Version classiqueVersion mobile

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Édifices publics et hôtels de ville

Fin Moyen Âge – début de l'Époque moderne

Alain Salamagne

Texte intégral

LES MOTS POUR LE DIRE

1Divers termes apparaissent dès le XIVe siècle pour désigner les bâtiments abritant le corps de ville ou l’ensemble des bâtiments à vocation publique où s’exercent les fonctions édilitaires :

    • 1 Houdoy Jules, La halle échevinale de la ville de Lille 1235-1664, Lille-Paris, 1870, p. 58.
    • 2 Wauters Alphonse, Les libertés communales. Essai sur leur origine et leurs premiers développements (...)

    « maison » ou « maison de la Paix » à Cambrai (1184), Valenciennes (1187), Braine-le-Comte, Mons (1269) ; « chambre des Paiseurs » à Lille1. La maison de la Paix ou de la Charité était à l’origine un édifice où se tenaient les « communs conseils » ou séances générales de l’association, les plaids ou séances judiciaires2 ;

    • 3 Houdoy J., La halle échevinale, op. cit., p. 41 : « la maison de ville estant dalez le halle ».

    « maison de le ville » : Noyon (« le maison de le ville, là ou li Maires et li Juré tiennent leurs plais » en 1292), Arras, Binche (1555-1560), Braine-le-Comte, Cambrai (XVe siècle), Chartres (1377), Lille (13973) ;

    • 4 Rigaudière Albert, Saint-Flour ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative e (...)
    • 5 Lodge R. Anthony, Les comptes des consuls de Montferrand : 1273-1319, Études et rencontres de l’Éco (...)

    domus comunis (Saint-Flour4), « maison commune » à Montferrand (13175), Cordes (1358) ;

    • 6 Rigaudière A., Saint-Flour…, op. cit., t. 1, p. 123. Le Petit Thalamus de Montpellier, Société arch (...)

    domun consulatus ou « maison des consuls » ou « du Consulat » dans la France du Sud et du Sud-Ouest ; « hostal del cossolat » (Saint-Flour), Languedoc (Montpellier au XIVe siècle), etc.6 ;

  • « grant maison » ou « maison des Halles » à Angers et Béthune au XIVe siècle ; halle des Consaux (Tournai) ;

    • 7 Chapin Élizabeth, Les villes de foires de Champagne des origines au début du XIVe siècle, Paris, Ch (...)
    • 8 Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville, op. cit., p. 119.
    • 9 Bérchez Joaquim, « Las lonjas de mercado en Espana : de Barcelona a Sevilla », dans Ottenheym K., D (...)

    « loges » (au sens de lieu où l’on discute), « loge des plaids », loge ou « maison de ville » à Provins à partir de 13027 ; « parlouer aux Bourgeois » à Beaugency ; le terme est également usité pour désigner les locaux des commerçants étrangers, à Bruges, Anvers8 ou encore les édifices à vocation économique de la Méditerranée, Marseille, Perpignan, Majorque, Valence9... ;

  • « maison des échevins » (domus scabinorum, Malines en 1288), « maison eschevinale » souvent au XVIIe siècle (Douai, Lille, Valenciennes) ;

    • 10 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 41 et 48.

    « chambre d’eschevins », « halle » ou « halle des eschevins » (Lille, 1397, 142410), « chambre de l’eschevinaige », « raedcamere » ou « chambre du Conseil » (Louvain, Ypres), « chambre du Conseil de la halle de l’eschevinaige » (Arras, 1501), « chambre de la ville ou du Conseil » (Braine-le-Comte), « salle du Conseil » (Albi), domus consulum (Lübeck, 1225 ; Brême, 1251) sont des termes qui renvoient au seul bâtiment administratif, et parfois même au seul lieu où s’exerce la justice (Lille) ;

  • « halle de la guilde » (guilde-halle à Boulogne, Saint-Omer) devenu « Guildhall » en Angleterre ; halle de la ville d’une manière plus générale ;

    • 11 Dégez Albert, « Vannes. La cohue », Congrès archéologique de France, 141e session, 1983, Morbihan, (...)

    le nom de « cohue » qui reste spécifique à la Bretagne (et dans une moindre mesure à la Normandie et au Poitou) procède du terme « co-huer », endroit où se font deux huées (criées ou cris), celle de la justice et celle des denrées11 ;

    • 12 Voir Tabarelli Gian Maria, Palazzi pubblici d’Italia. Nascita e trasformazione del palazzo publico (...)

    en Italie le terme de « palazzo communale » ou « palazzo publico » est courant, mais on trouve encore « palazzo del Popolo », « palazzo della Ragione » (palais de la Raison) en Vénétie, « broletto » en Lombardie12… ;

    • 13 Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville, op. cit., p. 116-117.
    • 14 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 12.

    les « halles des doyens des Métiers » (Tournai), ou « maison des Métiers » (Douai) sont des expressions qui renvoient par contre à des bâtiments propres à ces derniers, comme les maisons des corporations (Anvers, Malines13) ou, à Lille, la chambre des comptes de la Hanse14.

2Ces variations de sens, au-delà d’un vocabulaire normatif fluctuant, dépendent aussi des modes de qualification des corps qui représentent la Cité – échevins, jurés, consuls, paiseurs – qui ont donné aux différents bâtiments leurs appellations.

  • 15 Lestocquoy Jean, Aux origines de la bourgeoisie : les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvern (...)
  • 16 Lefebvre Jean-Luc, « Prud’hommes et bonnes gens dans les sources flamandes et wallonnes du Moyen Âg (...)
  • 17 Derville Alain, « Les origines des libertés urbaines en Flandre », Actes des congrès de la Société (...)
  • 18 Voir ici même l’article de Jean-Pierre Leguay.

3Rappelons que des confréries marchandes sont issues au début du XIIe siècle, sinon exclusivement tout au moins principalement15, les magistrats en charge de la gestion administrative, qualifiés de jurés ou échevins dans la France du Nord, de consuls dans le Midi, l’Auvergne et le Lyonnais, de prud’hommes (Bourges), de boni viri (Arras), boni homines en Italie16. Les jurés dans la France du Nord ou ailleurs (Bordeaux), en nombre variable dans les villes du Nord, de treize à trente dans les villes du royaume où ils étaient nommés par les corporations, avaient la charge de rendre la justice. Les échevins mentionnés dès le début du XIIe siècle (Tournai, 1098 ; Poperinghe, 1107 ; Arras, 1111 ; Arques, 1119 ; Saint-Omer, 1127 ; mais leur institution pourrait remonter à l’an mil) n’étaient pas les représentants de la population, mais les juges du seigneur17. Avec les jurés ils formaient le Conseil de ville. Ailleurs, comme en Bretagne en particulier, les seules organisations communes citées avant le XIIIe siècle sont les structures paroissiales, dotées d’un conseil de « fabrique », permettant aux ruraux et aux citadins de se réunir dans l’église ou sur une place, pour débattre de la vie de la paroisse ou aborder des problèmes politiques, économiques ou militaires18.

4La nomenclature employée du XIIIe au XVIe siècle ne permet donc pas de saisir la réalité architecturale des maisons communales et halles, ces termes pouvant désigner aussi bien un édifice à vocation administrative (le futur hôtel de ville) qu’économique (la halle marchande). Néanmoins, dès la fin du XIVe siècle se répandent les termes d’« ostel, hostel de ville » ou de « maison de l’hostel de ville » (Amiens, Chartres, Dijon, Compiègne, Paris, Tours), et de « maison et houstel de ville » au XVIe siècle (Loches, 1517, fig. 1 ; et Paris, 1532) pour désigner un monument où les fonctions administratives priment ou sont exclusives des fonctions commerciales. La dénomination renvoie bien à l’idée que les échevins se faisaient de l’édifice : un hôtel, c’est-à-dire un logis résidentiel de statut aristocratique destiné d’abord au Magistrat.

HALLES DES MARCHANDS ET MAISONS COMMUNES

5Dans la genèse de l’architecture de l’hôtel de ville, deux sources sont à considérer : celle qui concerne la naissance de la maison commune, lieu d’assemblée des représentants de la communauté, et celle qui concerne le développement des halles marchandes.

6À l’origine des édifices à vocation économique se trouvent, du XIe au XIIIe siècle, les halles offrant aux confréries de marchands des lieux couverts pour exposer et vendre sur les étals qui y étaient disposés leurs marchandises :

    • 19 AM Valenciennes, CC 698, 1347-1348.
    • 20 Lejeune Théophile, « Histoire de la ville de Binche », Mémoires et publications de la Société des s (...)

    celles des métiers textiles, les halles aux draps : « hale », ghialle ad pannos ou pannorum (Arras, Calais, Provins), « aux pennes » à Valenciennes19, halles au lin (Douai, Saint-Omer, Valenciennes), aux laines (Amiens, Saint-Omer) ; halles des merciers où l’on vendait bonnets, chapeaux, chaussettes... (Chalon-sur-Saône, Chartres, Douai, Gisors, Saint-Omer, Valenciennes), des fripiers (Chartres), halles « aux filets » ou « aux fils », c’est-à-dire la laine filée (Amiens, Binche20, Valenciennes), des « viesiers » à Saint-Omer où l’on exposait les grands draps pendant les franches foires ;

  • celles des métiers de transformation des peaux : halles du cuir (Arras, Paris, Saint-Quentin), de la pelleterie ou des vieilles peaux (Amiens, Bruxelles), des gantiers, des fourreurs ; halle « a vendre cauches » ou chausses (Cambrai, Saint-Omer) ;

    • 21 Desportes Pierre, Reims et les rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, p. 68.
    • 22 Christiane Piérard, « La Grand-Place de Mons, étude architecturale », Bulletin de la Commission roy (...)
    • 23 La vente du poisson de rivière se faisant rue du « Poisson Doux », celui du poisson de mer au pied (...)
    • 24 Sauval H., Histoire et recherches des antiquités…, op. cit., t. 1, 1724, p. 633 et sq.
    • 25 Giry Arthur, Histoire de la ville de Saint-Omer et de ses institutions jusqu’au XIVe siècle, Paris, (...)

    celles des métiers de bouche : halles au pain (Chartres, Douai, Reims21, Saint-Omer), domus panis ou « broodhuis » (Anvers, Bruxelles, Gand, Louvain), « maisiaux au pain » à Mons22 ; poissonneries de mer et d’eau douce (Arras, Chartres23, Douai, Valenciennes) ; boucheries (grande et petite boucherie à Gand, Mons, Paris24, Tournai et Valenciennes), « halles a la chair » à Namur (1303), domus carnis (Anvers), macellum ou « maiseaux » (Binche, Mons, Saint-Omer25, Valenciennes), ghialle carnificium (Calais, 1295), « vleeschhuis » en Flandre ; halles au vin plus rarement (Arras, Paris) ;

  • celles du blé : halles au blé (Binche, Paris), domus Bladi, « korenhuis » (Louvain), ghialle bladi (Calais, 1268) ; mais les céréales étaient stockées par ailleurs la plupart du temps dans des greniers privés ;

    • 26 Gras Pierre, « Les fortifications et la topographie ancienne de Chalon », Mémoires de la Société d’ (...)

    diverses halles, des potiers d’étain (Chalon-sur-Saône, Paris) aux cordiers (Chalon-sur-Saône26), etc.

Fig. 1 > Loches, l’hôtel de ville et la porte Picoys. Lithographie de Bourgerie : Tableau chronologique de l’histoire de Loches [© A. Salamagne].

7L’ensemble de ces halles pouvait être constitué de bâtiments distincts, des affectations diverses étant faites de leur espace ou de leurs différents niveaux. Enfin, dans les pays de gabelle, existaient des celliers ou greniers à sel parfois aménagés dans le rez-de-chaussée de certains beffrois (Honfleur, Loches, Orléans, etc.), dans des halles (Chartres, 1377 ; dans les cohues bretonnes) ou dans des bâtiments spécifiques (Amboise).

LES ÉDIFICES PUBLICS

Les beffrois

  • 27 Nous développerons ultérieurement cette étude sur les beffrois.

8Les beffrois constituèrent au Moyen Âge une des particularités architecturales des villes du Nord de la France et de l’actuelle Belgique (les anciens Pays-Bas). La plupart d’entre elles en effet en possédèrent un, ou, du moins, un édifice assurant cette fonction. Certains ont pu être rebâtis sur des emplacements différents : à Cambrai un premier beffroi ayant été détruit en 1226 fut réédifié par la suite sur la tour de l’église Saint-Martin. À Valenciennes, d’abord érigé en 1222 sur la porte de Famars de la première enceinte, il fut reconstruit de 1237 à 1240 sur la place du marché. Certains d’entre eux n’étaient encore constitués au XIIIe siècle que d’une charpente de bois sur un soubassement de pierre, comme celui de Commines qui ne fut reconstruit en brique que vers 1386, ou encore celui de Tournai. Ailleurs (Rouen, Auxerre, Amboise, Bordeaux), plus tardivement, une tour de l’enceinte urbaine fit usage de beffroi permanent27.

9La construction des beffrois est liée au mouvement d’émancipation municipale : comme symboles de l’autonomie communale, ils rendent manifeste l’obtention de certains droits ou privilèges : droits de justice parfois car une de ses salles pouvait servir de prison (Béthune, Beauvais), droits de réglementer le temps du travail grâce à la possession de cloches. Leur construction était soumise à l’accord ou à l’autorisation du seigneur suzerain, octroyant une charte communale avec de nouveaux droits (Tournai, 1187), cédant à la ville le terrain nécessaire à la construction (Valenciennes, 1237), la récompensant à la suite de la défense assumée lors d’un siège (Béthune, 1346). A contrario la ville de Cambrai dut abattre son beffroi en 1226 à la suite d’une révolte contre le pouvoir épiscopal, celle de Boulogne en 1268.

