de Nostradamus en les interprétant comme des récits rétrospectifs et historiques plutôt que prophétiques10.

  • 11 Heinrich Cornelius Agrippa, De la Supériorité des femmes (1509), traduit du latin et annoté par B. (...)
  • 12 Loc. cit. Bernard Dubourg émet également l’hypothèse que Cornelius ait pu inspirer le personnage d’ (...)

15Si le Journal était destiné, comme il le laisse entendre, à établir une carte astrologique, le destinataire serait-il Cornelius Agrippa de Nettesheim, astrologue actif à la cour mais traitant Louise de Proserpine car elle ne l’aurait pas payé11 ? On sait qu’en 1524, Agrippa s’installe à Lyon où il devient le médecin personnel (ou plutôt l’un des médecins personnels) de Louise de Savoie, mais, en 1526, Louise quitte Lyon sans Agrippa et aucune pension (ou une pension faible) ne lui est versée. En novembre, il réussira non sans mal à récupérer une partie de ses arriérés mais ne recevra désormais plus d’argent de la Cour de France. Les causes de cette disgrâce étant dues à l’état désastreux des finances royales, la mauvaise réputation de l’intéressé mais aussi à ses relations – en sous-main mais que toute la Cour finit par connaître – avec les Bourbons. Aux yeux de Louise, Cornelius de Nettesheim passe définitivement pour un agent étranger et pour comble, tout en pronostiquant – en public ! – la mort prochaine du roi, le suspect aurait refusé d’établir l’horoscope que lui demandait la régente, sous prétexte qu’il n’avait pas à s’occuper de telles fadaises. En 1535, il quitte Bonn pour Lyon. François Ier l’y emprisonne, le roi n’aurant pas pardonné à son ancien protégé certains libelles jadis publiés contre lui-même, contre la cour de France et contre sa mère12.

  • 13 Dickman Orth Myra, « Francis Du Moulin and the Journal of Louise of Savoy », The Sixteenth Century (...)
  • 14 Holban Marie, « Un témoignage inconnu sur le rayonnement érasmien dans l’entourage immédiat de Fran (...)
  • 15 Voir la communication de BenoistPierre dans ce volume.

16Selon Myra Dickman-Orth13, les points de vue astrologiques ne devraient pas être imputés à Louise mais plutôt à ses deux conseillers François Demoulins et Jean Thenaud. Selon elle, et en accord avec les conclusions de Marie Holban14, le Journal aurait été rédigé par Demoulins, sans doute en 1522, à partir de notations allant de 1508 à 1522, en intégrant les préoccupations astrologiques de Thenaud. C’est aussi sous l’influence de Demoulins que Louise étend sa protection aux premiers réformés15, plus particulièrement à Lefèvre d’Étaples. Les fameuses remarques sur le clergé et les finances royales auraient été ajoutées en conclusion en 1522 au moment de la mise à jour définitive du texte.

IDENTITÉ DE L’AUTEUR ?

17Aux problèmes d’édition s’ajoute un problème fréquent pour les textes des grands nobles et a fortiori pour les textes féminins, à savoir la dissociation traditionnelle entre auteur et scripteur. La phrase sur laquelle s’ouvre le Journal – « C’est Madame qui reduit a mémoire plusieurs choses » – semble indiquer une situation d’écriture très précise, Louise dictant à son secrétaire un texte. S’agit-il alors de minutes devant être stylisées ensuite par les bons soins du secrétaire ? S’agit-il d’un document en voie d’élaboration dont Louise aide à tisser le canevas premier pour laisser ensuite le soin à son secrétaire d’élaborer un document fini et plus orné ?

  • 16 Holban M., « François du Moulin de Rochefort… », art. cit., p. 147-171 ; Dickman Orth M., « Francis (...)

18Henri Hauser, l’un des meilleurs spécialistes des sources de l’histoire de France pour le XVIe siècle, tout en considérant que le journal copié par Samuel Guichenon était un document authentique, émettait cependant quelques doutes quant au fait que Louise pouvait en être l’auteur. En revanche, pour deux critiques16, Marie Holban en 1935 et Myra Dickman Orth en 1982, le style et les préoccupations de François Demoulins montre des convergences à la fois de formes et de contenus avec le Journal qui semblent le désigner comme l’un de ses auteurs probables. Car, en effet, pour Holban et Orth, Jean Thenaud serait responsable du versant astrologique du Journal et Demoulins de ses aspects politiques, lesquels sont nombreux, tout comme de la présence d’un certain discours mystique. Si c’est le cas, nous aurions ici un Journal à trois mains, et la question est de savoir pourquoi ses conseillers ventriloqueraient-ils Louise.

  • 17 Berriot-Salvadore Évelyne, Les Femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 19 (...)
  • 18 Viennot Éliane, La France, les femmes et le pouvoir. L’invention de la loi salique (Ve-XVIe siècle) (...)

