Version classiqueVersion mobile

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Partie II. Aux marges du royaume de France (XIVe-XVIe siècle)

L’hôtel de ville médiéval rêve inachevé des bourgeois de Mons

François Collette et Frans Doperé

Texte intégral

LES SOURCES

  • 1 Deux douzaines d’articles ou notices y ont été consacrés entre 1840 et 1949, compilés par Hennebert (...)
  • 2 Le conseil de ville de Mons existe depuis 1295 au moins. Il est composé à cette époque des membres (...)
  • 3 Abrégés en RDCV.
  • 4 Comptes de la massarderie, abrégés en CM.

1La ville de Mons, ancienne capitale du comté de Hainaut, compte au rang de son patrimoine majeur un hôtel de ville dont les parties les plus importantes et significatives remontent au Moyen Âge. Il n’a pourtant jamais fait l’objet d’une étude exhaustive, au contraire de la collégiale du chapitre noble de Sainte-Waudru dont la construction a commencé à peu près à la même époque1. C’est en effet moins de dix ans après le début des travaux de la collégiale gothique construite sur l’ordre des chanoinesses de Sainte-Waudru que le conseil de ville de Mons décide à son tour, en 1458, de se doter d’une « maison de paix » digne de son statut de siège des états généraux du Hainaut2. Si le chantier de la collégiale a duré deux siècles en maintenant l’unité de style voulue par ses concepteurs, « la maison de paix » de Mons a, quant à elle, gardé des vestiges des édifices précédents puis a subi des transformations liées aux vicissitudes du temps, à l’accroissement régulier des fonctions qu’elle assumait et au manque de moyens financiers. D’un ensemble communal à première vue hétéroclite, qui couvre plus d’un demi-hectare au centre de la ville actuelle, l’hôtel de ville demeure l’élément central. Si l’histoire de sa construction est impossible à reconstituer avec précision, à défaut de la conservation des « cahiers des ouvrages », les registres aux délibérations du conseil de ville3 et les comptes communaux4 tenus par le « massard », ou receveur communal, sont susceptibles de nous fournir des informations nouvelles.

  • 5 À cette époque, les halles aux blés et aux draps appartenaient au comte, les étals des nouveaux « m (...)

2La maison de Paix de Mons n’est pas associée à une halle ou à des bâtiments économiques ou commerciaux, car la ville de Mons n’en est pas propriétaire5, et ne possède un beffroi qu’en copropriété avec le chapitre de Sainte-Waudru : ce dernier se trouvait dans le castrum sur le marché primitif entre les chevets de l’église collégiale et de l’église paroissiale de Saint-Germain (fig. 1, pl. VI, p. XI, no 26). Entre 1379 et 1383, un nouveau beffroi, appelé tour de l’Horloge, fut construit à frais partagés avec la recette comtale sur le site du château pour y installer le guet, la cloche des ouvriers et une horloge ; écroulé en 1662, il fut remplacé par l’actuel après 1663.

  • 6 Pourtant il servira de modèle à celui de Douai, AV Mons, Comptes de la massarderie (AV Mons, CM, co (...)

3Une tradition bien établie depuis la fin du XIXe siècle rapporte qu’à l’instar des chanoinesses du chapitre de Sainte-Waudru, le conseil de ville montois choisit comme modèle pour son hôtel de ville le style brabançon. Les deux chefs-d’œuvre architecturaux de Mons ont-ils eu les même maîtres d’œuvre et les mêmes artisans ? Comme pour la collégiale, et bien que sa construction soit restée inachevée6, son style le rattache indiscutablement aux hôtels de ville de Bruxelles et de Louvain, la nouvelle et l’ancienne capitale du duché de Brabant dont la première devra son rôle de capitale à Philippe le Bon. Ce dernier, déjà comte de Flandre, était devenu comte de Hainaut, de Zélande et de Hollande par suite de l’abdication à son profit de sa cousine germaine, Jacqueline de Bavière, au traité de La Haye du 12 avril 1433, puis duc de Brabant à la mort de son autre cousin Jean IV, par ailleurs deuxième époux, répudié, de Jacqueline.

La première maison de la Paix

4Le pouvoir communal à Mons est tenu du comte de Hainaut qui, par le mécanisme de l’avouerie ecclésiastique, puis en se faisant attribuer la qualité d’abbé séculier du monastère, propriétaire alleutier de tout le territoire, a pu arracher les attributs de la seigneurie hautaine sur les habitants du domaine et une grande partie de la seigneurie foncière, arrentée ensuite aux habitants. Ceux-ci, de plus en plus nombreux, s’agglomérèrent autour du castrum créé par les comtes, castrum qui enserrait le cloître des moniales, son château et l’embryon d’un marché.

  • 7 Étape d’une importante route terrestre des vins de France, de Champagne et de Bourgogne, Mons recru (...)
  • 8 Les plus anciennes mentions sont recensées par Piérard C., Mons, Les hôtels de ville…, op. cit., p. (...)

5Les échevins de Mons, nommés par le comte ou son conseil à Mons, siégeaient donc à l’origine au château comtal puis, à partir du milieu du XIIIe siècle, en ville, le plus souvent dans des tavernes7. Dès 1269, est mentionnée une première « maison de la paix » sur le « markiet » ; quarante ans plus tard, on en dénombre quatre situées les unes près des autres mais pas nécessairement contiguës, trois au « markiet » et une à l’entrée de la rue de Nimy, qui est immédiatement adjacente au marché, laissant deviner la volonté de la ville de dégager, par l’achat de diverses parcelles, l’espace nécessaire à la construction d’une future maison de ville8 (fig. 1). Avant 1348, le « markiet » est de dimension réduite : il occupe l’espace élargi au carrefour des principaux axes de circulation de la ville au pied du castrum, devant la porta fori citée dès la fin du XIIe siècle. Il ne fait donc qu’une concurrence limitée au marché capitulaire ; s’y trouvent cependant dès le XIIIe siècle, les nouveaux « maisiaux », halles à la viande et au pain, et la maison comtale du « change ». Il est donc logique que la communauté urbaine ait cherché à la fin du XIIIe siècle à y installer sa première « maison de paix ».

La donation de Jehan Villain

  • 9 Collectif, 700 ans de franchises à Mons : les privilèges de Jean d’Avesnes (1295), Annales du Cercl (...)
  • 10 Les références au cadre historique et géographique de l’introduction du présent article figurent da (...)
  • 11 Dès 1200, la ville intervient dans la gestion de la Ladrerie et des trois autres hôpitaux.
  • 12 Il a été publié entre autres par Lacroix Augustin, Notice sur le sceau primitif de Mons, Mons, 1868 (...)
  • 13 Piérard Christiane, Les plus anciens comptes de la ville de Mons, Bruxelles, Palais des Académies, (...)
  • 14 Vinchant François, Annales de la province et comté d’Haynau, Mons, Havart, 1648, p. 243.
  • 15 Devillers Léopold, Description analytique de cartulaire et de chartriers, Mons, t. 8, 1878, p. 14, (...)
  • 16 En relevant que dans les revenus affectés à l’hôpital un cens de 60 ℓ. t. grevait sa maison rue de (...)
  • 17 Lacroix Augustin, « Extraits des anciens comptes de la Ville de Mons », ACAM, t. XI, 1873, p. 359.
  • 18 Selon Piérard C., Les plus anciens comptes…, op. cit., t. 1, 1971, p. 143, l’illustre locataire pay (...)

6Entre 1290 et 1295, en pleine crise politique entre Jean II d’Avesnes et la ville de Valenciennes, les échevins de Mons vont affirmer le rôle capital de leur ville dans le comté de Hainaut en négociant une série de privilèges et de compétences financières et juridiques pour affirmer leur autonomie9. Certes, la ville possédait des compétences fiscales antérieurement : ainsi de la taxe dite « de bourgeoisie » des 3 sous sur les feux rachetée au comte contre un versement annuel de 100 ℓ. t.; des tonlieux rachetés en 1242 moyennant une redevance annuelle de 40 ℓ. t. à la comtesse Marguerite de Constantinople, fille de Baudouin VI, en vue d’en dispenser les bourgeois de la ville et les habitants des huit villages des alentours associés à la franchise10. Le Magistrat assurait la gestion des hôpitaux et de l’aumône des pauvres11, et c’est à ce titre que fut recueillie, à la suite d’un acte passé entre les donateurs et les échevins le 25 juillet 129512, la donation en faveur d’un hôpital du riche « vinier » Jehan Villain dou Markiet et de son épouse consistant en une maison à l’entrée de la rue de Nimy, près du « markiet », sur une vaste parcelle en pente d’ouest en est vers la rue et adossée à l’ancienne garenne comtale. Jehan Villain dou Markiet exerçait en 1292 la charge, pour un salaire annuel de 25 ℓ. t., de « massard » ou receveur communal de la ville, charge qu’il occupait encore en 1296. Il possédait une maison « en la Tuilerie » qui sera expropriée lors de la création de l’enceinte urbaine en 1290 ; il décéda avant 130513. À la mort des testateurs, la ville donna à bail à vie la propriété au sénéchal de Hainaut, probablement Jacques de Werchin décédé en 132314, à charge pour lui d’en payer les rentes et cens. Le bien était notamment grevé d’une rente due à « Monseigneur Loys de Pouilles », alias Louis de Présière, montois devenu conseiller du roi de Sicile et des Pouilles, qui avait lui aussi décidé d’affecter à la création d’un hôpital tous ses biens situés ultra montanis, pour le salut de l’âme de son maître, le roi Charles Ier. Un cartulaire des rentes et cens dus aux hôpitaux de la ville collationné en 1405 rappelle que la ville de Mons devait « pour la maison de le Pais » et pour la maison voisine « qui fut Colart le Cuvelier », au marché, respectivement une rente de 15 ℓ. t. à la Saint-Jean, et de 30 s. t. à la Noël, à l’hôpital des « Appostles », en exécution du testament du seigneur Louis de Pouille, qui était donc créancier de Jehan Villain. La fondation constituée par Loys de Présière sur ses revenus à Mons fut réunie au XIVe siècle aux revenus de l’hôpital des Apôtres – hôpital détruit par la création d’un vivier d’alimentation des fossés de l’enceinte –, et affectée alors au nouvel hôpital de Houdeng15. Les anciens archivistes de la ville, Augustin Lacroix et Léopold Devillers, ont estimé à tort que l’hôpital doté par Louis de Pouilles et Jean Villain était situé sur l’emplacement de l’actuel hôtel de ville16. Le cens payé par la ville à l’hôpital n’était que la redevance apparemment non seigneuriale due par Jean Villain, en tant que propriétaire, à Louis de Présière, dont la ville avait repris la charge en 1332, comme la mention en est claire en 133917. C’est donc à la mort du sénéchal, en 1323, que se fit jour l’idée de faire de la maison de Jean Villain le nouvel hôtel de ville18.

Le manoir de Jehan Villain dou Markiet

  • 19 Piérard C., Les plus anciens comptes…, op. cit., p. 487, 491, 505, 524, 529.
  • 20 AV Mons, rôle en rouleau de parchemin no 1334 (AEM).
  • 21 Verriest Léo, « Polyptique du Chapitre de Sainte-Waudru de Mons (1278-1279) », Analectes pour servi (...)

7Selon l’acte de donation, le manoir de Jehan Villain et de son épouse Maroie des Preis était bâti sur une pièce de terre, ancienne propriété d’une dame Fressent de Lens, à laquelle avait été jointe une autre pièce de terre ayant appartenu aux héritiers Chavane. La dame de Lens – décédée avant 1290, date à laquelle ses héritiers sont cités dans un compte d’expropriation de plusieurs jardins pour la fortification –, possédait en 1279 une fortune mobilière déclarée de 423 ℓ., au second rang du rôle de taille de la rue de Nimy19. Il en était de même en 128320. Le polyptique du chapitre de Sainte-Waudru de 1272-1279 précise qu’elle tient du chapitre « tous les iestres de Gomermont » qui doivent 43 s., 6 d. à Noël « de l’acquest et de l’aumosne le demisele de Cracol ». Est-ce la même maison21 ?