10Le beffroi est tout d’abord une tour, parfois séparée (Valenciennes, Tournai, Gand, Bergues), mais plus souvent contiguë à la maison de ville ou aux halles. Dans un dernier cas, il peut être intégré aux bâtiments de l’hôtel de ville (Arras, fig. 2, Audenarde, Bruxelles, Compiègne) et participer de l’architecture de ces derniers. Son caractère militaire résulte de son plan qui évoque l’image des tours maîtresses des châteaux comme de l’adjonction fréquente à ses angles de tourelles (Douai, Tournai, Béthune, Boulogne, Bailleul, Bruges) et de son couronnement par un parapet crénelé (Valenciennes, Tournai, Douai). Il comporte généralement trois niveaux en élévation : une salle basse servant de prison (Tournai, Douai), ou abritant le trésor (Ypres), une salle haute à usage d’arsenal ou de chambre des guetteurs – mais parfois utilisée à défaut de maison de ville comme salle échevinale –, enfin la chambre du clocher et une terrasse sommitale occupée par les guetteurs qui surveillaient les environs de la cité.

11Le beffroi enfermait les cloches de la ville – cloches annonçant la tenue du Conseil, l’ouverture et la fermeture des portes de la ville ou l’effroi (la « bancloque ») –, le début ou la fin des heures du travail. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle on installa des horloges sur leur charpente (Valenciennes, 1360 ; Ypres ; Aire-sur-la Lys, 1425). Leur flèche principale, couronnée d’une heuse de fer peinte, portait encore à leur sommet des effigies d’airain représentant des figures de saints (saint Michel à Bruxelles), des lions (Arras, Douai, Bergues), des dragons (Ypres, Gand, Béthune) tandis que les flèches des tourelles d’angle étaient souvent décorées de sirènes.

Les halles

  • 28 Chapin E., Les villes de foires de Champagne…, op. cit., p. 36-37.
  • 29 Voir Cellier Louis, « Une commune flamande. Recherches sur les institutions politiques de la ville (...)
  • 30 Giry A., Histoire de la ville de Saint-Omer…, op. cit., p. 64.
  • 31 Lejeune T., « Histoire de la ville de Binche », op. cit., p. 51.

12La création des halles est à mettre en rapport avec l’essor urbain et le développement des échanges, dans le cadre en particulier du réseau des foires, foires de Champagne et de Flandre vers 1100. La foire, limitée dans le temps, se tenait en plein air – ainsi de celle de Provins, à partir de 1137, au pied de la tour du comte qui en avait octroyé la tenue28 – mais leur prolongation sur plusieurs jours ou leur récurrence dans le cadre de marchés hebdomadaires constitua probablement l’une des raisons qui conduisit certaines villes à se doter de bâtiments adaptés à cet usage. D’autre part, la montée en puissance de l’industrie drapière nécessitait des lieux de présentation des marchandises conditionnés par le respect d’une stricte réglementation qui y interdisait la vente de produits de qualité différente. La confrérie de la « Halle Basse » de Valenciennes existait en 1067, et donc, la halle aux draps qui l’abritait29. À Saint-Omer, c’est en 1151 que le comte concéda aux habitants la Guilde-Halle – lieu de réunion des échevins et halle des marchands – mentionnée dès 112730 ; des halles sont ensuite attestées en 1129 à Binche31 ou Cambrai en 1184. Très tôt donc, et la chose doit être notée, échevins et marchands partagèrent un même bâtiment : la halle.

Multiplicité et dispersion des halles

  • 32 Borgnet Jules et Bormans Stanislas, Histoire de la commune de Namur au XIVe et au XVe siècle, Namur (...)
  • 33 Chapin É., Les villes de foires de Champagne…, op. cit., p. 81-84.
  • 34 Cardevacque Alphonse de, Les Places d’Arras. Étude historique et archéologique sur la Grande-Place (...)
  • 35 Dickstein-Bernard C., « L’organisation du commerce dans les halles aux draps : l’exemple de Bruxell (...)
  • 36 La remarque en est faite également par Daniel Leloup, Halles de Bretagne. Cinq siècles d’histoire, (...)

13Aux XIIe et XIIIe siècles, les halles étaient fréquemment dispersées, réparties dans l’espace urbain (Chartres, Chalon-sur-Saône, Namur32, Saint-Omer, etc.) même si dès la seconde moitié du XIIe siècle la tendance à la concentration des édifices en un espace privilégié (la plupart du temps le marché qui deviendra la Grande-Place) se remarque – il en est ainsi à Troyes, autour de l’église Saint-Jean-du-Marché33, à Arras34, à Binche, à Reims, à Valenciennes autour des places. À Bruxelles, un groupe de bâtiments s’inscrivait autour de la Grand-Place, halle aux draps, halle aux laines qui devaient surmonter les halles au pain, marché au poisson et boucheries35. Leur dispersion36, qui restait néanmoins le cas le plus fréquent, résultait de leur implantation au hasard du développement des activités socio-économiques, le long des axes commerciaux, routes ou voies d’eau qui permettaient au mieux leur approvisionnement (Arras, Bruges, Chartres, Douai, Paris, Saint-Omer, Valenciennes). Bien des bourgs d’autre part étaient spécialisés dans une activité économique, un artisanat, résultant de la présence d’un élément favorable : une rivière ou la proximité d’un portus, un pont, etc., qui déterminèrent naturellement l’implantation des halles, au plus près des lieux de cette activité. Enfin, le statut de ces halles pouvait être particulier, seigneurial ou communal, et rendre difficile la création d’un centre marchand unique. Nombre de seigneuries existaient par ailleurs dans les villes médiévales qui conservaient leur totale autonomie : en 1666, les échevins de Saint-Brice de Tournai, échevinage qui était distinct de celui de la cité, tenaient toujours leurs réunions dans leur propre halle, dite de Saint-Brice.

Fig. 2 > Le beffroi et les halles d’Arras [©A. Salamagne].

  • 37 Giry A., Histoire de la ville de Saint-Omer…, op. cit., p. 285. Voir d’une manière générale, Van Uy (...)
  • 38 AM Valenciennes, J2 – 348 bis, 1382-1383, f° 48 v°.
  • 39 Des Marez Guillaume, « L’organisation du travail à Bruxelles au XVe siècle », Mémoires couronnés et (...)
  • 40 Ibid., p. 281 sqq., sur les différents systèmes de marque : industrielles, individuelles, de contrô (...)
  • 41 Clavel Benoît et Cloquier Christophe, « Contribution des sources documentaires et archéologiques à (...)

14Une dernière raison joua : celle qui imposa la séparation des différentes marchandises entre elles en raison de leur qualité (par exemple entre les grands draps et les simples tissus, entre les poissons d’eau douce et de mer) ou de leur origine (entre celles des marchands bourgeois et celles des marchands des villes étrangères ou marchands « forains ») : à Saint-Omer les marchands étrangers ne pouvaient exposer et vendre que dans la Guilde-Halle, et ces restrictions furent même étendues à certains bourgeois au XIIIe siècle37. À Valenciennes les draps des marchands étrangers ne pouvaient être vendus que dans « le halle des draps de forains38 » ; à Douai la moitié des douze lieux de vente de la ville étaient réservés aux étrangers. D’autre part les marchands avaient l’obligation de vendre leurs marchandises en halle à des jours fixés39. Une réglementation contraignante du commerce, dont rendent comptent les bans échevinaux publiés sur les différents métiers – dans le but d’éviter les fraudes et de marquer ou de vérifier les produits de la ville et les produits étrangers40 – fut donc un facteur complémentaire de séparation des lieux de vente. Enfin existait aussi un certain nombre de contraintes inhérentes aux métiers, les poissonneries d’eau douce étaient par exemple situées de préférence près d’un cours d’eau, permettant ainsi la conservation dans des nasses des poissons vivants41.

Propriété des halles

  • 42 Chapin É., Les villes de foires de Champagne…, op. cit., p. 68, 70 et 80.
  • 43 Lennel Ferdinand, Calais au Moyen Âge, des origines au siège de 1346, Calais, J. Peumery, 1909, p.  (...)
  • 44 Billot Claudine, Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, École des hautes études en sciences sociale (...)
  • 45 Lejeune T., « Histoire de la ville de Binche », op. cit., p. 51-55.
  • 46 Leloup D., Halles de Bretagne, op. cit., p. 33-35.
  • 47 François L. Ganshof, « Les halles et le beffroi de Bruges », Congrès archéologique de France, 120e (...)
  • 48 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 8 et ici même l’article de Laure Delrue.
  • 49 Van Even Edward, Louvain monumental ou description historique et artistique de tous les édifices ci (...)

15Les halles restèrent longtemps, en tout ou partie, propriété seigneuriale ou ecclésiastique. À Provins, au XIIIe siècle, le comte et les frères de l’Hôpital avaient chacun la moitié des droits ; à Troyes, dès la fin du XIIe siècle, les chanoines de Saint-Étienne possédaient les maisons servant à la vente des draps teints et les étaux des bouchers au marché42 ; à Calais, d’après des conventions passées à la fin du XIIe siècle, les halles appartenaient pour moitié au seigneur43. À Chartres les Grandes Halles dépendaient pour moitié du comte (puis du roi), pour moitié de l’évêque44 ; à Binche, à Braine-le-Comte ou à Mons (Hainaut) elles étaient aux mains du comte de Hainaut45 ; en Bretagne elles conserveront longtemps un statut seigneurial46. Un processus est néanmoins reconnaissable dès la fin du XIIe siècle qui vit, généralement contre des redevances, une cession progressive de ces bâtiments à la commune par le pouvoir ducal ou comtal, tout au moins en Flandre et Brabant. La halle de Bruges, de comtale au début du XIIIe siècle, devint propriété de la ville dès 128147. À Lille les halles comtales seront cédées à la ville en 127948, à Louvain en 131149, à Anvers en 1317, à Bruxelles plus tardivement en 1405, tandis qu’à Malines ou Diest cette cession fut réalisée par des seigneurs locaux.

ARCHITECTURE DES HALLES

Les halles marchandes

  • 50 Étals de bois dont les comptabilités font mention mais qui peuvent reposer sur des aménagements maç (...)

16Les halles avaient d’abord une vocation marchande : elles devaient offrir aux commerçants des lieux couverts et fermés pour exposer et vendre leurs marchandises sur les étals qui y étaient disposées50 et permettre au pouvoir communal de surveiller leur qualité.

  • 51 Chapin É., Les villes de foires de Champagne…, op. cit., p. 82-83 et 108-116.
  • 52 Roland Edmond, « L’ancienne et la nouvelle halle de Braine-le-Comte », Annales du Cercle archéologi (...)

17Le qualificatif de « halle » désigne différents types de bâtiment, parfois de simples maisons de ville (mais qualifiées de « halle » ou « loge ») possédant un espace de vente au rez-de-chaussée, appartenant ou loués par des marchands étrangers pour les ventes des draps, ainsi à Bar-sur-Aube, Provins et Troyes51. À partir de la fin du XIIe siècle et souvent jusqu’au XVIIe siècle, il s’agissait d’édifices de plan rectangulaire, aux dimensions déterminées par le nombre d’étals dont on voulait disposer, construits en bois sur un « solement » de pierre, son aire restant faite de terre battue, aussi bien en Bretagne (Clisson, Questembert, etc.) que dans les Pays-Bas (Béthune, Braine-le-Comte52). On retrouvait-là le modèle constructif de la maison de bois protohistorique adapté aux fonctions d’un édifice à vocation économique. Une des plus anciennes représentations de halle figure sur le sceau urbain de Vilvorde (Brabant) (début du XIIIe siècle) : le bâtiment, qui ne possède qu’un seul niveau, couronné d’un parapet crénelé surmonté d’une haute toiture à deux pans, est accosté de tourelles d’angle. Sa porte d’accès, surélevée par rapport au seuil, laisse penser à l’existence d’un niveau inférieur à usage de cellier (fig. 3).

Fig. 3 > Vilvorde, dans Alphonse Wauters, Notice historique sur la Ville de Vilvorde, son ancien château, ses institutions civiles et religieuses, Bruxelles, Vanderauwera, 1853 [© A. Salamagne].

  • 53 Sauval H., Histoire et recherches des antiquités…, op. cit., t. 1, 1724, p. 652, donne les chiffres (...)
  • 54 Voir Devliegher Luc, Van Waterhalle tot Provinciaal Hof, Bruges, M. van de Wiele, 1994.
  • 55 Leloup D., Halles de Bretagne, op. cit., p. 76 sqq.
  • 56 La Bigne de Villeneuve P.-M. de, « Les édifices religieux et civils élevés dans le département d’Îl (...)
  • 57 Des Marez G., « L’organisation du travail à Bruxelles au XVe siècle », op. cit., p. 307.
  • 58 Arnould Maurice-A., « L’industrie drapière dans le comté de Hainaut au Moyen Âge », dans Duvosquel (...)

18Ces édifices étaient de dimensions variables. Les plus importantes étaient les halles au blé et aux draps de Paris, de 136 m de longueur sur 15,60 m de largeur53. Les halles d’eau à deux niveaux de Bruges, disposées sur le côté oriental de la place du marché, construites sur un canal entre 1283 et 1294, étaient constituées par un bâtiment long de 95 m et large de 25 m (soit 2375 m2 de surface54). La Lakenhalle de Louvain (1317) faisait 61 m de longueur sur 21 m de largeur (1281 m2), la cohue de Vannes 40 m sur 25 m, les halles de Nieuport (Flandre Occidentale) 28 m sur 10 m. Les halles de Bretagne avaient la plupart du temps des dimensions comprises entre 25 et 50 m pour une largeur de 6 à 12 m avec des exceptions notables, Saint-Méen-le-Grand qui atteignait 86,32 m de longueur ou Vannes 25 m de largeur55. La cohue de Rennes était un vaste bâtiment de 214 sur 70 pieds soit 71 m sur 23 m (1 633 m2)56. La grandeur de l’édifice était proportionnelle aux dimensions des étals – à Binche chaque étal avait environ 3,30 m de longueur pour une largeur de 0,60 m, à Bruxelles 7 pieds, soit 2,10 m – et à leur nombre, généralement compris entre une quarantaine et une centaine pour les métiers des drapiers : 88 à Valenciennes en 1344, 80 pour la halle ducale de Bruxelles en 1392 (la halle communale n’en comptait que 4557), 63 en 1265 à Mons et 51 à Binche (Hainaut), 40 à Béthune58. Lorsque la largeur dépassait une douzaine de mètres, une file de poteaux de bois médian ou des colonnes (Douai, La Réole, Louvain, Nieuport) partageait alors l’espace en deux nefs, voire même en trois nefs à la cohue de Vannes au début du XIIIe siècle, ou en Espagne (Barcelone, Majorque, Séville).

