Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

B. Enjeux politiques, enjeux religieux, enjeux sociaux

La cité bien ordonnée, honnête et libre comme idéal dialogique

Le Dialogo del reggimento di Firenze de Francesco Guicciardini

Claire Lesage

Texto completo

  • 1 « È tanto bello, tanto onorevole e magnifico pensiero el considerare circa e’ governi publichi, da (...)

Il est si beau, si honorable, si magnifique d’entreprendre l’examen des gouvernements publics, dont dépendent le bien-être, le salut, la vie des hommes et toutes les actions illustres qui se font dans le monde d’ici-bas, que […] l’on se doit de dire que mérite d’être loué celui qui applique son esprit et son temps à la contemplation d’une matière si honnête et si digne […].1

  • 2 Sur la chronologie de l’écriture du dialogue, voir R. Ridolfi, Vita di Francesco Guicciardini, Rom (...)
  • 3 Voir à ce sujet, R. Ridolfi, Vita di Francesco Guicciardini, op. cit., en particulier p. 100-235.

1C’est par cet éloge enthousiaste des études politiques et de ceux qui s’y consacrent que s’ouvre le prologue écrit par François Guichardin pour introduire son dialogue consacré au bon gouvernement de Florence, intitulé Dialogue sur la façon de régir Florence. La rédaction de ce texte qui nous livre l’idéologie républicaine d’un membre de l’oligarchie florentine de la deuxième décennie du XVIe siècle – il aurait été écrit entre 1521 et 15262 – se situe dans une phase particulièrement heureuse de la vie de son auteur. En premier lieu, sa carrière d’homme politique connaît une assez rapide ascension qui le conduit à partir de 1515 à des responsabilités de plus en plus importantes, hors de Florence, sa ville natale, successivement au service de deux papes Médicis, Léon X et Clément VII : il devient d’abord commissaire général de l’armée pontificale, ensuite gouverneur de Romagne, et enfin conseiller particulier de Clément VII, grâce auquel il sera, en 1526, l’un des artisans de la ligue de Cognac3. Guichardin est donc aux premières loges pour observer, et même participer en tant qu’acteur, à la scène politique italienne et au drame que sont en train d’y jouer les petits États de la péninsule et les puissances européennes que sont l’Espagne et la France.

  • 4 Ces deux textes sont consacrés aux « choses florentines ». Ils sont publiés dans F. Guicciardini, (...)
  • 5 N. Machiavelli, F. Guicciardini, Carteggio 1521-1527, a cura di M. Fusetti, Lausanne, Université d (...)
  • 6 Machiavel écrit ce projet de réforme des institutions florentines entre 1519 et 1520, en le destin (...)
  • 7 D’après Felix Gilbert, Guichardin a pris connaissance du contenu des Discours dès 1521 : cf. F. Gi (...)
  • 8 À ce sujet, voir G. Sasso, « Guicciardini e Machiavelli », dans Francesco Guicciardini. 1483-1983. (...)
  • 9 Voir L. De Los Santos, « Introduction », dans F. Guicciardini, Considérations à propos des Discour (...)

2Le début des années 1520 est aussi marqué par une rencontre importante avec un autre Florentin, qui va en quelque sorte féconder la réflexion historique et politique que Guichardin a commencé à élaborer progressivement dès 1508-1509, avec les Histoires florentines et, en 1512, avec le Discours de Logroño4. En effet, à partir de 1521, Guichardin entretient une riche correspondance avec Machiavel5 et cette amitié qui va durer jusqu’à la mort de ce dernier en 1527, juste après le sac de Rome, donne l’occasion à Guichardin de lire le Discursus florentinarum rerum6, et surtout, avant leur publication en 1531, les Discours sur la Première décade de Tite-Live où le Secrétaire florentin livre sa théorie républicaine, inspirée du modèle romain7. La confrontation avec la réflexion politique et historique de son ami ébranle inévitablement les fondements de la pensée de Guichardin et va provoquer l’ébauche d’une première réponse dans le Dialogue sur la façon de régir Florence8 : Guichardin y engage un débat polémique, un échange « à chaud » avec Machiavel, avant de se pencher de façon plus systématique sur les ouvrages de son ami, quelques années plus tard, précisément en 1530, en écrivant ses Considérations à propos des Discours de Machiavel9.

  • 10 F. Guicciardini, « Proemio », dans Dialogo…, op. cit., p. 15 (p. 108).

3Dans le dialogue dont il est question aujourd’hui (écrit comme nous venons de le voir pendant une période particulièrement heureuse de l’existence de l’auteur), Guichardin consacre toute son attention à sa ville natale et à ses institutions, en ayant l’intention de « montrer – écrit-il – comment on doit introduire à Florence un gouvernement honnête, bien ordonné, et qui pourrait vraiment être appelé libre10 ». Il faut préciser qu’à Florence, depuis 1512, lorsque l’entrée dans la ville des troupes espagnoles a permis le retour des Médicis qui en avaient été chassés en 1494 par l’institution de la république du Grand Conseil, le gouvernement est entre les mains des fidèles de cette famille, au service de laquelle se trouve Guichardin lui-même. Mais le contrôle des institutions, qui s’opère grâce à un réseau d’amitiés très ramifié, reste fragile et précaire, comme le démontreront les événements qui se produisent en 1527 : en effet, les anti-médicéens – les défenseurs de la liberté républicaine – reprendront une dernière fois le pouvoir, profitant de la conjoncture difficile dans laquelle se trouve Clément VII, après le sac de Rome.

  • 11 Pour une synthèse sur les guerres d’Italie, voir J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Les guerres d’Ita (...)
  • 12 « […] nondimeno per gli accidenti che tuttodì portono seco le cose umane, può a ogn’ora nascere, c (...)
  • 13 « […] forma di buono e laudevole governo […] » [loc. cit.]. Cet objectif ambitieux qui l’obsède de (...)

4Le contexte politique mouvant et instable de ces premières décennies du XVIe siècle11 semble donc autoriser le fidèle serviteur des papes Médicis à coucher sur le papier son projet de réforme républicain : il précise lui-même dans son prologue que les « accidents que, chaque jour, comportent les choses humaines peuvent à toute heure faire que, tout comme la cité passa, d’un seul coup, de l’État populaire à l’État d’un seul, elle pourrait aussi, avec la même facilité, retourner de l’État d’un seul à la liberté première12 ». Ses intentions sont donc claires : il souhaite être utile à ses compatriotes, en contribuant par le biais de l’écriture à l’adoption « d’une forme de gouvernement bonne et digne13 ».

