Version classiqueVersion mobile

Sous le regard des Vertus

 | 
Bertrand Cosnet

Conclusion

Texte intégral

1Sous l’impulsion conjuguée des ordres mendiants et des régimes républicains, les vertus contribuent à la redécouverte du système moral romain et à l’assimilation du répertoire mythologique. La critique morale du paganisme antique, développée par saint Augustin qui considérait que les anciens ne pouvaient pas acquérir les « vraies » vertus à cause de leur manque d’amour pour Dieu, laisse progressivement la place à un courant de pensée plus valorisant. Les vertus ne sont plus considérées comme une récompense strictement réservée aux chrétiens, mais deviennent accessibles aux païens. Pour Boccace, les personnages renommés de l’histoire ancienne s’avèrent même être, par leurs qualités, des figures comparables aux élus. Ainsi, dans le De mulieribus claris, déesses et héroïnes remplacent littéralement l’exemple des saintes, comme le laisse entendre la dédicace que le poète adresse à la comtesse d’Altavilla Andrea Acciaiuoli :

  • 1 Boccaccio Giovanni, De mulieribus claris, dans Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, Vittore Branca (...)

Toutes les fois où vous trouverez en une païenne quelques vertus dignes d’une chrétienne que vous ne retrouvez pas en vous, repentez-vous d’avoir laissé cette païenne vous dépasser en vertu […].1

  • 2 Mommsen Theodor E., « Petrarch’s Concept of the Dark Ages », Speculum, 17, 1942, p. 226-242.
  • 3 Plaisant Maria L., « Un opuscolo inedito di Francesco da Fiano in difesa della poesia », Rinascimen (...)

2Pétrarque va encore plus loin sur cette voie. Dans l’Apologia contra cujusdam anonymi Galli calumnia, l’humaniste envisage le moment où la venue du Christ a été reconnue comme le début d’une époque obscure et conçoit l’Antiquité comme un âge de gloire et de lumière2. Des réflexions similaires se répandent à la Curie romaine, comme l’atteste le scripteur apostolique Francesco da Fiano (v. 1350-1420) qui, dans le Contra oblocutores et detractores poetarum, prend explicitement la défense du paganisme en comparant le polythéisme du peuple romain au culte des saints3.

  • 4 Voir Masson X., Une voix dominicaine dans la cité…, op. cit., p. 150-170.
  • 5 Voir Bataillon L.-J., « Similitudines et exempla… », art. cit., p. 195.

3Le processus de valorisation de l’Antiquité est conforté par le travail des ordres mendiants qui intègrent volontiers les fables et la philosophie antique à leurs sermons. Le Fulgentius metaforalis de John Ridewall place ainsi la mythologie au cœur de l’apprentissage des prédicateurs puisqu’il commande l’ordre des chapitres par l’identification des dieux aux vertus : Saturne est la Prudence et ses enfants, Junon, Neptune et Pluton sont la Mémoire, l’Intelligence et la Prévoyance ; Apollon est la Vérité ; Danaé la Pudeur ; Persée le Courage ; Cerbère la Cupidité. De son côté, le Fasciculus morum propose Prométhée, Antée, la Gorgone, Hélène, Paris, Cassandre et d’autres figures de l’histoire grecque comme exempla. Le recueil de sermons de Nicoluccio di Ascoli fait lui aussi fréquemment référence à l’Antiquité : il compare les philosophes de l’époque de Pythagore à des saints fuyant la gloire et l’argent, considère Jules César comme une préfiguration du Christ, envisage Pallas comme une figure mariale et Neptune comme une image du diable4. Il en va de même du prédicateur Servasanto da Faenza qui puise allègrement dans l’histoire gréco-romaine, comme le prouve son sermon pour la saint Paul qui compare le dénuement des philosophes Démocrite et Cratès à la pauvreté du Christ, qui fait de Gaius Marcius Rutilus et Fabius Maximus Verrucosus des modèles d’humilité et qui loue la dignité du centurion Lucius Virginius préférant tuer sa fille plutôt que de laisser Appius Claudius l’outrager5.

