Version classiqueVersion mobile

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

I. Louise, de la Savoie à la cour de France

Louise de Savoie et le projet de Léonard de Vinci à Romorantin

Pascal Brioist

Texte intégral

  • 1 Sammer Jan, « L’invitation du roi », dans le catalogue de l’exposition Léonard de Vinci et la Franc (...)

1Grâce à un document récemment découvert au British Record Office, il est possible d’au moins faire remonter à mars 1515 l’existence d’un lien entre Léonard de Vinci et Louise de Savoie1. En effet, le 14 mars 1515, Guillaume Gouffier de Bonnivet, amiral de France, envoya, depuis Lyon, une lettre à l’ambassadeur de François Ier à Rome, Antonio Pallavicini, rappelant au diplomate que Léonard était très attendu en France par le roi et par sa mère. Le contexte de l’invitation était double : d’une part, Julien de Médicis souffrait d’une grave maladie et les Français, sans nécessairement s’en réjouir, savaient que Léonard risquait de se retrouver sans mécène à Rome ; d’autre part, Louise de Savoie venait d’entamer de grands travaux de rénovation dans sa ville de Romorantin. Rappelons les termes employés par Bonnivet dans sa lettre :

Vous priant, Monsr, donner ordre que ma paincture de Fleurance me soit envoyee, et n’oubliez quant et quant m’envoyer les casolettes et parmefuns que m’avez promis. Et aussi vous prie de sollicitez maître Leonard pour le faire venir par devers le Roy, car ledit seigneur l’actend à une grande devotion, et l’asseure hardyment qui sera le bienvenu tant du Roy que de madame sa mere…

2Louise faisait alors de Romorantin l’un de ses lieux de villégiature préférés. La seigneurie appartenait à la famille de son défunt époux, Charles, comte d’Angoulême. Vers 1512, la jeune veuve menait une campagne de travaux de réhabilitation et d’embellissement. Désirant sans doute être en mesure de recevoir en sa ville la cour royale, elle fit agrandir la résidence, en lui adjoignant une immense extension, plus grande encore que le logis préexistant. Une lettre qu’elle adresse, en 1516, à François résidant alors à Amboise témoigne qu’à cette date, Louise inspectait avec soin les travaux en cours.

  • 2 Lettre autographe parmi celles des rois et reines, citée par Dupré Alexandre, Recherches historique (...)

Monsieur, j’ay passé par Bloys et ay visité vos besoingnes qui avoit besoing d’une telle veue, comme je vous diray. J’en ay choisy pour vous porter ce qui me semble qui vous pourra donner passe-temps et plaisyr. Dudit Bloys je suis icy venue faire le semblable, en s’y bonne diligence que je n’y feroi log séjour ; car incontinent après la prinse de quelques pilleurs, que je prends demayn, pour mieux m’assurer de vous pouvoir aller retrouver en seureté, je me mectray à chemyn, et passerai à Chambort, que j’ay remis au retour, affyn de gaigner ung jour sur mon voyage qui ne peut estre sy court comme je le désyre – Votre très chère et très bonne mère et subjecte. Loyse.2

  • 3 Pedretti Carlo, Leonardo da Vinci. The Royal Palace at Romorantin, Cambridge (Massachusetts), The B (...)
  • 4 Heydenreich Ludwig, « Leonardo da Vinci, Architectof Francis I », The Burlington Magazine, vol. XCI (...)
  • 5 Compte de la recette générale des finances de Languedoc et Guyenne, 1er octobre 1517-31 décembre 15 (...)

3Parallèlement, les autorités de Romorantin, disposant des recettes d’impôts dévolues habituellement à la Couronne, entreprirent des travaux d’urbanisme de grande ampleur. Une vingtaine de rues furent pavées sur de longues distances afin de faciliter le transport de matériaux ainsi que la circulation des personnes, notamment autour du lieu-dit « Monceau ». On procéda à l’agrandissement et à la réfection des murailles et des douves, à la consolidation des portes de la ville ainsi qu’à la réparation des ponts. L’histoire racontée ainsi est relativement simple. L’ouvrage que Carlo Pedretti a publié en 1972 à propos de Romorantin vient toutefois la complexifier singulièrement3. En effet, à partir des codices de Léonard, l’historien italien élabora une hypothèse très argumentée : François Ier aurait demandé à celui qui était déjà auparavant l’ingénieur de Louis XII de construire un palais grandiose dans la ville qui avait abrité une partie de son adolescence. Cette hypothèse avait déjà été formulée auparavant par l’historien d’art Ludwig Heydenreich mais Carlo Pedretti allait beaucoup plus loin, croisant les dessins de Léonard, les archives royales du XVIe siècle, les réflexions des érudits des XVIIIe et XIXe siècles et l’étude de terrain4. Le projet, ainsi dévoilé, associe un palais sur l’eau, des écuries, un quartier bâti de toute pièce pour loger la cour, peut-être une basilique, un pavillon de chasse, un réseau de canaux et même des moulins inscrivant la ville dans un grand schéma de développement économique. Le point d’achoppement principal de la démonstration tournait autour de l’interprétation à donner d’une part à une réflexion qu’avait formulée François Lecomte de Bièvre en 1770, d’autre part à certaines mentions de la recette générale des finances de Languedoc et Guyenne évoquant la somme versée par François Ier en 1518 pour « les frais nécessaires pour le château dudit Romorantin », payés au « commis au réparation de Romorantin depuis 15145 ».

4Lorsque François Lecomte de Bièvre écrivait :

  • 6 Leconte de Bièvre François, Recherches historiques et critiques sur la ville et le comté de Romoran (...)

Avant de bâtir Chambord, François Ier avoit fait jeter les fondements et même élever jusqu’à dix pieds au dessus de la terre, les murs d’un beau château, dans les jardins du vieux château de Romorantin, sur le bord septentrional de la Sauldre, et on y voit encore ces commencements…6

  • 7 Guillaume Jean, « Léonard de Vinci et l’architecture française. I. Le problème de Chambord. II. La (...)

