Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

B. Une forme et ses effets : pragmatique du dialogue et de ses dispositifs

Un dialogue enchâssé dans l’Oratio de Utilitate linguae Graecae de Denis Lambin (1571)

Astrid Quillien

Texte intégral

  • 1 Quintus Horatius Flaccus, ex fide atque auctoritate decem librorum manuscriptorum opera D. Lambini… (...)
  • 2 Sur Denis Lambin, voir notamment l’introduction de H. Potez aux Lettres galantes de Denys Lambin, P (...)
  • 3 De utilitate linguae graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione, oratio habita… pri (...)

1Denis lambin, après avoir procuré différentes éditions, comme celle d’Horace en 15611, se fait connaître comme lecteur royal de latin puis de grec et comme traducteur royal de grec2. Dans ses orationes inaugurales, ou praelectiones, au Collège royal, il présente les auteurs dont il envisage la lecture dans ses cours tout en traitant de points plus généraux de littérature, de philosophie, de rhétorique. Dans l’oratio De Utilitate linguae Graecae3, Denis Lambin présente rapidement Démosthène, dont il va analyser le Contre Aristocrate, mais s’emploie surtout à défendre la langue grecque. Dans cette oratio, pourtant construite selon un schéma fidèle aux canons antiques, Lambin insère un véritable dialogue. Cette discussion prend place juste après un mouvement important de l’argumentation où Lambin cherche à prouver à son auditoire que lire les textes grecs en traduction n’est pas suffisant dans la mesure où celles-ci, même si elles sont fidèles (ce qui est rare), ne rendent pas compte du style propre à chaque auteur. Le dialogue, qui intervient à ce moment-là, constraste avec le reste du discours et invite à s’interroger sur la fonction qu’il revêt.

2Le cadre démarcatif du dialogue est bien visible : au départ, Lambin annonce clairement qu’il va rapporter une conversation qu’il a eue autrefois avec d’autres savants :

  • 4 Ac, quoniam in hanc disputationem ingressus sum, nihil me a meo instituto alienum facturum esse arb (...)

Et, puisque je me suis engagé dans cette discussion, je pense ne rien faire d’étranger à mon projet si je vous rapporte une conversation que j’ai eue il y a environ vingt ans, alors que j’étais encore plus ou moins un jeune homme dans la fleur de l’âge, avec Périon, un homme noble et illustre, traducteur d’Aristote remarquable de cette époque.4

3À la fin, le professeur conclut très nettement : « En voilà assez sur cette discussion que j’ai eue avec Périon, à laquelle ont assisté les personnes que j’ai rappelées plus haut » (Hactenus de eo sermone quem iis audientibus quos supra commemoravi cum Perionio habui).

  • 5 Sur la mimesis dans le dialogue, voir entre autres E. Kushner, Le dialogue à la Renaissance. Histoi (...)
  • 6 Vingt ans environ avant l’oratio, Lambin avait autour de trente ans.
  • 7 Pour des précisions sur le séjour de Tournon à Madon et son « emploi du temps » dans sa villa, voir (...)

4Le dialogue inséré dans l’oratio répond aux exigences de la mimesis qui caractérise la grande majorité des dialogues humanistes5. En effet, comme on le voit dans le passage cité plus haut, Lambin présente d’emblée l’époque de la discussion, en la rapportant même au temps de sa vie propre : « J’étais encore plus ou moins un jeune homme dans la fleur de l’âge6. » Il indique aussi le lieu où la conversation s’est déroulée : à Madon, près de Blois7, où résidaient alors le Cardinal de Tournon et lui-même. Lambin souligne même, pour plus de réalisme, les détails du voyage de Périon :

  • 8 Cum igitur olim Perionius in Blaesorum oppidum forte venisset et, quoniam audierat Franciscum Turno (...)

Donc, alors que Périon était venu par hasard à l’époque à Blois, et, puisqu’il avait entendu dire que François de Tournon […] se trouvait en villégiature à Madon, non loin de la ville, il se serait un peu détourné de son chemin initial pour lui rendre visite et le saluer, comme cela se fait, il serait descendu à Madon et s’y serait attardé trois jours – et même davantage, je crois.8

  • 9 Joachim Périon (Cormery ? ca. 1499-1557 ?) était un bénédictin de l’abbaye de Cormery et un célèbre (...)
  • 10 Sur M. Ory, voir M. François, Le Cardinal François de Tournon…, op. cit., p. 458 et 511, et sur l’i (...)
  • 11 Sur P. de Villars, voir M. François, Le Cardinal François de Tournon…, op. cit., p. 492.
  • 12 Lambin parle d’un « François » Rondelet, mais le médecin « très fameux » du nom de Rondelet, né en (...)
  • 13 Donato Giannotti (Florence, 1492-1573) : théoricien politique italien et philosophe qui se trouvait (...)
  • 14 Jean Darces (1500-1550) : poète latin, aumônier du Cardinal de Tournon. Un seul interlocuteur est r (...)
  • 15 Petrus Victorius a collaboré avec Lambin à une édition de la République d’Aristote, publiée en 1582 (...)

5Le principal interlocuteur de Lambin, Joachim Périon, est une personne bien réelle, dont on peut donner les dates de naissance, de mort et la biographie9 ; les autres participants à la discussion peuvent aussi être identifiés et il est facile de retracer leurs liens avec le Cardinal de Tournon : Mathieu Ory (théologien10), Pierre de Villars (secrétaire privé du Cardinal à l’époque de la discussion, evêque de Mirepoix au moment de l’oratio11), Guillaume Rondelet (médecin12), Donato Gianotti (théoricien politique italien et philosophe13), Jean Darcès (poète et aumônier14) et Pierre Victorius15, auteur d’une lettre évoquée au cœur de la discussion, sur laquelle je reviendrai. Ces savants, hommes de religion, de sciences, de lettres, prennent la parole au discours direct ou indirect pour débattre des traductions que Périon a faites d’Aristote qui, d’après certains, ne sont pas correctes ; le traducteur est accusé d’avoir pris trop de libertés relativement au fond et à la forme du texte du philosophe.

6Le dialogue délimité et cerné, il importe désormais de définir précisément quelle en est la nature ; nous verrons que la répartition de la parole est loin d’être égale et que Lambin a tendance à mettre en scène ses propres répliques : le professeur royal n’opère qu’une rupture légère dans son oratio en introduisant un dialogue didactique. Nous pourrons ensuite mieux comprendre les raisons de cet enchâssement : s’il est motivé par un souci pédagogique, il tend aussi et surtout à prolonger et renforcer l’argumentation de la praelectio. Enfin, nous verrons que ce dialogue cicéronien, aux allures de conversation, permet à Lambin, humaniste pédagogue mais aussi courtisan à la Castiglione, de donner à ses élèves un exemple d’échange courtois.

  • 16 Voir l’article de J. Ferreras, « Du traité au dialogue : les enjeux linguistico-philosophiques de l (...)
  • 17 Ibid., p. 194.

