Version classiqueVersion mobile

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

III. Louise et les arts

L’enjeu dynastique à travers le décor sculpté de Chambord : rôle et place de Louise de Savoie

Thibaud Fourrier et François Parot

Texte intégral

  • 1 Fourrier Thibaud et Parot François, « Qu’est-ce que Chambord ? Étude du décor sculpté et nouvelles (...)

1Nos recherches sur le décor sculpté du château de Chambord ont débuté en 2006. Les premiers résultats ont été publiés en 20101 et un inventaire général est en cours de finalisation. Entre-temps, notre étude s’est étendue à d’autres monuments du règne de François Ier, mais Chambord reste un corpus exceptionnel de décor sculpté, abondant, fiable et qui semble bien répondre à un programme.

2L’emblématique royale est particulièrement présente à Chambord ; elle s’y déploie dans toute sa richesse. Ce monument, que l’on pourrait croire à la seule gloire du roi, laisse pourtant une place aux emblèmes d’autres membres de la famille royale : le dauphin, la mère du roi et – plus inattendu – son défunt beau-père, Louis XII. Chambord acquiert ainsi une dimension dynastique insoupçonnée au premier abord.

  • 2 Lettre d’ordre du 6 octobre 1519 : BnF, ms. fr. 25720, f° 142.

3La construction, engagée pour le 25e anniversaire du roi2 et poursuivie jusqu’à sa mort, est le reflet de ses préoccupations, de sa politique, de l’image qu’il voulait promouvoir et de leur évolution au cours du règne. S’y perçoit notamment le souci d’affirmer et de renforcer sa lignée. Dans ce contexte, Louise de Savoie, mère du roi, a bien évidemment sa place.

LA CONTINUITÉ DYNASTIQUE

4La question de légitimité se pose effectivement. François Ier est bien le successeur incontesté de Louis XII, mais successeur de deux rois sans fils, il est aussi le fondateur d’une nouvelle branche royale : il accède ainsi au trône par une suite de hasards. On se souvient trop où ont mené les questions de succession au siècle précédent et les rois d’Angleterre n’ont pas renoncé à leurs prétentions : on le verra après la défaite de Pavie. La loi salique, réinterprétée depuis le milieu du XIVe siècle, est alors devenue la première des lois fondamentales du royaume : c’est elle qui a permis l’accession au trône de Louis XII, puis de François Ier. Ainsi, tout un discours de propagande se développe autour de l’ordre successoral dès l’avènement de François d’Angoulême, visant surtout à transformer le hasard biologique qui l’a fait roi en intervention de la Providence.

  • 3 BnF, mss fr. 5750 et 14116. Force fut pour nous de nous pencher alors sur les travaux de Lecoq Anne (...)
  • 4 Wanklyn George A., « Le présent offert à Henri II par la ville de Paris en 1549 », Revue de l’Art, (...)

5L’entrée de Claude de France à Paris3 le 12 mai 1517 sera par exemple l’occasion de souligner l’unité dynastique à travers les généalogies de Claude et de François, qui remontent jusqu’à Charles VI et son frère, Louis d’Orléans. La même préoccupation s’exprimera encore lors de l’entrée d’Henri II à Paris, le 16 juin 1549 : la ville offrit au roi une pièce d’orfèvrerie sur laquelle étaient figurés à ses côtés, les rois Louis XII et François Ier4. Louis XII en particulier fut présenté comme le maillon indispensable entre la dynastie éteinte de Charles VIII et la nouvelle qui se mettait en place avec François Ier.

6Il se construisit également toute une théorie politique autour de la double légitimité du roi, exposée notamment par un proche du roi, le franciscain Jean Thenaud :

  • 5 Jean Thenaud, Triumphe de Force, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3358, f° 247r°.

Toy invictissime dictateur consider que par la grâce de Dieu et non par tes mérites, après maintes désespérations a monté à cil superexcellent trosne que autre en terre n’est au tien digne d’estre comparé, car les sceptres et couronnes sont deues a vertuz et non au sang. C’est plus d’estre bon roy que d’estre venu roy, car le premier provient de mérite, le second de fortune ou lignée.5

  • 6 Don du duché d’Anjou par François Ier à Louise de Savoie, le 4 février 1515, enregistré au Parlemen (...)

7Le roi lui-même justifie son accession au trône à la fois par la grâce de Dieu et par l’héritage : « A present qu’il a pleut à Dieu nostre createur que soyons parvenuz et par vraye et legitime hoirie succedez à cestuy nostre royaume et couronne […]6. »

  • 7 Sur cette question, voir Buttay-Jutier Florence, Fortuna, usages politiques d’une allégorie morale (...)
  • 8 C’est la deduction du sumptueux ordre plaisantz spectacles […] exhibes par les citoiens de Rouen [… (...)

8Il y a bien une légitimité dynastique, par le sang, correspondant à une royauté héréditaire. Il s’y ajoute cependant une légitimité élective (le choix de Dieu justifié par le mérite ou par l’exploit guerrier) qui correspond, elle, à une rupture et s’apparente à une sorte de royauté magique7. Il en est ainsi, les 1er et 2 octobre 1550, lors de l’entrée d’Henri II à Rouen8. Le « char d’Heureuse Fortune » représentait le roi sur un char de triomphe, avec les quatre enfants royaux, le dauphin suivant à cheval. Tout y était : légitimité dynastique, élection divine, exploits guerriers et descendance.

  • 9 Cinquante rondeaux sur toutes sortes de matières joyeuses, édité par A.-U. Coustelier, Paris, 1723, (...)

9C’est aussi ce qu’illustre l’un des chapiteaux de Chambord, mettant en scène le porc-épic (héritage de Louis XII) et le Christ (élection divine) (fig. 48). Au-dessous se trouve le bouquet de trois lys attachés par une cordelière franciscaine et entouré d’un « vol », les ailes emblématiques de Louise de Savoie. Le bouquet au vol est connu comme une représentation de la « trinité d’Angoulême » (« un cœur dans trois corps », selon Jean Marot9). Notons que cette trinité est à interprétations variables : l’on peut y voir en effet Louise et ses deux enfants, mais aussi François, Marguerite et la reine Claude. Il faut peut-être y voir également les trois fils du roi. Sur un second chapiteau (fig. 49), le lys central est éclos alors que les deux autres sont clos. Guillaume Budé nous suggère une interprétation :

Fig. 48 Château de Chambord, donjon, façade sud-est.

