Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

II. Polymorphisme dialogique, frontières, hybridations

État du dialogue en France dans les années 1580 : autour des « discours bigarrez »

Marie-Claire Thomine-Bichard

Texte intégral

1Dans la france des années 1580 fleurissent de nombreux recueils mêlant récits et dialogues, anecdotes, bons mots, propos philosophiques et moraux, en particulier L’Esté de Bénigne Poissenot (1583), les Bigarrures d’Étienne Tabourot des Accords (livre I, 1583 et livre IV, 1585), les Contes et Discours d’Eutrapel de Noël Du Fail (1585), les Neuf Matinées (1585) ainsi que les Apres Disnees (1587) de Nicolas de Cholières (pseudonyme de Jean Dagoneau) et les Serées de Guillaume Bouchet (1584-1598). Or, dans cette même période, n’est publié aucun roman novateur, paraissent seulement des adaptations ou traductions de romans espagnols (les 19e, 20e et 21e livres d’Amadis voient le jour de 1580 à 1581) ainsi qu’une imitation dans le genre du roman pastoral : Les Bergeries de Julliette de Nicolas de Montreux dont le premier livre, paru en 1585, connaît six rééditions de 1586 à 1592. Est-ce à dire que l’invention, dans le domaine narratif, se limite dans les années 1580 au genre des « discours bigarrés » ?

  • 1 E. Kushner, « Le dialogue de 1580 à 1630 », dans Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique (...)
  • 2 C’est dans ces années-là également que Chappuys offre au public ses Facétieuses Journées (1584), re (...)

2Dans cette petite décennie – qui voit naître une œuvre d’un nouveau genre avec les Essais de Montaigne – paraissent d’autre part un grand nombre de dialogues philosophiques et didactiques, dont Eva Kushner a souligné l’évolution vers des visées beaucoup plus concrètes1. Parmi les publications les plus marquantes de la production française, rappelons, pour mémoire, les Discours admirables de B. Palissy (1580), Le Miroir des Français, attribué à Nicolas Montand (1582), le Dialogue de la Vertu de Béroalde de Verville (1583), et au rang des traductions, les Dialogues des Courtisanes de l’Arétin (1580), le Dialogue contre les folles amours de Platina – traduit par Thomas Sebillet – (1581), les Œuvres de Lucien dans la traduction de Filbert Bretin (1583) ; Gabriel Chappuys offre, en cette période, le Dialogue philosophique touchant la vie civile, traduit de G.B. Cinzio (1583), Le Misaule ou Haineux de Court, lequel, par un dialogisme et confabulation fort agréable et plaisante, démonstre sérieusement l’estat des courtisans et autres suivans la court des Princes, suivi d’une traduction d’un dialogue d’Ulrich von Hutten ou encore les Dialogues de la philosophie phantastique, qu’il traduit de l’Espagnol Francisco Miranda Villafane2 (1587).

  • 3 On retrouve dans la prose des Bigarrures (qu’il s’agisse du livre I ou du livre IV) le mélange, typ (...)
  • 4 Les formules sont de Michel Jeanneret, dans « Le cadre et le miroir (sur quelques transformations d (...)

3Les textes qui nous occupent font en quelque sorte le pari improbable de fusionner trois genres distincts, le dialogue, le genre de la nouvelle et du recueil à « histoire-cadre » – où ils prennent place selon la plupart des nomenclatures – et, dans une moindre mesure, le genre romanesque. Afin de mieux respecter le thème du colloque, je mettrai à part les Bigarrures3, qui ne font pas intervenir de devisants et L’Esté, où le cadre s’agrandit pour devenir « tableau » et « se met à ressembler à un roman4 ».

  • 5 Analyses auxquelles il convient d’ajouter les contributions, prononcées et publiées après l’écritur (...)

4Plusieurs analyses5 ont déjà été proposées de ce genre déconcertant, pour lequel la terminologie même est hésitante – doit-on parler de « contes et discours bigarrés », de « recueils bigarrés », de commentaires dialogués, de mélanges dialogués ? –, et je rappellerai les plus stimulantes d’entre elles avant de me situer par rapport à elles.

  • 6 G.-A. Pérouse, Nouvelles françaises du XVIe siècle. Images de la vie d’un temps, Genève, Droz, 1977 (...)

5Gabriel-André Pérouse, qui les a étudiés de près et a eu le mérite d’offrir la première approche synthétique de ces textes bien oubliés de la critique, les qualifie de « monstres », et parle de « l’impossible compromis du “discours bigarré” », genre « faux » et « décevant6 » ; dans la ligne qu’il trace et qui trouve son point d’aboutissement dans l’essai inventé par Montaigne, le discours bigarré, qui atteste de la marche du genre narratif vers la « leçon », est vu comme une étape ratée en direction de cet idéal de l’essai : les auteurs n’ont pas su, selon lui, se débarrasser de deux conventions littéraires qui ont été des entraves, le ton facétieux et la fiction d’un dialogue des devisants.

  • 7 M. Jeay, Donner la parole. L’histoire-cadre dans les recueils de nouvelles des XVIe et XVIIe siècle (...)

6Madeleine Jeay parle de « cas-limite » à propos de recueils tels que les Contes et Discours d’Eutrapel de Noël Du Fail, terme d’une évolution structurelle dont l’histoire-cadre ou « cornice » portait en elle la virtualité. La « structure boccacienne du récit encadré avec mise en place du cercle des conteurs-auditeurs » lui semble en effet impliquer « la confusion potentielle entre le narratif et le discursif » ; elle se développe, lui semble-t-il, « jusqu’au point où le discursif finira par phagocyter le narratif7 ».

  • 8 R. Vulcan (dir.), Renaissance. Humanisme. Réforme, 54 : « Le dialogue dans le récit de Thomas More (...)

7Ruxandra Vulcan souligne que « la vogue du dialogue littéraire à la Renaissance encourage les auteurs à le cultiver non seulement en soi, mais aussi pour étoffer d’autres genres littéraires, narratifs en particulier8 » et pose la question de l’insertion des dialogues dans les narrations en terme de farcissure et d’hybridation.

8Toutes les hypothèses, on le voit, posent de façon quelque peu différente le problème central des rapports entre narratif et discursif, entre récits et dialogues. Ma propre lecture se veut complémentaire et insistera sur un aspect moins souligné par mes prédécesseurs : pour essayer de mieux comprendre à la fois la carence du roman humaniste dans ces années 1580 et le fait que l’invention en matière de fiction narrative se limite au genre hybride des discours bigarrés – et pour tisser peut-être un lien entre ces deux phénomènes –, j’insisterai sur l’influence profonde qu’a exercée sur ces œuvres, tant du point de vue de la forme que du contenu, le Tiers Livre de Rabelais, roman qui, on le sait, a une place à part dans la geste pantagruéline. Cette influence est triple : formelle car elle implique le choix du dialogue, thématique, autour du motif central du mariage, tonale enfin, à travers le mélange de facétie et d’érudition.

CHOIX DU CORPUS ET PROBLÈME DE TERMINOLOGIE

Dialogues, nouvelles, romans ?

9Le sujet abordé pose tout d’abord un problème de légitimité ; peut-on classer parmi les dialogues les Serées de Bouchet, les Contes et Discours d’Eutrapel de Noël Du Fail, les Neuf Matinées et les Apres Disnees de Nicolas de Cholières ?

10Par les critiques que je viens de citer (G.-A. Pérouse, M. Jeay), les recueils en question ont été regroupés dans le genre des nouvelles, ce qui suppose, on l’a vu, de considérer cette forme hybride comme un aboutissement du récit-cadre, où le didactique l’emporte sur le narratif. Toute l’histoire de la nouvelle au XVIe siècle est en effet un jeu d’équilibre entre narration et dialogue (qui peut revêtir, dans certains cas, la forme d’une opposition entre narratif et didactique).

  • 9 M. Le Guern, « Sur le genre du dialogue », dans J. Lafond, A. Stegmann (dir.), L’Automne de la Rena (...)
  • 10 J. Morel, La Renaissance, 1570-1624, Paris, Arthaud, 1973, p. 102.
  • 11 M.-C. Bichard-Thomine, Noël Du Fail conteur, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 11.
  • 12 La remarque est d’E. Roybet, éditeur des Serées (édition citée en bibliographie), p. VI/p. 309.

11Les analystes du dialogue ne leur font pas toujours une place : Mustapha Kemal Bénouis ne retient aucune de ces œuvres dans la liste qu’il a établie des dialogues au XVIe siècle ; Eva Kuhsner ne les analyse pas ; Michel Le Guern, dans L’Automne de la Renaissance, pose la question et, en se basant sur une définition assez large du dialogue selon laquelle « les propos échangés prennent leur valeur de vérité sur le monde réel », y intègre les Matinées et les Apres Disnees du sieur de Cholières, les Serées de Guillaume Bouchet et « la plupart des propos tenus par les personnages de Noël Du Fail9 ». Les auteurs qui nous intéressent ne sont pourtant jamais qualifiés de « dialoguistes », mais plutôt de « conteurs plaisants10 », j’ai moi-même intitulé mon ouvrage sur Du Fail Noël Du Fail conteur, titre qui ne va pas sans paradoxe11 ; André Janier parle souvent de Bouchet comme d’un « conteur », même si, comme l’a noté l’un des éditeurs des Serées12, il est un « piètre conteur ».

  • 13 P. Mounier, Le roman humaniste : un genre novateur en français, 1532-1564, Paris, Honoré Champion, (...)

12Que ces œuvres ne soient pas des romans ne fait guère de doute ; il leur manque la continuité narrative, l’intrigue principale et englobante qui définissent le genre romanesque. Pascale Mounier, qui a bien mis en lumière l’hybridité langagière des romans humanistes, souligne que « les unités langagières qu’ils rassemblent, solidement rattachées au récit principal et au mouvement des débats intradiégétiques, ne sont ni supprimables, ni déplaçables ». C’est, selon elle, cette hiérarchie établie entre narration et discours, entre le récit et les prises de parole qui fait la différence entre le roman humaniste et les « commentaires dialogués13 ».

  • 14 Les interlocuteurs des Matinées et des Apres Disnees ont un nom et se retrouvent souvent d’un chapi (...)

