Version classiqueVersion mobile

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Partie II. Aux marges du royaume de France (XIVe-XVIe siècle)

L’hôtel de ville de Lille : architecture et représentation du pouvoir (1424-1593)

Laure Delrue-Vandenbulcke

Texte intégral

  • 1 Enlart Camille, Manuel d’archéologie française, 2e partie : Architecture civile et militaire, Paris (...)

La maison commune des bourgeois est une maison noble, à titre de collectivité.1

  • 2 Houdoy Jules, La Halle échevinale de Lille, Lille, Aubry, 1870 ; Jules Houdoy, conservateur du musé (...)

1La composition de sa façade, sa monumentalité et la richesse de son décor intérieur concourent à illustrer le caractère noble de l’hôtel de ville. La façade fait œuvre de représentation, elle illustre l’institution échevinale. Le cas de l’hôtel de ville de Lille est relativement bien documenté, les comptes des travaux réalisés sur ses façades en 1424 et 1593 étant conservés aux archives municipales de Lille. Les registres des délibérations municipales et quelques documents iconographiques, parfois d’une interprétation délicate, viennent compléter les sources. Ces documents ont été partiellement exploités par Jules Houdoy2 en 1870, dans la monographie qu’il consacra à la halle échevinale de Lille entre 1233 et 1664. Cependant, les pièces justificatives produites en annexe de cet ouvrage ne répondent pas aux exigences actuelles d’édition des textes et présentent des ambiguïtés et des lacunes susceptibles de nuire à l’interprétation des sources.

POUVOIR URBAIN

  • 3 Delrue Laure, Beffrois et hôtels de ville de la fin du Moyen Âge en Flandre française : les chantie (...)

2L’octroi des chartes urbaines en Flandre se situe dans le mouvement général des libertés urbaines et de l’émancipation des communes (XIe et XIIe siècles). Les droits accordés à la communauté des échevins relèvent de certaines attributions seigneuriales telles que l’exercice de la basse et moyenne justice, l’assurance de la sécurité collective, ou encore le contrôle du commerce et des taxations qui en découlent. Ces nouveaux droits et fonctions réclament leur lieu d’exercice3. Le droit de justice nécessite tribunal et prisons. La bretèche d’où sont proclamées les sentences – plus visible que les prisons échevinales, souvent situées dans le beffroi –, rappelle à tous la juridiction des échevins sur les habitants de la cité. En outre, on peut évoquer le droit – ou plutôt l’intérêt – des bourgeois à conserver les archives de leur ville, dans un local sûr, qui souvent sert également de trésor. Le droit de cloche constitue un attribut de la commune au même titre que la prison échevinale ou le droit de lever des impôts. Il permet de régler les horaires de travail des ouvriers ou d’avertir la population des dangers qui pourraient survenir. Il implique l’existence d’un clocher, dont la signification est moins à rechercher dans l’imitation des édifices religieux que dans celle du pouvoir seigneurial, symbolisé par la turris, signal visible de l’étendue du pouvoir féodal sur la banlieue : qui voit la tour est possession du seigneur.

  • 4 Contrôleurs assermentés qui procèdent à la vérification de la qualité des produits, et des poids et (...)

3Le contrôle du commerce est marqué par la proximité des halles (fig. 1, pl. VII, p. XIII, et fig. 2), et se traduit par la conservation, dans les archives de la ville, des bans et des statuts qui régissent la production commerciale et les échanges, ainsi que par la détention des poids et des mesures de la cité, servant de référence aux « eswardeurs4 ». Aux fonctions judiciaires, sécuritaires et économiques s’ajoute un quatrième objectif pour définir le programme de la maison commune : la représentation de l’identité urbaine. Cette dernière détermine la monumentalité de l’édifice, qui peut intégrer des éléments associés aux fonctions énumérées plus haut, ou relever du seul apparat, et se traduire par la présence d’un porche au-devant de la façade, d’un beffroi, d’une horloge publique, ou encore d’un riche décor sculpté.

Fig. 2 > Lille, le marché vers 1600. En haut du plan, la maison du Scel est mal située car elle devrait se trouver à côté de la halle échevinale. La rue des Malades est en réalité la rue de la « Cordewanerie » [Benoit A., Souvenirs archéologiques de la ville de Lille : Le Beauregard, 1426-1651, Lille, Raoust, 1939, pl. h. t.].

  • 5 Travail réalisé par les « cauchieurs », ouvriers chargés du pavage et de l’entretien des chaussées.

4La monumentalité de l’édifice est étroitement liée à son inscription dans le paysage urbain. À Lille, l’hôtel de ville est au cœur de la cité, puisque directement voisin des halles, sur la « grand place » (fig. 3, pl. VII, p. XIII). Devant la halle échevinale se trouvent la fontaine au change, lieu de rencontre quotidienne des bourgeois et des marchands, cœur économique de la cité, et le pilori, qui rappelle en permanence le droit de justice exercé par le Magistrat. À partir du XIVe siècle, les alentours de la maison échevinale sont pavés5.

LA MAISON COMMUNE DE LILLE : REPÈRES CHRONOLOGIQUES

  • 6 Charte des libertés de Lille, AM Lille : « Insuper sciendum est quod scabinis juratis totique commm (...)
  • 7 AM Lille, pièce 104/1952, cote 15.880.

5En 1235, Marguerite, comtesse de Flandre, octroie au Magistrat de Lille la jouissance des bâtiments des halles et le droit de percevoir la moitié de l’impôt sur les ventes qui y étaient réalisées6. Cette cession est confirmée en 1279 aux échevins par Guy de Dampierre7.

  • 8 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1341, cote 16.033.
  • 9 Ibid., pièce 114/2033, cote 15.883.
  • 10 Ibid., cotes 16.130 et 16.131.

6Les halles sont mentionnées dans les comptes de la ville pour la première fois en 13418 (des travaux de dorure y sont réalisés). En 1396, le duc de Bourgogne, par lettres patentes9, autorisa la ville à vendre la maison du Scel pour faire l’acquisition d’une maison contiguë aux halles (fig. 2 et 4). L’année suivante10, un corps de bâtiment abritant la chambre des échevins fut ajouté aux halles.

Fig. 4 > Lille, plan de l’hôtel de ville [réalisé d’après Houdoy J., La halle échevinale de la ville de Lille, 1235-1664, Lille-Paris, chez les principaux libraires-Aubry, 1870, et le plan conservé aux archives municipales de Lille sous la cote AG 375, pièce 11].

  • 11 Ibid., cotes 16.151 et 16.152.
  • 12 Ibid., cotes 16.168 et 15.916.
  • 13 Ibid., cote 16.183.
  • 14 Ibid., cote 16.245.
  • 15 Ibid., cote 16.301.

7La première mention du beffroi dans les comptes de la ville en 140811 porte sur le remplacement de l’horloge. En 1424, la façade de la maison de ville fut entièrement rénovée, un troisième corps de bâtiment, ajouté, ainsi que la chapelle de la halle12. Ces travaux seront détaillés plus loin. Le beffroi dut être consolidé en 144213 : il fut alors doté d’une charpente désolidarisée des maçonneries, pour limiter l’effet de la mise en branle des cloches contre ces dernières. Les sculptures, réalisées sur la façade en 1424, furent restaurées en 150814, de nouvelles statues étant ajoutées l’année suivante. Le jeu de cloches du beffroi et son carillon furent changés en 156715, au détriment de la stabilité de l’édifice.

