Version classiqueVersion mobile

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Partie II. Aux marges du royaume de France (XIVe-XVIe siècle)

Morphologie de l’espace public en Allemagne

Stephan Albrecht

Texte intégral

  • 1 Melville Gert und von Moos Peter, « Das Öffentliche und das Profane in der Vormoderne », dans G. M (...)

1 Au moyen âge, la mise en œuvre de l’acte public joua un rôle essentiel. « Comment et de quelle manière se répercuta-t-il sur l’espace public ? » est une réflexion fondamentale que les chercheurs ont investie ces dernières années1, et dont nous voudrions examiner les conséquences concrètes sur la morphologie de la ville. Où se trouvaient ces lieux publics ? Quelles étaient leurs apparences et comment ont-ils évolué ? Des transformations architecturales furent conduites dans un contexte de mutation politique, au moment du passage du pouvoir d’un gouvernement seigneurial à un pouvoir municipal. L’exemple de la ville de Worms montre que l’espace public était d’abord situé dans l’enclos de la cathédrale, puis que par la suite des places furent créées en dehors : il nous faut donc scruter les conséquences des politiques urbaines conduites par les cités à la fin du Moyen Âge, à l’exemple de Lübeck et de Cologne, sur l’architecture de la cité.

LES ESPACES PUBLICS SEIGNEURIAUX

  • 2 Bönnen Gerold, « Dom und Stadt – Zu den Beziehungen zwischen der Stadtgemeinde und der Bischofskir (...)
  • 3 Joutz Ludwig, Der mittelalterliche Kirchenvorhof in Deutschland, Berlin, Triltsch, 1936.

2Avant la formation des communes au XIIIe siècle, et souvent par la suite, le pouvoir seigneurial conservait toute autorité sur la mise en œuvre de la politique urbaine. À Worms, l’enclos de la cathédrale constituait l’espace public politique privilégié. L’église-cathédrale elle-même y jouait un rôle important en tant que lieu de proclamation des actes de justice. Ainsi, le jour des Saints de l’an 1016, presque tous les habitants de la ville y furent rassemblés comme témoins d’une procédure juridique. D’autres cérémonies similaires sont attestées tant à Worms qu’en d’autres lieux2. Ce n’est pas seulement l’espace intérieur de la cathédrale qui servait de lieu de rassemblement mais également ses portails. Le portail de l’église, de fait, était le lieu privilégié pour la passation d’actes juridiques, depuis les mariages et la conclusion de contrats en présence de témoins, aux serments et à la délivrance de documents officiels et autres exploits publics3. Une fonction déterminante revenait aussi au palais épiscopal (fig. 1) : dans sa salle supérieure l’évêque présidait l’assemblée des représentants de la communauté urbaine, plus tard le conseil échevinal. En outre, l’escalier qui y conduisait jouait un rôle particulier car il participait du cérémonial de cour : c’est ici qu’avaient lieu les hommages et c’est également ici qu’étaient tenus des procès, coram omni popolo, pour lesquels les citoyens étaient appelés au son des cloches à venir se rassembler sur la place située entre l’église cathédrale et le palais épiscopal. Comme dans la plupart des villes jusqu’à la fin du XIIe siècle, l’évêque, en tant que seigneur de la ville, était le seul à avoir le droit de convoquer la population au son de la cloche, comme d’ouvrir et de fermer à son gré les portails de l’enclos cathédral. À Worms, ce privilège put être défendu jusqu’à la fin du Moyen Âge.

  • 4 Fröhlich Karl, Mittelalterliche Bauwerke als Rechtsdenkmäler (Arbeiten zur rechtlichen Volkskunde, (...)
  • 5 Bönnen G., « Kontakte und Beziehungen zwischen Worms und Lorsch im Mittelalter », Jahrbuch für wes (...)