19Plus récemment, Évelyne Berriot-Salvadore en 199017 et Éliane Viennot en 200618 analysent le Journal sans remettre un instant en question le fait que Louise pourrait ne pas en être l’auteur. Ainsi, lorsque les critiques pensent que le Journal est majoritairement le fait des secrétaires de Louise, sa dimension astrologique prend le dessus alors que pour les critiques qui la considèrent comme l’auteur de son texte, cette dimension s’efface devant la dimension argumentative, élaborant l’image d’une mère au-dessus de tout reproche, d’une habile politicienne qui réussit à asseoir son fils sur le trône et assure la régence en son absence. Elle déchiffre les comportements des hommes aussi bien que les signes du ciel et enfin, s’en fait l’archiviste.

20À la lumière des analyses du Journal qui s’échelonnent sur près d’un siècle, d’Henri Hauser (1904) à Éliane Viennot (2006), la thèse qui consiste à voir en Louise l’auteur du journal mais peut-être pas son transcripteur me semble la plus probable en raison de l’analyse essentiellement interne du Journal dont on propose ici les points les plus saillants. La parole de Louise y apparaît transcrite presque en transparence et le rôle déterminant qu’elle a joué pour l’avènement de son fils et durant son règne est mis en vedette de façon à servir à la fois de justification et d’apologie. Mais rien n’empêche ni non plus ne permet de dire si l’enregistrement écrit et la rédaction définitive ont été le fait d’un de ses secrétaires.

TITRE

21Certes, on ne peut pas retenir l’intitulé, Journal de Louise de Savoie, comme une preuve que Louise en serait l’auteur dans la mesure où un titre dont on ignore s’il était présent sur le manuscrit d’origine et qu’on retrouve sur une copie postérieure ne prouve rien. Il peut être le fait du copieur et ensuite de l’éditeur de l’œuvre et signifie, sans plus, que ce Journal traite de la vie de Louise.

Inscription de l’auteur : usage de la première personne, marques du style

22Un indice en revanche beaucoup plus parlant et interne au texte même du Journal touche à la façon dont Louise s’y inscrit, en prenant la parole à la première personne, et en usant d’un style homogène tout au long du Journal. Il débute au mois de janvier par l’inscription suivante :

  • 19 Toutes les références au Journal de Louise de Savoie sont tirées du manuscrit 3435 de la Bibliothèq (...)

C’est Madame qui réduit à mémoire plusieurs choses mesmement le danger qui advint au Roy son fils l’an 1501 auprez de la maison du Sauvage en la Varenne d’Amboise le jour de la Conversion Saint Paul, 25 de janvier [1501], environ deux heures après midy, mon Roy, Monseigneur, mon César et mon filz, auprès d’Amboise, fut emporté au travers des champs, par une hacquenée que lui avoit donnée le Maréshal de Gyé, et fut le danger sy grand, que ceux qui estoient présens l’estimoirent irréparable. Toutesfois Dieu, protecteur des femmes veufves, et deffenseur des orphelins, prévoyant les choses futures, ne me voulut abandonner, cognoissant que, sy cas fortuit m’eust si soudainement privée de mon amour, j’eusse été trop infortunée.19

23La clôture de l’anecdote qui ouvre le récit des événements survenus au mois de janvier n’est pas anodine. Elle définit Louise comme veuve et François comme orphelin en les plaçant, d’emblée, sous la protection divine : à ses yeux, et elle veut en convaincre également le lecteur, le fait que François, contre tout espoir, soit sorti indemne de cette aventure prouve bien que Dieu les protège.

24Bien que le Journal ne se présente pas sous une forme très rédigée, il s’agit plutôt d’un enchaînement d’événements dont Louise et François représentent le centre de gravité, il ne manque pas d’une certaine théâtralité qui se nourrit d’effets de contrastes. Ainsi, le 1er janvier, bien qu’à plusieurs années de distance, Louise met deux événements, diamétralement opposés, en rapport, l’un funeste – le décès de son mari, Charles d’Angoulême –, l’autre glorieux – l’aboutissement de ses efforts, l’avènement de son fils. Le procédé se répète puisqu’à la même date mais, là encore, à des années de distance, François se trouve en danger de mort et reçoit aussi l’onction comme roi de France à Reims. De tous ces événements, Louise ne tire qu’une leçon qui fait de son Journal un acte de grâce à la « divine miséricorde » :

  • 20 Journal de Louise de Savoie, éd. cit., p. 3-4.