13Cette première grille d’analyse nous permet d’élaborer d’emblée une distinction entre les trois ouvrages parus ces mêmes années : dans les Contes et Discours d’Eutrapel, comme le titre l’indique d’emblée, la situation d’interlocution ne connaît guère de variante tout au long des 35 chapitres puisque nous sont données à entendre, en majeur, les trois voix d’Eutrapel, Polygame et Lupolde ; bien que très parcellaire, un récit-cadre englobant se donne à lire, puisque l’ouvrage s’ouvre sur la mise en place – et en scène – des protagonistes (Eutrapel se promenant avec ses compagnons à la sortie du Parlement va rendre visite à Lupolde pour avoir le plaisir de le faire « babiller un long temps », « luy troubler l’esprit, le mettre aux champs, et en colere ». Polygame intervient un peu plus tard en arbitre) et s’achève sur leur décision de se séparer. Ce récit principal, si discret soit-il, n’en établit pas moins une certaine continuité narrative, une cohérence d’ensemble qu’on ne retrouve pas du tout dans les deux autres œuvres, qui reproduisent des conversations multiples, tenus par des locuteurs plus variés et peu identifiés14.

Dialogues, devis, conférences ?

  • 15 La mise sur le même plan des trois textes présente incontestablement des risques et masque leur sin (...)
  • 16 N. de Cholières, Matinées, dans Œuvres, éd. E. Tricotel, D. Jouaust, t. I, Paris, Librairie des Bib (...)

14Les œuvres de Cholières, Du Fail et Bouchet répondent parfaitement à la définition générique que propose du « dialogue » le dictionnaire de Robert Estienne : « Livre ouquel plusieurs personnages disputent ou devisent ensemble », et l’on peut ajouter que les personnages dont on entend les voix devisent plus souvent qu’ils ne disputent à proprement parler. Cette même définition est reprise par le Dictionnaire Nicot (édition de 1621) : « Dialogue, Livre où plusieurs personnes devisent ensemble ». Dans le vocabulaire du XVIe siècle, nos textes consigneraient assez bien ce qu’on appelle alors des « devis » (c’est-à-dire des propos, des causeries, entretiens, conversations) ; l’idée qui prédomine est celle d’un partage de la parole, dont on peut voir l’origine dans l’étymologie du verbe « deviser » (du latin devidere, « partager », « répartir »). Si le tempérament moqueur et colérique d’Eutrapel est parfois la source de vraies disputes et de (brefs) débats d’idées, si les Matinées ou Apres Disnees prennent souvent l’allure d’une disputatio, les échanges mis en voix par Bouchet15 sont plutôt une manière de vivre ensemble, une collaboration plutôt qu’une confrontation. Cholières, dans l’épître liminaire des Matinées, offre à ses lecteurs des « conférences » et définit ainsi son projet : « Communiquer au public […] plusieurs gentilles conferences que j’ay eu avec quelques miens amys, lesquels, ayans senty que j’avoie pris l’air par l’advis du medecin pour descharger mon cerveau des mornes solitudes, qui me chagrinoient, se vouërent à courir mesme fortune que moy16. »

15Retenons le terme « devis », que le jeu des titres associe, dès 1558, au genre de la nouvelle et au ton facétieux, avec les Nouvelles récréations et joyeux devis de Bonaventure Des Périers, et plus tard dans le siècle, au dialogue comique et philosophique, puisque le traducteur Filbert Bretin utilise ce terme pour plusieurs des œuvres de Lucien : Devis des dieux, Devis marins, Devis des morts, Devis amoureux.

LE TIERS LIVRE « EXEMPLAIRE »

La séduction d’une forme inédite

  • 17 V. Zaercher, Le Dialogue rabelaisien. Le Tiers Livre exemplaire, Genève, Droz, 2000, p. 181.
  • 18 P. Mounier, Le roman humaniste…, op. cit., p. 372-383.

16Mon titre renvoie au travail de Véronique Zaercher, dont l’étude a permis de replacer le Tiers Livre dans le genre du dialogue, avec lequel, elle l’a bien montré, il entretient des rapports complexes et novateurs ; elle insiste sur l’originalité de Rabelais dans la pratique d’un genre qu’il emprunte essentiellement à Lucien et met en exergue des procédés s’apparentant à une « mise à distance délibérée des habitudes du genre17 ». Pascale Mounier note de son côté que Rabelais retient de Lucien la manière indisciplinée de disputer, le caractère théâtral des échanges, la satire des discoureurs qui prétendent détenir un savoir infaillible18.

  • 19 V. Zaercher ouvre son livre sur cette idée d’une surprise des lecteurs de 1546. On peut ajouter qu’ (...)

17Par sa forme – romanesque ? – inédite, le troisième volet des « faits et dits » de Pantagruel a pu surprendre les lecteurs qui ont eu en main l’ouvrage dès 154619, même – et peut-être surtout – ceux d’entre eux qui avaient suivi les précédents épisodes des chroniques gargantuine et pantagruéline. Je ne retiendrai ici que les éléments de nouveauté susceptibles d’avoir présidé à la naissance du genre hybride illustré par Du Fail, Cholières et Bouchet.

  • 20 J.-C. Margolin, « La présence d’Érasme dans le Tiers Livre de Rabelais », dans J. Dauphiné, P. Miro (...)
  • 21 Du Bellay, La Deffence et Illustration de la langue françoyse, livre II, ch. 12, éd. H. Chamard, Pa (...)
  • 22 Sur la présence de Lucien dans le Cymbalum mundi, voir M. Huchon, « Dialogue poétique et littératur (...)

18Si le Tiers Livre est différent des deux romans qui l’ont précédé, c’est notamment parce que l’influence d’Érasme y est plus forte, comme l’a montré Jean-Claude Margolin20 ; or, cette influence déterminante d’Érasme – en particulier de l’Érasme des Colloques – joue à plein dans nos textes et l’on peut imaginer nos auteurs lisant conjointement le Tiers Livre et les Colloques, les deux lectures s’irriguant l’une l’autre. Cette influence est en particulier formelle : c’est le choix d’une forme et d’une pensée dialogiques, qui permettent d’inscrire en creux dans l’œuvre la participation du lecteur. Une autre autorité, omniprésente dans le Tiers Livre et déterminante aussi pour nos auteurs, est celle de Lucien, dont Rabelais a été l’un des principaux émules au XVIe siècle : il est « celuy qui fait renaitre Aristophane, et faint si bien le nez de Lucian », selon les termes de Du Bellay dans sa Deffence21. Comme Lucien en son temps, Rabelais invente une forme nouvelle, mêlant dialogue philosophique et comédie dans un moule romanesque ; là est l’inédit en effet : le mélange de dialogue philosophique et de comédie, outre qu’il a été initié par Lucien, a inspiré des œuvres, tel le Cymbalum mundi de Bonaventure Des Périers22, mais Rabelais est le seul à embarquer ses devisants dans une véritable aventure romanesque (aventure des « ditcz » plus que des « faits », il est vrai).

  • 23 Des traductions en français d’œuvres séparées avaient été publiées bien avant : en 1548 paraissent (...)
  • 24 La première édition est aussi suivie d’une seconde, chez le même imprimeur : Les Œuvres de Lucian d (...)
  • 25 Supposition qu’il convient de nuancer toutefois par le faible tirage de la première édition de 1581 (...)
  • 26 F. Rabelais, Quart Livre, ch. 15, dans Œuvres complètes, éd. M. Huchon, F. Moreau, Paris, Gallimard (...)

19Cette présence de Lucien a pu être réactivée chez nos auteurs de la fin du siècle par la publication, en 1581, de la première traduction intégrale23 de ses œuvres dans la traduction de Filbert Bretin24. Le beau volume in-folio a sans doute passé en leurs mains25 et l’on peut supposer que la lecture des Dialogues de Lucien et des scholies qui accompagnent le texte original a pu conforter les écrivains en germe de reprendre la lignée rabelaisienne d’un propos à la fois savant et savoureux et de renouer, par-delà Rabelais, avec la tradition du « philosophe Samosatoys26 », telle qu’elle est définie dans le traité Contre celuy qui disoit, tu es Promethee en parolles : dans le sommaire précédant l’opuscule, le traducteur indique « Icy louë l’auteur ses euvres, comme estans plaisantes et utiles : en exposant le genre de son stil, qui est Comique ou Satyrique en sujet, et Dialogique en parolles. » De même, dans le traité intitulé Le Devis, ou Bachus, l’auteur, selon le « sommaire », « deffend ses escrits comiques, satyriques et dialogiques, par les bons subjets qu’il dit y estre soubs cachez ».

  • 27 Parmi les travaux récents sur cet aspect, notons, outre les ouvrages de V. Zaercher et P. Mounier d (...)
  • 28 D. Ménager, Rabelais en toutes lettres, Paris, Bordas, 1989, p. 33.
  • 29 B. Sayhi-Périgot, « Le parti-pris anti-rhétorique de Rabelais dans le Tiers Livre », dans E. Kotler (...)

20Le Tiers Livre, vrai « roman de paroles27 », est celui de tous les livres de Rabelais qui accorde le plus de place aux échanges d’idées et d’opinions ; sans doute le choix de la forme romanesque a-t-il pu s’imposer d’emblée au savant humaniste (qui, la même année que son Pantagruel, publie des éditions d’Hippocrate et Galien) pour deux raisons principales : genre à succès, qui laisse espérer un large lectorat, le roman offre, depuis les origines, la possibilité de faire entendre, dans des décors variés, des voix singulières en douant de parole toutes sortes de personnages des plus sages (Pantagruel) aux moins recommandables (Panurge, Frère Jean). « Du même coup se défait – comme le souligne Daniel Ménager – la belle sérénité des convives érasmiens. Telle est l’invention d’Alcofrybas28. » L’on parle beaucoup assurément, dès les deux premiers romans, mais la structure globale y reste pleinement romanesque, puisqu’elle reproduit – en le parodiant – le modèle du roman de chevalerie médiéval tandis que les narrés pris en charge par le narrateur occupent une large place. Dans le Tiers Livre, si l’on excepte les tout premiers et tout derniers chapitres, ce sont non seulement les dialogues mais aussi les récits qui sont assumés par les différents protagonistes – la plupart adoptant bien volontiers la posture du conteur, à commencer par Panurge – et le rôle du narrateur se réduit pour l’essentiel à des indications assimilables à des didascalies. Soulignant l’importance chez Rabelais de la dispute et du commentaire, qui lui semblent « accompagner sans cesse la narration », Béatrice Sayhi-Périgot remarque qu’avec le Tiers Livre ils sont désormais « intégrés à la structure même de l’œuvre romanesque », parce que pris en charge par les personnages eux-mêmes qui ne cessent de disputer et de commenter29.

  • 30 La comparaison des trois titres est en effet révélatrice : La vie treshorrificque du grand Gargantu (...)
  • 31 Au début du Timée (17a), Socrate s’inquiète en ces termes de l’absence d’un des convives : « Un, de (...)