  • 59 Varenbergh Émile, « La Grande Boucherie », Messager des sciences historiques de Belgique, 1872, p.  (...)

19La double nef reposant sur des piliers de bois des boucheries de Gand (1408-1417), boucheries situées le long de la Lys, offraient quatre files d’étals : 116 au total en 147159 (fig. 4).

  • 60 Dégez A., « Vannes. La cohue », op. cit, p. 351-360.
  • 61 Boinet A., « L’ancien grenier de la ville de Metz », Les cahiers lorrains, no 7, 1922, p. 103-105.

20L’existence de deux niveaux n’est pas rare, en particulier au XVe siècle (le premier pour les étals des commerçants, le second servant de lieu de réunion ou auditoire) comme aux halles de Nieuport (vers 1480) ou à celles de la Ferté-Bernard. À la cohue de Vannes, la « haute salle » du XVe siècle, curieusement, est disposée perpendiculairement aux trois nefs de la halle basse60. À Metz le grenier de Chévremont est un bâtiment construit en dur qui possède trois étages sur un rez-de-chaussée divisés en trois nefs par une file de supports intermédiaires61 (fig. 5).

  • 62 Colvin H.-M. (ed.), The History of the King’s Works, Colvin H.-M., Ransome D.R., Summerson J., vol. (...)

21Dans quelques cas de figure furent conçus des ensembles monumentaux à cour fermée entourée d’ailes sous formes de galeries, c’était le cas des halles de Paris, de celles d’Ypres (fig. 6) ou de Bruges, ou encore des halles de la laine de Calais (les halles des « Staple Merchants », devenues après le retour de la ville à la France l’hôtel de Guise), reconstruites à partir des années 1500 sur plan quadrangulaire avec tours d’angle polygonales et une porte monumentale62.

Fig. 4 > Gand, les boucheries [© A. Salamagne].

Fig. 5 > Metz, greniers de Chévremont, gravure de Claude Chastillon, Topographie française, ou représentation de plusieurs villes, bourgs, plans, châteaux…, Paris, Boisseau, 1641 [© A. Salamagne].

Fig. 6 > Ypres, plan des halles dans Alphonse Vandenpeereboom, Notices, études, notes et documents sur Ypres, Bruges, Aimée de Zuttere, 1879.

Des halles à la maison de ville

22La première des fonctions d’une maison de ville était bien d’offrir aux membres du Conseil de ville un local représentatif où puissent être centralisées à l’instar des édifices qui, comme le château ou l’église, symbolisaient les pouvoirs militaires ou religieux les différentes fonctions de gouvernement municipal et de répondre à la nécessité pour la communauté – une fois constituée ou reconnue – de s’assembler pour discuter des affaires.

  • 63 Platelle Henri (dir.), Histoire de Valenciennes, Lille, Presses universitaires de Lille, 1982, p. 2 (...)

23Les halles à vocation commerciale ont dû, dès les origines, offrir des espaces annexes permettant aux marchands de s’y réunir pour d’autres fins. À Valenciennes en 1067 la confrérie des marchands était dite de la « Halle Basse » : il existait donc dans ce bâtiment une « Halle Haute » ou devaient s’assembler les échevins qui rendaient la justice au nom du seigneur, échevins dont une partie des prérogatives sera reprise par les jurés, élus par la communauté de ville, à partir de 111463.

  • 64 Charles M. L., « Halles de la Ferté-Bernard (Sarthe) », Bulletin Monumental, 36, 1870, p. 162-170.
  • 65 À Auray, Bécherel, Guérande, etc. Voir Leguay Jean-Pierre, Un réseau urbain au Moyen Âge, Paris, Ma (...)
  • 66 Leguay Jean-Pierre, « Guingamp au XVe siècle », Mémoires de la Société historique et archéologique (...)
  • 67 De Mérindol Christian, « Le décor d'une maison de justice à l'époque romane. Symbolique, art, histo (...)
  • 68 Gardelles Jacques, « La sculpture monumentale en Bordelais et en Bazadais à la fin du XIIe et au dé (...)

24L’association verticale entre halle marchande au rez-de-chaussée et salle échevinale ou auditoire de justice – seigneurial ou communal – au niveau supérieur est probablement la plus ancienne. Ce cas de figure est fréquemment attesté : on le retrouve par exemple en Flandre et en Artois, à Béthune, Saint-Omer et Ypres, dans les pays d’Ouest (La Ferté-Bernard, 148264) (fig. 7), en Bretagne65 comme à Guingamp où la « cohue » abritait au rez-de-chaussée les étals des bouchers, poissonniers, boulangers, etc., et, à l’étage, l’auditoire ou tribunal66, ou encore à Vannes. Cette double affectation se retrouve également dans la France du Sud, à Saint-Antonin-Noble-Val vers 115067, à l’hôtel de ville de La Réole qui date probablement du début du XIIIe siècle68 (fig. 8), à Périgueux vers 1240, etc.

Fig. 7 > La Ferté-Bernard, l’étage supérieur des Halles [© A. Salamagne].

La maison

  • 69 Voir ici même l’article de Jean-Pierre Leguay.
  • 70 Borgnet Jules, « L’hôtel-de-ville et le perron de Namur », Messager des Sciences historiques et Arc (...)

25Si la possibilité n’était pas offerte aux échevins de s’assembler à l’étage des halles, ou si ce dernier n’existait pas, la nécessité d’un autre lieu de réunion s’imposait. On pouvait se contenter d’occuper des maisons particulières, louées ou achetées, au demeurant suffisantes à l’embryon d’une administration municipale. C’était le cas avant la fin du XVe siècle à Angers, Besançon, Chalon-sur-Saône, Compiègne, Tours et dans la plupart des villes de Bretagne où on pouvait tenir séance soit au domicile d’un responsable municipal, soit dans l’hôtel particulier d’un notable, mais encore dans une église ou dans une chapelle69. Au début du XIIIe siècle, les réunions de l’échevinage de Namur avaient lieu en plein air, peut-être au pied du Perron qui s’élevait sur la place Saint-Rémy ; en 1213 les échevins furent autorisés par le chapitre de Saint-Aubain à élever un « appentis » (appentitium) sur un alleu contigu à la chapelle Saint-Rémy, le chapitre se réservant le droit de le faire abattre à sa guise. Dans un acte de 1285 est citée « la maison là où on plaide » – qui avait dû remplacer le simple appentis –, qualifiée encore à partir de 1352 de « maison de messeigneurs de la justice », « de la loy », mais aussi de « kabaret », « maison de kabaret », « cabaret des échevins », au sens d’une petite construction70. Comme le souligne Bernard Chevalier, l’appellation de « maison commune » ne renvoie pas obligatoirement à l’existence d’un édifice véritablement dédié à cette fonction.

  • 71 Rigaudière Albert, Saint-Flour…, op. cit., p. 123-126 ; d’autres maisons furent achetées par la sui (...)
  • 72 De Marsy Arthur, « L’Hôtel-de-ville de Compiègne », Comptes-rendus du conseil tenu à Senlis par la (...)
  • 73 Lecocq A., « Notice sur les origines municipales de Chartres et monographie historique de ses diver (...)
  • 74 Ici même l’article de François Colette et Frans Doperé.
  • 75 Ici même l’article de Clément Alix.

26Cependant, la maison pouvait constituer l’embryon d’un futur hôtel de ville ou le développer, soit par acquisition des maisons voisines comme à Saint-Flour (1354)71, soit par le don fait de ses propres maisons par un particulier, comme à Compiègne (1397)72, ou par le roi comme à Chartres en 141273. En 1323 le comte Guillaume Ier de Hainaut autorisait l’échevinage de la ville de Mons à convertir le manoir d’un dénommé Jehan Villain en maison du Conseil, édifice autour duquel devaient être construits différents corps-de-logis74. Un bel exemple d’un tel processus est constitué par l’hôtel des Créneaux à Orléans, hôtel de ville composé d’une juxtaposition de corps de bâtiments divers, qui illustre parfaitement les efforts continus des édiles pour constituer un ensemble monumental, depuis la location au début du XVe siècle d’une salle d’une maison particulière (la « maison des Créneaux ») jusqu’à la construction au XVIe siècle d’une façade renaissante75.

Fig > 8. La Réole, hôtel de ville [© A. Salamagne].

Les portes et les tours de l’enceinte

  • 76 Wolff Philippe, « La noblesse Toulousaine : essai sur son histoire médiévale », dans Contamine P. ( (...)
  • 77 Ladero Quesada M. A., « Les fortifications urbaines en Castille aux XIe-XVe siècles. Problématique, (...)
  • 78 Triger Robert, « L’hôtel de ville du Mans », Revue archéologique et historique du Maine, t. 43, 189 (...)
  • 79 Toulier Bernard, « Les fortifications de Romorantin au XVIe siècle », Mémoires de la Société des sc (...)
  • 80 La porte conserva cette fonction jusqu’en 1810 ; voir La Tour Léon de, Études sur l’histoire de Pit (...)
  • 81 Ici même l’article de Lucie Gaugain.

27Fréquemment aussi le Conseil occupait l’étage d’une tour de l’enceinte de la ville comme à Auxerre, à Loches, à Soissons (1114), à Toulouse (1202) où le Consulat acheta une tour et des maisons pour ériger la maison commune76 ou encore en Castille77. À la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle le Conseil de ville se tenait toujours dans une tour ou une porte de l’enceinte au Mans78, à Romorantin (la porte d’Abas79), à Vendôme (la porte Saint-Georges) (fig. 9), à Pithiviers (la porte d’Orléans80), à Avallon, à Calais, à Rennes et à Nantes, etc. Cette relation entre le siège du magistrat et la tour était naturelle lorsque la ville avait la propriété de l’enceinte, mais on évoquera aussi la part du symbolisme attaché à une forme architecturale rappelant la tour-maîtresse seigneuriale. En témoignent encore la construction à Amboise, alors même que l’hôtel de ville venait d’être édifié, de la tour de l’Horloge (1495-1502) enjambant la rue conduisant du faubourg Saint-Denis au château81 ou encore l’édification à la Renaissance d’un nouvel hôtel de ville à Loches accolé à la porte de l’enceinte médiévale.

28Si les tours n’offraient que des volumes étriqués et un confort limité, les portes de certaines villes possédaient un étage constitué d’une salle propre, disposée au-dessus du passage de la porte et suffisamment spacieuse pour les réunions. À Pithiviers, la chambre du Conseil occupait la salle, le bailliage une chambre d’une des tours et l’arsenal l’autre tour. Néanmoins, la salle principale d’une habitation bourgeoise ne pouvait accueillir au maximum qu’une dizaine de participants, une trentaine peut-être la ou les salles des portes. Les assemblées d’habitants plus importantes devaient donc se faire ailleurs, dans les salles des palais archiépiscopaux de Tours, Reims et Chartres, dans la salle épiscopale du Mans, dans les salles des palais royaux (Sens) ou comtaux (Le Mans) ou enfin dans les hôtels particuliers (hôtel du bailli à Dun-le-Roi).

Les constructions de la fin du XVe siècle

  • 82 Héliot Pierre, « La fin de l’architecture gothique dans le Nord de la France », Bulletin de la Comm (...)
  • 83 Wauters Alphonse, « L’hôtel de ville de Hal », Messager des sciences historiques de Belgique, 1845, (...)

29Les XVe et XVIe siècles constituèrent l’âge d’or des hôtels de ville, non pas tant par l’ampleur des projets développés que par l’originalité et la richesse des programmes décoratifs mis en œuvre. Dans les villes des anciens Pays-Bas en particulier, les travaux de reconstruction furent nombreux comme en attestent les exemples de Lille (1424), Bruxelles (1400-1445, fig. 10), Béthune (1447-1448), Louvain (1448-1459), Damme (1461-1470), Mons (1459-1467), Douai (1463-1466), Valenciennes (1490), Liège (« La Violette », 1480-1498), Cambrai (1510), Arras (1501-1508, fig. 11), Namur (1514-1520), Gand (1518-1539), Léau (1526-1538), Anvers (1561-1565). Des chantiers tardifs furent encore ouverts à Lille (1593-1597), Bapaume (1590-1610) – traduction abrégée d’Arras en style classique –, Hondschoote (160682), Furnes (1596-1612), Valenciennes (1612-1615), Hal (161683), Cassel (1634), Cambrai (1650), Le Cateau (1705)...

  • 84 Y figuraient la Salamandre et la cordelière avec la devise « Raison par tout ». Il fut malheureusem (...)
  • 85 Le Méné Michel, « La construction à Nantes au XV e siècle », Annales de Bretagne, 3, 1961, p. 377-7 (...)
  • 86 Chevalier Bernard, Tours, ville royale (1356-1520), Chambray, CLD, 1983, p. 311 et son article ici (...)
  • 87 Leguay J.-P., La ville de Rennes au XVe siècle…, op. cit., p. 276.
  • 88 Liévaux P., « Un symbole architectural du pouvoir communal… », op. cit., p. 487.

30Furent encore concernées les villes du Royaume : Amboise (1485-1487), Bourges (1488-1492), Noyon (1500-1515), Saint-Quentin (1500-1510), Orléans (vers 1505-1513), Compiègne (1505-1514), Saumur (vers 1510-1515), Aurillac (vers 1510-1520), Niort (1520-1530), Provins (vers 1520-3084), Besançon (1520-1573), Angers (1527-1532), Loches (1535-1543), Beaugency (1526-1530), Paris (1532-1545), Saint-Flour (1540). Pour les villes de la Loire ou de Bretagne, il s’agissait souvent de la première maison commune, sauf à Nantes où une importante activité concerna les bâtiments communaux dans la seconde moitié du XVe siècle (entre 1450 et 149485). Ce fut le cas à Tours en 1462, la mairie et l’échevinage ayant été constitués, la collectivité reçut le droit de posséder une maison de ville qui fut édifiée sur la grande rue et dotée d’un portail neuf en 147286. À Rennes, capitale de la Bretagne ducale, la construction de la première « maison commune » ne remonte qu’à 149387. Malgré cet effort édilitaire important, bien des villes n’avaient pas encore réussi au XVIIe siècle à donner à leur hôtel l’ampleur nécessaire : trente-et-un édifices nouveaux furent alors bâtis et sept hôtels agrandis ou partiellement reconstruits88.

