Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Partie I. Les hôtels de ville dans les pays ligériens (XIVe-XVIe siècle)

L’hôtel des Échevins de Bourges

Jean-Yves Ribault

Texte intégral

  • 1 Monjardet Renée, « Recherches sur les institutions municipales de Bourges au Moyen Âge », Mémoires (...)

1Depuis le XIIe siècle au moins, une assemblée générale des habitants de la ville de Bourges, en fait les trois cents personnes qui jouissaient du statut de bourgeois du roi, se réunissait pour traiter des affaires communes dans le cloître du petit prieuré Notre-Dame-de-la-Comtale, à l’emplacement de l’actuelle École des beaux-arts. Au XIVe siècle, cette assemblée générale prit l’initiative de se doter d’un organe permanent de quatre « commis élus au gouvernement de la ville ». Une municipalité était née, et disposait d’un petit local dans le prieuré ou, plus tard, dans une maison du voisinage. À la suite de diverses dispositions prises par Louis XI en 1474, la régente Anne de Beaujeu en 1484 et Charles VIII en 1492, le statut de la municipalité de Bourges finit par s’établir ainsi : élection de trente-deux conseillers, à raison de huit par quartier, puis élection par ces conseillers de la municipalité formée d’un maire et de quatre échevins, désignés pour deux ans, ces heureux élus ayant le privilège recherché d’accession automatique à la noblesse1.

  • 2 1487, la vieille ville en flammes, Bourges, Université populaire, 2e édition revue et complétée par (...)

2À cette municipalité bien assise à la fin du XVe siècle, il fallait un siège digne de son statut glorieux, de ses nombreuses attributions et de son budget important, quoique fluctuant. L’occasion lui en fut donnée à la suite d’une catastrophe bien connue : le grand incendie de la Madeleine (22 juillet 14872). Comme une moitié de la ville, le prieuré de la Comtale et son voisinage immédiat avaient brûlé, avec le local municipal. La municipalité se devait de réagir ; elle le fit rapidement en profitant des circonstances.

LE CHANTIER : LA MAÇONNERIE

  • 3 AM Bourges, DD 3. Le marché fut conclu pour l’importante somme de 425 écus d’or à la couronne, soit (...)

3Tout près du prieuré de la Comtale (fig. 1 et 2) un terrain libre existait, qui se trouvait être l’enjeu d’une véritable histoire d’amour. Son propriétaire, Pierre Jehanin, avait une fille, Marie, fiancée à un marchand de Bourges, mais le mariage était en suspens, faute d’une dot en argent. Le père de la future cherchait donc à vendre son terrain. La municipalité se précipita sur l’occasion et en fit l’acquisition le 30 septembre 14883.

4L’emplacement était limité en façade par la rue de Paradis (actuelle rue Édouard-Branly), en arrière par le vieux rempart gallo-romain et sur un côté par une ruelle en pente raide qui permettait de descendre dans la rue Mirebeau. Que voulaient les échevins ? Ils souhaitaient évidemment « donner à voir » leur pouvoir municipal par un édifice sortant des normes ordinaires de la construction civile urbaine, en superficie comme – et surtout – en élévation. Ils disposaient de références prestigieuses : le palais royal, élevé cent ans auparavant par le duc Jean, et la « grand’ maison » de Jacques Cœur, vieille d’une quarantaine d’années seulement, mais dans les deux cas établis sur l’emprise du rempart.

Fig. 1 > Plan de la ville de Bourges par Nicolas de Fer (1703).

  • 4 AM Bourges, CC 260 et 535. Voir en outre le registre CC 152, contenant les dépenses assises sur une (...)

5Le programme comportait donc une construction en fond de parcelle, dont les longs pans épousaient le développement du mur de cité, donc pas de façade et encore moins de pignons sur rue, mais devant le corps principal un espace dégagé propice à la représentation sociale et apte à recevoir latéralement des annexes utilitaires (fig. 3). Sur cette base, on demanda un devis au maître maçon Jean Benoist, qui reçut pour sa peine la modeste somme de 20 sous en mai 1489, puis un peu plus tard 100 sous, pour avoir dessiné le « portrait » du nouvel édifice sur une peau de parchemin4.

6Jean Benoist est assez bien connu. Dès 1460, il avait été chargé de l’office de maître maçon de la cathédrale, sous la gouverne du vieux maître maçon Colin le Picart. Celui-ci avait œuvré sur les chantiers du duc Jean et peut raisonnablement être désigné comme le maître maçon de la « grand’ maison » de Jacques Cœur (fig. 4). Jean Benoist appartenait donc à cette génération de maçons qui avaient connu le chantier de la demeure de l’argentier et qui y avaient très probablement travaillé. La filiation évidente qui existe entre ce prestigieux édifice et l’hôtel des Échevins ne s’en comprend que mieux, toute proportion gardée, puisque la maison de la ville ne retient que la formule simplifiée d’un bâtiment de plan rectangulaire (env. 25 m sur 10), composé d’un rez-de-chaussée, d’un étage et d’un grand comble, le tout desservi par un spectaculaire escalier en vis logé dans une tourelle monumentale à cinq pans plaquée sur la façade d’entrée (fig. 5).

  • 5 AD Cher, 8G 154 (passim) ; Ribault Jean-Yves, « L’ancienne salle capitulaire de la cathédrale de Bo (...)
  • 6 AM Bourges, CC 259.
  • 7 AM Bourges, CC 539.