3Le seigneur contrôlait non seulement les aspects politiques et juridiques de la vie publique, mais aussi les activités économiques de la commune, ou encore les étalons des unités de poids et mesure. La mesure de longueur par exemple, l’« Elle épiscopal », était placée du côté oriental de la cathédrale, le plus proche possible du marché4. Les tentatives de la commune pour affirmer son autonomie ne purent aboutir : en 1232, l’évêque faisait détruire l’édifice qu’elle avait fait ériger pour y tenir ses séances, même si en 1265 un compromis fut conclu, qui lui permettait de posséder une maison, sans avoir cependant le droit d’y tenir réunion5. Ainsi, le conseil échevinal dut jusqu’au XVIe siècle tenir ses assemblées et élections, ou rédiger ses actes juridiques, dans le palais épiscopal.

Fig. 1 > Worms, place de la cathédrale avec le palais épiscopal [Reuter Fritz, Peter und Johann Friedrich Hamman, Handzeichnungen von Worms aus der Zeit vor und nach der Stadtzerstörung 1689 im « Pfälzischen Erbfolgekrieg », Worms, Bücher Bessler, 1989].

LES PLACES PUBLIQUES DE LA VILLE DE LÜBECK

4Les places publiques de plan régulier, qu’elles soient en dehors ou au-dedans de l’enceinte fortifiée, répondaient en grande partie ou exclusivement à des fonctions économiques. Quelle fut leur genèse et comment pouvons-nous nous représenter leur évolution dans le temps ?

5L’exemple de Lübeck nous permet de comprendre les mutations des espaces publics sur une courte période de soixante ans. Située de manière avantageuse sur le bord de la mer Baltique, la ville fut méthodiquement reconstruite en 1159 par Henri le Lion, sur une presqu’île disposée entre les fleuves Trave et Wakenitz. Au nord, vers l’isthme qui était favorable à la défense, se trouvait le château seigneurial, au milieu, descendant vers la Trave, les quartiers des marchands autour de la place et, au sud, l’enclos cathédral qui s’y trouvait dès avant 1163 (fig. 2).

6Au début du XIIIe siècle, trois places publiques existaient : celle du marché portuaire sur la rive de la Trave et, au point culminant de la ville, la place du marché ; au nord, entre le château et l’église Saint-Jacques, existait en outre un espace libre d’habitations.

Fig. 2 > Lübeck, plan de la ville médiévale [© S. Albrecht].

La place de la Trave

  • 6 HolstJens, « Zur mittelalterlichen Baugeschichte der Häuser Alfstrasse 36/38 in Lübeck – Ein Zwisc (...)

7Le marché de la Trave (fig. 3) accueillait à l’origine les simples étals des marchands, avant que fut construit dans le premier quart du XIIIe siècle un bâtiment en pierre. Ce bâtiment à deux étages, à en juger par sa situation, et par ses caractéristiques qui permettent des comparaisons avec des édifices d’autres villes, était probablement la maison des guildes des riches commerçants de la haute mer (fig. 4). Dès 1181 des prescriptions d’urbanisme réglementaient l’alignement des édifices. La première assemblée des habitants, encore dépendante du pouvoir seigneurial, dut se réunir en ces lieux ; elle avait la possibilité d’établir les nouveaux actes juridiques et de les contrôler6. Les fouilles récentes de 2003 ont montré qu’à partir de 1200 des boutiques en bois y furent édifiées, remplacées au XIIIe siècle par une enfilade de boutiques de pierre.

Fig. 3 > Lübeck, marché portuaire, maquette de 1995 [Heinrich der Löwe und seine Zeit. Herrschaftund Repräsentation der Welfen 1125-1235, catalogue Braunschweig 1995].

Fig. 4 > Lübeck, Maison des guildes, Alfstrasse 38 [© S. Albrecht/Holst].

Fig. 5 > Installation portuaire après 1217, maquette de 1995 [Heinrich der Löwe und seine Zeit. Herrschaftund Repräsentation der Welfen 1125-1235, catalogue Braunschweig 1995].

  • 7 Rörig Fritz, « Der Markt von Lübeck », dans Wirtschaftskräfte im Mittelalter. Abhandlungen zur Sta (...)
  • 8 Mührenberg Doris, « Der Markt zu Lübeck. Ergebnisse archäologischer Untersuchungen », Lübecker Sch (...)

