Version classiqueVersion mobile

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

II. Louise, mère du roi et régente

Le rôle politique de Louise de Savoie (1515-1531)

Cédric Michon

Texte intégral

1Bien sûr, il y a Blanche de Castille, Catherine, puis Marie de Médicis, et enfin Anne d’Autriche. La figure de la mère du roi, régente du royaume, est familière aux amateurs d’Histoire de France. Pourtant, l’une d’entre elle, et sans doute l’une des plus importantes, l’une de celles qui a exercé le plus d’influence, échappe aux écrans de contrôle de l’Histoire. C’est Louise de Savoie (1476-1531), la mère de François Ier. À la différence des autres régentes, elle ne fut jamais reine. Contrairement à elles, également, elle gouverna alors que son fils était majeur.

  • 1 Fernández Alvarez Manuel, Corpus Documental de Carlos V, 1 1516-1539, Salamanque, Universidad de Sa (...)
  • 2 L’empereur a ordonné « con orden de que se consultase con el Arçobispo [Tavera] todos los negocios (...)

2Les 15 premières années du règne de François Ier sont celles de la domination de Louise de Savoie sur le Conseil et la diplomatie royale. Cette situation est institutionnellement très claire à deux reprises. En 1515, lorsque François Ier se rend en Italie pour la campagne de Marignan ; en 1525-1526, au moment du désastre de Pavie puis de la captivité du roi. Au cours de sa première régence, les pouvoirs de Louise sont limités car le roi emporte le grand sceau en Italie. Durant la seconde, en revanche, la situation est fort différente. Louise gouverne alors le royaume pendant près de deux ans, à la tête d’un Conseil qu’elle contrôle fort bien. Une telle régence ne va pas de soi. Ainsi, à titre de comparaison, on peut rappeler qu’en 1529, lorsque Charles Quint quitte l’Espagne pour se rendre en Italie, il confie la régence de ses royaumes à sa femme, Isabelle. Toutefois, en dépit de l’importante autorité qui lui est concédée, le pouvoir d’Isabelle demeure assez limité, comme l’attestent les instructions laissées par l’empereur1. C’est Juan Tavera qui en fait est le principal responsable du gouvernement2. L’influence de Louise de Savoie au moment de la régence de 1524-1526 est donc tout à fait exceptionnelle.

  • 3 Cette communication s’appuie largement sur les conclusions de la recherche collective sur le Consei (...)

3De surcroît, son influence dépasse largement les périodes de régence, comme en témoigne encore la « Paix des Dames » de 1529. De manière plus générale, c’est la domination qu’elle exerce sur le Conseil qui frappe l’analyse des 15 premières années du règne3. Or, à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, si la cour est le centre du pouvoir politique, le Conseil du roi reste le principal organe de gouvernement. Le contrôle du Conseil est donc le révélateur de l’influence de tel ou tel.

  • 4 Jacqueton Gilbert, La politique extérieure de Louise de Savoie. Relations diplomatiques de la Franc (...)

4L’objet de ce chapitre n’est donc pas de retracer la politique de Louise de Savoie, notamment sa politique étrangère, assez bien connue depuis fort longtemps4, mais d’examiner les structures qui lui ont permis de jouer un rôle tout à fait essentiel dans l’orientation de la politique française dans la première moitié du règne de François Ier.

LA PROTECTRICE DU CONSEIL, LA PRISE DU POUVOIR EN 1515 : LES HOMMES DE LA MÈRE DU ROI

5De 1515 à sa disparition en 1531, donc, Louise de Savoie est une véritable alter rex dont le poids politique est sans commune mesure avec celui que détiendront dans la suite du règne le connétable Anne de Montmorency, l’amiral Philippe Chabot de Brion ou le duo constitué par l’amiral Claude d’Annebault et le cardinal François de Tournon. Elle forme en effet, avec son fils, un couple compact dont il n’est pas toujours facile de distinguer la double composante. On trouve d’ailleurs plus souvent dans les correspondances des contemporains, par exemple dans celle du cardinal Jean Du Bellay, l’expression « le roi et Madame », que la simple expression « le roi ». C’est notamment dans le contrôle de la composition du Conseil, que la mère du roi joue un rôle déterminant, et cela dès l’aube du règne de son fils.

La confirmation de techniciens de haute volée

  • 5 Chevalier Bernard, « Florimond Robertet », dans Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, (...)
  • 6 Les relations des Beaune avec les Angoulême sont assez anciennes. Dès 1454, Jean de Beaune les four (...)
  • 7 Dont la confiance se manifeste encore en 1522 par le rôle qu’elle veut lui donner dans le procès de (...)

6Dès le début du règne, en effet, Louise affirme son pouvoir, d’abord en confirmant des techniciens de haute volée, comme le secrétaire Florimond Robertet ou le financier Semblançay, tous deux hommes d’expérience, déjà actifs sous Louis XII. Florimond Robertet s’est arrangé pour entrer dès 1513 dans les bonnes grâces de Louise. Témoin de leurs bonnes relations, Louise donne en mariage à Michel Gaillart II, beau-frère de Robertet, une bâtarde de son mari qu’elle a élevée, Souveraine d’Angoulême, à laquelle elle accorde de surcroît une dot de 3 000 écus d’or. Robertet entre ainsi dans la famille du futur roi5. C’est sans surprise donc que son rôle de premier plan est confirmé à l’accession de François Ier. De son côté, Semblançay a eu l’intelligence de développer très tôt de bonnes relations avec les Angoulême6. En 1493, c’est lui qui sert de garant pour le versement du solde de la dot de Louise de Savoie. Par la suite, il avance de l’argent au jeune François d’Angoulême. Aussi, l’accession de ce dernier en 1515 marque un renforcement de sa position en raison du soutien actif qu’il reçoit de Louise de Savoie. Elle fait de lui le général de ses finances personnelles, et, grâce à elle, il bénéficie d’une partie des faveurs qui sont alors répandues sur les proches du nouveau roi. Une fois devenu chambellan du roi, il est mobilisé dans la commission chargée d’organiser le sacre à Reims. L’année suivante, il précède la cour en Touraine pour préparer son arrivée, en particulier l’entrée du roi à Tours. Louise lui accorde de nombreux dons parmi lesquels figure la terre de Semblançay dont il prend le nom. Il est alors proche du roi, soit directement, soit par l’intermédiaire de Louise7. Entre septembre 1515 et janvier 1516, il est membre du Conseil de régence qui accompagne Louise de Savoie du Val de Loire à la Provence (où Madame rejoint le roi) en passant par Lyon. À l’été 1521, alors que le roi part inspecter les garnisons de Champagne, il reste à Autun avec Louise et René de Savoie : ce Conseil de l’arrière est visiblement chargé de l’essentiel du travail financier.

L’introduction d’hommes nouveaux : juristes et nobles d’épée

  • 8 Vellet Christophe, De la marchandise à la prélature, carrière politique d’un homme de robe au servi (...)
  • 9 Jean de Saint-Gelais, Histoire de Louys XII, roy de France, père du peuple, et de plusieurs choses (...)
  • 10 Voir Carouge Pierre, « Dans l’entourage de Louise de Savoie », dans « Artus (1474-1519) et Guillaum (...)
  • 11 Elles sont détaillées dans Carouge P., « Dans l’entourage de Louise de Savoie », art. cit., p. 144 (...)