Fig. 9 > Vendôme, la porte Saint-Georges [© A. Salamagne].

Fig > 10. Bruxelles, hôtel de ville [©A. Salamagne].

Fig. 11 > Arras, façade de l’hôtel de ville [©A. Salamagne].

Les grands ensembles monumentaux

31Parmi les bâtiments communaux à vocation publique, les plus importants furent incontestablement les ensembles monumentaux constitués par la juxtaposition du beffroi, des halles et de la maison commune ou tout au moins par deux de ces trois bâtiments. La ville, corps constitué, se fait reconnaître par le signe qui la rend visible.

  • 89 Coomans Thomas, « Belfries, cloth halls, hospitals and mendicant churches: a new urban architecture (...)
  • 90 Arnould M.-A., « L’industrie drapière dans le comté de Hainaut au Moyen Âge », op. cit. ; Salamagne (...)
  • 91 Le bâtiment ne devient maison commune que vers 1300.
  • 92 Racine Pierre, « Les palais publics dans les communes italiennes… », op. cit., p. 142 : à Sienne le (...)
  • 93 Article ici même de Stephan Albrecht. À cet égard l’archéologie est susceptible de nuancer l’affirm (...)

32On a souligné que c’est dans les villes de Flandre et du Brabant, les premières à développer une industrie textile et à acquérir une autonomie politique, que furent mis en œuvre des projets urbains prestigieux89. La remarque néanmoins tend à ignorer le développement et l’essor des villes d’Artois ou encore de Hainaut dont le dynamisme de l’industrie textile et constructive a été rappelé : le fait doit être d’autant plus souligné que les carrières y étaient toutes localisées et que la Flandre était contrainte en grande partie de s’y approvisionner90. Dans l’obligation d’y envoyer ses maîtres d’œuvre ou de les faire venir de ces régions, elle en importa aussi les modèles architecturaux. En Italie du Nord (Côme, Padoue et Milan, Brescia, Vérone, Bergame), Flandre (Bruges et Ypres) (fig. 12), Hainaut (Valenciennes) et Artois (Arras), en Aquitaine (Saint-Antonin-Noble-Val91, La Réole), dans les villes de la Baltique (Lübeck, Hambourg), la maison commune est attestée dès la fin du XIIe siècle. Cependant, son développement dans les villes drapantes et commerçantes du Hainaut, de la Flandre, de l’Italie du Nord (Brescia, Vérone, Bergame, Venise) ou de la Baltique (Lübeck, Hambourg) fut à bien des égards exemplaire. Encore faut-il souligner que ces chantiers se prolongèrent sur plusieurs décennies pour arriver à créer, dans une trame urbaine particulièrement dense, un ensemble cohérent où des fonctions aux origines séparées – économiques et administratives, judiciaires, politiques, économiques, militaires – furent réunies. Dans un premier temps s’imposait, comme cela a été noté aussi bien pour l’Italie92 que pour les Pays germaniques93, le réaménagement de l’espace urbain et le remodelage du parcellaire environnant : la création ou l’agrandissement d’une place, le percement de voies nouvelles nécessitant expropriations et indemnisations…

  • 94 Junot Yves, « Grand-place et vie urbaine dans les Pays-Bas du sud au XVIe siècle : l’exemple de Val (...)
  • 95 Dupont Jean A., « L’urbanisme en matière de voirie à Mons à la fin du Moyen Âge », Études et docume (...)
  • 96 Cardevacque A. de, Les places d’Arras, op. cit., p. 9 sqq. ; expropriation de plusieurs maisons don (...)
  • 97 Voir Blieck Gilles et Guiffray Alain, « Genèse et évolution d’une place publique. L’exemple de Lill (...)
  • 98 Desportes P., Reims et les rémois…, op. cit., p. 68. Neveux Hugues, « Structure et fonctions des ma (...)
  • 99 Le Roux de Lincy A., Histoire de l’hôtel de ville de Paris, op. cit., p. 15-16.
  • 100 Ici même article de Philippe Cachau.

33Aussi ces projets reflètent-ils au premier chef les rapports de force existants dans la cité médiévale et l’émergence d’un pouvoir urbain plus ou moins précoce. La constitution de vastes ensembles monumentaux ouverts sur les places des villes dans un espace urbain densifié présentait d’énormes difficultés, car il fallait concevoir au XIIIe siècle une place correspondant à une cité comptant de 20 000 à 40 000 habitants alors que le marché des origines des bourgs n’était dimensionné qu’à une ville de quelques milliers d’habitants. À Valenciennes (XIIIe siècle94), Mons (1345-134895), Arras96 (vers 1500) ou Lille97 (fig. 13), ces projets urbains nécessitèrent l’expropriation d’un habitat dense en cœur de ville dont la valeur foncière était élevée98. À Paris encore, en 1532, la construction de l’hôtel de ville se heurta à la nécessité d’exproprier onze propriétés et d’assurer le paiement en rente des droits féodaux qui grevaient ces biens99. Ces contraintes et les conditions n’étaient guère modifiées au XVIIIe siècle comme le montrent, à l’instar de Rouen et Bordeaux, les vicissitudes pour la reconstruction de l’hôtel de ville de Marseille100. Aussi, cette vaste restructuration urbanistique, visant à libérer – au cœur de la cité – l’espace nécessaire à la conception des nouveaux édifices et au dégagement de cet espace nécessaire, ne pouvait se faire que sur plusieurs décennies.

Fig. 12 > Ypres la place avant 1914 [© A. Salamagne].

34Les bâtiments représentatifs de la puissance publique devinrent alors des édifices autonomes des halles marchandes, même si le terme de halle peut continuer à les désigner, offrant divers locaux aux fonctions déterminées :

  • les uns où s’exerçait la puissance publique : lieux de délibérations comme la chambre des échevins ou la halle ou salle des Jurés, mais aussi des espaces annexes symboliques de l’exercice de ce pouvoir, dépôt d’archives, trésorerie, arsenaux, etc. ;

  • les autres où se pratiquaient les activités économiques (halles aux draps, aux blés, etc.) ;

  • les derniers constituant des lieux de culte.

35En fonction du statut de la ville, de ses ressources financières et de sa place comme marché et centre de redistribution, les espaces à vocation économique pouvaient occuper une place plus ou moins importante. À Bruges (les halles), Bruxelles, Cambrai, Douai, Noyon, Orléans, Saint-Omer, Valenciennes, Ypres, les bâtiments furent érigés autour d’un espace central formant cour, autour de laquelle étaient distribués les différents édifices, principe de distribution que l’on retrouve en Italie et en Allemagne.

Fig. 13 > Lille, la Grand-Place [©A. Salamagne].

Des bâtiments à fonction administrative

36Les halles administratives comprenaient généralement deux niveaux en élévation :

  • la « basse halle » des jurés, constituant un espace d’accueil public au premier niveau, un lieu de basse justice, et qui pouvait également accueillir certaines assemblées de ville ou encore différents services administratif et des bureaux (Louvain) ;

  • la « haute halle » ou salle d’honneur du second niveau, abritant les réunions du Magistrat (les échevins) ou servant comme chambre du Conseil (Douai, Louvain, Saint-Omer, Ypres, Valenciennes) et salle de haute justice, lieu festif et de représentation dans le cadre des cérémonies de réception d’hôtes de prestige, ou de délégations de villes amies (fig. 14).

Fig > 14. Mons, salle d’honneur de l’hôtel de ville [©A. Salamagne].

37Autour du bâtiment principal des halles administratives se répartissaient ainsi diverses annexes, juxtaposées ou non.

La mémoire de la ville

38La ville préservait ses chartes et ses privilèges, soit dans son beffroi, soit dans des pièces de l’hôtel de ville, disposition plus logique pour en permettre la consultation ou la présentation officielle. Dans les villes des anciens Pays-Bas les dépôts d’archives pouvaient être importants, car ils conservaient les « werps », l’équivalent des archives notariales, dont les actes testamentaires, les contrats, etc. À Saint-Quentin y étaient entreposées les ordonnances de police de la ville, la liste des nominations aux offices, aux fonctions de marguilliers, les rôles de « visiteurs, esgardeurs et priseurs des métiers », les procès-verbaux des condamnations sur la vente des marchandises, les baux, décisions de travaux à effectuer et les consignes données à l’argentier, etc. En Bretagne ou ailleurs, les réunions des Conseils sécrétaient des procès-verbaux, plus ou moins bien conservés, des délibérations ou décisions des assemblées municipales et des Conseils, qui constituaient aussi la mémoire de la ville (registres mémoriaux) et qui devaient être précieusement sauvegardés.

  • 101 On pensera en particulier aux chirographes, qui sont des actes de conventions donnés entre deux par (...)

39Brigitte Bedos-Rezak a souligné la signification de leur conservation par les villes, celles du Nord en particulier : dès le XIe siècle, le pouvoir échevinal allait s’imposer dans les transactions urbaines, des actes produits par les échevins étant décrits comme publics et authentiques, ce dernier caractère procédant du premier. Le contrôle de l’écrit participait d’une manifestation du pouvoir, la conservation dans les archives de la ville authentifiant l’acte101 : la ville devait être en mesure de conserver et de produire ces actes qui prouvaient ses droits et prérogatives. Lors de leur entrée en fonction, le maire et les échevins devaient jurer de conserver, ainsi à Béthune, les « chartes, privilèges, us et coutumes de la ville », serment que tenait aussi le prince lors de sa joyeuse entrée. Qualifiés de « chambre des archives », « ferme », etc. (« le petit et le grand Ferme » à Cambrai ; le « Ferme d’en bas » ou « Trésorerie » et le « Ferme d’en haut » à Douai), de « greffe » à partir du XVIe siècle, ces locaux sont attestés à Cambrai, Compiègne, Douai, Louvain, Saint-Omer, Saint-Quentin, Tournai, Valenciennes. À Tournai, le Ferme était située dans une tour dite des Six (du nom des six maîtres chargés de la garde des titres) ou tour des Chartres (fig. 15) ; à Saint-Quentin cette tour, qualifiée de « tour d’en hault », ou tour des Archives, se trouvait dans le jardin de l’hôtel de ville, comme celle de Mons (1391) : les archives y étaient stockées dans une chambre à l’étage, élevée sur un niveau voûté et surmontée du logement du greffier. À Douai, en 1463 encore, on prévoyait dans un premier projet de reconstruction de l’hôtel de ville d’édifier une tour des Archives.

  • 102 Durieux Achille, « Notes sur les artistes cambrésiens cités dans les comptes de la ville de Cambrai (...)

40Outre leur disposition dans des tours ou des locaux voûtés contre les risques d’incendie, le souci qu’on avait de mettre en sécurité ces dépôts se reflète encore dans la multiplication des mesures qui étaient prises pour les enfermer dans des coffres aux serrures multiples. À Cambrai en 1432-1433 les noms des détenteurs des clefs des pièces conservant les archives (le Ferme, la chambre aux sceaux et autres lieux) étaient inscrits sur un tableau102 :

A Lucas, pointre, pour avoir replastré et repoint le tablet de messeigneurs en le cambre de le paix ouquel sont escripts cheulx qui ont et wardent les clefs du ferme, du scel et aultres plaches touchant lesdits condicion et les besongnes de ledite cité, par marquiet fait a lui en tasque, 15 s.

Fig > 15. Tournai, la tour des Six. Gravure dans A.-F.-J. Bozières, Tournai ancien et moderne, Tournai, Adolphe Delmée, 1864 [© A. Salamagne].

  • 103 « Procès-verbaux des séances de la chambre du Conseil des mayeurs, échevins et jurés de Saint-Quent (...)
  • 104 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 42 : « pour un escring… enquelle on met les escriptur (...)

41À Saint-Quentin, trois commis étaient chargés de la garde des clefs du coffre de la commune et trois autres de la garde des clefs de « la tour d’en hault103 ». La tour enfermait les privilèges et archives de la ville, les actes d’échevinage, etc. dans des coffres (« huges ») « escring104 » ou des armoires à « layettes ». À Lille en 1412, un menuisier réalisait pour la chambre des Échevins une armoire d’un peu plus de 1 m de large sur près de 2,50 m de hauteur destinée à recueillir différents registres et en particulier les actes de délibération des échevins :

  • 105 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 45-46.

A Jacquemart Legroul, escrignier, pour avoir fait et livré unes aumaires de 8 pies de hault, 3 pies et demi de let et 2 pies de parfons, ycelles revestues de sousbassemens, de pilliers, fiolles, ogives et cleres voyes, lesquelles sont assises en le cambre d’eschevins pour enfermer en ycelles plusieurs registres et autrres escriptures touchant ladite ville, 7 ℓ., 19 s., 4 d.105

  • 106 Mazières M., « Du gouvernement et administration de la commune de Noyon, Attributions des magistrat (...)
  • 107 Vandenpeereboom Alphonse, Notices, études, notes et documents sur Ypres, Bruges, t. 2. La chambre d (...)
  • 108 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 43.
  • 109 Borgnet J., « L’hôtel-de-ville et le perron de Namur », op. cit., p. 215.
  • 110 Ici même article de Jean-Pierre Leguay pour d’autres mentions.

