Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

I. Louise, de la Savoie à la cour de France

De fille de cadet à mère de roi : chance inespérée d’un jeu politique

Daniela Cereia

Texte intégral

  • 1 Philippe de Bresse était le quatrième fils du duc Louis de Savoie. Il devint duc de Savoie en 1496, (...)

1Louise de bresse et louise de savoie sont à la fois la même personne et deux personnes différentes. Louise de Bresse est la fille du comte Philippe de Bresse1 – un cadet qui n’était pas destiné par naissance à la succession au duché de Savoie –, par contre Louise de Savoie est la fille de Philippe, devenu désormais duc de Savoie. Il est évident qu’arranger le mariage de la fille d’un duc est bien autre chose qu’arranger celui de la fille d’un cadet ; dans ce dernier cas, une remarquable habileté diplomatique et politique s’avère nécessaire.

  • 2 Charles le Téméraire est mort en 1477. Voir en particulier Vaughan Richard, Charles the Bold, Londr (...)
  • 3 Moulton Mayer Dorothy, Luisa di Savoia, Milan, Dall’Oglio, 1968, p. 11.
  • 4 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 212-214.
  • 5 Blanchard Joël, Philippe de Commynes, Paris, Fayard, 2006, p. 163 ; Favier Jean, Louis XI, Paris, F (...)
  • 6 L’apanage de Philippe de Bresse était composé de différents territoires : Bresse, Bugey, Valbonne, (...)

2Le mariage de Louise de Savoie et de Charles d’Angoulême est le résultat de la combinaison de différents éléments : premièrement, l’exigence de Louis XI, après la mort sur le champ de bataille du duc Charles le Téméraire2, d’arranger le mariage de Marie, la seule fille du duc de Bourgogne, avec un prince qui, par rapport au lignage et à la richesse de l’épouse, ne représenterait pas une menace pour le royaume de France. Charles d’Angoulême, pair de France, hostile au roi, n’était certainement pas le mari idéal pour l’héritière bourguignonne3. C’est justement pour le rendre inoffensif que Louis XI lui avait promis pour épouse Louise de Bresse, qui, soit à cause du manque d’argent de son père, soit à cause de son appartenance à une branche secondaire dans l’ordre de la succession, n’était pas considérée comme un riche parti. De surcroît, le contrat matrimonial – qui avait été signé, bien que Louise ne fût alors âgée que d’un an – était nécessaire au roi de France pour garder l’appui du redoutable Philippe de Bresse4. Enfin, les visées de Louis XI sur le duché de Savoie et l’Italie avaient pesé aussi d’un poids décisif dans le choix de la future épouse5. De son côté, Philippe avait bien compris quels avantages auraient pu offrir ce mariage : à la fille du comte de Bresse – un cadet, qui, de surcroît, appartenait à une dynastie qui n’avait certainement pas le prestige de la famille de l’époux –, on donnait la chance d’épouser non seulement un duc, mais aussi un pair de France. L’occasion était vraiment séduisante. Le père de Louise fit preuve d’habileté politique pour exploiter la situation politique française, malgré le risque d’un investissement financier considérable par rapport aux revenus d’un cadet pourvu seulement d’un apanage situé aux confins des duchés de Savoie, de Bourgogne et du royaume de France6. En tout cas, la dot de Louise était alléchante pour le duc d’Angoulême, surtout à la lumière de la situation difficile dans laquelle se trouvaient ses finances, après le payement de la rançon de son père Jean, capturé par les Anglais pendant la bataille d’Azincourt.

3Louise ne semblait donc pas destinée, au moins par sa naissance, à épouser un prince qui, lui, s’insérait dans la lignée de succession au trône de France. Les conditions qui permirent son union avec le duc d’Angoulême furent nombreuses, mais résultèrent surtout de l’habileté politique de son père et – dernier point qui n’est cependant pas le moindre – du hasard, qui joua un rôle capital dans la ratification d’un contrat de mariage qui avait été stipulé pour une future épouse âgée d’un an.

  • 7 Marguerite de Bourbon est morte en 1483.
  • 8 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 100 ; Daviso di Charvensod M.C., Filippo (...)
  • 9 Janus est comte du Genevois et Jacques comte de Romont. Jacques perd son apanage après la bataille (...)
  • 10 Louis XI a épousé la sœur de Philippe, Charlotte de Savoie. Yolande, sœur du roi de France, a par c (...)
  • 11 Moulton Mayer D., Luisa di Savoia, op. cit., p. 17. De surcroit, Pierre de Beaujeu, encore enfant, (...)