7Si Louise confirme et pousse des techniciens de valeurs, comme Robertet et Semblançay, elle introduit et impose au sommet des hommes nouveaux, qu’ils soient juristes comme le chancelier Antoine Duprat, ou nobles d’épée comme le gouverneur de son fils Artus Gouffier ou son propre frère, le Bâtard René de Savoie. Antoine Duprat et le clan auquel il appartient ont su se rendre suffisamment utiles à l’héritier présomptif François de Valois-Angoulême pour ne pas être oubliés au moment crucial8. C’est vraisemblablement en accord avec sa mère que le jeune roi le nomme chancelier de France le 7 janvier 1515. C’est également Louise qui, en 1506, a choisi Artus Gouffier comme gouverneur de son fils. Il succède dans cette charge à Pierre de Rohan, maréchal de Gié, qui vient d’être condamné et démis de l’ensemble de ses fonctions9. C’est l’origine de la faveur que François Ier a manifestée envers les frères Gouffier dès les tous premiers jours de son règne. Cela étant, si l’on voit bien en quoi la fonction de gouverneur est idéale pour gagner la confiance du futur François Ier, on devine tout aussi clairement que l’obtention de cette charge impliquait qu’Artus Gouffier ait, au préalable, gagné celle de Louise de Savoie10. On n’est donc pas surpris du fait que, fort de la double protection du nouveau roi et de sa mère, Artus Gouffier reçoive, dès les premiers jours du nouveau règne, une avalanche de gratifications11.

  • 12 En 1489 par exemple, René de Savoie est à Tours, où il donne quittance à Jacques de Beaune de la pe (...)
  • 13 BnF, ms. fr. 15590, f° 319.
  • 14 René de Savoie écrit à ce sujet « au regard de ladite dame [Marguerite] je entends tres bien que de (...)
  • 15 BnF, ms. fr. 5305, « Titres du comté de Tende ». En mai 1517, François Ier renouvelle les lettres d (...)
  • 16 Le différend entre le Bâtard de Savoie et son frère le duc constitue un élément important des relat (...)
  • 17 Elle écrit au duc « car le roy est totallement de propoz de non plus souffrir que monseigneur le Ba (...)
  • 18 Ibid., p. 105.
  • 19 « Nous René bastard de Savoye, conte de Villars, confessons avoir reçu de Monsieur Jehan Lalemant c (...)

8René, Grand Bâtard de Savoie, est un fils illégitime que le duc de Savoie, Philippe de Bresse, a eu de sa maîtresse Libera Portoneri. Il semble que René partage sa jeunesse entre la cour de Milan d’une part, auprès de sa tante Bonne de Savoie, veuve de Galéas-Maria Sforza, et la cour de France d’autre part12. Lors de la régence de la duchesse Blanche de Montferrat (1490), René rentre en Savoie avec Philippe, son père, puis à l’avènement de celui-ci, en 1496, il prend le titre de Bâtard de Savoie ayant alors été reconnu par le nouveau duc. À la mort de Philippe, son successeur Philibert, demi-frère de René, donne pour apanage à ce dernier le comté de Villars en Bresse, puis, le 12 septembre 1499, il le légitime et le fait gouverneur de Nice ainsi que lieutenant général de ses États13. C’est dans ce contexte de grande influence en Savoie que le 28 janvier 1501 René épouse Anne de Lascaris, fille de Jean-Antoine, comte de Tende, dont elle est héritière. Toutefois, en dépit ou à cause de cette ascension rapide, René entre en conflit avec son demi-frère Philibert. Ce dernier, vraisemblablement poussé par sa femme, Marguerite de Habsbourg, retire bientôt au Bâtard toutes ses fonctions, sans doute parce qu’il est jugé trop francophile14. En 1502, René se réfugie donc à la cour de France où il reçoit, dès mai 1504, des lettres de naturalisation pour lui et ses héritiers, lettres enregistrées à la Chambre des comptes le 5 décembre 150515. À la mort de Philibert, en 1504, Louise de Savoie et Louis XII s’efforcent en vain d’obtenir du nouveau duc, Charles III, la restitution des biens qui ont été confisqués à René16. Charles III cède en effet à la pression de l’empereur Maximilien qui souhaite que la Savoie soit interdite à René, comme il l’écrit dans une lettre de Lindz, du 28 décembre 1505 : « Combien que vous aions escript et expressément mandé de non recevoir en voz pays de Savoye le bastard de Bresse. » Les protestations de Louise de Savoie n’y font rien17. Le 9 septembre 1508, un acte royal, signé par Robertet, s’occupe de « la pacification du différend qui peult estre entre monseigneur le Duc de Savoye d’une part et monsieur dudit Savoye18 ». En attendant, la France se substitue à la Savoie en assurant à René une pension de 4 000 livres tournois19. Cette pension symbolise le basculement du destin de René qui vit alors auprès de sa sœur Louise. C’est sans doute à cette époque que se nouent des liens forts, générationnels, entre le frère et la sœur bien sûr, mais aussi entre le Bâtard et le seigneur de Boisy alors en charge de l’éducation du petit duc d’Angoulême. C’est naturellement que cette femme et ces hommes d’expérience s’imposent ensuite dans l’entourage du jeune roi et peuplent son Conseil et sa cour. Quoi qu’il en soit, le destin français du Grand Bâtard est clairement la conséquence des tensions internes du duché de Savoie.

9À un niveau moins important, Louise de Savoie est également à l’origine de la carrière de François de Tournon, Jean Caluau, Jean de Selve, Philibert Babou, Jean Brinon ou Gilbert Bayard.

10Le contrôle exercé par Louise de Savoie dans les entrées au Conseil est-il exceptionnel ? Les grands féodaux ne parviennent pas à placer leurs clients au Conseil. Parmi les conseillers de premier plan, seuls deux conseillers y parviennent. Le premier, on l’aura compris, est Louise de Savoie, qui maintient et soutient au Conseil Florimond Robertet et Semblançay, mais introduit également Artus Gouffier, François de Tournon, Jean Caluau, Jean de Selve, Philibert Babou, Jean Brinon et Gilbert Bayard, soit 17 % des principaux conseillers du règne, dont elle ne connaît pourtant qu’une moitié puisqu’elle meurt en 1531. Montmorency est le seul à l’approcher en puissance, lui qui pousse au Conseil Jean Breton, Jean Du Bellay, Claude d’Annebault, Charles Hémard de Denonville, François de Montholon, Guillaume Poyet, Mathieu de Longuejoue, soit 13 % des principaux conseillers du règne.

11Chabot de son côté ne compte à son actif que Gabriel de Gramont et Claude d’Annebault, qu’il partage d’ailleurs avec Montmorency. On ne peut attribuer à Annebault avec certitude que le parrainage de François Errault, à Duprat que celui d’Antoine Du Bourg et, dans une moindre mesure, de Gilbert Bayard. Quant à la duchesse d’Étampes, c’est péniblement qu’elle amène aux portes du Conseil ses parents Antoine Sanguin et Nicolas Bossut, sans jamais leur obtenir beaucoup mieux qu’une antichambre. La composition du Conseil relève donc véritablement du souverain, même s’il faut reconnaître à Louise de Savoie et à Anne de Montmorency un statut qui s’apparenterait à celui de protecteur du Conseil, statut que l’on ne peut pas appliquer en revanche à Artus Gouffier, même s’il a poussé son jeune cousin Montmorency, ni à Chabot, Lorraine, Annebault ou Tournon.

12Pour la première moitié du règne, c’est donc Louise de Savoie qui façonne l’allure du Conseil. Le profil de ce Conseil au cours des 15 premières années du règne est donc intéressant.

