Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Partie III. L’hôtel de ville des temps modernes (XVIe-XVIIIe siècle)

Le décor sculpté de l’hôtel de ville de Valenciennes

Jean-Claude Poinsignon

Texte intégral

LE PREMIER « HÔTEL DE VILLE »

  • 1 Guicciardin Loys, Description de touts les PaysBas autrement appelez la Germanie Inferieure ou Bas (...)
  • 2 Le portus sur l’Escaut est à l’origine de la richesse de Valenciennes car au départ de la navigabi (...)

1La maison échevinale, siège du Magistrat de Valenciennes fondé officiellement par une charte en 1302, est attestée néanmoins dès le début du XIIe siècle, au cœur de la ville, à l’endroit même occupé actuellement par l’hôtel de ville, sur la place d’Armes. Flanquée au nord par la chapelle Saint-Pierre et au sud par l’horloge astronomique qui fit l’admiration, au XVIe siècle, de Louis Guichardin1, elle abritait deux halles, l’une aux grains, l’autre aux draps, témoins de la prospérité économique du Moyen Âge. La rue de l’Engenerie (aujourd’hui, rue de Paris), débouchant sur le parvis de la chapelle Saint-Pierre, formait deux places, l’une au nord, à proximité du portus2, où se trouvait la Croix-au-Ceps, était dite le « Marché aux poulets » ; l’autre plus au sud dite le « Grand marché », vers laquelle convergeaient les principaux axes économiques, était dominée au sud par le beffroi. La reconstruction des halles et de la maison échevinale, probablement entamée autour des années 1260, s’achevait vers 1280, même si des travaux y furent conduits tout au long du Moyen Âge (fig. 1).

  • 3 Le culte de la Vierge était célébré en particulier dans l’église Notre-Dame-la-Grande, « un des ch (...)
  • 4 Voir Leroy Aimé, « Un trait de la vie de Guillaume le Bon », Archives historiques et littéraires d (...)
  • 5 Cité par Cellier Louis, « Rapport sur le concours de peinture de 1857. Aquarelle représentant l’an (...)

2L’image que donne Simon Le Boucq à la fin du XVIe siècle (fig. 2, pl. I, p. II) de la façade gothique reflète un décor très riche dont les éléments sculptés se réfèrent à l’histoire de la cité, avec entre autres les statues de Notre-Dame – qui rappelle le miracle fondateur de la ville en l’an 10083 –, ou celles des saints patrons Gilles ou Saulve. Était également représentée une vache rappelant le jugement édifiant de Guillaume le Bon en 13364, qui avait fait justice à un paysan hollandais dont la vache avait été volée par le bailli de son village. Le comte, saisi de cette affaire, condamna le prévôt, oncle du bailli, qui n’avait pas voulu instruire l’affaire, à payer cent écus d’or sur les biens de son neveu et fit exécuter le bailli. Une vache fut sculptée en façade de la maison échevinale pour garder mémoire de ce fait de justice5.

Fig. 1 > Valenciennes, plan de situation de l’hôtel de ville au Moyen Âge [© A. Salamagne].

Fig. 3 > Valenciennes, la façade de l’hôtel de ville par Rossy [© Musée des Beaux-Arts de Valenciennes/R. Decottignies].

DE 1611 À 1867

  • 6 Plus de 34 000 livres en 1614.
  • 7 AM Valenciennes, CC 22/27, fo 24. L’importante activité de Paris Le Prevost, peintre et sculpteur, (...)
  • 8 Né à Cologne vers 1585, cet architecte et sculpteur est mentionné à Valenciennes dès 1613. Il y ré (...)
  • 9 Attesté à Valenciennes dans le premier quart du XVIIe siècle ; Machelart F., Peintres et sculpteur (...)
  • 10 Louis Rossy (1817-1890) fut l’élève de Julien Potier aux Académies de Valenciennes puis de l’archi (...)