7Il paraît essentiel de commencer par cerner la nature du dialogue en question. En effet, dans la mesure où il est inséré au beau milieu du discours, il faut se demander s’il existe une véritable continuité entre les deux, ou si cet enchâssement crée une rupture stylistique et argumentative. L’Espagnol Bernardino Montaña de Monserrate, par exemple, publie en 1551 à Valladolid16, dans un même volume, un traité d’anatomie suivi d’un dialogue : celui-ci présente le sujet d’une façon réellement différente et « permet l’expression […] d’une nouvelle attitude de pensée qui dit l’incertitude17 ». Chez Montaña de Monserrate, il existe une véritable rupture entre traité et dialogue, mais celle-ci ne crée pas d’incidence directe sur l’un ou l’autre, puisqu’ils sont certes accolés, mais tout de même indépendants.

  • 18 Enargeia ou evidentia, illustratio, demonstratio, que l’on traduit pas hypotypose, diatypose, etc. (...)

8Denis Lambin prépare en quelque sorte l’introduction du dialogue dans son discours en recourant notamment, dans les pages précédentes, à l’enargeia18 : avant « d’inviter » des contemporains dans son oratio, le professeur fait apparaître à son auditoire l’image vivante des auteurs qu’ils étudient, il fait comprendre à ses élèves que la pratique assidue du grec leur permettra de dialoguer avec les auteurs antiques et de les comprendre aussi facilement que s’ils s’exprimaient en langue vernaculaire :

  • 19 Cum igitur Demosthenem, Platonem, Homerum, ceteros sua lingua loquenteis lego, proinde est ac si il (...)

Donc, lorsque je lis Démosthène, Platon, Homère et les autres qui parlent leur langue, c’est comme si j’entendais ces hommes, vivants, respirer et faire entendre leur voix. C’est pourquoi, de la même façon que lorsque je t’entends parler français, je comprends ce que tu penses et ce que tu as en tête, parce que, bien évidemment, la langue française m’est connue, de même, lorsque je lis les auteurs grecs, moi qui pratique ces lettres depuis environ quarante ans et qui, chaque jour, lis et relis ces ouvrages grecs chez moi et les explique à l’extérieur, alors j’entends clairement ces héros parler, alors je saisis et comprends leurs pensées.19

  • 20 Dans cette oratio, Lambin affirme sa maîtrise parfaite du grec : Ita, inquam, ego cui Graeca lingua (...)
  • 21 J. Ferreras, « Du traité au dialogue… », art. cit., p. 188.

9Malgré ces quelques « apparitions » qui l’ont précédé, le dialogue apparaît de façon un peu inattendue dans cette oratio. Tout à coup, le professeur, qui parle peu de lui sinon de ses compétences20, laisse ses élèves pénétrer son intimité, son passé ; il présente en quelque sorte ses amis et laisse accéder son auditoire à leurs propos particuliers. Mais le dévoilement de la sphère privée est en réalité ici tout relatif ; Lambin n’entend pas se rendre vulnérable, ni entamer la figure d’autorité qu’il s’est construite dans son oratio. D’ailleurs, il indique bien, dans la phrase qui lui permet d’introduire le dialogue, qu’il ne veut pas s’écarter de son projet initial : « Je ne pense rien faire d’étranger à mon projet si je vous expose une conversation… » (Nihil me a meo instituto alienum facturum esse arbitror, si quem sermonem […] vobis exponam). Ainsi, le dialogue inséré dans l’oratio De Utilitate ne se présente pas comme un dialogue sceptique où, comme c’est le cas dans celui de Montaña de Monserrate mentionné plus haut, par exemple, les interlocuteurs acceptent d’adopter une attitude dubitative, emploient un lexique de l’incertitude21, mettant en question le sujet global du discours. Lambin, même s’il fait intervenir plusieurs interlocuteurs et donne l’impression, surtout au début de la discussion, que l’échange est véritable, détient le monopole de la parole et la vérité.

  • 22 Peut-être Lambin s’essaye-t-il ici à un plaidoyer ad hominem, comme Démosthène dans le Contre Arist (...)

10En effet, les deux personnages qui ouvrent la discussion sont Rondelet et Gianotti. Le premier, qui prend la défense du traducteur ici « inculpé22 », Périon, s’exprime, en une ligne, au discours indirect ; en revanche, Gianotti, dont la réponse est introduite de façon fort élogieuse par Lambin, prend assez longuement la parole au discours direct. Cet échange inégal, qui introduit la discussion et en pose les termes, a pour seule vocation, en réalité, d’introduire les propos de Lambin, qui s’exprime ensuite longuement au discours direct. L’humaniste, tout en cherchant à ménager, par de multiples précautions oratoires (sur lesquelles on reviendra) son « collègue » traducteur, prouve qu’il est impossible, pour une question essentielle de style, de traduire Aristote en recourant à des formules cicéronniennes, comme Périon l’a fait.

11On note une seule intervention, au milieu des propos de Lambin : celle, très rapide, au discours indirect, de Périon, qui tente de se justifier :

  • 23 Quin Perionius ipse obmutuit, neque quidquam, quod mihi responderet, habuit, nisi hoc unum se, quid (...)

Bien plus, Périon lui-même resta muet et n’eut rien à me répondre si ce n’est cela seulement que tout ce qu’il avait fait, il l’avait fait avec application, et qu’il avait pensé que Cicéron, alors qu’il écrivait le Sur l’amitié et quelques autres ouvrages, avait en vue les livres d’Aristote de l’Éthique à Nicomaque.23

12Les propos de Périon ne servent en réalité ici qu’à relancer l’exposé de Lambin, qui rebondit pour montrer que, pour plusieurs raisons, Cicéron n’a pas pu vouloir imiter l’Éthique à Nicomaque.

13Ce dialogue, où la répartition de la parole est totalement inégale et où les interlocuteurs ne servent en réalité que de faire-valoir au professeur qui peut, ainsi, continuer à tenir un discours de vérité, loin de tout scepticisme, peut être qualifié de dogmatique. Lambin, même vingt ans auparavant, en présence non d’élèves, mais de savants, avait déjà raison :

  • 24 Haec cum ego in illo conventu […] locutus essem […] silentium omnium consecutum est, fronteque poti (...)

Alors que j’avais prononcé ces mots, lors de cette réunion […], le silence général s’ensuivit et tous, par l’expression de leur visage plus que de vive voix, approuvèrent mes propos. En effet, ils ne voulurent pas me marquer leur assentiment ouvertement à cause de Périon, et il ne purent pas non plus réfuter mon discours.24

  • 25 Une telle attitude est cependant envisageable dans les dialogues écrits, où le professeur n’est plu (...)
  • 26 L’enseignement est une « activité monologique s’il en <est> n’utilisant le dialogue que comme artifice »</est> (...)

