Version classiqueVersion mobile

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

II. Louise, mère du roi et régente

Les funérailles de Louise de Savoie

Monique Chatenet

Texte intégral

  • 1 Tuetey Alexandre (éd.), Histoire générale de Paris. Registres des délibérations du bureau de la vil (...)
  • 2 Marino Sanudo (ou Sanuto), I Diari di Marino Sanuto, LV, Bologne, Forni, 1970, p. 47, 61-62, 65-66, (...)
  • 3 AN, K84, no 19, pièces 1-4 : Funérailles de Louise de Savoie. Conservation des dépouilles royales ( (...)
  • 4 BnF, ms. fr. 3011, f° 72, 26 septembre 1531 : mémoire, signé Bayard, intitulé « Ce que Babou aura à (...)
  • 5 Lalanne Ludovic (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris (1515-1536), Paris, Librairie Renouart, 1854 (...)

1À défaut d’une relation rédigée par le concepteur de la cérémonie, les funérailles de Louise de Savoie sont connues avec une relative précision grâce à deux sources principales : les registres des délibérations de la ville de Paris1 et les diarii de Marino Sanudo, précieuse compilation d’extraits de la correspondance diplomatique vénitienne du début du XVIe siècle2. S’ajoutent quelques pièces secondaires conservées aux Archives nationales3 et à la Bibliothèque nationale de France4 ainsi que le bref récit d’un bourgeois de Paris5.

MORT DE LA MÈRE DU ROI (22 SEPTEMBRE 1531)

  • 6 Dépêches vénitiennes, BnF, ms. it. 1714, f° 137. Notons que dans la transcription de Sanudo, la dat (...)
  • 7 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 65 ; BnF, ms. it. 1714, f° 137 ; Scheurer Rémy, Correspondance du (...)
  • 8 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 65.
  • 9 Voir les références de la note 4. Le 26 septembre, un ordre signé par Bayard à l’attention de Phili (...)

2Louise de Savoie meurt à Grez-sur-Loing, près de Fontainebleau, le 22 septembre 15316. Son corps, rapidement embaumé et mis en bière, est transféré à l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés. François Ier, très affecté par la disparition de sa mère comme plusieurs témoins le racontent avec force détails7, s’est réfugié auprès de Montmorency à Chantilly8, d’où il envoie plusieurs lettres concernant l’organisation des funérailles9. Dans l’une d’elles, datée du 28 septembre, il charge Jean de La Barre, prévôt et gouverneur de Paris, de communiquer aux échevins de la ville

  • 10 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 127.

aucunes choses de par Nous [ordonnées] sur les faict des obsèques et funérailles de feue nostre très chère et très amée dame et mère, lesquelles nous voulons et entendons estre faictes le plus honorablement que faire ce pourra, […] suivant l’ordre et forme tenuz aux obsèques de feue nostre très chère et très amée compaigne la Royne Claude, que Dieu absolve.10

  • 11 BnF, ms. fr. 5284, fos 158-160. C’est donc certainement en relation avec la volonté du roi de rendr (...)
  • 12 Pour les funérailles de Claude de France, voir BnF, ms. Moreau 736 [Fondettes, Pièces historiques 2 (...)
  • 13 Pierre Choque, Récit des funérailles d’Anne de Bretagne précédé d’une complainte sur la mort de cet (...)
  • 14 Pour un état actuel des connaissances sur les funérailles royales et princières, voir Gaude-Ferragu (...)

3Qu’entend exactement François Ier lorsqu’il demande de « suivre l’ordre et forme » des obsèques et funérailles de sa défunte épouse ? C’est là toute la question, car si Louise de Savoie, princesse et mère de roi, avait été régente du royaume, elle n’avait pas droit à la dignité de la Couronne que seule la reine partage avec son époux11. Dans les pages qui suivent, je me suis efforcée d’expliquer avec quelle subtilité le concepteur des cérémonies est parvenu à faire à Louise de Savoie des funérailles directement calquées sur celles de Claude de France12 (et par voie de conséquence sur celles, mieux connues et magnifiquement illustrées, d’Anne de Bretagne13), sans empiéter trop outrageusement sur la dignité royale14.

  • 15 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 127.
  • 16 AN, K84, no 19, pièce 1.

4Le 7 octobre, l’assemblée des représentants de la ville de Paris délibère que, conformément à la volonté du roi « l’on tiendroit » pour la « très haute, très puissante et très magnanime princesse Madame Louise de Savoie, mère du Roy, conservatrice du Royaume et restauratrice de la paix, en son vivant duchesse d’Angoumois, d’Anjou, de Bourbonnais et d’Auvergne » l’ordre semblable à celui qui avait « esté tenuz es obsèques de la feue Royne Claude15 ». Rappelons qu’en ces circonstances, la ville de Paris est seulement concernée par le convoi du corps (fig. 41) depuis une église située aux portes de Paris (en l’occurrence Saint-Antoine des Champs) jusqu’à Notre-Dame, puis de Notre-Dame jusqu’à la porte Saint-Denis et, au-delà, jusqu’à la Croix du Lendit, où le corps est recueilli par les religieux de l’abbaye de Saint-Denis16.