4Le même phénomène de moralisation affecte la production artistique. Peintres et sculpteurs emploient la mythologie et la statuaire gréco-romaine non seulement pour évoquer la victoire du christianisme sur le paganisme, mais aussi pour personnifier précisément les valeurs morales. Il en va ainsi d’Ambrogio Lorenzetti qui, dans le Martyre des franciscains à Ceuta (pl. XV, fig. 99) réalisé vers 1326-1330 dans la salle capitulaire de San Francesco à Sienne, donne aux vices la forme de statues antiques. Cette fresque, qui relate le martyre de plusieurs Frères mineurs envoyés en mission en Orient, est dominée par la structure imposante d’un palais composé de trois grandes arcades sous lesquelles trône le cadi entouré des membres de sa cour. Sur le toit se tiennent sept statues, trois à gauche, une au centre et trois à droite. Celle qui se trouve à l’extrémité gauche consiste en une femme, accompagnée d’un chien, coiffée d’une bougie, qui tient dans chaque main un plat. La statue voisine figure un soldat en armure, suivi d’un lion, bouclier et épée à la main. La suivante consiste en une femme avec un ours qui tient deux pichets dont elle vide le contenu à terre. Celle figurée au-dessus de l’arcade centrale est coupée par le bord supérieur de la fresque et seuls ses pieds sont visibles. Au-dessus de l’arcade de droite, la statue de gauche est une femme coiffée d’une flamme, accompagnée d’un loup, une dague et une tête de gorgone à la main. La suivante est un soldat en armure accompagné d’un cheval qui brandit une lance. Enfin, celle qui se trouve la plus à droite montre Vénus tenant un arc et une flèche avec son fils Cupidon.

  • 6 Shapiro Maurice L., « The Virtues and Vices in Ambrogio Lorenzetti’s Franciscan Martyrdom », The Ar (...)

5Ces statues sont beaucoup trop caractérisées pour être envisagées comme de simples évocations du paganisme de la cour du cadi. Étant donné leur nombre, il est fort probable qu’elles correspondent à l’un des septénaires de l’ordre moral. Selon Maurice L. Shapiro, il s’agirait des vices canoniques, avec, de gauche à droite, Avarice, Orgueil, Gourmandise, Envie, Colère, Luxure et Acédie6. Cette interprétation se trouve confirmée par l’iconographie : l’Avarice tient deux plats pour signifier sa convoitise ; l’Orgueil est personnifié par un soldat arrogant, peut-être Alexandre le Grand ; la Gourmandise vide deux pichets pour signifier son intempérance ; la Colère, avec sa dague et la tête de gorgone, pourrait être Minerve ou Bellone, déesses romaines de la Guerre ; la Luxure serait personnifiée par Mars ; l’Acédie serait désignée par le groupe de Vénus et Cupidon ; enfin, la statue « invisible » qui couronne le palais correspondrait à l’Envie, puisque l’« invidia » évoque l’« invisio », c’est-à-dire l’aveuglement dont souffre le cadi qui fait exécuter les figures vertueuses que sont les Frères mineurs.

6La moralisation de la statuaire antique qui se manifeste dans la peinture d’Ambrogio Lorenzetti trouve un écho édifiant dans une anecdote rapportée par Lorenzo Ghiberti (1378-1455). En 1245, lors des travaux de construction du château de Malvolti, la commune de Sienne exhume une Vénus antique. Suscitant l’admiration de tous les Siennois, cette Vénus, attribuée à Lysippe, est installée sur la fontaine de la place principale de la ville, le Campo Santo. Or, le 7 novembre 1357, considérant le chef-d’œuvre comme la cause des calamités qui frappent la commune, le gouvernement décide de la faire briser et de l’ensevelir en territoire florentin. Voici comment le sculpteur florentin rapporte les événements :

  • 7 Ghiberti Lorenzo, Denkwürdigkeiten des florentinischen Bildhauers Lorenzo Ghiberti, édité par Juliu (...)

Avec beaucoup d’honneur ils [les Siennois] la placèrent sur leur fontaine comme une chose très remarquable. Tous accoururent pour son installation avec une grande fête et la murèrent magnifiquement au-dessus de cette fontaine ; laquelle sur ledit lieu ne régna pas longtemps. La terre ayant eu de nombreuses adversités de guerre contre les Florentins et s’étant rassemblée dans le conseil la fleur des citoyens, se leva un citoyen qui parla de cette statue en ces termes : « Seigneurs citoyens, ayant constaté que, depuis que nous avons trouvé cette statue, nous avons toujours connu des échecs ; considérant combien l’idolâtrie est interdite à notre foi, nous devons croire que toutes les adversités que nous avons, Dieu nous les envoie pour nos erreurs. On le voit au fait que, depuis que nous honorons ladite statue, nous sommes toujours allés de mal en pis. Je suis certain que, tant que nous la maintiendrons sur notre territoire, nous échouerons toujours. Je suis de ceux qui conseilleraient qu’elle soit enlevée, lacérée et brisée en morceaux et envoyée pour être enterrée sur le territoire des Florentins. »7

  • 8 Cité par Cairola A., Carli E., Le « Palazzo Pubblico » de Sienne, op. cit., p. 53 : Item quod statu (...)

