Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

B. Une forme et ses effets : pragmatique du dialogue et de ses dispositifs

Le choix du genre dialogique et son lectorat : une étude du Discours Familier en forme de dialogue (1566) de Pierre Regis

Shira Weidenbaum

Texte intégral

1Cette étude se fonde sur un échec dialogique, échec qui peut pourtant éclairer et élargir l’idée du dialogue au XVIe siècle. C’est à travers un dialogue de Pierre Regis, publié en 1566 et intitulé Discours Familier en forme de dialogue entre un Catholique et Calviniste contenant quatre grands secrets du sacrement de l’autel, que j’envisage de proposer une réponse à une question simple, mais de grande conséquence : pourquoi le dialogue ? Ou, en d’autres termes, à quoi cela sert-il d’écrire un texte avec deux points de vue en discours direct ? Après une brève présentation de l’écrivain et de l’œuvre, je répondrai à cette question générique en deux temps. D’abord, je présenterai la théorie de Regis, ses intentions explicites et ses raisons affichées dans le choix du genre. Dans un deuxième temps, je montrerai que la réalité du dialogue ne correspond pas tout à fait au projet de Regis. Nous verrons par l’analyse du fonctionnement de ce dialogue qu’il est pourtant possible de déceler d’autres raisons implicites qui expliquent le choix de la forme.

  • 1 J.-F. Foppens, Bibliotheca belgica, sive virorum in Belgio vita scriptisque illustrium catalogus l (...)
  • 2 P. Regis, Discours Familier en forme de dialogue entre un Catholique et Calviniste contenant quatr (...)

2Il n’existe jusqu’à présent aucune étude critique du Discours Familier, mais grâce à la Bibliotheca Belgica1, nous avons pu apprendre quelques faits sur Pierre Regis. Originaire de Nivelles dans la province de Brabant (actuellement en Belgique), Regis est un frère franciscain de l’ordre des Mineurs, assez bien placé dans l’Église catholique pour diriger le monastère de Saint-Omer en Flandres, et même pour être le confesseur de Marie de Hongrie, sœur de Charles Quint et régente aux Pays-Bas entre 1530 et 1555. C’est pourtant à Marguerite d’Autriche, duchesse de Parme et régente des Pays-Bas en 1566, que Regis dédie son livre, un in-octavo d’à peu près 200 feuilles2.

3Comme le titre l’indique, le livre est divisé en quatre parties, des dialogues de longueur inégale qui portent chacun sur un « secret » du sacrement de l’Eucharistie. Dans son introduction, Regis résume ainsi le sujet abordé dans chaque dialogue.

  • 3 Les pages de la préface ne sont pas numérotées. Les indications en chiffres romains sont mon ajout

J’ay departy ceste dispute en quatre, selon les quatre secrets du sainct Sacrement. La premiere monstre que Jesus Christ est corporellement present au sainct Sacrement. La deuxiesme declare comme les fideles doivent l’adorer. La troisiesme enseigne que c’est un vray & parfaict sacrifice, que les fideles font à la Messe. La quatriesme conclud qu’ils mangent realement, & corporellement la chair de Jesus Christ, & boivent son sang. Ce sont ces quatre, que debatent & nient les Huguenots contre le tesmoignage de la parole de Dieu […].3 (VIIr°)

4Chaque dialogue met en scène deux interlocuteurs, nommés simplement le « Catholique » et le « Calviniste ». Le Catholique domine le discours, ne laissant pas souvent la parole au Calviniste. C’est aussi le Catholique qui termine chaque dialogue par une oraison d’une ou deux pages, une prière dans laquelle les points principaux du dialogue précédent sont récapitulés. Le livre est très clairement d’origine catholique, avec une épître dédicatoire qui ne cache pas les sentiments de colère de l’auteur envers le mouvement protestant croissant en Flandres.