Le premier jour de janvier je perdis mon mary et le premier jour de janvier mon fils fut Roy de France. Le jour de la Conversion Saint Paul mon fils fut en très grand danger de mourir. Et à semblable jour il fut oinct et sacré en l’Eglise de Rheims. Pour ce suis-je bien obligée à la divine miséricorde qu’à laquelle j’ay esté amplement récompensée de toutes les adversités et inconveniens qui m’estoient advenus en les premiers ans en la fleur de ma jeunesse. Humilité m’a tenu compagnie, et patience ne m’a jamais abandonnée.20

  • 21 Ibid., p. 45.

25Très clair dans l’ensemble, son style est varié : il porte des traces d’oralité, on le verra, mais se fait orner et emphatique lorsqu’il s’agit de noter ses grossesses et les naissances de ses enfants et plus généralement de ceux de la famille royale. La précision apportée à la notation des heures et des minutes semble bien répondre aux besoins d’une carte astrologique : « François par la grace de Dieu, Roy de France et mon Cesar pacifique print la première expérience de lumière mondaine à Congnac environ 10 heures apres midy 1494 le 12e jour de Septembre. » Louise notera de même les naissances de ses petits-enfants, des garçons – « La nativité de François fils de mon fils Dauphin de Vienoys fut à Amboise le second dimanche de Caresme à 9 heures 18 minutes après midy le dernier jour de février » – comme des filles – « En Aoust1520 le jour Saint Laurent, à dix heures après midy, à Saint Germain en Laye, sortit du ventre de la Reine ma fille, Magdelaine, troisieme fille du Roy mon fils21 ». De même, Louise signale les premiers mouvements du fœtus que Claude porte en elle : « Le 7 jour de juing 1516, ma fille Claude à la tour du pin au Dauphiné commença à sentir en son ventre le premier mouvement de ma fille Charlotte. » Elle mentionne également les naissances importantes pour la famille royale – « Le seigneur d’Alenson sortit du cloistre maternel pour commencer mortelle vie l’an 1489 le 2 jour de septembre à 7 heures 29 minutes avant midy » – tout comme l’anniversaire de François qu’elle fête avec faste – « Le jour de mardi gras qui fut le 22 de febvrier je fis un festin grand et magnifique à l’honneur et louange du lieu de Congnac auquel mon fils sortant de moy avoit pris sa très heureuse naissance ».

26La naissance de deux enfants le même mois, donc sous le même signe astrologique, détermine selon Louise des ressemblances, notation d’autant plus intéressante qu’il s’agit de l’une des rares remarques permettant d’établir le lien du Journal avec l’astrologie :

  • 22 Ibid., p. 13.

Henry second fils de mon fils fut le jour de la my caresme à Saint Germain en Laye à 7 heures 6 minutes avant midy l’an 1519 et selon la coustume de France l’an 1518 le dernier jour de Mars ayant, à cause dudict jour, quelque similitude avec François, son frère, qui fut né le dernier jour de febvrier.22

  • 23 Ibid., p. 15-16.

27Louise reste fidèle au système astrologique, qu’elle assimile à l’astronomie, ce qui était fréquent à l’époque, pour noter la naissance « à la manière des astronomes » de sa fille Marguerite : « Ma fille Marguerite fut née l’an 1492 l’unziesme jour d’Apvril à dix heures du matin, c’est-à-dire le 10 jour à 14 heures 10 minutes en contant (comptant) à la manière des astronomes23. »

  • 24 Berriot-Salavadore E., Les Femmes…, op. cit., p. 406.
  • 25 Loc. cit.

28Le style orné et les références littéraires que l’on trouve dans le Journal figurent Louise en princesse instruite, nourrie de belles lettres et d’histoire. En mai 1520, elle relate l’arrivée de François à Ardres en signalant l’étymologie latine du mot – « en latin Ardea » – et dans la même phrase, tandis que le roi d’Angleterre débarque à Calais, elle précise qu’il « s’appelle en latin Caletum, portus Itius, selon César, au Ve livre de ses Commentaires ». Pour Évelyne Berriot-Salvadore, ces notations érudites sont la preuve de l’implication de Louise à son texte et de sa volonté d’y apparaître en princesse cultivée : « Elle emprunte les expressions des poètes qui lui sont familiers et la généalogie des princes, sous sa plume s’orne de métaphores poétiques24. » On remarquera que la naissance des filles est notée beaucoup plus simplement : il lui suffit de dire, en effet, que Marguerite « fut née l’an 1492 » et, de la même manière, elle enregistre sans ornements métaphoriques particuliers les naissances d’Anne de Bretagne et de la reine Claude25. Cela ne veut pas dire que Marguerite soit discriminée puisque comme le note Éliane Viennot,

  • 26 Viennot E., La France, les femmes et le pouvoir…, op. cit., p. 484.

Louise de Savoie est à l’origine de l’attribution d’une maison propre (et grandiose) à sa fille Marguerite, innovation adoptée par les générations suivantes, chaque mère réelle ou de substitution ayant à cœur de conforter le pouvoir économique, politique et symbolique de ses filles ou protégées.26

29Mais cela indique les visées du Journal, plus particulièrement centré sur François et sa mère.

