Version classiqueVersion mobile

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

I. Louise, de la Savoie à la cour de France

Sur les traces de Louise de Savoie et de François Ier à Romorantin

Martine Vallon

Texte intégral

1Dans les semaines et les mois qui ont suivi le colloque, plusieurs découvertes ont mis en évidence l’empreinte de Louise de Savoie sur la ville. En voici les principaux enseignements.

L’ÉGLISE SAINT-ÉTIENNE

2Sur la corniche du mur extérieur de la chapelle de la Vierge, on distingue les armoiries de François Ier et de Louise de Savoie (fig. 33 et 34). Elles ont été authentifiées pour la première fois par Fabienne Audebrand (Conservation régionale des Monuments historiques – Drac Centre).

UNE PLAQUE DE CHEMINÉE

3Le nouveau propriétaire d’une maison proche du château a découvert, dans les dépendances, cette plaque de cheminée (fig. 35), dont la taille est imposante (66 × 122 cm). Sur cette plaque, cassée et mal réparée, figurent les armoiries de François et des deux dauphins, François et Henri. Elle doit provenir du château. On sait que l’aile construite par Louise de Savoie, en mauvais état, fut rasée en 1723 par Philippe d’Orléans. Au début du XIXe siècle, les ruines devaient encore renfermer quelques trésors puisqu’un érudit local, Louis de La Saussaye, dit y avoir trouvé un écritoire, aux armes de Claude de France.

Fig. 33 Armoirie de François Ier. Romorantin, Église Saint-Étienne (© M. Vallon).

Fig. 34 Armoirie de Louise de Savoie. Romorantin, Église Saint-Étienne (© M. Vallon).

Fig. 35 Plaque de cheminée aux armes de François Ier et des dauphins François et Henri (© M. Vallon).

LA MAISON DE LA RUE NOTRE-DAME

4Dans le cadre des recherches sur la présence de la cour à Romorantin, nous avons effectué, avec Nacer Bouzid, un repérage des maisons et des hôtels particuliers datant du début du XVIe siècle. Un bâtiment de la rue Notre-Dame, situé dans la basse-cour du château, se révèle ainsi particulièrement intéressant (pl. III, fig. 36 ; fig. 37). Trois éléments accentuent l’intérêt de cette maison. Selon les descendants des précédents propriétaires (de 1921 à 1962), « cette maison abritait l’architecte qui devait construire Chambord à Romorantin ». Depuis des siècles, la tradition locale traduit ainsi les projets de Léonard de Vinci pour la ville. Par ailleurs, une partie de la vis de l’escalier d’origine se trouvait conservée dans la cave de cette maison (fig. 38). Or, cet escalier est identique à celui dessiné par Léonard de Vinci dans le Codex Arundel (f. 264ro). En réalité, ce type de vis, à double mains courantes, est très fréquent à Romorantin avant le XVIe siècle. Un troisième élément, remarquable, distingue ce bâtiment : les deux épis de faîtage de la tour d’escalier représentent des salamandres ailées. Aujourd’hui, il s’agit de copies mais nous avons pu retrouver les épis d’origine (fig. 39). Ils sont en plomb, haut d’environ 1,50 mètre. Chaque épi porte deux salamandres ailées. Un premier examen a d’ores et déjà permis de détecter des traces de dorure sur la tête d’une salamandre.

Fig. 39 Épi de faîtage de la tour d’escalier de la maison de la rue Notre-Dame à Romorantin (© M. Vallon).

Fig. 37 Maison de la rue Notre-Dame à Romorantin (© M. Vallon).

  • 1 Martine Diot, communication orale. Martine Diot est l’auteur de l’ouvrage Épis de faîtage en plomb (...)

5À ce propos, l’avis de Martine Diot du Centre de recherches sur les Monuments historiques, l’une des rares spécialistes des épis de faîtage, est éclairant : « Ces pièces sont très rares et la présence d’or indique le haut rang du propriétaire puisque la dorure, fort coûteuse, était utilisée avec parcimonie et réservée aux grands du royaume1. »

6L’un de ces épis, étant en mauvais état, l’ornemaniste en accord avec le propriétaire a donné au musée une des salamandres (fig. 40). Sur les conseils de Martine Diot, nous avons contacté Annick Texier, ingénieur d’études du programme « métal » au laboratoire de recherche des Monuments historiques. Nous avons eu la confirmation de l’intérêt de cette pièce et avons engagé une démarche pour une expertise et une restauration.

Fig. 40 Salamandre ailée (© M. Vallon).

Fig. 38 Élément de la vis d’escalier originale de la maison de la rue Notre-Dame à Romorantin (© M. Vallon).

7Au vu de ces éléments, nous pouvons avancer l’hypothèse suivante : la maison de la rue Notre-Dame, située à 50 mètres du château seulement, appartenait-elle à Louise de Savoie ? Léonard de Vinci résidait-il dans cette maison, lors de ses séjours à Romorantin ? On sait qu’en janvier 1517, après l’entrée royale de la reine, il reste dix jours dans la ville.

  • 2 Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance franç (...)

8Les recherches sont loin d’être terminées à la fois dans les archives et sur le terrain. La maison elle-même, dont la structure interne a été modifiée, mérite une étude approfondie. Mais c’est avant tout la salamandre ailée qui attire l’attention. Est-ce la représentation de Louise protégeant le dauphin ? Il semble bien que les épis de faîtage de Romorantin soient des témoins précieux de la figure de Louise « femme ailée […] assimilée à la fois à un ange gardien et à une mère poule2 ».

9Il est certain que le château de Romorantin était bien trop exigu pour abriter ne serait-ce que la suite de Louise de Savoie. La basse-cour devait comprendre quelques annexes comme l’indique la dénomination d’une autre maison appelée la « conciergerie du château ». La maison de la rue Notre-Dame est loin d’avoir livré tous ses secrets et la restauration prochaine du chœur de l’église Saint-Étienne et des peintures de la chapelle de la Vierge peut encore réserver quelques surprises.

Notes

1 Martine Diot, communication orale. Martine Diot est l’auteur de l’ouvrage Épis de faîtage en plomb du XVe au XVIIIe siècle, Paris, Centre de recherches sur les Monuments historiques, 1989

2 Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987, p. 477.

Auteur

Musée de Sologne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search