Version classiqueVersion mobile

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

IV. Louise et les lettres

Louise de Savoie et François Demoulins de Rochefort

Charlotte Bonnet

Texte intégral

1Cette contribution analysera les rapports entre Louise de Savoie et François Demoulins, précepteur de son fils et aumônier puis grand aumônier de France. Cet auteur, aussi prolifique qu’éclectique, a écrit une vingtaine de manuscrits enluminés par certains des plus grands artistes de l’époque, tels Robinet Testard, Jean Clouet ou encore Godefroy le Batave. La plupart de ces manuscrits est destinée au jeune duc d’Angoulême (puis roi de France), mais une grande partie l’est également à sa mère, Louise de Savoie, cette femme pieuse et amatrice de beaux livres, en laquelle notre auteur a pu trouver un mécène, mais aussi une alliée et une protectrice.

LES ANNÉES DE FORMATION DU PRINCE (1501-1514)

  • 1 Voir l’Armorial général ou registre de la noblesse de France, registre troisième, seconde partie, P (...)
  • 2 Voir les Gages ordonner [sic] par Madame la comtesse d’Angoulesme […] commençant dernier janvier 15 (...)
  • 3 Voir l’État des officiers civils et militaires depuis Charles VI jusqu’à Henry II. Registre II, BnF (...)
  • 4 François Demoulins y fait allusion dans le prologue de son « Dialogue sur le jeu », BnF, ms. fr. 18 (...)

2Nos connaissances de la vie de François Demoulins sont encore lacunaires. Il dut naître aux environs des années 1470-1480 au plus tard, mais nous ignorons tout de sa jeunesse et de sa formation. Tout ce que nous savons de lui avant qu’il n’entre au service de la comtesse d’Angoulême, c’est qu’il était chanoine de la cathédrale Saint-Pierre et de l’église Sainte-Radegonde de Poitiers. Il l’était toujours le 15 janvier 1500 (date du partage de la succession de ses parents, à la mort de son père1), mais nous ne savons ni depuis combien de temps il l’était, ni combien de temps il le resta. C’est l’année suivante qu’il apparaît dans les Gages ordonner [ sic] par Madame la comtesse d’Angoulesme pour l’année 1501, sous la mention « Mr d’escole de Monseigneur », pour une rémunération de 100 livres par mois2, et on le retrouve en 1502 dans les comptes des « Officiers de l’hostel de Madame Loyse de Savoye » en tant qu’« ausmonier et chapelain » (de 1502 à 1515) et « pour l’escolle de Monseigneur » (de 1502 à 15083). À cette époque, il vit probablement au château royal d’Amboise, résidence que le roi Louis XII octroya à Louise de Savoie et à ses enfants4.

  • 5 Voir Journal de Louise de Savoie, Duchesse d’Angoulesme et d’Aniou & de Valois & Comtesse du Mayne, (...)
  • 6 Voir l’État des officiers civils et militaires…, op. cit., « Officiers domestiques de la maison de (...)
  • 7 Voir Guillaume Du Peyrat, L’Histoire ecclésiastique de la cour ou les Antiquitez et recherches de l (...)

3En août 1508, François d’Angoulême quitte Amboise pour s’installer à la cour du roi, à Blois5. François Demoulins, encore à son service, le suit probablement. C’est à partir de cette date qu’il cesse de figurer dans les comptes de Louise pour figurer, à partir de 1511, dans les comptes des « Officiers domestiques de la maison de Monseigneur François d’Orléans, duc de Valois, comte d’Angoulême ». Sous la mention « Mr d’escolle de Monseigneur », il figure parmi les « ausmoniers », pour les années 1511 à 15146. D’après Guillaume Du Peyrat, il apparaît également, en 1514, dans les comptes du roi Louis XII comme l’un des quatorze « aumosnier ordinaires ». Deuxième de la liste, il est alors appelé « sous-Ausmonier, appelé auparavant Clerc de l’Aumosne7 ».

  • 8 Ces expéditions militaires suscitèrent de la part de Pierre Gringore quelques moqueries. En effet, (...)
  • 9 Voir Journal de Louise de Savoie…, op. cit., f° 3r° : « Anne Royne de France a Bloys le jour Sainct (...)
  • 10 Voir ibid., f° 21r°-v° : « Car ainsi que j’estois apres soupper en mon bois a Romorantin entre 7 & (...)

4En mars 1511, il accompagne son élève à Lyon, Grenoble et Valence au moment où ce dernier espère alors participer à des opérations militaires en Italie8. Le 21 janvier 1512, il est de retour à Blois. Anne de Bretagne vient d’y accoucher d’un fils mort-né. Grâce au Journal de Louise (Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3435), nous savons que c’est lui qui fit le trajet de Blois à Amboise pour en apporter la nouvelle à celle qui restera pour toujours sa fidèle protectrice9. Notre auteur se rendit probablement de nombreuses fois à Romorantin où se trouvait la résidence favorite de Louise. On l’y trouve, par exemple, le soir du 28 août 1514, en compagnie de sa protectrice, bien sûr, mais aussi de familiers de la cour, comme Regnault de Refuge10. Il est déjà malade et éprouve des difficultés pour se déplacer.

  • 11 Il ne s’agit pas du véritable titre du manuscrit qui s’intitule en réalité Francisci Demoulins dial (...)
  • 12 Voir Maulde La Clavière René de, Louise de Savoie et François Ier. Trente ans de jeunesse (1485-151 (...)
  • 13 Voir François Demoulins, « Dialogue sur le jeu », BnF, ms. fr. 1863, f° 14v°.