5C’est principalement dans cette épître dédicatoire que nous pouvons découvrir les raisons qui motivent Regis à écrire, et en particulier à écrire un dialogue. Regis a choisi d’écrire son texte en français parce qu’il trouve que « déclarer en langue vulgaire les grands mysteres de ce Sacrement » ainsi que « mettre en lumiere […] la pure & simple verité » est le meilleur remède « pour contenter les entendemens et les retenir à la vraye foy Catholique » (IIIv°). Il justifie cette démarche tout en défendant l’Église contre les critiques des calvinistes qui disent qu’elle cache la vérité. Pendant plus de quatre pages, Regis conteste l’idée qu’il faut tout révéler, en s’appuyant sur des exemples bibliques et apostoliques. Mais, après avoir montré que l’Église enseigne ce qui est nécessaire, il reconnaît, compte tenu de ces nouvelles circonstances, qu’il est maintenant essentiel de révéler plus qu’autrefois. Si Regis insiste autant sur ce point, pour défendre à la fois les pratiques habituelles de l’Église et son propre projet, c’est qu’il destine son œuvre à un public composé non seulement de clergé éduqué, mais aussi de laïcs, qui n’auraient normalement pas accès à ces « secrets ». Même si Regis n’établit pas de lien explicite entre la forme dialoguée et le public visé, nous voyons que la question du lectorat est centrale dans sa réflexion sur l’objectif de son œuvre. La conception du dialogue s’exprime le plus explicitement ainsi :

Mais comme j’ay plusieurs fois ouy en diverses assemblees, non point seulement les hommes qui pourroient avoir quelque peu de raison, mais aussi les femmes (qui est grand pitié) & les enfans sans lettres & raison, disputer, dire, opiner, & diffinir de ce Sacrement & de la saincte Messe, des choses bien fort estranges contre la saincte foy, à raison dequoy pourroient les bons Catholiques estre en peines & en peril de sentir autrement qu’ils ne doivent de la dicte Messe & dudict Sacrement, il m’a semblé necessaire & en ay bien voulu escrire en forme de dispute, comme si les Catholiques & les Huguenots disputoient ensemble, à fin qu’on peust veoir les arguments & raisons, s’il y en a, de tous les deux, & entendre la verité. (VIv°-VIIro)

6Ce n’est pas la première fois dans la préface que Regis désapprouve un peuple non éduqué qui prétend avoir un accès direct à la Bible. Ce peuple représente d’abord un ennemi, dont le discours « hérétique » met en danger la foi des bons catholiques, mais cette même population ne peut-elle pas être aussi un lectorat possible de ces dialogues ? Regis semble surtout penser à de vrais moments de rencontre, des discussions qui se tiennent, ou peuvent se tenir, entre laïcs d’appartenance catholique ou calviniste. C’est ainsi qu’il se justifie d’écrire « en forme de dispute, comme si les Catholiques et les Huguenots disputoient ensemble ».

7Dans la juxtaposition entre discussions réelles et décision formelle, il est possible de voir que Regis envisage son œuvre comme un remède, une solution à des circonstances spécifiques. En d’autres termes, il espère, en écrivant son texte comme une vraie dispute, aider les personnes qui se trouvent dans une situation de rencontre et de débat de religions. Il veut présenter les arguments des huguenots pour armer les catholiques de bonnes répliques. Cette raison est confirmée au début du quatrième dialogue, où le Catholique justifie le sujet :

Nostre premiere dispute deveroit suffir pour cest article : car qui croit que la chair de Jesus Christ est realement au Sacrement de l’autel, il croit qu’on la mange corporellement. Toutesfois nous le voulons bien en brief mettre en dispute avec vous, à fin que les simples ayent pour vous respondre. (136v°)

8C’est ici que Regis prévoit très clairement que son dialogue servira de modèle à d’autres personnes et surtout aux « simples » moins instruits.

9Le désir de donner un modèle de discussion est accompagné d’un souci de vraisemblance, dans la mesure où Regis espère reproduire une vraie situation conversationnelle, mais cet effort de vraisemblance s’arrête rapidement. Les sous-titres de chaque dialogue indiquent que Regis envisage plutôt le dialogue comme une dispute entre deux groupes qu’entre deux individus. Prenons par exemple le sous-titre Le Second secret du sainct Sacrement de l’Autel, descouvert par les Catholiques en devis familiers par maniere de dispute, avec Calvin et les siens : le pluriel – « les Catholiques » et « Calvin et les siens » – est prolongé par l’emploi exclusif des pronoms pluriels dans le texte – « nous » et « vous ». Regis est tout à fait conscient d’imiter, de chercher une certaine vraisemblance dans son dialogue mais n’essaie pas de créer des interlocuteurs qui seraient plus que de simples représentants de leur religion.