21Loin du récit de vie que nous promettait Gargantua, la trame essentielle du roman est ici constituée non plus des « faictz et prouesses espoventables » de Pantagruel mais de ses « faicts et dicts Heroïques30 », titre qui invite à lire le roman comme un long dialogue, tantôt « itinérant », tantôt statique. La distinction entre ces deux types est du reste proposée par Lucien : insistant sur l’audace formelle qui consiste à réunir deux genres aussi dissemblables que la comédie, qui réclame une performance théâtrale (elle « frequentoit les teatres ») et le dialogue, il souligne que « celuy là avoit jadis ses disputes à la maison, et à part soy aux promenoirs, avec peu de compagnie ». C’est ici le modèle platonicien qui joue à plein, modèle tour à tour dynamique (l’ouverture de Phèdre, par exemple) ou statique (avec le cadre symposiaque du Banquet ou du Timée) qui informe en profondeur la structure du Tiers Livre : dans la première partie du roman, Panurge, sur les conseils de Pantagruel, se déplace pour aller consulter la Sibylle, puis Raminagrobis ; les échanges qu’il a avec ses compagnons peuvent alors se faire tout en marchant, comme c’est le cas avec Épistémon, au chapitre 24 ; au terme de la série de consultations divinatoires, la quête de Panurge prend la forme d’un banquet au palais auquel Pantagruel convie la « tétrade Pythagorique » (29, p. 444). Le jeu de Rabelais avec les sources platoniciennes est alors clairement signifié et placé, sous forme de clin d’œil, dans la bouche du géant, qui parle comme Socrate : « Issu Gargantua de la salle, Pantagruel distes invitez. Le Timé de Platon au commencement de l’assemblée compta les invitez : nous au rebours les compterons en la fin. Un, deux, trois : où est le quart ? Ne seroit ce nostre amy Bridoye31 ? » (36, p. 466-467)

  • 32 M. Jeanneret, Des Mets et des mots. Banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, Corti, 198 (...)

22Ces deux formes du dialogue platonicien, toutes deux convoquées – sur le mode ludique – par Rabelais dans son Tiers Livre, seront également reprises par les auteurs de la fin du siècle : Poissenot, dans son Esté, met en scène des devisants voyageurs qui parlent tout en marchant. Bouchet et Cholières proposent des dialogues statiques, qui se déroulent avant ou après plutôt que pendant le repas. Ce dialogue statique est aussi un banquet philosophique et Michel Jeanneret a montré comment ce paradigme du banquet narratif traverse toute l’œuvre de Rabelais, et comment, chez Guillaume Bouchet, entièrement récupéré par l’encyclopédie, « il aboutit à une impasse32 ». Cholières, dans l’épître liminaire, place clairement ses Matinées sous l’égide de la philosophie antique :

  • 33 N. de Cholières, Matinées, éd. cit., p. 4.

[Il] fut resolu que, […] nous prendrions les Matinées pour nous exercer à vuider en philosophes quelque question. Le temps estoit fort propre : alors l’esprit estoit plus à delivre, et n’y avoit aucun de la compaignie qui ne prit bien à plaisir de se desgourdir et aiguiser l’appetit par ce moyen, au disner. Voila comment la retraite que je fis aux champs fit renaistre, comme de nouveau en ce pays, ce tant renommé Lycée.33

23Du Fail, de son côté, ouvre ses Contes et Discours d’Eutrapel sur la mise en place dynamique du trio des devisants mais, très rapidement, l’histoire-cadre est complètement délaissée et seules résonnent les voix des trois interlocuteurs, sans que le décor de leurs échanges soit un tant soit peu évoqué.

  • 34 M. Jeanneret, Le défi des signes. Rabelais et la crise de l’interprétation à la Renaissance, Orléan (...)
  • 35 P. Mounier, Le roman humaniste…, op. cit., p. 248.
  • 36 Voir les analyses d’E. Duval, « Panurge, Perplexity and the Ironic Design of Rabelais’s Tiers Livre(...)
  • 37 Voir F. Gray, Rabelais et le comique du discontinu, Paris, Honoré Champion, 1994, et la présentatio (...)
  • 38 M. Simonin, « Un conteur tenté par le savoir : Guillaume Bouchet correcteur de sa IIIe Serée », dan (...)
  • 39 Sur cette liberté et cette ouverture du dialogue, voir la mise au point de Jean Céard, dans R. Aulo (...)

24La séduction exercée par le dialogue rabelaisien sur nos auteurs s’explique aussi par sa variété formelle ; outre les deux grandes tendances que nous venons d’évoquer, il faut rappeler que le dialogue se conjugue à d’autres formes stylistiques et rhétoriques, celle du théâtre (ch. 9), du blason (ch. 26, 28 et 38), de la déclamation (où là aussi, l’influence érasmienne est flagrante). Aucun de nos auteurs n’a poussé aussi loin la bigarrure des styles et des discours, mais un tel exemple a pu donner une impulsion à des écrivains en puissance et en mal d’invention. Plus déterminante, sans doute, la souplesse que permet le genre du dialogue a ouvert aux auteurs un espace de liberté d’écriture : la critique a depuis longtemps souligné – je songe en particulier aux travaux majeurs de Michel Jeanneret, regroupés dans Le défides signes – la vogue au XVIe siècle d’une « esthétique du discontinu » ; le critique parle de « récit modulaire » à propos des Tiers et Quart Livres, où Rabelais lui semble « casse[r] la succession narrative » et publier « des romans qui ressemblent à des collections de récits brefs34 », principe qui atteint selon lui son paroxysme dans le « genre protéiforme » que pratiquent, avec bien d’autres, Du Fail, Bouchet et Cholières. La catégorie de « récit modulaire » appliquée au Tiers Livre peut toutefois être contestée : cela a été fait notamment par Pascale Mounier, qui évoque, elle aussi, un « dynamitage de l’intrigue orienté vers la production d’unités narratives en partie indépendantes les unes des autres35 », mais ajoute que ces œuvres ne sont pas sans histoire et ne sont pas des collections de récits brefs. Là encore, c’est sans doute un des éléments qui contribuent à l’originalité du Tiers Livre : au sein d’une macrostructure cohérente, reposant sur des effets de symétrie sont rassemblées de courtes unités, qui semblent associées par juxtaposition. L’on pourrait aisément imaginer d’intégrer d’autres consultations à la quête de Panurge à condition de les organiser par paire pour respecter le jeu de l’inclusion concentrique36 et il est un fait que Rabelais, dans les variantes à son livre, n’a ajouté aucun épisode mais plutôt allongé les listes, travaillant sur la copia du discours plutôt que sur la variété des épisodes. Reste, pour aller dans le sens de Michel Jeanneret, que l’impression de lecture qui domine est celle du fragmentaire et du discontinu, auxquels contribuent de nombreux procédés, notamment stylistiques, qu’a étudiés Floyd Gray37. Cette ouverture potentielle de la forme dialogique a été mise à profit par nos auteurs, qui ont en quelque sorte poussé à l’extrême sa capacité d’éclatement. Le Tiers Livre, déjà, est construit selon une structure ouverte qui pourrait s’étendre à l’infini. Du Fail garde sur sa table, pendant des années, le manuscrit des Contes et Discours d’Eutrapel qui s’étoffe au fil des ans, s’enrichit de nouveaux sujets de conversation au point que l’histoire-cadre initiale est progressivement laissée dans l’ombre. Chez Bouchet, la souplesse du dialogue permet le jeu des additions (par simple juxtaposition ou par irruption d’un nouveau locuteur), comme l’a montré Michel Simonin qui parle d’un « texte grégaire, fruit d’accroissements successifs », d’un « texte poreux donc où les additions s’infiltreront38 ». Une des raisons de la forme dialoguée pour nos auteurs pourrait alors être celle-ci : forme ouverte39, elle offre un espace de liberté aux auteurs et autorise les retouches et ajouts incessants.

Une réflexion sur le mariage

  • 40 Pantagruel, ch. 34, éd. cit., p. 336.

25Tout dans le Tiers Livre tourne, on le sait, autour de la question du mariage de Panurge : quand la fin du Pantagruel promettait « la reste de l’histoire à ces foires de Francfort prochainement venantes, et là vous verrez comment Panurge fut marié, et cocqu dés le premier moys de ses nopces40 », le troisième opus nous conte en définitive l’histoire d’une procrastination, l’incessante remise au lendemain du projet intime de Panurge, dont les atermoiements tiennent le lecteur en haleine. Le Tiers Livre pourrait être rapidement défini comme un long entretien sur le mariage, question centrale, mais non unique, qui ouvre sur d’autres problématiques.

  • 41 Sur Rabelais et le mariage, voir M.A. Screech, Rabelais et le mariage. Religion, morale et philosop (...)
  • 42 N. Du Fail, Baliverneries d’Eutrapel, éd. G. Milin, Paris, Klincksieck, 1969, p. 7.
  • 43 E. Philipot, Noël du Fail, gentilhomme breton, Paris, Honoré Champion, 1914, p. 406.

26Or, le motif du mariage conjugué à la forme du dialogue constitue la matrice de deux des recueils qui nous intéressent. Ce motif qui reste à la mode tout au long du XVIe siècle, et que Rabelais, loin s’en faut, n’est pas le seul à traiter (c’est encore un des sujets sur lesquels il partage, dans leurs grandes lignes, les idées d’Érasme41) a donné aux Contes et Discours d’Eutrapel leur canevas originel, comme l’a montré de manière décisive E. Philipot : vers le milieu du livre, les chapitres 26 (« Disputes entre Lupolde et Eutrapel »), 27 (« Gros debat entre Lupolde et Eutrapel »), 29 (« Propos de marier Eutrapel ») et 30 (« Suite du mariage ») lui semblent constituer une chaîne (à laquelle il relie également le chapitre 35 et dernier, « La retraite d’Eutrapel ») qui a pu être la « rédaction primitive » et correspondre aux « plus amples Baliverneries » annoncées par Du Fail dans sa lettre « à son grand ami H. R42 ». « Cela formait une espèce de Tiers Livre découpé en chapitres et aboutissant à marier Panurge, je veux dire Eutrapel43 », ajoute le critique, dont l’intuition me paraît ici convaincante. Les échos textuels sont du reste nombreux dans les chapitres de Du Fail pour attester de cette source inspiratrice qu’est le Tiers Livre : à la question lancinante de Panurge « dois-je me marier ou non ? » peut correspondre celles que pose Polygame à Eutrapel, « voulez-vous estre marié ? », et « au conte serez-vous marié ? » (ch. 29) ; certains échanges sont construits sur le modèle de ceux du Tiers Livre, rebondissant sur les mêmes termes :

  • 44 Contes et Discours d’Eutrapel, ch. 30, éd. C. Hippeau, Paris, Jouaust, 1875, p. 151 ; Tiers Livre, (...)