Louise de Savoie et le profil du Conseil

13L’analyse de l’âge des conseillers pour quelques années clés témoigne indirectement de l’influence de Louise de Savoie.

Année

Âge moyen des conseillers

Âge de Louise de Savoie

Âge de François Ier

1515

46,5 ans

39 ans

21 ans

1520

50,5 ans

44 ans

26 ans

1525

47,6 ans

49 ans

31 ans

1530

44 ans [37 ans]

54 ans

36 ans

1536

45 ans

42 ans

1540

50 ans

46 ans

1545

51 ans

51 ans

14Pourtant, cet âge moyen assez constant des conseillers s’explique, au fur et à mesure que le règne avance, par des raisons différentes. En 1515, le noyau du Conseil est constitué par quelques survivants du règne précédent et quelques nouveaux venus, de la génération de Louise de Savoie. Cinq ans plus tard, on retrouve, grosso modo, les mêmes conseillers… avec cinq ans de plus. En 1525, dans le contexte de Pavie, Louise de Savoie s’appuie sur les mêmes anciens et quelques jeunes féodaux (Charles de Bourbon-Vendôme et Lautrec) pour assurer son assise, d’où un léger rajeunissement de la moyenne d’âge. En 1530, à la suite de l’hécatombe de Pavie, une nouvelle génération est arrivée et l’âge moyen est tombé à 44 ans (et même à 37 ans – soit l’âge du roi – si on laisse de côté Louise de Savoie et Antoine Duprat). Cette moyenne révèle, déjà, une perte d’influence de la mère du roi, à la fin de la décennie 1520, avec la montée en puissance déjà effective d’Anne de Montmorency et de Philippe Chabot. En 1536, la génération du roi l’a emporté définitivement. Il n’y a plus de conseillers du règne de Louis XII et plus de conseillers de la génération de sa mère.

15Dans la première moitié du règne donc, le Conseil est aux mains de la génération de Louise et de quelques vieux conseillers d’expérience. Dans la seconde moitié du règne, en revanche, le Conseil est aux mains de la génération de François Ier qui est lui-même devenu un homme d’expérience. La constante est que le Conseil est toujours aux mains d’hommes d’expérience : malgré les apparences, la campagne enthousiaste de Marignan n’est pas décidée par une bande de jeunes conseillers désireux d’en découdre. Elle est voulue par un jeune roi chevalier, mais organisée militairement par de vieux conseillers chefs de guerre (La Tremoille, La Palice, Galiot de Genouillac, le maréchal Trivulce), financée par un vieux financier (Semblançay), négociée par un vieux juriste (Duprat), pendant que, restée au royaume, la mère du roi veille sur la maison France.

16Louise de Savoie s’impose donc indiscutablement comme la protectrice du Conseil dont elle contrôle les entrées. Mais elle fait plus que simplement contrôler les entrées : elle ordonne également les sorties. Elle joue par exemple un rôle important dans la chute du connétable Charles de Bourbon ainsi que dans celle du financier Semblançay dont elle a pourtant au départ poussé la fortune.

LE CONTRÔLE DES SORTIES

La disgrâce de Bourbon

  • 20 Voir Crouzet Denis, Le connétable de Bourbon, Paris, Fayard, 2003 ; Pitts Vincent J., The Man who S (...)

17Charles III, duc de Bourbon, comte de Montpensier et connétable de France, est parfois présenté comme le dernier des grands féodaux, à la tête d’un domaine considérable au cœur du royaume de France. Sa femme, la duchesse Suzanne, fille de Pierre de Beaujeu et d’Anne de France, meurt le 28 avril 1521 en lui léguant tous ses biens. Louise de Savoie conteste le testament en arguant du fait que, cousine-germaine de Suzanne, elle est sa plus proche parente. Le testament est également contesté par le roi. La double contestation est soumise au jugement du Parlement de Paris. Mais, avant même que la cour ne se prononce, François fait don à sa mère d’une partie des biens du connétable20.

  • 21 Hamon P., « Charles de Bourbon… », art. cit., p. 96.

18Il apparaît donc très rapidement que le roi est juge et partie à tel point que le Parlement manifeste à plusieurs reprises sa réticence devant la manière dont l’affaire est conduite. Comme un peu plus tard, au moment de Pavie, il y a peut-être là l’amorce d’un rapprochement entre les parlementaires et un représentant de l’aristocratie, tous promoteurs d’une monarchie modérée21. Quoi qu’il en soit, le connétable est en relation avec l’empereur depuis 1519 pour obtenir un dédommagement des pertes subies par son père en Italie du Sud. Charles Quint lui verse depuis cette date une pension. Il est fort possible que les négociations avec l’empereur, qui sont connues de François Ier, ne soient qu’un signe lancé en direction du roi, pour l’amener à ménager son connétable. Quoi qu’il en soit, c’est le résultat inverse qui est atteint. La surenchère royale fait qu’au bout d’un moment, le connétable n’a plus d’autre alternative que de se soumettre entièrement à la volonté royale – au prix de son honneur, de sa richesse et de sa puissance – ou de fuir en avant. À partir de l’automne 1522, donc, les contacts se multiplient entre le connétable et les envoyés du roi d’Angleterre et de l’empereur. C’est ainsi qu’en juillet 1523 un accord est conclu qui prévoit le mariage du connétable et de la sœur de l’empereur ainsi que le passage à l’ennemi de Charles de Bourbon au moment même où les armées anglaises et impériales envahiront le royaume. Le roi qui a eu vent des tractations de Charles ordonne son arrestation le 5 septembre 1523. Deux jours plus tard, le connétable s’enfuit du royaume.

19Si Louise n’a pas été la seule à pousser le connétable à la trahison et si le roi a joué en parallèle sa propre partition, il n’en reste pas moins qu’elle a joué un rôle déterminant dans l’affaire en faisant pression sur son fils pour s’emparer d’une partie des possessions du connétable.

La disgrâce de Semblançay

20Le rôle de Louise dans la chute de Semblançay est plus complexe. Le principal financier du règne se trouve, à partir de 1521, dans une situation de plus en plus difficile en raison des difficultés qu’il rencontre pour fournir l’argent nécessaire au financement des campagnes italiennes de François Ier. En 1521, en effet, François est enlisé dans une guerre contre Charles Quint dont le coût dépasse largement ses moyens. La situation personnelle de Semblançay est encore compliquée par le fait qu’après avoir été responsable des finances de la maison de Louise, il a ajouté à cette activité la gestion de l’argent du roi. En tant que général des finances de Louise de Savoie, il a donc investi des fonds de la mère du roi dans les guerres de son fils. La détermination de Louise à récupérer son argent rend intenable la position de Semblançay.

  • 22 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, édité par V.-L. Bourrilly et F. Vindry, I, Paris, Librai (...)

21Selon les Mémoires des frères Du Bellay, Odet de Foix, maréchal de Lautrec qui commandait l’armée française en Italie, aurait blâmé Semblançay pour sa défaite à La Bicoque en avril 1522. Il se serait plaint de ne pas avoir reçu l’argent destiné à ses troupes. Semblançay aurait accusé Louise d’avoir saisi l’argent lorsqu’il était sur le point d’être expédié en l’Italie. Elle aurait dit que l’argent lui appartenait. Indigné, François Ier aurait reproché à sa mère de lui avoir fait perdre Milan22 :

  • 23 Ibid., p. 163-164.