7Cette anecdote est d’autant plus intéressante sur le sens que les artistes donnent à la statuaire antique qu’elle correspond à une certaine réalité historique. Une résolution du conseil des Douze datée du 7 novembre 1357 ordonne en effet « […] que la statue de marbre qui se trouve sur la fontaine du Campo soit enlevée le plus vite possible, pour la raison qu’elle est indécente […]8 ».

  • 9 Voir Greenhalgh Michael, The Survival of Roman Antiquities in the Middle Ages, Londres, 1989.
  • 10 Gilbert Neal W., « A Letter of Giovanni Dondi dall’Orologio to Fra Guglielmo Centueri: A Fourteenth (...)

8Si, dans l’ensemble, la lecture chrétienne porte un regard négatif sur les souvenirs de l’Antiquité, les érudits du Trecento ne cantonnent pas la statuaire gréco-romaine au champ des vices, mais l’investissent parfois d’une valeur positive, voire vertueuse. Les humanistes envisagent ainsi les ruines comme une trace de la grandeur passée de l’Italie et de sa virtus9. C’est ce que rapporte la lettre que le médecin padouan et ami de Pétrarque Giovanni Dondi (1318-1389) adresse vers 1375 au dominicain Guglielmo Centueri da Cremona (?-1402) dans laquelle il affirme que les statues, les arcs de triomphe et les colonnes sculptées ont été réalisés par et pour des hommes remarquables et dignes d’éloges. Dans sa lettre, Giovanni Dondi n’oublie pas de faire l’éloge des mérites du peuple romain, autrement dit de ses vertus de Justice, de Force, de Tempérance et de Prudence10.

  • 11 « est iusti latrix urbs haec et laudis amatrix. » Voir Porfyriou Heleni, « Verona : XV-XVI secolo. (...)
  • 12 Greenhalgh Michael, « “Ipsa ruina docet” : l’uso dell’antico nel Medioevo », dans Salvatore Settis (...)

9Rome suscite une telle admiration chez les humanistes que tout ce qui provient de son histoire est reconsidéré de manière positive. Des statues en viennent même à être converties en vertus. Ainsi, en 1368, Cansignorio della Scala (1340-1375) fait placer sur la fontaine de la Piazza dell’Erbe à Vérone une statue romaine à laquelle est adjoint un phylactère portant la devise de la cité : « Cette ville apporte la Justice et aime l’éloge11. » Cette pratique prend une dimension originale à Pavie. Le Liber de laudibus civitatis ticinensis rédigé vers 1328-1330 rapporte que la ville lombarde reposait sur quatre statues romaines, exhumées lors de la construction du mur d’enceinte au IVe siècle, qui furent converties en vertus cardinales12 :

  • 13 Lorsque le roi Alboïn (v. 525-572) envahit la plaine du Pô en 572, il rencontra de grandes difficul (...)
  • 14 Anonymi Ticinensis, Liber de laudibus civitatis ticinensis, dans Rerum Italicarum Scriptores. Racco (...)

La ville elle-même est fondée sur quatre grandes pierres de prix, qui sont sculptées d’images des quatre vertus cardinales. La Force est située dans la partie est de la première enceinte extérieure, à la porte qui est plus tournée vers le sud que vers le milieu. On dit que c’est la porte par laquelle Alboïn, le roi des Lombards, ne put pas entrer tant qu’il n’eut pas changé ses projets iniques13. Quant à la Justice, elle est dans la porte occidentale moyenne du même mur. La Tempérance est à la porte sud, par laquelle on sort part le Vieux Pont. La Prudence a été placée au milieu de la basilique cathédrale estivale, plutôt dans la partie gauche, à savoir vers le nord, dans le chœur du sanctuaire.14

10Cette légende est intéressante à plus d’un titre. D’abord, elle montre comment, en donnant à leurs fondations la forme de vertus, les cités italiennes s’envisagent comme de nouvelles Jérusalem. Ensuite et surtout, elle prouve que les communes trouvent dans les vestiges de Rome les justifications morales tangibles de leur existence politique.

