Version classiqueVersion mobile

Hôtels de ville

 | 
Alain Salamagne

Les villes et leurs hôtels

Bernard Chevalier

Texte intégral

1 On aurait envie de dire que l’hôtel de ville est un inconnu et de justifier ainsi d’emblée le programme ambitieux qui nous a été proposé pour ces journées de travail. L’étude de ce monument se trouve en effet à la croisée de disciplines qui n’ont pas l’habitude, en France du moins, de se rencontrer : l’histoire urbaine proprement dite, celle des institutions qui relève du droit et celle de l’architecture qui appartient aux disciplines artistiques. L’historien, narrateur d’événements et sociologue du passé, traite presque toujours la ville comme une scène pour ainsi dire immuable où les acteurs, sujets de son étude, déploient leur jeu sans s’intéresser au décor. Le juriste analyse d’une manière encore plus dédaigneuse de la topographie historique la répartition des pouvoirs dans la ville et les règles qui président à la vie sociale et politique. L’historien de l’art s’attache à l’étude formelle d’un édifice et à sa place dans une typologie, sans prendre en considération le milieu social, les idées, ni même la conjoncture politique où se situe toute construction monumentale. Naturellement, cette vision quelque peu cavalière devrait être largement nuancée. Elle ne tient pas compte notamment de la nouvelle tendance, encore bien peu suivie, si ce n’est par quelques archéologues ou géographes qui, sous le nom de fabrique de la ville, en proposent une vision dynamique où les groupes sociaux qui s’y meuvent sont en interaction constante avec un espace bâti, héritage du passé, mais qu’ils transforment au gré de leurs intérêts et de leurs idées.

  • 1 Ennen Édith, Die europäische Stadt des Mittelaters, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 2e éd. rev (...)

2Quoi qu’il en soit, le fait est que, finalement, l’hôtel de ville se trouve hors du champ des diverses spécialités, sauf s’il est monumental et surgit alors comme un météore dans les études d’histoire de l’architecture. À titre de preuve de ce que j’avance, je m’en tiendrai aux grandes synthèses d’histoire urbaine qui, ou bien ne lui font aucune place, ou bien la réduisent au strict minimum1. La remarque vaudrait largement aussi pour la quasi-totalité des monographies, mais les examiner toutes de ce point de vue dépasserait largement les limites de mon propos.

  • 2 Racine Pierre, « Les palais publics dans les communes italiennes (XIIe-XIIIe siècles) », dans Le p (...)
  • 3 Wartburg von Walther, Dictionnaire étymologique de la langue française, éd. abrégée, Paris, Quadri (...)

3Cette difficulté première n’est pas la seule, loin de là. À l’échelle européenne, ni dans son objet ni dans sa désignation, la maison de ville ne peut se ramener à l’unité, de sorte que l’on peut légitimement se demander si une vue générale en est réellement possible. La diversité du vocabulaire qui la désigne en rend compte. Tantôt l’accent est mis sur le lieu de pouvoir. C’est le cas en Italie. Le palais communal (« palazzo communal ») est la réplique et le concurrent politique de celui du prince ou de l’évêque2. Tantôt, c’est le rendez-vous des marchands qui lui sert de désignation, en Angleterre et dans les Pays-Bas notamment, (« Guildhall, Ghildhalle ») ; en Allemagne, c’est le lieu de délibération du conseil municipal (« Rathaus »). En France, le mot « hôtel » lui-même ne prend pas avant le début du XVe siècle le sens de résidence noble, voire princière ; il apparaît appliqué à la ville au XVIe siècle, seulement chez Amyot, mais il ne devient vraiment d’usage courant qu’au XVIIe siècle, en conservant plus que jamais sa marque d’origine de bâtiment somptueux3. En Castille enfin, pendant longtemps le mot « ayuntamiento » n’a eu aucun sens topographique et n’a renvoyé qu’à l’assemblée municipale ; c’est au XIXe siècle seulement qu’il a été appliqué au bâtiment où elle tient son siège.

4À cette variété des dénominations de l’édifice municipal public dans les divers pays répond celle de son apparition au fil des siècles. En Italie du Nord et du Centre, le palais communal est attesté entre 1150 et 1250. En Allemagne, aux Pays-Bas, les maisons communes apparaissent et se multiplient seulement après 1250. En France proprement dite, le retard est encore beaucoup plus grand. L’hôtel de ville est très rare avant la fin du XVe siècle, sa grande époque n’est même que le XVIIe siècle.