5De quoi parlait-il exactement ? De l’extension voulue par Louise de Savoie ou du projet rêvé par Léonard ? De la même façon, l’argent touché par l’entrepreneur romorantinais André Courrieu était-il destiné à l’ancien château ou au palais à venir ? Carlo Pedretti restait dans l’expectative mais suggérait la possibilité d’un investissement royal au commencement du chantier léonardien, tandis que l’historien français Jean Guillaume, lui, défendait plutôt l’idée de simples réparations des anciens bâtiments7. La querelle historiographique portait par ailleurs sur d’autres aspects (les dimensions du projet de Léonard, le pavillon de chasse…), mais nous y reviendrons.

  • 8 BrioistPascal, « Le palais et la ville idéale de Romorantin », dans Léonard de Vinci et la France, (...)

6Les travaux menés conjointement depuis les huit dernières années à Romorantin par le Musée de Sologne, le Museo Leonardiano di Vinci et le Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours – qui ont tenté de contourner la rareté des sources royales, en dépouillant les sources municipales, et qui ont procédé à des sondages archéologiques – ont ouvert d’autres pistes de réflexion8. On verra que, dans tous les cas, l’implication de Louise de Savoie dans la transformation de sa ville est décisive et doit être prise en compte pour expliquer ce qui se passa en Sologne entre 1510 et 1519.

7Deux temps de réflexion seront nécessaires pour l’évoquer. Tout d’abord, l’on reviendra sur les méandres d’une enquête difficile à mener en raison à la fois des lacunes archivistiques et de la multiplicité des angles d’attaque possible du problème par les historiens. Ensuite, l’on essaiera d’établir la base de ce que nous savons aujourd’hui d’un projet léonardien très certainement discuté avec Louise de Savoie et son fils, un projet qui, en tout état de cause, devait être susceptible de plaire à ces deux commanditaires exigeants.

UNE ENQUÊTE DIFFICILE À MENER

8La multiplicité des sources à croiser pour reconstituer l’histoire de ce qui s’est passé entre 1510 et 1519 en Sologne est un obstacle à la compréhension facile du problème posé : y-a-t-il eu ou non mise en œuvre de la grande vision vincienne dans le Romorantin de Louise de Savoie ?

  • 9 Dans le premier cas, voir AN, KK 289 ; dans le deuxième, voir le manuscrit Godefroy 132-133, fos 34 (...)
  • 10 Compte de la recette générale des finances de Languedoc et Guyenne, 1er octobre 1517-31 décembre 15 (...)

9On peut partir, comme le fit Carlo Pedretti, de ce que nous apprennent les sources royales, c’est-à-dire le compte de la recette générale des finances de Languedoc et Guyenne ainsi que le bilan du compte abrégé sur les frais relatifs à la rivière de Sauldre et au parc jouxtant la forêt de Bruadan9. On y apprend que ce sont 4 000 livres qui ont été versées à André Courrieu, commissaire du grenier à sel de Romorantin, entre 1515 et 1519 pour qu’il fasse effectuer des travaux, une somme rondelette mais qui est loin d’égaler les 13 000 livres destinées à la simple réfection du château de Cognac. Il ne peut donc s’agir d’un provisionnement ayant trait au chantier colossal qu’auraient impliqué les dessins de Léonard (a minima un palais de plus de 70 mètres sur 50, prolongé par de grandes écuries). Il nous faut donc convenir, avec Jean Guillaume, que Courrieu est chargé simplement, dans ces sources, de poursuivre le travail entrepris sous l’égide de Louise depuis 1512. Est-ce-à-dire qu’il n’y eut aucun autre financement royal pour un autre projet ? Il estimpossible de l’affirmer car nos archives sont à l’évidence lacunaires, et par ailleurs, on y reviendra, les archives municipales démontrent qu’André Courrieu était en charge de travaux ne concernant pas du tout la zone de l’extension du château de 1450 mais plutôt celle du lieu dit « le Mousseau ». Notons enfin que l’agrandissement du vieux château est considéré comme allant de pair avec l’aménagement de la Sauldre et du parc de chasse de la forêt de Bruadan10.

  • 11 Codex Atlanticus, f. 209r° : « Le palais du prince doit avoir en face de lui une place. Les salles (...)
  • 12 Codex Arundel, f. 270v° : « Un trébuchet est de quatre brasses, et un mile compte 3000 brasses. Cha (...)

10Dans les manuscrits de Léonard, les documents principaux concernant Romorantin sont au nombre de huit : le feuillet RL 12292v de la Bibliothèque royale de Windsor nous fournit une précieuse élévation, tandis que le feuillet RL 12585v de la même collection présente possiblement un détail d’élévation. Le feuillet 582r° (anciennement 217v°-c) du Codex Atlanticus fait apparaître un palais double avec canaux. Le feuillet suivant, 583r° (anciennement 217v-b), porte deux plans d’une cité sur canaux et une curieuse façade en élévation. Le feuillet 209r° (anciennement 76v-b) du même codex montre en revanche un palais simple qui porte des instructions se rapportant à la construction. Sur le feuillet 270r-b du Codex Atlanticus apparaît un palais prolongé d’un quartier long qui n’est pas sans rappeler des études architecturales du feuillet 806r° (anciennement 294vb, fig. 24). La dernière représentation se trouve dans le Codex Arundel au feuillet 269r°, on y voit un palais double. La feuille porte par ailleurs divers dessins relatifs à un bâtiment octogonal. Dans deux cas en particulier, le feuillet 209r° du Codex Atlanticus et le feuillet 269r° du Codex Arundel, les dessins sont accompagnés de commentaires. Dans le Codex Atlanticus, il s’agit de préciser des points techniques sur la nature de la construction du palais, tels que des dispositifs anti-incendie ou des précautions hygiéniques11. Dans le Codex Arundel, il est avant tout question de réflexions sur les rivières et les canalisations, les moulins et les moyens de peupler la ville12.

