Version classiqueVersion mobile

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Partie I. Les hôtels de ville dans les pays ligériens (XIVe-XVIe siècle)

Emblématique royale dans les hôtels de ville du Val de Loire (1440-1510)

Cécile Bulté

Texte intégral

  • 1 Sur la statue équestre de Philippe le Bel de la nef dans Notre-Dame de Paris ou les portraits paris (...)
  • 2 En 1396, le peintre Coppin fut chargé de tailler un blason aux armes de France au-dessus des portes (...)
  • 3 Une quinzaine d’années après la révolte de Harelle et la suppression des privilèges de la ville, le (...)
  • 4 Entre 1422 et 1429, les armes du roi furent sculptées en façade des tours de Chevannes, du Marché e (...)
  • 5 Trois blasons aux armes de France, de la ville et du maire sont taillés en 1427 sur la porte de la (...)

1Au siècle où Philippe le Bel et Charles V firent apposer leurs effigies dans les lieux stratégiques de Paris1, les armes royales apparurent à leur tour dans le paysage urbain de la fin du Moyen Âge. Dès les années 1390, elles furent sculptées et peintes d’or et d’azur aux portes de l’enceinte d’Amiens2, dans les années suivantes à celles de Rouen3, Langres4 ou Poitiers5. Plus tardivement figurée dans les villes du Val de Loire, l’emblématique royale se diffusa dans les décors de l’architecture édilitaire à partir de la fin du règne de Charles VII, à la veille de sa victoire sur les Anglais. En quelques décennies, blasons aux armes de France et fleurs de lys frappèrent les édifices des villes ligériennes où magistrature urbaine et pouvoir royal usent des mêmes procédés.

  • 6 À Chartres (1411), Nantes (1435), Orléans (1442), Blois (1457), Tours (1467), Vendôme (1467), Monta (...)

2Les pratiques décoratives de l’institution urbaine soulèvent l’enjeu de la spatialité du pouvoir politique. Au cours du XVe siècle, les chantiers édilitaires se firent plus nombreux en Val de Loire. Quatorze hôtels de ville y furent élevés ou acquis, principalement dans les places-fortes, les villes épiscopales ou autour des résidences royales de la Loire6. Sous les règnes de Charles VIII et Louis XII, les fleurs de lys se déployèrent aux portes, aux ponts, parfois aux habitations des particuliers. Elles côtoyaient, sur les mêmes façades, les armes de la ville. Composant un décor où se rencontraient pouvoir royal et pouvoir urbain, ces ensembles conféraient une nouvelle visibilité à la monarchie.

  • 7 Cette interprétation s’est imposée depuis la publication de Guenée Bernard et Lehoux Françoise, Les (...)
  • 8 Sabatier Gérard, Le prince et les arts : stratégies figuratives de la monarchie française, de la Re (...)
  • 9 Loc. cit.

3L’usage d’une emblématique monumentale à la gloire de la royauté a déjà été observée dans les entrées royales de la fin du Moyen Âge. Leurs décors, associant de même les armoiries de la ville à celles du roi, sont considérés comme l’expression d’un dialogue entre le roi et la ville7, selon les mots de Gérard Sabatier, du « contrat féodal liant le suzerain à son vassal8 ». Tout en exaltant la sacralité de la royauté, les villes « proclamaient leur fidélité, rappelaient le soutien qu’elles avaient apporté et défendaient leur autonomie et leur privilège9 ». Les décors permanents de l’architecture édilitaire se trouvent ainsi liés à l’imagerie éphémère des entrées, tant par la thématique royale de la commande que par l’enjeu politique et artistique que l’un et l’autre soulèvent : celui de l’usage, par les pouvoirs urbains, des signes de l’autorité royale.

4La forte présence des signes emblématiques du roi dans les décors édilitaires pose la question de l’émergence, au cours du XVe siècle, d’une déclinaison urbaine de l’iconographie royale. La transposition de celle-ci dans le paysage urbain permet le déploiement de stratégies spatiales et iconographiques qui incorporent la ville au système traditionnel de représentation de la royauté. Si ce déploiement participe d’un processus de légitimation de l’institution urbaine, les conditions de la commande restent à interroger pour savoir qui, dans la ville, est autorisé à utiliser les signes de la royauté et dans quelle mesure, à l’inverse, cette dernière parvient à exercer un contrôle sur l’utilisation de ses emblèmes dans l’espace urbain.

LA MISE EN SCÈNE DE L’ENTRÉE DE VILLE : DÉCORS ÉPHÉMÈRES ET PERMANENTS

  • 10 En dehors des villes consulaires comme Toulouse, dotée de terrains pour y installer une maison comm (...)
  • 11 Sur le rôle des pouvoirs urbains dans la construction et l’entretien des fortifications : Rigaudièr (...)
  • 12 Salamagne Alain, « Le symbolisme monumental et décoratif », dans Seigneurs et seigneuries au Moyen (...)

5Dans les villes à échevinage, les plus anciennes maisons communes apparurent en Picardie et en Normandie dans les premières décennies du XIIIe siècle10. L’acquisition d’un lieu de réunion propre fut plus tardif en Val de Loire. Elle s’effectue essentiellement durant la guerre de Cent Ans, conjointement aux travaux de fortifications des villes11. Pendant les derniers siècles du Moyen Âge, l’enceinte se présentait comme un trait essentiel de la commande édilitaire, la porte de ville étant en particulier dotée d’un décor héraldique ou emblématique. Dans les anciens Pays-Bas bourguignons, des bannières aux armes ducales en ornèrent les parties sommitales dès 130012, en Val de Loire à partir du début du XVe siècle.

  • 13 AC Orléans, CC 539, dans Veyrier du Muraud Paul, Inventaire sommaire des archives communales antéri (...)
  • 14 Ces badges, proches des enseignes de pèlerinage, se présentent sous forme de dauphins, de blasons c (...)

6Les villes s’adressèrent généralement aux imagiers locaux pour les mettre en œuvre. En 1407, le peintre Étienne le Normand est mentionné dans le compte du receveur de la ville d’Orléans pour avoir peint les armes ducales, trois anges, et les armes de la ville sur une lucarne de la porte Bourgogne13. La commande, financée par le conseil, peut être replacée dans le contexte du conflit entre Armagnacs et Bourguignons comme l’expression matérielle d’appartenance à un parti. Apposés quatre ans avant l’assassinat de Louis d’Orléans, les blasons de la porte de Bourgogne relèvent d’un usage politique de l’image au même titre que les enseignes de plomb portées à la même époque par les partisans des deux camps14.

7Rares dans la première moitié du XVe siècle, les décors de portes s’étendirent à d’autres villes à partir des années 1440. En juillet 1446, les échevins de Tours versèrent un salaire à Denis Mauclerc pour :

  • 15 Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 153.

paindre une grant pierre en laquelle est taillé ung escuçon à trois fleurs de lys, laquelle pierre a esté assise ou parpain du hault de la tour qu’on a fait de neuf sur ledit pont de pierre de Loire.15

  • 16 Grandmaison Charles de, Documents inédits pour servir à l’histoire des arts en Touraine, Paris, Édi (...)

8En septembre de la même année, l’imagier fut chargé de peindre d’or et d’azur le blason aux armes de France taillé par Yvonnet Malion au sommet de la tour du cloître Saint-Martin16. Ces commandes intervenaient dans le contexte des trêves de Tours, à la veille de la victoire militaire de Charles VII en Guyenne. En juillet 1453, cette victoire fut commémorée par un décor confié à Yvonnet Malion et composé d’un :

  • 17 AC Tours, CC, R 33, fo 24, dans Chevalier Bernard, Tours, ville royale : 1356-1520. Origine et déve (...)

grant escusson et trois fleurdelis, une couronne dessus aux armes du roy, au deux costez deux cerfs volans et dessus ledit escusson y a un ange qui tient entre ses bras ladicte couronne et dessoubz ledit escu y a un pot de lis […].17

  • 18 Ibid.

9D’après Bernard Chevalier, la ville versa au sculpteur l’équivalent de près d’un mois de salaire pour cette tâche18. Le décor, destiné à la tête du pont de Loire, accumula ainsi les emblèmes marials et royaux en l’un des points de passage les plus empruntés de la ville (fig. 1, pl. V, p. X).

  • 19 Le blason de la porte est exécuté par Jean Bellotin pour la somme de 4 livres, 2 sols et 8 deniers  (...)
  • 20 Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 153.

