Desktop versionMobile version

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

I. Louise, de la Savoie à la cour de France

Séjours et résidences de Louise de Savoie en Val de Loire (1498-1518)

Pierre-Gilles Girault

Full text

  • 1 En l’absence de biographie récente, la notice de Knecht Robert J., « Louise de Savoie (1476-1531) » (...)

1On sait que dès son avènement, Louis XII a voulu garder non loin de lui celui qui apparaissait comme l’héritier du trône, François d’Angoulême. À lire la littérature, on a l’impression que sa mère, Louise de Savoie, a été confinée presque en résidence surveillée à Amboise durant dix ans avant d’y revenir plus tard comme mère du roi1. C’est pourquoi il nous a paru souhaitable de réexaminer les conditions de ses séjours en Val de Loire, d’étudier les logis où Louise de Savoie a résidé et de rechercher s’il subsiste des traces de son séjour dans les demeures royales.

JALONS POUR UN ITINÉRAIRE

  • 2 Les principales sources sur la vie de Louise durant les années qui nous occupent demeurent le célèb (...)

2À la mort de Charles VIII, le 7 avril 1498, Louise est à Cognac. Elle gagne Paris pour réclamer à Louis XII le transfert des possessions de la branche aînée des Orléans, que le roi lui refuse, octroyant en compensation 8 000 livres de pension au jeune François, désormais premier prince du sang. Louis veut près de lui l’héritier présomptif de la couronne. Il reçoit Louise et ses enfants à Chinon, lui donnant, semble-t-il, une chambre au-dessus de la sienne. Il nomme Pierre de Rohan, le maréchal de Gié, gouverneur des enfants de Louise. Après avoir mené la comtesse à Romorantin, il l’envoie à Blois, au milieu de la garde écossaise2.

  • 3 Il « achapta ladite capitanerie la Nouel prochaine ensuivant que le Roy vint a la couronne ». Mauld (...)
  • 4 Ibid., p. 111-112.

3Le château étant en travaux, Gié écrit au roi que le lieu est malcommode et peu sûr « pour les maçons qui y besoignoient » et obtient l’autorisation de transférer Louise à Amboise dont il achète la capitainerie dès Noël 14983. Après avoir assisté au mariage du roi à Nantes en janvier 1499 et reçu le couple royal en son château du Verger, Gié fait son entrée à Amboise et rapporte à François le titre de duc de Valois4. Amboise devient donc la résidence principale de Louise et de ses enfants, Marguerite et François. Elle y situe plusieurs événements mentionnés dans son Journal, par exemple le célèbre passage où elle raconte l’épisode survenu en janvier 1502 de la jument emballée : « Mon fils, auprès d’Amboise, fut emporté au travers des champs, par une hacquenée que lui avoit donné le maréchal de Gyé. »

  • 5 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 462.
  • 6 Maulde La Clavière R. de, Louise de Savoie et François Ier …, op. cit., p. 111-115.

4Mais il ne faut pas pour autant l’imaginer recluse. Dès le début de 1499, une épidémie sur la Loire contraint Louise à quitter Amboise pour Romorantin où elle passe « huit moys et plus ». La cour quitte aussi Blois : Louis XII et la reine la rejoignent en mai 1499. Fin août, Louis part en Italie laissant Anne et Louise à Romorantin. Anne de Bretagne y accouche, comme l’indique le Journal : « Ma fille Claude, conjoincte à mon fils par mariage, fut née en ma maison, à Romorantin, le 13 d’octobre, à huit heures cinquante-quatre minutes après midi, 14995. » Au mois de décembre suivant, la reine quitte Romorantin pour Orléans tandis que Louise retourne à Amboise6.

  • 7 Chatenet Monique et Girault Pierre-Gilles, Fastes de cour. Les enjeux d’un voyage princier à Blois (...)
  • 8 Ibid., p. 46, 128.

5Louise est aussi à Blois à la fin de l’année 1501. Le mardi 7 décembre, François se trouve en effet au château de Blois, à côté du roi et de ses principaux conseillers (le cardinal d’Amboise, le chancelier Guy de Rochefort, le maréchal de Gié, le sire de Brienne et Louis II de La Trémoïlle), pour recevoir l’archiduc d’Autriche Philippe le Beau et son épouse Jeanne de Castille7. Louise est là aussi, auprès de la reine, parmi les princesses (au nombre desquelles la duchesse d’Alençon, mademoiselle de Foix et la comtesse de Dunois) que Jeanne de Castille dûment chaperonnée par Anne de France est invitée à embrasser ; quant à Marguerite, elle est auprès de la petite Claude8.

  • 9 Ibid., p. 61 et « Reise des Erzherzogs Philipp nach Spanien, 1501 », dans Chmel Joseph (éd.), Die H (...)

6Dans les jours suivants, François et Louise regagnent Amboise. Le 16 décembre, ils y accueillent le couple archiducal, que le roi accompagne. Le jeune François d’Angoulême, « lequel est si tres beau que rien plus », dit la relation anonyme du voyage princier conservée à Vienne, vient à leur rencontre. Ils sont accueillis par des salves d’artillerie et des sonneries de trompettes à ébranler les murs, avant d’être reçus au château par Louise de Savoie, sa fille Marguerite et « tant d’autres dames, damoiselles et de bien grans maistres et nobles de France que c’estoit plaisir a le tout voir », après quoi « madame baisa madame d’Angoulesme et sa fille quy est mere du daulphin de France et est une très belle dame, et apres menerent madame et ses dames et demoiselles en leur logis9 ».

  • 10 Courant Léonce, Essai sur l’histoire de Romorantin : Louise de Savoie et la jeunesse de François Ie (...)
  • 11 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 462.
  • 12 Elle déclare le 22 novembre 1504 : « Deux ans pourra avoir environ le caresme prenant prouchain ven (...)

7En mai 1502, Louise est à nouveau à Romorantin : elle voit passer la reine de Hongrie « s’en allant en son royaume » le 22 et le roi Louis le 2810. Lors d’une nouvelle épidémie, Louise s’installe à Bléré, à quelques kilomètres à l’est d’Amboise, où elle situe la mort de son chien favori Hapeguai, en octobre 150211. Vers février 1503, Louise se rend auprès du roi à Blois puis revient à Amboise selon son propre témoignage au procès du maréchal de Gié12.

  • 13 Maillard François, « Itinéraire de Louis XII roi de France (1498-1515) », Bulletin philologique et (...)
  • 14 Maulde La Clavière R. de, Procédures politiques…, op. cit., p. LXXXVI, note et p. 732.
  • 15 Smith Marc Hamilton, « François Ier, l’Italie et le château de Blois, nouveaux documents, nouvelles (...)
  • 16 Maulde La Clavière R. de, Procédures politiques…, op. cit., p. 21-22, 28, 33.
  • 17 Id., Louise de Savoie et François Ier…, op. cit., p. 187.
  • 18 Id., Procédures politiques…, op. cit., p. 107.

8En février de l’année suivante, le roi est malade. Louise de Savoie suit à pied la procession organisée à Amboise pour son rétablissement. En mars, Louis revient en Val de Loire et séjourne à Blois, Chambord, Chaumont, Madon et Orléans13. Dès le 11 mars, Louise se fait conduire à Blois où le roi l’a convoquée14. Le 12 juin 1504, le Florentin Niccolò Alamanni écrit de Blois au marquis de Mantoue au sujet du plaisir que le petit prince d’Angoulême prend à la peinture italienne15. Louise et François sont donc sans doute encore à Blois. Elle retourne peu après à Amboise où elle témoigne au procès contre le maréchal de Gié, les 17 et 18 juillet16. Le même mois, le roi annonce le mariage de sa fille. Il vient lui-même passer quatre jours à Amboise et, de là, emmène François au Plessis-lès-Tours17. En revanche, Louise n’a pas quitté Amboise ou elle y est revenue puisqu’elle y est à nouveau interrogée pour le procès du maréchal le 22 novembre 150418.