42À Noyon les titres de la ville étaient conservés dans un « uys de fer », « houchel de le cambre », ou coffre de fer fermé de quatre clefs aux mains du Maire, des argentiers et de deux maires du Métier ; on mentionne encore la caisse ou trésor (arca106). À Ypres (1330), dans le beffroi ou la chambre des échevins, des « huges » à serrures enfermaient les privilèges de la ville, huges garnies de layettes ou étagères (« laeden ») pour la conservation des registres et archives107. À Douai les coffres contenant les sceaux de la ville étaient déposés dans le Ferme tandis que dans la halle des échevins reposait la « Huge aux privilèges », coffre fermé de triples serrures dont les clefs étaient réparties aux mains de plusieurs échevins, où se trouvaient les titres les plus précieux de la commune, droits de propriétés, titres, etc. À Lille ces coffres étaient entreposés dans un local distinct, la « maison du seel » (1402108), à Namur l’armoire et le coffre (« le cofre des chatres delle ville ») dans la « cambrette » des échevins située à l’étage, dont les parois étaient lambrissées et peintes (1455) et éclairées de fenêtres à vitraux109, à Bruges dans le beffroi (fig. 16). À Nantes (1436) le coffre principal, le « grant souffre » – doublé par des coffres plus légers, simples « huges » – qui nécessitait jusqu’à dix personnes pour le porter, renfermait entre autre les chartes dont les sceaux étaient préservés dans des boîtes ou « estuiz » en fer blanc. Le coffre « où sont les lectres et comptes de la ville » était fermé de trois serrures dont les clefs étaient confiées, l’une au miseur, l’autre au contrôleur, la troisième déposée au château ducal110.

  • 111 Voir l’illustration de l’article de Bernard Chevalier.
  • 112 Guesnon Alphonse, Sigillographie de la ville et de la Cité d’Arras, Arras/Paris, Topino/A. Durand, (...)

43À Arras, le coffre contenant les chartes (« huchel aux chartes »), était fermé de sept clefs aux mains de sept échevins ; il reposait, au XIVe siècle, dans une tourelle où se trouvait la trésorerie communiquant directement avec la « chambre de l’eschevinaige ». À l’intérieur de ce coffre, un petit coffret de cuivre enfermait le « scel » de la communauté ou grand sceau dont l’utilisation était limitée à des actes importants engageant la responsabilité politique ou financière de la ville. Les sceaux aux causes et aux contrats ou ventes (institués en 1355111) étaient confiés à deux échevins de semaine qui seuls avaient la clef du « huchel » où ils étaient déposés. Dans la même pièce, un autre coffre ou « huchel aux sceaux » fermait à deux serrures dont les six clefs étaient pour chacune d’entre elles aux mains de six échevins112. La multiplication de ces serrures et des clefs, distribuées à des personnes multiples, donne assez à voir la peur qu’on éprouvait à voir dérober les sceaux.

Fig. 16 > Bruges, coffre des privilèges de la ville conservé dans une chambre du beffroi [© A. Salamagne].

  • 113 Le Roux de Lincy A., Histoire de l’hôtel de ville de Paris, op. cit., p. 11.

44En relation souvent avec les lieux conservant les archives (et parfois confondus comme à Douai) existaient des pièces où se traitaient les comptabilités et où se faisaient les règlements financiers des villes (Binche, Lille, Noyon, Saint-Omer, Valenciennes) qualifiées de « massarderie », « argenterie », « trésorerie » ; à Louvain la basse halle donnait sur trois petites pièces (« schrifkamers ») occupées par les fonctionnaires ou clercs chargés de tenir en triple exemplaire les comptabilités de la ville. La mention d’un « comptoir » en l’hôtel de ville de Paris en 1446 doit également correspondre à cet usage, car la porte de cette pièce avait été « crochetée par malfaicteurs113 ».

45À défaut d’une maison commune, les archives consultées devaient être stockées chez un particulier ou déplacées à chaque fois.

La bretèche

  • 114 Mons en 1385 (Piérard Christiane, « Mons, les hôtels de ville du XIIIe au XVe siècle », dans Actes (...)
  • 115 Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville, op. cit., p. 24-25 ; voir les exemples rassemblés pa (...)

46Dans les hôtels de ville des anciens Pays-Bas et des Pays Germaniques, la bretèche (« bretèque »), était une tribune en encorbellement mentionnée au moins dès le XIVe siècle114 (Arras, Douai, Mons, Saint-Omer, Valenciennes) (fig. 17), disposée sur la façade et à proximité de l’entrée principale, qui ne doit pas être confondue avec le porche couronnant un escalier monumental établi hors-œuvre. Dans une même ville néanmoins plusieurs édifices liés à des fiefs ou des échevinages distincts pouvaient porter bretèche115. Les échevins y faisaient crier et proclamer les nouvelles ordinaires et extraordinaires, les bans et ordonnances, les sentences de justice en matière criminelles, les notifications à caractère officielles, les recours des marchés, etc. Du gothique à l’époque renaissante, elles ont constitué des éléments signifiants de la symbolique institutionnelle et architecturale, avant de disparaître au XVIIe siècle, remplacées par un balcon de pierre (Toulon, 1656) ou une balustrade de fer forgé et doré (Arras, Béziers, Binche, Douai) (fig. 18) ou alors de devenir, comme à Reims (1627) ou Condé-sur Escaut (1773), une loggia accessible depuis les portes-fenêtres de l’étage noble.

Des bâtiments à fonction économique

47L’hôtel de ville ne possédait pas que des locaux administratifs, mais recelait encore une série de bâtiments ou de pièces à destination économique, entre autre des celliers ou des appentis pour stocker les matériaux utilisés dans les travaux urbains (bois, brique, pierre, sable, ardoise, etc.), ainsi à Angers, Cambrai, Douai, etc.

  • 116 Dubuisson-Aubenay François-Nicolas, Itinéraire de Bretagne en 1636, t. 2, Nantes, 1898-1902, p. 147 (...)

48Des locaux spécifiques ou les portiques d’entrée des halles abritaient les poids et mesures de la cité, servant de référence aux contrôleurs (« eswardeurs ») en charge de la vérification de la conformité des marchandises dans la ville et sa banlieue. La façade, rue des Carmes de la maison de la prévôté de Nantes, hôtel de ville à partir de 1491, conserve trois jauges de mesure pour l’étalonnage des filets de pêche, étalons évoqués par le voyageur Dubuisson-Aubenay lors de son passage dans cette ville en 1636116. Parfois aussi ces étalons sont gravés directement dans la pierre, ainsi que sur un contrefort du beffroi d’Obernai.

Fig. 17 > Mons, façade de l’hôtel de ville et sa bretèche. Gravure de Jean-Laurent Krafftdans Christyn et Foppens, Les Délices des Pays-Bas, Bruxelles, 1743, t. 2, p. 279 [© B. Waterlot].

Fig. 18 > Hôtel de ville de Béziers, balcon de la façade [© A. Salamagne].

  • 117 Acloque Geneviève, Les corporations, l'industrie et le commerce à Chartres, Paris, A. Picard, p. 18 (...)
  • 118 Savary des Bruslons Philémon-Louis, Dictionnaire universel de commerce, t. 2, Genève, Cramer & Frer (...)
  • 119 Sauval H., Histoire et recherches des antiquités, op. cit., t. 1, p. 658.
  • 120 AM Valenciennes, CC 726, 1370-1371, f° 14r° : « pour 8 toises de cordielle pour les petites balance (...)
  • 121 AM Douai, CC 208, 1414-15, f° 419r°.
  • 122 Higounet-Nadal Arlette, Périgueux aux XIVe et XVe siècles. Étude de démographie historique, Bordeau (...)

49Intégrés dans les halles ou dans les hôtels de ville, ou situés à proximité, existent des poids publics : Arras (« halle au poids »), Hal, « poids le roi » (Chartres117), indispensables aux échanges commerciaux. À Paris est établi au milieu de la grande Halle le Poids-le-Roi, « pour y peser toutes les diverses sortes de marchandises qui se vendent118 ». Sauval nous rapporte encore que : « De tout tems on a tenu le Poids du Roi, et on le tient encore à la rue des Lombards, dans un grand logis nomme à present le Poids du Roi et anciennement le Poids-le-Roi119. » À Valenciennes, les halles de la laine enfermaient les petites et les grandes balances120, à Douai au début du XVe siècle les basses halles le « poix » de la ville121, à Périgueux la maison du Consulat (ou un édifice mitoyen), les Bladeries qui abritait le poids du blé122.

  • 123 Ici même l’article de J.-P. Leguay.
  • 124 Durieux A., « Le magistrat de Cambrai à table », Mémoires de la société d’émulation de Cambrai, t.  (...)
  • 125 Voir sur cette pratique une étude de Samuel Leturcq, « La qualité des pots de vin tourangeaux au XV(...)
  • 126 Ici même la communication de Dominique Letellier-d’Espinose et Olivier Biguet.
  • 127 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 46, 1416 : « pour avoir machonné en le halle au derri (...)

50Toutefois les maisons communes constituaient encore des lieux de représentation, dans le cadre des réceptions officielles, des fêtes, des joyeuses entrées des souverains, etc. La salle haute de l’hôtel de ville offrait les espaces nécessaires à la célébration des banquets et des repas solennels pris ou offerts par le Magistrat. Les sources, comme celles exploitées par Jean-Pierre Leguay pour la Bretagne123, d’autres encore pour le Nord de la France124, donnent des renseignements précis sur le déroulement de ces repas. À Cambrai, les membres du Magistrat se réunissaient à table de manière ordinaire (à date fixe) une vingtaine de fois par an, outre les occasions extraordinaires, tels l’arrivée d’un personnage illustre, le mariage d’un échevin, etc. D’autre part la passation des marchés, l’accomplissement de tâches concernant la sécurité de la ville, la consultation de personnes extérieures ou d’experts dans différents domaines, etc. donnaient lieu à diverses collations. À bien des égards ces repas, agrémentés de divertissements musicaux, ne différaient guère de ceux de la société aristocratique, d’autant qu’y assistaient aussi, comme à Cambrai, précédant les échevins en habits de « grands draps ou robes rouges » de parement, l’évêque et ses vicaires, le gouverneur de la ville, le bailli de Cambrésis… La fréquence de ces agapes nécessitait à proximité des bâtiments édilitaires des cuisines, mentionnées de fait (à Amboise, Angers, Béthune, Binche, Cambrai, Compiègne, Douai, Louvain, Mons, Namur, Noyon, Valenciennes) et sur la gestion desquelles le concierge, qui disposait d’une maison ou d’un logis (Angers, Arras, Cambrai, Douai, Saint-Quentin, Tournai), avait la haute main. En complément, des celliers et « boutellerie » (Compiègne, Douai, Namur) permettaient de stocker les vins, largement consommés lors des festins, mais offerts aussi traditionnellement en signe de bienvenue, comme « pots-de-vin125 ». La fin des collations pouvait être accompagnée d’un parcours dans les jardins (Douai, Lille, Mons, Noyon, Saint-Quentin) parfois plantés de vignes comme à Mons le jardin « du Mayeur ». À Angers le jardin à la Renaissance comportait des allées couvertes de treilles, des bassins, des fontaines et des volières126. Signalons enfin les lieux d’hygiène, latrines et pissotières (Cambrai, Douai, Lille127, Noyon, Paris, Saint-Quentin) qui venaient compléter l’équipement de la maison commune.

Des bâtiments à fonction religieuse

  • 128 Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville, op. cit., p. 66-69.

51Diverses cérémonies religieuses accompagnant la tenue des conseils, le magistrat pouvait avoir un lieu de culte privilégié dans une église voisine (à Ypres), mais il était souvent intégré à l’hôtel de ville sous forme d’un oratoire (Bruxelles, Saint-Quentin), parfois même de deux (Amiens), ou sous forme d’une véritable chapelle (Amiens, Béthune, Cambrai – « la chapelle de la Paix » –, Douai, Lille, Mons – chapelle Saint-Georges ou « capielle dou markiet » –, Namur (chapelle Saint-Rémy), Valenciennes (chapelle Saint-Pierre où des corporations avaient leur siège). À Bruges elle comportait deux niveaux (chapelles basses et hautes de Saint-Basile et du Saint-Sang). D’essence privée, ces lieux de culte pouvaient néanmoins voir des célébrations s’y dérouler lors des fêtes des métiers ou des saints patrons, ou encore à l’occasion du décès d’un mayeur ou d’un échevin128.

Des bâtiments à fonction militaire

  • 129 Salamagne Alain, « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France aux XIVe et XVe s (...)
  • 130 On verra aussi Denys Catherine, « La grand-place : un enjeu essentiel pour la police urbaine dans l (...)
  • 131 AM Valenciennes, CC 2380, 3 v°.

52L’organisation militaire de la ville prenait ses racines dans l’émergence même de la commune : la paix de Valenciennes de 1114 consacrait l’existence de connétablies dont les chefs militaires venaient prendre leurs ordres devant la façade de l’hôtel de ville, sur la place qui permettait leur déploiement et il en était de même à Mons et à Saint-Omer129. Mais ce ne fut semble-t-il qu’à partir de la seconde moitié du XVIe siècle, dans le contexte de la militarisation des villes frontières, que l’hôtel de ville (Lille, Namur, Saint-Omer, Valenciennes) devait incorporer un corps de garde130 ; à Aire-sur-la-Lys en 1600 le corps-de-garde devint même un bâtiment en soi (fig. 19) ; sur la place de Tournai, la halle aux draps en 1610 était aussi la « Grand’Garde ». Ces corps de garde, meublés, enfermaient encore – comme en 1634 sur la place (d’armes) de Valenciennes le « grand corps de garde de la maison eschevinalle » – les armes des bourgeois131. Dès le XVe siècle, de surcroît dans de nombreuse villes, les sous-sols ou celliers des maisons communes, parfois même les greniers, purent servir de « salle de l’artillerie » c’est-à-dire d’arsenal pour le dépôt des pièces d’artillerie mécanique et à feu et des poudres. Ces dispositions restèrent généralement en usage jusque dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Fig. 19 > Le corps-de-garde d’Aire-sur-la-Lys. Lithographie Desavary-Dutilleux [© A. Salamagne].

L’HÔTEL DE VILLE : UN MODÈLE ORIGINAL ?

  • 132 Vermeersch Albert, Essai sur les origines et la signification de la commune dans le nord de la Fran (...)
  • 133 Voir ici même sur le décor et les signes du pouvoir urbain et du pouvoir royal, les articles de Céc (...)