30Si, pour Évelyne Berriot-Salvadore, le recours aux métaphores précieuses signe l’écriture de Louise, pour Myra Dickman Orth, en revanche, le fait que les deux étymologies latines des lieux qui figurent dans le Journal se retrouvent également dans l’œuvre de Demoulins le désigne comme le véritable auteur du texte. Difficile de trancher car, au contact de Demoulins, Louise pourrait avoir eu connaissance de ces étymologies savantes et s’en faire l’écho, mais il n’est pas exclu non plus que Demoulins ait ajouté ces « ornements », au moment de la mise forme définitive du Journal dont il aurait enregistré les minutes.

Effets ou traces d’oralité

31De pair avec une écriture recherchée, le Journal contient aussi de nombreuses traces d’une oralité visant à inscrire dans le texte les traits d’une forte personnalité. Ces notations contribuent à donner à Louise une présence, une épaisseur psychologique mais construisent également de façon cohérente et systématique, son ethos. Or, l’image la plus fiable que peut donner d’elle une femme à cette époque est celle de mère, gardienne et responsable du bien-être et des intérêts de ses enfants mais aussi de ceux qui lui furent confiés :

  • 27 Journal de Louise de Savoie, éd. cit., p. 4.

Anne Roine de France allant de vie à trépas me laissant l’administration de ses biens, de sa fortune, et de ses filles en mémoire de Madame Claude Royne de France et femme de mon fils laquelle j’ai honorablement et amyablement conduite : chacun le sçait, vérité le cognoist, expérience le demonstre, aussi fait publique renommée.27

32Louise se figure en femme accomplissant de façon irréprochable son devoir de mère et l’opinion est ici comme prise à témoin pour le prouver. Aux qualités de mère s’ajoutent celles de son intuition véritablement prophétique puisqu’elle sait interpréter les signes du ciel pour déchiffrer le destin de François. L’intuition vient-elle ici palier l’absence de savoir ou d’expérience politique de Louise ? Représente-t-elle un sixième sens auquel fait appel une femme dont les compétences politiques sont en question ?

  • 28 Ibid., p. 40-41.

Le 28 août 1514, je commençay à prédire, par celeste prévision, que mon fils seroit une fois en grand affaire contre les suisses, car ainsi que j’etois après souper en mon bois à Romorantin, entre sept et huit heures, une terrible impression celeste ayant figure de comète s’apparut en ciel, vers occident, & je fus la premiere de ma compagnie qui m’en apperceut ; mais ce fut sans avoir grand peur ; car je m’escriai si hault que ma voix se pouvoit estendre & ne disois autre chose sinon Suisses, les Suisses.28

33L’univers est assimilé à un système de signes que Louise excelle à déchiffrer, elle se dit avoir été « la première » à réagir « sans peur » devant d’étranges manifestations célestes. Ce qui se reproduit lorsqu’elle note ce prodige annonciateur de la victoire de François :

  • 29 Ibid., p. 48.

Item, ce jour mesme 13 septembre 1515, entre sept et huit heures au soir, fut veu, en plusieurs lieux en Flandres, un flambeau de feu de la longueur d’une lance ; et sembloit qu’il deust tomber sur les maisons ; mais il estoit si clair que cent torches n’eussent rendu si grande lumière.29

34La notation des signes célestes a plus de sens et de pertinence dans un Journal à visée astrologique que ne l’aurait l’analyse politique, certes, mais cela ne veut pas dire pour autant que Louise substitue l’astrologie à l’analyse politique. Son choix est clairement gouverné par le genre qu’elle utilise.

  • 30 Ibid., p. 47.

35Le jour où François défait les Suisses près de Milan, ne pouvant être auprès de lui sur le champ de bataille, elle ne se contente pas d’une prière dans sa chapelle mais accomplit un véritable pèlerinage : « & ce jour propre je partis d’Amboise pour aller à pié à Nostre-Dame de Fontaines, lui recommander ce que j’aime plus que moi-mesme ; c’est mon fils glorieux & triumphant Cesar subjugateur des Helvetiens30. »

  • 31 Ibid., p. 9.
  • 32 Ibid., p. 7.