7Jean Benoist, épaulé par son collègue Simon Bouloye, avait été par ailleurs, en 1474-1475, le maître d’œuvre du nouveau local capitulaire de la cathédrale (aujourd’hui local de la maîtrise près du porche nord), surmonté de la chambre des comptes du chapitre5. Ils venaient tous les deux de terminer en 1488 un important chantier pour la ville (la construction du pont de pierre sur l’Auron et les murs du quartier Saint-Fulgent) pour une somme de près de 2 000 livres tournois6. Jean Benoist allait obtenir aussi, avec Pierre Lucquet, un charpentier de Dun, le marché de réfection de la chambre des comptes avec les prisons attenantes, en mars 1490, aux frais du domaine royal7.

Fig. 2 > Extrait redessiné du plan cadastral de la ville de Bourges (1816).

Fig. 3 > Plan au sol de l’hôtel des Échevins par Robert Gauchery [Congrès archéologique de France, Bourges 1931].

Fig. 4 > Bourges, hôtel Jacques-Cœur, façade sur rue [© A. Salamagne].

  • 8 AM Bourges, CC 538.

8Ce fut donc à un maître maçon confirmé que les échevins s’adressèrent pour établir le devis du nouvel hôtel de ville au printemps 1489. On ne doit pas s’étonner de la modeste rétribution qui lui fut accordée pour ce travail. C’était l’habitude ; on ne dessinait pas de plans, on traçait à grands traits le « portrait » de l’édifice projeté, mais surtout on « devisait », c’est-à-dire que, devant un notaire qui prenait note, le maître maçon décrivait les différentes tâches à accomplir avec l’indication des dimensions et, éventuellement, donnait un certain nombre de précisions techniques. Ce fut sur un tel document de référence, établi par Jean Benoist, que le marché de maçonnerie fut adjugé le 22 juin 1489 et le contrat passé avec les entrepreneurs. Pas plus que celui du devis, nous n’en avons conservé le texte, mais les comptes de la ville nous fournissent la quittance finale du lot de maçonnerie montant à la somme totale de 2 800 livres tournois, reçue le 19 juin 1490 par « prudents hommes Bernard Villain, Guillaume Ra et André Bruère […] pour avoir fait la maçonnerie de la maison de la ville8 ».

  • 9 Ce personnage figure très souvent dans les pièces comptables de la ville comme intermédiaire financ (...)

9Le chantier de gros œuvre avait donc duré environ un an (printemps 1489 – printemps 1490) et il avait été mené par une équipe de trois associés. En fait, on sait par ailleurs que Bernard Villain était commis du grenier à sel de la ville9 et que Guillaume Ra faisait partie d’une famille bourgeoise bien éloignée des métiers manuels. Seul André Bruère était maçon. On se trouve donc là en présence, cas intéressant, d’une véritable entreprise associant des bailleurs de fonds et un homme de métier. On présume que l’artisan André Bruère ne disposait pas des capitaux nécessaires pour faire face aux frais du chantier (acquisition et transport des matériaux, engagement et payement des compagnons) et qu’il avait dû s’adresser à des financiers pour disposer d’une trésorerie suffisante.

  • 10 AM Bourges, CC 532.

10La quittance du 15 juin 1490 apporte encore un autre détail. La somme de 2 800 livres tournois se décomposait ainsi : 2 200 livres pour le marché initial, à quoi s’ajoutait « la somme de 600 livres tournois qui promise leur a esté par Messieurs les doyens [du chapitre] de Bourges, [Jean de Bar] seigneur de Baugy et eschevins de ladite ville pour l’enrichissement de la maçonnerie de la dicte maison10 ».

11Ajoutons à ce dossier une quittance du 31 décembre 1491 par laquelle les associés reçurent encore 400 livres :

  • 11 Sous ce titre d’élu se cache Guillaume de Cambray, doyen du chapitre, élu par les chanoines archevê (...)
  • 12 AM Bourges, CC 542.

restant de la somme de 2 200 livres tournois, qui promise leur avoir esté par messieurs les eschevins de la dicte ville à faire la massonnerie de la maison que les dicts échevins, bourgeois, manans et habitants d’icelle font faire en la dicte ville, et de la somme de 600 livres tournois que par messieurs les doyen et esleu en l’Eglise de Bourges11 et eschevins leur avoient esté promise pour l’enrichissement et avantage de maçonnerie qu’ilz avoient fait en icelle maison, que pareillement de la somme de 400 livres tournois que mesdits seigneur de Baugy, eschevins et bourgeois, manans et habitants d’icelle ville assemblés jusque au nombre de 24 personnes et plus, leur avoient donné pour la perte qu’ils avoient eue en icelle maison comme ils disoient…12

12Ainsi donc, à l’extrême fin de l’année 1491, les entrepreneurs se faisaient attribuer, outre les 2 200 livres du premier marché et les 600 livres de supplément, déjà soldés le 15 juin 1490, une indemnité de 400 livres pour compenser un dépassement de devis. Au total, les frais de maçonnerie s’élevèrent donc à la somme imposante de 3 200 livres tournois.

  • 13 AM Bourges, CC 261. On trouvera en annexe une note particulière consacrée à Jacques de Persigny.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.

13Il faut insister sur l’attitude des promoteurs du projet. En cours et en fin de chantier, ils décidèrent d’augmenter et d’enrichir la maçonnerie prévue initialement par Jean Benoist. C’est-à ces « enrichissements » que peuvent être rapportées les interventions suivantes : un mandement du 22 avril 1490 comporte le payement de 20 s. attribués à « Jacquet de Percigny, maçon, pour avoir fait ung deveis de la maison de la ville13 » et un autre mandement du 30 avril 1490 signale le payement de 25 s. « a Jaquet Gendre pour avoir fait le deveis de la maison de la ville14 ». On se trouve là, un an après le premier devis de Jean Benoist, en présence de deux nouveaux maçons et de deux nouveaux devis, dont on présume qu’ils correspondent aux « enrichissements » souhaités par les notabilités de la ville. Mais en quoi consistaient ces enrichissements ? En motifs de décoration, en pièces sculptées, sur la tour d’escalier et les cheminées par exemple ? En augmentation de superficie et de hauteur du bâtiment ? On note qu’en mai 1490, un voisin, Jacques de Treignat ou Treignac recevait 10 livres tournois comme indemnité de la moitié des frais qu’il avait déboursés pour avoir fait reconstruire le pignon commun entre sa maison et celle de la ville15. Quel fut le rôle respectif des deux maçons, rétribués à quelques jours d’intervalle ? Ce qui est sûr, c’est qu’il faut oublier le fantomatique Jacquet Gendre dit de Pigny, auquel on a fait jusqu’ici l’honneur de l’édifice.