11De ces sources discordantes entre elles, l’on déduit que Léonard a sans doute hésité entre plusieurs projets concurrents mais l’on perçoit aussi une idée récurrente chez le Toscan : utiliser la rivière de Sauldre et son miroir d’eau comme l’un des éléments architectoniques clés du palais.

Fig. 24 Léonard de Vinci, Études architecturales, Codex Atlanticus, f. 806ro (ex 294v-b). Milan, Biblioteca Ambrosiana (© Museo Leonardiano de Vinci).

  • 13 Voir l’article de Marine Pajon-Héron dans le présent volume.

12Le témoignage tardif (1540) des ambassadeurs ferrarais sur ce qu’était Romorantin vers 1540, croisé avec un plan aquarellé du château datant du XVIIIe siècle, réalisé pour le duc d’Orléans et aujourd’hui conservé aux Archives nationales de France, permet de saisir la différence de nature et de localisation entre l’ancien château agrandi au début du XVIe siècle ainsi que la vision léonardienne d’un palais neuf qui se serait nécessairement érigé plus loin13.

  • 14 Romorantin, Archives municipales, année 1516, compte CC8 du procureur Michel Decaulx, fos 23r°-30r° (...)

13Les archives municipales racontent une toute autre histoire (fig. 25). Cinq volumes de comptes de la ville démontrent en effet que d’énormes travaux d’aménagement ont eu lieu entre 1516 et 1518 autour des lieux-dits « Mousseau » et le « Pont au loup ». D’abord, l’on pava les chemins de Blois puis un nouveau chemin fut tracé du « Pont au loup » jusqu’à la Grange du Chastel, où s’entassaient des matériaux venus de la carrière de Longueval14. En avril 1517, à Tournenfuye (Tournenfeuilles), l’on chargea 2 189 tombereaux. Ensuite, à Mousseau, commencèrent les travaux de terrassement proprement dits et l’on procéda à la création d’une levée.

  • 15 Romorantin, Archives municipales, année 1516, compte CC8, f° 114v et compte CC11, f° 98r°. Tous ces (...)

Payé pour 2189 tombereaux (à deux chevaux) mis en bauge à Tournenfuye utilisés pour le pavage de la rue des Gueneaulz de Monceaux, pour la porte Bezaulde ailleurs et [pour les] autres pavez qui ont été faiz en leuvée.15

14En juin 1518, le travail du Pont au loup fut achevé et, à l’automne suivant, des charrois de pierre apportèrent près de 3 000 tombereaux supplémentaires (pour lesquels il fallut racheter une vigne pour ouvrir une nouvelle carrière) à Mousseau. Un cadastre de 1828 permet de repérer tous ces lieux et signale l’existence d’un grand jardin entre Mousseau et la Fosse aux lions, long de 400 mètres de long. Or, aujourd’hui, le long de la Sauldre à l’ouest du château actuel, la berge nord est curieusement surélevée sur près de 400 mètres de long (fig. 26). Les photographies et les cartes anciennes (pl. III, fig. 27) attestent d’ailleurs de la présence de cette levée sur le site du Grand jardin avant même son urbanisation.

15L’hypothèse selon laquelle il pourrait s’agir des travaux de fondation, propres à accueillir le projet de Léonard est séduisante et renforce la théorie de Carlo Pedretti, selon laquelle le palais, et son prolongement urbain, aurait été prévu entre la Nasse et la Fosse aux lions.

Fig. 25 Comptes relatifs aux tombereaux ayant servi à faire une « levée », 1518. Romorantin, Archives municipales, série CC8, f° 114v° (© Musée de Sologne).

Fig. 26 Talus de la levée le long de la Sauldre à Romorantin (© P. Brioist).

  • 16 Nous renvoyons ici aux travaux de fouilles opérés sous l’égide de la Drac dont les résultats furent (...)

16Les sondages archéologiques effectués en avril 2010, qui ont exhumé des couches de calcaire marneux et de silex à tête de chat venus de carrières alentours, confirment que la terrasse surélevée au-dessus de la Sauldre correspond bien à une forme artificielle16. Malheureusement, il est impossible de dater ce terrassement. Le plan du duc d’Orléans indique néanmoins que le terre plein était bien présent dans la seconde moitié du XVIIIe siecle ; est-il si improbable, des lors, que le grand remuement de terre qui en fut la cause date du début du XVIe siècle ? Ces résultats et ces interrogations étant posés, nous nous proposons de présenter sur le mode hypothétique ce à quoi pouvait correspondre le projet complexe de Léonard de Vinci et quels étaient les rapports qu’il pouvait entretenir avec les souhaits de Louise de Savoie et de son fils.

LE PROJET COMPLEXE DE LÉONARD

17Le projet de Léonard, tel qu’il a été reconstruit par Carlo Pedretti dès 1972, s’articule autour de cinq éléments : le palais, ses grandes écuries, son pavillon de chasse associé, son quartier urbain pour la cour et son projet hydrographique.

  • 17 Voir le feuillet 209r° du Codex Atlanticus et le dessin RL 12292v de la Bibliothèque royale de Wind (...)
  • 18 Voir la représentation d’une joute aquatique dans le Livre d’heures de la duchesse de Bourgogne, Ch (...)

18Le premier élément du projet est le palais proprement dit. Cet édifice semble avoir été conçu comme une hybridation des modèles italiens, connus du maître, et de l’architecture française qu’il découvre en Sologne. À grand traits, et si nous nous arrêtons sur la version la plus simple du palais, il s’agit d’un grand quadrilatère, doté de tours d’angles ou de pavillons, et d’une avantcour, flanquée d’écuries et équipée de deux fontaines circulaires17. Une volée de marches descend vers la rivière sur laquelle donne la façade, l’idée étant de distraire la cour par des quintaines sur un miroir d’eau, spectacle couru en Italie comme à la cour de Bourgogne18.