  • 16 Ibid., cote 16.339.
  • 17 Ibid., Affaires générales, carton 476, pièce 1.

8En 1592, la réfection de la maison échevinale fut décidée et les travaux conduits entre 1593 et 1596 redéfinirent complètement la façade (fig. 5, pl. VII, p. XIV). En 1601, le beffroi, trop fragilisé, dut être détruit16. Enfin, le Magistrat s’installa au palais Rihour en 166417, et la vieille halle, vendue en vingt-trois lots, fut partiellement démolie. Les éléments subsistants furent détruits en 1870 lors du percement de l’avenue de la gare (fig. 2 et 6).

9Deux éléments de la façade dont la présence était étroitement associée à la représentation du pouvoir ne subirent pourtant pas de modification majeure à l’occasion des deux campagnes de travaux : d’une part, l’ensemble constitué par le beffroi, les cloches et l’horloge, et, d’autre part, la bretèche.

Fig. 6 > Percement de l’avenue de la gare [Houdoy J., La Halle échevinale de la ville de Lille, 1235-1664, Lille-Paris, chez les principaux libraires-Aubry, 1870, pl. h.t.].

Le beffroi

  • 18 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1408, cotes 16.151 et 16.152 : réfection du plancher du bef (...)
  • 19 Ibid., cote 16.183.
  • 20 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1445, cote 16.186.
  • 21 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1446, cote 16.187.
  • 22 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1446, cote 16.188.

10Si le beffroi, bâti en bois, était parfois situé sur l’enceinte de la ville, propriété communale, par la suite, il fut reconstruit en pierre, à l’intérieur de la cité, traduisant peut-être un sentiment de sécurité et de puissance assise. Celui de Lille est mentionné dans les comptes de la ville dès 140818, sans que l’on connaisse la date précise de sa première construction. En 1442, un marché était passé auprès du charpentier Jehan Renard, pour construire deux « beffrois » (c’est-à-dire deux charpentes de beffroi) l’un sur l’autre, afin de pendre « le bancloque, le clocque du disner, le clocque d’eschevins et le ghet19 », ce qui nécessita le surhaussement de ses maçonneries. Couvert d’ardoises en 144520, il fut alors couronné d’un dragon doré, entouré de « heuses » et « bannerettes21 », et ses pinacles décorés des écus du duc, de la duchesse, de la Bourgogne, du Brabant, du Limbourg, de Flandre, d’Artois et de Hainaut22. Ces travaux importants (986 ℓ. parisis) avaient fait l’objet d’un « rolle et escript » séparé détaillant le projet, accompagné d’un plan, documents mentionnés dans le registre de comptes, mais malheureusement perdus aujourd’hui.

  • 23 Une telle forme évoque celle des beffrois de Mons et de Comines.
  • 24 Art campanaire en Nord-Pas-de-Calais, inventaire national des cloches et ensembles campanaires, Lil (...)
  • 25 Voir par exemple la description par Froissart de l’horloge de Courtrai, transportée à Dijon pour êt (...)
  • 26 Pour Gerhard Dohrn-van Rossum, l’apparition des horloges publiques dans les villes émane dans un pr (...)

11La superposition de deux charpentes (fig. 5 et fig. 7, pl. VII, p. XIV), l’une, conique pour la chambre de l’horloge, l’autre coiffant la première pour abriter les cloches (au nombre de quatre en 1442), donnait à l’ensemble une forme de poire allongée de base octogonale, percée d’auvents, qui servaient d’abat-sons23. Au symbole visible de la tour correspondait la portée du signal sonore, trompettes ou cloches, émis depuis le haut du beffroi. Dès le XIVe siècle, les cloches furent associées aux horloges publiques, très vite dotées de mécanismes automatiques24 et parfois de Jacquemarts25. Les carillons, ensembles harmonisés de plusieurs cloches, firent leur apparition au XVe siècle, dans le même temps où des cadrans chiffrés accentuaient la visibilité des horloges26.

  • 27 AM Lille, cote 16.118.
  • 28 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1409, cote 16.153.
  • 29 Ibid., cote 16.301.

12Celle de Lille est attestée en 138827 ; en 1407, le réglage de son mécanisme fut effectué par un horloger de Lens, et l’année suivante par maître Jacques Yolens qui renouvela la totalité du système : dès 1408, l’horloge est dotée d’un cadran, décoré l’année suivante d’une sculpture de bois figurant un ange, sous un dais où sont représentées également la lune et une étoile28. Le même Jacques Yolens intervint de nouveau en 1435, pour perfectionner le système ; il mit notamment en place un mécanisme qui faisait évoluer le soleil et la lune autour du cadran, ainsi que les signes du zodiaque et les mois. Cette horloge fut remplacée en 1567 par un système plus moderne, permettant de lire l’heure sur quatre cadrans, d’un coût assez élevé (4 414 ℓ. 6 sols). L’ancienne horloge pesait 3 712 livres, la nouvelle, 8 929 livres. Au même moment, les échevins commandèrent pour le carillon un nouveau jeu de cloches d’un poids de 8 629 livres29.

  • 30 Ibid., Registre aux résolutions du Magistrat, cote 278, fo 180.

13En 1588, une expertise du beffroi réalisée par le maître d’œuvre Jehan Fayet et le maître charpentier Jehan Lefebvre, accompagnés de membres du Magistrat, conclut au bon état des maçonneries, à l’exception d’un pilier d’angle endommagé par des ruissellements d’eaux, mais constata que le comble et la charpente étaient entièrement pourris. Aussi, dès 1592, il fut décidé « pour le peril quy en polrait sourdre a raison de la caducité dudit beffroi » de ne plus faire sonner la bancloque30, puis en 1600, d’abattre le beffroi jusqu’au cadran du bas, enfin en 1601, de le démolir : la grande horloge et deux des cadrans furent installés dans le clocher de l’église Saint-Étienne, avec le carillon, alors que la bancloque et la cloche des ouvriers étaient déplacées dans le clocher de l’église Saint-Maurice.

La bretèche

  • 31 Ibid., cote 16.207.

14La bretèche occupe une situation dominante sur le marché, entre la maison échevinale, centre nerveux des décisions de la ville, et la place. Elle est le lieu des annonces publiques, de la proclamation des arrêts de justice municipale, des condamnations et criées, des ventes solennelles et des passations de marchés, tous actes qui intéressent la cité en tant que collectivité. Les échevins, lors du renouvellement de la loi et les souverains lors des entrées solennelles, y prêtent serment de droiture pour les premiers, et jurent de conserver les privilèges et franchises de la ville pour les seconds ; en 1468, lors de la venue de Charles le Hardi à Lille, une estrade y fut construite, surmontée d’un siège et décorée d’un dais31.

  • 32 Ibid., cote 16.122.
  • 33 Ibid., Comptes de la ville, année 1396, 16.133.
  • 34 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1448, cote 16.189.
  • 35 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1448, cote 16.189.