4Après la mort de sa femme, Marguerite de Bourbon7, mère de Louise et de Philibert, Philippe avait envoyé ses enfants à la cour d’Anne de Beaujeu, fille de Louis XI et tutrice du futur Charles VIII. Cette cour n’avait pas été choisie fortuitement. En premier lieu, la France constituait l’échiquier politique sur lequel Philippe de Bresse, après la mort de Charles le Téméraire, avançait – et pas sans profit – à la recherche de carrières, charges, pensions et surtout de la régence du duché de Savoie. La cour des Valois offrait sans doute de plus riches occasions par rapport à la cour de Savoie. De surcroît, à cause des relations tumultueuses entre Philippe et son neveu Charles de Savoie, il était impensable que le cadet envoie ses enfants à Chambéry ou à Turin8. Restaient les cours des oncles paternels, Janus et Jacques mais on peut affirmer qu’elles n’existaient pratiquement pas9. La France a aussi été choisie en raison des liens parentaux étroits qui unissaient Philippe, soit à son beau-frère Louis XI10 – le roi était l’oncle paternel de Louise et Philibert, et Philippe était donc l’oncle maternel d’Anne de Beaujeu et du dauphin Charles –, soit à son beau-frère Pierre de Beaujeu, frère de Marguerite de Bourbon, et par conséquent oncle maternel de ses enfants11.

  • 12 L’importance du lignage maternel pour l’arrangement d’un mariage est évidente aussi dans le cas de (...)

5Le lien familial avec les ducs de Bourbon fut également capital, non seulement pour la négociation du mariage12, mais aussi à une autre occasion. En effet, Philippe dut choisir son camp au cours de l’engagement qui opposa les différentes factions après la mort de Louis XI pour obtenir la régence pendant la minorité de Charles VIII. Ce dernier avait déjà été confié – sans acte formel –, par Louis XI mourant, à la sœur du dauphin, Anne, et à son mari Pierre de Beaujeu. Les duc d’Orléans, de Bretagne, d’Angoulême et Dunois s’étaient alors rangés contre Anne et Pierre de Beaujeu en revendiquant la tutelle du jeune roi. La charge de gouverneur et tuteur d’un prince signifiait premièrement exercer ad interim le pouvoir et, par conséquent, tirer les plus hauts avantages pour soi-même et pour son propre lignage. Philippe aussi, qui était au service de la cour de France, avait été contraint de prendre position. Ainsi il avait choisi la faction d’Anne, avec laquelle il avait les liens parentaux les plus étroits. Philippe pouvait de surcroît revendiquer des droits comme gouverneur du jeune roi : il était en effet le seul oncle de Charles VIII à la cour de France. Si la faction des pairs de France avait eu l’avantage sur Anne et Pierre de Beaujeu, d’autres liens entre les princes français auraient prévalu. Le risque pour Philippe était pourtant élevé : ces liens, en effet, auraient réduit lourdement non seulement son pouvoir et son influence à la cour, mais ils l’auraient aussi exclu aisément des jeux politiques. En bref, la carrière que Philippe avait péniblement et finement bâtie pendant les 20 dernières années se serait effondrée.

  • 13 Daviso di Charvensod M.C., Filippo II…, op. cit., p. 242-243. La seigneurie de la Côte-Saint-André (...)
  • 14 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 212-214.

6Bien évidemment, le soutien à la régente avait été récompensé par la charge de gouverneur du Dauphiné, l’investiture de la seigneurie de Côte-Saint-André13 et, spécialement, la ratification du contrat de mariage qui avait été signé dix ans auparavant par le feu roi Louis XI. Les mariages étaient en effet des instruments plutôt efficaces pour conserver l’appui d’un cadet intéressé par sa propre carrière, surtout pendant les périodes de difficulté politique14. Dans le cas de Louise de Bresse, la récompense était une union avec un pair de France. Non seulement on proposait une chance d’ascension presque unique à une épouse qui, probablement, par la pauvreté de son lignage, n’aurait pas pu en recevoir une meilleure, mais on renforçait également la position future de son père, soit à la cour, soit auprès des princes étrangers. La carrière, la crédibilité et le prestige social d’un cadet passaient aussi inévitablement par les liens parentaux qu’il était capable de nouer ; ses enfants devenaient, dans un certain sens, eux-mêmes un instrument d’ascension politique.