  • 19 Spont Alfred, Semblançay ( ?-1527) : la bourgeoisie financière au début du XVIe siècle, Paris, Hach (...)
  • 20 Lettre de Blois, 20 mai 1505 et Marino Sanuto cités par Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., (...)
  • 21 Courant Léonce, Contribution à l’histoire de Romorantin. Naissance de Claude de France et son maria (...)
  • 22 Id., Essai sur l’histoire de Romorantin…, op. cit., p. 10.
  • 23 Lettre du légat à la reine, 17 septembre 1505, citée par Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit.,(...)

9Au printemps 1505, Louise et François sont à nouveau avec le roi à Blois durant sa maladie, alors que la reine Anne accomplit son fameux voyage en Bretagne19. Louis XII fait bon visage à François dont il apprécie la présence : le roi écrit qu’il « a grand amour à M. d’Angolesme » et le chroniqueur Marino Sanuto dit que le jeune prince a été très honoré20. Louise prend soin de Claude tandis que le roi séjourne à Madon. Ils se rencontrent aux Montils21. Dans son testament du 10 mai, Louis ordonne le mariage de Claude et de François et, le 31 mai, fait promettre à la reine de rester en bons termes avec Louise. Celle-ci repart à Amboise où elle reçoit le 14 juin deux échevins de Romorantin22. Le 10 juillet, Jacques de Beaune écrit à la reine que le roi a convié Louise et François au Plessis : « Le roy […] se trouve très bien au Plessy, et se trouvant le lieu fort beau, il a mandé Madame et Monsieur d’Angolesme de venir audit lieu, et n’est nouvelle d’en bouger. » À l’automne, il écrit à la souveraine que « le roy s’en retourne à Blois et mène, quant et luy, Madame vostre fille, et croy qu’il mènera Madame d’Angolesme jusques là pour s’en revenir par Amboyse23 ».

  • 24 Courant L., Essai sur l’histoire de Romorantin…, op. cit., p. 10.

10Au printemps 1506, Louise est à Romorantin. C’est là que le 24 mars Louis XII la rencontre, sans doute pour mettre au point les fiançailles de leurs enfants24. En effet peu après, Louis XII s’installe au Plessis-lès-Tours et y fait venir Louise et François. Le 13 mai, les États généraux demandent solennellement au roi de donner sa fille à François « qui est tout françois ». La reine et la comtesse d’Angoulême assistent ensemble aux fiançailles de François et de Claude à Tours le 21 mai 1506.

  • 25 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 461.
  • 26 Ibid., p. 457 et 462.

11La rupture intervint en 1508, si on en croit le Journal de Louise : « Le 3 d’aoust1508 – écrit-elle –, du temps du roy Louys XII, mon fils partit d’Amboise pour estre homme de Cour, et me laissa toute seule25. » Si Louise retourne à Cognac, elle n’en abandonne pas pour autant le Val de Loire : elle est à Blois au mariage du marquis de Montferrat le 31 août 1508, puis le 9 octobre 1509 pour les fiançailles de sa fille Marguerite avec le duc d’Alençon. Elle est à Amboise en janvier 1512 lorsqu’elle apprend la naissance d’un fils mort-né d’Anne de Bretagne et le 7 septembre suivant pour accueillir François pourvu du commandement des troupes françaises envoyées en Guyenne contre les Espagnols26.

  • 27 Bigote figure parmi les « dames et damoiselles » de Louise de Savoie en 1515 et en 1522 sous le nom (...)
  • 28 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 460.

12En revanche, c’est bien à Cognac qu’elle apprend, le 10 janvier 1514, la mort de la reine Anne survenue la veille. Celle-ci rend possible le mariage de son fils, célébré le 18 mai 1514 à Saint-Germain-en-Laye. Désormais Louise réside à la cour. En juillet, François se rend au château de Blois où séjournent le roi et sa fille. Louise s’y rend aussi. Elle échappe à un accident qui laisse songeur quant à l’état du château : « Le 8 de juillet 1514, je cuiday demeurer à Blois pour jamais, car le plancher de ma chambre tomba, et eusse esté en extrême danger, n’eust esté ma petite Bigote27 et le seigneur Desbrules, lesquels premierement s’en apperceurent28. »

  • 29 Courant L., Contribution à l’histoire de Romorantin…, op. cit., p. 6.

13Elle retourne en Angoumois où elle tombe malade, mais le 28 août 1514, elle est de nouveau à Romorantin où elle voit la fameuse comète qui lui fait prédire que son « fils seroit une fois en grand affaire contre les Suisses ». De là, elle va à Paris en novembre pour le remariage du roi avec Marie d’Angleterre. Elle est à Romorantin quand elle apprend la mort de Louis XII et part aussitôt. Les comptes de la ville l’attestent par le paiement de quatre torches fournies par un apothicaire « pour conduire Madame qui allait à Paris partant de Romorantin pour ce qu’elle avait nouvelles de la mort du roy Loys29 ».

  • 30 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 460.
  • 31 Vatout Jean, Le château d’Amboise, son histoire et sa description, Paris, Didier, 1852, p. 193-194.

14Après l’avènement de son fils, Louise réside surtout à Amboise. Elle va ensuite à Romorantin où elle reçoit François Ier en partance pour l’Italie : « Le 30e jour de juin 1515, je receu mon filz à mon chasteau de Romorantin, et toute sa compagnie30. » Le 4 juillet, le roi quitte la cité solognote et Louise, désormais régente, rejoint Amboise d’où elle annonce le 20 août la naissance, la veille, de la première fille du roi, nommée Louise comme elle31.

  • 32 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 462.
  • 33 Baux Émile, Louise de Savoie et Claude de France à Lyon, étude sur la première régence (1515-1516),(...)
  • 34 Ibid., p. 20. Abbaye de la Guiche, commune de Chouzy-sur-Cisse, près de Blois.

15À la nouvelle de la victoire de Marignan, le 13 septembre 1515, la reine et Madame vont en pèlerinage. Elle écrit : « Ce jour propre, je partis d’Amboise pour aller à pié à Nostre-Dame de Fontaines, lui recommander ce que j’aime plus que moy-mesme, c’est mon fils, glorieux et triomphant César32. » Il ne s’agit pas bien sûr de Fontaine-en-Sologne comme l’indique Émile Baux33, mais de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame de Fontaines-les-Blanches, située à Autrèche, à quelques kilomètres au nord d’Amboise. En outre, Louise exagère en plaçant son pèlerinage le jour même de la nouvelle car Jacques de Beaune écrit le 9 octobre d’Amboise que « la royne et madite dame furent hier à Notre-Dame de Fontaines et est nouvelle de aller demain à la Guiche ou jeudi34 ».

  • 35 Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 121 et 123 ; Baux E., Louise de Savoie…, op. cit., p. (...)
  • 36 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 457.