Le seigneur de Lautrec, de retour en France, si le Roy lui feit mauvais recueil, il ne s’en fault estonner, comme à celuy qu’il estimoit avoir par sa faulte perdu son duché de Milan, et ne voulut parler à luy ; mais le seigneur de Lautrec, se voulant justifier, trouva moyen d’aborder le Roy, se plaignant du mauvais visage que Sa Majesté luy portoit. Le Roy luy feit response qu’il en avoit grande occasion, pour luy avoir perdu un tel héritage que le duché de Milan. Le seigneur de Lautrec luy feit response que c’estoit Sa Majesté qui l’avoit perdu, non luy, et que par plusieurs fois il l’avoir adverty que s’il n’estoit secouru d’argent, il cognoissoit qu’il n’y avoit plus d’ordre d’arrester la gendarmerie, laquelle avoit servy dix-huictmois sans toucher deniers, et jusques à l’extrémité ; et pareillement les Suisses, qui mesmes l’avoient contraint de combattre à son désavantage, ce qu’ils n’eussent faicts’ils eussent eu paiement. Sa Majesté luy répliqua qu’il avoit envoyé quatre cens mille escus alors qu’il les demanda. Le seigneur de Lautrec luy feit response n’avoir jamais eu ladite somme : bien avoit-il eu lettres de Sa Majesté, par lesquelles il lui escrivoit qu’il luy envoiroit ladite somme. Sur ces propos, le seigneur de Semblançay, superintendant des finances de France, fut mandé, lequel advoua en avoir eu le commandement du Roy, mais qu’estant ladite somme preste à envoyer, madame la régente, mère de Sa Majesté, auroit pris ladite somme de quatre cens mille escus, et qu’il en feroit foy sur-le-champ. Le Roy alla en la chambre de ladite dame avec visage courroucé, se plaignant du tort qu’elle luy avoit faictd’estre cause de la perte dudit duché, chose qu’il n’eustjamais estimé d’elle, que d’avoir retenu de ses deniers qui avoient esté ordonnez pour le secours de son armée. Elle s’excusant dudit faict, fut mandé ledit seigneur de Semblançay, qui maintint son dire estre vray ; mais elle dist que c’estoient deniers que ledit seigneur de Semblançay luy avoit de long-temps gardez, procédans de l’espargne qu’elle avoit faicte de son revenu ; et luy soustenoit le contraire.23

  • 24 Journal de Louise de Savoie, duchesse d’Angoulesme, d’Anjou et de Valois, dans Nouvelle collection (...)

22La situation de Semblançay est encore aggravée par l’action d’un autre protégé de Louise, le chancelier Duprat, qui, désireux de prendre la place de Semblançay dans la gestion financière du royaume, monte Louise contre son ancien serviteur. L’argument est facile à trouver : il suffit d’expliquer l’accumulation des échecs militaires, notamment le désastre de La Bicoque d’avril 1522, en l’attribuant à la malhonnêteté ou à l’incompétence des agents financiers de la monarchie, au premier rang desquels figure évidemment Semblançay. Dans son Journal, Louise écrit : « En 1515, 1516, 1517, 1518, 1519, 1520, 1521, 1522 sans y pouvoir donner provision, mon fils et moi feusmes continuellement desrobés par les gens de finances24. »

23La chute de Semblançay est en marche. La disgrâce de ce dernier est effective dès le printemps 1524 lorsqu’il est exclu du Conseil. Parallèlement, lui et les siens perdent tous les postes qu’ils occupaient au sein de la maison du roi comme de celle de Louise de Savoie. Il faut toutefois attendra la fin de 1526 pour que soit lancé le processus judiciaire contre Semblançay. C’est très vraisemblablement pour préparer sa défense que Semblançay se rend à Paris au début de l’année 1527. Il y est arrêté le 13 janvier, puis est enfermé à la Bastille. Son procès est fort mal connu car il manque énormément de pièces. Les motifs assez vagues de concussion qui justifient l’arrêt de condamnation à mort soulignent la nature avant tout politique de l’opération. Le roi lui refusant sa grâce, Semblançay est pendu au gibet de Montfaucon le 12 août 1527.

24Il n’est pas le seul conseiller de premier plan à connaître la disgrâce au cours du règne de François Ier. Il est toutefois le seul à être exécuté. Pourquoi ? C’est là que le rôle de Louise de Savoie est sans doute important, même si elle n’est pas la cause unique de la chute et de l’exécution de son ancien fidèle.

  • 25 Même s’il faut souligner que la monarchie française est moins en difficultés financières que Charle (...)
  • 26 Si l’on suit un rapport de décembre 1525 d’un espion impérial qui, il est vrai, est sujet à caution (...)

25Indiscutablement, Semblançay est un homme du « premier règne », celui qui s’achève dans le désastre et le sang à Pavie. Face à la crise de premier rang que traverse la monarchie, il y a des décisions à prendre. D’abord, la monarchie est en très grande difficulté financière25. La faute est collective. Au départ, le problème vient de l’insuffisance des revenus par rapport aux dépenses. Dans la pratique, le problème n’est pas réglé par ceux qui sont responsables des finances. Au premier chef, le roi, qui veut toujours plus. Au second chef, sa mère, qui, plus raisonnable, ne sait le raisonner26. Au troisième chef, ceux qui s’efforcent de satisfaire le souverain : René de Savoie, l’oncle du roi, protecteur des finances au Conseil, l’amiral Bonnivet qui y joue un rôle comparable, et puis deux techniciens, Semblançay et Duprat.

26Après le désastre de la défaite, il faut que des têtes tombent. Le roi et sa mère sont, par définition, intouchables. Le Bâtard de Savoie est mort à Pavie. De la même manière, la mort de Bonnivet au combat aux côtés de son roi rend délicate une éventuelle disgrâce, même posthume. Restent Duprat et Semblançay.

  • 27 Les deux hommes semblent avoir été très proches. René de Savoie, dans leur correspondance, appelle (...)

27Duprat est depuis des années le bras droit de Louise. Elle l’a soutenu contre le Parlement en 1525 (cf. infra). Il n’est donc pas question de lui faire payer le poids de la défaite : il est trop utile pour cela. Semblançay de son côté est isolé : il a perdu le soutien de Louise de Savoie et ne peut plus bénéficier de celui du Bâtard27. Il constitue donc un bouc émissaire d’autant plus idéal que sa condamnation efface la créance considérable qu’il a sur le trésor royal. Elle le punit également des pertes qu’il a causées à la mère du roi. Enfin, cette condamnation protège politiquement Louise des erreurs qu’elle a pu commettre, de même qu’elle protège le chancelier Duprat sur lequel elle s’appuie : il s’agit donc à la fois d’épargner la mère du roi pour d’éventuelles erreurs de décisions et de préserver son bras droit, le chancelier Duprat.

28Pour sauver ce qui peut l’être, on sacrifie celui qui est le moins utile. En ce sens, même s’il n’y a pas de preuves irréfutables, l’intérêt politique considérable pour la mère du roi de la condamnation de Semblançay permet de penser qu’elle a forcément joué un rôle important. À cela s’ajoute, on l’a vu, l’intérêt financier pour la monarchie, d’effacer une ardoise considérable.