5Ces premières années de service (1501-1514) correspondent aux années de formation du jeune prince. L’essentiel de la production littéraire de notre auteur (des miroirs des princes et des traités de philosophie morale) est alors destiné au duc d’Angoulême et, indirectement seulement, à sa mère. Deux d’entre eux sont peut-être des commandes de Louise. Le premier est un manuscrit connu aujourd’hui sous le nom « Dialogue sur le jeu » (BnF, ms. fr. 186311). Il fut rédigé à Amboise en 1505, d’après Renée de Maulde La Clavière, sous l’instigation du nouveau tuteur de François, le cardinal Georges Ier d’Amboise, contre certains laisser-aller avoués de l’éducation dispensée par Louise elle-même12. À nos yeux, c’est très certainement Louise de Savoie elle-même, et non le cardinal d’Amboise, qui commandita l’œuvre : les pièces dédicatoires de la fin de l’ouvrage le prouvent bien – surtout le premier vers du rondeau : « Par bon vouloir d’obeir desireux13 » –, tout comme les trois miniatures la mettant en scène : un portrait en Dame Prudence (on peut voir que sa robe est parsemée de grands L) (supra pl. XVIII, fig. 100) et deux scènes de dédicace (pl. XXIX, fig. 117 et 118).

  • 14 Id., Traité sur les vertus cardinales, 1510, BnF, ms. fr. 12247, f° 16v°.
  • 15 Ibid., f° 7r°.
  • 16 Ibid., f° 7v°.
  • 17 Voir Dickman Orth Myra, « Francis Du Moulin and the Journal of Louise of Savoy », The Sixteenth Cen (...)
  • 18 Voir Holban Marie, « Autour du livre d’heures de Marguerite de Valois », dans In memoriam Vasile Pâ (...)

6Le deuxième manuscrit que nous évoquions est le Traité sur les vertus cardinales (BnF, ms. fr. 12247), illustré par Guillaume II Le Roy et Robinet Testard, et dont la lecture de la première lettre des cinq premières lignes du prologue constitue en acrostiche le prénom « Loise » (fig. 119). D’autres détails des miniatures rappellent également l’identité de la destinataire du manuscrit, comme les ailes (pl. XXIX, fig. 120 et pl. XXX, fig. 121), jeu de mots récurrent sur l’initiale du prénom de la duchesse, et le cordage (pl. XXXI, fig. 122). Ce manuscrit consacré à la description des vertus nécessaires « aux princes et princesses et aultres publiques personnes qui ont constitué de bien se regir et de saigement gouverner la chose publicque14 » est une fois de plus l’occasion pour notre auteur de louer sa maîtresse, représentée par le peintre en incarnation de la Prudence (fig. 122), et de décocher quelques critiques aux « poeticques teologiens15 » et aux « ypocrites gris, blancs, noirs et de toutes couleurs16 », critiques qui ont pu influencer certains passages du Journal de Louise, que l’on date des années 1522-1523. Nous n’évoquerons pas davantage le Journal (voir à ce propos la contribution de Nadine Kuperty-Tsur dans ce volume), sinon pour préciser qu’il est maintenant acquis, depuis l’article de Myra Orth17, qu’il n’est pas, comme le pensait Marie Holban18, l’œuvre de François Demoulins, qui peut avoir tout au plus aidé à sa rédaction, mais bien celle de Louise de Savoie elle-même, à partir de notes prises par elle entre 1508 et 1522.

Fig. 119 François Demoulins, Traité sur les vertus cardinales, 1510. Paris, BnF, ms. fr. 12247, f° 2r° (© Gallica).

AUPRÈS DE LA RÉGENTE (1515-1516)

  • 19 Voir l’État des officiers civils et militaires…, op. cit., « Officiers domestiques de la maison du (...)
  • 20 François Demoulins, Ut rosa de spinis, BnF, ms. fr. 2364, fos 4r° et 5v°.

7L’année 1515 voit un premier changement important dans la vie de François Demoulins. Son ancien élève monte sur le trône et part, presque aussitôt, en Italie. Notre auteur reste à son service : il figure en effet jusqu’en 1520 parmi les « ausmoniers » du roi, dans les comptes des « Officiers domestiques de la maison du Roy François Ier », toujours sous la mention « Mr d’escolle du Roy19 ». Mais c’est aux côtés de Louise, devenue régente au départ de François pour l’Italie, que nous le retrouvons, de plus en plus malade, semble-t-il, et incapable d’accompagner son maître dans un si long et si périlleux voyage20. C’est alors le confesseur du roi, Guillaume Petit, qui l’accompagne dans son périple.

  • 21 Le troisième, également illustré par Godefroy le Batave, est le Traité sur la pénitence, BnF, ms. f (...)

8En janvier de l’année suivante, Louise, sa fille Marguerite, et la reine Claude, effectuent un pèlerinage à la Sainte-Baume, en Provence, en remerciement de la victoire obtenue par les Français sur les Suisses. Notre auteur, en meilleure santé sans doute, fait partie du voyage et offre trois manuscrits à Louise, étroitement liés au thème de la pénitence et de l’humilité. Parmi ces trois manuscrits, deux sont explicitement des œuvres de commande : le commentaire au psaume Dominus illuminatio mea (BnF, ms. fr. 2088) et une Vie de la belle et clere Magdalene (BnF, ms. fr. 24955), tous deux illustrés par Godefroy le Batave21. Leur commande nous renseigne d’une certaine manière sur les centres d’intérêt de la mère du roi : il s’agit de textes bibliques, plus particulièrement de traductions et de commentaires de psaumes et du Nouveau Testament.

9Dans le premier, les 20 versets du psaume 26 sont présentés en étroite liaison avec les récents événements, tantôt pour les éclairer, tantôt pour indiquer la conduite à tenir en conséquence. Chaque feuillet se présente de la même façon (pl. XXXII, fig. 123 et 124) : en haut figure le verset latin qui sert de titre et, en bas, la traduction de Demoulins. Entre les deux se trouvent une scène d’illustration, dans un médaillon dont la bordure reprend, en lettres d’or sur fond noir, le verset latin et, en-dessous, la glose de Demoulins. L’ensemble rappelle étrangement la conception des emblèmes illustrés, quinze ans avant Alciat. L’auteur, par ailleurs désireux de plaire à sa maîtresse, y représente cette dernière sous les traits flatteurs de Dame Concorde (un jeu de mots qu’il fait à partir de l’emblème des Savoie, la cordelière et son nœud qui unit).