  • 17 Si l’on en croit un internaute, qui ne signale pas ses sources, le cœur de Louise fut enterré à Not (...)

5L’ordre royal fixe également le calendrier des funérailles : le lundi 16 octobre, le cercueil sera porté de l’abbaye de Saint-Maur au couvent de Saint-Antoine des Champs ; le 17, le convoi fera son entrée dans Paris par la porte Saint-Antoine pour se rendre à Notre-Dame17 ; le 18, après une messe solennelle dans la cathédrale, il se dirigera vers Saint-Denis ; enfin, le lendemain, le 19, aura lieu l’inhumation dans l’abbatiale.

Fig. 41 Trajet du corps de Louise de Savoie à travers Paris (schéma sur Le plan de la ville, cité, université et faubourgs de Paris avec la description de son antiquité et singularités de Matthieu Merian, Paris, chez Nicolas de Mathonière).

LES HONNEURS À L’EFFIGIE (6 OCTOBRE 1531)

  • 18 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 73 ; BnF, ms. it. 1714, p. 144 (dépêche datée de Paris, 10 octobr (...)

6Aucun témoignage ne nous renseigne sur les premières phases des obsèques – embaumement, division du corps, confection de l’effigie, transport à Saint-Maur. On sait seulement que le 6 octobre, comme le rapportent plusieurs dépêches vénitiennes18, le roi vient rendre un dernier hommage à sa mère dans l’abbaye de Saint-Maur.

  • 19 Selon M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 73 (dépêche du 8 octobre). La dépêche du 10 octobre (BnF, m (...)
  • 20 Ce drap est décrit dans l’ordre à Babou (BnF, ms. fr. 3011, fo 72) : « Mad. dame n’avoit point en s (...)

7Le cercueil avait été placé dans une pièce aménagée en chambre d’honneur19 où était dressé un lit de parement recouvert d’une couverture de drap d’or fourré d’hermine20. Sur le drap d’or était placée l’effigie de la défunte, ainsi décrite par un diplomate vénitien :

  • 21 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 73 : « In la camera ove era il corpo, iera un letto coperto di br (...)

Dans la chambre où était le corps, il y avait un lit couvert de brocard d’or rizzo sopra rizzo, et dessus, figurée en ronde-bosse était Madame avec le manteau ducal et le sceptre royal, en tant que régente, ainsi que la couronne, et son visage donnait l’impression qu’elle était vivante.21

  • 22 Ibid., p. 150 (dépêche de l’ambassadeur Zuan Antonio Venier, 20 octobre 1531) : « Udisti per le pub (...)
  • 23 Chatenet Monique et Marchandisse Alain, « Les funérailles de Georges d’Amboise (Lyon et Rouen, 25 m (...)

8Que signifie la présence de l’effigie funéraire à Saint-Maur ? Si elle appartient au cérémonial des rois et reines de France depuis le début du XVe siècle, elle n’était apparue pour Claude de France, comme pour sa mère, que lors de l’entrée de la défunte dans Paris, car, en 1514 et sans doute aussi en 1524, c’est le corps de la reine (pl. IV, fig. 42) qui, selon la vieille tradition, avait été exposé à découvert dans la « salle d’honneur » du château de Blois. Toutefois, comme l’écrit un diplomate vénitien, c’est surtout « par nécessité22 », en raison du transport et du temps écoulé depuis la mort, que l’effigie de Louise avait remplacé son corps sur le lit de parement. D’ailleurs l’usage n’était pas sans précédent puisqu’il avait été observé à Lyon 20 ans plus tôt, à la mort du cardinal Georges d’Amboise qui, de par la volonté de Louis XII, avait reçu, lui aussi, des funérailles quasi royales23.

  • 24 Lors de l’inhumation à Saint-Denis, Venier décrit la « triumfante corona ducal » portée par le marq (...)
  • 25 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 129.
  • 26 M. Sanudo, I diarii…, op. cit., p. 155.

9Il faut noter de plus que l’effigie de Louise ne portait pas le manteau royal, mais, comme l’écrit le narrateur, un manteau « ducal ». De même, et comme le précisent deux documents décrivant la suite des cérémonies, la couronne portée par l’effigie était, elle aussi, une couronne « ducale24 ». Au contraire, si l’on en croit le diplomate vénitien, l’effigie tenait à la main un « sceptre royal, en tant que régente ». Si le renseignement est exact, ce serait une marque d’honneur sans précédent ni suite : le concepteur des funérailles aurait considéré qu’en raison des services rendus au royaume, la défunte avait droit à ce symbole du pouvoir royal25. Néanmoins, ce sceptre n’apparaît pas dans la suite des cérémonies et, à Saint-Denis, l’effigie tient une palme et une branche d’olivier26. Le diplomate se serait-il trompé ? C’est difficilement imaginable : on ne confond pas un sceptre et un rameau végétal. On imagine plus volontiers que, pour la traversée de Paris et l’inhumation, les ordonnateurs de la cérémonie ont préféré remplacer l’attribut régalien présent à Saint-Maur par des symboles plus conformes au rang et à la personnalité de la « conservatrice du Royaume et restauratrice de la paix ».

