Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

II. Polymorphisme dialogique, frontières, hybridations

Polyperspectivisme et structure fictionnelle dans Los Col·loquis de Tortosa (1557) de Cristòfol Despuig1

Josep Solervicens

Texte intégral

  • 1 Cet article fait partie du projet de recherche Mimesis. El pensamiento literario en el ámbito catal (...)
  • 2 Los Col·loquis sont conservés dans un manuscrit du XVIIIe siècle (B. 20 de l’Arxiu històric de la c (...)

1Los col·loquis de tortosa de Cristòfol Despuig2, un dialogue plurithématique écrit en catalan en 1557, proposent une réflexion critique sur la réalité de leur époque à partir de quelques éléments caractéristiques des dialogues de la Renaissance : l’articulation des opinions, le polyperspectivisme ou encore la construction d’une trame fictionnelle qui imite les procédés intrinsèques d’une conversation spontanée et qui structure les réflexions. Nous nous proposons de montrer dans le présent article comment l’œuvre de Cristòfol Despuig met en valeur ces éléments essentiels du fonctionnement dialogique.

LE POLYPERSPECTIVISME

  • 3 B. Häsner, « Der Dialog : Strukturelemente einer Gattung zwischen Fiktion und Theoriebildung », dan (...)
  • 4 « Positum sit igitur illud nobis ac constitutum, qui notitia ac cognitione comprehensum aliquid hab (...)
  • 5 T. Tasso, Dell’arte del dialogo [1585], dans Prose. La letteratura italiana, a cura di E. Mazzali, (...)

2Les interlocuteurs du dialogue sont trois personnages vraisemblables : Lívio (ou Lúcio dans un des manuscrits qui nous sont parvenus), un chevalier cultivé de Tortosa, cosmopolite, inquiet, audacieux et ironique ; Fàbio, un citoyen en charge du gouvernement de la cité de Tortosa qui se singularise par ses connaissances pratiques, son traditionalisme, sa dévotion et son conformisme ; et don Pedro, enfin, un chevalier valencien érudit, pondéré et diplomate, qui fait escale à Tortosa avant de reprendre son chemin en direction de Barcelone. Tous trois maintiennent une relation d’égalité (ou d’« horizontalité » pour reprendre la terminologie employée par Bernd Häsner3) et n’abordent pas de questions d’ordre universel sur lesquelles on peut avoir des certitudes, mais évoquent plutôt des réalités concrètes qui laissent place à la discussion. Carlo Sigonio est d’avis que si l’on a une quelconque certitude sur un sujet, il est préférable d’écrire un traité et de réserver le dialogue aux connaissances fragiles et hésitantes qui reposent sur l’opinion4. Bien souvent, les dialogues de la Renaissance ne répondent pas à cette exigence, mais ceux qui s’y plient sont, en revanche, qualitativement plus intéressants, « meritano lode maggiore » selon la formule de Torquato Tasso5, et, plus important encore, reprennent les procédés spécifiques du dialogue de la Renaissance.

3L’œuvre de Cristòfol Despuig se meut selon ces paramètres qualitativement louables, dont on peut dire qu’ils sont propres à la Renaissance. Bien que les informations historiques servent de fondement à la construction de l’argumentation, les sujets de réflexion s’articulent davantage autour de la réalité contemporaine des interlocuteurs : la situation de la langue catalane, la place de la Couronne d’Aragon dans la monarchie espagnole, la politique ecclésiastique, les conflits entre les différentes classes sociales et la faune et la flore des terres baignées par l’Èbre.