53Parmi les bâtiments communaux à vocation publique, les plus importants d’entre eux furent bien constitués par les halles et hôtels de ville, parfois réunis dans un seul ensemble monumental. Si on les fait naître généralement du mouvement d’émancipation politique et économique qui, à partir du XIIe siècle, poussa de nombreuses villes européennes à se constituer en communautés, il faut néanmoins souligner que la commune fut avant tout une institution de paix et de protection des marchands et des bourgeois dont la réalité se refléta d’abord dans la constitution d’une milice communale, et non pas dans la construction d’un hôtel de ville132. Les premières réunions se faisaient dans de simples maisons, dans des églises ou encore dans les halles marchandes. Aussi le choix de leur emplacement, la date et l’histoire de leur construction, les particularités de leur architecture, de leur distribution et de leur décor sont conditionnés par l’histoire de chaque communauté dont ils reflètent souvent le statut133.

54De la simple demeure transformée à usage de maison commune (en Bretagne, dans le Sud de la France, etc.) aux palais communaux des grandes cités italiennes, « flamandes » ou germaniques, des programmes architecturaux plus ou moins ambitieux furent mis en œuvre. Les majestueuses façades des hôtels de ville et halles de Valenciennes (1265-1280), Bruges (vers 1270-1300) et Ypres (vers 1280-1305) longues de plus de 80 m, intégrant ou rejetant diverses composantes, et adoptant des formes architecturales variées, y associant le beffroi ou l’intégrant, en constituèrent les formules les plus accomplies. Leur développement dans les villes drapantes et commerçantes de l’Italie ou de la Baltique fut également remarquable. Dans ce dernier cas il est possible que les relations commerciales au sein de la Hanse aient joué dans la diffusion, sinon de modèles, tout au moins de solutions architecturales voisines d’esprit. Comment néanmoins ne pas reconnaître dans les grandes baies percées de réseaux rayonnants de la façade de l’hôtel de ville de Lübeck (vers 1260) le caractère français de leur importation ?

  • 134 Bedos-Rezak B., « Civic liturgies… », op. cit., p. 45.

55Ce n’est qu’à partir du XIIIe siècle que le pouvoir communal – au fur et à mesure aussi que se réduisait l’autonomie des anciens bourgs – chercha à rassembler des bâtiments d’abord épars autour de la place de la cité, à proximité du siège de leur pouvoir, dans les lieux stratégiques de la ville sur le plan économique ou symbolique, places, ports, débouchés des grandes rues commerçantes, etc., lui permettant aussi de contrôler plus facilement la vie économique (Bruxelles et Valenciennes au XIIIe siècle autour de leur « grande place », Arras au XVe siècle autour du Petit Marché). La place agrandie, bornée par les bâtiments utilitaires des halles ou administratifs de la maison commune, capta à son profit les anciennes voies de la cité, bornées ou axées antérieurement sur le castrum ou le quartier épiscopal. Revanche du pouvoir échevinal, grâce à ses prérogatives en matière d’urbanisme, sur le pouvoir seigneurial (temporel ou spirituel) qui avait été jusque-là, avec la construction de ses églises, cathédrales, fortifications ou châteaux le seul acteur de l’aménagement du paysage urbain. La distribution verticale – halle marchande-auditoire de justice – exprimait également les nouveaux pouvoirs législatifs et judiciaires de la commune, lieu de gestion publique aussi car y étaient localisées les archives et la trésorerie. Conservant les matrices authentiques de l’histoire urbaine, l’hôtel de ville participait ainsi d’une liturgie urbaine où se déroulaient les sacrements de l’authentification des actes, les archives contribuant à faire de la ville un centre quasi-sacré de cérémonie et de prestige politique134.

  • 135 Le fait a également été noté pour les pays germaniques, voir Albrecht S., Mittelalterliche Rathäuse (...)

56La place des marchands sur laquelle se développera la façade de l’hôtel de ville (fig. 20) devient aussi une place d’armes car lieu de rassemblement des milices communales qui affirment le pouvoir politique de la ville, espace d’identification urbaine cristallisée autour des représentations collectives qui contribuent à assurer la cohésion de la communauté. Lieu aussi d’aboutissement des parcours d’un cérémonial qui débutait aux portes de la ville, où le magistrat recevait le prince, et conduisait à l’hôtel de ville où s’échangeaient les serments proclamés au balcon ou à la bretèche, pour le prince de conserver les privilèges de la ville, pour les bourgeois de lui rester fidèle135. De ce double serment de mutuelle fidélité témoignaient aussi les armes, tant de la ville que du prince, sculptées, peintes ou accrochées aux bannières flottant en façade ou au sommet des toitures.

  • 136 Voir ici même l’article de Bernard Chevalier.
  • 137 Nous aborderons ultérieurement cet aspect.

57Ces architectures symboliques constituaient, avec les enceintes de ville, une marque de la puissance et de l’autonomie de la cité, une marque d’honneur136. Atteste encore de ce fait la richesse des programmes de peinture et de sculpture qui y furent développés137. Affirmer par la monumentalité et l’opulence du décor le statut de l’hôtel de ville participait d’une volonté ostentatoire clairement manifestée dans les projets constructifs : dans les villes des anciens Pays-Bas – dès avant les années 1330 à Ypres, Tournai, Valenciennes – statuaire, ferronnerie, rehaussés par un revêtement polychrome à l’huile, or et vermillon, en ornementaient les façades. Au sommet d’un campanile accroché à la façade de la maison de ville (parfois du beffroi), une horloge, à partir de la seconde moitié du XIVe siècle, rythmait le « temps urbain », le temps des marchands, des artisans et des ouvriers : des automates, figures masculines et féminines, de bois ou de bronze (les Jacquemarts à Courtrai et Valenciennes, les Martin et Martine à Cambrai, les « Picantins » à Compiègne), frappaient avec un marteau les heures du jour.

Fig. 20 > Cambrai, la Grande-Place [© A. Salamagne].

  • 138 Voir ici même l’article de Flaminia Bardati.
  • 139 La galerie, de bois, fut reconstruite en pierre au XVIIIe siècle.
  • 140 Voir ici même l’article de Laure Delrue.
  • 141 Maesschalk A. et Viaene J., « Le maître des ouvrages Mathieu de Layens et l’ancien comté du Hainaut (...)
  • 142 Voir ici même l’article de Dominique Letellier-d’Espinose et Olivier Biguet.
  • 143 Voir ici même l’article de Jean-Yves Ribault.
  • 144 Le troisième niveau continué en style renaissant par Clément Ier Métezeau.
  • 145 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 63.
  • 146 Par Anita Oger et Philippe Cachau.
  • 147 Sur l’attribution à l’architecte voir néanmoins, Bevers Holm, Das Rathaus von Antwerpen (1561-1565) (...)
  • 148 Liévaux P., « Un symbole architectural du pouvoir communal… », op. cit., passim.
  • 149 Liévaux P., « Le rôle des hôtels de ville dans l’élaboration d’une architecture publique “à la fran (...)
  • 150 Ibid., p. 140-141.

58Pour autant, et jusqu’à la fin du XIVe siècle, on ne peut reconnaître dans l’architecture des hôtels de ville des formules architecturales originales, leur caractère stylistique procédant avant tout de l’adaptation des formules du gothique appliquées aux bâtiments utilitaires. De nombreux édifices ne résultaient pas tant d’un projet novateur que d’une soumission aux contingences du parcellaire ou des intérêts particuliers : pour agrandir la porte Mordelaise devenue hôtel de ville de Rennes (1477-1482), on se contenta de racheter une maison voisine que l’on relia à la porte par une galerie de bois, solution encore adoptée pour l’hôtel de ville de Paris en 1532138, le Greffe du Franc de Bruges en 1535 (fig. 21, pl. I, p. I), le palais communal de Trévise en 1540 ou encore par Pierre et Gaspard Puget en 1653 pour relier le nouveau bâtiment de l’hôtel de ville de Marseille à deux maisons situées derrière139. Par contre, par l’ambition des projets conduits et la qualité de ses maîtres d’œuvre, la « façade brabançonne » avec ses façades animées par de nombreuses croisées à meneau et ornementées de figures et de consoles sculptées (Bruxelles, Douai, Gand, Louvain, Mons), devint à partir des années 1450, et jusqu’aux années 1550, une référence stylistique dans les anciens Pays-Bas. La façade de l’hôtel de ville (« ghiselhuus ») de Bruges (1376-1400) en constitua le premier modèle régulier, mais directement inspiré de réalisations antérieures, en particulier la façade de l’hôtel de ville de Valenciennes (fig. 22, pl. I, p. II). Ce parti d’alternance de grandes croisées et de niches à statues sous dais fut repris pour la façade de l’hôtel de ville de Lille en 1424 : si le nom de son architecte n’est pas donné par les sources, on pensera néanmoins à Jehan Mina, maître maçon assermenté de la ville de Lille entre 1410 et 1429, appelé comme expert sur différents chantiers de Flandre et Artois. Quel rôle joua le marchand de pierre Gilles Pauls de Bruxelles (Gille Pauwels, futur maître-maçon du duc de Bourgogne en Brabant) qui introduisit à Lille140 pour la première fois le recours à la pierre de Brabant pour un édifice public ? Cette conception architecturale devait être développée quelques années plus tard (1448) sur l’hôtel de ville de Louvain, œuvre du maître maçon originaire du Hainaut Mathieu de Layens, mais dont les plans furent établis de concert… avec Gilles Pauwels141. À l’opposé, dans le royaume, la période de reconstruction de la fin du Moyen Âge ne fut pas accompagnée de la définition d’un modèle stylistique propre ; aussi des influences diverses y sont-elles repérables, de l’influence brabançonne perceptible sur les hôtels de ville de Picardie (Saint-Quentin, Noyon ou Compiègne), voire même de la Loire comme cela est souligné à propos d’Angers142, à celle de courants régionaux du gothique flamboyant : ainsi de l’hôtel des échevins à Bourges édifié (1488-1492) par le maître-maçon Jean Benoist143 ou de celui de Dreux commencé en 1516 par le maître maçon Pierre Chéron et continué par Jean Desmoulins de 1516 à 1520144. Avant que ne s’impose, vers les années 1510-1520, le style de la Renaissance, aussi bien dans le décor intérieur « à l’anticque » (Lille 1532145) que dans la conception de la façade (Beaugency, Orléans, Provins, Paris)… Le dessin de la façade, reflet de l’image que la ville veut donner elle-même, constituait bien un enjeu essentiel dont on retrouve encore l’écho au XVIIIe siècle lors de l’édification des hôtels de ville de Condé-sur-Escaut ou de Marseille étudiés ici146, dans la consultation ou l’opposition de différents projets donnés par des architectes de ville ou des architectes de cour. C’est autour de sa conception que se concrétisèrent les enjeux des conflits, comme à Lille depuis l’usage de la pierre de Brabant jusqu’au débat ouvert en 1593 entre Jean Fayet, maître maçon de la ville, et Mathieu Bollin, ingénieur de l’archiduc Albert de Habsbourg, sur le couronnement du fronton de la façade, Fayet défendant l’idée d’un pignon triomphal qui devait ressembler à celui de l’hôtel de ville d’Anvers, construit en 1561-1565 par Cornelius de Vriendt, dit Floris (1518-1575147). À l’opposé le XVIIe siècle ne vit pas émerger un style nouveau pour l’hôtel de ville qui, soit puisa dans le répertoire antérieur, soit reprit comme référence le modèle de l’hôtel particulier ou de la maison bourgeoise ou, encore, du château, ainsi dans l’idée des pavillons accostant un corps-de-logis central (Paris, 1532), Reims (1627) et Lyon (1646148). Ainsi, si la formule consistant à intégrer le beffroi à la composition d’ensemble de la façade (Bruxelles, Compiègne, Douai, Ypres) disparut dans le second quart du XVe siècle, des réminiscences en sont conservées dans des compositions monumentales postérieures, comme à l’hôtel de ville de Paris (1533) où le corps-delogis central est souligné par un beffroi de charpente enfermant les cloches et l’horloge de la ville, formule que l’on retrouve encore pour l’hôtel de ville de Reims en 1627149. Sur la place royale de Nancy, dont l’aménagement fut décidé en 1755 par Stanislas Leczinski, duc de Lorraine, la façade de l’hôtel de ville inspirée par l’oeuvre de Jules Hardouin-Mansart s’intègre dans un ensemble architectural dont elle ne se distingue pas par ses formes150 (fig. 23).

  • 151 Ici même l’article d’Éric Cron.
  • 152 Salamagne Alain, « Douai, beffroi et hôtel de ville », Congrès archéologique de France, 169e sessio (...)
  • 153 Ici même l’article de Jean-Claude Poinsignon.

59Si, au XIXe siècle, on resta fidèle, à quelques exceptions près, au choix des emplacements anciens, stratégiques et symboliques, de l’hôtel de ville – quitte à acquérir des parcelles voisines pour mener à bien les projets d’extension – l’éclectisme des références historiques alla de pair avec un goût prononcé pour le style gothique, marqueur de l’ancienneté de son histoire : mentionnons les transformations achevées à Saumur par Charles Joly-Leterme en 1841151 ou encore l’agrandissement – copie conforme de la façade du XVe siècle – opéré par l’architecte Meurant à Douai à partir de 1856152. En 1867 c’est avec le style de la « Renaissance flamande » teinté d’académisme que fut reconstruite la façade de l’hôtel de ville de Valenciennes avant d’être la seule conservée en 1945 lorsque fut incendié l’hôtel de ville153. Ainsi, pour la plupart détruits en 1914, beffrois et hôtels des zones dévastées du Nord-Pas-de-Calais, réédifiés, inscrivent toujours sur l’horizon des villes les traces de leur histoire.

Fig. 23 > Nancy, place Stanislas [© A. Salamagne].

Notes

1 Houdoy Jules, La halle échevinale de la ville de Lille 1235-1664, Lille-Paris, 1870, p. 58.

2 Wauters Alphonse, Les libertés communales. Essai sur leur origine et leurs premiers développements en Belgique, dans le Nord de la France et sur les bords du Rhin, Bruxelles/Paris, A. N. Lebègue et Cie/A. Ghio, 1re partie, 1878, p. 278-280.

