Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Partie I. Les hôtels de ville dans les pays ligériens (XIVe-XVIe siècle)

Pouvoir royal et architecture édilitaire à Amboise à la fin du XVe siècle

Lucie Gaugain

Texte intégral

UNE VILLE ROYALE ET SES CHANTIERS

  • 1 Comptes de la ville conservés avec quelques années manquantes et commençant en 1421 (AC Amboise, CC (...)
  • 2 Couvrant la période 1421-1436, le premier compte témoigne d’une gestion encore hasardeuse des compt (...)

1En 1434, sur décision de Charles VII (1422-1461), et après confiscation à la famille d’Amboise, la ville éponyme devenait royale. Si la justice y fut rendue au nom du roi par un bailli, toutefois, le pouvoir édilitaire mis en place au cours de la décennie précédente subsista. Sur la foi des comptes de la ville − conservés depuis 14211 − Amboise était en effet administrée depuis peu par un conseil de ville dont la fonction première concernait essentiellement la gestion des travaux de l’enceinte et des ponts, structures de première importance dans le contexte de la guerre de Cent Ans2. En dépit de toute autorisation officielle, en acceptant cette nouvelle organisation, le roi reconnaissait donc implicitement l’idée d’une communauté urbaine constituée pour des raisons défensives (fig. 1, pl. III, p. VII).

  • 3 Cet impôt accordé par Charles VII en 1422 (ibid., CC 72, f° 6v°) fut renouvelé en 1432 par lettre p (...)
  • 4 Le premier compte de la ville (ibid., CC 71) répertorie une recette de 600 ℓ. t. mais sur 15 ans.

2Les recettes provenaient de trois principales sources de revenus : l’« apetissement » du vin − qui revenait à la perception du huitième de la recette sur la vente du vin3 − représentait les neuf dixièmes des fermes muables et au moins la moitié des revenus de la ville ; le droit de barrage − qui était prélevé sur les denrées à l’entrée et à la sortie des ponts − ne représentait jamais plus de 50 ℓ. t. par an ; enfin, quelques rentes immobilières − qui restaient toutefois modiques puisque la ville partageait son territoire avec trois autres fiefs − pouvaient générer quelques bénéfices. De 1421 à 1469, pour entretenir ponts, chaussées et enceintes, la ville disposait d’un revenu annuel bien modeste, oscillant entre 150 et 450 ℓ. t.4.

3À partir de 1470, année suivant l’installation définitive de la reine Charlotte de Savoie et de ses enfants à Amboise, les recettes augmentèrent jusque dans les années 1490, sous Charles VIII (1483-1498), où elles atteignirent 1 000 ℓ. t., avant de s’effondrer à 150 ℓ. t. en 1500, au départ de la cour pour Blois. Amboise était donc une petite ville, d’environ 2 400 habitants, dont la moitié était constituée des gens de la cour ou de la main d’œuvre employée aux chantiers du château. L’entretien des murs et des ponts revenait en moyenne à 250 ℓ. t. ce qui, pour une bonne année, ne représentait qu’un quart des recettes et permettait ainsi d’affecter une partie des ressources à la construction d’édifices édilitaires (fig. 1 et fig. 3, pl. III, p. VIII).

  • 5 Ibid., CC 102, f° 16r°. Les halles se trouvaient à cheval sur la ville et le « Petit Fort faubourg  (...)
  • 6 Ibid., CC 101, f° 13v°.
  • 7 Ibid., f° 16v°.
  • 8 Ibid., CC 101, f° 13v°.

4Louis XI (1461-1483) contraignit la ville à renforcer la fortification des ponts et des murailles de boulevards et nomma un capitaine de ville, Raoulin Cauchinart, pour en diriger les travaux ; ceux-ci concernèrent en juin 1479 la porte du Port puis, en 1480, le front des halles à la liaison du Petit Fort et de la ville5. La porte du Fort devait ouvrir sur le port principal d’Amboise − situé au pied du château, en amont des ponts de pierre − sur la rue du Pont, alors empruntée par la route d’Espagne (fig. 2, pl. III, p. VII). À la suite du marché (« pris faict ») passé avec Raoulin Cauchinart6, les deux maçons Jehannot Le Pelletier et Henri de Montrichart réalisèrent les fondations, les piliers et l’arc de la porte. En octobre, le charpentier Estienne Lostellier, qui dirigeait ou supervisait la plupart des travaux de charpenterie de la ville, posa les vantaux7. Les comptabilités décrivent le décor explicite du linteau supérieur : « au meilleu dudit portal, devers la riviere, ont faict les armes du roy a deux angelotz qui les tiennent et un larmier par-dessus en une belle pierre de Saint Aignan8 ». Le voyageur pénétrant dans la cité passait ainsi sous un décor frappé des armes royales.

  • 9 Ibid., CC 102, fos 16v°-17r°; juin 1480.
  • 10 Ibid., CC 199, f° 34 ; quittance et mandement du 2 mai 1486 concernant la vente des matériaux.

5Les halles occupaient l’emprise d’une parcelle laniérée, de part et d’autre de l’ancienne rue Blezienne (actuelle rue de la Concorde), de 4 à 6 m de large pour une vingtaine de mètres de profondeur totale9 (fig. 3). Montées sur simple piliers maçonnés en moellon, elles étaient couvertes d’un toit de bardeaux de bois et de tuiles plates et équipées de treize étals pour exposer les marchandises. Leur existence fut éphémère car elles disparurent dès 148510.

  • 11 Ibid., AA 130, fos 48 et 49, 1483.
  • 12 Ibid., CC 198, f° 25.
  • 13 Ibid., CC 105, f° 13v° : « Au receveur de la recette ordinaire d’Amboise pour la place nouvellement (...)
  • 14 AD Indre-et-Loire, 3P2 003, section A, 2e partie, parcelle no 1614 et AC Amboise, Plan d’alignement (...)
  • 15 BnF, Est. Va-37(1)-Fol, Microfilm H125737, Vue du château d’Amboise, lithographie, XIXe siècle.
  • 16 AC Amboise, CC 106, f° 41r° : location depuis la fête Notre-Dame de la Chandeleur 1487 (n.st) jusqu (...)

6Charles VIII (1483-1498) se montra moins exigeant que son père en matière de défense, tout du moins jusqu’à la naissance du dauphin, Charles-Orland (1492-1495), qui devait séjourner au château. Dès 148311, le roi favorisa les Amboisiens en leur accordant leur propre grenier à sel, alors qu’ils dépendaient jusque-là de Montrichard. Cette première chambre à sel, qui se situait au Petit Fort, fut cependant détruite en août 148512. La même année, le roi cédait une parcelle de terrain au Petit Fort13, sur l’ancien mur de séparation avec la ville, soit approximativement là où se tenaient les halles de Cauchinart, désormais détruites, pour construire la maison de ville (fig. 3). Cette parcelle (no 1614 section A, 2e partie du plan cadastral de 1808) sur laquelle fut rebâti l’hôtel de ville en 1775 est encore répertoriée comme « mairie » sur un plan d’alignement de 183414 (fig. 4). Une gravure du XIXe siècle présente également l’emplacement de l’hôtel de ville15 (fig. 5). Quant au grenier à sel qui devait prendre place ultérieurement au rez-de-chaussée de la maison de ville, il fut installé pour un temps au rez-de-chaussée de la maison du seigneur des Arpentiz (18 rue de la Concorde) (fig. 3 et 6) que la ville loua durant onze mois16 en attendant la construction de la maison de la ville.

Fig. 4 > Amboise, détail du plan d’alignement no 10 de 1834 [© L. Gaugain].

Fig. 5 > Amboise, gravure du XIXe siècle de l’hôtel de ville [© BnF, Va 37, tome I, Recueil. Topographie de la France. Département de l’Indre-et-Loire].