3En 1611, les archiducs Albert et Isabelle confirmaient les anciens privilèges de la ville qui sortait à peine des troubles entre catholiques et calvinistes. Le Magistrat décida alors de faire reconstruire la maison échevinale dont le chantier fut confié par le prévôt Jean Roisin à un ingénieur d’Anvers, François Vanpaesche, chantier qui allait durer trois ans et absorber un cinquième du budget de la ville6. Le sculpteur Paris Le Prévostfut rétribué de 218 livres pour la « douce taille de la devanture de ladite maison7 », mais le sculpteur Adam Lottmann8 et le tailleur d’images Nicaise Bonnart9 travaillèrent également à ce décor. Une aquarelle du peintre Louis Rossy10 nous offre la reconstitution de l’ensemble architectural en 1612 (fig. 3), modifié à la fin du XVIIe siècle, par la démolition de l’ancienne halle au blé remplacée de 1781 à 1787 par le théâtre dont la façade illustre parfaitement le « goût français » (fig. 4 et 5).

  • 11 Jules-Louis Batigny (1838-1909), fils d’un menuisier, apprit la sculpture auprès de L. S. Grand-fi (...)
  • 12 Émile Dusart (1827-1900) fut l’élève de Grandfils et Bernard à Valenciennes puis de Lebas à Paris. (...)
  • 13 Il n’en fut rien en mai 1940.
  • 14 Aubert Parent (1753-1835) émigra en Allemagne à la Révolution et fut admis à l’Académie de Berlin. (...)
  • 15 AM Valenciennes, 2 R 125/125 bis et AD du Nord, O 604/509.
  • 16 Qu’on rendait dans cette partie du bâtiment.
  • 17 Hippolyte Auvray (1798-1860), peintre décorateur, frère de Félix (1800-1833) et de Louis Auvray (1 (...)
  • 18 Casimir Pétiaux (1807-1883) fut l’élève d’Aubert Parent aux Académies de Valenciennes puis de Leba (...)

4Nous connaissons bien le décor sculpté de la maison échevinale de 1612 puisque l’architecte Jules Batigny11, chargé en 1867 avec son collègue Émile Dusart12, architecte de la ville, de sa restauration, prit soin de photographier l’ensemble, d’en faire des relevés précis, voire des moulages afin d’en réaliser une copie relativement fidèle. Certes, au cours du XIXe siècle, l’hôtel de ville avait subi maintes modifications : en 1810, on avait abattu les bâtiments des hallettes et percé la rue de la Halle. Cela évitait aussi, du moins le croyait-on, la propagation des incendies13. En 1820, alors que la chapelle Saint-Pierre servait de dépôt de matériel, l’architecte Aubert Parent14 présenta un projet d’arc de triomphe reliant les façades de l’hôtel de ville et du théâtre15, qui n’eut pas de suite puisque la chapelle devait être détruite en 1828 pour agrandir l’hôtel de ville. Aubert Parent créa alors des motifs de bas-reliefs, illustrant les quatre saisons, et des cariatides destinés à harmoniser les parties ancienne et nouvelle de la façade. Il en fut de même à l’extrémité opposée du bâtiment pour lequel il imagina un motif présentant deux faisceaux croisés entre lesquels passe une balance, une guirlande de fleurs retenue par des cocardes s’étalant harmonieusement sur la surface dégagée. C’était là une claire allégorie de la Justice16, traitée par un artiste demeuré fidèle au style Louis XVI. La lithographie (fig. 6), diffusée à partir de 1829 par Hippolyte Auvray17, nous montre la façade avec ses deux portes symétriques en plein cintre au rez-de-chaussée et le portique surmonté d’un balcon. Une dernière transformation fut opérée à la suite de l’effondrement du beffroi en 1843, qui entraîna la construction sous la direction de l’architecte Casimir Pétiaux18, en 1846, d’un campanile destiné à abriter les cloches.

Fig. 4 > Valenciennes, l’hôtel de ville à la fin du XVIIIe siècle (après 1781), d’après une gravure anonyme [© Musée de Valenciennes].

Fig. 5 > Valenciennes, le théâtre vers 1925.

Fig. 6 > Valenciennes, vue de la Grand Place par Hippolyte Auvray et Félix Auvray, 1830 [© coll. part.].

