Version classiqueVersion mobile

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

III. Louise et les arts

Louise de Savoie et la musique

Marie-Alexis Colin

Texte intégral

QUELS TÉMOINS DE LA PRÉSENCE DE MUSICIENS ET DE LA PRATIQUE MUSICALE AVANT 1498 ?

  • 1 Les liens avec Louis d’Orléans (le futur Louis XII) s’étaient déjà renforcés à la mort même du comt (...)

1Rien n’est aujourd’hui précisément connu de la pratique musicale au château de Cognac, où résida Louise après son mariage, célébré le 16 février 1488 avec Charles d’Orléans, comte d’Angoulême. Au décès de ce dernier (le 1er janvier 1496), Louise resta à Cognac, et ce jusqu’à la mort de Charles VIII en 1498 : à partir de ce moment-là, son fils François devenant l’héritier présomptif de Louis XII, cette jeune veuve et ses deux enfants s’éloignèrent fréquemment des rives de la Charente1.

  • 2 Maulde La Clavière René de, Louise de Savoie et François Ier. Trente ans de jeunesse (1485-1515), P (...)
  • 3 Cet inventaire est conservé à la BnF (ms. fr. 22335, fos 267r°-276v°. Cette copie contemporaine de (...)
  • 4 Les comptes, dont Sénemaud transcrit certains extraits dans son ouvrage (Sénemaud E., La bibliothèq (...)

2À Cognac, l’activité musicale était peut-être restreinte, compte-tenu des moyens financiers apparemment limités du comte2. En tout cas, une copie de l’inventaire dressé les 20 et 21 novembre 1496, après le décès de Charles d’Orléans, offre bien peu d’informations3. La situation n’est pas différente avec les comptes relatifs à l’année qui suit la disparition du comte4.

  • 5 L’inventaire présente, sans les numéroter, 75 entrées, certaines d’entre elles se référant parfois (...)
  • 6 BnF, ms. fr. 22335, f°274r° ; Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit., p. 51, (...)
  • 7 L’inventaire mentionne en effet « six petits libvres, trois couverts de cuyr vert, ung de satin noi (...)

3L’inventaire après décès énumère plus de 180 volumes5. Parmi ces derniers, dont certains proviennent de la bibliothèque de Jean, père de Charles, figure « ung grant libvre de muzicque, en parchemin, en grant volume, couvert de drap d’or6 ». Mais de tout l’inventaire, c’est la seule mention d’un recueil de musique : d’autres ouvrages musicaux ou ayant trait à la musique ont pu figurer parmi les 112 livres dont la description reste sommaire ; il ne peut non plus être exclu que certains ouvrages ne figurent pas dans l’inventaire, peut-être parce qu’ils disparurent entre la mort du comte et l’établissement du document7.

  • 8 BnF, ms. fr. 8815, non folioté ; reproduit dans Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, (...)

4La description de ce « grant libvre de muzicque, en parchemin, en grant volume, couvert de drap d’or » fait référence à un manuscrit de musique polyphonique in-folio probablement utilisé à la chapelle du château de Cognac, où les enfants de Louise avaient été baptisés. En marge de l’inventaire, qui laisse peu paraître de la possibilité d’une activité musicale à Cognac, les comptes de 1496-1497 signalent l’achat de deux épinettes (dont l’une « moienne ») auprès de Victor Cochon, marchand de Tours8. Les deux instruments pourraient illustrer le goût de Louise et de ses jeunes enfants pour la musique pour clavier, qu’ils interprétaient peut-être eux-mêmes. À l’époque, le répertoire de musique pour clavier consistait essentiellement en arrangements (le plus souvent improvisés) de musique vocale (chansons et motets notamment).

  • 9 BnF, ms. fr. 1673, f°10r° : « Pour faire fin de ce propos madamme [sic]/ Surtout desire que soiez a (...)

5Aucun témoignage précis concernant le personnel musical que Louise aurait pu avoir à son service n’est aujourd’hui connu. Il n’est pas certain qu’au moment de l’arrivée de Louise à Cognac, Imbert Chandelier se trouvait encore à la cour (et si oui, quelles fonctions il y exerçait). Quelques années plus tôt, en 1483, à la fin d’un traité de moral qu’il offrait à la mère du comte, Marguerite de Rohan, Chandelier s’était décrit lui-même comme faiseur de balades, de rondeaux, et joueur de flûtes et d’orgues9.

  • 10 Les comptes présentés dans le manuscrit français 8815 de la BnF (fos 24v° et 29v°, reproduits dans (...)
  • 11 Maulde La Clavière R. de, Louise de Savoie et François Ier…, op. cit., p. 141. Les preuves de paiem (...)
  • 12 Prizer William, « Compte rendu de Music in Renaissance Ferrara, 1400-1505: The Creation of a Musica (...)
  • 13 Par exemple, en octobre et novembre 1515, le scribe se trouva en compagnie du duc de Ferrare à la c (...)

6Les noms de plusieurs enlumineurs et copistes ayant travaillé pour Louise ont en revanche été conservés. Parmi eux figurait le peintre Robinet Testard (qui, à la mort de Louise, servira François Ier). Vers 1500 ou peu avant, Testard enlumina deux manuscrits aujourd’hui célèbres et qui avaient été copiés par le scribe Jean Michel, également au service de Louise : Les echecs amoureux (Paris, BnF, ms. fr. 143) et la traduction des Epistres d’Ovide, par Octovien de Saint-Gelais (Paris, BnF, ms. fr. 875)10 Jean Michel pourrait être le chantre et copiste qui a largement contribué à la transmission d’œuvres de compositeurs français à la cour de Ferrare, cour à laquelle Louise aurait été associée si, au projet de mariage avec Alphonse d’Este, début 1501, n’avait été préférée l’alliance entre le jeune duc et Lucrèce Borgia11. Présent à Ferrare dès 1502 au moins12, rémunéré par Hercule d’Este à partir de 1503, celui qui fut désigné dans un document de 1504 comme « Zoannes Michel de Sabaudia » (« Jean Michel de Savoie ») se trouva en contacts réguliers avec les musiciens du fils de Louise, lorsque ce dernier devint roi de France13.

LE MANUSCRIT FRANÇAIS 1596

  • 14 Le manque de soin dans la gestion de l’espace pourrait expliquer les différences de taille des cara (...)
  • 15 L’appartenance du manuscrit à Marguerite explique probablement pourquoi il ne figure pas dans la bi (...)

7Vraisemblablement, ce n’est pas Jean Michel, copiste habituel de Louise durant les années 1490, qui copia un petit chansonnier en vélin (25 × 18 cm), inachevé, conservé aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France et renfermant six chansons pour trois voix (ms. fr. 1596). Deux mentions portées au début du manuscrit (f° 1v°) montrent que ce dernier a appartenu, à un moment donné, à la fille de Louise, avant que son mariage avec le duc d’Alençon, le 1er décembre 1509, ne lui confère le titre de duchesse d’Alençon. La première mention, tout en haut du folio, dans une écriture calligraphiée, mais irrégulière par la taille des caractères (et semblable, mais pas forcément contemporaine à celle du texte sous la musique) indique « A Marguerite dorleans appartient cest livre14 » ; une autre, en dessous, dans une écriture irrégulière, beaucoup moins soignée (comme pourrait l’être celle d’une enfant ?), à l’encre plus pâle, note : « Ce livre est a marguerite dorleans qui le trouvera silnprandrera [à la ligne suivante] vous qui mires par orgueil vous fera face. » C’est la mention « Musica », centrée, sur le premier tiers du folio, et qui constitue probablement l’une des indications les plus anciennes (sinon la plus ancienne) portées sur le manuscrit, peut-être pour répertorier le livre dans une bibliothèque, qui a contraint l’auteur de l’inscription à la graphie peu soignée à aller à la ligne. Enfin, une dernière mention, également au centre du premier tiers du folio, sous les autres inscriptions, précise : « Plusieurs chansons p [ro]phanes a trois parties15. »

8Le manuscrit est présenté dans le format du livre de chœur (la voix de Cantus, sur le verso, faisant face, sur le recto du folio suivant, au Tenor et au Bassus).