15La première mention de la bretèche date de 139232. Elle est décorée de statues (en 1396, « une treille de fier [est] mise encontre les personnaiges qui sont dessous la bretesque33 », et en 1446, Jean Braspot, « entailleur d’imaiges », réalisait « 6 entailles dessous la brestesque34 »), et régulièrement peinte et décorée (en 1448, ses combles sont peints de couleur vermeille et ses faîtières en jaune35). Ainsi son encadrement et son décor instauraient une sorte de distanciation théâtrale.

LA RECONSTRUCTION DE LA FAÇADE DES HALLES EN 1424

  • 36 Ibid., registre aux mémoires 1422-1425, cote 15916 (feuillet volant à la fin du volume).

16Les archives municipales de Lille conservent le devis de restauration, copié par le clerc Jehan Le Douch, de la façade de l’hôtel de ville36.

  • 37 Ibid., comptes de la ville pour l’année 1424, cote 16.167 : « A maistre Jacques Mille, charpentier (...)
  • 38 Les Écaussinnes, carrières du Hainaut d’où l’on extrait le petit granit ou pierre bleue.

17Ce dernier portait uniquement sur la réfection, après que les planchers eurent été étançonnés, d’une partie de la façade située entre le beffroi et la maison du Scel, sur une vingtaine de mètres de longueur (68,50 pieds) et près de six mètres de hauteur (20 pieds37). Les comptes de la ville pour l’année 1424 attestent de la fourniture de la pierre de Brabant par Gilles Pauls, « marchand de pierres demeurant a Brouxelle », comme de pierres bleues d’Écaussinnes38 (« pierre des Caussines de nette taille et bien enbassee de bonne basse »). La taille des pierres nécessita la réalisation de modèles, ou « molles » : les comptes de 1424 mentionnent à cet effet l’achat d’une peau de parchemin et de feuilles de papier de grand format.

  • 39 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1449, cote 16.190.
  • 40 Ibid., comptes de la ville pour l’année 1427, 16.170.
  • 41 Tiges de plomb ornementées, ou décorées de crochet, venant décorer les parties hautes des édifices.

18La façade était organisée sur cinq travées comportant sur un seul étage en alternance une fenêtre et une niche. Les fenêtres à croisée, de six pieds de largeur (1,80 m) sur sept de hauteur (2 m) étaient ornées de vitraux (commande en 1449 à Jehan de Potter de vitraux « a l’image du Jugement » et aux armes de la ville pour deux des fenêtres39). Chaque trumeau entre les fenêtres était ornementé d’un décor sculpté : cinq consoles (« reprises »), à la corbeille sculptée de feuillages et d’anges portant écu, étaient surmontées d’autant de niches (« dosseret ») destinées à recevoir des sculptures de six pieds de hauteur (1,80 m), couvertes de dais pyramidaux (« tabernacles »). L’entablement supérieur de la façade, couronné d’une corniche feuillagée portant six gargouilles (décrites dans un devis séparé, hélas perdu) se prolongeait par un petit mur bahut recevant les sablières de charpente (« plates »). Les angles de la façade étaient cantonnés de deux tourelles de 1,20 m de diamètre et partiellement décorés de motifs à « targes » (boucliers) et refends dont le rythme évoquait la balustrade à claire-voie reliant ces deux tourelles. Les combles, éclairés par trois fenêtres, aux vitraux timbrés « de diverses armes de plusieurs coulleurs40 », étaient couronnés par une faîtière de plomb doré et par des heuses41.

  • 42 AM Lille, compte de la ville, cote 16.174 : « A maistre Gilles Pauls, tailleur de franque pierre, p (...)
  • 43 AM Lille, Comptes de la ville, cote 16.245.
  • 44 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 16.

19Si le devis de 1424 ne nous renseigne pas sur l’iconographie du décor, nous savons que la niche centrale reçut en 1432 une statue de la Vierge, sculptée par Gilles Pauls (pour 36 ℓ.42), puis peinte et dorée ; elle fut remplacée en 1509 par une autre « ymaige » de la Vierge, œuvre de Gillekin Reuzere43. Jules Houdoy affirmait44 que les quatre autres statues représentaient les saints Philippe, André, Jean et peut-être Charles. Les comptes de la ville pour l’année 1442 font état d’un paiement à Jehan Descamps, « tailleur d’imaiges », « pour avoir fait et livré 2 ymages de franque pierre a icelle ville, lesquelz sont possés et mis en le devanture de le halle en le dicte ville », et en 1509 à Jan Bernard, pour deux « imaiges de pierre franche » représentant saint André et saint Philippe, ainsi que pour la restauration de la statue de saint Jean (tête et robe) ; dans le même compte, il est bien précisé que la façade comportait « 5 grans ymaiges ». L’hypothèse de Jules Houdoy est séduisante, dans la mesure où Jean sans Peur, après sa victoire sur les Liégeois en 1408, adopta saint André comme saint patron du duché, et où Philippe, Jean et Charles sont les saints patrons de trois des ducs de Bourgogne ayant régné au cours du XVe siècle (dans ce cas, la statue de saint Charles ne saurait apparaître avant 1467, date d’avènement au duché de Bourgogne de Charles le Hardi). Cette hypothèse est renforcée par le fait que, cette même année 1509, les statues de Maximilien, Philippe le Beau, l’archiduc Charles et son frère Ferdinand furent ajoutées à la façade de l’hôtel de ville, soulignant ainsi les symboles d’allégeance de la commune aux ducs de Bourgogne.

20Si Jules Houdoy estimait que les niches mentionnées en 1424 étaient ménagées au-dessus des fenêtres, nous pensons plutôt à une alternance des fenêtres et des niches ainsi que le suggèrent, non seulement la présence de consoles sur la gouache du manuscrit 678 (fig. 5), mais encore le précédent de l’aile orientale de l’hôtel de ville de Bruxelles (1401-1405), construit par l’architecte Jacques van Thienen, composition que l’on retrouve plus tard avec des variantes, sur l’hôtel de ville d’Arras (1501).

LA FAÇADE DE 1593

21La façade des halles devait être modifiée lors de travaux conduits en 1593 et ce qui en subsistait, être démoli en 1664.

Organisation du chantier et controverse

  • 45 AM Lille, Registre aux résolutions du Magistrat, cote 278, fo 181.
  • 46 Ibid., fo 183.
  • 47 Ibid., fo 184.
  • 48 Ibid., cote 919. Jules Houdoy, dans son édition des sources sur les travaux de la halle échevinale, (...)

22En 1592, fut prise la décision de restaurer la maison échevinale. Après examen de deux projets, les échevins arrêtèrent leur choix, pour des raisons financières, sur celui de Jehan Fayet, alors maître des œuvres de la ville45, qui était déjà intervenu sur le chantier de consolidation du beffroi en 1588. Le Magistrat décida de construire la façade principale en pierres d’Écaussinnes46 et la façade arrière en briques et parements de grès47. Un autre chantier important fut mené de front, qui concernait les maisons du procureur civil et criminel, édifices prévus néanmoins d’une qualité de construction et d’architecture inférieure à celle de la maison échevinale ; les comptes des deux chantiers sont mêlés dans le même registre de comptes de passage48, mais les fournitures principales sont soigneusement distinguées.