10Il paraît que le dialogue représente pour Regis une forme accessible, claire et utile : Regis veut que le texte soit accessible pour atteindre un lectorat séculier et moins éduqué. Le dialogue semble constituer un genre compréhensible dans la mesure où il permet de comparer les arguments des deux parties. Le dialogue peut être utile s’il fournit un modèle aux personnes qui s’engageront dans de réels débats pour la défense du catholicisme. Ces raisons, que je nomme explicites, se trouvent confirmées par le contexte historique – la Flandre et les Pays-Bas dans les années 1560. Sans faire une longue digression historique, quelques faits peuvent nous intéresser. Je voudrais surtout formuler l’hypothèse que, si le projet de Regis semble logique, c’est à cause de deux éléments historiques. En premier lieu, le calvinisme n’est pas encore enraciné en Flandre, et on se trouve plutôt dans une période où une partie de la population est susceptible de se convertir. En second lieu, l’idée que Regis puisse écrire pour une population lettrée mais séculière est aussi envisageable, étant donnée la répartition démographique des gens lettrés et des calvinistes.

  • 4 Pour des explications plus complètes sur l’histoire des Pays-Bas et de ces événements, voir S. Dey (...)

11Le calvinisme est déjà présent aux Pays-Bas avant 1566, mais c’est en cette année-là que le mouvement calviniste se révèle et engendre de la violence iconoclaste. Des mouvements réformés sont présents aux Pays-Bas à partir des années 1520, mais les réseaux des réformés restent plutôt clandestins. Philippe II, roi d’Espagne et des Pays-Bas, effectue une réorganisation des diocèses en 1559 afin de mieux contrôler le pays et d’installer un allié comme évêque. Ces changements affaiblissent le pouvoir des nobles et suscitent leur colère. Des troubles économiques dus à de mauvaises récoltes et une disette de blé déstabilisent aussi le pays. Marguerite de Parme écrit plusieurs fois à son frère pour lui demander de l’aide (elle sera remplacée par le sévère duc d’Albe en 1567). Pendant l’été 1566, le calvinisme sort des lieux privés de rencontre, et des sermons calvinistes sont prononcés à la campagne où ils attirent une foule de plus en plus nombreuse. En août 1566, ce mouvement des « prêches des haies » se déplace en ville où la violence iconoclaste éclate, ayant comme conséquence la destruction de nombreux couvents et églises4. Nous ne savons pas si le couvent de Regis a été directement touché, ni à quel moment de l’année Regis aurait écrit le Discours Familier. Que ses dialogues aient été motivés par la perception des troubles naissants ou par une violence qui avait déjà éclaté, les circonstances indiquent bien pourquoi Regis a ressenti la nécessité d’écrire à ce moment-la, quand il voit le calvinisme surgir dans son pays avec force.

  • 5 S. Deyon et A. Lottin, Les « Casseurs »…, op. cit., p. 26 et 34.
  • 6 O.S. Lankhorst, « Bilan sur l’histoire de la lecture en Hollande pendant l’Ancien Régime », dans R (...)
  • 7 Les provinces dans le sud des Pays-Bas étaient plus francophones, et le français était aussi la la (...)
  • 8 Le mystère est donc de savoir pourquoi le livre aurait été publié à Paris, et si les dialogues n’é (...)

12En même temps, ce n’est que le début du mouvement calviniste, et la population est alors composée d’un mélange de fidèles catholiques et calvinistes et de personnes en train de se convertir. Il est donc probable que des discussions entre catholiques et calvinistes ont eu lieu régulièrement et il est possible que de telles discussions aient pu faire changer d’avis certaines personnes indécises. Il est aussi important de noter que le calvinisme touche toutes les couches de la société. Par exemple, un des prêcheurs connus était un simple bonnetier, et des comptes rendus des prêches des haies signalent la présence de personnes pratiquant une grande variété des métiers5. Comme je l’ai expliqué ci-dessus, les nobles avaient des raisons politiques de prôner la tolérance et de se distancier de l’Église catholique et de l’empire de Philippe II. Par rapport à d’autres pays, la population des Pays-Bas était aussi plus lettrée6. Il est ainsi possible d’imaginer que Regis pensait que son œuvre avait des chances, si elle était écrite en français7, et non en latin, et dans un style accessible, d’être vraiment lue et d’avoir un effet réel sur la situation religieuse en Flandre8.