  • 27 Ibid., p. 73 et 150; BnF, ms. it. 1714, p. 144.

10Le diplomate dit aussi avoir été frappé par la ressemblance extrême du visage de l’effigie avec celui de la défunte « comme si elle était vivante ». Une telle impression de vérité ne pouvait être donnée que par un masque de cire. Lorsqu’on souleva devant François Ier le voile qui cachait ce visage, le roi fut pris d’un malaise et, ne pouvant se saisir du goupillon que lui tendait le légat, il dut quitter la pièce aidé par les princes. Puis il revint, mais il pleurait tant que la cérémonie dut se poursuivre sans lui27.

  • 28 Voir Gaude-Ferragu M., D’or et de cendres…, op. cit., p. 245.
  • 29 M. Sanudo, I diarii…, op. cit., p. 73 : « Col manto regale di panno paonazzo ove erano 30 aunes di (...)
  • 30 Rappelons, à titre de comparaison, que l’immense traîne que portait Lady Diana Spencer lors de son (...)
  • 31 Giesey R., Le roi ne meurt jamais, op. cit., p. 22, note 27 (Henri II) ; Théodore Godefroy, Le céré (...)

11À cette époque, le roi de France n’assiste jamais à des funérailles, quelles qu’elles soient, et ne vient que très rarement rendre hommage à un mort28. La présence de François Ier devant l’effigie de sa mère constitue donc en elle-même un événement exceptionnel. Le caractère public et particulièrement solennel que le roi choisit de donner à cet hommage l’est aussi. Pour la circonstance en effet, raconte le diplomate, François Ier avait revêtu, non le long manteau noir à « chaperon » que portent habituellement les proches du défunt, mais « un manteau royal de tissu pourpre qui comptait 30 aunes de drap, et dont plusieurs princes portaient la queue car un seul n’eut pas suffi29 ». La longueur du vêtement – 30 aunes, c’est-à-dire 35 mètres environ – est sans nul doute fortement exagérée30. Au demeurant, c’est apparemment la première fois qu’apparaît ce manteau de deuil royal de couleur pourpre (ou violet) d’autant plus spectaculaire que, comme celui du sacre, il implique la présence de plusieurs princes. Henri II et François II devaient le porter en 1547 et en 1559 pour venir donner l’eau bénite à leur père, et Henri III le revêtira à son tour en 1584 pour saluer le corps de son frère cadet, le duc d’Anjou31.

LE CORTÈGE À TRAVERS PARIS

  • 32 Il s’agit d’un honneur théoriquement royal, mais qui, en réalité, était accordé assez généreusement (...)

12Le 17 octobre, toutes les élites de la ville se rendent à Saint-Antoine-des-Champs afin de convoyer jusqu’à Notre-Dame le corps de Louise de Savoie en un cortège qui s’apparente de très près à celui d’une entrée triomphale : une « piteuse entrée », sombre contrepoint de la « joyeuse entrée » traditionnelle, l’une et l’autre caractérisées par le dais que les magistrats de la ville portent au dessus de la personne royale32.

13La composition du cortège ne différait que par quelques détails de celle des obsèques de Claude de France et d’Anne de Bretagne – détails qui ont naturellement une grande importance puisque ce sont eux qui « ajustent » la cérémonie à la personnalité de la défunte.

  • 33 Il s’agit des dames et demoiselles d’honneur (aussi appelées « filles ») qui composaient la maison (...)

14Dans les trois cas, défilaient, vêtus de noirs et la tête couverte de « chaperons de deuil » tous les corps constitués de la ville, soit les archers portant des torches, les « crieurs » tenant une cloche à la main et la faisant sonner continuellement, les représentants des ordres mendiants, le clergé des églises, les membres du Parlement et de l’université. Puis les officiers de la maison ducale, pages à cheval, hérauts d’armes, et deux « haquenées d’honneur », précédaient la défunte. Comme pour Claude de France (et à la différence d’Anne de Bretagne), le corps dans son cercueil placé sur le chariot de deuil était nettement séparé dans le cortège de l’effigie (pl. IV, fig. 43) à laquelle était rendue les honneurs : les quatre présidents du Parlement tenaient les coins du drap d’or, le prévôt des marchands et les échevins portaient le dais. Enfin, derrière l’effigie et à cheval, défilaient les parents de la défunte. D’abord les hommes : le roi de Navarre, le duc de Vendôme, accompagné de son fils, le comte de Saint Pol, et le duc de Longueville, « tous princes du sang » dit Sanudo. Puis les femmes : la reine de Navarre, la duchesse de Vendôme, la comtesse de Brienne, et derrière elles, à cheval ou sur des « chariots branlants », les dames et demoiselles33 de la défunte.

