Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Partie III. L’hôtel de ville des temps modernes (XVIe-XVIIIe siècle)

Le projet de Domenico da Cortona pour l’hôtel de ville de Paris

Flaminia Bardati

Texte intégral

  • 1 L’ensemble des documents concernant la chronologie de la construction est publié ou analysé dans Ca (...)

1L’hôtel de ville de paris est une œuvre clé de l’architecture française des années 1530-1540, qui introduit la Renaissance dans la capitale du royaume (fig. 1). Le projet, fortement soutenu par François Ier, fut confié à l’italien Domenico da Cortona, « legnaiolo » et architecte au service de la couronne française depuis 14951.

  • 2 Bardati F., « Francesco I e il rinnovamento urbano di Parigi : un approccio graduale (1528-1540) », (...)

2Par ses dimensions, par la forme irrégulière et peu appropriée du terrain, par la multiplicité des fonctions qui devaient trouver place dans le bâtiment, ainsi que par la nécessité de répondre en même temps aux attentes formelles des Parisiens et du roi, l’hôtel de ville constituait un banc d’essai qui requérait beaucoup d’expérience. En outre, les enjeux symboliques assignés à l’édifice dans le contexte de la politique de François Ier du début des années 1530 demandaient aussi un savant équilibre d’éléments issus de la tradition française et de la Renaissance italienne2.

  • 3 Sur la formation de Cortona, voir Bardati F., « “Dominico Cortonensi architectante” a Parigi (1530- (...)
  • 4 Codex Atlanticus, fo 475vo (174vo-a, cf. Pedretti Carlo, The Codex Atlanticus of Leonardo da Vinci. (...)

3Domenico da Cortona qui, comme plusieurs indices le laissent penser, avait joué un rôle important dans l’architecture ligérienne, incarnait probablement la personnalité idéale pour satisfaire ce programme complexe3. Bien qu’il ait abordé sa première commande monumentale à l’échelle urbaine à l’âge de 60 ans, sa formation italienne, sa collaboration avec Léonard de Vinci, dont témoigne la mention « maestro Domenico » dans les notes du Codex Atlanticus4, et les nombreux travaux exécutés tout au long de sa carrière française, assuraient le roi qu’il possédait les compétences nécessaires pour mener à bien le projet.

Fig. 1 > Jean Marot, hôtel de ville de Paris, élévation sur la place de Grève, gravure (1662).

CHRONOLOGIE ESSENTIELLE

  • 5 La volonté d’agrandir l’ancienne Maison aux piliers était manifeste dès 1529, quand des terrains fu (...)
  • 6 Lesueur P., Dominique de Cortone, op. cit., p. 96. La possibilité d’accéder à la pièce située derri (...)
  • 7 Il reçoit 72 livres tournois pour ces créations (Prost Bernard, « Le véritable architecte de l’anci (...)

4Le 22 décembre 15325, François Ier présente aux prévôts des marchands et au procureur de Paris le projet d’un nouvel hôtel de ville conçu par Domenico da Cortona. Ce « pourtraict du bastiment nouvel que le Roy veult estre faict d’ung hostel de Ville6 » est complété entre Noël 1532 et avril 1533 par le Cortonnais qui réalise « plusieurs portraictz en plattes formes pour le fait de l’édifice et bâtiment de l’hôtel de Ville7 ».

  • 8 Ibid.
  • 9 « Berqualor » est la graphie française pour « Beccaloro », nom donné à Bernabeo, ancêtre de Domenic (...)
  • 10 Lesueur P., Dominique de Cortone, op. cit., p. 97.

5Sur la base de ces dessins et d’une invitation du roi le projet définitif est approuvé en mai ; deux semaines plus tard, Louis Poireau, « juré du roi en l’office de massonnerie », commence à « faire l’allignement sur le terrain8 », et le 15 juin Dominicque de Berqualor, alias de Cortonne9, est officiellement chargé de « conduire les ouvrages de bâtiment et édifice de l’hôtel de ladite ville […] suivant le modèle par luy fait, veu et accordé par le roy » en spécifiant que « pour éviter à faulte […] il sera fait auparavant un modèle en bois de menuiserie10 ».