8La place de la Trave fut un vecteur essentiel du premier aménagement urbain du XIIe siècle ; comme cela fut le cas pour le forum7, elle avait un rôle public8. Sa superficie fut fortement réduite et son commerce en partie déplacé dans les caves de maisons privées à la suite de la construction des murailles de la ville en 1217.

La place du marché et la nouvelle place du Koberg

9Le lieu de réunion du conseil échevinal, établi en 1201, était une maison à deux étages mentionnée dès 1225 à l’angle nord-ouest du marché. À la différence de Cologne, où le seigneur de la ville possédait un ensemble de biens, la propriété foncière à Lübeck était aux mains depuis la fin du XIIIe siècle de l’oligarchie de la ville, membres du conseil. Dès le début des années 1220, ce dernier régentait les activités économiques, pouvait prononcer des infractions contre l’ordre public et vérifier la monnaie (fig. 5).

  • 9 Holst Jens Christian, « Das Haus Koberg 2 in Lübeck – Zur Stratigraphie eines Baudenkmals », dans (...)

10Après la construction en 1217 de l’enceinte urbaine, sur la surface qui était encore libre au sud de l’espace fortifié, fut créée, à proximité de la cathédrale, une nouvelle place, sur le côté occidental de laquelle fut construite une maison en pierre à deux niveaux, mais qui resta libre de toute construction sur ses trois autres côtés (fig. 6). Ce bâtiment possédait contre sa façade donnant sur la place un édicule en forme de porche (loge) qui en constituait le tribunal seigneurial9 (fig. 7).

  • 10 Erdmann Wolfgang, « Die Ausbildung der Lübecker Plätze im 12. und 13. Jahrhundert sowie Anmerkunge (...)

11Dès le début du XIIIe siècle, Lübeck possédait ainsi différentes places publiques ayant des fonctions politiques : les affaires qui faisaient partie du domaine de compétence du seigneur furent à l’origine négociées et prononcées à l’intérieur du château, puis au plus tard depuis 1217 dans et devant le tribunal dit du Koberg10. Des questions de droit liées au marché furent déléguées assez tôt à une assemblée de bourgeois, laquelle tint vraisemblablement séance, jusqu’à la fin du XIIe siècle, dans la première maison des guildes. L’installation du conseil échevinal en 1201 sur la place du Marché (« Markplatz »), donnait désormais une dimension nouvelle à cette dernière en soulignant encore son rôle dans la vie politique de la cité. Avec les privilèges accordés en 1226 (« Reichsunmittelbarkeit ») et l’acquisition des droits de justice au plus tard dans les années 1240, des changements politiques décisifs eurent lieu à Lübeck : le pouvoir municipal se substitua au pouvoir seigneurial dans certaines de ses prérogatives anciennes de justice ou de police, ce qui entraîna un certain nombre de conséquences sur les fonctions de la place et sur son organisation. Alors que le tribunal seigneurial du Koberg était désormais privé de tout rôle institutionnel, la place du Marché devenait le centre dominant de la ville. Dès 1227, le château fut démantelé pour permettre l’implantation d’une abbaye dominicaine. À côté de l’ancien tribunal seigneurial, la ville fit construire l’hôpital du Saint-Esprit, qui dominait la place du Koberg (fig. 8). Après l’incendie de la ville de 1276, le tribunal, à l’origine isolé des autres bâtiments sur trois de ses côtés, fut inséré dans le rang des maisons bourgeoises et sa loge fut murée (fig. 9).

Fig. 6 > Lübeck, la place du marché vers 1300 d’après Rörig [© S. Albrecht].

Fig. 7 > Lübeck, le Koberg le tribunal seigneurial avec sa loge après 1217 [© S. Albrecht].

Fig. 9 > Lübeck, Koberg, le tribunal seigneurial avec sa loge après 1276 [© S. Albrecht].

Fig. 10 > Lübeck, le premier hôtel de ville, avant 1250 [© S. Albrecht].

