Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

II. Polymorphisme dialogique, frontières, hybridations

La métamorphose du dialogue scolaire dans les Colloques d’Érasme

Étienne Wolff

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de la publication du livre, voir la claire introduction au volume contenant les Coll (...)

1De 1495 à 1499, Érasme est à Paris où il suit des études universitaires fastidieuses et coûteuses. Pour vivre, il donne des leçons de latin et, rejetant les manuels médiévaux, imagine à l’attention de ses élèves des modèles de formules de conversation familière en latin. Un ami d’Érasme, Augustin Vincent dit Caminade, les avait réunis ou en avait conservé une copie. Après sa mort, un Liégeois, Lambert de Hollogne, auquel Caminade avait vendu le texte, le céda lui-même à l’imprimeur Froben de Bâle, et l’ouvrage parut en novembre 1518, sous le titre Familiarium colloquiorum formulae et alia quaedam per Desiderium Erasmum Roterodamum. Beatus Rhenanus qui, bien qu’ami d’Érasme, préfaçait le volume, ne cachait pas les conditions bizarres de cette publication faite à l’insu de l’auteur. L’humaniste fut à juste titre mécontent – quoique de tels procédés fussent courants au XVIe siècle –, et cela d’autant plus que l’ouvrage était plein de fautes. Il fit donc faire immédiatement une édition corrigée à Louvain, chez Thierry Martens (mars 1519), tout en niant maladroitement être l’auteur du livre. L’ouvrage fut un succès et une nouvelle édition améliorée parut en octobre-décembre de la même année. Ces trois éditions ne contiennent aucun véritable colloque, elles sont un petit manuel de conversation latine pour diverses circonstances de la vie1.

  • 2 En signe de réconciliation, le volume était dédié au fils de l’imprimeur.
  • 3 Contrairement à ce que fait par exemple Montaigne dans les Essais, Érasme n’insère pas des addition (...)

2Afin d’arrêter les contrefaçons, Érasme met au point une nouvelle édition, fortement augmentée (le texte en est quatre fois plus long que celui des éditions précédentes), qu’il publie à Bâle en mars 1522 chez Froben – à qui il ne tenait pas rigueur de son indélicatesse2 – sous le titre Familiarium colloquiorum formulae per Desiderium Erasmum Roterodamum, non tantum ad linguam puerilem expoliendam utiles, uerum etiam ad uitam instituendam (« utiles non seulement pour polir la langue des enfants, mais aussi pour diriger leur vie »). Cette édition marque un tournant dans l’histoire de l’ouvrage : d’abord, Érasme le revendique formellement pour la première fois ; ensuite, il lui attribue non plus seulement un but scolaire, mais aussi moral ; enfin, des colloques véritables y apparaissent. Le livre comporte cinq parties : des formules de salutation, des formules de conversation, des dialogues (dont certains sont encore purement scolaires, mais dont d’autres – « Les Vœux imprudents », « La Chasse aux bénéfices », « La Confession du soldat », « La Piété de l’enfance » – sont déjà des dialogues moraux), de nouveau des formules de conversation, puis l’ébauche de deux colloques (qui alors n’ont pas de titre), « Le Banquet profane » et « Le Banquet religieux ». Dans les éditions suivantes, les quatre premières parties resteront inchangées. Mais dès juillet-août 1522, Érasme modifie et compléte ces deux derniers colloques, qu’il fait suivre d’un autre à la gloire de l’hébraïsant Reuchlin, récemment disparu. À partir de ce moment, il va encore publier plusieurs nouvelles éditions (août 1523, mars 1524, août-septembre 1524, février 1526, juin 1526, 1527, mars 1529, septembre 1529, septembre 1531, mars 1533) où chaque fois de nouveaux colloques (respectivement 10, 4, 6, 4, 1, 2, 9, 3, 5, 2) s’ajoutent au texte de mars 1522. Ainsi, ce ne sont pas moins de 49 colloques qui viennent grossir le volume initial. En février 1526, traduisant la nouvelle taille du livre, le terme formulae disparaît du titre qui devient Familiarium colloquiorum opus multis nominibus utilissimum. L’aspect grammatical et didactique n’est donc plus l’important aux yeux d’Érasme. Mais dans la mesure où il a toujours ajouté3 sans rien retrancher, l’ouvrage se présente sous une forme hybride qui ne semble pas avoir gêné son auteur – du moins n’a-t-il pas jugé bon d’y remédier. On essaiera de voir pourquoi. Disons d’abord un mot de la première facette de l’ouvrage.