  • 19 Voir le feuillet 209r° du Codex Atlanticus déjà cité.
  • 20 Félibien André, Mémoires pour servir à l’histoire des maisons royales et bastiments de France, Pari (...)
  • 21 Voir l’intervention de Jean Guillaume lors du colloque de Romorantin de juin 2010 et ses remarques (...)

19Le texte d’accompagnement précise quelques points sur la robustesse nécessaire de la construction et mentionne aussi une cuisine, des services sanitaires à portes automatiques, des entrepôts ainsi que des chambres pour les invités19. Il indique aussi que l’aile ouest sera réservée aux familiers et à la garde du roi. Les dimensions données par Léonard permettent d’évaluer à 96 mètres la façade sur la Sauldre, à 72 mètres les ailes latérales, à 12 mètres l’épaisseur des corps de logis et des fossés et à 18 mètres les gradins. Le palais aurait donc occupé un rectangle de 100 mètres sur 96. L’hésitation à propos des tours d’angle ou des pavillons quadrangulaires est intéressante, notamment parce que sur le dessin du Codex Atlanticus, Léonard suggère que les tours pouvaient être de section circulaire mais contenir des pièces carrées, à la manière de ce qu’il a pu voir dans le château de Louise de Savoie. Notons qu’à Chambord, les tours épouseront justement ce modèle à la française. En ce qui concerne l’élévation, il est bien difficile de préciser ce qu’elle aurait pu être, à partir des croquis de la collection de Windsor. L’équipe du Museo Leonardinao di Vinci s’est cependant livrée à un exercice d’école intéressant en réalisant pour le Musée de Sologne une maquette, et ce en partant des modèles italiens disponibles à l’imagination du maître toscan : le palais d’Urbino de Laurana et Francesco di Giorgio, le projet de Giuliano da Sangallo en 1513 d’un palais triomphal pour Léon X avec façade donnant sur la place Navone (doté de cours à colonnes et de loggias), le palais du Belvédère de Bramante, le dessein de Giuliano et Antonio da Sangallo d’un palais situé à Florence au nord du Dôme, le grand projet de la Villa Médicis de Montemario, autrement connue sous le nom de Villa Madame, avec ses écuries, ou encore le Castello Sforzesco de Milan. Le projet de Léonard pourrait également être mis en rapport avec la maquette d’un « proto-Chambord », réalisée, selon toute évidence par Dominique de Cortone, et découverte par l’historien d’art André Félibien en 1681 dans un grenier de Blois20. Comme il était peu judicieux de fabriquer un modèle d’un palais n’ayant jamais existé réellement, l’équipe de Vinci s’est contentée de proposer simultanément sur l’objet présenté en exposition à Romorantin diverses solutions de reconstruction, avec les colonnades et les loggias d’un lieu, les tours à chambre carrées à la française de l’autre, les escaliers droits de Dominique de Cortone ou de Laurana à Urbino, les fenêtres de San Gallo, etc. (fig. 28). Pour certains chercheurs français, les hypothèses formulées demeurent néanmoins encore trop italianisantes et Jean Guillaume juge par exemple que Léonard avait bien plus assimilé les modèles gothiques français que ne le laissent entendre les historiens de l’architecture italiens21. Le débat reste donc ouvert.

  • 22 À ce sujet, voir Pedretti Carlo, Leonardo da Vinci architetto, Milan, Electa, 2007, p. 256-261. Voi (...)

20Ce qu’auraient pu être les grandes écuries modernes du projet de Léonard est peut-être plus facile à déduire grâce aux dessins du manuscrit B de l’Institut de France à Paris (fig. 29) et aux écuries ayant subsisté à Florence et à Vigevano (qui précèdent, pour ces dernières, le projet de Léonard puisqu’elles datent de Galeazzo Maria Sforza22).

  • 23 Milan, Biblioteca Trivulziana, Codex Trivulziano, f. 21v° ; Paris, Institut de France, ms. B, f° 20 (...)

21Il s’agit d’édifices en équerre autonomes encadrant une cour. On peut imaginer leur élévation et leur organisation interne à partir des pages que Léonard dédie aux écuries dans ses écrits23 : deux étages dont l’un réservé au stockage et à la distribution du foin, ainsi qu’au logement des écuyers, un autre abritant, sous ses trois nefs aux voûtes en croix, une série de boxes de trois brasses sur six, séparés par des colonnes. La solution de Léonard pense le bâtiment de façon très utilitaire et hygiénique. Non seulement le foin et l’eau doivent approvisionner automatiquement les mangeoires et les abreuvoirs mais encore, le purin et les crottins des précieux destriers à la santé possiblement fragile peuvent être facilement évacués par des égouts souterrains voûtés. Autre invention léonardienne qu’on ne retrouvera mentionnée qu’au début du XVIIe siècle : les écuries sont bordées de portiques répondant à une fonction esthétique certes, mais permettant aussi de faciliter les opérations d’harnachement et de montée en selle, solution qui n’est pas sans rappeler, comme l’indique Emmanuela Ferretti, celle des écuries impériales d’Auguste. Il se peut ici que Louise de Savoie et François Ier aient eu autant à dire dans la commande que Galeazzo Sanseverino, alors grand écuyer de France depuis 1506, mais aussi ancien patron et ami de Léonard à Milan, 20 ans plus tôt.

Fig. 28 Reconstitution en maquette de diverses hypothèses de restitution du palais de Romorantin (© Museo Leonardiano di Vinci).

Fig. 29 Léonard de Vinci, Modèle d’écuries, vers 1490-1495. Ms. B, Paris, Institut de France, f° 39r° (© Museo Leonardiano di Vinci).

  • 24 Les feuillets de référence sont ici le feuillet 270r° du Codex Arundel et le feuillet 583r° du Code (...)
  • 25 Guillaume J., « Léonard de Vinci et l’architecture française… », art. cit., p. 71-92.
  • 26 Voir l’ordonnance du 29 janvier 1520 conservée aux archives municipales de Romorantin et à la Bibli (...)