Fig. 5 > Façade de l’hôtel des Échevins [© Région Centre, Inventaire général, ville de Bourges, F. Lauginié].

14Quoi qu’il en soit de l’intervention tardive de ces deux maçons, l’œuvre de Jean Benoist, auteur du premier devis reste primordiale et dans le temps (juin 1489 – juin 1490) et dans le budget (2 200 livres). Il y eut bien à partir du printemps 1490 des augmentations et des enrichissements (d’après les devis de Jacquet de Persigny et de Jacquet Gendre ?) ; on peut penser que ces travaux souhaités par les promoteurs concernaient le décor (tour d’escalier et cheminées intérieures) pour un coût de 600 livres, auxquelles on peut à la rigueur ajouter les 400 livres supplémentaires, c’est-à-dire moins de la moitié du marché initial.

  • 16 AM Bourges, CC 262.
  • 17 AM Bourges, CC 538 ; la Comtau ou église de la Comtale voisine de l’hôtel des Échevins.
  • 18 AM Bourges, CC 262 et CC 541. On n’a malheureusement pas les noms des experts jurés.

15Pour l’exécution du gros œuvre, on ne connaît qu’un maçon, André Bruère, qui était le chef de chantier. Ses collègues, ses compagnons et ses aides demeurent inconnus. Il nous reste à dire un dernier mot sur la fin du chantier de maçonnerie. La réception des travaux eut lieu le 25 octobre 1490 ; à cette date, « les maîtres-maçons jurés qui ont fait leur rapport de la maison de ville » reçurent chacun 5 s. pour leur prestation16. Néanmoins, comme il arrive toujours, il y eut des articles supplémentaires ; le 26 novembre 1490, André Bruère reçut encore 30 livres « sur ce que coûte le pignon de l’hôtel de ville étant devers la Comtau17 ». Ces travaux entraînaient des incidents fâcheux : André Bruère fut le responsable d’une rixe sur le chantier et le 25 janvier 1491, les échevins lui versèrent l’importante somme de 100 livres « pour lui aider a payer une amende en quoi il a été condamné par le prévôt de Bourges, à cause d’une basture faite en l’hôtel de la dite ville et aussi pour plusieurs devis qu’il a faits en la dite maison18 ».

LE CHANTIER : LA CHARPENTERIE

  • 19 AM Bourges, CC 152.

16Au printemps 1490, alors que le chantier de maçonnerie devait être très avancé, les échevins firent établir par un maître-charpentier non identifié un devis de charpenterie, dont par chance les archives municipales ont conservé le texte avec, à la suite, le marché de l’adjudication passé le 21 avril 1490 avec le charpentier le moins-disant, Jehan Dorléans, qui l’avait mise à prix pour 294 livres tournois, et même les deux quittances de paiement19.

17Ce document apporte des renseignements utiles sur le monument, dont il donne les principales dimensions (13 toises sur 5 toises et 3 pieds, soit environ 25 m sur 10 m), l’élévation à deux niveaux plus un comble, la charpente à sept fermes, les six lucarnes, trois sur chaque pente du toit, la couverture prévue en ardoise, matériau noble et cher par rapport à la tuile locale couramment utilisée, la liaison entre la vis d’escalier et le comble par un « chevalet », l’utilisation du bois de noyer pour l’encadrement des lucarnes et les pans du « chevalet »… Jehan Dorléans avait, par contrat, à respecter un délai fort court, puisqu’il devait rendre son ouvrage pour la mi-août suivante, soit un peu moins de quatre mois, délai qu’il respecta puisqu’il reçut le solde de son paiement dès le 10 août 1490.

18En ce milieu de l’été 1490, le gros œuvre de maçonnerie, vis d’escalier comprise, et la charpenterie, y compris les planchers, étaient donc bien en place. Les finitions vont par contre prendre du retard, sans aucun doute à cause de ces « enrichissements et augmentations » décidées au printemps 1490.

LE CHANTIER : COUVERTURES, MENUISERIES EXTÉRIEURES ET FINITIONS DIVERSES

  • 20 AM Bourges, CC 152 et CC 262.

19À l’approche des mauvaises saisons, automne et hiver, le bâtiment n’était malheureusement pas hors d’eau. Or l’hiver de 1490-1491 allait être rude et long. En janvier 1491, on demandait aux charpentiers de faire le nécessaire « afin que icelle vis (tourelle d’escalier) ou ce qui en est fait, ne se degastat à cause des pluies et gelées qui sont survenues », ce qui fut fait et coûta pour le bois cassé et la main d’œuvre 6 ℓ., 11 s., 8 d.20. De même, en février, on paya 26 s. et 8 d. à Guillaume Corbillat qui avait fourni la paille « employée à couvrir les murailles et pierres de la maison de cette ville », pratique habituelle et bien connue, notamment par les miniatures, pour éviter les infiltrations et le gel sur des murs non protégés.

  • 21 AM Bourges, CC 542.
  • 22 AM Bourges, CC 542.