  • 15 Frugoni Chiara, « L’antichità : dai “Mirabilia” alla propaganda politica », dans Salvatore Settis ( (...)
  • 16 Giovanni di Paolo Morelli, Ricordi, op. cit., p. 294 : « […] allora ti consiglierei t’ingegnassi so (...)
  • 17 Thomas d’Aquin, De regno ad regem Cypri, op. cit., III, 16 : […] si Brutus et Torquatus filios occi (...)
  • 18 Ibid., III, 4 : Amplius autem : amor patriae in radice charitatis fundatur, quae communia propriis, (...)
  • 19 Gilles de Rome, De Bono comuni, op. cit., 5 : De innumeris enim virtuosis Romanis legitur quod freq (...)

11L’appropriation de l’Antiquité concerne de nombreuses communes. Une quarantaine de villes de la péninsule s’enorgueillissent de trouver leur origine dans la civilisation romaine. Mantoue, par exemple, rappelle constamment que le poète Virgile passa son enfance sur son territoire et Pérouse allègue qu’elle a été fondée par Euliste, le frère présumé d’Énée15. À Florence, le rattachement à l’histoire antique se fait plus précis. Les Florentins concentrent leur attention sur la Res publica romaine et sur les mérites de ses citoyens qu’ils cherchent à imiter dès le plus jeune âge, comme Giovanni di Paolo Morelli le conseille à ses enfants16. L’enthousiasme pour les exemples romains est conforté par les frères mendiants qui imaginent Rome comme une cité où régnaient déjà les vertus chrétiennes. Dans le troisième livre du De regno ad regem cypri, Ptolémée de Lucques affirme trouver chez les Anciens les deux vertus indispensables à l’épanouissement du Bien commun, la Justice et la Charité. D’après lui, Rome a fait preuve d’une Justice zélée, à l’image de Lucius Junius Brutus, fondateur légendaire de la République, et de Titus Manlius Torquatus, qui n’hésitèrent pas à sacrifier leurs propres fils par souci d’équité17. Avec ce genre d’exemples, le disciple de Thomas d’Aquin parvient à concilier la notion romaine d’amour pour la patrie avec la Charité évangélique : l’Amor Dei et l’Amor proximi constituent les fondements de la solidarité romaine et l’Amour pour la patrie trouve ses racines dans la Charité18. Gilles de Rome développe des idées similaires dans le De bono comuni. Il assure que les Romains étaient plus préoccupés par le Bien commun que par leur propre sort, à tel point qu’ils n’hésitaient pas à s’exposer à la mort par amour de la Res publica19. Pour argumenter son propos, il invoque les exemples de plusieurs citoyens, comme celui du jeune guerrier Marcus Curtius qui se jeta en sacrifice dans un gouffre qui menaçait d’engloutir sa cité.

  • 20 Dante, De Monarchia, op. cit., II, V, 13 : Nonne filios an non omnes alios postponendos patrie libe (...)
  • 21 Sur la fresque du Palazzo dell’Arte della Lana, voir Morpugo Salomone, « “Il buon giudice” nell’Udi (...)

12Parmi l’ensemble des romains loués par les Florentins, Lucius Junius Brutus est le personnage le plus régulièrement cité. Francesco da Barberino l’associe à la Constance, Dante voit en lui un modèle parfait pour sa fermeté et Franco Sacchetti en fait un exemple à suivre pour éviter les vices20. Sa vertu est l’objet d’une fresque réalisée vers 1345 par un peintre florentin anonyme dans la Sala dell’Udienza du Palazzo dell’Arte della Lana (pl. XVI, fig. 100). Cette fresque figure le héros assis sur un banc, un sceptre à la main, entouré des quatre vertus cardinales qui le protègent de l’assaut de notables florentins personnifiant les vices21. La Prudence s’oppose à la Flatterie, la Force à l’Arrogance, la Tempérance à la Méfiance et la Justice à la Corruption. Le jeu d’antithèses est renforcé par l’iconographie : la Force pose la main sur une colonne pour exprimer son inflexibilité devant les menaces de l’Arrogance ; la Prudence est coiffée d’un voile pour signifier sa sagesse et demeure insensible aux faux compliments de la Flatterie ; la Tempérance, qui désigne Brutus de l’index, essaie de retenir la Méfiance qui se dérobe ; la Justice brandit son épée pour chasser la Corruption qui tente de la soudoyer avec une bourse.

  • 22 Voir le manuscrit Magliabechiano II. II. 146 (f° 53) de la Biblioteca Nazionale Centrale, le manusc (...)

