Version classiqueVersion mobile

Louise de Savoie (1476-1531)

 | 
Pascal Brioist
, 
Laure Fagnart
, 
Cédric Michon

I. Louise, de la Savoie à la cour de France

Louise de Savoie, la prudence et la formation des femmes diplomates vers 1500

Tracy Adams

Texte intégral

  • 1 Champollion-Figeac Aimé, Captivité de François Ier, Paris, Imprimerie royale, 1847, p. 129.

1Le 24 février 1525, lors de la défaite écrasante de son armée à Pavie, François Ier, alors prisonnier par Charles Quint, écrit à Louise de Savoie, pour la rassurer, que le désastre n’a pas été total : lui restaient l’honneur et la vie. Cela étant le cas, il lui demande de ne pas vouloir « prendre l’extremité, en usant de [son] accoustumée prudence […]1 ».

  • 2 Ibid., p. 1 et 4.
  • 3 Ibid., p. 420.

2La prudence est une qualité que le roi attribue souvent à sa mère : dans une lettre patente du 23 août 1523, « pour la régence du royaume pendant que le roi va à la conquête du Duché de Milan », par laquelle il la nomme « régente et gouvernante, pour nous et nosdicts royaulme païs terres et seigneuries », il insiste sur « la très parfaite et entière confiance que [il a] de sa personne et de ses sens, vertus, prudence et intégrité2 ». En novembre 1525, dans une nouvelle lettre patente qu’il envoie depuis sa prison, ordonnant le couronnement du jeune dauphin comme roi de France et prolongeant la régence de sa mère, il met l’accent sur « la longue expérience », « la grande prudence, honnesteté et bonté qui sont en elle3 ». Le roi n’est pas le seul à louer la prudence de Louise. Jean de Brinon, chancelier d’Alençon et ambassadeur en Angleterre, rapporte l’opinion du cardinal Wolsey sur la régente au moment où fut signé le traité de Madrid :

  • 4 Jacqueton Gilbert, La politique extérieure de Louise de Savoie : relations diplomatiques de la Fran (...)

Et, sans parler par adulation, onques Salomon en sa grand lumière de sapience ne se comporta plus saigement en affaire que vous estes comportée en la poursuite et conduite de la désirée délivrance de la personne du Roy. En quoy avez monstré une profonde prudence, longue et asseurée expérience, conduite non pareille et dextérité merveilleusement grande.4

  • 5 Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance franç (...)

3On pourrait multiplier les exemples ; d’autres ambassadeurs emploient ce mot pour parler de Louise. Qui plus est, la mère de François Ier est associée à la prudence dans plusieurs des manuscrits qu’elle a commandés ou elle apparaît de la sorte dans quelques-uns qui lui ont été dédiés, aussi bien dans les textes que dans les enluminures, comme Anne-Marie Lecoq l’a montré5.

  • 6 André de la Vigne, Les Croniques et gestes des très haulx et très vertueux faitz du très crestien R (...)
  • 7 Christine de Pizan, La città delle dame, édité et traduit par P. Caraffiet E.J. Richards, Milan, Lu (...)
  • 8 Bien que l’on se dispute le sens et le point final du processus. Voir Fubbini Ricard, « Diplomacy a (...)

4La prudente Louise a su transmettre ses bonnes qualités à François Ier : elle a si bien nourri et endoctriné son fils qu’il a cru « en toutes vertus, louable meurs, bonnes conditions et manyères […]6 ». Mais comment Louise a-t-elle acquis cette prudence qui lui a permis d’abord d’élever le prince, ensuite d’assurer son avènement, et, plus tard, d’assumer les rôles de conseillère et régente ? Quelle sorte de formation l’a-t-elle préparée à négocier avec Charles Quint et Henry VIII ? Elle a sans doute possédé, de façon innée, une telle intelligence. Mais le fait que plusieurs des filles qui ont grandi, comme elle, auprès d’Anne de France se trouvent, plus tard, dans des positions de pouvoir dans lesquelles elles gouvernent avec habilité laisse penser qu’une sorte de science – une tradition féminine de la diplomatie – se transmet par les femmes. Si on doit rester dans le domaine de l’hypothèse quant aux modalités par lesquelles cette science se transmet (par l’imitation ? par les livres ?), il est possible de cerner des traces de son contenu. Quelle aurait donc été cette science ? Je tiens à suivre trois pistes d’investigation afin de répondre à cette question. Je me propose d’abord de montrer que Louise fait partie d’une tradition de femmes fortes, pour lesquelles la prudence est une vertu clé, une tradition qui puise ses racines dans quelques écrits de Christine de Pizan. C’est en effet Christine de Pizan, l’une des théoriciennes les plus prolifiques de la prudence, qui met cette vertu en rapport avec la femme forte, traduisant le proverbe 31 de Salamon, Mulierem fortem quis inveniet ? Procul et de ultimis finibus pretium ejus, par « Qui trouvera femme forte, c’est a dire, prudente, son mari n’ara pas faulte de tous biens7 ». Deuxièmement, j’aimerais mettre la prudence de la tradition féminine en rapport avec la conception de cette vertu comme supplément nécessaire à l’agression, telle qu’on la trouve dans la pensée relative à la diplomatie. Les guides pour les femmes diplomates n’existaient alors pas. Pourtant, les conseils sur la diplomatie masculine ressemblent de façon si frappante aux enseignements rédigés dans les guides de comportement pour les femmes écrits par Christine de Pizan et d’Anne de France qu’il semble plausible que ces derniers n’ont pas été reçus comme de simples guides à une vie rigidement morale, comme on l’a imaginé, mais comme des guides au comportement nécessaire pour réussir dans un monde masculin, des guides visant à transmettre une sorte de science de la diplomatie à maîtriser. Il est vrai qu’à l’époque les femmes se font habituellement exclure de la diplomatie, qui s’institutionnalise au XVIe siècle8. Pourtant, comme l’explique John Watkins,