Fig. 6 > Amboise, le 18 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

L’HÔTEL DE VILLE

  • 17 Ibid., f° 43ro : « Plus a esté payé par ledit receveur pour le bastiment de la maison de la ville d (...)
  • 18 AC Amboise, CC : première mention de la maison de ville en juin 1485 : « A honorables hommes, Alixa (...)
  • 19 AC Amboise, CC 106, f° 29v°.
  • 20 Ibid., fos 17 à 19, 24 et 25.
  • 21 Ibid., f° 43r°.
  • 22 Si cela n’avait pas été le cas, on aurait commandé des moellons et non des quartiers de pierre prêt (...)
  • 23 AC Amboise, CC 122, f° 38r° : réparation de la couverture en 1506.
  • 24 Salle où la confrérie Saint-Nicolas avait le droit de se rassembler.
  • 25 « Trillicees » : AC Amboise, CC 109, 1494, f° 31r°.
  • 26 AC Amboise, CC 110, f° 38r° : « ung huys enchassillé mis a l’entree de la galerie de la maison de l (...)
  • 27 Garrigou Grandchamp Pierre, « L’architecture civile urbaine » dans Art et société en France au XVe (...)
  • 28 AC Amboise, CC 112, f° 31v° : en juin 1497, on achète des clous pour entre autre « la clouaison d’u (...)
  • 29 Ibid., CC 113, f° 32r° ; février 1497 : « a esté mis a l’uisserie de la garde-robe de la maison de (...)
  • 30 Ibid., CC 107, f° 25r° : en novembre 1488, Jehan Chereau, couvreur, recouvrit « ou les maçons avoie (...)
  • 31 Les latrines semblent emprunter un conduit ménagé dans le mur comme celui des cheminées. Au manoir (...)
  • 32 Gaugain Lucie, Amboise, ville « Royale » : maisons et hôtels des XVe et XVIe siècles, Lyon, 2010, 7 (...)
  • 33 AC Amboise, CC 106, fos 30v°-31r° : « fait et paint ung ymaige saint Michel qui est assis au bout d (...)

7Le chantier de la maison de ville n’est que partiellement documenté par les comptes car la confrérie Saint-Nicolas prit en charge une part non négligeable des dépenses, soit 163 ℓ., 12 s., 1 d. t., dont le détail fut consigné dans un registre à part17. Les archives nous éclairent cependant sur deux points : ses dispositions et son maître d’œuvre. Elle fut construite rapidement : débuté en 148518, le gros œuvre devait être terminé à la fin de l’année 1487 puisque l’on rétribuait le charpentier, Estienne Lostellier, « pour avoir fait le devis de la charpenterie de la maison de la ville et pour avoir visité ladicte charpenterie apres qu’elle a esté levee19 ». Aux deniers versés par la confrérie, s’ajoutèrent 135 ℓ. t. consacrés à l’achat des pierres ainsi qu’au paiement des maçons20, manœuvres, charretiers et couvreurs21. Au début de l’année 1488, on travaillait au second œuvre, notamment aux torchis et à la sculpture. Les travaux d’entretien opérés sur la maison de ville au cours des années suivantes permettent de restituer approximativement ses dispositions. Disposée sur une parcelle traversante, elle s’élevait sur quatre niveaux et était construite en pierre de taille22 et couverte d’ardoises23 ; l’un de ses pignons donnait sur la Loire et l’autre sur la rue Blezienne. Le grenier à sel installé au rez-de-chaussée, dans une salle voûtée, était surmonté d’un premier étage planchéié où se trouvaient, côté rue, la salle du Conseil24 et, côté Loire, la cuisine. Six fenêtres − ne correspondant probablement pas à la totalité des baies − étaient garnies de grilles ou de barreaux25. Une galerie, plusieurs fois restaurée26, employée sans doute pour les harangues publiques jouait le même rôle que les balcons et oriels d’Arras (Pas-de-Calais) ou de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône27). Au second étage, prenait place un logis avec chambres28 et garde-robe29. Les combles chauffés30 étaient pourvus de latrines31. L’édifice, apparenté par l’usage de la pierre de tuffeau et de la couverture d’ardoise aux hôtels particuliers de la ville32, se détachait d’un niveau au-dessus de la masse du bâti en pan-debois couvert de tuiles. Côté Loire, une statue de saint Michel − sous lequel Louis XI avait placé cet ordre de chevalerie fondé à Amboise en août 1469 − peint d’or et d’azur, aux couleurs du roi, soulignait sa symbolique33.

  • 34 Il furent rétribués chacun de 3 ℓ. t. ; AC Amboise, CC 105, f° 18v° : « Honnorables hommes Alixandr (...)
  • 35 Parmi les ouvriers travaillant également au château : Gacian Fordebraz (FSL, Compte de construction (...)

8Parmi les responsables chargés de la maîtrise d’ouvrage figuraient Alixandre Blandin, Jehan Gandion Lesné et Pierre Joussier34. Le premier, Alixandre Blandin, receveur ordinaire, était un homme de confiance de Charles VIII, ses décisions touchant la maison de ville devaient donc peser d’un poids particulier ; les deux derniers se rencontrent fréquemment dans les comptabilités comme receveurs, élus, mais aussi marchands et notaires. Parmi les dix-sept artisans mentionnés sur ce chantier entre 1485 et 1487, dix se rencontrent aussi sur celui du château en 1495-149635. Ainsi, pour certains d’entre eux, attirés entre 1463 et 1474 par les travaux conduits sous Louis XI, la construction de la maison de ville dut constituer une étape avant l’ouverture du grand chantier de Charles VIII.

LA PORTE DU PONT

  • 36 Ibid., CC 109.
  • 37 Ibid., BB 33, f° 13, 1738 : la porte et sa tour disparut au début du XVIIIe siècle. Elle est connue (...)
  • 38 Ibid., CC 110, f° 27r° : « pour une clouaison de menuiserie, un hostevent et deux huys pour faire l (...)
  • 39 La couverture avait été restaurée à la demande de Louis XI en 1473 (AC Amboise, CC 96, f° 11r°). Ce (...)
  • 40 On décompte ainsi 7 maçons, dont certains travaillent aussi au château en 1495-1496 − Jehan Dupont, (...)
  • 41 Prenons pour exemple, parmi tant d’autres, les salaires de Louis Amangeart, maître maçon en 1503, t (...)
  • 42 Cailleaux Denis, La cathédrale en chantier. La construction du transept de Saint-Étienne de Sens d’ (...)
  • 43 On décompte quelques 1 010 quartiers de pierre de Bourré, 125 quartiers de pierre de Limeray, 6 qua (...)
  • 44 AC Amboise, CC 110, f° 30r° ; achat à Jehan Billault et Pierre Aucheron en novembre 1494 : « pour e (...)

9L’organisation des deux chantiers édilitaires qui suivirent, strictement contemporains du chantier du château, est plus explicite. En 1494, débuta la reconstruction de la porte du Pont36, ouvrage situé en tête des ponts de pierre37 (fig. 2). Il s’agissait d’une tour polygonale d’une dizaine de mètres de diamètre, fermée d’un pont-levis, d’une barrière et défendue par des canonnières en partie basse. Deux tourelles d’escalier en vis menaient à deux chambres occupant le premier étage et l’une d’entre elle se poursuivait par une autre vis desservant la terrasse sommitale où se faisait le guet38. On récupéra sans doute la charpente de la tour primitive qui gagna ainsi un niveau39. Parmi les dix-neuf ouvriers, marchands et artistes attestés sur ce chantier, sept travaillaient également au château en 1495-149640 avec des salaires pratiquement équivalents41. Il ne faut pas voir dans leur embauche par la ville une quelconque exigence royale, car l’organisation même du monde ouvrier médiéval imposait à la main d’œuvre de trouver du travail quasiment au jour le jour42. Le chantier dura deux ans, mais dès 1495 commençait la construction de la tour de l’Horloge et les achats de matériaux furent alors souvent regroupés (fig. 7), rendant impossible la quantification des matériaux livrés pour chacun des édifices. En 1494 et 1495, aux achats de pierre de taille pour la porte du Pont s’ajoutèrent 17 000 grosses briques43, matériau qu’on avait utilisé antérieurement au château. Enfin, 1 800 ardoises fines servirent à couvrir les deux tourelles de la porte44.