  • 49 Ibid., Registre aux mémoires 1585-1597, cote 15925, fo 144.
  • 50 Bourgeois élus ou délégués pour établir l’assiette des contributions.
  • 51 Ibid., fo 188 : 29 décembre 1592.
  • 52 Ibid., copie du XVIIe siècle, pièce aux titres 15.908.
  • 53 Ibid., cote 919, fos 141 sqq.

23En septembre 1592, les modalités d’organisation du chantier furent arrêtées49 : trois hommes (assistés d’un clerc, chargé de la tenue du registre des comptes) désignés par les échevins et les « huit hommes50 », chargés de contrôler l’avancée des travaux et d’en rendre compte devant le Magistrat, prêtèrent serment. Un précieux Compte des imposts courans pour rediffication de la maison eschevinalle, conservé aux archives municipales de Lille sous la cote 919, couvre deux années, de juillet 1594 à juillet 1596. Le 29 décembre fut décidée la démolition d’une partie de l’ancien édifice (conclave, maison du Scel, chambre des États51), et par lettres patentes du 18 janvier 1593, Philippe II octroya au Magistrat l’autorisation de lever 20 000 livres de rentes pour l’achat des matériaux servant à la réparation de la maison échevinale qui menaçait ruine52. Le 18 mars 1593, les échevins chargèrent Nicolas Le Douch, « escraignier de ceste ville », de dresser les « modelles » destinés aux tailleurs de pierre d’Écaussines53.

  • 54 AM Lille, Registre aux résolutions pour l’année 1593, cote 278, fos 194-197 : défense du relief de (...)
  • 55 Ibid., fo 197.

24Intervint alors une controverse, qui opposa Jean Fayet à Mathieu Bollin, « ingeniaire » de l’archiduc Albert de Habsbourg, autour de la conception de la façade (fig. 5, 7 et 8), arbitrée par un comité d’experts délégués par les échevins et composé de maçons, charpentiers et ébénistes de la ville. Alors que le Magistrat, pour des raisons probables d’économie, voulait en supprimer le dernier étage, Jean Fayet faisait valoir un certain nombre d’arguments pour s’opposer à la modification du parti initial : arguments économiques (les pierres déjà taillées ne peuvent être réutilisées, à moins de les faire tailler à nouveau, à grands frais), esthétiques (le nouveau relief était trop bas, ce qui rendrait l’ensemble disproportionné et ne correspondrait ni à « l’art de l’architecture » ni à la succession des ordres classiques : il faudrait donc rehausser les niveaux inférieurs, pour éviter cet effet de disproportion) ; les derniers arguments avancés étaient d’ordre poliorcétique (le projet initial, qui offrait une vue dégagée depuis le dernier niveau, permettait, en cas de siège de la ville, de se réfugier dans l’hôtel de ville, du dernier étage duquel les arquebusiers pouvaient avoir un bon angle de tir sur la place du marché). Les experts répondirent finalement qu’ils acceptaient la réalisation d’un quatrième étage, mais pas sous cette forme, donnant « l’apparence d’une maison séparée » : cet étagement pyramidal au centre d’une façade au couronnement rectiligne leur semblait nuire à l’unité de l’ensemble54. Jean Fayet défendit l’idée d’un pignon triomphal qui devait ressembler à celui de l’hôtel de ville d’Anvers, construit en 1561-1565 par Cornelius de Vriendt, dit Floris (1518-1575). Le 3 juin 159355, le Magistrat suivit l’avis des experts : le commis aux ouvrages et le procureur de la ville devaient s’entendre avec les marchands de pierres d’Écaussinnes sur les dimensions à donner aux pierres du dernier étage.

  • 56 On peut noter à cet égard que les échevins sont sensibles aux nouveaux modèles architecturaux, puis (...)

25La compétition entre les deux architectes portait donc sur des différences d’appréciation des règles d’architecture et de l’utilisation des ordres56, la seule différence entre leurs deux propositions résidant visiblement dans le choix du couronnement de l’édifice, la résolution du Magistrat précisait en effet que pour les trois premiers étages, les deux projets étaient identiques.

Deux façades…

  • 57 M. de Norguet attire l’attention de la Commission historique du Nord, lors de la séance du 15 janvi (...)

26Le seul devis dont nous disposons concerne la façade arrière de l’édifice, mais les comptes de travaux rendus en 1596 et les documents iconographiques nous renseignent sur la façade principale. C’est à partir de ces seules sources d’archives, heureusement complétées par la photographie du café Lalubie par Le Blondel, avant le percement de l’avenue de la gare (actuelle rue Faidherbe57), que Jules Houdoy a reconstitué la façade de 1593 (fig. 8).

Fig. 8 > Lille, vue restituée de l’hôtel de ville [Houdoy J., La Halle échevinale de la ville de Lille, 1235-1664, Lille : chez les principaux libraires, Paris : Aubry, 1870, pl. h. t.].

  • 58 Parent Paul, L’architecture civile à Lille au XVIIe siècle, Lille, Raoust, 1925.
  • 59 AM Lille, Comptes de la ville pour l’année 1426, cote 16.169 (mention de la première messe célébrée (...)

27Paul Parent58 considérait que la reconstruction de l’édifice en 1593 entraîna la destruction de celui de 1424. Or, le registre aux mémoires de 1592 ne mentionne qu’une destruction partielle, et la gouache du manuscrit 678 de la bibliothèque municipale de Lille (fig. 5) représente bien deux bâtiments contigus, aux styles très différents : à gauche la façade de 1593, à droite la maison échevinale de 1424 au pied du beffroi. La nouvelle façade à trois niveaux d’élévation plus un attique superposait deux étages rythmés par sept fenêtres à croisée séparées d’étroits trumeaux à un rez-de-chaussée dont les arcades en plein cintre formaient portique. Les fenêtres sont rectangulaires, à croisées de pierre, sur la façade comme sur la cour, à l’exception de la chapelle, donnant sur la cour, construite en 1424-142559, qui conserve ses fenêtres en arc brisé.

Façade arrière

  • 60 Ibid., Affaires Générales, carton 475, pièce 3 (Devis et conditions du 12 septembre 1593 au sujet d (...)
  • 61 Ibid., cote 919, fo 136 : Anthoine Wallet, « crocqueteur de grès », est payé pour avoir retaillé et (...)
  • 62 Ses murs avaient 2 pieds et un quart d’épaisseur (65 cm).

28Le devis de la façade arrière, qui donnait sur le marché aux Poissons60 (fig. 4), permet d’évoquer ses caractéristiques. Construite en pierres de grès qui devaient être d’une couleur uniforme, sans « terren », provenant pour une petite partie du chantier des pères jésuites, dont la chapelle avait été bénie le 21 mars 159461, mais surtout des carrières de Béthune, d’Écaussinnes et de Valenciennes, elle s’élevait sur quatre niveaux totalisant 40 pieds (12 m) pour une longueur de 59 pieds (18 m)62. Chaque niveau était percé de trois fenêtres de 2 m de hauteur (8 pieds) – sauf au rez-de-chaussée où étaient ménagées deux portes et deux petites fenêtres donnant sur les celliers – et séparé des autres par un entablement à corniche et frise. L’entablement qui servait d’allège aux fenêtres supérieures recevait, comme il était habituel, le monogramme de l’année. L’élévation était rythmée par des pilastres (d’environ 80 cm de largeur sur 50 de profondeur) disposés aux trumeaux, dans un jeu d’alternance avec les croisées. Le couronnement était souligné par un dernier entablement et trois fenêtres aux caractéristiques égales. L’ornementation de cette façade restait très maigre : la pierre de grès étant difficile à sculpter, elle se limitait à une simple mouluration des piédroits et des meneaux des baies.