Fig. 49 Château de Chambord, donjon, tour est.

  • 10 Guillaume Budé, De Philologia, Paris, J. Bade, 1532, préface.

Vous qui etes pour ainsi dire comme deux surgeons sortis de la tige fleurdelysée, nous espérons que vous deviendrez rapidement des plans vifs, prêts à être transplantés pour prendre part aux affaires de l’etat, ainsi que votre frère le Dauphin, qui entre dans la fleur de l’âge.10

  • 11 La couronne fermée, « à l’impériale », fut ponctuellement utilisée par Charles VIII puis par Louis (...)
  • 12 Le plus jeune fils de François Ier, Charles-Abdenago, reprendra également le porc-épic, emblème de (...)

10Dans le but d’affirmer la continuité dynastique, on assiste donc à la reprise des emblèmes capétiens traditionnels : le lys bien sûr, l’ordre de saint Michel, la couronne, celle-ci définitivement fermée, héritage de Louis XII et Charles VIII11. La reprise du porc-épic de Louis XII se situe également dans cette logique12.

UN SANG RENOUVELÉ

  • 13 Sur l’interprétation et l’origine de cette devise, voir en particulier Lecoq A.-M., François Ier im (...)

11L’avènement de François Ier est en même temps le début d’une nouvelle ère : la reprise des emblèmes traditionnels de la monarchie est complétée par l’adoption de signes propres à la nouvelle dynastie. Mais, mise à part peut-être la salamandre, occasionnellement associée au grand-père du nouveau roi, Jean d’Angoulême (1404-146713), c’est du côté maternel que François d’Angoulême trouva la matière de ce renouvellement. Louise de Savoie, veuve à 20 ans, s’était consacrée à l’éducation de ses enfants et joua un rôle politique essentiel, à travers l’influence qu’elle avait sur son fils et les deux régences qu’elle exerça. Le roi s’appropria certains des emblèmes de sa mère, qui iront jusqu’à se confondre avec les emblèmes royaux.

L’allégorie de la Prudence

  • 14 BnF, ms. fr. 1863 notamment.
  • 15 Ordonnances des rois de France. Règne de François Ier, III : 1521-1523, Paris, Imprimerie nationale (...)
  • 16 Jean de Bourdigné, Hystoire agrégative des annales et cronicques Danjou, Angers, A. Couteau, 1529, (...)

12Mère des vertus cardinales, vertu par excellence du bon gouvernement, la prudence est aussi la vertu première de Louise de Savoie, Dame Prudence selon l’appellation allégorique employée par François Demoulins, grand aumônier du roi14. Le roi lui-même, par exemple dans les lettres de 1523 lui confiant la régence15, ou encore le cardinal Wolsey et bien d’autres, reconnaissaient à la mère du roi cette qualité essentielle, avec la Sagesse de Minerve. C’est bien d’elle dont parle Jean de Bourdigné dans son Hystoire agrégative, en 1529, en évoquant la prudente Pallas protégeant Troie. L’ouvrage sera l’occasion de remercier la régente d’avoir sauvé de grands dangers le royaume de France, pendant la captivité de son fils à Madrid (Louise est d’ailleurs figurée trônant au milieu des nobles de la Cour dans la miniature de dédicace16).

  • 17 Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 113.

13Cette vertu, Louise l’a transmise à son fils. En témoigne l’entrée de François Ier à Rouen en 151717, où Pallas-Minerve (Louise) offre à un enfant-roi le bouclier cristallin de Prudence, à tête de Méduse.

  • 18 Ce chapiteau est situé sur l’aile sud-est de l’enceinte, côté cour. Le rez-de-chaussée de l’aile no (...)
  • 19 Évangile selon Matthieu, X, 16.

14L’allégorie de la Prudence est présente à Chambord (fig. 50), sous une forme originale toutefois. Elle évoque assez clairement la mère du roi (très certainement décédée quand la sculpture est exécutée18). La représentation est traditionnelle puisqu’il s’agit d’une femme tenant dans sa main droite un miroir qu’elle regarde et ayant dans son dos un « monstre » ou serpent. Mais, à Chambord, le vêtement de la femme, en un pli peu réaliste, adopte la forme d’un 8 qui évoque assez clairement le lacs d’amour ou nœud de concorde, emblème de la maison de Savoie. Il s’y ajoute une salamandre qui vient se substituer au serpent de prudence de l’Évangile selon Matthieu19. La fusion des emblèmes de Louise (la Prudence) et de François (la salamandre) dans une même allégorie évoque à nouveau la transmission de la vertu de la mère au fils, essentielle pour préparer celui-ci à exercer le pouvoir royal.

  • 20 Première épître de Pierre, 2, 4-5.
  • 21 BnF, ms. fr. 1680. Il s’agit d’un poème anonyme célébrant la nomination de François d’Angoulême com (...)

15L’allégorie sculptée ici présente une autre particularité. La salamandre est sans tête. On pourrait la croire mutilée par la dégradation du tuffeau. En fait, l’animal pénètre dans la pierre, tête la première. Comment ne pas penser à la première épitre de Pierre : « Vous-mêmes, comme pierres vivantes, prêtez vous à l’édification d’un édifice spirituel20. » L’image a d’ailleurs été reprise dans le Livre de la dédicace du temple saint françoys : le grand temple de Dame France, édifice allégorique qui figure le royaume, possède des fondations formées par « paix et pierres vives » et la clé en est « lignée et naissance21 ». Or, une telle image convient parfaitement à un roi-bâtisseur.

Fig. 50 Château de Chambord, enceinte.

La Concorde

  • 22 BnF, ms. fr. 5083, f° 1v°.

16La Concorde est aussi un élément récurrent de la propagande royale et vient à l’appui de la légitimité. Il s’agit notamment de célébrer la concorde entre les différentes composantes de la famille royale. Citons pour exemple les Chroniques de Louis XII de Jean d’Auton22, où une miniature représente, à l’occasion des fiançailles de Claude et François en 1506, Louise de Savoie, Anne de Bretagne, François d’Angoulême et Louis XII, réunis dans une vision d’harmonie familiale.