  • 14 Cette hypothèse est formulée par R. Ridolfi : cf. Vita di Francesco Guicciardini, op. cit., p. 213 (...)
  • 15 Voir dans ce volume P. Guérin, « Politique du dialogue à la Renaissance : de quelques explicit ».
  • 16 F. Guicciardini, « Proemio », dans Dialogo…, op. cit., p. 15 (p. 108).
  • 17 Voir D. Maingueneau, « Le Dialogue comme hypergenre », dans P. Guérin (dir.), Le Dialogue ou les e (...)

5Mais pourquoi adopter cette typologie d’écriture ? Est-ce la lecture de l’Art de la guerre de Machiavel qui vient d’être publié en 1521, qui oriente le choix de Guichardin14 ? Cette explication apparaît insatisfaisante, puisque, si l’on confronte les deux dialogues, on ne peut que constater l’écart qui les sépare, en particulier quant à la construction du discours et à son fonctionnement, ainsi que l’a bien montré Philippe Guérin15. Les raisons qui poussent Guichardin à écrire un dialogue sont donc à rechercher ailleurs. Comme nous l’avons déjà souligné précédemment, il s’est déjà longuement exprimé sur les « choses florentines » et pour la première fois il choisit de réfléchir sur les institutions de la cité toscane par le biais d’une fiction dialogique, en donnant la parole à un groupe de personnages historiques. Cette solution s’impose à lui comme une nécessité, car, nous dit-il, il n’entend pas écrire un discours qui soit le fruit de son invention, mais plutôt retranscrire le plus fidèlement possible une conversation ayant eu lieu longtemps auparavant entre quatre citoyens florentins, parmi lesquels son propre père, Piero. Le souci avoué « d’écrire de la façon et dans l’ordre où [son père la lui] a racontée16 » détermine donc une mise en scène fictionnelle et l’apparente position de retrait assumée par l’auteur. Mais le choix de la forme dialogue, qui ne peut être anodin dans le contexte culturel de l’époque, va se révéler, me semble-t-il, particulièrement réussi et efficace : démontrant une grande capacité à exploiter la plasticité de cet « hypergenre17 », en multipliant les directions de lecture, Guichardin va parvenir à rendre visible et concret son projet de réforme institutionnelle, tout en faisant percevoir l’originalité et la complexité problématique de sa pensée historique et politique. En effet, si le dialogue fait avant tout référence à la situation florentine, il soulève aussi des questions qui dépassent le cadre de la cité. Guichardin va pouvoir articuler données historiques – ce qui se passe à Florence ou en Italie – et considérations d’ordre politique. L’objectif des propos qui vont suivre est justement de tenter d’expliquer les enjeux et les implications du dialogue – comment la forme dialogique retraduit et façonne la vision politique de Guichardin sur son époque.

  • 18 Un retour en arrière – au système de gestion politique mis en place par les Médicis au XVe siècle (...)
  • 19 « mutazioni » : cf. F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre I, p. 21 (p. 114).
  • 20 Sur cette attitude typique de l’oligarchie florentine, voir N. Rubinstein, « Guicciardini politico (...)
  • 21 « correggere e limare […] e’ disordini del governo », dans F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., li (...)
  • 22 « forma di buono e laudevole governo » [ibid., « Proemio », p. 14 (p. 108)].

6Guichardin situe son dialogue selon des coordonnées temporelles bien précises : nous sommes en 1494, quelques semaines après que les Médicis ont été chassés de Florence et lorsque se constitue, sous l’impulsion de Savonarole, l’assemblée élargie du Grand Conseil – qui réunit environ 3 000 citoyens – sur laquelle va se fonder la nouvelle république populaire. Mais pourquoi cette date ? Pour Guichardin, 1494 est une année charnière, le début d’une nouvelle époque, en rupture avec les modalités de gouvernement du siècle qui vient de s’écouler18. D’autre part, opposé aux « mutations19 », c’est-à-dire aux changements radicaux de régime, fort dommageables d’après lui pour Florence, il souhaite plutôt l’introduction de réformes modifiant sans heurt les institutions20. Son propos a en effet pour but de « corriger et limer […] les désordres du gouvernement21 ». Le point de départ idéal de ce programme réformiste est justement la république née en 1494 puisqu’elle incarne pour Guichardin le gouvernement qui s’est le plus approché d’une « forme bonne et digne de louanges22 », bien qu’elle soit le résultat d’une « mutation ».

  • 23 Voir ibid., en particulier les notes des pages 15 et 16 (p. 109-110).
  • 24 « cittadini gravisimi e savissimi » [ibid., « Proemio », p. 15 (p. 109)].

7Les personnages mis en scène sont tous des hommes ayant exercé à Florence des fonctions de gouvernement et qui ont été acteurs de premier plan de la république de 149423. À part son père, Piero, qui fut un proche de Laurent le Magnifique mais aussi un partisan modéré de Savonarole après 1494, Guichardin peint des « citoyens très sages […], parés des plus belles qualités et d’une grande autorité24 ». Il s’agit avant tout de Bernardo del Nero chez qui se déroule le dialogue : s’il ne fait pas partie des grandes familles de l’oligarchie florentine, il a pu, grâce à Laurent qui a su reconnaître ses qualités et ses compétences, comme nous le précise Guichardin dans le prologue, accéder aux plus importantes charges de l’État. Mais puisqu’il s’agit d’un homme de confiance des Médicis, en 1494, il est éloigné de la gestion du pouvoir. Pour cette raison, la rencontre entre les quatre personnages se déroule hors de Florence, dans la maison que Bernardo possède à la campagne. Mais nous savons aussi – c’est toujours Guichardin qui le souligne dans le prologue – qu’il occupera encore une fois, en 1497, le poste de gonfalonier de justice, c’est-à-dire la plus haute charge dans la cité, juste avant d’être accusé de trahison envers l’État – on lui reprocha de n’avoir pas révélé un complot organisé par Pierre de Médicis pour revenir à Florence – et condamné à mort par la justice florentine.

  • 25 Les personnages mis en scène semblent entretenir des rapports de respect mutuel, voire d’amitié, m (...)