  • 22 François Demoulins, Vie de la belle et clere Magdalene, BnF, ms. fr. 24955, fos 107v° et 108r°.
  • 23 Pour la datation de ce manuscrit, voir Holban Marie, « François du Moulins de Rochefort et la Quere (...)
  • 24 Ibid., p. 152.

10Le second manuscrit est une Vie de la belle et clere Magdalene (BnF, ms. fr. 24955) rédigée « selon l’observance de l’église, aux ordonnancez de laquelle [je] ne vouldrois contrarier22 », nous dit François Demoulins. Ce manuscrit est plus tardif que le précédent : il aurait été rédigé au retour de la Sainte-Baume, à Paris, au début de l’année 151723. Nous reviendrons sur le contenu de ce manuscrit et la querelle qu’il suscita en évoquant le Petit livret faict à l’honneur de Madame Saincte Anne (Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 4009). Nous voudrions toutefois évoquer le dialogue qui clôt l’ouvrage, un dialogue entre Madame et Obéissance. Marie Holban s’en est servi pour démontrer que Louise de Savoie qui « s’intéresse surtout aux faits précis, aux détails positifs », « loin d’être un esprit hardi, une femme savante, […] était une personne de piété assez étroite et de médiocre culture24 ».

  • 25 F. Demoulins, Vie de la belle et clere Magdalene, op. cit., f° 90v° : « Madame demande : Comment do (...)
  • 26 Ibid., fos 88r°-89r° : « Madame demande : Judas dist que l’oygnement que la Magdalene avoit mys sur (...)

11Il serait naïf de penser que les questions qui apparaissent dans ce dialogue parfaitement fictionnel ont nécessairement été posées telles quelles par Louise : François Demoulins peut les avoir inventées, pour répondre à ce qu’il pense être les attentes de sa protectrice. Certaines semblent au contraire correspondre à ses propres interrogations philologiques, comme l’une d’elles qui porte sur l’interprétation d’une citation latine de l’Évangile25 ou cette autre dans laquelle il fait demander à Madame combien coûterait en monnaie de l’époque le parfum de Marie-Madeleine, estimé, selon les commentateurs, à trois cens deniers, et qui est surtout l’occasion, pour notre auteur, de citer le très célèbre De Asse de Guillaume Budé, alors tout récemment sorti des presses, à Paris26.

  • 27 La demande est formulée indirectement. Voir ibid., f° 104r° : « Madame demande : L’oraison de Franc (...)
  • 28 Ibid., f° 92r°.
  • 29 Ibid., fos 95v°-96r° : « Madame demande : La Magdalene a faict tant de miraclez, ne seroit il possi (...)

12Il semble toutefois évident que Louise ne devait pas très bien entendre le latin car elle demande à Obéissance de lui traduire une longue prière de Pétrarque que notre auteur vient de lui citer in extenso en latin27. En outre, il est vrai que la question « Seroit il possible de faire oncquorez l’oignement nardin [de la Magdalene] qui estoit tant precieux & de odeur si souesve ?28 » trahit d’avantage les préoccupations d’une coquette que celles d’une femme savante. Il y a d’ailleurs presque de la superstition et de l’idolâtrie dans cette idée de vouloir recomposer, pour le posséder à l’identique, le parfum de la sainte. Enfin, dans le même dialogue, Madame demande à Obéissance s’il est possible de compiler, dans un même ouvrage, tous les miracles de Marie-Madeleine29, ce à quoi, notre auteur, sceptique, répond :

  • 30 Ibid., f° 96r°.

Je croy que non – au moins qu’on en peusttirer foy certaine – car en narration de miraclez y a tant de mansongez que c’est pitié.30

13Et de mettre sa protectrice en garde :

  • 31 Ibid., fos 74v°-75r°.

J’ay despuys trouvé ung petit livret qui estoit pareillement de l’abbaye de Sainct Victeur qui dit nommement, que ce n’est que fiction & invention d’aucuns hypochritez lequelz soubz umbre de reformacion & de saincte devocion font tant d’abus & de foliez que j’en ay horreur & confusion en ma conscience. Et ceulx que vous voyez les myeulx coeffez portant chaprons de theologie esmaillée de toutez couleurs sont auchun esfoiz les pirez. Pour ce, donnez vous en garde, Madame.31

DE LA CONSÉCRATION À L’OUBLI (1517-1526 ?)

  • 32 Pour Marie Holban, l’année 1517 marque le moment où François Demoulins est marqué par l’érasmisme. (...)
  • 33 Voir Holban M., « François du Moulins de Rochefort… », art. cit., p. 33.
  • 34 Voir Id., « Le vrai Jean Thenaud », dans L’Humanisme français au début de la Renaissance, XIVe coll (...)
  • 35 Voir la lettre écrite par Guillaume Budé à Érasme le 5 avril 1517 dans la Correspondance d’Érasme, (...)

14L’année 1517 marque ainsi un tournant intellectuel important dans la vie de François Demoulins qui correspond avec Érasme32 et rencontre, à Paris, l’humaniste Guillaume Budé33. C’est l’année de tous les projets : le précepteur de François Ier demande à Jean Thenaud de traduire l’Éloge de la folie34 et tente, avec Guillaume Petit, de convaincre le roi d’inviter son auteur en France pour prendre la direction d’un collège de langues anciennes35. Il présente Guillaume Budé au roi et se rapproche également de Jacques Lefèvre d’Étaples, encore inconnu de la famille royale. C’est de lui, et d’une importante querelle théologique dont il nous faut à présent parler.

  • 36 Voir F. Demoulins, Vie de la belle et clere Magdalene, op. cit., f° 91v°, où notre auteur présente (...)
  • 37 Voir infra citation note 31.
  • 38 Voir infra citation note 22.
  • 39 Voir F. Demoulins, Vie de la belle et clere Magdalene, op. cit., f° 78r°-v° : « Maintenant reste sa (...)
  • 40 Ibid., fos 100r°-v° : « Pour vous obeir, Madame, Obeissance a fort traveillé a esclercir ceste mati (...)