  • 22 Collette F., Ils ont construit Mons, op. cit., t. I, p. 74-76 et t. II à paraître, au chap. 2. Voir (...)
  • 23 Lacroix A., « Extraits des comptes… », op. cit., p. 381, compte de 1354 : « vellourdes pour refaire (...)

8Cette importante propriété semble donc échapper au domaine allodial et à tout droit foncier du chapitre depuis un certain temps. Les parcelles, dont la configuration va déterminer ultérieurement les contraintes de l’implantation de l’hôtel de ville, paraissent dépendre du lotissement comtal du XIIe siècle d’une partie de l’ancienne garenne du domaine de Mons. À la suite de l’incendie de la ville survenu en 1113, le chapitre de Sainte-Waudru, alleutier de toute la ville, avait octroyé la seigneurie « bourgeoise » aux habitants installés en leurs maisons pour qu’ils restent à Mons. Aux alentours du marché, les parcelles franches étaient nombreuses. Le comte de Hainaut en a fait de même au profit de ses hospites, cités dès 1190, dans les parties du territoire qu’il s’était fait antérieurement concéder par le chapitre, notamment dans le quart nord-ouest de la ville, l’ancienne garenne et donc sur le flanc occidental de la rue de Nimy, axe ancien qui constituait un tronçon du diverticule de l’ancienne chaussée romaine de Bavay à Asse22. Une rente de bourgeois valait en principe un « journel », soit un tiers de « bonnier » (qui valait 42 ares au bonnier de Mons ou 48 ares au bonnier de Maubeuge que le chapitre utilisait). La demi-rente, la plus fréquente, correspondait à des parcelles de 21 à 24 ares : celle accueillant les constructions étudiées pourrait avoir eu une surface du même ordre. Toutes ces parcelles étaient disposées de manière orthogonale par rapport au réseau des rues. La parcelle contiguë à celle de Jehan Villain est voisine du fond de celle de l’hôtel d’Enghien située sur le parc (l’ancienne garenne), puisque l’on restaure la clôture qui les sépare au XIVe siècle ; elle paraît être la jumelle de la précédente, mais Jean Villain n’en possède que la partie arrière par suite d’un démembrement du front de rue, sur une vingtaine de mètres de profondeur, occupé par les maisons du « Noble d’or » et de « Saint-Christophe » que la ville achètera aux XVIe et XVIIe siècles23.

  • 24 Lacroix A., Notice…, op. cit., p. 7-9.
  • 25 Ibid., p. 10.
  • 26 Ibid., p. 12 et Piérard C., Les plus anciens comptes…, op. cit., t. I, p. 185.

9Il s’agissait donc d’un ensemble immobilier de grande dimension, proche du marché où aboutissaient les trois rues commerçantes de la Chaussée, de la Triperie et d’Havré, au parcellaire serré au contraire de celui de la rue de Nimy. Les donateurs – qui affirmaient disposer de la seigneurie foncière sur l’ensemble « sauf le cens et le rente qu’on en doit24 » – se réservaient, avec l’usufruit viager au dernier vivant sur le bien, le droit d’élever ou d’abattre toutes maisons, dépendances et plantations à leur gré, à l’exception cependant de « la grande maison ». En juillet 1323 le comte Guillaume, répondant favorablement à la requête de l’échevinage, lui octroyait le droit de prendre « tout le manoir et iestre » ayant appartenu à Jehan Villain dou Markiet pour en « faire le maison de leur conseil », moyennant une juste indemnité à accorder à l’un des autres hôpitaux de Mons25. Cet octroi ayant paru insuffisant au Magistrat pour éviter un litige éventuel avec les autorités ecclésiastiques, trois échevins allèrent à Cambrai et Tournai solliciter les autorisations épiscopales de déroger aux dernières volontés du défunt26.

  • 27 Pour cette année-là, Léopold Devillers a publié un cahier d’ouvrages qui décrit la construction d’u (...)
  • 28 Puisqu’en 1326-1327 l’ancienne maison de la Paix sur le marché était mise en location : Lacroix A.,(...)
  • 29 Lacroix A., Extraits des anciens comptes…, op. cit., ACAM, t. XI, p. 377-387.
  • 30 La plus profonde cave à vin, dite « cave d’en bas », fut utilisée pour mettre à l’abri les archives (...)

10Des travaux engagés pour plus de 126 ℓ. en 1323-1324, mais qui se continuaient en 133227, permirent aux échevins d’y emménager rapidement28. Les deux caves du bâtiment situé à l’arrière de l’hôtel de ville (fig. 2), et dont l’entrée se trouve au fond de la cour d’honneur, dite cour Barabbas, sont très probablement les vestiges de l’ancien manoir de Jehan Villain occupé ensuite par Jacques de Werchin. Ce que confirment les textes qui nous informent que la propriété était située en retrait du front de voirie de la rue de Nimy, séparée d’elle par un mur percé d’un porche qui enfermait un préau où se trouvait un puits restauré en 135229. Ces deux caves, avec une troisième qui existe encore au sud du « couloir » d’accès au « jardin du Mayeur », délimitant sans doute la surface de l’ancienne « grande maison », sont implantées en parfaite orthogonalité avec la parcelle où elles ont été implantées, ce qui ne sera plus le cas de la construction à front de rue. À l’origine, la première de ces caves avait pu être affectée à une cuisine et la deuxième à un cellier30. Ces caves, accessibles par un escalier droit couvert d’une voûte rampante, ont été surmontées d’une tour (dite de la Trésorerie) vraisemblablement construite vers 1391, dont les deux premiers niveaux, destinés à recevoir les archives de la ville, possèdent des salles voûtées en brique dont le plan ne correspond pas avec celui des deux caves basses qu’elles surmontent, ce qui atteste de leur postériorité.

  • 31 Lacroix A., « Extraits des comptes de la ville de Mons », ACAM, t. X, 1871, p. 547. Remplacé, sans (...)
  • 32 AV Mons, CM no 1 229, fo 3ro : le compte de Jehan de Maurage pour l’année 1427-1428 mentionne une p (...)

11La grange située sur le jardin de la rue de Nimy, louée par la ville, conservait jusqu’en 2005 son mur de clôture nord en rognons de silex31. Un gros mur de fondation, situé à l’aplomb du mur arrière du bâtiment actuel, construit à front de rue au XVe siècle, fermait la cour qui séparait la propriété des petites maisons construites à l’avant du manoir32.

L’agrandissement du marché

  • 33 Voir note 8 supra.
  • 34 L’épisode a été raconté par Collette F., Ils ont construit Mons, publié dans le journal La Province(...)

12Jean de Hainaut, seigneur de Beaumont et régent du comté, oncle de la comtesse Marguerite, épouse de l’empereur Louis, qui résidait en Bavière, autorisa le mercredi après le 15 août 1348 la ville à agrandir le marché, depuis l’ancienne maison de la Paix jusqu’à la maison du mayeur à l’angle de la rue de Nimy et toutes les maisons situées entre cette rue et le ruisseau de la Seuwe qui en était parallèle33. Cet agrandissement provoqua la colère des chanoinesses de Sainte-Waudru dont l’ancien marché, derrière la collégiale, fut délaissé. Marguerite dut intervenir et emprunter 600 ℓ. t. à la ville pour dédommager le chapitre34.

  • 35 Lacroix A., « Extraits des comptes de la ville, Deuxième série 1338-1400 », ACAM, t. 13, 1876, p. 3 (...)
  • 36 AV Mons, Compte 1458-1459, fos 43vo et 46vo.
  • 37 AV Mons, Massarderie, C 309, fo 37vo.

13À la suite, une campagne de travaux fut entreprise à la nouvelle maison de la Paix : plaquage des murs, construction d’une cheminée, remplacement des gouttières, etc.35. Le bâtiment principal, couronné d’un parapet crénelé (« les crétiaulx », 1373) et couvert de tuiles, comprenait six pièces pourvues de cheminées que le cuisinier de la maison ramonait chaque année : la chambre du conseil, la grande salle, la cuisine et une pièce annexe, la trésorerie, le logement du clerc et la salle à l’étage de la chapelle ; sont encore mentionnéss l’arsenal, l’écurie, les latrines, les caves, la grange, et diverses remises et dépendances36. Il était traversé d’un couloir précédé d’un porche (« le vieux porchet », 1352), surmonté d’une statue de la Vierge à l’Enfant – restaurée en 1437-1438 comme sa console ornée d’une figure d’ange – replacée par la suite au-dessus de la « bretèque » du nouvel hôtel de ville, comme en atteste la gravure de Kraft imprimée dans Les Délices des Pays-Bas37.

  • 38 Lacroix A., « Comptes de 1356 et de 1363 », ACAM, t. XI, p. 387 et 397 ; comptes de 1373, p. 413. N (...)
  • 39 Lacroix A., « Extraits des anciens comptes… », op. cit., p. 444, mention de 1391 : « Pour plakier l (...)
  • 40 AV Mons, Massarderie, registre C 323, fo 34vo. Voir aussi Devillers Léopold, Le passé artistique de (...)

14La chapelle Saint-Georges, ou « capielle dou markiet38 », qui se trouvait sur le côté droit de l’entrée du complexe communal, fut construite entre 1351 et 1370, en avant de la cour et à front de la nouvelle place du marché ; elle était surmontée d’une loge d’où les échevins pouvaient avoir vue sur le marché et où se faisait aussi le guet, notamment le jour du « behourdi », le dimanche gras, à l’occasion du carnaval, ou lors des tournois et autres joutes populaires39. Un cadran solaire et une horloge agrémentaient la façade de la loge de l’étage (1449-1450)40.

  • 41 Lacroix A., « Extraits des anciens comptes… », op. cit., p. 444. D’autres ont pensé qu’à cette occa (...)
  • 42 AV Mons, Massarderie, compte tenu par Jean de Mauraige pour l’année 1427-1428, C 298, fo 3.

15Une nouvelle campagne de travaux (fondations, fourniture de 500 grands « quairiaux » et boutisses) entreprise en 1391 concerna vraisemblablement la construction de « la Tour de la trésorerie » et la création à l’étage supérieur d’un logement pour le clerc de la ville et le greffier de l’échevinage41, Jehan Druelin en 1427-142842, à titre de gage complémentaire de son office. Il est probable que le logement du clerc communiquait avec la salle ou « logette » située à l’étage de la chapelle Saint-Georges.

Fig. 2 > Restitution du parcellaire avant la création de la place [© F. Colette].

  • 43 La prison comtale était au château mais une liaison existait avec la construction proche de la mais (...)

16À l’arrière de la maison proprement dite existaient d’autres bâtiments : une grange, dont le toit de chaume avait été remplacé en 1332 et dont la charpente fut reconstruite en 1381 ; un arsenal pour l’artillerie (vers 1365), une écurie et le jardin « du Mayeur » planté d’une vigne. Avant 1383 la ville acheta la maison de Jakeme Gochilies située en face de l’hôtel du Paon pour bénéficier d’une issue sur cette rue dite allant au Parc ou encore rue d’Enghien (fig. 2). À la fin du XVe siècle, le comte autorisera les échevins à installer une prison à cet endroit qui deviendra la « prison scabinale43 ».

La reconstruction de la maison de la Paix

  • 44 Devillers Léopold, Inventaire analytique des archives des états du Hainaut, t. I, Mons, H. Manceaux (...)
  • 45 Ibid., p. XC sq.
  • 46 On en possède la première liste du 21 juin 1428 en fin du compte du massard Jehan de Maurage pour l (...)