8Piero Capponi est quant à lui un représentant de la vieille oligarchie conservatrice florentine, ennemie des Médicis, qui participe activement à leur chute en 1494. Enfin, Paolantonio Soderini fait partie lui aussi d’une grande famille hostile aux Médicis, mais à la différence de Capponi, est favorable au projet de réforme qui s’engage à Florence sous la houlette de Savonarole. Guichardin décide donc de rendre hommage non seulement à son père dont le rôle consiste surtout à rapporter les échanges, puisqu’il ne défend aucune faction en particulier, mais aussi à des figures de l’histoire de Florence croisées pendant son enfance – il a onze ans en 1494 –, et dont le souvenir mérite d’être conservé. D’autre part, il utilise aussi l’écriture comme aide-mémoire, comme témoignage vivant des différentes positions politiques qui s’exprimaient alors, souvent avec violence, au sein de l’oligarchie florentine25. Mais nous verrons que la fiction dialogique va faire en sorte que, placés sur un même plan, tous ces points de vue vont pouvoir s’exprimer et s’articuler dans un esprit de concorde et de collaboration, sans que le conflit éclate. L’enjeu du dialogue sera donc aussi de rendre visibles les valeurs partagées par tous et de mettre en scène un idéal de sociabilité.

  • 26 Ce type d’otium est théorisé par Cicéron dans le De oratore. Guichardin a peut-être aussi eu la po (...)
  • 27 « ragionare per trovare la verità » [F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre I, p. 64 (p. 149)]
  • 28 Quant à la méfiance éprouvée par Guichardin vis-à-vis d’une approche théorique des problèmes d’ord (...)
  • 29 « ragioniamo di fare un governo, non quale dovrebbe essere, ma quale abbiamo a sperare che possi e (...)
  • 30 « la natura, la qualità, le condizioni, la inclinazione […], gli umori della città e de’cittadini  (...)
  • 31 Ibid., « Proemio », p. 14 [(p. 107-108)].
  • 32 « […] voi che siate ancora di fresca età e a’ quali, se non si viene in una estrema confusione, no (...)
  • 33 Ibid., livre II, p. 207 (p. 274).

9Nous disions donc que tous ces personnages se retrouvent chez Bernardo, à la campagne, « in villa », loin des occupations de la vie publique. Il s’agit bien sûr du temps de l’otium, qui acquiert ici une couleur particulière : c’est en effet un temps que l’on considère comme utile, parce qu’il est occupé par une parole socialisée dont l’objet unique est la cité, ses negotia et surtout sa situation politique26. Mais l’objectif n’est pas de « disputare » de politique, mais de « ragionare », c’est-à-dire de « discuter pour trouver la vérité27 ». La finalité est donc concrète, pratique, loin des spéculations des philosophes28 : « Nous qui discutons de faire un gouvernement, non tel qu’il devrait être, mais tel que nous ayons l’espoir qu’il puisse être29 », en tenant compte de « la nature, la qualité, les conditions, l’inclination et, pour restreindre toutes ces choses à un mot, les humeurs de la cité et des citoyens […]30 ». Nous savons déjà, dès le prologue, que le dialogue mis en scène peut être profitable aux Florentins en cas de changement de régime31. Guichardin fait aussi préciser à Bernardo, en toute fin du dialogue, que ses compagnons qui sont, ne l’oublions pas, des représentants de l’oligarchie florentine, doivent être prêts à saisir l’occasion de réformer l’État32. La situation de crise dans laquelle se trouve Florence peut être la bonne « occasion », tant attendue, pour introduire une réforme institutionnelle33.

  • 34 Ibid., livre II, p. 142 (p. 220).

10L’auteur structure de la façon suivante la discussion mise en scène : dans un premier temps, qui correspond à la première journée du Dialogue, deux formes de gouvernement opposées sont analysées et comparées, afin de déterminer laquelle est la meilleure : il s’agit du régime médicéen et de la république populaire née en 1494. Cependant, ayant surtout mis en évidence les défauts de l’une et de l’autre, les quatre personnages guidés par Bernardo vont, dans un deuxième temps, lors de la deuxième journée, définir par touches successives les caractéristiques du « bon gouvernement34 ». Va ainsi être énoncé le programme de réformes que Guichardin souhaite voir mis en place à Florence.

11Mais quel cheminement vont suivre les quatre personnages du dialogue, pour arriver à une conclusion partagée ? Que leur apprend la confrontation avec l’opinion d’autrui ? Comment se modèle leur pensée et de quelle façon finit-elle par s’articuler avec l’action politique ?

  • 35 Ibid., livre I, p. 24 (p. 116). C’est Piero Guicciardini qui s’exprime ainsi en parlant de Bernard (...)
  • 36 Ibid., livre II, p. 146 (p. 223-224).

12Le dialogue se révèle être une forme susceptible d’expliciter la réflexion politique que Guichardin a élaborée au fil du temps : d’une part, en distribuant la parole entre les différents participants et en multipliant les points de vue, il fait percevoir clairement la complexité de la situation politique florentine et, d’autre part, face à cette complexité, il met en scène sa démarche analytique qui vise à décomposer et à observer de façon méticuleuse les moindres détails qui caractérisent la réalité contemporaine. Celle-ci s’avère en effet, dans le texte de Guichardin, difficile à saisir, mouvante, ambiguë, ce qui a pour conséquence le constat de l’incapacité de l’homme à en prévoir les évolutions. Cette forme de scepticisme va de pair avec la volonté d’étudier les faits en eux-mêmes et dans leur enchaînement, loin de toute prétention dogmatique – car « la vraie façon d’apprendre » passe « par l’expérience et les actes35 » –, afin de répondre et pallier, d’une façon concrète et pratique, les transformations engendrées par la conjoncture dans laquelle on se trouve à vivre. Cela n’exclut pas le recours aux connaissances livresques, mais comme nous l’explique Bernardo, elles doivent toujours s’articuler avec la réalité, afin d’éviter d’élaborer des modèles théoriques abstraits et inapplicables, et donc inutiles36.

  • 37 Ibid., livre I, p. 122 et II, p. 207 (p. 203 et 274).
  • 38 La position politique de Soderini apparaît clairement au livre II, p. 137-141 ; celle de Capponi, (...)
  • 39 Ibid., livre I, p. 31 (p. 121). À plusieurs reprises dans le Dialogue, Bernardo précise qu’un gouv (...)
  • 40 Ibid., livre I, p. 49 (p. 135-136).
  • 41 Ibid., livre I, p. 28-30 (p. 119-120).
  • 42 Ibid., livre I, p. 40 (p. 128).
  • 43 Ibid., livre I, p. 73 sq. (p. 155 sq.).