Fig. 11 > Lübeck, l’hôtel de ville après 1251 [© S. Albrecht].

12Parallèlement à la perte de statut politique du Koberg, le marché bénéficia d’aménagements divers : son sol fut stabilisé grâce à la pose de planchers de bois, une fosse à déchets fut creusée, etc., de telle sorte qu’il puisse offrir de meilleures conditions pour l’organisation des manifestations publiques. À l’angle nord-est de la place, la ville fit construire, peu après la reconnaissance de ses libertés, un nouvel édifice en usage dès 1250, qui décuplait les surfaces utiles par rapport à celle de l’ancien hôtel de ville et réunissait aussi bien les halles aux draps que les lieux d’exercice de l’autorité municipale (fig. 10).

  • 11 Rörig Fritz, « Der Markt von Lübeck », Wirtschaftskräfte im Mittelalter. Abhandlungen zur Stadt-un (...)
  • 12 Christensen Margrit, « Zur Bebauungs, zur Handels, Produktions, und Wohnnutzung bis um 1800 », dan (...)

13L’incendie de la ville en 1251 entraîna une très forte restauration du bâtiment, un portique à deux niveaux fut élevé contre la façade donnant sur le marché (fig. 11). Ce portique rendait manifeste les droits de justice de la commune alors que la loge de l’ancien tribunal seigneurial sur le Koberg devait disparaître peu de temps après. Désormais, tous les actes publics d’ordre politique devaient être passés dans l’hôtel de ville, sur le marché. Ici se présentaient les témoins pour les audiences devant le tribunal, ici se rassemblaient les habitants de la ville pour les hommages, ici étaient proclamés les actes de justice. Sous le portique se conservaient encore les modèles des poids et mesures en usage dans la ville. Dès cette date, et jusqu’au XIVe siècle, la morphologie de la place devait s’en trouver transformée11. Si, à l’origine, le marché était seulement le lieu de vente de produits manufacturés à l’extérieur dans des ateliers urbain ou péri-urbains, par la suite les lieux d’habitation et de production eurent tendance à être réunis autour de la place. Ce fait eut deux conséquences : les étals des artisans y disparurent peu à peu, remplacés par des maisons, et le marché perdit sa position économique prééminente. Ainsi, un lieu de marché à l’origine exclusivement consacré au commerce devenait une place bordée de bâtiments publics et de riches maisons bourgeoises. Au début du XIVe siècle, le sol de la place fut pavé12. À partir de la même époque la ville intervint dans des opérations de remembrement urbain qui avaient pour but de dégager le parcellaire à l’est de la place afin de procéder aux extensions envisagées de l’hôtel de ville. Par contre, vers le nord, près de l’église Sainte-Marie, la ville avait déjà acquis tous les terrains nécessaires, de sorte qu’elle put y réaliser une reconstruction uniforme au début du XIVe siècle.

Fig. 8 > Lübeck, l’hôpital du Saint-Esprit [Cord Meckseper, Kleine Kunstgeschichte der deutschen Stadt im Mittelalter, Darmstadt, Primus, 1991].

WISMAR ET COLOGNE

  • 13 Schubert Matthias, « Der Marktplatz zu Wismar. Seine Häuser und Buden », Wismarer Beiträge, t. 2, (...)

14D’autres projets semblables furent développés dans d’autres villes, au début du XIVe siècle, comme par exemple à Wismar où la ville fit construire sur la place du Marché de nouveaux édifices dont les façades uniformes vinrent souligner la cohérence du projet13 (fig. 12). S’y trouvent affirmées la puissance de la ville et sa volonté de l’exprimer sur le plan urbanistique. Mais que se passa-t-il dans les villes où les rapports politiques entre le seigneur et le pouvoir échevinal s’inscrivaient dans des relations différentes ?