20À l’automne 1491, la couverture n’était toujours pas faite. Le 17 octobre 1491, le couvreur Guillaume Leloup reçut la somme de 30 livres « pour avoir par lui couvert la maison de ladite ville de lattes à joint pour ce que la charpenterie se gastoit21 ». Y avait-il eu des délais imprévus pour s’approvisionner en ardoises d’Anjou, qu’il fallait faire venir par eau jusqu’à Vierzon avec les aléas saisonniers que l’on connaît pour ce mode de transport ? Cependant les ardoises durent arriver peu après, car en décembre 1491, un relevé des travaux réalisés par Pasquet Leloup (sans doute parent et compagnon de Guillaume Leloup), « pour la besogne qu’il a faite depuis un mois », signale « pour la maison de ville, pour avoir mis un grés pour la cheminée d’en haut et couvert d’ardoises environ deux cents de ladite ardoise qui était rompue et enduit les joints […] 4 s., 2 d.22 ».

  • 23 AM Bourges, CC 152 et CC 262.
  • 24 AM Bourges, CC 152.

21Le marché de la couverture proprement dite fut adjugé aux « couvreurs d’ardoises » Christophe Mauclerc et Germain Petigars pour 413 ℓ., 2 s., 6 d., y compris la plomberie des faîtes et lucarnes et des « écheneaux » (chenaux ou gouttières23) ; encore cette dernière œuvre avait-elle demandé de petits travaux supplémentaires au couvreur Guillaume Leloup, qui reçut 6 ℓ. « pour avoir couvert de lattes à joint la vis de ladite maison et bouté les écheneaux de la maison de la ville » et aux charpentiers Simon Rousseau et Pierre Boirault, payés 10 ℓ. « pour avoir mis sur la maison de ladite ville des festières de bois pour asseoir le plomb dessus et (au-dessus) des lucarnes de ladite maison et pour avoir fait un comble a fest sur la vis de ladite maison24 ».

  • 25 AM Bourges, CC 2632.
  • 26 AM Bourges, CC 152.

22Ces travaux de couverture, achevés au printemps 1492, n’empêchèrent pas de mener d’autres tâches. Les devis et marchés de menuiserie, planchers et huisseries ne nous sont pas parvenus. Ils furent adjugés au début de l’année 1492, car à la date du 23 janvier, on paya 69 s. et 2 d. à des menuisiers pour « avoir frisé la menuiserie de la maison de ladite ville et pour les devis et portraits qu’ils en ont faits25 ». On en connaît cependant les artisans, les menuisiers Pierre Delacoste l’aîné, Pierre Augier et Macé Lemoine, qui reçurent en tout 91 ℓ. « pour les huys, fenêtres et creusée [croisée]26 », etc. Il faut leur adjoindre le serrurier Gillet Carrelier, qui réalisera toutes les menuiseries extérieures pour 150 ℓ.

  • 27 AM Bourges, CC 262.

23Enfin, un dernier devis nous indique, à la date du 16 mars 1492, « ce qu’il faut faire à la maison de la ville pour la carreler, enduire et jointoyer ». Curieusement, ce fut le couvreur Guillaume Leloup qui emporta le marché, fixé à 120 ℓ. t.27. L’hôtel des Échevins était alors, au printemps 1492, terminé ; le document cite au rez-de-chaussée la salle basse avec la salle voûtée, au premier étage la salle et la chambre haute, le grenier au-dessus, les cheminées, la grande vis, qui n’était pas tout à fait achevée, les lucarnes, le pignon sur la ruelle, la terre qu’il faut placer entre les planchers, pour limiter les risques d’incendie. Tout devait être terminé pour la Saint-Jean-Baptiste suivante, soit le 24 juin, sous peine de prison, d’excommunication, etc., mais c’était manière de dire habituelle aux juristes !

  • 28 AM Bourges, CC 541.
  • 29 AM Bourges, CC 263.

24Après le nettoyage des abords par Jean Chevillon qui débarrassa les alentours de l’hôtel des Échevins des remblais et débris du chantier28, la municipalité put prendre possession des lieux le 1er juillet 1492 et tenir une assemblée générale « desdits maires et échevins et des trente-deux conseillers ». À toute inauguration, il faut un vin d’honneur. On se contenta d’une modeste collation « en pain, vin et cerises » qui ne coûta que 5 sous29.

BILAN DE LA CONSTRUCTION

25En récapitulant en chiffres ronds les chapitres des différents lots, on peut se faire une idée du coût de construction d’un édifice civil important :

– achat de l’emplacement :

750 livres

– maçonnerie :

3 200 livres

– charpenterie :

300 livres

– couverture et plomberie :

450 livres

– menuiserie et serrurerie :

240 livres

4 920 livres

  • 30 AM Bourges, CC 152.

26En y ajoutant les frais divers et petits suppléments signalés en cours de chantier, c’est un coût global de 5 000 livres qu’il faudrait retenir, si les comptes de l’octroi du sel ne nous révélaient d’autres sommes fort importantes réglées au fur à mesure par une sorte de chef de chantier, appelé Simon Morice, « commis aux œuvres ». Il engagea ainsi, dès l’exercice 1490-1491, une somme de 1 055 ℓ., 6 s., 6 d. « tant pour le paiement des ouvriers qui besognaient en ladite maison durant cette présente année que en pierre de Charly que d’ailleurs, chau et sable », puis au cours de l’exercice suivant, 773 ℓ., pour les mêmes causes, à quoi s’ajoutaient 50 ℓ. pour ses vacations, enfin 320 ℓ. pour l’exercice 1492-1493. L’on doit y ajouter 145 ℓ., 13 s., 7 d., réglés par Robert Doullé, soit un total de 2 343 ℓ.30. C’est probablement dans cette masse qu’il faut chercher le coût du décor sculpté intérieur dont aucun compte ne fait explicitement état, ce qui laisse dans l’anonymat des sculpteurs de talent ; la mention de la pierre de Charly utilisée pour la décoration le laisse croire. Quoi qu’il en soit, nous atteignons déjà la somme importante de 7 344 ℓ., pour un chantier qui a duré trois ans ; encore n’y sont pas compris les coûts des travaux spéciaux de soutènement ni les frais d’aménagement mobilier par la suite.