17Si la maison de la Paix était le siège ordinaire de l’échevinage et du conseil de ville, elle n’était pas régulièrement affectée aux réunions des états du Hainaut qui devaient se tenir en d’autres lieux en ville, au château, dans la résidence comtale de l’hôtel de Naast, ou encore, dans d’autres villes du comté, à Hornu, Bavay, Valenciennes, Hal, au Mont Sainte Gertrude, à Ath, Binche, Le Quesnoy et même Breda au gré du Prince44. Convoqués à Mons même, les trois « États » se retrouvaient le plus souvent séparément dans des lieux différents. En 1348 par exemple, la noblesse se réunit à l’hôtel de Beaumont, résidence du régent, le clergé à l’abbaye des Écoliers, tous deux dans le bas de la ville, et les députés des « bonnes villes » à la maison de la Paix, tandis que les réunions plénières se tenaient dans des auberges, comme à l’hôtel du Heaume ou chez Jean Puche ; après les travaux de 1390, les états s’assemblèrent une dizaine de fois à la maison de la Paix, mais autant à l’hôtel de Naastet à la résidence du bailli. On verra en revanche que dès la construction du nouvel hôtel de ville, à partir de 1465, les réunions des états s’y tiendront systématiquement, plusieurs salles y étant disponibles45. D’autre part, la création de l’assemblée des Soixante-Hommes, et les compétences élargies résultant des nouveaux privilèges accordés aux échevins par Jacqueline de Bavière le 17 novembre 1428, nécessitaient des locaux plus vastes. Les Soixante-Hommes – des notables –, participèrent à partir du début du XVe siècle aux réunions du conseil de ville concernant les levées d’impôts extraordinaires. Ces assemblées conjointes pouvaient ainsi réunir une centaine de personnes46.

Les hésitations sur le projet de reconstruction

18Trois délibérations successives sur le projet furent adoptées par le conseil de ville en 1458 et 1459 :

    • 47 AV Mons, RDCV 1296, fo 362ro. Ce troisième « registre des consaulx » couvre les années 1446 à 1466, (...)

    le 10 avril 1458 (après Pâques), il fut décidé de profiter de la venue du maître maçon de Bruxelles pour commencer la construction du nouvel hôtel de ville47 ;

  • le 6 mai 1458, il fut décidé de jeter dès cette année les fondations du nouvel édifice ;

    • 48 Chalon Renier, L’hôtel de ville de Mons, Mons, 1843, affirme avoir consulté une table analytique de (...)

    le 9 juin 1459, fut prise la résolution de détruire la chapelle pour laisser la place à la construction nouvelle48.

  • 49 Hubert Joseph, Des architectes de l’église collégiale de Sainte-Waudru à Mons, Bruxelles, Dequesne- (...)

19L’évocation de la visite du maître maçon de Bruxelles à Mons laisse penser qu’il devait intervenir pour un autre commanditaire, en l’occurrence le chapitre de Sainte-Waudru qui avait entamé vingt ans plus tôt le chantier de la nouvelle collégiale et qui avait appelé un nouveau maître d’œuvre pour remplacer Jehan Spiskin, le premier maître maçon de la collégiale décédé l’année précédente. Certes, Mathieu De Layens, qui avait été l’architecte de l’hôtel de ville de Louvain, était natif de cette dernière ville et n’était donc pas Bruxellois, mais la confusion entre les deux capitales du Brabant était d’autant plus excusable que sa désignation était toute récente ; il ne fait en revanche aucun doute qu’il s’agisse bien de lui puisqu’il venait alors d’être appelé par le chapitre et qu’il se rendit à Mons une dizaine de fois avant le 14 mai 1458, date du paiement de ses premiers gages49. D’autre part, les marques de tailleur de pierre visibles sur l’arc en petit granit de la nouvelle chapelle confirmeraient cette attribution.

  • 50 AV Mons, RDCV 1296, fo 363vo : « Item fut parlet touchant l’ouvraige de le maison de le ville si on (...)

20La référence à une construction « a froncq de rue » de la maison de ville implique par ailleurs que les anciens bâtiments en retrait devaient être conservés ; le conseil de ville et même les états du Hainaut continuèrent à siéger dans l’ancien manoir de Jehan Villain. La deuxième délibération du samedi 6 mai confirme que le nouvel ouvrage devait être édifié en avant de l’ancienne maison de Paix, en récupérant les murs du XIVe siècle comme fondation arrière du nouveau bâtiment50.

Chronologie des travaux

21La première pierre fut posée le 8 mars 1459 (n. st.) en présence du receveur du comté de Hainaut, du maire de la ville et de tous les échevins sauf un :

  • 51 Hennebert H., L’hôtel de ville de Mons, op. cit., p. 13. Sa source figure dans une notice rédigée p (...)

Le jeudi 8e jour de march l’an 1458 [1459 n. st.], avant Pasques environ 11 heures avant noesne fu par Jean Aubert, lors Recheveur de Haynnau, Estienne de Castieaux, mayeur de Mons, Cuesmes et Gembleux, eschevins d’icelle, assis le premiere piere de l’ouvraige sur rue de le maison de le paix presens tous messeigneurs eschevins sauf Loge.51

  • 52 Devillers L., Le passé artistique de la ville de Mons, op. cit., p. 39, note 2.
  • 53 L’ancienne chapelle (du XIVe siècle) était séparée de la maison voisine par une ruelle alors que la (...)

22Ce n’est que par une délibération du 9 juin 1459 que fut prise la décision de démolir la chapelle Saint-Georges, soit que cette construction ne gênait pas le projet dans un premier temps, soit que la première pierre eût été posée avant l’établissement du projet définitif52. La reconstruction de la chapelle dans la cour se heurtait à deux difficultés : elle réduisait la surface disponible et rendait difficile l’accès du service des incendies (des « effroix ») ou les exécutions des sentences judiciaires ; elle dépendait de l’autorisation donnée par le chapitre des Chanoinesses de Sainte-Waudru53.

Fig. 3 > Restitution du parcellaire après la création de la place [© F. Collette].

  • 54 AV Mons, RDCV 1296, fo 387vo, registre du conseil de ville du 21 avril 1460 : « Item sour la remons (...)
  • 55 AV Mons, RDCV 1296, fo 393.
  • 56 Piérard C., L’hôtel de ville de Mons, op. cit., croit à tort à une intervention des maîtres de Doua (...)
  • 57 AV Mons, Massarderie, Compte de Jacquemart Coispiau de la Toussaint 1462 à la Toussaint 1463, fo 40 (...)
  • 58 Devillers L., Le passé artistique…, op. cit., p. 30.
  • 59 Devillers L., L’Hôtel-de-Ville…, op. cit., p. 3, a vraisemblablement déduit cet arrêt des travaux d (...)

23En avril 1460, l’abbaye de Cambron fit don de chênes probablement destinées aux poutres, du plafond du rez-de-chaussée54. Une délibération du 4 octobre 1460 relate les hésitations du conseil de ville à adjuger un marché de taille de pierre, par suite, vraisemblablement, de difficultés budgétaires : « savoir si on fera nouvelle marchandise de faire taillier pierre par les ouvriers ou si on leur donra congiet veu les affaires […] survenues a le ville55 ». C’est le 14 octobre 1463 que le maître d’œuvre de Douai visitait le chantier de l’hôtel de ville56. Où en était alors sa construction ? On peut penser que le rez-de-chaussée était terminé car, avant la Toussaint 1463, on achetait du bois pour la cheminée de « le cambre devant » ou salle de garde57. Le 23 juin 1465, le grand bailli de Hainaut, accompagné des chanoinesses de Sainte-Waudru et d’officiers du chapitre, visitait la nouvelle construction en cours58. Si Léopold Devillers estimait que les travaux étaient terminés en 1467, ils étaient en fait définitivement interrompus59 (fig. 3).

Les reconstructions après l’explosion de 1477

  • 60 Jean d’Orléans, comte de Dunois et Longueville (1403-1491).

24La ville stockait dans l’arsenal annexé à la maison de ville les meubles, armes et munitions du château d’Havré confisqués au comte de Dunois60 par les Bourguignons. Selon l’historien Boussu, le mercredi 17 septembre 1477 à 6 heures du matin, du fait de l’imprudence d’un ouvrier, une flamme provoqua l’explosion du magasin à poudre : « Toutes les maisons voisines furent emportées, des pierres et du bois volèrent jusque sur le Marché. » Cette catastrophe est également rapportée par le chroniqueur Molinet :

  • 61 De Boussu G.-J., Histoire de Mons…, op. cit, p. 159-160, fait référence à la chronique de Jehan Mol (...)

Si tost qu’elle [la poudre] senti le feu, ung très horrible et impetueux son se esleva, tant vehement et cruel que ceulx qui en furent estonnéz, tous aveuglis et espoantéz, cuidèrent que les infernaulx fussent deschaynnéz des abismes et que ce fut definement du monde. Les pierres se fendoyent et sailloyent sur le marchié, sy rudement que ame ne s’y osoit tenir…61

  • 62 Devillers L., Inventaire des archives de la ville Mons, op. cit., t. I, p. 226, no 412.
  • 63 Charles de Poitiers, de la maison des comtes de Valentinois, officier en garnison à Mons. De Barant (...)
  • 64 La visite de Mathieu de Layens en mars 1479 est en revanche avérée par le compte du massard de 1478 (...)

25Une lettre de Maximilien et de Marie de Bourgogne du 3 octobre 1477 affranchit la ville de la restitution des « biens meubles et de l’artillerie qui appartenaient au comte de Dunois » détruits dans l’incendie62. Le chroniqueur Molinet nous informe encore que l’explosion fit huit morts, dont le seigneur de Dormans63 et sa femme « couchiéz en un logis au plus près » – un des deux hôtels directement voisins de la maison de la Paix –, qui périrent dans leur lit à cause de la chute « d’un pan de mur ». À partir de ces faits, des historiens ont estimé que le nouvel édifice avait été totalement détruit et reconstruit par le maître maçon Mathieu de Layens64.

26L’arsenal était situé à l’angle formé par le mur arrière de l’hôtel à l’enseigne du « Noble d’Or » (situé à droite du nouvel hôtel de ville) et le mur arrière, perpendiculaire au précédent, qui formait l’aile en retour entre le nouveau bâtiment et la tour de la Trésorerie de l’ancien manoir. Le souffle de l’explosion détruisit totalement les deux bâtiments contigus et endommagea les combles de la nouvelle chapelle. Le conseil de ville notait que :

  • 65 AV Mons, RDCV 1297, fo 318 ; 1478-1479. Selon Piérard C., L’hôtel de ville de Mons, op. cit., p. 7, (...)

l’ediffice qui estoit entre le thour où est le clercq [la tour de la Trésorerie] et le grant édiffice a froncq sour le markiet avoit esté tout abattu et demoly ; et le comble de la capelle et partie de la maison Simon de Solre est semblablemement et y estoient demouré Jehan D […] ouvrier de la pouldre […].65

  • 66 Dereck Daniel, « Lettres de chevalerie en faveur de Gilles et Charles Resteau », ACAM, t. 79, 2002, (...)
  • 67 Devillers L., L’Hôtel-de-Ville…, op. cit., p. 4.

27La maison de Simon de Solre doit être l’hôtel du Noble où résidaient le seigneur de Dormans et son épouse, puisque de l’autre côté, l’hôtel de l’Ostriche (Autruche) appartenait à cette époque à la famille Resteau66. L’aile en retour à l’arrière et à droite du porche (la salle du Conseil) dut être reconstruite dans un style plus sobre comme la façade sur cour de l’ancien manoir. L’attribution de la reconstruction de l’aile de retour nord à Mathieu de Layens en 1479, repose sur l’idée qu’on aurait fait appel à ce maître maçon pour la restauration, parce qu’il en avait dirigé la construction67.

  • 68 Projet qui était conservé jusqu’à l’incendie du dépôt des AEM en 1940.
  • 69 La caducité de la chapelle Saint-Georges fut évoquée deux fois lors des conseils du 5 mai 1584 et e (...)
  • 70 Les trois délibérations sont reproduites in extenso par Lacroix A., Notice…, op. cit., p. 33-34.
  • 71 Acquisition réalisée le 13 juillet 1600.
  • 72 Devillers L., Inventaire analytique des archives de la ville de Mons, op. cit., t. 2, no 882, p. 32 (...)
  • 73 La salle d’auberge de 8 m × 11 m, qui s’ouvrait par un escalier de 7 marches sur la Grande Place, p (...)
  • 74 Devillers L., Archives de la ville de Mons, op. cit., t. II, p. 231, no 785. Il s’agissait donc d’u (...)
  • 75 AV Mons, RDCV 1305, t. XI, fo 217vo.