  • 9 Watkins John, « Toward a New Diplomatic History of Medieval and Early Modern Europe », Journal of M (...)

we cannot assume that the women involved were merely pawns caught up in negotiations between men. Some of the mos timportant treaties of the Renaissance were conceived and brokered by women, including the 1529 Treaty of Cambrai, the so-called « Paix des Dames » between Margaret of Austria and Louise de Savoie…9

5Pendant la captivité de François Ier, Louise négocie la libération de celui-ci, aussi bien que des traités avec les Anglais, en tant que régente. Mais la « Paix des Dames » est établie bien après la libération du roi ; il est clair, dans ce cas-là, que les réseaux officiels, ne suffisant pas en quelque sorte, requièrent la présence des femmes prudentes. En troisième lieu, je considérerai quelques images de la prudence dans des livres que Louise a commandés ou qui lui ont appartenu. D’autres articles dans ce volume examinent les livres de Louise en détail. J’aimerais surtout signaler quelques exemples de la prudence propre à Louise, c’est-à-dire la prudence associée à la mère, pour montrer qu’elle a bien compris les leçons que ses prédécesseurs lui ont offertes.

PRUDENCE : LA GÉNÉALOGIE FÉMININE

  • 10 L’histoire de cette vertu a fait le sujet de nombreuses études, parmi lesquels Dunne Joseph, Back t (...)

6Descendant du Phronésis et de la Prudentia (providentia) de l’âge classique, la prudence médiévale regroupe un éventail de qualités pratiques ou mondaines – l’habilité, voire l’astuce, la persistance, la prévoyance –, parfois ambivalentes, mais nécessaires à la conduite de la politique10. En même temps, la prudence est une vertu, voire, la première des quatre vertus cardinales. Le propre de cette qualité est qu’elle module ou même dirige d’autre qualités, et donc on la trouve représentée comme supplément nécessaire à la force, superposée sur des paires binaires, tels prince et diplomate, homme et femme, mère et fils. Pour les femmes, elle représente donc un moyen d’imaginer la vertu féminine comme essentielle aux qualités marquées par la tradition comme masculines.

  • 11 Green Karen, « Phronesis Feminised: Prudence from Christine de Pizan to Elizabeth I », dans Virtue, (...)

7Pour bien considérer quel type de prudence incarne Louise, il convient de prendre comme point de départ les écrits de Christine de Pizan, qui, tout au cours de sa carrière, théorise la prudence féminine. Karen Green a attiré l’attention sur un lien possible entre la Prudence de Christine et celle de Louise ; j’essayerai ici de poursuivre les travaux entamés par Green11.

  • 12 Nicole Oresme, Le Livre de Politiques d’Aristote. Published from the Text of the Avranches Manuscri (...)

8L’innovation de Christine en ce qui concerne la prudence est évidente si on considère ses sources. Chez Aristote, telle qu’elle est traduite et glosée par Nicole Oresme, la prudence « contient toutes les autres vertus morales, si comme il appert ou quint chapitre du sexte d’Ethiques12 ». Pour Thomas d’Aquin aussi, la prudence est la vertu principale, celle qui rend possible d’autres excellences comme la mémoire, l’intelligence, la docilité, la raison, la prévoyance, la circonspection (Summa Theologica, IIaIIae, 49.1-8). Elle n’a pas seulement pour objet les choses universelles, explique le docteur angélique, mais connaît aussi des choses particulières (Summa Theologica, IIaIIae, 47.3).

  • 13 Loc. cit.

9Chez Oresme et Thomas, la prudence n’est ni masculine ni féminine, alors qu’Aristote explique que normalement les femmes ne la possèdent pas. Certes, il y a deux types de prudences chez Aristote, comme le montrent Oresme et Thomas d’Aquin, mais elles sont réparties entre celle du prince et celle du sujet : Una quae est legum positiva, quae pertinet ad principes ; alia quae […] pertinet etiam ad subditos (Summa Theologica, IiaIIae, 47.12). D’un côté, la prudence est la seule vertu appropriée au prince, mais, d’un autre, elle appartient aux sujets du roi, car « autre science et autre maniere convient a soy bien avoir comme prince et autre a bien avoir soy comme subject », explique Oresme. « Et est une vertu total, composee de cez. ii. vertus partiales13. » Ceux qui ont la possibilité de devenir prince doivent posséder les deux formes de la vertu, puisqu’un prince peut être le sujet d’un autre prince. La différence entre la prudence du prince et la prudence du sujet ressemble à la différence entre la vertu masculine et la vertu féminine. Citant Aristote, Oresme écrit :

  • 14 Loc. cit.