Va ten regret

Fos 2v°-3r°

[Loyset Compère]

Oblier veulx douleur et tristesse

Fos 3v°-4r°

[Alexander Agricola]

L La pris

Fos 4v°-5r°

[Denis Prieur]

Cest pour aymer

Fos 5v°-6r°

[Denis Prieur]

Tous noblez cueurs

Fos 6v°-7r°

 ?

Fors seulement contre

Fos 7v°-8r°

[Jean de Ockeghem]

Tableau 1 Dépouillement du manuscrit. Paris, BnF, ms. fr. 1596.

9Dans toutes les pièces, à l’exception d’Oblier veulx douleur et tristesse qui ne présente que le premier vers du texte, le poème, de forme rondeau, apparaît sous toutes les voix, et les strophes supplémentaires sont données à la suite de la partie de Cantus sur chaque folio verso, conformément à une pratique répandue en France à la fin du XVe et au début du XVIe siècle.

  • 16 Concernant les concordances musicales et poétiques des pièces, voir Wexler Richard, « Musique and P (...)

10Toutes les chansons, sauf Tous noblez cueurs, ont été transmises par d’autres sources, manuscrites ou imprimées, ce qui a permis de les identifier comme étant les œuvres de compositeurs ayant servi la chapelle des rois de France, à partir des années 1480 : elles ont pour auteurs Jean de Ockeghem, Alexander Agricola, Loyset Compère (une pièce chacun) et Denis Prieur (ou Prioris), qui a composé les troisième et quatrième pièces du recueil16.

  • 17 Wexler R., « Musique and Poetry… », art. cit. Louise Litterick, qui partage l’hypothèse de Richard (...)

11L’état du manuscrit et les mentions d’appartenance à la jeune Marguerite ont conduit Richard Wexler à avancer l’hypothèse selon laquelle le recueil était destiné à la cour de Cognac : inachevé à la suite de la mort de Charles d’Angoulême, il aurait été offert en l’état, au plus tôt en 1498, à sa fille (alors âgée de six ans) qui pourrait être l’auteur de l’inscription la moins soignée17. Si tel était le cas, et dans l’hypothèse où le manuscrit aurait été donné, non pas seulement au comte, mais aussi à son épouse (voire à elle seule), nous serions peut-être en présence du témoin le plus proche de l’intérêt de Louise pour la musique.

  • 18 Parce qu’inachevé, il a pu avoir été omis, ou consigné sans plus de détail, avec d’autres petits li (...)
  • 19 En 1498, la jeune veuve et ses enfants furent en effet installés à Amboise par Louis XII ; à partir (...)
  • 20 Dans l’hypothèse où Jean Michel serait la même personne que le célèbre copiste de la cour de Ferrar (...)
  • 21 Les textes se trouvent, respectivement, aux folios 70r°, 72r° et 68v°. Le copiste pourrait être Jea (...)

12L’absence du recueil parmi l’inventaire dressé après le décès du comte ne contredit pas de manière absolue l’hypothèse avancée par Richard Wexler18. En revanche, plusieurs indices pourraient indiquer que le manuscrit a été copié après la mort du comte, non pas à Cognac, mais plutôt à la cour de France (dans l’orbite de laquelle Louise évolua avec ses enfants, à partir de 1498) et qu’il n’était pas destiné à Louise19. Il apparaît en effet que l’écriture du texte du manuscrit français 1596 est assez similaire à celle du manuscrit français 19088 (Trésor de Brunetto Latini), copié vers 1510 pour Louise de Savoie20. Par ailleurs, trois des six poèmes du manuscrit français 1596 – L La pris, Cest pour aymer et Tous noblez cueurs – figurent, sans musique, dans un recueil de 365 rondeaux qui a appartenu à Marguerite d’Orléans (Paris, BnF, ms. 1722) et dont la copie date également de 1509 au plus tard21.

  • 22 Les deux enfants (à leur arrivée, en 1483, Louise et Marguerite étaient âgées, respectivement, de s (...)
  • 23 Winn Mary Beth, « Octovien de Saint-Gelais : complainte sur le départ de Marguerite », dans Winn M. (...)

13En outre, il est intéressant de noter que deux des six pièces rappellent aujourd’hui Marguerite d’Autriche, que Louise a d’abord côtoyée à la cour de France, où la fille de Maximilien séjourna de 1483 jusqu’à sa répudiation par Charles VIII en 149122. Ainsi, la première chanson du recueil, Va ten regret (fos 2v°-3r°), figure aussi dans deux manuscrits copiés pour la tante de Charles Quint, vers 1500 et 1520 (respectivement Bruxelles, Bibliothèque royale, mss 11239 et 228). Quant à la chanson anonyme Tous noblez cueurs (fos 6v°-7r°), seul unicum du chansonnier, elle existe dans une autre version, de Pierre de La Rue, compositeur en titre des Habsbourg à partir de 1492. Le rondeau est chanté par Noblesse, dans un long texte mêlant prose et poésie écrit, à l’occasion du départ de Marguerite d’Autriche de la cour de France, par Octovien de Saint-Gelais, poète de Charles VIII puis de Louise de Savoie23.

  • 24 Il s’agit de « L La pris L tient en sa lesse/ Une qui est de mon cueur la maistresse » (BnF, ms. fr (...)

14Enfin, la première au moins des deux chansons de Prieur/Prioris pourrait rendre hommage au couple formé à partir de 1499 par Louis XII et Anne de Bretagne ; compte tenu des relations hostiles qui existaient entre Anne et Louise, cette éventualité laisse peu de place à l’hypothèse selon laquelle le manuscrit aurait été copié pour la mère du futur roi de France24.

  • 25 Considérant que le répertoire renfermé dans le manuscrit date des années 1480-1490, Martin Picker p (...)

15Dans ces conditions, ce chansonnier (Paris, BnF, ms. fr. 1496), copié probablement dans l’orbite de la cour de France, peut-être entre l’extrême fin du XVe siècle et 1509, a pu être (initialement ou non) destiné à la fille de Louise, l’unicum Tous noblez cueurs ayant peut-être été, sinon composé, du moins chanté à l’occasion du départ de Marguerite d’Orléans de la cour, après son mariage avec le duc d’Alençon25.

LOUISE, MÈRE DU PLUS GRAND ROI

  • 26 La dédicace couvre les folios 2r° et 2v°. La foliotation est bien postérieure à la conception du ma (...)
  • 27 L’ouvrage fut publié sans date et également distribué par Geoffroy de Marnef. Le Mistére du vieil T(...)