  • 11 Steeves C. P., The Hôtel de Ville…, op. cit., p. 91. Malgré cet accord, l’aile nord et le pavillon (...)
  • 12 Lalanne Ludovic, « Une lettre inédite de François Ier relative à l’escalier de l’Hôtel de Ville de (...)
  • 13 Tuetey A., Registres…, op. cit., p. 239-256
  • 14 Charles Lecomte est également documenté sur le chantier (Steeves C. P., The Hôtel de Ville…, op. ci (...)
  • 15 Ibid., p. 68.
  • 16 Ibid., p. 60.
  • 17 Ibid., p. 73.

6En juillet 1533, un accord est trouvé pour l’acquisition des terrains appartenant à l’hôpital du Saint-Esprit et qui bordent l’édifice au nord, tandis qu’au cours de 1534 ceux du côté sud sont achetés11. La construction débute par le bloc central de la façade vers la place de Grève, comme l’inscription posée en septembre 1533 en témoigne, et se poursuit sur les côtés sud et est. Des variations du plan sont effectuées en juin 1535, à la suite de la demande du roi de modifier l’escalier d’honneur afin de le rendre ainsi « plus sumptueux, aisé et commode12 », puis les travaux furent quelque peu interrompus en été 1536 pour donner la priorité aux fortifications de la ville, elles aussi confiées à Domenico da Cortona13. En 1539 le chantier travaille à plein rendement et l’architecte est assisté par d’autres collègues, parmi lesquels Pierre Chambiges14. À cette date, l’aile est, sur la ruelle Saint-Jean, est terminée15, tandis que l’aile sud, sur la rue Saint-Jean, est bien avancée car en 1539 on passe marché pour la charpenterie, puis en 1540 et 1541 pour les couvertures en ardoise16. On travaille aussi du côté de la place de Grève, sur la façade principale17.

  • 18 Calliat représente l’hôtel de ville déjà agrandi, mais il est possible de reconnaître les éléments (...)

7De la mort de Domenico da Cortona, le 26 avril 1545, jusqu’à la fin du siècle, les travaux avancèrent très lentement en conservant, dans les grandes lignes, le projet d’origine et en remplaçant la statue de François Ier par celle d’Henri IV. La façade du XVIe siècle fut conservée intacte jusqu’à l’incendie de 1871, ce qui permet d’utiliser les relevés de Victor Calliat18 pour analyser le projet.

UN AUDACIEUX PROJET MONUMENTAL

8Le terrain irrégulier, enserré entre la place de Grève à l’ouest, l’hôpital du Saint-Esprit au nord et les tracés de la ruelle Saint-Jean à l’est et de la rue Saint-Jean au sud, est façonné par Domenico sous forme d’un trapèze rectangle, dont la petite base coïncide avec l’alignement sur la place de Grève (fig. 2). Pour exploiter au mieux la surface, il adapta les dispositions d’ensemble des palais italiens contemporains, organisés autour du « cortile » bordé de quatre ailes en portique, dont celle qui abrite la grande salle donne sur la place. Cependant, avec la souplesse acquise durant sa longue carrière française, il modèle le « cortile » sur l’espace trapézoïdal, symétrique par rapport à l’axe est-ouest.

Fig. 2 > L’hôtel de ville avant les transformations du XIXe siècle : on voit au nord la chapelle de l’hôpital Saint-Esprit, à l’est l’église Saint-Jean de Grève, au sud la rue Saint-Jean, puis du Martroi [d’après Calliat, v. 1844].

9Cette solution, qui correspond probablement au dessin présenté en 1532, permet d’avoir en façade un corps de bâtiment simple, coiffé de la tour, synthèse entre les traditions française et italienne. Mais, à cause de la forme du terrain, la partie de l’édifice qui devait abriter les pièces d’apparat – y compris un logis pour le roi – aurait présenté une façade trop petite, qui n’aurait pas exprimé la monumentalité nécessaire. Par l’ajout des deux pavillons latéraux, Domenico parvient alors à doubler la longueur de la façade, en passant de 32 à 60 mètres, en égalant les dimensions des grandes réalisations romaines, comme le palais Farnèse (fig. 3). Un tel agrandissement, pourtant, se borne aux terrains donnant sur la place et doit s’adapter à deux contraintes : la largeur de la rue Saint-Jean et l’existence de l’hôpital du Saint-Esprit. La première détermine les dimensions des grandes arcades qui caractérisent les pavillons par rapport à l’ordonnance de la partie centrale de la façade (fig. 1), alors que la seconde transforme le prolongement au nord en un écran qui couvre le bâtiment existant de l’hôpital sans se développer en profondeur.