28Les dommages occasionnés à la voûte de la chapelle du XVe siècle ne furent jamais réparés ; à la fin du XVIe siècle, elle menaçait ruine, les chapelains se plaignant des gravas tombant sur l’autel durant les célébrations. En 1585, une inspection du grand vicaire de l’office de Cambrai regrettant que « la place n’estoit pas en estat ni décorée selon qu’il convenoit pour y célébrer la sainte messe », le conseil décida d’un nouveau projet de construction68. La chapelle avait une largeur de 21 pieds pour une longueur de 45 pieds, soit 6 m × 13 m, dimensions correspondant exactement à celles de la cave inférieure ; sa voûte en brique, avec chaînage de pierre à la ligne de faîte de l’intrados, similaire à celle de la cave sous le cabinet d’apparat, est datable de 1459 et exclut l’hypothèse avancée par Christiane Piérard du maintien de la chapelle ancienne69. En 1600 un projet de reconstruction au même emplacement fut, en raison de l’espace limité, abandonné au profit d’une construction sur la propriété voisine de Charles de Boussut70. Le conseil du 8 juillet 1600 décida finalement d’acquérir dans ce but d’Adryen de Boussu, moyennant une rente annuelle de 450 livres, la parcelle de l’hôtel d’Ostriche contiguë à l’hôtel de ville sur deux côtés et à l’héritage de Jean Harrou sur le troisième71. La profondeur de la parcelle était telle qu’elle permit, après la construction du chœur, la conservation de l’ancien logis dont un chapelain de Saint-Georges sollicita le 19 février 1601 l’attribution comme logement72. Le chœur de la nouvelle chapelle, achevé peu avant le 27 avril 1602 et dont l’autel fut consacré par l’archevêque de Cambrai le 23 février 1603, fut construit sur la cour de l’ancienne auberge, mais la nef le fut sur les celliers (à l’arrière) et la grande salle basse de l’ancienne hôtellerie (à l’avant) renforcés de deux voûtes parallèles en briques73. L’hôtel « du Noble », situé à droite de l’hôtel de ville, acheté par la ville en 1579, consistait dans une maison avec « puich, chambre par terre, estables et entreprenure74 ». On sait par une délibération du conseil de 1585 que la ville y fit des travaux afin d’édifier « un comptoir » pour Gabriel Leroy, troisième greffier ayant en charge la tenue des livres de compte75. Plus tard, en 1615, la façade de cet édifice fut reconstruite dans le même style que la chapelle Saint-Georges.

L’ARCHITECTURE

  • 76 Nous considérerons que la façade principale de l’hôtel de ville regarde vers l’est.
  • 77 Le terrain sur lequel sont élevées les différentes constructions présente une déclivité sensible de (...)

29Les deux principaux bâtiments de l’actuel hôtel de ville de Mons remontent au Moyen Âge. L’hôtel de ville proprement dit, avec sa grande salle au premier étage, développe sa façade à front de la Grande Place76. De cette dernière, un large porche central permet d’accéder à la cour intérieure que clôture au fond un second bâtiment, lui-même traversé par un couloir prolongé par un escalier conduisant au « jardin du mayeur77 ». Nous désignerons ce deuxième bâtiment sous le terme « d’ancien manoir » (fig. 4, pl. VI, p. XII).

L’ancien manoir de Jehan Villain dou Markiet

  • 78 Voir supra.
  • 79 Van Belle Jean-Louis, Signes lapidaires, Nouveau dictionnaire, Belgique et Nord de la France, Louva (...)

30Jehan Villain dou Markiet, « massard » ou receveur communal de la ville vers 1292, habitait le manoir, appelé « la grande maison », tout à l’entrée de la rue de Nimy, rue intégrée en 1348 au « grand marché ». À la mort de Jehan Villain (avant 1305) et de son épouse, le profit de ce manoir servit à la dotation d’un hôpital, selon l’acte passé entre les donateurs et les échevins le 25 juillet 1295. De l’ensemble de ces données, on peut conclure que le manoir fut probablement édifié dans la deuxième moitié du XIIIe siècle. En 1323 le comte Guillaume autorisait l’échevinage de la ville de Mons à convertir ce manoir en maison du conseil. Les travaux de charpenterie et de maçonnerie conduits en 1323-1324 permirent aux échevins d’y emménager avant 1326-1327. D’autres travaux furent réalisés en 133278. L’ancien manoir, traversé d’un long couloir voûté en briques date, dans son état actuel, du milieu ou de la deuxième moitié du XVIe siècle, comme l’indiquent sur les parements extérieurs en petit granit d’Écaussinnes les signes des maîtres de carrières ou tailleurs de pierre Jacquemart Boulle et Jacques Le Vassal79 (fig. 5). L’enduit des murs intérieurs ne permet pas de vérifier l’hypothèse de la conservation de maçonneries de la deuxième moitié du XIIIe siècle. Les caves, en revanche, permettent de déterminer les limites extérieures du manoir du XIIIe siècle de manière relativement précise : il en reste deux caves parallèles qu’un demi-niveau sépare, orientées plus ou moins perpendiculairement au couloir voûté.

Fig. 5 > Façade orientale de l’ancien manoir. Signes de Jacquemart Boulle (en bas) et de Jacques Le Vassal (en haut) [© F. Doperé].

  • 80 Doperé Frans, « Le grès quartzitique du Landénien supérieur comme matériau de construction au Moyen (...)
  • 81 Ses niveaux inférieurs (voûtés en brique) abritaient les archives communales et les niveaux supérie (...)

31Ces caves sont accessibles par une porte du XVIe siècle percée dans la façade orientale actuelle, du côté de la cour intérieure de l’hôtel de ville (fig. 4.1, a). Dans la descente de cave, les parements intérieurs et les marches de l’escalier sont constitués de grands blocs en grès quartzitique du Landénien supérieur, ou grès de Bray, équarris au marteau têtu, à la broche ou au pic. Les claveaux de la voûte en berceau en revanche sont beaucoup plus petits et rectangulaires. Cette taille simplement clivée se différencie nettement de la taille à la broche ou au pic, dont les points d’impact recouvrent 100 % de la surface visible des pierres de l’hôtel de ville de 1459. La taille clivée, avec ou non quelques retouches sommaires à la broche ou au pic, est quant à elle compatible avec une datation dans la deuxième moitié du XIIIe siècle80 (fig. 6). Les parements intérieurs des deux caves parallèles sont également constitués de blocs de grès quartzitique équarris et légèrement retouchés à la broche ou au pic (fig. 7). Les voûtes en berceau sont, comme celles de la descente de cave, formées de petits blocs rectangulaires de grès quartzitique équarris. Une ouverture actuellement bouchée à contours chanfreinés (une cheminée ?) (fig. 4.1, b) dans la voûte de la première cave (orientale), ainsi qu’une prise d’air permettent de conclure que la façade primitive se trouvait plusieurs mètres en retrait de la façade actuelle du XVIe siècle. Cela implique donc que l’entrée d’origine se projetait en avant de la façade du XIIIe siècle : la structure maçonnée contenant le départ de la descente de cave a dû supporter le porche d’entrée du manoir. Aujourd’hui, aucune trace de cette porte d’entrée n’est plus visible. Une prise d’air en brique (fig. 4.1, c) aménagée dans le mur septentrional de la première cave indique que le parement extérieur, en petits blocs de grès quartzitique équarris, a probablement été épaissi. La surépaisseur postérieure du mur septentrional trouve vraisemblablement son explication dans l’érection de la tour de la Trésorerie en 139181.

32Au sud de ces deux caves mais à un niveau supérieur, et au-delà du couloir, une troisième, voûtée en berceau, offre des blocs en grès quartzitique similaires à ceux des deux premières. Cette troisième cave, plus ou moins parallèle au couloir voûté et en léger contrebas, est actuellement accessible à partir de celui-ci par une porte récente (fig. 4.1, d). L’entrée primitive, sous la forme d’un couloir partiellement bouché et se trouvant dans l’angle sud-est de la cave, remonte de celle-ci en direction de la cour (fig. 4.1, e).

Fig. 6 > Escalier descendant vers les caves de l’ancien manoir [© F. Doperé].

Fig. 7 > Deuxième cave de l’ancien manoir vers le sud [© F. Doperé].

  • 82 Il n’est question que de le « fourbir » en 1352 (Lacroix A., Comptes…, op. cit., p. 377-387).

33Entre la façade primitive présumée et la façade actuelle du XVIe siècle, un puits maçonné en grès quartzitique équarri est actuellement caché derrière la fontaine « Barrabas », à quelques mètres du couloir d’entrée de la troisième cave. Il s’agit probablement du puits qui se trouvait primitivement à l’extérieur dans le préau servant de cour d’honneur, mais qui a été incorporé dans le nouveau bâtiment du XVIe siècle. Ce puits extérieur, mentionné en 1352 à l’occasion de son entretien, est peut-être contemporain des caves attribuées à l’ancien manoir82.

L’hôtel de ville

  • 83 Ce hors équerre résulte sans doute d’une modification du front de voirie de la rue de Nimy lors de (...)
  • 84 Un compte de 1585 désigne la salle en façade à gauche du porche sous le nom de « corps de garde de (...)
  • 85 La salle des « Sacquiaux » tire son nom des sacs contenant les clefs des 6 portes de la ville qui é (...)

34Le rez-de-chaussée de l’hôtel de ville (fig. 4.2) est percé en son centre d’un porche voûté hors-équerre pour suivre l’orientation des limites de la parcelle sur laquelle le bâtiment est construit83. À gauche du porche, l’ancien corps de garde (actuel cabinet du bourgmestre) communique à l’arrière avec la partie subsistante du XVe siècle de la chapelle Saint-Georges (actuelle antichambre84). Dans l’angle formé par l’ancien corps de garde et la chapelle, la tourelle d’escalier desservait seule à l’origine tous les étages de l’hôtel de ville. À droite du porche la salle « des Sacquiaux » donne à l’arrière sur l’ancienne salle du Conseil (actuelle salle des Mariages85). La chapelle Saint-Georges (XVIIe siècle), à gauche de l’hôtel de ville, ne fait pas partie du complexe de l’hôtel de ville médiéval.

La façade

35La façade de l’hôtel de ville, qui donne sur la Grande Place, s’élève sur trois niveaux de dix travées ; elle est construite principalement en grès quartzitique du Landénien supérieur, taillé à la broche ou au pic, produisant un grand nombre de petits points d’impact sur toute la surface de la pierre (fig. 8). Les membres profilés et les sculptures sont réalisés dans la même pierre, à l’intérieur comme à l’extérieur. Le niveau supérieur des caves, marqué par une plinthe à double profil, est percé de six portes, deux étroites et quatre plus larges (une obturée) dont le linteau monolithe repose sur des corbeaux moulurés d’un cavet. Si ces portes ont leur seuil inférieur sous le niveau de la Grande Place, pour autant le sol de cette dernière n’a pas été rehaussé au cours du temps, comme en attestent les bases des profils moulurés du grand arc du porche parfaitement visibles.

  • 86 Histoire générale des Pais Bas, contenant la description des XVII provinces, alias « Délices des Pa (...)

36Au rez-de-chaussée, six fenêtres et deux portes, dont les trumeaux sont occupés par une niche, sont réparties de part et d’autre du porche axial. Selon la gravure de Krafft, publiée dans Les Délices des Pays-Bas86, les baldaquins disparus de ces niches cachaient les ancres en fer, actuellement bien visibles, des sommiers en chêne des plafonds du rez-de-chaussée. Les archivoltes des arcs des fenêtres et du porche sont décorées de feuilles et d’un fleuron terminal.