17Louise de Savoie se plaira elle-même à souligner la bonne entente familiale et nous verrons comment cette idée et cette image furent reprises à Chambord par François Ier :

  • 23 Journal de Louise de Savoie, dans Histoire généalogique de la royale maison de Savoye, édité par S. (...)

Anne, reine de France […], me laissa l’administration de ses biens, de sa fortune et de ses filles ; mesmement de madame Claude, reine de France et femme de mon fils, laquelle j’ai honorablement et amiablement conduite : chacun le scait, vérité le cognoist, experience le demonstre, aussi fait publique renommée.23

  • 24 Chantilly, Musée Condé, ms. fr. 1139, f° 55.
  • 25 BnF, ms. fr. 2088, f° 10.
  • 26 Jeton de la chambre des comptes du Dauphiné, reproduit dans Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, (...)

18C’est François Demoulins à nouveau qui loue « la sapience et divine faconde de madame Concorde24 ». Le nœud de concorde est l’un des emblèmes majeurs de la maison de Savoie, dont Louise a hérité. Nous venons de le voir stylisé sous la forme d’un 8, sur la robe de Dame Prudence. L’étymologie du XVIe siècle joue sur l’homophonie de la concorde à la fois avec Cordis (cœur) et Corda (corde), soit les liens du cœur. Mais au-delà du cercle familial, il s’agit aussi de promouvoir la concorde politique, sociale et religieuse. Louise, Dame Concorde, se rencontre ainsi dans une miniature de Godefroy le Batave25 qui consacre l’union des trois États, accompagnée de trois cœurs unis dans un même cœur. L’image est aussi associée au dauphin, sur un jeton26 représentant une colonne dont la base est le peuple, le fût la noblesse et le chapiteau le clergé, un lacs d’amour entourant le tout.

  • 27 Voir ibid., p. 465-468 ; Fourrier T. et Parot F., « Qu’est-ce que Chambord ?… », art. cit., p. 41-4 (...)

19Il faut sans doute rapprocher ces images de l’emblème royal sculpté 32 fois sur la lanterne de Chambord (qui date de 1533), ainsi que sur les portes et volets du logis royal (fig. 51). Il s’agit d’une sorte de lacs d’amour qui s’enroule autour de trois traverses horizontales reliées par un axe vertical27. La stylisation du jeton est visuellement peu éloignée de celle du symbole royal, organisée elle aussi autour d’une triade de traits unis et d’un nœud de concorde. Il se pourrait donc qu’un des niveaux de décodage du symbole royal renvoie à la concorde politique et sociale, vecteur de paix.

  • 28 BnF, ms. lat. 8775, f° 2.
  • 29 Jean Thenaud, Introduction à la Cabale, escript (par) Françoys Gryvel demourant a Angiers, Pour rev (...)

20Deux autres strates d’interprétation de ce même emblème pourraient aussi être mises en rapport avec Louise. La première correspond à une interprétation « monogrammique », dans laquelle seraient unis des F et des C de Claude, mais où l’on pourrait voir aussi les L de Louise. La seconde serait liée à une signification religieuse, puisque François Demoulins est le premier à signaler le squelette de l’emblème royal (la croix à trois traverses) qu’il dessine dans son Libellus Enigmaticum28, au deuxième feuillet, qui est consacré à Louise. Il associe cette échelle à trois croisillons à cinq noms de Dieu puisés dans la kabbale. Le franciscain Jean Thenaud, disciple de François Demoulins, nommera cet emblème l’« Arbre de Vie29 »

Fig. 51 Château de Chambord, lapidaire des contreforts de la lanterne.

  • 30 Médaille de François, duc de Valois et comte d’Angoulême, à l’âge de 10 ans (1504), BnF, Cabinet de (...)
  • 31 Sur le vêtement comme support de devises, voir Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p.  (...)

21On retrouve encore à Chambord le nœud de Savoie comme attribut de la salamandre. Sur l’un des caissons des voûtes du deuxième étage du donjon (fig. 52), l’animal forme effectivement ce nœud avec sa queue. Cette représentation n’est pas unique : on la retrouve aussi bien sur les médailles depuis 150430 que dans le décor sculpté d’autres monuments (Azay-le-Rideau, tour de l’horloge de Riom, Moret-sur-le-Loing…). Plusieurs portraits du roi le représentent également avec des vêtements brodés de cordelettes à nœuds de Savoie31. Il s’agit là, de nouveau, d’un emblème maternel récupéré et intégré par François Ier à sa propre emblématique.

Fig. 52 Château de Chambord, voûtes à caissons du deuxième étage.

Fig. 53 Château de Chambord, donjon, voûtes à caissons du deuxième étage et escalier central du premier étage.

Fig. 54 Château de Chambord, donjon, escalier central.

La corne d’abondance

  • 32 Chantilly, Musée Condé, ms. 1139, f° 4v° (illustration de Godefroy le Batave, 1520).
  • 33 L’histoire de Thucydide athenien, de la guerre qui fut entre les Peloponesiens et Atheniens transla (...)
  • 34 Château de Villers-Cotterêts : caissons du passage voûté reliant la cour des offices à la petite co (...)

22La corne d’abondance est associée à Louise, encore une fois par François Demoulins, dans ses Commentaires de la guerre gallique32, elle y symbolise, avec le caducée, la felicitas publica. Des cornes d’abondance d’où jaillissent des flammes, renvoyant sans doute au feu de la salamandre, accompagnent aussi les armes de Louise dans un exemplaire de Thucydide qui lui a appartenu33. Elle est abondamment utilisée à Chambord. Des salamandres sortant de cornes d’abondance, parfois même tenues par un ange (fig. 53), renvoient à cette référence maternelle, mais elles peuvent aussi être rapprochées de la théorie de la double légitimité, dynastique et divine. Les mêmes représentations se retrouvent à Villers-Cotterêts34.

Le vol, l’aile ou la plume

  • 35 New York, Pierpont Morgan Library, ms. 147, feuillet collé au f° 5 : le (futur ?) roi est représent (...)
  • 36 Château de Boulogne, dit « Madrid », premier étage : les salamandres ailées sont visibles dans la g (...)