  • 15 Moulton Mayer D., Luisa di Savoia, op. cit., p. 21.

7Le mariage de Louise et Charles d’Angoulême était avantageux, bien évidemment, aussi pour la régente. Cette dernière, profitant de la vulnérabilité de son rival, due soit à son implication dans une conspiration15, soit à l’état sinistré de ses finances, et exploitant le désir d’ascension sociale du comte de Bresse, détachait ainsi Charles de la faction hostile, en renforçant de surcroît le lien parental qui la liait au prince de la maison d’Orléans. En pratique, on offrait à Charles une honorable et formelle réconciliation avec la cour de France, tout en le rendant inoffensif, en l’empêchant d’épouser Anne de Bretagne, la fille unique du duc François et seule héritière du duché. L’union du duc d’Angoulême avec Louise était en effet considérée par la régente comme un véritable châtiment : le duc se liait à la branche cadette d’un lignage comtal qui n’avait rien en commun avec le rang et le statut social d’un pair de France.

  • 16 Archivio di Stato di Torino ( =ASTo), Materie Politiche per rapporto all’Interno, Matrimoni, mazzo (...)

8J’ai déjà dit que le mariage de Louise avait été négocié par Louis XI, mais il fut ratifié et célébré seulement en 1488, après la mort du roi, par Anne de Beaujeu ; le contrat, conservé à l’Archivio di Stato di Torino, est daté du 16 février 148716.

9Bien que le document débute par les obligations du père de l’épouse envers son beau-fils, je commencerai par celles du mari. Les engagements du duc d’Angoulême par rapport à Louise prévoyaient une rente de 1 000 livres tournois, établie sur les terres du duché. De plus, l’épouse recevait en don la somme de 3 000 livres établie sur les seigneuries de Romorantin et Châteauneufsur-Charente. Le contrat prévoyait, dans le cas où Louise ne pourrait pas jouir de ces terres, qui constituaient déjà l’apanage de Marguerite de Rohan, mère de Charles d’Angoulême, qu’elle aurait reçu en substitution la seigneurie de Cognac, qui possédait une valeur identique.

  • 17 Moulton Mayer D., Luisa di Savoia, op. cit., p. 49.

10La seigneurie de Romorantin faisait partie du patrimoine de la famille d’Orléans et avait été attribuée à Charles d’Angoulême seulement après son mariage17.

  • 18 La seigneurie de Melle avait été reprise aux Anglais en 1372.

11Le couple avait aussi reçu un cadeau de la part d’Anne de Beaujeu, qui lui avait assigné la somme de 20 000 livres tournois, provenant partiellement des revenus de la seigneurie de Melle18 en Poitou – dont la régente s’était réservée le droit de rachat – et de la châtellenie de Dechire, qui appartenait au duc de Nemours et qui valait la somme de 11 230 royals d’or.

  • 19 ASTo, Materie Politiche per rapporto all’Interno, Matrimoni, mazzo 16 da inventariare, fascicolo 1.

12Revenons maintenant à la dot que Philippe destinait à Louise : elle était vraiment considérable, surtout par rapport aux finances du comte de Bresse. La somme globale s’élevait à 35 000 livres tournois. Le contrat prévoyait que le paiement soit partagé de cette façon : 15 000 livres avant le mariage ; les 10 000 livres suivantes avant la fête de Saint-Jean de l’an 1489 ; les dernières 10 000 livres avant la fête de Saint-Jean de l’an 1490. Après le payement du premier versement, Philippe avait donné en caution les droits que Louise possédait sur l’héritage maternel et paternel. Il s’agissait, évidemment, d’une opération pro forma, comme le démontre bien une clause du contrat, dans laquelle l’épouse renonçait, en faveur de son père et de ses frères, à ses droits sur la succession aux biens maternels et paternels19.

  • 20 ASTo, Protocolli ducali, reg. 137, f° 186 sq. ; MichonCédric, « René, Grand Bâtard de Savoie (v. 14 (...)

13Le dispositif de cette clause ne suffit pas à empêcher que, quelque dix ans plus tard, Louise et son demi-frère Charles, duc de Savoie, ne se disputent à propos des droits d’héritage de Marguerite de Bourbon20.