4Or, les interlocuteurs ne retracent pas l’histoire de la langue catalane mais parlent plutôt de la situation du catalan au XVIe siècle et évoquent sa perte de prestige, l’introduction progressive du castillan dans les milieux nobles et l’utilisation de différents vocables (limousin, catalan, valencien) pour désigner la même langue. De même, ils ne refont pas l’histoire de la Catalogne mais abordent le problème de la situation de la Couronne d’Aragon dans l’Espagne de leur temps en recourant à des arguments historiques pour montrer la différence entre la réalité de droit (le « pactisme ») et la réalité de fait (la progressive subordination de la Couronne d’Aragon à celle de Castille). Ils ne réfléchissent pas non plus à des questions d’ordre spirituel mais soulignent les contradictions que suppose la concentration des pouvoirs temporel et spirituel en la seule personne du pape. Ils évoquent également la guerre opposant l’Espagne et les États pontificaux au sujet du contrôle de Naples, l’attitude peu charitable de l’évêque de Tortosa ainsi que la croyance dans les miracles et les reliques. Ils ne détaillent pas non plus l’organisation sociale de la Catalogne du XVIe siècle mais font référence à un ensemble de questions épineuses sur la relation entre les nobles, les citoyens et les marchands (le fait par exemple qu’un noble ait le droit de s’adonner aux affaires, que les marchands prétendent donner à leurs insignes la même valeur que les armoiries des nobles ; ils s’interrogent aussi sur le type d’éducation que doivent recevoir les jeunes aristocrates et les humbles fils de commerçants, etc.). Enfin, en ce qui concerne la faune et la flore des rives de l’Èbre, ils ne se contentent d’en faire un inventaire mais questionnent aussi le manque d’initiative pour tirer profit des ressources qu’elles offrent (le fait que les mines ne soient pas suffisamment exploitées, qu’aucune forge n’ait été construite et que les intérêts particuliers empêchent l’achèvement de la construction du barrage), car selon Lívio, le patriciat urbain contrôle le gouvernement de la municipalité sans partage, ne cherche que des bénéfices à court terme et néglige d’entreprendre des réformes d’envergure.

5Ce sont là des thèmes sur lesquels on ne peut émettre que des opinions et qui ne donnent pas lieu à l’expression de certitudes absolues. Les interlocuteurs assortissent leurs contributions d’expressions telles que « donar opinió », « creure », « tenir a bé », « estar en (une certaine chose) », « dir un parer » ou « donar raons ». Cette horizontalité communicative se trouve parfaitement exposée dans le quatrième colloque :

  • 6 « Lívio. – […] ans yo estich en assò, que confiat de vòstron bon enteniment y de la forsa que porta (...)

Lívio. – […] je dirais même plus, je suis entièrement d’accord, confiant dans votre bon jugement et dans les raisons qu’apporteront mes considérations ultérieures, je parviendrai, si vous consentez à m’écouter, à vous faire admettre que mon opinion à ce propos est correcte.
Don Pedro. – Monsieur, nous vous offrons la possibilité de dire ce qui vous semblera nécessaire à ce propos, à condition que vous nous laissiez croire ce qui nous semble juste.
Lívio. – Qu’il en soit ainsi pour que la discussion soit équitable.6

  • 7 Cf. L.M. Batkin, Gli umanisti italiani. Stile di vita e di pensiero, Roma/Bari, Editori Laterza, 19 (...)

6Cependant, les interlocuteurs ne partagent pas toujours la même opinion et c’est dans la richesse des nuances qu’apporte la confrontation des différents points de vue des interlocuteurs qu’apparaît une autre spécificité du dialogue de la Renaissance : le polyperspectivisme7.

  • 8 C. Despuig, Los Col·loquis…, op. cit., p. 63.
  • 9 Par exemple, E. Duran, « Introducció », dans C. Despuig, Los Col·loquis…, op. cit., p. 23.

7Dans le premier colloque, la proposition que fait Lívio pour freiner l’introduction progressive du castillan, qui consiste à faire en sorte que les nobles ne parlent pas le castillan dès lors qu’ils se trouvent en Catalogne ou dans le Royaume de Valence, est nuancée par le scepticisme de Fàbio qui considère « per imposible lo remey y per ço per supèrflua la conciderasió que diuen, senyor don Pedro, y ja més supèrfluo lo comprès y lo cap ; totavia he pres molt plaer en què així se sia esforsada la llengua nostra » (« je considère comme impossible ce remède et donc superflue votre considération, c’est pour cela que je pense qu’il est inutile de s’inquiéter à ce sujet, Don Pedro, et plus inutile encore après ce que nous avons déjà dit, bien qu’il me plaise d’entendre combien notre langue a combattu8 »). On a souvent cru, à ce sujet, que Cristòfol Despuig pensait comme Lívio et ne prêtait aucune attention aux arguments de Fàbio9. Mais en laissant de côté les considérations sur la pensée extratextuelle de l’auteur et en se concentrant exclusivement sur le texte lui-même, on s’aperçoit que Fàbio ne s’oppose pas radicalement à l’opinion de Lívio, mais se contente plutôt de nuancer son optimisme. En dernière instance, aucun des deux avis ne parvient à s’imposer. L’auteur envisage tous les possibles pour que le lecteur parvienne à une position syncrétique et il semblerait que ce soit là la clé pour comprendre cet extrait, car c’est du jeu ingénieux entre un interlocuteur qui croit avoir trouvé la solution et un autre qui pense que le combat est perdu d’avance que surgit la richesse des nuances et des doutes que le texte est capable de transmettre.