  • 31 AM Bourges, CC 260. Cette subvention est analogue à celle dont bénéficiaient les habitants d’Orléan (...)

27Cet investissement était considérable pour une ville dont les recettes annuelles moyennes tournaient à cette époque autour de 4 000 livres et qui avaient à faire face à bien d’autres travaux de reconstruction et d’aménagement de voirie consécutifs à l’incendie ; aussi bien la dépense n’était-elle pas couverte entièrement par les « deniers communs » mais subventionnée par le roi qui avait accordé à la ville 5 deniers « sur chacun minot de sel qui sera vendu en tous les greniers et chambres a sel de son royaume […] pour convertir ès réparations qu’il a convenu et commandé, faire es choses démolies et gastées par le grand feu…31 ».

LE DÉCOR : SCULPTURES, VITRAUX, PEINTURES

28Un hôtel de ville n’est pas un édifice comme les autres. Son économie externe et interne répond à un programme qui prévoit des pièces plus ou moins grandes selon qu’elles sont destinées à des assemblées générales ou aux séances plus réduites du conseil municipal. On remarque en particulier l’existence de la petite salle voûtée en rez-de-chaussée, dite salle du Conseil, destinée non seulement aux réunions du bureau mais aussi au secrétariat et à la garde des archives dans un local à l’abri des incendies.

29Surtout il s’agit d’exalter le prestige municipal ; c’est le rôle du décor. À l’extérieur, ce décor est concentré sur la tour d’escalier, fortement inspirée de l’hôtel Jacques-Cœur ; on y remarque en particulier les sergents de la ville dans un encadrement de fausses fenêtres (fig. 6). À l’intérieur, les cheminées, dont il ne reste que les deux du rez-de-chaussée, sont mises en valeur. La plus belle, celle de la grande salle, propose, dans un quadrillage en losange semé de moutons et de fleurs de lys (bûchées à la Révolution comme insignes féodaux), les emblèmes associés de la royauté et de la municipalité (fig. 7).

  • 32 Sur les armoiries de la ville de Bourges, en particulier sur celles figurant dans le décor de l’hôt (...)

30Moutons, bergers et bergères constituent une référence agreste à la principale ressource économique de la ville mais aussi une allusion à la docilité politique des habitants. Enfin, la mise en scène d’un thème imaginaire bien connu, la bergerie, est traité ici sans la mièvrerie habituelle au genre32 (fig. 8).

Fig. 6 > Décor de la tour d’escalier (sergent de ville dans une fausse fenêtre) [© A. Salamagne].

Fig. 7 > Cheminée de la grande salle basse [© A. Salamagne].

Fig. 8 > Tympan d’une porte de la grande salle basse (scène de bergerie) [© Inventaire du conseil général du Cher].

Fig. 9 > Cheminée de la salle du conseil (peintures héraldiques de 1618) [© Inventaire du conseil général du Cher].

31Ces reliefs étaient à l’origine rehaussés de couleurs dont quelques restes ont pu être analysés. On a identifié, parmi d’autres pigments, deux couleurs rares : le lapis-lazuli ou bleu d’outremer et le jaune d’étain, qui étaient réservés à des décors de prestige, en raison de leur coût élevé. Les comptes de la ville montrent aussi que les fenêtres furent ornées progressivement de vitraux armoriés aux armes royales ou à celles des maires et échevins, associées parfois à des scènes religieuses, par exemple une Nativité ou le miracle de la mule de saint Antoine de Padoue. On s’adressait pour cette forme décorative, très prisée à Bourges, aux ateliers locaux ; le peintre Jacquelin de Montluçon fournissait les patrons, et les maîtres verriers, successivement Pierre Guillon, Guillaume Labbé, Lambert Anthoine, réalisaient les vitraux.

32Il ne reste malheureusement rien du décor peint primitif. On a pu sauver au cours de la récente restauration une partie des peintures de la salle du Conseil (fig. 9) : le manteau de la cheminée fut décoré en 1618 par le peintre Pierre Lefebvre d’une composition héraldique présentant les écussons accolés de France et de Navarre entourés des colliers des ordres royaux et sur le linteau quatre écus aux armes du maire Pierre Heurtault et des échevins Pierre Fouchier, Pasquet Hémeré et Jean Hémeré. Une inscription en latin leur faisait dire : « Laeti dum lilia florent, nusquam discordes, concordem reximus urbem » (« Heureux lorsque les lys s’épanouissent, jamais désunis, nous avons dirigé une ville unie »). Pour compléter le décor de la salle du Conseil, le peintre Charles Bérault en peignit la voûte en 1639 ; il n’en reste que des bribes.

ANNEXES ET EXTENSIONS

Tour à poudre et prison

  • 33 AM Bourges, CC 295 et CC 635.

33Un des soucis constants de la municipalité était de gérer le stock d’armes et de munitions nécessaire à la défense de la ville : poudre, salpêtre, arquebuses à crocs, petites pièces d’artillerie. En 1525 et 1526, on décida de construire à l’angle de la rue de Paradis et de la ruelle une tour à poudre d’environ sept mètres de hauteur, fortement voûtée. Sur cette base, dont le dôme a aujourd’hui disparu, le maître maçon Mérinon monta plus tard en 1559-1560 des assises supplémentaires pour installer une prison, destinée aux contrevenants de l’ordre public, en particulier aux prostituées33.