LA RECONSTRUCTION DE 1867

  • 19 Et, en aucun cas, une vache.
  • 20 Comme dans tout pastiche, les reliefs sont exagérés et l’espace davantage rempli qu’à l’origine.
  • 21 L’exemple de La Danse sur la façade de l’Opéra, à Paris, ne pouvait que conforter l’architecte dan (...)

5Tel se présentait l’hôtel de ville en 1867, avec ses atlantes et ses cariatides engaînés alternant assez régulièrement au niveau du deuxième étage, ses balustres, son sommet crénelé, ses mascarons, ses bas-reliefs, qui puisaient dans le répertoire décoratif de la Renaissance flamande. En effet, taureau19, aigle, symboles de force, ou encore fleurs, fruits, instruments aratoires, faux, outils de maçons, accessoires guerriers, emplissent l’espace de ceux disposés sur la frise d’entablement du deuxième étage (fig. 7). Affirmant avec force, dans ce décor pompeux mais universel, sa puissance militaire et économique, son allégeance au pouvoir politique et donc culturel des archiducs Albert et Isabelle, le Magistrat de 1612 avait aussi voulu s’inscrire dans une modernité renouvelée : ainsi avaient disparu de la façade les statues de saints patrons et la vache du XIVe siècle. Or, contre toute attente, c’est ce modèle que vont reproduire20, au moins pour la façade, les architectes Batigny et Dusart, en 1867, sous le règne de Napoléon III donc. Il y a là quelque paradoxe qu’atténue à peine la présence imposante, au fronton de l’édifice, du groupe de Carpeaux Valenciennes défendant la Patrie célébrant la résistance héroïque des Valenciennois lors du siège de 1793 (fig. 8). On rappelle souvent, à ce propos, les démêlés assez violents qui opposèrent l’architecte et le statuaire, ami de l’empereur. C’est oublier que Batigny eut le souci, parfaitement louable, de l’unité d’ensemble du bâtiment, ce que compromettait le groupe initial imaginé par Carpeaux21, dont la charge d’environ cinquante tonnes aurait menacé la stabilité de l’édifice.

Fig. 7 > Valenciennes, détail des bas-reliefs du XIXe siècle de l’hôtel de ville [© A. Salamagne].

Fig. 8 > Valenciennes, fronton supérieur de la façade de l’hôtel de ville [© A. Salamagne].

  • 22 Henri Lemaire (1798-1880) fut l’élève de Léonce de Fieuzal (1768-1842) aux Académies de la ville a (...)
  • 23 Pour plus de détails voir Poinsignon J.-C., « Le décor sculpté de la façade de l’hôtel de ville », (...)
  • 24 Où l’on enseigne peinture et sculpture, architecture et aussi musique et d’où sont issus tant de p (...)
  • 25 Alexandre Grigny (1815-1867) répondait à une commande du conseil de fabrique de la paroisse Notre- (...)
  • 26 En mai 1864, à l’occasion de la consécration de l’église Notre-Dame, mais aussi, ensuite, lors de (...)

6Un compromis permit, en soulignant le rôle joué par les Valenciennois en 1793, d’exalter l’appartenance de la ville à la France, alors impériale, évoquée encore par l’aigle napoléonien, à l’origine sous le campanile, auquel on substitua plus tard la devise « Valenciennes a bien mérité de la Patrie – Convention Nationale 20 Vendémiaire An IV ». On pourra voir encore dans la présence des deux fleuves nourriciers, L’Escaut et La Rhonelle, disposés de part et d’autre du cadran horaire, œuvres d’Henri Lemaire22 (fig. 9), une référence locale, autant qu’antique, de la part d’artistes issus des Académies de la ville. Formant désormais un bloc unique entre les deux rues Burianne et de la Halle, la façade était cantonnée à ses extrémités de deux tourelles, ornée chacune de deux putti présentant sur un écusson les dates de 1612 et 1868 et symbolisant « l’Industrie, l’Art, le Commerce et l’Agriculture23 ». À la même époque, Casimir Pétiaux construisait un nouveau bâtiment, d’architecture palladienne, pour abriter les Académies de la ville24 (fig. 10), et l’architecte arrageois Alexandre Grigny l’église Notre-Dame-du-Saint-Cordon, patronne de la ville, en style néo-gothique25. L’hôtel de ville renvoyait quant à lui résolument à l’histoire et à l’identité de Valenciennes, une des grandes cités des anciens Pays-Bas bourguignons26.