16Devenue mère du roi de France, Louise reçut plusieurs ouvrages qui soulignaient, mettaient en scène, voire sublimaient le nouveau statut qui l’associait désormais à son fils. Tel est le cas du manuscrit français 2362, recueil anonyme, copié au plus tôt en 1515, composé de 41 folios en papier, agrémenté de dessins de couleurs. Ce manuscrit renferme un mystère, accompagné d’un petit noël noté en musique. Les « dicts sybillins en personnages » – tel que l’auteur décrivit le contenu de son livre dans la dédicace qu’il adressa à Louise – apparaissent comme une variante d’un extrait du Mistére de Octavien et de Sibille Tiburtine, touchant la conception, et autres Sibilles26. Le mystère d’Octavien se trouve dans Le mistere du vieil testament par personnages joué à Paris hystorié, ouvrage imprimé à Paris par Pierre Le Dru pour Jean Petit, vraisemblablement vers 150027. Du Mistère d’Octavien ne sont repris dans le manuscrit français 2362 que les vers 49147 à 49385, ce qui correspond à la fin du texte consacré aux 12 sibylles. Quelques indications de didascalies ont été portées, par une main contemporaine, voire identique, à celle qui copia le texte, même si la graphie est très légèrement différente. La présentation du manuscrit reste sommaire, malgré les dessins en couleurs (qui, aujourd’hui, rehaussent plus que jamais un objet à l’aspectde médiocre qualité). Ces dessins représentent un orateur (fos 3v° et 41r°), un théologien (f° 4r°), un sonneur de trompette (f° 7v°), la Sybille persique, la Vierge portant le Christ, aux côtés du Serpent et de l’Humain, (f° 8r°), un bœuf et trois ânes (f° 18r°), Octavien, la Sybille tiburtine, la Vierge et le Christ(f° 26v°), les différentes sibylles (fos 8r°, 10v°, 12r°, 13v°, 16v°, 19r°, 21v°, 23v°, 26v°, 28v°, 30v°, 33r° et 37v°).

  • 28 Mes remerciements à David Fiala, Patrice Nicolas et Michel de Waha qui m’ont aidée à déchiffrer les (...)

17Dans sa dédicace à Louise, l’auteur anonyme du manuscrit dépeint la mère de François Ier comme quelqu’un qui guide, gouverne son fils, ce qui pourrait indiquer que l’ouvrage date de l’une des régences de Louise (1515 ou 1524-1526), qu’il compare à plusieurs mères de saints28 :

  • 29 La mère de saint Bernard était en fait Aleth et non Aelidis.
  • 30 L’auteur de la dédicace désigne ici Blanche de Castille, mère de Saint Louis (1214-1270). Un autre (...)
  • 31 Dicts sybillins, f°2r°.

A tres noble de bonne fame/haulte princesse d’angoulame, mere du Roy Francois : Puis tres noble dame et princesse illustre que des biens de fortune (dont du vouloir divin abundez, et bien usez, n’est en moy, obstant la même petite faculté, vous en produise present condigne : neantmoins je advertiz de la vostre religieuse conversation et singulier amour envers le saulveur et redempteur des humains : advertiz aussy du soing que vous avez pour le bien publicque de conduire salutairement mons[eigneu] r vostre filz François par la grace de dieu Roy des Francois : comme saincte monique Sainct Augustin ; Saincte Celine Sainct Remy, Saincte Aelidis SainctBernard29, et aultres immemorables sainctes meres chascune son enfant : comme aussy La Royne blanche sainctLoys30 […].31

  • 32 63 des 68 vers supplémentaires figurent à la fin de l’intervention de la sibylle, seuls cinq vers, (...)

18Aux folios 16v° à 18v°, comme cela arrive à plusieurs reprises dans le récit, figure un développement qui n’apparaît pas dans l’édition parisienne précédemment citée : 68 vers, de facture et de tournure souvent très simples (voire simplistes), ont en effet été ajoutés de part et d’autre de l’oracle de la sibylle de Samos – dont une reproduction du dessin est donnée en (pl. XII, fig. 85) –, et se terminent par un noël, accompagné de sa musique, monophonique (f° 18v°)32 :

[F° 17r°] Je Sebille Samye
En ma vingt et quatrieme annee
[F° 17v°] Ayant esprit de prophetie
En moy de la sus emanée
Pensant a la malfortunee
Emprise de noz vieilz parens
Qui n’ont voulu estre parens
A dieu, me faire obedience
Mais en commettant resistence
Furent deceuptz de l’avarice
de bien et mal avoir science
Comme leur dieu, qui fut grand vice
S’en perdirent le benefice
Que leur avoit dieu imperty
Car trop commistgrand malefice
Qui de son chief s’est averty.

Ainsi qu’estoie en ce party
Subitement, fuz advertie
Et de croire bien convertie
A ce, que de dieu apperceu.
Joyeux propos lors je conneu
D’une grande chose advenir
disant, le jour verrez venir
Que l’enfant né de pouvre femme
Vierge sainte de bonne fame
S’atiffera par passion
En totale purgation
Du vice, ou Eve et Adam churent
Dont l’ire de dieu encoururent.

[Fo 18ro] Car la vierge du saulveur mere
Sera pleine de singuliere
Misericorde et charité
Tant qu’en ceste necessité
Elle aux humains donera secours.
Bestes prandront a Chrystaccours [attours ?]
Bœuf et asne tout erramment
S’enclineront tres humblement
A cest enfant pour l’adorer.

Ce pas cy nous vuelt resere
Que nations sottes et foles
Faisans honneur aux matz idoles
Qui vivent tout ainsy que bestes
Sans foy sans loy ne sens en testes
puis que venu sera messie
Filz de vierge et le fruictde vie
Et par sa voix et preschement
Ilz auront recouvrement
De parfaictsens et de science
Qui la haulte divine essence
L’aura en ce monde transmis
dont chanteront chançons d’amis.

19Sous ce texte, en bas du folio 18r°, un dessin représente un bœuf et trois ânes (pl. XII, fig. 86). Deux d’entre eux tiennent une portée de deux lignes soutenant les deux notes d’intonation de la mélodie présentée au folio suivant (18v° ; voir figure 87 pour la transcription). C’est la main qui écrivit la dédicace, le mystère et probablement les didascalies, qui copia aussi le texte sous la musique, et très vraisemblablement la musique elle-même (comme l’intonation qui précède).

20La mélodie frappe par sa grande simplicité, avec son profil souvent conjoint, son caractère syllabique et son ambitus limité à une octave. L’air peut être également appliqué aux 12 vers octosyllabiques qui lui font suite et referment la section consacrée à la sibylle samienne. Ces vers aux rimes plates se caractérisent aussi par une facture simple, parfois maladroite :

Loange soit a cest enfant
Sy vertueux et sy tresgrant
Qui est par dessus les planetes
Qui sont es cieulx cleres et netes
Qui ciel terre air et maria
Crea, et tout tant qu’il y a
Qui refourment les deformez
Et deferment les enfermez.
Qui donne aux bons entendement
Que soit servy fidelement
Et grandement son nom loé
Dont or dirrons encor Noé. [Noe, noe…]

Fig. 87 Transcription du noël. Paris, BnF, ms. fr. 2362, f° 18v° (saisie informatique : Patrice Nicolas).

21Nous n’avons pu identifier la mélodie, que le rythme ternaire apparente aux hymnes, innombrables à l’époque. À l’instar de nombreux noëls du XVIe siècle, cette pièce simple, tant du point de vue littéraire, métrique que musical fut vraisemblablement conçue comme un couplet encadré par le refrain « Noe ».