  • 34 AM Bourges, CC 635.

34Pour bien marquer le privilège de juridiction exercé au nom de la ville par son lieutenant de police, la municipalité fit appel à un sculpteur de Moulins, Michel Regnault, en lui demandant une statue de la Justice à placer dans une niche à l’angle des deux rues. La statue a disparu depuis très longtemps, mais la moitié de la niche reste visible encore aujourd’hui34.

La galerie

  • 35 Gauchery-Grodecki Catherine, « Jean Lejuge et l’architecture en Berry sous le règne de Louis XIII ( (...)

35Bien plus tard, en 1624, alors que le gouverneur de la province, le prince de Condé, donnait une grande importance à la vie publique, la municipalité ressentit le besoin d’adjoindre à son vieil hôtel un nouvel édifice destiné à la représentation sociale : un corps de galerie, ouvert en rez-de-chaussée, et couvert à l’étage (fig. 10). Un architecte et entrepreneur local de grande valeur se faisait alors connaître à Bourges, Jean Lejuge (1589-1650). Il fut chargé de construire une aile le long de la ruelle entre le vieux corps de logis et la tour d’angle ; pour ce chantier, Lejuge, associé au maître maçon et sculpteur Antoine Gargault, conçut une façade très ordonnée : cinq arcades à clefs saillantes, encadrées par des pilastres corinthiens, et surmontées d’un mur d’étage comportant cinq fenêtres aux frontons alternativement arrondis et triangulaires, séparées par des niches flanquées de tableaux oblongs35.

Fig. 10 > Vue d’ensemble de l’hôtel des Échevins avec, à gauche, la galerie de Jean Lejuge (1624).

36À l’angle de la rue et de la ruelle, la galerie englobait la tourelle du XVIe siècle ; on la suréleva une nouvelle fois en ajoutant au dépôt d’armes surmonté de la prison voûtée un troisième étage destiné aux archives, le sculpteur Gargault étant d’ailleurs chargé de réparer la statue de la Justice qui occupait la niche depuis 1560.

37Au début de 1625 la galerie était terminée. Restait à la décorer. Le verrier parisien Louis Pinaigrier plaça dans les fenêtres de la galerie haute dix-sept écussons aux armes du roi et de la reine, du prince et de la princesse de Condé, de la ville, des maires et des échevins. Le peintre Antoine de Ridder, anversois installé à Bourges, fournit des panneaux décoratifs, avec un portrait du roi. Mais ce ne fut qu’en 1632 que le sculpteur Gargault fut autorisé à placer quatre statues dans les niches du premier étage. Tout ce décor, y compris les statues, a disparu.

Le logis du « visitoire » des draps

  • 36 AM Bourges, BB 19.

38La municipalité avait dans ses attributions la juridiction des poids et mesures et conservait dans ses locaux les étalons de toutes sortes : boisseau des noix, poids des pains, étalons des tuiles, poutres, carreaux, jauges des tonneliers, mesure des draps, etc. La diversité des mesures locales, de même que les pratiques aléatoires de pesage et mesurage, exigeaient des contrôles rigoureux. Pour les faciliter, les édiles décidèrent, le 3 mars 1673, de rompre et supprimer tous les vieux étalons conservés à l’hôtel de ville pour les remplacer par des instruments neufs, étalonnés à l’aune et au poids de Paris36.

  • 37 AM Bourges, I I 14.

39Les contrôles les plus poussés et les plus nombreux, parce qu’ils concernaient le secteur économique le plus important, étaient ceux des produits de la draperie et de la teinturerie. Pour « visiter » et expertiser les draps de Bourges existait une compagnie de jurés-visiteurs représentant les métiers de foulons, tondeurs, teinturiers, tisserands et même tapissiers. Pour l’exercice commode de cette juridiction, la municipalité décida au printemps 1560 de construire sur le côté oriental de la cour de l’hôtel de ville un édifice spécial : le « visitoire » des draps37. Il s’agissait d’un bâtiment rectangulaire (d’environ 15 m sur 8). Il comprenait au rez-de-chaussée une cuisine, une entrée avec la cage d’un escalier en vis et une chambre basse à cheminée, au premier étage deux chambres à cheminées, surmontées d’un grenier. La destination spéciale du bâtiment était marquée dans la cuisine par un poteau de bois de trois pieds de haut (environ 1 mètre) solidement planté, qui portait les marques des draps, la chambre basse constituant le « visitoire » proprement dit.

  • 38 AM Bourges, CC 603.

40Ce bâtiment fut construit par le maçon Jean Bellyveau. Il ne s’agissait pas d’un édifice de grande qualité architecturale mais il perdura très longtemps comme maison d’éducation et ne disparut qu’au milieu du XXe siècle. On profita de ces travaux pour demander à Jean Bellyveau de refaire entièrement le mur de clôture sur la rue de Paradis (aujourd’hui rue Édouard-Branly) et de surélever la vis du grand escalier du premier étage jusqu’au comble38.

L’HÔTEL APRÈS LES ÉCHEVINS

41En 1682, la ville acquit du puissant ministre, Jean-Baptiste Colbert, une demeure plus prestigieuse et plus vaste que son ancien hôtel de ville, l’hôtel Jacques-Cœur, et décida de s’y transporter. Les pères jésuites du collège Sainte-Marie, établis depuis le XVIe siècle à la place du prieuré de la Comtale, réussirent à se le faire rétrocéder dès le 10 septembre 1682. Bien plus, en 1683, ils obtinrent l’autorisation de s’approprier et de supprimer la ruelle qui séparait leur nouvelle acquisition des terrains du collège.