14Il n’est pas étonnant que Lambin ait recours à un tel dialogue dans le cadre d’une situation d’enseignement : l’enseignant, en train de professer, ne peut véritablement mettre en « danger » son autorité, comme l’implique un dialogue sceptique ; il ne peut décemment pas se mettre en scène en train d’hésiter, de rechercher la vérité pas à pas25. Le dialogue inséré par Lambin dans son oratio est finalement une sorte d’artifice et paraît tendre vers le monologisme plus que vers le dialogisme26. Ainsi, le dialogue enchâssé semble s’inscrire dans la continuité de l’oratio et la rupture qu’il implique n’est que superficielle et formelle. Il est cependant légitime de s’interroger sur la raison de cet enchâssement, sur ce que ce dialogue dogmatique peut apporter, par sa forme même, au discours.

  • 27 Q. Horatus Flaccus, sex abhinc annos ex fide atque auctoritate complurium librorum manu scriptorum (...)
  • 28 Voir ma maîtrise : Denis Lambin dans la tourmente de l’aetas horatiana, p. 148-160.
  • 29 Selon R. Lebègue, la Renaissance est» l’âge d’or » du dialogue ; voir S. Guellouz, Le dialogue, Par (...)

15On sait que Lambin aime à « panacher » ses ouvrages en y insérant des passages de genres différents, dans des objectifs variés. Il avait déjà intégré, dans son Horatius de 156727 (deuxième édition), au beau milieu de son commentaire en latin, deux passages en français de la Franciade de Ronsard : il prenait alors position en faveur de la jeune Pléiade et affichait par là même son intérêt pour les problématiques de son époque28. L’insertion de cette page de publicité servait aussi son édition : placée au milieu du commentaire de l’Art poétique, elle montrait que le travail de Lambin pouvait être utile aux poètes de langue française. Dans le cas du dialogue qui nous intéresse, Lambin s’inspire sans doute d’une « mode » européenne (si on considère la floraison des dialogues tant en latin qu’en vernaculaire, qui correspond à une époque de dialogisme culturel29), mais l’utilise à des fins propres, pédagogiques et argumentatives.

  • 30 A. Michel, « L’influence du dialogue cicéronien… », art. cit., p. 9-10.
  • 31 J. Proust, « Le dialogue de William Bullein à propos de la peste (1564) : formulation d’une thérape (...)

16Le dialogue est reconnu à la Renaissance pour ses vertus pédagogiques. En effet, A. Michel rappelle que « Cicéron a utilisé de manière privilégiée le genre littéraire du dialogue pour transmettre et exprimer son enseignement philosophique », en précisant que « la réflexion moderne des spécialistes de la didactique a bien montré qu’il existait un lien entre dialogue et enseignement30 ». Ainsi, on voit fleurir à la Renaissance des dialogues à vocation nettement pédagogique, comme par exemple celui de William Bullein, en 1564 ; J. Proust rapporte que « Bullein écrivit trois traités de médecine sous forme de dialogue, voyant dans ce mode d’écriture une manière de formuler un enseignement mieux adapté aux besoins et à la curiosité du commun, parce que plus vivant et facile à lire. […] Le dialogue est un artifice, un habillage du contenu, mais il est en même temps l’expression d’une démarche de l’auteur : il enseigne en convainquant31. »

  • 32 Quintilien, Institution oratoire, I, 3, 8 : Danda est tamen omnibus aliqua remissio, non solum quia (...)
  • 33 Exilis, pressus, contractus, brevis, angustus, humilis et ad docendum quam ad movendum aptior.
  • 34 Sermonis genere fuso, amplo, uberi et copioso.

17Grâce à ce dialogue, dont la forme est plus familière que le discours proprement dit, non seulement Lambin distrait ses élèves, comme cela est recommandé par Quintilien32, mais il peut aussi aborder un point théorique ardu – le style d’Aristote – et apporter une illustration concrète à sa « leçon » sur les styles. En effet, ce dialogue, où cours duquel il critique la façon dont Périon traduit Aristote, est l’occasion pour Lambin de montrer à ses étudiants que le style du philosophe est multiple et qu’il varie selon le type d’œuvre. Dans une réponse adressée à Périon, Lambin indique qu’Aristote ne peut pas être traduit comme Platon parce qu’il a écrit tantôt dans un style « professoral », c’est-à-dire « maigre, précis, ramassé, bref, resserré, humble et plus propre à instruire qu’à émouvoir33 », mis en œuvre principalement dans ses œuvres « acroamatiques », tantôt dans un style « déployé, ample, riche et copieux34 », qui était employé dans les livres « exotériques » que l’on a perdus. En présentant ce point théorique dans un passage en forme dialoguée, Lambin le rend plus accessible à son auditoire.

18Comme pour compléter l’insertion de ce genre familier et pédagogique dans sa praelectio, Lambin met en abyme dans son dialogue un autre genre reconnu comme familier : l’épître. Au début du dialogue, Giannotti évoque, à l’intérieur de sa réponse au discours direct, une lettre que lui avait envoyée Pierre Victorius :

  • 35 Donatus Iannotius : Recte, inquit, Francisce Rondelete, sed Petrus Victorius cum omnibus eru<di>tis, tu</di> (...)

Donato Gianotti répondit : « C’est juste, <Guillaume> Rondelet, mais Pierre Victorius, dont la renommée est connue de tous les érudits et en particulier de ceux qui sont ici présents, m’a écrit lorsque j’étais à Rome, après la publication de quelques traductions latines d’Aristote faites par Périon, qu’il avait comparées avec soin à Aristote (“Périon me pardonnera”, dit Donato, “de raconter en toute vérité, dans cette réunion, le fait que des doctes aient jugé ses écrits librement et sans malveillance”), cet homme honorable m’a donc écrit qu’il n’approuvait pas la liberté de traduction de Périon qui lui semblait parfois assez éloignée des mots d’Aristote et même de sa pensée et de son idée propres. »35

  • 36 E. Kushner, Le dialogue…, op. cit., p. 158.

19Cette lettre permet non seulement d’introduire un autre personnage dans la discussion, mais aussi de montrer à quel point le genre du dialogue et le genre épistolaire sont liés. À ce propos, E. Kushner rappelle que Politien avait déjà mis « l’accent, aussi bien dans son cours sur les Analytiques premiers d’Aristote que dans sa lettre à Antiquaro concernant la mort de Laurent le Magnifique, sur la vertu de toutes les formes discursives […] permettant de se consacrer entièrement au problème concret : lettres, dialogues, traités, oraisons, notes autobiographiques… Dans son cours sur les Silves de Stace, il examine les vertus communes à l’épître et au dialogue, l’épître étant comme la réplique d’un dialogue dont une des voix serait suspendue, implicite36. » Dialogue et lettre s’interpénètrent et se complètent ici pour donner aux étudiants de Lambin une autre approche du problème traité par leur professeur et pour leur permettre de l’aborder sous un angle plus aisé, plus familier, plus vivant.

  • 37 J. Ferreras, « Du traité au dialogue… », art. cit., p. 195.