  • 33 Voir Gastoué Amédée, Le Cantique populaire en France, Lyon, Janin, 1924, p. 118-113. De nombreux au (...)
  • 34 Ce recueil est aujourd’hui conservé à la BnF (ms. fr. 2368). Parmi les autres recueils manuscrits f (...)

22Elle illustre surtout le développement des noëls à partir de la fin du XVe siècle, lorsqu’ils circulaient sous la forme de manuscrits : ils connurent, dès le début du siècle suivant, une large diffusion imprimée dont furent responsables, entre autres, François Briant (Le Mans, 1512), Lucas Lemoigne (Paris, 1520) ou encore le Poitevin Jean Daniel (vers 1525)33. Plusieurs recueils de noëls de la fin du xve et du début du XVIe siècle témoignent par ailleurs de la vogue du genre à la cour de France : ainsi, par exemple, Charles VIII possédait au moins un recueil de noëls, qui fut transmis à Louis XII, comme l’indique une main contemporaine34. Dans la mesure où, à la fin du xve et au début du XVIe siècle, les noëls étaient le plus souvent diffusés sous leur seule forme littéraire, sans musique avec, dans le meilleur des cas, la seule mention d’un timbre musical d’accompagnement, la pièce contenue dans le mystère dédié à Louise de Savoie constitue, malgré ses dimensions modestes, un témoin précieux de l’expansion d’un genre qui, au cours du XVIe siècle, sera progressivement associé à la propagande catholique et circulera de plus en plus souvent sous une forme polyphonique (grâce, notamment, à Pierre Certon, Guillaume Costeley et plus encore Eustache Du Caurroy), avant de connaître son apogée aux XVIIe et XVIIIe siècles (tant sous forme vocale qu’instrumentale).

MÈRE ET RÉGENTE

  • 35 AN, KK 351, fos 24r°-24v° (concerne le quartier de janvier) : « A maistre Jehan Sapin, conseiller d (...)
  • 36 Knecht R.J., « Louise de Savoie… », art. cit., p. 178.
  • 37 Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 209.
  • 38 Compte de 1533, BnF, ms. fr. 10389, f°2r° ; d’après Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p.  (...)
  • 39 Perthuis appartint aussi à la maison de Marguerite d’Angoulême entre 1529 et 1539 et Villaine fut c (...)

23Alors que Louise bénéficia d’un pouvoir limité durant sa première régence (en 1515), il en fut tout autrement entre 1524 et 1526, lorsque François Ier repartit en campagne militaire en Italie, et fut fait prisonnier par Charles Quint, à la suite de la défaite de Pavie (24 février 1525). Louise, installée à Lyon, gouverna alors avec l’aide de son chancelier, Antoine Duprat. Certains membres de la cour (officiers domestiques, conseillers, familiers) se trouvaient soit en Italie, auprès de François Ier, soit près de la régente, ne percevant parfois qu’un demi-salaire35. D’autres, en grand nombre, membres de la maison, furent congédiés, victimes d’une situation financière désastreuse que l’emprisonnement du roi ne faisait qu’aggraver36. Alors que les musiciens de la chambre du roi ne furent payés ni durant le dernier semestre de 1524 ni en 152537, les chantres de sa chapelle restèrent à Lyon, avec d’autres officiers, et les bénéfices qui leur furent distribués en 1524 et en 1525 visèrent probablement à compenser la suspension temporaire du versement de leurs salaires. Parmi les bénéficiaires figurèrent Claude (ou Claudin) de Sermisy, Pierre Vermont, Hector Boucher, Jacques Le Bel, Jacques Turpin, Jean Baillet, Christophe Brocart, Jacques Glénard, François Marandet, Antoine Perthuis, Guillaume Royer et Jean Villaine. Sept d’entre eux – Baillet, Brocart, Glénard, Marandet, Perthuis, Royer, Villaine – formèrent un nouveau groupe de chantres, peut-être officiellement établi dès 1525 et désigné en 1533 comme la chapelle de plain-chant, instaurée par François Ier « pour dire chacun jour le service canonial, grandes et petites messes38 ». Or, parmi eux, plusieurs travaillaient aussi auprès de membres de la famille royale. Cette situation s’explique peut-être en partie par le fait que la participation à la chapelle de plain-chant leur assurait un statut les contraignant à multiplier leurs services : leur disponibilité quasi permanente les obligeait en effet à ne pas quitter la cour alors que leurs gages restaient limités (en comparaison des émoluments octroyés à leurs collègues de la chapelle de musique). Ainsi voit-on, en 1525, quatre de ces chanteurs – Jean Baillet, Antoine Perthuis, Guillaume Royer et Jean Villaine – servir Louise comme chapelains39. Faute de sources complémentaires, il est difficile de savoir si la présence de ces quatre chantres auprès de Louise s’explique par de simples raisons économiques ou si elle est motivée par la préférence de la régente pour une musique dépouillée telle que le plain-chant, le faux-bourdon, ou d’autres musiques simples, comme le noël monophonique conservé dans le manuscrit 2362 de la BnF (voir supra).

MUSIQUES DE CIRCONSTANCES

24François Ier n’avait probablement pas imaginé que la bataille de Pavie se terminât différemment de celle de Marignan, que plusieurs œuvres, en tout genre, célébrèrent. Il est possible qu’Exalta Regina Galliae, composée par Jean Mouton au lendemain de la célèbre victoire de François Ier, s’adresse à Louise, alors régente :

Exalta Regina Galliae! Jubila mater Ambasiae! Nam Franciscus tuus inclitus clara victor ducit encaenia. Frangit hostes et fugat agmina. Nulla regem turbant discrimina. Et fulgens candore niveo primus cuncta subit pericula.

  • 40 L’hypothèse a été avancée par Lowinsky Edward, The Medici Codex of 1518, Chicago/London, The Univer (...)

Exalte Reine de France ! Jubile, mère d’Amboise ! Car ton glorieux François conduit, victorieux, la triomphale procession. Il anéantit l’ennemi et met les troupes en fuites. Rien ne trouble le roi. Et resplendissant d’une blancheur éclatante, il affronte le premier tous les dangers.40

  • 41 Concernant les célébrations de la libération de François, puis de ses fils, voir Cazaux C., La Musi (...)
  • 42 Dobbins Frank, Music in Renaissance Lyons, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 218-219.

25Après le retour de captivité du roi (en mars 1526), retour qui occasionna de nombreuses célébrations41, les rencontres diplomatiques destinées à trouver un accord entre le roi et l’empereur ont pu elles-mêmes susciter des compositions. Frank Dobbins a suggéré que la thématique générale de réconciliation et de mariage qui domine parmi les textes du premier volume de Motetti del fiore imprimé à Lyon par Jacques Moderne en 1532 illustrait les efforts conduits par Louise de Savoie et Marguerite d’Autriche en 1529 pour conclure la « Paix des Dames », mais aucun document connu ne prouve que ces pièces aient été composées ou interprétées pour l’occasion42.

  • 43 Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 213 ; Bridgman Nanie, « La participation musicale à (...)

26Le traité lui-même, signé le 3 août 1529 à Cambrai, donna lieu à plusieurs festivités. Près d’une quinzaine de hautboïstes, sacqueboutiers et violonistes issus de l’Écurie de François Ier jouèrent durant le banquet organisé par Louise. La cathédrale de la ville résonna du son du Te Deum (mais on ne sait s’il était polyphonique ou seulement en plain-chant) ainsi que d’un motet de Nicolas Gombert, compositeur de l’empereur43.