  • 4 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme : réforme des études, réforme des mœurs et réforme de l’Église (...)
  • 5 Id., Érasme et ses Colloques…, op. cit., p. 30.
  • 6 Id., Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 45-46 et 126.
  • 7 Ibid., p. 55-57.
  • 8 Il était né entre novembre 1515 et fin février 1516. Voir Opus epistolarum Des. Erasmi Roterodami, (...)
  • 9 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 58-64.

3Érasme n’a pas inventé le genre du dialogue scolaire, remis en honneur par les pédagogues du dernier quart du XVe siècle pour enseigner le latin de la manière la plus naturelle possible4, mais il l’a perfectionné. Les auteurs des premiers colloques scolaires mettaient en dialogues les préoccupations des écoliers du temps : il s’agissait de la sévérité d’un professeur, de l’obligation de parler latin, des programmes surchargés, des misères de la condition estudiantine, des vacances proches. Érasme ne se contente pas de cela, il fournit aussi des modèles de conversations familières et quotidiennes, en traitant ses lecteurs en adultes5. D’autre part, son manuel s’inscrit dans un plan pédagogique d’ensemble. Il a en effet publié de nombreux livres sur l’éducation des enfants ou destinés aux écoliers6, tout en enseignant paradoxalement fort peu lui-même. Les Formulae devaient servir aux élèves apprenant les premiers rudiments de la langue latine, en initiant immédiatement l’enfant à la conversation. Il fournit pour cela un bon nombre de tournures toutes faites, en général sous la forme de questions et de réponses parfois assemblées jusqu’à former un dialogue ; le vocabulaire est concret, pratique et emprunté à la vie quotidienne7. L’enseignement de la grammaire est réduit. Le latin est donc inculqué en tant que langue vivante, et absolument comme le serait l’allemand ou le français. Il faut l’apprendre jeune car c’est alors qu’on assimile le plus facilement. Quel âge avaient les jeunes gens auxquels Érasme s’adresse ? Aucun élément ne permet de le dire absolument, mais quand il dédie son édition de mars 1522 à Erasmius Froben, celui-ci doit avoir sept ans8. Naturellement, pour Érasme, l’idéal est de fréquenter directement les auteurs anciens ; il pense que sa méthode permet d’y parvenir rapidement. D’ailleurs, il truffe ses Formulae d’allusions ou d’expressions tirées des auteurs latins. Enfin, une grande originalité du formulaire érasmien réside dans le fait qu’il se transforme en exercice de synonymie et d’abondance verbale (la copia) : Érasme propose dans chaque cas plusieurs façons d’exprimer une même idée et plusieurs mots pour dire la même chose9. Il n’est pas nécessaire de développer davantage : on voit que le petit livre de 1519 n’était pas un manuel de conversation latine parmi d’autres.

  • 10 Ibid., p. 125-142.

4On peut se demander pourquoi Érasme a décidé de prolonger un ouvrage au départ grammatical et si la forme de l’entretien est bien adaptée au nouveau but qu’il semble poursuivre. À cela, plusieurs réponses. Il convient de souligner en préalable qu’il n’y a pas de rupture absolue entre la première partie de l’œuvre et la seconde. On ne peut dire qu’à partir de mars 1522, les Colloques ne sont plus qu’un manuel de morale et de piété où Érasme développe les idées qui lui tiennent à cœur. Certes, les enfants sont absents des colloques publiés après mars 1522 (en revanche les jeunes gens, garçons et filles, sont bien représentés). Au fil des rééditions, l’auteur oublie un peu ses jeunes lecteurs pour s’adresser à leurs aînés, et la satire l’emporte sur les exercices de vocabulaire. Mais le lien entre les deux parties existe, et du reste l’ouvrage a été abondamment utilisé dans les écoles, preuve qu’il demeurait perçu, au moins pour une part, comme pédagogique10.

