Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

Annexe. Bibliothèque du dialogue hispanique : Dialogyca BDDH

Eleonora Arrigoni, Consolación Baranda, Mercedes Fernández Valladares et Ana Vian Herrero

Texte intégral

OBJECTIFS

1Au cours de ces dernières années, l’un des travaux de recherche prioritaires du Groupe d’études de la prose hispanique du bas Moyen Âge et de la Renaissance (UCM, 930330) a eu pour objectif de créer une base de données documentaire, Dialogyca BDDH (Biblioteca Digital de Diálogo Hispánico – Bibliothèque numérique du dialogue hispanique »), destinée à établir le corpus des dialogues hispaniques depuis leur apparition jusqu’à nos jours. La localisation des textes, leur inventaire, leur édition, ainsi que leur étude philologique, historico-linguistique et historico-littéraire sont encore en cours, car il s’agit d’un projet de longue haleine. Dans un premier temps, nous avons commencé par le segment chronologique allant du XVe au XVIe siècle, qui pourra être élargi par la suite à d’autres périodes. L’objectif d’un tel travail consiste à obtenir des résultats homogènes et systématiques.

2L’étude littéraire du dialogue hispanique a suscité un intérêt croissant lors de ces trente dernières années. La BDDH s’appuie sur la bibliographie existante sur le sujet, que nous souhaitons compléter et revoir, en particulier dans ses aspects catalographiques (bibliographie primaire), puis élargir à la bibliographie secondaire pour chaque thème, œuvre ou auteur – bibliographie très diverse et en constante augmentation. Il existe plusieurs répertoires qui constituent un point de départ très précieux pour l’élaboration d’un inventaire exhaustif, celui-ci nécessitant un travail de mise en commun, de vérification et d’élargissement, tant des sources primaires que secondaires.

3À moyen terme, nous estimons que la BDDH apportera à la communauté scientifique une connaissance réelle de la documentation primaire et de la situation des études sur le sujet. Son existence facilitera la recherche dans des domaines très divers du savoir. Les dialogues abordent en effet une variété de sujets telle que leur consultation sera d’un intérêt capital non seulement pour les philologues, mais aussi pour les historiens, les historiens des sciences, de la médecine, de l’ingénierie, de la philosophie, de la spiritualité, des arts, etc., dans la mesure où ils fournissent un matériel de très grande valeur pour une meilleure connaissance de l’Histoire de la culture et de la pensée au sens large. La disponibilité de textes (et la bibliographie afférente) non strictement littéraires et de textes littéraires inédits ou mal connus, est fondamentale pour repenser certains thèmes de l’histoire littéraire, linguistique et culturelle, et pour remédier aux nombreuses inerties. Dans la création de bases de données aux corpora complexes, comme c’est le cas ici, la méthodologie du philologue est un élément de garantie et de rigueur pour la documentation en réseau.

4La BDDH est née pour favoriser la collaboration et créer un lien entre les spécialistes qui se consacrent, individuellement ou en équipe, à ce domaine d’étude dans des universités espagnoles et étrangères, ou dans tout autre centre d’enseignement et de recherche. Même si toute l’information sera nécessairement et rigoureusement centralisée, au niveau de l’entrée de chaque ouvrage, se trouvent les données de l’auteur de l’information fournie ; c’est en effet la seule façon de garantir la rigueur scientifique du matériau incorporé au réseau, et de respecter une légitime paternité individuelle de la recherche. Ce n’est qu’avec une large participation des chercheurs, dont la paternité sera sauvegardée, que ce projet et l’auto-alimentation progressive de la BDDH pourront se réaliser et exister à long terme.