En la maniere que la vertu de actrempance de le homme est autre que celle de la femme. Et semblablement de fortitude ; car il sembleroit que un homme fust paoureus et couart se il avoit tele fortitude ou hardiesce comme il appartient avoir a femme…14

10Pourtant, leur prudence n’est pas spécifiquement ni masculine, ni féminine.

  • 15 Voir Green K., « On Translating Christine de Pizan… », art. cit., p. 121.
  • 16 Hugues de Saint-Victor, De Sacramentis Christiane Fidei dans Patrologiae cursus completus, series L (...)

11En contraste, pour Hugues de Saint-Victor, la prudence, en tant que raison humaine, est hautement liée aux femmes, s’opposant à la sapientia, qui signifie la raison divine15. Hugues situe cette opposition dans une discussion du sacrement du mariage, où il constate que l’époux est supérieur à l’épouse, quia sibi sufficiens non erat, et per se stare non poterat16. En toutes choses, l’épouse est inférieure à l’époux, même dans sa raison : Sapientia scilicet hoc est ratio ad divina – écrit Hugues – et erat igitur viro imago sapientiae ; par contre, prudentia […] est ratio ad humana et feminine forma prudentiae.

  • 17 C. de Pizan, La città delle dame, op. cit., p. 196.

12La grande innovation de Christine de Pizan est qu’elle insiste sur la prudence comme la première des vertus, comme Thomas d’Aquin, mais, en même temps, elle l’associe à la femme (et surtout à la mère). Il est vrai que la « prudentia » allégorique était déjà femme depuis l’âge classique. Et il faut noter que chez Christine cette vertu appartient aux deux sexes : elle écrit dans Le Livre de la Cité des dames que la prudence « vient par nature a homme et femme, aux uns plus, aux autres moins17 ». Pourtant, Christine donne à la figure une vraie présence féminine. Prenant comme modèle Le Chapelet des vertus (nous reviendrons sur cet ouvrage), Christine explique dans L’Epistre Othea (1400) que la prudence est la mère de toutes les vertus. Mais, à la différence d’Hugues de Saint-Victor, il n’y a aucune trace d’infériorité dans cette construction. Au contraire, la prudence féminine est nécessaire à la perfection masculine du chevalier. Le problème n’est pas qu’elle « per se stare non poterat » mais l’inverse : sans elle, le chevalier n’est qu’un sauvage. Dans L’Epistre Othea, Christine élucide le rapport entre la prudence et la chevalerie :

  • 18 Id., L’Epistre Othea, édité par G. Parussa, Genève, Droz, 1999, p. 199-200.

[O] u temps que Troye la grant flourissoit en sa haute renommee, une moult sage dame, Othea nommee, considerant la belle jeunece de Hector de Toye, qui ja flourissoit en vertus qui pouoient estre demonstrance des graces estre en lui ou temps a venir, lui envoya plusieurs dons beaulx et nottables […]. Et pour ce que toutes graces mondaines que bon chevalier doit avoir furent en Hector, pouons dire moralement que il les prist par l’amonnestement Othea, qui cest epistre manda. Par Othea nous prendrons la vertu de prudence et sagece dont lui mesmes fu aournez.18

13Que la prudence soit la vertu directrice, on le savait déjà, mais, pour Christine, elle devient la mère des vertus, celle qui aide le chevalier à se perfectionner : le supplément nécessaire à la vraie chevalerie.

  • 19 Ibid., p. 201-202.

Comme Prudence et Sagece soit mere et conduisarresse de toutes vertus, sans la quelle les autres ne pourroient estre bien gouvernees, est il neccessaire à l’esperit chevalereux que de Prudence soit aournez, comme dit saint Augustin ou Livre de la Singularité des clercs que en quelque lieu Prudence soit, legerement peut on cesser et sagece anientir toutes choses contraires, mais la ou Prudence est despitee, toutes choses contraires ont seignourie.19

14Dans cet ouvrage, où la figure allégorique d’Othéa prend en charge l’éducation morale d’Hector de Troie, Christine révèle à quel point la force masculine dépend de l’intelligence féminine pour s’épanouir.

  • 20 Legaré Anne-Marie, « Charlotte de Savoie (v. 1442-1483) aimoit fort la lecture et les livres… », da (...)