  • 11 Ibid., p. 46 et 48-49.
  • 12 ASD I, 3, p. 124.
  • 13 F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques…, op. cit., p. 45.

5D’abord, les Colloques sont donc en germe dans les Formulae, et dès le début Érasme cherche aussi à former les mœurs. Une des idées fondamentales de la pédagogie érasmienne est en effet que la formation intellectuelle de l’enfant est inséparable de sa formation morale et religieuse11. Plus largement, les bonae litterae sont l’antichambre de la piété, et le retour souhaité à l’Église primitive accompagne le retour au latin ancien. L’auteur veut, comme il l’écrit à Erasmius Froben dans une seconde lettre de dédicace, rendre ses lecteurs Latiniores et meliores, « meilleurs en latin et plus vertueux12 » : autant enseigner le latin dans un texte édifiant et en mettant les enfants, traités en adultes, face aux réalités de la vie13.

  • 14 Id., Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 111-115.
  • 15 Érasme, Colloques, éd. et trad. E. Wolff, Paris, Imprimerie nationale, 1992, vol. I, p. 207-208 (= (...)
  • 16 Ibid., vol. I, p. 55-56 (= ASD I, 3, p. 151-152). On a là la source de la célèbre tirade de Cyrano (...)

6Ensuite, l’ouvrage, à partir de 1522, reste un livre de latin, même si c’est de manière diffuse. Par exemple, les exercices de synonymie ne sont plus systématiques, mais à l’intérieur d’un même colloque, les formules d’acquiescement varient sans cesse. Le même souci d’abondance apparaît dans les formules de salut qu’échangent les personnages qui se rencontrent. Les Colloques sont également riches en emprunts aux auteurs anciens (soit sous forme de citations, soit parce que ceux-ci fournissent la base d’un développement) et en adages14. Ils donnent en outre des échantillons d’exercices littéraires. Certains portraits sont particulièrement réussis. Citons celui du personnage difforme évoqué dans « Le Prétendant et sa belle » : « Il avait une tête en pain de sucre, des cheveux clairsemés, hérissés, emmêlés, remplis en outre de pellicules et de lentes ; l’alopécie avait en grande partie pelé le cuir de son crâne. Ses yeux étaient fuyants, son nez camus avec des narines évasées, sa bouche fendue jusqu’aux oreilles, ses dents pourries, son menton rugueux. Il bégayait, une bosse déformait son dos, il avait du ventre, ses jambes étaient cagneuses15. » Dans « La Chasse aux bénéfices », le nez d’un personnage est blasonné16, comparé tour à tour à un éteignoir à chandelles, à une trompe, à un pieu, à un soufflet, à une ombrelle, un grappin, un bouclier, etc. Les interlocuteurs du « Banquet poétique » font un concours poétique, ceux du « Banquet des conteurs » un concours d’anecdotes. Le colloque « Écho » est un tour de force : l’écho répond chaque fois par deux syllabes, en latin ou en grec, qui reprennent la fin du dernier mot prononcé par le personnage principal. Les amis du colloque « Imposture » se livrent à une joute métrique. Bref, l’enfant pouvait trouver là, dans ce qui est aussi une leçon d’elegantia et de copia, de quoi devenir plus apte à la maîtrise du latin.

  • 17 Ibid., vol. I, p. 13-14.