5La BDDH fournit aussi bien des informations précises qu’une vision d’ensemble. La centralisation de l’information accessible et rigoureusement traitée offrira un état de la question sur l’ensemble du genre, permettra de mieux connaître le nombre d’auteurs et de textes et l’inégale attention critique reçue par chacun d’entre eux, montrera les œuvres et les auteurs en cours d’analyse et favorisera la mise en place de réseaux de relations synchroniques et diachroniques entre les textes. De cette manière, les études ne seront pas circonscrites aux mêmes thèmes, auteurs ou textes, et permettront davantage de rigueur documentaire, comparative et critique, puisqu’on pourra disposer de toute l’information nécessaire et l’agencer, tant pour des travaux précis que pour des travaux d’ensemble. De tout cela peuvent découler des études plus avancées d’auteurs connus, des recherches et des études combinées et interdisciplinaires, des analyses d’auteurs ou de textes inconnus, des travaux de recherche d’ensemble toujours en cours, et le remplacement des données indirectes par des informations directes, etc.

6La BDDH, élaborée à partir du produit Knosis de Micronet, est une base de données documentaire conçue autour de 38 sections, mais pour certaines d’entre elles, elle fonctionnera également comme une base relationnelle. L’objectif est de réunir l’information catalographique, littéraire et bibliographique nécessaire pour chacun des textes. En outre, chaque registre sera accompagné des liens vers les documents et les manuscrits numérisés puis, par la suite, vers des éditions critiques. La conception des sections pour la recherche d’information permet d’aborder un ensemble de documents extrêmement varié, avec la possibilité de faire une recherche en texte libre ou grâce aux sections en relation entre elles.

7L’équipe de rédaction de la BDDH dispose d’un protocole d’action ou PTN (plan de travail normalisé) à disposition de tous les chercheurs impliqués dans ce projet, ou souhaitant en faire partie.

8La BDDH ne sera consultable par le public que lorsqu’elle aura atteint un volume d’informations suffisamment important pour la communauté scientifique, dont l’évaluation sera effectuée par l’équipe des collaborateurs et la direction de la BDDH.

Structure de la BDDH

9La BDDH a été conçue autour du concept d’« œuvre », c’est pourquoi chaque fiche ou registre contient les informations relatives à un seul dialogue. Dans chaque registre, identifié par un code permettant d’en assurer la citation et la récupération, des informations de toutes sortes sont proposées ; en effet, outre la reproduction digitale du texte complet d’un de ses premiers témoignages – d’où son caractère de bibliothèque numérique –, on a enregistré des données essentielles sur le dialogue, traitées dans une base de données documentaire, autour des éléments suivants :

  1. L’auteur et les responsables secondaires de sa création ou de sa diffusion.

  2. L’œuvre et ses caractéristiques littéraires.

  3. Les références aux différents témoignages qui ont permis la transmission du texte (copies manuscrites, éditions d’époque, éditions modernes, éditions en fac-similé et traductions en d’autres langues), en prenant également en compte les différentes modalités de diffusion (comme œuvre isolée – manuscrite ou imprimée –, comme texte inclus dans une collection autonome ou faisant partie d’une collection avec d’autres ouvrages, dialogues ou non, c’est-à-dire en « collectanea »).

  4. La bibliographie secondaire spécifique sur ce dialogue (monographies et articles spécialisés).

10La structure de la BDDH est élaborée à partir de 38 sections divisées en 6 domaines d’information. À chacun d’eux correspond un onglet, c’est-à-dire un écran autonome au niveau de la page d’introduction des données :

  • Onglet des données de travail interne (sections 1-4).

  • Onglet de l’auteur (sections 5-13).

  • Onglet de l’œuvre (sections 14-22).

  • Onglet des caractéristiques littéraires (sections 23-28).

  • Onglet des textes (sections 29-36).

  • Onglet des notes et de la bibliographie secondaire (sections 37-38).