Fig. 3 > Restitution du plan du rez-de-chaussée de l’hôtel de ville selon le projet de Domenico da Cortona [d’après Lesueur, p. 1928].

10Cette première variation du projet, conçue entre décembre 1532 et avril 1533, est donc un escamotage qui montre l’expérience de Domenico dans le domaine de l’architecture éphémère, mais aussi l’habileté avec laquelle le Cortonnais s’en sert à l’échelle urbaine, en anticipant de plus d’un siècle les interventions de son concitoyen Pietro Berrettini à Rome, qui utilise également une arcade pour enjamber la rue qui sépare l’église Santa Maria della Pace de l’édifice adjacent. En réalité, il s’agit d’une solution réalisée à Cortona en même temps qu’à Paris pour agrandir le palais communal mais aussi à l’hôpital « degli Infermi », bâti vers 1440 (fig. 4). Cet édifice, en particulier, pourrait avoir inspiré Domenico dans le traitement de la façade postérieure du pavillon Saint-Jean par rapport à la rue homonyme (fig. 5).

  • 19 Il dote ainsi l’édifice d’espaces supplémentaires non seulement au-dessous des quatre corps de bâti (...)
  • 20 De l’autre côté une rampe droite permet de rejoindre la ruelle Saint-Jean.

11Le doublement de la façade comportait pourtant un problème de proportions, car la hauteur originale aurait semblé trop exiguë par rapport à la largeur totale. En même temps, la surélévation de l’édifice entier en fonction de la façade nouvelle aurait été excessive pour les dimensions de la cour, conçue comme un « cortile » italien. Une fois encore Domenico adapte son projet de départ en exploitant une contrainte pour l’améliorer. L’édifice s’élève sur un puissant soubassement19, percé de petites portes ouvertes dans la façade sur la place de Grève, habilement dissimulées entre des doubles plinthes situées au-dessous des piédestaux des colonnes et dont la hauteur est délimitée par les allèges des fenêtres du rez-de-chaussée. Un perron polygonal et une rampe droite dans le vestibule permettent de rattraper le niveau de la cour, dont les proportions restent ainsi bien équilibrées20 (fig. 6).

Fig. 4 > Cortona, Ospedale degli Infermi (ca. 1440) : arcade qui enjambe la rue entre l’hôpital et l’église San Francesco [© Simona Biagianti, 2013].

  • 21 Whiteley Mary, « Royal and Ducal Palaces in France in the Fourteenth and Fifteenth Centuries », dan (...)
  • 22 Guillaume J., « L’escalier dans l’architecture française… », op. cit., p. 36.

12Malgré ces variations, le plan restait aussi fidèle au modèle italien pour ce qui est de la circulation confiée, pour la plupart, à des escaliers rampe sur rampe, dans œuvre (fig. 3). L’escalier principal, modifié à la demande du roi, était situé à l’angle des portiques sud et ouest et on y accédait donc sans traverser la cour : il s’agit probablement de l’élément réellement révolutionnaire du projet car il allait influer sur le cérémoniel21. De plus, l’escalier voulu par François Ier, « somptueux, aisé et commode », voûté en berceau surbaissé et décoré de caissons à l’antique, est l’un des premiers de ce genre en France22.

  • 23 Bardati F. « Domenico da Cortona… », op. cit.

13En dépit des dimensions, difficiles à maîtriser dans le contexte urbain, l’harmonie de l’édifice est obtenue grâce à l’emploi d’un module qui relie plan et élévation selon des rapports géométriques simples et à l’association entre arc en plein cintre et ordres d’architecture. Si l’utilisation d’une trame géométrique trouve son origine dans les méthodes de conception des projets médiévaux, la maille carrée du plan, associée au système de l’arc plein cintre encadré par des ordres d’architecture, caractérise les procédés utilisés par Francesco di Giorgio et Léonard de Vinci, deux maîtres dont Domenico a eu la chance de connaître de très près les projets et qui l’ont sans doute influencé23.

