Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

B. Les sciences

Médecine et droit : un débat dans les Colloques de Pedro de Mercado

Milagro Laín Martínez et Doris Ruíz Otín

Texte intégral

LE SAVOIR MÉDICAL AU XVIe SIÈCLE : L’HUMANISME MÉDICAL

1Pour comprendre la figure de notre auteur dans le contexte de la médecine espagnole de son temps et bien apprécier les idées qu’il manie dans le dialogue faisant l’objet de notre étude, nous présenterons brièvement les caractéristiques du savoir médical au XVIe siècle et la portée de ce que l’on peut appeler l’humanisme médical.

  • 1 En Europe, les savants les plus avancés dépasseront l’hippocratisme « figé » et découvriront dans l (...)

2À cette époque, dernière étape de l’histoire du galénisme, le monde médical apparaît très divisé. D’un côté, les avicenniens, dont le nombre diminuait peu à peu, restaient fidèles aux théories et aux pratiques de Galien transmises par le savant arabe (leurs œuvres correspondent à ce que l’on appelle, selon l’expression consacrée, le « galénisme arabisé »). D’un autre côté, les néo-galénistes étaient ceux qui eurent accès aux enseignements de Galien à travers ses ouvrages directement traduits du grec. Enfin, les néo-hippocratiques étaient ceux qui, sans remettre en cause l’autorité de Galien, firent d’Hippocrate, également via ses traductions directes, le modèle principal de connaissance et de la pratique médicale. Ce sont ceux à l’égard desquels se justifie, dans une certaine mesure, le qualificatif « galénisme hippocratiste1 ».

  • 2 L’université de Valence sera la plus novatrice. C’est elle qui accueillera les idées de Vésale avan (...)

3La médecine, art dont la finalité consiste à guérir les maladies humaines, est une technique, une science appliquée qui n’a que lentement tiré profit des progrès scientifiques. Il a ainsi pu être affirmé que l’art de guérir, comparé au développement spectaculaire des autres disciplines, offrait au XVIe siècle un aspect assez déplorable. Il ne faut cependant pas ignorer l’importance des grands médecins de cette période dans l’histoire de la science et de la culture. Il y a trois figures-clés, rapportent les historiens de la médecine, dans l’humanisme médical européen : un humanisme critique, Paracelse, un humanisme observateur, Vésale, et un humanisme expérimentateur, Paré2.

LES DIALOGUES DE PEDRO DE MERCADO

  • 3 Ni Hernández Morejón dans Historia Bibliográfica de la Medicina Española, t. III, Madrid, 1843, p.  (...)

4Concernant la sphère espagnole, l’humanisme médical est représenté par quelques noms de médecins philosophes qui tentent de repousser les limites de la pratique médicale en y associant la connaissance et l’explication de la réalité naturelle : Juan de Jarava, Andrés Laguna, Huarte de San Juan. C’est dans ce groupe qu’il faudrait inclure notre auteur, comme il l’indique lui-même clairement dans le titre de son œuvre : Diálogos de Filosofía natural y moral compuestos por Pedro de Mercado, médico y filósofo (1558). On ne sait pas beaucoup de choses sur cet homme né à Grenade à la fin du XVe siècle, docteur en médecine et professeur à l’université de cette même ville dans laquelle il édita également ses ouvrages3.

  • 4 « ciencia de más alta consideración que otra ninguna ».
  • 5 Il ne faut pas oublier que la philosophie naturelle est l’héritière de la physiologia. Hippocrate, (...)
  • 6 « enseñó a filosofar a los primeros filósofos » (P. Mercado, Diálogo primero de la tierra y el agua (...)
  • 7 J. Ferrater Mora, Diccionario de Filosofía, Barcelona, Ariel, 1994, entrée « Moral ».

5La double nature du titre, Dialogues de philosophie naturelle et morale, se retrouve dans plusieurs dialogues de la Renaissance, comme l’observe Jacqueline Ferreras (2008, p. 159). Au XVIe siècle, la « philosophie naturelle » correspond à la science de la nature, « science d’un plus haut intérêt qu’aucune autre4 », selon la sentence maintes fois formulée par Huarte de San Juan. La nature, dira Mercado dans le Diálogo primero de la Tierra y el Agua5, « a enseigné à philosopher aux premiers philosophes6 ». En ce qui concerne la deuxième partie énonçant le contenu de ses Dialogues, la « philosophie morale », il s’agit d’une expression héritée de la dénomination latine dont se servit Cicéron pour nommer la discipline qu’Aristote appela Éthique7.

  • 8 « considerando lo poco que de filosofía hay en nuestra lengua materna ».

6C’est donc en tant que philosophe naturel, attentif non seulement à l’étude de l’organisme humain, mais aussi aux lois qui régissent l’univers et aux éléments qui le composent, et en tant que philosophe moral, critiquant la société et les mœurs de son temps, que Pedro de Mercado entreprit son ouvrage. Il l’écrivit en langue vulgaire, tout en expliquant pourquoi, « considérant le peu de philosophie qu’il y a en notre langue maternelle8 », et non en latin, comme son traité sur les fièvres, De febrium differentiis, publié en 1583.

7L’intention didactique consistant à aller « contre l’ignorance des choses naturelles » et le souci de vulgarisation sont explicites dans le prologue, exordium rhétorique destiné à s’attirer la bienveillance de ses lecteurs :

  • 9 « Munchos me reprehenderán en estos diálogos, o por parecerles superfluo en escrevir lo que está ta (...)

Nombreux sont ceux qui me blâmeront dans ces dialogues, soit qu’il leur semble inutile d’écrire ce qui est abondamment écrit, soit qu’il leur semble téméraire de s’occuper de ce dont tant de gens de ma profession et de si fins esprits ne se sont jamais occupés. Considérant le peu de philosophie qu’il y a en notre langue maternelle et le désir de nombre de curieux de savoir de quoi et comment se compose cette machine du monde et le peu qu’il en coûterait de prendre le savoir là où dans d’autres langues il est répandu et de le recopier dans un style moyen qui procurât du plaisir aux lecteurs, j’ai résolu de braver les inconvénients pour en éviter un autre plus grand qui est l’ignorance des choses naturelles […] et de traiter de la façon dont elles composent le monde, depuis la philosophie terrestre jusqu’aux choses les plus élevées […] à l’aide de ces dialogues moraux dont le besoin se faisait grandement sentir.9

8Mercado ne propose pas de retranscrire une conversation réelle mais offre au lecteur certains savoirs « sous forme de dialogue ». Il s’agirait donc de discours monologiques artificiellement transformés en dialogues (J. Gómez, 1988, p. 19). Cette artificialité, souligne Ana Vian Herrero (1994, p. 1174), « est précisément l’espace de la littérature et de la mimesis ». Les traits structuraux spécifiques à la conversation spontanée, avec le développement de l’interaction entre plusieurs interlocuteurs qui lui revient en propre, permettent la mimesis d’une conversation qui a prétendument eu lieu, sans verba dicendi. Des annotations marginales résumant la discussion accompagnent le texte tout au long de l’œuvre.

9Parmi les sept dialogues, qui sont autant d’unités formelles composant l’ouvrage de Mercado, trois portent sur la cosmologie (sur les quatre éléments, en particulier la terre et l’eau dans le premier, les vents dans le deuxième et les cieux dans le troisième), c’est-à-dire sur des sujets de philosophie naturelle stricto sensu.

10Le dernier, De los Estados, est une critique sévère des vices de la vie espagnole relèvant clairement de la philosophie morale : l’oisiveté, le mépris des métiers manuels, la critique des avocats, le mauvais état de l’enseignement.