23Emblème bourbonien et rébus de l’initiale de Louise, l’aile ou la plume a aussi été ponctuellement employée par son fils35. En dehors du bouquet de lys combiné au vol, déjà cité et présent deux fois sur les murs de Chambord (fig. 48 et 49), la salamandre royale elle-même se retrouve pourvue d’ailes dans le grand escalier (fig. 54). Emblème familial, les ailes ont aussi une dimension angélique ; en effet, sur ce chapiteau, la position de l’animal est en tout point comparable à celle de l’ange qui se trouve juste à côté, présentant le bouclier aux trois lys, conformément à la légende de Joyenval. Ainsi pourvu, l’animal maîtrise réellement tous les éléments, eau, feu, terre et air : la vertu maternelle ajoutée à celles du roi lui permet d’atteindre la perfection. Ce thème de la salamandre ailée se retrouve plusieurs fois sur les dessins de Jacques Androuet du Cerceau pour les intérieurs du château de Madrid36.

La cordelière franciscaine à nœuds de Savoie

  • 37 Voir notamment Hablot Laurent, « Pour en finir, ou pour commencer, avec l’ordre de la Cordelière », (...)
  • 38 Voir par exemple le coffre de François d’Estaing, évêque de Rodez (vers 1501-1529), conservé à l’év (...)
  • 39 Voir en particulier Hablot L., « Pour en finir… », art. cit. Rappelons la présence d’une cordelière (...)

24La cordelière à grains des franciscains est un emblème fréquent et adopté par de nombreuses personnes, en témoignage de dévotion à saint François d’Assise37. En ont fait usage notamment de nombreux ecclésiastiques, beaucoup de femmes (pas nécessairement veuves, comme on l’a longtemps cru), ou des porteurs du prénom de François en hommage à leur saint patron, et plus généralement tous ceux qui désiraient afficher leur franciscanisme38. Ce fut le cas en particulier des ducs de Bretagne, depuis le milieu du XVe siècle, jusqu’à Anne de Bretagne et sa fille Claude, dont la cordelière franciscaine était l’un des principaux emblèmes39.

  • 40 Livre du Trésor, 1510, BnF, ms. fr. 19088, f° 1. Les trois blasons reliés par une cordelière en lac (...)
  • 41 Château de Couzières (Veigné, Indre-et-Loire), sur un bassin de fontaine en pierre : entre autres e (...)

25Elle fut aussi adoptée par la « Trinité d’Angoulême » : c’est elle qui noue le bouquet de trois lys des chapiteaux de Chambord (fig. 48 et 49) et qui lie les blasons de François, duc d’Angoulême, de Louise et de Marguerite, sur une enluminure datée de 1510-151440. Elle fut ensuite transmise à la descendance du roi, en la personne du dauphin François41.

  • 42 Selon un document recopié dans le recueil de la collection Clairambault, consacré à l’histoire de l (...)

26Louise, dont on connaît la dévotion pour François de Paule, adopta la cordelière franciscaine à titre personnel, mais en y adjoignant le nœud de Savoie familial. L’emblème d’origine, correspondant à l’ordre fondé par Amédée VI, était un collier constitué d’une corde à trois nœuds en forme de lacs d’amour, auxquels vont s’adjoindre, avec Louise, les grains des franciscains. François Ier reprit, à son tour, le double emblème, corde à grains et lacs d’amour, notamment en modifiant le collier de l’ordre de Saint-Michel dès 1516 : les aiguillettes d’origine furent alors remplacées par une corde faite de nœuds en forme de 842. Certains dignitaires de l’ordre ont même figuré le collier comme une véritable cordelière franciscaine ; ainsi Artus Gouffier à la collégiale d’Oiron, en 1540 (fig. 55).

  • 43 Voir Salet Francis, « Emblématique et histoire de l’Art », Revue de l’Art, 87, 1990, p. 13-28, spéc (...)

27La cordelière franciscaine employée par Anne de Bretagne et augmentée des nœuds de con-corde par Louise de Savoie, devint donc un emblème royal et dynastique43. Elle est de fait très présente à Chambord : autour des F des caissons des voûtes du deuxième étage, des F inversés de l’escalier central (fig. 56) et des F des contreforts de la lanterne.

Fig. 55 Oiron, collégiale.

Fig. 56 Château de Chambord, lanterne, voûte à caissons.

28Les interprétations sont plurielles. Il s’agit pour le roi d’un héritage familial, qui présente l’avantage de lui venir à la fois de sa mère et de sa femme. Dans ce cas, on peut y voir un reflet de l’importance des questions de Bretagne et de Savoie, duchés en cours de réunion au royaume : le couronnement du dauphin François comme duc de Bretagne officialise le rattachement de la première en 1532 ; quant aux prétentions sur la Savoie, du chef de sa mère, François Ier les fait valoir en envahissant le duché en 1536. L’union et la paix, la concorde familiale, mais aussi sociale, nationale et universelle, peuvent aussi être célébrées grâce à cette devise. Mais la cordelière franciscaine rappelle bien sûr – et peut-être avant tout – la dévotion particulière à François de Paule et, au-delà, à François d’Assise, du roi et de sa mère.

UN SANG PRÉDESTINÉ

La descendance

29Pour qu’il y ait dynastie, il faut une descendance. À ce point de vue, la naissance d’un dauphin viable – le premier depuis plus de 20 ans, en trois règnes – le 28 février 1518 fut un événement majeur. En 1519, François commença les travaux à Chambord. Cet événement mettait fin à une sorte de « malédiction du roi sans fils » qui avait frappé les deux prédécesseurs de François Ier. Le roi de France n’était pas le seul à être confronté aux problèmes de descendance : Henry VIII d’Angleterre se trouvait dans une situation comparable, lorsqu’eut lieu la naissance inespérée d’un héritier en 1538. À cette occasion, le roi d’Angleterre entreprit quelques mois plus tard la construction d’un château sans pareil : Nonsuch Palace.

  • 44 Lyon, Musée des Beaux-Arts (inv. 368).

30Ce n’était pas la première fois qu’une naissance au sein de la lignée royale était présentée comme miraculeuse, il en fut ainsi pour Philippe Auguste, Charles VI et Charles VIII. En 1494, après la naissance de Charles-Orland, une médaille avait été frappée, représentant la reine Anne de Bretagne et le dauphin en Vierge à l’Enfant, avec la légende latine « et déjà une nouvelle race nous est envoyée du ciel44 ».

  • 45 Anonyme, Le Livre de la dédicace du temple saint francoys, vers 1507-1508, BnF, ms. fr. 1680, f° 31 (...)