Mais…
– Quel mais, dit Eutrapel.
– Je te le diray, dit Lupolde. […]
– J’ay encore, dit Eutrapel, un seul petit scrupule, et pierrette en mon soulier.44

27C’est au fil des années de composition, tandis que l’œuvre grossit et s’amplifie en traitant d’une foule d’autres sujets, que la question du mariage devient chez Du Fail un sujet parmi d’autres ; cette affaire ne constitue plus, comme dans le roman de Rabelais, l’argument unificateur de l’œuvre.

  • 45 Voir G.-A. Pérouse, Nouvelles françaises du XVIe siècle…, op. cit., p. 342-345.

28Chez Cholières, alias Jean Dagoneau45, le sujet du mariage est source d’inspiration pour de nombreux ouvrages : la moitié des Matinées et deux Apres Disnees y sont consacrées : les Matinées, V, « Des laides et belles femmes. S’il vaut mieux prendre à femme une laide qu’une belle » ; VI, « De la jalousie du mary et de la femme », VII, « De l’inegalité de l’aage des mariez. Si un vieillard doit prendre une jeune fille, ou une vieille recercher un jeune homme » ; VIII, « Des Lettrez et guerriers. Si une fille doit plus desirer d’estre accouplée par mariage à un homme d’estude qu’à un guerrier » ; IX, « De la treve conjugale. En quel temps n’est loisible au mary de toucher conjugalement sa femme », ainsi que les Apres Disnees, II, « Du mariage. S’il vaut mieux n’estre marié que de l’estre » ; III, « De la puissance maritale. A sçavoir si le mary peut battre et chastier sa femme ? » L’un des devisants des Apres Disnees fait d’autre part référence à une autre œuvre de Cholières, vrai dialogue celle-ci : « Au reste, voulez vous souhaiter plus grand souhait qu’est celuy que les maris ont conjugalement, je vous renvoie à ce qui nous en est proposé au premier dialogue de la Guerre des Femmes avec les Masles. »

29Célibataire endurci selon ses biographes, Cholières a donc choisi de traiter du mariage sous trois formes différentes ou trois « genres d’écrire » : la forme des « devis » que sont les Matinées et les Apres Disnees, celle du dialogue dans cette Guerre que le sous-titre présente comme « furieuse et effroiable », enfin celle de la dissertation ou du discours dans La Forest nuptiale.

30Chez Bouchet en revanche, le mariage est un sujet de discussion beaucoup moins central puisqu’il n’occupe pleinement que deux Serées : la 3e (« Des femmes et des filles ») et la 5e (« Des nouvellement maries et mariees ») du premier livre.

  • 46 Érasme, Colloques, éd. et trad. E. Wolff, vol. I, Paris, Imprimerie nationale, 1992, p. 421-436.
  • 47 Ibid., vol. I, p. 200-216, 217-228 et 233-250.

31L’argument est sans doute un peu faible en faveur d’une influence déterminante du Tiers Livre pour le choix d’un tel sujet ; d’autres lectures ont pu encourager nos auteurs dans ce « haut et terrible mot et grand ocean de mariage », comme le dit Eutrapel (ch. 29, p. 124). L’idéal de Noël Du Fail reste le colloque pédagogique à la façon d’Érasme et le choix même du pseudonyme d’Eutrapel signe cet hommage au maître du dialogue renaissant : Eutrapèle est, chez Érasme, le roi du « Banquet des conteurs46 », titre qui pourrait être donné aux Contes et Discours d’Eutrapel, s’il y était question de manger autant que de parler. Les colloques sur le mariage ont fourni une évidente source d’inspiration pour lui comme pour Cholières, en particulier « Le Prétendant et sa belle », « La jeune fille ennemie du mariage », « Le Mariage ou la femme qui se plaint du mariage47 » ; dans ce dernier colloque, Érasme fait dialoguer la bonne épouse Eulalie et Xanthippe, la mauvaise épouse ; or, Cholières évoque longuement la figure de Xanthippe, l’épouse acariâtre de Socrate dans la 2e Apresdisnée (p. 70-71). La comparaison entre Érasme et Cholières, disons-le d’emblée, ne plaide pas en faveur de ce dernier qui place dans la bouche de plusieurs devisants des idées bien rétrogrades au regard de la tolérance érasmienne.

  • 48 L’un des traités les plus traduits en français de Plutarque est un discours adressé à deux fiancés  (...)
  • 49 L’on peut se poser, bien sûr, la question de l’accès à cet opuscule, édité dans une plaquette de 30 (...)
  • 50 Le Pogge s’est marié en 1436. Il publie sans doute la même année son dialogue.
  • 51 Un vieux doit-il se marier ?, éd. cit., p. XXXIII, « Introduction ».

32Pour traiter d’un tel sujet, les trois auteurs puisent d’autre part à pleines mains dans d’autres sources, celles qui sont à la mode en cette fin de siècle, notamment Plutarque48, sur lequel je reviendrai, Pierre Messie et Antoine de Guevara, dont plusieurs Épîtres dorées sont consacrées au choix d’une femme. Sans doute relit-on aussi, à cette époque, l’opuscule du Pogge Un vieux doit-il se marier ?49 : comme Cholières, Le Pogge diversifie les genres et aborde ce même thème du mariage selon deux formes : le dialogue (Un vieux doit-il se marier ?) et un discours (Discours en faveur du mariage). Or, on retrouve aisément, dans l’échange entre amis que Le Pogge met en scène pour se justifier de son propre mariage, à plus de cinquante ans, avec une jeune fille de 18 ans50, la double marque formelle et thématique qui nous a paru relier les recueils de Cholières et de Du Fail au Tiers Livre de Rabelais : la forme dialogique, qui tient tout autant, comme le souligne Véronique Bruez51, du dialogue philosophique à la manière de Cicéron que du genre antique des « propos de table », et le motif du mariage et du possible cocuage.

  • 52 Tiers Livre, ch. 28 : « Comment Frere Jean reconforte Panurge sus le doubte de Coquage », éd. cit., (...)
  • 53 Contes et Discours d’Eutrapel, ch. 29, éd. cit., p. 128.

33Panurge admet, face à Frère Jean qui voit son « poil grisonner en teste », qu’il reconnaît en lui-même « quelque signe indicatif de vieillesse52 » ; Eutrapel n’est plus tout jeune, comme se plaît à le lui rappeler Polygame qui se soucie de le voir marié : « Puisque vos ans ont passé le midi de bien loin, et vous commandent asseoir l’institution et progrés de vostre vie, je serois de premier advis que seriez marié53. » Les devisants de Cholières, dans la Matinée, VII, débattent de « l’inegalité de l’aage des mariez » et se demandent « si un vieillard doit prendre une jeune fille, ou une vieille recercher un jeune homme ».

34Dès lors, si la forme ouverte du Tiers Livre et l’art inédit qu’y a déployé Rabelais en y mêlant érudition, narration et conversation a eu une influence incontestable sur nos auteurs, elle est loin d’être la seule et les 34 années qui se sont écoulées entre la publication du roman de Rabelais et celle de nos recueils plaident en faveur de sources très diversifiées ; des œuvres, du reste, ont pu servir de relais et guider, dans ce choix de la forme dialogique, des auteurs qui lisent ce qui s’écrit et se tiennent au courant des modes littéraires : je n’ai rien dit encore des Dialogues non moins profitables que facetieux de Jacques Tahureau, publiés en 1565, dix ans après la mort à 27 ans de leur auteur. Il a pourtant, c’est certain, renoué, à la suite de Rabelais, avec la veine lucianesque, proposant une œuvre « Comique ou Satyrique en sujet, et Dialogique en parolles » ; or Tahureau est la source directe de Cholières dans l’un des passages les plus misogynes des Apres Disnees. La seule présence, toujours imposante, de Rabelais, n’explique pas tout ; il faut donc émettre une seconde hypothèse, celle qui tient aux événements survenus pendant la période de gestation de ces œuvres.

UNE QUESTION D’ÉPOQUE ?

35En 1572, soit dix ans avant la publication de nos « recueils fin de siècle », deux événements majeurs ont pu jouer le rôle de déclencheur : l’un historique, le massacre de la Saint-Barthélemy, l’autre éditorial, la publication de Plutarque par Amyot.

La conversation comme réponse aux troubles du temps : la sociabilité facétieuse54

  • 54 Une thèse de doctorat est actuellement en cours sur cette question, celle de Nicolas Kiès, sous la (...)
  • 55 E. Godot, Histoire de la conversation, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Perspective (...)
  • 56 Pierre Laurens souligne le contexte de mort et d’« ensauvagement » avec lequel le cercle des devisa (...)

36Les terribles événements de la fin du siècle donnent une particulière acuité à un topos qui court tout au long du siècle dans les théories de la conversation, conçues comme des « réponses – fragiles remparts de la politesse comme fondement de la civilisation – à tous ces visages de l’inhumanité que sont les guerres et les intolérances55 ». Le lieu de la conversation se situe hors du monde, dans un espace utopique, comme le souligne Emmanuel Godo qui définit L’Heptaméron comme une « conversation pour temps de détresse » ; ces analyses conviennent parfaitement pour nos textes, le genre des « devis » semblant jouer le double rôle de littérature d’évasion et de littérature de situation. Dans les Contes et Discours d’Eutrapel, par exemple, on s’isole du monde pour mieux en parler, les problèmes contemporains ne sont pas éludés mais traités à distance. Sans doute cette construction utopique, mise en place dès les origines du recueil « encadré » – le Décaméron est fondé sur la fuite d’un groupe d’aristocrates loin de la Florence pestiférée, les devisants s’isolent du monde réel pour recréer un monde dans l’espace de leurs propos56 –, retrouve-t-elle une particulière acuité en des temps où la violence des guerres civiles a rendu insupportable la vie en ce monde. Dans le discours liminaire de ses premières Serées, adressé « A Messieurs les Marchans de la ville de Poictiers », Guillaume Bouchet redessine les contours d’un cercle de civilité qu’il oppose aux violences du temps :

[…] les discours libres et gaillardz contenuz en iceluy [livre], se ressentent encores de l’ancienne preud’hommie du bon vieux temps et simplicité de noz peres, qui alloyent à la bonne foy, passans le temps à converser et rire ensemble, au paravant que la naïfve bonté de leur naturel fust corrompue par le malheur des guerres civiles, qui ont chassé par leur division l’amytié, concorde et privaulté, qui ne peult estre sans la fiance mutuelle entre les hommes.

  • 57 Matinées, éd. cit., p. 4 : « A Monseigneur, messire Louys de la Chambre ».