22Dans son ouvrage fondateur, Carlo Pedretti avait assimilé certains dessins du Codex Arundel relatifs à Romorantin au plan d’un pavillon de chasse octogonal semblable à ce qui fut plus tard le pavillon aujourd’hui disparu de la Muette. Il voulait en voir l’élévation dans un schéma du Codex Arundel (fig. 3024). Le professeur Jean Guillaume contredisait cette suggestion, en faisant remarquer qu’un édifice planté à 300 mètres de la ville ne pouvait guère avoir servi pour la chasse, d’autant que son style monumental « digne des plus beaux palais romains » aurait juré, à ses yeux, avec sa fonction25. Ce dernier argument peut facilement être balayé par le fait que la Muette, et même Chambord, furent des pavillons de chasse monumentaux, quant au premier, il suffit que ce pavillon ait été originellement prévu pour un lieu plus éloigné de la ville. C’est cette idée que défend Martine Vallon, conservatrice du Musée de Sologne, qui indique que la forêt de Bruadan abrite un carrefour de chasse à huit allées nommée « Rond du roi » (indice toponymique), emplacement parfaitement adapté à un édifice octogonal, tel que celui dessiné par Léonard. Les références d’archives, qui attestent que les projets de Romorantin ont toujours été associés à l’aménagement de la forêt de Bruadan, donnent quelque crédit à cette hypothèse, même si l’on est bien incapable aujourd’hui de dater le « Rond du roi26 ».

Fig. 30 Léonard de Vinci, Ébauche de planimétrie de palais et de cours disposés à côté d’un fleuve, Codex Arundel 263, fos 263r° et 270v°. Londres, British Library (© Museo Leonardiano di Vinci).

  • 27 Codex Arundel, f. 270v° : « La rivière de Villefranche pourra être conduite à Romorantin ainsi que (...)
  • 28 BrioistPascal et Nanni Romano, « Les projets de canalisation français de Léonard », dans Léonard de (...)
  • 29 Codex Arundel, f. 270v : « Le cours de la rivière ne devra pas passer par les fossés qui sont dans (...)
  • 30 Loc. cit. : « La rivière qui partage la ville ne devrait pas recevoir l’eau boueuse, cette eau devr (...)
  • 31 Loc. cit. (cf. supra note 12).

23Qu’en est-il à présent du quartier pour la cour, prototype d’une cité parfaite, dessiné et mentionné dans le Codex Arundel27 ? Pour certains, qui emboitent peut-être un peu rapidement le pas de Carlo Pedretti, il s’agit d’une ville idéale du type de celle que Léonard avait envisagée à Milan ou à Florence. Certes, on ne peut pas ne pas rapprocher les grandes ambitions précédentes de l’urbaniste Léonard et ses rêves pour Romorantin, mais de là à faire de Romorantin une « Roma minor », une future capitale du royaume même, il faut être prudent. De quoi disposons-nous exactement qui nous permettrait de répondre à ce que pouvait être la commande de Louise de Savoie et François Ier pour leur ville ? En premier lieu, plusieurs indications fournissaient des éléments très concrets sur le projet de ville nouvelle : tout d’abord, une note sur des maisons à colombages « transportables » que l’on assemblerait sur les grandes places ornées de fontaines ; ensuite, l’idée curieuse que les gens du lieu pourraient habiter ces maisons en l’absence de la cour. En second lieu, il y a les dessins du Codex Arundel (f. 270vo – fig. 30) et du Codex Atlanticus (f. 806ro – fig. 24), qui montrent des quartiers installés comme une suite de bandes parallèles disposés de part et d’autre d’une grande allée centrale. On peut éventuellement y reconnaître le type de disposition qu’avait prévue Antonio Averlino (dit Le Filarète) pour la Sforzinda (Milan rénovée) des Sforza du XVe siècle. L’uniformité des maisons à pan de bois et l’organisation rationnelle rectiligne des quartiers et des places renvoient par ailleurs à un idéal de cité conçue à la manière d’un camp romain. Un autre point important à noter est le rôle de l’hygiénisme dans le projet. En effet, Léonard accorde une grande place au problème de la circulation des eaux28. Les canaux jouent un rôle clé dans le projet. Le chantier, tout d’abord, ne pourra avancer rapidement que si les matériaux, et notamment la pierre de tuffeau nécessaire à l’édification d’un palais, peuvent être acheminés rapidement depuis la Loire et le Cher. Ensuite, Léonard le mentionne sans cesse, les flux d’eau boueuse, et, à cette époque, une bonne part des déchets d’une ville sont jetés dans les rivières (donc il s’agit de boues sales), doivent être contrôlés pour que la ville soit arrosée d’une onde pure seulement29. Enfin, les eaux des canaux doivent pouvoir actionner des moulins et animer ainsi l’activité artisanale d’une ville qui se consacre depuis le XIVe siècle au moins au foulage des draps de laine30. On peut gager que les multiples machines automatiques hydrauliques que Léonard avait conçues à Milan auraient pu trouver ici des applications rentables. Tout cela ne peut toutefois fonctionner qu’à condition que soit réalisé le grand projet hydrographique de Léonard pour la Sologne : joindre le Cher à la Sauldre, projet qui, de surcroît, aurait l’avantage d’amender certaines terres. Nous avons eu l’occasion de développer ailleurs la nature de ce plan complexe. Disons pour simplifier que sa principale difficulté résidait dans la nécessité d’un rattrapage de dénivelé : 40 mètres entre le Cher à Villefranche et la Sauldre en amont de Romorantin. Un tel rêve pouvait-il un jour s’accomplir ? Léonard, en tous cas, noircit des pages entières du Codex Arundel pour réfléchir à ces questions31. Si aucune solution mécanique n’est cependant mentionnée, l’on peut imaginer que le maître a en tête de faire fonctionner un train d’écluses (ce qu’on appelle aujourd’hui un ascenseur à bateaux) du genre de celui qui sera mis en place un siècle plus tard sous Henri IV à Rogny-les-Sept-Écluses. Pour remplir les bassins, peut-être pense-t-il à des corps de pompes ou à des vis d’Archimède, et à des étangs complémentaires sur l’interfluve. Il se peut que le Mabon, petite rivière souvent à sec aujourd’hui coulant sur le plateau entre Villefranche et Romorantin (fig. 31), soit un reliquat d’un ouvrage destiné à évaluer la faisabilité du projet. Le cours d’eau correspond en effet au trajet dessiné par Léonard au feuillet 920r° (ex 336v-b) du Codex Atlanticus (fig. 32). La perspective d’un grand canal s’étendant jusqu’à Lyon est suggérée par un grand trait rectiligne de la même page, se terminant par la légende « Lione ». Si ce plan avait été mené à bien – mais il aurait fallu passer les monts du Lyonnais, ce qui n’est guère envisageable –, la ville de Louise de Savoie serait alors devenue un nœud important d’échanges entre le bassin rhodanien et le bassin ligérien, la Méditerranée et l’Atlantique.