16Tandis que la reine Claude retourne à Blois d’où elle écrit le 15 octobre35, Louise va à Lyon attendre son fils qu’elle retrouve en Provence en janvier 1516. Beaune, nouveau baron de Semblançay, prend les devants du cortège royal à Roanne et gagne Amboise « pour aller veoir comment le logis est acoustré » (21 juillet) ; après avoir mis Amboise en état de recevoir la cour, il se rend à Tours pour régler l’entrée prochaine du roi (28-31 juillet). Celui-ci fait son entrée à Romorantin en janvier 1517. Selon le Journal, le 17 janvier, le roi, accompagné de Claude, Louise et Marguerite, fait étape à Saint-Mesmin, près d’Orléans, avant de faire son entrée le lendemain dans la ville36. Il serait fastidieux d’aller plus loin.

LA RÉSIDENCE D’AMBOISE

17On ne sait rien de la façon dont Louise et son fils sont hébergés à Amboise durant la minorité de François. Selon Lucie Gaugain, l’analyse des comptes municipaux montre seulement que l’arrivée de Louise de Savoie et de ses enfants à Amboise relança l’économie de la ville. Le budget amboisien retrouva un niveau équivalent à celui qu’il atteignait sous Louis XI et Charles VIII, soit 600 livres tournois en 1501, contre à peine 150 livres tournois en 1500, année du départ de la cour pour Blois. On peut donc estimer que Louise était entourée d’un hôtel important.

  • 37 Thomas Évelyne, « Les logis royaux d’Amboise », Revue de l’Art, 100, 1993, p. 44-57, ici p. 53.
  • 38 Gaugain Lucie, Le château et la ville d’Amboise à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance (...)
  • 39 Vaissière Pierre de, Le château d’Amboise, Paris, Calmann-Lévy, 1935, p. 103-107.

18Où logeaient-ils ? Dans un article essentiel, Évelyne Thomas observe que « nous ne disposons d’aucun témoignage sur les logis royaux à Amboise durant le règne de Louis XII37 ». Comme elle l’a montré, Charles VIII et Anne de Bretagne occupaient précédemment deux logis : l’un dans la cour du « donjon », au sud, de part et d’autre de la chapelle Saint-Hubert qui en constitue le seul vestige, et l’autre nouvellement construit, le logis dit des Sept Vertus à cause des statues qui en ornaient la façade (fig. 5). Lucie Gaugain a récemment précisé l’affectation de ces bâtiments : le logis du donjon servait de résidence au quotidien, alors que celui des Sept Vertus était probablement un logis d’apparat et de réception, où le couple royal apparaissait en public et où logeaient les hôtes de marque38. Au début du règne suivant, François Ier et Claude habitent le logis du donjon. Le célèbre récit rapporté par Pierre Sala, dans ses Hardiesses de plusieurs rois, du sanglier qui s’introduit dans la chambre de la reine et qui est tué in extremis par François Ier en 1515 a pour cadre la cour et le logis du « donjon39 ».

Fig. 5 Jacques Androuet du Cerceau, Amboise, vue cavalière du château au XVIe siècle. Londres, The British Museum, inv. U 856 (© The British Museum).

  • 40 Vincennes, Archives du service historique de la Défense, A. 1. b. 1625, vol. 2. Génie no 5 – Ambois (...)
  • 41 Cité par Lesueur Frédéric, Le château d’Amboise, Paris, Laurens, 1935, p. 40, et Babelon Jean-Pierr (...)
  • 42 Évelyne Thomas, que je remercie, m’a signalé être parvenue à la même conclusion dans son mémoire de (...)
  • 43 BnF, ms. fr. 873. Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la (...)

19Or, il subsiste un autre logis en retour d’équerre du bâtiment élevé par Charles VIII sur la Loire. Ce logis commencé par Charles VIII et inachevé à sa mort, est couvert par Louis XII. François Ier n’a fait que le surélever d’un étage (fig. 6). On a depuis longtemps signalé que le surhaussement visible sur le pignon et les salamandres des lucarnes (par ailleurs refaites au XIXe siècle) indiquent qu’ils ont été ajoutés par François Ier. Lucie Gaugain a découvert un devis inédit qui permet de dater ces travaux de 151640. C’est dans cette aile qu’à la fin du XVIIIe siècle un érudit tourangeau, le Dr Bruneau, a vu au plafond un décor de « douze ailes d’oiseaux qui n’en forment qu’une », décor qu’il a interprété comme une allusion à Louis XII auquel il attribuait la construction de ce logis41. Mais si le roi a fréquemment utilisé le chiffre L couronné, il n’a jamais employé d’emblème sous forme de rébus. On peut donc se demander si ces « ailes d’oiseaux qui n’en forment qu’une » ne seraient pas plutôt l’emblème de Louise de Savoie42. Anne-Marie Lecoq a suivi une démarche analogue pour rendre un manuscrit des Héroïdes d’Ovide à Louise à cause de la combinaison des lettres L, des ailes d’oiseau et des ailes de moulin qui s’y rencontre dans les marges43.

  • 44 Toutefois, la surélévation de ce logis devait permettre l’aménagement d’un nouveau logis pour la re (...)
  • 45 BnF, ms. fr. 2969, f° 143.

20Si ce logis a abrité Louise, on ne sait quand il fut aménagé, avant ou après 1515. On peut néanmoins douter que Louise ait pu faire des travaux dans une demeure royale sous le règne de Louis XII ; cela lui était plus facile ensuite puisqu’elle reçut la baronnie d’Amboise dans son douaire44. Dans une lettre de septembre 1517, Jacques de Beaune-Semblançay mentionne les travaux que Louise prévoit d’y réaliser45. L’année suivante, Madame séjourne de janvier à mai à Amboise où elle entreprend des aménagements qui vont prendre trois ans. Semblançay fournit 240 000 livres tournois « pour l’amesnaigement, meubles, vaisselle d’argent, tappiceries de fil d’or, d’argent et de soye, broderies, habilz et garniture de chappelle, aussi garniture de chambres et cabinetz ».

Fig. 6 Amboise, château, logis François Ier (© Wikimedia Commons/Guillaume Cingal).

21Les ouvriers en draps de soie établis à Tours sont payés par Philibert Babou, contrôleur de Madame. Guillaume de Frain, receveur particulier de la banque de Semblançay, est commis à la garde des meubles et Martin Famé supplée à l’occasion Guillaume Ruzé, le trésorier de Louise.

  • 46 Amboise, Archives communales, II 2, f° 2. Voir Croÿ Joseph de, Nouveaux documents pour l’histoire d (...)
  • 47 Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 145-146. Blois, Archives du Loir-et-Cher, E 274 bis, (...)

22La chambre et « les cabinets de Madame » sont cités dans un fragment de compte publié par Joseph de Croÿ, qui date probablement de 151846. Il mentionne le paiement « pour deux milliers de clous de laton pour atacher le satin des cabinetz au prix de VII l. X s. le millier » et « pour deux douxaines de boucles à mectre aux petites lates qui sont pour les cabinetz de Madame pres sa chambre ». Alfred Spont cite aussi un paiement au Tourangeau Jehan Galle, brodeur des reines Anne et Claude, connu de 1501 à 1522, qui donne une quittance de 2 897 livres47.

  • 48 Giraudet Eugène, Les artistes tourangeaux, Tours, Imprimerie de Rouillé-Ladevèze, 1885, p. 20-21 ; (...)

23D’après une quittance conservée dans les minutes de Barthélemy Terreau, notaire royal à Tours, le brodeur Estienne Besnard (ou Bernard) fut employé, entre 1518 et 1522, à exécuter pour Louise « quatre-vingts hystoires des Bucoliques de Virgile » brodées « sur huit grandes pièces de chambre, de velours vert » ainsi qu’« ung ciel [de lit] à doubles pantes avec un dais de semblable velours vert », « deux chaires et deux tabourets du dit velours vert », travail qui nécessita l’emploi de « plusieurs compagnons brodeurs, qui ont vacqué sous lui, jour et nuit, dimanches et fêtes ouvrables », auxquels il dut fournir les chandelles nécessaires au travail de nuit48. Besnard reçut seulement en 1550 le payement complet de ce travail, pour la somme considérable de 4 857 livres tournois.