37De même, Cholières, dans les pièces liminaires des Matinées, réactualise de façon insistante le motif thérapeutique, sur lequel les narrateurs ont joué à l’envi tout au long du XVIe siècle, à commencer par Rabelais dans le prologue de Pantagruel : l’auteur des Matinées, consumé par une maladie qui semble être celle de la société tout entière, prend une retraite aux champs, sur les conseils de son médecin, pour « descharger [s]on cerveau des mornes solitudes, qui [l]e chagrinoient57 » ; livrant au public les échanges qu’il a eus avec des amis – dans une prétention à l’authenticité qui est elle aussi un topos –, il offre son livre comme un remède salutaire destiné à préserver le lecteur de l’infection du temps présent :

  • 58 Ibid., p. 6. Le motif est repris, presque à l’identique, lorsque « l’autheur », dans son « Advertis (...)

Les plaisirs et recreations philosophiques qu’icy j’ay proposé vous serviront d’opiate et asseuré preservatif contre l’air dangereux de ceste saison empestee de tant de malheurs, d’ennuis, de fascheries et de troubles.58

  • 59 Ibid., p. 9 : « Sonnet au seigneur de Cholières sur ses neuf Matinées ».

38À distance des « lieux empunaisis de senteurs infectées59 », les échanges joyeux, tenus puis transcrits, sont pour l’auteur comme pour le lecteur la seule façon de ne pas succomber au désespoir :

  • 60 Ibid., p. 13-14 : « Advertissement de l’autheur au liseur ».

En ce temps obscurcy du nuage de tant de malheurs, calamités et miseres, si onques on en eut mestier, il fait fort bon se tenir joyeux. Nous sommes battus de la guerre, greslés de l’injure du ciel, et tellement reduits au petit pied que la tristesse nous accableroit du premier coup, aumoins je m’en doute, si nous n’estions relevés par des recreatives consolations propres à nous purger et dechasser de nous la crasse de l’humeur melancholique, qui avec le temps nous perclurroit de nostre santé.60

  • 61 Le Décaméron, première journée, introduction, éd. cit., p. 56 ; L’Heptaméron, prologue, éd. N. Caza (...)

39De même, dans les prologues du Décaméron et de L’Heptaméron, il s’agissait de chasser la mélancolie de peur de tomber malades, voire de mourir d’ennui61.

La traduction de Plutarque

40L’on peut imaginer l’engouement suscité par les œuvres morales de Plutarque chez des admirateurs de Rabelais et de son Tiers Livre, adeptes comme lui de la copia et de la varietas.

  • 62 Sur cette question, voir notamment la mise au point d’Emmanuel Bury dans Littérature et politesse. (...)
  • 63 J’ai consulté l’édition de 1575 ; toutes les références renvoient à cette édition.
  • 64 Sous les titres Préceptes conjugaux ou Préceptes matrimoniaux, ce traité est le plus fréquemment tr (...)

41Le titre même choisi par Amyot dans sa traduction des Moralia qu’il publie en 1572 : Les œuvres morales et meslées est une incitation supplémentaire à la pratique de la miscellanée, à une époque qui la goûte particulièrement62 ; la beauté de la prose d’Amyot est d’autre part un réel encouragement pour ceux qui veulent à leur tour illustrer la langue française. De l’ensemble publié dans un gros volume in-folio composé de deux tomes63, le premier tome regroupant les Œuvres morales, le second les Œuvres meslées, quelques traités surtout semblent avoir intéressé et stimulé nos auteurs : André Janier note que les Propos de table et les Préceptes de Mariage64 ont particulièrement retenu l’attention de Guillaume Bouchet.

  • 65 Rabelais était lui-même grand lecteur de Plutarque, notamment des Préceptes matrimoniaux ; Hippotha (...)
  • 66 R. Aulotte, Amyot et Plutarque, Genève, Droz, 1965, p. 13 : « Quelques traités reproduisent des cau (...)

42Forme symposiaque des Propos de table, réflexion sur les règles de la vie conjugale dans les Préceptes de mariage : Cholières, Du Fail et Bouchet ont retrouvé chez Plutarque65 deux des aspects qu’ils ont retenus de Rabelais et cette lecture de Plutarque, dans la prose d’Amyot, a pu les convaincre de s’essayer dans un genre non romanesque, mais intermédiaire entre le dialogue philosophique et l’opuscule moral, les inciter aussi à conserver la fiction du dialogue66 dont Montaigne, à la même époque, ne se laisse pas entraver ; cette lecture a pu également les autoriser – ou les encourager – à mêler sérieux et plaisant.

  • 67 M. Simonin, « Un conteur tenté par le savoir… », art. cit.

43Cette « irrésistible infusion [de l’œuvre de Plutarque] dans l’ensemble de la production littéraire du XVIe siècle finissant » – la formule est de Michel Simonin67 – a été bien étudiée ; le point sur lequel je voudrais attirer l’attention, pour ma part, est l’influence formelle qu’a exercée Plutarque, en particulier les « propos de table », sur la vocation littéraire de nos auteurs de recueils dialogués. Les Propos de table ne sont-ils pas le modèle – avoué ? – des Serées ou de Cholières ? Le même type de questions est débattu chez Cholières et chez Bouchet que celles, multiples, auxquelles touche Plutarque : « Pourquoi les vieillards préfèrent-ils le vin pur ? », se demande-t-on dans le premier livre (question 7) ; or, la première des Serées traite longuement « du vin » et la question du mélange ou de la pureté des vins est un des nombreux points débattus. L’idéal réalisé par Plutarque d’une conversation familière ouverte sur un monde dont on cherche à comprendre différentes facettes n’est-il pas celui que visent les auteurs de devis, en cette fin de XVIe siècle ? Il n’est pas jusqu’au titre des Apres Disnees qui n’ait pu avoir été suggéré par le modèle de Plutarque : dans le second livre des Propos de table (question première : « Quelles sont les choses dont Xenophon dit que lon est bien aise d’estre interrogué et gaudy à la table ? ») est opérée une distinction au sein du genre symposiaque, certaines questions relevant des « propos de table » (qui concernent les pratiques de table et manières de convivialité), d’autres des « propos apres la table », contenant « quelque gentille speculation » (p. 369-370).

Autant en peut on dire des propos de table, par ce que les uns concernent proprement l’usage des festins, les autres contiennent bien quelque gentille speculation, mais qui convient plus proprement au temps que l’on employe à ouir la musique des flustes, des aubois, de la lyre ou des violes : dequoy le premier livre nous peut fournir quelques monstres et eschantillons meslez les uns parmi les autres. Comme, pour exemple de la première sorte, soit la question, S’il est bon de traicter et disputer de la Philosophie à table : et ceste autre, S’il est meilleur que le festoiant distribue luy mesme les lieux de l’assiette, ou qu’il la laisse à la discretion des conviez. De la seconde sorte sont telles questions, Pourquoy c’est que lon dit, que l’amour fait les hommes musiciens et poëtes, et la question touchant la prerogative de la ligne AEantide, et autres semblables. Et quant à moy, j’appelle proprement les premieres, propos de table : et les secondes, propos apres la table. Si les ay couchez par escript pesle-mesle, non pas distinctement, ains selon que chascune me venoit en la memoire.

44Par rapport à Cholières et Bouchet, Du Fail représente toutefois un cas particulier : l’écrivain rennais inscrit en effet sa première œuvre, les Propos rustiques, dans la tradition – qu’il conteste et revisite – du récit-cadre de type boccacien, tandis que son œuvre intermédiaire, les Baliverneries d’Eutrapel (1549), marque une ouverture vers le genre romanesque, accusant l’influence de Rabelais et du Tiers Livre. C’est cette influence qui reste sur lui prédominante, me semble-t-il, et qui, conjuguée à la lecture de Plutarque, inspire également les Contes et Discours d’Eutrapel. Emmanuel Philipot notait à ce propos l’antériorité de Du Fail sur les autres auteurs : « Ces “mélanges dialogués” répondaient à un goût du public. Mais leurs auteurs s’ignorent : Bouchet ne profitera de Poissenot et de Du Fail qu’après l’apparition des douze premières Serées. En fait, Du Fail est leur aîné à tous, très probablement à leur insu », et concluait que « l’influence d’Érasme et celle de Rabelais expliquent assez bien la genèse du genre ». J’ajouterais que celle de Plutarque a achevé de décider de la forme de l’œuvre au cours de sa gestation.

  • 68 La remarque est d’E. Kotler dans l’article déjà cité des Cahiers Textuel.
  • 69 Chez Plutarque, le même type de question est posé au beau milieu du traité sur le mariage : « Un ge (...)

45La lecture de Plutarque par nos auteurs a eu en effet des implications formelles qui permettent d’expliquer certaines caractéristiques des recueils « fin de siècle » ; l’absence chez Cholières et plus encore chez Bouchet de devisants vraiment individualisés, ayant une parlure, la tendance de certaines Serées à l’opuscule moral ont un modèle évident dans les Propos de table ; dans les Contes et Discours d’Eutrapel, le dialogue présente de fortes disparités : d’un chapitre à l’autre, voire au sein d’un même chapitre (par exemple celui consacré à la « musique », ch. 19), il peut être dynamisé par un Eutrapel boute-en-train et contestataire (à l’image du Panurge du Tiers Livre à qui est imparti le rôle de « controversiste professionnel68 ») ou bien il s’essouffle, quand les voix peu différenciées des locuteurs viennent égrener récits et propos de manière à constituer une sorte de chaîne de joyeuse (ou pesante !) érudition. Ces variantes dans le traitement de la fiction dialogique peuvent se comprendre par la longue gestation du recueil, mais aussi par les différents modèles d’écriture dans lesquels il s’inscrit : Érasme, le Rabelais du Tiers Livre, Lucien et Plutarque. Les mêmes chapitres consacrés au mariage, où nous avons pu mettre en valeur la présence de Rabelais, notamment par des échos textuels, comportent des réminiscences flagrantes des Préceptes de mariage de Plutarque. L’échange suivant entre les trois devisants est une variation sur un motif déjà modulé dans les Œuvres morales69 :

  • 70 Contes et Discours d’Eutrapel, 29, éd. cit., p. 127-128.

Au conte, serez-vous marié ?
– Monsieur, respond Eutrapel : belle, bonne et riche. Autre chose n’aurez vous de moy.
– La parole fait le jeu, s’escria Lupolde ; comme notaire de Ramussac, j’accepte pour le sujet de ces trois perfections.
– En cas hazardeux, et qui n’emportent aucune ni asseurée prevoiance humaine, dit Polygame, au premier rang duquel il me plaist coucher et emploier cestuy-cy, il y faut, tout aveuglé, et sans autre notable formalité ou consideration, conclure vistement, et donner à la debandade, la teste baissée, comme un bataillon de gens de pied.70

46Mais c’est aussi à Épistémon que Polygame emprunte l’une de ses formules :

  • 71 Tiers Livre, ch. 24, éd. cit., p. 233.