ENFIN DES MUSIQUES POUR LOUISE ?

  • 44 Tuetey Alexandre (éd.), Histoire générale de Paris. Registres des délibérations du bureau de la vil (...)
  • 45 Knecht R.J., « Louise de Savoie… », art. cit., p. 185-186.

27Le 29 septembre 1531, Louise mourut, en route pour Romorantin. D’après les délibérations de la ville de Paris, son fils souhaita lui offrir des funérailles dignes d’une reine, sur le modèle de celles de sa première épouse, Claude, morte le 20 juillet1524 mais dont les obsèques à Saint-Denis ne s’étaient déroulées qu’en novembre 1526, après le retour de François Ier de captivité44. Le corps de Louise fut transporté jusqu’à Saint-Maur-des-Fossés, où il fut embaumé, puis exposé à l’église de Saint-Martin-des-Champs, et ce jusqu’au 17 octobre. Ce jour-là, une procession accompagna la dépouille jusqu’à la cathédrale Notre-Dame, où une messe de Requiem fut chantée. L’effigie de Louise, munie d’un sceptre, fut alors exhibée et, le lendemain, son corps fut inhumé à la basilique Saint-Denis, son cœur, déposé dans un coffre en forme de reliure de livre, étant enterré à Notre-Dame de Paris45.

  • 46 Concernant Prieur ou Prioris, voir la note 16. La messe de ce dernier figure dans le Quintus liber (...)
  • 47 Nous ne formulons que des hypothèses, les musiques éventuellement composées à l’occasion des obsèqu (...)

28Malheureusement, aucune information sur la musique et les musiciens n’est fournie par le registre des délibérations de la ville de Paris ; mais il serait étonnant que ce ne soit pas les musiciens de François Ier qui aient participé aux obsèques, peut-être en collaboration avec ceux de Notre-Dame. Pour les funérailles comme pour les célébrations commémoratives (fête du bout de l’an, par exemple), les chantres avaient à leur disposition plusieurs messes de Requiem composées par des musiciens attachés à la chapelle royale et dont témoigne en partie la collection publiée par l’imprimeur du roi en musique, Pierre Attaingnant, en 1532, quelques mois seulement après la mort de Louise de Savoie. Dans sa série de vingt messes (la première du genre chez l’imprimeur), on trouve en effet trois œuvres de ce type : l’une de Denis Prieur – ou Dionisius Prioris – (maître de chapelle de Louis XII), l’une de Jean Richafort (qui avait été membre de la chapelle royale au moins jusqu’en 1516) et surtout l’une de Claudin de Sermisy, qui exerçait alors probablement déjà la charge de sous-maître de la chapelle royale, et que Louise connaissait certainement46. En l’absence de preuves, seules quelques hypothèses sont autorisées : Sermisy aurait pu composer la messe expressément pour les funérailles de la mère du roi ou proposer l’œuvre écrite pour les cérémonies ayant entouré les funérailles de Claude de France47. Le recours à une œuvre du sousmaître de la chapelle royale aurait permis, une fois encore, de renforcer le lien entre la mère du roi et le royaume, contribution supplémentaire à son élévation au rang de reine.

  • 48 Crawford David, « Reflections on Some Masses from the Press of Moderne », Musical Quarterly, 63, 19 (...)

29En cette même année 1532, la Missa Adieu mes amours et le motet pour l’absoute Libera me de morte composés par Francesco de Layolle furent imprimés à Lyon par Jacques Moderne, dans le Liber decem missarum. Les parentés modales mais également certaines similarités mélodiques observées entre les deux œuvres (mais aussi avec la chanson Adieu mes amours, de Jean Mouton, musicien au service du roi) ont conduit David Crawford à avancer l’hypothèse selon laquelle le compositeur italien installé à Lyon aurait écrit la messe et le motet à la mémoire de Louise, dont le gouvernement du royaume, sous la seconde régence, s’était déroulé dans la ville, quelques années plus tôt48.

  • 49 Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 128.
  • 50 Cette situation explique peut-être que François Ier, au moins au début de son règne, n’ait pas appr (...)
  • 51 Concernant Louise et les livres, voir Winn M.B., « Louise de Savoie, ses enfants et ses livres… », (...)

30Un inventaire et quelques comptes laissent entrevoir une activité musicale apparemment réduite à son minimum chez Louise de Savoie, aussi bien lorsqu’elle se trouvait à Cognac que lors de ses séjours dans la vallée de la Loire, à Paris ou à Lyon : si des inventaires indiquent que deux épinettes firent partie de son mobilier, les rares documents connus restent en revanche très discrets sur les musiciens susceptibles de l’avoir servie comme sur le répertoire qu’elle a pu apprécier. Ces témoignages qui, le plus souvent, mettent en évidence la présence, auprès de Louise, de simples joueurs de tambourin ou de chanteurs de plain-chant, indiquent aussi que les musiciens partageaient leur charge entre Louise et ses enfants, abandonnant à l’occasion les fonctions auprès de la mère pour rejoindre François ou Marguerite (c’est le cas d’un tambourin, Gacien Gerbier, employé par François à partir de 151449) ; ils travaillaient parfois également pour d’autres membres de la famille royale (comme cela arriva avec certains de ses chapelains). Plusieurs raisons pourraient expliquer cette situation : peut-être était-elle dépourvue de moyens financiers suffisants pour entretenir son propre ensemble de musiciens qui auraient joué et chanté des pièces tant profanes que religieuses ; il est également possible que l’attention toute particulière qu’elle a porté à ses enfants, et notamment à son « César », l’ait détournée d’un intérêt pour la musique50, au profit de celui pour la littérature morale, dévotionnelle ou de portée symbolique. D’ailleurs, ce goût fit d’elle la commanditaire et la dédicataire de nombreux ouvrages de ce type, manuscrits et imprimés, certainement plus propices à l’édification de son image royale de mère comme de celle de son fils51.

Notes

1 Les liens avec Louis d’Orléans (le futur Louis XII) s’étaient déjà renforcés à la mort même du comte. Ce dernier avait confié à Louise la tutelle de leurs enfants ; mais elle n’était âgée que de 19 ans (et non d’au moins 25, comme le requérait la loi du royaume pour devenir tutrice), ce qui l’opposa à Louis, qui prétendait être le tuteur légitime de la progéniture de sa cousine. Louise s’appuya sur la coutume de l’Angoumois qui fixait l’âge légal de la tutelle à 14 ans ; le contentieux fut porté devant le Grand Conseil, qui confia la garde des enfants à Louise et le titre de tuteur honoraire à Louis. À ce propos, voir Knecht Robert J., « Louise de Savoie (1476-1531) », dans Michon Cédric (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 173-186, spécialement p. 174.

2 Maulde La Clavière René de, Louise de Savoie et François Ier. Trente ans de jeunesse (1485-1515), Paris, Perrin et Cie, 1895, p. 19.

3 Cet inventaire est conservé à la BnF (ms. fr. 22335, fos 267r°-276v°. Cette copie contemporaine de l’inventaire n’est à l’évidence pas le document reproduit sans mention de cote dans Sénemaud Edmond, La bibliothèque de Charles d’Orléans, comte d’Angoulême au château de Cognac en 1496, Paris, A. Claudin, 1861, p. 17-56. La comparaison des deux documents montre d’infimes différences (certains mots abrégés chez Sénemaud figurent en toutes lettres dans le manuscrit, par exemple au folio 267v°).