36L’ethos de Louise s’élabore au cours d’une argumentation qui passe par la notation des événements, non seulement attestés mais de plus significatifs, ils structurent la cohérence de la narration tout en soulignant la cohésion de son action politique. Ainsi, les événements sont mobilisés pour construire un ethos de mère et de politicienne au-dessus de tout reproche. L’ethos maternel est relayé par l’emploi du pathos qu’on a souvent signalé lorsque Louise à travers son Journal s’adresse à François et le célèbre comme « son fils, son César, son roi ». Il est son tout au sens où leurs vies sont totalement dépendantes l’une de l’autre, leurs intérêts entièrement confondus : les succès de François définissent le statut de sa mère et la protègent. Ainsi, ses chutes, ses maladies sont vécues comme une menace directe : « Le 6 jour de janvier 1521, feste des Rois, environ quatre heures après midy, mon fils fut frappé d’une mauvaise buche sur le plus hault de ses biens, dont je feus bien désolée ; car, s’il en fut mort, j’étois femme perdue […]31. » Louise note soigneusement les marques d’affection que lui témoigne François : « Et mon fils demonstra l’amour qu’il avoit [barré pour a moy vouloir] a moy voullut aller à pieds et me tenir bonne compagnie32. »

37C’est encore cet ethos de mère (de « pauvre mère ») qu’elle exprime, prenant Dieu à témoin, éperdue de bonheur au glorieux retour de son fils de la bataille :

  • 33 Ibid., p. 7-8.

Le 13 de janvier 1516 mon fils revenant de la bataille des Suisses me rencontra auprès de Sisteron, en Provence, sur le bord de la Durance, environ six heures au soir ; et Dieu sçait si moy, pauvre mère, feus bien aise de voir mon fils sain et entier, après tant de violences qu’il avoit souffertes et soutenues pour servir la chose publique.33

  • 34 Freeman John F., « Louise of Savoy: A Case of Maternal Opportunism », The Sixteenth Century Journal (...)

38De là, il n’y a qu’un pas que John Freeman34 franchit allègrement, n’hésitant pas à faire de Louise une mère abusive et surtout opportuniste. Mais n’est-ce pas surinterpréter son image ? Avait-elle, lors de ses deux régences par exemple, d’autres choix ? Louise fait corps avec François, comme Marguerite fera corps avec elle pour libérer François, captif au château de Madrid. L’intérêt de François, celui de Louise et le bien de l’état représentent un faisceau de motifs malaisés à démêler. L’image que Louise construit dans son Journal est celle d’une mère anxieuse de la situation de son fils, en premier lieu de sa santé : la moindre épine dans le pied de François la plonge dans de terribles inquiétudes. Qu’il s’agisse de politique, elle se figure comme ayant veillé de façon irréprochable à l’asseoir sur le trône et au-delà, à assurer activement sa gloire et ses succès.

  • 35 « Le 12 septembre 1514, le Roy Louis 12 pour antique et debile sortir de Paris pour aller au devant (...)

39Sans vergogne, Louise se réjouit de ce que Anne ait mis au monde un enfant mort-né : « Anne Royne de France à Bloys le jour Saincte Agnes 21 de janvier eut un fils mais il ne pouvoit retarder l’exaltation de mon Cesar. Car il avoit faute de vie. » Si souvent citée, cette phrase exprime bien la présence de Louise, sa sincérité presque caricaturale, son esprit de compétition à la limite de l’éthique car se réjouir d’une mort en son for intérieur, passe encore, mais aller jusqu’à le clamer en liant dans une même phrase la mort de cet enfant et son heureuse conséquence, à savoir « qu’elle ne retardera pas l’exaltation de mon Cesar », figure un triomphe de mauvais goût, comme si l’obsession de l’avènement de François aveuglait Louise. On pourrait, certes, imputer cette phrase à l’excès de zèle du scribe mais aussi lui reprocher de ne pas avoir exercé la censure nécessaire entre ce que permet la liberté de la parole et ce que la retenue dicte à une écriture qui, par hasard, peut-être est passée à la postérité. De même, on est sensible à l’ironie avec laquelle Louise signale le départ de l’« antique et debile » Louis XII, c’est-à-dire vieux et faible, pour aller retrouver sa « jeune femme35 ».

40Les passages les plus virulents du Journal dénoncent la corruption des clercs ou bien se réfèrent à la religion dominante avec un cynisme cinglant dont on peut se demander s’il émane de Louise et s’il faut y voir les traces d’une oralité qui, à l’écrit, étonnent par leur liberté.

41Dans son Journal, Louise est toujours active et aux aguets, surveillant ce qui se passe sur tous les fronts et évaluant les événements en fonction des avantages et surtout de la gloire que pouvait en tirer son fils. L’identification de la mère à son fils est sans cesse répétée tout au long du Journal, au gré des triomphes de François, par exemple, qui sont aussi et même peut-être, avant tout, ceux de Louise. Mais on le sait, le triomphe sera de courte durée, au fil des échecs que l’histoire enregistre autour de 1522, les critiques se multiplient et pleuvent sur Louise et son écriture de justification aurait pu se faire carrément apologétique si le Journal avait été au-delà de 1522.

Le Journal et le mouvement évangéliste en France

  • 36 Ibid., p. 35.