7D’autre part, le modèle pédagogique demeure mais prend une forme différente et l’enseignement est d’une autre sorte. La relation enseignant/enseigné est double : l’enseigné est bien sûr le lecteur, mais ce peut être aussi l’un des personnages, d’âge ou de maturité moindre que son compagnon de dialogue. En effet, dans plusieurs colloques, l’un des interlocuteurs informe l’autre (c’est le schéma du colloque narratif, qui connaît plusieurs modalités17) ou cherche avec un succès inégal à le convaincre (par exemple, dans « Le Jeune Homme et la prostituée » ou « Le Mariage ou la femme qui se plaint du mariage »), ou au contraire l’interroge pour qu’une conclusion se dégage (ce principe du questionnement socratique est net dans « Le Père abbé et la femme instruite » et à un moindre degré dans « Interrogatoire sur la foi »).

  • 18 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme …, op. cit., p. 80-81 et 224-225. Quand il se défend contre se (...)
  • 19 Érasme, on le sait, est hostile aux pèlerinages.
  • 20 Comme l’a noté E. Rummel, Les Colloques d’Érasme, trad. fr., Paris, Éditions du Cerf, 1998, p. 30-3 (...)
  • 21 Érasme, Colloques, op. cit., vol. I, p. 246 (= ASD I, 3, p. 310).
  • 22 Ibid., vol. I, p. 161 (= ASD I, 3, p. 245).

8Quant à la forme du colloque, elle est particulièrement appropriée à l’expression des idées et à la polémique. Elle permet en effet de présenter plusieurs points de vue, ou de les confronter pour mettre en relief et dégager l’absurdité d’un comportement, d’une croyance, sans que le message soit porté par une seule voix ni qu’on puisse dire qui est le porte-parole de l’auteur. Érasme refuse le discours d’autorité et se retranche derrière ses personnages18. Mais il ne donne pas la parole à ses vrais adversaires et le débat est donc toujours faussé. En outre, il ne se met jamais directement en scène (sauf dans « L’Art d’apprendre »), même s’il est parfois question de lui. Son nom intervient souvent quand il s’agit de déconsidérer ses ennemis. Ainsi, dans « Le Jeune Homme et la prostituée », Sophrone, un jeune homme pieux, explique qu’il n’a pas été corrompu par son séjour à Rome19 parce qu’il s’était muni du Nouveau Testament traduit par Érasme. Son interlocutrice, Lucrèce, à qui il voudrait faire abandonner la prostitution, lui répond qu’Érasme passe pour hérétique auprès des moines mendiants qui sont ses fidèles clients. Cette accusation, émanant de religieux parjures à leurs vœux de pauvreté et de chasteté, aboutit à l’effet inverse : elle lave de tout soupçon celui qu’elle vise. Par ailleurs, Érasme, en plus de dissimuler sa voix sous une polyphonie, fréquemment réserve son jugement : les interlocuteurs se séparent sans que la question dont ils débattaient soit tranchée. C’est au lecteur de conclure. Si généralement la chose n’est pas difficile, il n’y a pas toujours un bon et un méchant dans les Colloques : ainsi, dans « La Mendicité », la morale est faite par Misopon, qui est aussi malhonnête que son interlocuteur. De plus chacun des personnages peut avoir raison à sa façon : c’est le cas dans « Le Colloque des vieillards », et surtout dans « Interrogatoire sur la foi », où Aulus-Érasme et Barbatus-Luther montrent leur accord sur les points essentiels du dogme. Enfin, l’écriture progressive du livre fait que les idées d’Érasme se dévoilent par complémentarité, sans qu’il y ait de contradiction mais sans qu’on trouve non plus la cohérence d’un traité. Il faut faire jouer entre eux les différents passages. Par exemple20, dans « Le Mariage ou la femme qui se plaint du mariage », Eulalie déclare : « En général c’est par notre faute que nos maris sont mauvais21 » ; mais dans « Le Banquet religieux », Timothée disait : « C’est souvent par notre faute que nos femmes sont mauvaises22. »

  • 23 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 73-74 : notamment dans les Antibarbari, le De p (...)