Les trois dialogues sur la médecine

  • 10 « Curar no es otra cosa sino experimentando la filosofía natural, filosofar en el cuerpo del hombre (...)

11Concernant les trois dialogues qui traitent de questions médicales (de diététique dans le quatrième, de la place de la médecine parmi les sciences et de la défense du savoir-faire médical dans le cinquième et de la maladie de la mélancolie dans le sixième), un jugement de Mercado sur les tâches du médecin ne laisse aucun doute quant au lien entre la médecine et la philosophie naturelle : « Soigner n’est rien d’autre qu’expérimenter la philosophie naturelle, que philosopher sur le corps de l’homme mal portant et déréglé10. »

12C’est en revanche à la philosophie morale qu’appartient la volonté de faire de l’homme un être meilleur, plus en harmonie. La condamnation des médecins « idiots » ou ignorants qui déshonorent la médecine fait ainsi partie de la philosophie morale.

Le dialogue V de la Comparaison des sciences ou Dialogue du médecin et du juriste

13Ce dialogue aussi appartient au domaine de la philosophie morale dans la mesure où il oppose la médecine et le droit. Remarquons, d’autre part, la rigueur scientifique et épistémologique de la démarche, ainsi que l’utilité sociale affichée.

  • 11 « Sobre la prelación de las suyas ».
  • 12 « Los cuales quieren entrar en la misma comparación ».
  • 13 « El uno contra el otro se ponen cávilos y argumentos contra sus ciencias y se responden ».

14L’argumentum de la Comparaison des sciences présente Joanicio, un médecin, et un juriste qui discutent « sur la préférence de leurs sciences11 ». Ils rencontrent Basilio, un théologien, et Julián, un mathématicien, « lesquels veulent faire de même12 ». Les deux adversaires déclarent que le théologien et le mathématicien seront leurs juges en reconnaissant la supériorité de leurs sciences respectives. Puis, médecin et juriste « dressent des objections et des arguments l’un contre l’autre et s’affrontent13 ».

  • 14 « Sea en presencia de el señor Basilio y de el señor Julián ».
  • 15 «Porque no se repita tantas vezes esta porfía».
  • 16 «Ha de quedar hoy sentenciado a mi favor, o yo no sería Joanicio».

15Il n’y a aucun détail sur le cadre spatial. La réunion des interlocuteurs est présentée comme une rencontre fortuite. Dans la praeparatio, Joanicio, le domandatore, situe le contexte, « en présence à la fois de sieur Basile et de sieur Julien14 », et fait allusion au caractère réitératif de la polémique, « pour qu’une telle discussion acharnée ne se reproduise pas tant de fois15 ». Cette allusion à l’habitude de se fréquenter comporte une certaine marque temporelle, complétée par la durée limitée imposée au débat : « Cela doit être jugé aujourd’hui en ma faveur, ou je ne serai plus Joanicio16. »

16Toutes les conditions indispensables sont donc réunies pour que le dialogue constitue une unité formelle : « La présence commune en un même lieu, un objectif partagé ainsi qu’un effort et une responsabilité conjoints. » (Vian Herrero, 2001, p. 167)

  • 17 Voir note 9.
  • 18 «Hazer diferencia en el alçar o abaxar el estilo según lo que escrivo y a quien escrivo».

17Tel qu’il est indiqué dans le prologue de l’ouvrage, Mercado est fidèle aux règles du naturel et de la sélection propres à la Renaissance : il annonce la structure dialogique de ses écrits élaborés « dans un style médiocre susceptible de plaire aux lecteurs17 ». À l’instar de Juan de Valdés, il sait : « faire la différence entre style élevé et style bas selon ce que moi j’écris et à qui j’écris18 ».

Les interlocuteurs

18La personnalité des interlocuteurs a été définie dans l’argumentum : conformément au decorum impliquant la correspondance entre la caractérisation des personnages et le sujet du dialogue, le personnage central est le médecin, Joanicio. Il est la voix de l’auteur défendant la médecine et le savoir-faire médical.

19Joanicio est une castillanisation de Ioanitius, qui est à son tour une latinisation de l’arabe Hunayn ben Isaac. Celui-ci fut une grande figure de la médecine médiévale, un guide spirituel de Bagdad, ce qui lui valut le nom d’Érasme de la Renaissance arabe. Il fut le traducteur d’Hippocrate et l’auteur probable d’une introduction scolaire à la Mikrotekhne de Galien, l’Isagoge in Artem Parvam Galeni, dont la traduction latine sera très lue dans les universités médiévales et plusieurs fois éditée au cours des XVe et XVIe siècles. L’Isagoge reprend tout à fait fidèlement les idées principales de Galien dont nous avons pointé le rôle à l’époque de Mercado dans l’introduction de cette contribution.

20Le juriste est l’antagoniste du médecin. C’est le seul personnage qui n’ait pas de nom l’individualisant. Dans le dialogue, il reçoit le nom générique « licenciado ». Son discours le confirme en tant que représentant de sa profession.

21Basilio est le théologien. Dans le Dialogue sur la mélancolie, le discours du théologien Basilio caractérise, de toute évidence, le personnage. Ce n’est en revanche pas le cas pour ce dialogue sur les sciences, dans lequel à aucun moment ses interventions ne le trahissent comme théologien. Son nom évoque, sans aucun doute, celui de l’écrivain et théologien chrétien du IVe siècle, évêque de Césarée en Cappadoce. Il est curieux de constater que celui-ci eut également un lien avec la médecine puisqu’il fonda, dans cette région, une institution appelée Basilia accueillant des patients, des infirmiers et des médecins. Il en va de même pour Julián, le mathématicien. Son discours ne caractérise pas non plus sa condition. Nous sommes donc en présence de quatre interlocuteurs, configuration minoritaire à l’intérieur du genre.

Les degrés du savoir

  • 19 «Dieua ninguno le convernía dudar de ella por ser su fin más noble que de ninguna otra, y entre tod (...)

22La question de la « comparaison des sciences » énoncée dans l’argumentum du dialogue a pour fondement épistémologique la doctrine scholastique des degrés d’abstraction du savoir : le premier degré d’abstraction correspond au domaine de ce que les anciens appelaient la Physica, connaissance de la Nature sensible, dans laquelle l’esprit considère les corps dans leur réalité mobile et sensible, revêtus de leurs propriétés expérimentalement observables. Le deuxième degré est celui de la Mathematica, connaissance de la quantité comme telle, selon les relations d’ordre et de mesure qui lui sont propres, objet qui ne peut exister sans la matière mais qui peut être conçu sans elle. Enfin, les objets abstraits et purifiés de toute matière, qui peuvent exister sans la matière, appartiennent au grand domaine de la Metaphysica, connaissance qui va au-delà de la Nature sensible, de l’être en tant qu’être. Le rang supérieur, déjà établi par saint Thomas qui a Dieu pour objet de connaissance, correspond à la Théologie. C’est ce que fait observer le juriste au début du dialogue : « Il ne conviendrait à personne d’en douter car sa fin est plus noble que tout autre et, parmi toutes, seule celle-ci est divine, c’est pourquoi on l’appelle théologie, ce qui veut dire en grec science ou raisonnement19. »

  • 20 «Las sciencias matemáticas son las que tienen más certidumbre y por ellas se verifican las demás, p (...)