42On sait que la famille royale fut influencée par la pensée des Franciscains, et au-delà de Demoulins et de Thenaud, notamment par des courants déjà présents à la cour sous Louis XI avec par exemple François de Paule. Louise note qu’elle a œuvré pour sa canonisation : « L’an 1519 [le 5 juillet], frère François de Paule, des freres mendians Evangelistes, fut par moi canonisé ; à tout le moins j’en ai payé la taxe36. »

43Signalant le décès du cardinal Antoine Bohier, elle dénonce l’ingérence mais surtout l’ambition des papes :

  • 37 Ibid., p. 64.

Le 24 Novembre 1518, le Moyne Rouge, Anthoine Boys, parent de nostre révérendissime chancelier et des inextricables sacrificateurs des finances, alla de repos en travail hors de ce monde ; et lors fut faict une fricassée d’abbayes, selon la folle ambition de plusieurs papes.37

44Avec une même véhémence, Louise démasque les ordres (de toutes couleurs) comme étant hypocrites et dangereux :

  • 38 Ibid., p. 69.

L’an 1522 mon fils et moy par la grace du saint Esprit commenceames à cognoistre les hypocrites blancs, noirs, gris, enfumés et de toutes couleurs, desquels Dieu, par sa clémence et bonté infinie, nous veuille préserver et deffendre ; car, si Jésus-Christ n’est menteur, il n’est point de plus dangereuse génération en toute nature humaine.38

45Ces deux citations, condamnant d’une part les papes et surtout leur ingérence dans la création d’abbayes et d’autre part les moines pour leur hypocrisie, sont à peu près les seules du Journal qui ont une odeur de Réforme, ce qui semble un peu mince pour établir l’opinion de Louise. Le Journal s’achève au mois de décembre sur une constatation désabusée, qui a valeur de clôture presque fataliste. Trompés par les moines, Louise et François le sont aussi par « les gens de finances » :

  • 39 Ibid., p. 68.

L’an 1515, 516, 517, 518, 519, 520, 521 & 522 sans y pouvoir donner provision mon fils et moy fusmes cointinuellement desrobés par les gens des finances.39

46Difficile donc d’affirmer si le Journal milite en faveur de la Réforme. La dénonciation des moines semble s’inscrire dans un bilan général exprimant la déception devant les abus en tout genre.

  • 40 Les Mémoires féminins du XVIIe siècle ne sont plus le fait des reines, ni Marie de Médicis, ni Anne (...)
  • 41 Évelyne Berriot-Salvadore note également la découverte du « pouvoir médiatique de l’écriture qui le (...)

47En somme, malgré sa brièveté et sa structure peu commune, mensuelle et non pas chronologique, le Journal de Louise de Savoie a peut être encouragé des reines et des princesses à témoigner de leur temps et de leur rôle par écrit. Certes, aucune ne la mentionne ni ne s’en recommande explicitement mais la filiation entre ces écrits féminins et royaux tient à la façon dont leurs auteures se figurent dans l’histoire. On connaît l’œuvre littéraire de Marguerite de Navarre, sa fille, celle de Jeanne d’Albret, sa petite-fille, auteur de poésies mais surtout de Mémoires qui rendent compte de son action politique, et notamment de son engagement aux côtés des protestants lors du siège de La Rochelle pendant les guerres de religion. À l’instar de Louise, elle met en vedette son rôle de mère et relate la façon dont elle réussit à préserver son fils, Henri de Navarre, de l’influence de Charles IX qui l’appelait à la cour en vue de contrecarrer l’éducation protestante que lui donnait sa mère. De même, Marguerite de Valois dans ses Mémoires se figurera en habile politicienne et de façon générale, le genre des Mémoires féminins permet à un nombre croissant de femmes dès la fin du XVIe siècle de s’inscrire dans l’Histoire40 autant comme protagonistes que témoins. Ainsi, à l’instar de Louise et peut-être sur son modèle, bien qu’il ne soit pas explicitement cité, les femmes de l’aristocratie découvrent qu’elles peuvent avoir recours à l’écriture pour rendre compte et justifier de leurs actions et, de ce fait, mieux contrôler les modalités de leur inscription dans l’histoire41.

48La nature astrologique du Journal de Louise de Savoie rend compte de son orientation, de ses contenus et, enfin, du peu d’analyses politiques dont il fait état si on le compare au genre des Mémoires. Et ce, non pas parce que Louise en aurait été incapable – sa biographie prouve bien le contraire – mais dans la mesure où ce n’était pas la visée du Journal.

49En somme, ce texte ne permet ni d’établir la position de Louise sur la Réforme ni de dégager les traits de sa pensée politique, en dépit de ce qu’ont essayé de lui faire dire les éditeurs des grandes collections historiques à partir du XVIIIe siècle en remaniant le Journal, en rétablissant une continuité chronologique et une dimension historiographique qu’il ne visait pas. En revanche, le Journal dans sa forme authentique et manuscrite se prête à une analyse des catégories que Louise utilise pour se peindre, assumant l’ethos d’une mère et d’une habile politicienne qui sait mettre en vedette la lutte qu’elle a menée pour asseoir François sur le trône et l’aider à gouverner.