APRÈS L’INCENDIE DE 1940, LE CAHIER DES CHARGES DE L’ARCHITECTE JEAN VERGNAUD

  • 27 Poinsignon J.-C. et Vangheluwe Michel, Mai 1940. Le centre-ville détruit, peintures, documents d’a (...)
  • 28 Albert Patrisse (1892-1964) fut élève d’Élie Raset (1874-1956) aux Académies de Valenciennes puis (...)
  • 29 Jean Vergnaud (1905-1995), architecte DPLG, réalisa, avec son collègue Le Maresquier, la cité scie (...)

7Au début de la seconde guerre mondiale, la ville ayant été abandonnée dans la nuit du 21 au 22 mai 1940, en particulier par son conseil municipal, son administration, sa police, etc., fut victime d’un incendie, probablement allumé place d’Armes par des pillards ou des militaires français27, qui ravagea entre autres l’hôtel de ville et le théâtre, détruisant la Défense de Carpeaux gisante à terre à côté des décombres du campanile, dont seules les façades subsistaient dans un décor de ruines (fig. 11). Des opérations de déblaiement, menées par l’entreprise Desbarbieux, commencèrent dès le 29 juin 1940 : la façade du théâtre, jugée dangereuse, fut mise à terre, mais celle de l’hôtel de ville fut conservée et étayée, par l’architecte urbaniste Laprade, chargé de penser la reconstruction de la ville. Le sculpteur Albert Patrisse28 restaura alors l’œuvre de Carpeaux, mais qui resta dépourvue du campanile. Le 26 septembre 1959, à l’invitation du maire, Pierre Carous, le général De Gaulle, en tant que président de la République, inaugurait l’hôtel de ville restauré : l’architecte Jean Vergnaud29 (1905-1995), confronté à un cahier des charges qui prescrivait en particulier de conserver la façade ancienne, avait conçu à l’intérieur un édifice contemporain adapté à son usage.

  • 30 Allusion à l’étymologie – erronée – du Val des Cygnes.
  • 31 Et ce ne sont pas les vers qui figurent dans le bas de la feuille qui peuvent lever le doute : « C (...)

8Enfouie dans l’inconscient collectif de la population et de ses élites, la blessure subie par la ville lors de sa conquête en 1677 par Louis XIV pourrait expliquer la volonté de conserver une architecture qui explicite clairement ses particularismes. La brochure publiée à l’occasion de l’entrée du roi, le 5 août 1680, vantant « le bonheur du peuple de Valenciennes sous la domination du Roy » ne manque pas d’ambiguïté. Sous la vignette représentant deux cygnes30, tirant avec peine un char parmi de gros nuages, la devise latine Sic servire juvat doit se traduire, nous semble-t-il, « ainsi il [nous] plaît d’être esclaves ». C’est faire contre mauvaise fortune bon cœur31, car la ville, opulente, fut en partie ruinée. Les pièces d’un procès de 1706 pour la suppression du conseil provincial du Hainaut soulignaient que :

  • 32 AM Valenciennes, Cum. 296, cité par Vangheluwe M. dans Antoine Watteau, catalogue de l’exposition (...)

La ville de Vallenciennes est une des plus importantes des Paÿs Bas françois, elle contenoie cÿ devant plus de 40 000 habitans et elle estoit florissante par son commerce de toilles, dentelles, ouvrages à laine et autres qui ÿ entretenoient une heureuse abondance. L’Estat de cette ville est bien changé, le nombre de ses habitans est diminué de moitié, presque plus de commerces, plus de richesse, à l’exception de quelques fortunes particulières qui se sont élevées dans les derniers temps. Il est vraÿ que la guerre est une des causes de cette ruine. Le paÿs en a esté long temps le théâtre, il a esté ravagé…32

Fig. 9 > Valenciennes, La Rhonelle, à droite du cadran horaire, œuvre d’Henri Lemaire [© A. Salamagne].