13Les personnifications sont accompagnées de phylactères portant des inscriptions en vulgaire, partiellement effacées mais rapportées par trois manuscrits conservés à Florence, qui composent un dialogue22. Chaque vice s’adresse à la vertu à laquelle il est opposé pour tenter de déstabiliser le gouvernement de Brutus. Les vertus répliquent en prenant la défense du tribunal :

  • 23 Flatterie. – non tener questo luogo mai alcuni/ per virtù come voi degni di loda/ onde il ver mio d (...)

Flatterie. – Jamais ce lieu ne fut tenu pas des hommes dignes de louanges comme vous pour leur vertu, c’est pourquoi je prie que mon vrai soit entendu par vous.
Prudence. – Flatteries et prières dans les esprits fous affectent beaucoup et entrent facilement mais qui aime le vrai ne parle pas comme toi.
Arrogance. – Je vois bien que j’ai reçu un tort, mais si jamais la mort ne presse pas, ce tort ne passera pas sans vengeance.
Force. – Si tu savais combien est dépourvu d’importance, ici, toute furie, toute menace, tu saurais que ce que tu dis n’embarrasse que toi-même.
Corruption. – Je peux bien récompenser qui me sert, c’est pourquoi si vous jugez ce que je demande, aucun de vous ne deviendra pire.
Justice. – Tu es digne d’une mort honteuse ! Ici le juge ne se vend pas pour de l’or, mais à chacun est rendu son dû.
Méfiance. – Je crains de poursuivre devant vous mon discours parce qu’il s’est déjà produit que l’un de vous, offensé, s’écarte de moi.
Tempérance. – Ne crains pas de recevoir jamais ici un tort, bien qu’il y ait une offense singulière car, ceci, une balance droite ne le pèse jamais.23

  • 24 « Da Bruto primo consol’de Romani/ prudente, giusto, forte, temperato/ exemplo prenda ciascuno cons (...)

14Cette œuvre constitue un maillon capital pour la compréhension de l’imagerie morale florentine. Elle propose en effet une synthèse complète des problématiques qui travaillent les vertus. Elle associe ainsi le thème du Bon gouvernement à celui du bon juge tout en puisant dans l’héritage de la psychomachie et en reprenant l’iconographie de la calomnie. Les vices qui tentent de spolier Brutus rappellent notamment la Constance des Documenti d’amore (fig. 72). Elle investit par ailleurs les vertus cardinales d’une forte dimension didactique, surtout grâce aux inscriptions qui, en prenant la forme d’un dialogue en vulgaire, jouent sur la loquacité des personnifications. La valeur rhétorique de la fresque se justifie par le contexte de sa réalisation. De fait, en 1345, une révolte des ciompi trouble l’Arte della Lana ; le meneur de la rébellion, le cardeur Ciuto Brandini (?-1345), est arrêté, jugé et exécuté. Dans ce contexte, l’image de Brutus entouré des vertus avait pour ambition de restaurer la légitimité de la corporation qui avait été mise à mal. La fresque montre enfin comment les Florentins exploitent la formule personnification/exemplification en transformant les citoyens de la République en de véritables exempla. Brutus n’apparaît pas seulement comme un bon juge, mais aussi et surtout comme le garant de l’application des vertus. Le phylactère qu’il tenait signalait textuellement cette dimension : « De Brutus, premier consul des Romains, prudent, juste, fort, tempéré, que chaque consulat prenne exemple24. »

  • 25 « hos spectate viros animisque infigite cives/ publica concordi nam dum bona mente secuti/ maiestas (...)
  • 26 Voir Baron Hans, The Crisis of the Early Italian Renaissance. Civic Humanism and Republican Liberty (...)

15Les Florentins ne sont pas les seuls à célébrer les vertus des citoyens romains. Sienne s’intéresse également fortement à cette question, surtout durant les deux premières décennies du Quattrocento. Le cycle de l’anté-chapelle du Palazzo Pubblico figure ainsi des Hommes illustres strictement sélectionnés parmi les héros de la République (fig. 89), comme Manius Curius Dentatus, Marcus Furius Camillus, Scipion l’Africain, Cicéron, Caton l’Ancien ou Marcus Junius Brutus. À cette série de citoyens héroïques sont opposés, à l’entrée de l’anté-chapelle, deux contre-exemples, Pompée et César. Les deux hommes d’État sont présentés comme les antithèses absolues de la Res publica car, comme le titulus qui les accompagne ne manque pas de le rappeler, leur ambition dévorante a conduit Rome à la guerre civile et, donc, à la fin du règne des vertus25. Ainsi, alors que Jules César est habituellement considéré comme un personnage digne de louanges, il devient, dans le contexte spécifique toscan, une figure exemplifiant le vice. Au contraire, son assassin Marcus Junius Brutus, figuré sous la Force, se transforme en un personnage vertueux car il a su défendre la République au péril de sa vie. Cette interprétation n’est pas sans évoquer le Dialogi ad Petrum Paulum Histrum de Leonardo Bruni (vers 1370-1444) qui s’interroge sur les raisons qui conduisirent Dante à jeter Brutus dans les enfers. Leonardo y dénonce l’orgueil insatiable de Jules César qui a provoqué l’instauration de l’Empire, autrement dit l’anéantissement de la République et de ses vertus26. Aux yeux de l’humaniste, plutôt que de louer César, il faut admirer Brutus qui tua courageusement le tyran pour défendre sa patrie.