23La tâche de reconnaître l’excellence des mathématiques revient à Joanicio qui, à l’instar de son adversaire, recourt à l’étymologie : « Les sciences mathématiques sont celles qui comportent le plus de certitudes et c’est par elles que l’on vérifie toutes les autres, appelées pour cette raison mathématiques, ce qui veut dire en grec des disciplines par excellence démonstratives et très sûres20. »

  • 21 « Dialogue sceptique ou ouvert », d’après Jacqueline Ferreras (Los diálogos humanísticos del siglo (...)
  • 22 «Por mucho mal que vos digáis de médicos y yo de juristas no lo padecerán, ni se ha de aventajar vu (...)

24Le véritable débat a lieu entre le médecin et le juriste et c’est ce qui confère un caractère polémique à ce dialogue21. Il a été annoncé dans l’argumentum, et les paroles prononcées par Joanicio dans la praeparatio le confirment : « Quel que soit le mal que vous direz des médecins et moi des juristes, ils n’en souffriront, votre savoir ne prévaudra pas sur le mien, si ce n’est par les raisons que vous avancerez22. »

Les diatribes contre les médecins

  • 23 Luis Gil et Ignacio Rodríguez Alfajeme (« La figura del médico en la comedia ática », Cuadernos de (...)
  • 24 De là la sevère critique de Bataillon envers Pedro Mexía : « Les Diálogos de Pedro Mexía sont aussi (...)

25La critique de la médecine et les invectives contre les médecins remontent aussi loin que leur histoire. L’image populaire dénigrant le médecin acquit rapidement une représentation littéraire. Les exemples de littérature satirique sur le sujet sont légion. Les vices communs à la classe médicale font l’objet d’insultes depuis la comédie grecque23 : l’ignorance, l’arrogance, l’imposture, l’usage de langages pédants ou énigmatiques, la soif d’argent. L’incompétence professionnelle peut, dans les cas extrêmes, les amener à commettre les pires sottises allant jusqu’à achever un patient (voir l’image du médecin assassin, bourreau, charlatan, etc.). Des noms illustres appartenant à toutes les époques, tels que Pline, Celse, Pétrarque, etc., sont sur la liste des détracteurs accusant les médecins. La tradition littéraire et folklorique (proverbes, contes, dictons populaires) et sa trace au siècle d’or en sont une source inépuisable (Chevalier, 1982, p. 18-40). Parmi les contemporains de Mercado dénonçant les travers et les dangers que comporte l’exercice de la médecine figurent des auteurs comme Torquemada, Pedro Mexía ou Fray Antonio de Guevara, et tous emploient les mêmes arguments et des formules rabâchées24. Ce sont parfois les médecins eux-mêmes qui émettent de sévères critiques à l’encontre de leurs confrères, tels Chirino, Lobera de Avila ou Andrés Laguna.

26Voyons comment sont traités quelques-uns de ces clichés rebattus dans les Dialogues de Mercado, avec l’intention de transmettre aux « lecteurs » la dignité, les problèmes et les limites de la science médicale. Joanicio ne va pas très loin dans son exaltation de la médecine, comme Cristobal de Villalón dans son Scholastico. Pour y arriver, il utilise parfois des énoncés brefs et précis ou bien des exposés interminables.

Un chaos d’opinions

27L’avocat porte son accusation :

  • 25 «Queréis adelgazar tanto la phisica que haceis vandos la salud de las gentes : unos decís que es op (...)

Vous voulez rendre la physique si subtile que vous opposez en deux camps la santé des gens, d’un côté vous affirmez que pratiquer une saignée du même côté du flanc endolori est opinion des Grecs, de l’autre vous affirmez que la faire du côté opposé est opinion des Grecs.25

28Julián, le mathématicien, jouant son rôle de juge, soutient explicitement l’avocat en apportant une information concrète précisée par une date :

  • 26 « En esto yo seré con el señor licenciado porque el año treinta y ocho por mandado de su magestad s (...)

Je serai sur ce point du côté de monsieur le licencié parce que les médecins se sont réunis sur ordre de sa Majesté en l’an 1538 à Salamanque pour decider de cette question […] ; ils poussèrent tant de cris qu’ils ne s’entendaient ni ne se comprenaient et je crois que l’affaire resta plus indécise qu’elle ne l’était auparavant.26

  • 27 « Essa culpa ni está en la physica ni en los médicos que la escrivieron sino en los trasladadores q (...)

29Joanicio, qui connaît les vicissitudes affectant la transmission de la médecine, essaie de laver sa science et les médecins de l’accusation concernant leurs opinions confuses : « Cette erreur n’est due ni à la physique ni aux médecins qui l’ont écrite mais aux traducteurs qui l’ont traduite du grec en d’autres langues, les uns d’une manière et les autres d’une autre27. »

  • 28 « Las malas trasladaciones de la phisica causaron que se hiciese opiniones lo que era un parecer. »
  • 29 Hernán Nuñez de Guzmán, Commandeur de l’Ordre de Santiago, helléniste, latiniste, parémiographe esp (...)
  • 30 « En su seso estaba el Comendador Griego en no curarse no porque tenía la phisica por incierta, ant (...)

30Incidemment, l’auteur explique : « Les mauvaises traductions de la physique ont eu pour effet de faire prendre pour opinion ce qui n’était qu’un avis28. » Basilio, à l’appui de cette même thèse, recourt au point de vue autorisé de Hernan Núñez dont il fait mention29 : « Le Commandeur grec avait tous ses esprits pour ne pas se faire soigner, non parce qu’il tenait la physique pour douteuse mais parce qu’elle était mal traduite30. » Opinion que réfute d’un ton courroucé l’autre juge, Julián :

  • 31 «Si lo dixera cincuenta años atrás por ventura dixéramos que tenía razón… mas agora ninguna razón t (...)

S’il l’avait dit cinquante ans plus tôt, on dirait qu’il avait peut-être raison… mais à présent monsieur le Commandeur n’a nullement raison, car il y a des Grecs aussi illustres que pouvaient l’être les Grecs en Grèce au temps où ils écrivirent la médecine et de ceux-ci dérivent de si nombreuses et fidèles traductions qu’il n’y a pas lieu d’avoir de scrupules.31

  • 32 La version de l’ouvrage de Galien sur les fièvres, publiée par Cristobal de la Vega, date de 1553 e (...)
  • 33 Médecin arabe, auteur de Cánones Universales et d’un Antidotario où sont recueillis des procédés th (...)

31Nous constatons que Mercado, se servant des expressions hyperboliques de Julián, s’enorgueillit de l’avancée qu’implique la connaissance du grec pour redécouvrir les grands médecins de l’Antiquité32. C’est à partir de cette position orgueilleuse face au progrès qu’on peut interpréter le ton péjoratif du « licenciado », la seule fois où il mentionne le médecin arabe Mensué33.

Le danger du verbiage

  • 34 L’importance de la parole dans la médecine grecque d’alors ainsi que le désir prétentieux d’accumul (...)

32Le péché de bavardage excessif dont se rendent coupables certains médecins a un lointain précédent chez les Grecs des Ve et IVe siècles av. J.-C.34.

33Joanicio, défendant le bon exercice de la médecine, admet que les lois punissent « ceux qui soignent sans être des philosophes diplômés en médecine ». À quoi l’avocat réplique par une invective emportée :

  • 35 «No digo yo que no lo sean pero que usen de la medicina curando y de la philosophia philosophando y (...)