15Aussi, dans Le Livre de la Cité des dames (ca. 1405), présent avec L’Epistre Othea dans la bibliothèque d’Anne de France, auprès de qui Louise vit depuis l’âge de sept ans, et ce jusqu’à ses douze ans, on trouve la prudence liée à la gouvernance et à la médiation ou à la diplomatie, surtout féminines20. Après un discours sur l’engin exercé par des femmes peintres, Christine demande à Raison si les femmes sont douées elles aussi de la prudence. Elle pose la question puisqu’

  • 21 C. de Pizan, La città delle dame, op. cit., p. 194-196.

on voit assez de gens qui ont l’engin moult soubtil en sentement et en entendre tout ce que on leur veult monstrer […] et toutevoyes mains en y a, meismes des plus reputez grans clers et plains de science, voit on aucunefoiz assez petite prudence en meurs et en gouvernement mondain…21

  • 22 Ibid., p. 98.

16La réponse, bien sûr, en est que oui. Raison rappelle d’autres exemples de la prudence exercée par des régentes. Fredegunde montre le petit Clotaire aux barons pour les apaiser et, comme Raison l’explique, « [l]e nourrit elle mesme tant qu’il fugrant et par elle fu revestu de la couronne et de l’onneur du royaume, ce qu’eust oncques esté se la prudence d’elle ne feust22 ». Blanche de Castille estcitée également comme reine

  • 23 Loc. cit.

qui tant noblement et prudemment gouverna le royaume de France tant que son filz fu mender d’aage que oncques mieulx par homme ne fu gouverné. Et mesmement quant il fu grant par l’espreuve du sage gouvernement d’elle fu tousjours chef du conseil, ne riens n’estoit fait sans elle…23

LA PRUDENCE ET LA DIPLOMATIE

17En effet, toute la section du livre qui commence sur la question posée par Christine – à savoir celle de déterminer si les femmes possèdent naturellement de la prudence, et qui se termine avec plusieurs petits récits sur des femmes régentes prudentes – esquisse, par le moyen des exemples, une théorie sur la prudence féminine. Le Livre des trois vertus (ca. 1406), présent également dans la bibliothèque d’Anne de France, est un guide pratique à l’application de la vertu théorisée dans Le Livre de la Cité des dames, prônant la prudence et démontrant comment elle peut servir à guider l’action politique. Une comparaison entre des conseils de Machiavel pour des diplomates et ce guide de comportement féminin démontre combien les préceptes offerts par ce dernier sont aptes à la diplomatie.

  • 24 Christine de Pizan, Le Livre des trois vertus, édité par C. Willard et E. Hicks, Paris, Honoré Cham (...)

18Commençons avec Le Livre des trois vertus. Une série d’enseignements qu’offre Prudence Mondaine à la sage princesse suit la première admonition de Christine, celle de craindre Dieu. Suivent les enseignements de la Prudence Mondaine, qui conseille aux femmes de garder avant toute autre chose sa « bonne renommee », le sine qua non de toute action efficace. Il faut se montrer loyal envers son mari et les parents de celui-ci. Si on n’éprouve pas d’amour, on fait semblant. Et là, selon Christine, « voit on le sens et la prudence de la sage femme, qui que elle soit, quant elle scet tout ce supporter et dissimuler saigement […]24 ». Le bon enseignement de ses enfants, la discrétion en ce qui concerne ceux qui ne l’aime pas, la « juste hypocrisie », comme elle le nomme – c’est-à-dire des actes ostentatoires de piété pour donner bon exemple à ses sujets –, la surveillance du comportement de ses femmes, la manipulation du mari d’après l’exemple d’Esther, la médiation des conflits entre les baron – voici le domaine de la Prudence Mondaine.

  • 25 Anne de France, Les Enseignements d’Anne de France, duchesse de Bourbonnais et d’Auvergne, à sa fil (...)

19L’influence de Christine se voit également dans les écrits de ses lectrices. On apprend chez Anne de France qu’une apparence d’impassibilité est nécessaire pour l’efficacité politique féminine, mais, derrière son visage opaque et docile, la femme prudente doit cacher une vive intelligence et une connaissance aiguë de la psychologie humaine ; elle a les « yeux pour toutes choses regarder et rien voir, oreilles pour tout ouïr et rien savoir, langue pour répondre à chacun sans dire mot qui à nul puisse être en rien préjudiciable25 ». Elle ne réagit pas aux insultes. Ceux et celles qui l’insultent ne font que nuire à leur propre réputation, tandis que la femme prudente et modeste en obtiendra un avantage.

  • 26 Ibid., p. 57-58.

Par lesquelles choses devez véritablement savoir, que noblesse, tant soit grande, ne vault riens, si elle n’est aournée de vertus. Par quoy, donc, ma fille, si vous avez couraige de gentil femme, et que désieriez avoir bon et honnourable bruit, si, vous monstrez en toutes choses vertueuse et prudente, et vous gardez bien d’estre surprise en ce, quelque rudesse qu’on vous puisse faire, et croiez que ceulx et celles qui, en ce cas, se cuident avancer, se reculent, et font souvent publicquement ramentevoir de leurs honneurs, estats ou lignaige, ce que par avant, n’avoit esté sceu, et ce de quoy, aucunes fois, ont depuis moins d’honneur.26

  • 27 Garver Eugene, « After virtù Rhetoric, Prudence, and Moral Pluralism in Machiavelli », dans Prudenc (...)