  • 27 Pietro de’Pecci est prieur en 1415 et en 1426 ainsi que Capitano del popolo en 1416 et en 1435 ; il (...)

16À l’image de cette relecture des exemples romains, dont les concepteurs du décor de l’anté-chapelle Pietro de’Pecci et Cristofano d’Andrea avaient certainement connaissance, la dimension morale de l’histoire cède sa place à un message fortement politique et à une défense en règle du régime républicain27. Ce message devait être d’autant plus présent à l’esprit du public de l’anté-chapelle que, durant les années 1409-1412, Sienne est sérieusement menacée par les ambitions hégémoniques du roi de Naples Ladislas Ier. Luttant à la fois contre les Milanais et les Napolitains, la ville se présente alors, à la manière de Florence, comme la représentante officielle des vertus. Le décor de l’anté-chapelle cherche à légitimer sa position. Il propose une iconographie dont la collusion des thèmes – Bien commun, Bon gouvernement, Hommes illustres – permet, grâce à l’assimilation de la culture antique par l’ordre moral, une défense politisée de la vertu, de la République et de la liberté. L’inscription principale du cycle offre de ce point de vue une conclusion accomplie :

  • 28 « spechiatevi in costoro voi che reggete/ se volete regnare mille et mille anni,/ seguite il benne (...)

Imitez ces Hommes, vous qui gouvernez, si vous voulez régner mille et mille ans. Suivez le bien commun et ne vous laissez pas tromper si vous avez en vous quelque passion. Prenez de sages décisions, comme ceux-là dessous, dans leurs longs vêtements, et soyez justes quand vous employez les armes dans les troubles humains, comme ces autres hommes que vous voyez là-bas. Vous serez justes toujours plus grands si vous demeurez unis et vous monterez au ciel qui est plein de toute gloire, comme le fit le grand peuple de Mars, lequel, ayant vaincu le monde, perdit toute liberté parce qu’ils se sont divisés entre eux.28

Notes

1 Boccaccio Giovanni, De mulieribus claris, dans Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, Vittore Branca (dir.), X, Vérone, 1967, X, 9 : Et quotiens in gentili muliere quid dignum, christianam religionem professa legeris, quod in te fore non senseris, ruborem mentis excita et te ipsam redargue quod, Christi delinita crismate, honestate aut pudicitia vel virtute supereris ab extera.

2 Mommsen Theodor E., « Petrarch’s Concept of the Dark Ages », Speculum, 17, 1942, p. 226-242.

3 Plaisant Maria L., « Un opuscolo inedito di Francesco da Fiano in difesa della poesia », Rinascimento, 1, 1961, p. 119-162, XXIV : Equidem, si rem ac vim affectumque rei et non exteriorem verborum sonitum velimus inspicere, fides nostra suos etiam habet deos. Nam illi deos, nos vero sanctos vocamus.

4 Voir Masson X., Une voix dominicaine dans la cité…, op. cit., p. 150-170.

5 Voir Bataillon L.-J., « Similitudines et exempla… », art. cit., p. 195.

6 Shapiro Maurice L., « The Virtues and Vices in Ambrogio Lorenzetti’s Franciscan Martyrdom », The Art Bulletin, 46, 1964, p. 367-372.