10Sous le règne de Louis XI, les armes de France furent également apposées en 1472 sur la porte Billault, là où sera pendue l’effigie infamante du prince d’Orange cinq ans plus tard, à la chute de la maison de Bourgogne19. Le blasonnement de l’enceinte répondait à un usage topographique particulier, consistant à placer les armoiries royales au-dessus de celles des autres institutions. Cette configuration fut adoptée par les échevins d’Orléans pour le décor de la porte Renard où figuraient les armes du roi et, en-dessous, « celles de Mgr le duc d’Orliens et de Milan, avec les armes de la ville, le tout couvert de deux tabernacles20 ». Cet extrait du compte des procureurs attribue à Charles d’Orléans, fils de Valentine Visconti, le titre de duc de Milan auquel il a prétendu à la mort de Philippe Marie Visconti en 1447. Daté de 1461, le compte n’omet pas de rappeler les prétentions ducales sur le duché de Milan quelques années seulement avant la mort de Francesco Sforza.

  • 21 Voir, dans ce même ouvrage Gaugain Lucie, « Pouvoir royal et architecture édilitaire à la fin du XV(...)
  • 22 Cougny Gustave de, Chinon et ses monuments. Notice historique et archéologique, Chinon, G. Avisse, (...)

11Autour de 1500, les portes du pont de Loire d’Amboise (1497)21 et Saint-Jacques à Chinon (1513)22 furent à leur tour dotées des armes de France. Ces commandes permettent d’observer les stratégies spatiales de l’institution urbaine. Celle-ci, comme les princes depuis le XIVe siècle, attribue une importance nouvelle à l’espace extra muros. Par le blasonnement de la porte d’enceinte, la première image visible pour ceux qui empruntent l’entrée de la ville est désormais celle du pouvoir royal. L’entrée en ville est à ce titre chargée d’une double dimension symbolique : elle équivaut à passer, matériellement et symboliquement, sous la protection et l’autorité de la royauté.

  • 23 Rivaud David, Entrées épiscopales, royales et princières dans les villes du Centre-Ouest de la Fran (...)

12Les décors des entrées de ville se multiplièrent en même temps que s’enrichissaient les décors éphémères des entrées princières dans les villes du Val de Loire : le déploiement extra muros de l’héraldique monumentale coïncide avec le développement des cérémonies hors-les-murs, notamment celles de la remise des clefs dans les villes de l’Ouest23. Surtout, l’un comme l’autre requalifient l’entrée en la plaçant sous l’autorité d’institutions laïques. L’entrée de ville devient, au cours du XVe siècle, un lieu privilégié de représentation des institutions dans lequel se croisent l’éphémère et le permanent tout comme s’y combinent différents symboles d’autorité.

  • 24 Bulté C., Images dans la ville…, op. cit., p. 126-130.
  • 25 Cette configuration des blasons est encore visible au pied de la tourelle sur les photographies du (...)
  • 26 Ibid., p. 25.
  • 27 Ce motif est employé dans les cérémonies depuis l’entrée de Charles VI à Paris en 1389 ; Guenée Ber (...)
  • 28 Rivaud David, Les villes et le roi. Les municipalités de Bourges, Poitiers et Tours et l’émergence (...)

13Intra muros, les signes du pouvoir urbain et du pouvoir royal coexistèrent également, à la fin du XVe siècle, dans les décors des hôtels de ville. Dès les années 1380-1390, les magistrats des villes consulaires comme Albi ou à échevinage comme Amiens firent apposer des blasons aux armes de France et de la ville à l’extérieur, au portail du bâtiment, ou à l’intérieur, dans la salle du conseil24. Le traitement des portails fut à ce titre comparable à celui de l’entrée de ville : à Blois, à Orléans et à Bourges, le seuil du siège municipal reçoit également un décor blasonné. Sur le soubassement de la tourelle de l’hôtel des Échevins berruyer, les armes de France tenues par des anges surmontent les armes ducales, elles-mêmes placées au-dessus des armes de la ville25. L’emblématique royale se retrouve à l’intérieur de l’édifice sous la forme de la sentence « Que les lis fleurissent » peinte dans la salle du conseil26. La présence des armes royales en façade des bâtiments se trouve redoublée par les tentures, les bannières, les torches, les panonceaux ou les dais semés de fleurs de lys27 déployés à l’occasion du rituel de l’entrée princière. À la fin du XVe siècle, les décors éphémères prolongent et amplifient une emblématique monumentale déjà présente dans les décors permanents. Cette emblématique est à la fois royale et municipale. Pour les entrées d’Anne de Bretagne et Louis XII à Tours en 1491 et à Bourges en 1506, les armes de la ville peintes sur panonceaux furent également présentées au roi pendant son parcours28. L’emblématique urbaine, monumentale et éphémère, se fonde ici sur la compilation des signes des différentes institutions.

  • 29 À Tours, la façade de l’échevinage, installé dans un hôtel de la Grand Rue, présente un « un gros v (...)
  • 30 La ville rémunère Louis Hochart, imagier, pour qu’il « tire et pourtroit en une feuille de papier l (...)
  • 31 Collectif, Saumur, l’histoire urbaine. Maine-et-Loire, Inventaire général, 2000, p. 34.
  • 32 Jarry Eugène, « Les anciens hôtels de ville de Montargis », Annales de la société historique et arc (...)
  • 33 Ces sculptures ont été déposées à la suite de la destruction du bâtiment par les bombardements de 1 (...)
  • 34 L’hôtel de ville de Dreux, installé dans la porte Chartaine depuis le XIIIe siècle, est reconstruit (...)
  • 35 Vallery-Radot Jean, « L’hôtel de ville de Beaugency », Congrès archéologique de France, XCIIIe sess (...)

14L’association des blasons royal et urbain n’était cependant pas systématique. Plusieurs hôtels de ville, à Tours29, à Nantes30 ou à Saumur31, sont uniquement timbrés aux armes de la ville. Mais près de la moitié des hôtels de ville ligériens du XVe siècle privilégient la formule couplant les armoiries des deux institutions. À Montargis, le blason urbain figure à proximité des armes du roi32. À Blois, il était apposé sur un semé de fleurs de lys qui couvrait la façade de la maison commune installée rue de la Foulerie (fig. 2), dont des fragments sont conservés au musée des Beaux-Arts de Blois33 (fig. 3). À Dreux34 ou Beaugency35, les armes de la ville disparaissent pour ne conserver que les armes du roi, encadrées des salamandres de François Ier à partir de 1515. Ces derniers exemples montrent la persistance des usages de l’emblématique royale dans lesquels l’entrée se situe au cœur de la conquête de l’espace urbain par les signes des institutions politiques.

Fig. 2 > Blois, hôtel de ville, plan du niveau du rez-de-chaussée : 1. Portail sur la rue de la Foulerie ; 2. Perron d’accès au bâtiment ouest (ancienne maison de l’Image Notre-Dame) ; 3. Salle des Pas-Perdus ; 4. Salle du Conseil des Prud’Hommes ; 5. Escalier du conseil municipal ; 6. Chambre ; 7. Cuisine ; 8-14. Aménagements de l’époque moderne [© reproduit dans : Annie Cosperec, « Blois, hôtel de ville », Dossier d’inventaire topographique IA00141135, Inventaire général, 1988, p. 10.]

15L’emblématique monumentale s’étendit dans les villes du Val de Loire pendant la guerre de Cent Ans, le conflit entre Armagnacs et Bourguignons, la reconquête de Charles VII puis, à la fin du siècle, les guerres d’Italie. Les décors d’entrées, qu’il s’agisse de la porte d’enceinte ou de l’hôtel de ville, ne présentent pas alors de figures ou d’éléments directement liés à ces différentes actualités qui peuvent néanmoins conférer un nouveau sens à ces images. De façon permanente, le blasonnement de la ville vient renforcer l’ancrage spatial des institutions urbaines et royales. Cette pratique permet, dans certains cas, de distinguer les institutions les unes des autres et de contribuer, ainsi, à la spécialisation du tissu urbain. À l’inverse, la combinaison des emblèmes urbains et royaux sur un même bâtiment met en scène la concentration des pouvoirs en un même lieu, formant de nouveaux espaces politiques au sein de la ville. Au sein de ces espaces, les signes du pouvoir semblent moins trouver leur efficacité par la singularisation que par la combinaison. Selon cette même logique, les gouvernements édilitaires du XVe siècle investissent ces lieux de programmes décoratifs qui tissent une relation entre les institutions et le sacré.

LA MONUMENTALISATION DE LA MAJESTÉ ROYALE EN VILLE : UNE IMAGERIE DE LA PROTECTION

  • 36 Sur l’évolution de la notion entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge : Poilpré Anne-Orange, Maies (...)

16Depuis le haut Moyen Âge, les lectures chrétiennes de la majesté définissaient celle-ci comme une substance divine dont la supériorité était absolue, intemporelle et universelle36. Dans les images, la majesté est mise en scène par un jeu d’articulations entre la figure du Christ et celles des rois. À la fin du Moyen Âge, le Christ était absent des décors édilitaires du Val de Loire. Le recours privilégié à l’iconographie de la Vierge et des saints véhiculait une autre idée du pouvoir royal comme protecteur de la ville.