14À l’hôtel de ville (fig. 7), une trame à maille carrée, dont le module est donné par l’entraxe des demi-colonnes de la cour, organise les dispositions de la partie postérieure de l’édifice : exception faite pour la travée centrale du portique oriental, légèrement plus large que les autres, la trame détermine la largeur des travées et la profondeur des portiques nord, est et sud, la largeur des pièces de l’aile orientale, la largeur et la profondeur de plusieurs pièces des ailes méridionales et septentrionales. Le corps occidental, en revanche, ne suit pas la même trame et ne garde que l’alignement des murs du vestibule avec la travée centrale du portique est. Domenico a tout d’abord conçu une cour régulière, trapézoïdale, bordée de quatre ailes, rythmée par la succession d’arcades cintrées et soulignées par les ordres d’architecture. L’entraxe des colonnes, donné par la largeur des arcs en plein cintre, a déterminé la trame géométrique. Mais du côté de la place de Grève, une fois ajoutés les deux pavillons, l’échelle monumentale de l’édifice obligea Domenico à revoir les dimensions des ordres d’architecture et des autres éléments qui durent être proportionnés à la nouvelle largeur de la façade.

Fig. 5 > L’arcade du pavillon Saint-Jean vue par derrière, lithographie (XIXe siècle).

15En effet, le corps de bâtiment occidental est dimensionné selon un autre module, donné cette fois-ci par l’entraxe des colonnes de la façade principale, dont la largeur doublée a obligé l’architecte à ce passage d’échelle. La deuxième trame détermine le positionnement des murs jusqu’aux pavillons, donne la profondeur du portique occidental et de ses parties en retour sur la cour, puis elle s’arrête sur le mur oriental de l’escalier François Ier, où se fait la jonction entre les deux trames. Pour dissimuler ce changement de module, Domenico exploite, à l’évidence, l’obliquité des portiques nord et sud rattachés au portique occidental par un pan courbe qui rappelle les tours d’escaliers traditionnelles.

Fig. 6 > La cour de l’hôtel de ville vue du portique ouest [© Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, inv. 34260].

16Les deux modules, leurs multiples et sous-multiples, déterminent les proportions respectivement des élévations du « cortile » et la façade sur la place de Grève (hauteur des étages, des entablements, dimensions des baies), en assurant ainsi l’harmonie de l’ensemble et en dissimulant à nouveau le changement de module, car même si les dimensions varient, le système de proportions reste le même et le regard de l’observateur n’en souffre pas.

17Dans l’ordonnance des façades Domenico prouve sa capacité à maîtriser en même temps les traditions française et italienne. Comme dans les palais italiens, la cour, symétrique, est bordée par deux étages d’arcades en plein cintre, rythmées par des demi-colonnes sur piédestal, dont les écoinçons sont ornés de « tondi ». Les ordres, encore liés à la varietas du Quattrocento, sont ioniques, au rez-de-chaussée (fig. 8), et corinthiens au premier étage. L’ensemble est en revanche couronné par un étage de combles, à la française, ouverts par de superbes lucarnes sculptées (fig. 6). Si la continuité des arcades sur les quatre côtés renoue avec les « cortili » italiens, les toits autonomes pour chaque corps de bâtiments et la richesse du décor sculpté répondent aux usages français pour les parties hautes des édifices.

  • 24 Ibid.