  • 34 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 152 : « li cavalli tutti coperti fino in terra, de veluto ne (...)
  • 35 Ibid., colonne 153 : « Et questi cavalli cussi coperti, questi manti ; quel son de campane et tanta (...)

15Le témoignage cité par Sanudo est très précieux parce que le diplomate vénitien y décrit avec son regard d’étranger ce qui l’a le plus frappé dans le cortège : il s’attarde sur les deux haquenées d’honneur (le cheval de selle et le cheval de croupe), couvertes, comme l’ensemble des chevaux, de drap noir traînant à terre, si bien qu’on ne voyait, dit-il, ni les queues, ni les jambes, ni même les oreilles et qu’il n’y avait que de « petites fentes » pour les yeux34. « Et ces chevaux ainsi couverts – ajoute-t-il –, ces manteaux, le son des cloches et tant d’obscurité de deuil apportaient une affliction incroyable aux yeux humains35. » On imagine avec quel éclat se détachaient, sur ce fond noir, les écus aux armes de la défunte accrochés aux torches, et l’effigie allongée sur son drap d’or.

  • 36 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 131.
  • 37 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 152.
  • 38 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 131 ; M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 1 (...)
  • 39 Loc. cit.

16Le cortège comportait quelques autres éléments colorés que relève l’ambassadeur. Il ne s’agissait pas des membres du parlement qui, pourtant, défilent dans leurs habits d’écarlate aux funérailles des rois et des reines afin de symboliser la pérennité de la justice (pl. IV, fig. 44). Pour Louise de Savoie, ils défilaient en noir36, ce qui, bien évidemment, a une signification : la défunte, même en tant que régente, n’a pas droit à ce signe de la dignité royale. En revanche, les universitaires avaient conservé leurs vêtements écarlate et pourpre37, de même que les cardinaux, « vestuz de camelot violet et chappeaulx rouges, montez sur leurs mules », se distinguaient visuellement des archevêques, évêques et abbés qui les précédaient plus modestement à pied, revêtus de chapes noires et de mitres de damas blanc38. Quant aux habits de deuil, ils différaient selon la qualité de ceux qui les portaient. Les princes du sang, à cheval, étaient vêtus de longs manteaux noirs dont les traînes étaient portées par quatre gentilshommes à pied39. Les princesses avaient elle aussi les queues de leurs manteaux portées par des gentilshommes. Le costume de grand deuil des femmes (également représenté sur les miniatures des funérailles d’Anne de Bretagne) a frappé tout particulièrement le diplomate :

  • 40 « Cioè corotto ».
  • 41 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 153 : « Sopra il manto haveano, de minor longheza, uno altro (...)

Sur le manteau elles avaient un autre manteau de moins grande longueur en toile très blanche et très fine, et devant les manteaux, des peaux blanches striées de noir que l’on revêt dans ce royaume pour porter solennellement en temps de deuil, c’est-à-dire de deuil noir40. [Elles avaient] sur la tête une forme de capuche ou chaperon de même drap noir, que je ne saurais décrire, si ce n’est qu’elles y sont si recluses qu’il faut passer à moins d’une demi brasse pour voir leur visage qui, sous ce noir si funèbre, est voilé jusqu’aux yeux et à la bouche de voiles très blancs.41

  • 42 Ibid., colonne 154 : « Vestite non cum manto ma cum certo habito longo de un brazo de coda et la te (...)

17Quant aux dames et aux demoiselles, elles étaient vêtues plus simplement d’une longue robe noire avec des voiles blancs couvrant la tête42.

  • 43 Loc. cit. : « Il baldachin era in 8 faze, cum tanti soleri, croci e piramide, che lo facea molto em (...)
  • 44 Loc. cit.
  • 45 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 154.
  • 46 Ibid., colonne 156 : « In mezo a la qual [grande messa] per uno episcopo frate, in lingua sua, fu f (...)

18Arrivé à Notre-Dame ainsi escorté, le cercueil de la défunte surmonté de l’effigie est placé dans le chœur, sous une chapelle ardente de bois noir de forme octogonale hérissée de pyramides chargée d’une « infinité » de cierges et entourée de 30 grands chandeliers de cire blanche43 (pl. V, fig. 45). Après les « vêpres des morts », le légat, les cardinaux, les princes et princesses du « grand deuil » ainsi que les ambassadeurs vinrent bénir le corps44 (pl. V, fig. 46). Le lendemain, le 18 octobre, dans la cathédrale tendue d’une double « ceinture de deuil » de drap et de velours noir timbrée des armes d’Angoulême et de Savoie, illuminée, selon le diplomate, par 7 000 cierges45, eut lieu une messe solennelle de Requiem, accompagnée d’un bref éloge funèbre que l’ambassadeur jugea assai inepto46. Enfin, après dîner, la procession, dans le même ordre que le jour précédent, se dirigea vers Saint-Denis.