3 Houdoy J., La halle échevinale, op. cit., p. 41 : « la maison de ville estant dalez le halle ».

4 Rigaudière Albert, Saint-Flour ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, Paris, Presses universitaires de France, 1982, t. 1, p. 125 ; l’auteur souligne qu’à cette date il ne s’agit pas vraiment d’une maison commune, mais d’un édifice qui appartient à un petit groupe.

5 Lodge R. Anthony, Les comptes des consuls de Montferrand : 1273-1319, Études et rencontres de l’École des Chartes, École nationale des Chartes, 2006, p. XVI.

6 Rigaudière A., Saint-Flour…, op. cit., t. 1, p. 123. Le Petit Thalamus de Montpellier, Société archéologique de Montpellier, 1840, p. 165.

7 Chapin Élizabeth, Les villes de foires de Champagne des origines au début du XIVe siècle, Paris, Champion, 1937, p. 189-190.

8 Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville, op. cit., p. 119.

9 Bérchez Joaquim, « Las lonjas de mercado en Espana : de Barcelona a Sevilla », dans Ottenheym K., De Jonge K. et Chatenet M., Public Buildings…, op. cit., p. 201-220.

10 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 41 et 48.

11 Dégez Albert, « Vannes. La cohue », Congrès archéologique de France, 141e session, 1983, Morbihan, 1986, p. 351.

12 Voir Tabarelli Gian Maria, Palazzi pubblici d’Italia. Nascita e trasformazione del palazzo publico in Italia fino al XVI secolo, Bramante Editrice, 1978, 258 p.

13 Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville, op. cit., p. 116-117.

14 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 12.

15 Lestocquoy Jean, Aux origines de la bourgeoisie : les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvernement des patriciens (XIe-XVe siècles), Paris, 1952, p. 62 sqq.

16 Lefebvre Jean-Luc, « Prud’hommes et bonnes gens dans les sources flamandes et wallonnes du Moyen Âge tardif ou l’éligibilité dans la fonction publique médiévale », Le Moyen Âge, 2002/2, t. CVIII, p. 253-300 et 457-479, donne un sens plus général au terme, hommes de bien, qui sont fondamentalement des hommes de la paix et de la concorde.

17 Derville Alain, « Les origines des libertés urbaines en Flandre », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Les origines des libertés humaines, 16e congrès, Rouen, 1985, p. 203-205.

18 Voir ici même l’article de Jean-Pierre Leguay.

19 AM Valenciennes, CC 698, 1347-1348.

20 Lejeune Théophile, « Histoire de la ville de Binche », Mémoires et publications de la Société des sciences, arts et lettres du Hainaut, VII, 1882 [Mons, 1883], p. 51-55.

21 Desportes Pierre, Reims et les rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, p. 68.

22 Christiane Piérard, « La Grand-Place de Mons, étude architecturale », Bulletin de la Commission royale des monuments et des sites, Bruxelles, t. 3, 1973, p. 183.

23 La vente du poisson de rivière se faisant rue du « Poisson Doux », celui du poisson de mer au pied du donjon comtal et place de la Poissonnerie au XVIe siècle : Aclocque Geneviève, Les corporations, l'industrie et le commerce à Chartres du XIe siècle à la Révolution, Paris, Picard, 1917, p. 97, 180-181, et 184.

24 Sauval H., Histoire et recherches des antiquités…, op. cit., t. 1, 1724, p. 633 et sq.

25 Giry Arthur, Histoire de la ville de Saint-Omer et de ses institutions jusqu’au XIVe siècle, Paris, F. Vieweg, 1877, p. 287 : « macellos, videlicet stallos ubi venduntur carnes ».

26 Gras Pierre, « Les fortifications et la topographie ancienne de Chalon », Mémoires de la Société d’histoire et archéologie de Chalon-sur-Saône, vol. XXX, 1943, p. 78-79.

27 Nous développerons ultérieurement cette étude sur les beffrois.

28 Chapin E., Les villes de foires de Champagne…, op. cit., p. 36-37.

29 Voir Cellier Louis, « Une commune flamande. Recherches sur les institutions politiques de la ville de Valenciennes », Mémoires historiques sur l’arrondissement de Valenciennes, t. 3, 1873, p. 22-390.

30 Giry A., Histoire de la ville de Saint-Omer…, op. cit., p. 64.

31 Lejeune T., « Histoire de la ville de Binche », op. cit., p. 51.

32 Borgnet Jules et Bormans Stanislas, Histoire de la commune de Namur au XIVe et au XVe siècle, Namur, Wesmael-Charlier, 1876, p. 34.

33 Chapin É., Les villes de foires de Champagne…, op. cit., p. 81-84.

34 Cardevacque Alphonse de, Les Places d’Arras. Étude historique et archéologique sur la Grande-Place et la Petite-Place d’Arras et la rue Taillerie qui les relie entre elles, Arras, Sueur-Charruey, 1881, p. 11.

35 Dickstein-Bernard C., « L’organisation du commerce dans les halles aux draps : l’exemple de Bruxelles au XIVe siècle », Annales de la Société royale d’archéologie de Bruxelles, t. 58, 1981, p. 70.

36 La remarque en est faite également par Daniel Leloup, Halles de Bretagne. Cinq siècles d’histoire, Rennes, Éditions Apogée, 1999, p. 41-43.

37 Giry A., Histoire de la ville de Saint-Omer…, op. cit., p. 285. Voir d’une manière générale, Van Uyten Raymond, L’approvisionnement des villes de l’'Europe occidentale au Moyen Âge et aux Temps modernes, Centre culturel de l’abbaye de Flaran, Cinquièmes journées internationales d’histoire, 16-18 septembre 1983, Auch, 1985, p. 75-116.

38 AM Valenciennes, J2 – 348 bis, 1382-1383, f° 48 v°.

39 Des Marez Guillaume, « L’organisation du travail à Bruxelles au XVe siècle », Mémoires couronnés et autres mémoires publiés par l’Académie royale des sciences, des lettres et des Beaux-arts de Belgique, vol. LXV, Bruxelles, 1903-1904, p. 305.

40 Ibid., p. 281 sqq., sur les différents systèmes de marque : industrielles, individuelles, de contrôle, d’origine.

41 Clavel Benoît et Cloquier Christophe, « Contribution des sources documentaires et archéologiques à l’étude des pratiques halieutiques fluviales médiévales et modernes dans le bassin de la Somme », dans Burnouf J. et Leveau P. (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture, Paris, CTHS, 2004, p. 201-210.

42 Chapin É., Les villes de foires de Champagne…, op. cit., p. 68, 70 et 80.

43 Lennel Ferdinand, Calais au Moyen Âge, des origines au siège de 1346, Calais, J. Peumery, 1909, p. 159.

44 Billot Claudine, Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1987, p. 132.

45 Lejeune T., « Histoire de la ville de Binche », op. cit., p. 51-55.

46 Leloup D., Halles de Bretagne, op. cit., p. 33-35.

47 François L. Ganshof, « Les halles et le beffroi de Bruges », Congrès archéologique de France, 120e session, 1962, Flandre, Paris, Société française d’archéologie, 1962, p. 16-17.

48 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 8 et ici même l’article de Laure Delrue.

49 Van Even Edward, Louvain monumental ou description historique et artistique de tous les édifices civils et religieux de la dite ville, Louvain, C.-J. Fonteyn, 1860, p. 160.

50 Étals de bois dont les comptabilités font mention mais qui peuvent reposer sur des aménagements maçonnés, comme à Braine-le-Comte en 1400.

51 Chapin É., Les villes de foires de Champagne…, op. cit., p. 82-83 et 108-116.

52 Roland Edmond, « L’ancienne et la nouvelle halle de Braine-le-Comte », Annales du Cercle archéologique du canton de Soignies, XVIII, 1958, p. 34 ; 460 chênes furent mis en œuvre pour sa reconstruction en 1399-1400.

53 Sauval H., Histoire et recherches des antiquités…, op. cit., t. 1, 1724, p. 652, donne les chiffres de 8 × 70 toises.

54 Voir Devliegher Luc, Van Waterhalle tot Provinciaal Hof, Bruges, M. van de Wiele, 1994.

55 Leloup D., Halles de Bretagne, op. cit., p. 76 sqq.

56 La Bigne de Villeneuve P.-M. de, « Les édifices religieux et civils élevés dans le département d’Îlle-et-Vilaine du XIe à la fin du XVIe siècle, Bulletin d’archéologie de l’Association bretonne, classe d’archéologie, 1851, vol. 2, 4e livraison, p. 162-163. Leguay J.-P., La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des Miseurs, Paris, C. Klincksieck, 1968, p. 275 ; Leloup D., Halles de Bretagne, op. cit., p. 69-70.

57 Des Marez G., « L’organisation du travail à Bruxelles au XVe siècle », op. cit., p. 307.

58 Arnould Maurice-A., « L’industrie drapière dans le comté de Hainaut au Moyen Âge », dans Duvosquel J.-M. et Dierkens A. (dir.), Villes et campagnes au Moyen Âge. Mélanges Georges Despy, Liège, Éditions du Perron, 1991, p. 51-70.

59 Varenbergh Émile, « La Grande Boucherie », Messager des sciences historiques de Belgique, 1872, p. 245-267.

60 Dégez A., « Vannes. La cohue », op. cit, p. 351-360.

61 Boinet A., « L’ancien grenier de la ville de Metz », Les cahiers lorrains, no 7, 1922, p. 103-105.

62 Colvin H.-M. (ed.), The History of the King’s Works, Colvin H.-M., Ransome D.R., Summerson J., vol. 3, 1485-1660 (Part I), Londres, Her Majesty’s stationery Office, 1975, p. 339 sqq.

63 Platelle Henri (dir.), Histoire de Valenciennes, Lille, Presses universitaires de Lille, 1982, p. 25 sqq.

64 Charles M. L., « Halles de la Ferté-Bernard (Sarthe) », Bulletin Monumental, 36, 1870, p. 162-170.

65 À Auray, Bécherel, Guérande, etc. Voir Leguay Jean-Pierre, Un réseau urbain au Moyen Âge, Paris, Maloine, 1981, p. 69 ; Leloup D., Halles de Bretagne, op. cit., p. 35-36.

66 Leguay Jean-Pierre, « Guingamp au XVe siècle », Mémoires de la Société historique et archéologique de Bretagne, t. 56, 1979, p. 119 et du même, « Un aspectdu patrimoine breton : les bâtiments utilitaires urbains au Moyen Âge, d’après les textes, l’archéologie, les plans et les gravures anciennes » dans Laurent C. et Pichot. D (dir.), Mondes de l’Ouest et villes du monde, Mélanges André Chedeville, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 241-261.

67 De Mérindol Christian, « Le décor d'une maison de justice à l'époque romane. Symbolique, art, histoire », Histoire de la justice, no 7, 1994, p. 3-21.

68 Gardelles Jacques, « La sculpture monumentale en Bordelais et en Bazadais à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle », Bulletin monumental, 132-I, 1974, p. 45 sqq. : l’existence d’un corps de jurats et d’un maire est attestée en 1206 et 1208, époque ou Jean sans Terre, ayant besoin de l’appui des bourgeoisies locales, octroie des chartes reconnaissant des organismes représentatifs.

69 Voir ici même l’article de Jean-Pierre Leguay.

70 Borgnet Jules, « L’hôtel-de-ville et le perron de Namur », Messager des Sciences historiques et Archives des Arts de Belgique, 1846, p. 209-213.

71 Rigaudière Albert, Saint-Flour…, op. cit., p. 123-126 ; d’autres maisons furent achetées par la suite.

72 De Marsy Arthur, « L’Hôtel-de-ville de Compiègne », Comptes-rendus du conseil tenu à Senlis par la Société française d’archéologie en mai 1877, 44e session, Senlis, Paris, 1877, p. 323-324 : en 1397, un bourgeois léguait à la ville deux maisons situées sur la place au Blé qui devait servir, une fois aménagées, de maison commune tout au long du XVe siècle, dont l’une était dite « la petite maison ».

73 Lecocq A., « Notice sur les origines municipales de Chartres et monographie historique de ses divers hôtels-de-ville », Mémoires de la Société archéologique d’Eure-et-Loire, t. V, 1872, p. 119 : Charles VI fit don à la commune par lettres patentes données à Paris le 16 février 1411 (1412 n. st.) de « l’Hostel du Cisne ».

74 Ici même l’article de François Colette et Frans Doperé.

75 Ici même l’article de Clément Alix.

76 Wolff Philippe, « La noblesse Toulousaine : essai sur son histoire médiévale », dans Contamine P. (réunis par), La noblesse au Moyen Âge XIe-XVe siècles. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, Presses universitaires de France, 1976, p. 162, note 2.

77 Ladero Quesada M. A., « Les fortifications urbaines en Castille aux XIe-XVe siècles. Problématique, financement, aspects sociaux », dans Heers J. (dir), Fortifications, portes de villes dans le monde méditerranéen, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 1980, p. 145-165.

78 Triger Robert, « L’hôtel de ville du Mans », Revue archéologique et historique du Maine, t. 43, 1898, p. 121.

79 Toulier Bernard, « Les fortifications de Romorantin au XVIe siècle », Mémoires de la Société des sciences et lettres du Loir-et-Cher, 37, 1982, p. 113.

80 La porte conserva cette fonction jusqu’en 1810 ; voir La Tour Léon de, Études sur l’histoire de Pithiviers. Fortifications de la ville, Orléans, G. Jacob, 1864, p. 27-30.

81 Ici même l’article de Lucie Gaugain.

82 Héliot Pierre, « La fin de l’architecture gothique dans le Nord de la France », Bulletin de la Commission royale des monuments et des sites, VIII, 1957, p. 73 sqq.

83 Wauters Alphonse, « L’hôtel de ville de Hal », Messager des sciences historiques de Belgique, 1845, p. 309-318.

84 Y figuraient la Salamandre et la cordelière avec la devise « Raison par tout ». Il fut malheureusement incendié en 1821.