  • 45 Ibid., CC 96, f° 11r° : « A feu Gilles Martin, plombeur, la somme de treze livres tournois pour avo (...)
  • 46 Ibid., CC 110, f° 21r°.
  • 47 Ibid., CC 112, f° 25v° : « A Anthoine Bryant, paintre et ymagier, 12 ℓ. t., pour avoir fait taillé (...)
  • 48 Ibid., AA 2, lettres patentes de Louis XI exigeant le nettoyage régulier de la rivière de la Masse, (...)

10Tout porte à croire que cette construction répondait à une demande royale. Déjà, en 1473, la couverture avait été déposée et reposée à la demande expresse de Louis XI, et ornée de deux panneaux de plomb sur lesquels se dressaient deux épis45. En janvier 1496, un épi était posé sur la tour46 et, en août 1497, un dernier détail était apporté à l’ouvrage : Anthoine Bryant, peintre et « ymagier » déjà attesté sur le chantier, apposa les armes du roi au-dessus de la porte47. Il ne fut pas directement rémunéré par la ville mais par les trois maîtres-maçons du château – Colin Byart, Guillaume Senault et Loys Amangeart – qui en furent chargés par Charles VIII. Ainsi, tout comme Louis XI au portail du Port, Charles VIII faisait timbrer de ses armes l’entrée de ville48.

Fig. 7 > Amboise, la tour de l’Horloge, façades nord et sud depuis la rue Nationale [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanowicz].

LE BEFFROI

  • 49 Ibid., CC 110, f° 22v°.

11Enfin, la construction de la tour de l’Horloge, qui débuta en mars 1495 et se prolongea jusqu’en décembre 150249, complètera notre tableau des chantiers de la ville. La tour de l’Horloge ou « beffroi » fut édifiée à l’aplomb de la porte de la première enceinte urbaine, l’ancien « moulin de l’Aumosne » (aujourd’hui au 14 rue Nationale) (fig. 1). De plan quadrangulaire (7,8 × 8,7 m), elle s’élève sur 25 m de haut (fig. 7 et 8). Le niveau inférieur de la tour – c’est-à-dire le passage couvert d’une voûte en berceau brisé datant sans doute du XIVe siècle – fut conservé (fig. 9) – et on éleva deux étages, desservis par une tourelle d’escalier, occupés par des chambres chauffées (fig. 10). Ces dernières sont éclairées à l’est, côté château, de fenêtres à croisée et à l’ouest, côté faubourg, de demi-croisées, toutes ornées de baguettes quadrangulaires et prismatiques.

Fig. 8 > Amboise, plans et relevés de la tour de l’Horloge avant restaurations, d’après les dessins du service des Monuments historiques, 1880 [© L. Gaugain].

  • 50 Ibid., CC 110, fos 24v°-25r° ; mars-avril 1494 : « A Jacques Bonnevie, perrier de Beaulieu pres Loc (...)
  • 51 FSL, compte de construction du château d’Amboise de 1495-1496, f° 119v° : « A Jacques Bonnevie perr (...)
  • 52 AC Amboise, CC 110, f° 25r°-v° ; les maçons en question sont : Berthelin Crestien parfois nommé Ber (...)
  • 53 Ibid., f° 26r° : « A Jacques Bonnevie, perrier de Beaulieu pres Loches, […] pour seize marches de p (...)
  • 54 Ibid., f° 30v°.
  • 55 Ibid., f° 33v° ; Estienne Patin, perrier de Lussault : « Deux cens de pierres dudit lieu pour mectr (...)
  • 56 Ibid., f° 31r°.
  • 57 Ibid., f° 32r°.
  • 58 Ibid., f° 35v° ; Jehan Pertuys dit Cannis, tuilier, juillet à septembre 1495 : « sept milliers et d (...)
  • 59 Ibid., CC 110, f° 36v°.
  • 60 Ibid., f° 22-35.

12La pierre de Bourré, la pierre de Lussault et celle de Malvau furent employées pour les parements en moyen appareil. Les quarante-deux marches de la tourelle furent commandées à la carrière de Beaulieu près de Loches, à Jacques de Bonnevie50 qui, au château, fournit la pierre de La Ronde pour les marches51. La technique de mise en œuvre adoptée pour la vis est particulière : l’épaisseur du mur se limite à celle d’un parpaing de pierre de taille, les marches formant noyau étant visibles en façade, ce qui permit de réduire la dépense et de gagner du temps (fig. 7). Ces marches furent taillées en mai 1495 par cinq maçons, dont trois travaillaient également au château comme tailleurs de pierre52. Au mois de juin, on commandait au même « perrier », une marche aux dimensions spéciales, pour faire un palier (« patin53 »). À la même date, deux « perriers » de Saint-Aignan fournirent « ung appareil de chemynee, cinq pierres de parpains et cinq blotz et demi ». En juillet et en août 1495, l’étiage de la Loire devait être particulièrement bas car 100 quartiers de pierre de Bourré à Bléré54 furent transportés en charroi, ce qui coûta pour le seul transport 4 ℓ., 3 s., 4 d. t. soit près de la moitié du prix de la pierre dont le cours était, cette année-là, à 9 ℓ., 5 s. t le cent. Ce coût explique peut-être que jusqu’à la fin de l’été, on eut recours à la pierre de Malvau ou de Lussault55, dont les carrières n’étaient qu’à 5 km d’Amboise. Le cent de quartiers y était bien meilleur marché revenant, transport inclus, à 6 ℓ. t. pour l’une et à 7 ℓ., 13 s., 4 d. t. pour l’autre. En septembre, on compléta la vis de vingt-sept marches de pierre des carrières de Beaulieu près de Loches56. Puis, la pierre de Bourré fut de nouveau achetée, mais en moindre quantité : sept quartiers, puis soixante-deux pierres57. La brique employée pour les hottes de cheminée des chambres de la tour est mentionnée à partir de l’été 149558 (fig. 10). Les 13 dernières marches de la vis furent achetées en novembre 149559. Enfin, en 149660, les commandes de pierres se répartirent à nouveau entre Bourré, Malvau et surtout Lussault.

Fig. 9 > Amboise, vue de détail de la liaison entre le soubassement du XIVe et la surélévation du XVe siècle de la tour de l’Horloge [© L. Gaugain].

Fig > 10. Amboise, vue et détail de la cheminée du deuxième étage de la tour de l’Horloge [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 11 > Amboise, vue de la charpente de la tour de l’Horloge [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

  • 61 FSL, Compte de construction du château de 1495-1496, f° 77v° et 138v°.

13En 1497, le paiement de la charpente (fig. 11) de l’édifice est accompagné d’une description précise mais ne comporte malheureusement pas de date. Pierre Cathe, charpentier des plus actifs sur les chantiers urbains entre 1466 et 1505, rétribué pour six et sept journées au cours des deux premiers rôles du chantier du château cette même année61, perçut :

  • 62 AC Amboise, CC 112, fos 23vo-24r°.

140 ℓ. t. pour avoir fait en l’annee de ce present compte la charpenterie mise sur le portal estant pres le molin de l’Aumosne en cete dite ville, pour mectre une orloge que les habitans d’icelle ont intencion faire, laquelle charpenterie est a deux estaiges de soliveaux portans sur corbeletz et longiés et le comble fait a sept quartiers portant les chevrons sur les soliveaux dudit segond estaige a doubles sablieres garny d’entrez, jambetes et esseliers avecques la lenterne a mectre la cloche faicte sur six posteaux de chascun 24 piez de long garniz de croix Saint André et clervoys. Et aussi pour avoir fait la charpenterie du pavillon de la viz faicte pour monter aux chambres dudit portal […]. Ledit Cathe sera tenu de lever la cloche de ladicte orloge et asseoir les monstres d’icelle aux deux lucanes qui pour ce ont esté faictes a la charpenterie et parachever le tout selon le marché et devis fait avecques luy […].62

  • 63 Ibid., CC 115, f° 13r° ; mai 1500 : Jehan Royer vendit à la ville 37 cloux « chevilles », 50 cloux (...)