9La forme du dialogue permet aussi de traiter de questions sérieuses de manière enjouée, en traduisant les théories en situations. Érasme a souvent recouru à cette forme qu’il jugeait plus pédagogique qu’un traité23. Il s’est assez longuement expliqué sur ce point dans la postface intitulée « Sur l’utilité des Colloques », qu’il ajoute à partir de l’édition de juin 1526 :

  • 24 Érasme, Colloques, op. cit., vol. II, p. 397-398 (= ASD I, 3, p. 741).

Les médecins en effet ne prescrivent pas toujours aux malades les aliments les plus favorables à leur santé, mais parfois leur en permettent d’autres pour la raison qu’ils stimulent fortement l’appétit ; j’ai voulu de même attirer avec des amorces de ce genre la jeunesse, qu’on séduit plus facilement par l’agrément que par le sérieux ou la rigueur. J’ai donc corrigé ce qui avait paru, puis ajouté des développements propres à former les mœurs, en me glissant en quelque sorte dans l’esprit des jeunes gens qui, comme l’a pertinemment écrit Aristote, sont incapables d’entendre la philosophie morale tant qu’elle leur est enseignée par des préceptes austères. Et si l’on s’écrie qu’il est indécent pour un vieillard de s’amuser à de telles puérilités, je réponds que peu m’importe qu’il s’agisse de puérilités, pourvu qu’elles soient utiles. Quand, malgré leur âge avancé, on loue les professeurs d’enjôler les enfants avec des gâteaux, afin qu’ils consentent à apprendre les premiers rudiments du savoir, je ne pense pas qu’on puisse me reprocher d’amener la jeunesse par de semblables appâts à l’élégance de la langue latine et à la piété.24

  • 25 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 101-103.
  • 26 Ibid., p. 104-105. Sur Érasme et Lucien, voir C. Lauvergnat-Gagnière., Lucien de Samosate et le luc (...)
  • 27 Par opposition au dialogue en mode diégétique, qui implique la présence d’un narrateur rapportant l (...)

10Érasme applique donc ici le principe qui consiste à dire la vérité en riant ou du moins sous une forme légère25. Il prend pour modèle Lucien, dont il a traduit certains dialogues26. Comme lui, il adopte le mode de dialogue mimétique, où les interlocuteurs parlent sans qu’il y ait de médiation ni de cadre à leur discussion27. L’influence sur ce choix formel du théâtre antique, et notamment de Térence, n’est pas non plus à négliger.

  • 28 Érasme reconnaît néanmoins que certains colloques ne sont pas écrits pour des enfants. Voir F. Bier (...)
  • 29 Ibid., p. 83-84. Au reste, Érasme dit de beaucoup de ses livres qu’ils sont des badinages. Voir J. (...)
  • 30 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 107-108.

11Si les multiples occupations d’Érasme et sa tendance à écrire vite ont pu lui faire oublier de supprimer le début du livre pour en assurer l’unité, il est possible également que son caractère composite ne l’ait pas gêné, l’apprentissage des belles-lettres et celui de la piété étant inséparables à ses yeux. Un troisième élément de réponse peut être cherché dans les attaques dont les Colloques étaient l’objet : Érasme aurait alors voulu maintenir la fiction qu’il s’adressait à des adolescents et n’avait écrit qu’un manuel scolaire, d’ailleurs dédié à un enfant28. Ce dernier point peut également expliquer qu’il ait fréquemment minimisé la portée du livre29, où sont pourtant abordées la plupart des idées qui lui étaient chères. Cette attitude non dénuée d’une prudente hypocrisie s’est d’ailleurs parfois retournée contre lui, la jeunesse des destinataires justifiant l’intransigeance des censeurs30.

  • 31 La première édition, de 1500, comptait 818 adages, la dernière, parue en 1536, 4151. On sait que pl (...)
  • 32 Voir M. Derwa, « Un aspect du colloque scolaire humaniste : le dialogue à variations », Revue de li (...)