4 Les comptes, dont Sénemaud transcrit certains extraits dans son ouvrage (Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit., p. 58-61), sont consignés à la BnF (ms. fr. 8815).

5 L’inventaire présente, sans les numéroter, 75 entrées, certaines d’entre elles se référant parfois à plusieurs ouvrages ; nous reproduisons la numérotation introduite par Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit.

6 BnF, ms. fr. 22335, f°274r° ; Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit., p. 51, no 59. Le livre, inventorié le 21 novembre, se trouvait dans un coffre de la salle verte du château.

7 L’inventaire mentionne en effet « six petits libvres, trois couverts de cuyr vert, ung de satin noir, ung autre de satin tanné et l’autre de veloux noir, tous escripts en parchemin et à la main » (BnF, ms. fr. 22335, f°273v° ; Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit., p. 38, no 37) ; « soixante-trois petits libvres et traictez de diverses choses, les aucuns en papier, les autres en parchemin, les aucuns en latin, les autres en françoys, les aucuns reliez à table, les autres couverts à simples couvertures, desquels n’a esté fait inventoire plus ample parce qu’on les reppute de peu de valeur » (BnF, ms. fr. 22335, f°274r° ; Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit., p. 76, no 52) ; « plus quarante trois petis libvres, les aucuns reliez, les aultres couzus, les aucuns en papier, les autres en parchemin, contenant divers traictez dont on ne fait plus ample inventoire parce qu’ils sont repputez de petite valleur » (BnF, ms. fr. 22335, f°274r° ; Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit., p. 50, no 58). Par ailleurs, l’absence, dans l’inventaire, de deux livres imprimés par Vérard et vendus au comte (des heures en français et l’Oreloge de devocion) indique, selon Sénemaud (ibid., p. 56-57), que tous les ouvrages ne figurent pas dans l’inventaire (à moins qu’ils ne soient présents parmi les livres non inventoriés dans le détail ?).

8 BnF, ms. fr. 8815, non folioté ; reproduit dans Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit., p. 60-61) : « A Victor Cochcon, marchand, demeurant à Tours, la somme de quatre-vingt-quatre livres tournois pour les parties qui s’ensuivent, c’est assavoir :
[…]
Pour une espinette par lui payée et achaptée à Tours pour madite dame, 10 livres 10 sols ;
Pour ung coffre à mectre ladite espinete et pour une serreure pour ledit coffre, 20 sols ;
Pour avoir fait apporter ladite espinete de Tours à Congnac avecques cinq volumes de livres de Vincent l’Historial pour madite dame, 60 sols ;
[…]
Pour une espinete moienne avec ung coffre pour la mectre, par lui achaptée audit Tours pour madite dame, 8 livres. »

9 BnF, ms. fr. 1673, f°10r° : « Pour faire fin de ce propos madamme [sic]/ Surtout desire que soiez advertie/Comme je diz, c’est sans tort faire a ame,/Faisant balades, rondeaulx et chiere lie,/Jamais ne seuffre en moy merencolie/Incessamment, je joue de l’eschiquier,/de fleustes, d’orgues, en menant doulce vie,/Comme voiez en l’istoire au premier vers. » Chandelier s’est en effet représenté au début du manuscrit (f° 1r°), offrant l’ouvrage à sa dédicataire avec, en arrière-plan, un orgue.

10 Les comptes présentés dans le manuscrit français 8815 de la BnF (fos 24v° et 29v°, reproduits dans Sénemaud E., La bibliothèque de Charles d’Orléans…, op. cit., p. 59-61) indiquent : « A Johannes Michel, escripvain de madite dame, la somme de cent cinq sols tournois pour avoir trois douzaines et demye de parchemin pour faire le livre des espitres d’Ovyde que madite dame lui fait de présent faire, comme appert plus applain par ledit rolle et quittance dudit Michel cy rendue, pour cecy : 15 sols » ; « A Johannes, escripvain de madite dame, la somme de quarante cinq sols tournois tant pour une douzaine et demie de vellin que pour la despence et louaige du cheval pour aller querir ledit vellin à Angoulesme, lequel madite dame lui a ordonné achapter pour faire heures et autres choses, comme appert par ledit rolle, pour cecy 45 sols » ; « A Jehan Michel, escripvain, la somme de vingt-quatre livres tournois pour ses gaiges dudit an, pour cecy : 24 sols. » Voir aussi Winn Mary Beth, « Louise de Savoie, ses enfants et ses livres, du pouvoir familial au pouvoir d’état », dans Wilson-Chevalier Kathleen (dir.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2007, p. 251-281, spécialement p. 255.

11 Maulde La Clavière R. de, Louise de Savoie et François Ier…, op. cit., p. 141. Les preuves de paiements que Jean Michel reçut à Ferrare, jusqu’en 1555 au moins, indiqueraient, s’il s’agit de la même personne, qu’il continua à travailler pour les Este jusqu’à un âge avancé (environ 75 ans, si l’on considère qu’il était âgé d’environ 20 ans avant son départ pour l’Italie).

12 Prizer William, « Compte rendu de Music in Renaissance Ferrara, 1400-1505: The Creation of a Musical Center in the Fifteenth Century », Journal of the American Musicological Society, vol. 40, no 1, Spring 1987, p. 95-105, spécialement p. 104.

13 Par exemple, en octobre et novembre 1515, le scribe se trouva en compagnie du duc de Ferrare à la cour de François Ier à Vigevano ; d’après Cazaux Christelle, La Musique à la cour de François Ier, Paris, École nationale des chartes, coll. « Mémoires et documents de l’École des chartes », 65, 2002, p. 56. La désignation « Zoannes Michel de Sabaudia » figure dans une lettre de Jules II à Hercule datée du 12 juin 1504 ; d’après Lockwood Lewis, « Jean Mouton and Jean Michel : New Evidence on French Music and Musicians in Italy, 1505-1520 », Journal of the American Musicological Society, vol. 32, no 2, Summer 1979, p. 191-246.

14 Le manque de soin dans la gestion de l’espace pourrait expliquer les différences de taille des caractères (les plus grands étant toutefois réservés au nom du possesseur supposé du manuscrit).

15 L’appartenance du manuscrit à Marguerite explique probablement pourquoi il ne figure pas dans la bibliothèque royale au XVIe siècle et pourquoi il n’a été réintégré que plus tard au fonds de l’actuelle BnF. Voir Omont Henri (éd.), Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale. I. La librairie royale à Blois, Fontainebleau et Paris au XVIe siècle, Paris, Ernest Leroux, 1908.

16 Concernant les concordances musicales et poétiques des pièces, voir Wexler Richard, « Musique and Poetry in Renaissance Cognac », dans Winn Mary Beth (dir.), Musique naturelle et musique artificielle. In memoriam Gustav Reese, Montréal, CERES, 1979, p. 102-114, spécialement p. 113-114. La biographie de Prioris ou Prieur a récemment été totalement révisée, à la suite des découvertes de Theodor Dumitrescu dans les archives de Blois. Apparemment maître de chapelle du duc Louis d’Orléans, à partir d’octobre 1491 au moins, Denis Prieur (autrefois confondu avec Johannes Prioris) prit la tête de la chapelle royale au moment où son protecteur devint roi de France, en 1498 et ce probablement jusqu’en 1512. Plusieurs témoignages indiquent que le compositeur mourut durant le second semestre 1514. Voir Dumitrescu Theodor, « Who Was “Prioris”? A Royal Composer Recovered », Journal of the American Musicological Society, 65/1, 2012, p. 5-65, spécialement p. 51-58.