13Nous avons précisé que les quatre protagonistes du dialogue confrontent leurs points de vue autour des affaires publiques de leur cité qui vient de subir un changement de régime puisque les Médicis en ont été chassés. Il s’agit d’un terrain d’étude privilégié, mais sur lequel il est particulièrement difficile d’intervenir, car Florence est une ville trop vieille et aux structures politiques figées et par conséquent difficiles à réformer37. Néanmoins, profondément attachés à leur patrie et impliqués dans la vie publique, ils souhaitent partager leurs opinions, à la recherche de solutions viables. Les positions qui se dessinent alors sont celles de l’oligarchie florentine : Piero Capponi et Soderini ont en commun leur aversion pour les Médicis, mais si le premier est favorable à un gouvernement restreint formé par les oligarques, le deuxième juge positivement les réformes introduites en 1494 dans le but d’élargir la participation des citoyens aux affaires publiques38. Quant à Bernardo, il va s’exprimer en faveur de la politique menée par les Médicis. Le critère sur lequel se fonde la confrontation des idées est fixé par Bernardo et en partie par Capponi : il s’agit de soumettre les différents gouvernements mis en place à Florence depuis le début du XVe siècle à l’épreuve des faits, c’est-à-dire à l’épreuve des « effets produits39 » par leurs politiques respectives, dans trois secteurs particuliers40 : l’administration de la justice, la distribution des charges et des honneurs et, enfin, les choix en matière de politique étrangère. La discussion qui se développe dans la première journée met avant tout en évidence le relativisme de la pensée guichardinienne : chaque régime politique ne peut être en soi bon ou mauvais car il dépend avant tout de la situation historique dans laquelle il se forme. En revanche, nous pouvons juger bonne ou mauvaise sa capacité à s’adapter aux circonstances et aux exigences du moment41. Pour cette raison, sans que cela soit contradictoire, Bernardo peut porter un jugement positif sur l’action politique de Savonarole qui parvient en novembre 1494 à éviter que la guerre civile n’éclate entre les Florentins, en proposant la constitution du Grand Conseil42 – dans ce cas, il s’agit d’un choix adapté aux circonstances – tout en condamnant les décisions prises ensuite par ce même gouvernement, puisque ses choix politiques se révéleront désastreux pour la cité43.

  • 44 Les raisons de cette incapacité sont les suivantes : la république attribue des responsabilités à (...)
  • 45 Ibid., livre II, p. 142 (p. 220).

14Grâce à sa structure qui met en scène une pensée en mouvement se construisant de façon collective, le dialogue permet aussi de montrer que l’on ne peut figer une position politique, et que celle-ci évolue, non seulement par rapport à la réalité à laquelle elle fait référence, comme nous venons de le voir, mais aussi en se confrontant aux points de vue des autres. Les positions des personnages au début de la fiction dialogique semblent en effet inconciliables : les solutions proposées divergent et chacun d’entre eux est convaincu d’être le seul à avoir raison. Cependant, par le biais d’une analyse détaillée des choix politiques effectués et de leur adéquation à la réalité, l’échange verbal entre les quatre personnages va progressivement égratigner leur belle assurance et souligner les erreurs commises par les uns et par les autres. En particulier, tous les gouvernements se montrent incapables de distribuer les responsabilités politiques et les honneurs de façon équitable44 ce qui nuit inévitablement à court terme au bien commun. Le constat dressé révèle donc qu’aucun des différents camps qui s’affrontent sur le terrain politique à Florence ne détient la vérité ni ne peut prétendre à incarner un gouvernement proche de la perfection45.

  • 46 Ibid., livre I, p. 86 (p. 168-169).
  • 47 Ibid., livre II, p. 142 sq. (p. 220 sq.).

15Afin de sortir de l’impasse, les quatre personnages finissent par abandonner leurs positions respectives devenues intenables et partent à la recherche d’une solution alternative et commune. Cela ne signifie pas la trahison de son propre camp, mais plutôt le dépassement des apories d’orientations devenues purement dogmatiques et stériles46. Ainsi pouvons-nous expliquer le revirement de Bernardo entre la première et la deuxième journée : d’abord défenseur acharné du gouvernement tyrannique des Médicis, il devient ensuite le principal maître d’œuvre d’un projet de réforme républicain ayant pour but de mettre Florence à l’abri d’un retour du tyran, c’est-à-dire de ces mêmes Médicis47. La nécessité de réaliser une entente harmonieuse entre les différentes familles politiques de la cité du lys, semblable à celle que les quatre personnages qui dialoguent entre eux ont su atteindre, pousse Bernardo à renier ses propos initiaux et à reprendre les grands principes fondateurs de la pensée républicaine florentine.

  • 48 Ibid., livre I, p. 37 (p. 125), 61 (p. 147) et 71 (p. 154).
  • 49 Ibid., livre I, p. 66 (p. 149-150).
  • 50 Ibid., livre I, p. 72 (p. 154-155).
  • 51 Ibid., livre II, p. 149 (p. 226).
  • 52 Loc. cit.
  • 53 F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre II, p. 127-138 (p. 207-217).

16Pour mieux comprendre le développement que construit Guichardin, nous pouvons prendre comme exemple le long débat qui s’élabore autour des concepts de liberté et d’égalité : dans la première journée, selon Soderini et Capponi qui associent ces deux principes, chaque citoyen aspire tout naturellement à être libre et l’égal de ses pairs, ce qui exclut a priori toute solution politique à caractère tyrannique48. Cela est particulièrement vrai à Florence car les Florentins sont accoutumés depuis fort longtemps à un type de gouvernement républicain. Bernardo rend plus complexe l’analyse de ces concepts en répondant que l’action humaine est surtout dictée par le désir de s’enrichir et de dominer l’autre49, ce qui pousse le citoyen à oublier assez facilement lesdits principes de liberté et d’égalité. D’autre part, il conteste vivement le premier d’entre eux, car il considère comme irréaliste une participation de tous les citoyens à la gestion du pouvoir : cela impliquerait de confier l’État aussi à des incompétents, incapables de maintenir la paix sociale et de garantir la liberté qu’ils prétendent pourtant protéger50. Cependant, dans la deuxième journée, Bernardo commence à expliquer son programme de réformes, en adoptant en partie la position de ses interlocuteurs : comme Capponi et Soderini, il soutient à présent la nécessité pour Florence d’un gouvernement populaire, car les Florentins se sont acclimatés depuis fort longtemps à la liberté51 et par conséquent ils ne peuvent être gouvernés autrement. En revanche, il ne peut renoncer au principe d’une participation inégalitaire à la gestion du pouvoir, car le peuple ne possède pas la maturité politique nécessaire pour accéder à toutes les charges publiques52. Et les interlocuteurs de Bernardo, convaincus par son discours qui fait la synthèse de plusieurs points de vue, finissent par rejoindre ses positions53.