85 Le Méné Michel, « La construction à Nantes au XV e siècle », Annales de Bretagne, 3, 1961, p. 377-78 : reconstruction de la Halle aux poissons vers 1448-50, du beffroi à partir de 1459, de la Prévoté à partir de 1494.

86 Chevalier Bernard, Tours, ville royale (1356-1520), Chambray, CLD, 1983, p. 311 et son article ici même.

87 Leguay J.-P., La ville de Rennes au XVe siècle…, op. cit., p. 276.

88 Liévaux P., « Un symbole architectural du pouvoir communal… », op. cit., p. 487.

89 Coomans Thomas, « Belfries, cloth halls, hospitals and mendicant churches: a new urban architecture in the Low Countries around 1300 », dans Gajewski A. et Opacic Z. (dir.), The Year 1300 and the Creation of a New European Architecture, Turnhout, Brépols, 2007, p. 188.

90 Arnould M.-A., « L’industrie drapière dans le comté de Hainaut au Moyen Âge », op. cit. ; Salamagne Alain, « L’architecture des comtés de Flandre et Hainaut au XIIIe siècle », dans Dessaux N. (éd.), Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut [catalogue de l’exposition de Lille au Musée de l’Hospice Comtesse, sept-nov. 2009], Paris, Somogy, 2009, p. 163-174.

91 Le bâtiment ne devient maison commune que vers 1300.

92 Racine Pierre, « Les palais publics dans les communes italiennes… », op. cit., p. 142 : à Sienne les travaux de construction du palais public conduits entre 1297 et 1342 furent conçus en fonction d’une place existante alors qu’à Florence, à partir de 1299, sa contruction entraîna des expropriations. Article ici même d’Elena Svalduz.

93 Article ici même de Stephan Albrecht. À cet égard l’archéologie est susceptible de nuancer l’affirmation de l’absence de projets d’urbanisme en relation avec la construction de bâtiments civils au Moyen Âge.

94 Junot Yves, « Grand-place et vie urbaine dans les Pays-Bas du sud au XVIe siècle : l’exemple de Valenciennes », dans Baudoux-Rousseau L., Carbonnier Y., et Bragard P., La place publique urbaine du Moyen Âge à nos jours, Arras, Artois Presses Université, 2007, p. 61-68.

95 Dupont Jean A., « L’urbanisme en matière de voirie à Mons à la fin du Moyen Âge », Études et documents du Cercle royal d’histoire et d'archéologie d’Ath, t. VII, 1986, p. 241 sqq. : en 1345, vingt-cinq maisons furent rasées pour agrandir le marché, l'espace qui présentait à l'origine une forte déclivité fut nivelé et les caves comblées.

96 Cardevacque A. de, Les places d’Arras, op. cit., p. 9 sqq. ; expropriation de plusieurs maisons dont les boucheries.

97 Voir Blieck Gilles et Guiffray Alain, « Genèse et évolution d’une place publique. L’exemple de Lille », dans Demolon P., Galinié H., Verhaeghe F. (dir.), Archéologie des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe (VIIe-XIIIe siècle), Actes du IVe Congrès international d’archéologie médiévale à Douai en 1991, Douai, Société archéologique de Douai, 1994, p. 207-224.

98 Desportes P., Reims et les rémois…, op. cit., p. 68. Neveux Hugues, « Structure et fonctions des maisons de Cambrai au XVe siècle », dans Actes du 95e Congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970, Section d’archéologie et d’histoire de l’art, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1974, p. 216 : à Cambrai les maisons près du Grand Marché étaient la propriété des commerçants les plus aisés, dont les orfèvres.

99 Le Roux de Lincy A., Histoire de l’hôtel de ville de Paris, op. cit., p. 15-16.

100 Ici même article de Philippe Cachau.

101 On pensera en particulier aux chirographes, qui sont des actes de conventions donnés entre deux parties, deux textes identiques dont un terme faisait la ligne de fracture entre les exemplaires du contrat, les échevins ayant une copie du texte. Voir Bedos-Rezak Brigitte, « Civic liturgies and urban records in northern France, 1100-1400 », dans Hanawalt Barbara A. et Reyerson Kathryn L. (eds.), City and Spectacle in Medieval Europe, Minneapolis, University of Minnesota Press, Medieval Studies at Minnesota, 6, 1994, p. 34-55.

102 Durieux Achille, « Notes sur les artistes cambrésiens cités dans les comptes de la ville de Cambrai de 1345 à 1789 », Réunion des sociétés des beaux-arts des départements, 1888, p. 356.

103 « Procès-verbaux des séances de la chambre du Conseil des mayeurs, échevins et jurés de Saint-Quentin, 1560-1789 », Mémoires de la Société académique des sciences, arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, 4e série, t. 6, 1883 [1885], p. 46.

104 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 42 : « pour un escring… enquelle on met les escriptures, or et argent appartenant aux comptes de le hanse, 6 ℓ., 12 s. ».

105 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 45-46.

106 Mazières M., « Du gouvernement et administration de la commune de Noyon, Attributions des magistrats municipaux », Comité archéologique et historique de Noyon, Comptes-rendus et mémoires, t. 10, 1893, p. 314 et 322.

107 Vandenpeereboom Alphonse, Notices, études, notes et documents sur Ypres, Bruges, t. 2. La chambre des échevins, Bruges, A. de Zuttere, 1879, p. 97.

108 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 43.

109 Borgnet J., « L’hôtel-de-ville et le perron de Namur », op. cit., p. 215.

110 Ici même article de Jean-Pierre Leguay pour d’autres mentions.

111 Voir l’illustration de l’article de Bernard Chevalier.

112 Guesnon Alphonse, Sigillographie de la ville et de la Cité d’Arras, Arras/Paris, Topino/A. Durand, 1865, en particulier p. XXXV-XXXVI.

113 Le Roux de Lincy A., Histoire de l’hôtel de ville de Paris, op. cit., p. 11.

114 Mons en 1385 (Piérard Christiane, « Mons, les hôtels de ville du XIIIe au XVe siècle », dans Actes du 2e congrès de l’Association francophone des cercles d’histoire et d’archéologie de Belgique, Congrès de Nivelles 23-26. VIII. 1984, Actes III, Nivelles, 1984, p. 241) et Lille en 1392 (Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 41).

115 Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville, op. cit., p. 24-25 ; voir les exemples rassemblés par Jean-Marie Cauchies, « Le “cri” et l’espace urbain : bretèches et publication dans les villes des anciens Pays-Bas », dans Dierkens A., Loir C., Morsa D. et Vanthemsche G., Villes et villages : organisation et représentation de l’espace : Mélanges offerts à Jean-Marie Duvosquel à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire, Bruxelles, Le Livre Timperman, 2011, vol. 1, p. 167-189, p. 171-172 en particulier.

116 Dubuisson-Aubenay François-Nicolas, Itinéraire de Bretagne en 1636, t. 2, Nantes, 1898-1902, p. 147. Machabey Armand, « Les sources Historiques de la Métrologie », Techniques et Civilisations, 26, 1956, p. 41-53 ; Garnier Bernard, Hocquet Jean-Claude, WoronoffDenis, Introduction à la métrologie historique, Paris, Économica, 1989, 376 p.

117 Acloque Geneviève, Les corporations, l'industrie et le commerce à Chartres, Paris, A. Picard, p. 181.

118 Savary des Bruslons Philémon-Louis, Dictionnaire universel de commerce, t. 2, Genève, Cramer & Freres Philibert, 1742, p. 735.

119 Sauval H., Histoire et recherches des antiquités, op. cit., t. 1, p. 658.

120 AM Valenciennes, CC 726, 1370-1371, f° 14r° : « pour 8 toises de cordielle pour les petites balances de le halle de le laine et pour une bouge de cordielle dont on reloia les grandes balances de celi halle et les balances de l’ostellerie… ».

121 AM Douai, CC 208, 1414-15, f° 419r°.

122 Higounet-Nadal Arlette, Périgueux aux XIVe et XVe siècles. Étude de démographie historique, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1978, p. 61 et 63.

123 Ici même l’article de J.-P. Leguay.

124 Durieux A., « Le magistrat de Cambrai à table », Mémoires de la société d’émulation de Cambrai, t. 45, 1890, p. 125.

125 Voir sur cette pratique une étude de Samuel Leturcq, « La qualité des pots de vin tourangeaux au XVe siècle », dans Lavaud S. (dir.), Vignes et vins. Les itinéraires de la qualité (Antiquité-XXIe siècle), Institut des sciences de la vigne et du vin, Villenave d’Ornon, 2014, p. 46-69.

126 Ici même la communication de Dominique Letellier-d’Espinose et Olivier Biguet.

127 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 46, 1416 : « pour avoir machonné en le halle au derriere du premier huys ainsy que on va as privées une grande piere de gries laquelle sert a pissier sus » ; p. 51, 1432 : « pour avoir nettoyé les chambres coyes et privés tant de le halle d’eschevins comme de la maison du scel ».

128 Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville, op. cit., p. 66-69.

129 Salamagne Alain, « Les garnisons des villes et châteaux dans le Nord de la France aux XIVe et XVe siècles », Revue du Nord, t. 83, no 342, 2001, p. 707-729.

130 On verra aussi Denys Catherine, « La grand-place : un enjeu essentiel pour la police urbaine dans les villes des Pays-Bas et de la France du Nord au XVIIIe siècle », dans Baudoux-Rousseau L., Carbonnier Y., et Bragard P., La place publique urbaine du Moyen Âge à nos jours, Arras, Artois Presses Université, 2007, p. 115-121.

131 AM Valenciennes, CC 2380, 3 v°.

132 Vermeersch Albert, Essai sur les origines et la signification de la commune dans le nord de la France (XIe et XIIe siècles), Heule, UGA, Études présentées à la Commission internationale pour l’histoire des assemblées d’États, 30, 1966.

133 Voir ici même sur le décor et les signes du pouvoir urbain et du pouvoir royal, les articles de Cécile Bulté, Daniel Bontemps, Jean-Yves Ribault.

134 Bedos-Rezak B., « Civic liturgies… », op. cit., p. 45.

135 Le fait a également été noté pour les pays germaniques, voir Albrecht S., Mittelalterliche Rathäuser in Deutschland, op. cit., p. 16 sqq.

136 Voir ici même l’article de Bernard Chevalier.

137 Nous aborderons ultérieurement cet aspect.

138 Voir ici même l’article de Flaminia Bardati.

139 La galerie, de bois, fut reconstruite en pierre au XVIIIe siècle.

140 Voir ici même l’article de Laure Delrue.

141 Maesschalk A. et Viaene J., « Le maître des ouvrages Mathieu de Layens et l’ancien comté du Hainaut », Actes du Xe Colloque international de glyptographie du Mont-Saint-Odile (France), Braine-le-Château, 1997, p. 309-370.

142 Voir ici même l’article de Dominique Letellier-d’Espinose et Olivier Biguet.

143 Voir ici même l’article de Jean-Yves Ribault.

144 Le troisième niveau continué en style renaissant par Clément Ier Métezeau.

145 Houdoy J., La halle échevinale…, op. cit., p. 63.

146 Par Anita Oger et Philippe Cachau.

147 Sur l’attribution à l’architecte voir néanmoins, Bevers Holm, Das Rathaus von Antwerpen (1561-1565). Architektur und Figurenprogramm, Hisdesheim, Zürich, New York, 1985, p. 14 sqq.

148 Liévaux P., « Un symbole architectural du pouvoir communal… », op. cit., passim.

149 Liévaux P., « Le rôle des hôtels de ville dans l’élaboration d’une architecture publique “à la française”, dans Ottenheym K., De Jonge K. et Chatenet M., Public Buildings…, op. cit., p. 135.

150 Ibid., p. 140-141.

151 Ici même l’article d’Éric Cron.

152 Salamagne Alain, « Douai, beffroi et hôtel de ville », Congrès archéologique de France, 169e session, 2011, Lille, le Nord et Tournai, Paris, Société française d’archéologie, 2013, p. 105-111.

153 Ici même l’article de Jean-Claude Poinsignon.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Loches, l’hôtel de ville et la porte Picoys. Lithographie de Bourgerie : Tableau chronologique de l’histoire de Loches [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2 > Le beffroi et les halles d’Arras [©A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 3 > Vilvorde, dans Alphonse Wauters, Notice historique sur la Ville de Vilvorde, son ancien château, ses institutions civiles et religieuses, Bruxelles, Vanderauwera, 1853 [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 4 > Gand, les boucheries [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 5 > Metz, greniers de Chévremont, gravure de Claude Chastillon, Topographie française, ou représentation de plusieurs villes, bourgs, plans, châteaux…, Paris, Boisseau, 1641 [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 6 > Ypres, plan des halles dans Alphonse Vandenpeereboom, Notices, études, notes et documents sur Ypres, Bruges, Aimée de Zuttere, 1879.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 7 > La Ferté-Bernard, l’étage supérieur des Halles [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig > 8. La Réole, hôtel de ville [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 9 > Vendôme, la porte Saint-Georges [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig > 10. Bruxelles, hôtel de ville [©A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 11 > Arras, façade de l’hôtel de ville [©A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 12 > Ypres la place avant 1914 [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 13 > Lille, la Grand-Place [©A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig > 14. Mons, salle d’honneur de l’hôtel de ville [©A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig > 15. Tournai, la tour des Six. Gravure dans A.-F.-J. Bozières, Tournai ancien et moderne, Tournai, Adolphe Delmée, 1864 [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 16 > Bruges, coffre des privilèges de la ville conservé dans une chambre du beffroi [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 17 > Mons, façade de l’hôtel de ville et sa bretèche. Gravure de Jean-Laurent Krafftdans Christyn et Foppens, Les Délices des Pays-Bas, Bruxelles, 1743, t. 2, p. 279 [© B. Waterlot].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 18 > Hôtel de ville de Béziers, balcon de la façade [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 19 > Le corps-de-garde d’Aire-sur-la-Lys. Lithographie Desavary-Dutilleux [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 20 > Cambrai, la Grande-Place [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 23 > Nancy, place Stanislas [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8304/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search