L’INHUMATION À SAINT DENIS

  • 47 AN, K84, no 19, pièces 1-4.

19La porte Saint-Denis franchie, le cortège fit halte à la Croix penchée du Lendit où il aurait dû être relayé par les religieux de l’abbaye. Eu égard à la pluie battante, le relais ne s’effectua pas comme prévu, ce qui donna lieu à l’une des sordides contestations sur le partage des « dépouilles » (ciel et poêle de drap d’or, vêtements de l’effigie) entre les officiers domestiques et les religieux de Saint-Denis qui émaillent tout le XVIe siècle47.

20Enfin, le 19 octobre, après une nuit passée sous une immense chapelle ardente dressée dans le chœur, le corps de Louise de Savoie fut mis en terre dans l’abbatiale de Saint-Denis. Une dernière messe de Requiem fut alors célébrée par le cardinal de Bourbon. Puis le cercueil fut descendu dans un caveau près de celui de la reine Claude. Un héraut revêtu de sa cotte d’armes prononça les formules rituelles, citées in extenso par le diplomate vénitien manifestement impressionné :

  • 48 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 155 : « Sepelita, et non ancor coperta la tomba, fu per uno (...)

Inclinez-vous ! Madame Louise de Savoie, mère du roi, régente de France, conservatrice de la paix, comtesse d’Angoulême, duchesse d’Anjou, de Bourbon et d’Auvergne est morte, Madame est morte, Madame est morte. Maîtres d’hôtel venez faire votre devoir.48

21Alors, tous les maîtres d’hôtel de Louise vinrent un à un jeter dans le caveau le « bâton » de leur charge peint en noir en signe de deuil.

  • 49 Jean Caraccioli, prince de Melfi.
  • 50 Claude de Savoie, comte de Tende, fils de René, grand bâtard de Savoie, demi-frère de Louise.
  • 51 François d’Orléans-Longueville, marquis de Rothelin, petit-fils d’Agnès de Savoie, tante de Louise.
  • 52 En particulier, les funérailles d’Anne de France, duchesse de Bourbon, qui tint aussi le rôle de ré (...)

22À ce rite bien connu suivit un épisode à ma connaissance absolument inédit tout en étant directement calqué sur le cérémonial funéraire des reines de France. Le héraut d’armes appela successivement le comte de Melfi49 à porter « l’olivier de la paix », le comte de Tende50 à porter la « palme de la résistance » puis le marquis de Rothelin51 à porter la « couronne ducale » et à les poser sur le cercueil. On comprend que la branche d’olivier, signe de paix, et la palme, signe de persévérance, saluaient la régente « conservatrice du Royaume et restauratrice de la paix » pour reprendre sans modification la formule officielle citée plus haut. Elles venaient aussi remplacer le sceptre et la main de justice qui, aux funérailles des reines, sont portés dans la tombe, de même que la couronne ducale venait prendre la place de la couronne royale (pl. V, fig. 47). Était-ce la première fois qu’un tel emprunt était fait au cérémonial réginal ? Peut-être, mais il est impossible de le certifier dans la mesure où quelques jalons essentiels nous manquent52.

  • 53 Chatenet Monique, « Quelques aspects des funérailles nobiliaires au XVIe siècle », dans Balsamo Jea (...)

23Quoi qu’il en soit, les précieux témoignages cités ci-dessus montrent que, de par la volonté expresse de François Ier, les funérailles de Louise de Savoie furent étroitement calquées sur le cérémonial réginal, bien qu’il ait été évité toutefois de porter trop directement atteinte à la dignité souveraine de la reine de France. De même, 20 ans plus tôt, de par la volonté de Louis XII, Georges d’Amboise avait reçu des funérailles quasi royales. Ces honneurs exceptionnels destinés à rendre hommage à des personnages hors du commun ne restèrent pas longtemps exceptionnels. La décision royale eut pour conséquence d’instaurer une sorte de compétition funéraire parmi les Grands qui, naturellement, voulurent être traités « selon leur degré53 ». Et c’est ainsi que, le roi devant garder la prééminence de sa dignité, il se produisit par ricochet tout au long du XVIe siècle et jusqu’en 1610 une inflation extrêmement spectaculaire (et, il faut le reconnaître, à la limite du ridicule, parfois) du cérémonial funéraire royal. Mais ceci est une autre histoire.

Notes

1 Tuetey Alexandre (éd.), Histoire générale de Paris. Registres des délibérations du bureau de la ville, II, 1527-1539, Paris, Imprimerie nationale, 1886, p. 127-132. Voir aussi Félibien Michel (Dom.), Histoire de la ville de Paris, Paris, Guillaume Desprez, 1722, t. IV (Pièces justificatives, t. II), p. 378 et t. V (Pièces justificatives, t. III), p. 337-341.