  • 54 Ibid., p. 156-158 (p. 231-232) et 199-201 (p. 268-270). D’après F. Gilbert, Guichardin connaissait (...)
  • 55 F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre II, p. 172 (p. 245-246). La classe dirigeante imaginée (...)
  • 56 Ibid., livre II, p. 129-130 (p. 210).

17Nous devons à présent préciser que le système politique que Guichardin souhaite voir mettre en place à Florence est un système républicain mixte, dont le modèle avoué est, par certains aspects, la constitution vénitienne54. Trois ordres se partagent l’exercice du pouvoir : avant tout le Grand Conseil auquel participent tous les citoyens, mais dont le pouvoir décisionnel est pratiquement nul, un conseil restreint, le Sénat, formé de citoyens aptes à gouverner et particulièrement méritants55 et le gonfalonier de justice, élu à vie par les deux conseils réunis. Le principe qui réglemente le bon fonctionnement des institutions est celui de la concordia ordinum, c’est-à-dire la paix sociale fondée sur une communauté d’intérêts et sur la bienveillance que les citoyens éprouvent les uns envers les autres56. Il est assuré par un partage équitable des charges, selon les compétences de chacun, et par le biais d’un réseau de contrôle, de surveillance réciproque entre les ordres, afin d’éviter tout abus de pouvoir. Ainsi, Guichardin imagine-t-il sa cité bien ordonnée, honnête et libre.

  • 57 Voir N. Machiavelli, Discorsi…, op. cit., libro I, 1-6, p. 60-79.
  • 58 F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre II, p. 212 sq. (p. 280 sq.). Sur Guichardin lecteur de (...)

18Mais arrêtons-nous un instant sur le principe de la concorde sociale sans laquelle ne saurait se réaliser le programme de réforme imaginé par Guichardin : ce dernier connaît sur cette question le point de vue que Machiavel exprime, en particulier dans ses Discours, par le biais de son analyse de l’histoire de la république romaine. Nous retrouvons l’opinion de son ami à l’intérieur du dialogue, énoncée, sans que le nom de Machiavel soit prononcé, par Piero, son propre père. De cette façon, Guichardin trouve le moyen de se confronter avec une méthode de pensée puissante et efficace, mais fort différente de la sienne. Grâce à la fiction dialogique et au propos qu’il fait tenir à Bernardo, il engage la discussion avec Machiavel et argumente contre la vision dynamique et positive de ce dernier du conflit social – la lutte entre patriciens et la plèbe romaine étant la cause principale de la grandeur de Rome57 et de son expansion militaire –, en pointant en particulier les erreurs de perspective et d’analyse de l’histoire de Rome que l’on retrouve d’après lui dans les Discours58.

  • 59 « cittadini di più virtù e meglio qualificati » [ibid., p. 172 (p. 246)].
  • 60 Ibid., livre I, p. 125-126 (p. 206).

19Cet échange à distance permet aussi à Guichardin de souligner les responsabilités politiques qui incombent aux membres de l’oligarchie. Il insiste sur ce point car le pivot de son système de gouvernement est le conseil « du milieu », le Sénat, puisqu’en son sein, s’élaborent véritablement les choix politiques de la république, ses membres exerçant le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif. Mais qui sont les sénateurs ? Les membres des grandes familles florentines et leurs proches, comme Bernardo del Nero ? Bien que dans le dialogue on n’en précise jamais l’origine sociale – Bernardo ne parle que d’hommes sages, « de citoyens qui ont le plus de vertus et qui sont le mieux qualifiés59 » –, cette hypothèse semble plausible. En effet, en conclusion de la première journée, comme nous l’avons déjà remarqué, c’est bien à ses hôtes qu’il s’adresse afin qu’ils soient prêts à mettre en place la réforme des institutions florentines60.

  • 61 Ibid., livre I, p. 44 (p. 130-131).
  • 62 Suite à cette expérience amère qui se termine par la perte de toutes les charges publiques qu’il o (...)

20Cependant, nous savons aussi que la classe dirigeante florentine – minée et affaiblie par des luttes intestines sans fin61 – ne ressemble guère au portrait qui nous est proposé des sénateurs : en effet, Bernardo décrit le Sénat comme un lieu d’échange, un lieu de parole apaisée, où les idées peuvent émerger librement car tous ses membres contribuent, par le biais de la discussion et de la prise de parole contradictoire – la « deliberazione » –, à la recherche et à l’élaboration de solutions aux différentes questions d’ordre politique qui touchent au bien commun. Serions-nous confrontés à un paradoxe ? Guichardin affirme, en se distinguant des philosophes, fonder sa réflexion sur l’analyse des faits réels. Cependant, son projet politique semble voué à l’échec, car sans continuité avec la réalité florentine de l’époque. Toutefois, cette classe dirigeante idéale prend corps dans le dialogue lui-même : en quelque sorte, les quatre interlocuteurs donnent à voir le fonctionnement du Sénat. La forme dialogue ne met donc pas seulement en scène la construction d’une pensée partagée, acceptable et acceptée par tous car elle ne laisse de côté aucune des opinions de la cité, mais aussi une méthode d’action qui, rendue visible, est facilement imitable. Le dialogue devient une sorte de propédeutique à la vie civile et montre aux futurs sénateurs comment travailler de conserve pour le bien de la cité. Guichardin nous enseigne enfin qu’une bonne discussion doit tenir compte de tous les moyens possibles pour agir dans toutes les occasions possibles : il nous guide vers l’action, vers une praxis politique qui tient compte de ce qui est avantageux et approprié. Cependant, réussir à saisir le moment le plus opportun pour réaliser son objectif semble bien plus difficile et aléatoire. L’occasion se présente pourtant en 1527, lorsque les Médicis quittent à nouveau Florence : mais les espoirs de Guichardin qui est rentré chez lui pour se mettre au service de la république, sont vite déçus, car le dialogue entre lui et le gouvernement populaire qui l’accuse de détournement de fonds publiques ne pourra pas s’établir62.