  • 37 Michaud-Fréjaville Françoise, « La forteresse d’Orléans », dans Le paysage urbain au Moyen Âge, Act(...)

17Les premières commandes d’images religieuses du pouvoir urbain étaient destinées aux entrées de ville. À Orléans, la porte de Bourgogne est pourvue d’une statue en ronde-bosse de la Vierge en 1404, le Portereau d’un saint Jacques en 140737, année de l’assassinat du duc. Ce contexte conforte l’hypothèse que la mise en œuvre de ces décors vise à renforcer la fonction première de la porte, avant tout défensive. Ainsi, le corps du saint redouble, de manière symbolique, la fonction du rempart et s’inscrit dans un processus architectural et décoratif de protection des seuils.

  • 38 Loc. cit.
  • 39 Les sculptures sont exécutées par l’imagier Herment, à qui les procureurs de la ville versent le sa (...)
  • 40 Cougny G. de, Chinon et ses monuments…, op. cit., p. 101.
  • 41 Buzonnière Louis de, Histoire architecturale de la ville d’Orléans, Paris, Victor Didron, 1849, t.  (...)
  • 42 Gaugain L., « Pouvoir royal et architecture édilitaire… », op. cit.

18Les figures saintes étaient employées dans les décors édilitaires de Blois, Bourges, Tours, Chinon, Orléans et Amboise, soit dans près de la moitié des hôtels de ville édifiés en Val de Loire au XVe siècle. Dans ces places-fortes de la guerre de Cent Ans se développa une iconographie monumentale de saint Michel. L’archange apparaissait en effigie à la porte de Bourgogne d’Orléans en 1404, à côté de laquelle étaient peintes les armoiries du roi, du duc et de la ville en 140738, ainsi qu’à la porte Renard en 1461, accompagné de Notre-Dame-des-Miracles et de saint Jacques39. À Chinon, les armes de France étaient pourvues du collier de l’ordre de Saint-Michel à la porte Saint-Jacques en 151340. La figure se retrouvait dans le décor de l’hôtel de ville d’Orléans, dont la tour du beffroi est sommée d’une statue en plomb du saint en 149541. Deux ans plus tard, le toit de tuiles de celui d’Amboise s’ornait d’une statue de saint Michel tournée vers la Loire42.

Fig. 3 > Blois, pierres au chiffre d’Anne de Bretagne, provenant de l’ancien hôtel de ville [© musée des Beaux-Arts de Blois, reproduit dans : Blois, un amphithéâtre sur la Loire, exposition 24 septembre 1994-8 janvier 1995, château et musée des Beaux-Arts, Paris, 1994, p. 80].

  • 43 Le saint est représenté en armure et terrassant le diable près de la porte Pouzonville de Toulouse (...)
  • 44 Que Nicole Hochner présente comme un trait essentiel de la représentation du pouvoir royal sous le (...)

19Bien que ces décors soient, pour la plupart, détruits, les descriptions fournies par les comptabilités urbaines permettent d’en préciser certains éléments iconographiques. Saint Michel, peint aux couleurs du roi à Amboise, est représenté terrassant le diable au beffroi d’Orléans : autant d’attributs qui soulignent la fonction défensive du saint guerrier et, à travers lui, la puissance de la royauté. Cette utilisation de l’image de saint Michel par le pouvoir urbain est d’autant plus frappante qu’elle se concentre, à l’échelle du royaume, dans les villes du Val de Loire43. À Amboise et Orléans, ces statues sont combinées aux armes de France dont elles prolongent visuellement la polychromie d’or et d’azur. La couleur constitue le lien plastique qui unit l’institution au sacré. Cette relation tissée entre saint Michel et le roi véhicule une idée de puissance qui participe à l’héroïsation de la personne royale dans l’art de l’extrême fin du Moyen Âge. Les topoï antiques du règne de Louis XII comme les références à César ou aux exploits des héros de la mythologie ne se retrouvent pas dans les décors édilitaires. Ces derniers contribuent néanmoins, par l’iconographie monumentale de saint Michel, à la construction et à la diffusion de l’imagerie du roi-chevalier44.

  • 45 Deux décorations contemporaines aux chantiers des fortifications ; Le Mené Michel, « La constructio (...)
  • 46 Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 153.
  • 47 Grandmaison C. de, Documents inédits pour servir…, op. cit., p. 35 ; AC Tours, CC, R. 33, fo 24, da (...)
  • 48 L’imagier Pierre de Mesles reçoit la somme de « 4 escus d’or, a lui donnés, pour ung grant ymage de (...)
  • 49 AC Nantes, CC 240, fo 190, dans Le Mené Michel, « La construction à Nantes… », op. cit., p. 386 et (...)
  • 50 Grandmaison C. de, Documents inédits pour servir…, op. cit., p. 29-30.
  • 51 Alart Follarton, imagier de Tours, chargé de l’exécution de ces décors, fut rétribué de 40 livres t (...)
  • 52 AC Orléans, CC 560, dans Veyrier du Muraud P., Inventaire sommaire des archives communales…, op. ci (...)

20La figure de saint Michel était toutefois largement supplantée par celle de la Vierge. L’image de celle-ci fut d’abord utilisée pour protéger les entrées de ville. Elle était sculptée en ronde-bosse aux portes Saint-Nicolas et Poissonière de Nantes (1448 et 1486)45, à la porte Renard d’Orléans (1461)46, et à la tête du pont de Loire de Tours (1481), à proximité des armes de France taillées en 146147. À Bourges, la sainte était représentée à la porte du pont d’Auron en 1485-1486 puis, en 1489, au portail Saint-Privé48. Tandis que saint Michel occupe les parties sommitales des bâtiments édilitaires, les images mariales sont plutôt destinées à la salle du Conseil. Jean Catuit, par exemple, doit fournir une image de Notre-Dame destinée à la chambre du Conseil de Nantes en 1448, année de la mise en œuvre d’une statue du même thème à la porte Saint-Nicolas49. Elle figurait également à l’entrée de la ville de Tours, sculptée à la tête de pont de Loire à proximité des armes de France en 1481, et dans la salle du Conseil, où une Annonciation peinte sur panneaux décore la cheminée en 147850. Elle occupait ainsi une position centrale au sein d’un vaste décor mural composé d’une chambre de verdure surmontant un lambris peint aux couleurs de Charles VII51. À Orléans enfin, un panneau de verre blanc « ou a ung rond de Notre-Dame » est mentionné dans la chambre basse de l’hôtel des Créneaux en 146952. Considérés dans leur ensemble, ces exemples montrent l’enjeu que constitue le contrôle de l’image de la Vierge par les pouvoirs politiques.

  • 53 Grandmaison C. de, Documents inédits pour servir…, op. cit., p. 29-30.
  • 54 Lepinois Ernest de Buchère de, Histoire de Chartres, Chartres, Garnier, 1854, p. 326.
  • 55 Cf. fig. 3.
  • 56 Rivaud David, Les villes et le roi…, op. cit., p. 222.
  • 57 Sur la dimension spatiale et sacrée du semé : Hablot Laurent, « Le décor emblématique chez les prin (...)

21La fleur de lys demeure sans doute le motif par excellence employé dans les villes du Val de Loire. Symbole de la Vierge et de la royauté, il figurait dans les armoiries de Tours, Blois, Chartres ou Orléans et, dans les décors édilitaires, sous forme de semé, il couvrait le manteau de la cheminée du conseil de Tours en 147953 ou celle de Chartres en 150654. À Blois, les semés d’hermines et de fleurs de lys étaient étendus à l’ensemble de la façade55. On peut imaginer qu’un même semé d’or et d’azur pouvait également être peint sur le dais surmontant les anges tenant les armes de France au portail de l’hôtel des Échevins de Bourges (fig. 4). Ici, le décor monumental partage un vocabulaire commun avec les entrées royales où les dais, comme celui d’Anne de Bretagne peint de cent dix fleurs de lys pour son entrée à Tours en 150056, s’ajoutent aux espaces allégoriques des jardins ou des parcs mis en scène dans les cérémonies princières57. Par la répétition du même motif sur un fond monochrome, cet espace apparaît dans une forme abstraite qui souligne le caractère intemporel du pouvoir royal.