14Les échéances des paiements indiquées dans le contrat, en raison de la somme considérable, ne furent pas respectées. Le dernier versement – qui s’élevait à 14 000 livres tournois – fut payé par Philippe seulement en 1493, c’est-à-dire trois ans après la date convenue du mois de juin 1490, après avoir contracté un emprunt considérable auprès des Beaune, marchands tourangeaux.

  • 21 ASTo, Obblighi e quietanze, mazzo 1 da inventariare, fascicolo 1.

15Pour comprendre la portée de cet investissement, soit au plan économique, soit en termes de prestige, il me semble très judicieux d’analyser brièvement un document, conservé à l’Archivio di Stato di Torino, dans le fonds Obblighi e quietanze, qui est daté du 27 avril 1489. Une courte note contemporaine précise : « Compte abregé de ce que doit monseigneur de Bresse à Jacques de Beaune depuis le dernier compte arresté à Paris tant pour responces faictes par le signeur de Beaune21. »

16Le compte concerne les dettes accumulées par Philippe de Bresse envers Jacques de Beaune du 15 février 1487 au 27 avril 1489. La somme, qui se réfère sans doute aux dépenses pour le mariage de Louise, s’élevait à une petite fortune : 10 285 livres, 9 sols et 4 deniers tournois.

  • 22 Chevalier Bernard, Tours ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin (...)
  • 23 Favier J., Louis XI, op. cit., p. 644.
  • 24 Chevalier B., Tours ville royale…, op. cit., p. 309. Le fils de Jacques, Jean, fut nommé grand-aumô (...)

17Il faut ouvrir une brève parenthèse pour mieux connaître l’un des principaux créanciers de Philippe, Jacques de Beaune. Il était le fils du marchand de Tours, Jean22, qui, pendant le règne de Louis XI, avait été l’un des plus importants agents de crédit du roi23. Sa boutique a été décrite comme un immense entrepôt, capable de répondre à toutes les exigences du roi et de la cour en les pourvoyant en objets de luxe, nécessaires à l’ostentation du pouvoir24. Jacques fut le premier de la famille de Beaune à recevoir le titre de baron et une pension.

18Jacques de Beaune n’était pas le seul créancier de Philippe. Ce dernier avait aussi reçu de l’argent de la part de nobles de son entourage, en particulier Philibert de Chandé, Philippe de Genève, Jacques de Bussy et d’autres pour lesquels la note ne donne pas plus de précisions.

  • 25 Jori Ilio, Geneaologia sabauda, Bologna, Zanichelli, 1942, p. 70.

19Ce document décrit en détail les dépenses effectuées par Philippe, pour lesquelles on avait recouru à l’emprunt. Une première somme, qui s’élevait à 2 000 livres avait été nécessaire pour obtenir la médiation de certains gentilshommes de la cour de France. 6 000 livres avaient été utilisées pour payer un acompte au comte d’Angoulême. 2 300 livres étaient dues aux orfèvres et aux artisans pour l’achat des marchandises et objets du trousseau de Louise et de sa demi-sœur Antonia, fille naturelle de Philippe, que l’on maria au prince de Monaco, Jean Grimaldi25. La somme consacrée aux dépenses pour Antonia s’élevait à 200 livres, c’est-à-dire la 175e partie de ce qui avait été payé pour la dot de Louise. À cela, il faut adjoindre une autre dette d’environ 2 000 livres que Philippe avait demandée à créance parce qu’il n’avait pas payé certaines pensions, en particulier celle qu’il avait assignée à son fils naturel René.

  • 26 ASTo, Obblighi e quietanze, mazzo 4 da inventariare, fascicolo 38. Le document, daté du 13 juillet (...)

20Pour régler sa dette auprès de Jacques de Beaune et surtout racheter le diamant qui appartenait à Louise, ainsi qu’une coupe d’or qui avaient été laissés en gage, Philippe emprunta à nouveau la somme de 7 109 livres. Son créancier était alors le banquier Laurent Spinelli, agent à Lyon de la famille Médicis26.

  • 27 Jacks Philip et Caferro William, The Spinelli of Florence: Fortunes of a Renaissance Merchant Famil (...)