Me doibz je marier ou non ?
Certes (respondit Épistemon) le cas est hazardeux.71

  • 72 Ibid., p. 377.

47Et son conseil rejoint celui que donne Pantagruel dès le début du Tiers Livre, vraie leçon de vie de tout le roman : « Puis (respondit Pantagruel) qu’une foys en avez jecté le dez et ainsi l’avez decreté et prins en ferme deliberation, plus parler n’en fault, reste seulement la mettre à execution72. »

  • 73 Pour la raison aussi que Cholières et Bouchet n’ont rien écrit avant les recueils qui nous intéress (...)
  • 74 Contes et Discours d’Eutrapel, 20, éd. cit., p. 17.

48En somme, l’influence de Plutarque semble avoir été prédominante chez Cholières et Bouchet73 dont les dialogues, surtout dans le cas du second, ont l’allure de propos de table rapportés, tandis que Du Fail, dans les passages les plus animés de ses Contes et Discours d’Eutrapel, fait l’effort de théâtraliser les échanges de ses devisants. Tous trois lecteurs de Rabelais, de Plutarque et de Lucien, ils ont voulu, chacun à sa manière, mêler facétie et érudition, pratiquer de « belles et salees meslanges74 » et faire entendre des voix différentes. La fiction du dialogue leur permet alors d’éviter l’écueil de la compilation ennuyeuse. Ces écrivains « tentés par le savoir » voient dans la fiction dialogique une manière souple et naturelle de compiler et transmettre connaissances et anecdotes.

  • 75 Je remercie Philippe Guérin et Francesco Tateo pour cette suggestion ; un extrait du IXe livre des (...)

49L’insistance sur ces deux modèles : le Tiers Livre de Rabelais et les Œuvres meslées de Plutarque obéit à des impératifs de clarté et n’échappe pas aux dangers de la simplification. Il faudrait insister encore sur l’influence, toujours forte à la fin du siècle, d’Érasme, y ajouter celle de Valère-Maxime, qui connaît en 1585, à Anvers, une édition par Juste Lipse (après celle de Josse Bade, Alde Manuce et Stephanus Pighius, Anvers, 1567) et qui séduit un public amateur de vastes compilations tandis que le goût des mélanges et du ton de la conversation familière est entretenu par les auteurs de dialogues de l’Antiquité tardive, en particulier le Macrobe des Saturnales. Il faudrait rappeler l’influence toujours prégnante – et quoiqu’en disent les auteurs eux-mêmes, soucieux de la particularité française – des Italiens, en particulier l’Alberti du Momus et des Intercenales75.

50C’est avec Plutarque toutefois que nos auteurs voient peut-être le mieux s’incarner l’idéal des « devis », de la conversation à la fois érudite et plaisante : c’est ce que ne manquait pas de souligner Jacques Amyot lorsque, dans la préface de sa traduction des Œuvres morales (1575), il fait auprès du roi Charles IX l’éloge vibrant de la conversation ; un roi doit s’entourer de gens lettrés, avec qui il pourra « deviser », « conférer » et « discourir » à l’image de son illustre grand-père, le roi François Ier, qui de « telle conference et communication » est devenu l’un des « plus sçavants hommes » ; il rappelle d’autre part au roi que le « commencement de [son] regne a été fort turbulent et calamiteux. », ce qui rend le dialogue avec des esprits avisés comme avec l’œuvre de Plutarque d’autant plus indispensable.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources : éditions et textes de la Renaissance

Boaistuau P., Le Théâtre du Monde, éd. M. Simonin, Genève, Droz, 1981.

Boccace, Le Décaméron, trad. G. Clerico, préface de P. Laurens, Paris, Gallimard, 2006.

Bouchet G., Les Serées, éd. C.E. Roybet, Paris, Lemerre, 1881 (rééd. Genève, Slatkine, 1969).

Cholières N. de, Œuvres du seigneur de Cholières, éd. E. Tricotel, D. Jouaust, préface de P. Lacroix, t. I : Les Matinees, t. II : Les Apres Disnees, Paris, Librairie des Bibliophiles, 1879.

Cholières N. de, La Forest nuptiale. où est représentée une variété bigarrées […] de divers mariages selon qu’ils sont observez et pratiquez par plusieurs peuples et nations étrangères…, Paris, P. Bertault, 1600.

Cholières N. de, La Guerre des Masles contre les Femelles […] avec les Meslanges poetiques du Sieur de Cholières, Paris, P. Chevillot, 1588.

Conteurs italiens de la Renaissance, éd. A.-M. Gillet, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1993.

Du Bellay J., La Deffence et Illustration de la langue françoyse, éd. H. Chamard, Paris, STFM, 1997.

Du Fail N., Baliverneries d’Eutrapel, éd. G. Milin, Paris, Klincksieck, 1969.

Du Fail N., Contes et Discours d’Eutrapel, éd. C. Hippeau, Paris, Jouaust, 1875.

Érasme, Colloques, éd. et trad. E. Wolff, Paris, Imprimerie nationale, 1992.

Estienne R., Dictionnaire francois-latin, 1549.

Le Pogge, Un vieux doit-il se marier ?, traduit et commenté par V. Bruez, Paris, Les Belles Lettres, coll. « La Roue à livres », 1998.

Lucien, Les Œuvres de Lucian de Samosate Philosophe excellent, non moins utiles que plaisantes : traduites du Grec, par Filbert Bretin Aussonois, docteur en Medecine, Paris, Abel l’Angelier, 1583.

Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, éd. N. Cazauran, S. Lefèvre, Paris, Gallimard, 2000.

Plutarque, Les Œuvres morales et meslees de Plutarque, Translatees de Grec en François, reveuës et corrigees en ceste troisiéme edition en plusieurs passages par le Translateur, Paris, Michel de Vascosan, 1575.

Poissenot B., L’Esté, éd. G.-A. Pérouse, M. Simonin, Genève, Droz, 1995.

Rabelais F., Œuvres complètes, éd. M. Huchon, F. Moreau, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1994.

Tabourot E., Les Bigarrures du Seigneur des Accords, Livre I, éd. F. Goyet, Genève, Droz, 1986.

Tabourot E., Les Bigarrures du Seigneur des Accords, Livre IV, éd. G.-A. Pérouse, Paris, Honoré Champion, 2004.

Tahureau J., Les Dialogues, non moins profitables que facetieux, éd. M. Gauna, Paris/Genève, Droz, 1981.

Bibliographie secondaire : articles et ouvrages

Aulotte R., Amyot et Plutarque, La tradition des Moralia au XVIe siècle, Genève, Droz, 1965.

Précis de littérature française du XVIe siècle, éd. R. Aulotte, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

Bénouis M.K., Le dialogue philosophique dans la littérature française du XVIe siècle, La Haye/Paris, Mouton, 1976.

Bichard-Thomine M.-C., Noël Du Fail conteur, Paris, Honoré Champion, 2001.

Charpentier F. (dir.), Rabelais, actes de la journée d’étude du 20 octobre 1995 de l’université de Paris VII, CahiersTextuel, 15, 1996.

Dauphiné J., Mironneau P. (dir.), Rabelais. À propos du Tiers Livre, actes des troisièmes journées du Centre Jacques de Laprade tenues au Musée national du château de Pau, Biarritz, J & D Éditions, 1995.

Duval E.M., The Design of Rabelais’s Tiers Livre de Pantagruel, Genève, Droz, 1997.

Fanlo J.-R. (dir.), « D’une fantastique bigarrure ». Le texte composite à la Renaissance. Études offertes à André Tournon, Paris, Honoré Champion, 2000.

Godo E., Histoire de la conversation, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives littéraires », 2003.

Gray F., Rabelais et le comique du discontinu, Paris, Honoré Champion, 1994.

Hautcœur G., Thomine-Bichard M.-C., Tran-Gervat Y.-M., Brunel P., Franco B., Naissance du roman moderne. Rabelais, Tiers Livre. Cervantès, Don Quichotte. Sterne, Tristan Shandy, Neuilly, Atlande, coll. « Clefs concours », 2007.

Janier A., Les Serées (1584-1597-1598) du libraire-imprimeur poitevin Guillaume Bouchet (1514-1594), édition revue et préfacée par J.-C. Arnould, Paris, Honoré Champion, 2007.

Jeay M., Donner la parole. L’histoire-cadre dans les recueils de nouvelles des XVe et XVIe siècles, Montréal, CERES, 1992.

Jeanneret M., Des Mets et des mots. Banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, José Corti, 1987.

Jeanneret M., Le défi des signes. Rabelais et la crise de l’interprétation à la Renaissance, Paradigme, Orléans, 1994.

Kotler E. (dir.), Rabelais et le Tiers Livre, Paris, CNRS Éditions, 1996.

Kushner E., Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, 2004.

Lafond J., Stegmann A. (dir.), L’Automne de la Renaissance. 1580-1630, Paris, Vrin, 1981.

Lauvergnat-Gagnière C., Lucien de Samosate et le lucianisme en France au XVIe siècle : athéisme et polémique, Genève, Droz, 1988.

Lestringant F., Rieu J., Tarrete A., Littérature française du XVIe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 2000.

Margolin J.-C., « La présence d’Érasme dans le Tiers Livre de Rabelais », Les Cahiers du Centre Jacques de Laprade, III, 1995, p. 93-112.

Ménager D., Rabelais en toutes lettres, Paris, Bordas, 1989.

Morel J., La Renaissance, 1570-1624, Paris, Arthaud, 1973.

Mounier P., Le roman humaniste : un genre novateur français, 1532-1564, Paris, Honoré Champion, 2007.

Pérouse G.-A., Nouvelles françaises du XVIe siècle. Images de la vie du temps, Genève, Droz, 1977.

Philipot E., Noël Du Fail, gentilhomme breton, Paris, Honoré Champion, 1914.

Screech M.A., Rabelais et le mariage. Religion, morale et philosophie du rire, trad. A. Bridge, Genève, Droz, coll. « Études rabelaisiennes », vol. XXVIII, 1992.

Simonin M., L’encre et la lumière, Genève, Droz, 2004.

Vulcan R. (dir.), Renaissance. Humanisme. Réforme, 54 : « Le dialogue dans le récit de Thomas More à Honoré d’Urfé », juin 2002, introduction.

Zaercher V., Le Dialogue rabelaisien. Le Tiers Livre exemplaire, Genève, Droz, 2000.

Notes

1 E. Kushner, « Le dialogue de 1580 à 1630 », dans Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, coll. « Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 67, 2004, p. 88.

2 C’est dans ces années-là également que Chappuys offre au public ses Facétieuses Journées (1584), recueil de nouvelles à l’italienne.