5Pourquoi de tels décalages, pourquoi de telles différences de perspective sociale ? Il faut bien essayer de répondre à cette question générale, car de telles variations ne peuvent pas ne pas avoir eu de grosses répercussions dans le domaine des formes architecturales. En effet, si l’hôtel de ville (j’emploie le mot comme un générique désormais) est d’abord un bâtiment utilitaire, il faudra voir premièrement que les besoins auxquels il répond et qui sont loin d’être partout les mêmes, sont toujours très réduits. Deuxièmement, il n’est pas dit d’avance que cette raison d’utilité commune soit véritablement primordiale. Dans bien des cas, l’hôtel de ville n’apparaît qu’à partir du moment où les élites en font un élément de prestige, utilitaire peut-être encore, mais surtout éminemment symbolique. Troisièmement enfin, on devrait s’attendre alors à voir cette pièce maîtresse de l’honneur urbain jouer un rôle majeur dans l’aménagement spatial. L’hôtel de ville appellerait, même dans sa conception formelle, la création d’une place dont il réglerait l’ordonnancement. Or on verra qu’il n’en est rien avant une période très récente.

L’HÔTEL DE VILLE, UNE UTILITÉ SOCIALE

  • 4 Michaud-Quentin Pierre, « Universitas ». Expression du mouvement communal dans le Moyen Âge latin,(...)

6Pour commencer, un truisme. Pas de ville, pas d’hôtel du même nom. Autrement dit une quelconque concentration d’habitations dont les occupants n’ont pas d’intérêts communs, si ce n’est très exceptionnellement, ne saurait être une ville ni même un village. Il faut que s’y rencontre une collectivité supérieure à la somme de ses membres, une vraie communauté, en termes de droit une université, dont, au bout du compte, le vocable de commune finira par être le générique. Une communauté, dont les membres sont capables de s’assembler pour délibérer, de s’imposer pour pourvoir aux dépenses publiques et d’avoir des représentants qualifiés pour agir en son nom, quelle que soit leur désignation : procureurs, échevins, consuls, anciens, élus, conseillers ou autres. Un pas de plus et la communauté urbaine est reconnue comme une personne de droit, « représentée » par un collège et capable de posséder, notamment des immeubles ; on dit alors qu’elle a corps et collège4.

7La ville existe donc avant ce dernier stade, dès qu’elle est reconnue comme université. Problème de droit certes, mais non de législation, car il n’existe aucune instance normative générale qui puisse la définir ; ce que l’on appelle, en France, le droit commun, c’est-à-dire la loi civile d’origine romaine avec les ajouts apportés par les glossateurs et le droit canonique ne sont que de simples références. On en retire certes le principe général qu’une université doit pouvoir se fonder sur des titres authentiques qui font preuve, tels que les chartes de franchise octroyées, les « fueros » espagnols ou tout autre acte émanant d’un pouvoir légitime, par exemple en Italie lombarde, les clauses de la paix de Constance conclue avec l’empereur en 1183. Mais beaucoup de villes n’ont jamais été instituées ainsi et sont tenues cependant pour des universités. Tout est alors affaire de coutume, et partant, de jurisprudence. En cas de doute ou de litige, c’est le juge qui tranche en se fondant sur des signes visibles et des critères tangibles. Ces données coutumières qui valident l’existence d’une université de ville se ramènent à quatre : la possession d’un sceau (fig. 1) qui montre sa capacité juridique, d’un coffre (arca) où sont conservées ses archives, garants de sa pérennité, d’une cloche pour appeler à l’assemblée les habitants (fig. 2) et enfin d’une maison commune (domus communis).

Fig. 1 > Sceaux aux contrats et aux causes d’Arras, le premier (à gauche) établi en 1355 et le second (à droite) établi en 1490, Sigillum hereditagiorum et contractuum ville Attrebatensis [pl. II de Guesnon Alphonse, Sigillographie de la ville et de la Cité d’Arras, Arras, Paris, 1865, © A. Salamagne.

Fig. 2 > Orléans, cloche du beffroi [© A. Salamagne].

  • 5 Je suis redevable de ces informations à Mme Adeline Rucquoi que je remercie particulièrement.