13Maintenant que nous avons considéré les intentions de Regis, tournons-nous vers le dialogue lui-même pour examiner la réalité de l’œuvre. Nous verrons que Regis n’a pas atteint les objectifs visés, et que le résultat n’aboutit pas à la clarté ni à l’accessibilité mentionnée plus tôt comme atouts supposés de la forme dialogique. D’abord, ce n’est pas une présentation claire des deux argumentaires. Le Catholique domine de loin le discours et le Protestant est tout de suite placé dans une position défensive, où il ne peut expliquer que très peu ses propres croyances. Le Catholique s’octroie des monologues interminables dans lesquels l’idée du dialogue est plus ou moins oubliée. L’inclusion d’une deuxième voix ne contribue pas non plus à la clarté. Au contraire, les objections du Calviniste entraînent le dialogue dans des cercles et dans une répétition des mêmes idées sans progression linéaire.

14Le Discours Familier est loin d’être accessible à tous et ressemble souvent à un travail savant écrit pour des savants. Le dialogue sombre parfois dans un étalage de citations patristiques. Par exemple, dans le troisième dialogue, quand il s’agit de prouver que la messe est un sacrifice vrai et parfait, le Catholique détaille chronologiquement, au cours de douze pages, onze « tesmoignages » tirés de sources telles que saint Irénée, Tertullien, saint Chrysostome, saint Ambroise et saint Augustin. Il termine cette série de citations par une discussion des conciles de Nicée et d’Éphèse. Bien que chaque source suive une argumentation différente, le résultat est une répétition des idées largement démontrées auparavant. Il semble qu’une seule citation ne suffise pas : le Catholique veut contredire le Calviniste autant par la quantité que par la qualité des preuves. Parfois, cette quantité fait entrave aussi à la forme dialoguée, comme dans une partie du premier dialogue où, sans que cela soit motivé par la conversation, le Catholique commence un discours dans lequel presque tous les paragraphes sont numérotés. Il présente une série d’idées sur « Le Verbe divin » et un chiffre précède chaque nouvel argument. L’inclusion de ces chiffres est un support écrit pour le lecteur et éloigne le dialogue de l’oralité. Ce n’est plus seulement la longueur et le contenu très structuré qui trahissent un esprit savant mais aussi ce retour à l’imprimé qui montre à quel point Regis destine son œuvre, malgré lui, à un public assez instruit pour apprécier ces renseignements détaillés.

15Même si le Discours Familier ne fonctionne pas comme Regis prétend le souhaiter, le dialogue emploie néanmoins des stratégies persuasives capables d’influencer son lecteur. Dans ce qui suit, quelques exemples tirés du dialogue proprement dit peuvent illustrer la manière dont le genre dialogique est employé dans des buts persuasifs. Nous verrons en particulier comment la relation antagoniste est exploitée, et comment l’autorité et le contrôle du dialogue sont établis.

16Comme je l’ai mentionné ci-dessus, la vraisemblance n’est pas respectée dans le Discours Familier dans la mesure où la rencontre de deux voix n’est pas motivée. Il n’y a pas d’effort évident pour établir une scène, ni une raison pour que les deux personnes se parlent, ni une histoire qui encadre la conversation. De plus, les interlocuteurs, identifiés seulement par leur religion et sans nom propre, emploient exclusivement « nous » au lieu de « je » et ne ressemblent pas à de vrais personnages de dialogue. Et pourtant, Regis fait grand état de leur relation antagoniste et dresse le portrait d’un calviniste susceptible de faire peur aux lecteurs catholiques. Dès ses premières répliques, le Calviniste se montre extrême et voué à l’anéantissement de l’idolâtrie catholique. Les premières paroles du Calviniste peuvent rappeler (ou inciter à) la violence iconoclaste : « Nous abondonnerions plustost corps & biens, avec femmes et enfans, que de nous accorder avec vous en vostre idolatrie. » (1ro) Peu après, il ajoute : « Si nous pouvions nous l’aurions tantost sans sejour exterminee, tant s’en fault que nous voulsissions accorder avec vous. » (1r°)

17Mais s’il représente l’ennemi stéréotypé, le Calviniste parvient-il pour autant à exprimer son point de vue, ou à exposer ses croyances religieuses ? Après tout, Regis prétend dans son épître dédicatoire que le meilleur remède est de mettre en lumière « les arguments & raisons, s’il y en a, de tous les deux ». Notons bien l’insertion de « s’il y en a », qui signale un échec possible et gâche d’emblée les intentions affichées de Regis. C’est néanmoins par la représentation des idées calvinistes plus que par l’exposition de la doctrine catholique que Regis peut arriver à son objectif.