7 Ghiberti Lorenzo, Denkwürdigkeiten des florentinischen Bildhauers Lorenzo Ghiberti, édité par Julius von Schlosser, Berlin, 1920, p. 62 : « Et con molto honore la colocorono in su la loro fonte come cosa molto egregia. Tutti concorsono a porla con grandissima festa et honore et muroronla magnificamente sopra essa fònte ; la quàle in detto luogo poco regnò in su essa. Avendo la terra moltissime aversità di guerra con Fiorentini et essende nel consiglo ragunati el fiore de’loro cittadini, si levo uno cittadino et parlò sopra a questa statua inquesto tenore : “Signori cittadini, avendo considerato dapoi noi trovammo questa statua sempre siamo arrivati male, considerato quanto la ydolatria e proibita alla nostra fede, doviamo credere tutte le adversità noi abbiamo, Iddio ce le manda per li nostri errori. Et veggiallo per effecto che da poi noi honoramo detta statua, sempre siamo iti di male in peggio. Certo mi rendo che per insino noi la terremo in sul nostro terreno, sempre arriveremo male. Sono uno di quelli consiglerei essa si ponesse et tutta si lacerasse et spezassesi et mandassesi a soppellire in sul terreno de’Fiorentini.” »

8 Cité par Cairola A., Carli E., Le « Palazzo Pubblico » de Sienne, op. cit., p. 53 : Item quod statua marmorea ad presens in Fontem Campi posita, quam citius potest tollatur ex inde, cum inhonestum videatur, et fiat de ex inde, et de ea quod dominis Duodecim videbitur et placebit.

9 Voir Greenhalgh Michael, The Survival of Roman Antiquities in the Middle Ages, Londres, 1989.

10 Gilbert Neal W., « A Letter of Giovanni Dondi dall’Orologio to Fra Guglielmo Centueri: A Fourteenth-century Episode in the Quarrel of the Ancients and the Moderns », Viator, 8, 1977, p. 336 : Huiusmodi scripturas seu earum precipuas quasdam legisse te aliquando studiose crediderim et in eis mores et actus preteriti evi multis in partibus non sine admiratione aliqua notavisse, quibus si illos quos in presentia cernimus salvo iure contuleris, iustitiam, fortitudinem, temperantiam atque prudentiam altius profecto illorum animis insedisse fatebere, illisque qui earum ductu virtutum magnificum quid egerunt longe dignioribus premiis fuisse provisum.

11 « est iusti latrix urbs haec et laudis amatrix. » Voir Porfyriou Heleni, « Verona : XV-XVI secolo. Da “virtù civile” a “decoro pubblico” », dans Donatella Calabi (dir.), Fabbriche, piazze, mercati : la città italiana nel Rinascimento, Rome, 1997, p. 188-223.

12 Greenhalgh Michael, « “Ipsa ruina docet” : l’uso dell’antico nel Medioevo », dans Salvatore Settis (dir.), Memoria dell’antico nell’arte italiana, 3 vol., Turin, 1985, II, p. 141.

13 Lorsque le roi Alboïn (v. 525-572) envahit la plaine du Pô en 572, il rencontra de grandes difficultés à prendre Pavie. Il ne réussit à soumettre la ville qu’après trois longues années de siège.

14 Anonymi Ticinensis, Liber de laudibus civitatis ticinensis, dans Rerum Italicarum Scriptores. Raccolta degli storici italiani dal cinquecento al millecinquecento, édité par Ludovico A. Muratori, XI (I), Milan, 1978, 19, 6-13 : Civitas ipsa super quator preciosios et magnos lapides est fundata, qui sculpti sunt ymaginibus quattor cardinalium virtutum. Harum Fortitudo in orientali parte primi interioris muri posita est, in porta videlicet que est magis ad austrum quam in medio. Hec dicitur esse porta per quam olim Longobardorum rex Albuinus intrare non potuit, donec suum iniustum propositum immutavit. Iustitia vero in eiusdem media muri porta occidentali, Temperamentia in porta meridiana, qua per Veterem Pontem exitur. At vero Prudentia in medio basilice est ivalis cathedralis ecclesie magis versus sinistram partem, idest aquilionarem, quasi in corde templi.

15 Frugoni Chiara, « L’antichità : dai “Mirabilia” alla propaganda politica », dans Salvatore Settis (dir.), Memoria dell’antico…, op. cit., II, p. 6-70.

16 Giovanni di Paolo Morelli, Ricordi, op. cit., p. 294 : « […] allora ti consiglierei t’ingegnassi somigliare i nostri padri signori romani ; ché come da loro siamo discesi per essenzia, così dimostrassimo in virtù e in sustanzia. »

17 Thomas d’Aquin, De regno ad regem Cypri, op. cit., III, 16 : […] si Brutus et Torquatus filios occiderunt pro iustitia et disciplina militari conservandis, ut historiae tradunt, quorum zelo respublica ex parva facta est magna.