20La familiarité impliquée par le dialogue permet à Lambin de rendre plus accessible à son auditoire les points délicats qu’il aborde dans son oratio, mais elle lui permet aussi de renforcer son argumentation. En effet, le réalisme du dialogue opère un effet de séduction sur l’auditoire, qui se sent plus directement sollicité et est donc conduit à adhérer plus facilement aux propos tenus. J. Ferreras rappelle que « le dialogue se présente comme un art de suggérer une réalité […], il faut séduire <l’auditeur> et <le> faire entrer dans le jeu par le biais de son imaginaire, c’est-à-dire en s’adressant indirectement à lui comme s’il était présent dans cette conversation37 ». Les élèves, placés en situation de s’identifier aux savants avec qui Lambin échange au cours du dialogue, doivent réagir de la même manière ; or, on a vu plus haut que ces interlocuteurs acceptaient sans un mot toute la démonstration de Lambin.

21Le dialogue que Lambin intègre à sa praelectio sert sa pédagogie, mais aussi sa démonstration puisque le recours à ce genre différent permet de présenter ses propos sous une forme plus familière, plus à même de concerner les élèves. Mais au-delà de la démonstration, on lit dans ce dialogue une autre préoccupation, celle d’éduquer les jeunes hellénistes de son auditoire à la civilité.

  • 38 A. Godard, Le dialogue à la Renaissance, op. cit., p. 10.
  • 39 Ibid., p. 59.
  • 40 E. Garin, Moyen Âge et Renaissance, Paris, Gallimard, 1969, p. 95, cité par E. Kushner, Le dialogue (...)

22Le dialogue introduit par Lambin dans son discours présente quelques caractéristiques essentielles du dialogue cicéronien comme le cadre dans lequel celui-ci a lieu, les personnes qui sont convoquées et le type de ton qui est employé. Mais le choix de ce modèle, qui atteste la fidélité de Lambin à l’auteur romain, révèle ses choix esthétiques et ses préoccupations de courtisan. En effet, au XVIe siècle, les dialogues de Bembo (Proses de la langue vulgaire) et de Castiglione (Le Livre du courtisan) proposent à leurs contemporains « de nouveaux modèles comportementaux dérivés à partir des fonctions remplies par le modèle cicéronien38 » « qu’ils font fructifier pour un milieu donné – celui des cours39 ». E. Garin souligne qu’au-delà de ces deux ouvrages, la fréquence des dialogues à la Renaissance révèle tout un bouleversement des mentalités qui s’est incarné « dans la conversation et les relations courtoises » ; il ajoute que « c’est souvent en forme de dialogue qu’est écrit un traité moral, politique ou philosophique dans le but de mieux traduire une certaine image de la cité productive d’hommes nobles et libres40 ».

  • 41 A. Michel, « L’influence du dialogue cicéronien… », art. cit., p. 10.
  • 42 Voir E. Kushner, « Le rôle structurant du locus amoenus dans les dialogues de la Renaissance », Cah (...)

23Pour Cicéron, qui est un homme politique, un homme d’action, le dialogue représente le genre littéraire de l’otium, du repos, de la contemplation ; le dialogue est un genre littéraire de la villa. Comme le remarque A. Michel, Cicéron « nous décrit volontiers des hommes d’État, qui, lors de leurs rares journées de détente, se retirent dans leurs villas et méditent sur le sens de leur action41 ». Le dialogue de Lambin se déroule dans un cadre tout à fait semblable : on apprend que la « scène » a lieu à Madon, où le Cardinal possède une villa, non loin de l’oppidum de Blois. Il s’agit véritablement d’un lieu de retraite, à l’écart de l’effervescence de la ville, pour des hommes politiques et des érudits très sollicités. Le Cardinal de Tournon s’y trouve « en villégiature » (rusticari), tandis que Périon semble s’y plaire puisqu’il « s’y serait attardé trois jours – et même davantage – », d’après Lambin. Le dialogue inséré dans le discours de Lambin est bien un « dialogue de villa » à la manière de Cicéron, qui se déroule dans un lieu à part, dans une ambiance apaisée42.

  • 43 A. Michel, « L’influence du dialogue cicéronien… », art. cit., p. 11.

24Les hommes qui participent à cette conversation entretiennent des relations semblables à celles de Cicéron et ses interlocuteurs. En effet, « Crassus, Antoine, Scaevola, Cotta, Sulpicius, les interlocuteurs du De oratore, sont très proches les uns des autres. Ils sont adultes, ont tous exercé dans l’État des charges très hautes qui permettent à la fois d’établir entre eux une hiérarchie et de les rapprocher fondamentalement par la dignité43. » Tournon, Périon, Rondelet, Lambin et les autres assument tous, de même, des charges élevées, puisqu’il s’agit d’hommes d’Église ou d’érudits. Cependant, on peut noter une certaine hiérarchie entre eux – traduite par l’ordre dans lequel ils apparaissent dans l’énumération initiale : Tournon est de tous le plus illustre et le plus respectable, non seulement parce qu’il est l’hôte mais aussi parce qu’il remplit des fonctions politiques importantes et porte le titre glorieux – que Lambin aime à rappeler (quem semper honoris causa nominatum velim) – le « Cardinal de la Très Sainte Église Romaine » (Sanctissimae Ecclesiae Romanae Cardinalis) ; les autres hommes d’Église, Ory et Villars, mentionnés ensuite, restent inférieurs à Tournon, mais leurs fonctions les rendent plus « dignes » que les personnes évoquées ensuite : Rondelet, « médecin très éminent et très fameux », puis des érudits, Gianotti « le Florentin », Darces (auxquels il faut probablement ajouter Périon et Lambin lui-même) dont la fonction n’est finalement plus spécifiée, comme si elle méritait moins d’attention. Le cas de Périon diffère un peu de celui des autres érudits mentionnés : il est évoqué en premier et qualifié d’« homme noble et illustre, traducteur d’Aristote remarquable de cette époque » (nobili et claro viro praestantique temporibus illis Aristotelis interprete), mais ces détails n’indiquent pas qu’il faille le placer en haut de la hiérachie des interlocuteurs. Périon est ainsi mis en valeur parce qu’il va être au centre de la discussion et est ainsi qualifié par respect et, même, par urbanitas.

  • 44 Ibid., p. 12.

25Le dernier point qui permet de dire que le dialogue de Lambin est « cicéronien » est le type de ton qu’emploient les interlocuteurs pour s’adresser l’un à l’autre et la nature de l’ambiance qui règne. Dans les dialogues de Cicéron, en effet, on relève peu d’ironie et on trouve peu de joutes dialectiques : « Il préfère le caractère harmonieux d’une argumentation suivie où la logique n’est pas absente mais se trouve toujours relayée par l’éloquence44 » et pratique constamment l’urbanitas. Le dialogue de Lambin montre une volonté semblable de conserver une atmosphère apaisée, amicale, en employant toujours un ton respect eux. Même si Lambin cherche à réfuter Périon et à montrer que sa façon de traduire n’est pas la bonne, il le fait toujours, dans le cadre du dialogue, en marquant un respect prononcé à l’égard de son « adversaire ». À l’instar de Cicéron, Lambin garde la violence pour le discours proprement dit – et la frontière est donc particulièrement poreuse dans ce cas précis, où le dialogue fait partie du discours. Ainsi, Lambin attribue des qualificatifs élogieux à Périon et s’adresse à lui dans les termes les plus courtois :

  • 45 Sed aliud est praeterea quod in Perionio magnopere soleo improbare, quod Perionius, si se docti atq (...)