Fig. 32 Léonard de Vinci, Carte hydrographique représentant le Cher, la Sauldre et une dérivation, Codex Atlanticus, f. 920r° (ex 336v-b). Milan, Biblioteca Ambrosiana (© Museo Leonardiano di Vinci).

Fig. 31 La rivière du Mabon (© P. Brioist).

24L’abandon de l’entreprise du grand palais romorantinais, advenu en 1519, dut décevoir Louise de Savoie. Son explication la plus probable est la dégradation de l’état de santé de Léonard. Le dépouillement des archives de Romorantin exclut que soient intervenus des problèmes comme la diffusion d’une quelconque épidémie, créant une crise démographique et contraignant le roi à opter pour une autre localisation. Des « pestes » terribles éclatèrent bien à Romorantin, mais seulement dans la seconde moitié du XVIe siècle, sans nul rapport d’ailleurs avec une supposée insalubrité des marais puisque les étangs de la ville étaient parfaitement curés. Il est donc bien plus probable que François Ier ait simplement changé d’idée avec l’impossibilité d’utiliser les talents de son peintre-ingénieur. Seul Léonard aurait en effet été en mesure de résoudre l’abondance de problèmes techniques et hydrauliques posés par l’entreprise. Néanmoins, les idées poussées par le maître italien sur le domaine de Louise de Savoie connurent malgré tout une certaine pérennité. En effet, les solutions élaborées pour les bords de la Sauldre semblent avoir inspiré grandement le chantier du château de Chambord. C’est du moins ce que prouvent les écrits de l’historiographe architecte du XVIIe siècle André Félibien. Ce dernier nous apprend en effet dans sa Description des châteaux, statues et des maisons royales de 1687 qu’à Chambord, comme dans le chantier de Romorantin, était initialement prévue la réalisation d’un canal d’approvisionnement en matière première. De plus, dans la reproduction graphique que donne Félibien de la maquette découverte dans un grenier de Blois et correspondant à un « proto-Chambord », déjà évoquée plus haut, on reconnaît les idées de Léonard (par exemple des salles carrées dans des tours rondes ou les escaliers à deux rampes plus une) et la pâte stylistique d’un personnage qui justement s’entretint en 1518 avec Léonard au Clos Lucé, l’architecte Dominique de Cortone.

Notes

1 Sammer Jan, « L’invitation du roi », dans le catalogue de l’exposition Léonard de Vinci et la France édité par C. Pedretti, Château du Clos Lucé, Florence, Cartei & Bianchi Éditeurs, p. 28-31. La lettre découverte par Jan Sammer au British Records Office, grâce au catalogue de Brewer John S., Calendar of Letters of the Reign of Henry VIII, vol. II, pt. 1, Londres, 1884, doc. 1670, a généreusement été communiquée, dès 2008, en copie à l’auteur du présent article par Carlo Pedretti. Qu’il en soit ici remercié.

2 Lettre autographe parmi celles des rois et reines, citée par Dupré Alexandre, Recherches historiques sur Romorantin et la Sologne, Paris, Office d’édition du livre d’histoire, 1994. Le document est catalogué aujourd’hui dans le fonds français de la Bnf (ms. fr. 1663, f° 62).

3 Pedretti Carlo, Leonardo da Vinci. The Royal Palace at Romorantin, Cambridge (Massachusetts), The Belknap Press of Harvard University Press, 1972.

4 Heydenreich Ludwig, « Leonardo da Vinci, Architectof Francis I », The Burlington Magazine, vol. XCIV, 595, octobre 1952, p. 277-285.

5 Compte de la recette générale des finances de Languedoc et Guyenne, 1er octobre 1517-31 décembre 1518, AN, KK 289, f° 273, mention le 30 août 1518 du versement de 1 000 livres à André Corieu pour l’aménagement de la Sauldre et pour des « réparations édifices et acquisitions » à Romorantin ; fos 260ro-vo, mention d’une « somme de vingt cinq mil livres tournois pour les bastimens de Cougnac, Romorantin, Amboise et Le Plessis » et du versement « à Andre Courrieu, grenetier de Romorantin et commis par le roy a tenir le compte et faire les paiemens des fraiz necessaires pour le chasteau dudit Romorantin la somme de quatre mil livres tournois ».

6 Leconte de Bièvre François, Recherches historiques et critiques sur la ville et le comté de Romorantin, manuscrit écrit vers 1770, corrigé et augmenté par Huet de Froberville en 1784 (copie dactylographiée à la SAHAS).

7 Guillaume Jean, « Léonard de Vinci et l’architecture française. I. Le problème de Chambord. II. La villa de Charles d’Amboise et le château de Romorantin. Réflexion sur un livre de Carlo Pedretti », Revue de l’Art, 25, 1974, p. 71-92.

8 BrioistPascal, « Le palais et la ville idéale de Romorantin », dans Léonard de Vinci et la France, op. cit., p. 79-90.

9 Dans le premier cas, voir AN, KK 289 ; dans le deuxième, voir le manuscrit Godefroy 132-133, fos 34ro-35v° de la Bibliothèque de l’Institut de France.