21Le document que j’ai décrit est important parce qu’il met en relief des aspects fondamentaux. Premièrement, les finances de Philippe n’étaient pas en meilleur état que celles du duc d’Angoulême ; le comte de Bresse avait en tout cas accepté de s’exposer à un risque financier supérieur à ses moyens pour célébrer ce mariage. Ce dernier ne devait pas sembler avantageux qu’à Philippe, comme le démontre le nouveau crédit – surtout économique – dont le comte de Bresse avait bénéficié. En effet, les coffres forts de la banque de la famille Médicis à Lyon s’ouvrirent à lui : le cadet avait enfin obtenu le crédit social et économique que les banquiers de Florence assignaient seulement aux dynasties régnantes27 !

22Il ne faut pas oublier non plus les efforts économiques qu’avaient consentis certains hommes de l’entourage de Philippe, qui considéraient donc eux aussi le mariage de Louise comme une véritable chance. Si leur seigneur renforçait sa position à la cour de France, ils en bénéficieraient également.

  • 28 Pierre Foissier est qualifié de receveur des dépenses extraordinaires dans le répertoire 202 de la (...)
  • 29 ASTO, Obblighi e quietanze, mazzo 1 da inventariare.

23C’est en effet sur eux que Philippe se serait appuyé, comme il apparaît dans un document, non daté, conservé à l’Archivio di Stato di Torino, dans le fonds Obblighi e quietanze : il s’agit d’une minute envoyée au bailli de Bresse, Claude Andrevet, et au trésorier Foissier28, dans laquelle sont énumérées des requêtes à présenter au Conseil et à la Chambre des comptes de Bresse « pour faire emprunt des sommes dont monseigneur a besoin29 ». La liste est brève et débute par l’imposition fiscale par excellence en cas de mariage, à savoir la demande des aides aux communautés bressanes. Le second point porte sur la demande faite au sujet des deniers obtenus à titre de prêt. Enfin, le dernier point de la liste concerne la possibilité de contracter de nouvelles dettes auprès des marchands de Bresse.

  • 30 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 147-149 ; Daviso di Charvensod Maria Clot (...)
  • 31 ASTo, Principi del sangue, mazzo 9 da inventariare, fascicolo 13. Le document est la procuration do (...)
  • 32 Daviso di Charvensod M.C., Filippo II…, op. cit., p. 180. Certaines châtellenies irréductibles comm (...)

24La demande d’un subside aux communautés était vraiment une affaire délicate que l’on ne tenait pas pour acquise. Il s’agissait en effet d’un impôt extraordinaire dont la concession dépendait exclusivement du vote favorable des assemblées du duché30. Le cas de la Bresse présentait une difficulté supplémentaire, tout à fait négligeable au demeurant. De façon formelle l’apanage dépendait du duché de Savoie. Après 1482, les rapports entre Philippe de Bresse et son neveu le duc Charles de Savoie s’étaient détériorés. Ils avaient des différends concernant l’exemption du paiement des subsides que le duc de Savoie avait accordés aux communautés de Bresse, sans consulter Philippe. Il s’agissait, bien sûr, d’une manœuvre politique mise en place par Charles de Savoie pour réduire lourdement les revenus de son oncle. Ce dernier n’avait jamais renoncé à obtenir la régence du duché de Savoie et il représentait donc une véritable menace. L’accord, signé le 2 mars 1488, était en faveur de Philippe31. À cette date, en effet, une partie des châtellenies avait commencé à nouveau à rendre ses comptes à la Chambre des comptes de Bourg-en-Bresse, et donc à Philippe, mais les dommages qui avaient été causés aux finances et surtout à l’image du cadet et à son autorité, avaient été immenses. L’exemption que le duc avait accordée avait créé un dangereux précédent : Charles de Savoie, à travers son acte, avait affirmé que la Bresse n’était pas une principauté et qu’elle dépendait donc du duché de Savoie. Pourtant, le cadet ne pouvait pas demander de subsides extraordinaires sans l’autorisation du duc de Savoie et sans, évidemment, une redistribution de l’impôt auprès du fisc ducal32.

  • 33 ASTo, Camerale Savoia, inv. 155, « Inventaire des comptes des droits et emoluménts de la Judicature (...)
  • 34 ASTo, Camerale Savoia, inv. 159, « Inventaire des comptes des revenus, obventions et des subsides d (...)

25Une analyse des données tirées de l’inventaire 155 de la Chambre des comptes de Savoie conservé à l’Archivio di Stato di Torino met en relief que pendant la période 1486-1494, parmi les 38 châtellenies de Bresse, seulement 11 avaient concédé le subside à Philippe33, en ce qui concerne le Bugey, ce fut le cas pour seulement 8 châtellenies sur les 28 existaient sur le territoire34.