  • 87 Les deux fenêtres axiales ont probablement été agrandies lors du remplacement de la « bretèque » d’ (...)
  • 88 Hennebert H., L’hôtel de ville de Mons, op. cit., p. 15, s’appuie sur Devillers L., L’Hôtel-de-Vill (...)
  • 89 Sur la gravure de Krafft, les traverses sont situées à un niveau inférieur à celui actuel mais les (...)

37La grande salle du premier étage est éclairée par dix fenêtres87, aux archivoltes en accolade, dont les écoinçons jusqu’au larmier séparant le premier étage du deuxième étage (non réalisé) sont décorés de remplages trilobés. Les meneaux et traverses en pierre des fenêtres du premier étage (fig. 9) auraient été remplacés entre 1820 et 1830 par des éléments en bois, les nouvelles traverses étant alors relevées d’une assise88. Cependant, il est possible, vu l’état général d’inachèvement de l’édifice, que les meneaux en pierre aient toujours manqué89.

Fig. 8 > Façade de l’hôtel de ville du XVe siècle [© A. Salamagne].

Fig. 9 > Détail de fenêtre du premier étage de l’hôtel de ville du XVe siècle. Meneaux en bois avec, une assise plus bas, le trou prévu pour les croisées en pierre non réalisées, actuellement bouché par un petit profil en grès quartzitique [© F. Doperé].

Les caves

38Les murs sont parementés en grès quartzitique du Landénien supérieur. Les techniques de taille permettent de distinguer les maçonneries du XVe siècle, époque de l’édification de l’actuel hôtel de ville, des maçonneries antérieures. Les blocs simplement équarris au marteau têtu, à la broche ou au pic sont caractéristiques des secondes (taille ancienne) ; les blocs dont la surface visible montre les petits trous provoqués par la broche ou le pic le sont des premières.

  • 90 Voir le paragraphe « Chronologie des travaux ».

39Le mur formant soubassement arrière de l’hôtel de ville (et séparant les celliers sous l’ancien corps de garde et la chapelle du XVe siècle) doit correspondre à celui d’une façade ancienne, qui semble se prolonger de part et d’autre et donne ainsi la limite de l’alignement d’un état antérieur à l’hôtel de ville actuel (fig. 4.1, f). Ses parements comme ceux des deux autres murs sous la chapelle (fig. 4.1, g), offrent une taille ancienne. Il en est de même des parements intérieurs des murs de la cave sous la salle des Sacquiaux, sauf pour le mur de façade, à la taille du XVe siècle. Le caractère ancien de la taille des parements dans les celliers, au nord du porche, apporte un élément complémentaire à l’hypothèse de la localisation de la chapelle Saint-Georges à cet emplacement au XIVe siècle90.

40Les soubassements de la façade de l’hôtel de ville, du mur gauche du porche et du mur septentrional (fig. 4.1, h) au-delà de la chapelle Saint-Georges du XIVe siècle, offrent une taille du XVe siècle, les murs antérieurs (murs mitoyen sud de l’hôtel de ville, sous la chapelle du XVe siècle, de la chapelle du XIVe siècle) ayant été réutilisés ; seule la façade, le mur gauche du porche et le mur mitoyen nord ont été totalement remontés.

Le rez-de-chaussée, le premier étage et les amorces du deuxième étage

  • 91 Voir le paragraphe « L’agrandissement du marché ».
  • 92 Tondreau L., « La sculpture gothique à l’hôtel de ville », op. cit., p. 401-402, y voit en revanche (...)

41Le porche central, qui divise le rez-de-chaussée de l’hôtel de ville en deux pièces plus ou moins identiques bien que hors d’équerre, a été ménagé à la place de l’ancienne porte de la rue de Nimy qui séparait le domaine de l’ancien manoir91 ; il ne donnait accès à l’origine qu’à la cour intérieure et à l’ancien manoir. Les clés de voûte des trois travées de croisées d’ogives qui le couvrent représentent respectivement l’arrestation d’un homme, celle d’une femme, et le tribunal échevinal92. L’arc donnant sur la cour intérieure porte une allégorie de la Justice. Dans la dernière travée du porche, à droite, une porte repercée par la suite (ses parements sont taillés à la boucharde), donne accès à la salle des Sacquiaux. Les deux pièces du rez-de-chaussée, ayant chacune une entrée directe en façade, sont éclairées par trois fenêtres à deux coussièges. Si les baies de portes sont apparemment situées dans la partie inférieure d’une fenêtre, les feuillures prévues à l’intérieur permettent de conclure qu’elles sont bien d’origine (fig. 10).

  • 93 Voir le paragraphe « Portée des reconstructions après l’explosion de 1477 ».
  • 94 Il ne s’agit en aucun cas du remontoir de l’horloge située dans le campanile actuel. Le remontoir f (...)

42La grande salle du premier étage est éclairée en façade par dix fenêtres, chacune à deux coussièges sauf pour celles du milieu donnant accès au balcon. Le dernier niveau est constitué par les combles qui conservent les amorces d’un deuxième étage dont ont été montés, sur une hauteur de 130 cm environ, le départ des fenêtres à un ou deux coussièges et les premières assises et marches en petit granit taillé au ciseau des deux tourelles d’escalier d’angle de la façade (fig. 11 et 12). Dans l’angle sud-ouest, sous les combles de la chapelle voisine du XVIIe siècle, est encore conservée l’amorce d’une autre tourelle naissant au-dessus d’un culot de pierre (fig. 13). De la tourelle de l’angle nord-ouest ne subsiste plus aucune trace, probablement en raison de l’explosion de 147793. Comme le chantier fut interrompu prématurément, il n’est pas surprenant de découvrir dans les combles actuels la roue de bois (d’un diamètre de 5,5 m) du treuil ayant servi à monter les matériaux de construction (fig. 14). À l’extérieur, dans l’axe vertical du porche, l’amorce de piliers moulurés visibles au niveau de la corniche doit correspondre au cadre de pierre où prenaient place l’horloge et le cadran solaire94 (fig. 15).

Fig. 10 > La salle des Sacquiaux et sa porte d’entrée [© F. Doperé].

Fig. 11 > Quatre assises de la tourelle d’angle nord-est et de la première fenêtre à un coussiège du deuxième étage [© F. Doperé].

Fig. 12 > Extrémité gauche de la façade de l’hôtel de ville du XVe siècle avec les amorces de la tourelle d’angle et des bases de la décoration murale prévue pour le deuxième étage [© F. Doperé].

Fig. 13 > Amorce de la tourelle d’angle sud-ouest couverte par une maçonnerie en brique [© F. Doperé].

Fig. 14 > La grande roue de levage en bois du grenier [© A. Salamagne].

Fig. 15 > Partie centrale de la façade de l’hôtel de ville du XVe siècle avec l’amorce de la structure rectangulaire devant héberger l’horloge et le cadran solaire [© F. Doperé].

La chapelle Saint-Georges du XVe siècle

  • 95 La gravure de Krafftmontre un bas-relief à l’effigie de saint Georges à cheval sur le tympan de la (...)
  • 96 Bavay Gérard, Doperé Frans et Tourneur Francis, « Chaque pierre en est témoin », dans G. Bavay (éd. (...)

43À l’extrémité sud de la façade arrière de l’hôtel de ville, les restes de la chapelle Saint-Georges du XVe siècle (actuelle antichambre du cabinet du bourgmestre au rez-de-chaussée et salle aux Drapeaux au premier étage) sont maintenant cachés par une façade du XVIIIe siècle (fig. 16). Au rez-de-chaussée, la chapelle communiquait avec l’ancien corps de garde95 par un grand arc en petit granit prenant naissance sur des montants en grès quartzitique, aux deux profils en cavet taillés au ciseau montrant un grand nombre de signes de maîtres de carrière ou de tailleurs de pierre (fig. 17 et 18). Sept signes différents sont identifiables, dont trois sont reconnaissables sur les piliers et les montants de l’abside et des chapelles rayonnantes de la collégiale Saint-Waudru96.

  • 97 Voir le paragraphe « Les reconstructions après l’explosion de 1477 ».

44Ces signes n’ont pas encore pu être identifiés mais le rapprochement chronologique entre les deux chantiers est ainsi clairement établi. La grande salle du premier étage de l’hôtel de ville communiquait également avec cette chapelle par un grand arc en grès quartzitique avec une mouluration plus complexe à tore à listel, cavet et tore (fig. 19). Cet arc est bouché, sans doute depuis la destruction de la voûte de cette chapelle à la suite de l’explosion du magasin à poudre en 147797. L’existence de ces deux arcs et la différence dans la complexité des profils des deux arcs est révélateur d’une différence de statut accordé aux deux niveaux, chacun d’entre eux étant animé d’un registre de niches aveugles à arc trilobé (uniquement conservé sur le mur septentrional). De la voûte subsiste une seule amorce sur la seule demi-colonne profilée conservée au nord.

Fig. 16 > La façade arrière de l’hôtel de ville du XVe siècle avec la tour d’escalier et, à droite, la façade du XVIIIe siècle qui cache les restes de la chapelle Saint-Georges du XVe siècle [© A. Salamagne].

Fig. 17 > Détail de l’intérieur de la chapelle Saint-Georges du XVe siècle avec à droite l’arc inférieur en petit granit communiquant avec l’ancienne salle de garde [© F. Doperé].

Fig. 18 > Détail de l’arc inférieur de la chapelle Saint-Georges en pierres de « Petit Granit » taillées au ciseau et deux signes de maîtresde carrière/tailleurs de pierre non identifiés [© F. Doperé].

Fig. 19 > Détail de l’arc supérieur de la chapelle Saint-Georges en grès quartzitique taillé à la broche ou au pic [© F. Doperé].

La tour d’escalier

  • 98 Au château d’Écaussinnes d’Enghien existe également une tour d’escalier dont les marches ne sont pa (...)
  • 99 Voir infra.

45La tour d’escalier, qui dessert tous les niveaux, a un appareil en grès quartzitique équarri et taillé à la broche ou au pic (fig. 20). Les marches, en petit granit, ne sont pas signées, ce qui nous prive d’informations complémentaires sur l’évolution du chantier98. Les portes donnant accès à la grande salle du premier étage et à celle du deuxième étage (actuellement les combles) sont à arc surbaissé avec larmier et montants profilés (uniquement visibles au deuxième étage). Deux portes condamnées au nord devaient sans doute donner accès à une galerie en bois longeant la façade arrière de l’hôtel de ville avant la construction de la salle des mariages99. L’arrêt du chantier de l’hôtel de ville est marqué ici aussi par une fenêtre à deux coussièges inachevée et par la présence d’une roue de levage au-dessus de la dernière marche de l’escalier (fig. 21).

La salle du Conseil (salon des Ajours, actuellement la salle des mariages)

  • 100 Voir le paragraphe « Les reconstructions après l’explosion de 1477 ».

46Cette salle remplace l’aile en retour détruite par l’explosion de 1477 et fut très probablement construite à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle contre la façade arrière de l’hôtel de ville, vraisemblablement endommagée100. Entre les deux bâtiments édifiés en grès quartzitique, l’appareil présente une très nette différence d’assises. Cette salle est actuellement accessible à partir de la salle des Sacquiaux par une porte à arc surbaissé en grès quartzitique pourvue d’un larmier en forme d’accolade décoré avec un fleuron et des crochets (fig. 22). Les fenêtres à croisée sont pourvues de deux coussièges à l’intérieur. Le manteau de la cheminée en petit granit porte un cordon à branche écotée, symbole de la maison de Bourgogne (fig. 23).

Fig. 20 > La tour d’escalier et détail des deux portes bouchées ayant communiquées probablement avec une galerie en bois disparue [© A. Salamagne].

Fig. 21 > Petite roue de levage en bois au-dessus de la dernière marche de l’escalier de la tour d’escalier [© F. Doperé].