10 Compte de la recette générale des finances de Languedoc et Guyenne, 1er octobre 1517-31 décembre 1518, AN, KK 289, f° 273 : « Andre Corieu grenetier du grenier a sel estably a Romorantin et commis par le Roy a tenir le compte et faire les paiements des fraiz neccessaires pour faire la riviere de Sauldre jusques au lieu ou elle tombe en la riviere du Cher au dessoubz du pont dudit Sauldre aussi des repparations ediffices acquisitions et recompenses que ledit sieur a ordonnees estre faictes audit lieu de Romorantin la somme de mil livres tournois a luy ordonnée par lesdits sieurs et ses lectres patentes signees de sa main et de maistre Robert Gavyn secretaire de ses finances donnees à Rochefort le penultiesme jour daoustlan mil Vc et XVIII […] » ; fos 260r°-v° : « Dudit roole du Roy est ordonne a ce present receveur general la somme de vingt cinq mil livres tournois pour les bastimens de Cougnac Romorantin Amboise et Le Plessis jusques au jour de cestassavoir pour Coignac XIII mil livres et pour Amboise VI mil livres et pour Romorantin IIII mil livres et pour le plesseys du parc fontaine dudit lieu closture et fossez du bois de plants III mil livres lesquelles sommes ont este desparties aux personnes et en la manière qui sensuit. A Hugues Blandin commis par le roi a tenir le compte et faire le paiement des reparations d’Amboise la somme de six mil livres tournois a luy ordonne par ledit sieur et sondit roole pour convertir et employer au fait de sadite commission laquelle somme luy a este paiee comptant comme sa quictance signee de sa main le quatriesme jour de septembre lan mil Vc et dixhuit cy rendue appert pour ce VI mil livres. A Andre Courrieu, grenetier de Romorantin et commis par le roy a tenir le compte et faire les paiemens des fraiz necessaires pour le chasteau dudit Romorantin la somme de quatre mil livres tournois a luy ordonnee par ledit sieur et sondit roole pour convertir et employer ou fait de sadite commission laquelle somme luy a este paiee comptant comme par sa quictance signee de sa main le IIIIe jour de septembr lan mil Vc XVIII […]. » Voir aussi à la Bibliothèque de l’Institut de France le manuscrit Godefroy 132-133, fos 34r°-35v°, bilan du compte abrégé, frais relatifs à la rivière de Sauldre, au parc jouxtant la forêt de Bruadan. Entre 1517 et 1518, le grenetier de Romorantin reçoit du receveur général Sapin 6 000 livres qu’il emploie pour la rivière de Sauldre dont 4 500 remboursés à Phelippon Millet et Estienne Turmeau. Le grenetier a aussi versé la somme de 1 500 livres pour neuf forts et un parc ainsi que pour la « prinse et commungs » des bêtes du parc de Nancay. Les textes ont été transcrits par Nacer Bouzid.

11 Codex Atlanticus, f. 209r° : « Le palais du prince doit avoir en face de lui une place. Les salles où l’on doit danser, faire des sauts ou divers types de mouvements avec une foule de gens, doivent être au rez-de-chaussée, car j’en ai vu qui se sont écroulées, causant ainsi la mort de nombreuses personnes. Et surtout, débrouille-toi pour que chaque mur, si mince soit-il, repose sur le sol ou sur des arches bien plantées. Que les divisions des habitations soient faites de murs de briques non charpentés de bois afin de limiter les risques d’incendie. Les lieux d’aisance seront pourvus d’ouvertures pour l’aération, prises dans l’épaisseur des murs, de façon à ce que les odeurs s’évacuent par les toits. Les mezzanines seront voûtées et d’autant plus solides que leur nombre sera plus restreint. Les charpentes de chêne seront encastrées dans les murs, afin d’éviter que le feu ne les endommage. Que les lieux d’aisance soient nombreux et attenants l’un à l’autre, afin que leur odeur ne se répande point à travers les habitations ; il faudra aussi que leurs portes soient munies de contrepoids pour qu’elles se ferment automatiquement. »

12 Codex Arundel, f. 270v° : « Un trébuchet est de quatre brasses, et un mile compte 3000 brasses. Chaque brasse se divise en 12 pouces ; et l’un des canaux a un dénivelé de 2 pouces pour chaque centaine de trébuchets ; par conséquent il faut 14 pouces de dénivelé pour 2800 brasses de flux dans les canaux ; il en suit que 15 pouces de dénivelé donnent le momentum adéquat pour les courants desdits canaux, c’est-à-dire une brasse et demi par mile. On peut en conclure que l’eau prise dans la rivière de Villefranche et conduite à Romorantin devra avoir <mots manquants>. Lorsqu’une rivière, en raison de son niveau peu élevé ne pourra couler dans l’autre, il sera nécessaire de construire des écluses de manière à ce qu’elle acquière le dénivelé suffisant pour tomber dans le cours d’eau qui était auparavant le plus haut des deux. »

13 Voir l’article de Marine Pajon-Héron dans le présent volume.

14 Romorantin, Archives municipales, année 1516, compte CC8 du procureur Michel Decaulx, fos 23r°-30r°. Voir aussi les folios 25r°-28r° et le folio 114v°.

15 Romorantin, Archives municipales, année 1516, compte CC8, f° 114v et compte CC11, f° 98r°. Tous ces manuscrits ont été transcrits grâce au travail d’une équipe d’étudiants du Centre d’études supérieures de la Renaissance, financée par la région Centre en 2007-2008 dans le cadre du projet Romorantin : Pauline Bachet, Éric Reppel, Stéphanie Duvoux, Cécile Glédel et Nacer Bouzid.

16 Nous renvoyons ici aux travaux de fouilles opérés sous l’égide de la Drac dont les résultats furent présentés lors du colloque Léonard de Vinci. Romorantin. Le projet oublié tenu à Romorantin-Lanthenay en juin 2010.