11L’organisation en domaines d’information répond à des exigences de logique et de méthodologie permettant de relier visuellement les thèmes avec l’information, afin de faciliter l’introduction des données. Celles-ci ont été organisées par sections, en respectant les critères informatiques permettant de garantir leur récupération (de manière directe et croisée). L’objectif est de proposer un masque de recherche (et, par là même, de récupération de données) le plus riche et le plus fiable possible, qui puisse s’adapter aux exigences spécifiques des utilisateurs les plus divers, avec des thèmes au contenu limité (des listes fixes de termes), et d’autres plus ouverts (un texte libre ou partiellement libre), de façon à garantir une quantité minimum de données uniformes pour chaque œuvre et, en même temps, de laisser de l’autonomie à chaque collaborateur spécialisé, pour affiner le détail de l’information selon le déroulement du travail de recherche. Toute information considérée comme fondamentale pourra être ajoutée dans l’onglet des notes (37), qui est également lié à la recherche textuelle.

12On envisage également la possibilité de compléter les fiches et d’y ajouter de nouvelles informations de manière stratifiée, afin de montrer l’évolution des études sur chaque œuvre. Afin de répondre à cette exigence essentielle, les informations de chaque fiche seront aussi remises sur papier, avec tous les documents de travail du spécialiste, qui seront classés dans un dossier du groupe de recherche, en attribuant à ce dossier le même code d’identification que celui de la fiche se trouvant dans la base de données (BDDH00000025 par exemple). Le code d’identification est un des éléments-clés de toute la structure de la base de données, dans la mesure où il permet que les fiches ou les registres soient stables et, en conséquence, que l’on puisse les consulter en toute confiance, en donnant à la BDDH le statut de source d’informations autorisée. Un exemple : dans le cas où l’on aurait créé une fiche pour une œuvre et, qu’avec le temps et l’existence de nouvelles recherches il faille l’éliminer, même devenue vide, elle ne sera pas effacée de la base de données. Celui ou celle qui l’aura citée dans des travaux antérieurs pourra toujours la chercher et trouvera, à sa place, un message indiquant où se trouvent les informations recherchées. Dans cette perspective, sur la page d’accueil du site destinée à la présentation générale de la BDDH, on indiquera la date de révision de l’ensemble des fiches, car l’enregistrement des données sera effectué de manière régulière. Cependant, la section de la date d’actualisation (2) de chaque fiche est remplacée automatiquement par la dernière date de révision de ce dialogue ; c’est pourquoi, lorsque l’usager voudra faire une recherche spécifique, il sera informé de l’existence de modifications ou d’actualisations des données relatives à chaque œuvre. Sur la page d’accueil, il faudra rappeler à l’utilisateur se servant de nos données de les citer au moyen du sigle BDDH, suivi du code d’identification de chaque fiche (BDDH00000025 par exemple).

13La base de données permet d’organiser le travail de façon à ce que tous les collaborateurs du projet puissent introduire des données ; mais la version finale de chaque fiche ne devra être validée que par une seule personne (ou plusieurs, mais qui doivent être autorisées et responsables de ce processus) qui s’assurera que les consignes de présentation des données et les critères de normalisation auront été respectés, en consultant le responsable de chaque fiche pour les cas exceptionnels ou les éventuels choix (options) particuliers. Afin d’uniformiser au maximum la façon de procéder de chaque chercheur, les collaborateurs de la BDDH disposent de deux outils de travail : les tableaux de termes admis consultables directement dans la base et les documents de travail interne pour les cas où, du fait d’une certaine variabilité, il ne convient pas que les listes soient fermées (« Sources d’information bibliographique : protocole de consultation pour les manuscrits et les imprimés [avec les formules abrégées de citation] » ; « Liste des catégories [de personnages] » ; « Liste des bibliothèques »).