  • 49 Guiffrey Jules, « Les Bucoliques de Virgile en broderie (1521) », Nouvelles archives de l’art franç (...)

24Cet acte complète les comptes des meubles de la reine publiés par Jules Guiffrey. Ceux-ci mentionnent parmi les fournisseurs le tapissier Nicollas Drouyn, qui livre une grande quantité de toile d’or et d’argent livrée à Estienne Besnard pour faire les 80 histoires des Bucoliques, les personnages, leurs habits, les arbres… C’est Matteo del Nassaro qui fournit des patrons et « pourtraits » des histoires tandis que le peintre Barthélemy Guetty dessine les modèles pour les encadrements décoratifs brodés49.

  • 50 Dickman Orth Myra, Progressive Tendencies in French Manuscript Illumination, 1515-1530: Godefroy le (...)
  • 51 Cox-Rearick Janet, Chefs-d’œuvre de la Renaissance. La collection de François Ier, Anvers, Fonds Me (...)

25La présence de ces paiements dans les comptes de la reine a parfois fait attribuer la commande à Claude mais l’acte notarié tourangeau indique qu’il faut les rendre à Louise. En outre, Myra Orth a relié le sujet à la traduction commentée de Virgile achevée en 1516 par Guillaume Michel de Tours50. Ces tentures de lit étaient-elles destinées à Amboise ? Il est permis de le croire mais les tapisseries sont par nature mobiles ; un ambassadeur italien les a d’ailleurs vues au Louvre lors d’un banquet de carnaval en 153251.

  • 52 Paris, AN, J. 958, compte de Jean Putain, cité par Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 26 (...)
  • 53 Ibid., p. 273.

26C’est aussi à Amboise que Louise fait entreposer le mobilier qu’elle saisit sur Jacques de Beaune dix ans après le début des travaux : « les meubles que Madame, mère du roy, a fait prendre par maistres Mathurin Longuet, Pierre Forget et Jehan Odeau, ses procureurs quant à ce, se montent 37.932 l. 10 s. 5 d. ». Après la saisie, ces meubles sont gardés à Amboise par le concierge du château, Simon Montjoye52. L’inventaire des meubles de Madame, fort de 217 feuillets, rédigé par P. Porthais et J. le Conte, notaires royaux, fut porté au trésorier Jean Prévostle 11 février 153053.

L’EMPREINTE EMBLÉMATIQUE DE LOUISE EN VAL DE LOIRE : TOURS ET BLOIS

  • 54 Quittance de 1094 1. 15 s. Archives du Loir-et-Cher, E 274 bis, f° 194.

27Laissant de côté Romorantin, évoqué ailleurs dans ce volume, existe-t-il encore en Val de Loire des traces des séjours de Louise ? Des aménagements que Louise a réalisés à Amboise il ne reste rien, pas plus qu’à la chapelle des Bons-Hommes, c’est-à-dire des minimes du Plessis-Lès-Tours, qu’elle fit agrandir54.

  • 55 Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., notamment p. 97 et 470-474.
  • 56 Giraudet E., Les artistes tourangeaux, op. cit., p. 83-84.
  • 57 En dernier lieu, Guillaume Jean, « Les débuts de l’architecture de la Renaissance à Tours », dans l (...)

28Toutefois, à Tours, parmi les vestiges de l’hôtel de Beaune-Semblançay, on remarque des ailes et des cordelières nouées, qui sont des emblèmes de Louise55, sculptées sur la frise de l’arcade courant sous la chapelle (fig. 7). Giraudet met en doute et raille cette identification : « On a dit et imprimé, à propos de cette dernière frise, où se déroule une cordelière interrompue par des paires d’ailes d’oiseau, que c’était un emblème de veuvage et que les ailes devaient signifier la première lettre du nom de Louise de Savoie, la bienfaitrice du surintendant des finances, Jacques de Beaune, qu’elle fit pendre à Montfaucon56 ! » Or, cette partie de l’hôtel ne date pas de 1507-1508, comme le croyait Giraudet, mais a été construite dix ans plus tard57, après que Louise eut donné en 1517 à Jacques de Beaune l’hôtel qu’elle venait d’acheter de la duchesse de Longueville et du cardinal d’Orléans, héritiers du comte de Dunois mort prématurément en 1511. La présence des emblèmes de Louise est donc compréhensible et apparaît comme l’hommage d’un serviteur à sa bienfaitrice dont il ignore encore qu’elle concourra à sa perte.

  • 58 Voir Fourrier Thibaud et Parot François, « Qu’est-ce que Chambord ? Étude du décor sculpté et nouve (...)

29Si Giraudet a bien décrit la frise, il omet les emblèmes ornant les consoles sous les pilastres du premier étage : un bouquet de trois lys de jardin traversant une couronne entre deux ailes formant un vol. Ce sont les mêmes (des lys liés par une cordelière, mais curieusement sans couronne) qui se voient sur deux chapiteaux emblématiques sculptés au château de Chambord couronnant des pilastres au premier étage du donjon. Thibaud Fourrier et François Parot les ont publiés comme des symboles dynastiques de la lignée des lys58, mais ce sont bien sûr des emblèmes de Louise. Visibles dans une partie du château antérieure à la mort de Louise, faut-il y voir un simple hommage du fils devenu roi, le rappel d’une contribution de la mère au chantier du fils ou un indice de la localisation des appartements de Louise ? Je laisse cette question ouverte à de meilleurs connaisseurs de Chambord.

Fig. 7 Tours, hôtel de Beaune-Semblançay, galerie de la chapelle, détail (© P.-G. Girault).

  • 59 Voir Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 466 et 469, fig. 223-228. Voir également d (...)
  • 60 Menestrier Claude, Origine des ornements des armoiries, Paris-Lyon, Amaulry, 1680, p. 163, cité par (...)
  • 61 La Saussaye Louis de, Histoire du château de Blois, Blois-Paris, Aubry, 1859, p. 21, note. Duban ap (...)

30L’aile et le bouquet de lis couronné apparaissent sur plusieurs jetons, médailles et manuscrits de Louise59. Déjà au XVIIe siècle, le Père Claude Menestrier, après avoir évoqué l’usage de la cordelière par Anne de Bretagne, ajoute que « Louise de Savoye mit aussi cette cordelière autour de ses armoiries : elle fit sa devise d’un lys de jardin lié d’une de ces cordelières, et accosté de deux vols. On la voit ainsi dans un cabinet du chasteau de Blois, et sur le fronton d’une fenestre du château de Vilaines sous ses armoiries60. » C’est en fait en plusieurs endroits du château de Blois qu’une semblable composition apparaît. L’analyse des reliefs emblématiques de l’aile François Ier est certes délicate à cause des restaurations réalisées depuis le XIXe siècle. Toutefois, Félix Duban – architecte chargé de la restauration du château à partir de 1845 – dit les avoir reconstitués d’après les vestiges trouvés sur place. Pour les allèges des balcons de la façade des Loges, l’historien blésois Louis de La Saussaye, qui observe que les reliefs bûchés en 1793 « étaient indiqués seulement par une espèce de silhouette blanche », décrit la technique utilisée par Duban pour les restituer61.