Fig. 10 > Valenciennes, la façade des Écoles académiques [© A. Salamagne].

Fig. 11 > Valenciennes, la place d’Armes en juin 1940 par André Laurenti (1897-1976) [© coll. part. /A. Salamagne].

9Le rattachement de Valenciennes à la France, en réorientant vers Paris des siècles d’échanges commerciaux avec les Pays-Bas, a ruiné les bases de la prospérité économique de la ville et a imposé un style architectural et une culture qui lui sont étrangères. On pourrait dès lors interpréter la volonté de conserver une façade de style de la renaissance flamande, clairement orientée vers l’histoire des anciens Pays-Bas, comme une volonté d’en souligner les particularismes (fig. 12).

Fig. 12 > Valenciennes, la façade de l’hôtel de ville [© A. Salamagne].

Notes

1 Guicciardin Loys, Description de touts les PaysBas autrement appelez la Germanie Inferieure ou Basse Allemagne, Amsterdam, 1641, p. 530.

2 Le portus sur l’Escaut est à l’origine de la richesse de Valenciennes car au départ de la navigabilité du fleuve. Voir Platelle Henri (dir.), Histoire de Valenciennes, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1982, 333 p. ; Guignet Philippe, Nouvelle histoire de Valenciennes, Toulouse, Privat 2006, 270 p.

3 Le culte de la Vierge était célébré en particulier dans l’église Notre-Dame-la-Grande, « un des chefs d’œuvre du premier art gothique au nord de la France », édifiée dans la première moitié du XIIIe siècle. Voir Thiébaut Jacques, « Notre-Dame-La-Grande », dans Histoire de Valenciennes, op. cit., p. 92.

4 Voir Leroy Aimé, « Un trait de la vie de Guillaume le Bon », Archives historiques et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique, vol. I, 1829, p. 299-304.

5 Cité par Cellier Louis, « Rapport sur le concours de peinture de 1857. Aquarelle représentant l’ancien Hôtel de Ville de Valenciennes avant 1612 », Revue agricole, industrielle et littéraire du Nord, août 1857, p. 52 à 60.

6 Plus de 34 000 livres en 1614.

7 AM Valenciennes, CC 22/27, fo 24. L’importante activité de Paris Le Prevost, peintre et sculpteur, est attestée à Valenciennes à partir de 1594 et au moins jusqu’en 1627. Il travailla par exemple à la décoration des arcs de triomphe élevés pour la « Joyeuse entrée » d’Albert et Isabelle à Valenciennes en février 1600. Voir Machelart Félicien, Peintres et sculpteurs de la Confrérie Saint-Luc de Valenciennes aux XVIIe et XVIIIe siècles, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 1987, p. 134.

8 Né à Cologne vers 1585, cet architecte et sculpteur est mentionné à Valenciennes dès 1613. Il y réalisa le jubé de l’église Notre-Dame-la-Grande (1617), réforma la charte de la Confrérie Saint-Luc, travailla à Saint-Omer, Calais, Douai. Il fut le maître de Gaspard Marsy et mourut, semble-t-il, à Saint-Omer en 1663. Voir Machelart F., Peintres et sculpteurs…, op. cit., p. 107-109.

9 Attesté à Valenciennes dans le premier quart du XVIIe siècle ; Machelart F., Peintres et sculpteurs…, op. cit., p. 27.

10 Louis Rossy (1817-1890) fut l’élève de Julien Potier aux Académies de Valenciennes puis de l’architecte Labrouste à Paris. Peintre-décorateur, ami de Carpeaux qui peignit son portrait, il enseigna à partir de 1854 à Condé-sur-Escaut.