14Sur un plan légèrement rectangulaire (onze fermes sur les longueurs et neuf sur les largeurs), les quarante fermes de la charpente à chevrons-formant-fermes couvrant un comble en pavillon (fig. 7 et 8) sont séparées d’un entraxe de 55 cm en moyenne et s’organisent autour d’une cage hexagonale portant le clocheton. Les six poteaux de la cage sont reliés entre eux par des entretoises et des croix de Saint-André. Cette cage fait ainsi office d’enrayure. Tandis que les onze fermes des longueurs − les côtés perpendiculaires à la rue Nationale − reposent sur des entraits, les neuf fermes des largeurs reposent sur des blochets. L’ensemble des fermes prend appui sur deux sablières posées le long des murs de l’édifice et des jambettes sont assemblées à la base des arbalétriers. Aux niveaux de la première enrayure, installée au tiers de la hauteur de la cage centrale, et de la seconde enrayure, située au deux tiers de la même hauteur, les fermes se trouvent tangentes aux entretoises assemblant les poteaux centraux entre eux. Un aisselier décharge l’angle formé par les deux pièces. Enfin, tandis que les arbalétriers rejoignent au-dessus de l’enrayure supérieure les 4 arêtiers assemblés en tête au centre de la cage, les six poteaux montent depuis le sol du comble de l’édifice jusqu’à la base du clocheton qui est couvert d’un petit toit hexagonal (fig. 7). Le lanternon sommital ne reçut toutefois sa couverture qu’en 150063.

  • 64 Dans le compte d’ameublement du château de 1493-1494, avec Quinerit et Mathurin Thibault, menuisier (...)
  • 65 Ibid., CC 200, f° 31.
  • 66 Ibid., f° 3 ; avril 1498 : « pour 2 milliers grosses bricques […] pour 3 milliers et demy carreaux (...)
  • 67 Ibid., f° 2 ; 28 may 1498 : « Pour deux quartiers de pierres […] des perrieres dudit Saint Aignen [ (...)
  • 68 Ibid., f° 4 ; avril-juin 1498 : « pour parachever de haulsser les cheminees de la tour sur laquelle (...)
  • 69 Ibid., CC 111, f° 28v°.
  • 70 Loiseau de Grandmaison C., « Compotus particularis… », op. cit., p. 289, 290-291 et 300.
  • 71 FSL, Compte de construction du château de 1495-1496, fos 91r° et 156v°.

15Durant l’année 1497, les travaux de menuiserie furent réalisés par Estienne Perrin, employé au château en 1493-149464. La mention d’« ung huis fort mis ou hault dudit portal pour entrer ou sera mise l’orloge » pourrait correspondre à l’une des portes particulièrement épaisses équipée de plusieurs verrous65 (fig. 12). Si le gros œuvre semble achevé dès la fin de l’année 1496, des matériaux (briques, carreaux et pierres) furent encore commandés en 1497 et 149866. La grosse brique fut employée, comme précédemment, aux cheminées, et la pierre de Saint-Aignan pour les croisées67. Enfin, le comble, isolé par un torchis, fut enduit et carrelé68. Furent ainsi mis en œuvre un minimum de 1 125 quartiers de pierre de Lussault, 854 quartiers de pierre de Bourré, 516 quartiers de pierre de Malvau, 25 quartiers de pierre de Limeray, 2 quartiers de pierre de Saint-Aignan, 9 500 grosses briques, 41 pippes de chaux, matériaux conduits par 687 tours de charroi depuis les bords de Loire. Parmi la corde achetée cette année-là, certaines longueurs furent employées à la tour de l’Horloge69. Les modèles pour les tailleurs furent réalisés en juin 1495 par Jehan Prunelle, menuisier travaillant au château en 149370 et 149571, qui confectionna :

  • 72 AC Amboise, CC 110, f° 34r°-v°.

Six paneaulx de boys pour servir a faire les moules pour les maçons pour besoigner a ladite tour dont en y a quatre d’un pié de large et ung pié de long et deux de deux doies de large et de deux piez de long […].72

Fig. 12 > Amboise, vue de la porte ferrée du 2e étage de la tour de l’horloge et détail de son verrou [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

  • 73 Ibid., f° 38r°.
  • 74 En 1483, il ferre le cercueil de bois de Charlotte de Savoie de chevilles de fer, crampons, goupill (...)
  • 75 FSL, Compte de construction du château de 1495-1496, fos 88r°, 160r° à 162r° et 275r°.
  • 76 AC Amboise, CC 110, fos 38v°-39r° : 959 pointes de marteaux furent reforgées.
  • 77 Ibid., f° 37v° ; commande à Jehan de Sorges d’une « roue pour servir aux ouvriers qui ont besoigné (...)
  • 78 Ibid., f° 27r°.
  • 79 Ibid., f° 33r° : « ung gros cable poisant 39 livres […], 17 livres d’autre corde, […] huit toises d (...)

16En août, Estienne Perrin fournit encore aux maçons trois gabarits ainsi qu’un niveau (« lyveau ») et une fausse équerre (« sauterelle73 »). Dans le même temps, Martin Mennau, serrurier – actif de 1475 à 1504 et qui réalisa les ferrures du cercueil de Charlotte de Savoie en 148374, ainsi que la majeure partie des ferrures destinées aux appartements du logis des Sept Vertus en 149575 – fabriqua « six serres de fer pour rompre les murailles de la veille tour pres le molin de l’Aumosne76… ». Une roue77, restaurée en juin 1495 (sans doute un écureuil servant à monter les pierres) fut d’abord utilisée mais, en juin 1496, un charretier, amena depuis Suiray un nouvel « angin pour monter les pierres sur la tour dudit portal78 » ; un gros câble étant fourni au début de l’automne suivant79.

  • 80 FSL, Compte de construction du château d’Amboise de 1495-1496, f° 70v°.
  • 81 AC Amboise, CC 110 ; les maçons ayant travaillé sont : Mathurin Riviere, Guyon De Guymené, Jehan Bo (...)
  • 82 AC Amboise, CC 111 : les maçons y ayant travaillé sont Mathurin Riviere, Mathurin Brenyn, Jehan Bel (...)
  • 83 Hamon Étienne, Un chantier flamboyant et son rayonnement. Gisors et les églises du Vexin français, (...)

17Le chantier fut dirigé, mais uniquement d’août à novembre 1495, par le maître-maçon Berthelot Crestien, qui travailla également au château comme tailleur de pierre à la tâche entre octobre et décembre 149580. En moyenne, quatre à dix maçons − dont quatre œuvraient simultanément au château81 − et cinq à six manœuvres travaillaient sous ses ordres. Par la suite, il ne fut pas remplacé comme maître-maçon et l’équipe demeura la même. Aussi peut-on se demander si son intervention ne se limita pas à la conception d’ensemble du projet et au tracé des gabarits pour les moulures et les modénatures. En 1496, on ne compte plus que six maçons et quatre manœuvres et le renouvellement de la main-d’œuvre est plus important qu’auparavant82. À partir de l’hiver 1495, le chantier devait donc être suffisamment avancé pour ne plus avoir besoin de la présence du maître-maçon qui pouvait être actif sur un autre chantier. Étienne Hamon a relevé ce type d’organisation sur le chantier de l’église de Gisors au début du XVIe siècle83.