  • 58 Imbaut Joseph-Louis, « Façade occidentale de l’ancien hôtel de ville d’Orléans », Mémoires de la so (...)
  • 59 Buzonnière L. de, Histoire architecturale…, op. cit., p. 180-183.
  • 60 Le peintre Jean Gaulcher et le sculpteur Augustin Castaigne recevaient du procureur la somme de 26 (...)
  • 61 Sur les programmes dynastiques, voir Bennert Uwe, « Art et propagande politique sous Philippe IV le (...)
  • 62 Un panneau peint des portraits du roi et du cardinal d’Amboise était placé sur le manteau de la che (...)
  • 63 Le décor du bâtiment, détruit en 1618 par un incendie, est décrit par F. et L. Lazare comme étant c (...)
  • 64 « A Nicolas d’Estrées, tailleur d’ymages a esté payé la somme de 19 livres 4 sols parisis pour la f (...)
  • 65 D’après un procès-verbal de 1792 ; ibid., p. 343.
  • 66 Buzonnière L. de, Histoire architecturale…, op. cit., p. 180-183.
  • 67 Ibid., p. 175 et 180.
  • 68 Rivaud D., Entrées épiscopales, royales et princières…, op. cit., p. 15 et 123.

22Un semé de fleurs de lys couvre également la façade de l’hôtel de ville d’Orléans, refaite entre 1503 et 151358 (fig. 5). Au-dessus d’un rez-de-chaussée à pilastres et d’un portail à fronton, le premier niveau présente un groupe de cinq statues en ronde-bosse surmontées de dais ouvragés. Brisées par les huguenots en 1562, leur identification reste incertaine. D’après Louis de Buzonnière, elles représentaient les rois de France, de Charles à Louis XII59. Une autre description est fournie par le marché pour la réparation de l’hôtel de ville en 1604, qui ne mentionne pas d’effigie royale mais « des figures de sainctz qui sont posées audevant de l’Hostel commung du costé de la Grande Rue60 ». La première hypothèse évoque les « programmes dynastiques » du palais de la Cité de Philippe le Bel ou de la vis du Louvre de Charles V61. Sous le règne de Louis XII, l’effigie royale était présente dans le décor des sièges administratifs sous forme de portraits, peint au parlement de Rouen62, sculpté et accompagné des vertus cardinales dans la chambre des comptes de Paris63. La grande statuaire figure plus rarement dans l’architecture édilitaire, à l’exception de celle de l’hôtel de ville de Compiègne. Exécutée entre 1505 et 1508, celle-ci regroupe sur le premier niveau six rondes-bosses figurant « l’Annonciation, le roy Charllemaine et aultres saincts64 », parmi lesquels le comte de Marsy identifie saint Louis, ainsi que le cardinal Pierre d’Ailly65. Comme à Orléans, les statues occupaient des niches au sommet des niveaux, encadrées de pinacles et couronnées de dais selon une formule ne distinguant pas le saint de l’effigie royale. D’après les descriptions de Louis de Buzonnière, les rondes-bosses de l’hôtel des Créneaux étaient accompagnées d’un vaste répertoire emblématique, du semé de fleur de lys sculpté sur le soubassement de la façade66 ou le relief du bandeau de la corniche, où deux anges tiennent un cœur duquel s’échappe une fleur de lys, mise en image de la devise « Ce cœur fait fleurir les lys » gravée sur la cloche du beffroi67. Le motif se présentait comme une variante d’une figure connue dans les entrées royales de Troyes en 1486 ou de Poitiers en 1487, où une jeune fille personnifiant la ville offrait au roi un cœur contenant une fleur de lys68.

Fig. 4 > Bourges, hôtel des Échevins, décor sculpté du portail de la tourelle [© C. Bulté].

Fig. 5 > Orléans, hôtel de ville, vers 1857 [Verdier Aymar, Cattois François, Architecture civile et domestique au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, Didron, 1857, t. II, p. 70 ; © A. Salamagne].

23Sous les règnes de Louis XII et de François Ier, les décors des cérémonies se fondent donc sur une imagerie mythologique et triomphale bien distincte des thèmes chrétiens des hôtels de ville du Val de Loire. En dépit de cet écart, décors permanents et éphémères participent d’une même sacralisation du pouvoir politique. Toutefois celle-ci, dans les décors d’architecture, présente des traits spécifiques au milieu urbain. En privilégiant les figures de saint Michel ou l’iconographie mariale, la commande édilitaire compose une imagerie royale qui combine la puissance à la protection. Cette imagerie amène à reconsidérer la fleur de lys utilisée, à la fin du Moyen Âge, comme emblème à la fois marial, royal et municipal. À ce titre, la question se pose de savoir si la distinction établie entre l’emblématique du roi et celle de la ville vaut pour les décors édilitaires du Val de Loire et si elle peut être vérifiée par les conditions de la commande.

LE CONTRÔLE DE L’EMBLÉMATIQUE ROYALE EN VILLE : ENJEUX COLLECTIFS ET INDIVIDUELS

  • 69 Mathieu Rémi, Le système héraldique français, Paris, J.-B. Janin, 1946, p. 215.

24L’utilisation des signes héraldiques et emblématiques du roi par les pouvoirs urbains soulève le problème du droit de l’image et de l’absence de réglementation sur celle-ci dans les villes de la fin du Moyen Âge. Rémi Mathieu, à propos du « système héraldique français », affirme pourtant que « tout possesseur d’un immeuble avait le droit d’y faire apposer ses armoiries69 » et que :

  • 70 Ibid., p. 133.

en règle générale un individu ou une communauté organisée ne pouvait porter que les armoiries qui lui étaient propres, sans avoir, en principe, le droit d’user du blason d’un autre individu ou d’une autre communauté.70

  • 71 Roux Simone, « Images de bêtes urbaines », dans Mornet Élisabeth et Morenzoni Franco (éd.), Milieux (...)
  • 72 AN Paris, S 1508A, cit. par Roux S., « Images de bêtes urbaines », op. cit., p. 232.

25La présence de l’emblématique royale dans les décors édilitaires ligériens montre que le principe s’applique mal aux modes de représentation monumentale de l’institution urbaine. L’enjeu n’est pas de savoir si la propriété détermine un droit, mais plutôt qui exerce une autorité sur ces images. Les recherches de Simone Roux sur les enseignes parisiennes permettent d’émettre l’hypothèse d’un contrôle des autorités foncières sur les images produites en ville. Dans les années 1330-1340, l’évêque et le prieur de Saint-Martin-des-Champs revendiquaient tous deux la « cognoissance des brodeurs, paintres, enlumineurs, parcheminiers et escrivains demourant en nostre terre71 ». À l’extrême fin du XVe siècle et d’après les censiers parisiens, la surveillance de la production s’exerçait également sur les enseignes pendantes : un acte de 1489 décrit une maison de la place Maubert portant « de présent par permission et tolérance de l’abbaye Sainte-Geneviève pendent les Deux-Anges72 ».

  • 73 Sans contester l’existence de « certaines règles héraldiques », Roger Grand privilégie plutôt l’hyp (...)
  • 74 Bock Nicolas, « Fideles regis. Héraldique et comportement public à la fin du Moyen Âge », dans Marc (...)

26Les travaux consacrés aux usages de l’héraldique monumentale abordent également celle-ci en tant que marque juridique qui ne désignerait pas la propriété mais une garantie de protection73. Nicolas Bock la définit comme un signe de familiaritas et de fidelitas à la royauté dans les milieux princiers du XVe siècle74. La comptabilité des villes permet d’observer que cette relation d’autorité entre le roi et la ville se traduit dans les conditions mêmes de la commande, de la fabrique du bâtiment aux intentions individuelles des commanditaires et à leur impact sur l’image du pouvoir royal. Le problème demeure de préciser quels sont les rôles respectifs du roi et de la ville dans la commande et la conception des décors.

  • 75 Lecocq Adolphe, Origines municipales de Chartres et monographie historique de ses divers hôtels de (...)
  • 76 Cf. fig. 3.
  • 77 Cosperec Annie, « Blois, hôtel de ville », Dossier d’inventaire topographique, Inventaire général, (...)
  • 78 Gauguin L., « Pouvoir royal et architecture édilitaire… », op. cit.

27Dans la majorité des cas, les maisons communes ou hôtels de ville sont achetés, construits ou loués par les magistrats urbains. Le mode de financement des hôtels de ville du Val de Loire présente la particularité de dépendre, directement ou indirectement, de la volonté du pouvoir royal. Au XVe siècle, les hôtels de ville de Chartres, Tours, Bourges, Amboise et Blois ont tous bénéficié de ses donations. L’hôtel du Cygne de Chartres, situé derrière le cloître, est offert à l’échevinage par Charles VI en 1411, après avoir été confisqué à un bourgeois de Châteaudun75. Les échevins de Blois bénéficièrent d’un don de Louis XII et d’Anne de Bretagne leur permettant de construire la façade de l’hôtel de ville qui fut couverte des emblèmes des donateurs76. Un demi-siècle auparavant, le bâtiment lui-même fut acquis par donation de l’entourage princier : Jean de Saveuses, bailli et premier chambellan de Charles d’Orléans, céda aux échevins la maison à « l’image Notre-Dame » en 145777. Dans le cas d’Amboise, l’imagier chargé de timbrer aux armes du roi le portail de l’hôtel de ville fut directement rémunéré par les maîtres-maçons du château, eux-mêmes au service de Charles VIII78.