LA RÉGENCE DE 1525

29C’est la période qui précède et qui suit immédiatement Pavie qui offre à Louise de Savoie l’occasion de donner toute sa mesure. L’absence du roi, puis sa captivité, encouragent les revendications des conseillers-nés, c’est-à-dire de l’aristocratie et du Parlement, chacun entendant exploiter ses atouts dans un contexte difficile pour la monarchie. Traditionnellement, lors des périodes de crise ou de guerre, le roi consulte le Parlement de Paris, puis les parlements provinciaux. Le rôle essentiel joué par le Parlement dans ce type de contexte représente un danger pour le pouvoir royal. En effet, les parlementaires se posent alors en garant des intérêts du royaume et s’efforcent de renforcer leur position. C’est exactement ce qu’il advient en 1525 au moment de la captivité du roi. On assiste alors à la double reconstitution de l’ancienne Curia regis des premiers Capétiens. Cette dernière réunissait l’ensemble des vassaux et des clercs qui assistaient le souverain et remplissaient auprès de lui le devoir de conseil. C’était l’organe des décisions politiques, judiciaires, financières et administratives. Or, en 1525, que ce soit à Lyon, où Louise de Savoie gouverne, ou à Paris, où siège le Parlement, deux Conseils élargis se mettent en place. À Lyon, Louise de Savoie utilise essentiellement ses vieux fidèles, Florimond Robertet et Antoine Duprat. Elle a toutefois l’intelligence politique d’élargir son Conseil à des princes du sang, tel Charles de Bourbon-Vendôme, et à des aristocrates, comme Odet de Foix. Au Nord, Louise de Savoie s’en remet avant tout au Parlement de Paris et à Charles de Bourbon-Vendôme.

30Les choses se compliquent sérieusement lorsqu’une coalition anti-Duprat, constituée en grande partie de conseillers du Parlement de Paris, pousse Charles de Bourbon-Vendôme à revendiquer la place de la régente. Le Parlement s’efforce ainsi d’exploiter les dissensions au sommet de l’État ou, tout au moins, de miser sur ceux qui, au Conseil, pourraient l’aider à limiter le pouvoir de la régente (et indirectement, du roi) et à renforcer le sien. Dans le collimateur du Parlement, il y a la régente, bien sûr, mais aussi le chancelier Duprat.

31Lorsque Charles de Bourbon apprend le désastre de Pavie, il se rend à Lyon pour voir Louise de Savoie. Selon les Mémoires des frères Du Bellay, c’est à ce moment qu’une coalition anti-Duprat lui suggère de prendre la place de la régente :

  • 28 Mémoires de Martin…, op. cit., p. 199. Pour plus de détails, voir Michon Cédric, « Les frères de Bo (...)

Le duc de Vendosme, partant de Picardie pour venir à Lion devers madite dame, arrivé à Paris, luy fustremonstré par quelques-uns de ladite ville, et mesmes par de gros personnages, conseillers de la cour de Parlement, que luy estant la première personne et plus proche du sang […] à luy seul appartenoit le gouvernement du royaume ; et que, s’il le vouloit entreprendre, la ville de Paris, avecques toutes les autres bonne villes d’iceluy, luy assisteroient à ceste fin […]. Charles, duc de Vendosmois, considérant que ceste novalité ne seroit seulement la ruine du Roy, mais aussi du royaume, et que madame la régente, ayant pris le maniement de affaires depuis le partement du Roy, eusttrouvé estrange de s’en désister, et que finablement il en sourderoit une partialité en ce royaume, qui causeroit la ruine entière de ceste monarchie françoise, à ceste cause, leur feit response qu’il se retireroit à Lion, où tous les princes se devoient assembler, et que là seroit avisé au faictdu roy et du bien public.28

  • 29 AN, X1A 1527, f° 179, « Discours du duc de Vendôme au Parlement », 10 mars 1525 ; Mémoires de Marti (...)
  • 30 LP, IV, 1275, Fitzwilliam à Wolsey, Gravelines, 20 avril 1525.

32Si l’on en croit les Mémoires, Charles de Bourbon ne franchit pas la ligne rouge, mais il met le pied dessus. Il prend note et s’abstient dans l’immédiat de l’irréparable. Devant la menace latente qu’il représente, la régente, sans doute pour le contenter, lui offre au nom du roi le titre honorifique de chef du Conseil, ce qu’il accepte pour « leur faire service et à la chose publicque de France29 ». Cependant, sa marge de manœuvre est fort étroite puisqu’il ne peut rien faire « sans l’advis et conseil de XXIV personnaiges30 ». Contre Duprat, Charles de Bourbon ne constitue donc pas un front suffisant. Il faut en ouvrir d’autres.

  • 31 AN, X1A 1528, fos 742r°-v°.
  • 32 Doucet Roger, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Pari (...)
  • 33 Lettres au duc de Vendôme, au cardinal de Bourbon (évêque de Laon), au comte de Saint-Pol et à Laut (...)
  • 34 AN, X1A 1528, f° 762vo (Lettre du parlement à Louise de Savoie).

33Par une ordonnance, le Parlement décide d’écrire au duc de Vendôme, au cardinal de Bourbon, au comte de Saint-Pol et à Lautrec qu’ils supposent (ou espèrent) hostiles à Duprat « affin que les entreprinses dud. Conseil cessent pour la conservacion de l’auctorité du roy et de mad. Dame et de lad. Court et que la justice puisse estre remise et entretenue en son premier estat31 ». Dans cette perspective, ils décident en outre de convoquer les pairs de France pour le 12 novembre afin de « conférer avec eulx de plusieurs choses concernans l’auctorité du roy, de la Court et de la justice du royaume […] pour le soullaigement des subgects dud. Royaume32 ». Le Parlement hésite toutefois à mettre à exécution sa convocation des pairs comme en témoigne sa décision de surseoir jusqu’à ce qu’il ait reçu la réponse des membres du Conseil étroit. Toutefois, en même temps qu’il prie le duc de Vendôme et le cardinal de Bourbon de présenter des remontrances à Madame, il les invite à venir siéger au Parlement, ce qui revient à constituer une sorte d’assemblée de la cour des pairs en miniature33. Dans une lettre à la régente du 12 septembre 1525, le Parlement proteste à nouveau de la nécessité de respecter la justice pour que l’autorité du roi subsiste. Or, l’indépendance de la justice est, selon eux, menacée par les entreprises « que font aucuns particuliers soubz le nom du Grant Conseil34 ».

34L’attaque du Parlement est donc portée contre Duprat. Mais ce dernier bénéficie du soutien sans faille de la régente. Elle désire en effet se protéger des incursions du Parlement et elle se sent sans doute également menacée par le duc de Vendôme qu’on a vu poussé par le même Parlement. Il semble donc d’après un passage un peu confus de l’« Avis donné en Angleterre de ce qui se passait en France pendant la captivité du roi » que Louise de Savoie ait assorti son soutien à Duprat d’une tentative pour pousser Lautrec en le faisant lieutenant général à la place de Vendôme, et donc contrer ce dernier qui est, lui, poussé par le Parlement :

  • 35 Le terme est surprenant. La confusion vient peut-être du fait que la régente a envoyé des lettres a (...)
  • 36 Ce document, publié par Champollion-Figeac A., Captivité du roi François Ier, op. cit., p. 372-373 (...)

Les estatz [sic]35 ont requis ladicte dame qu’elle n’empesche que justice ne soit faicte et accomplye, laquelle a esté mal gardée par ci-devant au royaume, dont en est en perdition et le Roy prisonnier, pour avoir laissé gouverner quelques gens de bas estat, dont est, entre les aultres, le chancellier, lequel est de present fort pencyf. Ladicte regente l’avoit fait archevesque de Sens, et, pour en prendre la possession, il y avoit envoyé aucuns du Grant Conseil et force de gentilzhommes. Ce nonobstant, la court de parlement y a mis les mains et mis en arryere ledictchancellier dudictbenefice, nonobstant le don de la regente ; et luy et tous ceulx qui tenoient son party sont ajournez a comparoir en la court du parlement en leurs personnes. Ladicte regente supporte de son pouvoir ledictchancellier à cause du sr de Lautrech, lequel ilz ont cuydé faire lieutenant general, en grande mellencolye dont a esté fort mallade et porte grand despit à l’encontre dudictsr de Lautrech, et ont encoires du present grandes murmures secretes plusieurs seigneurs et gens du conseil les ungs contre les aultres, à raison desdicts deux seigneurs de Vendosme et de Lautrech.36

  • 37 Il semble que dans ses démarches contre Duprat, le parlement bénéficie du soutien de Robertet (AN, (...)