18La présence de la rue Saint-Jean oblige Domenico à réaliser sur la place de Grève une façade tripartie (fig. 1), mais cette contrainte lui permet d’éviter l’excessif développement horizontal d’une répétition monotone des arcades tout au long des 60 mètres de la façade. Dans la partie centrale il adopte au rez-de-chaussée le même système des arcs plein cintre que celui du « cortile » mais en introduisant l’étage de soubassement, qui monumentalise l’ensemble. La travée centrale, légèrement plus large que les autres et ornée de la statue équestre du roi, marque l’accès de l’édifice. À l’étage supérieur, des fenêtres rectangulaires alternent avec des niches, qui abritent les statues d’éminents personnages de la ville. L’emplacement des niches sur l’axe des colonnes n’atténue pas la valeur tectonique de l’ordonnance, car les niches à fronton sont placées sur des consoles en volute, occupant ainsi toute la hauteur de l’étage et soutenant l’entablement. Dans ce cas, Domenico semble avoir modernisé des solutions flamboyantes, où les niches couvertes par des dais reposent sur les piliers comme dans l’hôtel de ville de Louvain. Le parti, associé aux arcades plein cintre encadrées des ordres, rappelle aussi la façade du palais Branconio, à Rome, œuvre de Raphaël, qui au premier étage présente l’alternance de niches et fenêtres (fig. 9), mais à Paris la séquence des éléments verticaux – console, niche, fronton, table – garde sa valeur tectonique et soutien l’entablement. Par contre, la file d’arcades dont l’axe est souligné par une baie rectangulaire surmontée de la statue du roi rappelle la maquette du projet de Chambord, réalisée par Domenico, alors que cette même file d’arcades accostée de pavillons pourrait être un écho des projets de Léonard pour Romorantin : face à un projet de l’envergure de l’hôtel de ville Domenico pourrait avoir tiré parti des réflexions du Florentin24, mais il n’est pas à exclure que François Ier lui-même lui ait demandé de s’inspirer de ces modèles.

Fig. 7 > Trames modulaires du plan du rez-de-chaussée.

Fig. 8 > Chapiteau du rez-de-chaussée de la cour de l’hôtel de ville [© Musée Carnavalet – Flaminia Bardati, 2011].

19Les pavillons latéraux sont conçus par Domenico de manière autonome, bien qu’ils respectent la même ordonnance et les mêmes hauteurs d’étage. L’arcade du rez-de-chaussée, dont la largeur est déterminée par celle de la rue sur laquelle elle donne, est flanquée par deux colonnes jumelées : cela permet de ne pas faire apparaître trop mince la colonne par rapport à l’arcade, mais aussi d’évoquer les arcs de triomphe, notamment celui de Castelnuovo à Naples, que Domenico a vu lors de sa jeunesse. Au-dessus le rythme de l’ordonnance est doublé grâce à la présence de deux baies en plein cintre dont le trumeau est souligné dans l’axe d’une niche. Un système similaire caractérise l’étage supérieur. Chaque pavillon est terminé par un puissant élément saillant, nécessaire pour contenir visuellement le volume de l’édifice, qui, à l’étage, prend la forme d’une tourelle en surplomb dans l’angle. De nouveau la solution est assez proche des traditions française et septentrionale concernant les maisons communales, mais des modèles italiens, comme le palais Cocchi à Florence (fig. 10), pourraient aussi avoir constitué pour Domenico une suggestion supplémentaire.

20Le corps central et les deux pavillons, reliés visuellement par la continuité des ordres et par l’entablement de l’étage supérieur, lisse, sont chacun coiffé de hauts toits en ardoise d’où jaillissent les lucarnes et les souches de cheminées selon les prédilections formelles françaises. Seule la tour, qui s’élève au milieu, est, dans cette partie, l’élément « charnière » entre les deux cultures, en même temps beffroi de tradition septentrionale mais aussi « torre civica » des « palazzi comunali » italiens des XIVe et XVe siècles, y compris celui de Cortona : elle faisait donc sans doute partie de la tradition visuelle de Domenico, ce qui lui a permis de l’intégrer parfaitement dans son projet.

Fig. 9 > Raphaël, Palazzo Branconio, Rome [d’après Ferrerio Pietro, Palazzi di Roma de’più celebri architetti, Roma, Gio. Giacomo de’Rossi, 1665].

21La maîtrise des différentes échelles dans un même bâtiment – celle du palais dans la cour et celle, monumentale, de la façade vers la place de Grève –, les subterfuges adoptés pour doubler la longueur de la façade malgré les contraintes du site, la souplesse avec laquelle les modèles furent adaptés aux contraintes du projet, montrent ainsi l’expérience certaine de Domenico comme architecte. Cela explique pourquoi alors même que Rosso et Primatice réalisaient le décor révolutionnaire de la galerie François Ier à Fontainebleau, le roi imposait Domenico da Cortona comme architecte de l’hôtel de ville de Paris, un édifice qui, par son rôle et son emplacement, exigeait un équilibre calibré entre tradition et nouveautés. Synthèse entre deux cultures, dans son plan, ses élévations et son décor, l’édifice ouvre la voie aux réalisations de la deuxième Renaissance, en devenant en même temps le modèle de référence pour les palais publics hors d’Italie.