12Il n’y a pas de solution de continuité entre les Colloques et le reste de la production d’Érasme : les thèmes sont les mêmes, mais sont ici présentés sous forme de saynètes amusantes et vives. Il s’agit donc d’abord d’un ouvrage scolaire, parti d’une expérience pédagogique, et dont nous avons montré l’originalité par rapport aux dialogues scolaires de la Renaissance. Puis, l’œuvre se développe pendant quatorze ans en reflétant les préoccupations de son auteur, selon un schéma qu’on rencontre pour d’autres livres d’Érasme, notamment les Adages31. Mais on peut dire aussi que les Colloques ont évolué pour accompagner leurs destinataires grandissants. Le caractère hétérogène du livre est de toute façon moins voulu qu’accepté : il est le fruit de l’histoire complexe de son écriture. Le colloque « Écho » peut être une illustration de la double ambition des Colloques et une sorte de mise en abîme de l’ensemble. Comme on l’a dit, l’écho répond chaque fois par deux syllabes qui reprennent la fin du dernier mot prononcé par le personnage principal. Cette réponse prend cinq formes différentes : soit un mot latin de deux syllabes est repris tel quel (très rare) ; soit un mot latin de deux syllabes est repris dans sa forme, mais avec un sens différent (rare également) ; soit un mot latin de deux syllabes est repris en grec avec un sens différent (rare encore) ; soit dans un mot latin plurisyllabique est taillé un mot latin de deux syllabes et de sens propre (une trentaine de cas) ; soit dans un mot latin plurisyllabique est taillé un mot grec de deux syllabes et de sens propre (une quinzaine de cas32). Mais en même temps il s’agit d’une vraie conversation, Écho répond réellement, et avec une franchise mordante, aux questions du jeune homme. Pur jeu verbal en apparence, ce colloque constitue en réalité une synthèse en miniature de la réflexion érasmienne.

  • 33 Le fait est bien souligné par E. Kushner, Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genèv (...)

13Plus largement, enfin, les Colloques débordent par leur variété la typologie du dialogue de la Renaissance. Le colloque scolaire y évolue en colloque familier. La forme est lucianesque et pseudo-théâtrale, mais le principe du questionnement renvoie à la tradition platonicienne. Si l’on adopte la typologie traditionnelle, qui considère trois traditions du dialogue à la Renaissance, la tradition platonicienne, la tradition cicéronienne (ces deux formes étant réduites à une seule par certains critiques), et la tradition lucianesque, on constate qu’il emprunte aux trois33. Le talent d’Érasme à dépasser les barrières génériques – ou, peut-être, son indifférence aux questions génériques – est évident.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources

Erasmus, Colloquia, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1972.

Érasme, Colloques, éd. et trad. E. Wolff, 2. vol., Paris, Imprimerie nationale, 1992.

Opus epistolarum Des. Erasmi Roterodami, denuo recognitum et auctum, éd. P.S. Allen, H.M. Allen, H.W. Garrod, 12 vol., Oxford, Clarendon Press, 1906-1958.

Littérature critique

Bierlaire F., Érasme et ses Colloques : le livre d’une vie, Genève, Droz, 1977.

Bierlaire F., Les Colloques d’Érasme : réforme des études, réforme des mœurs et réforme de l’Église au XVIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège », fasc. CCXXII, 1978.

Notes

1 Sur l’histoire de la publication du livre, voir la claire introduction au volume contenant les Colloques dans l’édition internationale des œuvres d’Érasme, en cours depuis 1969, désignée par le sigle ASD (volume I, 3, selon lequel sont données toutes nos références au texte latin), Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1972, p. 3-23, et F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques : le livre d’une vie, Genève, Droz, 1977.

2 En signe de réconciliation, le volume était dédié au fils de l’imprimeur.

3 Contrairement à ce que fait par exemple Montaigne dans les Essais, Érasme n’insère pas des additions dans le texte existant mais ajoute de nouveaux textes indépendants des précédents.

4 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme : réforme des études, réforme des mœurs et réforme de l’Église au XVIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège », fasc. CCXXII, 1978, p. 10 et 71 ; Id., « Colloques scolaires et civilités puériles au XVIe siècle », dans E. Becchi, D. Julia (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, t. I, trad. fr., Paris, Le Seuil, 1988, p. 255-285.