  • 79 AC Orléans, CC 539, dans Veyrier du Muraud P., Inventaire sommaire des archives communales…, op. ci (...)
  • 80 AC Orléans, CC 540, dans ibid.

28Dès le début du XVe siècle, et en particulier pendant la guerre civile, les princes se préoccupent de l’utilisation de leur image dans la ville. L’apposition des armes royales, ducales et municipales sur la porte de Bourgogne d’Orléans en 140479 provoque un conflit entre les échevins et le gouverneur, celui-ci souhaitant faire supprimer les blasons. À la requête de la ville, le chancelier ducal lui rappelle « qu’il savoit bien que monseigneur le Duc les avoit moult agréable et que les armes des bonnes villes de France estoient aux portes, au dessoubz des armes du Roy nostre sire et des autres seigneurs80 ».

  • 81 La ville dépense, au total, la somme de 1778 livres pour l’acquisition de ces bâtiments ; AC Tours, (...)
  • 82 La Grandière Louis Benoistde, « Abrégé chronologique et historique de la mairie de Tours », Bulleti (...)
  • 83 Chevalier B., Tours, ville royale…, op. cit., p. 337.
  • 84 Gaugain L., « Pouvoir royal et architecture édilitaire… », op. cit.
  • 85 Rivaud D., Les villes et le roi…, op. cit., p. 117.
  • 86 Sur la révolte de la Grosse Tour, voir : Raynal Louis, Histoire du Berry depuis les temps les plus (...)
  • 87 Thaumas de la Thaumassière Gaspard, Histoire du Berry, Marseille, Laffite Reprints, 1689-1691, t. 1 (...)
  • 88 AM Bourges, CC 358 et 542, dans Béreux Jean et Desage Charles, Archives municipales de Bourges anté (...)
  • 89 Ribault Jean-Yves, « À propos du maçon Jean Hudde et de l’hôtel Lallemant. Notes sur la première Re (...)
  • 90 Ibid., p. 76-77.

29Le pouvoir royal pouvait également exercer un contrôle sur les décors édilitaires par l’intermédiaire de ses officiers. L’achat, par exemple, de deux maisons contiguës de la Grand Rue par l’échevinage de Tours en 1467 et 147881 fut en partie financé par les dons de Robert Briçonnet, fils du premier maire de Tours, évêque et conseiller au parlement de Paris82, et ceux de Jean de Beaune, marchand drapier et correspondant du trésor sous le règne de Louis XI83. Plusieurs élus d’Amboise, pour la plupart marchands, accédèrent également, au cours de leur carrière, au service de la cour84. Le cas de Bourges montre plus précisément le poids de la politique royale sur la commande municipale. La construction d’un nouvel hôtel de ville fut rendue possible grâce aux exemptions fiscales accordées par Charles VIII suite à l’incendie de la Madeleine et au don de 11 500 livres en 148785. L’édification du bâtiment et de son décor fut décidée par les élus de 1490, en grande partie issus des familles nommées au conseil par Louis XI pour l’avoir soutenu pendant la révolte de la Grosse Tour en 147486. La famille des Sauzay, par exemple, comptait plusieurs magistrats urbains dans les décennies 1480-1510 dont Guillaume de Sauzay, bibliothécaire royal, soutien du roi pendant les émeutes pour être enfin anobli par échevinage87. Son fils Ursin, élu en 1490, participa au don d’une somme de 600 livres par les échevins destinée à « l’enrichissement de la massonerie88 ». Au sein de la même génération, Jean Lallemant le jeune, argentier de Louis XII, trésorier général de Languedoc et maire de Bourges en 151089 compta également parmi les soutiens locaux à la royauté. Ce soutien se manifesta de manière tangible dans le décor qu’il fit apposer sur la cheminée de la grande salle de son hôtel, représentant un porc-épic en bas-relief. D’après Jean-Yves Ribault, ce décor est probablement postérieur à 1506, date à laquelle Jean Lallemant rencontra Louis XII lors de son entrée à Bourges, dont il assura l’organisation90.

  • 91 On peut également citer l’exemple de Jean Bourré, notaire et secrétaire de Louis XI, qui fit appose (...)
  • 92 Triguer Robert, La maison dite de la Reine Bérangère au Mans (maison Le Corvaisier de Courteilles),(...)
  • 93 Ibid., p. 28-29.

30Comme Jacques Cœur au milieu du XVe siècle, l’officier royal s’autorise à utiliser les signes emblématiques royaux pour la décoration de son habitation91. Mais l’usage de ces signes n’est pas pour autant exclusivement réservé aux grands officiers, comme en témoigne l’exemple de Robert Véron. Échevin du Mans en 1490 et 1494, le magistrat fait décorer la façade sur cour de la maison « de la Reine Bérangère » d’un tympan sculpté du porc-épic de Louis XII surmonté des armes de France tenues par deux lions92. Le choix de ces emblèmes peut avoir comme but de souligner les relations que le commanditaire entretient avec la cour par les missions diplomatiques qui lui sont confiées au parlement de Paris93.

  • 94 Cf. fig. 1, no 3. Ces fleurs de lys peuvent également constituer un emblème de la ville, que la roy (...)
  • 95 Ranjard Robert, La Touraine archéologique, Mayenne, Éditions régionales de l’Ouest, 1930, p. 85.

31Ces derniers cas permettent de constater que l’usage de l’emblématique royale était loin d’être réservé aux institutions. Les armes de France sont en effet figurées en façade de plusieurs maisons à pans-de-bois, tenues par un ange au pignon du 261 rue de Bourgogne à Orléans ou au 26 rue Courteline à Tours (fig. 6), peut-être enfin, dans la même ville, au 2 rue du Change, sur la bourse sculptée de fleurs de lys du personnage saluant à l’angle de la maison, face au car roi aux Chapeaux94. Rue Courteline, le décor sculpté combine le blason royal à une scène du Couronnement de la Vierge par deux anges visibles au rez-de-chaussée, à la tête du piédroit du portail (fig. 7). Si le commanditaire est inconnu, le décor peut commémorer, selon Robert Ranjard, le siège de Tours de 1418 en marquant le lieu où Charles VII avait placé son artillerie95. En acceptant cette hypothèse, le décor peut être considéré comme un récit de l’histoire de la ville placé à l’entrée de celle-ci, près de la porte de La Riche.

Fig. 6 > Tours, 26 rue Courteline, décor sculpté du pignon [© C. Bulté].

  • 96 La maison « de la Reine Blanche » à Bourges, construite pour l’échevin Ursin de Sauzay, est égaleme (...)
  • 97 Rivaud D., « Les entrées solennelles de la Renaissance à Tours (1461-1565) », Bulletin de la sociét (...)
  • 98 Rivaud D., Les villes et le roi…, op. cit., p. 230.
  • 99 Ibid.
  • 100 Les armes de la ville ont été sculptées en façade du bâtiment en 1478 ; cf. note 29.
  • 101 Rivaud D., Les villes et le roi…, op. cit., p. 230.
  • 102 Cf. fig. 1.

32La maison compte parmi les rares exemples de façades en pans de bois sculptés contemporaines localisées dans un faubourg et non pas intra muros96. À partir de 1491, sur la porte Notre-Dame-La-Riche, empruntée par les entrées royales, étaient représentés les mystères du roi Assuerus pour l’entrée d’Anne de Bretagne97, ceux de Turnus et de Hugo accompagnés des personnifications des vertus théologales et des armes de la ville en 150098. Dans les mêmes années, le carroi aux Chapeaux et l’hôtel de ville étaient à leur tour intégrés au parcours de la cérémonie. Pour l’entrée de 1491, des jeunes filles présentent les armes de Tours devant la façade de l’hôtel de ville99, prolongeant ainsi et à nouveau par le décor éphémère un thème déjà présent dans le décor permanent100. L’entrée de François Ier de 1516 ajoutait à ce parcours le carroi aux Chapeaux, où étaient installés des échafauds pour y jouer les mystères des Hercules et de Bethsabée101. Dans la ville de Tours, la distribution des emblèmes royaux permanents102 se superposa, au début du XVIe siècle, aux lieux traversés par les cortèges des cérémonies.

Fig. 7 > Tours, 26 rue Courteline, décor sculpté du piédroit : Couronnement de la Vierge [© C. Bulté].