8Nous voici alors au cœur du sujet. La maison commune prouve donc aux yeux de tous l’existence juridique de l’association communale en même temps qu’elle en est le fruit. Encore faut-il ne pas se laisser abuser par les mots. Sa mention n’implique pas nécessairement celle d’un édifice localisable et pérenne. La maison commune aide à donner à la communauté sa qualification d’université, mais les besoins pratiques auxquels elle répond sont très limités. Nulle nécessité d’avoir une grande salle ; l’assemblée générale des habitants, quand elle se réunit, peut se faire dehors ou dans un lieu d’emprunt : un couvent ou une église. En Castille, où la vie urbaine est pourtant précoce et très développée, il en est ainsi partout, sauf à Murcie. L’ordre donné par les Rois catholiques vers 1480 à tous les corps de ville d’avoir une maison qui leur soit propre et d’y tenir leurs « chapitres » n’a été suivi que très mal et très progressivement5. Quant à l’exécutif dont toutes les villes disposent sous des dénominations très variées, dès lors qu’elles sont reconnues comme universités, il est le plus souvent très restreint : une poignée de notables recrutés par cooptation en général. Pour leur réunion, une petite chambre suffit, à l’occasion offerte par l’un d’eux dans son domicile, sans même de loyer payé qui en aurait laissé une trace écrite dans les comptes. Le coffre aux archives et le sceau, quand la ville en a un, ne demandent guère de place pour leur conservation ; la demeure du greffier peut y suffire largement. Au mieux, si cette situation vient à paraître trop précaire ou trop médiocre, les édiles procèdent à la location d’une maison, mais tantôt l’une, tantôt l’autre, sans fixité, au gré des circonstances et des baux plus ou moins avantageux qui leur sont consentis.

  • 6 Racine P., « Les palais publics… », op. cit.
  • 7 Humbert Françoise, Les finances municipales de Dijon du XIVe siècle à 1477, Paris, Les Belles-Lett (...)

9Il s’ensuit que la mention d’une maison commune dans les textes ne signifie pas du tout l’existence d’un édifice particulier dont seul leur silence empêcherait de connaître l’emplacement. Le désir d’en acquérir un, voire de le construire tout de neuf, vient bien plus tard et ne peut se réaliser que si l’université urbaine est devenue personne morale. Au reste, même quand c’est le cas très tôt, comme en Italie du Nord ou du Centre, on recourt encore à la location, ainsi à Lucques pour ne citer qu’un seul exemple6. En France, la commune de Dijon jouit d’une maison commune depuis 12607. Pas d’achat de bâtiment cependant avant 1350 et sa reconstruction intégrale se fait attendre jusqu’en 1425. On peut aussi retenir le cas de Saint-Flour, parce qu’il a été parfaitement étudié par Albert Rigaudière, et qu’il est en quelque sorte révélateur de ces confusions. Une domus communis est citée en 1315, sans qu’il soit possible de lui assigner une localisation quelconque. Puis l’on voit apparaître des mentions de locations voire d’achats en divers lieux, de manière peu cohérente. Pour tout dire, au moins jusqu’à la fin du XIVe siècle :

  • 8 Rigaudière Albert, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge : étude d’histoire administrativ (...)

La domus communis n’est pas véritablement à cette époque la maison commune mais plutôt celle d’un petit groupe qui considère le gouvernement de la cité comme relevant de sa compétence exclusive et le lieu de son exercice comme lui appartenant.8

10Au XVe siècle, des acquisitions de terrain et de corps de maisons, signes d’une volonté de sortir du provisoire, se font, mais de bric et de broc, de sorte que, sans risque de simplification outrancière, on peut dire que l’hôtel de ville date véritablement de sa réédification entreprise au XVIe siècle.

  • 9 Collon Georges, Pierre Bérard (1397-1465) et la réforme municipale de Tours en 1462, Tours, Périca (...)