Fig. 8 Jacques Androuet du Cerceau, Blois, vue cavalière du château avec la façade des Loges au XVIe siècle. Londres, The British Museum, inv. U 853 (© The British Museum).

Fig. 9 Blois, château, médaillons emblématiques ornant la voûte du grand escalier (© P.-G. Girault).

  • 62 Smith M.H., « François Ier, l’Italie et le château de Blois… », art. cit., p. 315-317.
  • 63 Voir Guillaume Jean, « Les logis royaux : règne de François Ier », dans le catalogue de l’expositio (...)

31L’aile François Ier a été édifiée entre 1515 et 1524, et quasi achevée (ou plutôt laissée dans un état durable d’inachèvement) dès 1518 (fig. 862). Si l’on y voit partout la salamandre et l’hermine ainsi que les lettres F et C de François et Claude, on y retrouve aussi le triple lis couronné et le vol formé de deux ailes sculptés en plusieurs endroits, notamment sur les médaillons emblématiques ornant la voûte du grand escalier (fig. 9) et aux caissons de la voûte de la tour Château-Renault (pl. II, fig. 10), correspondant au premier étage de l’aile où se trouvaient les appartements de François Ier63.

  • 64 Les bas-reliefs conservés dans le dépôt lapidaire du château ne sont pas les originaux du XVIe sièc (...)

32L’emblème de Louise apparaît surtout sur certains panneaux sculptés ornant les allèges des balcons de la façade des Loges ou qui en proviennent64. Il y revêt plusieurs formes. Ainsi, le bouquet de trois lys de jardin traversant une couronne et encadré par deux ailes est tantôt lié par une cordelière et accompagné de lettres C (fig. 11), tantôt noué d’un ruban et accosté de lys héraldiques. Sur un panneau, le lien fait défaut et l’emblème se détache sur un semis d’hermines ; sur un autre, le bouquet a disparu et il ne subsiste que le vol et la couronne sur un semis alterné d’hermines et de fleurs de lys. La présence de ces hermines résulte vraisemblablement d’une mauvaise interprétation par le restaurateur des motifs bûchés (sans doute des fleurs de lys) et d’une attribution erronée de l’emblème à Claude de France.

  • 65 BnF, ms. fr. 2286, f° 3, reproduit dans Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 466, fi (...)

33Dans un dernier exemple, les lys de jardin disparus sont remplacés par la lettre F couronnée inscrite entre deux ailes, le tout détaché sur un fond fleurdelysé (fig. 12). Ce panneau trouve son équivalent dans une miniature en cul-de-lampe ornant une prétendue épître de Charles VIII adressée à François Ier, écrite par Jean Thenaud en 1519 et dédiée à Louise : « Un vol encadre la double initiale LF et le globe impérial sur fond fleurdelysé65. » Ces compositions quasi identiques illustrent la relation fusionnelle entre la mère et son royal rejeton.

34Les emblèmes sculptés sur le plafond à caissons de la tour Château-Renault présentent un dessin plus gracile. Le bouquet de trois lys s’y réduit à une tige passant dans une couronne entre deux ailes (pl. II, fig. 10), ou liée par une cordelière aux nœuds de Savoie avec non pas deux mais quatre ailes placées en sautoir. C’est sous cette dernière forme que l’emblème réapparaît, cette fois à l’intérieur du château, dans la salle du Roi, au premier étage de l’aile François Ier : les quatre ailes attachées par un ruban ou une cordelière à un ou deux lys de jardin se voient de part et d’autre de la cheminée ornée de niches côté est de la salle (pl. II, fig. 13), et sur les chapiteaux des pilastres de la porte ouvrant sur la chambre dite de la Reine. Dans ces deux cas, les sondages opérés à l’occasion de la récente campagne de restauration des peintures ont confirmé qu’il s’agissait de reliefs anciens, et non de créations du XIXe siècle.

35Sur la cheminée, comme sur l’un des panneaux déjà mentionné de la façade des Loges, les ailes sont accompagnées de doubles C entrelacés qui ne peuvent évoquer que le défunt époux de Louise, Charles d’Angoulême. Or, il me semble que la présence de cette lettre C permet de rendre compte d’un dernier emblème très présent à Blois. On voit en effet en plusieurs lieux un cygne « navré », c’est-à-dire blessé et transpercé d’une flèche. Il apparaît sur les médaillons de la voûte du grand escalier (fig. 9), sur les médaillons de la voûte de l’oratoire (il est vrai tous dus à la restauration), aux caissons de la voûte de la tour Château-Renault, sur deux panneaux sculptés de la façade des Loges, sur un moulage d’estampage du musée d’architecture (fig. 14) et parmi les panneaux déposés du dépôt lapidaire. On l’observe enfin sculpté au-dessus de la porte ouvrant sur la salle du Roi, en venant de la chambre de la Reine, au pied de la petite vis intérieure qui permet de gagner les niveaux supérieurs depuis le premier étage (fig. 15).

Fig. 11 Blois, château, dépôt lapidaire, panneau sculpté provenant de la façade des Loges (bouquet de lys traversant une couronne, encadré par deux ailes et lié par une cordelière et accompagné de lettres C) (© D. Lépissier).

Fig. 12 Blois, château, dépôt lapidaire, panneau sculpté provenant de la façade des Loges (lettre F couronnée entre deux ailes, sur un fond fleurdelysé) (© D. Lépissier).

Fig. 14 Blois, château, musée lapidaire, moulage d’un panneau sculpté de la façade des Loges (cygne navré accompagné des lettres C + L) (© P.-G. Girault).

Fig. 15 Blois, château, dessus de porte au pied de la petite vis (cygne navré) (© P.-G. Girault).

  • 66 Hablot Laurent, « Animal emblème, animal de légende, le cygne, une devise princière à la fin du Moy (...)
  • 67 Jean Bernier, Histoire de Blois, contenant les antiquitez et singularitez du comté de Blois, Paris, (...)
  • 68 Faisant écho à la devise de Claude, Candida candidis, à l’authenticité d’ailleurs mal assurée, cité (...)

36Le cygne n’est pas rare dans l’emblématique et revêt de multiples significations66. À Blois, on attribue traditionnellement cet emblème à Claude de France. Le premier, l’historien blésois Jean Bernier écrit au XVIIe siècle : « On voit sur les murs de l’appartement du château de Blois bâti par François I la figure d’un cigne traversé d’un dard, & aux quatre coins du panneau […] trois C entrelassez. » Mais ce n’est qu’à titre d’hypothèse qu’il se demande « si cette devise ne seroit pas celle de la maison de Clèves dont cette princesse sortoit par Marie de Clèves sa grand-mère67 ». C’est néanmoins cette identification qui prévaut assez largement depuis. Le cygne serait un héritage de la famille de Clèves (qui prétendait descendre du fameux chevalier au cygne), la couleur blanche une allusion à sa pureté68, le C étant bien sûr l’initiale de Claude.

  • 69 Lenormant Charles, Questions historiques (Ve et IXe siècles) : cours d’histoire moderne, 1re partie (...)
  • 70 Extrait de Divi Kervella, Emblèmes et symboles des Bretons et des celtes, Spézet, Coop Breizh, 1998 (...)
  • 71 Tervarent Guy de, Attributs et symboles dans l’art profane : dictionnaire d’un langage perdu (1450- (...)