17 Voir le feuillet 209r° du Codex Atlanticus et le dessin RL 12292v de la Bibliothèque royale de Windsor.

18 Voir la représentation d’une joute aquatique dans le Livre d’heures de la duchesse de Bourgogne, Chantilly, Musée Condé.

19 Voir le feuillet 209r° du Codex Atlanticus déjà cité.

20 Félibien André, Mémoires pour servir à l’histoire des maisons royales et bastiments de France, Paris, 1681.

21 Voir l’intervention de Jean Guillaume lors du colloque de Romorantin de juin 2010 et ses remarques sur les parentés entretenues par les dessins de Léonard avec les châteaux français dans son article « Léonard de Vinci et l’architecture française… », art. cit., p. 71-92.

22 À ce sujet, voir Pedretti Carlo, Leonardo da Vinci architetto, Milan, Electa, 2007, p. 256-261. Voir aussi Di Teodoro Francesco Paolo, « Leonardo e le stalle medicee nell’area della Sapienza », dans La sede della Sapienza a Firenze : l’Università e l’istituto geografico militare a San Marco, édité par A. Belluzzi et E. Ferretti, Florence, IGM, 2009, p. 69-85 ; Ferretti Emanuela, « La Sapienza di Niccolò da Uzzano e le stalle di Lorenzo de Medici », dans La sede della Sapienza a Firenze…, op. cit., p. 31-69, spécialement p. 64-69, et du même auteur « Au service du palais : le thème des écuries depuis Léonard jusqu’aux traités italiens du XVIe siècle », dans Léonard de Vinci. Romorantin…, op. cit.

23 Milan, Biblioteca Trivulziana, Codex Trivulziano, f. 21v° ; Paris, Institut de France, ms. B, f° 20r° ; ms. B. f° 37r° ; ms. B, f° 38v° ; Milan, Biblioteca Ambrosiana, Codex Atlanticus, f. 96v°.

24 Les feuillets de référence sont ici le feuillet 270r° du Codex Arundel et le feuillet 583r° du Codex Atlanticus.

25 Guillaume J., « Léonard de Vinci et l’architecture française… », art. cit., p. 71-92.

26 Voir l’ordonnance du 29 janvier 1520 conservée aux archives municipales de Romorantin et à la Bibliothèque de l’Institut de France le manuscrit Godefroy 132-133, fos 34r°-35v°, bilan du compte abrégé, frais relatifs à la rivière de Sauldre, au parc jouxtant la forêt de Bruadan : « Ledit Maistre a plusieurs payemens quatre mil cinq Cens livres tournois pour ce cyIIII mil V cent Livres tz A paye pour le fraictz de neuf fors et ung parc faiz En la forest de Buradan, fray de la prinse et Commungs des bestes du parc de Nancay et autres Fraiz qui en dependant la somme de quinze cens Livres tournois pour ce cy XV cent livres […]. A paye ledit grenetier [de par] ledit estat a luy faict Et arreste a celluy que a la garde des bestes Rousses qui sont dedans le parc pieca faict A lentree de la forrestde Bruadan qui a deux solz Six deniers tournois par ledit acompte Depuis le dernier jour du Moys de novembre déjà passe jusqu’au dernier jour Davril aussy dernier passe la somme de XXII livres X solz pour ce XXII livres X solz tz. »

27 Codex Arundel, f. 270v° : « La rivière de Villefranche pourra être conduite à Romorantin ainsi que les personnes qui vivent là ; et le bois de charpente qui forme leurs maisons pourra être transporté par péniches à Romorantin, et le niveau de la rivière pourra être élevé grâce à des écluses de telle sorte que l’eau sera conduite à Romorantin en pente douce […]. »

28 BrioistPascal et Nanni Romano, « Les projets de canalisation français de Léonard », dans Léonard de Vinci et la France, op. cit., p. 91-99.

29 Codex Arundel, f. 270v : « Le cours de la rivière ne devra pas passer par les fossés qui sont dans la ville, afin que lorsque la rivière devient boueuse, elle ne déverse pas les terres dont elles est chargée au fond des dits fossés. L’eau, par conséquent, sera distribuée dans les fossés par le moyen de portes éclusières de telle sorte qu’elle pourra servir à actionner des moulins et à nettoyer la boue de la ville ou tout autre détritus. »

30 Loc. cit. : « La rivière qui partage la ville ne devrait pas recevoir l’eau boueuse, cette eau devrait être au contraire conduite par des fossés à l’extérieur de la cité où elle actionnerait 4 moulins à l’entrée et 4 autres à la sortie. Cela peut être obtenu en élevant le niveau d’eau par des barrages au dessus de Romorantin. »

31 Loc. cit. (cf. supra note 12).

Table des illustrations

Légende Fig. 24 Léonard de Vinci, Études architecturales, Codex Atlanticus, f. 806ro (ex 294v-b). Milan, Biblioteca Ambrosiana (© Museo Leonardiano de Vinci).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 25 Comptes relatifs aux tombereaux ayant servi à faire une « levée », 1518. Romorantin, Archives municipales, série CC8, f° 114v° (© Musée de Sologne).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 26 Talus de la levée le long de la Sauldre à Romorantin (© P. Brioist).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 28 Reconstitution en maquette de diverses hypothèses de restitution du palais de Romorantin (© Museo Leonardiano di Vinci).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 29 Léonard de Vinci, Modèle d’écuries, vers 1490-1495. Ms. B, Paris, Institut de France, f° 39r° (© Museo Leonardiano di Vinci).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Fig. 30 Léonard de Vinci, Ébauche de planimétrie de palais et de cours disposés à côté d’un fleuve, Codex Arundel 263, fos 263r° et 270v°. Londres, British Library (© Museo Leonardiano di Vinci).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 32 Léonard de Vinci, Carte hydrographique représentant le Cher, la Sauldre et une dérivation, Codex Atlanticus, f. 920r° (ex 336v-b). Milan, Biblioteca Ambrosiana (© Museo Leonardiano di Vinci).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 31 La rivière du Mabon (© P. Brioist).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search