Fig. 22 > La porte vers la salle des mariages en grès quartzitique vue depuis la salle des Sacquiaux [© F. Doperé].

Fig. 23 > Détail de la cheminée de la salle des mariages avec la branche écotée [© F. Doperé].

Le contexte architectural

  • 101 Voir le paragraphe « Les hésitations sur le projet ».
  • 102 Bavay G., Doperé F. et Tourneur F., « Chaque pierre… », op. cit., p. 72-85 ; Bavay G., Doperé F. et (...)
  • 103 Tondreau L., « La sculpture gothique… », op. cit., a étudié les 18 consoles figuratives des sommier (...)

47Sur le plan local, il est important de mettre l’accent sur les relations qui ont existé entre les deux grands chantiers montois du milieu du XVe siècle, ceux du chœur et du déambulatoire de la collégiale Sainte-Waudru et de l’hôtel de ville101. L’étude des signes des maîtres de carrière ou tailleurs de pierre de la collégiale Sainte-Waudru et du seul arc en petit granit de l’hôtel de ville (entre la salle de garde et la chapelle du XVe siècle) permet de constater que sur les sept signes différents figurant sur l’arc, trois se retrouvent sur les montants de l’abside du chœur et des chapelles rayonnantes de la collégiale Sainte-Waudru, chantier qui a débuté précisément en cet endroit en 1450102. Les sculptures en grès quartzitique du Landénien supérieur de l’hôtel de ville de Mons sont comparables à celles des contreforts des chapelles rayonnantes de la collégiale Sainte-Waudru103, dues probablement aux mêmes tailleurs de pierre.

  • 104 Roggen Domien et Withof J., « Grondleggers en grootmeesters der Brabantsche gotiek », Gentsche bijd (...)
  • 105 Devliegher Luc, « Damme », Kunstpatrimonium van West-Vlaanderen, Tielt-Utrecht, Lannoo, 1971, 5, p. (...)

48L’articulation et le décor de la façade ont conduit les chercheurs à rapprocher l’hôtel de ville de Mons des hôtels de ville brabançons de Bruxelles et de Louvain104, rapprochement conforté par l’intervention évoquée de Mathieu de Layens. À Bruxelles, la première campagne – construction d’une grande salle, d’une salle de justice et d’un beffroi – fut réalisée entre 1402 et 1455. Le projet de Mathieu de Layens pour l’hôtel de ville de Louvain, qui remonte à 1448, offre des similitudes avec celui de Mons pour l’organisation de la façade et la présence des tourelles d’angle, mais qui partent de fond et non pas du deuxième niveau. L’hôtel de ville de Damme commencé en 1463 ne comporte qu’un rezde-chaussée et un étage cantonné de tourelles d’angle105. Enfin, il importe aussi d’attirer l’attention sur la relation manifeste qui existe entre l’architecture des châteaux et celle des hôtels de ville. L’aula des châteaux trouve son équivalent dans la grande salle des hôtels de ville, la turris dans les beffrois comme à Bruxelles et à Louvain (le soubassement du projet d’un beffroi est conservé à l’intérieur de l’actuel hôtel de ville). Peut-être à Mons la tour de l’ancien manoir remplissait-elle cette fonction. L’existence d’une chapelle était classique dans un château, même à deux niveaux, mais sa présence dans le complexe d’un hôtel de ville comme à Mons et à Gand reste plutôt exceptionnelle.

Notes

1 Deux douzaines d’articles ou notices y ont été consacrés entre 1840 et 1949, compilés par Hennebert Henri dans L’hôtel de ville de Mons, Mons, Éditions Saint-Georges, 1949 ; plus récemment, Christiane Piérard a publié plusieurs ouvrages et notices dont « La Grand-Place de Mons, étude architecturale », Bulletin de la Commission royale des monuments et des sites, Bruxelles, t. 3, 1973, p. 158-229 ; « Mons, les hôtels de ville du XIIIe au XVe siècle », dans Actes du 2e congrès de l’Association francophone des cercles d’histoire et d’archéologie de Belgique, Congrès de Nivelles, 23-26, VIII, 1984, Actes III, Nivelles, 1984, p. 233-250 et L’hôtel de ville de Mons, Éditions du Ministère de la Région wallonne, collection des « Carnets du patrimoine », t. 10, 1995.

2 Le conseil de ville de Mons existe depuis 1295 au moins. Il est composé à cette époque des membres de l’échevinage en charge et des magistrats sortis de charge qui y siègent jusqu’à la mort, sauf nomination au service du comte ; au début, on les appelle « jurés » pour les opposer aux échevins qui exercent seuls les compétences judiciaires. Les échevins étaient au nombre de 7 jusqu’en 1428 et de 10 à partir de cette époque.

3 Abrégés en RDCV.

4 Comptes de la massarderie, abrégés en CM.

5 À cette époque, les halles aux blés et aux draps appartenaient au comte, les étals des nouveaux « maisiaux du char et du pain » (la halle aux bouchers et aux boulangers) étaient indivis entre ce dernier et la ville, la Halle des Pelletiers était aux chanoinesses qui se partageaient les étals des telliers avec le comte. La ville était propriétaire des « polies » où se jaugeaient les draps et d’une teinturerie depuis 1352, mais qui n’était pas un établissement commercial à proprement parler.

6 Pourtant il servira de modèle à celui de Douai, AV Mons, Comptes de la massarderie (AV Mons, CM, conservés aux Archives de l’État à Mons). AV Mons, CM no 1550, Toussaint 1462-1463, fo 26 : « Au clercq et maitre machon de le ville de Douay qui le XIIIe dudit mois [octobre 1463] vinrent veyre et adviser le noef ouvraige de le maison de le Paix fu présenté au command des esckevins 4 lots de vin de [blanc], 20 s. »

7 Étape d’une importante route terrestre des vins de France, de Champagne et de Bourgogne, Mons recrute ses échevins principalement chez les « viniers », négociants en vins, aubergistes ou taverniers. Voir Sivery Gérard, Les comtes de Hainaut et le commerce du vin au XIVe siècle et au début du XVe siècle, Lille, Faculté des lettres et sciences humaines, 1969.

8 Les plus anciennes mentions sont recensées par Piérard C., Mons, Les hôtels de ville…, op. cit., p. 243. Le compte de Jean Loys, massard (1314-1315) (AV Mons, CM 20), dénombre une grande maison et trois petites maisons de la Paix – deux situées en face des « maisiaux » sur le flanc nord du forum, la troisième rue de Nimy – alors louées, les échevins siégeant le plus souvent dans les auberges. En aval, la première paraît être l’hôtel de « l’âne barré » ou la maison voisine à partir de laquelle se fera l’agrandissement du marché en 1348 jusqu’en amont, au coin de la rue de Nimy où est la maison du « mayeur ». Ces renseignements figurent dans l’octroi d’expropriation du 20 août 1348 donné par Jehan de Beaumont, régent du comté, pour l’agrandissement du marché : voir Devillers Léopold, Cartulaire des Comtes de Hainaut de 1337 à 1436, Bruxelles, F. Hayez, imprimeur de l’académie royale, t. 1, 1881, p. 316.

9 Collectif, 700 ans de franchises à Mons : les privilèges de Jean d’Avesnes (1295), Annales du Cercle archéologique de Mons (ACAM), t. 77, 1997.

10 Les références au cadre historique et géographique de l’introduction du présent article figurent dans Collette François, Ils ont construit Mons, t. 1, La genèse des origines à la fin du XIIe siècle, Jumet, IPH, 2005 et t. 2, L’Épanouissement, à paraître, ill. de Gérard Noirfalise.

11 Dès 1200, la ville intervient dans la gestion de la Ladrerie et des trois autres hôpitaux.

12 Il a été publié entre autres par Lacroix Augustin, Notice sur le sceau primitif de Mons, Mons, 1868, p. 7-9 (extrait des ACAM, t. VII).

13 Piérard Christiane, Les plus anciens comptes de la ville de Mons, Bruxelles, Palais des Académies, t. 2, 1973, p. 121. Selon les listes publiées par De Keyzer William, « Jean d’Avesnes et la Ville de Mons à la fin du XIIe siècle », dans 700 ans de franchise à Mons…, op. cit., p. 104 ; Jehan Villain est « sainteur » de l’abbaye de Saint-Ghislain tandis que sa femme est” franche ». Il n’est pas mentionné avant 1292 comme chef de famille, ni dans les premiers comptes de taille (1279), ni dans les comptes de bourgeoisie (1283).

14 Vinchant François, Annales de la province et comté d’Haynau, Mons, Havart, 1648, p. 243.

15 Devillers Léopold, Description analytique de cartulaire et de chartriers, Mons, t. 8, 1878, p. 14, en note. Il résulte d’un acte de 1313 publié par Devillers L., Inventaire des archives de la ville de Mons, Mons, t. 1, 1882, p. 32, que la fondation dans l’hôtel du maréchal de Hainaut a été dotée des 2 000 ℓ. de rente de la fondation de Louis de Pouille. Son exécuteur testamentaire, le chevalier Jehan le Faignois, avait lui-même désigné Nicolas de Houdeng et le prieur du Val des Écoliers comme exécuteurs testamentaires pour poursuivre sa mission. En 1317, les revenus de l’hôpital des Apôtres seront ajoutés à sa section pour les femmes, les « apostolines », les futures Kankennes. Selon Piérard C., Mons, les hôtels de ville du XIIIe au XVe siècle, op. cit., p. 235, la ville payait la rente au moyen des loyers payés par le sénéchal.

16 En relevant que dans les revenus affectés à l’hôpital un cens de 60 ℓ. t. grevait sa maison rue de Nimy et que le cantuaire (bénéfice ecclésiastique) associé au legs de Louis était affecté à la célébration tous les matins d’une messe dans la chapelle Saint-Georges de la maison de Paix : Devillers L., « L’ancien hôpital de Messire Louis à Mons », ACAM, t. X, 1871, p. 456-459.

17 Lacroix Augustin, « Extraits des anciens comptes de la Ville de Mons », ACAM, t. XI, 1873, p. 359.

18 Selon Piérard C., Les plus anciens comptes…, op. cit., t. 1, 1971, p. 143, l’illustre locataire payait en 1319 un loyer annuel de 120 ℓ. t. pour le manoir de Villain dou Markiet.

19 Piérard C., Les plus anciens comptes…, op. cit., p. 487, 491, 505, 524, 529.

20 AV Mons, rôle en rouleau de parchemin no 1334 (AEM).

21 Verriest Léo, « Polyptique du Chapitre de Sainte-Waudru de Mons (1278-1279) », Analectes pour servir à l’histoire ecclésiatique de la Belgique, 1912, p. 152.

22 Collette F., Ils ont construit Mons, op. cit., t. I, p. 74-76 et t. II à paraître, au chap. 2. Voir la note 88, infra.

23 Lacroix A., « Extraits des comptes… », op. cit., p. 381, compte de 1354 : « vellourdes pour refaire soifs encontre l’ostel d’Enghien ». L’hôtel d’Enghien, qui occupait l’emplacement du Mont de Piété construit en 1623, était la résidence des châtelains héréditaires du château de Mons, seigneurs de Ghlin et Havré. Le front sur la rue de Nimy de la parcelle « des hoirs Chavane » était occupé par les maisons du « Noble d’or » et de « Saint-Christophe ».

24 Lacroix A., Notice…, op. cit., p. 7-9.

25 Ibid., p. 10.

26 Ibid., p. 12 et Piérard C., Les plus anciens comptes…, op. cit., t. I, p. 185.

27 Pour cette année-là, Léopold Devillers a publié un cahier d’ouvrages qui décrit la construction d’un bâtiment à pans de bois, « Supplément à la première série des comptes de la Ville de Mons », ACAM, t. SXIII, 1876, p. 369-371.

28 Puisqu’en 1326-1327 l’ancienne maison de la Paix sur le marché était mise en location : Lacroix A., Notice…, op. cit., p. 13. Respectivement 11 ℓ. et 7 ℓ. Le compte de 1326-1327 précise que la « viese maison de le pais » était chargée d’une redevance de 60 ℓ. l’an.