Mais il y a autre chose que je critique aussi en général beaucoup chez Périon, qu’il écoutera sans s’émouvoir s’il veut se montrer digne du renom d’homme docte et cultivé qu’il a acquis à juste titre. En effet, ce n’est pas pour offenser celui que, absent aussi bien que présent, j’ai toujours aimé et honoré de tout mon cœur – ce dont pourra témoigner pour moi le très sûr, le très illustre Cardinal, chez qui j’ai tenu de nombreuses conversations tout à l’honneur de Périon –, mais ce même Cardinal en personne peut cependant se souvenir que moi-même, qui ai souvent loué Périon à juste titre, je lui ai dit à lui seul cela même que je vais dire à présent à de nombreux auditeurs. Ce n’est donc pas, comme j’avais commencé à le dire, pour l’offenser, mais pour rechercher la vérité, dont la démonstration doit toujours pour nous prévaloir sur l’amitié, et, non sans avoir obtenu la grâce et la permission tant du très illustre Cardinal que de Périon lui-même, que j’exposerai ce que je pense avec non moins de réserve que de liberté.45

26Lambin réitère ici ses qualificatifs flatteurs à l’égard de Périon en le disant docte et cultivé, (docti atque humani viri), mais il indique aussi l’affection qu’il lui porte en toutes occasions (quem absentem aeque atque praesentem <semper> ex animo amavi et colui) ainsi que l’admiration que celui-ci lui inspire (quem multos de Perionio sermones honorificos habui) ; le terme-clé amicitia apparaît même et résume à lui seul le sentiment que Lambin éprouve à l’égard de Périon – ou qu’il entend faire valoir dans ce dialogue cicéronien dont l’atmosphère doit être irénique. Cette amicitia, d’ailleurs, est ici sacrifiée – avec les formes, puisque Lambin s’exprime pudenter – au profit de la veritas, qui ne souffre pour Lambin aucune concession – il entend parler libere.

27Mais Lambin n’est pas le seul à pratiquer l’urbanitas. Les autres interlocuteurs, toujours très respectueux les uns des autres, veillent aussi à ne pas heurter Périon lorsqu’ils se rangent aux côtés de Lambin pour critiquer sa manière de traduire. Gianotti, notamment, s’adresse courtoisement à Périon, entre parenthèses, alors qu’il rapporte l’opinion de Victorius sur ce dernier – qui n’est pas bonne :

  • 46 («Ignoscet autem mihi Perionius», inquit Donatus, «si quod viri docti de eius scriptis libere et si (...)

(« Périon me pardonnera », dit Donato, « de raconter en toute vérité, dans cette réunion, le fait que des doctes aient jugé ses écrits librement et sans malveillance »), cet homme honorable m’a donc écrit qu’il n’approuvait pas la liberté de traduction de Périon qui lui semblait parfois assez éloignée des mots d’Aristote et même de sa pensée et de son idée propres.46

28L’urbanitas de l’ensemble du dialogue est aussi sensible dans la façon dont il s’organise. La distribution de la parole ne pose pas problème, et ce parce qu’elle est gérée par le Cardinal, qui assure le bon déroulement de la discussion – sans y prendre part, du moins pour le passage qui nous est proposé. On voit que le premier homme à prendre la parole, Rondelet, le fait « en s’adressant au Cardinal » (oratione ad Cardinalem versa) ; ensuite, Lambin indique, à la fin de sa réponse, qu’il attend l’assentiment de Périon (qui est la personne concernée) mais aussi du Cardinal, pour pouvoir poursuivre l’exposé de son opinion : « Si j’obtiens la grâce et la permission tant du très illustre Cardinal que de Périon lui-même, j’exposerai ce que je pense avec non moins de réserve que de liberté » (Gratia veniaque et ab illustrissimo Cardinale et ab ipso Perionio impetrata, ea quae sentio non minus pudenter quam libere exponam).

  • 47 A. Godard, Le dialogue à la Renaissance, op. cit., p. 59.
  • 48 Je reprends, en la modifiant légèrement, une expression d’E. Kushner, Le dialogue…, op. cit., p. 65
  • 49 Loc. cit.

29Le dialogue qu’introduit Lambin dans sa praelectio est un véritable dialogue de villa à la manière cicéronienne où dominent les grâces de l’urbanitas la plus exquise. Cependant, l’humaniste ne se contente pas de reproduire l’ambiance et le ton de son modèle latin ; après Bembo et Castiglione en particulier, il donne l’exemple d’une conversation gouvernée par les bonnes manières mondaines, telle qu’on pouvait la pratiquer à la cour. A. Godard note en effet que « même lorsque la rhétorique n’est plus liée à un engagement politique, lorsque les cours princières se sont substituées aux républiques de citoyens, le De oratore conserve sa capacité de fonctionner comme modèle47 ». Ainsi, tout en restant fidèle à la forme que Cicéron avait choisi de donner à ses dialogues et en particulier au De oratore, Lambin offre une leçon de civilité et de mondanité à son auditoire. En cherchant, à travers un dialogue, à éduquer ses élèves à la civilité, à les « transformer intérieurement48 » « au sein de la polititia literaria49 », Lambin « importe » en France des idéaux humanistes a priori italiens. Mais il adapte aussi son discours à son auditoire du collège royal et, surtout, à son statut propre, celui de professeur et traducteur royal.

30En insérant un dialogue dans sa praelectio De Utilitate, Lambin montre qu’il sait jongler avec son savoir et les évolutions de son temps, qu’il est à même de réinvestir sa connaissance des classiques pour mieux agir sur la modernité. Au milieu de son oratio, le professeur insère un genre à la mode, qui lui permet non seulement de distraire ses élèves, en recourant à la variatio recommandée notamment par Quintilien, mais aussi de les impliquer et de mieux les convaincre. Lambin reste fidèle au modèle que Cicéron a donné dans ses dialogues, mais il semble, par là même, avoir pour but d’éduquer son auditoire français à la courtoisie italienne. L’insertion de ce dialogue témoigne de la pédagogie raisonnée et efficace d’un professeur soucieux de cohérence, qui refuse de se départir d’un ethos autoritaire justifié par son statut particulier.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Textes

Lambin D., De utilitate linguae graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione, oratio habita… pridie quam Demosthenis κατʹ Ἀριστοκρατουσ explicare inciperet (prononcé le 22 octobre 1571), Paris, Jean Bienne, 1572.

Lambin D., Quintus Horatius Flaccus, ex fide atque auctoritate decem librorum manuscriptorum opera D. Lambini… emendatus ab eodemque commentariis copisissimis illustratus, nunc primum in lucem editus, Lyon, De Tournes, 1561.

Lambin D., Q. Horatus Flaccus, sex abhinc annos ex fide atque auctoritate complurium librorum manu scriptorum opera D. Lambini… emendatus… ab eodemque commentariis… explicatus et tum primum in lucem editus nunc ab eodem recognitus, Paris, J. Macé, 1567.