  • 63 Mélot Michel et Duquenne Isabelle, Le Blondel : un regard photographique sur Lille au XIXe siècle, (...)

29En 2005, à l’occasion de l’exposition consacrée à Alphonse Le Blondel, une photographie a suscité l’attention de quelques connaisseurs de l’architecture lilloise63, intrigués à la fois par la nature du bâtiment photographié, sur lequel on ne dispose d’aucune information de contexte, et par la pose empreinte de fierté des personnages figurant sur le cliché (fig. 9). Ce bâtiment présente quatre niveaux, dont un niveau d’attique, et des ouvertures en arc brisé, qui pourraient correspondre à la cour intérieure de l’hôtel de ville, au niveau de la chapelle et de la salle du conclave (fig. 4).

Façade principale

  • 64 Vredeman de Vries Hans, « Architectura », ou Bastiment, prins de Vitruve et des anchiens escrivains (...)
  • 65 Noter en particulier l’édition de ce 4e livre par Pierre Coecke, à Anvers, en 1539 en néerlandais, (...)

30La façade antérieure est organisée à l’identique de la façade arrière mais agrémentée par l’emploi des ordres, qui se diffusent en cette fin de XVIe siècle, dans le sillage des publications de Hans et Paul Vredeman de Vries64 (1580 et 1585), et de la diffusion du quatrième livre de Serlio65. À la nudité du traitement du rez-de-chaussée, remanié au XIXe siècle probablement car les baies en plein cintre avaient fait place à de simples fenêtres rectangulaires (fig. 10), s’opposent les « enrichissements » des deux étages : les entablements y reposent sur des appliques de fort relief sculptées aux trumeaux. Les ordres sont traités de manière très libre et, sur la gouache de la figure 5, seuls les quatre termes du pignon du couronnement appuient leurs bases sur la corniche du troisième étage.

  • 66 AM Lille, cote 919, fo 189.
  • 67 Ibid., fos 164-165 : le magistrat avait accédé à la requête de Grégoire et Richart Boulle, tailleur (...)

31Les frises étaient ornementées en alternance de têtes sculptées et de pierres taillées en pointe de diamant, éléments qui étaient peints et dorés : « A Philippe Mescq pour avoir paint et doré 8 compartiments [c’est-à-dire] 4 têtes et 4 pointes à la devanture, un grand lion de pierre d’Avesne tenant les armes de la ville66 » (ce lion n’est représenté nulle part sur les documents iconographiques). Le couronnement initialement prévu consistait en un étage formant pignon décoré de termes. À la suite de la controverse et du compte-rendu des experts, Jehan Fayet conçut un attique percé de trois fenêtres en plein cintre encadrées de pilastres composites. Les angles de l’attique et son fronton supérieur étaient couronnés par trois pyramides terminées par des « poires », ces ornements étant sculptés en pierre d’Écaussinnes67. Chaque travée de rive était soulignée par une lucarne aux termes corinthiens, surmontée d’un fronton courbe, parvenant ainsi à établir un compromis entre le projet initial de Jehan Fayet et la commande du Magistrat.

Fig. 9 > Lille, maison démolie pour le percement de la rue de la gare [photographie extraite de l’album de Le Blondel Alphonse, Lille 1869-1870 : le percement de la rue de la gare, pl. 7, BM Lille].

Fig. 10 > Lille, façade de l’ancienne halle échevinale [photographie extraite de l’album de Le Blondel Alphonse, Lille 1869-1870 : le percement de la rue de la gare, pl. 5, BM Lille].

32Même si le projet de maison de ville de Lille resta limité dans ses ambitions, il fit l’objet de la plus grande attention de la part des échevins, comme le montrerait encore – mais nos propos se sont limités ici au seul parti architectural – l’étude du décor intérieur et de l’ameublement de l’édifice. Il est notable en tout cas que la construction de la façade de l’hôtel de ville a constitué aux yeux du Magistrat – aussi bien en 1424 qu’en 1593 – un enjeu important. Le répertoire décoratif mis en œuvre dans les deux cas participe d’une même modernité, le style brabançon en 1424, le style de la Renaissance flamande en 1593. Il n’est pas inintéressant de noter en outre la proximité des résidences des ducs de Bourgogne, la Salle-le-Comte d’abord, puis le palais Rihour construit par Philippe le Bon entre 1450 et 1454, finalement racheté au roi d’Espagne en 1664 (pour la somme de 90 000 florins) afin de devenir le nouvel hôtel de ville. À côté de ces lieux de pouvoir seigneuriaux la ville entendait, par une architecture de prestige, affirmer sa propre identité.

Annexes

Pièces justificatives I

Original : AM Lille, Registre aux mémoires 1422-1425, 15916, feuillet volant à la fin du volume. Publication : Houdoy J., La Halle échevinale de Lille, Lille, Aubry, 1870, p. 96-98.

« Chest le devise de machonnerie que messeigneurs eschevins de la ville de Lille ont voulenté et intencion de faire. Cest assavoir le devanture des halles entre le beffroy et le maison du seel dicelle ville qui poet avoir en longheur lxviii piés et demy ou environ et de haulteur xx piés ou environ. Item sera ledit pan estoffés par le manière qui sensuit, cest assavoir de chinq feniestres croisiés dont chacune aura de largheur vi piés entre deux bougons sans le coullombe du milieu lequel aura vi paux ou environ et vii piés de hault jusques à le croisure et la dite coullombe de pierre des Caussines de nette taille et bien enbassée de bonne basse ravallée en se coullombe.

Item au deseure de la dite coullombe serront les freniestres remplies de croisillons portans boudure. Et aussy le mollure de l’estanfique chaindant tout autour.

Item seront lesdites freniestres revesties au dehors de le mollure de l’estanfique tout autour de mollure, autelle qu’il est trachiet sur le parchemin et que le molle qui en est fais.

Item audit pan aura chinq reprises reviesties de foelles ou dangèles portans escus lequel que mieulx plaira et audeseure des reprises ellegier les dossières portant mollure et montant si hault que pour y mettre ymages chacune de vi piés de hault et audeseure tabernacles amortis, par le manière qui s’apert sur le parchemin et audeseure des tabernacles ung tas dentaulement d’un piet de haut tout au long dudit pan lequel entaulement serra remply de foelles.

Item sur le dit entaulement aura vi gargoulles dotel sallie et fachon que consaulx donra et audeseure ung tas dentaulement de demy piet de hault qui sera si lons que de deux piés a aultre y puist porter les plates de le carpenterie et pareillement ung tas dentaulement par devens le halle. Item voet on avoir sur celly haulteur tourset deux tourelles cascune de quatre piés parmi le croix de dehors en dehors et raliier avoec le clère voye qui se chaindra autour desdites tourelles et y faire targes et refens pareilles à le clère voye.