37Mais alors pourquoi l’animal est-il blessé ? Cette énigme a donné lieu aux explications les plus fantaisistes. Un auteur du XIXe siècle dit la reine blessée par les infidélités de son mari : « Le cygne percé d’une flèche, caractérise si admirablement [Claude] : un cygne, par la pureté ; une flèche, pour la vie d’outrages à laquelle la condamnaient les désordres de son mari69. » À cette vision romantique répond l’interprétation d’un moderne nationaliste breton : le cygne transpercé d’une flèche serait le « symbole de la liberté bretonne assassinée70 » ! Mieux inspiré, Guy de Tervarent rapproche l’emblème attribué à Claude d’une médaille de Madeleine de Mantoue montrant au revers un cygne posant une patte sur un arc et brisant de l’autre une flèche touchant sa poitrine, symbolisant les armes de l’amour impuissantes contre la chasteté71. Cette comparaison l’incite « à voir dans la flèche énigmatique de l’emblème royal une image des dangers et des tentations qui assaillent mais en vain une âme pure ».

  • 72 H. de Coste, Les Eloges et les vies des reynes…, op. cit., p. 448.

38Toutefois, on peut douter de l’attribution du cygne à Claude. Les emblèmes attestés de la reine sont l’hermine de Bretagne et la lettre C, visibles partout au château de Blois, et s’il faut en croire Hilarion de Coste, « la Reine Claude avoit pour devise une Lune en son plein72 », mais on ne voit pas qu’elle ait usé du cygne. Il convient en outre de remarquer que les cygnes figurés à Blois ne sont pas colletés comme le cygne des Clèves, qu’ils sont le plus souvent accompagnés, non du seul C de Claude, mais du chiffre C + L (pl. II, fig. 10 ; fig. 14), et surtout qu’ils ne sont pas couronnés, comme le serait l’animal emblématique d’une reine de France (et comme l’est d’ailleurs l’hermine de Claude).

  • 73 BnF, ms. lat. 8775. Voir Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 409-411 et fig. 185-18 (...)

39Par ailleurs, le seul cygne attesté dans un manuscrit royal figure dans un curieux fascicule étudié par Anne-Marie Lecoq73. Composé par François Demoulins vers 1517, le manuscrit figure à chaque page un grand cœur renfermant trois cœurs plus petits identifiés par des initiales comme ceux de Louise et de ses enfants. Chaque page est dédiée à un membre de la triade auquel est associé un animal symbolique : un aigle pour Louise, un coq pour François et enfin un cygne attribué à Marguerite. Le cygne navré du château de Blois désignerait-il Marguerite d’Angoulême ? Malgré les rapports quasi fusionnels du roi avec sa sœur, une telle multiplication, sur le chantier de Blois, d’allusions à Marguerite alors à Alençon nous semble invraisemblable.

  • 74 Le cygne blessé est associé avec l’emblème du vol au plafond à caissons de la tour Château-Renault. (...)

40C’est pourquoi je crois que cet emblème ne peut désigner à nouveau que Louise74. Le cygne est en effet le tout dont les ailes forment la partie et le chiffre C + L entrelacé paraît formé les initiales des deux époux, Charles et Louise. En fait, ce cœur navré ne fait pas allusion à la mort de son mari Charles d’Angoulême, comme je l’ai d’abord cru, mais plutôt à la captivité en Angleterre de son beau-père Jean d’Angoulême. Car c’est bien le comte Jean qui le premier use du cygne blessé comme emblème. Celui-ci apparaît sur son sceau dès 1445 (DD 856), au frontispice d’un manuscrit à ses armes (BnF, ms. lat. 6684, f° 1) et dans l’inventaire après décès de sa veuve Marguerite de Rohan (trois tasses « aux armes de mondit seigneur et à la devise d’un cigne navré »).

  • 75 Lesueur Frédéric, Le château de Blois, Paris, Picard, 1970, p. 119.
  • 76 Ibid., p. 95.

41Louise apparaît ainsi très présente dans le décor de l’aile François Ier du château de Blois. Son emblème visible sur la cheminée du premier étage indique-t-il que « déjà à cette époque, avant Catherine de Médicis, cet appartement était destiné à la mère du roi », comme le suggère Frédéric Lesueur75 ? Ou son emblématique révèle-elle le rôle qu’elle a pu jouer dans la conduite du chantier ? Parti de Paris le 24 avril 1515, le roi a fait son entrée à Blois au mois de mai. Il y séjourne peu et gagne le 5 juin Amboise qu’il quitte à la fin du mois pour faire étape à Romorantin le 30 juin sur la route de l’Italie, comme on l’a vu plus haut. C’est à Amboise que, le 17 juin 1515, François nomme Raymond Phelyppeaux en qualité de « commis à tenir le compte et faire le payement des edifices du chastel de Blois76 ». Celui-ci rend plus tard des comptes pour les travaux réalisés en 1515 et on conserve un paiement à lui fait en novembre 1515. Ainsi les travaux du château se poursuivirent durant l’absence du roi.

  • 77 Ordonnances des rois de France. Règne de François Ier, I : 1515-1516, Paris, Imprimerie nationale, (...)

42On a parfois crédité Claude de France du suivi de ces travaux en sa qualité de comtesse de Blois. Mais le 15 juillet 1515, c’est bien à sa mère, et non à son épouse, que François confie la régence du royaume « comme a celle en qui avons entière et parfaite confidence et qui, par sa prudence, saura sagement et vertueusement s’en acquitter77 ». Cette confiance ne s’étendait-elle pas au suivi de ses bâtiments ? L’année suivante, dans une lettre qu’elle écrit à son fils revenu d’Italie qui séjourne alors à Amboise, Louise semble encore s’en prévaloir pour lui rendre compte de l’avancée du chantier de Blois :

  • 78 Lettre citée par Dupré Alexandre, Recherches historiques sur Romorantin et la Sologne [1869], Paris (...)

Monsieur, j’ay passé par Bloys et ay visité vos besoingnes qui avoit besoing d’une telle veue, comme je vous diray. J’en ay choisy pour vous porter ce qui me semble qui vous pourra donner passe-temps et plaisyr.78

43Loin d’être la veuve isolée et abandonnée de tous, enfermée à Amboise, qu’elle s’est plu à mettre en scène dans son Journal, Louise apparaît au cœur de la vie de cour avant même l’avènement de son fils et a fortiori durant les premières années du règne. Son emblématique présente à Amboise, Tours et Blois révèle l’influence qu’elle exerce alors et l’importance qu’elle revêt aux yeux de ses serviteurs et surtout de son fils le roi François.

Notes

1 En l’absence de biographie récente, la notice de Knecht Robert J., « Louise de Savoie (1476-1531) », dans Michon Cédric (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 173-186, ne remplace pas Maulde La Clavière René de, Louise de Savoie et François Ier. Trente ans de jeunesse (1485-1515), Paris, Perrin, 1895, que l’on doit confronter aux biographies des contemporains, notamment François Ier, Louis XII et Anne de Bretagne.

2 Les principales sources sur la vie de Louise durant les années qui nous occupent demeurent le célèbre Journal de Louyse de Savoie édité par S. Guichenon dans l’Histoire généalogique de la royale maison de Savoye, II, Lyon, G. Barbier, 1660, p. 457-464, et le procès du maréchal de Gié, publié par Maulde La Clavière René de, Procédures politiques du règne de Louis XII, Paris, Imprimerie nationale, 1885, p. 1-556.

3 Il « achapta ladite capitanerie la Nouel prochaine ensuivant que le Roy vint a la couronne ». Maulde La Clavière R. de, Procédures politiques…, op. cit., p. LXVII et 202. Voir aussi Id., Louise de Savoie et François Ier …, op. cit., p. 103-107.

4 Ibid., p. 111-112.

5 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 462.