35Quoi qu’il en soit, il apparaît clairement que, dans cette affaire, le Parlement cherche moins à monter Vendôme contre Lautrec qu’à isoler Duprat. Dans une attitude qui n’est pas sans faire réfléchir, et qui facilite la réponse de la Régente, le Parlement, plutôt que de chercher à affaiblir les princes, s’en prend à l’inverse à celui qui, issu de ses propres rangs, a le mieux réussi. Aucun esprit de corps dans les relations entre Duprat et le Parlement. Comme on le sait, le clou qui dépasse appelle le marteau, et la tête de Duprat dépasse indiscutablement37. Il est d’ailleurs très vraisemblable que certains princes du sang ont approuvé cette remise en cause de l’influence de Duprat, dénonçant ce qu’il pouvait y avoir d’excessif dans la puissance d’un homme d’aussi petite origine que Duprat.

36Dans un contexte très compliqué donc, dans lequel une coalition anti-Duprat, constituée en grande partie de conseillers du Parlement de Paris, pousse Charles de Bourbon-Vendôme à revendiquer la place de la régente, Louise de Savoie, très habilement, assortit son soutien indéfectible à Duprat d’une manœuvre par laquelle elle fait croire qu’elle désire nommer Lautrec comme lieutenant général à la place de Vendôme. L’idée est manifestement de faire comprendre à Charles de Bourbon tout ce qu’il a à perdre à s’opposer à elle.

  • 38 Champollion-Figeac A., Captivité du roi François Ier, op. cit., p 373 (original PRO, SP Henry VIII, (...)
  • 39 Ce qui ne signifie pas, évidemment, qu’il n’ait pas été une cause sérieuse de préoccupation pour Lo (...)
  • 40 Au sujet duquel Lautrec, aux côtés de la régente, du duc de Vendôme, du cardinal de Bourbon, du com (...)
  • 41 Gregory Casale quitte Londres le 20 septembre 1525 (LP, IV, i, no 1650, Henry VIII à Clément VII, 2 (...)
  • 42 BnF, ms. Moreau 714, f° 223.
  • 43 Lautrec à Marguerite d’Angoulême, Saint-Just-lès-Lyon, 6 octobre 1525 (Champollion-Figeac A., Capti (...)

37Cette hostilité à l’égard de Duprat laisse peut-être ce dernier « fort pencyf38 ». Il n’en reste pas moins qu’elle est très largement vaine et sans effets. Le Parlement n’obtient pas grand-chose et le soutien qu’il apporte au duc de Vendôme est sans conséquences39. Dans les faits, les rapports des ambassadeurs montrent bien que Charles de Bourbon, en dépit de son titre de chef du Conseil a un poids politique assez léger. Ceux qui comptent sont Duprat et Lautrec. Ainsi, lorsqu’aux lendemains du traité de Moore (30 août 152540), Gregory Casale, en route vers Rome, s’arrête à Lyon pour rencontrer Louise afin de lui réaffirmer la fidélité d’Henry VIII à la France, malgré les avances de l’empereur à Wolsey, elle lui répond qu’elle parlera de tout ça avec Lautrec et le chancelier, auxquels elle demande à Casale de répéter sa déclaration41. Ce dernier rencontre donc Lautrec et Duprat le lendemain42. À cette occasion, Casale trouve Lautrec très compétent sur les affaires italiennes. Vers la même époque, une lettre de Lautrec à Marguerite d’Angoulême pour la rassurer sur l’état de santé de sa mère donne une impression de proximité avec Louise de Savoie43.

38La situation exige donc beaucoup d’habileté de la part de Louise. Il y a d’une part l’hostilité du Parlement à l’encontre de Duprat et d’elle-même, il y a d’autre part la menace potentielle du premier prince du sang, fâcheux homonyme du traitre connétable, il y a enfin l’affrontement entre Lautrec et Bourbon, les deux hommes se disputant la prééminence dans le royaume en l’absence du roi et dans le contexte de la disparition de Bonnivet et de René de Savoie. Grâce à l’habileté et à la fermeté de Louise, la coalition peu probable des princes du sang et du Parlement fait long feu assez rapidement. La régente a montré, dans ce contexte particulièrement délicat, ses talents politiques.

LA FIN DU RÈGNE

39Par la suite, l’influence diplomatique de Louise reste considérable. Déjà, en 1519, elle s’est investie dans l’organisation de la rencontre entre son fils et le roi d’Angleterre Henry VIII au camp du Drap d’Or. Elle est à l’origine, en 1529, du traité de Cambrai, aussi appelé « Paix des Dames », aboutissement de ses pourparlers avec Marguerite d’Autriche, régente des Pays-Bas. Au départ, les ambitions belliqueuses de François Ier rendent les projets pacifiques de Louise particulièrement difficiles à réaliser. Elle est toutefois servie par les mauvaises nouvelles reçues des armées françaises en Italie et par les tergiversations d’Henry VIII. Sans renoncer complètement à ses ambitions guerrières, François Ier laisse sa mère s’engager, à partir de décembre 1528, dans des discussions avec Marguerite d’Autriche pour essayer de trouver un terrain d’entente avec l’empereur. Le 12 juin 1529, François Ier donne les pleins pouvoirs à sa mère pour traiter avec la régente des Pays-Bas. Cette dernière part alors pour Cambrai, où la paix est signée le 3 août avant d’être célébrée, deux jours plus tard, en présence du roi, dans la cathédrale de Cambrai. Si la paix comporte indiscutablement des concessions humiliantes pour François, elle constitue néanmoins un triomphe diplomatique sur deux points majeurs. D’abord, le roi de France peut garder la Bourgogne. Ensuite, il retrouve ses fils qu’il avait dû laisser comme otages en Espagne pour pouvoir lui-même sortir des prisons impériales où il séjournait depuis le désastre de Pavie. C’est à sa mère que François doit ce grand succès. Une anecdote révèle pourtant combien certains courtisans ne sont pas capables d’envisager qu’une femme puisse être dotée de tels talents : John Clerk, évêque de Bath and Wells et ambassadeur d’Henry VIII à la cour de France, estime en effet judicieux de conseiller à Louise de Savoie d’exploiter le fait qu’elle est une femme et de supplier à genoux l’empereur de libérer ses petits-enfants. Il a toutefois la finesse de sentir qu’« elle ne l’a pas très bien pris ».

40Louise de Savoie meurt le 22 septembre 1531, à l’âge de 54 ans, alors qu’elle se rend dans son château de Romorantin en compagnie de sa fille Marguerite. Le fils auquel elle a dévoué sa vie n’est pas avec elle : il chasse à Chantilly, en compagnie d’Anne de Montmorency.