33La concentration des décors permanents et éphémères en un même lieu ne relève pas du hasard : l’un comme l’autre sont destinés aux carrefours, lieux de passage ou bâtiments qui constituent les pôles de l’activité urbaine. Cependant, la présence conjuguée de ces décors et de ces rituels confère une visibilité particulière à ces lieux, que le marquage emblématique royal donne à voir comme de nouveaux espaces de communication politique. La coïncidence spatiale entre marquage permanent et éphémère ne répond pourtant pas à un projet d’urbanisme. Elle apparaît plutôt comme le produit des initiatives particulières de commanditaires qui sont parvenus à entrer au service de la royauté ou de ceux qui y aspirent. L’usage de l’emblématique royale ne constitue donc pas une pratique propre aux institutions, mais à celle d’une élite urbaine qui cherche à redéfinir sa position sociale.

34Les topoï de l’iconographie royale de l’extrême fin du Moyen Âge, comme les vertus du prince nécessaires au bon gouvernement ou les allégories mythologiques, ne se retrouvent pas dans l’imagerie édilitaire ou domestique. Celles-ci privilégient plutôt une grammaire chrétienne de la majesté du pouvoir. Autour de 1500, les commanditaires de ces décors forment un groupe restreint autour de quelques familles comme les Briçonnet, les Beaune, les Morins, les Lallemant ou les Sauzay. Au sein de ce microcosme d’officiers, beaucoup sont issus des milieux du commerce ou de la finance, au seins desquels ils se sont familiarisés avec la manipulation des marques, poinçons ou signatures d’actes officiels, en d’autres termes avec un système de marquage et d’identification qu’ils ont transposé à l’architecture. Tout au long du XVe siècle, ce petit groupe d’officiers devient acteur de la transformation du paysage urbain du Val de Loire et de l’urbanisation du pouvoir royal par l’image.

35Les conditions de la commande édilitaire dans les grandes villes ligériennes révèlent le caractère bâtard de celle-ci. Les modes de financement, partagés entre les magistrats, le roi ou ses officiers, témoignent de l’autorité qu’exerce le pouvoir royal sur ces chantiers. Les hôtels de ville les mieux décorés sont financés, directement ou indirectement, par le roi ou les membres de son administration. Le déploiement du motif de la fleur de lys dans les villes est le produit d’une politique des rois de France consistant à autoriser, voire à financer le port des armes de France par les villes. Les décors édilitaires constituent, à ce titre, l’instrument des stratégies de représentation du pouvoir royal.

  • 103 Marin Louis, Le portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p. 19.

36Ces stratégies débouchent sur l’émergence, au cours du XVe siècle, d’une déclinaison urbaine de l’iconographie du roi. Les décors monumentaux des portes d’enceinte, des hôtels de ville ou des maisons particulières requalifient un espace urbain qui devient, par leur présence comme par l’action conjuguée des proches de la royauté, espace privilégié de la représentation du pouvoir royal au XVe siècle. L’appropriation, par les pouvoirs urbains, des attributs sacrés de la royauté comme la figure de saint Michel, l’iconographie mariale ou l’allégorie du semé joue, sur ce point, un rôle essentiel. En plaçant ces attributs dans les principaux pôles de l’activité urbaine, la ville assure à la royauté une diffusion massive de l’image de la majesté du roi et des « mystères de la substance royale » sans lesquels, pour reprendre les mots de Louis Marin, le roi n’est pas vraiment roi103. En retour, la ville s’impose comme un acteur nécessaire à la représentation de la dimension sacrée du pouvoir royal et à l’ancrage spatial de ses institutions.

Notes

1 Sur la statue équestre de Philippe le Bel de la nef dans Notre-Dame de Paris ou les portraits parisiens de Charles V, voir l’analyse iconographique et cartographique consacrée à « L’image du roi de France dans sa capitale » par Lorentz Philippe et Sandron Dany, Atlas de Paris au Moyen Âge. Espace urbain, habitat, société, religion, lieux de pouvoir, Paris, Parigramme, 2006, p. 102-105.

2 En 1396, le peintre Coppin fut chargé de tailler un blason aux armes de France au-dessus des portes Saint-Pierre, Gaiant et Montrescu ; AC Amiens, CC 8, fo 92vo, dans Durand Georges, Département de la Somme, Amiens. Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, série CC (1 à 241), Amiens, Piteux frères, 1901, p. 33.

3 Une quinzaine d’années après la révolte de Harelle et la suppression des privilèges de la ville, le peintre Georget réalisa « 12 gaudions a couleurs faictes a huille ou seront les hermes de la ville, et en chef d’icelles les hermes de France » destinées aux portes de la Vicomté et du Pont, pour lesquels il reçoit 8 s. pièce le 5 mars 1406 ; AC Rouen, A 5, dans Robillard de Beaurepaire Charles de, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790. Ville de Rouen, Rouen, Julien Lecerf, 1887, t. 1, p. 28.

4 Entre 1422 et 1429, les armes du roi furent sculptées en façade des tours de Chevannes, du Marché et des Moulins ; Beaulieu Michèle et Beyer Victor, Dictionnaire des sculpteurs français du Moyen Âge, Paris, Picard, 1992, p. 104 ; AC Langres, inventaire de 1749, liasse 937, dans Boullaye Julien de la, Inventaire sommaire des archives communales de Langres antérieures à 1790, Troyes, J. Brunard, 1882, p. 116.

5 Trois blasons aux armes de France, de la ville et du maire sont taillés en 1427 sur la porte de la Tranchée par Hennequin le peintre rétribué de 12 livres ; Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 210.

6 À Chartres (1411), Nantes (1435), Orléans (1442), Blois (1457), Tours (1467), Vendôme (1467), Montargis (avant 1483), Bourges (1490-1492), Amboise (1494-1495), Dreux (1512-1541), Beaugency (1525), Angers (1527) ; Bulté Cécile, Images dans la ville. Décor monumental et identité urbaine en France à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat d’histoire de l’art sous la direction de F. Joubert, université Paris IV, 2012, spécif. p. 101-140 et annexe 1.

7 Cette interprétation s’est imposée depuis la publication de Guenée Bernard et Lehoux Françoise, Les Entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 1968.

8 Sabatier Gérard, Le prince et les arts : stratégies figuratives de la monarchie française, de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2010, p. 135.

9 Loc. cit.

10 En dehors des villes consulaires comme Toulouse, dotée de terrains pour y installer une maison commune dès 1190, les exemples de Rouen et d’Amiens comptent parmi les cas les plus précoces de villes à échevinage. En 1220, la magistrature rouennaise installe son siège dans un hôtel confisqué à un seigneur anglais, situé près de la porte Massacre et faisant face au beffroi, qu’elle achète au roi pour la somme de 40 livres ; La Querière Edmond de, Notice historique et descriptive sur l’ancien hôtel de ville de Rouen, le beffroi et la Grosse-Horloge, Rouen, H. Boissel, 1864, p. 4. En Picardie, l’hôtel « aux cloquiers » d’Amiens est acheté par la ville en 1237, la maison commune de Soissons avant 1272 ; Saint-Denis Alain, « L’apparition d’une identité urbaine dans les villes de commune de France du Nord aux XIIe et XIIIe siècles », dans Boone Marc et Stabel Peter (eds.), Shaping Urban Identity in Late Medieval Europe, Leuven, Garant, 2000, p. 65-87. Camille Enlart signale également l’existence d’une maison commune à Trie-Château dès 1160 ; Enlart Camille, Manuel d’archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu’à la Renaissance, t. 2, Architecture civile, Paris, Picard, 1929, p. 330.

11 Sur le rôle des pouvoirs urbains dans la construction et l’entretien des fortifications : Rigaudière Albert, « Le financement des fortifications urbaines en France du milieu du XIVe siècle à la fin du XVe siècle », dans Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 1993, p. 417-497.

12 Salamagne Alain, « Le symbolisme monumental et décoratif », dans Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge, actes du 117e congrès national des sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992, section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, Éditions du CTHS, 1993, p. 452.

13 AC Orléans, CC 539, dans Veyrier du Muraud Paul, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790. Ville d’Orléans, Orléans, Eug. Chenu, 1866, p. 88.

14 Ces badges, proches des enseignes de pèlerinage, se présentent sous forme de dauphins, de blasons couronnés aux armes de France ou, pour le parti bourguignon, de croix de Saint-André ; des photographies peuvent être consultées dans : Favier Jean, Nouvelle Histoire de Paris. Paris au XVe siècle, 1380-1500, Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 1997, p. 157.

15 Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 153.

16 Grandmaison Charles de, Documents inédits pour servir à l’histoire des arts en Touraine, Paris, Éditions J.-B. Dumoulin, 1870, p. 8-9.