Annexes

ANNEXE. LES ÉDITIONS DU JOURNAL DE LOUISE DE SAVOIE

1660

Journal de Louise de Savoie, édité par Samuel Guichenon dans Histoire généalogique de la royale maison de Savoye, II, Lyon, G. Barbier, 1660, p. 457-464.

1753

Journal de Louise de Savoie, édité par l’abbé Claude-François Lambert dans Mémoires de Martin et Guillaume Dubellai-Langei, mis en un nouveau style, auxquels on a joint les Mémoires du maréchal de Fleuranges qui n’avoient point encore été publiés et le journal de Louise de Savoie le tout accompagné de notes critiques pour servir à l’histoire du règne de François Ier, VI, Paris, Durand, 1753, p. 173-202.

1786

Mémoires ou Journal de Louise de Savoye, duchesse d’Angoulesme, d’Anjou et de Valois, mère du grand roi François Ier. XVIe siècle, édité par Alexandre-Claude Bellier-Duchesnay dans Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l’Histoire de France, XVI, Londres, 1786, p. 401-434.

1820

Journal de Louise de Savoie, édité par Claude-Bernard Petitot dans Collection complète des mémoires relatifs à l’Histoire de France depuis le règne de Philippe Auguste jusqu’au commencement du XVIIIe siècle, XVI, Paris, Foucault, 1820, p. 383-408.

1836-1838

Journal de Louise de Savoie, édité par Jean-Alexandre Buchon dans Choix de chroniques et mémoires relatifs à l’Histoire de France avec notes biographiques, IX, Paris, A. Desrez, 1836-1838 (rééd. 1861).

1838

Journal de Louise de Savoie, duchesse d’Angoulesme, d’Anjou et de Valois, édité par Joseph-François Michaud et Jean-Joseph-François Poujoulat dans Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, t. V : Fleurange, Louise de Savoie, Du Bellay, Paris, Commentaire analytique du Code civil, 1838.

1851

Journal de Louise de Savoie, duchesse d’Angoulesme, d’Anjou et de Valois, mère du grand François Ier, édité par Robert de La Marck dans Histoire des choses mémorables advenues du règne de Louis II et François Ier en France, Italie, Allemagne, Pays Bas, depuis 1499 jusques en l’an 1551, Paris, Guyot, 1851, p. 83-93.

1875

Journal de Louise de Savoie, édité par Jean-Alexandre Buchon dans Choix de chroniques et mémoires relatifs à l’Histoire de France, Paris, A. Pilon, 1875, p. 295-302.

2006

Journal de Louise de Savoie duchesse d’Angoulesme, d’Anjou et de Valois, mère du grand roi François Ier (1459-1522), édité par Pascal Dumaih, Clermont-Ferrand, Paléo, 2006 (fac-similé de l’édition de 1838.)

Notes

1 Je remercie Martine Vallon, conservatrice du Musée de Sologne, qui m’a gracieusement envoyé deux versions du Journal de Louise de Savoie dont une conservée au musée.

2 Journal de Louise de Savoie, dans Histoire généalogique de la royale maison de Savoye, édité par S. Guichenon, II, Lyon, G. Barbier, 1660, p. 457-464. On trouvera la liste des éditions successives dans l’annexe.

3 Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987, p. 11-12.

4 Selon Ibid., p. 106, « le compas réalise la forme parfaite ». « On sait que Louis XII confie à Louise de Savoie l’éducation de son fils et la loge au château d’Amboise où le logis des sept vertus était le plus bel ornement » (ibid., p. 69). Elle y demeure de 1498 à 1508, date à laquelle Louis XII appela le prince à la cour. La santé morale du prince (sa vertu) détermine la solidité du régime politique » (ibid., p. 74-75).

5 Hauser Henri, « Étude critique sur le Journal de Louise de Savoie », Revue historique, LXXXVI, 1904, p. 280-303.

6 Sur Olivier de Coste, père Hilarion (1595-1661), voir la notice rédigée par Nicole Pellegrin sur le site de la SIEFAR d’où proviennent les informations suivantes. Olivier de Coste appartient à l’ordre des Minimes fondé vers 1474 par François de Paule, l’un de ses lointains parents mais aussi le religieux que Louise de Savoie a veillé à faire canoniser car ce dernier lui avait prédit qu’elle aurait une fille et un garçon et que celui-ci serait roi de France. Louise donna à son fils le prénom de François en souvenir de cette prédiction. Hilarion de Coste est l’auteur d’un ouvrage intitulé Les Eloges et les vies des reynes, des princesses, et des dames illustres en pieté, en Courage & en Doctrine, qui ont fleury de nostre temps, & du temps de nos Peres, Paris, Sébastien Cramoisy et Gabriel Cramoisy, 1647, 2 t.