15C’est lors de la rédaction de la Vie de la belle et clere Magdalene que Demoulins fit sa connaissance36. Avec son soutien, notre auteur effectua des recherches sur la sainte, notamment dans la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor déjà évoquée37. Alors qu’il annonçait se conformer à l’observance de l’Église38, il découvre, en pleine rédaction de son manuscrit, qu’il n’y a pas une mais deux Marie, appelées à tort Marie-Madeleine39. Il annonce même, à la fin de son manuscrit, la rédaction d’un prochain ouvrage révélant l’existence de trois Marie : Marie de Magdala, celle que Jésus-Christdélivra de sept diables, Marie la pécheresse et Marie, sœur de Marthe40. Ce sera l’œuvre de son ami qui, l’année suivante, publia chez Henri Estienne son très polémique De Maria Magdalena et triduo Christi disceptatio.

  • 41 Voir Holban M., « François du Moulins de Rochefort… », art. cit., p. 156, note 1. Pour les différen (...)
  • 42 La deuxième édition, dédiée ad clarissimumvirum D. Franciscum Molinum Christianissimi Francorum Reg (...)
  • 43 Voir François Demoulins, Petit livret faict à l’honneur de Madame Saincte Anne, Bibliothèque de l’A (...)

16Selon Jean Clichtove, Lefèvre d’Étaples avait écrit son ouvrage pour répondre à certaines questions de la reine mère, Louise de Savoie41. Il en publia une deuxième édition qu’il dédia à son ami, François Demoulins42, et une troisième à Briçonnet. François Demoulins intervint. C’est l’origine de son Petit livret faict à l’honneur de Madame Saincte Anne, qui reprend les thèses développées par son ami au sujet des trois Marie mais également au sujet de Sainte Anne (la question porte cette fois sur le nombre de maris qu’eut Sainte Anne43). Une miniature représente Lefèvre d’Étaples (dit Fabri) aux prises avec ses calomniateurs (pl. XXXII, fig. 125). L’ouvrage s’ouvre sur cette supplique :

  • 44 Ibid., fos 3v°-4v°.

Ne vous souvient il, Madame, que vous me commadastez a Paris de rediger briefvement en figure toute l’histoire de la Magdalene ? Je croy que en avez souvenance aussi bonne comme j’ay heue de vous obeyr et soliciter monseigneur Fabri de lire et estudier jusquez a ce que la verité feusttrouvée. Je dy la verité, car ce que Fabri a escript de la Magdalene est si evident qu’on ne les sauroit reprendre. Toutesfoiz tout ce que nous avons faict ne peut sortir effect si vous, qui eu estez cause, n’y mettez la main. Et que facez escrire le roy a nostre Sainct Pere pour y adviser. Et s’il se treuve que Fabri ayt bien escript, je requiers comme procureur de Fabri […] que la celebration et solennité de la Magdalene soit changée. Au moins que Marie, seur de Marthe, par ung tas de papelars, asnez, hipochrytez prescheurs ne soit plus tant appaillardée. Si aussi il se treuve que la commune opinion de l’eglise soit bonne, que le livre de Fabri soit bruslé et que jamais ne soit nouvellez.44

  • 45 Voir Journal de Louise de Savoie…, op. cit., fos 28v°-29r° : « L’an 1519 le 8 jour d’octobre 11 heu (...)

17Louise de Savoie dut intervenir. En tout cas, Lefèvre d’Étaples ne fut plus poursuivi pour cette affaire. Quant à notre auteur, ce sont sans doute là les années les plus fastueuses de sa carrière. Désireux de le récompenser de ses services, le roi le nomme en 1519 grand aumônier de France, à la demande expresse de Madame. La cérémonie, mentionnée par Louise dans son Journal, eut lieu à Chambord, au tout début des travaux de construction du relais de chasse du roi, le 8 octobre 151945.

  • 46 Voir le Catalogue des actes de François Ier, BnF, ms. fr. 5086, f° 75v°, et Holban M., « Autour du (...)

18La même année, François Ier le charge de faire procéder à la réformation des hôtels Dieu, hôpitaux et maladreries du royaume46. On peut sans doute y voir là aussi une intervention de Louise, à qui notre auteur avait fait part, dans un passage haut en couleurs de sa Vie de la belle et clere Magdalene, de la nécessité de réformer l’Église :

  • 47 François Demoulins, Vie de la belle et clere de Magdalene, op. cit., fos 94v°-95r°.

Toutesfoiz je sçay bien, Madame, qui n’est point de gens si enragés après les beneficez car ilz en prenent aussi bien cinq ou six comme les aultrez. Et si voz reformations durent, j’ay grand peur, si Dieu n’y remedie, que vous en voyrez de bien richez. Car soubz l’umbre de Caritat, ilz prandront la gresse des abbayes & finablement changeront de robbe comme ceulx qui furent oncquez bons disciplez et, par faveur & abpondance de pecune, sont en ce monde nouveaux apoustrez.47

  • 48 Voir le Catalogue des actes de François Ier, op. cit., f° 75v° : « Lettres commettant Antoine Papil (...)
  • 49 Voir ibid., f° 133v°sq. : « Lettres donnant de nouveaux et plus amples pouvoirs à François De Mouli (...)

19Pour engager cette réforme, l’ancien précepteur du roi envoya des délégués dans chaque diocèse de France, mais ces derniers rencontrèrent parfois des réticences et même la résistance des religieux responsables de ces établissements48, ce qui obligea François Ier à confier plus de pouvoirs à son grand aumônier, un peu plus tard, en 152349.

  • 50 En marge du folio 23r° du Triomphe de Prudence, Jean Thenaud écrit : « Monsr de Rochefort, abbé de (...)
  • 51 Pour cette querelle d’évêché qui dura de nombreuses années, voir Holban M., « Autour du livre d’heu (...)
  • 52 Il serait assez évident que ce soit en 1522 puisque c’est à cette date que Jean V de Longueville, q (...)
  • 53 Voir la Correspondance d’Érasme, op. cit., VI, lettre d’Érasme à François Ier du 16 juin 1526, p. 4 (...)
  • 54 Jarossay E., Histoire de l’abbaye de Micy-Saint-Mesmin les-Orléans…, op. cit., p. 315, s’appuyant s (...)