2 Marino Sanudo (ou Sanuto), I Diari di Marino Sanuto, LV, Bologne, Forni, 1970, p. 47, 61-62, 65-66, 73, 150-156 et 194. Je remercie vivement Laure Fagnart de m’avoir communiqué une photocopie de ce document. Voir aussi BnF, ms. it. 1714, P. 133-144 (transcription de dépêches vénitiennes).

3 AN, K84, no 19, pièces 1-4 : Funérailles de Louise de Savoie. Conservation des dépouilles royales (1531-1532).

4 BnF, ms. fr. 3011, f° 72, 26 septembre 1531 : mémoire, signé Bayard, intitulé « Ce que Babou aura à faire promptement » [pour les funérailles de Madame] ; BnF 2947, f° 16, Chantilly, 25 septembre 1531 : lettres de François Ier sur la mort de Madame ; BnF, ms. fr. 5284, fos 158-160 : 28 septembre 1531 : « Ordre au bureau de la Chambre sur le fait des obsèques des mères des Roys de France » ; Dupuy 537 (16), 20 novembre [1531] : « Parties payées par l’evesque d’Auxerre [François de Dinteville] pour les funerailles de feue Madame mère du Roy faictes à Rome le lundi XXe jour de novembre ».

5 Lalanne Ludovic (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris (1515-1536), Paris, Librairie Renouart, 1854, p. 426.

6 Dépêches vénitiennes, BnF, ms. it. 1714, f° 137. Notons que dans la transcription de Sanudo, la date (12 septembre au lieu de 22) est erronée.

7 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 65 ; BnF, ms. it. 1714, f° 137 ; Scheurer Rémy, Correspondance du cardinal Jean Du Bellay, 1 : 1529-1535, Paris, Klincksieck, 1969, p. 215, Chantilly, 30 septembre 1531.

8 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 65.

9 Voir les références de la note 4. Le 26 septembre, un ordre signé par Bayard à l’attention de Philibert Babou de la Bourdaisière, concerne notamment le drap d’or frisé fourré d’hermine destiné à « la couverture du lit de parement » de la défunte, ainsi que « la chapelle entière de feue Madame » dressée dans l’abbaye de Saint-Maur.

10 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 127.

11 BnF, ms. fr. 5284, fos 158-160. C’est donc certainement en relation avec la volonté du roi de rendre à sa mère tous les honneurs possibles que, le 28 septembre 1531, deux auditeurs de la chambre des comptes sont chargés de rechercher dans les archives « l’ordre et usages observées sur le faictdes obsèques des mères des roys de France inhumées à Saint-Denys ou ailleurs » (BnF, ms. fr. 5284, fos 158-160).

12 Pour les funérailles de Claude de France, voir BnF, ms. Moreau 736 [Fondettes, Pièces historiques 2 (13), 7 août 1524] ; Lalanne L., Journal d’un bourgeois…, op. cit., p. 297-299 ; Frangniez Gustave (éd.), Le livre de raison de Maître Nicolas Versoris, avocat au Parlement de Paris, 1519-1530, Paris, Société de l’histoire de Paris, 1885, p. 102-103 ; Blois B. Abbé Grégoire, ms. 245.

13 Pierre Choque, Récit des funérailles d’Anne de Bretagne précédé d’une complainte sur la mort de cette princesse et de sa généalogie, le tout composé par Bretaigne, son hérault d’armes, édité par L. Merlet et M. de Gombert, Genève, Slatkine, 1970 ; Le Fur Didier, « Les funérailles d’Anne de Bretagne », 303. Arts, Recherches et créations, no 77, juillet 2003, p. 18-29 (texte accompagné de neuf reproductions des enluminures du manuscrit du Petit Palais, ms. 665) ; Bloem Hélène, « The Processions and Decorations at the Royal Funeral of Anne of Brittany », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LIV, 1992, p. 131-160 ; Catalogue de l’exposition Les funérailles d’Anne de Bretagne, reine de France. L’Hermine regrettée édité par P.-G. Girault, Château de Blois, Montreuil, Éditions GourcuffGradenigo, 2014.

14 Pour un état actuel des connaissances sur les funérailles royales et princières, voir Gaude-Ferragu Murielle, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005 ; Catalogue de l’exposition Les funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit. Il faut aussi citer, en dépit de ses thèses aujourd’hui abandonnées, le célèbre (et très bien informé) ouvrage de Giesey Ralph, Le roi ne meurt jamais, Paris, Flammarion, 1987. Sur la reine de France, voir Cosandey Fanny, La reine de France. Symbole et pouvoir. XVe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2000 ; Barry Françoise, Les droits de la reine sous la monarchie française jusqu’en 1789, Paris, Donat-Montchrestien, 1932 ; Gaude-Ferragu Murielle, La reine au Moyen Âge. Le pouvoir féminin. XIVe-XVe siècle, Paris, Tallandier, 2014.