11L’exemple de Tours, que l’on me pardonnera de retenir aussi, n’est pas moins éclairant (fig. 3). Avant 1356, deux agglomérations distinctes se sont développées : la Cité et Châteauneuf de Saint-Martin. Là, existe très tôt une collectivité agissante dont les meneurs sont même capables d’agitation communale ; ils ont gagné le droit d’élire des procureurs pour les représenter, au moins temporairement, mais, de maison commune, il n’est pas fait la moindre mention. En 1356, comme l’urgence du péril de guerre a amené ses habitants à commencer la construction d’un nouveau rempart pour souder leur ville à la cité anciennement fortifiée, le roi à qui ils ont fait appel, légitime l’œuvre entreprise et, du même coup, entérine la constitution d’une « université » limitée à la défense. Dès lors la communauté peut agir, se donner des finances, tenir ses comptes et procéder tous les ans, au cours d’une assemblée générale qui se tient dans le cloître de l’abbaye Saint-Julien, à la désignation d’élus chargés de la diriger. Avant 1384, il n’existe pas de maison commune pour autant ; après cette date, des locaux d’occasion – neuf se succèdent jusqu’en 1438 – sont souvent loués à des notables, parfois ce n’est rien d’autre qu’une simple chambre. Il s’agit surtout pour la ville d’avoir un local où conserver ses archives et que l’on nomme au sens étymologique du mot le « tablier » (le tabularium latin9). Après 1438, les déménagements continuels cessent et le tablier reste dans la même maison, sur la grand-rue, mais toujours prise en location. En 1462, les statuts octroyés à la communauté par Louis XI, qui créent un corps de ville, lui accordent expressément le droit d’« acquérir maison ». Elle ne se précipite pas pour en jouir ; par deux fois cela est évoqué, mais rien ne se fait pour autant. En 1467 enfin la décision est prise, après bien des tergiversations, mais seulement parce que la propriétaire qui loue la maison commune, désirant la vendre, menace les locataires d’expulsion. Elle est payée 600 écus. Une dizaine d’années plus tard, l’occasion se présente d’acquérir en deux temps, le corps de maison voisin et, en 1478, pour unifier l’ensemble, le corps de ville procède à la construction d’un beau portail neuf qui lui coûte 512 livres tournois. C’est ainsi que la ville, à petits pas, avec beaucoup de réticence, finit par se doter d’un hôtel de ville dont la valeur totale de 1778 livres tournois l’égale aux plus belles demeures particulières.

Fig. 3 > Tours, vue cavalière, Braun et Hogenberg [© A. Salamagne].

12De tous ces cas particuliers, on peut tirer une réflexion générale et une sorte de loi de développement. Dans un premier temps, le local commun est une affaire exclusivement privée, dans un deuxième, il est loué grâce à une suite de baux temporaires, dans un troisième, une maison est achetée, enfin dans un quatrième temps, très tardif souvent, il devient un hôtel de ville construit de neuf et d’apparence très monumentale.

13Pour des raisons évidentes, j’ai pris tous ces exemples dans le domaine français qui n’est pourtant pas celui des réalisations les plus précoces, tant s’en faut, mais les quatre étapes que l’on peut y observer se retrouvent bien à des dates et selon des modalités et des rythmes différents dans le reste de l’Occident. Faut-il y voir l’effet de besoins grandissants au fur et à mesure du développement des institutions municipales qui s’observerait partout mutatis mutandis ? Probablement, mais de manière très inégale et très secondaire. En réalité, ce ne sont pas les soucis utilitaires qui changent, mais le regard que les élites urbaines jettent sur leur maison commune. Après avoir été, dès le départ, le signe performant qui confère à la ville un statut de droit, elle devient, en effet, la manifestation de son honneur.

L’HÔTEL DE VILLE, UNE AFFAIRE D’HONNEUR

  • 10 Les citer toutes dépasserait de loin le cadre de cet essai. Au moins pour son titre suggestif, je (...)
  • 11 Naegle Gisela, Stadt, Recht und Krone : französische Städte, Königtum und Parlement im späten Mitt (...)
  • 12 Ibid., p. 71-72.

14L’honneur, on le sait, c’est un bien dont on jouit, quand on a le sentiment de mériter la considération et de garder le droit à sa propre estime. C’est une valeur dont on ne saurait trop souligner l’importance dans le domaine des catégories sociales, surtout à l’époque que nous considérons. Longtemps on l’a mal perçue, mais de nombreuses études récentes viennent d’en démontrer la prévalence10. C’est un bien personnel certes, mais non moins collectif dans une société hiérarchisée selon les états. À chaque état, son honneur ; le respect d’une telle maxime constitue effectivement le lien social. Or, en France, il y a un état des bonnes villes, ou des villes notables, les mots s’équivalent11 : chacune d’entre elles y a sa part, mais selon son degré de respectabilité. Il en est de même dans les autres pays occidentaux, même si, égaré par l’apparente spécificité du vocabulaire français, on a à tort pensé le contraire et je ne m’exonère pas du reproche12.