  • 84 AC Amboise, CC 110, f° 22v°.
  • 85 Ibid., CC 118, f° 29v°, novembre 1503 : Pierre Cathe, charpentier, « Faire la charpenterie de la to (...)
  • 86 Ibid., CC 200 ; ibid., f° 6, juillet 1498 : « Quatre banieres esquelles sont imprimees les armes du (...)
  • 87 Ibid., f° 7, juillet 1498. L’âme de bois « trop gresle » de l’un des épis de faîtage fut renforcée (...)

18Dès 1494, les comptabilités précisaient que « la ville a l’intencion faire mectre une grosse orloge84 ». Aussi, la charpente en pavillon avait-elle été conçue pour recevoir un beffroi de charpente qui permettrait de hisser la cloche dans le lanternon (fig. 11) : l’horloge y fut posée en 150385. Les ornements du toit furent enfin posés au cours de l’été 1498 : les armes royales86 furent peintes sur les bannières appendues sur quatre épis peints et blanchis87.

  • 88 Sur les beffrois et les hôtels de ville de la fin du Moyen Âge, voir Delrue Laure, Beffrois et hôte (...)
  • 89 Hamon É., Un chantier flamboyant…, op. cit., p. 132.
  • 90 Garrigou Grandchamp P., « L’architecture civile urbaine », op. cit., p. 70-71.

19La construction d’un « beffroi » révèle la même volonté d’affirmer le pouvoir urbain que celle de la maison de ville. Au XVe siècle, l’érection de beffrois comme un élément d’apparat88 devint courante dans les villes. La région du Nord en conserve les plus beaux exemples tels Douai (1387-1410), Béthune (1388-1390) ou Bergues (XVe siècle). Dans les petites villes, il est courant qu’il constitue le principal monument public ; c’est le cas de Gisors (1497, Eure)89, Moulins (Allier), Saint-Fargeau (Yonne), Avallon (Yonne) ou Dreux (Eure-et-Loire)90. Ainsi, en remployant une ancienne tour de l’enceinte, la ville d’Amboise reprenait à son compte la symbolique de la tour seigneuriale.

  • 91 AN, Compte de l’argenterie de Louis XI de 1465, KK 65, fos 139-140 et compte de l’argenterie de Cha (...)
  • 92 Ibid., CC 78, f° 11r° (première apparition dans les comptes de la ville en 1452) et BB 1, f° 16v°, (...)
  • 93 Ibid., CC91, 17 : payé le dernier jour de janvier 1469 pour un travail effectué entre le 5 août 146 (...)
  • 94 Ibid., BB2, 1 : dernier jour de novembre 1464.
  • 95 Ibid., BB1, 16 : 5 mai 1465.
  • 96 Aujourd’hui seul le compte de 1495-1496 est conservé au château d’Amboise, mais les notes infra-mar (...)
  • 97 Joseph de Croÿ, Nouveaux documents pour l’histoire de la création des résidences royales des bords (...)
  • 98 AC Amboise, CC 85, f° 11v° [6 avril 1465 (n. st.)].
  • 99 AN, KK fos 68, 81-82 et 112v°.
  • 100 AC Amboise, CC 207, f° 59, 18 février 1507 (n. st.) : « par davant nous, Raymond de Dezest, seigneu (...)
  • 101 FSL, Compte de construction du château de 1495-1496, fos 2 à 4.

20Amboise restait cependant une petite ville sous influence royale, dont les réalisations, quoique modestes, bénéficièrent du moteur des chantiers royaux. Si les habitants, élus ou administrés, affirmaient ainsi leur appartenance à une communauté naissante et leur autonomie financière, le contexte fut aussi celui de la montée en puissance d’une bourgeoisie enrichie au service de l’État. Ainsi Jehan Morin, marchand et élu, fut le premier à tirer profit de l’installation de Louis XI et Charlotte de Savoie au château91 et, dès 146592, donna de son temps à la ville pour mener à bien les travaux exigés par Louis XI en vérifiant les comptes93, en participant à hauteur de six écus au cadeau de bienvenue de Jean Bourré94, ou en inspectant les travaux de la ville avec les hommes de métier95. Son fils, Pierre Morin, accéda à la fonction de trésorier de France sous Charles VIII et Louis XII (1498-1515) et, entre autres demeures, fit construire à Amboise vers 1500, l’hôtel Morin (fig. 13). Alixandre Blandin géra les fonds de la maison de ville puis se vit confier par Charles VIII le compte des travaux du château96 ; son fils hérita de sa charge après 150297. Enfin, Raymond de Dezest, béarnais, couturier de son état98, à Amboise en 1465, devint tailleur des robes de Charlotte de Savoie99, puis fut nommé bailli d’Amboise100 et assuma l’entière gestion du chantier royal d’Amboise. « Conseiller et tresorier de France », il était rétribué pour « ses peines et labeurs qu’il a cy devant eues et prins chacun jour pour le fait et conduicte des grans et simptueux ediffices et bastimens que fait et a intencion faire icelluy seigneur en son chastel d’Amboise » de 20 ℓ. t. par mois en 1496 puis de 40 ℓ. t., soit 480 ℓ. t. par an101.

Fig. 13 > Amboise, vue de l’hôtel Morin [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanowicz].

Notes

1 Comptes de la ville conservés avec quelques années manquantes et commençant en 1421 (AC Amboise, CC 71).

2 Couvrant la période 1421-1436, le premier compte témoigne d’une gestion encore hasardeuse des comptabilités qui s’améliora par la suite.

3 Cet impôt accordé par Charles VII en 1422 (ibid., CC 72, f° 6v°) fut renouvelé en 1432 par lettre patente (ibid., CC 1). Il y est stipulé que l’apetissement doit être « emploi[é] es reparacions et mises choses necessaires de ladicte ville et des ponts d’icelle ». Le soutien de Charles VII était donc bien plus qu’une simple reconnaissance de la communauté urbaine, car la concession des impôts leur donnait les moyens concrets de se fortifier. Louis XI, Charles VIII et les rois suivants ne revinrent jamais sur ce privilège. Cependant, Amboise ne disposa pas d’un véritable maire avant le règne d’Henri II (1547-1559), c’est-à-dire un maire en robe courte, deux élus chargés des finances, douze conseillers et un receveur des deniers communs.

4 Le premier compte de la ville (ibid., CC 71) répertorie une recette de 600 ℓ. t. mais sur 15 ans.

5 Ibid., CC 102, f° 16r°. Les halles se trouvaient à cheval sur la ville et le « Petit Fort faubourg » ; ce dernier constituait un ancien faubourg gérant de manière autonome l’entretien de son enceinte).

6 Ibid., CC 101, f° 13v°.

7 Ibid., f° 16v°.

8 Ibid., CC 101, f° 13v°.

9 Ibid., CC 102, fos 16v°-17r°; juin 1480.

10 Ibid., CC 199, f° 34 ; quittance et mandement du 2 mai 1486 concernant la vente des matériaux.

11 Ibid., AA 130, fos 48 et 49, 1483.

12 Ibid., CC 198, f° 25.

13 Ibid., CC 105, f° 13v° : « Au receveur de la recette ordinaire d’Amboise pour la place nouvellement prinse du roy ou de present est la maison de la ville en laquelle est le grenier a sel et aussi la maison Robert Goullet, a esté paié par ledit receveur, la somme de 40 s. t. a quoi ledit seigneur a baillé lesdites places payable au terme de Noel et Saint Jean-Baptiste par moitié… ».

14 AD Indre-et-Loire, 3P2 003, section A, 2e partie, parcelle no 1614 et AC Amboise, Plan d’alignement no 10, dressé par Chasteigné, architecte de la ville d’Amboise, le 1er novembre 1834 à Saint-Denis-Hors.