18L’interlocuteur calviniste trouve des occasions pour s’exprimer, mais seulement dans des contextes établis par le Catholique, quand il lui pose des questions et lui en fournit le cadre. Le Catholique l’interroge au sujet de ses croyances, mais il n’est pas surprenant que ses questions piègent le Calviniste, comme dans l’extrait suivant :

Le Catholique. – Nous vous demanderions voluntiers si en parlant de nostre religion, ou des Sacremens, nous ne pouvons user d’aucuns mots que l’escripture n’a point.
Le Calviniste. – Non.
Le Catholique. – Croyez vous que la saincte Vierge, est Mere de Dieu ?
Le Calviniste. – Ouy.
Le Catholique. – Si vous vouliez confesser ceste foy, comment diriez vous ?
Le Calviniste. – Nous dirions que la saincte vierge, est Mere de Dieu.
Le Catholique. – Si quelque heretique ne le vouloit point confesser, qu’en feriez vous ?
Le Calviniste. – Nous le condamnerions.
Le Catholique. – A bon droict. Mais s’il vous respondoit qu’il ne le confesseroit point, pource que ce mot, Mere
de Dieu, n’est point en l’escripture, que diriez vous ?
Le Calviniste. – Combien que ce mot, Mere de Dieu, ne soit point en l’escripture, si est ce que l’escripture
enseigne, qu’elle est Mere de Dieu. (19r°-v°)

19Cet extrait évoque d’abord une question d’exégèse biblique, question soulevée à plusieurs reprises dans les dialogues. Le Catholique pose une question tendancieuse pour que le Calviniste soutienne une interprétation littérale de la Bible. Il semble ensuite changer complètement de sujet lorsqu’il rappelle l’ancien débat avec les Nestoriens au Ve siècle concernant le nom de la Vierge Marie – est-elle « Mère du Christ » ou « Mère de Dieu » ? – et demande les mots spécifiques dont le Calviniste userait pour en parler. Le Catholique le piège à nouveau en se faisant l’avocat du diable – littéralement, en imaginant la parole d’un hérétique. Le Calviniste est par la suite forcé de se déclarer en désaccord avec un tel hérétique et d’expliquer ce désaccord en contredisant sa première position. L’extrait est clairement axé sur le Calviniste. Nous ne sommes pas dans un moment où le Catholique exprime sa propre doctrine mais bien dans un moment où il essaie de révéler les idées de son interlocuteur. Même si le Calviniste est amené à exprimer ses croyances, il le fait seulement incité par le Catholique. De plus, la méthode du Catholique n’est qu’un piège pour le Calviniste, qui sera obligé de se contredire.

20Mettons cet extrait en contexte. Avant d’arriver à ce moment dans le dialogue, le Calviniste a déjà exprimé son désaccord avec le mot « transsubstantiation », justement parce que l’écriture sainte n’en fait nulle mention. Le Catholique a ensuite rapproché les propos du Calviniste et ceux des Ariens qui s’opposaient pour les mêmes raisons au concept et à l’emploi du mot homousios, qui est la consubstantialité du Fils et du Père. Cette réponse catholique est argumentée pendant deux pages et finit avec la question par laquelle commence notre extrait. Tout se passe comme si l’argumentation était présentée deux fois – une fois sous une forme monologique et une suivante sous une forme dialogique. Après ce moment dialogique, qui constitue l’extrait donné, le Catholique résume ce qu’il pense avoir prouvé : « Il suffit donc que soit la verité, sans avoir esgard si ce mot qui declare la verité, est de l’escripture ou non. » (19v°) Et de là, le Catholique se relance dans un monologue. Quand le Calviniste intervient à nouveau, ce n’est pas pour admettre que le Catholique a raison ni pour montrer le moindre signe d’avoir été convaincu. Il continue à exprimer son désaccord : « Vostre Transsubstanciation deroge trop à l’honneur de Christ, nous ne la pouvons permettre. » (20r°) Et encore une fois, le Catholique assimile cette réponse à la doctrine des Ariens : « Ainsi disoient les Ariens de, homousios, qu’il ostoit à Dieu sa gloire. » (20r°) Si nous sommes encore loin de la fin du dialogue, ces quelques pages, même rapidement résumées, illustrent bien plusieurs aspects de la stratégie de Régis. Nous voyons les arguments se répéter ; le Calviniste piégé est forcé soit de se contredire, soit d’accepter une comparaison avec des courants hérétiques. Nous voyons surtout comment l’interlocuteur catholique contrôle le dialogue à chaque réplique.