15Quoi qu’il en soit, partout l’honneur d’une ville notable rejaillit sur celle de ses habitants, à commencer par les plus honorables d’entre eux. Comme nous sommes dans l’ordre des valeurs, non des idées pures ni des définitions juridiques, il faut que cet honneur se fasse reconnaître par quelque marque extérieure. Un hôtel de ville prestigieux pourrait en être une, mais ce n’est pas celle qui s’est imposée tout d’abord. Son concurrent le plus direct dans cette fonction a été le mur d’enceinte.

16Dans ces siècles de guerre et d’insécurité endémiques, le rempart a une utilité pratique qui tombe sous le sens. Construit et entretenu à frais communs, il absorbe la quasi-totalité des recettes municipales au détriment de tout autre réalisation édilitaire. La maison commune, qui répond à des besoins beaucoup moins pressants, on l’a vu, passe loin derrière dans les projets collectifs. Tant que le péril demeure, il n’est pas question de rogner sur les dépenses militaires pour satisfaire un pur besoin de prestige.

17Allons plus loin. Même sur ce terrain symbolique, le mur d’enceinte s’impose beaucoup plus que l’hôtel de ville. En un temps où le château fort signifie depuis des siècles puissance et domination sur le plat pays, c’est cette muraille qui donne à la ville sa dignité en la distinguant fortement de la campagne environnante. On ne force pas le trait en disant qu’elle est le signe de sa noblesse. Le langage de l’iconographie ne dit pas autre chose. Dans l’enluminure notamment, la ville est ordinairement représentée simplement par un pan de mur et une porte crénelés, stylisés comme un idéogramme. Et si, dans les vues cavalières, l’on en vient à représenter quelque chose en deçà de cette enceinte signifiante, ce sont des toits et des clochers, mais non point un hôtel de ville.

  • 13 Racine P., « Les palais publics… », op. cit., p. 137.

18Sur le terrain aussi, les grandes tours, et les portes principales plus encore, sont traitées en pièces d’honneur, celles sur lesquelles flottent les bannières armoriées, celles auxquelles est réservée la richesse du décor. C’est devant elles que la ville se présente au prince à l’occasion des entrées solennelles. C’est si vrai que ce langage s’impose même aux hôtels de ville dans leur forme la plus précoce, en Italie septentrionale et centrale. Les palais communaux qui s’y édifient au cours du XIIIe siècle, défiant ceux des évêques, prennent des allures de forteresses, sans que leur éventuelle utilisation militaire y soit pour quelque chose. La plupart sont aussi munis d’une tour, « symbole de la ville », plus altière que le campanile voisin, dominant de sa silhouette élancée celles dont les grandes familles ornent aussi leurs hôtels. Le célèbre Bargello de Florence, bien que résidence du podestat et non siège de la commune, en est une illustration supplémentaire, tout comme le palais de la Seigneurie ou Palazzo Vecchio13 (fig. 4).

Fig. 4 > Florence, le palais de la Seigneurie ou Palazzo Vecchio [© A. Salamagne].

  • 14 Humbert F., Les finances municipales de Dijon, op. cit., p. 189.

19Bien que d’un ordre tout différent, il est un autre objet qui vient concurrencer l’hôtel de ville, tant dans l’emploi des deniers communs que dans la fonction symbolique, c’est l’horloge publique dont le goût et la mode se répandent à partir de la fin du XIVe siècle. Car cette machine à mesurer le temps, malgré ses imperfections qui limitent singulièrement son utilité, est l’orgueil de la ville qui en fait les frais, des frais très lourds, même quand il n’est pas nécessaire de construire une tour nouvelle pour l’installer. Tel est le cas du Jacquemart que le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi fit enlever à Tournai, en 1382, après la bataille de Courtrai, pour le ramener à Dijon (fig. 5). Il fut replacé sur une tour de l’église Notre-Dame, et ce, même si l’opération occasionna à la ville une dépense de 1 580 francs, la cloche comprise, et exigea un entretien de 50 francs, bon an, mal an14. Toutes ces dépenses de prestige ont rendu pendant longtemps impossible la réalisation d’autres entreprises non moins coûteuses.

  • 15 Voir ici-même l’article de Flaminia Bardati.