Je n’affirme pas qu’ils ne le soient pas, mais qu’ils se servent de la médecine pour soigner et de la philosophie pour philosopher et qu’en leur qualité de médecins ils prescrivent des remèdes et en leur qualité de philosophes qu’ils étudient leurs causes, sans prétendre guérir par des arguments autres que des remèdes ; tout est dans une telle confusion que l’on ne sait plus ce qui est du ressort de la médecine et ce qui est du ressort de la philosophie.35

  • 36 «No dexo de culpar en la cura de las enfermedades la demasiada teórica y argumentaciones.»
  • 37 « Esso es lo que yo porfío que aunque conozco que para curar las enfermedades se requiere conocer s (...)

34Joanicio reconnaît que l’avocat a en partie raison : « Je ne cesse d’incriminer dans la guérison des maladies l’excès des théories et des argumentations36. » L’avocat tempère sa colère et se range à l’avis de Joanicio, tout en y apportant une restriction : « C’est ce que je soutiens, car bien que je sache que pour guérir les maladies, il convient de connaître leurs causes, qu’on les traite sans s’attacher au détail et non avec tant de verbiage, car ce qui est évident et facile vous le rendez obscur et difficile37. »

  • 38 « De mí os juro por mi salud que no me hallo tan bien con el médico muy intrincado y argumentador [ (...)

35Julián, le mathématicien, prend aussi part à la controverse : « Je jure sur ma santé que je ne me trouve pas en très bonne santé avec un médecin très confus et argumentateur […], car j’ai la tête farcie d’arguments, pire qu’elle ne l’était avant38. »

36L’autre juge, Basilio, adopte une attitude plus conciliatrice et plus digne en usant de l’auctoritas :

  • 39 « Otros piden que les den causa y razones de su mal y si no se las dan los arguyen de innorantes co (...)

D’autres demandent qu’on leur notifie les causes et les raisons de leur mal et s’ils ne l’obtiennent pas, ils traitent les médecins d’ignorants, comme ce fut le cas pour Aristote avec un médecin qui le soignait et je suis pour ma part de cet avis et je me réjouis lorsque le médecin précise ma maladie et s’il ne le fait pas, je me montre insolent en le lui demandant.39

37Dans ces interventions auxquelles participent les quatre interlocuteurs, il est, d’une part, confirmé que polémiquer, c’est partager, que le dialogue éristique exige la reconnaissance de certaines valeurs communes, de certains présupposés sans lesquels l’échange ne peut pas se produire (Vian, 2001, p. 170) et l’on peut, d’autre part, apprécier la simplicité et le naturel d’un style familier.

Condamnation des « expérimentateurs »

38Nous ne pouvons pas nous attarder sur l’analyse d’autres passages dans lesquels l’avocat atteint la dignité de son adversaire en utilisant des lieux communs, comme le péché de retarder la guérison du malade au bénéfice dolosif du médecin ou l’accusation plus grave encore d’être à l’origine de la mort du malade (médecin homicide, etc.). Mais nous ne pouvons pas manquer de faire une brève référence à la vieille polémique entre les empiriques (les « expérimentateurs », tels que les nomme Mercado) qui soignent sans art et sans science, uniquement à l’aide de la pratique et de l’expérience, et ceux qui défendent l’art, les règles et la science dans l’exercice de la médecine. Joanicio se réclame de cette dernière :

  • 40 On trouve, dans le Retrato del Perfecto Médico (1595), f° 108, la même plainte et le même dicton : (...)
  • 41 «Menos razonable es que con sola experiencia se cure, porque sería poblar la tierra de vagamundos y (...)

Il est moins raisonnable de soigner par la seule expérience, car ce serait peupler le monde de vauriens et il n’y aurait pas d’homme susceptible de se trouver grand expérimentateur et médecin si ces mêmes hommes n’étaient pas contraints à plus de raison que la seule expérience, compte tenu des préjudices qu’ils causeraient à la république et que vous remarquerez clairement chez les expérimentateurs que l’on trouve à présent. Qu’adviendrait-il si l’on octroyait la licence d’expérimenter à tout le monde ? La raison est fort claire car ceux-ci pensent que leurs expériences gardent la même valeur quels que soient le temps, le lieu ou les personnes et veulent mesurer tout le monde40 à la même aune, s’apercevant que ce qui ne profite pas à la femme profite à l’homme, ce qui ne profite pas à l’enfant profite au jeune garçon, ce qui ne profite pas au jeune garçon profite au vieillard, ce qui ne profite pas au coléreux profite au flegmatique, ce qui ne profite pas en été profite en hiver, ce qui ne profite pas en Perse profite en Arabie.41

39Le sens donné à l’« expérience » par des médecins tels que Mercado ne correspond ni à l’objectif de l’observation et de l’expérimentation propres à la nouvelle science, ni à la simple pratique ou à l’exercice répété, mais à la vérification des savoirs acquis dans les livres (l’auctoritas) (Romero Tobar, 1994, p. 400), c’est-à-dire à l’expérience fondée sur la raison. Joanicio vient le déclarer après une tirade alambiquée :

  • 42 « Ni creáys los médicos dezirse experimentados por aver curado muncho tiempo como el vulgo lo entie (...)

Ne prêtez pas crédit aux médecins lorsqu’ils se disent expérimentés, parce qu’ils ont longtemps soigné comme l’entend le vulgaire mais parce qu’ils ont longtemps soigné avec science, selon les raisons médicales. Car les incultes et les charlatans qui corrompent les républiques, même s’ils ont utilisé, de nombreuses années durant, leurs nuisibles et sots mensonges, ne se disent pas inexpérimentés parce qu’ils ont manqué des fondements de la médecine que présuppose la véritable expérience. Le forgeron d’Arganda avait passé nombre d’années à exercer son métier, mais son expérience fut si déplorable, que pendant ses quarante ans de métier, il n’avait pas acquis la trempe de l’acier et du fer.42

40Ce qui caractérise dialogiquement Joanicio, c’est un discours qui s’inspire tout simplement de ses propres connaissances et de son bon sens, sans appuyer ses arguments sur l’auctoritas. Ni les contes, ni les proverbes, ni les dictons populaires ne sont fréquents dans ce Dialogue sur la comparaison des sciences, et il est peut-être significatif que Joanicio n’en use que pour parler de l’expérience : un proverbe pour disqualifier les « expérimentateurs » et un conte pour illustrer la nécessité de fonder l’expérience sur le savoir.

Excellence de la médecine

41La plus grande noblesse de la médecine – selon l’opinion du médecin Joanicio – repose sur la nature de son « sujet », la préservation des hommes, tandis que le droit a pour but la préservation des biens ; dans la mesure où les hommes sont plus nobles que les biens qu’ils possèdent, la médecine sera supérieure aux lois. L’argument malveillant – les médecins détruisent et tuent le plus noble sujet du monde –, répété par le Maître, pousse Joanicio à invoquer, pour la première fois, l’autorité d’Hippocrate. La médecine guérit toutes les maladies, ce qui suppose la perpétuation de la vie, et cela est impossible, selon la doctrine hippocratique. D’autres considérations que fait Joanicio sur les erreurs attribuées par le peuple aux médecins sont également inspirées par l’enseignement d’Hippocrate. Parfois, ce serait dû à la non obéissance et aux excès des malades face aux prescriptions des médecins ; parfois, la plainte serait dirigée vers la maladie « parce qu’elle ne se serait ni manifestée ni signifiée avec de vrais signaux ». Mais ni dans ce cas ni dans d’autres, apparemment plus fautifs, dans lesquels le médecin à cause de son ignorance, n’a pas reconnu la maladie et n’a pas prescrit les remèdes nécessaires, il est justifié de condamner la médecine : « On ne peut déduire qu’il faut douter de la médecine à partir des erreurs des médecins mal compris. »

L’offensive des juristes

42La longue tirade dans laquelle la défense de la médecine (comme art et comme science) comporte une attaque contre le droit, utilisant des termes véhéments jusqu’alors inhabituels, offre davantage d’intérêt stylistique et argumentatif :

  • 43 « Essa ventaja os hazemos, que la medicina según munchos es arte, y por arte la cuentan entre las l (...)