17 AC Tours, CC, R 33, fo 24, dans Chevalier Bernard, Tours, ville royale : 1356-1520. Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Chambray-les-Tours, CLD, 1983, p. 140.

18 Ibid.

19 Le blason de la porte est exécuté par Jean Bellotin pour la somme de 4 livres, 2 sols et 8 deniers ; Grandmaison Charles de, Documents inédits pour servir…, op. cit., p. 22 et 29.

20 Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 153.

21 Voir, dans ce même ouvrage Gaugain Lucie, « Pouvoir royal et architecture édilitaire à la fin du XVe siècle à Amboise ».

22 Cougny Gustave de, Chinon et ses monuments. Notice historique et archéologique, Chinon, G. Avisse, 1874, p. 101.

23 Rivaud David, Entrées épiscopales, royales et princières dans les villes du Centre-Ouest de la France, XIVe-XVIe siècle, Genève, Droz, 2013, p. 36. Laurence M. Bryant constate plus généralement l’enrichissement de la mise en scène de la rencontre du roi et de la ville au XVe siècle ; Bryant Lawrence M., « La cérémonie de l’entrée à Paris au Moyen Âge », Annales ESC, 41, 3, 1986, p. 527.

24 Bulté C., Images dans la ville…, op. cit., p. 126-130.

25 Cette configuration des blasons est encore visible au pied de la tourelle sur les photographies du début du XXe siècle ; Girault Pierre Gilles, « La draperie dans l’emblématique des échevins de Bourges », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, no 162, juin 2005, p. 22.

26 Ibid., p. 25.

27 Ce motif est employé dans les cérémonies depuis l’entrée de Charles VI à Paris en 1389 ; Guenée Bernard, « Les entrées royales françaises à la fin du Moyen Âge », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 111e année, 2, 1967, p. 211.

28 Rivaud David, Les villes et le roi. Les municipalités de Bourges, Poitiers et Tours et l’émergence de l’État moderne (v. 1440-1560), Rennes, PUR, 2007, p. 229-230.

29 À Tours, la façade de l’échevinage, installé dans un hôtel de la Grand Rue, présente un « un gros villain pour faire monstre » ; Grandmaison C. de, Documents inédits pour servir…, op. cit., p. 31.

30 La ville rémunère Louis Hochart, imagier, pour qu’il « tire et pourtroit en une feuille de papier les armes de la ville, pour mettre à l’horloge » en 1460 ; AC Nantes, CC 273, dans La Nicollière-Teijeiro Stéphane de, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790. Ville de Nantes, séries AA, BB, CC, DD, Nantes, 1888, 1, p. 203.

31 Collectif, Saumur, l’histoire urbaine. Maine-et-Loire, Inventaire général, 2000, p. 34.

32 Jarry Eugène, « Les anciens hôtels de ville de Montargis », Annales de la société historique et archéologique du Gâtinais, 34, 1918-1919, p. 104-115.

33 Ces sculptures ont été déposées à la suite de la destruction du bâtiment par les bombardements de 1944 ; Blois, un amphithéâtre sur la Loire, exposition 24 septembre 1994 – 8 janvier 1995, Château et Musée des Beaux-Arts, Paris/Blois, Adam Biro/château et musée des Beaux-Arts, 1994, p. 80.

34 L’hôtel de ville de Dreux, installé dans la porte Chartaine depuis le XIIIe siècle, est reconstruit entre 1512 et 1540 ; Lefèbvre Auguste, Notice sur Dreux. Histoire et description sommaires de la ville et de ses monuments, Dreux, Imprimerie Lefèbvre-Marnay, 1895, p. 16.

35 Vallery-Radot Jean, « L’hôtel de ville de Beaugency », Congrès archéologique de France, XCIIIe session tenue à Orléans, 1930, Paris, 1931, p. 16. Voir ici même Bontemps Daniel, « L’hôtel de ville de Beaugency au début du XVIe siècle ».

36 Sur l’évolution de la notion entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge : Poilpré Anne-Orange, Maiestas Domini. Une image de l’Église en Occident (Ve-IXe siècle), Paris, Les Éditions du Cerf, 2005, spécialement p. 25-33.

37 Michaud-Fréjaville Françoise, « La forteresse d’Orléans », dans Le paysage urbain au Moyen Âge, Actes du XIe Congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 67.

38 Loc. cit.

39 Les sculptures sont exécutées par l’imagier Herment, à qui les procureurs de la ville versent le salaire de 15 livres ; Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 153.

40 Cougny G. de, Chinon et ses monuments…, op. cit., p. 101.

41 Buzonnière Louis de, Histoire architecturale de la ville d’Orléans, Paris, Victor Didron, 1849, t. 1, p. 176.

42 Gaugain L., « Pouvoir royal et architecture édilitaire… », op. cit.

43 Le saint est représenté en armure et terrassant le diable près de la porte Pouzonville de Toulouse au folio de l’année 1440-1441 des Annales manuscrites, scène reproduite sur les murs du grand consistoire du donjon des Archives à la même date ; Catalo Jean, Gaudin Emmanuel, Rodet-Belarbi Isabelle et Geneviève Vincent, « Vestiges archéologiques et enduit peint de la maison consulaire du XVe siècle au “Donjon du Capitole” (Toulouse) », Mémoires de la société archéologique du Midi de la France, LVIII, 1998, p. 154. À l’exception de Toulouse, le saint figure plus fréquemment dans les décors des maisons particulières en Bretagne (Quimperlé, maison « Richer »), en Normandie (Caen, 52 rue Saint-Pierre ; Rouen, 74 rue Saint-Romain), et en Val de Loire (Angers, 7 rue de l’Oisellerie ; Chartres, maison « du Saumon ; Tours, 3 rue du Change) ; Bulté C., Images dans la ville…, op. cit., annexe 6, p. 465.

44 Que Nicole Hochner présente comme un trait essentiel de la représentation du pouvoir royal sous le règne de Louis XII ; Hochner Nicole, Louis XII : les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2006, spécif. p. 135 et sqq.

45 Deux décorations contemporaines aux chantiers des fortifications ; Le Mené Michel, « La construction à Nantes au XVe siècle », Annales de Bretagne, t. 68, 3, 1961, p. 388.

46 Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 153.

47 Grandmaison C. de, Documents inédits pour servir…, op. cit., p. 35 ; AC Tours, CC, R. 33, fo 24, dans Chevalier B., Tours, ville royale : 1356-1520…, op. cit., p. 140.

48 L’imagier Pierre de Mesles reçoit la somme de « 4 escus d’or, a lui donnés, pour ung grant ymage de Nostre-Dame et ung angelot qui a esté mis au portail Sainct-Privé » ; Beaulieu M. et Beyer V., Dictionnaire des sculpteurs français…, op. cit., p. 224-225.

49 AC Nantes, CC 240, fo 190, dans Le Mené Michel, « La construction à Nantes… », op. cit., p. 386 et 388.

50 Grandmaison C. de, Documents inédits pour servir…, op. cit., p. 29-30.

51 Alart Follarton, imagier de Tours, chargé de l’exécution de ces décors, fut rétribué de 40 livres tournois pour la sculpture et de 64 livres pour les peintures murales ; ibid., p. 29-30.

52 AC Orléans, CC 560, dans Veyrier du Muraud P., Inventaire sommaire des archives communales…, op. cit., p. 106.

53 Grandmaison C. de, Documents inédits pour servir…, op. cit., p. 29-30.

54 Lepinois Ernest de Buchère de, Histoire de Chartres, Chartres, Garnier, 1854, p. 326.

55 Cf. fig. 3.

56 Rivaud David, Les villes et le roi…, op. cit., p. 222.

57 Sur la dimension spatiale et sacrée du semé : Hablot Laurent, « Le décor emblématique chez les princes de la fin du Moyen Âge : un outil pour construire et qualifier l’espace », dans Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, XXXVIIe Congrès de la SHMES, Mulhouse, 2-4 juin 2006, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 161.

58 Imbaut Joseph-Louis, « Façade occidentale de l’ancien hôtel de ville d’Orléans », Mémoires de la société archéologique de l’Orléanais, XV, 1876, p. 310-342. Ici même, Alix Clément, « L’hôtel des Créneaux d’Orléans : les aménagements architecturaux du XIIIe au XVIe siècle ».

59 Buzonnière L. de, Histoire architecturale…, op. cit., p. 180-183.

60 Le peintre Jean Gaulcher et le sculpteur Augustin Castaigne recevaient du procureur la somme de 26 livres tournois pour « refaire ce qui avoict esté rompu et desmolly » ; Soyer Jacques, « Document inédit sur les réparations de l’ancien hôtel de ville d’Orléans en 1604 », dans Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XIV, no 186, 1906, p. 470. Voir également, dans ce même volume, Clément Alix, que nous remercions pour nous avoir communiqué cette référence ; Alix C., « L’hôtel des Créneaux d’Orléans… », op. cit.