42Désormais le vieil immeuble suivra plus ou moins le sort du collège de Bourges, dont il forma une annexe, dite le Petit Collège, jusqu’à la Révolution. Vendu en 1793 comme bien national à un dénommé Porcheron, il aura divers propriétaires bourgeois jusqu’après la révolution de 1830. En 1833, la famille Chenu le vendit à l’Académie de Bourges pour l’installation d’une École normale. Même après le transfert de l’École normale dans son nouvel établissement de la rue Carolus en 1858, le Petit Collège demeura le siège de l’école primaire du lycée de Bourges jusqu’au moment où cet établissement quitta le centre-ville pour le quartier de la Chancellerie, en 1966. Depuis lors, abandonné pendant une vingtaine d’années, il fut réhabilité en 1983, dans le cadre du projet du musée Estève qui permettait d’engager la restauration complète de l’immeuble, classé parmi les monuments historiques dès 1886, réhabilitation qui a permis de conserver un témoignage essentiel de l’histoire municipale et de l’évolution architecturale de Bourges.

ANNEXE. LE MAÇON JACQUET DE PERSIGNY

  • 39 Girardot, Les artistes de la ville et de la cathédrale de Bourges, Nantes, Impr. de O. Merson, 1861 (...)
  • 40 AM Bourges, CC 265.

43L’hôtel des Échevins de Bourges a longtemps passé pour être l’œuvre d’un maître maçon que les auteurs anciens ont appelé Jacquet de Pigny, ou même, associant deux noms différents, Jacquet Gendre, dit de Pigny39. Ce nom, suggéré à ces auteurs par l’existence, dans le voisinage de Bourges, d’un lieu-dit Pigny, provient d’une lecture erronée provoquée par l’abréviation usuelle du p barré, qui se lit per. Il est d’autant moins douteux qu’il est écrit en toutes lettres dans le passage suivant : « pour le vin de Jaquet de Persigny, quand il print de Messieurs [le maire et les échevins] a faire les arches, la loge et garde-harnoys de [la porte] de Saint-Sulpice, 20 s. tournois » (mandement du 10 août 1495)40.

  • 41 Bournon Fernand, Département de Loire-et-Cher : ville de Romorantin. Inventaire sommaire des archiv (...)
  • 42 AM Romorantin, CC 3.
  • 43 Commune de Lassay-sur-Croisne, département du Loir-et-Cher. Patrigeon G., « Le château du Moulin »,(...)

44Ce maçon mérite qu’on lui prête un peu d’attention, malgré son rôle apparemment secondaire dans le chantier de l’hôtel des Échevins. On le trouve d’abord à Bourges parmi les nombreux maçons mêlés aux divers travaux de reconstruction dus à l’incendie de 1487. Son patronyme n’est pas autrement attesté dans la région ; il est donc probable qu’il ait été attiré dans la ville par les gros besoins de main-d’œuvre spécialisée exigés par l’événement. Mais d’où venait-il ? Il est mentionné dans les comptes entre avril 1490 et août 1495. Puis il disparaît des comptabilités, mais on peut supposer que, comme ses collègues, il eut l’occasion de travailler pour des particuliers qui avaient à reconstruire leurs demeures. On le retrouve, une demi-douzaine d’années plus tard, à Romorantin et dans la Sologne environnante. Sa présence y est signalée dans une série de sources41, qui le mentionnent à plusieurs reprises dans les années 1501 à 1503 à propos des travaux de maçonnerie réalisés aux tours de la ville. On remarque particulièrement l’occurrence suivante, au début de l’année 1501 : la municipalité règle 12 sols à maître Jacques de Persigny, maçon, « qui besongne de présent au Moulin et lequel est venu par deça pour voir descouvrir et besongner aux tours qui sont près le puis de la Croix-vert et pour avoir baillé le devis desdictes tours par escript pour icelles faire selon ledict devis42 ». Mais, après 1503, les comptes de la ville ne paraissent plus mentionner Jacques de Persigny, dont on perd la trace. La présence de Jacques de Persigny au château du Moulin doit retenir l’attention43. Entre autres caractéristiques, ce petit château solognot estun édifice à parement de briques généralisé et au décor losangé orné de figures géométriques, dont la construction date des années 1480-1500. Il fait penser au château de Gien, construit entre 1494 et 1500 pour Anne de France et Pierre de Beaujeu, son mari, et revêtu d’un appareil de briques polychromes composant des motifs géométriques d’interprétation énigmatique. Sans pouvoir ni vouloir, en l’absence d’une documentation plus fournie, attribuer à Jacques de Persigny un rôle direct dans l’introduction de la brique dans le premier quart du XVIe siècle en Sologne, qui manquait de carrières de pierre, mais aussi en Berry (à Bourges l’hôtel Cujas), et Pays-Fort (galerie du château de la Verrerie), la question mériterait d’être approfondie.

Notes

1 Monjardet Renée, « Recherches sur les institutions municipales de Bourges au Moyen Âge », Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, t. XLVII (1936-1937), p. 1-57.

2 1487, la vieille ville en flammes, Bourges, Université populaire, 2e édition revue et complétée par Goldman Philippe, 1988.

3 AM Bourges, DD 3. Le marché fut conclu pour l’importante somme de 425 écus d’or à la couronne, soit, au cours de 35 s. l’écu, 743 ℓ. et 15 s.

4 AM Bourges, CC 260 et 535. Voir en outre le registre CC 152, contenant les dépenses assises sur une subvention royale établie sur la vente du sel.

5 AD Cher, 8G 154 (passim) ; Ribault Jean-Yves, « L’ancienne salle capitulaire de la cathédrale de Bourges », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, no 178, 2009, p. 16-22.