41Au cours des 15 premières années du règne, la présence tutélaire de Louise de Savoie est donc telle qu’elle empêche que s’impose au Conseil un favori-principal ministre sur le modèle qu’illustreront dans la seconde moitié du règne Anne de Montmorency, puis Philippe Chabot et Claude Annebault et bien d’autres dans les règnes et les siècles suivants. Jusqu’à la toute fin de sa vie, Louise de Savoie, par le simple fait de sa présence, donne au Conseil et à ses membres les plus influents, un profil spécifique. On peut toutefois considérer que dans la seconde moitié de la décennie 1520, sa position change progressivement. En effet, le désastre de Pavie constitue une première fin, dans le sang, du « premier règne » de François Ier. La mort du Bâtard de Savoie, de Guillaume Bonnivet et de La Palice, suivies de la mort deux ans plus tard de Robertet et de l’exécution de Semblançay, permet à une nouvelle génération de prendre son essor.

42Quoi qu’il en soit, c’est bien la mort de Louise en 1531 qui ouvre véritablement la seconde phase du règne dominée par Anne de Montmorency, assisté d’une pléiade de nouveaux talents qui œuvrent au service du roi, tandis qu’en embuscade, Philippe Chabot de Brion et quelques autres attendent leur heure.

Notes

1 Fernández Alvarez Manuel, Corpus Documental de Carlos V, 1 1516-1539, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1973, documento XXXVII.

2 L’empereur a ordonné « con orden de que se consultase con el Arçobispo [Tavera] todos los negocios de Castilla, León y los de la Corona de Aragón » (Don Pedro Salazar de Mendoza, Chrónico del Cardenal don Juan Tavera, Tolède, 1603, p. 92). Aussi, alors que l’impératrice se dirige à Barcelone en 1533 pour attendre le retour de Charles Quint, « le Cardinal [Tavera] et tous les Conseils demeurèrent à Madrid et le Cardinal fut nommé Gouverneur » (Pedro Girón, Crónica del Emperador Carlos V, édité par J. Sánchez Montes, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 1967, p. 23 : « el Cardenal [Tavera] y todos los Consejos quedaron en Madrid y el Cardenal por Gobernador »).

3 Cette communication s’appuie largement sur les conclusions de la recherche collective sur le Conseil de François Ier publiée dans Michon Cédric (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

4 Jacqueton Gilbert, La politique extérieure de Louise de Savoie. Relations diplomatiques de la France et de l’Angleterre pendant la captivité de François Ier (1525-1526), Paris, Émile Bouillon, 1892.

5 Chevalier Bernard, « Florimond Robertet », dans Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, op. cit., p. 110.

6 Les relations des Beaune avec les Angoulême sont assez anciennes. Dès 1454, Jean de Beaune les fournissait en marchandises précieuses : Spont Alfred, Semblançay ( ?-1527). La bourgeoise financière au début du XVIe siècle, Paris, Hachette, 1895, p. 2 ; Hamon Philippe, « Semblançay, homme de finances et de conseil », dans Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, op. cit., p. 117-130, spécialement p. 119. De manière générale, pour tout ce qui touche à ce paragraphe, voir l’article de Philippe Hamon cité.

7 Dont la confiance se manifeste encore en 1522 par le rôle qu’elle veut lui donner dans le procès de la succession de Suzanne de Bourbon, voir Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 188.

8 Vellet Christophe, De la marchandise à la prélature, carrière politique d’un homme de robe au service du roi : Antoine Duprat (1463-1535), thèse de l’École nationale des chartes, 1993, p. 68-86.

9 Jean de Saint-Gelais, Histoire de Louys XII, roy de France, père du peuple, et de plusieurs choses memorables advenües en France, et en Italie, jusques en l’an 1510, Paris, Abraham Pacard, 1622, p. 179-181. Voir aussi Maulde La Clavière René de, Procédures politiques du règne de Louis XII, Paris, Imprimerie nationale, 1885, p. CXXI, note 7. La date exacte de la nomination d’Artus à la charge de gouverneur de François d’Angoulême est inconnue.

10 Voir Carouge Pierre, « Dans l’entourage de Louise de Savoie », dans « Artus (1474-1519) et Guillaume (1482-1525) Gouffier à l’émergence de nouvelles modalités de gouvernement », dans Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, op. cit., p. 230-232 (« Par son propre mariage, Artus Gouffier ne fait que consolider les alliances tissées du temps de son père. C’est surtout par le mariage de son frère Guillaume et de sa sœur Charlotte que se manifeste une stratégie d’intégration à l’entourage de Louise de Savoie. Quand Charlotte Gouffier épouse René de Cossé en 1504, celui-ci figure parmi les adversaires du maréchal de Gié. Deux ans plus tôt, en effet, Anne de Bretagne était intervenue auprès de Jacques de Brézé afin qu’il vende la seigneurie de Brissac à Cossé, et non à Gié, qui la convoitait aussi. Quand, de son côté, Guillaume Gouffier épouse Bonaventure du Puy du Fou en 1506, c’est avec la fille d’un chambellan et maître d’hôtel du comte d’Angoulême qu’il s’unit »).

11 Elles sont détaillées dans Carouge P., « Dans l’entourage de Louise de Savoie », art. cit., p. 144 et 367-370.

12 En 1489 par exemple, René de Savoie est à Tours, où il donne quittance à Jacques de Beaune de la pension de 600 livres tournois que lui verse son père le comte de Bresse : « Je René bastard de Bresse confesse avoir eu et receu de monseigneur par les mains de Jaques de beaune marchant de tours la somme de six cens livres tournoises. Et ce pour ma pension de l’année commancent le premier jour de janvier mil quatre cens quatre vingt et neuf prins à noel et finissant l’an revolu que mondit seigneur m’a ordonné et dont il a baillé son obligé au dit Jaques de laquelle somme de six cens tournoises je suis quicte et bien paié et en quicte mondit seigneur et tous autres. En tesmoins de ce jay signé ceste presente à Tours le XXVe jour d’avril lan mil quatre cens quatre vingt et neuf pris a pasques. Le batar de Bresse » (Archives de Turin, « Correspondance des comtes de Tende », publié par Panisse-Passis Henri de, Les comtes de Tende de la Maison de Savoie, Paris, Firmin Didot, 1889, p. 190).

13 BnF, ms. fr. 15590, f° 319.

14 René de Savoie écrit à ce sujet « au regard de ladite dame [Marguerite] je entends tres bien que de son couste ne me faut esperer nul bien ne raison » (cité par Colli Giuseppe, Renato di Savoia, Turin, G.B. Paravia, 1938, p. 91).

15 BnF, ms. fr. 5305, « Titres du comté de Tende ». En mai 1517, François Ier renouvelle les lettres de naturalisation de René de Savoie, de sa femme et de ses héritiers (BnF, ms. fr. 5305). Sur le départ de Savoie de René, voir le récit un peu mélodramatique qu’en fait Jacob Spon dans son Histoire de la ville et de l’Estat de Genève depuis les premiers siècles […] jusqu’à présent, Lyon, T. Amaulry, 1682.

16 Le différend entre le Bâtard de Savoie et son frère le duc constitue un élément important des relations entre la Savoie et la France jusqu’à la mort du Bâtard en 1525. Parmi d’autres épisodes, il semble ainsi que le Bâtard aurait induit François Ier à retirer au duc de Savoie une pension de 40 000 francs. En mai 1519, le duc est alors obligé d’envoyer un ambassadeur auprès de René pour tenter de résoudre le différend [Letters and Papers. Foreign and Domestic of the Reign of Henry VIII, III édité par J.S. Brewer, Londres, Longmans Green, 1867, no 210 (= LP), Thomas Boleyn à Thomas Wolsey, Poissy, 5 mai 1519].