61 Sur les programmes dynastiques, voir Bennert Uwe, « Art et propagande politique sous Philippe IV le Bel : le cycle des rois de France dans la Grand’salle du palais de la Cité », Revue de l’art, no 97, 1992, p. 46-59.

62 Un panneau peint des portraits du roi et du cardinal d’Amboise était placé sur le manteau de la cheminée de la chambre du conseil ; Spalikowski Edmond, Le palais de Justice de Rouen et son histoire, Rouen, Maugard, 1939, p. 126-127.

63 Le décor du bâtiment, détruit en 1618 par un incendie, est décrit par F. et L. Lazare comme étant composé d’un portrait sculpté en pied de Louis XII tenant un sceptre et une main de justice, encadré des personnifications des vertus cardinales ; Lazare Félix et Louis, Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris, Paris, Morris et Cie éditions, 1855, p. 456-458.

64 « A Nicolas d’Estrées, tailleur d’ymages a esté payé la somme de 19 livres 4 sols parisis pour la façon de six ymages qu’il a faictes et taillées, pour mectre au devant de l’ostel de la ville comme l’Annonciation, le roy Charllemaine et aultres saincts à plain desclarez en six mandements. » ; AC Compiègne, CC 34, fo 90, dans Marsy Arthur de (comte), « De l’ancienne décoration de la façade de l’hôtel de ville de Compiègne », Revue de l’art chrétien, t. 17, 1874, p. 342.

65 D’après un procès-verbal de 1792 ; ibid., p. 343.

66 Buzonnière L. de, Histoire architecturale…, op. cit., p. 180-183.

67 Ibid., p. 175 et 180.

68 Rivaud D., Entrées épiscopales, royales et princières…, op. cit., p. 15 et 123.

69 Mathieu Rémi, Le système héraldique français, Paris, J.-B. Janin, 1946, p. 215.

70 Ibid., p. 133.

71 Roux Simone, « Images de bêtes urbaines », dans Mornet Élisabeth et Morenzoni Franco (éd.), Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 232.

72 AN Paris, S 1508A, cit. par Roux S., « Images de bêtes urbaines », op. cit., p. 232.

73 Sans contester l’existence de « certaines règles héraldiques », Roger Grand privilégie plutôt l’hypothèse que ces blasons indiquent un « lieu […] sous la garde du souverain » ; Grand Roger, « De la signification des initiales, armes, effigies et emblèmes figurés sur les édifices civils et militaires aux XVe et XVIe siècles », Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, Recueil du Cent cinquantenaire, 1954, p. 264.

74 Bock Nicolas, « Fideles regis. Héraldique et comportement public à la fin du Moyen Âge », dans Marchandisse Alain et Kupper Jean-Louis (éd.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Genève, Droz, 2003, p. 215.

75 Lecocq Adolphe, Origines municipales de Chartres et monographie historique de ses divers hôtels de ville, Chartres, Garnier, 1879, p. 31.

76 Cf. fig. 3.

77 Cosperec Annie, « Blois, hôtel de ville », Dossier d’inventaire topographique, Inventaire général, 1988, p. 1, en ligne : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR24/IA00141135/index.htm

78 Gauguin L., « Pouvoir royal et architecture édilitaire… », op. cit.

79 AC Orléans, CC 539, dans Veyrier du Muraud P., Inventaire sommaire des archives communales…, op. cit., p. 88.

80 AC Orléans, CC 540, dans ibid.

81 La ville dépense, au total, la somme de 1778 livres pour l’acquisition de ces bâtiments ; AC Tours, CC, R 38, fo 64, BB, R 12, fo 132vo et CC, R 43, fo 16, dans Chevalier Bernard, Tours, ville royale…, op. cit., p. 528.

82 La Grandière Louis Benoistde, « Abrégé chronologique et historique de la mairie de Tours », Bulletin et Mémoires de la société archéologique de Touraine, t. XLVII, Tours, 1908, p. 97.

83 Chevalier B., Tours, ville royale…, op. cit., p. 337.

84 Gaugain L., « Pouvoir royal et architecture édilitaire… », op. cit.

85 Rivaud D., Les villes et le roi…, op. cit., p. 117.

86 Sur la révolte de la Grosse Tour, voir : Raynal Louis, Histoire du Berry depuis les temps les plus anciens jusqu’en 1789, Bourges, Vermeil éditeur, 1845, 1, p. 111-126 ; Rivaud D., Les villes et le roi…, op. cit., p. 86-88.

87 Thaumas de la Thaumassière Gaspard, Histoire du Berry, Marseille, Laffite Reprints, 1689-1691, t. 1, p. 210.

88 AM Bourges, CC 358 et 542, dans Béreux Jean et Desage Charles, Archives municipales de Bourges antérieures à 1790, Bourges, impr. Dusser, 1922, p. VII.

89 Ribault Jean-Yves, « À propos du maçon Jean Hudde et de l’hôtel Lallemant. Notes sur la première Renaissance à Bourges », Cahiers d’histoire et d’archéologie du Berry, t. 35, 1973, p. 75.

90 Ibid., p. 76-77.

91 On peut également citer l’exemple de Jean Bourré, notaire et secrétaire de Louis XI, qui fit apposer les armoiries royales tenues pas deux anges au portail de son château ; Auzas Jean-Marie, « Le château du Plessis-Bourré », Congrès archéologique de France, CXXIIe session tenue en Anjou, 1964, Paris, 1964, p. 253-262.

92 Triguer Robert, La maison dite de la Reine Bérangère au Mans (maison Le Corvaisier de Courteilles), Le Mans, Pellechat, 1892, p. 8 et 28-29.

93 Ibid., p. 28-29.

94 Cf. fig. 1, no 3. Ces fleurs de lys peuvent également constituer un emblème de la ville, que la royauté autorisa à porter à partir de 1356 ; comme le précise Jean-Louis Porhel, leur nombre reste très variable dans les armoiries de Tours ; Porhel Jean-Louis, « Les armoiries de Tours », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 56, 2010, p. 53-58.

95 Ranjard Robert, La Touraine archéologique, Mayenne, Éditions régionales de l’Ouest, 1930, p. 85.

96 La maison « de la Reine Blanche » à Bourges, construite pour l’échevin Ursin de Sauzay, est également située dans le faubourg Saint-Sulpice ; Bulté C., Images dans la ville…, op. cit., p. 58.

97 Rivaud D., « Les entrées solennelles de la Renaissance à Tours (1461-1565) », Bulletin de la société archéologique de Touraine, t. LVII, 2011, p. 6.

98 Rivaud D., Les villes et le roi…, op. cit., p. 230.

99 Ibid.

100 Les armes de la ville ont été sculptées en façade du bâtiment en 1478 ; cf. note 29.

101 Rivaud D., Les villes et le roi…, op. cit., p. 230.

102 Cf. fig. 1.

103 Marin Louis, Le portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p. 19.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 > Blois, hôtel de ville, plan du niveau du rez-de-chaussée : 1. Portail sur la rue de la Foulerie ; 2. Perron d’accès au bâtiment ouest (ancienne maison de l’Image Notre-Dame) ; 3. Salle des Pas-Perdus ; 4. Salle du Conseil des Prud’Hommes ; 5. Escalier du conseil municipal ; 6. Chambre ; 7. Cuisine ; 8-14. Aménagements de l’époque moderne [© reproduit dans : Annie Cosperec, « Blois, hôtel de ville », Dossier d’inventaire topographique IA00141135, Inventaire général, 1988, p. 10.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 3 > Blois, pierres au chiffre d’Anne de Bretagne, provenant de l’ancien hôtel de ville [© musée des Beaux-Arts de Blois, reproduit dans : Blois, un amphithéâtre sur la Loire, exposition 24 septembre 1994-8 janvier 1995, château et musée des Beaux-Arts, Paris, 1994, p. 80].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 4 > Bourges, hôtel des Échevins, décor sculpté du portail de la tourelle [© C. Bulté].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8315/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 5 > Orléans, hôtel de ville, vers 1857 [Verdier Aymar, Cattois François, Architecture civile et domestique au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, Didron, 1857, t. II, p. 70 ; © A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8315/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 6 > Tours, 26 rue Courteline, décor sculpté du pignon [© C. Bulté].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8315/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 7 > Tours, 26 rue Courteline, décor sculpté du piédroit : Couronnement de la Vierge [© C. Bulté].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8315/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

Auteur

ATER en histoire de l’art, Université de Nantes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search