8Ces subtilités se retrouvent également dans la controverse au sujet de la croyance dans les miracles et les reliques telle qu’elle apparaît dans le premier colloque. Après que Lívio a expliqué à quel point la croyance aux miracles pouvait nuire à la réputation d’un personnage de renom, Fàbio raconte l’histoire complète d’un miracle et apporte au récit traditionnel toute une série de modifications pour encourager le patriotisme local. Le chevalier don Pedro, quant à lui, aime entendre les récits de miracles divins qu’il considère comme une « cosa meravellosa » (c’est-à-dire « admirable »). La nécessité de mettre en doute la véracité des miracles (Lívio), de garder les apparences et de respecter les opinions établies (don Pedro) et de mettre de l’emphase sur un récit miraculeux dans le seul intérêt d’exalter le patriotisme local (Fàbio) engendre une réflexion plus complexe qui n’est autre que celle que le dialogue parvient à transmettre. Cette dernière se situe entre le rationalisme et l’envie de ne perdre aucune occasion de glorifier Tortosa tout en ne renonçant, sous aucun prétexte, aux dignités publiques, en transigeant ainsi avec les opinions établies.

  • 10 C’est un aspect qui identifie le dialogue de la Renaissance, non parce qu’il est le plus fréquent m (...)

9Dans les deux cas, entre les opinions de Lívio et de Fàbio, le troisième interlocuteur, don Pedro, remplit une fonction stratégique en renforçant ou en atténuant les avis des deux autres personnages. Pour ce qui est de la question linguistique, le chevalier, originaire du Royaume de Valence, qui disait au début du dialogue que la Catalogne était « nostra pàtria » et qui considérait que la langue parlée à Valence « de Cathalunya la tenim », souscrit à l’opinion de Lívio : « No estich mal ab lo que diu, que sert ya comensa de passar la ralla aquestabús » (« Je suis bien d’accord avec vous, cet abus [l’introduction du castillan parmi la noblesse catalane] commence à devenir insupportable »). Mais, prudent et diplomate comme il l’est, il le contredit et donne raison au très dévot et conservateur Fàbio lorsque Lívio expose ses propositions audacieuses concernant la politique ecclésiastique. L’excentricité des réflexions de Lívio sur les biens temporels de l’Église ou sur l’instrumentalisation de la foi à des fins matérielles imposent d’elles-mêmes de recourir à un double mécanisme d’atténuation. Cela étant, le fait que deux interlocuteurs soient en faveur d’une même opinion n’empêche pas la formulation de l’autre opinion et, en définitive, aucune des deux options ne prévaut sur l’autre et la question reste en suspens. C’est-à-dire qu’il n’y a aucune instance extérieure qui donne raison ou contredise les interlocuteurs et aucun d’eux ne renonce à sa position10.

10Il faut donc en conclure qu’il n’est pas possible de lire le dialogue en ne prenant en compte que les idées de Lívio et en considérant les autres comme une suite de réflexions sans intérêt, car le dialogue de la Renaissance ne suit pas le schéma pro et contra du dialogue médiéval, mais repose sur un socle partagé qui permet le syncrétisme. Je crois que l’on peut mettre cette façon de procéder en relation avec un élément distinctif de la conception épistémologique de la Renaissance, à savoir le polyperspectivisme qui est la capacité à composer avec des positions culturelles différentes et à les présenter comme interdépendantes, complémentaires et nécessaires pour parvenir à une sorte de solution synthétique dans la mesure où elles font partie d’une seule et même vérité.

STRUCTURE FICTIONNELLE

  • 11 « Amabo ne assideamus, sed deambulantes colloquamur, quae fuerit collibitum » (« Ne nous asseyons p (...)