15 BnF, Est. Va-37(1)-Fol, Microfilm H125737, Vue du château d’Amboise, lithographie, XIXe siècle.

16 AC Amboise, CC 106, f° 41r° : location depuis la fête Notre-Dame de la Chandeleur 1487 (n.st) jusqu’à Noël 1487.

17 Ibid., f° 43ro : « Plus a esté payé par ledit receveur pour le bastiment de la maison de la ville du temps qu’il a esté receveur, non compris les mandemens ainsi qu’il appert par son papier certiffié des esleuz et de Pierre Jossier la somme de : 163 ℓ. 12 s., 1 d. ob.t. ». Le registre en question n’a pas été retrouvé.

18 AC Amboise, CC : première mention de la maison de ville en juin 1485 : « A honorables hommes, Alixandre Blandin, Jehan Gaudron Laisné et Pierre Joussier, commis de par les habitans de ladite ville et freres de la confrarie de la Concepcion Notre Dame et Monseigneur Saint Nicollas dudit lieu au bastimens de la maison que lesdits habitans et freres de ladite frarie ont ordonné estre faicte ensemblement es places du Petit Fort pour servir aux choses necessaires de ladicte ville et frarie, la somme de Cent livres tournoys pour pour [sic] mectre et employer avecques semblable somme que les tresoriers de ladicte frarie seront tenuz baillez audsits commis au bastiment de ladicte maison ainsi que en l’assemblée faicte desdicts habitans et freres de ladicte frarie, a esté appoincté et ordonné comme appert par les mandemens et quictance signée desditcs Blandin, Gaudron et Joussier dattee du 6e jour de juing mil 485, pour ce ladicte somme de 100 ℓ. t. »

19 AC Amboise, CC 106, f° 29v°.

20 Ibid., fos 17 à 19, 24 et 25.

21 Ibid., f° 43r°.

22 Si cela n’avait pas été le cas, on aurait commandé des moellons et non des quartiers de pierre prêts à être employés.

23 AC Amboise, CC 122, f° 38r° : réparation de la couverture en 1506.

24 Salle où la confrérie Saint-Nicolas avait le droit de se rassembler.

25 « Trillicees » : AC Amboise, CC 109, 1494, f° 31r°.

26 AC Amboise, CC 110, f° 38r° : « ung huys enchassillé mis a l’entree de la galerie de la maison de ladite ville ».

27 Garrigou Grandchamp Pierre, « L’architecture civile urbaine » dans Art et société en France au XVe siècle, sous la direction de Prigent Christiane, Paris, 1999, p. 59-80, plus particulièrement p. 73.

28 AC Amboise, CC 112, f° 31v° : en juin 1497, on achète des clous pour entre autre « la clouaison d’une des chambres de la maison de la ville ».

29 Ibid., CC 113, f° 32r° ; février 1497 : « a esté mis a l’uisserie de la garde-robe de la maison de ladite ville ».

30 Ibid., CC 107, f° 25r° : en novembre 1488, Jehan Chereau, couvreur, recouvrit « ou les maçons avoient descouvert tant a faire passez les chemynees de ladicte maison et retraiz d’icelle que a chaffauder pour faire lesdites choses ». Ibid., CC 124, f° 44r° ; septembre 1511 : « Avoir adjusté une piece de boys es greniers a blé de la maison de ladite ville pour tenir les carreaux […] et adjuster ung ays sur les retraitz estans esdits greniers ».

31 Les latrines semblent emprunter un conduit ménagé dans le mur comme celui des cheminées. Au manoir de la Tousche (Nantes), les conduits de latrines sont installés dans les murs de refend. Faucherre Nicolas, « Nantes. Le manoir de la Tousche et l’hygiène au logis », Bulletin monumental, t. 168-II, 2010, p. 179-182.

32 Gaugain Lucie, Amboise, ville « Royale » : maisons et hôtels des XVe et XVIe siècles, Lyon, 2010, 73 p.

33 AC Amboise, CC 106, fos 30v°-31r° : « fait et paint ung ymaige saint Michel qui est assis au bout du pignon de la maison de ladite ville […] et fourny la pierre dont a esté faict ledit ymaige et toutes autres mataires necessaire a ladicte painture, tant or, azur, huilles que autres choses ».

34 Il furent rétribués chacun de 3 ℓ. t. ; AC Amboise, CC 105, f° 18v° : « Honnorables hommes Alixandre Blandin, Jehan Gaudron Laisné et Pierre Joussier, commis de par les habitans de ladite ville et freres de la confrarie de la concepcion et monseigneur Saint Nicollas fondee en l’eglise monseigneur saint Florentin dudit lieu, au bastiment de la maison que lesdits habitans et freres de la frarie ont ordonné estre faicte ensemblement es places du Petit Fort pour servir aux choses necessaires de ladite ville et frairie ».

35 Parmi les ouvriers travaillant également au château : Gacian Fordebraz (FSL, Compte de construction du château de l’année 1495-1496, fos 37r°, 103r° et 172v°), Colin Byart (ibid., 1495-1496, fos 32v°, 98v°, 169r° et 229v°), Jehan Sampon (ibid., fos 110r°, 178r° et 237r°), Jehan Lequin, Jehan Dupont, Jehan Salmon et Colas Habert (ibid., fos 33r°, 99r°, 169v° et 229v°), tous maçons ; Yvon Peniglou, Raymond Guesmant et Pierre Bordebure (ibid., fos 199v°-200r°), manœuvres ; Estienne Patin (ibid., fos 63, 125, 200 et 278v°), « perrier » ; Jehan Bernard (ibid., f° 85v°) et Mathelin Quinerit, charretiers ; Jehan Bauhardi, couvreur ; Jehan De Benoist(ibid., fos 86r°, 148r° et 269r°), « bozilleux » ; Martin Mennau (ibid., fos 88r°, 160r° à 162r° et 257r°), serrurier ; et enfin, Antoine Briant (ibid., fos 79r°, 142v°, 209r° et 264r°), peintre et « ymagier » (ibid., CC 106, fos 43r° sq.).

36 Ibid., CC 109.

37 Ibid., BB 33, f° 13, 1738 : la porte et sa tour disparut au début du XVIIIe siècle. Elle est connue par les vues de Lambert Doomer (1646).

38 Ibid., CC 110, f° 27r° : « pour une clouaison de menuiserie, un hostevent et deux huys pour faire la separacion des deux chambres estans ou portal de dessus lesdits ponts ».

39 La couverture avait été restaurée à la demande de Louis XI en 1473 (AC Amboise, CC 96, f° 11r°). Cette même année 1494, les charpentiers Estienne Lostellier et Robin Rousseau touchent à peine plus de 46 ℓ. t. À titre comparatif, la charpente de la tour de l’Horloge coûta plus de 140 ℓ. t. en 1495 (AC Amboise, CC 109, f° 30r°).

40 On décompte ainsi 7 maçons, dont certains travaillent aussi au château en 1495-1496 − Jehan Dupont, Jehan Sampon (FSL, Compte de construction du château de l’année 1495-1496, fos 110r°, 178r° et 237r°), Mathurin Dupont, Philipoin Girault (FSL, Compte de construction du château de l’année 1495-1496, f° 108v°), Jehan de la Lande, Mathurin Longuet (FSL, Compte de construction du château de l’année 1495-1496, fos 45v°, 110v°, 129v°, 179v° et 238v°) son serviteur et Simon Tatineau (FSL, Compte de construction du château de l’année 1495-1496, fos 134, 174v° et 257v°) − et 5 manœuvres − Martin Vee, Guillaume Cosset, Anthoine Querart, Colin Proust, Guillaume Duboys. La ville fit régulièrement appel aux services d’un charretier, Pierre Poysier, pour acheminer les matériaux, notamment la pierre de Bourré depuis Bléré. Un « seillier », Philipoin Pitroye, fournit les seaux, 2 marchands, Jehan Breguin et Colin Asselin, les pelles, et 1 maréchal, Pierre Prinçay, fut principalement chargé de forger les pointes de marteaux des maçons.