Études critiques

Ferreras J., « Du traité au dialogue : les enjeux linguistico-philosophiques de l’humanisme », Le Dialogue ou les enjeux d’un choix d’écriture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 178 sq.

François M., Le Cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène, humaniste (1489-1562), Paris, Éditions de Boccard, 1951.

Garin E., L’Éducation de l’homme moderne. La pédagogie de la Renaissance (1400-1600), trad. J. Humbert, Paris, Fayard, coll. « L’Histoire sans frontière », 1968.

Garin E., Moyen Âge et Renaissance, Paris, Gallimard, 1969.

Kushner E., Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, coll. « Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 67, 2004.

Michel A., « L’influence du dialogue cicéronien sur la tradition philosophique et littéraire », dans M.-T. Jones-Davies (dir.), Le dialogue au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, 1984, p. 9-24.

Mukarovsky J., Kapitel aus der Poetik, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1967.

Proust J., « Le dialogue de William Bullein à propos de la peste (1564) : formulation d’une thérapeutique pour l’âme en péril », dans M.-T. Jones-Davies (dir.), Le dialogue au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, 1984, p. 59.

Quillien A., Denis Lambin dans la tourmente de l’aetas horatiana, mémoire de maîtrise sous la direction de P. Galand-Hallyn, Université Paris-Sorbonne, 2001.

Notes

1 Quintus Horatius Flaccus, ex fide atque auctoritate decem librorum manuscriptorum opera D. Lambini… emendatus ab eodemque commentariis copisissimis illustratus, nunc primum in lucem editus, Lyon, De Tournes, 1561.

2 Sur Denis Lambin, voir notamment l’introduction de H. Potez aux Lettres galantes de Denys Lambin, Paris, Vrin, 1941, ainsi que l’article, du même auteur, « La jeunesse de Denis Lambin (1519-1548) », Revue d’histoire littéraire de la France, IX, 1902, p. 385-413. Voir aussi l’article de L.C. Stevens, « Denis Lambin : Humanist, Courtier, Philologist, and Lecteur Royal », Studies in the Renaissance, IX, 1962, p. 234-241, l’ouvrage de J. Chomarat, Prosateurs latins en France à la Renaissance, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1987, p. 445-449, la notice de J.-E. Girot dans la réédition du Grente, Dictionnaire des lettres françaises, le XVIe s., Paris, Fayard, 2001, ainsi que mes mémoires de maîtrise et de DEA : A. Quillien, Denis Lambin dans la tourmente de l’aetas horatiana, mémoire de maîtrise sous la direction de P. Galand-Hallyn, Université Paris-Sorbonne, 2001, et Denis Lambin : lecteur, traducteur royal et défenseur du grec. Étude et traduction annotée de l’oratio De Utilitate linguae Graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione (22 octobre 1571), mémoire de DEA sous la direction de P. Galand-Hallyn, Université Paris-Sorbonne, 2005.

3 De utilitate linguae graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione, oratio habita… pridie quam Demosthenis κατʹ Ἀριστοκρατουσ explicare inciperet (prononcé le 22 octobre 1571), Paris, Jean Bienne, 1572.

4 Ac, quoniam in hanc disputationem ingressus sum, nihil me a meo instituto alienum facturum esse arbitror, si quem sermonem vinginti fere ab hinc annos, etiam tum fere iuvenis et aetate florens, cum Perionio, nobili et claro viro praestantique temporibus illis Aristotelis interprete, habui, vobis exponam. Les traductions sont ici de moi, sauf indication contraire.

5 Sur la mimesis dans le dialogue, voir entre autres E. Kushner, Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, coll. « Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 67, 2004.

6 Vingt ans environ avant l’oratio, Lambin avait autour de trente ans.

7 Pour des précisions sur le séjour de Tournon à Madon et son « emploi du temps » dans sa villa, voir M. François, Le Cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène, humaniste (1489-1562), Paris, Éditions de Boccard, 1951, p. 495-519. M. François nous apprend notamment que Tournon chercha, en 1553, « dans son prieuré de Madon un soulagement à ses fatigues » (p. 519) et nous rapporte, grâce à une lettre de Lambin (à N. Le Clerc, conseiller au Parlement de Paris, BnF ms. lat. 8647 f° 89v°, citée et traduite par H. Potez dans « Deux années de la Renaissance », Revue d’histoire littéraire de la France, XIII, 1906 et XVII, 1920, p. 474 sq.), les activités quotidiennes du Cardinal : « À peine s’est-il levé et habillé, ce qu’il fait de grand matin, Tournon écoute la lecture et le commentaire d’un passage d’Aristote que lui donne l’humaniste [Lambin]. Puis, la messe dite, le cardinal consacre quelques temps à la promenade et le repas qui suit fournit l’occasion de discussions portant sur la littérature ou la philosophie ; on peut ainsi, deux heures durant, disserter sur des sujets souvent très élevés […]. Des divertissements, une nouvelles promenade puis un salut à la Vierge occupent l’après-midi et c’est ensuite la lecture et le commentaire d’un poète latin » (p. 502).

8 Cum igitur olim Perionius in Blaesorum oppidum forte venisset et, quoniam audierat Franciscum Turnonium […] in Magdoniano non longe admodum ab oppido, rusticari, eius invisendi et salutandi gratia, ut fit, paullum a suscepto itinere deflexisset atque in Magdonianum devertisset, ibique triduum et, opinor, amplius, commoratus esset.

9 Joachim Périon (Cormery ? ca. 1499-1557 ?) était un bénédictin de l’abbaye de Cormery et un célèbre traducteur d’Aristote (nommé traducteur royal en 1554) ; il avait cherché à réhabiliter le philosophe toute sa vie et, à son sujet, était entré en conflit avec d’autres traducteurs comme Jacques Louis d’Estrabay, Nicolas de Grouchy et Guillaume de Guérente. Périon était célèbre pour ses éditions qui avaient connu un grand succès dans les collèges. On lui connaît plusieurs traductions : de l’Éthique à Nicomaque (Ad Nicomachum filium de Moribus quae Ethica nominantur, libri decem…, Paris, 1548), de la Métaphysique (De his quae naturalium rerum cognitionem consequuntur…, Paris, 1577), de l’Organon (Logica…, Paris, 1587), des Météorologica (Meteorologicorum libri quattuor, Paris, 1552), de la Politique (De republica qui politicorum dicuntur libri octo…, Paris, 1562), des Topiques (1551), etc. Voir l’édition moderne de ses Dialogues : de l’origine du français et de sa parenté avec le grec, texte présenté, traduit et annoté par G. Demerson et A. Jacquetin, Paris, Honoré Champion, 2003.

10 Sur M. Ory, voir M. François, Le Cardinal François de Tournon…, op. cit., p. 458 et 511, et sur l’inquisition en particulier, voir N. Lemaître, Saint Pie V, Paris, Fayard, 1994, ch. III : « L’inquisiteur zélé ».