26Ce n’est pas par hasard que les châtellenies de Bresse et Bugey qui avaient concédé le subside étaient administrées par les hommes les plus fidèles du cadet.

  • 35 C’est seulement après 1490, pendant la régence de Blanche de Savoie, veuve du duc Charles, que Phil (...)

27Le second point de la liste prévoyait que Philippe demande l’appui économique de certains sujets parmi les plus riches. Même dans ce cas, la politique et les rapports avec le duché de Savoie avaient joué un rôle capital. L’entourage bressan du cadet n’avait pas de charges à la cour de Turin ou de Chambéry35, ces carrières étaient étroitement liées à la cour du comte de Bresse et se déroulaient par conséquent à la cour de France.

  • 36 Il s’agit, en ce qui concerne la Bresse, d’Antoine de La Palud, Antoine de Genost, Humbert de Lucin (...)

28Même si le document n’indique pas une liste des nobles auxquels Philippe avait envisagé de demander une aide, on peut supposer qu’il s’agissait des mêmes officiers que ceux qui administraient les châtellenies et qui avaient concédé le subside extraordinaire pour le mariage36.

  • 37 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 146.

29Leur récompense différait de celle qui était accordée à la noblesse, c’est-à-dire aux hommes appartenant aux anciens lignages : La Palud, Challant, Genost, La Forest et Lucinge occupèrent des charges honorifiques dans l’entourage qui accompagna Philippe à la cour de Paris. Lorsque le comte de Bresse devint duc de Savoie, les hommes de ces familles occupaient des charges capitales dans l’administration du duché. Par contre, aux hommes des familles qui appartenaient à une élite urbaine anoblie récemment, par exemple les Andrevet, les de Laya et les Bussy37, Philippe permit qu’on leur rendît leur charge familiale de châtelain, vraisemblablement en contrepartie de leur engagement.

30Le dernier point de la liste prévoyait la possibilité de contracter d’autres dettes auprès des marchands. Je n’ai pas trouvé de documents à ce propos dans les fonds de l’Archivio di Stato di Torino. Cependant, les instructions fournies aux officiers bressans de donner quittance à ceux qui avaient prêté l’argent, avec l’assurance qu’ils auraient été remboursés au retour de Philippe en Bresse, montrent que le cadet avait eu recours aux marchands bressans pour garantir le paiement des versements du prêt qu’il avait demandé aux seigneurs de Beaune et aux banquiers Spinelli.

  • 38 Ibid., p. 100. Pour les rappots entre la noblesse de Savoie et celle du Piémont, voir Marini Luca, (...)

31Pour conclure, à la lumière des difficultés économiques et politiques auxquelles Philippe avait été contraint de faire face, il est évident que le mariage de Louise fut considéré comme un investissement avantageux non seulement pour le cadet, mais aussi par son entourage. En effet, l’ascension sociale du comte de Bresse entraîna celle de ses proches alors qu’à la cour de Savoie, cette ascension n’était pas possible, la disgrâce du prince avait entraîné celle de son entourage aux yeux du duc de Savoie38. Les avantages, comme l’espoir de faire carrière, l’emportaient ainsi sur un risque financier élevé.

32Dans le cas de Louise enfin, au-delà de l’habileté politique de son père, la fortune joua un rôle inespéré et imprévisible. Ses enfants, François et Marguerite devinrent l’un roi de France, l’autre reine de Navarre.

Notes

1 Philippe de Bresse était le quatrième fils du duc Louis de Savoie. Il devint duc de Savoie en 1496, à la fin de sa vie. Il était connu par ses contemporains comme Philippe de Bresse, ainsi, dans ses Mémoires, Philippe de Commynes écrit toujours « monseigneur de Bresse » en se rapportant à Philippe. Sur Philippe de Bresse, voir en particulier Daviso di Charvensod Maria Clotilde, Filippo II. Il Senzaterra, Turin, Paravia, 1941 ; Cereia Daniela, Percorso politico di un cadetto : Filippo di Bresse, poi duca di Savoia, tesi di dottorato di ricerca in Istituzioni, Società, Religioni dal Tardo antico alla fine del Medioevo, Università degli studi di Torino/Université de Savoie, 2008.