20Ni pour Christine, ni pour Anne, la juste hypocrisie ne doit servir à des fins malhonnêtes. Elles ne vont jamais aussi loin que Machiavel, qui dirigera la définition de la prudence vers l’habilité et la dissimulation27. Néanmoins, une comparaison entre des conseils de Machiavel pour des diplomates et des guides de comportement féminin, comme ceux des deux femmes, démontre combien nous aurions tort de considérer ces derniers comme des exhortations monotones à une vie vertueuse. Je ne parle pas d’influence directe ; il y avait plutôt un corps de connaissance transmis de génération en génération à l’intérieur des deux sexes, mais qui partageait les mêmes présupposés.

  • 28 Autrand Françoise, Bély Lucien, Contamine Philippe et Lentz Thierry, Histoire de la diplomatie fran (...)
  • 29 Autrand F., Bély L., Contamine P. et Lentz T., Histoire de la diplomatie française…, op. cit., p. 2 (...)
  • 30 Bernard du Rosier, Ambaxiatorum Brevilogus, dans Tractatus de dignitate et potestate legati, édité (...)

21Le mot « diplomatie » ne sera pas employé « dans son acception actuelle qu’à la fin du XVIIIe siècle28 ». Pourtant, Lucien Bély explique que « la présence accrue » de la guerre rend la négociation indispensable. Les protocoles qui organisent les ambassades sont déjà en place depuis le Moyen Âge, mais, « à partir du XVe siècle, les États italiens ont recours à des ambassadeurs résidents et à des ambassades permanentes », pratique qui « se développe ailleurs, dans les autres États européens, autour de 150029 ». Le diplomate devrait posséder les mêmes qualités que la femme prudente ; on le voit déjà dans le premier traité pour les ambassadeurs, l’Ambaxiatorum Brevilogus de Bernard du Rosier, écrit 1436 à la cour du roi de Castille30. Comme Christine de Pizan et Anne de France, Bernard du Rosier conseille à ses lecteurs de se montrer humble et de renoncer à la malice. Dans son deuxième chapitre, il écrit qu’il faut aussi supprimer les émotions afin de les contrôler, de garder son sang-froid, même quand on se sent offensé :

  • 31 Ibid., chap. XX, p. 20.

nec proprias passiones turbacionis sue discoperire missi debent exteris qui de illis prius bonam extimacionem habebant. Igitur colera cedat iudicio, leuitas grauitati, rigor mansuetudini, procassitas affabilitati ; humanus aspectus missorum procerus permanens et serenus tanquam ex propriis aduertere dulciter potestillos qui conclusionem minus gratiam vel negatiuam tribuunt, ut futura prospiciant…31

22Ce code de comportement rappelle celui d’Anne de France, qui avertit ses lectrices de ne jamais manifester de l’émotion « quelque rudesse qu’on vous puisse faire… ».

  • 32 Niccolò Machiavel, Instructions données par Machiavelli à Raphaël Girolami, ambassadeur du roi d’Es (...)
  • 33 Loc. cit.
  • 34 Loc. cit.
  • 35 Niccolò Machiavel, Discours sur Tite-Live. Livre Second, dans Les Œuvres complètes de N. Machiavell (...)
  • 36 Id., Discours inédit ou projet de discours devant la Balia sur la nécessité de se procurer de l’arg (...)

23Machiavel, on le sait, définit la prudence comme la capacité de reconnaître le moindre mal dans les chapitres 21 et 22 du Prince. Mais plus pertinent pour nous, dans ses conseils à Rafaello Girolami, lors de son ambassade à l’empereur, il insiste, comme Christine et Anne le font, sur l’importance de bien écouter : « Les cours des princes sont remplies d’hommes dont l’unique emploi est de tout écouter32. » Comme Christine et Anne, il reconnaît l’importance de la bonne représentation de soi, qu’on atteint « en réglant tellement ses actions et ses discours, qu’on le juge homme d’honneur, libéral et sincère33 ». Pour réussir, il écrit : « Il faut beaucoup de prudence [prudenzia]34. » Dans les Discours (II, chapitre 13), il pousse son propos plus loin, expliquant qu’il « ne croi[t] même pas que la force ait jamais suffi ; mais on trouvera que la ruse seule y a fait quelquefois parvenir35. » Pour Machiavel, de même que pour la déesse Othéa, allégorie de la prudence, sans laquelle le jeune Hector de Troie n’atteindrait jamais la vraie chevalerie, la prudence est le supplément nécessaire à l’usage de la force militaire ; dans un discours prononcé devant la Balia de Florence, Machiavel insiste sur la prudence unie à la force comme la seule façon de sauvegarder des villes, des cités. Le grand avantage de Florence est d’avoir su unir la « prudenzia » avec la « forza ». Si l’une des deux qualités fait défaut, c’est la ruine36.