11 Jules-Louis Batigny (1838-1909), fils d’un menuisier, apprit la sculpture auprès de L. S. Grand-fils et l’architecture auprès de J. B. Bernard aux Académies de Valenciennes. Élève de Lebas et Genain à Paris, il remporte un second accessit au Concours de Rome d’architecture en 1866. Collaborateur de Garnier à l’Opéra de Paris, il réalise à Valenciennes l’hôtel de ville, la chapelle de la Vierge dans l’église Notre-Dame-du-Saint-Cordon et l’église Notre-Dame-du-Sacré-Cœur au Faubourg de Paris. Il se fixe ensuite à Lille où il construit, à partir de 1881, l’École nationale des arts et métiers et l’église du Sacré-Cœur. En 1906 il est nommé directeur de l’École régionale d’architecture de Lille. Voir Poinsignon Jean-Claude, Sortir de sa réserve. Le fonds valenciennois de sculpture XIXe et XXe siècles au musée des Beaux-Arts de Valenciennes, Valenciennes, Association des amis des arts de Valenciennes et du Hainaut français, 1992, 459 p.

12 Émile Dusart (1827-1900) fut l’élève de Grandfils et Bernard à Valenciennes puis de Lebas à Paris. Nommé, en 1866, architecte de la ville de Valenciennes et des hospices, et professeur aux Académies, où il forma de nombreux architectes parmi lesquels son fils, Paul, second Prix de Rome en 1893, ou Gabriel Sirot en 1899. Très lié à Carpeaux, c’est lui qui, en 1884, édifia, avec le sculpteur Ernest Hiolle, la fontaine conçue à Valenciennes par ce sculpteur en hommage à son concitoyen Antoine Watteau.

13 Il n’en fut rien en mai 1940.

14 Aubert Parent (1753-1835) émigra en Allemagne à la Révolution et fut admis à l’Académie de Berlin. Retiré ensuite à Bâle, il rentra en France en 1813 et se fixa à Valenciennes où il fut nommé professeur d’architecture à l’Académie. Ses fils, Henri, Louis et Clément, composent une véritable « dynastie » d’architectes pour reprendre l’expression de Parant Christophe, « La dynastie des Parent », dans Franche-Comté, Monuments historiques, no 183, sept./oct. 1992, p. 81. Resté fidèle à ses convictions royalistes, Aubert Parent fut encore un sculpteur sur bois d’une extraordinaire habileté. Voir Kerneis Anne-Marie, « Aubert Parent. Une vie d’artiste », Valentiana, no 2, décembre 1988, p. 58-67.

15 AM Valenciennes, 2 R 125/125 bis et AD du Nord, O 604/509.

16 Qu’on rendait dans cette partie du bâtiment.

17 Hippolyte Auvray (1798-1860), peintre décorateur, frère de Félix (1800-1833) et de Louis Auvray (1810-1890).

18 Casimir Pétiaux (1807-1883) fut l’élève d’Aubert Parent aux Académies de Valenciennes puis de Lebas à Paris. Nommé architecte de la ville de Valenciennes en 1836, il exerça cette fonction, conjointement avec celle de professeur aux Académies à partir de 1856 et jusqu’en 1866. Injustement rendu responsable de l’effondrement du Beffroi en 1843, il laisse à Valenciennes d’importants monuments comme la tour de l’église Saint-Géry (1857), le bâtiment des Académies (1863), l’hémicycle servant d’écrin aux sculptures d’Henri Lemaire (1798-1880) au Square Froissart. Voir Petr Opelik, Le tracé des idées. Casimir-Joseph Pétiaux (1807-1883), Valenciennes, Éditions de l’Aquarium agnostique, 2000, 30 p.

19 Et, en aucun cas, une vache.

20 Comme dans tout pastiche, les reliefs sont exagérés et l’espace davantage rempli qu’à l’origine.

21 L’exemple de La Danse sur la façade de l’Opéra, à Paris, ne pouvait que conforter l’architecte dans ses craintes.

22 Henri Lemaire (1798-1880) fut l’élève de Léonce de Fieuzal (1768-1842) aux Académies de la ville avant de suivre l’enseignement de Cartellier à Paris. Premier grand prix de Rome de sculpture en 1821, l’auteur du fronton de l’église de la Madeleine à Paris a laissé de nombreuses marques de son talent en France mais aussi en Russie où il fut appelé, en 1838, pour décorer l’église Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg. Élu membre de l’Institut en 1845, professeur, en 1853, à l’École impériale des beaux-arts, Lemaire fut aussi régulièrement, de 1852 à 1869, député de l’arrondissement de Valenciennes.