Nous avons cet avantage sur vous car la médecine, selon de très nombreuses gens, est un art et en tant qu’art elle est considérée comme faisant partie des arts libéraux qui lui octroient la première place en tant que mère et gardienne de la santé ; selon d’autres, elle est aussi une science ; les législateurs n’étaient tenus pour savants à cause des lois qu’ils avaient composées mais à cause de la philosophie naturelle et morale qu’ils connaissaient et sur laquelle ils les fondèrent. De sorte qu’elles ne seront appelées ni science ni art mais confusion et multitude de lois si abondante qu’elles ne peuvent aucunement se comprendre, en raison de la diversité des droits qu’elles contiennent : un droit très ancien des Grecs et un autre droit très ancien et très important des Romains, un autre nouveau droit de Justinien et un autre très nouveau que les rois ont ajouté dans leurs royaumes. Et sur ce point, on ne compte plus le nombre de gloses qui existent car les lectures et les décisions occupent tant d’écrits qu’il est impossible de les feuilleter, pas plus que de les lire et de les comprendre, vu la brièveté de nos vies. Les uns donnent un sens aux lois, d’autres les contredisent, d’autres les concordent, d’autres les invoquent, d’autres les agrandissent et les élargissent, les confirment, les accordent avec d’autres lois, d’autres les contredisent, d’autres les tirent par les cheveux et veulent leur faire dire autre chose que ce qu’elles disent, à laquelle les législateurs n’ont jamais pensé, obscurcissant et toublant la clarté et la facilté avec leur imagination, comme on trouble une eau en l’agitant excessivement ou en la mélangeant avec de la boue et de la terre, de sorte que de loi en loi, de glose en glose, de décision en décision, de conseil en conseil on vient à aboutir à une confusion très grande, car dans les doutes et les différends où l’on trouve des droits et des décisions pour absoudre le condammé, on trouvera des lois, des gloses, des décisions et des conseils pour le condamner.43

43Dans le même but de disqualifier les juristes, Joanicio qui, dans tout le Dialogue sur la comparaison des sciences, n’avait pas fait appel aux autorités pouvant défendre la médecine (une seule mention à Hippocrate), se sert maintenant d’une très longue série de noms célèbres de juristes et de glosateurs comme autant de projectiles lancés contre son adversaire. Cette accumulation rhétorique est un recours visant à parodier la confusion qui règne dans les lois :

  • 44 «¡Qué fuera pues si sobre las leyes vieran Bártulos, Baldos, Paulos, Jasones, Albericos, Abbades y (...)

Qu’en serait-il donc si, en ce qui concerne les lois, ils voyaient les traités de Bartole, Baldus, Paul, Jason, Albéric, Abbé et tous les autres dont on n’a pas assez de dix vies pour les lire ! C’est de cette confusion des lois que vient le fait que les juristes renommés deviennent maîtres du droit et conduisent la justice comme ils veulent et qu’ils soient si recherchés et payés par les parties qu’en peu de temps ils fondent des majorats au détriment du commun ; de là vient que dans les universités cette profession soit prise d’assaut et qu’il y ait superfluité de juristes. De là vient le retard des procès, si simples soient-ils, dû à des résistances et à des prudences d’avocats qui avancent chaque jour de nouvelles allégations. De là vient la quantité de procès qu’il y a en Espagne, car si le coupable trouve conseil pour faire comparaître en justice le condamné, celui-ci ne manque pas d’avocats pour le défendre. Si l’avocat du coupable pense que sa partie demande justice, l’avocat du condammné prétend la défendre et même condamner son opposant à des frais. Cette confusion des lois fait que les juges ordinaires se trompent à tout bout de champ et prononcent des sentences qui sont révoquées ; elle place dans un tel doute les juges suprêmes que ceux-ci n’osent pas rendre un jugement, ajournant quelquefois, révoquant d’autres fois les sentences qu’ils ont prononcées à partir des arrêts eux-mêmes, car diverses sont les lois qui se sont offertes à eux par rapport à celles qu’ils avaient retenues dans un premier temps. Cette profusion de lois place les juristes dans une perpétuelle dépendance vis-à-vis de l’étude, à laquelle ils consacrent vingt ou trente ans.44

44Les argumentations disqualifiant les juristes ne se trouvent pas uniquement dans ce débat médecin/juriste. Les critiques portant sur le métier d’avocat réapparaissent dans le septième dialogue sur les États, par le biais d’un hilarant conte populaire :

  • 45 « Parece ser que este caballero intentó pleitear en la cancillería de Valladolid cierta hacienda de (...)

Il semble que ce gentilhomme ait essayé de plaider en justice à la Chancellerie de Valladolid une affaire relative à une très important domaine et, avant de s’engager, il a effectué de longues démarches et a pris avis auprès des meilleurs avocats de la Cour de justice de Valladolid et du Conseil royal et tous lui ont dit qu’il avait la justice de son côté et c’est avec ce presupposé qu’il plaida en justice et dépensa les biens qu’il avait hérités de ses parents et au terme du second examen son adversaire fut relaché et il perdit ses deux biens. Et, comme il se vit pauvre et si innocemment plongé dans la pauvreté par la seule faute de ses avocats, il alla voir le prince et, lui ayant raconté son cas, lui demanda de lui faire la faveur d’un permis de sortie, et le permis de sortie qu’il demanda en guise de requête fut d’exporter chez le Turc deux mille bacheliers en droit car il rendait de la sorte deux services à son Altesse : le premier en faisant sortir de son royaume ceux qui le troublent et l’appauvrissent, le second en les menant chez le Turc qui ne se régit pas par droit écrit ; eux le convaincraient grâce à quoi ils le détruiraient.45

UNE REMARQUE FINALE SUR LE RÔLE DES JUGES

  • 46 A. Vian Herrero, « Fábula y diálogo en el Renacimiento : confluencia de géneros en el Coloquio de l (...)

45Tant qu’il s’agit des diatribes contre les médecins et la médecine, les juges soutiennent l’un ou l’autre adversaire de manière apparemment impartiale. En revanche, à partir de la deuxième partie du dialogue dans laquelle le discours porte principalement sur l’attaque contre les juristes et le droit, leurs très rares interventions poursuivent ce même objectif. Les juges (le théologien et le mathématicien) qui, au début du dialogue, laissaient espérer tant d’attentes sur la supériorité de leurs savoirs, ne remplissent pas leur tâche consistant à conduire le dialogue et n’indiquent pas non plus les tours de parole. Le dialogue se termine sans que la controverse ait été résolue, c’est-à-dire sans que le théologien et le mathématicien ne donnent leur avis. « Le lecteur reste le dernier témoin du débat46. »

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bataillon M., Érasme et l’Espagne, nouvelle édition en trois volumes, Genève, Droz, 1991.

Chevalier M., Tipos cómicos y folklore (siglos xvi-xvii), Madrid, Edi-6, 1982.

Covarrubias S., Tesoro de la lengua castellana o españolal, Navarra, Universidad de Navarra, 2006.