20On comprend mieux, dès lors, pourquoi la construction de vrais hôtels de ville soit le fait d’un XVe siècle finissant, et surtout des XVIe et XVIIe siècles. En France notamment, à des degrés divers selon les régions, la sécurité ne semble assurée et l’utilité primordiale du rempart moins évidente qu’après 1500, ou même, plus précisément, après la menace d’invasion qui surgit encore en 1513. Dès lors, les finances urbaines sont en général moins écrasées par les mesures de défense et l’édification d’une maison commune remarquable par ses formes imposantes et la richesse de son décor devient de plus en plus une manifestation éclatante de l’honneur urbain. L’âge d’or des hôtels de ville commence. Un simple exemple, mais retentissant : ce n’est pas avant 1533 que le corps de ville de Paris éprouve le besoin d’avoir un vrai palais municipal et en confie les plans à un architecte italien de grand renom, Dominique de Cortone dit le Boccador15. De la même façon, c’est seulement le 5 septembre 1646 qu’à Lyon est posée la première pierre d’un hôtel de ville dont la splendeur rivalise avec celle du Raadshuis d’Amsterdam, son contemporain.

HÔTEL DE VILLE ET URBANISME

21Si la ville trouve enfin dans son hôtel le symbole de son honneur, logiquement elle aurait dû aussi lui faire une place majeure dans son système de représentation et dans l’organisation de l’espace bâti. L’hôtel de ville monumental semble appelé, d’entrée de jeu, à être le point nodal de la vie sociale et l’élément central d’un urbanisme raisonné. Sans doute, mais dans quelles conditions et depuis quand ? Il ne faut pas ici donner trop de sens à l’histoire des mots. Il est vrai que la conception d’une véritable scénographie de l’espace urbain où l’hôtel de ville trônant au cœur de sa place joue le rôle principal et l’usage du mot d’urbanisme pour le qualifier ne se généralisent guère avant le XVIIIe siècle. Cependant, dès qu’une ville, c’est-à-dire son élite dirigeante, a pris conscience de son être collectif, l’aménagement de l’espace bâti rentre obligatoirement dans ses perspectives. C’est une affaire de bonne police ou mieux encore de « policie », sinon d’urbanisme stricto sensu. La théorie vient même là à l’appui des conduites de bon sens car les érudits, au cours du XIIIe siècle, tirent de leur lecture d’Aristote et le mot et son application à l’art et aux moyens de vivre en société. Il est donc de bonne police, non pas de remodeler l’espace urbain légué par les siècles en fonction d’idées esthétiques préconçues, mais d’y apporter les retouches qui peuvent améliorer les conditions de vie des habitants.

Fig. 5 > Dijon, église Notre-Dame, horloge aux Jacquemarts, installée en 1383 sur l’amorce de la tour sud de la façade occidentale [© A. Salamagne].

22Les autorités municipales sont loin de l’ignorer, mais encore faut-il qu’à défaut de maximes générales dont elles n’ont que faire, elles aient, outre la volonté d’agir, le droit et les moyens de le faire. Pour faire prévaloir l’intérêt commun sur les droits légitimes des particuliers et pratiquer l’expropriation pour cause d’utilité publique, pour des motifs de commodité et non d’extrêmes urgences, comme tel avait été souvent le cas pour la construction des remparts, il faut avoir la maîtrise du sol et le droit de contraindre les récalcitrants. Or, dans la grande majorité des cas en Occident, l’une appartient aux seigneurs locaux, ecclésiastiques en général, l’autre dépend de l’étendue de la juridiction détenue par la ville. C’est dire que dans toutes les grandes monarchies l’appel au souverain et l’appui de ses représentants locaux sont indispensables pour toute opération d’urbanisme avant la lettre souhaitée par une autorité municipale. Comment donc dans ces conditions avoir ne serait-ce que l’idée d’aménager une place de l’hôtel de ville au cœur d’une organisation rayonnante de la voirie et d’en faire le lieu de toutes les réceptions princières, au lieu de la porte principale ?

23Même en Italie du Nord, où les communes ont capté l’essentiel des droits régaliens, l’on n’en est pas là. C’est la place qui attire la localisation de leur palais et non l’inverse. Il leur faut jouir d’un emplacement assez vaste pour qu’y puisse s’y tenir ailleurs que dans un cloître la réunion de l’« arengo », l’assemblée populaire. Loin de l’aménager de toute pièce, la solution qui s’impose en général est l’utilisation à cette fin de la place du marché, et c’est là que s’établit le palais communal, quand il sort des dépendances de la cathédrale.