21En réalité, Guichardin participera bien à une réforme des institutions florentines, mais en 1532, et ce sera pour abolir la république tant aimée, en supprimant la seigneurie, afin d’asseoir définitivement le pouvoir des Médicis sur Florence et la Toscane. Après avoir accompli cette dernière tâche, en 1537, Guichardin abandonnera définitivement la vie politique pour se consacrer, durant les dernières années de sa vie, à l’écriture de l’histoire dont il avait été un des témoins privilégiés.

Notas

1 « È tanto bello, tanto onorevole e magnifico pensiero el considerare circa e’ governi publichi, da’ quali depende el bene essere, la salute, la vita degli uomini e tutte le azioni egregie che si fanno in questo mondo inferiore che […] non si può dire se non che meriti di essere laudato chi applica l’animo e consuma ancora qualche parte del tempo nella contemplazione di sì onesta e sì degna materia […] » (F. Guicciardini, Dialogo del reggimento di Firenze, a cura di G.M. Anselmi, C. Varotti, Torino, Bollato Boringhieri, 1994, « Proemio », p. 13). Toutes les citations en français du dialogue, présentes dans l’article, sont tirées de la traduction proposée par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini dans F. Guicciardini, Écrits politiques. Discours de Logroño. Dialogue sur la façon de régir Florence, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 107 ; nous signalerons le numéro de la page de la traduction entre parenthèses. Sur le Dialogue, voir en particulier les études suivantes : V. De Caprariis, Francesco Guicciardini. Dalla politica alla storia, Napoli, Istituto Italiano per gli Studi Storici, 1993 (stampa anastatica dell’edizione del 1950), p. 63-86; G. Sasso, « Sul “Dialogo del reggimento di Firenze” », dans Per Francesco Guicciardini. Quattro studi, Roma, Istituto storico italiano per il Medioevo, 1984, p. 181-253 ; G. Cadoni, « Il potere e il consenso. Intorno al “Dialogo del reggimento di Firenze” di Francesco Guicciardini », La Cultura, XXV, 1987, p. 177-226 ; Id., « Il “Dialogo del reggimento di Firenze” », dans Un governo immaginato. L’universo politico di Francesco Guicciardini, Roma, Jouvence, 1999, p. 59-139 ; F. Focher, « Francesco Guicciardini e il reggimento di Firenze. Dalle Storie fiorentine al Dialogo », dans Libertà e teoria dell’ordine politico. Machiavelli, Guicciardini ed altri studi, Milano, Franco Angeli, 2000, p. 40-72 ; J.-L. Fournel, L’unico dialogo di Francesco Guicciardini o la lingua della nuova repubblica, « Giornale storico della letteratura italiana », 579, 2000, p. 321-336 ; A. Tafuro, Il reggimento di Firenze secondo Francesco Guicciardini. Condizioni politiche. Vicende personali. Scelte istituzionali, Napoli, Dante & Descartes, 2005 ; M. Palumbo, « L’inattualità del dialogo : Guicciardini tra Savonarola e Machiavelli », dans J.-L. Fournel, P. Grossi (dir.), Governare a Firenze, Savonarola, Machiavelli, Guicciardini, Atti della giornata di studi (20 novembre 2006), Parigi, Quaderni dell’hôtel de Galliffet, 2007, p. 109-124.

2 Sur la chronologie de l’écriture du dialogue, voir R. Ridolfi, Vita di Francesco Guicciardini, Roma, Belardetti, 1960, p. 190 et 210-214 ; C. Varotti, « Introduzione », dans F. Guicciardini, Dialogo del reggimento di Firenze, op. cit., p. 3-4 ; A. Tafuro, Il reggimento di Firenze…, op. cit., p. 164-174.

3 Voir à ce sujet, R. Ridolfi, Vita di Francesco Guicciardini, op. cit., en particulier p. 100-235.

4 Ces deux textes sont consacrés aux « choses florentines ». Ils sont publiés dans F. Guicciardini, Opere, a cura di E. Scarano, vol. I, Turin, UTET, 1970, p. 61-245 (Storie fiorentine) et 249-296 (Discorso di Logrogno).

5 N. Machiavelli, F. Guicciardini, Carteggio 1521-1527, a cura di M. Fusetti, Lausanne, Université de Lausanne, 1997 ; voir aussi N. Machiavelli, Lettere a Francesco Vettori e a Francesco Guicciardini, a cura di G. Inglese, Milano, Rizzoli, 1989.

6 Machiavel écrit ce projet de réforme des institutions florentines entre 1519 et 1520, en le destinant à Léon X qui meurt en 1521. Voir N. Machiavelli, Opere, a cura di C. Vivanti, Torino, Einaudi/Gallimard, 1997, p. 733-752. Voir aussi G. Inglese, « Il Discursus florentinarum rerum di Niccolò Machiavelli », La Cultura, XXIII, 1985, p. 203-228, et M. Marietti, « Le Discursus florentinarum rerum de Machiavel : la réforme de la cité-État », dans J.-L. Fournel, P. Grossi (dir.), Governare a Firenze…, op. cit., p. 59-69.

7 D’après Felix Gilbert, Guichardin a pris connaissance du contenu des Discours dès 1521 : cf. F. Gilbert, « Machiavelli and Guicciardini », Journal of the Warburg Institute, II, 1938-1939, p. 263-266. Voir aussi, entre autres, G. Sasso, Niccolò Machiavelli, 2 vol., Bologna, Il Mulino, 1993, vol. I : Il pensiero politico, et N. Machiavelli, Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, introduzione di G. Sasso, note di G. Inglese, Milano, Rizzoli, 20005. Il existe une traduction récente en français : Dicours sur la première décade de Tite-Live, trad. A. Fontana, X. Tabet, Paris, Gallimard, 2004.

8 À ce sujet, voir G. Sasso, « Guicciardini e Machiavelli », dans Francesco Guicciardini. 1483-1983. Nel v centenario della nascita, Firenze, Olschki, 1984, p. 53 sq. (article republié dans le volume G. Sasso, Per Francesco Guicciardini…, op. cit.) ; F. Focher, Libertà e teoria…, op. cit., p. 56-57 ; A. Tafuro, Il reggimento di Firenze…, op. cit. ; G. Inglese, « Francesco Guicciardini e i Discorsi del Machiavelli », dans E. Pasquini, P. Prodi (dir.), Bologna nell’età di Carlo V, Bologna, Il Mulino, 2002, p. 53-62. Voir aussi les nombreux renvois aux Discours de Machiavel que l’on trouve dans les notes de l’édition de G.M. Anselmi et C. Varotti du Dialogue de Guichardin.