Item voet on avoir tout le dit pan estoffé de rebas et bougons de tas à autre et tous lesdis rebas et bougons après le parpaing de molle qui en est fais et tous les tas en poursuivant les aparaux des feniestres et autres sans riens nullepart renclaver et sera tout le dit pan estoffés de le pierre de Brouxelle pareille as haulteurs des pillers de Saint Meurisse et tout de nette taille sans y avoir nul cement fors tout avoir de dure pierre et tout le dit œuvre si nettement appareillier, que s’aucune faulte y avoit, che serroit aux despens del ouvrier, et s’il estoit besoing d’avoir y plus d’oeuvre ou mains qu’il ne soit devisé et qui n’est trachiet sur le parchemin au los du conseil de mesdis seigneurs, il seroit du mains rabbatu al ouvrier et du surplus remplis et tout audit douvriers.

Cest marchandé a Gilles Pauls demorant a Brouxelle par les condetions chi dessus devisées à livrer ledit ouvrage prest sur le rivage à Lille endedens le jour Saint Jehan Baptiste prochain venant qui sera en l’an mil iiiic vingt et quatre ou xv jours aps, moyennant la somme de sept cens et vingt livres parisis monnaie de Flandre, lesquelles vingt livres sont en le voulenté de Thomas de Givenchi et de Jehan le Sur.

A paier la dite somme de viic et xx livres par le manière qui sensuit est assavoir c et iiii xx livres présentement. Item c et iiii xx livres au jour qu’il livrera le première livraizon del estoffe du dit marchié. Item c et iiii xx livres au jour qu’il livrera tout le sourplus et c et iiii xx livres par le manière dessus dite pour le parfait de la dite somme quant tout le dit ouvrage sera fait et acomply que adont on luy ballera quittance souffissans de son obligation et sceureté affin que ses plèges soyent quitte de leur plègerie et où cas qu’il ne seroit contentés et satefiiés aux jours et termes chi dessus devisés et qu’il y seroit aucunement interessés, che seroit aux despens de la ville de Lille. Tesmoing le saing de moy, Jehan le Douch, clerc de la dite ville, cy mis par commandement desdits eschevins, en halle le xvie jour de mars l’an mil iiiic xxiiii. »

Pièces justificatives II

Original : AML, Registre aux résolutions pour l’année 1593, cote 278, fos 194-197 : défense du relief de Jehan Fayet et rapport des experts.

Publication partielle : De La Fons-Mélicocq Alphonse, « Documents indédits pour servir à l’histoire de l’architecture dans le nord de la France, au XVIe siècle », Revue d’histoire et d’archéologie, t. 2, 1860, p. 340-342.

« Pour par Maître Jehan Fayet advertir Messieurs de la cherge a luy donnée du changement de relief de la maison eschevinalle de ceste ville de Lille sert a mesdits seigneurs ce qu’il s’ensieuct Premiers. Après avoir meurement le tout considéré trouve que les pierres de présent tailliés pour faire ledit relief ne peuvent nullement servir au nouveau relief par ce qu’elles ne sont tailliés en la forme dudict nouveau relief.

Item que ledict nouveau relief est trop bas tellement que en le faisant la maison eschevinalle se trouveroit mal proportionnée en haulteur et nullement de haulteur ordinaire que se faut selon l’art darchitecture.

Item que sy l’on trouvoit bon que ledict nouveau relief soit fait, fauldroit haulcher les estaiges pour éviter à ladite difformité de basseur en la forme du relief icy joinct coté C.

Item convient penser que en le faisant selon ledit relief icy joinct, ladicte maison auroit sa haulteur et portion et ne monsteroit sy camuse et laide que par ledit nouveau relief elle feroit parestre comme dict est trop bas destaige.

Et comme par le relief selon lequel sont taillé les pierres, les estaiges ne sont non plus hault que par ledict nouveau relief, convient notter qu’il y ait une estaige davantaige qui lui donne sa haulteur et par conséquent le proportionne.

Parquoy trouve ledict Fayet estre du tout nécessaire avoir ledict IIIe estaige pour éviter à ladite difformité de basseur.

Et sy avant que messieurs ne le veullent faire faire est besoing changer la taille des pierres ja tailliés qui seroit une chose de grands frais et n’auroit le bastiment sy grande commodité que par ledict vieu relief.

Par lequel vieu relief se trouvent touttes les chambre et aultres comoditez pourveues de veues amples et telles que pour souffir ainsy que mesdits seigneurs en ont de piecha esté advisez et advertiz.

Convient aussy considérer que ledict IIIe estaige pardessus la commodité que lon on poldra tirer serviroit en cas de surprinse de la ville ou aultre effroy de grand forteresse à ladicte maison eschevinalle et par conséquent de la ville par ce que se boutant illecq quelque nombre de harquebusiers iceulx deffenderont tout le marchié.

Comme aussy ledict IIIe estaige poldra servir a y mectre harquebuses à croch, aultres armes et munitions pour trouver prest à la deffence de ladite maison et de cestedite ville.

Polront mesdits seigneurs considérer et veoir le premier relief faict de ladicte maison eschevinalle quy est de deux estaige et proportionné de haulteur comme il convient que telle bastiment soit, auquel relief se trouvent plaches pour y mettre ymaiges et aultres enrichissement pour embellir louvraige.

Et le tout bien considéré se trouvera que ledict premier relief est faict presque en la forme dudict nouveau relief neantmoings plus enrichy et de plus hault estaige affin de luy donner sa proportion et haulteur requise.

Tellement que pour suyvre icelluy nouveau relief s’yl estoit de haulteur proportionné l’ouvraige seroit à peu près faicte selon ledict premier relief saulf qu’elle ne seroit comme dict est sy belle monstrante ny enrichie.

Les machon, escrignier et carpentier de ceste ville et Guillaume Villain, aussy machon, soubssignez, ayans veu les reliefs dressés, tant par maitre Jehan Fayet que maitre Mathieu Baullin, ingeniaires, ensamble les raisons de chascun deulx pour maintenement de leurs reliefs pour satisfaire à ce que messieurs de la loy de ceste ville leur ont requis.

Disent que ayant conféré lesdits reliefs les tiennent conformes et samblables es trois premiers estaiges, qui sont tuscan, doricque et yonicque. Lesquels neantmoings trois ordres ausdits reliefs ne retreuvent leur symmetrie ou proportion requise en l’art d’architecture, selon laquelle lesdits trois estaiges debvoient rataindre la haulteur de tous les quattre, ce quy est advenu à cause que messieurs auroient commandé audit maitre Jehan (comme il dict) de prendre la commodité de Messieurs avant toutte aultre chose, de sorte que en ce ne se peult mectre remède. Reste seullement de redobber ladite faulte en augmentant ledict relief en haulteur pardessus lesdits trois estaiges, à quoy tendent, tant le quatriesme estaige adjousté par ledit maitre Jehan contenant les termes et le pignon, que l’enrichissement de corinthe et composite mis par ledict maitre Mathieu ; desquels deux radobemens ayans les dessus nommés faict comparison et conférence, treuvent celluy dudict maitre Mathieu fort à propos et fondé en l’art, à cause que l’art y est suivy entant qu’il touche le corinthe et composite, et qu’il vient à couvrir entièrement la couverture de tout l’ediffice, saulf es deux plaches vuyddes, auxquelles y fault poser quelque ymaige de prince ou de sainct, à la vollunté de messieurs ; ou que le pignon de maitre Jehan estant mis au deboult comme il est, ne donne grand ornement à tout l’ediffice, ains, au contraire, donne apparence d’une maison séparée, comme sy la maison eschevinalle commenchoit seullement depuis ledict pignon en avant, laquelle apparence s’augmente par le pignon de la maison voisine du procureur, mais estant posé ledict enrichissement au lieu et en la forme que le met ledict maître Mathieu, il donne beaucoup plus grand ornement et apparence d’un quatriesme estaige.