24La Toscane, où le mouvement est plus tardif et ses conditions différentes de celle de la Lombardie, nous offre cependant un exemple remarquable du même phénomène et toujours remarqué par les foules de touristes qui s’y pressent. C’est celui de Sienne. Les magistrats, qui louaient un local privé pour y tenir séance, décidèrent dans les dernières années du XIIIe siècle de construire un palais communal. Leur choix se porta sur la place du marché en forme de cuvette au pied des trois collines où se loge la ville. Il n’y avait en fait aucune alternative et pourtant la déclivité du terrain rendait fort difficile une construction qui s’étala sur plus d’un demi-siècle (fig. 6).

25À Florence, dans le même temps, l’idée vint aussi aux prieurs de ne plus louer leur lieu de réunion, mais de se doter d’un palais communal. Leur projet relativement modeste les amena d’abord à en fixer l’emplacement sur le terrain laissé libre par la destruction d’un palais aristocratique.

Fig. 6 > Sienne, la place et le palais public.

  • 16 Racine P., « Les palais publics… », op. cit., p. 142.

26C’est seulement plus tard, que, stimulés par l’exemple de Sienne, la rivale gibeline, ils entreprirent d’aménager de toute pièce une place dont leur palais serait le centre majestueux et procédèrent pour ce faire à des opérations d’expropriation qui s’étalèrent pendant près d’un siècle. Ils menèrent ainsi une véritable opération d’urbanisme, mais, pour ainsi dire, fortuitement16.

27L’utilisation de la place du marché va de soi également quand la maison commune n’est rien d’autre qu’une pièce ou deux, utilisées en commun avec celles où les guildes de marchands se réunissent au-dessus des halles. Modèle courant dans les anciens Pays-Bas, mais encore faut-il que ces édifices se trouvent en bordure de place. Il y a en effet beaucoup de villes où le marché se tient tout simplement dans un carrefour.

28Ailleurs, en France notamment, quand le corps de ville loue son hôtel ou le construit de neuf, il s’agit toujours d’une maison ayant pignon sur rue, sur laquelle elle débouche directement. La compétition d’honneur entre bonnes villes existe bel et bien, mais elle ne se joue pas sur leurs hôtels, encore moins sur l’aménagement d’une place faite pour les mettre en valeur. Rien de commun avec ce qui se passe en Toscane. En matière de police, l’honneur de la ville se place bien dans une sorte d’urbanisme, mais réservé à l’amélioration de la voirie. Le pavage des rues et même le percement de nouvelles, l’ouverture de portes supplémentaires dans le rempart pour la commodité des habitants, l’entretien et l’amélioration des ponts, c’est ce qui distingue la ville et flatte son orgueil. Le désir même d’avoir un très bel hôtel de ville suit de loin, on l’a vu, de sorte qu’il ne saurait être question avant longtemps de faire place nette à l’entour, pour qu’il devienne un lieu de rassemblement et de convergence des voies, dans une conception guidée par la raison autant que par l’esthétique. Une telle volonté, tout à fait exceptionnelle au XVIe siècle, n’apparaît guère qu’au XVIIe siècle et encore dans ses dernières années, souvent sous l’impulsion des représentants de l’autorité centrale.

29Finalement, ces quelques considérations quelque peu sommaires suffisent néanmoins pour donner la clé de la disette historiographique que j’ai constatée dès le départ. L’absence de l’hôtel de ville, hormis en Italie, tant dans les études générales que dans les monographies n’est pas contingente : elle n’est pas uniquement la conséquence de l’étanchéité excessive des champs de recherche. La possession d’une maison commune, qui pourtant est considérée très tôt comme l’une des marques de l’existence d’une communauté urbaine, longtemps n’a eu besoin que de très peu d’espace pour se manifester, de sorte que son emplacement ne laisse aucune trace écrite et n’offre presque aucune prise à l’historien : quelques pièces empruntées à l’habitation d’un notable ou à celle de compagnies marchandes, au mieux une maison entière louée sans continuité à titre précaire faisaient l’affaire. On comprend pourquoi l’hôtel de ville en tant que monument architectural, se fasse si longtemps attendre. Dans la fabrique de la ville, l’aménagement d’un tel édifice par le groupe social dirigeant ne prend place qu’à partir du moment où il en fait une affaire d’honneur, aussi importante sinon plus que l’entretien et l’embellissement des murs d’enceinte. Il en vient alors à désirer qu’il soutienne la comparaison avec les plus belles résidences aristocratiques. Ce moment crucial pour notre propos est loin d’apparaître partout en même temps en Occident. Très précoce en Italie du Nord et du Centre, relativement aussi dans quelques parties de l’Empire, rarement avant la fin du Moyen Âge ailleurs. Quant à faire de ce palais municipal le centre d’une place régulatrice et la pièce maîtresse d’un urbanisme raisonné, il faut attendre, à quelques exceptions près néanmoins, l’impulsion décisive que donnent à l’entreprise les États modernes et leurs administrateurs éclairés.