15À Cologne, comme à Worms, c’est dans l’enclos de la cathédrale que se déroulaient les actes politiques et juridiques majeurs. Devant le côté sud de la cathédrale se trouvait une cour avec le palais de l’évêque et de l’archevêque. Le lieu le plus important pour les actes politiques était le palais de l’évêque. La haute cour de justice se réunissait d’abord dans une loge couverte (Laube) devant le transept de la cathédrale romane. Au plus tard après la transformation gothique de ce lieu en 1325, fut créé un palais de justice autonome comme à Lübeck. Il conserva sa fonction jusqu’à la fin du Moyen Âge (fig. 13 et 14).

  • 14 Bellot Christoph, « Zur Geschichte und Baugeschichte des Kölner Rathauses bis ins ausgehende 14. J (...)

16À Cologne, l’affirmation du pouvoir urbain se fit beaucoup moins clairement qu’à Lübeck. Dès le XIIe siècle existaient déjà deux institutions en concurrence, qui possédaient leur propre demeure en pierre dans le riche quartier Saint-Laurent, où se trouvaient les habitations des bourgeois et des juifs aisés (fig. 15). Le conseil de ville, aux pouvoirs d’abord limités, est attesté pour la première fois en 1216 : il se réunissait alors dans une maison qui appartenait aux élus dans le quartier Saint-Laurent. Quand, en 1310, le conseil décida de mettre en œuvre un projet ambitieux visant à doter la ville d’un monument représentatif de sa puissance, il fut confronté à de nombreuses difficultés faute d’espace libre, aussi bien vers l’ouest en raison d’un parcellaire très dense qu’à l’est, en raison des contraintes exercées par l’enceinte romaine. D’autre part, les terrains qui appartenaient aux juifs ne pouvaient être expropriés. Aussi, non seulement l’ambition du projet dut être limitée par rapport à des réalisations contemporaines comme celles de Nuremberg, Erfurt ou Ratisbonne, mais de surcroît il ne fut pas possible de créer une place urbaine avant 1349 ; à cette date l’expulsion de la communauté juive et le partage de leurs biens, moitié pour l’évêque, moitié pour la ville, créa les conditions propices à un remaniement urbain de grande ampleur et à la création d’une place14 (fig. 16). L’hôtel de ville fut alors agrandi : peu après 1360, un portique à étage fut plaqué contre sa façade, qui offrait désormais un cadre propice aux réunions (fig. 17). En 1426, à la suite d’une politique d’acquisitions systématique, la plupart des terrains de la place appartenaient à la ville.

Fig. 12 > Wismar, les boutiques du marché.

Fig. 13 > Cologne, plan schématique au XIIIe siècle [d’après H. Hellenkemper et E. Meynen, « Köln », dans Deutscher Städtealtlas, Dortmund, Größchen, 1979].

Fig. 14 > Cologne, l’ancienne halle de justice [Kirgus Isabelle, Renaissance in Köln : Architektur und Ausstattung, 1520-1620, Bonn, Bouvier, 2000].

Fig. 15 > Cologne, le quartier de la première domus vers 1150,
– en gris foncé : les propriétés ecclésiastiques ;
– en gris intermédiaire : les propriétés juives ;
– en gris clair : la première maison commune [Geis Walter et al., Köln : das gotische Rathaus und seine historische Umgebung, Cologne, J.-P. Bachem, 2000].

  • 15 Albrecht S., Mittelalterliche…, op. cit., p. 144-150 ; 205-208 ; 218-221 ; 214-217.
  • 16 Braunfels Wolfgang, Mittelalterliche Stadtbaukunst in der Toskana, Berlin, Gebrüder Mann Verlag, 1 (...)