11Les élégantes controverses des trois interlocuteurs se déroulent en milieu urbain, dans la ville de Tortosa : dans ses rues, sur les rives de l’Èbre, dans la cathédrale. Les interlocuteurs parlent et marchent en même temps et, ce faisant, ils aperçoivent différentes choses, sont surpris, font des associations d’idées. Pour le lecteur, la perception de cet univers fictionnel n’est possible que grâce aux indications fournies par les interlocuteurs dont on pourrait dire qu’elles sont des « didascalies intradialogiques ». Eux-mêmes font explicitement référence à la double action de marcher et de parler : « Y ab assò anem-nos-en al pont, que bé podem parlar anant, y allí exirem a l’ample » (« Et, donc, partons vers le pont, car nous pouvons parler tout en marchant et nous serons à l’air libre »). Cette expression « parler tout en marchant » n’est pas sans rappeler celle utilisée dans le 22e micro-dialogue, Ledes ludi, du Linguae latinae exercitio (1539) de Vives : « deambulantes colloquiamur11 » et l’itinéraire dans la Valence du XVIe siècle que trace Vives dans ce micro-dialogue ressemble, à s’y méprendre, à celui entrepris par les interlocuteurs dans la ville de Tortosa, à la différence près que Vives se sert de la fiction pour familiariser ses lecteurs avec le vocabulaire latin et non pas (comme cela est le cas de Despuig) pour fournir un point de départ à la réflexion. Quoi qu’il en soit, Despuig va plus loin dans le processus d’expression d’une réalité urbaine en constante mutation.

12Plus que décrit, l’univers urbain est suggéré à partir des salutations marquant la présence ou l’absence de personnages, à partir d’indications topographiques précises des endroits où passent les trois interlocuteurs ou de ceux vers lesquels ils se dirigent, ce à quoi on pourrait ajouter les allusions ponctuelles relatives à l’apparence, aux vêtements et aux gestes des gens qu’ils croisent. Les interlocuteurs font part des impressions visuelles que leur procurent les personnages dynamiques qui flânent ou négocient dans les rues de Tortosa : « Aquell mercader ab qui parlàveu, senyor don Pedro, par que està. lli aguardant » (« Le commerçant avec qui vous avez parlé, Don Pedro, semble vous attendre ») ou « estos cavallers que venen acostant-se devers nosaltres, crech que hauran conegut al senyor don Pedro y vindran a fer-li cortesia » (« ces chevaliers qui viennent vers nous, je pense qu’ils ont connu Don Pedro et viennent lui rendre hommage »). Ils recréent ainsi, grâce aux mots, le phénomène typiquement urbain que l’on appellera au XIXe siècle la foule : « Y ara és tart y estan assi en lo punt ahont hi ha molt gran concurs de gent » (« Maintenant il est tard et nous sommes ici sur le pont, où il y a beaucoup de gens).

13L’ouverture du dialogue en est déjà une preuve : Lívio et Fàbio font part de tous leurs doutes concernant l’identification d’un personnage qui marche vers eux dans la rue ; il s’agit de quelqu’un que les interlocuteurs ne s’attendaient pas à trouver à Tortosa, à savoir le Valencien don Pedro :

  • 12 « Lívio. – Senyor Fàbio, o la vista me engana o és aquell cavaller que allí està parlant ab lo merc (...)

Lívio. – Sieur Fàbio, ou mes yeux me trahissent ou cet homme là-bas qui parle avec le marchand est notre ami don Pedro ; mais comment se fait-il qu’il ait pu descendre ailleurs que dans ma maison qu’il considère pourtant comme la sienne ? Oui, c’est bien lui, vraiment, car il rit de mon émerveillement et car il s’approche ainsi de nous.
Fàbio. – C’est lui, cela ne fait aucun doute ; j’avais bel et bien reconnu à sa taille et à son allure qu’il était valencien, mais je ne pensais pas qu’il s’agissait de don Pedro.12

14Lúcio rapporte de façon détaillée tout le processus mental qui lui a permis de reconnaître don Pedro. La première fois qu’il le voit, la façon dont il parvient à identifier son statut social (« cavaller »), son origine (« Valencià »), puis le doute sur le point de savoir s’il l’est vraiment ou non, l’immédiate rationalisation de sa vision – comment se fait-il qu’il ait pu venir à Tortosa sans le prévenir ? – et la reconnaissance enfin, car pendant qu’il y réfléchit tout en marchant, ils se sont rapprochés l’un de l’autre jusqu’à parvenir chacun dans le champ de vision de l’autre, ce qui rend la perception visuelle irréfutable. La sensation de mouvement est donc essentielle pour comprendre ce passage, mais aussi l’œuvre dans son ensemble.

  • 13 Ibid., p. 68.
  • 14 Ibid., p. 152-153.