20La fin de sa vie est plus mystérieuse. François Ier le nomme abbé commendataire de l’abbaye bénédictine de Saint-Mesmin à Micy-sur-Loire50 (sans doute pour le consoler de ne pas avoir eu l’évêché de Condom, depuis longtemps convoité51), mais on ignore encore si ce fut en 1517 ou en 152252. Selon toute vraisemblance, il serait mort en 152653 même si tous ne s’accordent pas sur cette date : Marie Holban, s’appuyant d’une part sur des sources le faisant vivre jusqu’en 153454, d’autre part sur une lettre de Guillaume Farel, fait de la mort de Demoulins, en 1526, une rumeur. Dans cette lettre, datée de cette même année 1526, son auteur annonçait en effet la mort du précepteur de François Ier ainsi que celle de Guillaume Budé, pourtant décédé en 1540 :

  • 55 Holban M., « François du Moulins de Rochefort… », art. cit., p. 167, note 2. On reconnaît bien notr (...)

On dit que Budæus est aussi mort ainsi qu’un autre qui avait beaucoup d’influence sur le roi en matière de finances et auquel Érasme a dédié son aimable opuscule de la Confession. Le poison l’aurait également fait périr, ce qui se voit aujourd’hui fréquemment.55

  • 56 Loc. cit.

21Ce n’est pas ici que nous pourrons résoudre la question de la date de décès de notre auteur. Nous voudrions cependant conclure en apportant, peut-être, un nouvel éclairage sur cet extrait de la lettre de Guillaume Farel. Marie Holban affirme que ce dernier procède à une « amusante substitution » du terme d’« aumônes » par celui de « finances56 ». Il faut toutefois souligner que l’emploi de « finances » pour désigner les aumônes se faisait souvent au XVIe siècle et que le grand aumônier de France n’était lui-même qu’un homme de finances.

  • 57 Voir Wolfe Martin et Zacour Norman, « The Growing Pains of French Finance, 1522-1523 », The Library (...)
  • 58 L’extrait a été identifié par les éditeurs, Martin Wolfe et Norman Zacour : ibid., p. 63.
  • 59 Loc. cit.

22Si on s’intéresse maintenant à un curieux manuscrit anonyme – probablement rédigé vers mars 152357 – dans lequel son auteur propose un programme pour la réorganisation des finances du roi et, en particulier, à la dernière phrase qui le conclue, on ne manquera pas d’être étonné, car il s’agit ni plus ni moins d’un extrait (copié à l’identique !) du Journal de Louise58. Comme le soulignent ses éditeurs de 1956, impossible de savoir lequel des deux textes est à l’origine du premier59. Et, si on ne peut tirer aucune conclusion sérieuse, reste que la coïncidence est troublante : François Demoulins, grand aumônier de France chargé de la Réformation des établissements religieux, aurait-il eu une quelconque influence en matière de finances ?

Notes

1 Voir l’Armorial général ou registre de la noblesse de France, registre troisième, seconde partie, Paris, Firmin Didot, 1752, p. 720.

2 Voir les Gages ordonner [sic] par Madame la comtesse d’Angoulesme […] commençant dernier janvier 1501 et finissant le dernier decembre 1502, BnF, ms. fr. 21478, f° 33v°.

3 Voir l’État des officiers civils et militaires depuis Charles VI jusqu’à Henry II. Registre II, BnF, ms. fr. 7853, « Officiers de l’hostel de Madame Loyse de Savoye, comtesse puis duchesse d’Angoulesme et d’Anjou, femme de Charles d’Orleans, comte d’Angoulesme et mere du Roy François Premier, du Ier janvier 1496 au dernier decembre 1518 », f° 325r°, et les Gages ordonner…, op. cit., f° 35v°.

4 François Demoulins y fait allusion dans le prologue de son « Dialogue sur le jeu », BnF, ms. fr. 1863, f° 2r° : « L’indigne precepteur de Monseigneur se trouvant separé de curialle pencée en la ville d’Amboise l’an mil cinq cens et cinq, […]. »

5 Voir Journal de Louise de Savoie, Duchesse d’Angoulesme et d’Aniou & de Valois & Comtesse du Mayne, Mère du Roy François Ier dit Le Grand, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3435, f° 19v° : « Le 3 d’Aoust1508 du temps du Roy Loys 12 mon filz partit d’Amboise pour estre homme decourt & me laissa toute seule. »

6 Voir l’État des officiers civils et militaires…, op. cit., « Officiers domestiques de la maison de Monseigneur François d’Orléans, duc de Valois, comte d’Angoulême avant qu’il vint à la couronne, du 1er janvier 1510 au dernier decembre 1514 », f° 326r°. Dans le Roolle [sic] des gages, ordonnances, pensions, ordonnées par Monseigneur duc de Bretaigne et de Valois, comte d’Angoulême (1513-1514), BnF, ms. fr. 21478, f° 40v°, François Demoulins figure toujours comme « Mr [maistre] d’escolle de Monseigneur » pour l’année 1513, pour une rémunération de 180 livres par mois.

7 Voir Guillaume Du Peyrat, L’Histoire ecclésiastique de la cour ou les Antiquitez et recherches de la chapelle et oratoire du roi de France depuis Clovis I jusques à nostre temps, Paris, Henri Sara imprimeur-libraire, 1645, p. 454.

8 Ces expéditions militaires suscitèrent de la part de Pierre Gringore quelques moqueries. En effet, la sottie qu’il composa pour le mardi gras de l’année 1512 met en scène un « général de l’enfance » qui s’écrit joyeusement : « Je porteray mon moulinet [Demoulins],/S’il convient que nous bataillons/Pour combattre les papillons [les « papillons » désignant ici les partisans du pape]. » Voir Pierre Gringore, Œuvres complètes, t. I, Paris, P. Janet, 1858, p. 234.