14Les spécialistes rédigeront directement les fiches sur le site (où les sections sont organisées selon les domaines ou les onglets mentionnés) et, une fois remplies, elles feront partie de la base de données mais elles ne seront pas encore accessibles au public. Le rôle du responsable de la base de données sera d’associer à chaque registre un code d’identification qui sera définitif et de créer les liens pour les archives de textes ou d’images correspondantes, fournies par le chercheur. Nous faisons en particulier allusion à la description des témoignages (sections 30-36) et à la bibliographie (section 38), qui seront associées dans des documents PDF, lesquels permettent également des recherches textuelles. Les reproductions numériques des textes seront centralisées au siège de la BDDH, depuis lequel seront réalisés l’introduction du matériau nouveau, l’échange avec les spécialistes et les utilisateurs, et les révisions périodiques des catalogues des bibliothèques les plus importantes pour accroître et mettre à jour les liens pertinents. Le processus de numérisation est réalisé parallèlement à l’élaboration de la base de données, ce qui nous permet aujourd’hui d’avoir déjà presque deux cents textes numérisés. La conception interne, qui est actuellement entre les mains d’experts informaticiens, sera achevée à la fin du mois de décembre 2007.

15Enfin, nous souhaitons insister auprès des personnes faisant partie du projet et de beaucoup d’autres qui souhaitent collaborer sur le fait que, selon nous, il peut modifier de manière significative la situation internationale des études dialogiques. La BDDH est une base de données pour le dialogue ibérique (espagnol, dans ses diverses langues, et portugais), mais elle n’est pas nécessairement limitée aux hispanistes. Le genre du dialogue dans les différentes littératures occidentales, de la même façon que le dialogue hispanique, a besoin d’initiatives semblables, et aucune branche du genre, dans les langues vernaculaires ou savantes, ne peut véritablement être considérée comme autonome à un quelconque moment de son histoire. Chaque langue ou littérature en soi, ainsi que les traductions d’un même texte entre les différentes langues, offrent un terrain de collaborations dont seul le travail international pourra, à long terme, garantir la rigueur et la stabilité nécessaires.

POST-SCRIPTUM

16Le texte précédant fut rédigé en novembre 2007, à l’occasion du colloque Les états du dialogue à l’âge de l’Humanisme. Il s’agissait de notre première présentation publique du projet à un groupe d’experts internationaux, raison qui nous semble suffisante pour garder ce texte inchangé comme témoignage « historique ». Cependant, le temps écoulé oblige à préciser quelques points. Dialogyca BDDH est accessible sur la toile en sept langues depuis l’automne 2010 : http://pendientedemigracion.ucm.es/​info/​dialogycabddh/​ (consulté le 4 décembre 2014) ; elle a aussi un ISBN : 978-84-691-8286-4 (propriété intellectuelle : M-000333/2010 et enregistrement de marque : 2855599). Les légers changements de structure introduits depuis 2007 peuvent être appréciés à l’adresse électronique suivante, à partir de laquelle les fonds sont accessibles et où est contenue toute information sur le projet : www.ucm.es/info/dialogycabddh/presentacion.html (consulté le 4 décembre 2014).

17À présent (19 décembre 2014), la BDDH contient 243 fiches analytiques auxquelles sont joints les fichiers des textes, la bibliographie secondaire et la description ; l’introduction de nouvelles données se fait deux fois par an, en juin et en décembre. En ce moment, nous comptons sur la collaboration de 22 bibliothèques, archives ou institutions dans le monde qui ont prêté leurs fonds dialogiques, avec l’autorisation de diffusion numérique à des fins de recherche. Dialogyca BDDH est déjà un instrument de travail très utile, comme nous le montre le nombre de consultations reçues (Google Analytics) et le nombre de téléchargements de nos documents d’aide à la recherche qui sont son support théorique et méthodologique. Ces documents sont publiés aux adresses suivantes de e-prints de l’université Complutense de Madrid :

  • Manual de procedimiento de trabajo normalizado (Protocole de directives de travail ou Manuel de travail normalisé), actualisé en quatre versions, à disposition de tous les chercheurs engagés ou souhaitant se joindre au projet : http://eprints.ucm.es/​23663/​(en ligne le 22 novembre 2013).