17La comparaison entre Cologne et Lübeck éclaire l’ensemble des rapports de pouvoir particuliers existant entre le seigneur et la communauté des habitants. Néanmoins, en dépit de nombreuses différences, les deux villes s’efforçaient de donner à leur ville au XIVe siècle un nouveau centre politique qui devait être représentatif de leur puissance. L’architecture, avec sa richesse et son décor, participait à leurs yeux de ce système de représentation. Le processus qui vise à dégager l’espace urbain en relation avec la construction de bâtiments édilitaires se retrouve à Aix-la-Chapelle (fig. 18) où, lorsque l’ancien palais impérial fut transformé en hôtel de ville, une place fut ménagée vers le côté nord. On connaît des procédés semblables à Nuremberg, Munich, Ratisbonne et dans d’autres villes encore15. Le réaménagement des centres urbains à partir de la fin du XIIIe siècle n’était pas un phénomène exclusivement allemand. Il en fut de même en Italie, surtout en Toscane, où ces transformations ont plus encore qu’en Allemagne laissé leur empreinte dans la physionomie des villes. À Florence et à Sienne, en relation avec la construction d’un nouveau palais communal (fig. 19), ces places ont donné à la ville un nouveau centre politique qui succédait au quartier de la cathédrale16.

Fig. 16 > Cologne, quartier de l’hôtel de ville au XVe siècle [Geis Walter et al., Köln : das gotische Rathaus und seine historische Umgebung, Cologne, J.-P. Bachem, 2000].

Fig. 17 > Cologne, place de l’hôtel de ville, par Johann Peter Weyer, 1827 [Geis Walter et al., Köln : das gotische Rathaus und seine historische Umgebung, Köln, J.-P. Bachem, 2000].

18À la différence de la situation prévalant dans un état moderne, au Moyen Âge, les lieux de proclamation des actes n’étaient pas insignifiants ; jugements, décrets, élections, serments n’étaient authentifiés que par leur publication officielle au vu et au su de tous, même si les tentatives des magistrats urbains de créer des lieux uniques de prise de parole publique n’aboutirent pas. La création de nouveaux espaces publics fut en relation inverse avec le contrôle exercé par le seigneur et, à Worms, aucun projet ne put être mené à bien pour cette raison. À Lübeck, la ville s’appropria très tôt la place du Marché où se concentrèrent bientôt toutes les manifestations officielles et politiques de la ville. C’est la raison pour laquelle les magistrats urbains s’attachèrent à remodeler ces lieux où s’affirmait la symbolique du pouvoir édilitaire.

Fig. 18 > Aix-la-Chapelle, l’hôtel de ville [Albrecht Stephan, Mittelalterliche Rathäuser in Deutschland, Darmstadt, WBG, 2004].

Fig. 19 > Florence, Piazza della Signoria, plan des Zocchi [Braunfels Wolfgang, Mittelalterliche Stadtbaukunstin der Toskana, Berlin, Gebrüder Mann Verlag, 1979].

Notes

1 Melville Gert und von Moos Peter, « Das Öffentliche und das Profane in der Vormoderne », dans G. Melville et P. von Moos (eds.), Das Öffentliche und das Private im Mittelalter. Für einen kontrollierten Anachronismus (Norm und Struktur, 10), Köln, Weimar, Wien, 1998, p. 3-83 ; Rau Susanne et Schwerhoff Gert (eds.), Zwischen Gotteshaus und Taverne. Öffentliche Räume in Spätmittelalter und Früher Neuzeit (Norm und Struktur, 21), Köln, Weimar, Wien 2004.

2 Bönnen Gerold, « Dom und Stadt – Zu den Beziehungen zwischen der Stadtgemeinde und der Bischofskirche im mittelalterlichen Worms », Der Wormsgau, t. 17, 1998, p. 8-55, ici p. 45-47 ; Bönnen Gerold, « Zwischen Kirche und Stadtgemeinde. Funktionen und Kontrolle von Glocken in Kathedralstädten zwischen Rhein und Maas », dans A. Haverkamp (ed.), Formen der Information, Komunikation und Selbstdarstellung in den mittelalterlichen Gemeinden Deutschlands und Italiens, München 1998 ; Arnoux Matthieu, « Essor et déclin d’un type diplomatique : les actes passés coram parrochia en Normandie (XIIe-XIIIe siècles) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 154, 1996, p. 323-357.