9 Voir Journal de Louise de Savoie…, op. cit., f° 3r° : « Anne Royne de France a Bloys le jour Saincte Agnes 21 de janvier acoucha eut un filz mais il ne pouvoit retarder l’exaltation de mon Cesar. Car il avoit faulte de vie. En ce temps j’estois a Amboyse en ma chambre. Et le pauvre M qui a servy mon filz & moy en tres humble & loyalle perseverance m’en apporta les premieres nouvelles. »

10 Voir ibid., f° 21r°-v° : « Car ainsi que j’estois apres soupper en mon bois a Romorantin entre 7 & 8 heures une terrible impression celeste ayant figure de cometes appareut en ciel vers occident. […] Et d’hommes n’y avoit que Regnault de Refuge et le pauvre malheureux Rochefort sur son mulet gris. Car allera pié ne luy estoit possible. » Regnault de Refuge, seigneur de Villaine, apparaît dans les comptes de Louise de Savoie comme « escuyer d’escurie » jusqu’en 1515. Voir l’État des officiers civils et militaires…, op. cit., « Officiers de l’hostel de Madame Loyse de Savoye, comtesse puis duchesse d’Angoulesme et d’Anjou, femme de Charles d’Orleans, comte d’Angoulesme et mere du Roy François Premier, du Ier janvier 1496 au dernier decembre 1518 », f° 334r°. On le retrouvera « premier escuyer d’escurie » de François Ier jusqu’en 1533. Voir l’État des officiers civils et militaires de…, op. cit., « Officiers domestiques de la maison du Roy François Ier depuis l’an 1515 jusques au dernier Mars 1546 avant Pasques », f° 346v°.

11 Il ne s’agit pas du véritable titre du manuscrit qui s’intitule en réalité Francisci Demoulins dialogi. Mais l’ouvrage est depuis longtemps connu de la critique sous le nom « Dialogue sur le jeu ». Nous reproduisons ce titre entre guillemets.

12 Voir Maulde La Clavière René de, Louise de Savoie et François Ier. Trente ans de jeunesse (1485-1515), Paris, Perrin et Cie, 1895, p. 234.

13 Voir François Demoulins, « Dialogue sur le jeu », BnF, ms. fr. 1863, f° 14v°.

14 Id., Traité sur les vertus cardinales, 1510, BnF, ms. fr. 12247, f° 16v°.

15 Ibid., f° 7r°.

16 Ibid., f° 7v°.

17 Voir Dickman Orth Myra, « Francis Du Moulin and the Journal of Louise of Savoy », The Sixteenth Century Journal, XIII, 1, 1982, p. 55-66.

18 Voir Holban Marie, « Autour du livre d’heures de Marguerite de Valois », dans In memoriam Vasile Pârvan, Bucarest, AFMSRR, 1934, p. 168-180, spécialement p. 171-174.

19 Voir l’État des officiers civils et militaires…, op. cit., « Officiers domestiques de la maison du Roy François Ier depuis l’an 1515 jusques au dernier Mars 1546 avant Pasques », f° 339r°.

20 François Demoulins, Ut rosa de spinis, BnF, ms. fr. 2364, fos 4r° et 5v°.

21 Le troisième, également illustré par Godefroy le Batave, est le Traité sur la pénitence, BnF, ms. fr. 1890.

22 François Demoulins, Vie de la belle et clere Magdalene, BnF, ms. fr. 24955, fos 107v° et 108r°.

23 Pour la datation de ce manuscrit, voir Holban Marie, « François du Moulins de Rochefort et la Querelle de la Madeleine », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, II, 1935, p. 26-43 et 147-171, spécialement p. 154 et 166.

24 Ibid., p. 152.

25 F. Demoulins, Vie de la belle et clere Magdalene, op. cit., f° 90v° : « Madame demande : Comment doyvent estre entenduez ses parollez de l’evangille Accepti Maria Magdalena libram unguenti nardipistici ? »

26 Ibid., fos 88r°-89r° : « Madame demande : Judas dist que l’oygnement que la Magdalene avoit mys sur le chief & sur les pietz de Jesus Christpouvoit estre vendu troys cens deniers. Combien pourroit monter ceste somme, si elle estoit reduyte a noustre mounoye ? Obeissance respond : Madame ceste question n’est decidée suffisanment par noz theologians. Pource fault il entendre que c’estoient deniers romains qui pourroient valoir environ quatre carolus & deux deniers de noustre monnoye, en extimant l’argent xi frans le marc. Par ce moyen l’oygnement precieux pouvoit valoir environ. xxx. escuz couronne en prenant l’escu pour. xxxv. solz ainsi que maistre Guillaume Bude le dyt plus amplement en son lyvre De Asse. »

27 La demande est formulée indirectement. Voir ibid., f° 104r° : « Madame demande : L’oraison de Francoys Petrarche est en latin & assez difficile a entendre. Pource dictez moy, Obeissance m’amye, si je vouloys prier devotement la bonne Magdalene, ne vauldroit il myeulx que ma priere feust en francoys ? »

28 Ibid., f° 92r°.

29 Ibid., fos 95v°-96r° : « Madame demande : La Magdalene a faict tant de miraclez, ne seroit il possible de les assembler & en faire ung lyvre ? »

30 Ibid., f° 96r°.

31 Ibid., fos 74v°-75r°.

32 Pour Marie Holban, l’année 1517 marque le moment où François Demoulins est marqué par l’érasmisme. Voir Holban Marie, « Quelques remarques critiques sur François de Moulins », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LII, 1990, p. 23-26, spécialement p. 26 ; Id., « Un témoignage inconnu sur le rayonnement érasmien dans l’entourage immédiat de François Ier », Nouvelles études d’histoire présentées au Xe Congrès des sciences historiques, Bucarest, Académie de la République populaire roumaine, 1955, p. 265-284.