Fig. 10 > Palazzo Cocchi, Florence, fin XVe siècle.

Notes

1 L’ensemble des documents concernant la chronologie de la construction est publié ou analysé dans Calliat Victor, L’Hôtel de Ville de Paris, mesuré, dessiné, gravé et publié par Victor Calliat, Paris, Carilian-Goeury et V. Dalmont, 1844 ; Lesueur Pierre, Dominique de Cortone dit Le Boccador. Du château de Chambord à l’Hôtel de ville, Paris, Henri Laurens, 1928 ; Steeves Cathryn Paulin, The Hôtel de Ville of Paris. The Architecture, Urbanism and Politics of Francis I, PhD, Columbia University, 1996. Sur la querelle d’attribution entre défenseur de Chambiges ou de Cortona comme concepteurs, voir Dorez Léon, « Dominique de Cortone et Pierre Chambiges », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XXXI, 1904, p. 158-170 ; Stein Henri, « Boccador et l’Hôtel-de-Ville de Paris », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XXXI, 1904, p. 123-136 ; Stein H., « La vérité sur Boccador, architecte de l’Hôtel-de-Ville de Paris », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XXXI, 1904, p. 171-176 ; Tuetey Alexandre, « Rapport au comité des inscriptions parisiennes sur l’architecte de l’Hôtel-de-ville », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XXXI, 1904, p. 177-181. La polémique contraire à l’attribution à Cortona, en faveur de Pierre Chambiges, a été menée surtout par Vachon Marius, Mémoire au Conseil municipal de Paris sur le projet de placer dans l’Hôtel de ville une inscription en l’honneur du Boccador, Paris, Saint-Étienne, Ploton et Chave, 1903 ; Vachon M., Mémoire complémentaire, Paris, Saint-Étienne, Théolier, J. Thomas et Cie, 1904 ; Vachon M., Deuxième mémoire complémentaire, Paris, Saint-Étienne, Théolier, J. Thomas et Cie, 1905 ; Palustre Léon, La Renaissance en France, Paris, 1879-1885, t. II, p. 124-128.

2 Bardati F., « Francesco I e il rinnovamento urbano di Parigi : un approccio graduale (1528-1540) », dans I grandi cantieri del rinnovamento urbano. Esperienze italiane ed europee a confronto (secoli XIV-XVI), éd. par Boucheron P. et Folin M., Rome, École française de Rome, 2011, p. 95-117. Un dialogue avec l’Italie est sans doute aussi souhaité par le roi par la concomitance avec l’alliance avec les Médicis, scellée par les noces d’Henri et Catherine célébrées à Marseille le 28 octobre 1533.

3 Sur la formation de Cortona, voir Bardati F., « “Dominico Cortonensi architectante” a Parigi (1530-1545) : il progetto dell’Hôtel-de-Ville », Actes des Giornate di studi in memoria di Arnaldo Bruschi (1928-2009), (Rome, 5-7 mai 2011), éd. par F. Cantatore, F. P. Fiore, M. Ricci, A. Roca De Amicis, P. Zampa, Quaderni dell’Istituto di Storia dell’Architettura, n. s., 57-59, 2013, p. 143-150 ; Bardati F., « Domenico da Cortona, architecte de l’Hôtel-de-Ville de Paris et Léonard de Vinci », Actes du colloque Léonard de Vinci : « Romorantin, le projet oublié », (Romorantin 3-5 juin 2010), en cours de publication.

4 Codex Atlanticus, fo 475vo (174vo-a, cf. Pedretti Carlo, The Codex Atlanticus of Leonardo da Vinci. A Catalogue of its Newly Restored Shetts, Part one, vols. I-VI, New York, Johnson, 1978, p. 223).

5 La volonté d’agrandir l’ancienne Maison aux piliers était manifeste dès 1529, quand des terrains furent achetés dans ce but, mais les travaux ne purent commencer avant l’autorisation royale (Tuetey A., Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, Paris, Imprimerie nationale, 15 vol., 1883-1921, II, 1886, p. 61-62 ; p. 164).