18 Ibid., III, 4 : Amplius autem : amor patriae in radice charitatis fundatur, quae communia propriis, non propria communibus anteponit, ut beatus Augustinus dicit exponens verbum apostoli de charitate.

19 Gilles de Rome, De Bono comuni, op. cit., 5 : De innumeris enim virtuosis Romanis legitur quod frequentissime exponebant se morti pro re publica idest pro bono comuni populi. Plus enim curabant de comuni bono quam de proprio.

20 Dante, De Monarchia, op. cit., II, V, 13 : Nonne filios an non omnes alios postponendos patrie libertati Brutus ille primus edocuit, quem Livius dicit, consulem existentem, proprios filios cum hostibus conspirantes morti dedisse ? Sacchetti Franco, Il libro delle rime, édité par Franca Brambilla Ageno, Florence, 1990. II, v. 1-5 : « Solea parlar l’antica gioventudine/ d’ogni vertù, per lasciar ogni vizio,/ pigliando asempli di Bruto […]. »

21 Sur la fresque du Palazzo dell’Arte della Lana, voir Morpugo Salomone, « “Il buon giudice” nell’Udienza dell’Arte della Lana in Firenze », dans Miscellanea di Storia dell’Arte in onore di Igino Benvenuto Supino, Florence, 1933, p. 138-160.

22 Voir le manuscrit Magliabechiano II. II. 146 (f° 53) de la Biblioteca Nazionale Centrale, le manuscrit 1070 (f° 25) de la Biblioteca Riccardiana et le manuscrit C. 155 (f° 57) de la Biblioteca Marucelliana.

23 Flatterie. – non tener questo luogo mai alcuni/ per virtù come voi degni di loda/ onde il ver mio da voi prego che s’oda.
Prudence. – lusinghe e prieghi nelle menti folli/ operan molto et entran di leggero/ ma come tu non parla chi ama il vero.
Arrogance. – Io veggio ben com’io riceva torto/ ma se per caso morte non m’affretta/ questo non passerò senza vendetta ! Force. – Sì tu sapessi com fa per nulla/ qui ogni furia e ogni minaccia,/ sapresti che’l dire tuo te solo impaccia.
Corruption. – io posso meritar ben chi me serve/ onde se giudicate quel ch’io cheggio/ non ne venà alcun di voi peggio.
Justice. – Tu se di morte vergognosa degno !/ qui giudicio per oro non si vende/ ma quel che’è suo a ciaschedun si rende.
Méfiance. – Io temo di seguir dinanzi a voi/ la ragion mia, perchè già forse avvenne/ che’offeso alcun di voi da me si tenne. Tempérance. – Non temer torto qui ricever mai/ ben che ci fosse singulare offesa,/ ché quel, bilancia dritta mai non pesa.

24 « Da Bruto primo consol’de Romani/ prudente, giusto, forte, temperato/ exemplo prenda ciascuno consolato. »

25 « hos spectate viros animisque infigite cives/ publica concordi nam dum bona mente secuti/ maiestas romana duces tremefecit et orbem./ ambitio sed ceca duos ubi traxit ad arma/ libertas romana perit scissoque senatu/ heu licet et puero caput alte ascindere rome. »

26 Voir Baron Hans, The Crisis of the Early Italian Renaissance. Civic Humanism and Republican Liberty in an Age of Classicism and Tyranny, Princeton, 1966, p. 473.

27 Pietro de’Pecci est prieur en 1415 et en 1426 ainsi que Capitano del popolo en 1416 et en 1435 ; il rencontre Leonardo Bruni en novembre 1413 à Florence. Cristofano d’Andrea occupe les fonctions de chancelier et d’ambassadeur. Hansen Dorothee, « Antike Helden als “causae”. Ein gemaltes Programm im Palazzo Pubblico von Siena », dans Hans Belting, Dieter Blume (dir.), Malerei und Stadtkultur in der Dantezeit…, op. cit., p. 133-147.

28 « spechiatevi in costoro voi che reggete/ se volete regnare mille et mille anni,/ seguite il benne commune et non v’inganni/ se alcuna passione in voi avete/ dritti consegli come quei rendete/ che qui di sotto co’longhi panni/ giusti co’larme ne’communi affanni/ come questi altri che qua giù vedete/ sempre magiori sarete insieme uniti/ et saglirete al cielo pieno d’ogni gloria/ si come fecie il gran popolo di marte/ el quale avendo del mondo victoria/ perché infra loro si furo dentro partiti/ perdè la libertade in ogni parte. »

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search