33 Voir Holban M., « François du Moulins de Rochefort… », art. cit., p. 33.

34 Voir Id., « Le vrai Jean Thenaud », dans L’Humanisme français au début de la Renaissance, XIVe colloque international de Tours (1971), Paris, Vrin, 1973, p. 193-205.

35 Voir la lettre écrite par Guillaume Budé à Érasme le 5 avril 1517 dans la Correspondance d’Érasme, II, Paris, Gallimard, 1968, p. 667 : « Guillaume Petit était là, avec celui qui m’avait engagé dans cette affaire, par amitié pour moi et sympathie pour toi ; il espérait qu’il allait voir tes œuvres, comme si tu allais devenir un courtisan ; je le laissais s’illusionner ainsi avec quelques autres, parmi lesquels celui qui a enseigné au Roi depuis son enfance les rudiments de la grammaire : c’est lui qui me sert de guide, celui qui m’a introduit d’abord auprès du Roi. »

36 Voir F. Demoulins, Vie de la belle et clere Magdalene, op. cit., f° 91v°, où notre auteur présente son ami comme « ung ancien homme que vous aymeriez bien, Madame, si vous aviez congnoyssance de ses vertus ». Au folio 100v°, Demoulins dit encore avoir travaillé « avec l’ayde d’ung honeste & bon homme ». Voir également supra citation note 45.

37 Voir infra citation note 31.

38 Voir infra citation note 22.

39 Voir F. Demoulins, Vie de la belle et clere Magdalene, op. cit., f° 78r°-v° : « Maintenant reste savoir si la Magdalene dont nous avons parlé, est celle qui est nommée pecheresse, en l’evangille & s’il y a deux Magdalenez l’une qui estpecheresse, & l’aultre seur de Marthe de laquelle Jesus chassa sept diablez & la guerit miraculeusement. Ceste question est a la fin de ce lyvre. » Demoulins apporte les preuves de sa thèse aux folios 97v°-100r°.

40 Ibid., fos 100r°-v° : « Pour vous obeir, Madame, Obeissance a fort traveillé a esclercir ceste matiere & croy que si loysir plus grand luy est donné, elle demonstrera assez clerement, avec l’ayde d’ung honeste & bon homme qu’il ya heu trois Marriez que nous appellons Magdalene & trois saincts Jacquez. »

41 Voir Holban M., « François du Moulins de Rochefort… », art. cit., p. 156, note 1. Pour les différents échanges de cette longue querelle, voir ce même article.

42 La deuxième édition, dédiée ad clarissimumvirum D. Franciscum Molinum Christianissimi Francorum Regis Francisci primi magistrum, était intitulée De Maria Magdalena et triduo Christi et ex tribus una Maria disceptatio.

43 Voir François Demoulins, Petit livret faict à l’honneur de Madame Saincte Anne, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 4009, fos 39v°-40r° : « Maintenant, avant que passer oultre, fault monstrer de rechief qu’il est du tout impossible de prouver que Anne ayt heu deux maris apres Joachim. »

44 Ibid., fos 3v°-4v°.

45 Voir Journal de Louise de Savoie…, op. cit., fos 28v°-29r° : « L’an 1519 le 8 jour d’octobre 11 heures avant midy mon filz a ma requeste donna a Rochefort l’office de grand Aulmosnier. Ce fut a Chambort a troys lieues de Bloys. » Demoulins conserva cette charge de 1519 à 1526, date où Jean Le Veneur lui succéda. Voir l’État des officiers civils et militaires…, op. cit., « Officiers domestiques de la maison du Roy François Ier depuis l’an 1514 jusques au dernier Mars 1546 avant Pasques », f° 339r° : « 3. Monseigneur François de Moulins au lieu du cardinal de Boisy du 8 octobre 1519 jusqu’en 1526. 4. Monseigneur Jehan Le Veneur evesque de Lisieux au lieu dudit de Moulins en 1526. » Voir également la Gallia Christiana, in provincias ecclesiasticas distributa ; in qua series et historia archiepiscoporum, episcoporum et abbatum regionum omnium quasvetus Gallia complectebatur, ab origine Ecclesiarum ad nostra tempora deducitur, & probatur ex authenticis Instrumentis ad calcem appositis, VIII, Parisiis, Ex typographia regia, 1744, colonne 1536, LII : Fransciscus I. de Moulins dictus de Rochefort praeceptor Francisci I ejusdemque magnus eleemosynarius a die 8. Octob. 1519 ad 1526, et l’Armorial général…, op. cit., p. 720. Pour Du Peyrat G., L’Histoire ecclésiastique de la cour …, op. cit., p. 382 : « Le Roy François I a eu deux grands Aumosnier, qui ont porté la qualité de grand Aumosnier du Roy ; à sçavoir messire François de Moulins, es années 1520, 1521 & 1522 comme apert par les comptes de la maison du Roy, rendus pour lesdites année, & Jean le Veneur, cardinal, evesque & comte de Lizieux, és années 1523, 1524 & jusqu’en l’année 1543. » Mais d’après l’Armorial général…, op. cit., p. 720, François Demoulins se qualifie de « conseiller & Grand Ausmonier du Roy » dans un acte du 6 décembre 1525 signé de sa main. Si on doute encore que François Demoulins ait été grand aumônier jusqu’en 1526, on se référera à Guillaume Du Peyrat lui-même : L’Histoire ecclésiastique de la cour…, op. cit., p. 439 : « […] jusqu’à ce que sa Majesté eustpourveu à l’office de son grand Aumosnier, lors vacant par la mort de Mre François de Moulins son grand Aumosnier, auquel succeda Jean le Veneur, Evesque de Lizieux, qui depuis fut honoré du Cardinalat. » Nous savons que Demoulins n’est pas mort en 1522 puisque nous avons des nouvelles de lui bien après cette date. C’est donc en 1526, date probable de sa mort, qu’il céda sa place à Jean Le Veneur.