31La naissance de François Ier lui-même n’a pas échappé à l’aura miraculeuse, puisqu’elle aurait été obtenue grâce à l’intercession de François de Paule, comme pour Charles-Orland, en établissant une sorte de filiation spirituelle entre saint François d’Assise, François de Paule et François d’Angoulême. Le Livre de la dédicace du temple saint françoys45 associe ainsi clairement le futur roi à son saint patron d’Assise. C’est encore le cas en 1540 sur un vitrail de la cathédrale Sainte-Gudule de Bruxelles, où le roi et la reine Éléonore sont agenouillés aux côtés du Poverello, recevant les stigmates (pl. VI, fig. 57).

  • 46 Sur les relations entre Louise de Savoie et François de Paule, voir notamment Chevalier Bernard, «  (...)

32Entre-temps, l’ermite calabrais, canonisé en 1519, était devenu le saint protecteur officiel de la nouvelle dynastie. François de Paule présentait en outre l’avantage d’avoir été un proche à la fois de la mère46 et de la belle-mère du roi régnant.

  • 47 Bulla canonisationis sancti Francisci de Paula […], Paris, N. de La Barre, 1520.

33La naissance du dauphin François, en 1518, fut elle aussi attribuée à François de Paule. Léon X, parrain de l’enfant, rappellera, dans sa bulle de canonisation, le vœu de Claude de France en 1516, souhaitant la naissance d’un fils47. La place du dauphin dans le décor sculpté de Chambord est importante et localisée sur la tour est du donjon – au soleil levant (fig. 58a et b). En dehors du roi, il est le seul personnage clairement identifié par ses emblèmes : blason et dauphin couronné.

  • 48 Sur ce point, voir Buttay-Jutier F., Fortuna…, op. cit., p. 275-276.

34Les naissances « miraculeuses » au sein du lignage royal sont également rappelées par la présence nombreuse d’enfants accompagnés de serpents (fig. 59), animal traditionnellement associé aux naissances exceptionnelles et symbole de prédestination48.

35L’importance de la question successorale est perceptible aussi dans les sculptures étonnantes de l’oratoire royal de Chambord, où les caissons de la voûte présentent de minuscules salamandres accrochées par leur gueule à un doigt d’une salamandre royale (fig. 60). L’allégorie eucharistique, détournement du « pélican de piété », est assez claire, mais l’idée de descendance est également présente. Elle l’est aussi dans ce groupe de deux salamandres, au sommet de l’escalier central (fig. 61). Il s’agit d’un véritable rébus du motto « nutrisco et extingo » : la salamandre principale nourrit l’autre, qui vient chercher sa pitance dans sa gueule et la protège à la fois en crachant de l’eau pour éteindre le mauvais feu. Nous avons rencontré les mêmes thèmes à Oiron et à Moret-sur-le Loing, traités eux-aussi sous forme de rébus.

Fig. 58a et b Château de Chambord, donjon, tour est.

Fig. 59 Château de Chambord, donjon, tour ouest.

Fig. 60 Château de Chambord, oratoire de François Ier, voûte à caissons.

Fig. 61 Château de Chambord, lanterne, niches du grand escalier.

Fig. 62 Château de Chambord, terrasses, frontons des cheminées.

Fig. 63 Château de Blois, Musée lapidaire.

La couronne à corde franciscaine

  • 49 Château de Blois, dépôt lapidaire.
  • 50 Épave de la Sainte Marie Bonaventure, dite la « Grande Maîtresse », canon conservé au Musée nationa (...)
  • 51 Nous remercions vivement Guy de Malherbe et Marie-Hélène de La Forest-Divonne de nous avoir ouvert (...)

36Il s’agit d’un emblème non signalé jusqu’à présent : une couronne ouverte, doublée au-dessus d’une corde à grains (sans nœuds de Savoie), formant comme une seconde couronne (fig. 62). Nous l’avons d’abord crue réservée à Chambord, puis nous avons constaté qu’elle fut utilisée ponctuellement dans différentes occasions et par divers membres de la famille royale. Nous l’avons en effet retrouvée à Blois49, sur un fragment de décor sculpté (1515-1524), couronnant les armes de Claude de France (fig. 63), sur qui reposait l’avenir de la dynastie. Louise de Savoie s’en est également emparée, en la faisant graver au-dessus de ses armes personnelles, sur un canon de la nef dite la « Grande Maîtresse » daté de 152550, alors qu’elle doit faire face comme régente à une des plus graves crises qu’ait connu le royaume de France (fig. 64). Elle est enfin visible, en 1540, sur les caissons de la voûte d’escalier du petit château de Poncé-sur-le-Loir51, coiffant cette fois le dauphin héraldique : Henri, dont le couple était alors stérile depuis 1533 (fig. 65).

  • 52 Nantes, Musée Dobrée (inv. D. 886-1-1). Sur cette couronne se trouvent deux cordelières franciscain (...)

37L’apparition de cet attribut, dont l’emploi reste extrêmement rare, semble liée à des situations de crise ou d’incertitude. Signalons une forme voisine de cette couronne à corde, dans la couronne du reliquaire du cœur d’Anne de Bretagne52.

38À Chambord, la couronne à corde franciscaine est présente (sans doute en 32 exemplaires à l’origine) de façon systématique sur les frontons des cheminées et des lucarnes, au-dessus du quatrième étage du donjon, derniers éléments sculptés au sommet du château – hormis la lanterne.

  • 53 Liber de Fiore (début XIVe siècle), dans Haran Alexandre Y., Le Lys et le Globe. Messianisme dynast (...)

39Cette couronne est d’interprétation délicate. La localisation dans le bâtiment ne doit sans doute rien au hasard. L’édifice serait-il placé sous la protection, l’invocation – pour ne pas dire le vocable – de saint François ? L’on pense à nouveau au Livre de la dédicace du temple saint francoys. Faut-il y voir une allusion à l’héritage breton, comme pourrait le laisser penser le précédent de la couronne d’Anne de Bretagne ? Mais pourquoi Louise, qui n’a aucun droit sur la Bretagne, l’aurait-elle adoptée ? Serait-ce la couronne d’un roi qui affiche son franciscanisme ? Mais nous n’en connaissons aucun précédent. Il ne faut pas exclure enfin une allusion aux prophéties réactivées alors, faisant du roi de France l’empereur des derniers temps, censé établir la paix et la concorde universelles et qui, après avoir remis sa couronne au Christ redescendu sur terre, prendra le froc des franciscains et ouvrira un nouvel âge d’or53.