17 Wexler R., « Musique and Poetry… », art. cit. Louise Litterick, qui partage l’hypothèse de Richard Wexler sur l’auteur de la deuxième inscription, suggère 1504-1508 comme période approximative de copie (Marguerite a alors entre 12 et 16 ans). Litterick Louise, « The Manuscript Royal 20. A. XVI of the British Library », PhD, New York, New York University, 1976, p. 65-66.

18 Parce qu’inachevé, il a pu avoir été omis, ou consigné sans plus de détail, avec d’autres petits livres réputés de peu de valeur (voir note 7).

19 En 1498, la jeune veuve et ses enfants furent en effet installés à Amboise par Louis XII ; à partir de 1504, ce dernier les invita parfois au château de Blois, qui devint la résidence de François d’Angoulême en 1508. Cholakian Patricia F. et Cholakian Rouben C., Marguerite de Navarre, Mother of the Renaissance, New York, Columbia University Press, 2006, p. 20-27.

20 Dans l’hypothèse où Jean Michel serait la même personne que le célèbre copiste de la cour de Ferrare, le fait que le manuscrit n’ait pas été copié par lui pourrait également signifier qu’il a pu être compilé au plus tôt après 1501, le scribe se trouvant à la cour des Este au plus tard à partir de 1502 (voir supra). La datation des manuscrits provient du tableau analytique présenté à la fin de Winn M.B., « Louise de Savoie, ses enfants et ses livres… », art. cit., p. 278-279. Voir aussi Edmunds Sheila, « Catalogue des manuscrits savoyards », dans Paravicini Bagliani Agostino (dir.), Les manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, Turin, Umberto Allemandi & C., 1992, p. 207-214, spécialement p. 211.

21 Les textes se trouvent, respectivement, aux folios 70r°, 72r° et 68v°. Le copiste pourrait être Jean Bellin (ou Belly), dit Le Breton, qui servit François d’Angoulême (en 1506 et en 1514) et copia aussi plusieurs manuscrits pour Louise, au début du XVIe siècle (dont l’Extrait du livre de valere le grant, BnF, ms. 2125, et Le chappelet de vertuz, BnF, ms. fr. 1892). Les trois filigranes du papier du manuscrit français 1722 apparaissent aussi sur des documents copiés entre 1482 et 1509 à Troyes et surtout à Paris. Voir Wexler R., « Musique and Poetry… », art. cit., p. 106. La datation des manuscrits français 2125 et 1892 provient du tableau analytique présenté à la fin de Winn M.B., « Louise de Savoie, ses enfants et ses livres… », art. cit., p. 278-279. Voir aussi Edmunds S., « Catalogue des manuscrits savoyards… », art. cit., p. 207-214, spécialement p. 211.

22 Les deux enfants (à leur arrivée, en 1483, Louise et Marguerite étaient âgées, respectivement, de sept et trois ans) ne reçurent pas la même attention : la fille de Maximilien, d’abord promise à devenir reine de France, bénéficia en effet d’une petite cour avec ses dames d’honneur, ce qui n’était pas le cas de Louise. Voir Cholakian P.F. et Cholakian R.C., Marguerite de Navarre…, op. cit., p. 11.

23 Winn Mary Beth, « Octovien de Saint-Gelais : complainte sur le départ de Marguerite », dans Winn M.B. (dir.), Musique naturelle et musique artificielle…, op. cit., p. 65-80. Le poème, qui commence par La nuictapres que la claire busine, a été publié en 1509 dans La Chasse et le Départ d’amours (Paris, Anthoine Vérard).

24 Il s’agit de « L La pris L tient en sa lesse/ Une qui est de mon cueur la maistresse » (BnF, ms. fr. 1596, fos 4v°-5r°, v. 1-2). Dumitrescu T., « Who Was “Prioris” ?… », art. cit., p. 37 voit dans « L La » les initiales de Louis et d’Anne. Cette graphie est également utilisée dans BnF, ms. fr. 1722, f°70r°. Le fait que Jean Mouton, chantre et maître de chapelle d’Anne de Bretagne, ait composé une Missa sans cadence sur cette chanson, écrite par le maître de chapelle de Louis XII, pourrait constituer un argument supplémentaire en faveur de l’hypothèse de Theodor Dumitrescu. Sur la Missa sans cadence, voir Cœurdevey Annie, « La Missa sans cadence de Mouton et son modèle. Quelques réflexions sur le mode La », Acta musicologica, 78, 2006, p. 33-54.

25 Considérant que le répertoire renfermé dans le manuscrit date des années 1480-1490, Martin Picker propose la fin de la décennie 1490 comme date de copie. Il montre que l’unicum anonyme présente des traits moins modernes que la pièce composée sur le même texte par Pierre de La Rue (et qui date vraisemblablement de la toute fin du xve ou du début du XVIe siècle), tout en concédant que cela n’indique pas forcément son antériorité. Voir Picker Martin, « More “Regret” Chansons for Marguerite d’Autriche », dans Winn M.B. (dir.), Musique naturelle et musique artificielle…, op. cit., p. 81-101, spécialement p. 83-84.

26 La dédicace couvre les folios 2r° et 2v°. La foliotation est bien postérieure à la conception du manuscrit. À plusieurs reprises au cours de sa dédicace, l’auteur fait référence à la pauvreté, ce qui pourrait suggérer qu’il est franciscain, comme plusieurs membres de l’entourage de Louise (François Demoulins, Jean Thenaud).

27 L’ouvrage fut publié sans date et également distribué par Geoffroy de Marnef. Le Mistére du vieil Testament est une longue œuvre (plusieurs dizaines de milliers de vers) constituée durant tout le XVe siècle. Voir l’édition moderne éditée par James de Rothschild : Le Mistére du vieil testament, VI, Paris, Firmin Didot, 1891, p. 180-229. Voir aussi l’introduction (I, 1878, notamment p. I-XXXCVIII, spécialement p. XXI).

28 Mes remerciements à David Fiala, Patrice Nicolas et Michel de Waha qui m’ont aidée à déchiffrer les différents extraits du manuscrit que je cite dans cet article.

29 La mère de saint Bernard était en fait Aleth et non Aelidis.

30 L’auteur de la dédicace désigne ici Blanche de Castille, mère de Saint Louis (1214-1270). Un autre ouvrage au moins établit un parallèle entre les deux femmes : dans les Gestes de Blanche de Castille (BnF, ms. 5715) qu’Étienne Le Blanc offrit à Louise vers 1521-1522, l’auteur présenta la mère de Louis IX comme « la veuve parfaite et la mère chrétienne qui a magnifiquement éduqué son fils » ; d’après Lecoq Anne-Marie, « Les images symboliques de Louise de Savoie dans ses manuscrits », dans Paravicini Bagliani A. (éd.), Les manuscrits enluminés…, op. cit., p. 130-135, spécialement p. 135.