29 Lacroix A., Extraits des anciens comptes…, op. cit., ACAM, t. XI, p. 377-387.

30 La plus profonde cave à vin, dite « cave d’en bas », fut utilisée pour mettre à l’abri les archives communales lors du siège et du bombardement de la ville par Louis XIV en 1691. Rapaille Roger, Le siège de Mons par Louis XIV en 1691 : Étude du siège d’une ville des Pays-Bas pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg, Éditions du Renard découvert, Mons, 1992, p. 209. Piérard C., Mons, les hôtels de ville du XIIIe au XVe siècle, op. cit., p. 236, estimait à tort que la construction de 1332 ne possédait pas de caves.

31 Lacroix A., « Extraits des comptes de la ville de Mons », ACAM, t. X, 1871, p. 547. Remplacé, sans égard pour ce vestige, par une maçonnerie en briques en 2005.

32 AV Mons, CM no 1 229, fo 3ro : le compte de Jehan de Maurage pour l’année 1427-1428 mentionne une petite maison située « sour le marquiet tenant a la porte de la dite maison de la Paix » louée pour 12 ℓ. l’an. Dans Mélanges offerts à Christiane Piérard, études d’histoire montoise et hainuyère, Annales du cercle archéologique de Mons, t. 74, 1990, C. Piérard identifiait (p. 1-2) des restes de poutres de fondations de ces maisons en bois en avant de la façade actuelle avec le mur de clôture dont il est question dans les textes.

33 Voir note 8 supra.

34 L’épisode a été raconté par Collette F., Ils ont construit Mons, publié dans le journal La Province le 10 janvier 2006, no 16 de la deuxième série.

35 Lacroix A., « Extraits des comptes de la ville, Deuxième série 1338-1400 », ACAM, t. 13, 1876, p. 377-378 (1352-1353) et p. 379 (1353-1354).

36 AV Mons, Compte 1458-1459, fos 43vo et 46vo.

37 AV Mons, Massarderie, C 309, fo 37vo.

38 Lacroix A., « Comptes de 1356 et de 1363 », ACAM, t. XI, p. 387 et 397 ; comptes de 1373, p. 413. Nous la situons du côté nord du porche, seul endroit compatible avec l’existence d’une ruelle qui séparait la maison de la Paix de la propriété voisine de ce côté.

39 Lacroix A., « Extraits des anciens comptes… », op. cit., p. 444, mention de 1391 : « Pour plakier le cambre de le maison de le Pais desseure le Capelle. » Cette chambre était le seul local du complexe qui avait vue sur l’espace public à l’époque.

40 AV Mons, Massarderie, registre C 323, fo 34vo. Voir aussi Devillers Léopold, Le passé artistique de la ville de Mons, Mons, Dequesne-Masquillier, 1880, p. 109-110 et 156.

41 Lacroix A., « Extraits des anciens comptes… », op. cit., p. 444. D’autres ont pensé qu’à cette occasion fut montée une cloche du conseil fondue à Dinant par Henry le Roussillon pour 184 ℓ., mais cette cloche fut pendue en réalité à la tour de l’Horloge (ibid., p. 443).

42 AV Mons, Massarderie, compte tenu par Jean de Mauraige pour l’année 1427-1428, C 298, fo 3.

43 La prison comtale était au château mais une liaison existait avec la construction proche de la maison Gocchilies où des cachots existaient au plus tard en 1365 ; à l’époque, en effet, le rôle de taille de la rue d’Enghien commençait « à la prison ».

44 Devillers Léopold, Inventaire analytique des archives des états du Hainaut, t. I, Mons, H. Manceaux, 1884, p. XXVIII sq.

45 Ibid., p. XC sq.

46 On en possède la première liste du 21 juin 1428 en fin du compte du massard Jehan de Maurage pour l’année 1427-1428 (AV Mons, C 298, fo 46). La charte d’extension de compétence juridictionnelle des échevins (AV Mons no 300) a été publiée in extenso par de Boussu Gilles-Joseph, Histoire de la ville de Mons, ancienne et nouvelle […], Mons, Impr. J.N. Varret, 1725, p. 137-145.

47 AV Mons, RDCV 1296, fo 362ro. Ce troisième « registre des consaulx » couvre les années 1446 à 1466, étant très endommagé, les mentions recherchées restent de lecture et d’interprétation difficiles.

48 Chalon Renier, L’hôtel de ville de Mons, Mons, 1843, affirme avoir consulté une table analytique des résolutions du conseil de ville qui venait d’être établie par Augustin Lacroix, archiviste de la ville de Mons. De son côté, Piérard C., dans La Grand Place de Mons. Étude architecturale, op. cit., p. 176 et Mons, l’hôtel de ville et la vie communale, catalogue d’exposition, Mons, 1975, p. 32, estime, mais sans preuves, que le projet fut décidé dès 1456.

49 Hubert Joseph, Des architectes de l’église collégiale de Sainte-Waudru à Mons, Bruxelles, Dequesne-Masquillier, 1889, p. 13-14.

50 AV Mons, RDCV 1296, fo 363vo : « Item fut parlet touchant l’ouvraige de le maison de le ville si on abateroit le pan de mur par ceste année et jetter les fondations dont il fut pluisieurs opinions. Les aucuns qu’il appartenoit, premiers [de connaître] l’est at de le ville et quels deniers elle avoit pour ce faire, sans rien abattre par ceste année, mais se pourveyr d’estoffes comme conclud avoit esté le dix d’apvril et aultres furrent depourpelz [ ?] quatre sans se pooir aviser. »

51 Hennebert H., L’hôtel de ville de Mons, op. cit., p. 13. Sa source figure dans une notice rédigée par Devillers L., L’Hôtel-de-Ville de Mons, Mons, Leroux, 1905 ; l’ancien archiviste de la ville l’a nécessairement trouvée dans des archives brûlées en 1940. Piérard C., Mons, l’hôtel de ville et la vie communale, op. cit., p. 32, note 1, affirme avoir retrouvé le texte aux AEM dans une collection d’embrefs de 1398 à 1497 recopiés par madame Heupgen-Putsage, ms. 76 sub anno 1458.

52 Devillers L., Le passé artistique de la ville de Mons, op. cit., p. 39, note 2.

53 L’ancienne chapelle (du XIVe siècle) était séparée de la maison voisine par une ruelle alors que la nouvelle devait être construite contre l’hôtel d’« Ostriche » contigu à la maison de la Paix (du côté sud). Si cette crainte fut sans suite, les échevins firent l’expérience de l’ire du chapitre quelques années plus tard lorsqu’ils furent assignés en justice pour avoir entamé la construction sans son autorisation, rue Neuve, d’une chapelle dédiée à Sainte-Anne, située à l’arrière du jardin de l’hôtel de ville et à côté de l’hôtel d’Enghien (AV Mons, RDCV 1 296, fo 388vo).

54 AV Mons, RDCV 1296, fo 387vo, registre du conseil de ville du 21 avril 1460 : « Item sour la remonstrance faite par les maitres des ouvraiges de la grace et plaisir faicta le ville par Monseigneur l’abbé de Cambron de pluisieurs caisnes » ; Piérard C., La Grand-Place, op. cit., p. 185, notes 17 à 21, précise ne pas avoir trouvé d’informations complémentaires dans les comptes de 1458-1459 et 1462-1463, comme d’ailleurs Decamps Gonzalès, Mons. Guide du Touriste, 1904. Les comptes généraux de Massarderie ne constituent que des résumés des cahiers de comptes de travaux particuliers, disparus (AV Mons, RDCV 1296, fo 393).

55 AV Mons, RDCV 1296, fo 393.

56 Piérard C., L’hôtel de ville de Mons, op. cit., croit à tort à une intervention des maîtres de Douai dans la conception ; elle renvoie à des comptes de la recette générale (AGR, Bruxelles, CC 9738 à 9896) qui indiqueraient l’intervention du maître des ouvrages du comté de Hainaut. La mention de la visite des Douaisiens a été reproduite note 6.

57 AV Mons, Massarderie, Compte de Jacquemart Coispiau de la Toussaint 1462 à la Toussaint 1463, fo 40ro. Devillers L., Le passé artistique…, op. cit., p. 30.

58 Devillers L., Le passé artistique…, op. cit., p. 30.

59 Devillers L., L’Hôtel-de-Ville…, op. cit., p. 3, a vraisemblablement déduit cet arrêt des travaux de l’interruption de la mention des dépenses dans les comptes communaux.

60 Jean d’Orléans, comte de Dunois et Longueville (1403-1491).

61 De Boussu G.-J., Histoire de Mons…, op. cit, p. 159-160, fait référence à la chronique de Jehan Molinet dont le texte est reproduit par Doutrepont Georges et Jodogne Omer, La chronique de Jehan Molinet, Bruxelles, Académie royale de Belgique, t. I, 1935, p. 22.

62 Devillers L., Inventaire des archives de la ville Mons, op. cit., t. I, p. 226, no 412.

63 Charles de Poitiers, de la maison des comtes de Valentinois, officier en garnison à Mons. De Barante Amable, Histoire des Ducs de Bourgogne de la Maison de Valois, 8e éd., 1858, le mentionne dans un compte de paiement des gens d’armes du duc de 1468.

64 La visite de Mathieu de Layens en mars 1479 est en revanche avérée par le compte du massard de 1478-1479, voir Devillers L., Le passé artistique…, op. cit., p. 30, note 5 ; Tondreau Lucy, « La sculpture gothique à l’hôtel de ville de Mons », dans J.-M. Cauchies et J.-M. Duvosquel (éd.), Recueil d’études d’histoire hainuyères offertes à Maurice A. Arnould, Mons (s. n.), t. II, 1983, p. 404, fait état de ce qu’en 1479 seulement le peintre montois Colart Grenier vernissait le plafond de l’étage de la maison de la Paix, ce qui daterait l’achèvement du plafond de l’étage, mais il est plus vraisemblable qu’il s’agisse des restaurations de la partie endommagée par l’explosion de 1477.

65 AV Mons, RDCV 1297, fo 318 ; 1478-1479. Selon Piérard C., L’hôtel de ville de Mons, op. cit., p. 7, « l’ouvroir d’artillerie » aurait été construit en 1385 près de l’écurie et des latrines. Logiquement l’écurie devrait être à proximité de la grange que nous situons sur la parcelle de droite derrière la maison du Noble.

66 Dereck Daniel, « Lettres de chevalerie en faveur de Gilles et Charles Resteau », ACAM, t. 79, 2002, p. 103-104.

67 Devillers L., L’Hôtel-de-Ville…, op. cit., p. 4.

68 Projet qui était conservé jusqu’à l’incendie du dépôt des AEM en 1940.

69 La caducité de la chapelle Saint-Georges fut évoquée deux fois lors des conseils du 5 mai 1584 et et du 1er juillet 1585 (AV Mons, RCV, t. XI ; no 1 305 fos 153 et 206).

70 Les trois délibérations sont reproduites in extenso par Lacroix A., Notice…, op. cit., p. 33-34.

71 Acquisition réalisée le 13 juillet 1600.

72 Devillers L., Inventaire analytique des archives de la ville de Mons, op. cit., t. 2, no 882, p. 325. La thèse de Christiane Piérard d’un début des travaux en 1588, côté chœur, se heurte au fait que l’hôtel d’Ostriche n’était pas encore acquis ; une dédicace en 1588 concerne l’ancienne chapelle reconsacrée comme le fut l’autel paroissial de Saint-Germain à la suite de la chute de gravats sur l’autel ; conseil de ville du 27 avril 1602 reproduit par A. Lacroix, Notice…, op. cit., p. 35.

73 La salle d’auberge de 8 m × 11 m, qui s’ouvrait par un escalier de 7 marches sur la Grande Place, possédait cheminée, four et puits. Ses murs sont en moëllons de grès comme les voûtes des deux celliers parallèles situés à l’arrière mais dont les parois du fond sont en rognons de silex.