Fig. 64 Canon de la « Grande Maîtresse », Toulon, Musée de la Marine.

Fig. 65 Poncé-sur-le Loir, voûtes à caisson de l’escalier.

  • 54 Ibid., p. 37.

40Cela correspondrait bien à un messianisme dynastique, « à épreuves », croyance selon laquelle le roi de France, à la suite d’épreuves imposées par Dieu, étendra son empire sur le monde. Le thème du redressement après la chute est d’ailleurs largement illustré à Chambord54.

41Nous devons ajouter à ces couronnes franciscaines de Chambord une discrète couronne architecturale (reprenant exactement l’architecture de la lanterne du donjon) doublée elle aussi d’une corde à grains, le tout coiffant une salamandre tenant le blason royal, dans l’escalier central (fig. 66). Celle-ci pourrait se rapporter aux couronnes constituées de tours, dites « bastillées », généralement associées à un espace géographique : une ville, un pays, ou la Terre, comme la couronne de Cybèle. Allusion au royaume placé sous la protection franciscaine ? Allusion à l’Église (gallicane), à la Cité de Dieu ? Voilà qui pourrait concorder avec la salamandre pénétrant dans la pierre du chapiteau à la Prudence (fig. 50) et s’accorder avec le grand dessein du roi bâtisseur, symétrique du Dieu architecte de saint Augustin.

42Les emblèmes ordinairement attribués à Louise de Savoie sont présents en nombre à Chambord. Rien ne permet toutefois de supposer que Louise ait eu une place quelconque dans l’élaboration de l’édifice. Mais, maillon essentiel de la chaîne dynastique, elle ne pouvait être absente du programme dynastique de Chambord, au même titre que Louis XII, Claude de France ou Anne de Bretagne.

Fig. 66 Château de Chambord, donjon, escalier central.

43Plus que les personnes d’ailleurs, ce sont certains de leurs emblèmes, dont elles-mêmes avaient généralement hérité, qui ont été agrégés à l’emblématique royale et dont François Ier fit usage régulièrement (la cordelière), ponctuellement (le vol) ou de façon allusive (la Prudence, la Concorde).

44Mais, alors que certains emblèmes cessent de se transmettre (l’hermine de Bretagne), d’autres couvrent plusieurs générations (la cordelière). Le sens dont ils sont chargés joue certainement un rôle : pourquoi mettre en avant l’hermine, emblème d’une province maintenant définitivement acquise ? À l’inverse, pourquoi se priver de la devise maternelle de Prudence, vertu essentielle au bon gouvernement ? L’aspect esthétique n’est sans doute pas non plus totalement absent : la cordelière, par exemple, se prête bien au travail ornemental des maîtres brodeurs et tailleurs du roi.

  • 55 « Les Triumphes et magnificences de l’entrée de François de Valois à Tours (1576) », présentés et t (...)

45Au-delà de la permanence de certains emblèmes, les références dynastiques et familiales sont récurrentes chez les Valois-Angoulême, jusqu’à Henri III. En témoigne l’entrée à Tours de François d’Alençon, dernier petit-fils de François Ier, en 157655. Outre le retour du F couronné, sont évoqués les rois François Ier, Henri II, François II, Charles IX et Henri III. La déesse Concorde (Catherine de Médicis) préside. La cigogne – autre avatar du pélican de piété – symbolise l’amour maternel. Enfin, les allégories des royaumes de Jérusalem, Naples et Sicile, témoignent du vieux rêve de monarchie universelle.

46À Chambord, la dimension dynastique du château et un décor hiérarchisé, depuis l’image omniprésente et officielle – la salamandre – jusqu’à l’emblème le plus privé, se prêtent bien à l’agrégation des emblèmes familiaux. Les devises de Louise de Savoie, au-delà de sa personne, acquièrent ainsi une dimension dynastique et resteront utilisés bien après la mort de celle-ci.

Notes

1 Fourrier Thibaud et Parot François, « Qu’est-ce que Chambord ? Étude du décor sculpté et nouvelles interprétations », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 65, 2010, p. 21-55. Les ouvrages de Martin-Demézil Jean, « Chambord », Congrès archéologique de France, 139e session, 1981, p. 1-115, et Chatenet Monique, Chambord, Paris, CMN, 2001 ont été pour nous une base essentielle, sans oublier pour l’étude stylistique du décor sculpté Mouchebeuf Claire, Le décor sculpté de Chambord. Sculpture miniature. L’art des chapiteaux à figures de la première Renaissance, mémoire de troisième cycle, Paris, École du Louvre, 1994-1995. Mais nos premiers relevés nous ont rapidement amenés à nous interroger sur différentes allégories et attributs, et surtout sur des mises en situation originales des emblèmes royaux. Force fut pour nous de nous pencher alors sur les travaux de Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987. Nous nous sommes finalement trouvés assez proches de la vision de Chambord des historiens allemands Prinz Wolfram, Schloss Chambord und die Villa Rotonda in Vicenza. Studien zur Ikonologie, Berlin, Gebr. Mann, 1980, et Metternich Wolfgang, Schloss Chambord an der Loire. Der Bau von 1519-1524, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1985. Nous avons eu aussi recours aux travaux d’historiens médiévistes, spécialistes notamment de l’emblématique, comme Christian de Mérindol, Laurent Hablot, Francis Salet, Colette Beaune et bien d’autres. Enfin, les sources textuelles et iconographiques, contemporaines et antérieures à François Ier, ainsi que l’inventaire sculptural de plusieurs sites édifiés par François Ier ou ses proches, ont permis de venir étayer bon nombre de nos interprétations. Nous remercions tout particulièrement madame Colette Beaune pour son soutien précieux.