Ferreras J., Les dialogues espagnols du xvie siècle ou l’expression littéraire d’une nouvelle conscience, Paris, Didier, 1985.

Ferreras J., Los diálogos humanísticos del siglo xvi en lengua castellana, Murcia, Universidad de Murcia, 2003.

Ferrater Mora J., Diccionario de Filosofía, Barcelona, Ariel, 1994.

Gil L., Rodríguez Alfageme I., « La figura del médico en la comedia ática », Cuadernos de Filología Clásica, 3, 1972, p. 35-92.

Gómez J., El diálogo en el Renacimiento español, Madrid, Cátedra, 1988.

Granjel L.S., « La figura del médico en el escenario de la literatura picaresca », Archivos Iberoamericanos de Historia de la Medicina, 1950, p. 493-527.

Granjel L.S., « Retrato de un médico renacentista », Médicos españoles, 1967.

Granjel L.S., Humanismo y medicina, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1968.

Granjel L.S., La medicina española renacentista, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1980.

Henríquez J. E., Retrato del Perfecto Médico, 1595, UCM Biblioteca Histórica « Marqués de Valdecilla », BH MED 1075.

Laín Entralgo P., La medicina hipocrática, Madrid, Alianza Editorial, 1970.

Maritain J., Distinguer pour unir ou Les degrés du savoir, Paris, Desclée de Brouwer, 1963.

Masip Acevedo J., « Comentarios al quinto de los “Diálogos de Filosofía Natural y Moral” de Pedro Mercado », Revista de la Universidad de Oviedo, 1, 1940, p. 36-69.

Mercado P. de, Diálogos de philosofía natural y moral, 1558, UCM Biblioteca Histórica « Marqués de Valdecilla », BH MED 45 Ej. 1, BN Madrid R/1025.

Mercado P. de. « Diálogo del médico y el jurista », dans Diálogos españoles de renacimiento, éd. M. Laín Martínez, D. Ruíz Otín, Toledo, Almuzara, coll. « Biblioteca de Literatura Universal », 2010, p. 741-770.

Mexía P., Diálogos o coloquios, I : Diálogo de los médicos, II : Los dos diálogos del convite [1547], éd. M.L. Mulroney, Iowa, University of Iowa Press, 1930.

Mexía P., « Diálogo de los médicos », dans Diálogos o Coloquios, éd. A. Castro Díaz, Madrid, Cátedra, 2004, p. 211-279.

Romero Tobar L., « El arte del diálogo en los Colloquios satíricos de Torquemada », Edad de Oro, III, 1984, p. 241-256.

Romero Tobar L., « A. de Torquemada, el humanista vulgar de los Colloquios satíricos », dans Estudios sobre el Siglo de Oro : Homenaje a Francisco Ynduráin, Madrid, Editora Nacional, 1994, p. 395-409.

Torquemada A., « Coloquio de los médicos », dans Obras completas, vol. I, Madrid, Turner. 1994, p. 278-292.

Vian Herrero A.,» Fábula y diálogo en el Renacimiento : confluencia de géneros en el Coloquio de la mosca y la hormiga de Juan de Jarava », Dicenda. Cuadernos de Filología Hispánica, 7, 1987, p. 449-494.

Vian Herrero A., « Los personajes de los diálogos y su forma expresiva : la voz de las retóricas áureas », dans F. Cerdan (dir.), Homenaje a Robert Jammes, vol. III, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1994, p. 1171-1181.

Vian Herrero A., « Interlocución y estructura de la argumentación en el diálogo : algunos caminos para una poética del género », Criticón, 81-82, 2001, p. 157-190.

Notes

1 En Europe, les savants les plus avancés dépasseront l’hippocratisme « figé » et découvriront dans le maître de Cos, qui était un esprit observateur, positiviste et dialectique, un véritable précurseur de l’observation et de l’expérimentation qui façonnera l’esprit scientifique de la modernité (scienza nuova).

2 L’université de Valence sera la plus novatrice. C’est elle qui accueillera les idées de Vésale avant tout le monde et prendra l’initiative d’introduire les textes originaux de Galien et d’Hippocrate, dépassant ainsi le galénisme arabisé. À Alcalá, ce processus rénovateur ne culmine qu’à l’arrivée de Francisco Valles, traducteur d’Hippocrate et de Galien, à la première chaire (Cátedra de Prima) en 1557.

3 Ni Hernández Morejón dans Historia Bibliográfica de la Medicina Española, t. III, Madrid, 1843, p. 83-86, ni J.B. Ullersperger dans La Historia de la Psicología y de la Psiquiatría en España, Madrid, Alhambra, 1954, p. 68-69, mentionnés par Granjel (« Retrato de un médico renacentista », Médicos españoles, 1967, p. 78), fournissent des donnés plus précises sur la date de la naissance de Mercado et ils ne disent rien de sa mort.

4 « ciencia de más alta consideración que otra ninguna ».

5 Il ne faut pas oublier que la philosophie naturelle est l’héritière de la physiologia. Hippocrate, fondateur de la médecine physiologique, a réussi à donner une base scientifique et philosophique aux anciennes pratiques empiriques et conceptions mythiques, en observant chez l’homme des éléments et des qualités identiques à ceux de la nature. C’est ainsi que dans la médecine hippocratique les maladies n’étaient plus considérées comme des taches ou des châtiments mais comme des « accidents naturels » et le médecin comme un serviteur de la nature (P. Laín Entralgo, La medicina hipocrática, Madrid, Alianza Editorial, 1970, p. 33-35).

6 « enseñó a filosofar a los primeros filósofos » (P. Mercado, Diálogo primero de la tierra y el agua. Il ne faut pas oublier qu’elle est l’heritière de la physiologia « traité de la physis »).

7 J. Ferrater Mora, Diccionario de Filosofía, Barcelona, Ariel, 1994, entrée « Moral ».

8 « considerando lo poco que de filosofía hay en nuestra lengua materna ».

9 « Munchos me reprehenderán en estos diálogos, o por parecerles superfluo en escrevir lo que está tan escrito, o temerario en poner mano en lo que tantos de mi profesión y de tan sutiles ingenios no la han puesto. Pero considerando lo poco que de philosophía ay en nuestra lengua materna, y el desseo de munchos curiosos de saber de qué y cómo se compone esta machina de mundo, y el poco trabajo que avía de costar tomarlo de donde en otras lenguas está derramado, y recopilarlo en un mediano estilo en forma de diálogo que diesse sabor a los letores, determiné de padecer los inconvenientes por evitar otro mayor, que es la ignorancia de las cosas naturales […] y tratar dellas de la manera que componen este mundo, començando de la philosophia de la tierra hasta el postrero cielo […] con otros diálogos morales de que no avía menos necessidad. »

10 « Curar no es otra cosa sino experimentando la filosofía natural, filosofar en el cuerpo del hombre mal dispuesto y destemplado. » Cf. supra note 5.

11 « Sobre la prelación de las suyas ».

12 « Los cuales quieren entrar en la misma comparación ».

13 « El uno contra el otro se ponen cávilos y argumentos contra sus ciencias y se responden ».

14 « Sea en presencia de el señor Basilio y de el señor Julián ».

15 «Porque no se repita tantas vezes esta porfía».

16 «Ha de quedar hoy sentenciado a mi favor, o yo no sería Joanicio».

17 Voir note 9.

18 «Hazer diferencia en el alçar o abaxar el estilo según lo que escrivo y a quien escrivo».