  • 37 Voir Wisman Josette, « The Epistle of the Prison of Human Life » with « An Epistle to the Queen of (...)

24La diplomatie est la manifestation de la prudence, tandis que l’armée incarne la force. De la même façon, la prudente femme – Christine l’appelle « moyennerresse de paix » – représente le supplément nécessaire à l’homme avec sa puissance physique37. La tradition féminine de prudence que je décris va donc de pair avec des enseignements pour des diplomates. Bien que moins directement, cette tradition féminine prêche des valeurs et des méthodes similaires.

LA PRUDENTE LOUISE

  • 38 Reno Christine, « Anne Malet de Graville: A Sixteenth Century Collector Reads (and Writes) Christin (...)
  • 39 Green K., « Phronesis Feminised… », art. cit., p. 29. Il convient également de se reporter au chapi (...)

25Parmi les lectrices illustres qui ont possédé des ouvrages de Christine de Pizan, il convient de signaler Anne de France, Catherine d’Amboise, Marguerite d’Autriche, Marie de Hongrie, Walburge de Meurs, Louise d’Albret, Christine de Suède, Anne de Bretagne, Charlotte de Savoie, Anne de Graville38. Karen Green remarque que, en dépit des similarités entre la prudence de Christine de Pizan et celle de Louise, il est difficile de trouver une influence directe de la pensée de Christine sur le programme idéologique de Louise39. Mais, si on ne peut pas prouver que Louise a bien lu Christine, elle avait accès à ses ouvrages et elle a passé ses années de formation auprès d’une femme qui incarnait et propageait la prudence, telle que Christine la définit. Aux similarités soulevées par Green, j’aimerais en ajouter encore quelques autres afin de suggérer que Louise a bien reçu les conseils qui lui ont été transmis. Même si on ne sait rien de précis sur les moyens par lesquels de tels enseignements sont passés d’une génération à la suivante, on peut constater qu’on apprend à se comporter en suivant des modèles. Surtout en ce qui concerne la valorisation de la maternité, étroitement associée avec la prudence en tant que moyen d’autoriser la régence féminine, une valorisation qu’on attribue en général à la régence de Louise, dont on déjà trouve le modèle dans les écrits de Christine de Pizan.

  • 40 BnF, ms. fr. 1892.

26Parmi les manuscrits probablement commandés par Louise, selon la liste dressée par Mary Beth Winn, on trouve Le Chapelet des vertus40, attribué par Lecoq à François Demoulins. Un survol du manuscrit montre cependant que le texte n’a pas été composé par Demoulins. Il s’agit plutôt d’une copie de l’une des sources majeures de Christine de Pizan pour L’Epistre Othea, celle dans laquelle elle puise sa définition de la prudence comme mère de toutes les vertus. Pour Louise, comme pour Christine, la prudence est la mère des vertus, et, étant donné sa situation, pour elle comme pour Christine, l’association est à prendre au sens propre. La description de Prudence qu’offre Christine aux premières pages de L’Epistre Othea (citée plus haut) est presque identique à celle qu’on trouve au premier folio du manuscrit du Chapelet des vertus : « Et car prudence est mere et conduiseresse de toutes vertus sans laquelle nulles des autres peult estre bien gouuernee est chose moult conuenable et necessaire aux esperitz des creatures estre adornez de prudence. »

  • 41 BnF, ms. fr. 2285.

27C’est bien l’aspect maternel de la prudence qui prévaut dans les livres de Louise, ce qui n’a rien de surprenant. Le manuscrit Le Compas du Dauphin41 est connu pour son enluminure de la régente Louise accompagnée de deux femmes, tenant une boussole, symbole de la prudence, derrière son fils, qui porte un dauphin. L’ouvrage commence avec un jeu de mots sur « la Mer » : « La mer qui est commencement et fin de toutes eaux entre la multitude des ses poissons honnoure le daulphin comme le plus des autres ce affin et luy donne sur tous eulx altitude […]. » Et comme le dauphin poisson doit être protégé des dangers, le dauphin prince doit être gouverné « par compas sans le laisser chanceler dun seul pas quil ne tumbe es dangiers de la mort ». C’est Louise qui tient ce compas, comme le montre la fameuse enluminure avec laquelle s’ouvre le manuscrit (infra fig. 99).

  • 42 BnF, ms. fr. 5715.

28Aussi le manuscrit42 nous montre la régente comme appartenant à une généalogie de mères fortes et prudentes. Il s’agit ici de l’histoire de la régente Blanche de Castille, mère de Louis IX, dont la prudence est louée dans La Cité des dames, comme on l’a vu. Le manuscrit explique que « Reine blanche sa mere eut le gouvernement et regence. Dont par sa prudence vertueusement elle saquicta en explusant ses ennemis qui par plusieurs fois sestoyent esleues a lencontre des sondit filz et delle ». La prudence de Blanche devient un leitmotiv : « Apres le trespass dudit roy Loys ladite royne blanche […] avoit le gouvernement et regence du royaume par sa grande prudence et diligence. » Le manuscrit termine par associer la prudence de Blanche avec celle de Louise, qui lui succède :

À laquelle regence et par sa grande prudence et vertu succede treshaulte trespuissante et tresexcellente princesse et ma tres redoubtee dame Madame Loyse mere du treschretien roy de France et mon souvernain seigneur françoys premier de ce nom.