74 Devillers L., Archives de la ville de Mons, op. cit., t. II, p. 231, no 785. Il s’agissait donc d’un bâtiment, mitoyen à l’hôtel de ville d’un seul côté, apparemment dépourvu de cave. Une maison existait à l’arrière et une ruelle ou une servitude devait y mener.

75 AV Mons, RDCV 1305, t. XI, fo 217vo.

76 Nous considérerons que la façade principale de l’hôtel de ville regarde vers l’est.

77 Le terrain sur lequel sont élevées les différentes constructions présente une déclivité sensible de l’ouest vers l’est de sorte que le rez-de-chaussée du bâtiment arrière, de plain-pied côté cour intérieure, est enterré côté jardin.

78 Voir supra.

79 Van Belle Jean-Louis, Signes lapidaires, Nouveau dictionnaire, Belgique et Nord de la France, Louvain-la-Neuve/Brainele-Château, Artel/La taille d’Aulme, 1994, p. 18-19.

80 Doperé Frans, « Le grès quartzitique du Landénien supérieur comme matériau de construction au Moyen Âge en Hesbaye septentrionale. Considérations techniques et chronologiques », dans M. Lodewijckx (éd.), Belgian Archaeology in a European setting I (Acta Archaeologica Lovaniensia Monographiae, 12), Leuven, University Press, 2001, p. 157-173 et du même, Le château de Binche, Étude comparative des techniques de taille sur le grès de Bray, Proposition de chronologie relative, rapport inédit, 2004.

81 Ses niveaux inférieurs (voûtés en brique) abritaient les archives communales et les niveaux supérieurs le logement du greffier. Une galerie pouvait relier l’étage de la tour à la salle surmontant la chapelle du XIVe siècle pour laisser libre, comme actuellement, un passage de plain-pied vers la parcelle voisine.

82 Il n’est question que de le « fourbir » en 1352 (Lacroix A., Comptes…, op. cit., p. 377-387).

83 Ce hors équerre résulte sans doute d’une modification du front de voirie de la rue de Nimy lors de travaux d’élargissement au XIVe siècle si l’on en croit la découverte vers 1993 de pieux de fondation de maisons en bois en avant des façades des maisons de la « Toison d’or » (l’ancien « Noble d’or ») et de Saint-Christophe, contiguës à l’hôtel de ville (mais dont la localisation exacte n’est pas précisée dans l’article de Piérard C., « Des témoins des maisons de bois du XIVe siècle découverts sous la Grand-Place », Mélanges offerts à Christiane Piérard, op. cit., p. 1-2. Cette modification explique que si le manoir du XIIIe siècle est bien situé orthogonalement sur la parcelle, la façade du XVe siècle est oblique par rapport à ses limites.

84 Un compte de 1585 désigne la salle en façade à gauche du porche sous le nom de « corps de garde de Saint-Georges sur le marché ».

85 La salle des « Sacquiaux » tire son nom des sacs contenant les clefs des 6 portes de la ville qui étaient enfermées chaque nuit dans ce local par l’échevin de garde.

86 Histoire générale des Pais Bas, contenant la description des XVII provinces, alias « Délices des Pays-Bas », nouv. éd., Bruxelles, chez la Veuve Foppens, 1743, t. 2, p. 279.

87 Les deux fenêtres axiales ont probablement été agrandies lors du remplacement de la « bretèque » d’origine par le balcon en fer forgé posé en 1777. D’après la gravure de Krafft, le pavement de la bretèche était au niveau du seuil des fenêtres de sorte que le crieur public devait escalader une banquette de pierre pour y accéder.

88 Hennebert H., L’hôtel de ville de Mons, op. cit., p. 15, s’appuie sur Devillers L., L’Hôtel-de-Ville de Mons, op. cit., p. 6, qui évoque une restauration de la façade en 1823 au cours de laquelle les « sculptures inférieures des niches », en fait les dais sous les pinacles, furent supprimés, mais n’évoque pas le remplacement des meneaux.

89 Sur la gravure de Krafft, les traverses sont situées à un niveau inférieur à celui actuel mais les réservations de ces traverses dans les moulures des trumeaux ont fait l’objet d’une obturation peu soignée en grès quartzitique. Stiévenart Clément, Notes et souvenirs d’un Vieux Montois, Liège, Éditions de La vie wallonne, 1925, p. 48, estime que les meneaux en bois remplacèrent ceux de pierre remisés « au grenier dans l’embrasure des fenêtres de l’étage inachevé » ; mais la totalité des attentes du deuxième niveau sont occupés par des meneaux en bois alors que ceux de l’étage inférieur, contemporains, n’ont pas subi de dégradations particulières.

90 Voir le paragraphe « Chronologie des travaux ».

91 Voir le paragraphe « L’agrandissement du marché ».

92 Tondreau L., « La sculpture gothique à l’hôtel de ville », op. cit., p. 401-402, y voit en revanche une interprétation de l’histoire mythologique de la « Toison d’or », représentée à Lille en 1454.

93 Voir le paragraphe « Portée des reconstructions après l’explosion de 1477 ».

94 Il ne s’agit en aucun cas du remontoir de l’horloge située dans le campanile actuel. Le remontoir fait partie du mécanisme et ne se trouve jamais isolé dans un grenier.

95 La gravure de Krafftmontre un bas-relief à l’effigie de saint Georges à cheval sur le tympan de la porte de la salle ouvrant sur la Grand-Place, dans la dernière travée sud. Il s’agissait donc de l’entrée réservée au public désireux d’assister aux offices dans la chapelle. La chapelle devait avoir un accès vers la cour : voir Devillers L., « Notice et extraits des papiers de la Commission établie à Mons à l’occasion de la surprise et de l’occupation de cette ville par le comte Louis de Nassau (1572-1575) », Bulletin de la Commission royale d’histoire, Bruxelles, 4e série, t. 4, 1877, p. 248, 267, 285, 291, 300, 305, 314.

96 Bavay Gérard, Doperé Frans et Tourneur Francis, « Chaque pierre en est témoin », dans G. Bavay (éd.), La collégiale Sainte-Waudru, Rêve des chanoinesses de Mons, Bruxelles et Mons, Racine, 2008, p. 72-85 ; id., « Les étapes du chantier », p. 88-105 ; id., « L’évolution du chantier de la collégiale Sainte-Waudru à Mons : le témoignage des pierres taillées », dans G. Bavay (éd.), La collégiale Sainte-Waudru, Rêve des chanoinesses de Mons, Matériaux, Mons, Association Sainte-Waudru ASBL, 2008, p. 8-25.

97 Voir le paragraphe « Les reconstructions après l’explosion de 1477 ».

98 Au château d’Écaussinnes d’Enghien existe également une tour d’escalier dont les marches ne sont pas signées.

99 Voir infra.

100 Voir le paragraphe « Les reconstructions après l’explosion de 1477 ».

101 Voir le paragraphe « Les hésitations sur le projet ».

102 Bavay G., Doperé F. et Tourneur F., « Chaque pierre… », op. cit., p. 72-85 ; Bavay G., Doperé F. et Tourneur F., « Les étapes… », op. cit., p. 88-105 ; Bavay G., Doperé F. et Tourneur F., « L’évolution… », op. cit., p. 8-25.

103 Tondreau L., « La sculpture gothique… », op. cit., a étudié les 18 consoles figuratives des sommiers de la grande salle de l’étage de l’hôtel de ville représentant des personnages bibliques en alternance avec des figures de bourgeois ( ?) ; anciennement polychromes, mais dorées à la feuille au XIXe siècle, elles pourraient être en grès quartzitique ; l’auteur en rapproche le procédé des « semelles » (la partie plus épaisse de la poutre où elle repose sur une console en pierre) de ceux mis en œuvre dans les hôtels de ville de Damme, L’Écluse, Malines, Bruges, Louvain et Bruxelles et le style aux prophètes de Sluter à Champmol. Huvelle J., « Clefs de voûte et consoles sculptées de la Collégiale Sainte-Waudru à Mons », dans Recueil d’études d’histoire hainuyère, op. cit., a étudié les 14 consoles supportant les niches des contreforts de l’abside de la collégiale, représentant également des personnages bibliques proches des consoles de l’hôtel de ville. Piérard C., Mons et sa région, guide officiel, Mons, 1967, p. 67, souligne l’analogie avec les prophètes provenant de l’hôtel de ville de Bruxelles conservés à la « Maison du Roi », musée communal de Bruxelles.

104 Roggen Domien et Withof J., « Grondleggers en grootmeesters der Brabantsche gotiek », Gentsche bijdragen tot de kunstgeschiedenis, X, 1944, p. 83-209 ; De Jonge Krista, Geleyns Piet et Hörsch Markus, Gotiek in het hertogdom Brabant, Leuven, Uitgeverij Peeters/Provincie Vlaams-Brabant, 2009, p. 114-126.

105 Devliegher Luc, « Damme », Kunstpatrimonium van West-Vlaanderen, Tielt-Utrecht, Lannoo, 1971, 5, p. 33-55 et du même, « De bouwrekeningen van het stadhuis te Damme, 1461-1470 », Handelingen van het Genootschap voor Geschiedenis “Société d’Emulation” te Brugge, Bruges, 1965, CII, p. 134-202.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 > Restitution du parcellaire avant la création de la place [© F. Colette].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 3 > Restitution du parcellaire après la création de la place [© F. Collette].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 5 > Façade orientale de l’ancien manoir. Signes de Jacquemart Boulle (en bas) et de Jacques Le Vassal (en haut) [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 6 > Escalier descendant vers les caves de l’ancien manoir [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 7 > Deuxième cave de l’ancien manoir vers le sud [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 8 > Façade de l’hôtel de ville du XVe siècle [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 9 > Détail de fenêtre du premier étage de l’hôtel de ville du XVe siècle. Meneaux en bois avec, une assise plus bas, le trou prévu pour les croisées en pierre non réalisées, actuellement bouché par un petit profil en grès quartzitique [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 10 > La salle des Sacquiaux et sa porte d’entrée [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 11 > Quatre assises de la tourelle d’angle nord-est et de la première fenêtre à un coussiège du deuxième étage [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 12 > Extrémité gauche de la façade de l’hôtel de ville du XVe siècle avec les amorces de la tourelle d’angle et des bases de la décoration murale prévue pour le deuxième étage [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 13 > Amorce de la tourelle d’angle sud-ouest couverte par une maçonnerie en brique [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 14 > La grande roue de levage en bois du grenier [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 15 > Partie centrale de la façade de l’hôtel de ville du XVe siècle avec l’amorce de la structure rectangulaire devant héberger l’horloge et le cadran solaire [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 16 > La façade arrière de l’hôtel de ville du XVe siècle avec la tour d’escalier et, à droite, la façade du XVIIIe siècle qui cache les restes de la chapelle Saint-Georges du XVe siècle [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 17 > Détail de l’intérieur de la chapelle Saint-Georges du XVe siècle avec à droite l’arc inférieur en petit granit communiquant avec l’ancienne salle de garde [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 18 > Détail de l’arc inférieur de la chapelle Saint-Georges en pierres de « Petit Granit » taillées au ciseau et deux signes de maîtresde carrière/tailleurs de pierre non identifiés [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 19 > Détail de l’arc supérieur de la chapelle Saint-Georges en grès quartzitique taillé à la broche ou au pic [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 20 > La tour d’escalier et détail des deux portes bouchées ayant communiquées probablement avec une galerie en bois disparue [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 21 > Petite roue de levage en bois au-dessus de la dernière marche de l’escalier de la tour d’escalier [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 22 > La porte vers la salle des mariages en grès quartzitique vue depuis la salle des Sacquiaux [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 23 > Détail de la cheminée de la salle des mariages avec la branche écotée [© F. Doperé].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8320/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Auteurs

Historien de Mons Chercheur KULeuven

Historien de Mons Chercheur KULeuven

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search