Notes

1 Ennen Édith, Die europäische Stadt des Mittelaters, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 2e éd. revue et complétée, 1975, qui reste l’ouvrage de référence ; l’hôtel de ville y est totalement absent dans le texte comme dans les figures. Dans Duby Georges (dir.), Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, 4 vol., il y a une autre référence de base dans le tome II : Le Goff Jacques (dir.), La ville médiévale, 1980, p. 226-228 et quelques considérations éparses portant essentiellement sur la valeur symbolique de la maison commune sont présentes dans le tome III : Leroy Ladurie Emmanuel (dir.), La ville classique, 1981, mais paradoxalement pas une ligne, pas même une allusion à la construction de l’hôtel de ville de Paris.

2 Racine Pierre, « Les palais publics dans les communes italiennes (XIIe-XIIIe siècles) », dans Le paysage urbain au Moyen Âge, Actes du XIe congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 133-153.

3 Wartburg von Walther, Dictionnaire étymologique de la langue française, éd. abrégée, Paris, Quadrige, 1981, p. 324 et Huguet Edmond, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris, E. Champion, 1925-1973, t. V, p. 507.

4 Michaud-Quentin Pierre, « Universitas ». Expression du mouvement communal dans le Moyen Âge latin, Paris, J. Vrin, 1970, et Rigaudière Albert, « “Universitas, corpus, communitas et consulatus” dans les chartes des villes et bourgs d’Auvergne du XIIe au XVe siècle », [1985], repris dans Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 1993, p. 21-51.

5 Je suis redevable de ces informations à Mme Adeline Rucquoi que je remercie particulièrement.

6 Racine P., « Les palais publics… », op. cit.

7 Humbert Françoise, Les finances municipales de Dijon du XIVe siècle à 1477, Paris, Les Belles-Lettres (Publications de l’université de Dijon), 1961, p. 185.

8 Rigaudière Albert, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge : étude d’histoire administrative et financière, Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 123-126.

9 Collon Georges, Pierre Bérard (1397-1465) et la réforme municipale de Tours en 1462, Tours, Péricard, 1928, p. 83, n. 1. (Mémoires de la société archéologique de Touraine, t. LIII). Ce Pierre Bérard, en effet, puis sa veuve ont été les derniers loueurs de la maison commune.

10 Les citer toutes dépasserait de loin le cadre de cet essai. Au moins pour son titre suggestif, je me contenterai de mentionner Dutour Thierry, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1998.

11 Naegle Gisela, Stadt, Recht und Krone : französische Städte, Königtum und Parlement im späten Mittelalter, Husum, Mathiese Verlag, 2002, t. I., p. 91-92.

12 Ibid., p. 71-72.

13 Racine P., « Les palais publics… », op. cit., p. 137.

14 Humbert F., Les finances municipales de Dijon, op. cit., p. 189.

15 Voir ici-même l’article de Flaminia Bardati.

16 Racine P., « Les palais publics… », op. cit., p. 142.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Sceaux aux contrats et aux causes d’Arras, le premier (à gauche) établi en 1355 et le second (à droite) établi en 1490, Sigillum hereditagiorum et contractuum ville Attrebatensis [pl. II de Guesnon Alphonse, Sigillographie de la ville et de la Cité d’Arras, Arras, Paris, 1865, © A. Salamagne.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 2 > Orléans, cloche du beffroi [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 3 > Tours, vue cavalière, Braun et Hogenberg [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Fig. 4 > Florence, le palais de la Seigneurie ou Palazzo Vecchio [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8303/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Fig. 5 > Dijon, église Notre-Dame, horloge aux Jacquemarts, installée en 1383 sur l’amorce de la tour sud de la façade occidentale [© A. Salamagne].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8303/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 6 > Sienne, la place et le palais public.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8303/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search