7 Janvier : p. 1-10 ; février : p. 11-12 ; mars : p. 13-15 ; avril : p. 16-19 ; mai : p. 9-25 ; juin : p. 25-32 ; juillet : p. 32-38 ; août : p. 38-45 ; septembre : p. 45-51 ; octobre : p. 52-62 ; novembre : p. 62-65 ; décembre : p. 65-70.

8 « Avertissement de l’éditeur », dans Lambert Claude-François, abbé de, Mémoires de Martin et Guillaume Dubellai-Langei, mis en un nouveau style, auxquels on a joint les Mémoires du maréchal de Fleuranges qui n’avoient point encore été publiés et le journal de Louise de Savoie […], VI, Paris, Durand, 1753, p. 173-202, spécialement p. 171, également cité par Hauser H., « Étude critique… », art. cit., p. 282.

9 Cette hypothèse a été vigoureusement rejetée par Romano Nanni, du Museo Leonardiano di Vinci, pour lequel Léonard condamne le recours à l’astrologie. Ce document ne peut donc ni lui être destiné, ni relever de sa commande.

10 Crouzet Denis, Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance, Paris, Payot, 2011.

11 Heinrich Cornelius Agrippa, De la Supériorité des femmes (1509), traduit du latin et annoté par B. Dubourg, Paris, Dervy, 1986, p. 19.

12 Loc. cit. Bernard Dubourg émet également l’hypothèse que Cornelius ait pu inspirer le personnage d’Herr Trippa du Tiers Livre de Rabelais.

13 Dickman Orth Myra, « Francis Du Moulin and the Journal of Louise of Savoy », The Sixteenth Century Journal, XIII, 1, Spring 1982, p. 55-66.

14 Holban Marie, « Un témoignage inconnu sur le rayonnement érasmien dans l’entourage immédiat de François Ier », Nouvelles études d’histoire présentées au Xe Congrès des sciences historiques, Bucarest, Académie de la République populaire roumaine, 1955, p. 265-284 ; Id., « François du Moulin de Rochefort et la Querelle de la Madeleine », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, II, 1935, p. 26-43 et 147-171.

15 Voir la communication de BenoistPierre dans ce volume.

16 Holban M., « François du Moulin de Rochefort… », art. cit., p. 147-171 ; Dickman Orth M., « Francis Du Moulin… », art. cit., p. 55-66.

17 Berriot-Salvadore Évelyne, Les Femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990.

18 Viennot Éliane, La France, les femmes et le pouvoir. L’invention de la loi salique (Ve-XVIe siècle), Paris, Perrin, 2006.

19 Toutes les références au Journal de Louise de Savoie sont tirées du manuscrit 3435 de la Bibliothèque de l’Arsenal.

20 Journal de Louise de Savoie, éd. cit., p. 3-4.

21 Ibid., p. 45.

22 Ibid., p. 13.

23 Ibid., p. 15-16.

24 Berriot-Salavadore E., Les Femmes…, op. cit., p. 406.

25 Loc. cit.

26 Viennot E., La France, les femmes et le pouvoir…, op. cit., p. 484.

27 Journal de Louise de Savoie, éd. cit., p. 4.

28 Ibid., p. 40-41.

29 Ibid., p. 48.

30 Ibid., p. 47.

31 Ibid., p. 9.

32 Ibid., p. 7.

33 Ibid., p. 7-8.

34 Freeman John F., « Louise of Savoy: A Case of Maternal Opportunism », The Sixteenth Century Journal, III, 2, 1972, p. 77-98

35 « Le 12 septembre 1514, le Roy Louis 12 pour antique et debile sortir de Paris pour aller au devant de sa jeune femme la Royne Marie » (Journal de Louise de Savoie, éd. cit., p. 46).

36 Ibid., p. 35.

37 Ibid., p. 64.

38 Ibid., p. 69.

39 Ibid., p. 68.

40 Les Mémoires féminins du XVIIe siècle ne sont plus le fait des reines, ni Marie de Médicis, ni Anne d’Autriche ne laissèrent de Mémoires, en revanche le genre fleurit sous la plume de La Grande Mademoiselle, de Madame de La Fayette, de Madame de Montpensier, etc.

41 Évelyne Berriot-Salvadore note également la découverte du « pouvoir médiatique de l’écriture qui leur permet de laisser une justification ainsi qu’une apologie destinée à une opinion publique et qui vise aussi à contrôler leur inscription dans l’histoire » (Berriot-Salvadore E., Les Femmes…, op. cit., p. 408).

Auteur

Université de Tel-Aviv

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540