15 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 127.

16 AN, K84, no 19, pièce 1.

17 Si l’on en croit un internaute, qui ne signale pas ses sources, le cœur de Louise fut enterré à Notre-Dame : « Lors des travaux effectués de 1699-1714, à Notre-Dame, on retrouva son cœur dans un coffret de plomb, au bas des degrés du grand autel, sous une tombe de cuivre. » Cela est confirmé par un dessin de Roger de Gaignières (BnF, ms. fr. 20077, f° 44) qui reproduit la plaque de cuivre, aujourd’hui disparue, du monument du cœur de Louise de Savoie, à Notre-Dame de Paris.

18 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 73 ; BnF, ms. it. 1714, p. 144 (dépêche datée de Paris, 10 octobre 1531).

19 Selon M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 73 (dépêche du 8 octobre). La dépêche du 10 octobre (BnF, ms. it. 1714) parle de l’église abbatiale (« il corpo della Serenissima Madama [era] in una cassa nella chiesa de San Moro »), mais le texte est beaucoup moins précis que celui de Sanudo et le diplomate était peut-être mal informé.

20 Ce drap est décrit dans l’ordre à Babou (BnF, ms. fr. 3011, fo 72) : « Mad. dame n’avoit point en ses meubles de drap d’or si grand que il le fault pour la couverture du lictde parement, mais le faudra faire des draps d’or des meubles du roy de Bloys comme il fut fait pour la feue royne et de mesmes recouvrir le gictd’hermynes qui doit estre apposé à lad. couverture. Au regard des draps de Hollande, ilz se prandront des meubles dud. Amboyse. » On dressa aussi, sans doute dans l’abbaye de Saint-Maur puisque le roi ne fut présent ni à Notre-Dame, ni à Saint-Denis, un oratoire pour François Ier dont les fleurs de lys furent empruntées au dais porté à Paris au-dessus de l’effigie de Claude de France : « [A celui qui] aussi bailla le poisle de fleurs de lys et hermynes qui fut porté sur le corps de lad. feue Royne pour en prandre les fleurs de liz qui furent employees en une chappelle que l’on feist pour le Roy » (BnF, ms. fr. 3011, fo 72).

21 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 73 : « In la camera ove era il corpo, iera un letto coperto di brocato d’oro rizzo sopra rizzo, et sopra vi era figurato di relevo Madama col manto ducale et col septro regale, come regente, con la corona, et la facia simigliava benissimo come fusse stata viva. »

22 Ibid., p. 150 (dépêche de l’ambassadeur Zuan Antonio Venier, 20 octobre 1531) : « Udisti per le publiche che già alcuni giorni, la Maestà dil Re Christianissimo, andato a San Moro ne la chiesa dove era il corpo di la Madre recluso per necessità dentro una cassa, et sopra la finta. »

23 Chatenet Monique et Marchandisse Alain, « Les funérailles de Georges d’Amboise (Lyon et Rouen, 25 mai-20 juin 1510) », dans Chaline Jean-Pierre (dir.), Au seuil de la Renaissance. Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510), actes du colloque Georges d’Amboise, l’homme et son œuvre (Rouen, 8-9 octobre 2010), Rouen, 2012, p. 159-169.

24 Lors de l’inhumation à Saint-Denis, Venier décrit la « triumfante corona ducal » portée par le marquis de Rothelin (M. Sanudo, I Diari…, op. cit., p. 155) ; par ailleurs, la contestation à propos des dépouilles (AN, K84, no 19, pièce 1) fait mention de « la portraiture de lad. Dame […] avec tous ses accoustremens ducaulx ».

25 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 129.

26 M. Sanudo, I diarii…, op. cit., p. 155.

27 Ibid., p. 73 et 150; BnF, ms. it. 1714, p. 144.

28 Voir Gaude-Ferragu M., D’or et de cendres…, op. cit., p. 245.

29 M. Sanudo, I diarii…, op. cit., p. 73 : « Col manto regale di panno paonazzo ove erano 30 aunes di drappo, et la coda portavano molti principi che uno non bastava. » Notons toutefois que lors des funérailles d’Anne de Bretagne, Anne de France, venue donner l’eau bénite à la défunte « avoit sa queue trop plus longue que les autres […] pour tant qu’elle estoit fille de roy et qu’elle préféroit toutes autres qui estoient présentes. Aussi avoit sa queue troys aulnes de long ; celle de Madame d’Angoulesme deux et demye, et celle de madame d’Alençon sa fille, pareille » (P. Choque, Récit des funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit., p. 36).

30 Rappelons, à titre de comparaison, que l’immense traîne que portait Lady Diana Spencer lors de son mariage avec l’héritier de la couronne britannique à la cathédrale Saint-Paul de Londres mesurait seulement 7,62 mètres.