9 Voir L. De Los Santos, « Introduction », dans F. Guicciardini, Considérations à propos des Discours de Machiavel, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 7-37 ; J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, La politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2002, p. 185-200.

10 F. Guicciardini, « Proemio », dans Dialogo…, op. cit., p. 15 (p. 108).

11 Pour une synthèse sur les guerres d’Italie, voir J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe, Paris, Gallimard, 2003.

12 « […] nondimeno per gli accidenti che tuttodì portono seco le cose umane, può a ogn’ora nascere, che così come in un tratto dallo stato populare la venne allo stato di uno, possi ancora con la medesima facilità ritornare dallo stato di uno alla sua prima libertà » [F. Guicciardini, « Proemio », dans Dialogo…, op. cit., p. 14 (p. 108)].

13 « […] forma di buono e laudevole governo […] » [loc. cit.]. Cet objectif ambitieux qui l’obsède depuis son Discours de Logroño, le pousse même, comme le laisse penser la première version du prologue du Dialogue, à sortir de sa prudence habituelle et à envisager la publication de son texte. En fait, il n’en sera rien, comme pour les autres ouvrages de notre Florentin, tous publiés posthumes. Cf. F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., p. 243-249 [« E però potrebbe questa fatica mia non riuscire al tutto inutile e venire eziandio, innanzi che io invecchiassi, el tempo suo da pubblicarsi […] », p. 247 (p. 317)].

14 Cette hypothèse est formulée par R. Ridolfi : cf. Vita di Francesco Guicciardini, op. cit., p. 213. Cf. N. Machiavelli, Arte della guerra, a cura di J.-J. Marchand, D. Fachard, G. Masi, Roma, Salerno, 2001, et la traduction française disponible : Machiavel, L’art de la guerre, éd. H. Claflin Mansfield, trad. T. Guiraudet, Paris, Flammarion, 1991 (cette traduction a aussi été publiée avec une préface de Georges Buis, en 1980, chez l’éditeur Berger-Levrault, édition établie et annotée par Annick Pélissier).

15 Voir dans ce volume P. Guérin, « Politique du dialogue à la Renaissance : de quelques explicit ».

16 F. Guicciardini, « Proemio », dans Dialogo…, op. cit., p. 15 (p. 108).

17 Voir D. Maingueneau, « Le Dialogue comme hypergenre », dans P. Guérin (dir.), Le Dialogue ou les enjeux d’un choix d’écriture (pays de langues romanes), actes du colloque international de l’université Rennes 2 (17-18 octobre 2003), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 35-46.

18 Un retour en arrière – au système de gestion politique mis en place par les Médicis au XVe siècle – apparaît en effet désormais impossible : voir F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., p. 123-124. Guichardin écrit déjà en 1508, dans les Histoires florentines (Storie fiorentine, dans Opere, op. cit., p. 117-118) : « […] Era una parte dello esercito del re Carlo poco innanzi passate l’Alpe, e da poi lui personalmente col resto dello esercito venutone in Italia ; nel quale era grandissimo numero di uomini d’arme, fanterie ed artiglierie, ma quanto non so el particulare. Ed era entrata in Italia una fiamma ed una peste che non solo mutò gli stati, ma e’ modi ancora del governargli ed e’ modi delle guerre […] Ed in effetto gli stati si cominciorono a conservare, a rovinare, a dare ed a tôrre non co’disegni e nello scrittoio come pel passato, ma alla campagna e colle arme in mano […]. » Sur l’importance accordée par Guichardin à la date de 1494, voir enfin le début de l’Histoire d’Italie, écrite entre 1537 et 1540 (Storia d’Italia, a cura di S. Seidel Menchi, saggio introduttivo di F. Gilbert, vol. I, Torino, Einaudi, 1971, libro 1, cap. 1, p. 5) : « Io ho deliberato di scrivere le cose accadute alla memoria nostra in Italia, dappoi che l’armi de’franzesi, chiamate da’nostri príncipi medesimi, cominciorono con grandissimo movimento a perturbarla : materia, per la varietà e grandezza loro, molto memorabile e piena di atrocissimi accidenti ; avendo patito tanti anni Italia tutte quelle calamità con le quali sogliono i miseri mortali, ora per l’ira giusta d’Iddio ora dalla empietà e sceleratezze degli altri uomini, essere vessati. Dalla cognizione de’quali casi, tanto vari e tanto gravi, potrà ciascuno, e per sé proprio e per bene publico, prendere molti salutiferi documenti onde per innumerabili esempli evidentemente apparirà a quanta instabilità, né altrimenti che uno mare concitato da’venti, siano sottoposte le cose umane ; quanto siano perniciosi, quasi sempre a se stessi ma sempre a’popoli, i consigli male misurati di coloro che dominano, quando, avendo solamente innanzi agli occhi o errori vani o le cupidità presenti, non si ricordando delle spesse variazioni della fortuna, e convertendo in detrimento altrui la potestà conceduta loro per la salute comune, si fanno, poca prudenza o per troppa ambizione, autori di nuove turbazioni. » Voir aussi la traduction française : F. Guicciardini, Histoire d’Italie, traduction par l’Atelier de traduction du CERPPI, éd. J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, vol. I, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1996, p. 3.

19 « mutazioni » : cf. F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre I, p. 21 (p. 114).

20 Sur cette attitude typique de l’oligarchie florentine, voir N. Rubinstein, « Guicciardini politico », dans Francesco Guicciardini…, op. cit., p. 161-189.

21 « correggere e limare […] e’ disordini del governo », dans F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre I, p. 125 (p. 206).

22 « forma di buono e laudevole governo » [ibid., « Proemio », p. 14 (p. 108)].

23 Voir ibid., en particulier les notes des pages 15 et 16 (p. 109-110).

24 « cittadini gravisimi e savissimi » [ibid., « Proemio », p. 15 (p. 109)].

25 Les personnages mis en scène semblent entretenir des rapports de respect mutuel, voire d’amitié, malgré les convictions politiques qui les opposent. Dans la réalité, il en était tout autrement. En particulier, Piero Capponi et Paolantonio Soderini étaient des ennemis acharnés. Voir ce que Guichardin lui-même en dit au chapitre XII des Histoires florentines.

26 Ce type d’otium est théorisé par Cicéron dans le De oratore. Guichardin a peut-être aussi eu la possibilité de lire le Dialogus de libertate d’Alamanno Rinuccini (1479). Voir à ce sujet dans ce volume P. Guérin, « Politique du dialogue à la Renaissance : de quelques explicit ».