  • Guía abreviada (Guide abrégé), de sorte à faciliter la consultation : http://eprints.ucm.es/​20503/​(en ligne le 20 mars 2013 et révisé en novembre 2013).

18Sont aussi à disposition les publications collectives suivantes, dans lesquelles on pourra observer l’évolution et évaluer les progrès de cette bibliothèque numérique depuis ses débuts :

  • Arrigoni Eleonora, Baranda Consolación, Mercedes Fernández Valladares, Vian Herrero Ana, « Una nueva biblioteca digital UCM : Dialogyca BDDH (Biblioteca Digital de Diálogo Hispánico) », Pecia Complutense. Boletín de la Biblioteca Histórica de la Universidad Complutense de Madrid, 5e année, no 10, 2009, http://biblioteca.ucm.es/​foa/​pecia/​num10/​index10.htm (consulté le 4 décembre 2014).

  • Arrigoni Eleonora, Baranda Consolación, Fernández Valladares Mercedes, Vian Herrero Ana, « Biblioteca Digital de Diálogo Hispánico », dans Jimena Gamba Corradine, Francisco Bautista Pérez (dir.), Estudios sobre la Edad Media, el Renacimiento y la temprana Modernidad, San Millán de la Cogolla/Salamanca, Instituto Biblioteca Hispánica del CiLengua/Sociedad de Estudios Medievales y Renacentistas/Seminario de Estudios Medievales y Renacentistas, 2010, p. 449-458.

  • Arrigoni Eleonora, Baranda Consolación, Fernández Valladares Mercedes, Vian Herrero Ana, « Investigación filológica y nuevas tecnologías : aportaciones de Dialogyca BDDH (con dos notas tipobibliográficas) », dans Ma Jesús Torrens Álvarez, Pedro Sánchez-Prieto Borja (dir.), Nuevas perspectivas para la edición y el estudio de documentos hispánicos antiguos, Bern/Berlin-Bruxelles, Peter Lang, 2012, p. 373-390.

  • Fernández Valladares Mercedes (dir.), Casas del Álamo María, Redondo Pérez Germán, Sánchez Bellido Sara (éd.), Actas del Seminario Internacional sobre Bibliotecas digitales y Bases de datos especializadas en Literaturas Hispánicas (BIDESLITE), Madrid (4-5 julio de 2011), Madrid, Instituto Universitario Menéndez Pidal (UCM), 2013 (Papeles de Trabajo del Grupo de Estudios de Prosa Hispánica Bajomedieval y Renacentista, 3), http://eprints.ucm.es/​21207/​1/​Actas_Seminario_BIDESLITE.pdf (accessible depuis le 7 mai 2013).

  • Fernández Valladares Mercedes, Vian Herrero Ana, « Dialogyca BDDH : Biblioteca Digital de Diálogo Hispánico », dans María Casas del Álamo, Germán Redondo Pérez et Sara Sánchez Bellido (éd.), Actas del Seminario Internacional sobre Bibliotecas digitales y Bases de datos especializadas en Literaturas Hispánicas (BIDESLITE), Madrid, Instituto Universitario Menéndez Pidal (UCM), 2013 (Papeles de Trabajo del Grupo de Estudios de Prosa Hispánica Bajomedieval y Renacentista, 3), p. 53-60, http://eprints.ucm.es/​21207/​1/​Actas_Seminario_BIDESLITE.pdf (accessible depuis le 7 mai 2013).

19En outre, depuis décembre 2012, une vidéo scientifique de présentation du projet est consultable sur Vimeo (http://vimeo.com/54951031) et sur le site de la plate-forme de divulgation scientifique de l’UCM (http://www.plataformadivulgacionucm.com/​galeria-portada/​2852). Éditeur : plate-forme de divulgation scientifique de l’UCM, 11,37 minutes. Date d’enregistrement : novembre-décembre 2012. Date de lancement et présentation publique : lors de la IIIe Semaine des lettres (UCM, avril 2013).