5 Id., Érasme et ses Colloques…, op. cit., p. 30.

6 Id., Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 45-46 et 126.

7 Ibid., p. 55-57.

8 Il était né entre novembre 1515 et fin février 1516. Voir Opus epistolarum Des. Erasmi Roterodami, denuo recognitum et auctum, éd. P.S. Allen, H.M. Allen, H.W. Garrod, 12 vol., Oxford, Clarendon Press, 1906-1958, vol. III (1517-1519), p. 57, no 635, n. 290.

9 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 58-64.

10 Ibid., p. 125-142.

11 Ibid., p. 46 et 48-49.

12 ASD I, 3, p. 124.

13 F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques…, op. cit., p. 45.

14 Id., Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 111-115.

15 Érasme, Colloques, éd. et trad. E. Wolff, Paris, Imprimerie nationale, 1992, vol. I, p. 207-208 (= ASD I, 3, p. 282).

16 Ibid., vol. I, p. 55-56 (= ASD I, 3, p. 151-152). On a là la source de la célèbre tirade de Cyrano de Bergerac.

17 Ibid., vol. I, p. 13-14.

18 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme …, op. cit., p. 80-81 et 224-225. Quand il se défend contre ses censeurs, Érasme précise toujours qu’on lui attribue les propos des personnages mis en scène. Voir Declarationes ad censuras Lutetiae vulgatas sub nomine Facultatis Parisiensis, dans Opera omina, Leyde, 1703-1706, 10 vol., édition désignée par le sigle LB, vol. IX, 931 A et C : quod ibi narrat non Erasmus, sed Arnoldus (à propos des « Vœux imprudents ») ; hic sermo non est Erasmi, sed detestandi militis (à propos de « La Confession du soldat ») ; on pourrait multiplier les exemples.

19 Érasme, on le sait, est hostile aux pèlerinages.

20 Comme l’a noté E. Rummel, Les Colloques d’Érasme, trad. fr., Paris, Éditions du Cerf, 1998, p. 30-31.

21 Érasme, Colloques, op. cit., vol. I, p. 246 (= ASD I, 3, p. 310).

22 Ibid., vol. I, p. 161 (= ASD I, 3, p. 245).

23 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 73-74 : notamment dans les Antibarbari, le De pronuntiatione et le Ciceronianus.

24 Érasme, Colloques, op. cit., vol. II, p. 397-398 (= ASD I, 3, p. 741).

25 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 101-103.

26 Ibid., p. 104-105. Sur Érasme et Lucien, voir C. Lauvergnat-Gagnière., Lucien de Samosate et le lucianisme en France au XVIe siècle, Genève, Droz, 1988, p. 197-234. Les Colloques ont aussi en commun avec Lucien l’usage abondant de l’ironie.

27 Par opposition au dialogue en mode diégétique, qui implique la présence d’un narrateur rapportant les propos des interlocuteurs au style direct ou indirect ; voir A. Godard, Le dialogue à la Renaissance, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 7-8.

28 Érasme reconnaît néanmoins que certains colloques ne sont pas écrits pour des enfants. Voir F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 109.

29 Ibid., p. 83-84. Au reste, Érasme dit de beaucoup de ses livres qu’ils sont des badinages. Voir J. Huizinga, Érasme, trad. fr., Paris, Gallimard, 1955, p. 135, 204 et 212.

30 F. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme…, op. cit., p. 107-108.

31 La première édition, de 1500, comptait 818 adages, la dernière, parue en 1536, 4151. On sait que plusieurs adages condensent les conceptions politiques et morales d’Érasme, certains donnant même naissance à de véritables essais qui seront réédités à part.

32 Voir M. Derwa, « Un aspect du colloque scolaire humaniste : le dialogue à variations », Revue de littérature comparée, 48, 1974, p. 190-202, ici p. 200.

33 Le fait est bien souligné par E. Kushner, Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, coll. « Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 67, 2004, p. 216-217.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540