19 «Dieua ninguno le convernía dudar de ella por ser su fin más noble que de ninguna otra, y entre todas sola esta es divina, y por esto se dize theologia que en griego quiere dezir sciencia o razonamiento de Dios.»

20 «Las sciencias matemáticas son las que tienen más certidumbre y por ellas se verifican las demás, por lo cual son dichas matemáticas, que en griego quiere dezir disciplinas por excelencia demostrativas y certísimas.»

21 « Dialogue sceptique ou ouvert », d’après Jacqueline Ferreras (Los diálogos humanísticos del siglo xvi en lengua castellana, Murcia, Universidad de Murcia, 2008, p. 633).

22 «Por mucho mal que vos digáis de médicos y yo de juristas no lo padecerán, ni se ha de aventajar vuestra facultad a la mía sino por las razones que alegardes».

23 Luis Gil et Ignacio Rodríguez Alfajeme (« La figura del médico en la comedia ática », Cuadernos de Filología Clásica, 3, 1972, p. 35 et passim) affirment que « el plautino Parasitus medicus o los doctores de Molière o sus hermanos de otras literaturas como Pedro de Urdemalas tuvieron sus precedentes en la comedia ática » (« le Parasitus médicus de Plaute ou les docteurs de Molière ou leurs semblables dans d’autres littératures tirent leur précédent de la comédie attique »).

24 De là la sevère critique de Bataillon envers Pedro Mexía : « Les Diálogos de Pedro Mexía sont aussi médiocres que la Silva dont ils partagèrent jusqu’à un certain point la fortune. Qu’il y soit question du soleil, de la terre, des météores, des médecins ou des banquets, c’est toujours le même pot pourri d’érudition vulgaire, sans rien qui induise l’esprit à réfléchir » (Érasme et l’Espagne, nouvelle édition en trois volumes, Genève, Droz, 1991, p. 691). On accorde à Torquemada plus d’intelligence et d’originalité lorsqu’il aborde « esa auténtica summa de los principales tópicos de la crítica social española de los siglos xvi y xvii » (« cette véritable somme des principaux lieux communs de la critique sociale en Espagne des XVIe et XVIIe siècles ») (« A. de Torquemada, el humanista vulgar de los Colloquios satíricos », dans Estudios sobre el Siglo de Oro : Homenaje a Francisco Ynduráin, Madrid, Editora Nacional, 1994, p. 406).

25 «Queréis adelgazar tanto la phisica que haceis vandos la salud de las gentes : unos decís que es opinión de griegos sangrar en dolor de costado del mismo lado otros ser opinión de de griegos que se haga del contrario.»

26 « En esto yo seré con el señor licenciado porque el año treinta y ocho por mandado de su magestad se juntaron en Salamanca los médicos a determinar esa cuestión… eran tantas las voces que davan que no se oían ni entendían y creo que quedó el negocio más dudoso que lo que antes estava. » Il est ici fait référence à la fameuse polémique sur la saignée qui perdura tout au long du XVIe siècle et qui se transforma en une lutte idéologique entre arabistes et adeptes des Grecs. Un célèbre médecin français, Brissot, fervent défenseur d’Hippocrate en fut à l’origine. L’université de Salamanque rendit son verdict en faveur de la méthode prônée par Brissot, mais ses adversaires demandèrent la condamnation de sa théorie en accusant le médecin français d’hérésie.

27 « Essa culpa ni está en la physica ni en los médicos que la escrivieron sino en los trasladadores que la trasladaron de griego en otras lenguas que unos trasladaron de un lado u otros del contrario. »

28 « Las malas trasladaciones de la phisica causaron que se hiciese opiniones lo que era un parecer. »

29 Hernán Nuñez de Guzmán, Commandeur de l’Ordre de Santiago, helléniste, latiniste, parémiographe espagnol, aussi connu comme El Pinciano (1475-1553). Agrégé de rhétorique et de grec à Alcalá de Henares et plus tard à Salamanca comme successeur de Nebrija. Partout nommé le Commandeur grec.

30 « En su seso estaba el Comendador Griego en no curarse no porque tenía la phisica por incierta, antes la loaba […] sino porque estaba mal trasladada. »

31 «Si lo dixera cincuenta años atrás por ventura dixéramos que tenía razón… mas agora ninguna razón tiene el señor comendador porque hay tan grandes griegos como los naturales de Grecia lo podían ser en el tiempo que escribieron la medicina y de estos han venido tan ciertas y fieles traslaciones que no ay que escrupular.»

32 La version de l’ouvrage de Galien sur les fièvres, publiée par Cristobal de la Vega, date de 1553 et celle du Pronostic du Corpus Hippocraticum de 1551. Celles de Valles, plus tardives, datent de 1551 à 1569. C’est essentiellement grâce à ces deux auteurs que l’Espagne s’est rattachée à la tradition du galénisme hippocratiste. Les méritants médecins humanistes ont déjà dépassé le galénisme arabisé et, selon López Piñero, « attaquent durement les barbares qui maniaient les doctrines médicales classiques à travers les inexactes traductions médiévales et les interprétations corrompues des arabes » (L.S. Granjel, La medicina española renacentista, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1980, p. 21).

33 Médecin arabe, auteur de Cánones Universales et d’un Antidotario où sont recueillis des procédés thérapeutiques des Arabes et des Grecs. Son œuvre, traduite en latin, a été diffusée depuis le XIIIe siècle et a eu une considérable importance tout au long du XVIe siècle, à un moment, néanmoins, où l’on mettait déjà en question les traductions arabes des médecins grecs.

34 L’importance de la parole dans la médecine grecque d’alors ainsi que le désir prétentieux d’accumuler des savoirs expliquent l’apparition, à cette époque, d’un médecin également « confus et argumentateur », plus préoccupé par les formes du discours que par les remèdes pour soigner les maux, l’« iatrosophiste ». Aristophane crée le type comique du iatroteknes, médecin versé dans la philosophie naturelle qui, non content d’exercer sa profession, prétend en enseigner les fondements théoriques. L. Gil et I. Rodríguez Alfageme, « La figura del médico… », art. cit., p. 54.

35 «No digo yo que no lo sean pero que usen de la medicina curando y de la philosophia philosophando y que como médicos den remedios y como philosophos las causas de ellos y no que pretendiendo curar con argumentos más que con remedios, lo tienen todo ya tan revuelto que ya no se sabe lo que es medicina y lo que es philosophia.»

36 «No dexo de culpar en la cura de las enfermedades la demasiada teórica y argumentaciones.»

37 « Esso es lo que yo porfío que aunque conozco que para curar las enfermedades se requiere conocer sus causas, que se traten gruessamente y no con tanta filatería que lo claro y fácil hacéis oscuro y dificultoso ». C’est-à-dire sans entrer das le détail, sans palabres inutiles. « Nous utilisons ce terme – filatería – pour donner à entendre la foule de mots qu’un bavard enjôleur enfile et enchaîne pour nous duper et nous persuader de ce qu’il veut ; par ressemblance aux nombreux fils emmêlés les uns aux autres » (Covarrubias, Tesoro de la lengua española [1611], p. 902, 2005). Concernant également l’abus pédantesque de technicismes dans le nom des maladies et des médicaments, voir aussi L. Gil et I. Rodríguez Alfageme, « La figura del médico… », art. cit., p. 64.