31 Giesey R., Le roi ne meurt jamais, op. cit., p. 22, note 27 (Henri II) ; Théodore Godefroy, Le cérémonial de France ou description des cérémonies, rangs et séances observées […], Paris, Abraham Pacard, 1619, p. 421 (François II) et 564 (Henri III).

32 Il s’agit d’un honneur théoriquement royal, mais qui, en réalité, était accordé assez généreusement à Paris, et notamment aux légats. Ici encore, ce n’était pas une totale innovation, d’autant qu’il ne s’agissait pas du ciel fleurdelisé de Claude de France que l’on avait réutilisé pour orner l’oratoire du roi à Saint-Maur.

33 Il s’agit des dames et demoiselles d’honneur (aussi appelées « filles ») qui composaient la maison féminine de la défunte.

34 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 152 : « li cavalli tutti coperti fino in terra, de veluto negro cum due striche de raso bianco de largeza de un gran palmo sopra la gropa et sopra le spalle, ma è bello notare che a questi cavalli non si vedeva nè i piedi nè coda aut orechie, ma solmente havean dui picoli busi a gli ochi ; due chinee, in destra, coperte medesimamente, et una havea la sella da donna, de raso negro, l’altra uno cussin de veluto negro, menato da dui pallafrenieri vestiti di veluto negro alla longa. »

35 Ibid., colonne 153 : « Et questi cavalli cussi coperti, questi manti ; quel son de campane et tanta obscurità de duolo portava incredibil mestitia a gli ochii humani. »

36 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 131.

37 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 152.

38 Tuetey A., Histoire générale de Paris…, op. cit., p. 131 ; M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 153.

39 Loc. cit.

40 « Cioè corotto ».

41 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 153 : « Sopra il manto haveano, de minor longheza, uno altro manto di tella bianchissima et sotilissima, et haveano queste donne, dinazi alli manti, alcune pelle bianche vergate de negro, che si fanno in questo regno per portar solamente a tempo de duolo, zoe corotto ; la testa loro è di nero a certa fogia di capuzo, ossià capiron, del medessimo panno negro, che io non lo saprei dir, basta che sono cosi recluse che si varda dentro mezo brazo a vederli la faza, la qual sotto quel negro tanto funesto è tutta involtata fino alli occhii et fino a la bocha de velli bianchissimio ; et a queste principesse era sostenuta la coda da due gentilhuomeni per ciaschiaduna. » Je remercie très vivement Alexandra Zvereva de m’avoir fait bénéficier de ses précieuses connaissances sur le costume de deuil féminin.

42 Ibid., colonne 154 : « Vestite non cum manto ma cum certo habito longo de un brazo de coda et la testa fornita solamente di velli bianchi. »

43 Loc. cit. : « Il baldachin era in 8 faze, cum tanti soleri, croci e piramide, che lo facea molto eminente et capâze respective alla grandeza di infiniti luùmi ; ma tutto erra de semplice legname negro et coperto de panno negro. » Le témoin italien, habitués à des « castra doloris » plus élaborés, est manifestement surpris par la simplicité des chapelle ardentes françaises.

44 Loc. cit.

45 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 154.

46 Ibid., colonne 156 : « In mezo a la qual [grande messa] per uno episcopo frate, in lingua sua, fu fatto un breve sermon, assai inepto perhochè, essendo quella memoria de femina, in mille anni forsi non ha auto il mondo una par, sugietto glorioso a una amplissima oration. »

47 AN, K84, no 19, pièces 1-4.

48 M. Sanudo, I Diari…, op. cit., colonne 155 : « Sepelita, et non ancor coperta la tomba, fu per uno degli araldi cridato : “Si inchini.” Et un altro cum alta voce disse : “Madama Aloysa de Savoia, madre de lo roy, regente de Franza, conservatrice de la pace, contessa de Angoulem, duchessa de Angiò, de Borbon et de Avergna è morta, Madame è morta, Madama è moirta. Matro de ottel veni a far votro dover.” »

49 Jean Caraccioli, prince de Melfi.

50 Claude de Savoie, comte de Tende, fils de René, grand bâtard de Savoie, demi-frère de Louise.

51 François d’Orléans-Longueville, marquis de Rothelin, petit-fils d’Agnès de Savoie, tante de Louise.

52 En particulier, les funérailles d’Anne de France, duchesse de Bourbon, qui tint aussi le rôle de régente.

53 Chatenet Monique, « Quelques aspects des funérailles nobiliaires au XVIe siècle », dans Balsamo Jean (dir.), Les funérailles à la Renaissance, XIIe colloque international de la Société française d’étude du seizième siècle (Bar-le-Duc, 2-5 décembre 1999), Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », CCCLVI, 2002, p. 37-54.

Table des illustrations

Légende Fig. 41 Trajet du corps de Louise de Savoie à travers Paris (schéma sur Le plan de la ville, cité, université et faubourgs de Paris avec la description de son antiquité et singularités de Matthieu Merian, Paris, chez Nicolas de Mathonière).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 390k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search