27 « ragionare per trovare la verità » [F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre I, p. 64 (p. 149)].

28 Quant à la méfiance éprouvée par Guichardin vis-à-vis d’une approche théorique des problèmes d’ordre politique, voir ibid., livre I, p. 24-25. Il fait dire à son père Piero à propos de Bernardo del Nero : « Io per me non so che maggiore diletto mi potessi avere, che udire parlare delle cose publiche e civili uno uomo di grande età e di singolare prudenza, che non ha imparato queste cose in su’libri de’filosofi, ma con la esperienza e con le azioni, che è el modo vero dello imparare » (voi aussi livre II, p. 146). Voir, enfin, F. Guicciardini, Ricordi, introduzione di M. Fubini, premessa al testo e bibliografia di E. Barelli, Milano, Rizzoli, 20005, serie C, 6, p. 106. Sur cette question, voir, entre autres, P. Carta, « Guicciardini scettico », dans E. Pasquini, P. Prodi (dir.), Bologna nell’età di Carlo V, op. cit., p. 265-281.

29 « ragioniamo di fare un governo, non quale dovrebbe essere, ma quale abbiamo a sperare che possi essere » [F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre II, p. 173 (p. 246)].

30 « la natura, la qualità, le condizioni, la inclinazione […], gli umori della città e de’cittadini » [ibid., livre II, p. 146-147 (p. 224)].

31 Ibid., « Proemio », p. 14 [(p. 107-108)].

32 « […] voi che siate ancora di fresca età e a’ quali, se non si viene in una estrema confusione, non può mancare reputazione grande a Firenze, dovete, come vi dissi ieri, levati tutti gli altri fini, pensare di avere a vivere sotto a questo e governarvi di sorte che si abbia a credere che voi abbiate questa voluntà, stando con la disposizione e co’ fondamenti vostri da potere aiutare ogni occasione che si presentassi di riordinarlo, non vi lasciando però trasportare tanto da questo desiderio che vi mettiate a farne pruova innanzi al tempo » [ibid., livre II, p. 209 (p. 277)].

33 Ibid., livre II, p. 207 (p. 274).

34 Ibid., livre II, p. 142 (p. 220).

35 Ibid., livre I, p. 24 (p. 116). C’est Piero Guicciardini qui s’exprime ainsi en parlant de Bernardo del Nero.

36 Ibid., livre II, p. 146 (p. 223-224).

37 Ibid., livre I, p. 122 et II, p. 207 (p. 203 et 274).

38 La position politique de Soderini apparaît clairement au livre II, p. 137-141 ; celle de Capponi, aux livre I, p. 39 et II, p. 127-133. Pour la traduction française, cf. p. 216-220 (Soderini) ; p. 127 et 207-213 (Capponi).

39 Ibid., livre I, p. 31 (p. 121). À plusieurs reprises dans le Dialogue, Bernardo précise qu’un gouvernement doit être jugé à partir des résultats qu’engendre sa gestion des affaires. Voir, par exemple, ibid., livre I, p. 32-33 (p. 122), 38 (p. 127) et 71 (p. 153).

40 Ibid., livre I, p. 49 (p. 135-136).

41 Ibid., livre I, p. 28-30 (p. 119-120).

42 Ibid., livre I, p. 40 (p. 128).

43 Ibid., livre I, p. 73 sq. (p. 155 sq.).

44 Les raisons de cette incapacité sont les suivantes : la république attribue des responsabilités à des hommes incompétents, tandis que les Médicis distibuent les charges à leurs alliés politiques. Cf. ibid., livre II, p. 182-183 (p. 254-255).

45 Ibid., livre II, p. 142 (p. 220).

46 Ibid., livre I, p. 86 (p. 168-169).

47 Ibid., livre II, p. 142 sq. (p. 220 sq.).

48 Ibid., livre I, p. 37 (p. 125), 61 (p. 147) et 71 (p. 154).

49 Ibid., livre I, p. 66 (p. 149-150).

50 Ibid., livre I, p. 72 (p. 154-155).

51 Ibid., livre II, p. 149 (p. 226).

52 Loc. cit.

53 F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre II, p. 127-138 (p. 207-217).

54 Ibid., p. 156-158 (p. 231-232) et 199-201 (p. 268-270). D’après F. Gilbert, Guichardin connaissait mal les institutions vénitiennes. Voir à ce sujet F. Gilbert, Machiavelli e il suo tempo, Bologna, Il Mulino, 1988, p. 115-167. Selon A. Tafuro, Guichardin décrit avec une plus grande précision le mode de gouvernement de la république de Venise dans le Modo del governo di Venezia, rédigé après le Dialogue. Cf. A. Tafuro, Il reggimento di Firenze…, op. cit., p. 224. Sur le mythe politique qu’a représentée Venise pour les Florentins, voir G. Silvano, La repubblica dei « Viniziani » : ricerche sul repubblicanesimo veneziano in età moderna, Firenze, Olschki, 1993 ; A. Fontana, J.-L. Fournel, « Le “meilleur gouvernement” : de la constitution d’un mythe à la “terreur de l’avenir” », dans A. Fontana, G. Saro, F. Faugeron (dir.), Venise 1297-1797. La République des Castors, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, 1997, p. 13-35.

55 F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre II, p. 172 (p. 245-246). La classe dirigeante imaginée par Guichardin tire sa légitimité des compétences – des « meriti » – de ses membres. Voir ibid., livre I, p. 62-63 (p. 147-148), 72-73 (p. 154-155), et II, p. 180 (p. 242).

56 Ibid., livre II, p. 129-130 (p. 210).

57 Voir N. Machiavelli, Discorsi…, op. cit., libro I, 1-6, p. 60-79.

58 F. Guicciardini, Dialogo…, op. cit., livre II, p. 212 sq. (p. 280 sq.). Sur Guichardin lecteur de Machiavel, voir supra n. 8.

59 « cittadini di più virtù e meglio qualificati » [ibid., p. 172 (p. 246)].

60 Ibid., livre I, p. 125-126 (p. 206).

61 Ibid., livre I, p. 44 (p. 130-131).

62 Suite à cette expérience amère qui se termine par la perte de toutes les charges publiques qu’il occupait jusqu’alors à Florence, Guichardin écrit trois oraisons où, tout en bâtissant sa défense, il retrace son parcours politique : cf. F. Guicciardini, Consolatoria, Accusatoria et Defensoria Autodifesa di un politico, con un saggio introduttivo di U. Dotti, Roma/Bari, Editori Laterza, 1993.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540