23 Pour plus de détails voir Poinsignon J.-C., « Le décor sculpté de la façade de l’hôtel de ville », dans L’hôtel de ville de Valenciennes. Un emblème au mépris du temps, Valenciennes, 1993, p. 17-19.

24 Où l’on enseigne peinture et sculpture, architecture et aussi musique et d’où sont issus tant de prix de Rome.

25 Alexandre Grigny (1815-1867) répondait à une commande du conseil de fabrique de la paroisse Notre-Dame.

26 En mai 1864, à l’occasion de la consécration de l’église Notre-Dame, mais aussi, ensuite, lors de la Fête-Dieu, l’hôtel de ville était revêtue d’un décor religieux : des anges peints, des oriflammes aux fenêtres, un autel-reposoir aux figures d’anges et de saints ornementaient sa façade.

27 Poinsignon J.-C. et Vangheluwe Michel, Mai 1940. Le centre-ville détruit, peintures, documents d’archives, Valenciennes, 1990, n. p.

28 Albert Patrisse (1892-1964) fut élève d’Élie Raset (1874-1956) aux Académies de Valenciennes puis de Coutan à Paris. Premier second grand prix de Rome en 1922, ce remarquable praticien de la taille de pierre laisse cependant le beau monument aux morts de Saint-Amand-les-Eaux, des sculptures comme sa Jeanne d’Arc pour l’église de Saint-Denis, des bustes et des médaillons nombreux et remarquables.

29 Jean Vergnaud (1905-1995), architecte DPLG, réalisa, avec son collègue Le Maresquier, la cité scientifique de Lille-Annappes et l’école Henri Matisse à Le Cateau. Mais c’est à Valenciennes qu’il laisse ses ouvrages les plus importants. À côté de l’hôtel de ville, il construisit l’ensemble de l’Ilôt I, sur la place d’Armes, un immeuble où il habita, avenue de Liège, les bureaux de l’EDF où les bâtiments de l’usine SOFRA.

30 Allusion à l’étymologie – erronée – du Val des Cygnes.

31 Et ce ne sont pas les vers qui figurent dans le bas de la feuille qui peuvent lever le doute : « Ce joug, que le Ciel nous impose/Nous donne tant de gloire et de prospérité/Qu’il nous fait sentir quelque chose/De plus doux, de plus cher, que n’est la liberté » (nous soulignons).

32 AM Valenciennes, Cum. 296, cité par Vangheluwe M. dans Antoine Watteau, catalogue de l’exposition réalisée par le service des Archives municipales d’octobre 1984 à mars 1985, p. 10.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Valenciennes, plan de situation de l’hôtel de ville au Moyen Âge [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 3 > Valenciennes, la façade de l’hôtel de ville par Rossy [© Musée des Beaux-Arts de Valenciennes/R. Decottignies].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Fig. 4 > Valenciennes, l’hôtel de ville à la fin du XVIIIe siècle (après 1781), d’après une gravure anonyme [© Musée de Valenciennes].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende Fig. 5 > Valenciennes, le théâtre vers 1925.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Légende Fig. 6 > Valenciennes, vue de la Grand Place par Hippolyte Auvray et Félix Auvray, 1830 [© coll. part.].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Légende Fig. 7 > Valenciennes, détail des bas-reliefs du XIXe siècle de l’hôtel de ville [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende Fig. 8 > Valenciennes, fronton supérieur de la façade de l’hôtel de ville [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 9 > Valenciennes, La Rhonelle, à droite du cadran horaire, œuvre d’Henri Lemaire [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 10 > Valenciennes, la façade des Écoles académiques [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 11 > Valenciennes, la place d’Armes en juin 1940 par André Laurenti (1897-1976) [© coll. part. /A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 12 > Valenciennes, la façade de l’hôtel de ville [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8335/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 459k

Auteur

Historien d’art

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540