3 On retrouve dans la prose des Bigarrures (qu’il s’agisse du livre I ou du livre IV) le mélange, typique des années 1580, de développements érudits (scientifiques ou moraux) et de narrations facétieuses, mais Étienne Tabourot des Accords ne recourt pas alors à la fiction dialoguée, comme il le fera dans ses Escraignes dijonnoises, de publication posthume (1592).

4 Les formules sont de Michel Jeanneret, dans « Le cadre et le miroir (sur quelques transformations du système narratif dans les recueils de nouvelles au XVIe siècle) », dans J.-R. Fanlo (dir.), « D’une fantastique bigarrure ». Le texte composite à la Renaissance, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 19 ; le critique souligne la tendance du genre narratif à l’amplification du récit porteur, selon deux modes : soit « les propos des interlocuteurs se dilatent » et l’on voit se dérouler des « conversations sans fin où se mêlent des anecdotes, des facéties, des exemples, des données documentaires, etc. C’est le genre du “recueil bigarré”, tel que le pratiquent Bouchet, Cholières, Du Fail. » Soit « le cadre s’agrandit, mais c’est pour raconter une histoire qui fonctionne comme un récit complet et autonome » ; c’est le cas dans Le Printemps de J. Yver (1572) et L’Esté de B. Poissenot.

5 Analyses auxquelles il convient d’ajouter les contributions, prononcées et publiées après l’écriture de cet article, au 28e colloque du Centre V.L. Saulnier : Contes et discours bigarrés, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, coll. « Cahiers V.L. Saulnier », no 28, 2011.

6 G.-A. Pérouse, Nouvelles françaises du XVIe siècle. Images de la vie d’un temps, Genève, Droz, 1977, p. 371 et 394.

7 M. Jeay, Donner la parole. L’histoire-cadre dans les recueils de nouvelles des XVIe et XVIIe siècles, Montréal, CERES, 1992, p. 207-209. La critique souligne d’autre part, à juste titre, que ce développement du rôle des devisants fait s’estomper les lignes de démarcation entre la nouvelle et l’essai, tandis que le roman « ne reste pas à l’écart de cette tendance. Hélisenne de Crenne, Herberay des Essarts et bien sûr Rabelais, nourrissent leur tissu narratif de dissertations parfois sous forme de dialogue. Le Tiers Livre est un dialogue autour d’une idée, le mariage ; Noël Du Fail, dans les Baliverneries et les Contes et Discours d’Eutrapel, donne toute la place aux entreparleurs et réduit les histoires à quelques lignes. » Je ne souscris pas toutefois à cette dernière remarque car le narratif est encore très présent chez Du Fail à la différence de ses contemporains Cholières et Bouchet.

8 R. Vulcan (dir.), Renaissance. Humanisme. Réforme, 54 : « Le dialogue dans le récit de Thomas More à Honoré d’Urfé », juin 2002, p. 13, « Introduction ».

9 M. Le Guern, « Sur le genre du dialogue », dans J. Lafond, A. Stegmann (dir.), L’Automne de la Renaissance. 1580-1630, Paris, Vrin, 1981, p. 142-143.

10 J. Morel, La Renaissance, 1570-1624, Paris, Arthaud, 1973, p. 102.

11 M.-C. Bichard-Thomine, Noël Du Fail conteur, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 11.

12 La remarque est d’E. Roybet, éditeur des Serées (édition citée en bibliographie), p. VI/p. 309.

13 P. Mounier, Le roman humaniste : un genre novateur en français, 1532-1564, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 287 ; l’auteur ajoute que « hormis par l’introduction d’unités verbales diverses, le lien entre ces œuvres et les romans – à part, toujours, pour le cas limite du Tiers Livre – est ténu. » Cette restriction concernant le Tiers Livre corrobore tout à fait notre hypothèse.

14 Les interlocuteurs des Matinées et des Apres Disnees ont un nom et se retrouvent souvent d’un chapitre à l’autre, ce n’est pas le cas dans les Serées où les propos ne sont pas forcément pris en charge par un personnage.

15 La mise sur le même plan des trois textes présente incontestablement des risques et masque leur singularité : chez Cholières, les échanges tiennent le plus souvent de la « dispute » médiévale ou du débat juridique : on oppose, sur telle ou telle question, des opinions divergentes et on aligne les arguments pro et contra. Les devisants de Bouchet, quant à eux, adoptent une posture d’ajout, d’amplification (on ajoute son grain de sel sur tel ou tel point, on l’illustre par une nouvelle anecdote ou référence érudite) sans qu’il y ait peu ou prou débat.

16 N. de Cholières, Matinées, dans Œuvres, éd. E. Tricotel, D. Jouaust, t. I, Paris, Librairie des Bibliophiles, 1879, p. 4.

17 V. Zaercher, Le Dialogue rabelaisien. Le Tiers Livre exemplaire, Genève, Droz, 2000, p. 181.

18 P. Mounier, Le roman humaniste…, op. cit., p. 372-383.

19 V. Zaercher ouvre son livre sur cette idée d’une surprise des lecteurs de 1546. On peut ajouter qu’aujourd’hui encore, le Tiers Livre est celui des romans de Rabelais qui déconcerte le plus son lectorat, y compris parmi les spécialistes du XVIe siècle.

20 J.-C. Margolin, « La présence d’Érasme dans le Tiers Livre de Rabelais », dans J. Dauphiné, P. Mironneau (dir.), Rabelais. À propos du Tiers Livre, actes des troisièmes journées du Centre Jacques de Laprade tenues au Musée national du château de Pau, Biarritz, J & D Éditions, 1995, p. 93-112.

21 Du Bellay, La Deffence et Illustration de la langue françoyse, livre II, ch. 12, éd. H. Chamard, Paris, STFM, 1997, p. 183.

22 Sur la présence de Lucien dans le Cymbalum mundi, voir M. Huchon, « Dialogue poétique et littérature mercurienne », dans F. Giacone (éd.), Le Cymbalum mundi, actes du colloque de Rome (3-6 novembre 2000), Genève, Droz, p. 187-200 ; O. Millet, « Le Cymbalum mundi et la tradition lucianique », dans F. Giacone (éd.), Le Cymbalum mundi, op. cit., p. 317-332.

23 Des traductions en français d’œuvres séparées avaient été publiées bien avant : en 1548 paraissent Le Menteur, dans une traduction de L. Meigret, et les Œuvres, dans une traduction de R. Estienne ; en 1572 paraît le Devis des Dieux, dans une traduction de J.-A. de Baïf.

24 La première édition est aussi suivie d’une seconde, chez le même imprimeur : Les Œuvres de Lucian de Samosate, philosophe excellent, non moins utiles que plaisantes, traduites du grec, par Filbert Bretin […] repurgées de parolles impudiques et profanes…, Paris, Abel l’Angelier, 1582 ; j’ai consulté l’édition de 1583. Je remercie Mireille Huchon, qui a attiré mon attention sur l’importance de cette traduction de Filbert Bretin.

25 Supposition qu’il convient de nuancer toutefois par le faible tirage de la première édition de 1581 (dont très peu d’exemplaires nous sont parvenus) ; l’édition connut des rééditions en 1582 et 1583. Voir C. Lauvergnat-Gagnière, Lucien de Samosate et le lucianisme en France au XVIe siècle : athéisme et polémique, Genève, Droz, 1988, p. 129.

26 F. Rabelais, Quart Livre, ch. 15, dans Œuvres complètes, éd. M. Huchon, F. Moreau, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1994, p. 575.

27 Parmi les travaux récents sur cet aspect, notons, outre les ouvrages de V. Zaercher et P. Mounier déjà cités, l’article d’E. Kotler, « La question du mariage de Panurge : une enquête sur les limites du dialogue », Cahiers Textuel, 15, 1996, p. 32-47 ; je fais un point rapide à ce sujet dans Naissance du roman moderne, Neuilly, Atlande, 2007, p. 97-100 (« Dialogismes, dialogues »).

28 D. Ménager, Rabelais en toutes lettres, Paris, Bordas, 1989, p. 33.

29 B. Sayhi-Périgot, « Le parti-pris anti-rhétorique de Rabelais dans le Tiers Livre », dans E. Kotler (dir.), Rabelais et le Tiers Livre, Paris, CNRS Éditions, 1996, p. 126-128.

30 La comparaison des trois titres est en effet révélatrice : La vie treshorrificque du grand Gargantua, pere de Pantagruel jadis composee par M. Alcofribas abstracteur de quinte essence (voir F. Rabelais, Œuvres complètes, éd. cit., p. 1) ; Pantagruel, roy des Dipsodes, restitué à son naturel, avec ses faicts et prouesses espoventables : composez par feu M. Alcofribas abstracteur de quinte essence (ibid., p. 209) ; Le Tiers Livre des faicts et dicts Heroïques du bon Pantagruel : Composé par M. Fran. Rabelais docteur en medicine (ibid., p. 339).

31 Au début du Timée (17a), Socrate s’inquiète en ces termes de l’absence d’un des convives : « Un, deux, trois, mais notre quatrième, mon cher Timée, celui qui faisait partie du groupe de ceux que j’avais invités au banquet que j’ai offert hier, et qui compte parmi ceux qui m’ont convié à ce banquet, où est-il ? » ; on notera que le banquet platonicien est avant tout un « banquet de mots » ; chez Rabelais en revanche, on mange « pour de vrai » mais les allusions au service et aux plats sont des plus sommaires : « Sus l’apport de la seconde table Panurge en parfonde reverence dist » (ch. 30, p. 445) ; lorsque Gargantua, brusquement ressuscité, fait irruption, il demande une chaise et à boire (ch. 35, p. 462).

32 M. Jeanneret, Des Mets et des mots. Banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, Corti, 1987, p. 181 ; selon le critique, « les Tiers et Quart Livres marquent une nette dégradation du thème alimentaire », et il met en lumière, dans le Tiers Livre, les « ratés » du banquet des sages : Bridoye est absent, Trouillogan répond à côté, Panurge est incapable de dialoguer ; « Rabelais, conclut-il, avait créé son univers dans une atmosphère de festins, voici qu’il le défait dans une série d’anti-festins ».

33 N. de Cholières, Matinées, éd. cit., p. 4.

34 M. Jeanneret, Le défi des signes. Rabelais et la crise de l’interprétation à la Renaissance, Orléans, Paradigme, p. 55.

35 P. Mounier, Le roman humaniste…, op. cit., p. 248.

36 Voir les analyses d’E. Duval, « Panurge, Perplexity and the Ironic Design of Rabelais’s Tiers Livre », Renaissance Quaterly, XXXV-3, automne 1982, p. 381-400, et de G. Demerson, Rabelais, Paris, Balland, 1986, p. 230-237. Ces analyses sont présentées par J. Céard dans l’introduction de son édition du Tiers Livre, Paris, Le Livre de poche, 1995, p. XLI-XLIV.