6 AM Bourges, CC 259.

7 AM Bourges, CC 539.

8 AM Bourges, CC 538.

9 Ce personnage figure très souvent dans les pièces comptables de la ville comme intermédiaire financier pour toutes sortes de dépenses ; il fait l’office d’un moderne banquier. Le rôle de l’octroi du sel (30 juin 1488 – 28 juin 1490) indique d’ailleurs : « A prudent homme, Bernard Villain, payé la somme de 2 800 livres tournois pour la maçonnerie qu’il a faict faire au corps de la maison de la ville de Bourges, fourny de cartiers de pierre de Charly, Saint Crapaix, les Avardines, pierre menue, chau, sable et généralement toutes autres choses c’est-à-dire le nécessaire » (AM Bourges, CC 152).

10 AM Bourges, CC 532.

11 Sous ce titre d’élu se cache Guillaume de Cambray, doyen du chapitre, élu par les chanoines archevêque de Bourges, après la mort de Jean Cœur en 1483, mais supplanté par Pierre Cadoet, sur ordre de Louis XI. Guillaume de Cambray n’accéda au siège pontifical de Bourges qu’à la mort de Cadoet en 1492. Guillaume de Cambray, ainsi que Robert de Bar, seigneur de Baugy, étaient les mandataires du roi dans le financement des travaux, au titre de la subvention prise sur la vente du sel.

12 AM Bourges, CC 542.

13 AM Bourges, CC 261. On trouvera en annexe une note particulière consacrée à Jacques de Persigny.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 AM Bourges, CC 262.

17 AM Bourges, CC 538 ; la Comtau ou église de la Comtale voisine de l’hôtel des Échevins.

18 AM Bourges, CC 262 et CC 541. On n’a malheureusement pas les noms des experts jurés.

19 AM Bourges, CC 152.

20 AM Bourges, CC 152 et CC 262.

21 AM Bourges, CC 542.

22 AM Bourges, CC 542.

23 AM Bourges, CC 152 et CC 262.

24 AM Bourges, CC 152.

25 AM Bourges, CC 2632.

26 AM Bourges, CC 152.

27 AM Bourges, CC 262.

28 AM Bourges, CC 541.

29 AM Bourges, CC 263.

30 AM Bourges, CC 152.

31 AM Bourges, CC 260. Cette subvention est analogue à celle dont bénéficiaient les habitants d’Orléans et l’église de Reims. Les comptes de recettes et de dépenses sont conservés sous la cote AM Bourges, CC 152. Ces documents mériteraient un examen spécial. À titre indicatif, on peut signaler que la subvention dégageait environ 6 000 livres par an, soit environ 30 000 livres sur cinq ans.

32 Sur les armoiries de la ville de Bourges, en particulier sur celles figurant dans le décor de l’hôtel des Échevins, il faut se reporter à l’étude très fouillée de Pierre-Gilles Girault, « Le décor emblématique de l’hôtel des Échevins et la genèse de l’institution urbaine à Bourges », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, no 162, juin 2005, p. 21-32. Il met en particulier en valeur, par l’intermédiaire des armoiries aux moutons, les liens entre l’institution municipale et le groupe socio-professionnel des drapiers.

33 AM Bourges, CC 295 et CC 635.

34 AM Bourges, CC 635.

35 Gauchery-Grodecki Catherine, « Jean Lejuge et l’architecture en Berry sous le règne de Louis XIII (1610-1650) », Mémoires de l’Union des sociétés savantes de Bourges, vol. IV (1953-1954), p. 34-42.

36 AM Bourges, BB 19.

37 AM Bourges, I I 14.

38 AM Bourges, CC 603.

39 Girardot, Les artistes de la ville et de la cathédrale de Bourges, Nantes, Impr. de O. Merson, 1861 ; Buhot de Kersers Alphonse, Histoire et statistique monumentale du département du Cher, t. II, Paris/Bourges, Vve A. Morel/Tripault, 1883, p. 274-278. Gauchery Robert, « Hôtel des Échevins », Congrès archéologique de France, Bourges, 1931, Paris, A. Picard, 1932, p. 105-115.

40 AM Bourges, CC 265.

41 Bournon Fernand, Département de Loire-et-Cher : ville de Romorantin. Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Blois, É. Morreau, 1884, 138 p. et du même, « Jacques de Persigny, architecte (1502-1503) », Nouvelles archives de l’art français, Paris, 1882, p. 72-75.

42 AM Romorantin, CC 3.

43 Commune de Lassay-sur-Croisne, département du Loir-et-Cher. Patrigeon G., « Le château du Moulin », Revue du Berry et du Centre (1911), p. 108-109, et surtout Martin-Dumézil Jean, dans Pérouse de Montclos Jean-Marie (dir.), Architectures en région Centre, Orléans/Paris, Conseil régional du Centre/Hachette, 1988, p. 463-465.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Plan de la ville de Bourges par Nicolas de Fer (1703).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 2 > Extrait redessiné du plan cadastral de la ville de Bourges (1816).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 3 > Plan au sol de l’hôtel des Échevins par Robert Gauchery [Congrès archéologique de France, Bourges 1931].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 4 > Bourges, hôtel Jacques-Cœur, façade sur rue [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 5 > Façade de l’hôtel des Échevins [© Région Centre, Inventaire général, ville de Bourges, F. Lauginié].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 6 > Décor de la tour d’escalier (sergent de ville dans une fausse fenêtre) [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 7 > Cheminée de la grande salle basse [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 8 > Tympan d’une porte de la grande salle basse (scène de bergerie) [© Inventaire du conseil général du Cher].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 9 > Cheminée de la salle du conseil (peintures héraldiques de 1618) [© Inventaire du conseil général du Cher].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 10 > Vue d’ensemble de l’hôtel des Échevins avec, à gauche, la galerie de Jean Lejuge (1624).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8308/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540