6 Lesueur P., Dominique de Cortone, op. cit., p. 96. La possibilité d’accéder à la pièce située derrière la garde-robe de l’appartement royal n’est pas la seule marque de la faveur royale envers son architecte cortonnais : un acte de 1545 témoigne qu’il lui a offert un immeuble « le long du cymetière Sainct Innocent, du costé de la rue de la Charronnerie » (Stein H., « Boccador… », op. cit., p. 126).

7 Il reçoit 72 livres tournois pour ces créations (Prost Bernard, « Le véritable architecte de l’ancien Hôtel de Ville de Paris », Gazette des Beaux-Arts, 1891, VII, p. 501-504, p. 502).

8 Ibid.

9 « Berqualor » est la graphie française pour « Beccaloro », nom donné à Bernabeo, ancêtre de Domenico. Le nom « Boccadoro », en revanche, est une invention du XIXe siècle, qui ne trouve aucune confirmation dans les sources (Bardati F., « “Dominico Cortonensi architectante”… », op. cit.).

10 Lesueur P., Dominique de Cortone, op. cit., p. 97.

11 Steeves C. P., The Hôtel de Ville…, op. cit., p. 91. Malgré cet accord, l’aile nord et le pavillon Saint-Esprit sont les dernières parties bâties.

12 Lalanne Ludovic, « Une lettre inédite de François Ier relative à l’escalier de l’Hôtel de Ville de Paris », Bulletin de la société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 1884, p. 184-185. Le document et la morphologie de l’escalier sont analysés dans Guillaume Jean, « L’escalier dans l’architecture française de la première moitié du XVIe siècle », dans L’escalier dans l’architecture de la Renaissance, Actes du colloque (Tours 22-26 mai 1979), Paris, Picard, 1985, p. 27-47, p. 36.

13 Tuetey A., Registres…, op. cit., p. 239-256

14 Charles Lecomte est également documenté sur le chantier (Steeves C. P., The Hôtel de Ville…, op. cit., p. 52).

15 Ibid., p. 68.

16 Ibid., p. 60.

17 Ibid., p. 73.

18 Calliat représente l’hôtel de ville déjà agrandi, mais il est possible de reconnaître les éléments originaux en plan et en élévation.

19 Il dote ainsi l’édifice d’espaces supplémentaires non seulement au-dessous des quatre corps de bâtiments mais aussi sous l’ample surface de la cour.

20 De l’autre côté une rampe droite permet de rejoindre la ruelle Saint-Jean.

21 Whiteley Mary, « Royal and Ducal Palaces in France in the Fourteenth and Fifteenth Centuries », dans Architecture et vie sociale. L’organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, éd. par Guillaume Jean, Paris, Picard, 1994, p. 47-63, p. 48.

22 Guillaume J., « L’escalier dans l’architecture française… », op. cit., p. 36.

23 Bardati F. « Domenico da Cortona… », op. cit.

24 Ibid.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Jean Marot, hôtel de ville de Paris, élévation sur la place de Grève, gravure (1662).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 2 > L’hôtel de ville avant les transformations du XIXe siècle : on voit au nord la chapelle de l’hôpital Saint-Esprit, à l’est l’église Saint-Jean de Grève, au sud la rue Saint-Jean, puis du Martroi [d’après Calliat, v. 1844].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 3 > Restitution du plan du rez-de-chaussée de l’hôtel de ville selon le projet de Domenico da Cortona [d’après Lesueur, p. 1928].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 4 > Cortona, Ospedale degli Infermi (ca. 1440) : arcade qui enjambe la rue entre l’hôpital et l’église San Francesco [© Simona Biagianti, 2013].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 5 > L’arcade du pavillon Saint-Jean vue par derrière, lithographie (XIXe siècle).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 6 > La cour de l’hôtel de ville vue du portique ouest [© Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, inv. 34260].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 7 > Trames modulaires du plan du rez-de-chaussée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 8 > Chapiteau du rez-de-chaussée de la cour de l’hôtel de ville [© Musée Carnavalet – Flaminia Bardati, 2011].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 9 > Raphaël, Palazzo Branconio, Rome [d’après Ferrerio Pietro, Palazzi di Roma de’più celebri architetti, Roma, Gio. Giacomo de’Rossi, 1665].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 10 > Palazzo Cocchi, Florence, fin XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8330/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

Auteur

Sapienza Università di Roma Dipartimento di Storia, Disegno e Restauro dell’Architettura

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540