11 Sur P. de Villars, voir M. François, Le Cardinal François de Tournon…, op. cit., p. 492.

12 Lambin parle d’un « François » Rondelet, mais le médecin « très fameux » du nom de Rondelet, né en 1507 et mort en 1566, porte le prénom de Guillaume. Ce dernier, après avoir étudié à Montpellier, fut nommé professeur royal de médecine en 1545. Il accompagna Tournon dans certaines de ses pérégrinations, notamment à Rome en 1549. Il continua ensuite ses leçons à Montpellier et devint un des premiers observateurs de la faune aquatique. On lui connaît plusieurs ouvrages d’ichtyologie, notamment le De piscibus marinis libri XVIII. In quibus vivae piscium imagines expressae sunt, Lyon, 1554, in-8°. Voir aussi M. François, Le Cardinal François de Tournon…, op. cit., p. 291.

13 Donato Giannotti (Florence, 1492-1573) : théoricien politique italien et philosophe qui se trouvait dans l’entourage de Tournon et bénéficia de ses grâces. Voir M. François, Le Cardinal François de Tournon…, op. cit., p. 493.

14 Jean Darces (1500-1550) : poète latin, aumônier du Cardinal de Tournon. Un seul interlocuteur est resté mystérieux à mon sens : Georgium Torodem.

15 Petrus Victorius a collaboré avec Lambin à une édition de la République d’Aristote, publiée en 1582 : Aristotelis Politicorum libri octo, Bâle, Eusebii Episcopii. Dans cette édition, Victorius est l’auteur de l’adresse au lecteur (lectori), d’une interpretatio du texte grec (face à une versio de Lambin), et des commentarii qui suivent le texte grec agrémenté de ses traductions (ces commentarii sont eux-mêmes complétés par des scholia élaborées par Zvingerus).

16 Voir l’article de J. Ferreras, « Du traité au dialogue : les enjeux linguistico-philosophiques de l’humanisme », Le Dialogue ou les enjeux d’un choix d’écriture (pays de langues romanes), actes du colloque international de l’université Rennes 2 (17-18 octobre 2003), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 178 sq., qui analyse l’œuvre de l’Espagnol Bernardino Montaña de Monserrate.

17 Ibid., p. 194.

18 Enargeia ou evidentia, illustratio, demonstratio, que l’on traduit pas hypotypose, diatypose, etc. Sur la multiplication des synonymes, voir T. Cave, The Cornucopian Text. Problems in Writing in the French Renaissance, Oxford, Oxford University Press, 1985, p. 29. Pour une bibliographie sur ce point, voir P. Galand-Hallyn, Le reflet des fleurs, Genève, Droz, 1994, p. 37. Le procédé de l’enargeia était considéré à la Renaissance comme très stimulant d’un point de vue pédagogique ; sur ce point, voir notamment E. Garin, L’Éducation de l’homme moderne. La pédagogie de la Renaissance (1400-1600), trad. J. Humbert, Paris, Fayard, 1968, dont on peut citer ce passage : « L’éducation humaniste demeura […] fidèle au principe selon lequel on éduque l’homme en le mettant en contact avec les hommes, avec son histoire, car, grâce au “trésor” de la mémoire, dans le colloque avec les autres, dans la confrontation avec des paroles précises et non pas fausses et banales, l’esprit est pratiquement obligé de se retrouver lui-même, de prendre position, de prononcer à son tour des mots, adéquats et précis » (p. 104).

19 Cum igitur Demosthenem, Platonem, Homerum, ceteros sua lingua loquenteis lego, proinde est ac si illos vivos et spiranteis et vocem mittenteis audirem. Itaque, quemadmodum cum ego te Gallice loquentem audio quid sentias et quid cogites intelligo quia lingua Gallica scilicet mihi nota est, sic cum ego Graecos scriptores lego, is qui in litteris Graecis annum iam circiter quadragesimum versor, quique libros Graecos quotidie et domi lectito et foris explico, tum heroas illos plane loquenteis audio, tum eorum sententias percipio et cognosco.

20 Dans cette oratio, Lambin affirme sa maîtrise parfaite du grec : Ita, inquam, ego cui Graeca lingua nota est, hanc esse verborum Platonis sententiam assevero, neque, cum hoc dico, cuiquam vanus aut arrogans videri debeo. Nam, quoniam in id studium usque ab anno aetatis meae decimo quinto incumbere coepi, si eius linguae cognitionem mihi assumo, videor eam mihi propemodum meo iure vindicare. Quod si, cum litteras Graecas ne primoribus quidem digitis umquam attigissem, aliquem Graecis litteris eruditum lacesserem, ac de interpretationibus Graecorum scriptorum Latinis, ut caecus de coloribus, sublatis ad frontem superciliis, exhausto rubore atque ore perfricto, buccis inflatis, lingua ad maledicentiam expedita, iudicarem ac pronuntiarem, si eius linguae quam non didici me interpretem profiterer, si alienis interpretationibus Latinis meum nomen adscriberem, si thorexin, quae est multa meri potio, ab orexi, quae est appetitio, non distinguerem, si periagwg, quae est circumactio, convulsionem interpretari oportere contenderem, multaque alia similia et dicerem et facerem, quis me ferret ? (« Ainsi, dis-je, moi qui connais la langue grecque, j’assure que tel est le sens véhiculé par les mots de Platon, et, lorsque je dis cela, je ne dois paraître vain ou arrogant à personne. En effet, puisque j’ai commencé à me pencher sur ces études dès l’âge de quatorze ans, s’il est vrai que je me réserve la connaissance de cette langue, il me paraît bon de la revendiquer de mon plein droit – ou presque. Mais si, sans avoir jamais effleuré, ne serait-ce que du bout des doigts, les lettres grecques, je critiquais un homme versé dans cette langue, si je formulais des jugements et me prononçais sur ses traductions latines d’auteurs grecs, comme un aveugle sur les couleurs, le sourcil relevé vers le front, en frottant, plein d’audace, mon visage tout empourpré, les joues enflées, la langue prête à médire, si je me donnais comme interprète de cette langue sans l’avoir apprise, si j’écrivais mon nom à côté des traductions des autres, si je ne distinguais pas la thorexis, qui est le fait de boire beaucoup de vin pur, de l’orexis, qui est l’appétit, si j’affirmais qu’il faut traduire περιαγωγή, qui est la conversion, par convulsion : si je disais et faisais bien d’autres choses encore de cet ordre, qui me supporterait ? »). Lambin souligne aussi sa fonction de traducteur royal de grec : Atque hoc ipsum ego et olim in interpretationibus meis praestare studui et posthac in Platone et Aristotele et Demosthene et ceteris in Latinum sermonem vertendis, dum eo munere quod mihi a rege Carolo anno superiore assignatum est fungor, multo diligentius ac studiosus, si vita suppetet, praestare conabor (« Et ce principe même, j’ai veillé autrefois à l’appliquer dans mes traductions, mais aussi plus tard, dans celles que j’ai faites, en latin, de Platon, Aristote, Démosthène, et d’autres, en m’acquittant de la fonction qui m’a été assignée l’an dernier par le roi Charles, et je m’efforcerai de l’appliquer avec plus d’attention et de soin encore, si la vie m’en laisse l’occasion »).