46 Voir le Catalogue des actes de François Ier, BnF, ms. fr. 5086, f° 75v°, et Holban M., « Autour du livre d’heures… », art. cit., p. 176. À propos de l’hôpital des Quinze-Vingts de Paris dont le grand aumônier avait la charge, G. Du Peyrat, L’Histoire ecclésiastique de la cour…, op. cit., p. 412, précise : « Cette compagnie des Quinze vingt de Paris est comme une petite Republique, de laquelle le grand Aumosnier de France tient en main le gouvernail, & pour laquelle il fait les loix necessaires à son entretenement. » Et il ajoute que « les lettres patentes adressantes au Parlement de Paris en l’annee 1522 pour la verification dedits statuts font foy qu’ils avoient autrefois esté dressez par Geofroy de Pompadour, & avoient esté presentez au Roy par Mre François des Moulins son grand Aumosnier » (p. 413).

47 François Demoulins, Vie de la belle et clere de Magdalene, op. cit., fos 94v°-95r°.

48 Voir le Catalogue des actes de François Ier, op. cit., f° 75v° : « Lettres commettant Antoine Papillon, avocat au Parlement, et Nicolas de Montguyot, chevalier, pour reprendre et mener à bonne fin la réformation de l’hôtel Dieu de Pontoise, commencée par les délégués de François de Moulins, grand aumônier du roi, et interrompue par suite des résistances de la prieure et des religieuses. »

49 Voir ibid., f° 133v°sq. : « Lettres donnant de nouveaux et plus amples pouvoirs à François De Moulins, grand aumônier du roi, pour procéder à la réformation des hôtels-Dieu, hôpitaux et maladreries du royaume. »

50 En marge du folio 23r° du Triomphe de Prudence, Jean Thenaud écrit : « Monsr de Rochefort, abbé de Sainct-Mesmin, pedagogue du roynostre sire » [voir Jean Thenaud, Le Triumphe des vertuz. Premier traité : Le Triumphe de Prudence (ms. Ars. 3358, ff. 1-148), édité par T.J. Schuurs-Janssen avec la collaboration de R.E.V. Stuip, Genève, Droz, 1997, p. 41].

51 Pour cette querelle d’évêché qui dura de nombreuses années, voir Holban M., « Autour du livre d’heures… », art. cit., p. 175-176.

52 Il serait assez évident que ce soit en 1522 puisque c’est à cette date que Jean V de Longueville, qui était abbé commendataire de l’abbaye depuis 1516 (après René de Prie), obtenant l’évêché d’Orléans, renonça à l’abbaye de Saint-Mesmin. Voir Jarossay Eugène, Histoire de l’abbaye de Micy-Saint-Mesmin lez-Orléans (502-1790) : son influence religieuse et sociale, Orléans, M. Marron, 1902, p. 312-314. La Gallia Christiana donne cette même date de 1522. Voir la Gallia Christiana…, op. cit., colonne 1536, LII : Miciacum habuit ab anno 1522 ad 1534. Cependant, certaines sources laissent entendre que, en 1517, François Demoulins était déjà abbé. Dans une lettre qu’il adresse le 6 février 1517 à Érasme, Guillaume Cop dit par exemple de François Demoulins qu’il a joué « le rôle de pédagogue auprès du Roi dans ses jeunes années, [et qu’il est] maintenant abbé ». Voir la Correspondance d’Érasme, op. cit., II, lettre de Guillaume Cop du 6 février 1517, p. 576. Dans sa réponse (ibid., II, lettre d’Érasme du 24 février 1517, p. 615), Érasme appelle Demoulins « Révérend Père ». Mais peut-être s’agit-il d’un autre office.

53 Voir la Correspondance d’Érasme, op. cit., VI, lettre d’Érasme à François Ier du 16 juin 1526, p. 433 : « François de Moulins est mort, ainsi que Dublet » ; VI, lettre d’Érasme à Guillaume Cop du 27 août 1526, p. 452 : « Papillon et de Moulins sont décédés. » C’est en outre en 1526 que Jean Le Veneur remplace François Demoulins dans sa charge de grand aumônier de France. Voir infra note 46.

54 Jarossay E., Histoire de l’abbaye de Micy-Saint-Mesmin les-Orléans…, op. cit., p. 315, s’appuyant sur une bulle papale qu’il ne cite pas, affirme que Demoulins aurait fait reconstruire le pont et une partie des bâtiments de l’abbaye, endommagés par une inondation de la Loire et du Loiret, en 1527. Le nom de François Demoulins apparaît-il sur la bulle papale ? Ou l’auteur déduit-il simplement qu’il s’agit de François Demoulins, convaincu qu’il est que ce dernier était encore l’abbé commendataire de Saint-Mesmin à cette époque, et jusqu’en 1534, comme l’indique par ailleurs la Gallia Christiana…, op. cit., colonne 1536, LII (voir note précédente) ? Cette très forte inondation, survenue le 13 mai 1527, est mentionnée par Lottin dans Père D. Lottin, Recherches historiques sur la ville d’Orléans depuis Aurélien l’an 274 jusqu’en 1789, Orléans, Alexandre Jacob, 1836, t. I, p. 375. Une erreur de date est cependant également possible. Nous savons par exemple qu’une « inondation considérable de la Loire, occasionnée par la fonte subite des neiges dans les montagnes du Vivarais, où ce fleuve prend sa source » eut lieu le 26 mai 1519 (ibid., p. 369).

55 Holban M., « François du Moulins de Rochefort… », art. cit., p. 167, note 2. On reconnaît bien notre auteur, auquel Érasme dédia, en 1524, son De modo confitendi.

56 Loc. cit.

57 Voir Wolfe Martin et Zacour Norman, « The Growing Pains of French Finance, 1522-1523 », The Library Chronicle, 22, 1956, p. 58-83, spécialement p. 64.

58 L’extrait a été identifié par les éditeurs, Martin Wolfe et Norman Zacour : ibid., p. 63.

59 Loc. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 119 François Demoulins, Traité sur les vertus cardinales, 1510. Paris, BnF, ms. fr. 12247, f° 2r° (© Gallica).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Centre d'études supérieures de la Renaissance

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search