15Les observations des interlocuteurs contribuent également à créer, en diverses occasions, l’illusion d’une conversation réelle et intime. Ainsi, dans le premier colloque, don Pedro rassure Lívio en lui disant ceci : « Bé’m par a mi que’n podeu parlar sense escrúpol de consciència, majorment assí entre nosaltres, que tot lo que· s dirà serà com si dit no fos » (« Je pense que vous pouvez parler sans scrupules, a fortiori ainsi, entre nous, tout ce qui se dira sera comme si cela n’avait pas été dit ») ; ce à quoi Lívio répond : « Cert és que yo no he de parlar sinó coses que yo pense que bonament puch parlar, mas ni aquelles per ésser cosa del papa les aclararia sinó presuposat que assí entre nosaltres será, com aveu dit, com si dit no fos » (« Je ne vais certainement pas dire des choses que je ne pense pas avoir le droit de dire, et je ne dirais rien sur le pape, sauf si cela devait rester entre nous trois et que, comme vous le dites, cela n’aille pas plus loin13 »). Et dans le quatrième colloque, c’est don Pedro qui soulève de nouveau le problème : « Majorment que entre nosaltres tota cosa pot pasar […] y per ço la libertat és dilatada o ampliada » (« Entre nous tout est acceptable […] et c’est pourquoi notre liberté de parole est accrue et augmentée14 »). Nous sommes en présence d’une mise en scène de la complicité qui les réunit et des secrets de leur conversation.

  • 15 A. Vian Herrero, « La ficción conversacional en el diálogo renacentista », Edad de Oro, VII, 1988, (...)

16Cette impression de partager les secrets de trois personnages réels est renforcée par une série de tournures familières et relâchées qui donnent l’impression d’une conversation spontanée, pleine de traits d’esprit, de digressions (sur les auberges mal famées à l’extérieur des remparts, l’apparition d’esprits chez Monsieur Marrades, les bienfaits du sport, etc.), ainsi que le recours à un style et à des registres propres à une conversation quotidienne (utilisation du registre familier, de proverbes, de diminutifs, utilisation d’interjections, d’exclamations, d’une syntaxe essentiellement parlée, faite de redondances et d’ellipses, etc.), le tout offrant les caractéristiques essentielles du dialogue de la Renaissance telles qu’elles ont été mises en valeur par Ana Vian Herrero15.

17Pour terminer, je m’arrêterai sur un autre des procédés qui contribuent à créer l’illusion d’assister à une conversation spontanée : les associations d’idées des interlocuteurs, autre aspect central pour la compréhension de la structure de ce dialogue.

18Si le lecteur cherche des informations précises et ponctuelles dans Los Col·loquis de Cristòfol Despuig et prétend se servir de ce dialogue comme s’il s’agissait d’un traité, il sera facilement surpris par le désordre thématique. Les interlocuteurs commencent à discuter d’un sujet, s’en désintéressant momentanément, en abordent un autre, puis reviennent au premier et, avant d’y mettre un point final, en évoquent un troisième sans aucun ordre logique apparent. Pourtant, rester sur cette impression serait une erreur car, en fait, une des grandes réussites de ce dialogue réside précisément dans sa structure.

  • 16 Cf. J. Solervicens, El diàleg renaixentista : Joan Lluís Vives, Cristòfor Despuig, Lluís del Milà, (...)

19L’aventure citadine des trois interlocuteurs ne consiste pas en une suite d’anecdotes banales, mais contribue à créer une trame fictionnelle urbaine qui traverse tout le dialogue et qui explique, justifie et structure ses argumentations. Les seize scènes qui configurent la trame créent une action continue qui dure deux jours, c’est-à-dire depuis l’arrivée inattendue de don Pedro à Tortosa jusqu’au moment où il reprend son chemin en direction de Barcelone16.