41 Prenons pour exemple, parmi tant d’autres, les salaires de Louis Amangeart, maître maçon en 1503, touchant de la ville 6 ℓ., 11 s., 8 d. t. pour une dizaine de journées de travail, soit 14 s., 7 d., t. par jour mais qui était rémunéré 6 s., 3 d. t. par jour au château en 1496 ; de Berthelon Crestien, maître maçon à la ville en 1495, touchant 4 s., 2 d. t. par jour, qui était rémunéré à la tâche au château en 1496 ; de Jehan de Bonnefoy, simple maçon touchant 3 s., 2 d. t. par jour à la ville en 1482, rétribué 3 s., 9 d. t. par jour au château en 1496 ou encore de Jehan de Poictou, manœuvre touchant 2 s., 4 d. t. à la ville en 1506 et 2 s., 7 d. t. par jour au château en 1496.

42 Cailleaux Denis, La cathédrale en chantier. La construction du transept de Saint-Étienne de Sens d’après les comptes de la fabrique 1490-1517, Paris, 1999, p. 416.

43 On décompte quelques 1 010 quartiers de pierre de Bourré, 125 quartiers de pierre de Limeray, 6 quartiers, 3 sentines et 11 « chalandees » de moellons de Malvau, 12 grands blocs, 19,5 blocs, 24 pierres pour faire des corbeaux, 6 pierres pour faire des gargouilles, 15 pierres pour faire des parpaings de pierre de Saint-Aignan, 16 marches de pierre de Beaulieu près de Loches et 18 marches de pierre de Lussault.

44 AC Amboise, CC 110, f° 30r° ; achat à Jehan Billault et Pierre Aucheron en novembre 1494 : « pour emploier a couvrir deux tourelles du portal de dessus lesdits ponts ».

45 Ibid., CC 96, f° 11r° : « A feu Gilles Martin, plombeur, la somme de treze livres tournois pour avoir fait deux epitz de plomb sur la tour du pont et les avoir garniz de boys par dedans, les espitz de fer dessus les deux panonceaux et avoir fourny d’autres choses a ce necessaires et pour soy estre chaffaudé pour les asseoir et avoir descouvert la couverture de ladite tour et l’avoir fait recouvrir, le tout fait et assis en ce present moys de juillet et par le commandement du roy, et par marché avecques lui ladite somme comme appert par mandement et quittance dactés du 17e jour de juillet 1473 cy rendu pour cecy, 13 ℓ. t. ».

46 Ibid., CC 110, f° 21r°.

47 Ibid., CC 112, f° 25v° : « A Anthoine Bryant, paintre et ymagier, 12 ℓ. t., pour avoir fait taillé et estophé les armes du roy mises sur le portal de dessus les ponts de ceste dite ville ou moys d’aoust l’an de ce compte, et avoir fourny de toutes choses a ce necessaires. Lesquelles ont esté prisees valoir ladite somme par Colin Byart, Guillaume Senault et Loys Amangeart, maistres maçons, comme appert par mandement et quictance cy rendus pour cecy 12 ℓ. t. » Soulignons qu’Anthoine Bryant figure ici comme entrepreneur, puisqu’il fit exécuter la commande.

48 Ibid., AA 2, lettres patentes de Louis XI exigeant le nettoyage régulier de la rivière de la Masse, 1482.

49 Ibid., CC 110, f° 22v°.

50 Ibid., CC 110, fos 24v°-25r° ; mars-avril 1494 : « A Jacques Bonnevie, perrier de Beaulieu pres Loches […], pour le nombre de XLII marches de viz de ladite perriere quatre piez quatre piez et demy et de cinq piez de long […] pour emploier au fait de la tour pres le moulin de la Masse que ladite ville a intencion faire bastir pour mectre et asseoir une orloge […] 19 ℓ. 5 s. t. »

51 FSL, compte de construction du château d’Amboise de 1495-1496, f° 119v° : « A Jacques Bonnevie perrier de la perriere de La Ronde pres Loches pour seize petites marches par lui baillees et livrees sur ladite perriere autemps dessusdit pour employer ausdits ediffices aupris de 7 s. 6 d. piece a esté payé par cedit commis par vertu dudit roolle comme par sa quictance cy rendue laquelle servira sur la partie ensuivant appert la somme de 6 ℓ. t. »

52 AC Amboise, CC 110, f° 25r°-v° ; les maçons en question sont : Berthelin Crestien parfois nommé Berthelot (FSL, Compte de construction du château d’Amboise de 1495-1496, f° 70v°), Guyon de Guymené, Mathurin Riviere. Estienne Baudoyn (ibid., fos 70v°, 108v°, 132r°, 176r°, 236r°) et Jehan De Venes (ibid., fos 72v°, 109r°, 174r° et 233r°). Certains travaillent cette même année au chantier du château.

53 Ibid., f° 26r° : « A Jacques Bonnevie, perrier de Beaulieu pres Loches, […] pour seize marches de pierre de ladite perriere avecques une grant marche a faire ung patin […] pour mectre et emploier a la viz que on fait faire au portal pres le molin de la Masse ».

54 Ibid., f° 30v°.

55 Ibid., f° 33v° ; Estienne Patin, perrier de Lussault : « Deux cens de pierres dudit lieu pour mectre et emploier audit portal pres ledit molin de l’Aumosne. »

56 Ibid., f° 31r°.

57 Ibid., f° 32r°.

58 Ibid., f° 35v° ; Jehan Pertuys dit Cannis, tuilier, juillet à septembre 1495 : « sept milliers et demy de grosses bricques ».

59 Ibid., CC 110, f° 36v°.

60 Ibid., f° 22-35.

61 FSL, Compte de construction du château de 1495-1496, f° 77v° et 138v°.

62 AC Amboise, CC 112, fos 23vo-24r°.

63 Ibid., CC 115, f° 13r° ; mai 1500 : Jehan Royer vendit à la ville 37 cloux « chevilles », 50 cloux becdane, 1 800 cloux à lattes et ardoises, 250 cloux à chalan et 140 livres de plomb en tables pour couvrir « la lenterne sur le portal pres le moulin de la Masse ».

64 Dans le compte d’ameublement du château de 1493-1494, avec Quinerit et Mathurin Thibault, menuisiers demeurant à Amboise, il réalise 3 coffres de bois neufs (20 octobre 1493) : Loiseau de Grandmaison Charles, « Compotus particularis pagamenti ornatorum et aliorum utensilium castri Ambasie in anno M ° CCCC° IVII XIIIII », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. I, 1868-1869-1870, p. 288.

65 Ibid., CC 200, f° 31.

66 Ibid., f° 3 ; avril 1498 : « pour 2 milliers grosses bricques […] pour 3 milliers et demy carreaux […] livrés au port dudit Amboise […] pour mectre et emploier a parachever de haulsser les chemynees et carreller les chambres de la tour sur laquelle on veut faire l’orloge de ladite ville ».

67 Ibid., f° 2 ; 28 may 1498 : « Pour deux quartiers de pierres […] des perrieres dudit Saint Aignen […] livré au port de ceste dite ville […] pour emploier a faire mayneaux pour les croisees et demyes croisees du portal sur lequel on veult mectre une orloge ».

68 Ibid., f° 4 ; avril-juin 1498 : « pour parachever de haulsser les cheminees de la tour sur laquelle on veult mectre une orlaige, enduir les chambres de ladite tour, icelles carreller, faire les croisees de mayneau remplir et maçonnez le galletas de ladite tour ».

69 Ibid., CC 111, f° 28v°.

70 Loiseau de Grandmaison C., « Compotus particularis… », op. cit., p. 289, 290-291 et 300.

71 FSL, Compte de construction du château de 1495-1496, fos 91r° et 156v°.

72 AC Amboise, CC 110, f° 34r°-v°.

73 Ibid., f° 38r°.

74 En 1483, il ferre le cercueil de bois de Charlotte de Savoie de chevilles de fer, crampons, goupilles, liens de fer et il ferre un coffre de bois auquel a été mis les écussons aux armes de la reine (AN, KK 69, f° 115r°).