17 Elle écrit au duc « car le roy est totallement de propoz de non plus souffrir que monseigneur le Bastard soit ainsi despouiller de ses biens » (Cité par Colli G., Renato di Savoia, op. cit., p. 95).

18 Ibid., p. 105.

19 « Nous René bastard de Savoye, conte de Villars, confessons avoir reçu de Monsieur Jehan Lalemant conseiller du Roy nostre seigneur et receveur general de ses finances en Languedoc, Lionnais, Forez et Beaujolais 4.000 livres pour notre pension de ceste année. Le 26 mars 1509 avant Pasques » (BnF, ms. Clairambault 1164).

20 Voir Crouzet Denis, Le connétable de Bourbon, Paris, Fayard, 2003 ; Pitts Vincent J., The Man who Sacked Rome : Charles de Bourdon, Constable of France (1480-1527), New York, Peter Lang, 1993 ; Hamon Philippe, « Charles de Bourbon, connétable de France (1490-1527) », dans Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, op. cit., p. 95-97 ; Knecht Robert J., « Louise de Savoie », dans Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, op. cit., p. 177.

21 Hamon P., « Charles de Bourbon… », art. cit., p. 96.

22 Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay, édité par V.-L. Bourrilly et F. Vindry, I, Paris, Librairie Renouart, 1908, p. 233-234.

23 Ibid., p. 163-164.

24 Journal de Louise de Savoie, duchesse d’Angoulesme, d’Anjou et de Valois, dans Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France, édité par J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, t. V : Fleurange, Louise de Savoie, Du Bellay, Paris, Commentaire analytique du Code civil, 1838, p. 90.

25 Même s’il faut souligner que la monarchie française est moins en difficultés financières que Charles Quint.

26 Si l’on suit un rapport de décembre 1525 d’un espion impérial qui, il est vrai, est sujet à caution, « les Bretons et Normans […] demandoient que madame et le chancellier ussent à rendre compte de touttes les finances de France, reçeupes par cy devant ». Voir Paillard Charles, « Documents relatifs aux projets d’évasion de François Ier, prisonnier à Madrid », Revue historique, 8, 1878, p. 357. Pour la faillite morale au sommet et les ravages de « l’avarice », dénoncés par le parlement de Paris, voir Stocker Christopher, « The Politics of the Parlement de Paris in 1525 », French Historical Studies, VIII, 1973-1974, p. 207.

27 Les deux hommes semblent avoir été très proches. René de Savoie, dans leur correspondance, appelle Semblançay son « bon père ». Il partage avec lui la tutelle du petit-fils d’Imbert de Batarnay, lui confie la gestion d’une partie de ses terres et en fait, en 1521, son exécuteur testamentaire (Hamon Philippe, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999, p. 350).

28 Mémoires de Martin…, op. cit., p. 199. Pour plus de détails, voir Michon Cédric, « Les frères de Bourbon Vendôme : Charles, duc de Bourbon-Vendôme (1489-1537) ; François, comte de Saint-Pol (1491-1545) ; Louis, cardinal de Bourbon (1493-1557) », dans Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, op. cit., p. 443-454, spécialement p. 447-448.

29 AN, X1A 1527, f° 179, « Discours du duc de Vendôme au Parlement », 10 mars 1525 ; Mémoires de Martin…, op. cit., p. 199. Voir aussi Archives départementales de la Somme, BB 7, f° 274 ; AN, X1A 1527, f° 261vo ; LP, IV, i, 1275 ; Potter David, War and Governement in the French Provinces. Picardy 1470-1560, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 71.

30 LP, IV, 1275, Fitzwilliam à Wolsey, Gravelines, 20 avril 1525.

31 AN, X1A 1528, fos 742r°-v°.

32 Doucet Roger, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris, I : 1515-1525, Paris, Honoré Champion, 1921-1926, p. 147.

33 Lettres au duc de Vendôme, au cardinal de Bourbon (évêque de Laon), au comte de Saint-Pol et à Lautrec, le 12 septembre 1525 (AN, X1A 1528, fos 763r° et 764r°).

34 AN, X1A 1528, f° 762vo (Lettre du parlement à Louise de Savoie).

35 Le terme est surprenant. La confusion vient peut-être du fait que la régente a envoyé des lettres au parlement de Paris et au conseil de la ville pour leur demander d’envoyer des députés qui assisteraient aux délibérations de son Conseil : « Quant à la très-humble exortation et requeste que nous faites de prendre quelque nombre de gens de toutes qualitez, de parfaite intégrité, bonté, sens, prudence et experimentez, et que ce sera le support, soullagement, grand contentement du royaume, vous sçavez et congnoissez ceulx qui y sont et leurs mœurs, qualitez et experiences ; et oultre cela vous avons escript envoyer icy ung president et deux conseillers d’entre vous, et à la ville de Paris pareillement nous envoyer deux bons et notables personnaiges de ladite ville, pour veoir debatre, conseiller et deliberer les matieres que chascun jour surviennenet : car nostre vouloir et intention a tousjours esté, est et sera de meurement et par bon garder et conduire les faits et affaires du royaulme » (Louise de Savoie au Parlement de Paris, Saint-Just, 30 mars 1525, publié dans Champollion-Figeac Aimé, Captivité du roi François Ier, Paris, Imprimerie royale, 1847, p. 161).

36 Ce document, publié par Champollion-Figeac A., Captivité du roi François Ier, op. cit., p. 372-373 (original PRO, SP Henry VIII, 34, f° 238v° et résumé dans LP, IV, no 1364), est daté par Aimé Champollion-Figeac d’octobre 1525. Il s’agit plus vraisemblablement d’un texte de mai ou de juin 1525 (l’évocation du retour de Saint-Pol est encore très faible, par exemple).

37 Il semble que dans ses démarches contre Duprat, le parlement bénéficie du soutien de Robertet (AN, X1A 1529, f° 76v° ; compte rendu fait par Tavel au parlement (Doucet R., Étude sur le gouvernement de François Ier…, op. cit., p. 149). Tavel est l’un des trois parlementaires avec La Barde et Ruzé qui se rend à Lyon en septembre 1525 pour discuter avec Louise de Savoie.

38 Champollion-Figeac A., Captivité du roi François Ier, op. cit., p 373 (original PRO, SP Henry VIII, 34, f° 238v° et résumé dans LP, IV, no 1364).

39 Ce qui ne signifie pas, évidemment, qu’il n’ait pas été une cause sérieuse de préoccupation pour Louise de Savoie, surtout dans le contexte double de la trahison du connétable de Bourbon et de la captivité du roi.

40 Au sujet duquel Lautrec, aux côtés de la régente, du duc de Vendôme, du cardinal de Bourbon, du comte de Saint-Pol et du duc de Longueville garantit le paiement des 2 000 000 écus négociés (Jacqueton G., La politique extérieure de Louise de Savoie…, op. cit., p. 121, 135 et 156).

41 Gregory Casale quitte Londres le 20 septembre 1525 (LP, IV, i, no 1650, Henry VIII à Clément VII, 20 septembre 1525) et arrive à Lyon le 28 septembre (Jacqueton G., La politique extérieure de Louise de Savoie…, op. cit., p. 225). British Library, Vit. B. VII, f° 195 (lettres de Gregory Casale à Wolsey, 9 octobre 1525, LP, IV, 1643).

42 BnF, ms. Moreau 714, f° 223.

43 Lautrec à Marguerite d’Angoulême, Saint-Just-lès-Lyon, 6 octobre 1525 (Champollion-Figeac A., Captivité du roi François Ier, op. cit., p. 346).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search