6 Maulde La Clavière R. de, Louise de Savoie et François Ier …, op. cit., p. 111-115.

7 Chatenet Monique et Girault Pierre-Gilles, Fastes de cour. Les enjeux d’un voyage princier à Blois en 1501, Rennes, PUR, 2010, p. 40, 42, 126, 127.

8 Ibid., p. 46, 128.

9 Ibid., p. 61 et « Reise des Erzherzogs Philipp nach Spanien, 1501 », dans Chmel Joseph (éd.), Die Handschriften der k. k. Hofbibliothek in Wien im Interesse der Geschichte, besonders der öestereichischen, II, Vienne, 1841, p. 554-655, ici p. 573.

10 Courant Léonce, Essai sur l’histoire de Romorantin : Louise de Savoie et la jeunesse de François Ier à Romorantin, Romorantin, Courrier de la Sologne, 1937, p. 8.

11 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 462.

12 Elle déclare le 22 novembre 1504 : « Deux ans pourra avoir environ le caresme prenant prouchain venant, elle qui deppose, venant de Blois ou lors estoit le Roy, s’en retourna en ce lieu d’Amboise » (Maulde La Clavière R. de, Procédures politiques…, op. cit., p. 107).

13 Maillard François, « Itinéraire de Louis XII roi de France (1498-1515) », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610), 1972 (paru en 1979), p. 171-206.

14 Maulde La Clavière R. de, Procédures politiques…, op. cit., p. LXXXVI, note et p. 732.

15 Smith Marc Hamilton, « François Ier, l’Italie et le château de Blois, nouveaux documents, nouvelles dates », Bulletin monumental, 147-IV, 1989, p. 307-323, ici p. 308.

16 Maulde La Clavière R. de, Procédures politiques…, op. cit., p. 21-22, 28, 33.

17 Id., Louise de Savoie et François Ier…, op. cit., p. 187.

18 Id., Procédures politiques…, op. cit., p. 107.

19 Spont Alfred, Semblançay ( ?-1527) : la bourgeoisie financière au début du XVIe siècle, Paris, Hachette, 1895, p. 95.

20 Lettre de Blois, 20 mai 1505 et Marino Sanuto cités par Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 95, note 4.

21 Courant Léonce, Contribution à l’histoire de Romorantin. Naissance de Claude de France et son mariage avec François d’Angoulême, Romorantin, Courrier de la Sologne, 1933, p. 6.

22 Id., Essai sur l’histoire de Romorantin…, op. cit., p. 10.

23 Lettre du légat à la reine, 17 septembre 1505, citée par Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 95, note 3.

24 Courant L., Essai sur l’histoire de Romorantin…, op. cit., p. 10.

25 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 461.

26 Ibid., p. 457 et 462.

27 Bigote figure parmi les « dames et damoiselles » de Louise de Savoie en 1515 et en 1522 sous le nom de Julienne Bigotte, dame de Latour. Voir Lefranc Abel, Comptes de Louise de Savoie (1515-1522) et de Marguerite de Navarre (1512, 1517, 1524, 1529, 1539), Paris, Honoré Champion, 1905. On la retrouve également mentionnée dans le manuscrit 4009 de la Bibliothèque de l’Arsenal (Petit livret faicta l’honneur de Madame Saincte Anne) de Demoulins, f° 54 : « Je souloys appeler Bigote ma cousine et elle me appelloit son cousin. Toutesfoiz nous n’estions riens l’ung a l’aultre. » Je remercie Charlotte Bonnet de ces indications.

28 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 460.

29 Courant L., Contribution à l’histoire de Romorantin…, op. cit., p. 6.

30 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 460.

31 Vatout Jean, Le château d’Amboise, son histoire et sa description, Paris, Didier, 1852, p. 193-194.

32 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 462.

33 Baux Émile, Louise de Savoie et Claude de France à Lyon, étude sur la première régence (1515-1516), Lyon, A. Rey, 1902, p. 19.

34 Ibid., p. 20. Abbaye de la Guiche, commune de Chouzy-sur-Cisse, près de Blois.

35 Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 121 et 123 ; Baux E., Louise de Savoie…, op. cit., p. 21.

36 Journal de Louyse de Savoye, op. cit., p. 457.

37 Thomas Évelyne, « Les logis royaux d’Amboise », Revue de l’Art, 100, 1993, p. 44-57, ici p. 53.

38 Gaugain Lucie, Le château et la ville d’Amboise à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance : architecture et société, thèse de doctorat sous la direction d’Alain Salamagne, Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance, 2011, t. I, p. 142-202, ici p. 181.

39 Vaissière Pierre de, Le château d’Amboise, Paris, Calmann-Lévy, 1935, p. 103-107.

40 Vincennes, Archives du service historique de la Défense, A. 1. b. 1625, vol. 2. Génie no 5 – Amboise, janvier 1516. Je remercie Lucie Gaugain pour ses précieuses indications sur Amboise.

41 Cité par Lesueur Frédéric, Le château d’Amboise, Paris, Laurens, 1935, p. 40, et Babelon Jean-Pierre, Le château d’Amboise, Arles, Actes Sud, 2004, p. 104.

42 Évelyne Thomas, que je remercie, m’a signalé être parvenue à la même conclusion dans son mémoire de maîtrise resté inédit, Amboise : le grand dessein de Charles VIII, sous la direction de Guillaume Jean, Poitiers, Université de Poitiers, 1991, p. 101-105).

43 BnF, ms. fr. 873. Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987, p. 473. Voir aussi Winn Mary Beth, « Louise de Savoie, ses enfants et ses livres : du pouvoir familial au pouvoir d’état », dans Wilson-Chevalier Kathleen (dir.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2007, p. 251-281.

44 Toutefois, la surélévation de ce logis devait permettre l’aménagement d’un nouveau logis pour la reine Claude de France, comme l’indique une lettre du roi au marquis de Mantoue en 1516. Smith M.H., « François Ier, l’Italie et le château de Blois… », art. cit., p. 321 ; Thomas E., « Les logis royaux d’Amboise », art. cit., p. 53.

45 BnF, ms. fr. 2969, f° 143.

46 Amboise, Archives communales, II 2, f° 2. Voir Croÿ Joseph de, Nouveaux documents pour l’histoire de la création des résidences royales des bords de Loire, Paris, Blois, 1894, p. 18-20.

47 Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 145-146. Blois, Archives du Loir-et-Cher, E 274 bis, f° 194.

48 Giraudet Eugène, Les artistes tourangeaux, Tours, Imprimerie de Rouillé-Ladevèze, 1885, p. 20-21 ; Guignard Jacques, « Humanistes tourangeaux », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, VII, 1940, p. 133-189, ici p. 186-187. Voir dans le présent volume la contribution de Laure Fagnart, que je remercie de m’avoir signalé l’article de Jacques Guignard.

49 Guiffrey Jules, « Les Bucoliques de Virgile en broderie (1521) », Nouvelles archives de l’art français, 1879, p. 45-54, d’après AN, KK 90, fos 19v°-27.

50 Dickman Orth Myra, Progressive Tendencies in French Manuscript Illumination, 1515-1530: Godefroy le Batave and the 1520’s Hours Workshop, PhD, New York, New York University, 1976, p. 146-147; Winn M.B., « Louise de Savoie, ses enfants et ses livres… », art. cit., p. 263.