21Le contrôle qu’exerce le Catholique sur le dialogue s’avère une technique puissante. Comme nous l’avons vu, il décide quels sujets seront abordés et quelles questions seront posées. Le Calviniste n’en pose aucune avant la page 17 tandis que le Catholique en aura déjà posé plus d’une trentaine. Le contrôle du dialogue n’est pas un fait négligeable, parce que cela permet au Catholique de dominer la présentation des idées et de donner l’impression que lui-même gagne le débat. C’est le cas non seulement dans les longs passages que je viens de citer, mais aussi dans de courtes phrases. Par exemple, à un moment donné, le Catholique interrompt la discussion avec « Mais nous laisserons ce propos, comme bien prouvé & conclu contre vous » (4r°) et « Laissant ce propos qui est tant clerement deduit, que vous ne le sçauriez debatre ». (4v°) Il prétend avoir suffisamment discuté d’un point, jugeant en même temps les compétences de son interlocuteur calviniste. Le dialogue est utilisé en ce sens pour couper la deuxième voix. Même s’il reconnaît l’existence de son interlocuteur, le Catholique ne le laisse pas agir. Le discours est véritablement dialogique dans la mesure où le Catholique est conscient d’être en conversation avec un autre, mais, tout en respectant une certaine mimésis de la discussion – la présence de « vous » –, il étouffe la voix calviniste.

  • 9 J.-C. Carron, « The Persuasive Seduction: Dialogue in Sixteenth-Century France », dans M.-R. Logan (...)

22Avant de conclure je voudrais insister sur un point. Dans les exemples cités et dans chacun des quatre dialogues du Discours Familier, il ne s’agit pas de convaincre l’interlocuteur calviniste. Il n’y a ni « scène de séduction », pour citer Jean-Claude Carron9, ni moment où le Calviniste serait tout d’un coup convaincu et se déclarerait persuadé. Selon Carron, une telle scène de persuasion est parfois le biais par lequel un dialogue est persuasif pour un lecteur, mais ce ne peut pas être le cas dans le Discours Familier. Ce dialogue n’est pas construit pour convaincre l’interlocuteur mais uniquement pour convaincre le lecteur, et ce, au détriment de l’interlocuteur calviniste. Je voudrais aller encore plus loin, en suggérant que le dialogue n’a pas besoin de convaincre son lecteur. Si Regis écrit vraiment pour offrir un exemple d’argumentation à d’autres catholiques qui veulent défendre leur foi, la puissance persuasive de ce texte est différée ou déplacée à un autre moment de dialogue extratextuel, le moment où ce texte serait utilisé comme modèle.

  • 10 Cet échec montrerait peut-être l’idée que l’on ne peut pas discuter de la foi.

23Pour conclure, je voudrais revenir sur mon constat du début que le Discours Familier montre l’échec d’un dialogue. Si nous partons d’une perspective humaniste pour chercher dans le Discours Familier un moment d’ouverture, nous ne pouvons manquer d’être déçus et amenés à juger que l’œuvre est un échec du genre10. Considéré dans un contexte de propagande religieuse comme un texte précurseur des controverses catholiques qui se multiplieront après la promulgation de l’Édit de Nantes, le Discours Familier devient un exemple de l’emploi habile et peut-être réussi de ce genre. Regis ouvre la possibilité d’un vrai dialogue et tente le lecteur par la promesse d’une recherche de la vérité par la méthode dialectique. Cependant, il crée une œuvre de propagande savante et se sert de deux interlocuteurs et du discours direct pour persuader non seulement par le contenu mais aussi par la forme, par une discussion qui mine systématiquement l’un des deux argumentaires.

24Que ce dialogue atteigne ou non ce but persuasif, le Discours Familier nous montre au moins un moment où la forme dialoguée a été considérée comme une forme accessible, une forme utile pour instruire de réelles conversations. J’espère aussi que cette analyse du Discours Familier aura permis de présenter une nouvelle facette de la conception de l’état du dialogue, dans toute sa diversité, à la Renaissance.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Carron J.-C., « The Persuasive Seduction: Dialogue in Sixteenth-Century France », dans M.-R. Logan, P. Rudnytsky (dir.), Contending Kingdoms: Historical, Psychological, and Feminist Approaches to the Literature of Sixteenth-Century England and France, Detroit, Wayne State University Press, 1991, p. 90-108.