  • 43 BnF, ms. fr. 1959.
  • 44 BnF, ms. fr. 12247, f° 4r°.
  • 45 BnF, ms. fr. 12247, f° 1v°.

29Quelques autres exemples incluent le « régime et doctinal d’un jeune prince43 », un guide qui donne des conseils sur la nourriture, les compagnons et l’instruction propres au jeune prince, et qui termine par louer la prudence de Louise. Dans le manuscrit français 12247 de la Bibliothèque nationale de France, un traité sur les vertus cardinales par Demoulins, Louise est dépeinte comme Prudence44 et on trouve dans le manuscrit français 1863 une discussion entre un Confesseur et un Pénitent sur le jeu. La discussion est surveillée par Dame Prudence45.

30On étudie depuis longtemps la formation du jeune prince. Beaucoup moins d’attention a été consacrée à la question de savoir comment les filles ont été préparées pour une vie dans le gouvernement et la diplomatie. La présence des femmes dans des positions de pouvoir est assez rare à l’époque de Louise. Pourtant, une tradition de femmes fortes et prudentes existait, composée des femmes vivantes et mortes, une tradition incarnée par des femmes telles Anne de France, et une tradition à laquelle Louise a participé.

Notes

1 Champollion-Figeac Aimé, Captivité de François Ier, Paris, Imprimerie royale, 1847, p. 129.

2 Ibid., p. 1 et 4.

3 Ibid., p. 420.

4 Jacqueton Gilbert, La politique extérieure de Louise de Savoie : relations diplomatiques de la France et de l’Angleterre pendant la captivité de Francis Ier (1525-1526), Paris, Émile Bouillon, 1892, p. 431.

5 Lecoq Anne-Marie, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula, 1987, p. 69-117. Sur Louise de Savoie, voir Knecht Robert J., « Louise de Savoie (1476-1531) », dans Michon Cédric (dir.), Les Conseillers de François Ier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 173-186.

6 André de la Vigne, Les Croniques et gestes des très haulx et très vertueux faitz du très crestien Roy Françoys Premier de ce nom […], cité par Lecoq A.-M., François Ier imaginaire…, op. cit., p. 69.

7 Christine de Pizan, La città delle dame, édité et traduit par P. Caraffiet E.J. Richards, Milan, Luni Editrice, 1997, p. 198.

8 Bien que l’on se dispute le sens et le point final du processus. Voir Fubbini Ricard, « Diplomacy and Government in the Italian City-States of the Fifteenth Century (Florence and Venice) », dans Politics and Diplomacy in Early Modern Italy: The Structure of Diplomatic Practice, 1400-1850, édité par D. Frigo, traduit par A. Belton, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 25-48.

9 Watkins John, « Toward a New Diplomatic History of Medieval and Early Modern Europe », Journal of Medieval and Early Modern Studies, 38, 1, 2008, p. 1.

10 L’histoire de cette vertu a fait le sujet de nombreuses études, parmi lesquels Dunne Joseph, Back to the Rough Ground: Practical Judgment and the Lure of Technique, Notre Dame (Indiana), University of Notre Dame Press, 1997; Nelson Daniel Mark, The Priority of Prudence: Virtue and Natural Law in Thomas Aquinas and the Implications for Modern Ethics, University Park (Pennsylvania), The Pennsylvania State University Press, 1992; Garver Eugene, Machiavelli and the History of Prudence, Madison (Wisconsin), University of Wisconsin Press, 1987; Kahn Victoria, Rhetoric, Prudence and Skepticism in the Renaissance, Ithaca, Cornell University Press, 1985; Beiner Ronald, Political Judgment, Chicago, University of Chicago Press, 1983.

11 Green Karen, « Phronesis Feminised: Prudence from Christine de Pizan to Elizabeth I », dans Virtue, Liberty and Toleration: Political Ideas of European Women 1400-1800, édité par K. Green et J. Broad, Dordrecht, Springer, 2007, p. 23-38; Id., « On translating Christine de Pizan as a Philosopher », dans Healing the Body Politic: The Political Thought of Christine de Pizan, édité par K. Green et C. Mews, Turnhout, Brepols, 2005, p. 117-137.

12 Nicole Oresme, Le Livre de Politiques d’Aristote. Published from the Text of the Avranches Manuscript 223, édité par A.D. Menut, Transactions of the American Philosophical Society. New Series, 60, 6, 1970, p. 123.

13 Loc. cit.

14 Loc. cit.

15 Voir Green K., « On Translating Christine de Pizan… », art. cit., p. 121.

16 Hugues de Saint-Victor, De Sacramentis Christiane Fidei dans Patrologiae cursus completus, series Latina, édité par J.-P. Migne, 176, Paris, Garnier, 1844-1864, p. 315A-316A.