2 Charles le Téméraire est mort en 1477. Voir en particulier Vaughan Richard, Charles the Bold, Londres, Boydell & Brewer, 2002, p. 53-61 ; Schnerb Bertrand, « L’honneur de la maréchaussée ». Maréchalat et maréchaux en Bourgogne des origines à la fin du XVe siècle, Turnhout, Brepols, 2000.

3 Moulton Mayer Dorothy, Luisa di Savoia, Milan, Dall’Oglio, 1968, p. 11.

4 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 212-214.

5 Blanchard Joël, Philippe de Commynes, Paris, Fayard, 2006, p. 163 ; Favier Jean, Louis XI, Paris, Fayard, p. 137 et 180.

6 L’apanage de Philippe de Bresse était composé de différents territoires : Bresse, Bugey, Valbonne, Revermont, Gex et seigneuries de Thoires et Villars. L’hétérogénéité des biens présentait donc plusieurs difficultés de gouvernement. Voir Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 92-94.

7 Marguerite de Bourbon est morte en 1483.

8 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 100 ; Daviso di Charvensod M.C., Filippo II…, op. cit., p. 228-235.

9 Janus est comte du Genevois et Jacques comte de Romont. Jacques perd son apanage après la bataille de Grandson. Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 101 ; Daviso di Charvensod M.C., Filippo II…, op. cit., p. 228-235.

10 Louis XI a épousé la sœur de Philippe, Charlotte de Savoie. Yolande, sœur du roi de France, a par contre épousé le frère aîné de Philippe, Amédée IX duc de Savoie.

11 Moulton Mayer D., Luisa di Savoia, op. cit., p. 17. De surcroit, Pierre de Beaujeu, encore enfant, a séjourné à la cour de Savoie entre 1445 et 1447. À ce propos, voir Blancardi Nathalie, Les petits princes. Enfance noble à la cour de Savoie (XVe siècle), Lausanne, Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 2001, p. 44-45.

12 L’importance du lignage maternel pour l’arrangement d’un mariage est évidente aussi dans le cas de Louis XI et Charlotte de Savoie : voir Favier J., Louis XI, op. cit., p. 134. Le lignage de la famille Bourbon aura une importance capitale pendant la régence de Louise pour la revendication des droits de la couronne de France sur les duchés de Bourbon et de Savoie. Les enluminures des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France montrent en effet Louise en train de recevoir en cadeau les généalogies, soit des ducs de Bourbons, soit des ducs de Savoie. Voir en particulier dans ce volume la contribution de Kathleen Wilson-Chevalier et Mary Beth Winn.

13 Daviso di Charvensod M.C., Filippo II…, op. cit., p. 242-243. La seigneurie de la Côte-Saint-André se trouvait en Dauphiné et était considérée comme stratégique pour les visées du royaume de France sur l’Italie.

14 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 212-214.

15 Moulton Mayer D., Luisa di Savoia, op. cit., p. 21.

16 Archivio di Stato di Torino ( =ASTo), Materie Politiche per rapporto all’Interno, Matrimoni, mazzo 16, fascicolo 1.

17 Moulton Mayer D., Luisa di Savoia, op. cit., p. 49.

18 La seigneurie de Melle avait été reprise aux Anglais en 1372.

19 ASTo, Materie Politiche per rapporto all’Interno, Matrimoni, mazzo 16 da inventariare, fascicolo 1.

20 ASTo, Protocolli ducali, reg. 137, f° 186 sq. ; MichonCédric, « René, Grand Bâtard de Savoie (v. 1473-1525) », dans Michon C. (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 255-264.

21 ASTo, Obblighi e quietanze, mazzo 1 da inventariare, fascicolo 1.

22 Chevalier Bernard, Tours ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Louvain/Paris, Vander-Nauwelaerts, 1975, p. 283-302.

23 Favier J., Louis XI, op. cit., p. 644.

24 Chevalier B., Tours ville royale…, op. cit., p. 309. Le fils de Jacques, Jean, fut nommé grand-aumônier de la cour de Louise. Voir à ce propos la contribution dans ce volume de Benoist Pierre.