Et quand aux articles à eulx monstrés pour le faict dudict quatriesme estaige contenant lesdits termes, ils n’y tiennent grand fondement pour maintenir l’artifice dudict relief, mais bien pour servir d’excuse.

Car les premier et deuxiesme articles faisans mention de la haulteur tottale de l’ediffice, oultre ce que icelle haulteur gist en la vollunte de Messieurs, il y est pourveu par le radobbement du dit maitre Mathieu comme dit est, lequel depuis la cornice d’en hault jusques à celle de deseure de l’ordre corinthe at de haulteur environ treize pieds, et ladite cornice excède l’entablement de la viese halle de cincq pieds et demy, qui font dix-huit pieds et demy plus hault que ladite viese halle, sans l’aornement final de composite quy doibt estre haulteur suffisante.

De sorte que il n’est besoing, comme aussy ne se peult faire, estans les pieres desja taillées, de haulcher les estaiges d’embas, comme maintiennent les articles ensuyvans, pour ce qu’il s’y peult aulcunement remédier par le moyen de deux espas sur le devant, au lieu qu’il estoit dictn’en mectre que ung, qui viendra aussy bien à propos pour la vaulsure des celiers.

Et quand aux veues mentionnées au VIIIe article, il n’y a chambgement aulcun au relief dudit maitre Mathieu, ains, au contraire, les veues de la sallette de Messieurs et de toutte la première court en sont augmentées, ou que par le dict quatriesme estaige dudict maitre Jehan elles en sont diminuées.

Et au regard des articles ensuyvans, lesdits assamblés n’en ont esté requis dadans comme n’estant le contenu diceulx de leur art gisant en la vollunté de Messieurs.

Ainsy faict et advisé par les dessus nommés le premier jour de juing xvc iiii xx et treize. Ainsy soubsignez Nicollas Waresquel Guillaume Villain Nicollas Le Douch et Jehan Chastel. »

Notes

1 Enlart Camille, Manuel d’archéologie française, 2e partie : Architecture civile et militaire, Paris, Picard, 1929, p. 325.

2 Houdoy Jules, La Halle échevinale de Lille, Lille, Aubry, 1870 ; Jules Houdoy, conservateur du musée des Beaux-Arts de Lille, spécialiste de la céramique, était un historien éclectique, auteur d’une précieuse bibliographie des impressions lilloises, d’un petit volume sur la joyeuse entrée des archiducs Albert et Isabelle en 1600, ou encore d’une étude sur l’industrie du verre à Lille au XVIIe siècle.

3 Delrue Laure, Beffrois et hôtels de ville de la fin du Moyen Âge en Flandre française : les chantiers du pouvoir urbain, thèse d’archiviste paléographe soutenue en 2001, consultable au Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales, sous la cote AB XXVII 1262.

4 Contrôleurs assermentés qui procèdent à la vérification de la qualité des produits, et des poids et mesures employés pour leur commercialisation.

5 Travail réalisé par les « cauchieurs », ouvriers chargés du pavage et de l’entretien des chaussées.

6 Charte des libertés de Lille, AM Lille : « Insuper sciendum est quod scabinis juratis totique commmunitati ville insulensis […] dedimus hallam et concessimus eisdem (ut eam ponerent per suum sacramentum ubi utilius et magis expediens cognoscerent esse ad opus ville insulensis et ad opus nostrum et extunc haberemus impetuum) medietatem proventuum sive fructuum provenientium ex dicta halla aliam vero medietatem haberet villa insulensis. Et si forte contingeret quod dicta halla aliquo mod reperacionem indigeret, custus sive sumptus ispius halle ad communes fructus ipsius equaliter capientur. »

7 AM Lille, pièce 104/1952, cote 15.880.

8 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1341, cote 16.033.

9 Ibid., pièce 114/2033, cote 15.883.

10 Ibid., cotes 16.130 et 16.131.

11 Ibid., cotes 16.151 et 16.152.

12 Ibid., cotes 16.168 et 15.916.

13 Ibid., cote 16.183.

14 Ibid., cote 16.245.

15 Ibid., cote 16.301.

16 Ibid., cote 16.339.

17 Ibid., Affaires générales, carton 476, pièce 1.

18 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1408, cotes 16.151 et 16.152 : réfection du plancher du beffroi pour accueillir la nouvelle machinerie d’horloge.

19 Ibid., cote 16.183.

20 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1445, cote 16.186.

21 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1446, cote 16.187.

22 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1446, cote 16.188.

23 Une telle forme évoque celle des beffrois de Mons et de Comines.

24 Art campanaire en Nord-Pas-de-Calais, inventaire national des cloches et ensembles campanaires, Lille, Domaine musiques Région Nord-Pas-de-Calais, 1997.

25 Voir par exemple la description par Froissart de l’horloge de Courtrai, transportée à Dijon pour être placée sur l’église Notre Dame, sur ordre de Philippe le Hardi, pour humilier les habitants de Courtrai en 1382 après la bataille de Roosebeeke ; Kervyn de Lettenhove Joseph (éd.), Œuvres de Froissart. Chroniques, t. 10, Osnabrück, 1867-1877, p. 186.

26 Pour Gerhard Dohrn-van Rossum, l’apparition des horloges publiques dans les villes émane dans un premier temps de la volonté et des libéralités du prince ; il s’oppose ainsi aux thèses de Gustav Bilfinger, qui met en exergue la domination économique des bourgeois sur les citadins, et à celles de Jacques Le Goff, qui voit dans la naissance des horloges publiques l’expression de l’opposition entre le nouveau « temps du marchand » et l’ancien « temps de l’Église ». Ce sont ensuite les communes elles-mêmes qui prennent le relais, dans le cadre d’une compétition de prestige entre villes voisines, si bien que l’horloge publique devient un attribut indispensable de la cité, signe d’ouverture aux innovations, de prospérité et d’efficacité administrative. Voir à ce propos : Dohrn-van Rossum Gerhard, L’Histoire de l’heure : l’horlogerie et l’organisation moderne du temps, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 ; Bilfinger Gustav, Die mittelalterlichen Horen und die modernen Stunden, ein Beitrag zur Kulturgeschichte, Stuttgart, W. Kohlhammer, 1892, (réimpr. 1969).

27 AM Lille, cote 16.118.

28 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1409, cote 16.153.

29 Ibid., cote 16.301.

30 Ibid., Registre aux résolutions du Magistrat, cote 278, fo 180.

31 Ibid., cote 16.207.

32 Ibid., cote 16.122.

33 Ibid., Comptes de la ville, année 1396, 16.133.

34 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1448, cote 16.189.