38 « De mí os juro por mi salud que no me hallo tan bien con el médico muy intrincado y argumentador […] porque me deja la cabeza atestada de razones, peor de lo que estaba. »

39 « Otros piden que les den causa y razones de su mal y si no se las dan los arguyen de innorantes como le acaeció a Aristóteles con un médico que lo curaba y yo soy de esta opinión y me huelgo cuando el médico me especifica mi enfermedad, y si no lo haze me desvergüenzo a pedirlo. » Dans le Retrato del perfecto médico (1595), f° 96, on trouve la même historiette : « Escriben algunos que estando Aristóteles muy enfermo, y visitándole un médico que ordenaba todo de su propia autoridad, le dixo Aristóteles : no me curéis de aquí en adelante como a un vaquero o cavador, sino primero me dad la razón porque así lo mandáis y estaré muy obediente » (« D’aucuns écrivent qu’Aristote étant malade et étant visité par un médecin qui agissait à sa guise et convenance, lui dit : ne me soignez plus dorénavant comme un vacher ou un terrassier, mais faites-moi savoir, tout d’abord, la raison pour laquelle vous exigez que ce soit ainsi et je me montrerai très obéissant »). Les connaissances en philosophie naturelle permettaient au médecin grec, comme le conseillait Platon dans Les Lois, d’expliquer au patient les causes de sa maladie et de le persuader de suivre le traitement prescrit.

40 On trouve, dans le Retrato del Perfecto Médico (1595), f° 108, la même plainte et le même dicton : « A banderas desplegadas, como dizen quieren curar a todos, a todos calçan con la misma horma » (« Ils veulent, comme ils disent, soigner tout le monde à visage découvert, mesurant tout le monde à la même aune »).

41 «Menos razonable es que con sola experiencia se cure, porque sería poblar la tierra de vagamundos y no avría hombre que no se hallasse grande experimentador y médico, si no fuessen obligados a más razón que la experiencia aliende de los daños que causarían en la república, los quales conoceréys claro en los experimentadores que agora ay. ¿Qué sería si se diesse licencia de experimentar a todos? Y la razón es muy clara, porque estos creen que valen sus experiencias una misma cosa en todo tiempo, lugar, personas, y quieren con un çapato calçar a todos, constando que no lo que aprovecha a la muger aprovecha al varón, ni lo que al niño al mancebo, ni lo que al mancebo al viejo, ni lo que al colérico al flegmático, ni lo que en el estío en el invierno, ni lo que en Persia en Arabia.»

42 « Ni creáys los médicos dezirse experimentados por aver curado muncho tiempo como el vulgo lo entiende, sino por aver muncho tiempo sabiamente curado conforme a razones médicas. Porque los ydiotas y charlatanes que corrompen las repúblicas, aunque ayan exercitado munchos años sus dañosas y necias ymaginaciones, no se dizen experimentados por aver carescido de los fundamentos de la medicina que la verdadera experiencia presupone. Munchos años se avía ocupado en su arte el herrero de Arganda, mas fue tan mala su experiencia, que en quarenta años que usó el oficio, no salió con el temple de el azero y hierro. » Dans les textes hippocratiques, on taxait de « faux médecins, ignominie du monde » ces médecins ignorants et charlatans qui n’avaient aucune notion de philosophie naturelle (physiologie), ce qui aurait donné une base à leur art et à leur connaissance des maladies.

43 « Essa ventaja os hazemos, que la medicina según munchos es arte, y por arte la cuentan entre las liberales, dándole el primer lugar como a madre y conservadora de la salud ; según otros es también ciencia, y los derechos ni son lo uno ni lo otro, ni los legisladores eran dichos sabios por las leyes que compusieron sino por la philosophia natural y moral que supieron en que las fundaron. Assí que ni se dirán ciencia ni arte sino confusión y munchedumbre de leyes tan grande que en ninguna manera se dexa comprehender, según la diversidad de derechos contiene : uno antiquíssimo de los griegos y otro y muy antiguo y muy ancho de los romanos, otro nuevo de Justiniano, otro novíssimo que añaden los reyes en sus reynos. Y sobre esto no tienen número las glossas que ay, pues las lecturas y determinaciones es tan grande escritura que aun no se puede hojear, quanto más leer y entender en la brevedad de la vida que vivimos. Unos dan un entendimiento a las leyes, otros les contradizen, otros concuerdan a estos, otros los refieren, unos las ensanchan y amplían, otros las estrechan, unos las confirman y concuerdan con otras leyes, otros las contradizen, otros las traen por los cabellos y les quieren hazer sonar otra cosa que ni dizen las leyes ni la sintieron los legisladores, escureciendo y enturbiando lo claro y fácil con sus imaginaciones, de la manera que se enturbia el agua meneándola demasiadamente o mezclando cieno o tierra con ella ; de suerte que de ley en ley, de glosa en glosa, determinación en determinación, de consejo en consejo se viene a parar en una confusión tan grande, que en las más dudas y pleytos que se hallan derechos y determinaciones para obsolver al reo, se hallarán leyes, glosas, determinaciones y consejos para condenarlo. »

44 «¡Qué fuera pues si sobre las leyes vieran Bártulos, Baldos, Paulos, Jasones, Albericos, Abbades y los demás, que para leerlos no bastan diez vidas largas ! De esta confusión de leyes nasce los abogados famosos ser señores de el derecho y encaminar la justicia por la vía que quieren, y ser tan buscados y pagados de las partes que en poco tiempo fundan grandes mayorazgos en perjuyzio de el común, de donde es que en las universidades todos arrebatan esta professión y ay superfluydad de abogados. De aquí nasce la dilación de los pleytos por claros que sean con las resistencias y cautelas de abogados, alegando cada día nuevas alegaciones. De aquí también nasce la infinidad de pleytos que ay en España, porque si el autor halla consejo para pedir al reo no le faltan abogados para defender. Si el letrado de el autor cree su parte pedir justicia, el letrado de el reo pretende defenderla y aun condenar en costas al contrario. Esta confusión de leyes haze errar a cada passo los juezes ordinarios y pronunciar sentencias que se revoquen, y a los supremos pone en tanta duda que no se atreven a determinar los pleytos, a veces remitiéndolos, otras revocando las sentencias que pronunciaron de los mismos autos por ofrecérseles diversas leyes de las que primero se les representaron. Esta confusión de leyes tiene los juristas en perpetua servidumbre de estudios, envejecidos en ellos por veynte y treynta años.»

45 « Parece ser que este caballero intentó pleitear en la cancillería de Valladolid cierta hacienda de cualidad, y primero que lo pusiese por obra hizo grandes diligencias y tomo pareceres de los mejores abogados de el Audiencia de Valladolid y del Consejo Real y todos le aconsejaron que tenía justicia y con este presupuesto pleitó y gastó toda la hacienda que le había quedado de sus padres y al fin dieron por libre a su contrario en revista y se quedó sin la una hacienda y sin la otra. Y como se vio pobre y cuán inocentemente había empobrecido por sola culpa de sus abogados, vase al príncipe y contado el caso le pide que le haga su alteza merced de una saca, y la saca que pidió por memorial fue de dos mil bachilleres legistas para llevarlos a tierra de el Gran Turco y que en esto él hacía dos servicios a su Alteza : uno en sacar de su reino a los que se lo perturban y empobrecen, y el otro en llevarlos a tierra del turco el cual no se gobierna por derecho escrito y ellos se lo persuadirían con lo que lo destruirían. »

46 A. Vian Herrero, « Fábula y diálogo en el Renacimiento : confluencia de géneros en el Coloquio de la mosca y la hormiga de Juan de Jarava », Dicenda. Cuadernos de Filología Hispánica, 7, 1987, p. 459.

Auteurs

Universidad Complutense, Madrid

Universidad Complutense, Madrid

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540