2 Lettre d’ordre du 6 octobre 1519 : BnF, ms. fr. 25720, f° 142.

3 BnF, mss fr. 5750 et 14116. Force fut pour nous de nous pencher alors sur les travaux de Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987. Nous nous sommes finalement trouvés assez proches de la vision de Chambord des historiens allemands Prinz Wolfram, Schloss Chambord und die Villa Rotonda in Vicenza. Studien zur Ikonologie, Berlin, Gebr. Mann, 1980, et Metternich Wolfgang, Schloss Chambord an der Loire. Der Bau von 1519-1524, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1985. Nous avons eu aussi recours aux travaux d’historiens médiévistes, spécialistes notamment de l’emblématique, comme Christian de Mérindol, Laurent Hablot, Francis Salet, Colette Beaune et bien d’autres. Enfin, les sources textuelles et iconographiques, contemporaines et antérieures à François Ier, ainsi que l’inventaire sculptural de plusieurs sites édifiés par François Ier ou ses proches, ont permis de venir étayer bon nombre de nos interprétations. Nous remercions tout particulièrement madame Colette Beaune pour son soutien précieux.

4 Wanklyn George A., « Le présent offert à Henri II par la ville de Paris en 1549 », Revue de l’Art, 46, 1979, p. 27-28.

5 Jean Thenaud, Triumphe de Force, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3358, f° 247r°.

6 Don du duché d’Anjou par François Ier à Louise de Savoie, le 4 février 1515, enregistré au Parlement de Paris le 12 mars 1515 : Archives nationales de France, X 8611, f° 10.

7 Sur cette question, voir Buttay-Jutier Florence, Fortuna, usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2008, p. 167-230.

8 C’est la deduction du sumptueux ordre plaisantz spectacles […] exhibes par les citoiens de Rouen […], Rouen, R. Le Hoy Robert et J. dit du Gord, 1551.

9 Cinquante rondeaux sur toutes sortes de matières joyeuses, édité par A.-U. Coustelier, Paris, 1723, rondeau XLVIII, p. 250-251.

10 Guillaume Budé, De Philologia, Paris, J. Bade, 1532, préface.

11 La couronne fermée, « à l’impériale », fut ponctuellement utilisée par Charles VIII puis par Louis XII, mais c’est François Ier qui en fit la couronne officielle de la monarchie. Voir Fourrier T. et Parot F., « Qu’est-ce que Chambord ?… », art. cit., p. 27-28 et notes.

12 Le plus jeune fils de François Ier, Charles-Abdenago, reprendra également le porc-épic, emblème de son grand-père (voir Fourrier Thibaud et Parot François, « L’iconographie de Chambord et l’emblématique de François Ier », Réforme, Humanisme, Renaissance, 79, décembre 2014, p. 225-246).

13 Sur l’interprétation et l’origine de cette devise, voir en particulier Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 40 sq. ; Holban Marie, « Autour de la salamandre », Revue historique du sud-est européen, XXIII, 1946, p. 196-206.

14 BnF, ms. fr. 1863 notamment.

15 Ordonnances des rois de France. Règne de François Ier, III : 1521-1523, Paris, Imprimerie nationale, 1932, ordonnance no 355, 12 août 1523. Enreg. AN, X 1, 8611, fos 431v°-435v°.

16 Jean de Bourdigné, Hystoire agrégative des annales et cronicques Danjou, Angers, A. Couteau, 1529, en-tête du prologue.

17 Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 113.

18 Ce chapiteau est situé sur l’aile sud-est de l’enceinte, côté cour. Le rez-de-chaussée de l’aile nord-est de l’enceinte, en retour d’équerre, est daté de 1539-1541.

19 Évangile selon Matthieu, X, 16.

20 Première épître de Pierre, 2, 4-5.

21 BnF, ms. fr. 1680. Il s’agit d’un poème anonyme célébrant la nomination de François d’Angoulême comme héritier officiel de Louis XII. Voir Lecoq A.-M, François Ier imaginaire…, op. cit., p. 59; Cowling David, « “Saint” François and his Temple in 1508: BnF ms français 1680 », dans Humanism and Letters in the Age of François Ier: Proceedings of the Fourth Cambridge French Renaissance Colloquium, 19-21 September 1994, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 1-16.

22 BnF, ms. fr. 5083, f° 1v°.

23 Journal de Louise de Savoie, dans Histoire généalogique de la royale maison de Savoye, édité par S. Guichenon, II, Lyon, G. Barbier, 1660, p. 457.

24 Chantilly, Musée Condé, ms. fr. 1139, f° 55.

25 BnF, ms. fr. 2088, f° 10.

26 Jeton de la chambre des comptes du Dauphiné, reproduit dans Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 432.

27 Voir ibid., p. 465-468 ; Fourrier T. et Parot F., « Qu’est-ce que Chambord ?… », art. cit., p. 41-47. La conception de cet emblème a débuté de bonne heure, avant le règne. À Chambord, il est sculpté dans la pierre et dans le bois après 1533 et, sans doute, dans la décennie 1540. Ce n’est donc pas uniquement un emblème de jeunesse, comme on l’a cru parfois. Son

28 BnF, ms. lat. 8775, f° 2.

29 Jean Thenaud, Introduction à la Cabale, escript (par) Françoys Gryvel demourant a Angiers, Pour reverend pere en Dieu F.I. Tenaud, Abbé de Mellynays, 19 mai 1536, Genève, Bibliothèque de Genève, ms. fr. 167, f° 101r°. élaboration a fait appel à des sources chrétiennes et kabbalistiques, sans écarter l’intégration d’emblèmes préexistants. Il s’apparente probablement à un vœu et fonctionne comme un emblème parfaitement abouti, synthétique et à dimension symbolique, regroupant différents niveaux d’interprétation, familial, politique, religieux, talismanique et prophétique. Nous finalisons actuellement l’exégèse de cet emblème.

30 Médaille de François, duc de Valois et comte d’Angoulême, à l’âge de 10 ans (1504), BnF, Cabinet des médailles.

31 Sur le vêtement comme support de devises, voir Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 117.

32 Chantilly, Musée Condé, ms. 1139, f° 4v° (illustration de Godefroy le Batave, 1520).

33 L’histoire de Thucydide athenien, de la guerre qui fut entre les Peloponesiens et Atheniens translatee en langue francoyse par feu Messire Claude de Seyssel lors evesque de Marseille et depuis archevesque de Turin, Histoire de la guerre du Péloponèse, exemplaire de Louise de Savoie, Paris, Josse Badius, 1527, Bibliothèque Mazarine, 2o 5541 C-2 (illustration en page de titre, reprise au verso et à la première page de la dédicace).