20L’axe structurant des réflexions se trouve dans l’aventure citadine des trois interlocuteurs qui déambulent dans les rues de Tortosa et qui relient leurs sujets de réflexion aussi bien à ce qu’ils perçoivent de la réalité qu’à leurs péripéties personnelles. Le premier sujet du dialogue, à savoir la situation du catalan dans le royaume de Valence et, par extension, dans toute la zone linguistique, est déterminé par la présence inattendue d’un Valencien en Catalogne. La joie que lui procure son retour dans « la nostra pàtria antiga » ouvre le débat. Dans la plupart des dialogues, la fiction initiale joue généralement le rôle d’introduction. Mais dans Los Col·loquis de Tortosa, une fois la situation linguistique débattue, Fàbio parle par conjectures d’un personnage qui passe dans la rue, un marchand, et don Pedro explique qu’il avait lui aussi, il y a peu, négocié un crédit avec cet homme. Ainsi retournons-nous à la composante représentative et c’est don Pedro qui est, une fois de plus, chargé d’introduire un nouveau sujet de discussion : les relations entre chevaliers et marchands. En d’autres termes, le passage du premier au deuxième sujet de conversation ne se produit pas par une dérivation des arguments, mais par l’intermédiaire de l’aventure urbaine des interlocuteurs. Plus loin dans le texte, l’arrivée dans la cathédrale de Tortosa introduit l’énoncé des critiques dirigées contre l’évêque, accusé de ne pas suffisamment collaborer à la construction de la cathédrale. Et, toujours dans la cathédrale, la vision des ruines d’une ancienne église du XIIe siècle oriente la discussion sur la croyance dans les reliques : une relique est à la fois le vestige d’une chose passée (les ruines de l’église qu’ils ont sous les yeux), et les restes du corps ou des vêtements d’un saint (le sujet de réflexion intellectuelle).

21De façon tout à fait similaire, les commentaires gastronomiques après un bon repas permettent d’exposer le changement de sens de l’expression « par que sia taula de Barcelona » (désignant à l’origine l’opulence et la générosité, elle en est venue à pointer la pingrerie), qui sera prétexte à une réflexion sur l’occultation et l’interprétation tendancieuse de l’histoire par les chroniqueurs royaux. Lorsqu’ils voient « estos cavallers que venen acostant-se devers nosaltres » (« ces chevaliers qui s’approchent de nous ») et lorsqu’ils leur parlent, la réflexion s’oriente vers le thème des privilèges et des libertés que Ramon Berenguer IV a accordés aux chevaliers ayant pris part à la reconquête de Tortosa et lorsque les interlocuteurs décident de rendre visite à « donya Juana », ils parlent de la légende des courageuses femmes de Tortosa et de la place de la femme dans cette même ville.

22Les améliorations urbaines qu’ils découvrent sur leur chemin les invitent à réfléchir à la nécessité de les conserver intactes grâce à une bonne éducation. Quand leur promenade les mène vers le pont des barques, au bord de l’Èbre, les interlocuteurs s’arrêtent pour lire la nouvelle épigramme qui commémore l’édifice, où apparaît le nom latin de la ville, « Dertosa », ce qui donne lieu à une réflexion sur les vestiges classiques que la ville a pu conserver. Enfin, au cours de leur excursion fluviale, les trois interlocuteurs font la description des ressources naturelles des Terres de l’Èbre.

  • 17 P. Burke, « The Renaissance Dialogue », Renaissance Studies, vol. 3, 1, mars 1989, p. 12.

23C’est en cela que consiste l’originalité de la structure du dialogue qui prétend imiter les associations d’idées qui se produisent dans les conversations quotidiennes. Despuig semble faire sienne la devise aristotélicienne « nihil est in intellectu nisi prius fuerit in sensu » et l’apparente désorganisation du composant argumentatif n’est rien d’autre qu’une subordination au composant représentatif pour simuler une conversation réelle, une nouvelle « literary sophistication » des dialogues de la Renaissance17.

24L’articulation des opinions, le polyperspectivisme, la construction d’une trame fictionnelle consistante et la structure originale des réflexions font de Los Col·loquis de Despuig un texte qui mérite d’être pris en considération dans une réflexion sur le dialogue de la Renaissance. Les questions soulevées au cours de cette intervention prétendent insister sur le fait que prendre en compte la formulation littéraire d’un dialogue ne permet pas seulement de mettre en valeur les « aspects artistiques » du texte, mais également de déterminer son statut d’œuvre de fiction et, par conséquent, de trouver la clé pour en comprendre le sens.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Textes littéraires

Despuig C., Los Col·loquis de la insigne ciutat de Tortosa, éd. E. Duran, Barcelona, Ed. Curial, 1981.

Despuig C., Los Col·loquis de la insigne ciutat de Tortosa, éd. E. Duran, J. Solervicens, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2011.

Despuig C., Dialogues. A Catalan Renaissance Colloquy, introduction by E. Querol and J. Solervicens, translation by H. Ettinghausen, London, Tamesis, 2014.