APPENDICE. LISTE DES SECTIONS DE LA BDDH (NOVEMBRE 2007)

20I. Archives ou bases de données de travail interne

211. Code d’identification

222. Date de la dernière actualisation

233. Responsable

244. Répertoires bibliographiques

25II. Archives ou bases de données de travail interne

265. Auteur

276. Variantes du nom d’auteur

287. Date de naissance

298. Date de décès

309. Lieu de naissance

3110. Lieu de décès

3211. Activité professionnelle

3312. Attribution

3413. Auteur secondaite et dédicataire

35III. Archives ou bases de l’ouvrage

3614. Titre

3715. Variantes du titre

3816. Siècle

3917. Type de production

4018. Traduction de

4119. Langue originelle

4220. Diffusion

4321. Dans

4422. Inclus

45IV. Archives ou bases de données des caractéristiques littéraires

4623. Matières

4724. Sujets secondaires

4825. Nombre d’interlocuteurs

4926. Interlocuteurs

50Bloc des sous-champs

5126.1. Nom

5226.2. Catégorie

5327. Énonciation

5428. Langue du texte

55V. Archives ou bases de textes

5629. Textes

5730. Manuscrits

58Bloc des sous-champs

5930.1. Code d’identification du texte

6030.2. Date

6130.3. Copie

6230.4. Description

6330.5. Reproduction numérique

6430.6. Lien

6531. Imprimés

66Bloc des sous-champs

6731.1. Code d’identification du texte

6831.2. Auteur

6931.3. Titre

7031.4. Lieu

7131.5. Imprimeur

7231.6. Année

7331.7. Description

7431.8. Exemplaire numérisé

7531.9. Reproduction numérisée

7631.10. Lien

7732. Traduction des manuscrits

78Bloc des sous-champs

7932.1. Code d’identification du texte

8032.2. Date

8132.3. Copie

8232.4. Description

8332.5. Reproduction numérique

8432.6. Lien

8533. Traduction d’imprimés

86Bloc des sous-champs

8733.1. Code d’identification du texte

8833.2. Auteur

8933.3. Titre

9033.4. Lieu

9133.5. Imprimeur

9233.6. Année

9333.7. Description

9433.8. Reproduction numérique

9533.9. Lien

9634. Éditions modernes

97Bloc des sous-champs

9834.1. Code d’identification du texte

9934.2. Auteur

10034.3. Titre

10134.4. Responsable

10234.5. Publication

10334.6. Reproduction numérique

10434.7. Lien

10535. Fac-similés

106Bloc des sous-champs

10735.1. Code d’identification du texte

10835.2. Auteur

10935.3. Titre

11035.4. Responsable

11135.5. Publication

11235.6. Reproduction numérique

11335.7. Lien

11436. Traductions modernes

115Bloc des sous-champs

11636.1. Code d’identification du texte

11736.2. Auteur

11836.3. Titre

11936.4. Responsable

12036.5. Publication

12136.6. Reproduction numérique

12236.7. Lien

123VI. Archives ou bases de notes et de bibliographie

12437. Notes

12538. Bibliographie

Auteurs

Instituto Universitario Menéndez Pidal (UCM), Groupe d’études de la prose hispanique du bas Moyen Âge et de la Renaissance (UCM, 930330)

Instituto Universitario Menéndez Pidal (UCM), Groupe d’études de la prose hispanique du bas Moyen Âge et de la Renaissance (UCM, 930330)

Instituto Universitario Menéndez Pidal (UCM), Groupe d’études de la prose hispanique du bas Moyen Âge et de la Renaissance (UCM, 930330)

Instituto Universitario Menéndez Pidal (UCM), Groupe d’études de la prose hispanique du bas Moyen Âge et de la Renaissance (UCM, 930330)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540