3 Joutz Ludwig, Der mittelalterliche Kirchenvorhof in Deutschland, Berlin, Triltsch, 1936.

4 Fröhlich Karl, Mittelalterliche Bauwerke als Rechtsdenkmäler (Arbeiten zur rechtlichen Volkskunde, 3), Tübingen, Osiander, 1939, p. 39.

5 Bönnen G., « Kontakte und Beziehungen zwischen Worms und Lorsch im Mittelalter », Jahrbuch für westdeutsche Landesgeschichte, no 23, 1997, p. 89-104 ; voir aussi Albrecht Stephan, Mittelalterliche Rathäuser in Deutschland, Darmstadt, WBG, 2004, p. 16-20 et 155.

6 HolstJens, « Zur mittelalterlichen Baugeschichte der Häuser Alfstrasse 36/38 in Lübeck – Ein Zwischenbericht », Lübecker Schriften zur Archäologie und Kulturgeschichte, t. 11, 1985, p. 131-143.

7 Rörig Fritz, « Der Markt von Lübeck », dans Wirtschaftskräfte im Mittelalter. Abhandlungen zur Stadt-und Hansegeschichte, Wien, Köln, Graz, 1971, p. 36-133 ; Erdmann Wolfgang, « Archäologie im Marktviertel von Lübeck », Lübecker Schriften zur Archäologie und Kulturgeschichte, t. 17, 1988, p. 101-107 ; Mührenberg D., « Archäologische Untersuchungen auf dem Lübecker Markt », dans Von Hartwig L., Lüth F. und Laux F. (eds.), Festschriftfür Wolfgang Hübener zu seinem 65. Geburtstag am 15. Juni 1989, Neumünster, K. Wachholtz, 1989.

8 Mührenberg Doris, « Der Markt zu Lübeck. Ergebnisse archäologischer Untersuchungen », Lübecker Schriften zur Archäologie und Altertumskunde, t. 23, 1993, p. 83-154, voir p. 84 ; Schalies Ingrid, « Bericht der Lübecker Archäologie für das Jahr 2002/2003 », Zeitschriftdes Vereins für lübeckische Geschichte und Altertumskunde, 83, 2003, p. 207-228.

9 Holst Jens Christian, « Das Haus Koberg 2 in Lübeck – Zur Stratigraphie eines Baudenkmals », dans Cramer J. (ed.), Bauforschung und Denkmalpflege, Stuttgart, DVA, 1987, p. 96-109.

10 Erdmann Wolfgang, « Die Ausbildung der Lübecker Plätze im 12. und 13. Jahrhundert sowie Anmerkungen zu deren Ikonologie », Zeitschrift für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, t. 71, 1991, p. 9-51.

11 Rörig Fritz, « Der Markt von Lübeck », Wirtschaftskräfte im Mittelalter. Abhandlungen zur Stadt-und Hansegeschichte, Wien, Köln, Graz, 1971, p. 36-133.

12 Christensen Margrit, « Zur Bebauungs, zur Handels, Produktions, und Wohnnutzung bis um 1800 », dans Siewert H. (ed.), Zehn Jahre Weltkulturerbe (Denkmalpflege in Lübeck, 2), Lübeck, Schmidt-Römhild, 1998, p. 46-61.

13 Schubert Matthias, « Der Marktplatz zu Wismar. Seine Häuser und Buden », Wismarer Beiträge, t. 2, 1985, p. 50-67.

14 Bellot Christoph, « Zur Geschichte und Baugeschichte des Kölner Rathauses bis ins ausgehende 14. Jahrhundert », dans Geis W. et Krings U., Das gotische Rathaus und seine historische Umgebung, Köln, J.-P. Bachem, 2000 (Stadtspuren – Denkmäler in Köln, 26), p. 69-195.

15 Albrecht S., Mittelalterliche…, op. cit., p. 144-150 ; 205-208 ; 218-221 ; 214-217.

16 Braunfels Wolfgang, Mittelalterliche Stadtbaukunst in der Toskana, Berlin, Gebrüder Mann Verlag, 1979 ; pour Florence : p. 198-203, pour Sienne : p. 193-198.

Auteur

Professeur à l’université de Bamberg

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search