Renaixement a la carta, éd. E. Querol, J. Solervicens, Barcelona, Universitat de Barcelona, Eumo Editorial, 1996.

Sigonio C., Del dialogo [1562], a cura di F. Pignatti, prefazione di G. Patrizi, Roma, Bulzoni, 1993.

Tasso T., Dell’arte del dialogo [1585], dans Prose. La letteratura italiana, a cura di E. Mazzali, Milano/Napoli, Ricciardi, 1959.

Études

Batkin L.M., Gli umanisti italiani. Stile di vita e di pensiero, Roma/Bari, Editori Laterza, 1990.

Burke P., « The Renaissance Dialogue », Renaissance Studies, vol. 3, 1, mars 1989, p. 1-12.

Duran E., « Introducció », dans C. Despuig, Los Col·loquis de la insigne ciutat de Tortosa, Barcelona, Ed. Curial, 1981, p. 11-47.

Ferreras J., « Le dialogue humaniste espagnol ou comment écrire la modernité (entre mimesis et rhétorique) », dans A.-M. Chabrolle-Cerretini, V. Zaercher (dir.), Dialogue et intertextualité, Nancy, Université de Nancy, 2005, p. 77-96.

Häsner B., « Der Dialog : Strukturelemente einer Gattung zwischen Fiktion und Theoriebildung », dans K.W. Hempfer (dir.), Poetik des Dialogs. Aktuelle Theorie und rinascimentales Selbstverständnis, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2004, p. 13-65.

Hempfer K.W., « Il concetto di Rinascimento e la “svolta epistemologica” », dans Testi e contesti. Saggi post-erme-neutici sul Cinquecento, Napoli, Liguori Editore, 1998, p. 1-44.

Querol E., Estudis sobre cultura literària a Tortosa a l’edat moderna, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2006.

Solervicens J., El diàleg renaixentista : Joan Lluís Vives, Cristòfor Despuig, Lluís del Milà, Antoni Agusti, Montserrat, Publicacions de l’abadia de Montserrat, 1997.

Solervicens J., « Ficcion y argumentación en los diálogos renacentistas de Vives, Despuig y Milán », dans R. Friedlein (dir.), Der Renaissancedialog auf der Iberischen Halbinsel, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005, p. 12-50.

Vian Herrero A., « La ficción conversacional en el diálogo renacentista », Edad de Oro, VII, 1988, p. 173-186.

Notes

1 Cet article fait partie du projet de recherche Mimesis. El pensamiento literario en el ámbito catalán durante la edad moderna de l’université de Barcelone (http://stel.ub.edu/mimesi/, consulté le 13 août 2014). Je remercie Mathias Ledroit pour son efficace relecture.

2 Los Col·loquis sont conservés dans un manuscrit du XVIIIe siècle (B. 20 de l’Arxiu històric de la ciutat de Barcelona) et fragmentairement dans diverses copies manuscrites, la plus ancienne, de 1623, conservée dans le ms. Baluze 239 de la Bibliothèque nationale de France. En 1877, le jésuite Fidel Fita a publié pour la première fois le dialogue, à partir d’une version manuscrite non conservée. Il en existe une édition contemporaine, publiée par Eulàlia Duran (Barcelona, Ed. Curial, 1981). Il existe déjà une édition critique du dialogue, publiée par Enric Querol et Josep Solervicens (Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2011), et une traduction en anglais, par Henry Ettinghausen (London, Tamesis, 2014). Sur l’auteur, voir E. Querol, Estudis sobre cultura literària a Tortosa a l’edat moderna, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2006, p. 117-155.

3 B. Häsner, « Der Dialog : Strukturelemente einer Gattung zwischen Fiktion und Theoriebildung », dans K.W. Hempfer (dir.), Poetik des Dialogs. Aktuelle Theorie und rinascimentales Selbstverständnis, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2004, p. 13-65.