25 Jori Ilio, Geneaologia sabauda, Bologna, Zanichelli, 1942, p. 70.

26 ASTo, Obblighi e quietanze, mazzo 4 da inventariare, fascicolo 38. Le document, daté du 13 juillet 1492, indique : « Rolle et lettres de Philippe de Savoie par les quelles il confesse devoir à Laurent Spinelli gouverneur du banc De Medici la somme de 7.109 lire tournois et 9 sols et ce pour arrêt et final compte de tout le passé jusqu’à la date des presents. »

27 Jacks Philip et Caferro William, The Spinelli of Florence: Fortunes of a Renaissance Merchant Family, University Park (Pennsylvania), The Pennsylvania State University Press, 2001.

28 Pierre Foissier est qualifié de receveur des dépenses extraordinaires dans le répertoire 202 de la Chambre des comptes de Savoie conservé à l’Archivio di Stato di Torino.

29 ASTO, Obblighi e quietanze, mazzo 1 da inventariare.

30 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 147-149 ; Daviso di Charvensod Maria Clotilde, « Considerazioni intorno ai Tre Stati in Piemonte », Bollettino della Deputazione di Storia Patria, 1-4, 1947, p. 1-31 ; Benedetto Ada Maria, « Nota sulle assemblee dei domini sabaudi », Rivista di Storia del Diritto, 30, 1957, p. 141-187 et 168-169.

31 ASTo, Principi del sangue, mazzo 9 da inventariare, fascicolo 13. Le document est la procuration donnée par Philippe de Bresse à Hugues de La Palud, seigneur de Varax et Jacques de Bussy pour prêter serment de fidélité à l’accord conclu entre le comte de Bresse et le duc Charles de Savoie.

32 Daviso di Charvensod M.C., Filippo II…, op. cit., p. 180. Certaines châtellenies irréductibles comme Bâgé, Châtillon-en-Dombes, Gourdans, Saint-Martin et Treffort ne concédaient en effet aucun subside au comte de Bresse.

33 ASTo, Camerale Savoia, inv. 155, « Inventaire des comptes des droits et emoluménts de la Judicature de Bresse et des revenus, obventions et des subsides des lieux et châtellenies du pais de Bresse ». Il s’agit des châtellenies de Bourg-en-Bresse, Corgenon, Gordans, Jasseron et Seiseriaz, Pérouge et Bourg-Saint-Martin, Pont-d’Ain, Pont-de-Vaux, Pont-de-Veyle, Saint-Martin-le-Châtel, Saint-Trivier-de-Courtes. Châtillon-en-Dombes ne concéda le subside qu’en 1494, quand Philippe éteint sa dette envers Jacques de Beaune.

34 ASTo, Camerale Savoia, inv. 159, « Inventaire des comptes des revenus, obventions et des subsides des lieux et châtellenies du pays de Bugey ». Il s’agit des châtellenies de Châteauneuf et Châteaurouge, Mattafellon, Montréal, Poncin, Rossillion et Ordonnaz, Saint-Germain, Saint-Rambert et Uffelle.

35 C’est seulement après 1490, pendant la régence de Blanche de Savoie, veuve du duc Charles, que Philippe introduisit dans le Conseil de Savoie certains de ses hommes et, parmi eux, Humbert de Lucinge. Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 235.

36 Il s’agit, en ce qui concerne la Bresse, d’Antoine de La Palud, Antoine de Genost, Humbert de Lucinge, Hugues de La Forest, qui apparenaient aux anciennes familles de la noblesse, Philibert Andrevet, Estienne de Laya, Jacques de Bussy, issus des élites urbaines. En ce qui concerne les châtelains de Bugey, on trouve Jacques de Challant, George de Châteauvieux, Hugues de Luyrieux, Hugues et Antoine de La Forest, fils de Jean, Louis de Miolans, qui provenaient des familles de la noblesse de Savoie, Pierre Bordest et Antoine Bérnard et Hugonin de Dortans, qui appartenaient aux élites urbaines. Voir aussi Castelnuovo Guido, Ufficiali e gentiluomini. La società politica sabauda nel tardo medioevo, Milan, Franco Angeli, 1994, p. 189-243.

37 Cereia D., Percorso politico di un cadetto…, op. cit., p. 146.

38 Ibid., p. 100. Pour les rappots entre la noblesse de Savoie et celle du Piémont, voir Marini Luca, Savoiardi e Piemontesi nello stato sabaudo (1418-1601), I, Rome, Istituto storico italiano per l’Età Moderna e Contemporanea, 1962, p. 256-257.

Auteur

Crism, Université de Turin

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540