75 FSL, Compte de construction du château de 1495-1496, fos 88r°, 160r° à 162r° et 275r°.

76 AC Amboise, CC 110, fos 38v°-39r° : 959 pointes de marteaux furent reforgées.

77 Ibid., f° 37v° ; commande à Jehan de Sorges d’une « roue pour servir aux ouvriers qui ont besoigné a la tour pres le molin de l’Aumosne ».

78 Ibid., f° 27r°.

79 Ibid., f° 33r° : « ung gros cable poisant 39 livres […], 17 livres d’autre corde, […] huit toises de même corde, […] six toises d’autre corde appellee Belné, […] pour servir tant aux maçons maneuvres et autres ouvriers qui ont besoigné au portal de dessus les ponts et besongnent au portal près le moulin de l’Aumosne ».

80 FSL, Compte de construction du château d’Amboise de 1495-1496, f° 70v°.

81 AC Amboise, CC 110 ; les maçons ayant travaillé sont : Mathurin Riviere, Guyon De Guymené, Jehan Bongars, Jehan De Digane, Estienne Baudoyn (FSL, Compte de construction de l’année 1495-1496, fos 70v°, 108v°, 132r°, 176r°, 236r°), Jehan De Venes (ibid., fos 672v°, 109r°, 174r° et 233r°), Michau Content (ibid., fos 37v° et 127v°), Gillet Bonneau (ibid., f° 131r°), Michau Vessiere, Michau Rousseau, Philipoin Roullet, grant Jehan Girard, Estienne Perrier et Estiene Barron. Les manœuvres : Yvon Peniglou, Anthoine Querart, Thomas Ciquault, Jehan Mariau, Estienne Meslier, Jehan Duboys.

82 AC Amboise, CC 111 : les maçons y ayant travaillé sont Mathurin Riviere, Mathurin Brenyn, Jehan Bellot, Jehan Chenet, Jehan Trouzillon, Pierre Duboys, Berthran Lefevre, Macé Lefevre ; et les manœuvres : Yvon Peniglou, Anthoine Querart, Jehan D’auvergne, Guillaume Duvert, Pierre Petit.

83 Hamon Étienne, Un chantier flamboyant et son rayonnement. Gisors et les églises du Vexin français, Besançon, 2008, p. 290-300.

84 AC Amboise, CC 110, f° 22v°.

85 Ibid., CC 118, f° 29v°, novembre 1503 : Pierre Cathe, charpentier, « Faire la charpenterie de la tour ou de present est l’orloge de la ville et monter ladicte orloge…, 15 ℓ. t. ».

86 Ibid., CC 200 ; ibid., f° 6, juillet 1498 : « Quatre banieres esquelles sont imprimees les armes du roy mises es espiz de la tour ou l’on veult faire l’orloge de ladite ville ».

87 Ibid., f° 7, juillet 1498. L’âme de bois « trop gresle » de l’un des épis de faîtage fut renforcée de trois barres de fer ; ibid., f° 32 : « Quatre virolles pour les espiz de dessus la tour de l’orloge et troys barres de fer pour renfforcez l’espy de boys qui estoit trop gresle, faictles goupilles des panonceaux et les pivotz sur quoy ilz tournent ». Enfin la cloche fut posée en 1501, ibid., CC 116, f° 9r° : en novembre 1501, paiement de 100 ℓ. t. à Christophe de Montdoré d’Orléans, pour « la façon de la cloche de l’orloge, et pour le metal » ; en 1503, on acheva les ajustements de son marteau, ibid., CC 118, f° 32v° : août 1503 : « Abiller le marteau de l’orloge qui estoit trop poinctu et gastoit la cloche ». Soudés au plomb et à l’étain, ibid., CC 200, f° 8, juillet 1498 : « Quatre livres d’estain […] pour servir et emploier a la plomberie des espiz. »

88 Sur les beffrois et les hôtels de ville de la fin du Moyen Âge, voir Delrue Laure, Beffrois et hôtels de ville de la fin du Moyen Âge en Flandre française : les chantiers du pouvoir, thèse de l’école des Chartes soutenue en 2001, 2 vol., 600 p.

89 Hamon É., Un chantier flamboyant…, op. cit., p. 132.

90 Garrigou Grandchamp P., « L’architecture civile urbaine », op. cit., p. 70-71.

91 AN, Compte de l’argenterie de Louis XI de 1465, KK 65, fos 139-140 et compte de l’argenterie de Charlotte de Savoie de 1470, KK 68, fos 28-31 sq.

92 Ibid., CC 78, f° 11r° (première apparition dans les comptes de la ville en 1452) et BB 1, f° 16v°, assemblée du 15 mai 1465.

93 Ibid., CC91, 17 : payé le dernier jour de janvier 1469 pour un travail effectué entre le 5 août 1465 et la fête saint Lucas en suivant.

94 Ibid., BB2, 1 : dernier jour de novembre 1464.

95 Ibid., BB1, 16 : 5 mai 1465.

96 Aujourd’hui seul le compte de 1495-1496 est conservé au château d’Amboise, mais les notes infra-marginales tout comme la clôture du compte par la cours des comptes attestent bien qu’il tint le compte durant toute la durée du chantier. Ce compte est le « IIIIe d’Alixandre Blandin, receveur d’Amboise » dont la rémunération annuelle était de 350 ℓ. t. Nommé dès 1492, à la fin du compte, il toucha les gages qui lui étaient dus pour les années 1493, 1494 et 1495, et auxquels s’ajoutaient divers remboursements de paiements qu’il avait avancés, revenant à la somme de 959 ℓ. 13 s. 9 d. t. (Château d’Amboise, FSL, Compte de construction de 1495-1496, f° 282v°).

97 Joseph de Croÿ, Nouveaux documents pour l’histoire de la création des résidences royales des bords de Loire par Joseph de Croÿ… Amboise, Blois, Chambord, jardins du château de Blois, parc de Chambord, 1894, Paris, p. 8-25 et p. 12, et BnF, ms. fr. 26 108, pièce 364 (quittance du 17 avril 1502) et ms. fr. 26 115, pièces 143-144 (quittance du 20 juillet 1516). BnF, Pièces Originales 365, dossier 7 906, pièces 3-6 (1515).

98 AC Amboise, CC 85, f° 11v° [6 avril 1465 (n. st.)].

99 AN, KK fos 68, 81-82 et 112v°.

100 AC Amboise, CC 207, f° 59, 18 février 1507 (n. st.) : « par davant nous, Raymond de Dezest, seigneur d’Anize, conseiller du roy nostre sire, bailly d’Amboise, en présence de noble homme maistre Loys de Mons, licencié en loix, conseiller dudit seigneur et nostre lieutenant general, se sont assemblez en l’auditoire royal dudit Amboise ».

101 FSL, Compte de construction du château de 1495-1496, fos 2 à 4.

Table des illustrations

Légende Fig. 4 > Amboise, détail du plan d’alignement no 10 de 1834 [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 5 > Amboise, gravure du XIXe siècle de l’hôtel de ville [© BnF, Va 37, tome I, Recueil. Topographie de la France. Département de l’Indre-et-Loire].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 6 > Amboise, le 18 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 7 > Amboise, la tour de l’Horloge, façades nord et sud depuis la rue Nationale [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanowicz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 8 > Amboise, plans et relevés de la tour de l’Horloge avant restaurations, d’après les dessins du service des Monuments historiques, 1880 [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 9 > Amboise, vue de détail de la liaison entre le soubassement du XIVe et la surélévation du XVe siècle de la tour de l’Horloge [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig > 10. Amboise, vue et détail de la cheminée du deuxième étage de la tour de l’Horloge [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 11 > Amboise, vue de la charpente de la tour de l’Horloge [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 12 > Amboise, vue de la porte ferrée du 2e étage de la tour de l’horloge et détail de son verrou [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 13 > Amboise, vue de l’hôtel Morin [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanowicz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8307/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 474k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540