37 Voir F. Gray, Rabelais et le comique du discontinu, Paris, Honoré Champion, 1994, et la présentation que je fais de ses analyses dans Naissance du roman moderne, op. cit., p. 120-124.

38 M. Simonin, « Un conteur tenté par le savoir : Guillaume Bouchet correcteur de sa IIIe Serée », dans L’Encre et la lumière, Genève, Droz, 2004, p. 94-96.

39 Sur cette liberté et cette ouverture du dialogue, voir la mise au point de Jean Céard, dans R. Aulotte (dir.), Précis de littérature française du XVIe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 165 ; le critique souligne la diversité des sujets et des opinions exprimées, la liberté en matière de longueur et de nombre de personnages et conclut que « le dialogue apparaît comme la forme adéquate à l’examen d’une pensée qui répugne à se formuler systématiquement, étant soucieuse d’explorer ses incertitudes, de se dire dans sa diversité, si discordante qu’elle puisse être ».

40 Pantagruel, ch. 34, éd. cit., p. 336.

41 Sur Rabelais et le mariage, voir M.A. Screech, Rabelais et le mariage. Religion, morale et philosophie du rire, Genève, Droz, 1992.

42 N. Du Fail, Baliverneries d’Eutrapel, éd. G. Milin, Paris, Klincksieck, 1969, p. 7.

43 E. Philipot, Noël du Fail, gentilhomme breton, Paris, Honoré Champion, 1914, p. 406.

44 Contes et Discours d’Eutrapel, ch. 30, éd. C. Hippeau, Paris, Jouaust, 1875, p. 151 ; Tiers Livre, III, ch. 30 : « Comment Hippothadée Theologien donne conseil à Panurge sus l’entreprinse de mariage ». « Reste un petit scrupule à rompre. Petit, diz je, moins que rien. Seray point coqu ? » (ch. 30, éd. cit., p. 289) Le scrupule d’Eutrapel n’est pas du même ordre, cependant il rappelle une attitude de Panurge : Eutrapel demandant s’il y a des jours fastes ou néfastes pour conclure des fiançailles et épousailles, s’attire de la part de Polygame un blâme aussi vigoureux que celui qu’assène Pantagruel à Panurge lorsque ce dernier envisage de mettre quelques branches de laurier sous son oreiller avant de faire un songe (ch. 13, éd. cit., p. 139-141). On peut montrer aisément qu’Eutrapel, dans ces chapitres, reproduit par son attitude physique les atermoiements de Panurge face au mariage : « Ainsi Eutrapel, à ceste noble proposition de mariage, alloit d’un pied sur l’autre, alongeoit sa barbe, mettoit sa cape en deux ou trois sortes de replis, regardoit si son espée tenoit au fourreau » (ch. 29, éd. cit., p. 124).

45 Voir G.-A. Pérouse, Nouvelles françaises du XVIe siècle…, op. cit., p. 342-345.

46 Érasme, Colloques, éd. et trad. E. Wolff, vol. I, Paris, Imprimerie nationale, 1992, p. 421-436.

47 Ibid., vol. I, p. 200-216, 217-228 et 233-250.

48 L’un des traités les plus traduits en français de Plutarque est un discours adressé à deux fiancés : les Préceptes de Mariage traduictz des opuscules de Plutarque sont publiés en 1546, à Lyon, chez de Tournes à la suite de La Cure Familière de Sperone Speroni et avant le Dialogue de la dignité des Femmes du même Sperone Speroni. Le chapitre du Mariage dans le Théâtre du monde de Boaistuau, 1558 (voir livre second, éd. M. Simonin, Genève, Droz, 1981, p. 162-169, l. 1663-1962) puise aux mêmes sources et pourrait fournir également un élément de comparaison.

49 L’on peut se poser, bien sûr, la question de l’accès à cet opuscule, édité dans une plaquette de 30 pages folio in-8o et dont il existe plusieurs manuscrits (voir les indications de V. Bruez dans son édition, Paris, Les Belles Lettres, coll. « La Roue à livres », 1998). G.-A. Pérouse avait formulé l’hypothèse d’une influence du dialogue du Pogge sur un texte plus tardif, le dialogue que Benoît du Troncy ajoute au Formulaire fort recreatif de Bredin le Cocu (1590), où l’auteur débat du choix de vie d’un veuf : doit-il se remarier ou non ? (Nouvelles françaises du XVIe siècle…, op. cit., p. 416-418) ; l’édition récente (Bredin le Cocu, Formulaire fort recreatif, édition posthume de G.-A. Pérouse, complétée par M. Clément, M. Paquant et A. Tournon, Paris, Classiques Garnier, 2009) met en valeur la source qu’indique le texte, « Symonides, poëte et philosophe Grec », Colloque de l’origine et naturel des femmes, Auquel sont introduitz entreparleurs M. Jean Coquillard, M. Pierre Le Saige et M. Françoys Baudichon, tous troys notaires ruraulx au Royaume d’Utopie, p. 187.

50 Le Pogge s’est marié en 1436. Il publie sans doute la même année son dialogue.

51 Un vieux doit-il se marier ?, éd. cit., p. XXXIII, « Introduction ».

52 Tiers Livre, ch. 28 : « Comment Frere Jean reconforte Panurge sus le doubte de Coquage », éd. cit., p. 267 et 269.

53 Contes et Discours d’Eutrapel, ch. 29, éd. cit., p. 128.

54 Une thèse de doctorat est actuellement en cours sur cette question, celle de Nicolas Kiès, sous la direction de Frank Lestringant, à l’université Paris-Sorbonne.

55 E. Godot, Histoire de la conversation, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives littérairees », 2003, p. 42.

56 Pierre Laurens souligne le contexte de mort et d’« ensauvagement » avec lequel le cercle des devisants prend ses distances et propose un rapprochement éclairant avec la fresque du Campo Santo de Pise, Le Triomphe de la Mort, Boccace, Le Décaméron, trad. G. Clerico, Paris, Gallimard, 2006, p. 7-8, préface.

57 Matinées, éd. cit., p. 4 : « A Monseigneur, messire Louys de la Chambre ».

58 Ibid., p. 6. Le motif est repris, presque à l’identique, lorsque « l’autheur », dans son « Advertissement » conseille au « liseur » de « prendre tous les matins trois petits doigts » des Matinées pour se trouver « muni d’une souveraine opiate alencontre de l’air dangereux de ceste saison empestée » (p. 14).

59 Ibid., p. 9 : « Sonnet au seigneur de Cholières sur ses neuf Matinées ».

60 Ibid., p. 13-14 : « Advertissement de l’autheur au liseur ».

61 Le Décaméron, première journée, introduction, éd. cit., p. 56 ; L’Heptaméron, prologue, éd. N. Cazauran, S. Lefèvre, Paris, Gallimard, 2000, p. 62.

62 Sur cette question, voir notamment la mise au point d’Emmanuel Bury dans Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme (1580-1750), Paris, Presses universitaires de France, 1996, ch. I, p. 26-28.

63 J’ai consulté l’édition de 1575 ; toutes les références renvoient à cette édition.

64 Sous les titres Préceptes conjugaux ou Préceptes matrimoniaux, ce traité est le plus fréquemment traduit à l’époque, l’un des plus connus également, puisque ses préceptes se retrouvent aussi bien dans les ouvrages de morale familière d’Érasme (Colloquia, De matrimonio christiano) que dans les gloses du De legibus connubialibus de Tiraqueau.

65 Rabelais était lui-même grand lecteur de Plutarque, notamment des Préceptes matrimoniaux ; Hippothadée (Tiers Livre, ch. 30, éd. cit., p. 448) emprunte au 17e précepte la comparaison de l’épouse à un miroir fidèle, qu’avait reprise avant lui Érasme (Op. om., V, 674C). Cet opuscule avait été traduit par Jehan Lodé (édition en 1535, 1536 et 1545). Dans le chapitre suivant (ch. 31, éd. cit., p. 448), Rondibilis avance une thèse formulée dans les Symposiaca, III, V, 642d : « La concupiscence charnelle est refrenée par cinq moyens. » Depuis l’écriture de cet article ont vu le jour des travaux majeurs sur la question ; Romain Menini a montré l’importance dans l’œuvre de Rabelais des deux figures tutélaires que sont, pour le Chinonais, Lucien et Plutarque (Rabelais altérateur. « Graeciser en François », Paris, Classiques Garnier, 2014).

66 R. Aulotte, Amyot et Plutarque, Genève, Droz, 1965, p. 13 : « Quelques traités reproduisent des causeries philosophiques ou littéraires ; d’autres tiennent de la dissertation véritable ; d’autres encore se présentent sous forme de lettres ; une quinzaine, enfin, sont des dialogues plus ou moins fictifs. »

67 M. Simonin, « Un conteur tenté par le savoir… », art. cit.

68 La remarque est d’E. Kotler dans l’article déjà cité des Cahiers Textuel.

69 Chez Plutarque, le même type de question est posé au beau milieu du traité sur le mariage : « Un gentilhomme Romain aiant espousé une belle, riche, et honeste jeune Dame, la repudia : dequoy tous ses amis le reprirent, et tanserent bien asprement : et luy, tendant le pied leur monstra son soulier, leur demandant, Que luy faut-il ? n’est-il pas beau ? n’est-il pas tout neuf ? et toutesfois il n’y a celuy de vous qui sçache l’endroit où il me presse, et me blece. Voyla pourquoy il ne faut point qu’une femme se confie ny en ses biens, ny en la noblesse de sa race, ny en sa beauté, mais en ce qui touche de plus pres au cœur de son mary, c’est à dire, en son entretien, en ses meurs, et en sa conversation, donnant ordre que toutes ces choses ne soient point dures, fascheuses ny ennuyeuses par chascun jour à son mary, ains plaisantes, agreables et accordantes à ses conditions » (Préceptes de Mariage, p. 147). Toute la suite du développement tourne autour de cette question de la beauté et de l’honnêteté.

70 Contes et Discours d’Eutrapel, 29, éd. cit., p. 127-128.

71 Tiers Livre, ch. 24, éd. cit., p. 233.

72 Ibid., p. 377.

73 Pour la raison aussi que Cholières et Bouchet n’ont rien écrit avant les recueils qui nous intéressent, ce qui n’est pas le cas de Du Fail dont l’œuvre narrative s’étend sur quarante années de composition.

74 Contes et Discours d’Eutrapel, 20, éd. cit., p. 17.

75 Je remercie Philippe Guérin et Francesco Tateo pour cette suggestion ; un extrait du IXe livre des Intercenales, « Naufrage », est proposé dans Conteurs italiens de la Renaissance, éd. A.-M. Gillet, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1993, p. 85-92.

Auteur

Université Paris-Sorbonne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540