21 J. Ferreras, « Du traité au dialogue… », art. cit., p. 188.

22 Peut-être Lambin s’essaye-t-il ici à un plaidoyer ad hominem, comme Démosthène dans le Contre Aristocrate, œuvre qu’il s’apprête à expliquer en cours.

23 Quin Perionius ipse obmutuit, neque quidquam, quod mihi responderet, habuit, nisi hoc unum se, quidquid fecisset, sedulo fecisse et existimasse Ciceronem, cum libros de amicitia et nonnullos alios scriberet, libros Aristotelis de moribus ad Nicomachum spectasse.

24 Haec cum ego in illo conventu […] locutus essem […] silentium omnium consecutum est, fronteque potius et vultu quam clara voce meam sententiam comprobarunt. Nam neque mihi propter Perionium palam et aperte assentiri voluerunt, neque meam orationem refellere potuerunt.

25 Une telle attitude est cependant envisageable dans les dialogues écrits, où le professeur n’est plus face à son élève.

26 L’enseignement est une « activité monologique s’il en <est> n’utilisant le dialogue que comme artifice » (J. Mukarovsky, Kapitel aus der Poetik, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1967, cité par E. Kushner, Le dialogue…, op. cit., p. 48). Celle-ci ajoute : « Nous revenons ainsi au cas du dialogue didactique, qui par sa structure profonde est monologique et représente le degré zéro de l’échange. »

27 Q. Horatus Flaccus, sex abhinc annos ex fide atque auctoritate complurium librorum manu scriptorum opera D. Lambini… emendatus… ab eodemque commentariis… explicatus et tum primum in lucem editus nunc ab eodem recognitus, Paris, J. Macé, 1567.

28 Voir ma maîtrise : Denis Lambin dans la tourmente de l’aetas horatiana, p. 148-160.

29 Selon R. Lebègue, la Renaissance est» l’âge d’or » du dialogue ; voir S. Guellouz, Le dialogue, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 208. Voir aussi, sur ce point, A. Godard, Le dialogue à la Renaissance, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 8 ; M. Le Guern, « Sur le genre du dialogue », dans J. Lafond, A. Stegmann (dir.), L’Automne de la Renaissance. 1580-1630, Paris, Vrin, 1981, p. 148 ; A. Michel, « L’influence du dialogue cicéronien sur la tradition philosophique et littéraire », dans M.-T. Jones-Davis (dir.), Le dialogue au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, 1984, p. 9-24.

30 A. Michel, « L’influence du dialogue cicéronien… », art. cit., p. 9-10.

31 J. Proust, « Le dialogue de William Bullein à propos de la peste (1564) : formulation d’une thérapeutique pour l’âme en péril », dans M.-T. Jones-Davis (dir.), Le dialogue au temps de la Renaissance, op. cit., p. 59.

32 Quintilien, Institution oratoire, I, 3, 8 : Danda est tamen omnibus aliqua remissio, non solum quia nulla res est quae perferre possit continuum laborem, atque ea quoque, quae sensu et anima carent, ut servare viam suam possint, velut quiete alterna retenduntur, sed quod studium discendi voluntate, quae cogi non potest, constat (« Cependant, à tous il faut accorder quelque détente, d’abord parce que rien au monde ne peut supporter un travail continu et que les choses, même privées de sentiment et de vie, ne doivent de conserver leur résistance qu’à une sorte d’alternance de détente, mais aussi parce que l’amour de l’étude a pour base la volonté d’apprendre, qui ne peut être la contrainte », trad. J. Cousin).

33 Exilis, pressus, contractus, brevis, angustus, humilis et ad docendum quam ad movendum aptior.

34 Sermonis genere fuso, amplo, uberi et copioso.

35 Donatus Iannotius : Recte, inquit, Francisce Rondelete, sed Petrus Victorius cum omnibus eru<di>tis, tum his qui hic adsunt fama notissimus, scripsit ad me, cum essem Romae, postea quam nonnullas Aristotelis interpretationes Latinas Perionio interprete editas, cum Aristotele diligenter contulisset (« ignoscet autem mihi Perionius », inquit Donatus, « si quod viri docti de eius scriptis libere et sine malevolentia iudicarunt, in hoc conventu vere expromam ») scripsit igitur ille ad me Perionii interpretandi licentiam sibi non probari et aliquanto longius a verbis Aristotelis, atque adeo ab ipsa mente ac sententia interdum distare esse visam.

36 E. Kushner, Le dialogue…, op. cit., p. 158.

37 J. Ferreras, « Du traité au dialogue… », art. cit., p. 195.

38 A. Godard, Le dialogue à la Renaissance, op. cit., p. 10.

39 Ibid., p. 59.

40 E. Garin, Moyen Âge et Renaissance, Paris, Gallimard, 1969, p. 95, cité par E. Kushner, Le dialogue…, op. cit., p. 65.

41 A. Michel, « L’influence du dialogue cicéronien… », art. cit., p. 10.

42 Voir E. Kushner, « Le rôle structurant du locus amoenus dans les dialogues de la Renaissance », Cahiers de l’Association intenationale des études françaises, XXXIV, 1982, p. 39-57.

43 A. Michel, « L’influence du dialogue cicéronien… », art. cit., p. 11.

44 Ibid., p. 12.

45 Sed aliud est praeterea quod in Perionio magnopere soleo improbare, quod Perionius, si se docti atque humani viri nomine, quod merito consecutus est, dignum praestare volet, aequo animo audiet. Non enim eius laedendi causa dicam, quem absentem aeque atque praesentem <semper> ex animo amavi et colui, huiusque rei mihi testis erit locupletissimus, illustrissimus Cardinalis apud quem multos de Perionio sermones honorificos habui, et tamen me eundem qui Perionium saepe merito laudavi haec eadem quae nunc multis audientibus dicturus sum sibi soli dicere meminisse potest idem ipse Cardinalis ; non igitur, ut dicere coeperam, eius laedendi sed inveniendi veri, cuius ratio nobis antiquior quam amicitiae semper esse debet, gratia veniaque et ab illustrissimo Cardinale et ab ipso Perionio impetrata, ea quae sentio non minus pudenter quam libere exponam.

46 («Ignoscet autem mihi Perionius», inquit Donatus, «si quod viri docti de eius scriptis libere et sine malevolentia iudicarunt, in hoc conventu vere expromam») scripsit igitur ille ad me Perionii interpretandi licentiam sibi non probari et aliquanto longius a verbis Aristotelis, atque adeo ab ipsa mente ac sententia interdum distare esse visam.

47 A. Godard, Le dialogue à la Renaissance, op. cit., p. 59.

48 Je reprends, en la modifiant légèrement, une expression d’E. Kushner, Le dialogue…, op. cit., p. 65.

49 Loc. cit.

Auteur

Paris, EPHE

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540