35 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1448, cote 16.189.

36 Ibid., registre aux mémoires 1422-1425, cote 15916 (feuillet volant à la fin du volume).

37 Ibid., comptes de la ville pour l’année 1424, cote 16.167 : « A maistre Jacques Mille, charpentier […] sermenté de le ville, pour avoir estanchonné le comble de la halle, pour refaire la devanture, par V jours a VIII sols le jour ».

38 Les Écaussinnes, carrières du Hainaut d’où l’on extrait le petit granit ou pierre bleue.

39 Ibid., Comptes de la ville pour l’année 1449, cote 16.190.

40 Ibid., comptes de la ville pour l’année 1427, 16.170.

41 Tiges de plomb ornementées, ou décorées de crochet, venant décorer les parties hautes des édifices.

42 AM Lille, compte de la ville, cote 16.174 : « A maistre Gilles Pauls, tailleur de franque pierre, pour ung imaige de representation de Notre Dame pour estre mise en une place et tabernacle estant ou pan de mur devant le halle d’eschevins. Lequel ymage est de franque pierre[…] 36 ℓ. A Jehan Lenfant, pointre, pour avoir point et doré de fin or ledit ymage […] ».

43 AM Lille, Comptes de la ville, cote 16.245.

44 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 16.

45 AM Lille, Registre aux résolutions du Magistrat, cote 278, fo 181.

46 Ibid., fo 183.

47 Ibid., fo 184.

48 Ibid., cote 919. Jules Houdoy, dans son édition des sources sur les travaux de la halle échevinale, a cité des passages de ce registre de comptes qui relèvent plutôt des travaux effectués sur ces maisons des procureurs civil et criminel que de la maison commune, ou qui, à tout le moins, ne peuvent être attribués avec certitude à l’un ou l’autre chantier.

49 Ibid., Registre aux mémoires 1585-1597, cote 15925, fo 144.

50 Bourgeois élus ou délégués pour établir l’assiette des contributions.

51 Ibid., fo 188 : 29 décembre 1592.

52 Ibid., copie du XVIIe siècle, pièce aux titres 15.908.

53 Ibid., cote 919, fos 141 sqq.

54 AM Lille, Registre aux résolutions pour l’année 1593, cote 278, fos 194-197 : défense du relief de Jehan Fayet et rapport des experts. Voir l’édition du texte en pièces justificatives.

55 Ibid., fo 197.

56 On peut noter à cet égard que les échevins sont sensibles aux nouveaux modèles architecturaux, puisque, dès 1532, ils commanditaient des décors de peinture « à l’anticque » : voir AM Lille, Comptes pour l’année 1532, cote 16.269.

57 M. de Norguet attire l’attention de la Commission historique du Nord, lors de la séance du 15 janvier 1870, sur les démolitions prévues pour le percement de l’avenue de la gare, et insiste sur la nécessité de conserver un souvenir des constructions anciennes qui s’y trouvent, en particulier, de la halle échevinale. Le président de la commission, M. de Coussemaker, charge Mr. Benvignat et Blanquart-Évrard d’en recueillir photographies et dessins. Bulletin de la Commission historique du département du Nord, t. XI, Lille, Danel, 1871, p. 333-334.

58 Parent Paul, L’architecture civile à Lille au XVIIe siècle, Lille, Raoust, 1925.

59 AM Lille, Comptes de la ville pour l’année 1426, cote 16.169 (mention de la première messe célébrée dans la nouvelle chapelle).

60 Ibid., Affaires Générales, carton 475, pièce 3 (Devis et conditions du 12 septembre 1593 au sujet du relief à faire d’une maison sise du côté de la place faisant partie dudit hôtel).

61 Ibid., cote 919, fo 136 : Anthoine Wallet, « crocqueteur de grès », est payé pour avoir retaillé et ajusté des pièces « venans des Pères Jésuistes ».

62 Ses murs avaient 2 pieds et un quart d’épaisseur (65 cm).

63 Mélot Michel et Duquenne Isabelle, Le Blondel : un regard photographique sur Lille au XIXe siècle, Lille, Bibliothèque municipale, 2005. J’adresse mes remerciements en particulier à Jean-Denis Clabaut, qui a attiré mon attention sur cette photographie.

64 Vredeman de Vries Hans, « Architectura », ou Bastiment, prins de Vitruve et des anchiens escrivains, traictant sur les cincq ordres des columnes, d’ont on peult ordiner et approprier toutes sortes et practiques des bastiments, proffitable pour tous maistres de fabrique, maistres maçons, menusiers… avec la déclaration des figures de nouveau mises en lumière et inventés par Jean Vredeman, Frison, Anvers, Smits, 1577.

65 Noter en particulier l’édition de ce 4e livre par Pierre Coecke, à Anvers, en 1539 en néerlandais, et en 1542 en français.

66 AM Lille, cote 919, fo 189.

67 Ibid., fos 164-165 : le magistrat avait accédé à la requête de Grégoire et Richart Boulle, tailleurs et fournisseurs de pierres d’Écaussines, qui s’étaient plaints d’un surcroît de travail de taille non prévu dans le devis initial et avaient réclamé une réparation financière. En échange de cette générosité, les échevins leur demandaient de « livrer les poires pour les piramides aussy en pierres d’Escaussines ». AM Lille, cote 919, fo 183vo : le maçon Martin de Ricquebourg posa « les poires de pierres d’Escochines sur les 3 piramides est ans au pignon de ladite maison eschevinalle ».

Table des illustrations

Légende Fig. 2 > Lille, le marché vers 1600. En haut du plan, la maison du Scel est mal située car elle devrait se trouver à côté de la halle échevinale. La rue des Malades est en réalité la rue de la « Cordewanerie » [Benoit A., Souvenirs archéologiques de la ville de Lille : Le Beauregard, 1426-1651, Lille, Raoust, 1939, pl. h. t.].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 4 > Lille, plan de l’hôtel de ville [réalisé d’après Houdoy J., La halle échevinale de la ville de Lille, 1235-1664, Lille-Paris, chez les principaux libraires-Aubry, 1870, et le plan conservé aux archives municipales de Lille sous la cote AG 375, pièce 11].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 6 > Percement de l’avenue de la gare [Houdoy J., La Halle échevinale de la ville de Lille, 1235-1664, Lille-Paris, chez les principaux libraires-Aubry, 1870, pl. h.t.].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 8 > Lille, vue restituée de l’hôtel de ville [Houdoy J., La Halle échevinale de la ville de Lille, 1235-1664, Lille : chez les principaux libraires, Paris : Aubry, 1870, pl. h. t.].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Légende Fig. 9 > Lille, maison démolie pour le percement de la rue de la gare [photographie extraite de l’album de Le Blondel Alphonse, Lille 1869-1870 : le percement de la rue de la gare, pl. 7, BM Lille].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8323/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 10 > Lille, façade de l’ancienne halle échevinale [photographie extraite de l’album de Le Blondel Alphonse, Lille 1869-1870 : le percement de la rue de la gare, pl. 5, BM Lille].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8323/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 536k

Auteur

Conservateur en chef des bibliothèques, responsable des collections, Learning Center Innovation, université de Lille 1

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search