34 Château de Villers-Cotterêts : caissons du passage voûté reliant la cour des offices à la petite cour du logis.

35 New York, Pierpont Morgan Library, ms. 147, feuillet collé au f° 5 : le (futur ?) roi est représenté sur un cheval dont le caparaçon est couvert de plumes. Le F est aussi parfois accompagné d’ailes : BnF, ms. fr. 2286, f° 3 (1519). Il en est de même au château d’Assier (Jacques Galiot de Genouillac), sur les frises des façades sur cour.

36 Château de Boulogne, dit « Madrid », premier étage : les salamandres ailées sont visibles dans la grande salle, sur la cheminée à l’ouest et sur la porte à l’est, ainsi que sur la cheminée de la sallette (Jacques Androuet du Cerceau, The British Museum). Voir Chatenet Monique, Le château de Madrid au bois de Boulogne, Paris, Picard, 1987, p. 86 et 169, note 389. Les doutes émis par l’auteur et par Anne-Marie Lecoq quant à la crédibilité des dessins de du Cerceau peuvent être levés, cet emblème n’étant plus un cas unique. Des salamandres ailées soutenant le blason royal figurent aussi sur les murs du bureau des finances de Rouen.

37 Voir notamment Hablot Laurent, « Pour en finir, ou pour commencer, avec l’ordre de la Cordelière », dans Le Page Dominique (dir.), Pour en finir avec Anne de Bretagne, actes de la journée d’études (archives départementales de Loire-Atlantique, 25 mai 2002), Nantes, Archives départementales de Loire-Atlantique, 2004, p. 47-70.

38 Voir par exemple le coffre de François d’Estaing, évêque de Rodez (vers 1501-1529), conservé à l’évêché de Rodez (dépôt du conseil général de l’Aveyron), ou le lit aux armes d’Antoine de Lorraine et Renée de Bourbon, vers 1515, Nancy, Musée Lorrain (dépôt du mobilier national), dont les piliers sont sculptés de cordelières à trois grains.

39 Voir en particulier Hablot L., « Pour en finir… », art. cit. Rappelons la présence d’une cordelière franciscaine à la taille d’Isabelle Stuart, duchesse de Bretagne, sur une miniature datée de 1464 (BnF, ms. fr. 958, f° Fv°).

40 Livre du Trésor, 1510, BnF, ms. fr. 19088, f° 1. Les trois blasons reliés par une cordelière en lacs d’amour, entourés d’une salamandre et d’un lion sont attribués au Maître de Claude de France.

41 Château de Couzières (Veigné, Indre-et-Loire), sur un bassin de fontaine en pierre : entre autres emblèmes, le blason du dauphin est encadré par deux F, le tout relié par une cordelière franciscaine en lacs d’amour.

42 Selon un document recopié dans le recueil de la collection Clairambault, consacré à l’histoire de l’ordre de saint Michel : BnF, ms. fr. 1242, f° 1419. Voir Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 438-440.

43 Voir Salet Francis, « Emblématique et histoire de l’Art », Revue de l’Art, 87, 1990, p. 13-28, spécialement p. 26.

44 Lyon, Musée des Beaux-Arts (inv. 368).

45 Anonyme, Le Livre de la dédicace du temple saint francoys, vers 1507-1508, BnF, ms. fr. 1680, f° 31v°.

46 Sur les relations entre Louise de Savoie et François de Paule, voir notamment Chevalier Bernard, « Saint François de Paule à Tours, d’après le procès de canonisation », dans S. Francesco di Paola. Chiesa e società del suo tempo, Atti del convegno internazionale di studio (Paola, 20-24 maggio 1983), Rome, Curia generalizia dell’ordine dei Minimi, 1984, p. 184-208.

47 Bulla canonisationis sancti Francisci de Paula […], Paris, N. de La Barre, 1520.

48 Sur ce point, voir Buttay-Jutier F., Fortuna…, op. cit., p. 275-276.

49 Château de Blois, dépôt lapidaire.

50 Épave de la Sainte Marie Bonaventure, dite la « Grande Maîtresse », canon conservé au Musée national de la Marine de Toulon. Nous remercions Max Guérout, directeur de recherches au GRAN (CNRS) de son aimable coopération.

51 Nous remercions vivement Guy de Malherbe et Marie-Hélène de La Forest-Divonne de nous avoir ouvert leurs portes.

52 Nantes, Musée Dobrée (inv. D. 886-1-1). Sur cette couronne se trouvent deux cordelières franciscaines, mais sur le bandeau, et non au-dessus des fleurons.

53 Liber de Fiore (début XIVe siècle), dans Haran Alexandre Y., Le Lys et le Globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux XVIe et XVIIe siècles, Mayenne, Champ Vallon, 2000, p. 26 sq. ; Maillard Jean-François, « Empire universel et monarchie gallique », dans Crémoux Françoise et Fournel Jean-Louis (dir.), Idées d’empire en Italie et en Espagne (XIVe-XVIIe siècle), Mayenne, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010, p. 193-216 ; Fourrier T. et Parot F., « Qu’est-ce que Chambord ?… », art. cit., p. 27.

54 Ibid., p. 37.

55 « Les Triumphes et magnificences de l’entrée de François de Valois à Tours (1576) », présentés et traduits par Sharratt Peter, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, XXXVII, 1975, p. 631-666.

Table des illustrations

Légende Fig. 48 Château de Chambord, donjon, façade sud-est.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 49 Château de Chambord, donjon, tour est.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 50 Château de Chambord, enceinte.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 51 Château de Chambord, lapidaire des contreforts de la lanterne.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 52 Château de Chambord, voûtes à caissons du deuxième étage.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 53 Château de Chambord, donjon, voûtes à caissons du deuxième étage et escalier central du premier étage.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 54 Château de Chambord, donjon, escalier central.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 55 Oiron, collégiale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 56 Château de Chambord, lanterne, voûte à caissons.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 58a et b Château de Chambord, donjon, tour est.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 59 Château de Chambord, donjon, tour ouest.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 60 Château de Chambord, oratoire de François Ier, voûte à caissons.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 61 Château de Chambord, lanterne, niches du grand escalier.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 62 Château de Chambord, terrasses, frontons des cheminées.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 63 Château de Blois, Musée lapidaire.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 64 Canon de la « Grande Maîtresse », Toulon, Musée de la Marine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 65 Poncé-sur-le Loir, voûtes à caisson de l’escalier.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 66 Château de Chambord, donjon, escalier central.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8377/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteurs

Château de Chambord

Château de Chambord

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search