4 « Positum sit igitur illud nobis ac constitutum, qui notitia ac cognitione comprehensum aliquid habent, eos illius rei aut scientia aut opinione aut errore quodam imbutas mentes habere […] ; siquidem scientia res eas complectimur quae aliter esse nequeunt, opinione vero eas quae evenire ac non evenire possunt ; in utroque autem genere labi errore propter inscitiam possumus. Ex quo concluditur constantem ac perpetuam quandam notitiam esse, quae scientia comparatur, caducam vero atque instabilem, quae opinione […]. Itaque hoc potissimum philosophus a dialectico differre putatur, quod ille perpetuam aeternamque materiam quam tractet propositam habeat, hic quancunque ; ille rationibus necessariis, hic probabilibus ; ille a sola rei natura aut iis quae illam necessario consequuntur, hic et hinc et undecunque argumenta et quidem non ad constituendam scientiam sed ad inferendam opinionem eliciat. Opinio autem duplex est : una quae dialectici opera paritur, altera quae oratoris, quae quidem peculiari ac praecipuo nomine fides appellatur » (C. Sigonio, Del dialogo, a cura di F. Pignatti, prefazione di G. Patrizi, Roma, Bulzoni, 1993, p. 214-216).

5 T. Tasso, Dell’arte del dialogo [1585], dans Prose. La letteratura italiana, a cura di E. Mazzali, Milano/Napoli, Ricciardi, 1959, p. 341.

6 « Lívio. – […] ans yo estich en assò, que confiat de vòstron bon enteniment y de la forsa que portaran mes rahons, espere, si ohir-me voleu, que· s faré aderir a crèurer que la opinió mia aserca de assò és bona. Don Pedro. – Senyor, nosaltres vos donam llicència que digau lo que vos pareixerà ab que també nos doneu llicència que nosaltres ne cregam lo que· ns pareixerà. Lívio. – Sia així, que lo partit és igual » (C. Despuig, Los Col·loquis de la insigne ciutat de Tortosa, éd. E. Duran, Barcelona, Ed. Curial, 1981, p. 143).

7 Cf. L.M. Batkin, Gli umanisti italiani. Stile di vita e di pensiero, Roma/Bari, Editori Laterza, 1990, p. 123-176 ; K.W. Hempfer, « Il concetto di Rinascimento e la “svolta epistemologica” », dans Testi e contesti. Saggi post-ermeneutici sul Cinquecento, Napoli, Liguori Editore, 1998, p. 1-44 ; B. Häsner, « Der Dialog… », art. cit. ; J. Solervicens, « Ficción y argumentación en los diálogos renacentistas de Vives, Despuig y Milán », dans R. Friedlein (dir.), Der Renaissancedialog auf der Iberischen Halbinsel, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005, p. 12-50.

8 C. Despuig, Los Col·loquis…, op. cit., p. 63.

9 Par exemple, E. Duran, « Introducció », dans C. Despuig, Los Col·loquis…, op. cit., p. 23.

10 C’est un aspect qui identifie le dialogue de la Renaissance, non parce qu’il est le plus fréquent mais parce qu’il ne se trouve pas dans le dialogue d’autres époques. À ce propos, voir L.M. Batkin, Gli umanisti italiani…, op. cit. ; J. Ferreras, « Le dialogue humaniste espagnol ou comment écrire la modernité (entre mimesis et rhétorique) », dans A.-M. Chabrolle-Cerretini, V. Zaercher (dir.), Dialogue et intertextualité, Nancy, Université de Nancy, 2005, p. 77-96.

11 « Amabo ne assideamus, sed deambulantes colloquamur, quae fuerit collibitum » (« Ne nous asseyons pas, discutons de ce dont nous voulons parler tout en nous promenant »). Cf. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k590694 (consulté le 13 août 2014).

12 « Lívio. – Senyor Fàbio, o la vista me engana o és aquell cavaller que allí està parlant ab lo mercader, don Pedro nostre amich ; mas, ¿ hauria fet cosa tan nova de no haver descavalcat en ma casa tenint-la per tant sua ? Verdaderament és ell, que ya par que· s rigua de la marevella mia y ve acostant-se assí. Fàbio. – Ell és sens falta ; yo ab tot, ya coneguí tantosten lo tall y en lo brio que era valencià, mas no creya que fos don Pedro » (C. Despuig, Los Col· loquis…, op. cit., p. 60).

13 Ibid., p. 68.

14 Ibid., p. 152-153.

15 A. Vian Herrero, « La ficción conversacional en el diálogo renacentista », Edad de Oro, VII, 1988, p. 173-186.

16 Cf. J. Solervicens, El diàleg renaixentista : Joan Lluís Vives, Cristòfor Despuig, Lluís del Milà, Antoni Agusti, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1997, p. 148-156.

17 P. Burke, « The Renaissance Dialogue », Renaissance Studies, vol. 3, 1, mars 1989, p. 12.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540