31 Dicts sybillins, f°2r°.

32 63 des 68 vers supplémentaires figurent à la fin de l’intervention de la sibylle, seuls cinq vers, tirés du Judicii signum (habituellement prononcé aux matines de Noël et présenté dans les bréviaires) ayant été ajoutés avant le début de l’oracle sibyllin : Ecce veniet deus :/Et nascetur puer paupercula./Bestie terre adorabunteum :/Clamabunt et dicunt :/Laudate eum in astus celorum. Pour les variantes par rapport aux autres versions, voir Rothschild J. de, Le Mistére du vieil testament, op. cit., VI, p. 180-229.

33 Voir Gastoué Amédée, Le Cantique populaire en France, Lyon, Janin, 1924, p. 118-113. De nombreux autres recueils étaient anonymes : voir par exemple Les grans nouelz nouveaux […] reduys sur le chant de plusieurs chansons nouvelles, Paris, [Veuve Trepperel], s.d.

34 Ce recueil est aujourd’hui conservé à la BnF (ms. fr. 2368). Parmi les autres recueils manuscrits figurent les manuscrits français 2506 (BnF) et 3653 (Bibliothèque de l’Arsenal), ce dernier ayant probablement aussi appartenu à Charles VIII. Voir Rahn Douglas Jay Philip, Melodic and Textual Types in French Monophonic Song ca. 1500, PhD, New York, Columbia University, 1978, 2 vol. , I, p. 49-50; Block Adrienne F., The Early French Parody Noël, Ann Arbor (Michigan), UMI Research Press, coll. « Studies in Musicology », 36, 1982 ; Id., « Timbre, texte et air ou : comment le noël-parodie peut aider à l’étude de la chanson du XVIe siècle », Revue de musicologie, 69/1, 1983, p. 21-55.

35 AN, KK 351, fos 24r°-24v° (concerne le quartier de janvier) : « A maistre Jehan Sapin, conseiller dud. Sr et receveur general de ses finances, la somme de 1970 l. 7s. 6 d.t. a luy ordonnée pour convertir et employer ou fait de son office, assavoir 1584 l. 17s. 6 d. t. pour distribuer a certain nombre de chantres et chappellains de la Chappelle du roy estans de present avec madame la regente au lieu de saint Justsur lyon, aussi sur ce qui leur peult et pourra estre deu de leurs gaiges. » D’après Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 208, note 57 et p. 85, 96 et 99.

36 Knecht R.J., « Louise de Savoie… », art. cit., p. 178.

37 Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 209.

38 Compte de 1533, BnF, ms. fr. 10389, f°2r° ; d’après Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 95-97 et 314.

39 Perthuis appartint aussi à la maison de Marguerite d’Angoulême entre 1529 et 1539 et Villaine fut chapelain de Claude de France au début des années 1520. Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 98-99, 340, 370, 374 et 379.

40 L’hypothèse a été avancée par Lowinsky Edward, The Medici Codex of 1518, Chicago/London, The University of Chicago Press, 1968, III, p. 72. Mais la pièce aurait pu tout autant concerner la jeune épouse de François, Claude, qui résidait alors aussi à Amboise et qui, en août 1515, quelques semaines avant la célèbre victoire, avait donné naissance au premier enfant du couple (une fille prénommée Louise).

41 Concernant les célébrations de la libération de François, puis de ses fils, voir Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 186-189.

42 Dobbins Frank, Music in Renaissance Lyons, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 218-219.

43 Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 213 ; Bridgman Nanie, « La participation musicale à l’entrée de Charles Quint à Cambrai le 20 janvier en 1540 », dans Jacquot Jean (dir.), Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint, Paris, CNRS Éditions, 1960, p. 235.

44 Tuetey Alexandre (éd.), Histoire générale de Paris. Registres des délibérations du bureau de la ville, II, 1527-1539, Paris, Imprimerie nationale, 1886, p. 127 (7 octobre 1531). Claude était décédée pendant que le roi se trouvait en Provence, pour combattre le connétable de Bourbon, alors à la tête des troupes de Charles Quint. Voir Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 180, et l’article de Monique Chatenet dans ce volume.

45 Knecht R.J., « Louise de Savoie… », art. cit., p. 185-186.

46 Concernant Prieur ou Prioris, voir la note 16. La messe de ce dernier figure dans le Quintus liber tres missas continet (fos 165v°-176r°) ; celle de Jean Richafort ouvre le Sextus liber duas missas (fos 191v°-203r°) ; celle de Sermisy est imprimée dans le Quartus liber tres missas continet (fos 129v°-140r°). La foliotation de cette série dédiée au cardinal François de Tournon, maître de la chapelle royale, est continue. Les recueils sont répertoriés dans le Répertoire international des sources musicales, édité par F. Lesure, Munich, G. Henle, 1971 (désormais RISM) avec les références suivantes : RISM 15325, RISM 15326 et RISM 15324. Le recueil de messes bénéficia du deuxième privilège qu’Attaingnant reçut de François Ier dès le 17 juin 1531, afin d’imprimer des livres et des cahiers, de messes, de motets, d’hymnes, de chansons (entre autres), ce qui signifie que la publication de la collection de messes était prévue avant même le décès de Louise. Quoi qu’il en soit, cette publication, véritable événement, non seulement dans la production d’Attaingnant mais aussi, plus largement, dans l’évolution de l’impression musicale en France, est accompagnée d’une page de titre gravée représentant le roi et la famille royale assistant à la messe. Voir Heartz Daniel, Pierre Attaingnant, Royal printer of Music, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1969, p. 78-82 et 247-249. Claudin de Sermisy devint peut-être le directeur musical de la chapelle royale dès 1525, à la suite du départ d’Antoine de Longueval. Voir Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 375. L’utilisation de la messe des morts composée par Antoine de Fevin (chantre de Louis XII, mort à la fin de 1511 ou au début de 1512) ne peut être exclue non plus.

47 Nous ne formulons que des hypothèses, les musiques éventuellement composées à l’occasion des obsèques de Claude (ou de célébrations entourant sa mort) n’étant pas davantage connues.

48 Crawford David, « Reflections on Some Masses from the Press of Moderne », Musical Quarterly, 63, 1972, p. 82-91.

49 Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 128.

50 Cette situation explique peut-être que François Ier, au moins au début de son règne, n’ait pas apprécié la musique autant que Louis XII. Christelle Cazaux rapporte un passage du scribe Jean Michel dans une lettre qu’il adresse le 29 octobre 1515 à Sigismond d’Este, frère du duc Alphonse, alors qu’il se trouve à Vigevano et côtoie la cour de François Ier : « Lui si leva tardo e va tardo a letto ; va voluntieri a piede, ma non gusta la musica come el re passato » (« Il se lève tard et se couche tard, se déplace volontiers à pied, mais n’apprécie pas la musique comme le roi passé »). Cité dans Cazaux C., La Musique à la cour…, op. cit., p. 56.

51 Concernant Louise et les livres, voir Winn M.B., « Louise de Savoie, ses enfants et ses livres… », art. cit. ; Id. « Books for a Princess and her Son : Louise de Savoie, François d’Angoulême, and the Parisian Libraire Antoine Vérard », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XLVI, 1984, p. 603-617 ; et l’article de Mary Beth Winn et Kathleen Wilson-Chevalier dans ce même volume.

Table des illustrations

Légende Fig. 87 Transcription du noël. Paris, BnF, ms. fr. 2362, f° 18v° (saisie informatique : Patrice Nicolas).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Université libre de Bruxelles. Université de Montréal

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search