51 Cox-Rearick Janet, Chefs-d’œuvre de la Renaissance. La collection de François Ier, Anvers, Fonds Mercator, 1995, p. 366 et 467, note 12. On ne sait pourquoi Sophie Schneebalg-Perelman croit reconnaître ces pièces dans l’inventaire de 1551 qui

52 Paris, AN, J. 958, compte de Jean Putain, cité par Spont A., Semblançay ( ?-1527)…, op. cit., p. 264.

53 Ibid., p. 273.

54 Quittance de 1094 1. 15 s. Archives du Loir-et-Cher, E 274 bis, f° 194.

55 Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., notamment p. 97 et 470-474.

56 Giraudet E., Les artistes tourangeaux, op. cit., p. 83-84.

57 En dernier lieu, Guillaume Jean, « Les débuts de l’architecture de la Renaissance à Tours », dans le catalogue de l’exposition Tours 1500. Capitale des arts édité par B. de Chancel-Bardelot, P. Charron, P.-G. Girault et J.-M. Guillouët (dir.), Musée des Beaux-Arts de Tours, Paris, Somogy, 2012, p. 90-104.

58 Voir Fourrier Thibaud et Parot François, « Qu’est-ce que Chambord ? Étude du décor sculpté et nouvelles interprétations », Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 65, 2010, p. 21-55, fig. 7-8. Voir aussi la contribution de ces mêmes auteurs dans le présent volume.

59 Voir Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 466 et 469, fig. 223-228. Voir également dans le présent volume l’article de Kathleen Wilson-Chevalier et Mary Beth Winn.

60 Menestrier Claude, Origine des ornements des armoiries, Paris-Lyon, Amaulry, 1680, p. 163, cité par Soultrait Georges de, Essai sur la numismatique bourbonnaise, Paris, Rollin-Didron, 1858, p. 96. J’avoue ignorer le château de Vilaines dont il est question ici, peut-être Villaines à Moulins-Engilbert dans la Nièvre ?

61 La Saussaye Louis de, Histoire du château de Blois, Blois-Paris, Aubry, 1859, p. 21, note. Duban appliqua sur les pierres de l’eau colorée qui n’a teinté que les zones bûchées devenues poreuses, et non celles protégées par le calcin.

62 Smith M.H., « François Ier, l’Italie et le château de Blois… », art. cit., p. 315-317.

63 Voir Guillaume Jean, « Les logis royaux : règne de François Ier », dans le catalogue de l’exposition Blois. Un amphithéâtre sur la Loire, Musée des Beaux-Arts de Blois, Paris, A. Biro, 1994, p. 84-85.

64 Les bas-reliefs conservés dans le dépôt lapidaire du château ne sont pas les originaux du XVIe siècle mais les panneaux Duban déposés au XXe siècle et remplacés in situ par Anatole de Baudot ou Michel Ranjard.

65 BnF, ms. fr. 2286, f° 3, reproduit dans Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 466, fig. 223 et p. 468.

66 Hablot Laurent, « Animal emblème, animal de légende, le cygne, une devise princière à la fin du Moyen Âge », Histoire de l’art, 49, novembre 2001, p. 51-64 ; Pastoureau Michel, « Par avis cygni. Armoiries parlantes et symbolique du cygne », dans Leonardi Claudio (éd.), Natura, scienze e società medievali : studi in onore di Agostino Paravicini Bagliani, Florence, SISMEL, coll. « Micrologus’Library », no 28, 2008, p. 221-244.

67 Jean Bernier, Histoire de Blois, contenant les antiquitez et singularitez du comté de Blois, Paris, F. Muguet, 1682, p. 450.

68 Faisant écho à la devise de Claude, Candida candidis, à l’authenticité d’ailleurs mal assurée, citée par Hilarion de Coste, Les Eloges et les vies des reynes, des princesses, et des dames illustres en pieté, en Courage & en Doctrine, qui ont fleury de nostre temps, & du temps de nos Peres, II, Paris, Sébastien Cramoisy et Gabriel Cramoisy, 1647, p. 448.

69 Lenormant Charles, Questions historiques (Ve et IXe siècles) : cours d’histoire moderne, 1re partie, Paris, Waile, 1845, p. 155 ; aussi 2e édition, Paris, Douniol, 1854, t. I, p. 125.

70 Extrait de Divi Kervella, Emblèmes et symboles des Bretons et des celtes, Spézet, Coop Breizh, 1998, http://geneahist-goupil.over-blog.com/article-33772679.html (consulté le 27 février 2015).

71 Tervarent Guy de, Attributs et symboles dans l’art profane : dictionnaire d’un langage perdu (1450-1600), Genève, Droz, 2e éd., 1997, p. 174.

72 H. de Coste, Les Eloges et les vies des reynes…, op. cit., p. 448.

73 BnF, ms. lat. 8775. Voir Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 409-411 et fig. 185-187.

74 Le cygne blessé est associé avec l’emblème du vol au plafond à caissons de la tour Château-Renault. Il en va de même sur la voûte de l’escalier François Ier où les médaillons vont par paire : F et salamandre du roi, C et hermine de Claude, bouquet de lys et cygne pour Louise (fig. 8).

75 Lesueur Frédéric, Le château de Blois, Paris, Picard, 1970, p. 119.

76 Ibid., p. 95.

77 Ordonnances des rois de France. Règne de François Ier, I : 1515-1516, Paris, Imprimerie nationale, 1902, p. 262-268.

78 Lettre citée par Dupré Alexandre, Recherches historiques sur Romorantin et la Sologne [1869], Paris, Office d’édition du livre d’histoire, 1994, p. 42. Je remercie Pascal Brioistde m’avoir signalé ce passage. récole celui de 1542 (Cf. « Richesses du garde-meuble parisien de François Ier, inventaires inédits de 1542 et 1551 », Gazette des Beaux-Arts, t. 78, no 1234, 1971, p. 253-304, ici p. 256).

List of illustrations

Caption Fig. 5 Jacques Androuet du Cerceau, Amboise, vue cavalière du château au XVIe siècle. Londres, The British Museum, inv. U 856 (© The British Museum).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-1.jpg
File image/jpeg, 272k
Caption Fig. 6 Amboise, château, logis François Ier (© Wikimedia Commons/Guillaume Cingal).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-2.jpg
File image/jpeg, 112k
Caption Fig. 7 Tours, hôtel de Beaune-Semblançay, galerie de la chapelle, détail (© P.-G. Girault).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-3.jpg
File image/jpeg, 120k
Caption Fig. 8 Jacques Androuet du Cerceau, Blois, vue cavalière du château avec la façade des Loges au XVIe siècle. Londres, The British Museum, inv. U 853 (© The British Museum).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-4.jpg
File image/jpeg, 132k
Caption Fig. 9 Blois, château, médaillons emblématiques ornant la voûte du grand escalier (© P.-G. Girault).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-5.jpg
File image/jpeg, 152k
Caption Fig. 11 Blois, château, dépôt lapidaire, panneau sculpté provenant de la façade des Loges (bouquet de lys traversant une couronne, encadré par deux ailes et lié par une cordelière et accompagné de lettres C) (© D. Lépissier).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-6.jpg
File image/jpeg, 160k
Caption Fig. 12 Blois, château, dépôt lapidaire, panneau sculpté provenant de la façade des Loges (lettre F couronnée entre deux ailes, sur un fond fleurdelysé) (© D. Lépissier).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-7.jpg
File image/jpeg, 136k
Caption Fig. 14 Blois, château, musée lapidaire, moulage d’un panneau sculpté de la façade des Loges (cygne navré accompagné des lettres C + L) (© P.-G. Girault).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-8.jpg
File image/jpeg, 92k
Caption Fig. 15 Blois, château, dessus de porte au pied de la petite vis (cygne navré) (© P.-G. Girault).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8362/img-9.jpg
File image/jpeg, 131k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search