Deyton S., Lottin A., Les « Casseurs » de l’été 1566 : l’iconoclasme dans le Nord, Paris, Hachette, 1981.

Dompnier B., Le Venin de l’hérésie : image du protestantisme et combat catholique au XVIIe siècle, Paris, Éditions du Centurion, 1985.

Foppens J.-F., Bibliotheca belgica, sive virorum in Belgio vita scriptisque illustrium catalogus librorumque nomenclatura, 2 vol., Bruxelles, P. Foppens, 1739.

Israel J., The Dutch Republic. Its Rise, Greatness, and Fall. 1477-1806, Oxford, Clarendon Press, 1995.

Lankhorst O.S., « Bilan sur l’histoire de la lecture en Hollande pendant l’Ancien Régime », dans R. Chartier (dir.), Histoires de la Lecture : un bilan des recherches, Paris, IMEC Éditions, 1995, p. 125-139.

Regis P., Discours Familier en forme de dialogue entre un Catholique et Calviniste contenant quatre grands secrets du sacrement de l’autel, Paris, Claude Frémy, 1566.

Notes

1 J.-F. Foppens, Bibliotheca belgica, sive virorum in Belgio vita scriptisque illustrium catalogus librorumque nomenclatura, 2 vol., Bruxelles, 1739. Les renseignements se trouvent dans le deuxième tome sous le nom Petrus Regis, p. 1003-1004.

2 P. Regis, Discours Familier en forme de dialogue entre un Catholique et Calviniste contenant quatre grands secrets du sacrement de l’autel, Paris, 1566. Un exemplaire du livre est consultable dans le fonds ancien de la médiathèque Louis Aragon au Mans, sous la cote Th8 3455. Toutes les références au texte primaire sont indiquées en parenthèses.

3 Les pages de la préface ne sont pas numérotées. Les indications en chiffres romains sont mon ajout.

4 Pour des explications plus complètes sur l’histoire des Pays-Bas et de ces événements, voir S. Deyon et A. Lottin, Les « Casseurs » de l’été 1566 : l’iconoclasme dans le Nord, Paris, Hachette, 1981, surtout le premier chapitre : « Le Printemps des Gueux » ; J. Israel, The Dutch Republic. Its Rise, Greatness, and Fall. 1477-1806, Oxford, Clarendon Press, 1995, ch. 7: « The Breakdown of the Hapsburg Regime, 1549-1566 ».

5 S. Deyon et A. Lottin, Les « Casseurs »…, op. cit., p. 26 et 34.

6 O.S. Lankhorst, « Bilan sur l’histoire de la lecture en Hollande pendant l’Ancien Régime », dans R. Chartier (dir.), Histoires de la Lecture : un bilan des recherches, Paris, IMEC Éditions, 1995, p. 126.

7 Les provinces dans le sud des Pays-Bas étaient plus francophones, et le français était aussi la langue de la cour des Hapsbourg. J. Israel, The Dutch Republic…, op. cit., p. 72.

8 Le mystère est donc de savoir pourquoi le livre aurait été publié à Paris, et si les dialogues n’étaient pas destinés aussi à un public français. Deux hypothèses possibles : la perturbation iconoclaste aux Pays-Bas aurait chassé Pierre Regis de Flandre ou aurait rendu pour le moins difficile la publication de son livre en Flandre. Si le livre était bien destiné aux Français, nous pouvons déceler un phénomène qui paraît au XVIIe siècle. Je m’inspire ici du travail de Bernard Dompnier, qui évoque un lien entre une période pacifique et tolérante et une prolifération d’écrits catholiques. Comme le Discours Familier est écrit pendant une période de paix entre les première et deuxième guerres de religion en France, Pierre Regis réagissait peut-être à une tolérance pour l’hérésie qu’il trouvait dangereuse.

9 J.-C. Carron, « The Persuasive Seduction: Dialogue in Sixteenth-Century France », dans M.-R. Logan, P. Rudnytsky (dir.), Contending Kingdoms: Historical, Psychological, and Feminist Approaches to the Literature of Sixteenth-Century England and France, Detroit, Wayne State University Press, 1991, p. 90-108.

10 Cet échec montrerait peut-être l’idée que l’on ne peut pas discuter de la foi.

Auteur

Quest University Canada

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540