17 C. de Pizan, La città delle dame, op. cit., p. 196.

18 Id., L’Epistre Othea, édité par G. Parussa, Genève, Droz, 1999, p. 199-200.

19 Ibid., p. 201-202.

20 Legaré Anne-Marie, « Charlotte de Savoie (v. 1442-1483) aimoit fort la lecture et les livres… », dans Hofkultur in Frankreich und Europa im Spätmittelalter, édité par C. Freigang et J.-C. Schmitt, Berlin, Verlag, 2005, p. 107; Winn Mary Beth, « Louise de Savoie, “bibliophile” », Journal of the Early Book Society, 4, 2001, p. 228-258; Willard Charity, « Anne de France, Reader of Christine de Pizan », The Reception of Christine de Pizan from the Fifteenth through the Nineteenth Centuries: Visitors to the City, Lewiston (Pennsylvania), Edwin Mellen Press, 1991, p. 59-70; Willard Charity, « The Manuscript Tradition of the Livre des trois Vertus and Christine de Pizan’s Audience », The Journal of the History of Ideas, 11, 1966, p. 433-434.

21 C. de Pizan, La città delle dame, op. cit., p. 194-196.

22 Ibid., p. 98.

23 Loc. cit.

24 Christine de Pizan, Le Livre des trois vertus, édité par C. Willard et E. Hicks, Paris, Honoré Champion, 1989, p. 55.

25 Anne de France, Les Enseignements d’Anne de France, duchesse de Bourbonnais et d’Auvergne, à sa fille Susanne de Bourbon, édité par A.-M. Chazaud, Moulins, Desroziers, 1878, p. 45-46.

26 Ibid., p. 57-58.

27 Garver Eugene, « After virtù Rhetoric, Prudence, and Moral Pluralism in Machiavelli », dans Prudence: Classical Virtue, Postmodern Practice, édité par R. Hariman, University Park (Pennsylvania), The Pennsylvania State University Press, 2003, p. 67-98.

28 Autrand Françoise, Bély Lucien, Contamine Philippe et Lentz Thierry, Histoire de la diplomatie française. I. Du Moyen Âge à l’Empire, Paris, Perrin, 2005, p. 195. Sur le développement du processus de la négociation au XVIe siècle, voir Mastenbroek Willem, « Negotiating as a Civilizing Process », dans Ziviliationstheorie in der Bilanz : Beiträge zum 100 Geburtstag Norbert Elias, édité par A. Treibel, H. Kuzmics et R. Blomert, Opladen, Leske & Burdich, 2000, p. 165-183 ; et, plus généralement, Berridge Geoff, Keens-Soper Maurice et Otte Thomas G., Diplomatic Theory from Machiavelli to Kissinger, New York, Palgrave, 2001.

29 Autrand F., Bély L., Contamine P. et Lentz T., Histoire de la diplomatie française…, op. cit., p. 266.

30 Bernard du Rosier, Ambaxiatorum Brevilogus, dans Tractatus de dignitate et potestate legati, édité par W. Hrabar, Dorpat, Mattiesen, 1906, p. 3-28.

31 Ibid., chap. XX, p. 20.

32 Niccolò Machiavel, Instructions données par Machiavelli à Raphaël Girolami, ambassadeur du roi d’Espagne auprès de l’empereur, dans Les Œuvres complètes de N. Machiavelli, édité par J. Bûchon, I, Paris, A. Desrez, 1837, p. 309.

33 Loc. cit.

34 Loc. cit.

35 Niccolò Machiavel, Discours sur Tite-Live. Livre Second, dans Les Œuvres complètes de N. Machiavelli, op. cit., I, p. 512.

36 Id., Discours inédit ou projet de discours devant la Balia sur la nécessité de se procurer de l’argent, dans Les Œuvres complètes de N. Machiavelli, op. cit., I, p. 311.

37 Voir Wisman Josette, « The Epistle of the Prison of Human Life » with « An Epistle to the Queen of France » and « Lament on the Evils of the Civil War », New York, Garland, 1984, p. 76. Christine y explique que la princesse agira en tant que « moyennerresse de tractié de paix ». Christine décrit la princesse comme « moyenne de paix » à plusieurs reprises dans Le Livre des trois vertus.

38 Reno Christine, « Anne Malet de Graville: A Sixteenth Century Collector Reads (and Writes) Christine », Misericordia International, 7, 2, 1998, p. 170-182.

39 Green K., « Phronesis Feminised… », art. cit., p. 29. Il convient également de se reporter au chapitre d’Anne-Marie Lecoq sur Louise de Savoie et la prudence dans François Ier imaginaire…, op. cit., p. 69-117.

40 BnF, ms. fr. 1892.

41 BnF, ms. fr. 2285.

42 BnF, ms. fr. 5715.

43 BnF, ms. fr. 1959.

44 BnF, ms. fr. 12247, f° 4r°.

45 BnF, ms. fr. 12247, f° 1v°.

Auteur

Université d’Auckland

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search